SlideShare une entreprise Scribd logo
Jean Valfort, restaurateur, est
l’un des précurseurs sur ce marché
des « dark kitchens », nom qu’il a
d’ailleurs donné à son groupe. Avec
5 marques présentes sur Uber Eats
et Deliveroo, et 2 en préparation
pour début 2021, il voit cet engoue-
ment d’un bon œil : « Beaucoup
d’acteursontdébarquésurcemarché
dans la foulée de la crise sanitaire, et
de nombreux consommateurs ont
découvert la livraison. Mais je reste
persuadé que le taux de pénétration
reste faible. » Dès le premier samedi
du confinement de mars dernier,
Dark Kitchen enregistre 2.500 cou-
verts. Après s’être mobilisé pour
créerdesrepasàdestinationduper-
sonnel soignant dans les hôpitaux,
le groupe se projette avec un mixte
d’ouvertures de cuisines aveugles et
de restaurants physiques, détaille
son fondateur : « En juillet, nous
avons ouvert Bocca Nissa, à Nice, sur
Propos recueillis
par Adrien Lelièvre
@Lelievre_Adrien
L’ancien PDG de WeCook
et fondateur de DigitalFood-
Lab, Matthieu Vincent,
revientsurlephénomènedes«dark
kitchens », en plein boom depuis le
débutdelacrisesanitaire.
Qu’est-ce qu’une
« dark kitchen » ?
Il est difficile de donner une défini-
tion précise au terme « dark kit-
chen », car il recouvre en réalité
cinqsous-métiersdifférents :lages-
tiondecuisineséquipées,lesquelles
sont ensuite louées en morceaux à
des marques ou à des restaurants
virtuels ; la fourniture d’ingré-
dients ; la création et le marketing
de nouvelles recettes ; la prépara-
tion des repas et des marques de
chens,quiestundesleadersdusec-
teur.Deliverooest,parexemple,pré-
sent dans la gestion de cuisines,
mais s’occupe principalement de la
dernière étape, c’est-à-dire la livrai-
sonderepas.Enrevanche,unacteur
comme FoodChéri est présent sur
toutelachaînedevaleur.
A quand remonte le phéno-
mène des « dark kitchens » ?
Les « dark kitchens » ont surtout
émergé depuis deux ans et sont
intrinsèquementliéesausuccèsdes
plateformes de livraison de repas.
Au-delà des grands noms, il est
importantderappelerqu’ilyabeau-
coup d’acteurs beaucoup moins
connus et qui ne cherchent pas à
lever des fonds, car le business
model ne le nécessite pas forcé-
ment.Vouspouvezêtreunrestaura-
teur installé à Lyon et avoir, en plus,
six « dark kitchens » implantées en
banlieue. Ce pan du marché est
assez difficile àquantifier.
La crise sanitaire va-t-elle
accélérer cette tendance ?
J’en suis convaincu. Le Covid-19 a
mis en perspective l’intérêt d’inves-
tir dans des « dark kitchens ». A
cause des confinements, beaucoup
de restaurateurs ont été obligés de
se lancer dans la livraison de repas.
« Les “dark
kitchens” sont
intrinsèquement
liées au succès
des plateformes
de livraison
de repas. »
trèsréduit.Ilfautêtreagressifdansla
croissance, car je pense que, d’ici à
six mois, le marché sera probable-
ment saturé. Il faut donc que nous
soyonsrapidesdansnotredéveloppe-
mentpouren devenir leleader. »
Importance des données
L’ambition se nourrit d’une levée de
fonds qui devrait être bouclée dans
lestoutprochainsmoisetdevenirla
plus importante du secteur. Cette
opération vise à nourrir un plan de
croissance très important dès 2021
(12 cuisines à Londres, 4 à Madrid,
1 à Barcelone et 1 à Bruxelles) et qui
s’explique par la nature même de
sonmodèle :« C’estunbusinesstech-
nologique, affirme Clément Benoit.
La donnée est au centre de notre
métier, depuis l’organisation jusqu’à
lalivraison,çasepiloteavecdesdash-
boards avant tout ! » Mais tous ces
acteurs ne partagent pas le même
600 mètres carrés car je reste per-
suadé qu’après cette crise les gens
auront très envie de retourner dans
nos établissements. Mais, en paral-
lèle, nous travaillons à l’ouverture de
nouvelles “dark kitchens” dans le
nordet lesud-ouest de la France. »
Mais ce modèle n’attire pas que
les professionnels de la restaura-
tion. Quelques entrepreneurs de la
tech s’y intéressent de très près,
comme Clément Benoit, fondateur
de Not So Dark et ancien cofon-
dateur de Resto-In et de Stuart
(revendu à La Poste). Sur les
onze derniers mois, il s’est bâti un
petit empire avec 8 marques, un
chiffre d’affaires mensuel qui
devrait tutoyer le million d’euros en
décembre,etilnecomptepass’arrê-
ter là. « Nous avons trouvé un mode
opératoire très rentable et nous som-
mes capables de traiter plusieurs
marques au sein d’un même espace
Napoli Gang est la marque dédiée à la livraison lancée par le groupe Big Mamma durant la crise sanitaire. Photo DR
Guillaume Bregeras
@gbregeras
Ilsnesontpasdugenreàbaisserles
bras. Les restaurateurs, confrontés
àl’arrêtbrutaldeleuractivitédepuis
le début du premier confinement,
puis à une reprise en pointillé, ont
d’abord mis en place un service
minimal pour assurer des livrai-
sons à leurs clients. Mais, durant la
mise au vert forcée, certains d’entre
euxsesontlancésouréfléchissentà
développer des « dark kitchens ».
Derrière cette expression anglaise
plus anxiogène qu’appétissante se
cache l’un des secteurs les plus en
vogue du moment et qui attire des
professionnels de la restauration,
mais aussi des entrepreneurs et des
investisseurs de latech.
« Nous n’avons pas eu d’autre
choixquedenousréinventer,soupire
Sarah Princen-Cousin, directrice
générale de Big Mamma Group.
Nous avons donc créé Napoli Gang,
une marque distribuée sur les plate-
formes de livraison et mis en place
5 cuisines à Paris et 3 à Londres. »
Quatre mois après leur installation,
le bilan est de 133.000 pizzas déli-
vrées, contre 15.000 en moyenne
par mois pour un restaurant
accueillant du public. « Nous nous
étions interdit de livrer jusqu’à pré-
sent,carnouspensionsqu’ilétaittrop
compliquédepréserverlafraîcheuret
la qualité de nos aliments, détaille
Sarah Princen-Cousin. Mais après
avoir longtemps travaillé sur la
recette et les emballages, nous avons
trouvéunesolutionquinousconvient
et plaîtà nos clients. »
Vers une saturation
de l’offre ?
Le bilan est tellement positif que le
restaurateur prévoit désormais
d’ouvrir d’autres « cuisines aveu-
gles », notamment dans les villes de
province où il possède déjà des éta-
blissements classiques, mais pas
seulement, prévient la dirigeante :
« Nous irons à Madrid également, et
réfléchissons à d’autres localisations.
Mais, comme nous continuons à
ouvrir des restaurants où l’on peut
accueillirdesclients,ilfauttrouverun
juste équilibre. »
l L’essor de ces « cuisines aveugles » dédiées à la livraison s’appuie sur l’explosion de la demande
sur les plateformes Uber Eats et Deliveroo.
l Le concept attire des restaurateurs traditionnels, mais aussi des entrepreneurs de la tech.
« Darkkitchen »,leconcept
quiaffolelafoodtech
«Lebusinessmodelnenécessitepasforcément
deleverdesfonds»
Mais ils ont vite compris que trans-
former du jour au lendemain un tel
restaurant n’était pas si facile. Faire
du volume pour la livraison est un
métier à part entière. Cela nécessite
une autre gestion de l’espace et
d’investir dans des logiciels spécifi-
ques.Enoutre,lesrestaurantstradi-
tionnelsnesontpasforcémentbien
placés, car ils sont en général
implantésdansleszonesoùilyadu
flux. Or cela peut poser des problè-
mes entre les clients à l’intérieur du
restaurant et les livreurs qui atten-
dent devant la porte. L’intérêt de la
« dark kitchen » réside dans le fait
qu’elle permet de concentrer toute
l’attention et l’énergie à la concep-
tionetàlaréalisationdeplatsadap-
tés pour la livraison. Grâce à l’effet
volumeetàlaconstructiondebelles
marques, ces modèles peuvent à la
fin avoir une rentabilité supérieure
à bien des restaurants de ville. n
pointdevuesurlamanièredegran-
dir. Big Mamma s’appuie sur de la
dette et une seule marque, tandis
que Dark Kitchen bâtit un modèle
d’abordrentableavantdecroître.En
revanche, tous s’accordent sur la
placecentraledelatechpourmaxi-
miser les coûts opérationnels, plus
importants que dans une start-up
du logiciel.
4À NOTER
Pour s’installer en Espagne,
Not So Dark étudie la
possibilité de louer des espaces
dans CloudKitchens, créé par
Travis Kalanick. Le fondateur
d’Uber a investi cette branche
du marché qui consiste
à acheter des locaux pour les
louer ensuite à des opérateurs
de cuisines aveugles.
restaurant ; et, enfin, la livraison de
repas chezles particuliers.
Les start-up ne sont pas toutes
positionnées au même endroit
sur la chaîne de valeur ?
Absolument. Une start-up comme
Karma Kitchen ne s’occupe par
exemple que de la gestion de cuisi-
nes. C’est davantage un acteur de
l’immobilierqu’unefoodtechetc’est
d’ailleurs pourquoi elle a réussi à
lever 252 millions de livres sterling
cetétéauprèsd’investisseursspécia-
lisésdansl’immobilier.
L’ancien patron d’Uber, Travis
Kalanick,estaussipositionnésurce
créneau avec la société CloudKit-
MATTHIEU VINCENT
Fondateur
de DigitalFoddLab
Lundi 14 décembre 2020 Les Echos

Contenu connexe

Similaire à Dark Kitchen - Foodtech

La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015
La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015
La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015
Pascale Dubouis Patat
 
S16 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017
S16   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017 S16   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017
S16 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017
KYLIA France
 
Aa v10 n4_andré_michaud
Aa v10 n4_andré_michaudAa v10 n4_andré_michaud
Aa v10 n4_andré_michaud
edikom
 
S13 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017
S13   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017S13   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017
S13 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017
KYLIA France
 
Cookworking - présentation du concept de cuisine partagée
Cookworking - présentation du concept de cuisine partagéeCookworking - présentation du concept de cuisine partagée
Cookworking - présentation du concept de cuisine partagée
cookworking
 
Sushi daily - innovation nouvelle génération
Sushi daily - innovation nouvelle générationSushi daily - innovation nouvelle génération
Sushi daily - innovation nouvelle génération
Bpifrance
 
Intrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovation
Intrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovationIntrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovation
Intrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovation
Ramdas Gomez
 
Marketing alimentaire: 10 idées inspirantes
Marketing alimentaire: 10 idées inspirantesMarketing alimentaire: 10 idées inspirantes
Marketing alimentaire: 10 idées inspirantes
Infopresse
 
S22 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017
S22   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017S22   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017
S22 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017
KYLIA France
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017
S19  revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017S19  revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017
S19 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017
KYLIA France
 
Le marché de la restauration
Le marché de la restaurationLe marché de la restauration
Le marché de la restauration
Chou'baby Claude
 
Le marché de la restauration
Le marché de la restaurationLe marché de la restauration
Le marché de la restauration
Chou'baby Claude
 
Business plan L'eau à la bouche
Business plan L'eau à la boucheBusiness plan L'eau à la bouche
Business plan L'eau à la bouche
Mélanie Da Rui
 
2eme Groupe De Travail Produit Pull
2eme Groupe De Travail Produit Pull2eme Groupe De Travail Produit Pull
2eme Groupe De Travail Produit Pull
guest71c3815
 
HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...
HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...
HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...
Alain Fortier
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
KYLIA France
 
Paré à Innover n°56
Paré à Innover n°56Paré à Innover n°56
Paré à Innover n°56
Bretagne Développement Innovation
 
Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?
Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?
Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?
Clear Channel France
 
La veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligente
La veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligenteLa veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligente
La veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligente
Red Guy
 

Similaire à Dark Kitchen - Foodtech (20)

La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015
La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015
La gestion du changement dans un réseau de distribution spécialisé 2015
 
S16 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017
S16   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017 S16   revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017
S16 revue de presse kylia - semaine du 10 au 16 avril 2017
 
bizz mag oct 2008
bizz mag oct 2008bizz mag oct 2008
bizz mag oct 2008
 
Aa v10 n4_andré_michaud
Aa v10 n4_andré_michaudAa v10 n4_andré_michaud
Aa v10 n4_andré_michaud
 
S13 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017
S13   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017S13   revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017
S13 revue de presse kylia - semaine du 20 au 26 mars 2017
 
Cookworking - présentation du concept de cuisine partagée
Cookworking - présentation du concept de cuisine partagéeCookworking - présentation du concept de cuisine partagée
Cookworking - présentation du concept de cuisine partagée
 
Sushi daily - innovation nouvelle génération
Sushi daily - innovation nouvelle générationSushi daily - innovation nouvelle génération
Sushi daily - innovation nouvelle génération
 
Intrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovation
Intrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovationIntrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovation
Intrapreneuriat : Les facteurs clés de réussite d'un projet d'innovation
 
Marketing alimentaire: 10 idées inspirantes
Marketing alimentaire: 10 idées inspirantesMarketing alimentaire: 10 idées inspirantes
Marketing alimentaire: 10 idées inspirantes
 
S22 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017
S22   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017S22   revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017
S22 revue de presse kylia - semaine du 22 au 28 mai 2017
 
S19 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017
S19  revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017S19  revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017
S19 revue de presse kylia - semaine du 1 au 7 mai 2017
 
Le marché de la restauration
Le marché de la restaurationLe marché de la restauration
Le marché de la restauration
 
Le marché de la restauration
Le marché de la restaurationLe marché de la restauration
Le marché de la restauration
 
Business plan L'eau à la bouche
Business plan L'eau à la boucheBusiness plan L'eau à la bouche
Business plan L'eau à la bouche
 
2eme Groupe De Travail Produit Pull
2eme Groupe De Travail Produit Pull2eme Groupe De Travail Produit Pull
2eme Groupe De Travail Produit Pull
 
HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...
HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...
HRImag - Tendances technos 2017 en restauration - l'année de la transformatio...
 
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021S23   revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
S23 revue de presse kylia - semaine du 7 au 13 juin 2021
 
Paré à Innover n°56
Paré à Innover n°56Paré à Innover n°56
Paré à Innover n°56
 
Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?
Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?
Commerce et consommation, quel rôle pour l'Out-Of-Home ?
 
La veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligente
La veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligenteLa veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligente
La veille de Red Guy du 28.11.12 - La cuisine intelligente
 

Plus de Miloé Santé

Reves-Existence
Reves-ExistenceReves-Existence
Reves-Existence
Miloé Santé
 
Cerveau & Incertitudes
Cerveau & IncertitudesCerveau & Incertitudes
Cerveau & Incertitudes
Miloé Santé
 
Entretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumonsEntretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumons
Miloé Santé
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Miloé Santé
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Miloé Santé
 
Montagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnaliteMontagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnalite
Miloé Santé
 
Complements alimentaires
Complements alimentairesComplements alimentaires
Complements alimentaires
Miloé Santé
 
Cuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robotCuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robot
Miloé Santé
 
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelleCancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
Miloé Santé
 
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelleCancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
Miloé Santé
 
Glaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivantsGlaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivants
Miloé Santé
 
JOP Paris 2024
 JOP Paris 2024 JOP Paris 2024
JOP Paris 2024
Miloé Santé
 
Seconde main
Seconde mainSeconde main
Seconde main
Miloé Santé
 
Moral des Francais
Moral des FrancaisMoral des Francais
Moral des Francais
Miloé Santé
 
Theorie des Ensembles
Theorie des EnsemblesTheorie des Ensembles
Theorie des Ensembles
Miloé Santé
 
Clone autonome
Clone autonomeClone autonome
Clone autonome
Miloé Santé
 
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontroleePlastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Miloé Santé
 
The - Allie Sante
The - Allie SanteThe - Allie Sante
The - Allie Sante
Miloé Santé
 
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop saleeFruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Miloé Santé
 
Rire-Bienfaits
 Rire-Bienfaits Rire-Bienfaits
Rire-Bienfaits
Miloé Santé
 

Plus de Miloé Santé (20)

Reves-Existence
Reves-ExistenceReves-Existence
Reves-Existence
 
Cerveau & Incertitudes
Cerveau & IncertitudesCerveau & Incertitudes
Cerveau & Incertitudes
 
Entretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumonsEntretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumons
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
 
Montagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnaliteMontagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnalite
 
Complements alimentaires
Complements alimentairesComplements alimentaires
Complements alimentaires
 
Cuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robotCuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robot
 
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelleCancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
 
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelleCancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
 
Glaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivantsGlaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivants
 
JOP Paris 2024
 JOP Paris 2024 JOP Paris 2024
JOP Paris 2024
 
Seconde main
Seconde mainSeconde main
Seconde main
 
Moral des Francais
Moral des FrancaisMoral des Francais
Moral des Francais
 
Theorie des Ensembles
Theorie des EnsemblesTheorie des Ensembles
Theorie des Ensembles
 
Clone autonome
Clone autonomeClone autonome
Clone autonome
 
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontroleePlastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
 
The - Allie Sante
The - Allie SanteThe - Allie Sante
The - Allie Sante
 
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop saleeFruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
 
Rire-Bienfaits
 Rire-Bienfaits Rire-Bienfaits
Rire-Bienfaits
 

Dark Kitchen - Foodtech

  • 1. Jean Valfort, restaurateur, est l’un des précurseurs sur ce marché des « dark kitchens », nom qu’il a d’ailleurs donné à son groupe. Avec 5 marques présentes sur Uber Eats et Deliveroo, et 2 en préparation pour début 2021, il voit cet engoue- ment d’un bon œil : « Beaucoup d’acteursontdébarquésurcemarché dans la foulée de la crise sanitaire, et de nombreux consommateurs ont découvert la livraison. Mais je reste persuadé que le taux de pénétration reste faible. » Dès le premier samedi du confinement de mars dernier, Dark Kitchen enregistre 2.500 cou- verts. Après s’être mobilisé pour créerdesrepasàdestinationduper- sonnel soignant dans les hôpitaux, le groupe se projette avec un mixte d’ouvertures de cuisines aveugles et de restaurants physiques, détaille son fondateur : « En juillet, nous avons ouvert Bocca Nissa, à Nice, sur Propos recueillis par Adrien Lelièvre @Lelievre_Adrien L’ancien PDG de WeCook et fondateur de DigitalFood- Lab, Matthieu Vincent, revientsurlephénomènedes«dark kitchens », en plein boom depuis le débutdelacrisesanitaire. Qu’est-ce qu’une « dark kitchen » ? Il est difficile de donner une défini- tion précise au terme « dark kit- chen », car il recouvre en réalité cinqsous-métiersdifférents :lages- tiondecuisineséquipées,lesquelles sont ensuite louées en morceaux à des marques ou à des restaurants virtuels ; la fourniture d’ingré- dients ; la création et le marketing de nouvelles recettes ; la prépara- tion des repas et des marques de chens,quiestundesleadersdusec- teur.Deliverooest,parexemple,pré- sent dans la gestion de cuisines, mais s’occupe principalement de la dernière étape, c’est-à-dire la livrai- sonderepas.Enrevanche,unacteur comme FoodChéri est présent sur toutelachaînedevaleur. A quand remonte le phéno- mène des « dark kitchens » ? Les « dark kitchens » ont surtout émergé depuis deux ans et sont intrinsèquementliéesausuccèsdes plateformes de livraison de repas. Au-delà des grands noms, il est importantderappelerqu’ilyabeau- coup d’acteurs beaucoup moins connus et qui ne cherchent pas à lever des fonds, car le business model ne le nécessite pas forcé- ment.Vouspouvezêtreunrestaura- teur installé à Lyon et avoir, en plus, six « dark kitchens » implantées en banlieue. Ce pan du marché est assez difficile àquantifier. La crise sanitaire va-t-elle accélérer cette tendance ? J’en suis convaincu. Le Covid-19 a mis en perspective l’intérêt d’inves- tir dans des « dark kitchens ». A cause des confinements, beaucoup de restaurateurs ont été obligés de se lancer dans la livraison de repas. « Les “dark kitchens” sont intrinsèquement liées au succès des plateformes de livraison de repas. » trèsréduit.Ilfautêtreagressifdansla croissance, car je pense que, d’ici à six mois, le marché sera probable- ment saturé. Il faut donc que nous soyonsrapidesdansnotredéveloppe- mentpouren devenir leleader. » Importance des données L’ambition se nourrit d’une levée de fonds qui devrait être bouclée dans lestoutprochainsmoisetdevenirla plus importante du secteur. Cette opération vise à nourrir un plan de croissance très important dès 2021 (12 cuisines à Londres, 4 à Madrid, 1 à Barcelone et 1 à Bruxelles) et qui s’explique par la nature même de sonmodèle :« C’estunbusinesstech- nologique, affirme Clément Benoit. La donnée est au centre de notre métier, depuis l’organisation jusqu’à lalivraison,çasepiloteavecdesdash- boards avant tout ! » Mais tous ces acteurs ne partagent pas le même 600 mètres carrés car je reste per- suadé qu’après cette crise les gens auront très envie de retourner dans nos établissements. Mais, en paral- lèle, nous travaillons à l’ouverture de nouvelles “dark kitchens” dans le nordet lesud-ouest de la France. » Mais ce modèle n’attire pas que les professionnels de la restaura- tion. Quelques entrepreneurs de la tech s’y intéressent de très près, comme Clément Benoit, fondateur de Not So Dark et ancien cofon- dateur de Resto-In et de Stuart (revendu à La Poste). Sur les onze derniers mois, il s’est bâti un petit empire avec 8 marques, un chiffre d’affaires mensuel qui devrait tutoyer le million d’euros en décembre,etilnecomptepass’arrê- ter là. « Nous avons trouvé un mode opératoire très rentable et nous som- mes capables de traiter plusieurs marques au sein d’un même espace Napoli Gang est la marque dédiée à la livraison lancée par le groupe Big Mamma durant la crise sanitaire. Photo DR Guillaume Bregeras @gbregeras Ilsnesontpasdugenreàbaisserles bras. Les restaurateurs, confrontés àl’arrêtbrutaldeleuractivitédepuis le début du premier confinement, puis à une reprise en pointillé, ont d’abord mis en place un service minimal pour assurer des livrai- sons à leurs clients. Mais, durant la mise au vert forcée, certains d’entre euxsesontlancésouréfléchissentà développer des « dark kitchens ». Derrière cette expression anglaise plus anxiogène qu’appétissante se cache l’un des secteurs les plus en vogue du moment et qui attire des professionnels de la restauration, mais aussi des entrepreneurs et des investisseurs de latech. « Nous n’avons pas eu d’autre choixquedenousréinventer,soupire Sarah Princen-Cousin, directrice générale de Big Mamma Group. Nous avons donc créé Napoli Gang, une marque distribuée sur les plate- formes de livraison et mis en place 5 cuisines à Paris et 3 à Londres. » Quatre mois après leur installation, le bilan est de 133.000 pizzas déli- vrées, contre 15.000 en moyenne par mois pour un restaurant accueillant du public. « Nous nous étions interdit de livrer jusqu’à pré- sent,carnouspensionsqu’ilétaittrop compliquédepréserverlafraîcheuret la qualité de nos aliments, détaille Sarah Princen-Cousin. Mais après avoir longtemps travaillé sur la recette et les emballages, nous avons trouvéunesolutionquinousconvient et plaîtà nos clients. » Vers une saturation de l’offre ? Le bilan est tellement positif que le restaurateur prévoit désormais d’ouvrir d’autres « cuisines aveu- gles », notamment dans les villes de province où il possède déjà des éta- blissements classiques, mais pas seulement, prévient la dirigeante : « Nous irons à Madrid également, et réfléchissons à d’autres localisations. Mais, comme nous continuons à ouvrir des restaurants où l’on peut accueillirdesclients,ilfauttrouverun juste équilibre. » l L’essor de ces « cuisines aveugles » dédiées à la livraison s’appuie sur l’explosion de la demande sur les plateformes Uber Eats et Deliveroo. l Le concept attire des restaurateurs traditionnels, mais aussi des entrepreneurs de la tech. « Darkkitchen »,leconcept quiaffolelafoodtech «Lebusinessmodelnenécessitepasforcément deleverdesfonds» Mais ils ont vite compris que trans- former du jour au lendemain un tel restaurant n’était pas si facile. Faire du volume pour la livraison est un métier à part entière. Cela nécessite une autre gestion de l’espace et d’investir dans des logiciels spécifi- ques.Enoutre,lesrestaurantstradi- tionnelsnesontpasforcémentbien placés, car ils sont en général implantésdansleszonesoùilyadu flux. Or cela peut poser des problè- mes entre les clients à l’intérieur du restaurant et les livreurs qui atten- dent devant la porte. L’intérêt de la « dark kitchen » réside dans le fait qu’elle permet de concentrer toute l’attention et l’énergie à la concep- tionetàlaréalisationdeplatsadap- tés pour la livraison. Grâce à l’effet volumeetàlaconstructiondebelles marques, ces modèles peuvent à la fin avoir une rentabilité supérieure à bien des restaurants de ville. n pointdevuesurlamanièredegran- dir. Big Mamma s’appuie sur de la dette et une seule marque, tandis que Dark Kitchen bâtit un modèle d’abordrentableavantdecroître.En revanche, tous s’accordent sur la placecentraledelatechpourmaxi- miser les coûts opérationnels, plus importants que dans une start-up du logiciel. 4À NOTER Pour s’installer en Espagne, Not So Dark étudie la possibilité de louer des espaces dans CloudKitchens, créé par Travis Kalanick. Le fondateur d’Uber a investi cette branche du marché qui consiste à acheter des locaux pour les louer ensuite à des opérateurs de cuisines aveugles. restaurant ; et, enfin, la livraison de repas chezles particuliers. Les start-up ne sont pas toutes positionnées au même endroit sur la chaîne de valeur ? Absolument. Une start-up comme Karma Kitchen ne s’occupe par exemple que de la gestion de cuisi- nes. C’est davantage un acteur de l’immobilierqu’unefoodtechetc’est d’ailleurs pourquoi elle a réussi à lever 252 millions de livres sterling cetétéauprèsd’investisseursspécia- lisésdansl’immobilier. L’ancien patron d’Uber, Travis Kalanick,estaussipositionnésurce créneau avec la société CloudKit- MATTHIEU VINCENT Fondateur de DigitalFoddLab Lundi 14 décembre 2020 Les Echos