SlideShare une entreprise Scribd logo
lundi 14 décembre 2020 LE FIGARO
A
12 SANTÉ
ce est bien plus compliqué qu’il n’y
paraît. «Au début, il faut se forcer à
rire. À certains moments, on rit vrai-
ment, puis ça retombe, puis on se re-
met à rire», décrit Thierry, qui se
connecte pour la troisième fois.
Cet exercice exige de court-cir-
cuiter le programme automatique
du rire, ce qui est loin d’être aisé. Les
rires du début sonnent faux, mais
rapidement ils se transforment. Et si
notre cerveau sait distinguer un rire
simulé d’un rire authentique, notre
corps lui, en est incapable. Résultat :
cette tranche de rigolade sur com-
mande procure les mêmes bénéfices
qu’un fou rire sincère, comme en
témoigne Sylvie, 48 ans, professeur
de yoga du rire sur l’île de Ré. «Je
souffre d’une maladie articulaire in-
validante. Mais le yoga du rire m’of-
fre une petite fenêtre de bien-être.
Après une séance, mes douleurs s’es-
tompent pendant quelques heures.»
Des sessions d’hilarité qui font
aussi du bien à l’esprit. Rompus à
l’exerciceoudébutant,tousassurent
sesentirsurunpetitnuageaprèsune
séance. «Je me sens apaisée. Cela
m’a appris à prendre du recul, à être
plus optimiste. Et ce qui fait du bien
surtout, c’est de rire avec les autres»,
glisse Françoise, 71 ans, qui ne rate-
rait une séance pour rien au monde.
Les rieurs ne viennent pas ici seu-
lement pour se marrer. Le groupe et
la convivialité sont au cœur de cette
discipline. C’est ce qui a motivé
Jany, 89 ans. «Je vis seule, alors
j’avais envie de voir du monde. C’est
ma belle-fille qui m’a conseillé d’y
participer. Et elle a eu raison. Voir
tous ces beaux visages, ça me fait du
bien», confie-t-elle. C’est sûr : elle
reviendra. ■ A.-L. L.
IL EST 19 heures, Zoom est lancé.
Des têtes s’affichent sur l’écran :
une cinquantaine de personnes ori-
ginaires de France, de Belgique,
mais aussi du Canada, d’Algérie ou
encore d’Israël sont connectées. Re-
traités, mères de famille, couple de
quadras… Les participants ont des
profils variés, mais tous sont là pour
une seule chose : rire sans raison
pendant un quart d’heure, sans
s’arrêter! «On enfile son sourire et
ses vêtements de rire», lance Fabrice
Loizeau, fondateur de l’Institut
français du yoga du rire, qui répète :
«OH! AH! OH-OH! AH-AH !» Le
gimmick est lâché. «Les rieurs»,
comme ils se surnomment, le re-
prennent et s’animent.
Les mêmes bénéfices
qu’un fou rire sincère
Depuis les débuts du confinement,
l’institut organise des sessions vir-
tuelles de yoga du rire. «C’est très
différent des ateliers où nous sommes
présents physiquement. La séance est
plus courte et on ne peut pas s’ap-
puyer sur les jeux de regard par
exemple. Mais cela permet d’expéri-
menter les bienfaits du rire et de dé-
couvrir le yoga du rire», souligne ce-
lui qui pratique depuis plus de
vingt ans cette discipline imaginée
en 1995 par le médecin indien Ma-
dan Kataria.
Pour mettre les rieurs en condi-
tion, Lolita Aucourt, qui co-anime
la séance, les invite à échauffer
épaules et poignets tout en s’esclaf-
fant. «Et maintenant, on s’étire puis
on explose de rire.» Les visages sont
hilares, les bras gesticulent. Certains
sont réservés et n’osent pas encore
lâcher prise. Il faut dire que l’exerci-
présentaient moins de troubles du
rythme cardiaque et une tension
artérielle moins élevée que les pa-
tients n’ayant pas profité de ce
moment. Mieux encore, chez les
patients adeptes de l’hilarité, la
dose de bêtabloquants avait pu
être réduite sans augmenter le ris-
que de récidive d’infarctus.
Rire a également un impact sur
la glycémie et sur la dépense éner-
gétique: regarder un film humo-
estimé que rire au moins 15 minu-
tes par jour et pratiquer une activi-
té physique 3 fois par semaine
«devait probablement être une
bonne combinaison pour le système
vasculaire».
Et il ne faut surtout pas arrêter
de rire après un infarctus. Un mé-
decin américain a en effet observé
que des patients ayant visionné
une vidéo humoristique d’une
trentaine de minutes tous les jours
ANNE-LAURE LEBRUN
£@LebrunAnneLaure
BONHEUR Rire pour s’apaiser,
oublier et soigner. La romancière
québécoise Eve Belisle le disait:
«Le rire est l’antidote de la morosité
et de l’ennui: il dissipe les idées
morbides et se fait souvent le garant
d’une bonne santé mentale. Les
gens qui rient sont des gens heu-
reux: ils n’ont pas d’histoires.» Si
aucune étude ne permet de mon-
trer que les personnes ayant le rire
facile se portent mieux que les
grands pessimistes et mélancoli-
ques, la littérature scientifique
- riche de près de 800 publica-
tions - démontre que rire à gorge
déployée a des effets préventifs et
thérapeutiques bien réels.
Le cœur et les artères en profi-
tent grandement. Comme lors
d’un footing, un bon fou rire accé-
lère la fréquence cardiaque et pro-
voque la dilatation des vaisseaux
sanguins, ce qui facilite la circula-
tion et abaisse la tension artérielle.
Autant de phénomènes qui per-
mettent de protéger son cœur. Au
regard de ces observations, des
médecins de l’université du Ma-
ryland (États-Unis) ont d’ailleurs
Le rire nous permet,
entre autres,
de chasser le stress
et l’anxiété en limitant
la sécrétion de cortisol.
STOCKYIMAGES/
STOCK.ADOBE.COM
Les pouvoirs
bienfaisants
du rire
S’esclaffer en ligne
pour garder le moral
«Médicament»
(presque) sans
effet secondaire,
il agit sur notre
bien-être tant
physique que
psychique.
ristique permet de réduire le taux
de sucre dans le sang, et une jour-
née rythmée par les fous rires
pourrait, théoriquement, permet-
tre de brûler 2000 kcal!
Pour les personnes atteintes de
maladies respiratoires, comme la
bronchopneumopathie chronique
obstructive (BPCO), le rire pour-
rait être un allié. Chez ces patients,
les poumons sont anormalement
dilatés (emphysème pulmonaire),
ce qui détruit un grand nombre
d’alvéoles. En conséquence, les
poumons expulsent moins d’air, et
à chaque nouvelle inspiration,
moins d’air frais leur parvient. Un
cercle vicieux que le rire pourrait
interrompre. Une petite étude
suggère, en effet, que la respira-
tion saccadée et les contractions
du diaphragme induites par le rire
permettent aux patients d’expirer
davantage d’air.
Clowns thérapeutiques
Le rire nous permet aussi de chas-
ser le stress et l’anxiété en limitant
la sécrétion de cortisol, et prévient
leurs nombreux méfaits. Il nous
permet aussi d’atténuer la douleur
physique et morale. Des effets
puissants exploités depuis plu-
sieurs décennies par les clowns
thérapeutiques dans les services de
pédiatrie. «Grâce à leurs tours de
magie, leurs chansons et leurs his-
toires drôles, ils atténuent le stress
des enfants avant l’entrée en bloc
opératoire, mais aussi aux urgences
ou dans les services de réanimation.
Des interventions qui nous permet-
tent d’utiliser moins de sédatifs et
d’antidouleurs, et de ce fait, on pré-
vient des effets indésirables», dé-
crit le Dr Guillaume Mortamet, du
service de réanimation et de sur-
veillance continue pédiatrique au
CHU Grenoble-Alpes. Une étude
britannique a en effet montré que
le passage des clowns permettait
aux enfants de mieux tolérer la
douleur, notamment celle induite
par les soins, et ainsi de réduire
d’un tiers la prescription d’anti-
douleurs aux enfants malades.
Des bénéfices dont peuvent aus-
si profiter leurs aînés. De plus en
plus de maisons de retraite et de
services de gériatrie ouvrent leurs
portes à ces clowns professionnels.
Ils ne sont alors pas là simplement
pour amuser les résidents. Ils usent
de l’humour pour créer une rela-
tion et augmenter leurs interac-
tions sociales. Une présence qui
apaise les douleurs chroniques
mais aussi le sentiment de solitu-
de, à en croire une étude menée
auprès de résidants âgés de 65 à
95 ans. Chez les patients souffrant
de démence, ces êtres empathi-
ques et doux permettent égale-
ment de calmer leur agitation,
mais aussi de diminuer les syndro-
mes dépressifs et d’améliorer leur
sommeil. ■
12 DOSSIER SANTÉ
Le rire et
ses effets
Principaux mécanismes
à l'œuvre dans l'organisme
lors d'un éclat de rire
Aprèsleri
rythme ca
stabilisee
artérielle
Soitlecon
effetsdus
Onexpire de façon
saccadéeetprolongée.
Les cordesvocales
sonttraverséesde
spasmes, quicoupent
laparole.
L'œils'humidifie
sousl'effetdes
glandeslacrymales...
Unrireprolongépeut
mêmedéclencher
l'affluxdelarmes.
Aprèsl'inspiration,
lediaphragme se
resserre etretient
l'airquis'accumule
dansles poumons.
Lespoumons
se vident de leurair.
Cequipermetl'absorption
d'air ventiléet
l’oxygénationdu sang.
Lesmuscles
duvisage
secontractent
pour former
une grimace.
Lecerveaudéclenchela
productiond'endorphine.
Cettesubstancepeut
déclencher lebesoin
de rireencoreplus,
d'oùparfoisles fous-rires...
LE FIGARO lundi 14 décembre 2020
13SANTÉ
SANTÉ PUBLIQUE Pour la deu-
xième année consécutive, un con-
sortium d’associations d’entraide
alcool, les professionnels de la prise
en charge des addictions et de la
cancérologie, les sociétés savantes,
les associations qui interviennent
dans le champ des solidarités et
dans la promotion de la santé se
mobilisent et proposent de relever
le Défi de janvier, qui consiste à fai-
re une pause dans sa consommation
d’alcool, à l’instar de l’opération de
mobilisation sociale britannique
connue sous le nom de Dry January.
Nous sommes tous conscients
que cette opération va se dérouler
dans un contexte particulier, mar-
qué par la pandémie, qui, pour tous,
a signifié des restrictions importan-
tes dans nos façons de vivre, dans
nos relations avec nos proches.
Mais à l’heure où l’espoir se fait
jour, il est temps pour chacun d’af-
firmer à nouveau sa volonté de re-
prendre la maîtrise de sa santé.
Après le respect nécessaire de règles
imposées, acceptées mais aussi su-
bies, pour la santé commune, le Défi
de janvier est l’occasion de repren-
dre les actions de prévention à long
terme.
La consommation d’alcool est la
première cause d’hospitalisation en
France, et l’évaluation du Dry Ja-
nuary au Royaume-Uni a montré
chez les participants une diminu-
tion après six mois du nombre de
verres consommés par occasion et
du nombre d’ivresses ainsi qu’un
plus grand sentiment d’efficacité
personnelle à refuser de consom-
mer dans un environnement social
lorsque les autres consomment. La
pandémie, dont nous viendrons
collectivement à bout dans les mois
qui viennent, ne doit pas nous faire
oublier que les principales causes de
maladies et de mortalité viennent
de nos propres comportements, au
premier rang desquels notre
consommation d’alcool. Si, pen-
dant le premier confinement, 24%
des Français avaient diminué leur
consommation, 51% avaient aug-
menté leur fréquence de con-
sommation, 10% augmenté le
nombre de verres bus par occasion
et 23% les deux.
Faire une pause
après les fêtes
C’est pourquoi ce challenge s’adres-
se à tous, mais d’abord à tous ceux
qui consomment régulièrement des
boissons alcoolisées (vin, bières,
apéritifs…), sans ressentir les effets
de l’ivresse ou des signes de mala-
die, et qui pensent (ou espèrent…)
qu’ils n’ont pas ou ne peuvent pas
avoir de problème avec l’alcool. La
dernière enquête de Santé publique
France montrait que 25% des Fran-
çais ne respectaient pas les nou-
veaux repères de consommation.
C’est avant tout à ces buveurs,
d’habitude, que relever ce défi per-
mettra de faire le point, de mesurer
leur consommation et de réduire à
terme les dommages auxquels ils
s’exposent.
Les études scientifiques les plus
récentes nous l’indiquent, il n’y a
jamais de consommation sans ris-
que, et, au-delà de 10 verres par se-
maine (soit deux verres par jour et
pas tous les jours), les risques pour
la santé s’accroissent considérable-
ment : même à ces niveaux de
consommation, l’alcool favorise les
maladies hépatiques, cardio-vas-
culaires, et de nombreux cancers
dont celui du sein pour les femmes.
Par exemple, chez la femme, dès le
premier verre quotidien*, le risque
de cancer du sein augmente de 13%
et, dès le deuxième, de 27%; le ris-
que de mortalité lié à la cirrhose
augmente de 139% dès le premier
verre et de 242% dès le deuxième;
et chez les hommes et les femmes,
dès le premier verre, le risque de
cancer de la cavité buccale et du
pharynx augmente de 42% et dès le
deuxième de 96%.
Le Défi de janvier consiste sim-
plement à faire une pause après cet-
te période de fêtes qui, malgré l’épi-
démie, sera celle des retrouvailles,
des célébrations amicales et fami-
liales, mais aussi, pour nombre
d’entre nous, celle de consomma-
tions d’alcool parfois importantes.
Alcool: relever le Défi de janvier
et reprendre le cours de nos vies
SANTÉ
QUAND
LE RIRE N’EST
PLUS DRÔLE
Parfois, le rire se fait
symptôme ou pathologie.
Le fou rire prodromique,
caractérisé par des crises
de rires involontaires et
inextinguibles comme
celles qui secouent le Joker,
ennemi juré de Batman,
est induit par des lésions
cérébrales et peut être l’un
des premiers signes d’un
accident vasculaire cérébral.
Dans la maladie de Charcot,
pleurs et crises de rires
irrésistibles sont observés.
De petites doses
d’antidépresseurs sont
généralement efficaces.
L’épilepsie peut provoquer
des accès de rire, en
particulier chez les enfants.
Appelées crises gélastiques,
ces décharges électriques
qui déclenchent l’hilarité
sont liées à la présence de
petites masses bénignes
dans l’hypothalamus.
L’ablation par chirurgie
est possible.
Quand le rire n’est pas la
conséquence d’une lésion ou
d’une maladie, il peut aussi
aggraver des pathologies.
Une blague désopilante
peut entraîner chez les
narcoleptiques une perte
brutale de tonus musculaire.
Durant ces attaques
de cataplexie de quelques
minutes, les patients sont
conscients mais leur corps
ne répond plus. Il est aussi
établi qu’un fou rire peut
déclencher une crise
d’asthme quand la maladie
est mal contrôlée. Ce serait
même une cause aussi
fréquente que les pollens
ou les graminées.
Des syncopes (pertes de
conscience liées à une
diminution de l’irrigation
du cerveau) probablement
liées à l’hyperventilation
causée par le rire ont été
décrites chez des malades
cardiovasculaires.
Plus intrigant encore, le rire
peut se répandre comme un
virus. En 1962, une étrange
épidémie de rire a surgi au
nord de la Tanzanie. Selon
des médecins britanniques
présents sur place, elle
aurait démarré dans un
pensionnat de jeunes filles,
prises de crises d’hilarité
et de spasmes entrecoupés
de moments de répit. En
deux mois, 95 des 159 élèves
ont été touchées, certaines
pendant seize jours!
Les jeunes filles ont été
renvoyées dans leur village,
ce qui a propagé l’épidémie.
En six mois, plus de
400 enfants et adultes ont
été contaminés. Une
batterie de tests (ponction
lombaire, analyse de sang…)
n’a pas permis d’identifier
d’agents pathogènes,
de substances toxiques
ou de lésions. Les médecins
ont conclu à une «hystérie
collective avec une forte
composante culturelle».
En 2020, le premier Défi de jan-
vier a montré à tous les partici-
pants les bénéfices individuels de la
maîtrise de sa consommation d’al-
cool, mais elle a aussi révélé le
changement croissant du rapport à
l’alcool dans la population françai-
se. Pour nombre d’entre nous, il
n’est plus le support obligatoire de
la convivialité, et les risques liés à
sa consommation sont de mieux en
mieux connus. Loin de toute logi-
que d’interdiction imposée et de
tout moralisme, le Défi de janvier
est une opportunité collective qui
permet à chacun de s’affirmer li-
brement, à sa mesure, face à l’un
des risques les plus importants
pour la santé. Les promoteurs de
cette opération s’attacheront à en
faire un moment de joie et d’hu-
mour, notamment sur les réseaux
sociaux.
Après les mois difficiles que nous
avons vécus, sous la contrainte et
parfois la peur, il est temps de re-
prendre le cours de nos vies, la maî-
trise de notre santé. Et donc de re-
lever le joyeux et positif Défi de
janvier. ■
* Les chiffres présentés ici indiquent
une variation du pourcentage
de risque à long terme en nombre
moyen de verres standards par jour
chez les moins de 70 ans.
Infographie
Aprèslerire,tous
lesmusclesducorps
serelâchent,c'est
lesigned'une
véritabledétente.
ire, le
ardiaquese
et lapression
diminue.
ntrairedes
stress...
PROFESSEUR
AMINE
BENYAMINA
● Psychiatre-
addictologue (hôpital
Paul-Brousse,
université Paris-Sud).
Président de la
Fédération française
d’addictologie.
DOCTEUR
BERNARD
BASSET
● Président
de l’Association
nationale
en alcoologie et
addictologie (Anpaa).
PROFESSEUR
MICKAËL
NAASSILA
● Université Picardie
Jules-Verne.
Directeur du groupe
de recherche Inserm
sur l’alcool
et les pharmaco-
dépendances.
D’où la proposition de relever ce
défi, chacun à sa manière, et ainsi
d’évaluer son rapport à l’alcool et
ses capacités à s’en distancier.
En janvier 2020, malgré le retrait
de dernière minute du soutien de
l’État sous la pression du lobby al-
coolier, cette opération sociale avait
été un véritable succès de notoriété,
mais aussi de mobilisation, puisque
10% des Français s’étaient engagés
à y participer. Ils ont pu éprouver
les bénéfices immédiats, bien
connus des Britanniques, de la pau-
se de consommation d’alcool : sen-
sation de confort et de bien-être,
meilleur sommeil, meilleure con-
centration et, pour beaucoup, une
perte de poids, sans parler de l’éco-
nomie pour notre porte-monnaie.
À nouveau en 2021, l’État, malheu-
reusement, se tient à distance de
cette mobilisation face à un risque
qui lui coûte pourtant si cher
(120 milliards annuels de coût so-
cial, selon l’OFDT).
Pour nombre d’entre nous, l’alcool n’est plus le support obligatoire
de la convivialité. Et les risques encourus sont de mieux en mieux connus.
MA/STOCK.ADOBE.COM

Contenu connexe

Similaire à Rire-Bienfaits

Auto-massage cardiaque
Auto-massage cardiaqueAuto-massage cardiaque
Auto-massage cardiaque
Ezéchiel Recorbet
 
Crise cardiaque
Crise cardiaqueCrise cardiaque
Crise cardiaquefemininmag
 
Crise Cardiaque
Crise CardiaqueCrise Cardiaque
Crise Cardiaque
monika39
 
[GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé
[GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé [GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé
[GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé
AG2R LA MONDIALE
 
gestion du stress Septembre 2014
gestion du stress Septembre 2014gestion du stress Septembre 2014
gestion du stress Septembre 2014
christinelong
 
Septembre 2014
Septembre 2014Septembre 2014
Septembre 2014
christinelong
 
crise cardiaque
crise cardiaquecrise cardiaque
crise cardiaque
Pascal Duburque
 
1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-
Khalilou Konté
 
1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-Nemodu88
 
Protocoles Autres Dimensions
Protocoles Autres DimensionsProtocoles Autres Dimensions
Protocoles Autres Dimensions
Andre Meira
 
Santé infarctus
Santé infarctusSanté infarctus
Santé infarctuscharbu2
 
Dfaillance Cardiaque
Dfaillance CardiaqueDfaillance Cardiaque
Dfaillance CardiaqueHerveK
 
Bio Info Novembre 2014
Bio Info Novembre 2014Bio Info Novembre 2014
Bio Info Novembre 2014
Bioinfos
 
Utilisation des suggestions de détente pour la relaxation
Utilisation des suggestions de détente pour la relaxationUtilisation des suggestions de détente pour la relaxation
Utilisation des suggestions de détente pour la relaxation
Rémi Côté
 
Coeurpab
CoeurpabCoeurpab
Coeurpab
Pascal Huyghe
 
Troubles du sommeil md 12 05 15
Troubles du sommeil md 12 05 15 Troubles du sommeil md 12 05 15
Troubles du sommeil md 12 05 15 raymondteyrouz
 

Similaire à Rire-Bienfaits (20)

Auto-massage cardiaque
Auto-massage cardiaqueAuto-massage cardiaque
Auto-massage cardiaque
 
Crise cardiaque
Crise cardiaqueCrise cardiaque
Crise cardiaque
 
Crise Cardiaque
Crise CardiaqueCrise Cardiaque
Crise Cardiaque
 
1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-
 
[GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé
[GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé [GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé
[GUIDE] Vigilance sommeil - Guide prévention et santé
 
gestion du stress Septembre 2014
gestion du stress Septembre 2014gestion du stress Septembre 2014
gestion du stress Septembre 2014
 
Septembre 2014
Septembre 2014Septembre 2014
Septembre 2014
 
crise cardiaque
crise cardiaquecrise cardiaque
crise cardiaque
 
1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-
 
1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-
 
1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-
 
1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-1 crise cardiaque-
1 crise cardiaque-
 
Crise cardiaque
Crise cardiaqueCrise cardiaque
Crise cardiaque
 
Protocoles Autres Dimensions
Protocoles Autres DimensionsProtocoles Autres Dimensions
Protocoles Autres Dimensions
 
Santé infarctus
Santé infarctusSanté infarctus
Santé infarctus
 
Dfaillance Cardiaque
Dfaillance CardiaqueDfaillance Cardiaque
Dfaillance Cardiaque
 
Bio Info Novembre 2014
Bio Info Novembre 2014Bio Info Novembre 2014
Bio Info Novembre 2014
 
Utilisation des suggestions de détente pour la relaxation
Utilisation des suggestions de détente pour la relaxationUtilisation des suggestions de détente pour la relaxation
Utilisation des suggestions de détente pour la relaxation
 
Coeurpab
CoeurpabCoeurpab
Coeurpab
 
Troubles du sommeil md 12 05 15
Troubles du sommeil md 12 05 15 Troubles du sommeil md 12 05 15
Troubles du sommeil md 12 05 15
 

Plus de Miloé Santé

Reves-Existence
Reves-ExistenceReves-Existence
Reves-Existence
Miloé Santé
 
Cerveau & Incertitudes
Cerveau & IncertitudesCerveau & Incertitudes
Cerveau & Incertitudes
Miloé Santé
 
Entretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumonsEntretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumons
Miloé Santé
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Miloé Santé
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Miloé Santé
 
Montagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnaliteMontagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnalite
Miloé Santé
 
Complements alimentaires
Complements alimentairesComplements alimentaires
Complements alimentaires
Miloé Santé
 
Cuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robotCuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robot
Miloé Santé
 
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelleCancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
Miloé Santé
 
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelleCancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
Miloé Santé
 
Glaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivantsGlaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivants
Miloé Santé
 
JOP Paris 2024
 JOP Paris 2024 JOP Paris 2024
JOP Paris 2024
Miloé Santé
 
Seconde main
Seconde mainSeconde main
Seconde main
Miloé Santé
 
Moral des Francais
Moral des FrancaisMoral des Francais
Moral des Francais
Miloé Santé
 
Theorie des Ensembles
Theorie des EnsemblesTheorie des Ensembles
Theorie des Ensembles
Miloé Santé
 
Clone autonome
Clone autonomeClone autonome
Clone autonome
Miloé Santé
 
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontroleePlastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Miloé Santé
 
The - Allie Sante
The - Allie SanteThe - Allie Sante
The - Allie Sante
Miloé Santé
 
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop saleeFruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Miloé Santé
 
Dark Kitchen - Foodtech
Dark Kitchen - FoodtechDark Kitchen - Foodtech
Dark Kitchen - Foodtech
Miloé Santé
 

Plus de Miloé Santé (20)

Reves-Existence
Reves-ExistenceReves-Existence
Reves-Existence
 
Cerveau & Incertitudes
Cerveau & IncertitudesCerveau & Incertitudes
Cerveau & Incertitudes
 
Entretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumonsEntretenir Muscles et poumons
Entretenir Muscles et poumons
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
 
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la ReparationSante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
Sante au Travail - Maladies professionnelles - De la Prevention a la Reparation
 
Montagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnaliteMontagne-nature & personnalite
Montagne-nature & personnalite
 
Complements alimentaires
Complements alimentairesComplements alimentaires
Complements alimentaires
 
Cuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robotCuisine-moi comme un robot
Cuisine-moi comme un robot
 
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelleCancer-salaries-reintegration professionnelle
Cancer-salaries-reintegration professionnelle
 
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelleCancer-salaries-reintegration professoinnelle
Cancer-salaries-reintegration professoinnelle
 
Glaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivantsGlaciers - Etre vivants
Glaciers - Etre vivants
 
JOP Paris 2024
 JOP Paris 2024 JOP Paris 2024
JOP Paris 2024
 
Seconde main
Seconde mainSeconde main
Seconde main
 
Moral des Francais
Moral des FrancaisMoral des Francais
Moral des Francais
 
Theorie des Ensembles
Theorie des EnsemblesTheorie des Ensembles
Theorie des Ensembles
 
Clone autonome
Clone autonomeClone autonome
Clone autonome
 
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontroleePlastique - Dangers d'une pollution incontrolee
Plastique - Dangers d'une pollution incontrolee
 
The - Allie Sante
The - Allie SanteThe - Allie Sante
The - Allie Sante
 
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop saleeFruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
Fruits et Legumes BIO - Une note encore trop salee
 
Dark Kitchen - Foodtech
Dark Kitchen - FoodtechDark Kitchen - Foodtech
Dark Kitchen - Foodtech
 

Rire-Bienfaits

  • 1. lundi 14 décembre 2020 LE FIGARO A 12 SANTÉ ce est bien plus compliqué qu’il n’y paraît. «Au début, il faut se forcer à rire. À certains moments, on rit vrai- ment, puis ça retombe, puis on se re- met à rire», décrit Thierry, qui se connecte pour la troisième fois. Cet exercice exige de court-cir- cuiter le programme automatique du rire, ce qui est loin d’être aisé. Les rires du début sonnent faux, mais rapidement ils se transforment. Et si notre cerveau sait distinguer un rire simulé d’un rire authentique, notre corps lui, en est incapable. Résultat : cette tranche de rigolade sur com- mande procure les mêmes bénéfices qu’un fou rire sincère, comme en témoigne Sylvie, 48 ans, professeur de yoga du rire sur l’île de Ré. «Je souffre d’une maladie articulaire in- validante. Mais le yoga du rire m’of- fre une petite fenêtre de bien-être. Après une séance, mes douleurs s’es- tompent pendant quelques heures.» Des sessions d’hilarité qui font aussi du bien à l’esprit. Rompus à l’exerciceoudébutant,tousassurent sesentirsurunpetitnuageaprèsune séance. «Je me sens apaisée. Cela m’a appris à prendre du recul, à être plus optimiste. Et ce qui fait du bien surtout, c’est de rire avec les autres», glisse Françoise, 71 ans, qui ne rate- rait une séance pour rien au monde. Les rieurs ne viennent pas ici seu- lement pour se marrer. Le groupe et la convivialité sont au cœur de cette discipline. C’est ce qui a motivé Jany, 89 ans. «Je vis seule, alors j’avais envie de voir du monde. C’est ma belle-fille qui m’a conseillé d’y participer. Et elle a eu raison. Voir tous ces beaux visages, ça me fait du bien», confie-t-elle. C’est sûr : elle reviendra. ■ A.-L. L. IL EST 19 heures, Zoom est lancé. Des têtes s’affichent sur l’écran : une cinquantaine de personnes ori- ginaires de France, de Belgique, mais aussi du Canada, d’Algérie ou encore d’Israël sont connectées. Re- traités, mères de famille, couple de quadras… Les participants ont des profils variés, mais tous sont là pour une seule chose : rire sans raison pendant un quart d’heure, sans s’arrêter! «On enfile son sourire et ses vêtements de rire», lance Fabrice Loizeau, fondateur de l’Institut français du yoga du rire, qui répète : «OH! AH! OH-OH! AH-AH !» Le gimmick est lâché. «Les rieurs», comme ils se surnomment, le re- prennent et s’animent. Les mêmes bénéfices qu’un fou rire sincère Depuis les débuts du confinement, l’institut organise des sessions vir- tuelles de yoga du rire. «C’est très différent des ateliers où nous sommes présents physiquement. La séance est plus courte et on ne peut pas s’ap- puyer sur les jeux de regard par exemple. Mais cela permet d’expéri- menter les bienfaits du rire et de dé- couvrir le yoga du rire», souligne ce- lui qui pratique depuis plus de vingt ans cette discipline imaginée en 1995 par le médecin indien Ma- dan Kataria. Pour mettre les rieurs en condi- tion, Lolita Aucourt, qui co-anime la séance, les invite à échauffer épaules et poignets tout en s’esclaf- fant. «Et maintenant, on s’étire puis on explose de rire.» Les visages sont hilares, les bras gesticulent. Certains sont réservés et n’osent pas encore lâcher prise. Il faut dire que l’exerci- présentaient moins de troubles du rythme cardiaque et une tension artérielle moins élevée que les pa- tients n’ayant pas profité de ce moment. Mieux encore, chez les patients adeptes de l’hilarité, la dose de bêtabloquants avait pu être réduite sans augmenter le ris- que de récidive d’infarctus. Rire a également un impact sur la glycémie et sur la dépense éner- gétique: regarder un film humo- estimé que rire au moins 15 minu- tes par jour et pratiquer une activi- té physique 3 fois par semaine «devait probablement être une bonne combinaison pour le système vasculaire». Et il ne faut surtout pas arrêter de rire après un infarctus. Un mé- decin américain a en effet observé que des patients ayant visionné une vidéo humoristique d’une trentaine de minutes tous les jours ANNE-LAURE LEBRUN £@LebrunAnneLaure BONHEUR Rire pour s’apaiser, oublier et soigner. La romancière québécoise Eve Belisle le disait: «Le rire est l’antidote de la morosité et de l’ennui: il dissipe les idées morbides et se fait souvent le garant d’une bonne santé mentale. Les gens qui rient sont des gens heu- reux: ils n’ont pas d’histoires.» Si aucune étude ne permet de mon- trer que les personnes ayant le rire facile se portent mieux que les grands pessimistes et mélancoli- ques, la littérature scientifique - riche de près de 800 publica- tions - démontre que rire à gorge déployée a des effets préventifs et thérapeutiques bien réels. Le cœur et les artères en profi- tent grandement. Comme lors d’un footing, un bon fou rire accé- lère la fréquence cardiaque et pro- voque la dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui facilite la circula- tion et abaisse la tension artérielle. Autant de phénomènes qui per- mettent de protéger son cœur. Au regard de ces observations, des médecins de l’université du Ma- ryland (États-Unis) ont d’ailleurs Le rire nous permet, entre autres, de chasser le stress et l’anxiété en limitant la sécrétion de cortisol. STOCKYIMAGES/ STOCK.ADOBE.COM Les pouvoirs bienfaisants du rire S’esclaffer en ligne pour garder le moral «Médicament» (presque) sans effet secondaire, il agit sur notre bien-être tant physique que psychique. ristique permet de réduire le taux de sucre dans le sang, et une jour- née rythmée par les fous rires pourrait, théoriquement, permet- tre de brûler 2000 kcal! Pour les personnes atteintes de maladies respiratoires, comme la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), le rire pour- rait être un allié. Chez ces patients, les poumons sont anormalement dilatés (emphysème pulmonaire), ce qui détruit un grand nombre d’alvéoles. En conséquence, les poumons expulsent moins d’air, et à chaque nouvelle inspiration, moins d’air frais leur parvient. Un cercle vicieux que le rire pourrait interrompre. Une petite étude suggère, en effet, que la respira- tion saccadée et les contractions du diaphragme induites par le rire permettent aux patients d’expirer davantage d’air. Clowns thérapeutiques Le rire nous permet aussi de chas- ser le stress et l’anxiété en limitant la sécrétion de cortisol, et prévient leurs nombreux méfaits. Il nous permet aussi d’atténuer la douleur physique et morale. Des effets puissants exploités depuis plu- sieurs décennies par les clowns thérapeutiques dans les services de pédiatrie. «Grâce à leurs tours de magie, leurs chansons et leurs his- toires drôles, ils atténuent le stress des enfants avant l’entrée en bloc opératoire, mais aussi aux urgences ou dans les services de réanimation. Des interventions qui nous permet- tent d’utiliser moins de sédatifs et d’antidouleurs, et de ce fait, on pré- vient des effets indésirables», dé- crit le Dr Guillaume Mortamet, du service de réanimation et de sur- veillance continue pédiatrique au CHU Grenoble-Alpes. Une étude britannique a en effet montré que le passage des clowns permettait aux enfants de mieux tolérer la douleur, notamment celle induite par les soins, et ainsi de réduire d’un tiers la prescription d’anti- douleurs aux enfants malades. Des bénéfices dont peuvent aus- si profiter leurs aînés. De plus en plus de maisons de retraite et de services de gériatrie ouvrent leurs portes à ces clowns professionnels. Ils ne sont alors pas là simplement pour amuser les résidents. Ils usent de l’humour pour créer une rela- tion et augmenter leurs interac- tions sociales. Une présence qui apaise les douleurs chroniques mais aussi le sentiment de solitu- de, à en croire une étude menée auprès de résidants âgés de 65 à 95 ans. Chez les patients souffrant de démence, ces êtres empathi- ques et doux permettent égale- ment de calmer leur agitation, mais aussi de diminuer les syndro- mes dépressifs et d’améliorer leur sommeil. ■ 12 DOSSIER SANTÉ Le rire et ses effets Principaux mécanismes à l'œuvre dans l'organisme lors d'un éclat de rire Aprèsleri rythme ca stabilisee artérielle Soitlecon effetsdus Onexpire de façon saccadéeetprolongée. Les cordesvocales sonttraverséesde spasmes, quicoupent laparole. L'œils'humidifie sousl'effetdes glandeslacrymales... Unrireprolongépeut mêmedéclencher l'affluxdelarmes. Aprèsl'inspiration, lediaphragme se resserre etretient l'airquis'accumule dansles poumons. Lespoumons se vident de leurair. Cequipermetl'absorption d'air ventiléet l’oxygénationdu sang. Lesmuscles duvisage secontractent pour former une grimace. Lecerveaudéclenchela productiond'endorphine. Cettesubstancepeut déclencher lebesoin de rireencoreplus, d'oùparfoisles fous-rires...
  • 2. LE FIGARO lundi 14 décembre 2020 13SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Pour la deu- xième année consécutive, un con- sortium d’associations d’entraide alcool, les professionnels de la prise en charge des addictions et de la cancérologie, les sociétés savantes, les associations qui interviennent dans le champ des solidarités et dans la promotion de la santé se mobilisent et proposent de relever le Défi de janvier, qui consiste à fai- re une pause dans sa consommation d’alcool, à l’instar de l’opération de mobilisation sociale britannique connue sous le nom de Dry January. Nous sommes tous conscients que cette opération va se dérouler dans un contexte particulier, mar- qué par la pandémie, qui, pour tous, a signifié des restrictions importan- tes dans nos façons de vivre, dans nos relations avec nos proches. Mais à l’heure où l’espoir se fait jour, il est temps pour chacun d’af- firmer à nouveau sa volonté de re- prendre la maîtrise de sa santé. Après le respect nécessaire de règles imposées, acceptées mais aussi su- bies, pour la santé commune, le Défi de janvier est l’occasion de repren- dre les actions de prévention à long terme. La consommation d’alcool est la première cause d’hospitalisation en France, et l’évaluation du Dry Ja- nuary au Royaume-Uni a montré chez les participants une diminu- tion après six mois du nombre de verres consommés par occasion et du nombre d’ivresses ainsi qu’un plus grand sentiment d’efficacité personnelle à refuser de consom- mer dans un environnement social lorsque les autres consomment. La pandémie, dont nous viendrons collectivement à bout dans les mois qui viennent, ne doit pas nous faire oublier que les principales causes de maladies et de mortalité viennent de nos propres comportements, au premier rang desquels notre consommation d’alcool. Si, pen- dant le premier confinement, 24% des Français avaient diminué leur consommation, 51% avaient aug- menté leur fréquence de con- sommation, 10% augmenté le nombre de verres bus par occasion et 23% les deux. Faire une pause après les fêtes C’est pourquoi ce challenge s’adres- se à tous, mais d’abord à tous ceux qui consomment régulièrement des boissons alcoolisées (vin, bières, apéritifs…), sans ressentir les effets de l’ivresse ou des signes de mala- die, et qui pensent (ou espèrent…) qu’ils n’ont pas ou ne peuvent pas avoir de problème avec l’alcool. La dernière enquête de Santé publique France montrait que 25% des Fran- çais ne respectaient pas les nou- veaux repères de consommation. C’est avant tout à ces buveurs, d’habitude, que relever ce défi per- mettra de faire le point, de mesurer leur consommation et de réduire à terme les dommages auxquels ils s’exposent. Les études scientifiques les plus récentes nous l’indiquent, il n’y a jamais de consommation sans ris- que, et, au-delà de 10 verres par se- maine (soit deux verres par jour et pas tous les jours), les risques pour la santé s’accroissent considérable- ment : même à ces niveaux de consommation, l’alcool favorise les maladies hépatiques, cardio-vas- culaires, et de nombreux cancers dont celui du sein pour les femmes. Par exemple, chez la femme, dès le premier verre quotidien*, le risque de cancer du sein augmente de 13% et, dès le deuxième, de 27%; le ris- que de mortalité lié à la cirrhose augmente de 139% dès le premier verre et de 242% dès le deuxième; et chez les hommes et les femmes, dès le premier verre, le risque de cancer de la cavité buccale et du pharynx augmente de 42% et dès le deuxième de 96%. Le Défi de janvier consiste sim- plement à faire une pause après cet- te période de fêtes qui, malgré l’épi- démie, sera celle des retrouvailles, des célébrations amicales et fami- liales, mais aussi, pour nombre d’entre nous, celle de consomma- tions d’alcool parfois importantes. Alcool: relever le Défi de janvier et reprendre le cours de nos vies SANTÉ QUAND LE RIRE N’EST PLUS DRÔLE Parfois, le rire se fait symptôme ou pathologie. Le fou rire prodromique, caractérisé par des crises de rires involontaires et inextinguibles comme celles qui secouent le Joker, ennemi juré de Batman, est induit par des lésions cérébrales et peut être l’un des premiers signes d’un accident vasculaire cérébral. Dans la maladie de Charcot, pleurs et crises de rires irrésistibles sont observés. De petites doses d’antidépresseurs sont généralement efficaces. L’épilepsie peut provoquer des accès de rire, en particulier chez les enfants. Appelées crises gélastiques, ces décharges électriques qui déclenchent l’hilarité sont liées à la présence de petites masses bénignes dans l’hypothalamus. L’ablation par chirurgie est possible. Quand le rire n’est pas la conséquence d’une lésion ou d’une maladie, il peut aussi aggraver des pathologies. Une blague désopilante peut entraîner chez les narcoleptiques une perte brutale de tonus musculaire. Durant ces attaques de cataplexie de quelques minutes, les patients sont conscients mais leur corps ne répond plus. Il est aussi établi qu’un fou rire peut déclencher une crise d’asthme quand la maladie est mal contrôlée. Ce serait même une cause aussi fréquente que les pollens ou les graminées. Des syncopes (pertes de conscience liées à une diminution de l’irrigation du cerveau) probablement liées à l’hyperventilation causée par le rire ont été décrites chez des malades cardiovasculaires. Plus intrigant encore, le rire peut se répandre comme un virus. En 1962, une étrange épidémie de rire a surgi au nord de la Tanzanie. Selon des médecins britanniques présents sur place, elle aurait démarré dans un pensionnat de jeunes filles, prises de crises d’hilarité et de spasmes entrecoupés de moments de répit. En deux mois, 95 des 159 élèves ont été touchées, certaines pendant seize jours! Les jeunes filles ont été renvoyées dans leur village, ce qui a propagé l’épidémie. En six mois, plus de 400 enfants et adultes ont été contaminés. Une batterie de tests (ponction lombaire, analyse de sang…) n’a pas permis d’identifier d’agents pathogènes, de substances toxiques ou de lésions. Les médecins ont conclu à une «hystérie collective avec une forte composante culturelle». En 2020, le premier Défi de jan- vier a montré à tous les partici- pants les bénéfices individuels de la maîtrise de sa consommation d’al- cool, mais elle a aussi révélé le changement croissant du rapport à l’alcool dans la population françai- se. Pour nombre d’entre nous, il n’est plus le support obligatoire de la convivialité, et les risques liés à sa consommation sont de mieux en mieux connus. Loin de toute logi- que d’interdiction imposée et de tout moralisme, le Défi de janvier est une opportunité collective qui permet à chacun de s’affirmer li- brement, à sa mesure, face à l’un des risques les plus importants pour la santé. Les promoteurs de cette opération s’attacheront à en faire un moment de joie et d’hu- mour, notamment sur les réseaux sociaux. Après les mois difficiles que nous avons vécus, sous la contrainte et parfois la peur, il est temps de re- prendre le cours de nos vies, la maî- trise de notre santé. Et donc de re- lever le joyeux et positif Défi de janvier. ■ * Les chiffres présentés ici indiquent une variation du pourcentage de risque à long terme en nombre moyen de verres standards par jour chez les moins de 70 ans. Infographie Aprèslerire,tous lesmusclesducorps serelâchent,c'est lesigned'une véritabledétente. ire, le ardiaquese et lapression diminue. ntrairedes stress... PROFESSEUR AMINE BENYAMINA ● Psychiatre- addictologue (hôpital Paul-Brousse, université Paris-Sud). Président de la Fédération française d’addictologie. DOCTEUR BERNARD BASSET ● Président de l’Association nationale en alcoologie et addictologie (Anpaa). PROFESSEUR MICKAËL NAASSILA ● Université Picardie Jules-Verne. Directeur du groupe de recherche Inserm sur l’alcool et les pharmaco- dépendances. D’où la proposition de relever ce défi, chacun à sa manière, et ainsi d’évaluer son rapport à l’alcool et ses capacités à s’en distancier. En janvier 2020, malgré le retrait de dernière minute du soutien de l’État sous la pression du lobby al- coolier, cette opération sociale avait été un véritable succès de notoriété, mais aussi de mobilisation, puisque 10% des Français s’étaient engagés à y participer. Ils ont pu éprouver les bénéfices immédiats, bien connus des Britanniques, de la pau- se de consommation d’alcool : sen- sation de confort et de bien-être, meilleur sommeil, meilleure con- centration et, pour beaucoup, une perte de poids, sans parler de l’éco- nomie pour notre porte-monnaie. À nouveau en 2021, l’État, malheu- reusement, se tient à distance de cette mobilisation face à un risque qui lui coûte pourtant si cher (120 milliards annuels de coût so- cial, selon l’OFDT). Pour nombre d’entre nous, l’alcool n’est plus le support obligatoire de la convivialité. Et les risques encourus sont de mieux en mieux connus. MA/STOCK.ADOBE.COM