SlideShare une entreprise Scribd logo
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
– DEBAT
D’ORIENTATIONS
BUDGETAIRES
2018
SEANCE PUBLIQUE
18 décembre 2017
TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION................................................................................................................................... 1
I - Le budget 2018 : Un contexte général en demi-teinte : lente reprise de la croissance et institution
d’un pacte financier par l’Etat ............................................................................................................... 3
1 - Le contexte économique national et les tendances locales............................................................... 4
A - Perspectives macroéconomiques................................................................................................. 4
1.1 La croissance en augmentation .......................................................................................... 4
1.2 À partir de 2017, reprise des exportations adossée à la reprise mondiale.......................... 5
1.3 Hausse attendue de l’inflation............................................................................................ 5
1.4 Une demande intérieure contenue...................................................................................... 5
1.5 La situation en Drôme........................................................................................................ 7
B - Perspectives du marché du travail.............................................................................................. 8
1.1 Le marché du travail français............................................................................................. 8
1.2 Le marché du travail en Drôme.......................................................................................... 9
1.3 Légère baisse du taux de chômage................................................................................... 10
2 - Les impacts des décisions législatives et réglementaires pour les collectivités .............................. 11
A - Conséquences loi NOTRe.......................................................................................................... 11
1.1 Une intervention économique limitée .............................................................................. 11
1.2 Transfert de la compétence déchets ................................................................................. 12
1.3 Transfert de compétences eau et assainissement.............................................................. 13
1.4 La compétence GEMAPI................................................................................................. 13
1.5 Finalisation du transfert de la compétence transport........................................................ 14
B - Conséquences de la nouvelle loi de programmation des Finances Publiques....................... 14
C - Projet de Loi de Finances pour 2018........................................................................................ 18
3 - Le contexte financier de la Drôme ................................................................................................. 20
A - Parangonnage par rapport aux autres collectivités................................................................ 20
1.1 L’autofinancement brut.................................................................................................... 20
1.2 Le taux d’épargne brut ..................................................................................................... 21
1.3 La capacité de désendettement......................................................................................... 21
B - Des ratios à nuancer dans le cadre de notre trajectoire financière ....................................... 23
II – Les orientations budgétaires 2018 : renforcer la solidarité et l’effort d’investissement ............. 24
1 – Recettes de fonctionnement et leurs perspectives d’évolution....................................................... 24
A - Les dotations et les compensations versées par l’Etat ............................................................ 24
1.1 Dotation Générale de Fonctionnement (DGF)................................................................. 25
1.2 Dotation de Compensation de la Réforme de la Taxe Professionnelle (DCRTP)............ 25
1.3 Les compensations fiscales .............................................................................................. 25
1.4 Concours de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie................................... 26
B - Les recettes de fiscalité directe.................................................................................................. 26
1.1 Taux départemental foncier bâti inchangé depuis 2012................................................... 26
1.2 Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) .............................................. 27
1.3 Les Impôts Forfaitaires des Entreprises de Réseaux (IFER)............................................ 28
1.4 Fonds National de Garantie Individuelle de Ressources (FNGIR) .................................. 28
1.5 Dispositif de Compensation Péréquée (DCP).................................................................. 28
C - La fiscalité indirecte : catégorie de ressources la plus dynamique du département............ 28
D - Les fonds de péréquation........................................................................................................... 30
1.1 Le fonds de péréquation des DMTO................................................................................ 31
1.2 Fonds de solidarité ........................................................................................................... 31
1.3 Fonds de péréquation de la CVAE................................................................................... 31
1.4 Synthèse des attributions et contributions au titre des fonds de péréquation................... 32
2 - Malgré l’effort continu de maîtrise des dépenses de fonctionnement, le Département poursuit sa
politique de soutien au développement local........................................................................................ 32
A - Solidarité : les compétences obligatoires en matière sociale .................................................. 32
1.1 Un financement insuffisant des Allocations Individuelles de Solidarité et une prise en
charge des Mineurs Non Accompagnés au cœur des problématiques des départements....... 32
1.2 Le Département de la Drôme confronté à la poursuite de la hausse des Allocations
Individuelles de Solidarité...................................................................................................... 33
a - Le secteur du Handicap.......................................................................................... 33
b - Le secteur des personnes âgées ............................................................................. 34
c - Le secteur de l’insertion : une stabilisation des allocations en 2017 ..................... 35
d - Le secteur de l’enfance : le poids croissant des MNA et de l’hébergement.......... 35
B - Le Département acteur du développement et de l’aménagement du territoire.................... 37
1.1 Volonté de valoriser l’attractivité économique des territoires ......................................... 37
1.2 Soutenir l’aménagement numérique du territoire............................................................. 38
1.3 Garantir la qualité environnementale du territoire ........................................................... 39
C - Un Département solidaire engagé pour l’amélioration du cadre de vie des Drômois ......... 39
1.1 L’éducation : une priorité du Département ...................................................................... 39
1.2 Le logement : un enjeu pour le Département ................................................................... 40
1.3 Des actions culturelles et touristiques variées : une volonté du Département ................. 41
D - Objectif de gestion des ressources ............................................................................................ 43
1.1 Données consolidées – issues du bilan social 2016 ......................................................... 44
1.2 Une organisation qui s’adapte, en maîtrisant ses ressources.......................... 45
1.3 Perspectives pour 2018 .................................................................................................... 48
1.4 Une collectivité en recherche d’innovation et d’optimisation.......................................... 48
3 – Une politique d’investissement soutenue........................................................................................ 49
A - Situation des engagements pluriannuels en cours par politique départementale................ 49
B - Investir pour garantir un aménagement qualitatif du territoire........................................... 50
C - Fonds hors budget...................................................................................................................... 51
1.1 Fonds Départemental de Péréquation de la Taxe Professionnelle (FDPTP).................... 51
1.2 Fonds Départemental de Péréquation des Taxes Additionnelles aux Droits
d’Enregistrement (FDPTA).................................................................................................... 52
1.3 Produit des amendes de police ......................................................................................... 52
4 – Stratégie financière départementale............................................................................................... 52
A - Une épargne solide mais qui se réduit depuis 5 ans................................................................ 52
1.1 L'épargne de gestion......................................................................................................... 53
1.2 L’épargne brute................................................................................................................ 53
1.3 L’épargne nette................................................................................................................. 54
B - La stratégie de gestion de dette du Département .................................................................... 55
1.1 Une dette fin 2017, diversifiée et sécurisée...................................................................... 55
a - Evolution de l’encours de dette ............................................................................. 55
b - La dette du département est sécurisée ................................................................... 56
c - La dette du département est diversifiée ................................................................. 57
d - L’évolution de l’annuité de la dette....................................................................... 58
C - Une stratégie de ré-endettement à adapter en fonction des besoins et de la perspective des
taux.................................................................................................................................................... 59
III – La trajectoire financière 2018 – 2021.......................................................................................... 62
1 – Présentation de la prospective financière....................................................................................... 62
A - Fonctionnement.......................................................................................................................... 62
1.1 En matière de fiscalité directe.......................................................................................... 63
1.2 Fiscalité indirecte ............................................................................................................. 63
1.3 Dotations, concours particuliers....................................................................................... 63
1.4 Les autres produits de fonctionnement............................................................................. 64
B - Investissement............................................................................................................................. 65
2 – Une trajectoire garantissant les grands équilibres financiers du département............................. 67
A - La maîtrise de l’autofinancement............................................................................................. 67
B - Le pilotage de l’endettement ..................................................................................................... 68
LEXIQUE.............................................................................................................................................. 71
1
DEBAT D’ORIENTATIONS BUDGETAIRES
INTRODUCTION
Entre 2014 et 2017, l’Etat a réduit de manière significative le niveau de recettes des collectivités
territoriales en mettant en place une contribution au redressement des finances publiques à
travers la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement. Ainsi, pour le département de la
Drôme cette baisse correspond à une diminution de ses recettes de l’ordre de 28 millions
d’euros. Tout en gardant le même objectif de réduction du déficit public, le nouveau
Gouvernement a décidé d’agir différemment en fixant aux collectivités une trajectoire
d’évolution de leurs dépenses de fonctionnement dans le cadre d’un pacte de confiance. Ce
nouveau contrat qui pouvait apparaître moins brutal que les ponctions sur la Dotation Globale
de Fonctionnement, est en fait beaucoup plus contraignant. Il est surtout contradictoire dans les
principes qu’il fixe.
Le nouveau projet de loi de programmation des finances publiques impose désormais aux
collectivités locales une contrainte sur leurs dépenses. A partir de 2018, les collectivités
territoriales vont connaître une mise sous contrainte budgétaire de la dépense et de
l’endettement sans précédent, doublée d’un renforcement du contrôle étatique qui s’apparente
fortement à un retour d’une forme de tutelle. En effet, l’Etat butte sur une impossibilité de
réduire son déficit de manière significative du fait d’un niveau d’endettement qu’il n’arrivera pas
à juguler dans le cadre des perspectives qu’il définit dans son projet de loi de programmation
des finances publiques et au regard des obligations vis-à-vis de l’Union Européenne ; sa dette
augmentant de 347 milliards d’euros entre 2017 et 2022. Ainsi, il demande aux organismes de
sécurité sociale et aux collectivités territoriales des efforts sans précédent pour tenir son objectif
de réduction du déficit public. Il demande donc aux autres de compenser son incapacité à
mettre en œuvre ses propres objectifs.
En 2012, l’Etat représentait 81 % du déficit public et n’a contribué qu’à 30 % de sa réduction
jusqu’en 2016 alors que les collectivités territoriales représentaient 3.5 % de ce même déficit
mais ont contribué à hauteur de 26.5 % à sa réduction.
Le projet de loi de programmation des finances publiques pour 2018/2022 prévoit quant à elle
une trajectoire de l’endettement de l’Etat qui progresserait continûment de 78.5 % du Produit
Intérieur Brut en 2017 à 81.3 % en 2022 tandis que la dette des administrations publiques
locales et des organismes de sécurité sociale serait quasiment réduite de moitié passant de
18.3 % du Produit Intérieur Brut à 10.1 %.
L’objectif du nouveau pacte financier de l’Etat est donc bien de faire porter sur les collectivités
locales la baisse du déficit public en leur imposant plus qu’une trajectoire d’évolution des
dépenses de fonctionnement, une réduction massive de leur dette, l’Etat faisant par la même, le
constat de son incapacité à agir sur sa propre dette.
Ainsi, il s’agit, à travers cet objectif d’évolution des dépenses locales de 1.2 %, de réduire de
13 milliards la dette des collectivités locales alors même que l’endettement de celles-ci est
faible et que l’Etat leur demande de relancer les investissements. Investissements que l’Etat est
dans l’incapacité de faire et ce malgré les effets d’annonces car les 2/3 de sa dette finance son
déficit de fonctionnement. Il n’a donc aucune marge pour investir plus. Pour rappel, les
collectivités locales ne peuvent emprunter que pour financer leurs investissements. Là encore,
l’Etat demande aux collectivités de faire ce qu’il dit mais pas ce qu’il fait !
2
L’Etat place les collectivités territoriales dans une quadrature du cercle :
Ralentir voire réduire l’évolution des dépenses de fonctionnement alors qu’il en impose de
nouvelles par la loi Adaptation de la Société au vieillissement dite loi ASV, que le reste à
charge des Allocations Individuelles de Solidarité augmente de manière continue du fait des
revalorisations fixées par l’Etat (4 % pour le RSA en 2018 par exemple) et que les recettes
qu’il verse ne sont même pas indexées au moins sur l’inflation. La situation de
l’hébergement des enfants relevant de l’Aide Sociale à l’Enfance est également de plus en
plus tendue, du fait du nombre de signalements de plus en plus importants et de l’afflux des
Mineurs Non Accompagnés (MNA) : +44 % en 2 ans pour le département de la Drôme et
sans que l’Etat ne compense réellement ces nouvelles charges obligatoires pour les
départements.
Diminuer de manière drastique la dette des collectivités territoriales (13 milliards d’euros)
tout en leur demandant d’accroître l’investissement public local alors même qu’elles ne sont
pas à ce jour fortement endettées. 92 % des départements ont un endettement inférieur à 9
années. L’Etat impose donc aux collectivités de financer leurs investissements uniquement
par un accroissement de leur autofinancement et donc sans dette supplémentaire. Ainsi un
département comme la Drôme qui dispose d’une capacité de désendettement de 1.4
années, bien en deçà du plafond fixé par le projet de loi de programmation des finances
publiques entre 9 et 11 années, ne pourra pas investir en ayant recours à l’emprunt mais
seulement en augmentant sa capacité d’autofinancement.
Nous sommes donc face à des injonctions paradoxales de l’Etat qui impose des règles aux
collectivités locales qui se contredisent les unes les autres dans l’unique objectif de compenser
son incapacité à réduire son propre déficit.
De quelles solutions disposent alors le département ?
L’augmentation des taux de fiscalité ? La majorité départementale s’est engagée à ne pas
augmenter le taux de la taxe sur le foncier bâti, seul taux sur lequel le département peut
agir.
Ralentir les programmes d’investissement ? La majorité départementale ne le veut pas. Elle
s’est d’ores et déjà inscrite dans une politique volontariste en matière d’investissement pour
permettre de soutenir l’économie locale et doter le territoire d’équipements structurants qui
participent à une meilleure qualité de vie des Drômois. Ce sont plus de 100 millions d’euros
en moyenne annuelle que le Département veut investir sur le territoire, que ce soit sur le
réseau routier, les bâtiments et notamment les collèges, l’auberge des Dauphins, la
réhabilitation et la construction de nouveaux équipements dans le domaine des solidarités
avec la Maison de l’Autonomie par exemple, mais aussi dans le numérique et la relation
aux usagers.
Réduire encore plus les dépenses de fonctionnement ? La majorité départementale a déjà
fixée une trajectoire responsable et courageuse avec un objectif d’évolution des charges de
fonctionnement de 1 % par an en moyenne. Bien lui en a pris. Ces efforts consentis par
tous anticipent les nouvelles obligations fixées par l’Etat.
Le Département n’acceptera pas d’augmenter son taux de fiscalité, de réduire son programme
d’investissement, de revoir sa trajectoire d’évolution de la dépense, au risque de remettre en
cause son action de proximité et de solidarité auprès des plus démunis, vers les territoires, en
faveur des TPE/PME et du monde agricole. Il entend rester un acteur majeur d’innovation, de
développement local, d’accompagnement solidaire.
L’Etat ne peut pas imposer aux collectivités locales ce qu’il ne peut pas tenir lui même. Elles
sont conscientes des efforts à faire et elles l’ont prouvé. L’Etat doit considérer les collectivités
locales comme de vrais partenaires de proximité, acteurs essentiels de la solidarité territoriale
et responsables. Le pacte de confiance qu’il souhaite avec elles ne pourra se construire qu’à
cette condition.
3
I - Le budget 2018 : Un contexte général en demi-teinte :
lente reprise de la croissance et institution d’un pacte
financier par l’Etat
Selon les économistes, la phase actuelle de croissance mondiale devrait perdurer en 2018.
Elle bénéficie actuellement d’un certain nombre d’effets positifs tels que, l’embellie du
commerce mondial, la sortie de récession de toutes les grandes économies émergentes,
l’accélération de l’investissement dans la zone euro.
Mais les perspectives aux Etats-Unis et en Chine sont plus incertaines. En effet, en
situation de croissance, le plan de relance initiée par le Président Donald TRUMP interroge.
Quant à la Chine, la Banque Centrale Chinoise vient d’ordonner aux banques d'augmenter
le niveau de leurs réserves de liquidités afin de réduire le crédit et lutter contre l'inflation.
Si la croissance mondiale s’est accélérée en 2017 par rapport à 2016, elle risque, selon le
Centre d’observation économique et de recherche pour l’expansion de l’économie et le
développement des entreprises, d’être freinée par plusieurs facteurs et ce, dès 2019 :
• ralentissement du rythme des croissances potentielles (vieillissement de la
population, pertes durables de capital physique et humain et la faible
incidence du numérique sur la productivité) ;
• risque de voir se former une bulle spéculative (hausse de la valeur réelle des
actifs jugée excessive) ;
• divergences européennes accentuées par le Brexit ;
• retour des mesures protectionnistes qui vont impacter le commerce mondial.
4
1 - Le contexte économique national et les tendances locales
L’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) prévoyait, dans sa
note de conjoncture de juin, une croissance de 1,6 % pour 2017 en France. Elle table
aujourd’hui sur un taux de 1,8 % soit sa meilleure performance depuis cinq ans.
A - Perspectives macroéconomiques
Après les 1,1 % réalisés en 2016, le rebond de la croissance en 2017 s'explique par :
• le retour à un niveau normal de la production agricole après une récolte
désastreuse en 2016 en raison de mauvaises conditions météorologiques ;
• le redémarrage du tourisme après deux ans de recul liés aux craintes
d’attentats ;
• la forte hausse de demande de logements des ménages qui a relancé le
secteur de la construction.
Croissance annuelle en % du PIB
2,4
0,1
-2,9
1,9
2,1
0,2
0,6
1,0 1,0 1,1
1,8
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
Investissements des entreprises en %
8,9
3,4
-11,7
3,7 4,1
0 0,4
1,7
2,9 3,4 2,9
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2014
2015
2016
2017
(Source : INSEE)
1.1 La croissance en augmentation
La croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) français s’est établit en 2016, à 1,1 %, car
malgré une demande interne bien présente, le commerce extérieur a lui pesé
négativement. Pour 2017, la croissance du PIB en moyenne annuelle devrait finalement
atteindre selon l’INSEE 1,8 %. En effet, la croissance française bénéficierait d’une reprise
de la croissance mondiale et d’un rebond des parts de marché à l’exportation.
5
1.2 À partir de 2017, reprise des exportations adossée à la reprise
mondiale
En 2016, les parts de marché françaises à l’exportation ont chuté de 1,1 %. Ceci s’explique
en partie par des événements exceptionnels (mauvaises récoltes, difficultés dans la chaîne de
production d’Airbus, tourisme en baisse). Ainsi, si ces activités retrouvent leur niveau habituel,
on peut envisager une reprise des exportations en 2017 et 2018.
De plus, selon la Banque de France : « l’accélération de la demande mondiale devrait être
favorable au commerce extérieur français qui pourrait ainsi, apporter à nouveau une
contribution positive à la croissance française en 2018 et 2019 ».
1.3 Hausse attendue de l’inflation
L’inflation mesurée avec l’Indice des Prix à la Consommation Harmonisé (IPCH) se
redresse : après un niveau faible en 2016, à 0,3 % en moyenne annuelle, l’inflation (IPCH)
augmente progressivement à 1,2 %.
(Source : inflation.eu)
Selon la Banque de France : « elle devrait rester stable en 2018. Sous l’effet notamment de
la baisse du taux de chômage, de la remontée des prix d’importations hors énergie, et de
l’accélération progressive des salaires nominaux, l’inflation totale et l’inflation hors produits
alimentaires et énergie, devraient légèrement augmenter courant 2018 pour atteindre 1,4 %
en 2019 ».
1.4 Une demande intérieure contenue
La demande intérieure, en particulier la consommation des ménages, reste le principal
moteur de la croissance française. Cette demande devrait légèrement fléchir en 2017, en
raison de la hausse de l'inflation, certes lente, mais qui joue sur le pouvoir d'achat.
Ainsi, après un taux de 2,1 % en 2016, l'INSEE prévoit une croissance de la consommation
des ménages de 1,2 %. Toutefois, la croissance des dépenses d'investissement des
ménages dans l'immobilier (prêt à taux zéro, dispositif Pinel, taux de crédit peu élevés) devrait
compenser cette baisse.
Selon la Banque de France : « la consommation des ménages devrait être boostée par
l’accélération du pouvoir d’achat des ménages due à une progression plus nette des
salaires nominaux ».
6
Evolution de la consommation et du revenu disponible des ménages
(en %, moyenne annuelle) 2016 2017 2018 2019
Consommation réelle des ménages (volume) 2,1 1,2 1,5 1,5
RDB (Revenu Disponible Brut) réel 1,9 1,1 1,6 1,7
RDB (Revenu Disponible Brut) nominal 1,9 2,1 2,6 2,9
(Source : Banque de France)
L’investissement des entreprises continue d’être soutenu par la progression de l’activité
économique et le bas niveau des taux d’intérêt, et ce, malgré un taux d’endettement élevé.
Après l’anticipation par les patrons, de l'arrêt de la mesure de sur-amortissement fiscal des
investissements productifs, qui a provoqué une accélération des investissements au
premier trimestre, le rythme de progression devrait toutefois diminuer.
Selon la Banque de France : « l’amélioration du taux de marge des Sociétés Non
Financières (SNF) s’interromprait momentanément en 2017, du fait de la hausse du prix du
pétrole, mais reprendrait ensuite une lente progression jusqu’en 2019, pour approcher la
moyenne observée de 1996 à 2008 ».
La bonne santé des entreprises est également visible sur le marché de l'emploi. La baisse
commencée fin 2015 du taux de chômage, devrait ainsi se poursuivre pour atteindre un
taux de 9,4 % de la population active fin 2017. L'INSEE prévoit par ailleurs la création de
222.000 emplois, contre 255.000 l'an dernier. Alors que l'essentiel de ces créations devrait
se faire dans les services, les emplois dans l'industrie continueraient à décliner avec la
destruction de 20.000 emplois en 2017, quasiment autant qu'en 2016.
Evolution du taux de chômage
(Source : INSEE)
7
1.5 La situation en Drôme
Toutes activités confondues, le chiffre d'affaires des entreprises du département de la
Drôme est à la hausse depuis le début de l’année jusqu’à fin juin 2017. Par rapport à la
même période de l'année précédente, on note une hausse de 3,4 %. On constate
également une évolution positive à l'échelon régional (+4,7 %).
Au niveau départemental, dans les trois principaux secteurs on observe une augmentation
toutefois inégale :
• +0,1 % dans l'industrie manufacturière,
• +6,2 % dans la construction,
• +4,3 % dans le commerce et réparation automobile
• +4,3 % dans les autres secteurs, notamment les services.
A l'échelon régional, le chiffre d'affaires varie différemment dans les trois secteurs cités
au-dessus (respectivement +3,7 %, +4 %, +3,5 % et +7 %).
L'investissement des entreprises du département de la Drôme est en baisse de 3,7 % par
rapport à la même période de l’année précédente. A l'échelon régional, on note une
croissance de 2,7 %.
Investissements Drôme en M€
96
105
101
90
95
100
105
110
2015 2016 2017
Investissements Région en M€
1 724 1 731
1 686
1 660
1 680
1 700
1 720
1 740
2015 2016 2017
(Source : DIRECCTE)
En hausse de 14,2 % par rapport au trimestre précédent, le montant des exportations
enregistré dans le département de la Drôme au 2ème
trimestre 2017 est également
supérieur de 7,6 % par rapport au même trimestre de l'année précédente.
Chiffre d'affaires des entreprises
de la Drôme en M€
11 579
11 199
10 837
10 400
10 600
10 800
11 000
11 200
11 400
11 600
11 800
2015 2016 2017
Chiffre d'affaires des entreprises
de la Région en M€
204 091
209 236
219 142
195 000
200 000
205 000
210 000
215 000
220 000
225 000
2015 2016 2017
(Source : DIRECCTE)
8
B - Perspectives du marché du travail
Les conditions du marché du travail continuent de s'améliorer, et le taux d'emploi moyen de
l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) est finalement
revenu à son niveau d’avant crise au 1er
trimestre de 2017. Toutefois, le taux de chômage
moyen de l'OCDE reste légèrement supérieur à son niveau d’avant crise.
Selon l’OCDE : «il faudra attendre fin 2018 ou début 2019, pour qu’il retrouve son niveau
d'avant crise».
1.1 Le marché du travail français
Après une légère baisse, le chômage s'est stabilisé en France à 9,5 % de la population
active au mois d’avril. Il reste certes élevé et très supérieur à son niveau d’avant la crise
financière (7,3 % en mars 2008).
Taux de chômage
Pourcentage de la population active totale
0,0%
2,0%
4,0%
6,0%
8,0%
10,0%
12,0%
T4
2007
T4
2008
T4
2009
T4
2010
T4
2011
T4
2012
T4
2013
T4
2014
T4
2015
T4
2016
T4
2017
T4
2018
OCDE
France
(Source : Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2017)
L'emploi, en pourcentage de la population âgée de 15 à 74 ans, reste en France inférieur
de 1,8 point de pourcentage à sa valeur d’avant crise et l'écart avec le reste de la zone
OCDE s’accroît, atteignant 6,2 points de pourcentage au dernier trimestre 2016.
Ce différentiel tient au taux d’emploi très faible des plus de 65 ans en France.
(Source : Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2017)
Taux d'emploi
Poucentage de la population 15-74 ans
50,0%
52,0%
54,0%
56,0%
58,0%
60,0%
62,0%
64,0%
T4
2007
T4
2008
T4
2009
T4
2010
T4
2011
T4
2012
T4
2013
T4
2014
T4
2015
T4
2016
T4
2017
T4
2018
OCDE
France
9
Les projections de l'OCDE suggèrent que l'emploi va se stabiliser en France d'ici fin 2018
et que le taux de chômage diminuera légèrement.
Un phénomène de polarisation des emplois qui se raréfient dans les emplois intermédiaires
et se concentrent sur les emplois peu qualifiés et très qualifiés a marqué la France, comme
beaucoup d'autres pays de l'OCDE. Cela fait suite à une augmentation des emplois dans le
secteur des services et une diminution dans le secteur manufacturier.
Selon l’OCDE : « le problème qui en résulte est qu’un certain nombre de travailleurs
intermédiaires1
risquent de devoir accepter des emplois moins qualifiés pour rester en
emploi, entraînant une inadéquation des compétences, tandis que les travailleurs peu
qualifiés vont être confrontés à un risque accru de perte d'emploi ».
1.2 Le marché du travail en Drôme
Hausse de l'emploi salarié
Le nombre d'emplois salariés (127.780 soit +524 emplois / 1
er
trimestre 2017) croît dans le
département de la Drôme au cours du 2ème
trimestre 2017 (+0,4 %).
Il est en hausse de 0,3 % à l'échelon régional par rapport au trimestre précédent (+5.079
emplois / 1
er
trimestre 2017). Cette augmentation globale des emplois est marquée par des
évolutions différentes selon les secteurs :
• +0,6 % dans la construction (région +0,2 %),
• +0,4 % dans les services marchands hors intérim (région +0,2 %),
• +0,3 % dans l’industrie (région -0,1 %),
• +0,3 % dans le commerce (région +0,2 %).
L’intérim, est quant à lui, en hausse de 0,7 % (2,4 % à l’échelon régional).
Evolution trimestrielle des emplois (en %)
2ème
trim. 2017 / 1er
trim. 2017
Evolution annuelle des emplois (en %)
2ème
trim. 2017 / 1er
trim. 2017
Auvergne-Rhône-Alpes : +0,3 % Auvergne-Rhône-Alpes : +1,4 %
(Source : DIRECCTE)
1
Exemple de professions intermédiaires : Instituteur, infirmier, assistant social, contremaître…
10
1.3 Légère baisse du taux de chômage
En diminution par rapport au 1er
trimestre 2017, le taux de chômage du département de la
Drôme s'établissait à 10,3 % au 2ème
trimestre 2017 (8,1 % à l'échelon régional).
EVOLUTION DU TAUX DE CHOMAGE AU SENS BIT
ZONE EMPLOI
Taux trimestriel au
4
ème
trimestre 2016
Taux trimestriel au
1
er
trimestre 2017
Taux trimestriel au
2
ème
trimestre 2017
MONTELIMAR 12,1 11,5 n.c.
ROMANS SUR ISERE 11,1 10,6 n.c.
VALENCE 9,9 9,5 n.c.
ARDECHE 10,7 10,4 10,2
DRÔME 10,9 10,5 10,3
AUVERGNE-RHÔNE-ALPES 8,7 8,3 8,1
FRANCE 9,7 9,3 9,2
(Source : DIRECCTE)
Sur un an, le taux de chômage régional diminue de 0,6 point (-0,5 point au niveau national).
Le département de la Drôme, quant à lui, connaît une baisse supérieure avec -0,7 point.
La Région Auvergne-Rhône-Alpes est au 3ème
rang des régions présentant les taux les plus
faibles de France, à égalité avec l’Ile de France (8,1 %) et derrière le Pays de la Loire
(7,9 %) et la Bretagne (8 %).
En dépit d’une baisse, la Drôme conserve le taux de chômage le plus élevé de la Région
Auvergne-Rhône-Alpes.
Taux de chômage de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (2
ème
trimestre 2017)
(Source : DIRECCTE)
11
Selon les chiffres de la DIrection Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la
Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE) dans la Drôme, le nombre de
demandeurs d'emploi tenus de rechercher un emploi, ayant ou non exercé une activité
dans le mois (catégories A, B, C) s’établit à 50.730 fin septembre 2017. Ce nombre
augmente de 1,9 % sur trois mois (soit +940 personnes) ; il diminue de 0,5 % sur un mois et
progresse de 3,6 % sur un an. En Auvergne-Rhône-Alpes, ce nombre s’établit à 642.980 fin
septembre 2017, soit une augmentation de 0,9 % (+ 5.480 personnes) sur trois mois
(-0,5 % sur un mois et +2,8 % sur un an).
Fin septembre 2017, les demandeurs d'emploi de plus d’un an d'ancienneté représentent
dans le département de la Drôme 41,7 % du total des inscrits de catégories A, B, C,
comme à l’échelon régional.
Si la Drôme continue à avoir le taux de chômage le plus élevé de la Région Auvergne-
Rhône-Alpes, celui-ci connaît tout de même une baisse. La hausse de l’emploi salarié
témoigne d’une reprise dans les entreprises. Malgré une légère baisse des
investissements, les entreprises de la Drôme voient leur chiffre d’affaires progresser,
notamment grâce à un regain de leurs exportations.
Comme au plan national, la Drôme connaît une amélioration de l’activité économique mais
cette embellie reste fragile. Quoiqu’il en soit, le Département doit s’attacher à mettre en
œuvre les décisions imposées par l’Etat, qui pour certaines, limitent désormais son champ
d’intervention.
2 - Les impacts des décisions législatives et réglementaires pour
les collectivités
A - Conséquences loi NOTRe
La loi n° 2015- 991 du 7 Août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la
République, dite « loi Notre » a modifié le répartition des compétences entre les différents
niveaux de collectivités.
Ainsi les départements ont été confortés dans leurs compétences en matière de solidarité
sociale avec la réaffirmation de la compétence de prévention et de prise en charge des
situations de fragilité, du développement social, de l’accueil des enfants et de l’autonomie
des personnes. Ils ont également été centrés sur la solidarité territoriale. Mais ils se sont
vus supprimer la clause de compétence générale, ce qui a profondément modifié leurs
modalités d’intervention, plus particulièrement dans le domaine de l’économie, des
transports, des déchets et de l’eau et assainissement.
1.1 Une intervention économique limitée
Tout d’abord, le Département n’a plus vocation à mener une action de soutien économique
envers les entreprises. Le principe est le suivant : interdiction aux départements de financer
en fonctionnement des aides aux entreprises et aux organismes de développement
économique (sauf sur des exceptions législatives existantes). Ainsi, la prestation GEODE,
le soutien à la participation des entreprises aux salons professionnels, l’aide au conseil,
le soutien aux projets de R&D collaboratifs ne sont plus possibles.
Par contre, dans le cadre du soutien aux projets innovants, le dispositif «100 chances –
100 emploi» a pu perdurer puisque l’insertion reste de la compétence départementale.
En investissement, l’article 94 de la loi NOTRe, permet aux départements, par convention
avec la Région et en complément de celle-ci, de participer au financement des
investissements des industries agro-alimentaires et aux entreprises de la filière bois.
12
Le Département souhaitant rester un partenaire de proximité pour le développement et
l’aménagement des territoires a travaillé longuement avec les EPCI. Les objectifs
recherchés étaient la mise en œuvre d’une politique cohérente pour les territoires plus
particulièrement pour soutenir les filières à enjeux (bois et agroalimentaire), le soutien au
développement équilibré des territoires et le renfort de l’attractivité du territoire.
Dans la suite de cette réflexion, le Département a adopté un nouveau règlement d’aide aux
équipements économiques structurants portés par les EPCI dans sa séance du
5 décembre 2016 et a accepté la délégation de compétence des EPCI en matière d’octroi
de l’aide immobilier d’entreprise lors de sa séance du 13 février 2017.
Pour la mise en œuvre de ces nouvelles modalités d’intervention, une période de transition
a été nécessaire. Ainsi, des crédits ont pu être inscrits en 2016 et annulés par la suite car
ne pouvant être réalisés. En 2017, la situation a été éclaircie et stabilisée. En 2018, les
masses financières consacrées à la politique d’attractivité des territoires devraient être la
reconduction de 2017.
1.2 Transfert de la compétence déchets
Avant la loi NOTRe, les Départements étaient compétents pour élaborer les plans de
gestion des déchets non dangereux (article L541-14 du Code de l’environnement) et des
déchets issus du BTP (article L541-14-1 du Code de l’environnement). Par son article 8, la loi
NOTRe transfère la compétence en matière de planification de gestion des déchets à la
Région.
Toutefois, les Départements de la Drôme et de l'Ardèche, qui avaient commencé
l'élaboration du plan bi-départemental de prévention et de gestion des déchets du BTP
avant promulgation de la loi NOTRe, sont en train, comme le permet la loi dans cette
période transitoire, de terminer ce travail, avant transmission du projet de plan à la Région
pour approbation courant 2018. Le plan concernant les déchets non dangereux élaboré par
la Drôme et l'Ardèche ayant déjà été approuvé par la Région en avril 2016, l'approbation à
venir du plan déchets BTP marquera ainsi la fin de la compétence "planification de la
gestion des déchets" pour les Départements 26 et 07.
Dans le cadre de ce transfert de compétence, un certain nombre de questions se posent :
• Quel va être l’impact pour les observatoires des déchets ?
• Les plans départementaux de prévention et de gestion des déchets vont-ils
continuer à exister au travers des nouveaux plans régionaux ?
• Qui portera l’animation territoriale des plans ?
• Quelle coopération est envisagée et envisageable avec les syndicats,
communes et intercommunalités en charge de la collecte ou du traitement des
déchets ?
Ainsi, le Département ne pourra pas participer à la mise en œuvre du plan de gestion de
déchets autrement que par un soutien aux communes ou groupements de communes dans
le cadre des opérations d’investissements dont ils seront maîtres d’ouvrages.
13
1.3 Transfert de compétences eau et assainissement
La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que les compétences « eau » et « assainissement »
deviennent des compétences obligatoires que doivent exercer les Communautés
d’Agglomération comme les Communautés de Communes à l’horizon 2020, entraînant de
fait la disparition de certains syndicats qui portaient jusqu'alors ces compétences :
• La compétence eau potable devra être prise dans sa globalité (production,
transport et stockage) ;
• La compétence assainissement collectif devra être globalisée avec la
compétence assainissement non collectif.
Pour les Communautés de Communes, la compétence « eau » demeure facultative
jusqu’au 1er janvier 2018, puis deviendra optionnelle entre 2018 et 2020. La compétence
« assainissement », pour sa part, reste optionnelle jusqu’au 1er janvier 2020.
Pour la Drôme, environ 90 % des collectivités ayant la compétence d’eau et
d’assainissement (communes et syndicats dont le périmètre s’étend sur le territoire de 1 à 2 EPCI)
devraient disparaître ; sur 240 "services" actuels (environ 25 syndicats intercommunaux et un
peu plus de 200 communes autonomes, ainsi que certains EPCI pour l’assainissement), il ne devrait
rester qu'une quinzaine de collectivités disposant de la compétence (11 EPCI et quelques
syndicats dont le périmètre s’étend sur 3 EPCI).
Ce transfert présente plusieurs difficultés, particulièrement pour ce qui relève du
recensement du patrimoine de chacun, afin de le transférer : transfert des finances, du
patrimoine, des moyens humains et matériels ainsi que de contrats.
L’objectif final de la coopération intercommunale est d’instaurer une mutualisation des
services et donc de moyens, pour aboutir à l’harmonisation, in fine, du prix de l’eau pour
répondre à l’obligation d’égalité de traitement par le service public. La rationalisation des
services (harmonisation des contrats transférés) au sein du même périmètre de l’EPCI peut
être considéré comme l’objectif voulu par les élus pour faciliter l’égalité de traitement des
usagers, mais elle ne constitue pas une obligation légale.
1.4 La compétence GEMAPI
La compétence GEMAPI (GEstion des Milieux Aquatiques et la Prévention des
Inondations), obligatoire pour les EPCI au 1er janvier 2018, reste néanmoins une
compétence partagée jusqu'au 1er
janvier 2020. Les dispositifs d'aide actuels dans le
domaine des rivières (aide à l'entretien de rivières et aux postes liés à l'animation des politiques
rivières) peuvent donc rester en l'état jusqu'à cette échéance.
D'ici 2020, le Département devra en revanche revoir ses règlements pour tenir compte de
ces évolutions, ce qui devrait l’amener à réorienter ses dispositifs d'aide, actuellement
majoritairement constitués d'aides en fonctionnement, vers des aides à l'investissement au
titre de la solidarité territoriale.
En parallèle, le rôle du Département en tant que membre du Syndicat Mixte de la Rivière
Drôme (SMRD) est amené à évoluer ; une première révision des statuts est en cours pour
prendre en compte l'exercice de la compétence GEMAPI par le SMRD au 1er
janvier 2018 ;
d’ici à 2020, le Département devra statuer sur son implication future au sein du SMRD.
Enfin, des discussions sont en cours au niveau national pour permettre aux départements
qui le souhaiteraient de continuer à intervenir dans le domaine de la GEMAPI au-delà de
2020, mais leur aboutissement est incertain.
14
1.5 Finalisation du transfert de la compétence transport
Mais la compétence transférée la plus importante en impact en matière de personnel et de
transferts financiers est la compétence transports.
En effet, le transport interurbain, transport à la demande et la gestion des gares routières
ont été transférées à la Région au 1er
janvier 2017, et les transports scolaires au
1er
septembre 2017 (hors transports des enfants handicapés). Pour des besoins de continuité
de service et de cohérence des transferts, la Région a souhaité déléguer l’exercice de ces
compétences par convention aux départements. Le département de la Drôme a, par
délibération en date du 16 décembre 2016, accepté la délégation de compétence des
transports non urbains jusqu’au 31 août 2017, puis par délibération en date du 3 juillet
2017, la délégation des transports non urbains et scolaire jusqu’au 31 décembre 2017.
Le transfert de personnel (14 ETP) devant se faire au 1er
janvier 2018.
Ces transferts ont fait l'objet de discussions en Commission Locale d'Evaluation des
Charges et Ressources Transférées (CLECRT) sous l'égide de la Chambre Régionale des
Comptes et ont conduit à acter le périmètre et le montant du transfert des charges
afférentes entre le département de la Drôme et la Région Auvergne Rhône Alpes.
Afin que les transferts de compétences soient neutres financièrement (sur la période de
référence), un transfert financier a été prévu par la loi. Ainsi, la loi de finances pour 2016 a
porté de 25 à 50 % la part du produit de CVAE allouée aux régions et réduit corrélativement
celle des départements de 48,5 à 23 %. Ce transfert de CVAE représente selon la Cour
des Comptes2
un montant de 3,85 milliards d’euros sur la base des recettes de 2016,
nettement supérieur aux charges effectivement transférées (2,28 milliards d’euros). Pour le
département de la Drôme, ces montants se sont élevés respectivement à 34,2 millions
d’euros pour la perte de CVAE et à 25 millions d’euros de charges transférées.
« La différence fait l’objet d’un versement par les régions d’une dotation de compensation,
figée dans le temps, ce qui prive les départements d’une partie du dynamisme de leurs
recettes fiscales 3
».
L’attribution de compensation pour la Drôme est donc de 9,2 M€. Ce montant est
provisoire car une 4ème
séance de CLERCT était prévue courant 2017 pour permettre
d'ajuster, sur la base du périmètre validé, les estimations de charges au regard des
résultats du Compte Administratif 2016 de la collectivité. Cette dernière séance n’a pu avoir
lieu à ce jour et devrait être reportée en 2018.
En conséquence, le budget 2018 du Département comportera pour la partie transports :
• le solde des dépenses et recettes engagées par le Département soit, avant le
transfert à la Région, soit pendant l’exercice de la délégation de compétence,
• le transport des enfants handicapés (intégré dans la politique autonomie),
• la compensation de la Région.
B - Conséquences de la nouvelle loi de programmation des Finances
Publiques
Un Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques (PLPFP) pour les années 2018
à 2022 a été déposé devant l’Assemblée Nationale le 27 septembre 2017 et, est discuté en
procédure accélérée. Il présente les orientations pluriannuelles des finances publiques ainsi
que les dispositions permanentes relatives à la gestion des finances publiques et à
l'information et au contrôle du Parlement. Il a pour ambition de réduire à la fois le déficit
public, les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires.
2
Rapport de la Cour des Comptes « les finances publiques locales » - rapport sur la situation financière et la gestion des
collectivités territoriales et de leurs établissements publics – Octobre 2017 – page139
3
id
15
Pour cela, une baisse de la dépense publique à horizon 2022 de 3 points de PIB et une
diminution d'un point du taux des prélèvements obligatoires ont été prévues ; le tout ayant
pour conséquence un infléchissement de la dette publique.
La 1ère
partie de ce projet de loi présente les objectifs généraux des finances publiques,
mais surtout la trajectoire de redressement des finances publiques. C’est cette partie qui
intéresse plus particulièrement les collectivités.
En effet, l’effort sur la dépense publique est porté par les différentes catégories de
collectivités dont les Administrations PUbliques Locales (APUL) par le biais d'une
contractualisation « assortie de mécanismes renforcés de gouvernance ». Pour les APUL,
l'objectif est une réduction de la dépense publique de 13 milliards d’euros à horizon 2022
par rapport à un tendanciel défini par le Gouvernement.
Ces éléments prendront en compte les budgets principaux et l'ensemble des budgets
annexes.
L’article 10 de ce projet prévoit dans son IV que des contrats seront conclus entre le
représentant de l’État et les régions, les départements, la métropole de Lyon et les
communes de plus de 50.000 habitants et les Etablissements Publics de Coopération
Intercommunales (EPCI) de plus de 150.000 habitants. Ces contrats auront pour objet la
détermination des objectifs d’évolution des dépenses de fonctionnement et du besoin de
financement de la collectivité concernée, et les modalités selon lesquelles sera assuré le
respect de cet objectif.
Lors de la discussion devant l’Assemblée Nationale les 17 et 18 octobre, le Ministre de
l'Action et des Comptes publics a précisé que l’objectif d’évolution des dépenses de
fonctionnement "doit s'imposer à la totalité" des collectivités, pas seulement aux
collectivités qui passeront un contrat avec l'Etat sur l'évolution de leurs dépenses.
Les députés ont choisi d'assouplir les modalités d'application de l'article 10. Ils ont adopté
un amendement du rapporteur général prévoyant que les objectifs d'évolution des
dépenses de fonctionnement et du besoin de financement "sont déclinés par catégorie de
collectivités territoriales, et par catégorie d'établissements publics de coopération
intercommunale à fiscalité propre". En clair, le taux de 1,2 % est une moyenne et il sera
tenu compte des spécificités de chaque niveau de collectivité. Mais, avant même que cette
disposition ne figure dans le projet de loi, le Gouvernement avait précisé dans le rapport sur
les transferts financiers de l'Etat aux collectivités territoriales que l’Objectif d'évolution de la
dépense locale (ODEDEL) serait de 1,1 % pour les communes, de 1,2 % pour les régions,
et de 1,4 % pour les départements. L’ODEDEL est un outil connu des collectivités, mais
n’était jusqu’à présent qu’indicatif. Il sera désormais obligatoire pour les 319 collectivités
concernées par la contractualisation (cf tableau ci-dessous).
ODEDEL 2014 – 2017
2014 2015 2016 2017
Objectif d’évolution de la dépense de fonctionnement
prévu par la LPFP 2014 -2019
2,8 % 2,0 % 2,2 % 1,9 %
Objectif d’évolution de la dépense de fonctionnement
prévu par la LFI
3,0 % 2,0 % 1,6 % 1,7 %
Evolution de la dépense de fonctionnement réalisée 2,5 % 1,2 % -0,2 %
(Source : Ressources Consultants Finances)
Par ailleurs, il convient de noter que les ODEDEL pour la période 2014–2017 étaient fixés
avec une inflation quasiment nulle. Or, la loi de programmation pour les années 2018 à
2022 est bâtie avec une inflation de 1 % pour 2018, 1,1 % pour 2019, 1,4 % pour 2020 et
1,75 % pour les années 2021 et 2022. Ce qui donne des moyennes d’évolution de
dépenses de fonctionnement en volume nettement inférieures au 1,2 % annoncé.
16
2018 2019 2020 2021 2022 Moyenne
ODEDEL annuel (valeur) 1,2 % 1,2 % 1,2 % 1,2 % 1,2 % 1,2 %
Taux d’inflation prévisionnel 1,0 % 1,1 % 1,4 % 1,75 % 1,75 % 1,4 %
ODEDEL annuel (volume) 0,2 % 0,1 % -0,2 % -0,54 % -0,54 % -0,2 %
(Source : Ressources Consultants Finances)
Le projet de loi de programmation part de l’hypothèse d’une reprise de la croissance.
Or, au vu des informations transmises, l’ODEDEL de 1,2 % fixé aux collectivités ne prend
pas en compte cette hypothèse de reprise de la croissance. De ce fait, l’effort des
collectivités sera d’autant plus important.
L’article 10 prévoit également qu’un mécanisme de correction, dont les modalités seront
mises au point dans le cadre d'un dialogue entre l’État et les collectivités territoriales, sera
défini par la loi, et appliqué dans le cas où il est constaté un écart dans la réalisation de
l'effort de réduction du déficit public et de maîtrise de la dépenses publiques. Les mesures
de correction pourront porter sur les concours financiers apportés par l'Etat ou sur les
ressources fiscales affectées aux collectivités territoriales. Le Ministre de l'Action et des
Comptes publics a indiqué d’une part, qu’un bonus sera accordé à la collectivité qui
atteindra son objectif. Il prendra la forme de dotations d'investissement supplémentaires qui
seront perçues à partir de 2019. D’autre part, si des collectivités (parmi les 319) ne
souhaitaient pas passer de contrat, par exemple pour des raisons politiques, celles-ci
seront quand même soumises au plafond de 1,2 % par an de hausse des dépenses de
fonctionnement.
Les sénateurs en votant la LPFP le 9 novembre ont conservé le principe de la
contractualisation entre l’Etat et les collectivités, mais ont inscrit dans la loi les modalités de
bonus pour les collectivités qui respecteraient le contrat, et encadré le malus, pour les
autres. Ils ont également modifié la trajectoire tendancielle du Gouvernement en expliquant
que celle présentée par le Gouvernement engendrerait des économies de 21 milliards et
non de 13 milliards. De ce fait, l’ODEDEL a été porté pour la moyenne des collectivités à
1,9 (au lieu des 1,2) et ont été exclues pour les départements, les dépenses liées aux AIS et
à l’accueil des Mineurs Non Accompagnés (MNA) considérant que ces dépenses sont
« réalisées pour le compte de l’Etat et n’ont rien à voir avec la capacité des départements à
maîtriser leurs dépenses de fonctionnement » ; « l’explosion des dépenses sociales des
départements doit beaucoup plus, à l’insuffisance de compensation par l’Etat, qu’à toute
politique sociale locale que l’on pourrait trouver dispendieuse » ; il s'agit de « dépenses
automatiques dont l'accroissement est lié à l'urgence ponctuelle des besoins, donc, sur
lesquelles les élus ont peu de prise ». Ce point est donc renvoyé en commission mixte
paritaire.
En complément de l’objectif de maîtrise des dépenses des collectivités, un mécanisme
prudentiel utilisant comme indicateur le ratio d'endettement rapporté à la capacité
autofinancement, est introduit pour contribuer à la maîtrise de la dépense publique.
Cette « règle d'or » renforcée, déclinée au niveau de chaque catégorie de collectivités pour
tenir compte de leurs spécificités, permettra, selon le Gouvernement, de s'assurer de la
soutenabilité financière de leurs politiques d'investissement.
Des règles prudentielles existent déjà. En effet, actuellement le Code Général des
Collectivités Territoriales (CGCT) prévoit que les budgets des collectivités territoriales
doivent :
• Pour chacune des deux sections être votée en équilibre réel ;
• Financer le remboursement annuel de la dette par des ressources propres,
constituées par l'autofinancement dégagé par la section de fonctionnement, et
des ressources propres de la section d'investissement ;
• Estimer les dépenses et les recettes de façon sincère.
17
Cette nouvelle règle prudentielle proposée et qui s’appliquerait à toutes les collectivités,
est un ratio d'endettement décliné par type de collectivité dont les plafonds sont supérieurs
aux moyennes nationales constatées en 2016 :
• Le plafond fixé sera compris entre 11 et 13 ans, pour les communes
et EPCI,
les moyennes étant de 5,8 années pour les communes,
et 5,1 années pour les EPCI ;
• Le plafond fixé sera compris entre 9 et 11 ans, pour les départements
et la Métropole de Lyon,
la moyenne étant de 4,3 années ;
• Le plafond fixé sera compris entre 8 et 10 ans, pour les régions,
les collectivités de Corse, Guyane et Martinique,
la moyenne étant de 5,4 années.
D'après l'étude d'impact de cette loi, environ 10 à 20 % des collectivités exposeraient un
niveau supérieur à leur plafond applicable. Ce dispositif les inciterait donc à prendre les
mesures pour améliorer leur situation financière.
Pour les départements, d’après les données transmises par la DGFIP, 8 % auraient un ratio
supérieur à 9 ans et 3 % supérieur à 11 ans.
Le département de la Drôme fait partie des 92 % des départements ayant un endettement
inférieur à 9 années.
Selon le Gouvernement, ce ratio d’endettement doit être considéré comme un ratio
prudentiel d’alerte sur la situation financière et permettrait de renforcer l’information
financière des Assemblées délibérantes qui leurs permettraient en cas de dépassement du
ratio, selon des modalités bien précises, d’examiner les perspectives financières
pluriannuelles envisagées par la collectivité, la soutenabilité de sa politique d’endettement,
ainsi que les mesures de nature à lui permettre le respect du ratio d’endettement. En effet,
si les collectivités sont dans le respect des plafonds, il ne s’agira que d’une information ; si
les collectivités dépassent le plafond, elles devront dès le DOB 2019 présenter un rapport
en indiquant les mesures mises en œuvre pour revenir en-dessous des seuils maximum
définis par la loi. La CRC pourra être amenée a donner un avis, si les mesures présentées
sont jugées insuffisantes.
18
Par ailleurs, le Gouvernement considère que l’introduction de ce ratio d’endettement
s’inscrit dans la continuité des dispositions de la loi n°2015-991 du 7 août 2015, portant
Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe), notamment son titre IV relatif
à la transparence et à la responsabilité financière des collectivités territoriales et plus
particulièrement l’enrichissement du contenu du rapport relatif au Débat d’Orientations
Budgétaires (DOB), avec l’obligation :
• d’une présentation brève et synthétique retraçant les informations financières
annuelles jointe au Budget Primitif et au Compte Administratif,
• l’élaboration d’un rapport identifiant les actions entreprises à la suite d’un
rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes.
Les députés avaient déjà assoupli ce nouvel encadrement de la dette, en laissant le choix
aux collectivités pour le calcul de leur capacité d'endettement de retenir la capacité
d'autofinancement de l'année écoulée, ou celle qui résulte de "la moyenne des trois
derniers exercices écoulés".
Les sénateurs sont allés plus loin, puisqu’ils ont supprimé le ratio d’encadrement, en
considérant que c’était à l’Etat de faire des efforts et non aux collectivités, dont la dette ne
constitue que 9 % de l’endettement national.
Enfin, le Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques prévoit également un
point important pour les collectivités : les concours financiers de l’Etat aux collectivités
territoriales.
2018 2019 2020 2021 2022
48,11 48,09 48,43 48,49 48,49
(Source : PLPFP Art.13)
Ce montant était de 46,12 Milliards d’euros en 2017, mais le périmètre ayant changé
(la fraction de TVA affectée aux régions, aux collectivités territoriales de Corse, de Martinique et de
Guyane et au département de Mayotte), il ne faut pas en déduire trop vite que les concours de
l’État évolue positivement en 2018.
La trajectoire prévue par le Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques est
reprise dans le cadre du Projet de Loi de Finances pour 2018.
C - Projet de Loi de Finances pour 2018
Le pacte de confiance est l’un des éléments de la nouvelle conception des relations
Etat/collectivités, il est donc pris en compte dans la loi de finances pour 2018.
Après l’exposé des motifs, le PLF 2018 présente les conditions d’équilibre financier du
budget de l’Etat puis dans une seconde partie, les moyens des politiques publiques et les
dispositions spéciales.
Les collectivités locales sont impactées par différents articles de la loi, c’est pourquoi,
depuis la Loi de Finances Rectificative du 25 décembre 2007, l’Etat a obligation de
présenter une annexe au PLF, annexe relative aux transferts financiers de l’Etat aux
collectivités.
19
Dans cette annexe, toute une partie est consacrée à l’évolution des dépenses et
d’endettement des collectivités ; toute cette partie devant en fait servir de justificatif à la
mise en place d’une évolution des dépenses sous contrôle et du ratio prudentiel
d’encadrement, puisqu’il est précisé que la capacité de désendettement des collectivités a
«fortement reculé depuis 2004» puisqu‘elle est passée pour l’ensemble de ces dernières de
3,2 années en 2003, à 5,2 années en 2016 !
Le Gouvernement constate également que malgré la contribution des collectivités
territoriales au redressement des finances publiques, les ressources des collectivités sont
demeurées globalement stables tout comme l’évolution de leurs dépenses à partir de 2014
(tout en précisant que cette stabilité est essentiellement due au recul de l’investissement local).
La future contribution des collectivités au redressement des finances publiques étant
désormais basée sur l’évolution de leurs dépenses de fonctionnement et non plus sur un
prélèvement sur leur recettes, il est annoncé que le montant des transferts de l’Etat aux
collectivités représentent 104,6 milliards d’euros et que ce montant est en augmentation
par rapport à la loi de finances pour 2017.
Comme indiqué dans la partie précédente, le périmètre de l’enveloppe normée a évolué
entre la loi de programmation des finances publiques 2014-2019 et le projet pour 2018-
2022. A été intégrée la fraction de TVA affectée aux régions ainsi que son taux d’évolution
(à la hausse) ; de ce fait les autres concours baissent.
En 2018, une baisse de 3,9 milliards de la DGF est prévue. La loi de finances pour 2017
avait créé un fond transitoire de 450 M€ pour le financement du développement
économique des Régions et leur avait transféré une fraction de TVA à compter de 2018.
Le PLF 2018 prend en compte le transfert de TVA et supprime les 450 M€ du fonds
transitoire ; d’où la baisse de la DGF. Par ailleurs, dans le mécanisme de calcul de la DGF
des départements, est prévue une DGF dite de péréquation. Celle pour 2018 est prévue à
hauteur de 10 M€, soit 2 fois moins que les années précédentes.
Par ailleurs, le PLF 2018 prévoit l’automatisation du Fonds de Compensation pour la Taxe
sur la Valeur Ajoutée (FCTVA) versé aux collectivités. Si cela peut générer des gains de
temps aussi bien pour les personnels de Préfecture que pour les agents départementaux
(la procédure d’instruction devrait être totalement dématérialisée), cela peut, selon les années
pénaliser certaines collectivités. En effet, les cas particuliers et certains comptes ne seront
plus pris en compte dans les calculs.
Enfin, une mesure concerne particulièrement les départements : la modification du calcul
du fonds de péréquation de la CVAE des départements. Ce fonds mis en place en 2013
doit être revu puisque la loi de finances pour 2016 a transféré 25 points de CVAE des
départements aux régions. Cette nouvelle répartition de la CVAE mise en œuvre en 2017 a
des conséquence sur l‘équilibre du fonds départemental de péréquation.
Celui-ci est toujours prévue en 2 parts :
La première, dite prélèvement sur « stock » est alimentée par les départements
qui ont un revenu/habitant supérieur au revenu médian/habitant et une CVAE de l’année
précédente supérieure à 90 % de la CVAE moyenne/habitant. Cette part doit atteindre
60 M€ depuis 2015. Du fait de la baisse de 25 points de CVAE, cette part est ramenée à
30 M€ à compter de 2018. Par ailleurs, le prélèvement n’est plus plafonné à 1 % de la
CVAE perçue l’année précédente mais à 2 %.
La deuxième, dite prélèvement sur « flux » est alimentée par les départements
contributeurs à la 1ère
part et ceux dont l’évolution de la CVAE entre l’année n-1 et n-2
est positive et est supérieure à la moyenne nationale. Pour 2018, la CVAE 2016 est
retraitée afin de pouvoir la comparer à celle perçue en 2017. Cette part est également
plafonnée à 2 % au lieu de 1 % à compter de 2018.
Depuis la création du fonds de péréquation, le département de la Drôme est contributeur.
Cela s’explique par son contexte financier particulier.
20
3 - Le contexte financier de la Drôme 4
La publication obligatoire d’un certain nombre d’indicateurs financiers pour les collectivités
locales et leurs établissements publics ont pour objectif d’accroître la transparence et
l’information des citoyens, mais aussi de permettre le positionnement de la collectivité par
rapport aux autres, voire la détection de difficultés.
L’analyse des principaux ratios 2016 conforte la position du département de la Drôme mais
incite toutefois à rester vigilant pour le BP 2018 afin de conserver sa capacité future
d’investissement.
A - Parangonnage par rapport aux autres collectivités
Le département de la Drôme affiche depuis plusieurs années une situation financière saine,
avec des comptes en meilleure situation que la moyenne des autres départements,
notamment par rapport à ceux de sa strate.
Pour la plupart des ratios financiers stratégiques permettant d’apprécier sa solvabilité
(autofinancement, dette), le département se trouve dans une situation plus confortable que la
moyenne des autres départements.
1.1 L’autofinancement brut
Un des agrégats financiers qui permet d’appréhender la santé financière d’une collectivité
est son autofinancement brut, c’est-à-dire l’excédent de recettes de fonctionnement dégagé
par rapport aux dépenses. Elle constitue la ressource financière interne dont dispose une
collectivité pour financer ses investissements et rembourser sa dette. Son montant est
révélateur de la santé financière à la fois de la section de fonctionnement et celle
d’investissement.
Le graphique ci-dessous montre la qualité de l’autofinancement brut du département de la
Drôme, il enregistre en 2016 le plus fort autofinancement brut des départements de sa
strate.
(Source : Département de la Drôme)
4
Les chiffres du contexte financier sont ceux retraités par la DGCL et peuvent légèrement varier par rapport aux
chiffres fournis dans les autres parties. Ces chiffres permettent de se comparer aux autres collectivités dont les
comptes sont retraités à l’identique.
21
Si en volume, avec 87,4 M€ en 2016, le département de la Drôme se situe en 27ème
position pour sa capacité d’autofinancement brut, rapportée au nombre d’habitant, avec
175 € par habitant, il ressort le 11ème
département le mieux classé au niveau national
(hors Paris).
1.2 Le taux d’épargne brut
De même, au niveau du taux d’épargne brute (Epargne brute rapportée aux recettes réelles de
fonctionnement), le Département avec 15,3 % en 2016 affiche le 15ème
meilleur taux de
l’ensemble des départements. Un tiers des départements enregistre fin 2016 un taux
d’épargne brute inférieur à 10 %.
Le graphique ci-dessous montre la situation contrastée de l’ensemble des départements de
la strate, avec pour la Drôme, à la fois un bon taux d’épargne et un fort autofinancement
brut par habitant.
(Source : Département de la Drôme)
L’épargne n’est pas seulement un agrégat financier de la section de fonctionnement,
il impacte également fortement la section d’investissement en la finançant et limitant ainsi le
recours à l’emprunt.
1.3 La capacité de désendettement
Ce rapport entre l’autofinancement brut et l’endettement du Département est analysé par la
capacité de désendettement qui calcule le nombre d’années nécessaire à une collectivité
pour rembourser sa dette si elle affectait l’intégralité de son autofinancement à ce
remboursement. Le Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques pour 2018-
2022 prévoit de contrôler l’endettement des collectivités à partir de ce ratio (voir infra).
En 2016, le département de la Drôme, avec un ratio de capacité de désendettement de
1,26 an, affiche le 7ème
ratio le moins élevé des départements, sachant que le département
de l’Indre n’a pas de dette fin 2016.
22
Les départements avec une capacité moyenne à 4,4 années, se situent donc loin de la
zone de vigilance de 9-11 ans à partir de laquelle les collectivités pourraient être
contraintes par l’Etat de limiter leurs investissements. Une dizaine de départements
affichent en 2016 un ratio supérieur au seuil d’intervention du Préfet de 9 ans.
Toutefois, cette capacité sera utile dès 2018, pour relancer l’investissement.
Le fort niveau d’autofinancement dégagé par le Département explique son faible
endettement avec 108,6 M€ fin 2016 et 101,8 M€ fin 2017. Il est fin 2016 le
14ème
département le moins endetté de France.
Par habitant, avec 219 €, il ressort comme le 9ème
département le moins endetté.
Le graphique ci-dessous croise le taux d’endettement des départements et leur capacité de
désendettement. Il montre les collectivités qui disposent des meilleures potentialités pour
mobiliser leur dette, en inscrivant clairement la Drôme dans cette catégorie.
(Source : Département de la Drôme)
Le taux d’endettement correspond au rapport entre l’endettement de la collectivité et les
recettes réelles de fonctionnement. Il montre clairement les marges de manœuvre dont
dispose la collectivité pour s’endetter.
En 2016, avec un ratio de 19,26 %, le Drôme occupe la 9ème
place des départements
présentant le meilleur ratio. La moyenne nationale ressort à 51 % et la moyenne de la
strate à 50 %.
23
(Source : Département de la Drôme)
B - Des ratios à nuancer dans le cadre de notre trajectoire financière
Toutefois, ces ratios financiers plutôt positifs doivent être nuancés et incitent à la vigilance
dans le cadre de la trajectoire financière, car plusieurs facteurs inquiétants subsistent :
• la baisse régulière de l’épargne de gestion depuis 20145
(cf.graphique page 52),
• l’évolution en 2016 et 2017 de l’épargne brute du département inférieure à la
moyenne des départements, avec :
• la progression des dépenses de fonctionnement supérieure à celle de la
moyenne nationale :
5
La Cour des comptes dans son rapport « les finances publiques locales » d’octobre 2017 page 47, indique qu’en 2016
« 30 départements ont subi une dégradation de leur épargne brute », la Drôme fait partie de ces 30 départements
Evolution de l’épargne brute 2016 2017
Département de la Drôme + 6,4 % - 5 %
(baisse anticipée)
Moyenne des Départements
(Source : note de conjoncture, tendances 2017 de la Banque Postale)
+ 20,6 % + 5,3 %
CD 26
24
• le poids du secteur social dans les dépenses de fonctionnement
particulièrement élevé avec 49,6 % (le département se classe en 2016 en
69
ème
position des départements).
Ces ratios permettent d’appréhender les marges de manœuvre du Département pour le
BP 2018.
II – Les orientations budgétaires 2018 : renforcer la
solidarité et l’effort d’investissement
Au moment de la rédaction de ce rapport, les prévisions suivantes peuvent être faites pour
nos principales recettes. Elles sont regroupées en trois grands blocs en fonction de leur
nature comptable : les dotations et compensations de l’Etat, la fiscalité directe et la fiscalité
indirecte.
1 – Recettes de fonctionnement et leurs perspectives d’évolution
A - Les dotations et les compensations versées par l’Etat
Ce poste comprend des dotations ou des fonds liés directement à des charges supportées
par le Département.
(Source : Département de la Drôme)
Evolution des depenses de fonctionnement 2015 2016
Département de la Drôme + 2,6 % + 1 %
(hors effet provisions)
Moyenne nationale + 1,5 % +0,1 %
En millions d'euros BP 2017 DOB 2018
Dotations, Compensations & Concours 130,2 129,7
dont
DGF 71,7 71,7
DCRTP 16,4 16,3
Compensations fiscales 4,7 4,6
Concours CNSA (APA, PCH...) (1) 22,2 23,2
Emplois avenir 0,9 0,1
25
1.1 Dotation Générale de Fonctionnement (DGF)
Pour notre Département, la Dotation Générale de Fonctionnement (DGF) constitue le
premier concours de l’Etat. La DGF s’élève à 71,74 M€ en 2017. Cette recette, après avoir
été gelée entre 2011 et 2013, est réduite depuis 2014 au titre de la contribution des
collectivités au redressement des comptes publics. Sur la période 2014-2017,
les collectivités ont contribué au redressement des finances publiques par une minoration
de la DGF de 11.475 milliards d’euros.
(Source : Département de la Drôme)
Pour 2018, le Projet de Loi de Finances fixe le montant de la Dotation Globale de
Fonctionnement à 27,05 milliards d’euros en 2018, contre 30,86 milliards d’euros en 2017,
soit une baisse de 3,8 milliards d’euros. Cette diminution ne provient pas d’une nouvelle
tranche de contribution au redressement des finances publiques, mais du transfert aux
régions d’une fraction de TVA en lieu et place de leur DGF.
L’exercice 2018 est donc en rupture avec les précédents en matière de transferts financiers
de l’Etat aux collectivités territoriales. Il ne comprend plus de baisse de la DGF.
Pour autant, les collectivités continueront à participer à l’effort de réduction du déficit public.
Elles devront y contribuer d’ici 2022 à hauteur de 13 milliards d’euros.
Avec l’annonce d’une stabilité de la DGF pour 2018, le montant devrait être proche de celui
notifié en 2017 soit 71,7 millions d’euros.
1.2 Dotation de Compensation de la Réforme de la Taxe Professionnelle
(DCRTP)
Cette dotation a été créée pour compenser les collectivités perdantes suite à la
suppression de la taxe professionnelle. Cette recette d’ajustement était figée jusqu’en
2016.
L’Etat a décidé, en 2017, de l’intégrer dans le périmètre des concours de l’Etat servant de
variable d’ajustement. Pour le Département cette mesure a représenté une baisse de 9 %.
Le PLF 2018 précise un taux de minoration de -0,23 % pour la DCRTP des départements.
Notre projection pour 2018 s’appuie sur cette variation.
1.3 Les compensations fiscales
Les compensations fiscales versées par l’Etat (foncier bâti, taxe d’habitation et professionnelle)
sont une variable d’ajustement de l’enveloppe normée. Cette enveloppe rassemble les
dotations de l’Etat aux collectivités, certaines dotations augmentant, des réductions sont à
appliquer sur les autres dotations. Les compensations d’exonérations apparaissent depuis
quelques années comme variable à la baisse au sein de l’enveloppe normée. Le taux de
minoration en 2018 serait de -0,23 % (PLF 2018).
2014 2015 2016 2017
Contribution au titre
de
2014 -3,3 M€ -3,3 M€ -3,3 M€ -3,3 M€
Contribution
supplémentaire
2015 -8,0 M€ -8,0 M€ -8,0 M€
Contribution
supplémentaire
2016 -8,1 M€ -8,1 M€
Contribution
supplémentaire
2017 -8,3 M€
Contribution -3,3 M€ -11,3 M€ -19,4 M€ -27,7 M€
26
1.4 Concours de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie
Les concours de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) sont versés
aux Départements dans le cadre du financement de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie
(APA), de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et des Maisons
Départementales des Personnes Handicapées (MDPH). Le montant de ces ressources est
globalement stable.
La loi relative à l’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV) prévoit l’octroi d’un
concours de la CNSA aux départements dans le cadre de la Conférence des Financeurs
pour financer des actions liées à la prévention et à l’autonomie. Le montant prévisionnel
pour 2018 est de 1,3 Millions d’euros (montant identique en dépense).
B - Les recettes de fiscalité directe
Les recettes concernées par ce bloc sont celles qui d’un point de vue comptable sont
rattachées à la rubrique de la fiscalité directe. Pour autant, le foncier bâti est le seul impôt
sur lequel les départements disposent d’un pouvoir de vote des taux.
(Source : Département de la Drôme)
1.1 Taux départemental foncier bâti inchangé depuis 2012
La taxe foncière sur les propriétés bâties représente depuis la réforme de la taxe
professionnelle, le seul levier fiscal encore mobilisable par le Département. Conformément
aux engagements de l’exécutif, le taux du foncier bâti n’augmentera pas en 2018. Le taux
de foncier bâti sera maintenu au même niveau soit 15,51 %. Cela fera ainsi la
septième année consécutive de non augmentation du taux.
La prévision pour 2018 repose sur une hausse des bases de 1,6 % se répartissant entre
une évolution physique de +0,8 %, et une évolution actuarielle (inflation constatée au mois
novembre) estimée à +0,8 %.
(Source : Département de la Drôme)
En millions d'euros BP 2017 DOB 2018
Total fiscalité directe 191,8 183,4
Foncier bâti 109,9 111,8
CVAE 32,1 32,2
Attribution CVAE compensation Région (1) 19,8 9,0
FNGIR 14,0 14,0
DCP (frais de gestion foncier bâti) 8,1 8,3
IFER 7,9 8,0
(1) Montant provisoire csuite au transfert de la compétence transport à la Région
2012 2013 2014 2015 2016 2017
Evolution actuarielle 1,8% 1,8% 0,9% 0,9% 1,0% 0,4%
Evolution physique 2,7% 1,9% 3,2% 3,0% 1,4% 1,5%
Evolution base globale 4,5% 3,7% 4,1% 3,9% 2,4% 1,9%
27
Le taux départemental (15,51 %) est très inférieur au taux moyen des départements
appartenant à la même strate (21,36 %) et à la moyenne nationale (16,25 %).
Le graphique ci-après montre la situation contrastée des départements de la strate avec
des taux de 11,03 %, jusqu’à plus de 30 %. Plus de la moitié des départements ont en
2017 un taux supérieur à 20 %. La Drôme avec un taux de 15,51 % se situe au 4e
rang.
(Source : Département de la Drôme)
En 2017, la réforme de la valeur locative des locaux professionnels sera mise en œuvre.
L’enjeu de la réforme est de remplacer les valeurs locatives qui dataient de 1970 et qui
créaient des situations inéquitables entre contribuables. Le principe retenu est d’assurer
aux collectivités des ressources fiscales constantes.
1.2 Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)
Depuis le 1er janvier 2010, la Contribution Economique Territoriale (CET) a remplacé la
taxe professionnelle. Les personnes exerçant habituellement une activité en France sont
redevables de cette cotisation. Elle repose sur deux socles : la Cotisation Foncière des
Entreprises (CFE) perçue seulement par les communes et la Cotisation sur la Valeur
Ajoutée des Entreprises (CVAE). En 2016, la Loi de Finances a transféré 25 points de
CVAE des Départements au profit des Régions suite au transfert de la compétence
transport. La croissance de cette ressource porte donc sur une assiette moins importante.
La CVAE est répartie comme suit, à compter de 2017 :
• Bloc Communal : 26,5 %,
• Départements : 23,5 %,
• Région 50 %.
Pour 2018, la prévision tient compte de la stabilité du produit constatée en 2017.
T a u x fo n c ie r b â ti e n 2 0 1 7 d e s d é p a r te m e n ts d e n o tr e s tra te
0 ,0 0
5 ,0 0
1 0 ,0 0
1 5 ,0 0
2 0 ,0 0
2 5 ,0 0
3 0 ,0 0
3 5 ,0 0
Rhône
Savoie
Landes
Drôme
Vienne
Ardèche
HauteVienne
DeuxSèvres
Aube
Cher
Mayenne
Pyr.Orientales
Eure&loir
Aveyron
Manche
Yonne
LotetGaronne
Charente
Allier
Ardennes
Jura
LoiretCher
Dordogne
Vosges
Orne
Tarn&Garonne
Tarn
Aude
Ta u x ta x e f o n c iè re Ta u x mo y e n d é p a r te m e n ta l
M o y e n n e n a tio n a le
28
1.3 Les Impôts Forfaitaires des Entreprises de Réseaux (IFER)
Les entreprises de réseaux doivent s’acquitter d’une imposition forfaitaire depuis 2011.
Cet impôt concerne principalement les grosses entreprises du secteur de l’énergie, du
transport ferroviaire et des télécommunications. Les tarifs sont revalorisés chaque année
par le taux d’inflation prévisionnel du Projet de Loi de Finances. Le produit attendu pour
2018 s’élève à 8 millions d’euros, soit une progression de +0.8 % par rapport à 2017.
1.4 Fonds National de Garantie Individuelle de Ressources (FNGIR)
Ce fonds, qui est une recette de compensation entre anciennes et nouvelles recettes
fiscales, est figé dans le temps ; pour notre département il est de 14,01 millions d’euros.
1.5 Dispositif de Compensation Péréquée (DCP)
Cette recette transférée par la loi de finances 2014 aux départements est l’une des
mesures visant à réduire le reste à charge des Allocations Individuelles de Solidarité (APA,
PCH, RSA).
Ce fonds est abondé par les frais de gestion perçus par l’Etat sur la taxe foncière. Pour
2018, le produit estimé à 8,3 millions d’euros, soit une variation de +1,5 % par rapport au
produit 2017.
C - La fiscalité indirecte : catégorie de ressources la plus dynamique du
département.
La fiscalité indirecte correspond aux recettes des départements les plus dynamiques ces
dernières années, notamment par rapport à la fiscalité directe ou aux dotations,
essentiellement en raison de la progression des Droits de Mutation à Titres Onéreux
(DMTO).
Selon la note de conjonctures de septembre 2017 (tendances 2017) de la Banque Postale,
les recettes de la fiscalité indirecte des départements devraient progresser de 8 %, alors
que la fiscalité directe (en raison de la perte de CVAE) et les dotations (en raison des ponctions
de l’Etat) régressent.
La part de la fiscalité indirecte est donc de plus en plus majoritaire par rapport aux autres
catégories de recettes.
En 2012, pour le département de la Drôme, ces trois parts étaient quasi similaires :
• La part de la fiscalité indirecte était de 32 %,
• celle de la fiscalité directe de 30 %,
• et celle des dotations de 31 %.
En 2017, la part passe respectivement à 37 %, 34 % et 22 %.
La fiscalité indirecte comprend plusieurs taxes dont les principales sont la Taxe Spéciale
sur les Conventions d’Assurance (TSCA) avec 71 M€ d’encaissements prévus en 2017
(en baisse par rapport à l’exercice 2016 avec 74,5 M€, exercice qui avait fait l’objet de
régularisations), les droits de mutation avec 75 M€ attendus, en forte hausse par rapport à
2016 (+1 M€) et la Taxe Intérieure de Consommations sur les Produits Energétiques
(TICPE) (42,6 M€ prévus comme en 2016).
La TSCA et la TICPE ont progressé en fonction des compensations des transferts de
compétences ou de la perte de fiscalité lors de la réforme de la fiscalité locale en 2010.
Elles ne présentent pas de fort potentiel évolutif, le département n’ayant aucun pouvoir de
taux sur ces taxes.
29
En revanche, les DMTO connaissent depuis 2014 une évolution positive importante : ils ont
permis aux départements de pouvoir faire face aux réductions des dotations et de maintenir
leur épargne brute. Cette progression est due à la fois à un effet taux et un effet base.
En 2014, les DMTO progressent essentiellement en raison de la majoration du taux de 3,8
% à 4,5 % votée par la grande majorité des départements (90 départements dont le
département de la Drôme).
En 2017, seuls quatre départements ont maintenu leur taux à 3,8 % (l’Indre, l’Isère,
le Morbihan et Mayotte).
L’évolution des bases des DMTO est tributaire du nombre de transactions immobilières sur
le marché de l’ancien et de l’accroissement des prix de l’immobilier, elles peuvent d’une
année sur l’autre connaître de fortes variations.
L’évolution des DMTO en Drôme, après avoir connu une évolution différenciée par rapport
aux autres départements, enregistre des évolutions tendancielles assez comparables
depuis 2015 avec +18 % en Drôme en 2015 (+15 % moyenne des départements), +5 % en
2016 (+8 % au niveau national) et +18 % attendus en 2017 (identique à la moyenne nationale).
(Source : Département de la Drôme)
Pour le département de la Drôme, les ponctions 2017 sur les dotations, 8,8 M€ sur la
Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) et 1,6 M€ de Dotation de Compensation de la
Réforme de la Taxe Professionnelle (DCRTP), devraient être intégralement compensées
par l’accroissement des DMTO de l’ordre de 11 M€.
En 2016, le montant par habitant des DMTO encaissé en Drôme (corrigé de la péréquation)
est de 127 €. Parmi les départements de sa strate, il est plutôt bien placé, il se situe au-
dessus de la moyenne qui est de 113 €/habitant.
Il reste toutefois en-deçà de la moyenne nationale de 155 €/habitant, quelques
départements urbains et méditerranéens, particulièrement attractifs, tirent la moyenne vers
le haut.
30
(Source : Département de la Drôme)
La forte progression des DMTO en 2017 ne devrait avoir qu’un impact limité quant à notre
participation en 2018 à la péréquation, dans la mesure où la progression nationale devrait
être du même ordre.
Pour 2018, les perspectives de croissance au niveau national sont relativement favorables,
les taux d’intérêts devraient rester bas, ce qui permet d’envisager le maintien d’un bon
niveau de DMTO. Toutefois, la volatilité de cette recette nécessite de faire preuve d’une
grande prudence dans les prévisions, quitte à réajuster les crédits en cours d’exercice.
D - Les fonds de péréquation
Dans le prolongement de la réforme de la taxe professionnelle de 2010, deux fonds
nationaux de péréquation horizontale ont été créés avec pour finalité l’atténuation des
disparités entre collectivités par une redistribution des ressources : le fonds national de
péréquation des Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO) et le fonds national de
péréquation de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE). La loi de
finances pour 2014 a créé également le fonds de solidarité, pérennisé par la loi de finances
2016.
Si la péréquation horizontale permet au département de la Drôme de bénéficier de
ressources sur deux des trois fonds existants, elle se traduit également par des
contributions à ces dispositifs. Ce mécanisme constituant en une redistribution des recettes
de droit de mutation ou de CVAE entre collectivités, relève de mécanismes complexes,
difficiles à estimer.
31
1.1 Le fonds de péréquation des DMTO
Le fonds national de péréquation des DMTO, mis en place en 2011, est une péréquation
entre les départements ayant les DMTO les plus dynamiques et importants et les
départements moins favorisés.
Ce fonds est alimenté par deux prélèvements :
• Un prélèvement sur stock, sont contributeurs les départements dont le
montant des DMTO par habitant est supérieur à 75 % de la moyenne
nationale DMTO par habitant.
• Un prélèvement sur flux, sont contributeurs les Départements dont les
DMTO connaissent une progression supérieure à deux fois l’inflation et
remplissant les conditions du prélèvement sur stock.
Depuis sa mise en œuvre, le Département a toujours contribué à ce fonds ; il en est
bénéficiaire depuis le changement de critère intervenu en loi de finances en 2013
avec la prise en compte du revenu moyen par habitant.
Son montant dépend de divers paramètres dont la possibilité pour le Comité des
Finances Locales de mettre en réserve une partie des ressources de ce fonds. Selon les
prévisions de cabinets spécialisés en finances, le Département devrait être bénéficiaire et
contributeur à ce fonds en 2018, avec un solde positif estimé de 905.000 € (scenario bas)
à 1.800.000 € (scenario haut).
1.2 Fonds de solidarité
Le fonds national de solidarité a été créé par la loi de finances 2014 dans le cadre du
dispositif de compensation des allocations de solidarité afin de réduire les inégalités
relatives au reste à charge pour les Allocations Individuelles de Solidarité (RSA, APA,
PCH). Il est abondé par un prélèvement de 0,35 % sur le produit DMTO n-1, il est ensuite
réparti entre les départements dont le montant de DMTO par habitant est inférieur à 1,4 fois
le montant par habitant de l’ensemble des départements. Le Département est à la fois
bénéficiaire et contributeur à ce fonds.
Selon les estimations publiées par des cabinets financiers, le Département serait
bénéficiaire et contributeur en 2018. Le solde serait positif mais à des montants
prévisionnels différents de 1.147.000 € à 500.000 €.
1.3 Fonds de péréquation de la CVAE
Le fonds national de péréquation de la CVAE, entré en vigueur en 2013, est alimenté par
un prélèvement sur le stock auprès des départements avec une CVAE par habitant élevée
et un prélèvement sur flux auprès de ceux qui connaissent une forte progression de leur
CVAE d’une année sur l’autre. Compte-tenu du transfert d’une fraction de la CVAE
départementale aux régions en 2017, le fonctionnement de ce fonds est revu dans le cadre
du PLF 2018 : le prélèvement sur stock est ramené de 60 millions à 30 millions d’euros et
la contribution des départements concernés est plafonnée pour chaque prélèvement à 2 %
de CVAE de l’année précédente (au lieu de 1 %).
Compte-tenu des critères de répartition de ce fonds, le Département est uniquement
contributeur à ce fonds. Pour 2018, notre contribution devrait être de l’ordre de 200.000 €.
32
1.4 Synthèse des attributions et contributions au titre des fonds de
péréquation.
(Source : Département de la Drôme)
Au vu de l’estimation de nos produits, nos efforts de rationalisation des dépenses sont à
poursuivre d’autant que les Allocations Individuelles de Solidarité et les frais d’hébergement
notamment pour l’aide sociale à l’enfance continuent de progresser.
2 - Malgré l’effort continu de maîtrise des dépenses de
fonctionnement, le Département poursuit sa politique de soutien
au développement local
Dans un contexte d’incertitudes fiscales et économique difficile, qui renforce le besoin d’une
prise en charge sociale inflationniste, le Département est amené à poursuivre l’effort de
maîtrise des dépenses de fonctionnement, d’une part, pour assurer ses compétences
obligatoires en matière sociale, et d’autre part, pouvoir poursuivre sa politique
d’accompagnement de développement du territoire et d’amélioration du cadre de vie des
Drômois ;
A - Solidarité : les compétences obligatoires en matière sociale
1.1 Un financement insuffisant des Allocations Individuelles de
Solidarité et une prise en charge des Mineurs Non Accompagnés au cœur des
problématiques des départements
Le financement des Allocations Individuelles de Solidarité (AIS) et celui de la prise en
charge des Mineurs Non Accompagnés (MNA) constituent la préoccupation majeure des
Départements dans le cadre des discussions budgétaires avec l’Etat pour 2018.
Alors que l’Etat fait part de son souhait de signer en 2018, avec 319 collectivités (dont les
conseils départementaux) pour contractualiser l’évolution de leurs dépenses de
fonctionnement (13 milliards d’euros d’ici fin 2022), l’Assemblée des Départements de France
(ADF) pose comme préalable à la contractualisation, la demande de compensation
intégrale du reste à charge lié au surcoût de versement des AIS, et que celles-ci soient
exclues de l’objectif fixé.
Sur le plan national, l‘Etat ne paierait que 57 % des montants dus globalement aux
départements, soit 3 milliards d’euros non compensés.
SOLDE
(Attribution - Contribution)
CA 2011 CA 2012 CA 2013 CA 2014 CA 2015 CA 2016
CA
anticipé
2017
Solde Fonds DMTO -2,4 M€ -3,0 M€ 1,9 M€ 0,9 M€ 1,7 M€ 0,9 M€ 1,4 M€
SoldeFonds CVAE - 0,8 M€ - 0,5 M€ -1,3 M€ -1,4 M€ -0,8 M€
Solde Fonds solidarité 3,8 M€ 4,2 M€ 1,0 M€ 1,1 M€
Solde global -2,4 M€ -3,0 M€ 1,1 M€ 4,2 M€ 4,6 M€ 0,5 M€ 1,7 M€
33
Le second sujet préoccupant concerne l’amélioration de la prise en charge des mineurs
non accompagnés, avec, au 31 décembre 2016, plus de 19.221 jeunes étrangers6
pris en
charge par les départements au titre de l’aide sociale, soit, un coût estimé de 1 milliard
d’euros sur le plan national. Le Président de l’ADF a alerté sur la croissance exponentielle
du nombre de prise en charge avec un nombre de MNA pouvant dépasser les 25.000 à fin
2017.
En réponse à cette alerte, le Gouvernement s’est engagé, d’une part, à accompagner les
départements dans la prise en charge de l’augmentation du nombre de MNA générée
depuis le 31 décembre 2016, sur la base d’une aide au financement à hauteur de 30 % de
la charge supplémentaire générée en un an, et d’autre part, à entamer en 2018 un plan
d’action en concertation avec les collectivités pour juguler et mieux contrôler l’afflux de
MNA.
Au regard du contexte national, le département de la Drôme se trouve confronté de la
même manière à une hausse poursuivie du nombre de MNA, une tendance inflationniste
des dépenses pour les personnes âgées et handicapées, mais une stabilisation en 2017 du
coût RSA.
1.2 Le Département de la Drôme confronté à la poursuite de la hausse
des Allocations Individuelles de Solidarité
a - Le secteur du Handicap
Le secteur du handicap affiche une augmentation de 3 % des dépenses de Prestation de
Compensation du Handicap (PCH) en 2017, alors que celles-ci étaient contenues depuis
2014. Malgré une tarification stabilisée pour l’hébergement, le poids croissant du nombre
de bénéficiaires de la PCH, du montant moyen des aides attribuées, et l’appel à
ouverture de places supplémentaires pourraient amener une hausse de plus 3 %
entre le budget de 2017 et celui de 2018.
Evolution des bénéficiaires de la PCH
et des aides humaines de 2011 à 2016
687
2 0692 001
1 492
1 815
759508
839
1 842
0
500
1 000
1 500
2 000
2 500
2011 2012 2013 2014 2015 2016
1 600
1 650
1 700
1 750
1 800
1 850
1 900
bénéficiaires PCH payés Aides humaines acceptées
Places Hébergement PH
(Source : Département de la Drôme)
Avec 46.7 M€ en 2016, l’hébergement a représenté plus de 67.8 % des dépenses
consacrées à ce secteur.
On constate une tendance similaire à la hausse pour le secteur des personnes âgées.
6
Source ADF
34
b - Le secteur des personnes âgées
Le vieillissement de la population confirme une nécessité de prise en charge croissante
dans le secteur de l’aide aux personnes âgées, et la hausse des plus de 75 ans a tendance
à s’accélérer pour atteindre certainement plus de 4 % par an, en 2022.
EVOLUTION PREVISIONNELLE DE LA POPULATION DES 75 ANS ET PLUS
DEPARTEMENT DE LA DROME – 2016 A 2022
TERRITOIRE 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
France entière 6 072 128 6 084 104 6 138 201 6 218 428 6 304 727 6 394 910 6 640 897
France métropolitaine 6 030 723 6 032 341 6 075 879 6 143 607 6 217 452 6 294 468 6 527 944
Drôme 51 551 51 950 52 848 53 783 54 858 55 878 58 261
Evolution Drôme 0,77% 1,73% 1,77% 2,00% 1,86% 4,26%
(Sources : Observatoire)
La dépense pour le secteur des personnes âgées affiche une progression de plus de 4 %
depuis 2014, avec un nombre de bénéficiaires de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie
(APA) approchant le seuil de 14.000. Cette hausse des dépenses, notamment de l’APA à
domicile, est renforcée depuis 2016 dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi de
l’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV).
Nombre de bénéficiaires APA domicile et établissement 2011 à
2016
7 618
6 862
8 420 8 869
4 7894 491 4 904
4 112
0
2 000
4 000
6 000
8 000
10 000
2011 2012 2013 2014 2015 2016
Nombre de bénéficiaires APA Domicile Nombre de bénéficiaires établissement
(Source : Département de la Drôme)
Le département de la Drôme fait partie de ceux qui se sont engagés à travailler au
rapprochement des dispositifs d’information, d’accueil et d’évaluation de la situation des
personnes âgées et personne handicapées, sous forme de Maison Départementale de
l’Autonomie ( MDA), projet phare pour les prochaines années.
35
c - Le secteur de l’insertion : une stabilisation des allocations en 2017
Concernant l’insertion et les allocations RSA dans la Drôme, alors que la progression des
allocations a dépassé une moyenne de 6.6 % entre 2014 et 2016, l’année 2017 marque
une phase de stabilisation avec une croissance nulle ; La mise en place de la prime
d’activité au 1er
janvier 2016 aurait eu un impact positif sur les bénéficiaires du RSA
activité, et leur aurait permis de sortir du dispositif RSA.
Néanmoins, deux axes restent prioritaires dans le cadre de la maîtrise et optimisation des
dépenses d‘insertion :
• Un Plan Départemental d’Insertion (PDI) renforcé sur l’insertion par
l’économie,
• un co-financement des actions par l’Europe dans le cadre du Fonds Social
Européen (FSE) afin d’optimiser le champ d’actions, tout en diminuant la
charge nette pour le Département. Le Département a conventionné avec
l’Europe dans le cadre de la programmation 2014-2020.
(Source : Département de la Drôme)
d - Le secteur de l’enfance : le poids croissant des MNA et de l’hébergement
Entre 2011 et 2016, les dépenses de l’enfance ont progressé de plus de 18 % pour
atteindre 56 M€ en 2016, soit 8 M€ annuels supplémentaires par rapport à l’année 2011.
Le coût 2017 devrait dépasser les 57 M€.
Les établissements représentent plus de 57 % des dépenses de fonctionnement annuelles
du secteur de l’Enfance, et ont été pour la plupart passés en Contrat Pluriannuel d’Objectifs
et de Moyens (CPOM).
(Source : Département de la Drôme)
Evolution du budget Enfance 2011-2016
0
10 000 000
20 000 000
30 000 000
40 000 000
50 000 000
60 000 000
CA 2011 CA 2012 CA 2013 CA 2014 CA 2015 CA 2016
Dépenses(M€)
Autres dispositifs
Prévention
Enfance famille
Subvention
budget MDE
Accompagnement
hors murs
Placement
Familial
Frais
Evolution des dépenses d'Insertion
0
10 000 000
20 000 000
30 000 000
40 000 000
50 000 000
60 000 000
70 000 000
80 000 000
CA 2012 CA 2013 CA 2014 CA 2015 CA 2016 Tendance
2017
0
1 000 000
2 000 000
3 000 000
4 000 000
5 000 000
6 000 000
RSA
Contrats
accompagnement
Contrats initiative
emploi
Autres (PDI)
36
La croissance du budget de dépenses représente plus de 3 % de croissance annuelle
moyenne depuis 2011.
En effet, globalement, l’évolution du nombre d’enfants en Drôme pris en charge en
protection de l’enfance sur la période 2010/2015 est de 10 %.
Evolution du nombre d’enfants Drômois en Placement / AEMO-AED associatif
(Source : Département de la Drôme)
Malgré la mise en œuvre de dispositifs alternatifs à l’internat, dispositif le plus onéreux, le
volume de prise en charge ne cesse d’augmenter, et atteint plus de 100 MNA suivis début
2017.
Les mesures d’optimisation visant à chercher des solutions répondant au besoin tout en
diminuant le coût restent un axe fort des actions de l’enfance : augmentation du placement
familial, augmentation du nombre de places en appartements et foyers…
(Source : Département de la Drôme)
1800
2000
2200
2400
moy2010 moy2011 moy2012 moy2013 moy2014 moy2015 moy2016 moy 2017 Hyp BP18
Evolution du nombre de MNA en Drôme
0
20
40
60
80
100
120
140
160
juin-13 2013 2014 2015 2016 sept-17 hyp BP 2018
Années
No
mb
re
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018
Débat d'orientations budgétaires 2018

Contenu connexe

Tendances

Frederic Lacave
Frederic LacaveFrederic Lacave
Frederic Lacave
Frederic LACAVE
 
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
FactaMedia
 
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Silicon Village
 
La situation et les perspectives des finances publiques
La situation et les perspectives des finances publiquesLa situation et les perspectives des finances publiques
La situation et les perspectives des finances publiques
Hélène Seloger
 
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Enzo KADRI
 
Belgian government formation agreement
Belgian government formation agreementBelgian government formation agreement
Belgian government formation agreement
Nora Lindvall
 
France stratégie
France stratégieFrance stratégie
France stratégie
NetPME
 
Cper 2015 2020
Cper 2015 2020Cper 2015 2020
Cper 2015 2020
Martine Promess
 
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Agathe Mercante
 
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020 Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020
Paperjam_redaction
 
Le sixième Plan de développement économique et social
Le sixième Plan de développement économique et socialLe sixième Plan de développement économique et social
Le sixième Plan de développement économique et social
France Stratégie
 
Le septième Plan de développement économique et social
Le septième Plan de développement économique et socialLe septième Plan de développement économique et social
Le septième Plan de développement économique et social
France Stratégie
 
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
France Stratégie
 
Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3
Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3
Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3
Fatoumata Chérif
 
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
Guillaume Kordonian
 
Annuaire statistique de la Défense 2014 2015
Annuaire statistique de la Défense 2014 2015Annuaire statistique de la Défense 2014 2015
Annuaire statistique de la Défense 2014 2015
Ministère des Armées
 
2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...
2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...
2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...
Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...
Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...
Société Tripalio
 
Avis budget 2020
Avis budget 2020Avis budget 2020
Avis budget 2020
Paperjam_redaction
 

Tendances (20)

Frederic Lacave
Frederic LacaveFrederic Lacave
Frederic Lacave
 
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
 
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
 
La situation et les perspectives des finances publiques
La situation et les perspectives des finances publiquesLa situation et les perspectives des finances publiques
La situation et les perspectives des finances publiques
 
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
Politiques de décarbonation de la France : stratégies, perspectives et limite...
 
Belgian government formation agreement
Belgian government formation agreementBelgian government formation agreement
Belgian government formation agreement
 
France stratégie
France stratégieFrance stratégie
France stratégie
 
Cper 2015 2020
Cper 2015 2020Cper 2015 2020
Cper 2015 2020
 
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017Memento du candidat aux elections legislatives 2017
Memento du candidat aux elections legislatives 2017
 
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020 Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2020
 
Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012
Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012
Rapport fpic-pour-cfl-27sept-2012
 
Le sixième Plan de développement économique et social
Le sixième Plan de développement économique et socialLe sixième Plan de développement économique et social
Le sixième Plan de développement économique et social
 
Le septième Plan de développement économique et social
Le septième Plan de développement économique et socialLe septième Plan de développement économique et social
Le septième Plan de développement économique et social
 
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2014 du Comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
 
Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3
Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3
Rapport itie-02-guinee-2017-version-signee-3
 
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
RAPPORT DU CNC - Étude comparative des crédits d impôts en europe et au ca...
 
Annuaire statistique de la Défense 2014 2015
Annuaire statistique de la Défense 2014 2015Annuaire statistique de la Défense 2014 2015
Annuaire statistique de la Défense 2014 2015
 
2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...
2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...
2011 04 06_rapport_eco_industries_pdc http://www.cgiet.org/documents/2011_04_...
 
Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...
Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...
Comment peut-on comparer les régimes d'assurance chômage entre les Etats de l...
 
Avis budget 2020
Avis budget 2020Avis budget 2020
Avis budget 2020
 

Similaire à Débat d'orientations budgétaires 2018

Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019
Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019
Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019
senmfb
 
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
Stanleylucas
 
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaiaShema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Archi Guelma
 
déclaration politique générale
déclaration politique généraledéclaration politique générale
déclaration politique généraleCédric Petit
 
Projet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique généraleProjet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique généraleGil Durand
 
2016 courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2
2016 courdescomptes  rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v22016 courdescomptes  rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2
2016 courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2
pascaljan
 
PLFSS 2018 : rapport au Sénat
PLFSS 2018 : rapport au SénatPLFSS 2018 : rapport au Sénat
PLFSS 2018 : rapport au Sénat
Société Tripalio
 
Le projet de loi de finances rectificative pour 2015
Le projet de loi de finances rectificative pour 2015Le projet de loi de finances rectificative pour 2015
Le projet de loi de finances rectificative pour 2015
actuel-expert-comptable
 
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023
Paperjam_redaction
 
Projet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au Maroc
Projet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au MarocProjet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au Maroc
Projet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au Maroc
Abdeljalil LAFIF
 
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...Nathalie SALLES
 
Dpes version-finale
Dpes version-finaleDpes version-finale
Dpes version-finaleleral
 
Guide Invest Algeria
Guide Invest AlgeriaGuide Invest Algeria
Guide Invest Algeria
redsouad
 
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...
Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...
Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...
FactaMedia
 
Emprunt Obligatoire Public Etat du Sénégal
Emprunt Obligatoire Public Etat du SénégalEmprunt Obligatoire Public Etat du Sénégal
Emprunt Obligatoire Public Etat du Sénégalleral
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
Collectif PAPERA
 
Np fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frNp fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frhyazzi90
 
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Serigne Diagne
 

Similaire à Débat d'orientations budgétaires 2018 (20)

Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019
Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019
Rapport annuel d'activites du ministère des Finances et du budget édition 2019
 
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
RAPPORT SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ÉTAT ET L’EFFICACITÉ DES DÉPENSES PU...
 
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
Crise et croissance_cae (http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/crise_et_croissance_C...
 
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaiaShema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
Shema directeur d'aménagement touristique de la wilaya de bejaia
 
déclaration politique générale
déclaration politique généraledéclaration politique générale
déclaration politique générale
 
Projet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique généraleProjet de déclaration de Politique générale
Projet de déclaration de Politique générale
 
2016 courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2
2016 courdescomptes  rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v22016 courdescomptes  rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2
2016 courdescomptes rapport-situation-perspectives-finances-publiques-v2
 
PLFSS 2018 : rapport au Sénat
PLFSS 2018 : rapport au SénatPLFSS 2018 : rapport au Sénat
PLFSS 2018 : rapport au Sénat
 
Le projet de loi de finances rectificative pour 2015
Le projet de loi de finances rectificative pour 2015Le projet de loi de finances rectificative pour 2015
Le projet de loi de finances rectificative pour 2015
 
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023
Avis de la Cour des comptes sur le budget 2023
 
Projet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au Maroc
Projet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au MarocProjet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au Maroc
Projet de loi de finances pour l année budgétaire 2016 au Maroc
 
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
Rapport de la Cour des comptes : Le marché du travail : face à un chômage éle...
 
Dpes version-finale
Dpes version-finaleDpes version-finale
Dpes version-finale
 
Guide Invest Algeria
Guide Invest AlgeriaGuide Invest Algeria
Guide Invest Algeria
 
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014Rapport ofe financement des tpe juin 2014
Rapport ofe financement des tpe juin 2014
 
Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...
Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...
Rapport sur l’application des mesures fiscales contenues dans les lois de fin...
 
Emprunt Obligatoire Public Etat du Sénégal
Emprunt Obligatoire Public Etat du SénégalEmprunt Obligatoire Public Etat du Sénégal
Emprunt Obligatoire Public Etat du Sénégal
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
 
Np fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frNp fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf fr
 
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
Le rapport semestriel de la banque mondiale sur la situation du Senegal
 

Plus de La Drôme Le Département

La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme Le Département
 
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
La Drôme Le Département
 
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme Le Département
 
Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme Le Département
 
Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019
La Drôme Le Département
 
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme Le Département
 
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme Le Département
 
Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018
La Drôme Le Département
 
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
La Drôme Le Département
 
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
La Drôme Le Département
 

Plus de La Drôme Le Département (20)

La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
La Drôme – Le Magazine n°14 (janvier-mars 2023)
 
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
 
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2020 - Département de la Drôme
 
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°13 (octobre-décembre 2022)
 
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
La Drôme – Le Magazine n°12 (juillet-septembre 2022)
 
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
La Drôme- Le Magazine n°11 (avril-juin 2022)
 
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
La Drôme - Le Magazine n°10 (janvier-mars 2022)
 
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°9 (octobre-décembre 2021)
 
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
La Drôme - Le Magazine n°8 (juillet-septembre 2021)
 
Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020Rapport d'activités 2020
Rapport d'activités 2020
 
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
La Drôme – Le Magazine n°7 (avril-juin 2021)
 
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
La Drôme – Le Magazine n°6 (janvier-mars 2021)
 
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
La Drôme – Le Magazine n°5 (octobre-décembre 2020)
 
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
La Drôme - Le Magazine n°4 (juillet-septembre 2020)
 
Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019Rapport d'activités 2019
Rapport d'activités 2019
 
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
La Drôme - Le Magazine n°3 (janvier-mars 2020)
 
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
 
Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018Rapport d'activité 2018
Rapport d'activité 2018
 
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
Lettre d'Information du Département n°2 (juillet-septembre 2019)
 
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
Magazine La Drôme n°2 (juillet-décembre 2019)
 

Dernier

Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Guy Boulianne
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdfLe-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
lecourrierdesstrateg
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juinAnimations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Philippe Villette
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUINPETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
MAIRIEORGERUS
 
Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024
Philippe Villette
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
AssociationAF
 

Dernier (17)

Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
Le programme particulier d’urbanisme (PPU)
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdfLe-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
Le-programme-du-Nouveau-Front-Populaire-date-du-14-juin-2024.pdf
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juinAnimations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
Animations du Pays d'Art et d'Histoire Aure Louron du 16 au 23 juin
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12e-1. Mémoire des guerres : ...
 
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUINPETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
PETIT ECHO D'ORGERUS DU MOIS DE MAI JUIN
 
Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024Programme d'animations Chez Lily été 2024
Programme d'animations Chez Lily été 2024
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12a. Mémoire des guerres : In...
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - SupportsRASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
RASAD du 9 et 10 mars 2023 Nancy - Supports
 

Débat d'orientations budgétaires 2018

  • 2.
  • 3. TABLE DES MATIERES INTRODUCTION................................................................................................................................... 1 I - Le budget 2018 : Un contexte général en demi-teinte : lente reprise de la croissance et institution d’un pacte financier par l’Etat ............................................................................................................... 3 1 - Le contexte économique national et les tendances locales............................................................... 4 A - Perspectives macroéconomiques................................................................................................. 4 1.1 La croissance en augmentation .......................................................................................... 4 1.2 À partir de 2017, reprise des exportations adossée à la reprise mondiale.......................... 5 1.3 Hausse attendue de l’inflation............................................................................................ 5 1.4 Une demande intérieure contenue...................................................................................... 5 1.5 La situation en Drôme........................................................................................................ 7 B - Perspectives du marché du travail.............................................................................................. 8 1.1 Le marché du travail français............................................................................................. 8 1.2 Le marché du travail en Drôme.......................................................................................... 9 1.3 Légère baisse du taux de chômage................................................................................... 10 2 - Les impacts des décisions législatives et réglementaires pour les collectivités .............................. 11 A - Conséquences loi NOTRe.......................................................................................................... 11 1.1 Une intervention économique limitée .............................................................................. 11 1.2 Transfert de la compétence déchets ................................................................................. 12 1.3 Transfert de compétences eau et assainissement.............................................................. 13 1.4 La compétence GEMAPI................................................................................................. 13 1.5 Finalisation du transfert de la compétence transport........................................................ 14 B - Conséquences de la nouvelle loi de programmation des Finances Publiques....................... 14 C - Projet de Loi de Finances pour 2018........................................................................................ 18 3 - Le contexte financier de la Drôme ................................................................................................. 20 A - Parangonnage par rapport aux autres collectivités................................................................ 20 1.1 L’autofinancement brut.................................................................................................... 20 1.2 Le taux d’épargne brut ..................................................................................................... 21 1.3 La capacité de désendettement......................................................................................... 21 B - Des ratios à nuancer dans le cadre de notre trajectoire financière ....................................... 23 II – Les orientations budgétaires 2018 : renforcer la solidarité et l’effort d’investissement ............. 24 1 – Recettes de fonctionnement et leurs perspectives d’évolution....................................................... 24 A - Les dotations et les compensations versées par l’Etat ............................................................ 24 1.1 Dotation Générale de Fonctionnement (DGF)................................................................. 25 1.2 Dotation de Compensation de la Réforme de la Taxe Professionnelle (DCRTP)............ 25 1.3 Les compensations fiscales .............................................................................................. 25 1.4 Concours de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie................................... 26 B - Les recettes de fiscalité directe.................................................................................................. 26 1.1 Taux départemental foncier bâti inchangé depuis 2012................................................... 26 1.2 Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) .............................................. 27 1.3 Les Impôts Forfaitaires des Entreprises de Réseaux (IFER)............................................ 28 1.4 Fonds National de Garantie Individuelle de Ressources (FNGIR) .................................. 28 1.5 Dispositif de Compensation Péréquée (DCP).................................................................. 28
  • 4. C - La fiscalité indirecte : catégorie de ressources la plus dynamique du département............ 28 D - Les fonds de péréquation........................................................................................................... 30 1.1 Le fonds de péréquation des DMTO................................................................................ 31 1.2 Fonds de solidarité ........................................................................................................... 31 1.3 Fonds de péréquation de la CVAE................................................................................... 31 1.4 Synthèse des attributions et contributions au titre des fonds de péréquation................... 32 2 - Malgré l’effort continu de maîtrise des dépenses de fonctionnement, le Département poursuit sa politique de soutien au développement local........................................................................................ 32 A - Solidarité : les compétences obligatoires en matière sociale .................................................. 32 1.1 Un financement insuffisant des Allocations Individuelles de Solidarité et une prise en charge des Mineurs Non Accompagnés au cœur des problématiques des départements....... 32 1.2 Le Département de la Drôme confronté à la poursuite de la hausse des Allocations Individuelles de Solidarité...................................................................................................... 33 a - Le secteur du Handicap.......................................................................................... 33 b - Le secteur des personnes âgées ............................................................................. 34 c - Le secteur de l’insertion : une stabilisation des allocations en 2017 ..................... 35 d - Le secteur de l’enfance : le poids croissant des MNA et de l’hébergement.......... 35 B - Le Département acteur du développement et de l’aménagement du territoire.................... 37 1.1 Volonté de valoriser l’attractivité économique des territoires ......................................... 37 1.2 Soutenir l’aménagement numérique du territoire............................................................. 38 1.3 Garantir la qualité environnementale du territoire ........................................................... 39 C - Un Département solidaire engagé pour l’amélioration du cadre de vie des Drômois ......... 39 1.1 L’éducation : une priorité du Département ...................................................................... 39 1.2 Le logement : un enjeu pour le Département ................................................................... 40 1.3 Des actions culturelles et touristiques variées : une volonté du Département ................. 41 D - Objectif de gestion des ressources ............................................................................................ 43 1.1 Données consolidées – issues du bilan social 2016 ......................................................... 44 1.2 Une organisation qui s’adapte, en maîtrisant ses ressources.......................... 45 1.3 Perspectives pour 2018 .................................................................................................... 48 1.4 Une collectivité en recherche d’innovation et d’optimisation.......................................... 48 3 – Une politique d’investissement soutenue........................................................................................ 49 A - Situation des engagements pluriannuels en cours par politique départementale................ 49 B - Investir pour garantir un aménagement qualitatif du territoire........................................... 50 C - Fonds hors budget...................................................................................................................... 51 1.1 Fonds Départemental de Péréquation de la Taxe Professionnelle (FDPTP).................... 51 1.2 Fonds Départemental de Péréquation des Taxes Additionnelles aux Droits d’Enregistrement (FDPTA).................................................................................................... 52 1.3 Produit des amendes de police ......................................................................................... 52 4 – Stratégie financière départementale............................................................................................... 52 A - Une épargne solide mais qui se réduit depuis 5 ans................................................................ 52 1.1 L'épargne de gestion......................................................................................................... 53 1.2 L’épargne brute................................................................................................................ 53 1.3 L’épargne nette................................................................................................................. 54
  • 5. B - La stratégie de gestion de dette du Département .................................................................... 55 1.1 Une dette fin 2017, diversifiée et sécurisée...................................................................... 55 a - Evolution de l’encours de dette ............................................................................. 55 b - La dette du département est sécurisée ................................................................... 56 c - La dette du département est diversifiée ................................................................. 57 d - L’évolution de l’annuité de la dette....................................................................... 58 C - Une stratégie de ré-endettement à adapter en fonction des besoins et de la perspective des taux.................................................................................................................................................... 59 III – La trajectoire financière 2018 – 2021.......................................................................................... 62 1 – Présentation de la prospective financière....................................................................................... 62 A - Fonctionnement.......................................................................................................................... 62 1.1 En matière de fiscalité directe.......................................................................................... 63 1.2 Fiscalité indirecte ............................................................................................................. 63 1.3 Dotations, concours particuliers....................................................................................... 63 1.4 Les autres produits de fonctionnement............................................................................. 64 B - Investissement............................................................................................................................. 65 2 – Une trajectoire garantissant les grands équilibres financiers du département............................. 67 A - La maîtrise de l’autofinancement............................................................................................. 67 B - Le pilotage de l’endettement ..................................................................................................... 68 LEXIQUE.............................................................................................................................................. 71
  • 6.
  • 7. 1 DEBAT D’ORIENTATIONS BUDGETAIRES INTRODUCTION Entre 2014 et 2017, l’Etat a réduit de manière significative le niveau de recettes des collectivités territoriales en mettant en place une contribution au redressement des finances publiques à travers la baisse de la Dotation Globale de Fonctionnement. Ainsi, pour le département de la Drôme cette baisse correspond à une diminution de ses recettes de l’ordre de 28 millions d’euros. Tout en gardant le même objectif de réduction du déficit public, le nouveau Gouvernement a décidé d’agir différemment en fixant aux collectivités une trajectoire d’évolution de leurs dépenses de fonctionnement dans le cadre d’un pacte de confiance. Ce nouveau contrat qui pouvait apparaître moins brutal que les ponctions sur la Dotation Globale de Fonctionnement, est en fait beaucoup plus contraignant. Il est surtout contradictoire dans les principes qu’il fixe. Le nouveau projet de loi de programmation des finances publiques impose désormais aux collectivités locales une contrainte sur leurs dépenses. A partir de 2018, les collectivités territoriales vont connaître une mise sous contrainte budgétaire de la dépense et de l’endettement sans précédent, doublée d’un renforcement du contrôle étatique qui s’apparente fortement à un retour d’une forme de tutelle. En effet, l’Etat butte sur une impossibilité de réduire son déficit de manière significative du fait d’un niveau d’endettement qu’il n’arrivera pas à juguler dans le cadre des perspectives qu’il définit dans son projet de loi de programmation des finances publiques et au regard des obligations vis-à-vis de l’Union Européenne ; sa dette augmentant de 347 milliards d’euros entre 2017 et 2022. Ainsi, il demande aux organismes de sécurité sociale et aux collectivités territoriales des efforts sans précédent pour tenir son objectif de réduction du déficit public. Il demande donc aux autres de compenser son incapacité à mettre en œuvre ses propres objectifs. En 2012, l’Etat représentait 81 % du déficit public et n’a contribué qu’à 30 % de sa réduction jusqu’en 2016 alors que les collectivités territoriales représentaient 3.5 % de ce même déficit mais ont contribué à hauteur de 26.5 % à sa réduction. Le projet de loi de programmation des finances publiques pour 2018/2022 prévoit quant à elle une trajectoire de l’endettement de l’Etat qui progresserait continûment de 78.5 % du Produit Intérieur Brut en 2017 à 81.3 % en 2022 tandis que la dette des administrations publiques locales et des organismes de sécurité sociale serait quasiment réduite de moitié passant de 18.3 % du Produit Intérieur Brut à 10.1 %. L’objectif du nouveau pacte financier de l’Etat est donc bien de faire porter sur les collectivités locales la baisse du déficit public en leur imposant plus qu’une trajectoire d’évolution des dépenses de fonctionnement, une réduction massive de leur dette, l’Etat faisant par la même, le constat de son incapacité à agir sur sa propre dette. Ainsi, il s’agit, à travers cet objectif d’évolution des dépenses locales de 1.2 %, de réduire de 13 milliards la dette des collectivités locales alors même que l’endettement de celles-ci est faible et que l’Etat leur demande de relancer les investissements. Investissements que l’Etat est dans l’incapacité de faire et ce malgré les effets d’annonces car les 2/3 de sa dette finance son déficit de fonctionnement. Il n’a donc aucune marge pour investir plus. Pour rappel, les collectivités locales ne peuvent emprunter que pour financer leurs investissements. Là encore, l’Etat demande aux collectivités de faire ce qu’il dit mais pas ce qu’il fait !
  • 8. 2 L’Etat place les collectivités territoriales dans une quadrature du cercle : Ralentir voire réduire l’évolution des dépenses de fonctionnement alors qu’il en impose de nouvelles par la loi Adaptation de la Société au vieillissement dite loi ASV, que le reste à charge des Allocations Individuelles de Solidarité augmente de manière continue du fait des revalorisations fixées par l’Etat (4 % pour le RSA en 2018 par exemple) et que les recettes qu’il verse ne sont même pas indexées au moins sur l’inflation. La situation de l’hébergement des enfants relevant de l’Aide Sociale à l’Enfance est également de plus en plus tendue, du fait du nombre de signalements de plus en plus importants et de l’afflux des Mineurs Non Accompagnés (MNA) : +44 % en 2 ans pour le département de la Drôme et sans que l’Etat ne compense réellement ces nouvelles charges obligatoires pour les départements. Diminuer de manière drastique la dette des collectivités territoriales (13 milliards d’euros) tout en leur demandant d’accroître l’investissement public local alors même qu’elles ne sont pas à ce jour fortement endettées. 92 % des départements ont un endettement inférieur à 9 années. L’Etat impose donc aux collectivités de financer leurs investissements uniquement par un accroissement de leur autofinancement et donc sans dette supplémentaire. Ainsi un département comme la Drôme qui dispose d’une capacité de désendettement de 1.4 années, bien en deçà du plafond fixé par le projet de loi de programmation des finances publiques entre 9 et 11 années, ne pourra pas investir en ayant recours à l’emprunt mais seulement en augmentant sa capacité d’autofinancement. Nous sommes donc face à des injonctions paradoxales de l’Etat qui impose des règles aux collectivités locales qui se contredisent les unes les autres dans l’unique objectif de compenser son incapacité à réduire son propre déficit. De quelles solutions disposent alors le département ? L’augmentation des taux de fiscalité ? La majorité départementale s’est engagée à ne pas augmenter le taux de la taxe sur le foncier bâti, seul taux sur lequel le département peut agir. Ralentir les programmes d’investissement ? La majorité départementale ne le veut pas. Elle s’est d’ores et déjà inscrite dans une politique volontariste en matière d’investissement pour permettre de soutenir l’économie locale et doter le territoire d’équipements structurants qui participent à une meilleure qualité de vie des Drômois. Ce sont plus de 100 millions d’euros en moyenne annuelle que le Département veut investir sur le territoire, que ce soit sur le réseau routier, les bâtiments et notamment les collèges, l’auberge des Dauphins, la réhabilitation et la construction de nouveaux équipements dans le domaine des solidarités avec la Maison de l’Autonomie par exemple, mais aussi dans le numérique et la relation aux usagers. Réduire encore plus les dépenses de fonctionnement ? La majorité départementale a déjà fixée une trajectoire responsable et courageuse avec un objectif d’évolution des charges de fonctionnement de 1 % par an en moyenne. Bien lui en a pris. Ces efforts consentis par tous anticipent les nouvelles obligations fixées par l’Etat. Le Département n’acceptera pas d’augmenter son taux de fiscalité, de réduire son programme d’investissement, de revoir sa trajectoire d’évolution de la dépense, au risque de remettre en cause son action de proximité et de solidarité auprès des plus démunis, vers les territoires, en faveur des TPE/PME et du monde agricole. Il entend rester un acteur majeur d’innovation, de développement local, d’accompagnement solidaire. L’Etat ne peut pas imposer aux collectivités locales ce qu’il ne peut pas tenir lui même. Elles sont conscientes des efforts à faire et elles l’ont prouvé. L’Etat doit considérer les collectivités locales comme de vrais partenaires de proximité, acteurs essentiels de la solidarité territoriale et responsables. Le pacte de confiance qu’il souhaite avec elles ne pourra se construire qu’à cette condition.
  • 9. 3 I - Le budget 2018 : Un contexte général en demi-teinte : lente reprise de la croissance et institution d’un pacte financier par l’Etat Selon les économistes, la phase actuelle de croissance mondiale devrait perdurer en 2018. Elle bénéficie actuellement d’un certain nombre d’effets positifs tels que, l’embellie du commerce mondial, la sortie de récession de toutes les grandes économies émergentes, l’accélération de l’investissement dans la zone euro. Mais les perspectives aux Etats-Unis et en Chine sont plus incertaines. En effet, en situation de croissance, le plan de relance initiée par le Président Donald TRUMP interroge. Quant à la Chine, la Banque Centrale Chinoise vient d’ordonner aux banques d'augmenter le niveau de leurs réserves de liquidités afin de réduire le crédit et lutter contre l'inflation. Si la croissance mondiale s’est accélérée en 2017 par rapport à 2016, elle risque, selon le Centre d’observation économique et de recherche pour l’expansion de l’économie et le développement des entreprises, d’être freinée par plusieurs facteurs et ce, dès 2019 : • ralentissement du rythme des croissances potentielles (vieillissement de la population, pertes durables de capital physique et humain et la faible incidence du numérique sur la productivité) ; • risque de voir se former une bulle spéculative (hausse de la valeur réelle des actifs jugée excessive) ; • divergences européennes accentuées par le Brexit ; • retour des mesures protectionnistes qui vont impacter le commerce mondial.
  • 10. 4 1 - Le contexte économique national et les tendances locales L’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) prévoyait, dans sa note de conjoncture de juin, une croissance de 1,6 % pour 2017 en France. Elle table aujourd’hui sur un taux de 1,8 % soit sa meilleure performance depuis cinq ans. A - Perspectives macroéconomiques Après les 1,1 % réalisés en 2016, le rebond de la croissance en 2017 s'explique par : • le retour à un niveau normal de la production agricole après une récolte désastreuse en 2016 en raison de mauvaises conditions météorologiques ; • le redémarrage du tourisme après deux ans de recul liés aux craintes d’attentats ; • la forte hausse de demande de logements des ménages qui a relancé le secteur de la construction. Croissance annuelle en % du PIB 2,4 0,1 -2,9 1,9 2,1 0,2 0,6 1,0 1,0 1,1 1,8 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Investissements des entreprises en % 8,9 3,4 -11,7 3,7 4,1 0 0,4 1,7 2,9 3,4 2,9 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 (Source : INSEE) 1.1 La croissance en augmentation La croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) français s’est établit en 2016, à 1,1 %, car malgré une demande interne bien présente, le commerce extérieur a lui pesé négativement. Pour 2017, la croissance du PIB en moyenne annuelle devrait finalement atteindre selon l’INSEE 1,8 %. En effet, la croissance française bénéficierait d’une reprise de la croissance mondiale et d’un rebond des parts de marché à l’exportation.
  • 11. 5 1.2 À partir de 2017, reprise des exportations adossée à la reprise mondiale En 2016, les parts de marché françaises à l’exportation ont chuté de 1,1 %. Ceci s’explique en partie par des événements exceptionnels (mauvaises récoltes, difficultés dans la chaîne de production d’Airbus, tourisme en baisse). Ainsi, si ces activités retrouvent leur niveau habituel, on peut envisager une reprise des exportations en 2017 et 2018. De plus, selon la Banque de France : « l’accélération de la demande mondiale devrait être favorable au commerce extérieur français qui pourrait ainsi, apporter à nouveau une contribution positive à la croissance française en 2018 et 2019 ». 1.3 Hausse attendue de l’inflation L’inflation mesurée avec l’Indice des Prix à la Consommation Harmonisé (IPCH) se redresse : après un niveau faible en 2016, à 0,3 % en moyenne annuelle, l’inflation (IPCH) augmente progressivement à 1,2 %. (Source : inflation.eu) Selon la Banque de France : « elle devrait rester stable en 2018. Sous l’effet notamment de la baisse du taux de chômage, de la remontée des prix d’importations hors énergie, et de l’accélération progressive des salaires nominaux, l’inflation totale et l’inflation hors produits alimentaires et énergie, devraient légèrement augmenter courant 2018 pour atteindre 1,4 % en 2019 ». 1.4 Une demande intérieure contenue La demande intérieure, en particulier la consommation des ménages, reste le principal moteur de la croissance française. Cette demande devrait légèrement fléchir en 2017, en raison de la hausse de l'inflation, certes lente, mais qui joue sur le pouvoir d'achat. Ainsi, après un taux de 2,1 % en 2016, l'INSEE prévoit une croissance de la consommation des ménages de 1,2 %. Toutefois, la croissance des dépenses d'investissement des ménages dans l'immobilier (prêt à taux zéro, dispositif Pinel, taux de crédit peu élevés) devrait compenser cette baisse. Selon la Banque de France : « la consommation des ménages devrait être boostée par l’accélération du pouvoir d’achat des ménages due à une progression plus nette des salaires nominaux ».
  • 12. 6 Evolution de la consommation et du revenu disponible des ménages (en %, moyenne annuelle) 2016 2017 2018 2019 Consommation réelle des ménages (volume) 2,1 1,2 1,5 1,5 RDB (Revenu Disponible Brut) réel 1,9 1,1 1,6 1,7 RDB (Revenu Disponible Brut) nominal 1,9 2,1 2,6 2,9 (Source : Banque de France) L’investissement des entreprises continue d’être soutenu par la progression de l’activité économique et le bas niveau des taux d’intérêt, et ce, malgré un taux d’endettement élevé. Après l’anticipation par les patrons, de l'arrêt de la mesure de sur-amortissement fiscal des investissements productifs, qui a provoqué une accélération des investissements au premier trimestre, le rythme de progression devrait toutefois diminuer. Selon la Banque de France : « l’amélioration du taux de marge des Sociétés Non Financières (SNF) s’interromprait momentanément en 2017, du fait de la hausse du prix du pétrole, mais reprendrait ensuite une lente progression jusqu’en 2019, pour approcher la moyenne observée de 1996 à 2008 ». La bonne santé des entreprises est également visible sur le marché de l'emploi. La baisse commencée fin 2015 du taux de chômage, devrait ainsi se poursuivre pour atteindre un taux de 9,4 % de la population active fin 2017. L'INSEE prévoit par ailleurs la création de 222.000 emplois, contre 255.000 l'an dernier. Alors que l'essentiel de ces créations devrait se faire dans les services, les emplois dans l'industrie continueraient à décliner avec la destruction de 20.000 emplois en 2017, quasiment autant qu'en 2016. Evolution du taux de chômage (Source : INSEE)
  • 13. 7 1.5 La situation en Drôme Toutes activités confondues, le chiffre d'affaires des entreprises du département de la Drôme est à la hausse depuis le début de l’année jusqu’à fin juin 2017. Par rapport à la même période de l'année précédente, on note une hausse de 3,4 %. On constate également une évolution positive à l'échelon régional (+4,7 %). Au niveau départemental, dans les trois principaux secteurs on observe une augmentation toutefois inégale : • +0,1 % dans l'industrie manufacturière, • +6,2 % dans la construction, • +4,3 % dans le commerce et réparation automobile • +4,3 % dans les autres secteurs, notamment les services. A l'échelon régional, le chiffre d'affaires varie différemment dans les trois secteurs cités au-dessus (respectivement +3,7 %, +4 %, +3,5 % et +7 %). L'investissement des entreprises du département de la Drôme est en baisse de 3,7 % par rapport à la même période de l’année précédente. A l'échelon régional, on note une croissance de 2,7 %. Investissements Drôme en M€ 96 105 101 90 95 100 105 110 2015 2016 2017 Investissements Région en M€ 1 724 1 731 1 686 1 660 1 680 1 700 1 720 1 740 2015 2016 2017 (Source : DIRECCTE) En hausse de 14,2 % par rapport au trimestre précédent, le montant des exportations enregistré dans le département de la Drôme au 2ème trimestre 2017 est également supérieur de 7,6 % par rapport au même trimestre de l'année précédente. Chiffre d'affaires des entreprises de la Drôme en M€ 11 579 11 199 10 837 10 400 10 600 10 800 11 000 11 200 11 400 11 600 11 800 2015 2016 2017 Chiffre d'affaires des entreprises de la Région en M€ 204 091 209 236 219 142 195 000 200 000 205 000 210 000 215 000 220 000 225 000 2015 2016 2017 (Source : DIRECCTE)
  • 14. 8 B - Perspectives du marché du travail Les conditions du marché du travail continuent de s'améliorer, et le taux d'emploi moyen de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) est finalement revenu à son niveau d’avant crise au 1er trimestre de 2017. Toutefois, le taux de chômage moyen de l'OCDE reste légèrement supérieur à son niveau d’avant crise. Selon l’OCDE : «il faudra attendre fin 2018 ou début 2019, pour qu’il retrouve son niveau d'avant crise». 1.1 Le marché du travail français Après une légère baisse, le chômage s'est stabilisé en France à 9,5 % de la population active au mois d’avril. Il reste certes élevé et très supérieur à son niveau d’avant la crise financière (7,3 % en mars 2008). Taux de chômage Pourcentage de la population active totale 0,0% 2,0% 4,0% 6,0% 8,0% 10,0% 12,0% T4 2007 T4 2008 T4 2009 T4 2010 T4 2011 T4 2012 T4 2013 T4 2014 T4 2015 T4 2016 T4 2017 T4 2018 OCDE France (Source : Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2017) L'emploi, en pourcentage de la population âgée de 15 à 74 ans, reste en France inférieur de 1,8 point de pourcentage à sa valeur d’avant crise et l'écart avec le reste de la zone OCDE s’accroît, atteignant 6,2 points de pourcentage au dernier trimestre 2016. Ce différentiel tient au taux d’emploi très faible des plus de 65 ans en France. (Source : Perspectives économiques de l’OCDE, juin 2017) Taux d'emploi Poucentage de la population 15-74 ans 50,0% 52,0% 54,0% 56,0% 58,0% 60,0% 62,0% 64,0% T4 2007 T4 2008 T4 2009 T4 2010 T4 2011 T4 2012 T4 2013 T4 2014 T4 2015 T4 2016 T4 2017 T4 2018 OCDE France
  • 15. 9 Les projections de l'OCDE suggèrent que l'emploi va se stabiliser en France d'ici fin 2018 et que le taux de chômage diminuera légèrement. Un phénomène de polarisation des emplois qui se raréfient dans les emplois intermédiaires et se concentrent sur les emplois peu qualifiés et très qualifiés a marqué la France, comme beaucoup d'autres pays de l'OCDE. Cela fait suite à une augmentation des emplois dans le secteur des services et une diminution dans le secteur manufacturier. Selon l’OCDE : « le problème qui en résulte est qu’un certain nombre de travailleurs intermédiaires1 risquent de devoir accepter des emplois moins qualifiés pour rester en emploi, entraînant une inadéquation des compétences, tandis que les travailleurs peu qualifiés vont être confrontés à un risque accru de perte d'emploi ». 1.2 Le marché du travail en Drôme Hausse de l'emploi salarié Le nombre d'emplois salariés (127.780 soit +524 emplois / 1 er trimestre 2017) croît dans le département de la Drôme au cours du 2ème trimestre 2017 (+0,4 %). Il est en hausse de 0,3 % à l'échelon régional par rapport au trimestre précédent (+5.079 emplois / 1 er trimestre 2017). Cette augmentation globale des emplois est marquée par des évolutions différentes selon les secteurs : • +0,6 % dans la construction (région +0,2 %), • +0,4 % dans les services marchands hors intérim (région +0,2 %), • +0,3 % dans l’industrie (région -0,1 %), • +0,3 % dans le commerce (région +0,2 %). L’intérim, est quant à lui, en hausse de 0,7 % (2,4 % à l’échelon régional). Evolution trimestrielle des emplois (en %) 2ème trim. 2017 / 1er trim. 2017 Evolution annuelle des emplois (en %) 2ème trim. 2017 / 1er trim. 2017 Auvergne-Rhône-Alpes : +0,3 % Auvergne-Rhône-Alpes : +1,4 % (Source : DIRECCTE) 1 Exemple de professions intermédiaires : Instituteur, infirmier, assistant social, contremaître…
  • 16. 10 1.3 Légère baisse du taux de chômage En diminution par rapport au 1er trimestre 2017, le taux de chômage du département de la Drôme s'établissait à 10,3 % au 2ème trimestre 2017 (8,1 % à l'échelon régional). EVOLUTION DU TAUX DE CHOMAGE AU SENS BIT ZONE EMPLOI Taux trimestriel au 4 ème trimestre 2016 Taux trimestriel au 1 er trimestre 2017 Taux trimestriel au 2 ème trimestre 2017 MONTELIMAR 12,1 11,5 n.c. ROMANS SUR ISERE 11,1 10,6 n.c. VALENCE 9,9 9,5 n.c. ARDECHE 10,7 10,4 10,2 DRÔME 10,9 10,5 10,3 AUVERGNE-RHÔNE-ALPES 8,7 8,3 8,1 FRANCE 9,7 9,3 9,2 (Source : DIRECCTE) Sur un an, le taux de chômage régional diminue de 0,6 point (-0,5 point au niveau national). Le département de la Drôme, quant à lui, connaît une baisse supérieure avec -0,7 point. La Région Auvergne-Rhône-Alpes est au 3ème rang des régions présentant les taux les plus faibles de France, à égalité avec l’Ile de France (8,1 %) et derrière le Pays de la Loire (7,9 %) et la Bretagne (8 %). En dépit d’une baisse, la Drôme conserve le taux de chômage le plus élevé de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Taux de chômage de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (2 ème trimestre 2017) (Source : DIRECCTE)
  • 17. 11 Selon les chiffres de la DIrection Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi (DIRECCTE) dans la Drôme, le nombre de demandeurs d'emploi tenus de rechercher un emploi, ayant ou non exercé une activité dans le mois (catégories A, B, C) s’établit à 50.730 fin septembre 2017. Ce nombre augmente de 1,9 % sur trois mois (soit +940 personnes) ; il diminue de 0,5 % sur un mois et progresse de 3,6 % sur un an. En Auvergne-Rhône-Alpes, ce nombre s’établit à 642.980 fin septembre 2017, soit une augmentation de 0,9 % (+ 5.480 personnes) sur trois mois (-0,5 % sur un mois et +2,8 % sur un an). Fin septembre 2017, les demandeurs d'emploi de plus d’un an d'ancienneté représentent dans le département de la Drôme 41,7 % du total des inscrits de catégories A, B, C, comme à l’échelon régional. Si la Drôme continue à avoir le taux de chômage le plus élevé de la Région Auvergne- Rhône-Alpes, celui-ci connaît tout de même une baisse. La hausse de l’emploi salarié témoigne d’une reprise dans les entreprises. Malgré une légère baisse des investissements, les entreprises de la Drôme voient leur chiffre d’affaires progresser, notamment grâce à un regain de leurs exportations. Comme au plan national, la Drôme connaît une amélioration de l’activité économique mais cette embellie reste fragile. Quoiqu’il en soit, le Département doit s’attacher à mettre en œuvre les décisions imposées par l’Etat, qui pour certaines, limitent désormais son champ d’intervention. 2 - Les impacts des décisions législatives et réglementaires pour les collectivités A - Conséquences loi NOTRe La loi n° 2015- 991 du 7 Août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite « loi Notre » a modifié le répartition des compétences entre les différents niveaux de collectivités. Ainsi les départements ont été confortés dans leurs compétences en matière de solidarité sociale avec la réaffirmation de la compétence de prévention et de prise en charge des situations de fragilité, du développement social, de l’accueil des enfants et de l’autonomie des personnes. Ils ont également été centrés sur la solidarité territoriale. Mais ils se sont vus supprimer la clause de compétence générale, ce qui a profondément modifié leurs modalités d’intervention, plus particulièrement dans le domaine de l’économie, des transports, des déchets et de l’eau et assainissement. 1.1 Une intervention économique limitée Tout d’abord, le Département n’a plus vocation à mener une action de soutien économique envers les entreprises. Le principe est le suivant : interdiction aux départements de financer en fonctionnement des aides aux entreprises et aux organismes de développement économique (sauf sur des exceptions législatives existantes). Ainsi, la prestation GEODE, le soutien à la participation des entreprises aux salons professionnels, l’aide au conseil, le soutien aux projets de R&D collaboratifs ne sont plus possibles. Par contre, dans le cadre du soutien aux projets innovants, le dispositif «100 chances – 100 emploi» a pu perdurer puisque l’insertion reste de la compétence départementale. En investissement, l’article 94 de la loi NOTRe, permet aux départements, par convention avec la Région et en complément de celle-ci, de participer au financement des investissements des industries agro-alimentaires et aux entreprises de la filière bois.
  • 18. 12 Le Département souhaitant rester un partenaire de proximité pour le développement et l’aménagement des territoires a travaillé longuement avec les EPCI. Les objectifs recherchés étaient la mise en œuvre d’une politique cohérente pour les territoires plus particulièrement pour soutenir les filières à enjeux (bois et agroalimentaire), le soutien au développement équilibré des territoires et le renfort de l’attractivité du territoire. Dans la suite de cette réflexion, le Département a adopté un nouveau règlement d’aide aux équipements économiques structurants portés par les EPCI dans sa séance du 5 décembre 2016 et a accepté la délégation de compétence des EPCI en matière d’octroi de l’aide immobilier d’entreprise lors de sa séance du 13 février 2017. Pour la mise en œuvre de ces nouvelles modalités d’intervention, une période de transition a été nécessaire. Ainsi, des crédits ont pu être inscrits en 2016 et annulés par la suite car ne pouvant être réalisés. En 2017, la situation a été éclaircie et stabilisée. En 2018, les masses financières consacrées à la politique d’attractivité des territoires devraient être la reconduction de 2017. 1.2 Transfert de la compétence déchets Avant la loi NOTRe, les Départements étaient compétents pour élaborer les plans de gestion des déchets non dangereux (article L541-14 du Code de l’environnement) et des déchets issus du BTP (article L541-14-1 du Code de l’environnement). Par son article 8, la loi NOTRe transfère la compétence en matière de planification de gestion des déchets à la Région. Toutefois, les Départements de la Drôme et de l'Ardèche, qui avaient commencé l'élaboration du plan bi-départemental de prévention et de gestion des déchets du BTP avant promulgation de la loi NOTRe, sont en train, comme le permet la loi dans cette période transitoire, de terminer ce travail, avant transmission du projet de plan à la Région pour approbation courant 2018. Le plan concernant les déchets non dangereux élaboré par la Drôme et l'Ardèche ayant déjà été approuvé par la Région en avril 2016, l'approbation à venir du plan déchets BTP marquera ainsi la fin de la compétence "planification de la gestion des déchets" pour les Départements 26 et 07. Dans le cadre de ce transfert de compétence, un certain nombre de questions se posent : • Quel va être l’impact pour les observatoires des déchets ? • Les plans départementaux de prévention et de gestion des déchets vont-ils continuer à exister au travers des nouveaux plans régionaux ? • Qui portera l’animation territoriale des plans ? • Quelle coopération est envisagée et envisageable avec les syndicats, communes et intercommunalités en charge de la collecte ou du traitement des déchets ? Ainsi, le Département ne pourra pas participer à la mise en œuvre du plan de gestion de déchets autrement que par un soutien aux communes ou groupements de communes dans le cadre des opérations d’investissements dont ils seront maîtres d’ouvrages.
  • 19. 13 1.3 Transfert de compétences eau et assainissement La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que les compétences « eau » et « assainissement » deviennent des compétences obligatoires que doivent exercer les Communautés d’Agglomération comme les Communautés de Communes à l’horizon 2020, entraînant de fait la disparition de certains syndicats qui portaient jusqu'alors ces compétences : • La compétence eau potable devra être prise dans sa globalité (production, transport et stockage) ; • La compétence assainissement collectif devra être globalisée avec la compétence assainissement non collectif. Pour les Communautés de Communes, la compétence « eau » demeure facultative jusqu’au 1er janvier 2018, puis deviendra optionnelle entre 2018 et 2020. La compétence « assainissement », pour sa part, reste optionnelle jusqu’au 1er janvier 2020. Pour la Drôme, environ 90 % des collectivités ayant la compétence d’eau et d’assainissement (communes et syndicats dont le périmètre s’étend sur le territoire de 1 à 2 EPCI) devraient disparaître ; sur 240 "services" actuels (environ 25 syndicats intercommunaux et un peu plus de 200 communes autonomes, ainsi que certains EPCI pour l’assainissement), il ne devrait rester qu'une quinzaine de collectivités disposant de la compétence (11 EPCI et quelques syndicats dont le périmètre s’étend sur 3 EPCI). Ce transfert présente plusieurs difficultés, particulièrement pour ce qui relève du recensement du patrimoine de chacun, afin de le transférer : transfert des finances, du patrimoine, des moyens humains et matériels ainsi que de contrats. L’objectif final de la coopération intercommunale est d’instaurer une mutualisation des services et donc de moyens, pour aboutir à l’harmonisation, in fine, du prix de l’eau pour répondre à l’obligation d’égalité de traitement par le service public. La rationalisation des services (harmonisation des contrats transférés) au sein du même périmètre de l’EPCI peut être considéré comme l’objectif voulu par les élus pour faciliter l’égalité de traitement des usagers, mais elle ne constitue pas une obligation légale. 1.4 La compétence GEMAPI La compétence GEMAPI (GEstion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations), obligatoire pour les EPCI au 1er janvier 2018, reste néanmoins une compétence partagée jusqu'au 1er janvier 2020. Les dispositifs d'aide actuels dans le domaine des rivières (aide à l'entretien de rivières et aux postes liés à l'animation des politiques rivières) peuvent donc rester en l'état jusqu'à cette échéance. D'ici 2020, le Département devra en revanche revoir ses règlements pour tenir compte de ces évolutions, ce qui devrait l’amener à réorienter ses dispositifs d'aide, actuellement majoritairement constitués d'aides en fonctionnement, vers des aides à l'investissement au titre de la solidarité territoriale. En parallèle, le rôle du Département en tant que membre du Syndicat Mixte de la Rivière Drôme (SMRD) est amené à évoluer ; une première révision des statuts est en cours pour prendre en compte l'exercice de la compétence GEMAPI par le SMRD au 1er janvier 2018 ; d’ici à 2020, le Département devra statuer sur son implication future au sein du SMRD. Enfin, des discussions sont en cours au niveau national pour permettre aux départements qui le souhaiteraient de continuer à intervenir dans le domaine de la GEMAPI au-delà de 2020, mais leur aboutissement est incertain.
  • 20. 14 1.5 Finalisation du transfert de la compétence transport Mais la compétence transférée la plus importante en impact en matière de personnel et de transferts financiers est la compétence transports. En effet, le transport interurbain, transport à la demande et la gestion des gares routières ont été transférées à la Région au 1er janvier 2017, et les transports scolaires au 1er septembre 2017 (hors transports des enfants handicapés). Pour des besoins de continuité de service et de cohérence des transferts, la Région a souhaité déléguer l’exercice de ces compétences par convention aux départements. Le département de la Drôme a, par délibération en date du 16 décembre 2016, accepté la délégation de compétence des transports non urbains jusqu’au 31 août 2017, puis par délibération en date du 3 juillet 2017, la délégation des transports non urbains et scolaire jusqu’au 31 décembre 2017. Le transfert de personnel (14 ETP) devant se faire au 1er janvier 2018. Ces transferts ont fait l'objet de discussions en Commission Locale d'Evaluation des Charges et Ressources Transférées (CLECRT) sous l'égide de la Chambre Régionale des Comptes et ont conduit à acter le périmètre et le montant du transfert des charges afférentes entre le département de la Drôme et la Région Auvergne Rhône Alpes. Afin que les transferts de compétences soient neutres financièrement (sur la période de référence), un transfert financier a été prévu par la loi. Ainsi, la loi de finances pour 2016 a porté de 25 à 50 % la part du produit de CVAE allouée aux régions et réduit corrélativement celle des départements de 48,5 à 23 %. Ce transfert de CVAE représente selon la Cour des Comptes2 un montant de 3,85 milliards d’euros sur la base des recettes de 2016, nettement supérieur aux charges effectivement transférées (2,28 milliards d’euros). Pour le département de la Drôme, ces montants se sont élevés respectivement à 34,2 millions d’euros pour la perte de CVAE et à 25 millions d’euros de charges transférées. « La différence fait l’objet d’un versement par les régions d’une dotation de compensation, figée dans le temps, ce qui prive les départements d’une partie du dynamisme de leurs recettes fiscales 3 ». L’attribution de compensation pour la Drôme est donc de 9,2 M€. Ce montant est provisoire car une 4ème séance de CLERCT était prévue courant 2017 pour permettre d'ajuster, sur la base du périmètre validé, les estimations de charges au regard des résultats du Compte Administratif 2016 de la collectivité. Cette dernière séance n’a pu avoir lieu à ce jour et devrait être reportée en 2018. En conséquence, le budget 2018 du Département comportera pour la partie transports : • le solde des dépenses et recettes engagées par le Département soit, avant le transfert à la Région, soit pendant l’exercice de la délégation de compétence, • le transport des enfants handicapés (intégré dans la politique autonomie), • la compensation de la Région. B - Conséquences de la nouvelle loi de programmation des Finances Publiques Un Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques (PLPFP) pour les années 2018 à 2022 a été déposé devant l’Assemblée Nationale le 27 septembre 2017 et, est discuté en procédure accélérée. Il présente les orientations pluriannuelles des finances publiques ainsi que les dispositions permanentes relatives à la gestion des finances publiques et à l'information et au contrôle du Parlement. Il a pour ambition de réduire à la fois le déficit public, les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires. 2 Rapport de la Cour des Comptes « les finances publiques locales » - rapport sur la situation financière et la gestion des collectivités territoriales et de leurs établissements publics – Octobre 2017 – page139 3 id
  • 21. 15 Pour cela, une baisse de la dépense publique à horizon 2022 de 3 points de PIB et une diminution d'un point du taux des prélèvements obligatoires ont été prévues ; le tout ayant pour conséquence un infléchissement de la dette publique. La 1ère partie de ce projet de loi présente les objectifs généraux des finances publiques, mais surtout la trajectoire de redressement des finances publiques. C’est cette partie qui intéresse plus particulièrement les collectivités. En effet, l’effort sur la dépense publique est porté par les différentes catégories de collectivités dont les Administrations PUbliques Locales (APUL) par le biais d'une contractualisation « assortie de mécanismes renforcés de gouvernance ». Pour les APUL, l'objectif est une réduction de la dépense publique de 13 milliards d’euros à horizon 2022 par rapport à un tendanciel défini par le Gouvernement. Ces éléments prendront en compte les budgets principaux et l'ensemble des budgets annexes. L’article 10 de ce projet prévoit dans son IV que des contrats seront conclus entre le représentant de l’État et les régions, les départements, la métropole de Lyon et les communes de plus de 50.000 habitants et les Etablissements Publics de Coopération Intercommunales (EPCI) de plus de 150.000 habitants. Ces contrats auront pour objet la détermination des objectifs d’évolution des dépenses de fonctionnement et du besoin de financement de la collectivité concernée, et les modalités selon lesquelles sera assuré le respect de cet objectif. Lors de la discussion devant l’Assemblée Nationale les 17 et 18 octobre, le Ministre de l'Action et des Comptes publics a précisé que l’objectif d’évolution des dépenses de fonctionnement "doit s'imposer à la totalité" des collectivités, pas seulement aux collectivités qui passeront un contrat avec l'Etat sur l'évolution de leurs dépenses. Les députés ont choisi d'assouplir les modalités d'application de l'article 10. Ils ont adopté un amendement du rapporteur général prévoyant que les objectifs d'évolution des dépenses de fonctionnement et du besoin de financement "sont déclinés par catégorie de collectivités territoriales, et par catégorie d'établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre". En clair, le taux de 1,2 % est une moyenne et il sera tenu compte des spécificités de chaque niveau de collectivité. Mais, avant même que cette disposition ne figure dans le projet de loi, le Gouvernement avait précisé dans le rapport sur les transferts financiers de l'Etat aux collectivités territoriales que l’Objectif d'évolution de la dépense locale (ODEDEL) serait de 1,1 % pour les communes, de 1,2 % pour les régions, et de 1,4 % pour les départements. L’ODEDEL est un outil connu des collectivités, mais n’était jusqu’à présent qu’indicatif. Il sera désormais obligatoire pour les 319 collectivités concernées par la contractualisation (cf tableau ci-dessous). ODEDEL 2014 – 2017 2014 2015 2016 2017 Objectif d’évolution de la dépense de fonctionnement prévu par la LPFP 2014 -2019 2,8 % 2,0 % 2,2 % 1,9 % Objectif d’évolution de la dépense de fonctionnement prévu par la LFI 3,0 % 2,0 % 1,6 % 1,7 % Evolution de la dépense de fonctionnement réalisée 2,5 % 1,2 % -0,2 % (Source : Ressources Consultants Finances) Par ailleurs, il convient de noter que les ODEDEL pour la période 2014–2017 étaient fixés avec une inflation quasiment nulle. Or, la loi de programmation pour les années 2018 à 2022 est bâtie avec une inflation de 1 % pour 2018, 1,1 % pour 2019, 1,4 % pour 2020 et 1,75 % pour les années 2021 et 2022. Ce qui donne des moyennes d’évolution de dépenses de fonctionnement en volume nettement inférieures au 1,2 % annoncé.
  • 22. 16 2018 2019 2020 2021 2022 Moyenne ODEDEL annuel (valeur) 1,2 % 1,2 % 1,2 % 1,2 % 1,2 % 1,2 % Taux d’inflation prévisionnel 1,0 % 1,1 % 1,4 % 1,75 % 1,75 % 1,4 % ODEDEL annuel (volume) 0,2 % 0,1 % -0,2 % -0,54 % -0,54 % -0,2 % (Source : Ressources Consultants Finances) Le projet de loi de programmation part de l’hypothèse d’une reprise de la croissance. Or, au vu des informations transmises, l’ODEDEL de 1,2 % fixé aux collectivités ne prend pas en compte cette hypothèse de reprise de la croissance. De ce fait, l’effort des collectivités sera d’autant plus important. L’article 10 prévoit également qu’un mécanisme de correction, dont les modalités seront mises au point dans le cadre d'un dialogue entre l’État et les collectivités territoriales, sera défini par la loi, et appliqué dans le cas où il est constaté un écart dans la réalisation de l'effort de réduction du déficit public et de maîtrise de la dépenses publiques. Les mesures de correction pourront porter sur les concours financiers apportés par l'Etat ou sur les ressources fiscales affectées aux collectivités territoriales. Le Ministre de l'Action et des Comptes publics a indiqué d’une part, qu’un bonus sera accordé à la collectivité qui atteindra son objectif. Il prendra la forme de dotations d'investissement supplémentaires qui seront perçues à partir de 2019. D’autre part, si des collectivités (parmi les 319) ne souhaitaient pas passer de contrat, par exemple pour des raisons politiques, celles-ci seront quand même soumises au plafond de 1,2 % par an de hausse des dépenses de fonctionnement. Les sénateurs en votant la LPFP le 9 novembre ont conservé le principe de la contractualisation entre l’Etat et les collectivités, mais ont inscrit dans la loi les modalités de bonus pour les collectivités qui respecteraient le contrat, et encadré le malus, pour les autres. Ils ont également modifié la trajectoire tendancielle du Gouvernement en expliquant que celle présentée par le Gouvernement engendrerait des économies de 21 milliards et non de 13 milliards. De ce fait, l’ODEDEL a été porté pour la moyenne des collectivités à 1,9 (au lieu des 1,2) et ont été exclues pour les départements, les dépenses liées aux AIS et à l’accueil des Mineurs Non Accompagnés (MNA) considérant que ces dépenses sont « réalisées pour le compte de l’Etat et n’ont rien à voir avec la capacité des départements à maîtriser leurs dépenses de fonctionnement » ; « l’explosion des dépenses sociales des départements doit beaucoup plus, à l’insuffisance de compensation par l’Etat, qu’à toute politique sociale locale que l’on pourrait trouver dispendieuse » ; il s'agit de « dépenses automatiques dont l'accroissement est lié à l'urgence ponctuelle des besoins, donc, sur lesquelles les élus ont peu de prise ». Ce point est donc renvoyé en commission mixte paritaire. En complément de l’objectif de maîtrise des dépenses des collectivités, un mécanisme prudentiel utilisant comme indicateur le ratio d'endettement rapporté à la capacité autofinancement, est introduit pour contribuer à la maîtrise de la dépense publique. Cette « règle d'or » renforcée, déclinée au niveau de chaque catégorie de collectivités pour tenir compte de leurs spécificités, permettra, selon le Gouvernement, de s'assurer de la soutenabilité financière de leurs politiques d'investissement. Des règles prudentielles existent déjà. En effet, actuellement le Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT) prévoit que les budgets des collectivités territoriales doivent : • Pour chacune des deux sections être votée en équilibre réel ; • Financer le remboursement annuel de la dette par des ressources propres, constituées par l'autofinancement dégagé par la section de fonctionnement, et des ressources propres de la section d'investissement ; • Estimer les dépenses et les recettes de façon sincère.
  • 23. 17 Cette nouvelle règle prudentielle proposée et qui s’appliquerait à toutes les collectivités, est un ratio d'endettement décliné par type de collectivité dont les plafonds sont supérieurs aux moyennes nationales constatées en 2016 : • Le plafond fixé sera compris entre 11 et 13 ans, pour les communes et EPCI, les moyennes étant de 5,8 années pour les communes, et 5,1 années pour les EPCI ; • Le plafond fixé sera compris entre 9 et 11 ans, pour les départements et la Métropole de Lyon, la moyenne étant de 4,3 années ; • Le plafond fixé sera compris entre 8 et 10 ans, pour les régions, les collectivités de Corse, Guyane et Martinique, la moyenne étant de 5,4 années. D'après l'étude d'impact de cette loi, environ 10 à 20 % des collectivités exposeraient un niveau supérieur à leur plafond applicable. Ce dispositif les inciterait donc à prendre les mesures pour améliorer leur situation financière. Pour les départements, d’après les données transmises par la DGFIP, 8 % auraient un ratio supérieur à 9 ans et 3 % supérieur à 11 ans. Le département de la Drôme fait partie des 92 % des départements ayant un endettement inférieur à 9 années. Selon le Gouvernement, ce ratio d’endettement doit être considéré comme un ratio prudentiel d’alerte sur la situation financière et permettrait de renforcer l’information financière des Assemblées délibérantes qui leurs permettraient en cas de dépassement du ratio, selon des modalités bien précises, d’examiner les perspectives financières pluriannuelles envisagées par la collectivité, la soutenabilité de sa politique d’endettement, ainsi que les mesures de nature à lui permettre le respect du ratio d’endettement. En effet, si les collectivités sont dans le respect des plafonds, il ne s’agira que d’une information ; si les collectivités dépassent le plafond, elles devront dès le DOB 2019 présenter un rapport en indiquant les mesures mises en œuvre pour revenir en-dessous des seuils maximum définis par la loi. La CRC pourra être amenée a donner un avis, si les mesures présentées sont jugées insuffisantes.
  • 24. 18 Par ailleurs, le Gouvernement considère que l’introduction de ce ratio d’endettement s’inscrit dans la continuité des dispositions de la loi n°2015-991 du 7 août 2015, portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe), notamment son titre IV relatif à la transparence et à la responsabilité financière des collectivités territoriales et plus particulièrement l’enrichissement du contenu du rapport relatif au Débat d’Orientations Budgétaires (DOB), avec l’obligation : • d’une présentation brève et synthétique retraçant les informations financières annuelles jointe au Budget Primitif et au Compte Administratif, • l’élaboration d’un rapport identifiant les actions entreprises à la suite d’un rapport d’observations définitives de la Chambre Régionale des Comptes. Les députés avaient déjà assoupli ce nouvel encadrement de la dette, en laissant le choix aux collectivités pour le calcul de leur capacité d'endettement de retenir la capacité d'autofinancement de l'année écoulée, ou celle qui résulte de "la moyenne des trois derniers exercices écoulés". Les sénateurs sont allés plus loin, puisqu’ils ont supprimé le ratio d’encadrement, en considérant que c’était à l’Etat de faire des efforts et non aux collectivités, dont la dette ne constitue que 9 % de l’endettement national. Enfin, le Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques prévoit également un point important pour les collectivités : les concours financiers de l’Etat aux collectivités territoriales. 2018 2019 2020 2021 2022 48,11 48,09 48,43 48,49 48,49 (Source : PLPFP Art.13) Ce montant était de 46,12 Milliards d’euros en 2017, mais le périmètre ayant changé (la fraction de TVA affectée aux régions, aux collectivités territoriales de Corse, de Martinique et de Guyane et au département de Mayotte), il ne faut pas en déduire trop vite que les concours de l’État évolue positivement en 2018. La trajectoire prévue par le Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques est reprise dans le cadre du Projet de Loi de Finances pour 2018. C - Projet de Loi de Finances pour 2018 Le pacte de confiance est l’un des éléments de la nouvelle conception des relations Etat/collectivités, il est donc pris en compte dans la loi de finances pour 2018. Après l’exposé des motifs, le PLF 2018 présente les conditions d’équilibre financier du budget de l’Etat puis dans une seconde partie, les moyens des politiques publiques et les dispositions spéciales. Les collectivités locales sont impactées par différents articles de la loi, c’est pourquoi, depuis la Loi de Finances Rectificative du 25 décembre 2007, l’Etat a obligation de présenter une annexe au PLF, annexe relative aux transferts financiers de l’Etat aux collectivités.
  • 25. 19 Dans cette annexe, toute une partie est consacrée à l’évolution des dépenses et d’endettement des collectivités ; toute cette partie devant en fait servir de justificatif à la mise en place d’une évolution des dépenses sous contrôle et du ratio prudentiel d’encadrement, puisqu’il est précisé que la capacité de désendettement des collectivités a «fortement reculé depuis 2004» puisqu‘elle est passée pour l’ensemble de ces dernières de 3,2 années en 2003, à 5,2 années en 2016 ! Le Gouvernement constate également que malgré la contribution des collectivités territoriales au redressement des finances publiques, les ressources des collectivités sont demeurées globalement stables tout comme l’évolution de leurs dépenses à partir de 2014 (tout en précisant que cette stabilité est essentiellement due au recul de l’investissement local). La future contribution des collectivités au redressement des finances publiques étant désormais basée sur l’évolution de leurs dépenses de fonctionnement et non plus sur un prélèvement sur leur recettes, il est annoncé que le montant des transferts de l’Etat aux collectivités représentent 104,6 milliards d’euros et que ce montant est en augmentation par rapport à la loi de finances pour 2017. Comme indiqué dans la partie précédente, le périmètre de l’enveloppe normée a évolué entre la loi de programmation des finances publiques 2014-2019 et le projet pour 2018- 2022. A été intégrée la fraction de TVA affectée aux régions ainsi que son taux d’évolution (à la hausse) ; de ce fait les autres concours baissent. En 2018, une baisse de 3,9 milliards de la DGF est prévue. La loi de finances pour 2017 avait créé un fond transitoire de 450 M€ pour le financement du développement économique des Régions et leur avait transféré une fraction de TVA à compter de 2018. Le PLF 2018 prend en compte le transfert de TVA et supprime les 450 M€ du fonds transitoire ; d’où la baisse de la DGF. Par ailleurs, dans le mécanisme de calcul de la DGF des départements, est prévue une DGF dite de péréquation. Celle pour 2018 est prévue à hauteur de 10 M€, soit 2 fois moins que les années précédentes. Par ailleurs, le PLF 2018 prévoit l’automatisation du Fonds de Compensation pour la Taxe sur la Valeur Ajoutée (FCTVA) versé aux collectivités. Si cela peut générer des gains de temps aussi bien pour les personnels de Préfecture que pour les agents départementaux (la procédure d’instruction devrait être totalement dématérialisée), cela peut, selon les années pénaliser certaines collectivités. En effet, les cas particuliers et certains comptes ne seront plus pris en compte dans les calculs. Enfin, une mesure concerne particulièrement les départements : la modification du calcul du fonds de péréquation de la CVAE des départements. Ce fonds mis en place en 2013 doit être revu puisque la loi de finances pour 2016 a transféré 25 points de CVAE des départements aux régions. Cette nouvelle répartition de la CVAE mise en œuvre en 2017 a des conséquence sur l‘équilibre du fonds départemental de péréquation. Celui-ci est toujours prévue en 2 parts : La première, dite prélèvement sur « stock » est alimentée par les départements qui ont un revenu/habitant supérieur au revenu médian/habitant et une CVAE de l’année précédente supérieure à 90 % de la CVAE moyenne/habitant. Cette part doit atteindre 60 M€ depuis 2015. Du fait de la baisse de 25 points de CVAE, cette part est ramenée à 30 M€ à compter de 2018. Par ailleurs, le prélèvement n’est plus plafonné à 1 % de la CVAE perçue l’année précédente mais à 2 %. La deuxième, dite prélèvement sur « flux » est alimentée par les départements contributeurs à la 1ère part et ceux dont l’évolution de la CVAE entre l’année n-1 et n-2 est positive et est supérieure à la moyenne nationale. Pour 2018, la CVAE 2016 est retraitée afin de pouvoir la comparer à celle perçue en 2017. Cette part est également plafonnée à 2 % au lieu de 1 % à compter de 2018. Depuis la création du fonds de péréquation, le département de la Drôme est contributeur. Cela s’explique par son contexte financier particulier.
  • 26. 20 3 - Le contexte financier de la Drôme 4 La publication obligatoire d’un certain nombre d’indicateurs financiers pour les collectivités locales et leurs établissements publics ont pour objectif d’accroître la transparence et l’information des citoyens, mais aussi de permettre le positionnement de la collectivité par rapport aux autres, voire la détection de difficultés. L’analyse des principaux ratios 2016 conforte la position du département de la Drôme mais incite toutefois à rester vigilant pour le BP 2018 afin de conserver sa capacité future d’investissement. A - Parangonnage par rapport aux autres collectivités Le département de la Drôme affiche depuis plusieurs années une situation financière saine, avec des comptes en meilleure situation que la moyenne des autres départements, notamment par rapport à ceux de sa strate. Pour la plupart des ratios financiers stratégiques permettant d’apprécier sa solvabilité (autofinancement, dette), le département se trouve dans une situation plus confortable que la moyenne des autres départements. 1.1 L’autofinancement brut Un des agrégats financiers qui permet d’appréhender la santé financière d’une collectivité est son autofinancement brut, c’est-à-dire l’excédent de recettes de fonctionnement dégagé par rapport aux dépenses. Elle constitue la ressource financière interne dont dispose une collectivité pour financer ses investissements et rembourser sa dette. Son montant est révélateur de la santé financière à la fois de la section de fonctionnement et celle d’investissement. Le graphique ci-dessous montre la qualité de l’autofinancement brut du département de la Drôme, il enregistre en 2016 le plus fort autofinancement brut des départements de sa strate. (Source : Département de la Drôme) 4 Les chiffres du contexte financier sont ceux retraités par la DGCL et peuvent légèrement varier par rapport aux chiffres fournis dans les autres parties. Ces chiffres permettent de se comparer aux autres collectivités dont les comptes sont retraités à l’identique.
  • 27. 21 Si en volume, avec 87,4 M€ en 2016, le département de la Drôme se situe en 27ème position pour sa capacité d’autofinancement brut, rapportée au nombre d’habitant, avec 175 € par habitant, il ressort le 11ème département le mieux classé au niveau national (hors Paris). 1.2 Le taux d’épargne brut De même, au niveau du taux d’épargne brute (Epargne brute rapportée aux recettes réelles de fonctionnement), le Département avec 15,3 % en 2016 affiche le 15ème meilleur taux de l’ensemble des départements. Un tiers des départements enregistre fin 2016 un taux d’épargne brute inférieur à 10 %. Le graphique ci-dessous montre la situation contrastée de l’ensemble des départements de la strate, avec pour la Drôme, à la fois un bon taux d’épargne et un fort autofinancement brut par habitant. (Source : Département de la Drôme) L’épargne n’est pas seulement un agrégat financier de la section de fonctionnement, il impacte également fortement la section d’investissement en la finançant et limitant ainsi le recours à l’emprunt. 1.3 La capacité de désendettement Ce rapport entre l’autofinancement brut et l’endettement du Département est analysé par la capacité de désendettement qui calcule le nombre d’années nécessaire à une collectivité pour rembourser sa dette si elle affectait l’intégralité de son autofinancement à ce remboursement. Le Projet de Loi de Programmation des Finances Publiques pour 2018- 2022 prévoit de contrôler l’endettement des collectivités à partir de ce ratio (voir infra). En 2016, le département de la Drôme, avec un ratio de capacité de désendettement de 1,26 an, affiche le 7ème ratio le moins élevé des départements, sachant que le département de l’Indre n’a pas de dette fin 2016.
  • 28. 22 Les départements avec une capacité moyenne à 4,4 années, se situent donc loin de la zone de vigilance de 9-11 ans à partir de laquelle les collectivités pourraient être contraintes par l’Etat de limiter leurs investissements. Une dizaine de départements affichent en 2016 un ratio supérieur au seuil d’intervention du Préfet de 9 ans. Toutefois, cette capacité sera utile dès 2018, pour relancer l’investissement. Le fort niveau d’autofinancement dégagé par le Département explique son faible endettement avec 108,6 M€ fin 2016 et 101,8 M€ fin 2017. Il est fin 2016 le 14ème département le moins endetté de France. Par habitant, avec 219 €, il ressort comme le 9ème département le moins endetté. Le graphique ci-dessous croise le taux d’endettement des départements et leur capacité de désendettement. Il montre les collectivités qui disposent des meilleures potentialités pour mobiliser leur dette, en inscrivant clairement la Drôme dans cette catégorie. (Source : Département de la Drôme) Le taux d’endettement correspond au rapport entre l’endettement de la collectivité et les recettes réelles de fonctionnement. Il montre clairement les marges de manœuvre dont dispose la collectivité pour s’endetter. En 2016, avec un ratio de 19,26 %, le Drôme occupe la 9ème place des départements présentant le meilleur ratio. La moyenne nationale ressort à 51 % et la moyenne de la strate à 50 %.
  • 29. 23 (Source : Département de la Drôme) B - Des ratios à nuancer dans le cadre de notre trajectoire financière Toutefois, ces ratios financiers plutôt positifs doivent être nuancés et incitent à la vigilance dans le cadre de la trajectoire financière, car plusieurs facteurs inquiétants subsistent : • la baisse régulière de l’épargne de gestion depuis 20145 (cf.graphique page 52), • l’évolution en 2016 et 2017 de l’épargne brute du département inférieure à la moyenne des départements, avec : • la progression des dépenses de fonctionnement supérieure à celle de la moyenne nationale : 5 La Cour des comptes dans son rapport « les finances publiques locales » d’octobre 2017 page 47, indique qu’en 2016 « 30 départements ont subi une dégradation de leur épargne brute », la Drôme fait partie de ces 30 départements Evolution de l’épargne brute 2016 2017 Département de la Drôme + 6,4 % - 5 % (baisse anticipée) Moyenne des Départements (Source : note de conjoncture, tendances 2017 de la Banque Postale) + 20,6 % + 5,3 % CD 26
  • 30. 24 • le poids du secteur social dans les dépenses de fonctionnement particulièrement élevé avec 49,6 % (le département se classe en 2016 en 69 ème position des départements). Ces ratios permettent d’appréhender les marges de manœuvre du Département pour le BP 2018. II – Les orientations budgétaires 2018 : renforcer la solidarité et l’effort d’investissement Au moment de la rédaction de ce rapport, les prévisions suivantes peuvent être faites pour nos principales recettes. Elles sont regroupées en trois grands blocs en fonction de leur nature comptable : les dotations et compensations de l’Etat, la fiscalité directe et la fiscalité indirecte. 1 – Recettes de fonctionnement et leurs perspectives d’évolution A - Les dotations et les compensations versées par l’Etat Ce poste comprend des dotations ou des fonds liés directement à des charges supportées par le Département. (Source : Département de la Drôme) Evolution des depenses de fonctionnement 2015 2016 Département de la Drôme + 2,6 % + 1 % (hors effet provisions) Moyenne nationale + 1,5 % +0,1 % En millions d'euros BP 2017 DOB 2018 Dotations, Compensations & Concours 130,2 129,7 dont DGF 71,7 71,7 DCRTP 16,4 16,3 Compensations fiscales 4,7 4,6 Concours CNSA (APA, PCH...) (1) 22,2 23,2 Emplois avenir 0,9 0,1
  • 31. 25 1.1 Dotation Générale de Fonctionnement (DGF) Pour notre Département, la Dotation Générale de Fonctionnement (DGF) constitue le premier concours de l’Etat. La DGF s’élève à 71,74 M€ en 2017. Cette recette, après avoir été gelée entre 2011 et 2013, est réduite depuis 2014 au titre de la contribution des collectivités au redressement des comptes publics. Sur la période 2014-2017, les collectivités ont contribué au redressement des finances publiques par une minoration de la DGF de 11.475 milliards d’euros. (Source : Département de la Drôme) Pour 2018, le Projet de Loi de Finances fixe le montant de la Dotation Globale de Fonctionnement à 27,05 milliards d’euros en 2018, contre 30,86 milliards d’euros en 2017, soit une baisse de 3,8 milliards d’euros. Cette diminution ne provient pas d’une nouvelle tranche de contribution au redressement des finances publiques, mais du transfert aux régions d’une fraction de TVA en lieu et place de leur DGF. L’exercice 2018 est donc en rupture avec les précédents en matière de transferts financiers de l’Etat aux collectivités territoriales. Il ne comprend plus de baisse de la DGF. Pour autant, les collectivités continueront à participer à l’effort de réduction du déficit public. Elles devront y contribuer d’ici 2022 à hauteur de 13 milliards d’euros. Avec l’annonce d’une stabilité de la DGF pour 2018, le montant devrait être proche de celui notifié en 2017 soit 71,7 millions d’euros. 1.2 Dotation de Compensation de la Réforme de la Taxe Professionnelle (DCRTP) Cette dotation a été créée pour compenser les collectivités perdantes suite à la suppression de la taxe professionnelle. Cette recette d’ajustement était figée jusqu’en 2016. L’Etat a décidé, en 2017, de l’intégrer dans le périmètre des concours de l’Etat servant de variable d’ajustement. Pour le Département cette mesure a représenté une baisse de 9 %. Le PLF 2018 précise un taux de minoration de -0,23 % pour la DCRTP des départements. Notre projection pour 2018 s’appuie sur cette variation. 1.3 Les compensations fiscales Les compensations fiscales versées par l’Etat (foncier bâti, taxe d’habitation et professionnelle) sont une variable d’ajustement de l’enveloppe normée. Cette enveloppe rassemble les dotations de l’Etat aux collectivités, certaines dotations augmentant, des réductions sont à appliquer sur les autres dotations. Les compensations d’exonérations apparaissent depuis quelques années comme variable à la baisse au sein de l’enveloppe normée. Le taux de minoration en 2018 serait de -0,23 % (PLF 2018). 2014 2015 2016 2017 Contribution au titre de 2014 -3,3 M€ -3,3 M€ -3,3 M€ -3,3 M€ Contribution supplémentaire 2015 -8,0 M€ -8,0 M€ -8,0 M€ Contribution supplémentaire 2016 -8,1 M€ -8,1 M€ Contribution supplémentaire 2017 -8,3 M€ Contribution -3,3 M€ -11,3 M€ -19,4 M€ -27,7 M€
  • 32. 26 1.4 Concours de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie Les concours de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) sont versés aux Départements dans le cadre du financement de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et des Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH). Le montant de ces ressources est globalement stable. La loi relative à l’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV) prévoit l’octroi d’un concours de la CNSA aux départements dans le cadre de la Conférence des Financeurs pour financer des actions liées à la prévention et à l’autonomie. Le montant prévisionnel pour 2018 est de 1,3 Millions d’euros (montant identique en dépense). B - Les recettes de fiscalité directe Les recettes concernées par ce bloc sont celles qui d’un point de vue comptable sont rattachées à la rubrique de la fiscalité directe. Pour autant, le foncier bâti est le seul impôt sur lequel les départements disposent d’un pouvoir de vote des taux. (Source : Département de la Drôme) 1.1 Taux départemental foncier bâti inchangé depuis 2012 La taxe foncière sur les propriétés bâties représente depuis la réforme de la taxe professionnelle, le seul levier fiscal encore mobilisable par le Département. Conformément aux engagements de l’exécutif, le taux du foncier bâti n’augmentera pas en 2018. Le taux de foncier bâti sera maintenu au même niveau soit 15,51 %. Cela fera ainsi la septième année consécutive de non augmentation du taux. La prévision pour 2018 repose sur une hausse des bases de 1,6 % se répartissant entre une évolution physique de +0,8 %, et une évolution actuarielle (inflation constatée au mois novembre) estimée à +0,8 %. (Source : Département de la Drôme) En millions d'euros BP 2017 DOB 2018 Total fiscalité directe 191,8 183,4 Foncier bâti 109,9 111,8 CVAE 32,1 32,2 Attribution CVAE compensation Région (1) 19,8 9,0 FNGIR 14,0 14,0 DCP (frais de gestion foncier bâti) 8,1 8,3 IFER 7,9 8,0 (1) Montant provisoire csuite au transfert de la compétence transport à la Région 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Evolution actuarielle 1,8% 1,8% 0,9% 0,9% 1,0% 0,4% Evolution physique 2,7% 1,9% 3,2% 3,0% 1,4% 1,5% Evolution base globale 4,5% 3,7% 4,1% 3,9% 2,4% 1,9%
  • 33. 27 Le taux départemental (15,51 %) est très inférieur au taux moyen des départements appartenant à la même strate (21,36 %) et à la moyenne nationale (16,25 %). Le graphique ci-après montre la situation contrastée des départements de la strate avec des taux de 11,03 %, jusqu’à plus de 30 %. Plus de la moitié des départements ont en 2017 un taux supérieur à 20 %. La Drôme avec un taux de 15,51 % se situe au 4e rang. (Source : Département de la Drôme) En 2017, la réforme de la valeur locative des locaux professionnels sera mise en œuvre. L’enjeu de la réforme est de remplacer les valeurs locatives qui dataient de 1970 et qui créaient des situations inéquitables entre contribuables. Le principe retenu est d’assurer aux collectivités des ressources fiscales constantes. 1.2 Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE) Depuis le 1er janvier 2010, la Contribution Economique Territoriale (CET) a remplacé la taxe professionnelle. Les personnes exerçant habituellement une activité en France sont redevables de cette cotisation. Elle repose sur deux socles : la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) perçue seulement par les communes et la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE). En 2016, la Loi de Finances a transféré 25 points de CVAE des Départements au profit des Régions suite au transfert de la compétence transport. La croissance de cette ressource porte donc sur une assiette moins importante. La CVAE est répartie comme suit, à compter de 2017 : • Bloc Communal : 26,5 %, • Départements : 23,5 %, • Région 50 %. Pour 2018, la prévision tient compte de la stabilité du produit constatée en 2017. T a u x fo n c ie r b â ti e n 2 0 1 7 d e s d é p a r te m e n ts d e n o tr e s tra te 0 ,0 0 5 ,0 0 1 0 ,0 0 1 5 ,0 0 2 0 ,0 0 2 5 ,0 0 3 0 ,0 0 3 5 ,0 0 Rhône Savoie Landes Drôme Vienne Ardèche HauteVienne DeuxSèvres Aube Cher Mayenne Pyr.Orientales Eure&loir Aveyron Manche Yonne LotetGaronne Charente Allier Ardennes Jura LoiretCher Dordogne Vosges Orne Tarn&Garonne Tarn Aude Ta u x ta x e f o n c iè re Ta u x mo y e n d é p a r te m e n ta l M o y e n n e n a tio n a le
  • 34. 28 1.3 Les Impôts Forfaitaires des Entreprises de Réseaux (IFER) Les entreprises de réseaux doivent s’acquitter d’une imposition forfaitaire depuis 2011. Cet impôt concerne principalement les grosses entreprises du secteur de l’énergie, du transport ferroviaire et des télécommunications. Les tarifs sont revalorisés chaque année par le taux d’inflation prévisionnel du Projet de Loi de Finances. Le produit attendu pour 2018 s’élève à 8 millions d’euros, soit une progression de +0.8 % par rapport à 2017. 1.4 Fonds National de Garantie Individuelle de Ressources (FNGIR) Ce fonds, qui est une recette de compensation entre anciennes et nouvelles recettes fiscales, est figé dans le temps ; pour notre département il est de 14,01 millions d’euros. 1.5 Dispositif de Compensation Péréquée (DCP) Cette recette transférée par la loi de finances 2014 aux départements est l’une des mesures visant à réduire le reste à charge des Allocations Individuelles de Solidarité (APA, PCH, RSA). Ce fonds est abondé par les frais de gestion perçus par l’Etat sur la taxe foncière. Pour 2018, le produit estimé à 8,3 millions d’euros, soit une variation de +1,5 % par rapport au produit 2017. C - La fiscalité indirecte : catégorie de ressources la plus dynamique du département. La fiscalité indirecte correspond aux recettes des départements les plus dynamiques ces dernières années, notamment par rapport à la fiscalité directe ou aux dotations, essentiellement en raison de la progression des Droits de Mutation à Titres Onéreux (DMTO). Selon la note de conjonctures de septembre 2017 (tendances 2017) de la Banque Postale, les recettes de la fiscalité indirecte des départements devraient progresser de 8 %, alors que la fiscalité directe (en raison de la perte de CVAE) et les dotations (en raison des ponctions de l’Etat) régressent. La part de la fiscalité indirecte est donc de plus en plus majoritaire par rapport aux autres catégories de recettes. En 2012, pour le département de la Drôme, ces trois parts étaient quasi similaires : • La part de la fiscalité indirecte était de 32 %, • celle de la fiscalité directe de 30 %, • et celle des dotations de 31 %. En 2017, la part passe respectivement à 37 %, 34 % et 22 %. La fiscalité indirecte comprend plusieurs taxes dont les principales sont la Taxe Spéciale sur les Conventions d’Assurance (TSCA) avec 71 M€ d’encaissements prévus en 2017 (en baisse par rapport à l’exercice 2016 avec 74,5 M€, exercice qui avait fait l’objet de régularisations), les droits de mutation avec 75 M€ attendus, en forte hausse par rapport à 2016 (+1 M€) et la Taxe Intérieure de Consommations sur les Produits Energétiques (TICPE) (42,6 M€ prévus comme en 2016). La TSCA et la TICPE ont progressé en fonction des compensations des transferts de compétences ou de la perte de fiscalité lors de la réforme de la fiscalité locale en 2010. Elles ne présentent pas de fort potentiel évolutif, le département n’ayant aucun pouvoir de taux sur ces taxes.
  • 35. 29 En revanche, les DMTO connaissent depuis 2014 une évolution positive importante : ils ont permis aux départements de pouvoir faire face aux réductions des dotations et de maintenir leur épargne brute. Cette progression est due à la fois à un effet taux et un effet base. En 2014, les DMTO progressent essentiellement en raison de la majoration du taux de 3,8 % à 4,5 % votée par la grande majorité des départements (90 départements dont le département de la Drôme). En 2017, seuls quatre départements ont maintenu leur taux à 3,8 % (l’Indre, l’Isère, le Morbihan et Mayotte). L’évolution des bases des DMTO est tributaire du nombre de transactions immobilières sur le marché de l’ancien et de l’accroissement des prix de l’immobilier, elles peuvent d’une année sur l’autre connaître de fortes variations. L’évolution des DMTO en Drôme, après avoir connu une évolution différenciée par rapport aux autres départements, enregistre des évolutions tendancielles assez comparables depuis 2015 avec +18 % en Drôme en 2015 (+15 % moyenne des départements), +5 % en 2016 (+8 % au niveau national) et +18 % attendus en 2017 (identique à la moyenne nationale). (Source : Département de la Drôme) Pour le département de la Drôme, les ponctions 2017 sur les dotations, 8,8 M€ sur la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) et 1,6 M€ de Dotation de Compensation de la Réforme de la Taxe Professionnelle (DCRTP), devraient être intégralement compensées par l’accroissement des DMTO de l’ordre de 11 M€. En 2016, le montant par habitant des DMTO encaissé en Drôme (corrigé de la péréquation) est de 127 €. Parmi les départements de sa strate, il est plutôt bien placé, il se situe au- dessus de la moyenne qui est de 113 €/habitant. Il reste toutefois en-deçà de la moyenne nationale de 155 €/habitant, quelques départements urbains et méditerranéens, particulièrement attractifs, tirent la moyenne vers le haut.
  • 36. 30 (Source : Département de la Drôme) La forte progression des DMTO en 2017 ne devrait avoir qu’un impact limité quant à notre participation en 2018 à la péréquation, dans la mesure où la progression nationale devrait être du même ordre. Pour 2018, les perspectives de croissance au niveau national sont relativement favorables, les taux d’intérêts devraient rester bas, ce qui permet d’envisager le maintien d’un bon niveau de DMTO. Toutefois, la volatilité de cette recette nécessite de faire preuve d’une grande prudence dans les prévisions, quitte à réajuster les crédits en cours d’exercice. D - Les fonds de péréquation Dans le prolongement de la réforme de la taxe professionnelle de 2010, deux fonds nationaux de péréquation horizontale ont été créés avec pour finalité l’atténuation des disparités entre collectivités par une redistribution des ressources : le fonds national de péréquation des Droits de Mutation à Titre Onéreux (DMTO) et le fonds national de péréquation de la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE). La loi de finances pour 2014 a créé également le fonds de solidarité, pérennisé par la loi de finances 2016. Si la péréquation horizontale permet au département de la Drôme de bénéficier de ressources sur deux des trois fonds existants, elle se traduit également par des contributions à ces dispositifs. Ce mécanisme constituant en une redistribution des recettes de droit de mutation ou de CVAE entre collectivités, relève de mécanismes complexes, difficiles à estimer.
  • 37. 31 1.1 Le fonds de péréquation des DMTO Le fonds national de péréquation des DMTO, mis en place en 2011, est une péréquation entre les départements ayant les DMTO les plus dynamiques et importants et les départements moins favorisés. Ce fonds est alimenté par deux prélèvements : • Un prélèvement sur stock, sont contributeurs les départements dont le montant des DMTO par habitant est supérieur à 75 % de la moyenne nationale DMTO par habitant. • Un prélèvement sur flux, sont contributeurs les Départements dont les DMTO connaissent une progression supérieure à deux fois l’inflation et remplissant les conditions du prélèvement sur stock. Depuis sa mise en œuvre, le Département a toujours contribué à ce fonds ; il en est bénéficiaire depuis le changement de critère intervenu en loi de finances en 2013 avec la prise en compte du revenu moyen par habitant. Son montant dépend de divers paramètres dont la possibilité pour le Comité des Finances Locales de mettre en réserve une partie des ressources de ce fonds. Selon les prévisions de cabinets spécialisés en finances, le Département devrait être bénéficiaire et contributeur à ce fonds en 2018, avec un solde positif estimé de 905.000 € (scenario bas) à 1.800.000 € (scenario haut). 1.2 Fonds de solidarité Le fonds national de solidarité a été créé par la loi de finances 2014 dans le cadre du dispositif de compensation des allocations de solidarité afin de réduire les inégalités relatives au reste à charge pour les Allocations Individuelles de Solidarité (RSA, APA, PCH). Il est abondé par un prélèvement de 0,35 % sur le produit DMTO n-1, il est ensuite réparti entre les départements dont le montant de DMTO par habitant est inférieur à 1,4 fois le montant par habitant de l’ensemble des départements. Le Département est à la fois bénéficiaire et contributeur à ce fonds. Selon les estimations publiées par des cabinets financiers, le Département serait bénéficiaire et contributeur en 2018. Le solde serait positif mais à des montants prévisionnels différents de 1.147.000 € à 500.000 €. 1.3 Fonds de péréquation de la CVAE Le fonds national de péréquation de la CVAE, entré en vigueur en 2013, est alimenté par un prélèvement sur le stock auprès des départements avec une CVAE par habitant élevée et un prélèvement sur flux auprès de ceux qui connaissent une forte progression de leur CVAE d’une année sur l’autre. Compte-tenu du transfert d’une fraction de la CVAE départementale aux régions en 2017, le fonctionnement de ce fonds est revu dans le cadre du PLF 2018 : le prélèvement sur stock est ramené de 60 millions à 30 millions d’euros et la contribution des départements concernés est plafonnée pour chaque prélèvement à 2 % de CVAE de l’année précédente (au lieu de 1 %). Compte-tenu des critères de répartition de ce fonds, le Département est uniquement contributeur à ce fonds. Pour 2018, notre contribution devrait être de l’ordre de 200.000 €.
  • 38. 32 1.4 Synthèse des attributions et contributions au titre des fonds de péréquation. (Source : Département de la Drôme) Au vu de l’estimation de nos produits, nos efforts de rationalisation des dépenses sont à poursuivre d’autant que les Allocations Individuelles de Solidarité et les frais d’hébergement notamment pour l’aide sociale à l’enfance continuent de progresser. 2 - Malgré l’effort continu de maîtrise des dépenses de fonctionnement, le Département poursuit sa politique de soutien au développement local Dans un contexte d’incertitudes fiscales et économique difficile, qui renforce le besoin d’une prise en charge sociale inflationniste, le Département est amené à poursuivre l’effort de maîtrise des dépenses de fonctionnement, d’une part, pour assurer ses compétences obligatoires en matière sociale, et d’autre part, pouvoir poursuivre sa politique d’accompagnement de développement du territoire et d’amélioration du cadre de vie des Drômois ; A - Solidarité : les compétences obligatoires en matière sociale 1.1 Un financement insuffisant des Allocations Individuelles de Solidarité et une prise en charge des Mineurs Non Accompagnés au cœur des problématiques des départements Le financement des Allocations Individuelles de Solidarité (AIS) et celui de la prise en charge des Mineurs Non Accompagnés (MNA) constituent la préoccupation majeure des Départements dans le cadre des discussions budgétaires avec l’Etat pour 2018. Alors que l’Etat fait part de son souhait de signer en 2018, avec 319 collectivités (dont les conseils départementaux) pour contractualiser l’évolution de leurs dépenses de fonctionnement (13 milliards d’euros d’ici fin 2022), l’Assemblée des Départements de France (ADF) pose comme préalable à la contractualisation, la demande de compensation intégrale du reste à charge lié au surcoût de versement des AIS, et que celles-ci soient exclues de l’objectif fixé. Sur le plan national, l‘Etat ne paierait que 57 % des montants dus globalement aux départements, soit 3 milliards d’euros non compensés. SOLDE (Attribution - Contribution) CA 2011 CA 2012 CA 2013 CA 2014 CA 2015 CA 2016 CA anticipé 2017 Solde Fonds DMTO -2,4 M€ -3,0 M€ 1,9 M€ 0,9 M€ 1,7 M€ 0,9 M€ 1,4 M€ SoldeFonds CVAE - 0,8 M€ - 0,5 M€ -1,3 M€ -1,4 M€ -0,8 M€ Solde Fonds solidarité 3,8 M€ 4,2 M€ 1,0 M€ 1,1 M€ Solde global -2,4 M€ -3,0 M€ 1,1 M€ 4,2 M€ 4,6 M€ 0,5 M€ 1,7 M€
  • 39. 33 Le second sujet préoccupant concerne l’amélioration de la prise en charge des mineurs non accompagnés, avec, au 31 décembre 2016, plus de 19.221 jeunes étrangers6 pris en charge par les départements au titre de l’aide sociale, soit, un coût estimé de 1 milliard d’euros sur le plan national. Le Président de l’ADF a alerté sur la croissance exponentielle du nombre de prise en charge avec un nombre de MNA pouvant dépasser les 25.000 à fin 2017. En réponse à cette alerte, le Gouvernement s’est engagé, d’une part, à accompagner les départements dans la prise en charge de l’augmentation du nombre de MNA générée depuis le 31 décembre 2016, sur la base d’une aide au financement à hauteur de 30 % de la charge supplémentaire générée en un an, et d’autre part, à entamer en 2018 un plan d’action en concertation avec les collectivités pour juguler et mieux contrôler l’afflux de MNA. Au regard du contexte national, le département de la Drôme se trouve confronté de la même manière à une hausse poursuivie du nombre de MNA, une tendance inflationniste des dépenses pour les personnes âgées et handicapées, mais une stabilisation en 2017 du coût RSA. 1.2 Le Département de la Drôme confronté à la poursuite de la hausse des Allocations Individuelles de Solidarité a - Le secteur du Handicap Le secteur du handicap affiche une augmentation de 3 % des dépenses de Prestation de Compensation du Handicap (PCH) en 2017, alors que celles-ci étaient contenues depuis 2014. Malgré une tarification stabilisée pour l’hébergement, le poids croissant du nombre de bénéficiaires de la PCH, du montant moyen des aides attribuées, et l’appel à ouverture de places supplémentaires pourraient amener une hausse de plus 3 % entre le budget de 2017 et celui de 2018. Evolution des bénéficiaires de la PCH et des aides humaines de 2011 à 2016 687 2 0692 001 1 492 1 815 759508 839 1 842 0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 2011 2012 2013 2014 2015 2016 1 600 1 650 1 700 1 750 1 800 1 850 1 900 bénéficiaires PCH payés Aides humaines acceptées Places Hébergement PH (Source : Département de la Drôme) Avec 46.7 M€ en 2016, l’hébergement a représenté plus de 67.8 % des dépenses consacrées à ce secteur. On constate une tendance similaire à la hausse pour le secteur des personnes âgées. 6 Source ADF
  • 40. 34 b - Le secteur des personnes âgées Le vieillissement de la population confirme une nécessité de prise en charge croissante dans le secteur de l’aide aux personnes âgées, et la hausse des plus de 75 ans a tendance à s’accélérer pour atteindre certainement plus de 4 % par an, en 2022. EVOLUTION PREVISIONNELLE DE LA POPULATION DES 75 ANS ET PLUS DEPARTEMENT DE LA DROME – 2016 A 2022 TERRITOIRE 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 France entière 6 072 128 6 084 104 6 138 201 6 218 428 6 304 727 6 394 910 6 640 897 France métropolitaine 6 030 723 6 032 341 6 075 879 6 143 607 6 217 452 6 294 468 6 527 944 Drôme 51 551 51 950 52 848 53 783 54 858 55 878 58 261 Evolution Drôme 0,77% 1,73% 1,77% 2,00% 1,86% 4,26% (Sources : Observatoire) La dépense pour le secteur des personnes âgées affiche une progression de plus de 4 % depuis 2014, avec un nombre de bénéficiaires de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) approchant le seuil de 14.000. Cette hausse des dépenses, notamment de l’APA à domicile, est renforcée depuis 2016 dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi de l’Adaptation de la Société au Vieillissement (ASV). Nombre de bénéficiaires APA domicile et établissement 2011 à 2016 7 618 6 862 8 420 8 869 4 7894 491 4 904 4 112 0 2 000 4 000 6 000 8 000 10 000 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Nombre de bénéficiaires APA Domicile Nombre de bénéficiaires établissement (Source : Département de la Drôme) Le département de la Drôme fait partie de ceux qui se sont engagés à travailler au rapprochement des dispositifs d’information, d’accueil et d’évaluation de la situation des personnes âgées et personne handicapées, sous forme de Maison Départementale de l’Autonomie ( MDA), projet phare pour les prochaines années.
  • 41. 35 c - Le secteur de l’insertion : une stabilisation des allocations en 2017 Concernant l’insertion et les allocations RSA dans la Drôme, alors que la progression des allocations a dépassé une moyenne de 6.6 % entre 2014 et 2016, l’année 2017 marque une phase de stabilisation avec une croissance nulle ; La mise en place de la prime d’activité au 1er janvier 2016 aurait eu un impact positif sur les bénéficiaires du RSA activité, et leur aurait permis de sortir du dispositif RSA. Néanmoins, deux axes restent prioritaires dans le cadre de la maîtrise et optimisation des dépenses d‘insertion : • Un Plan Départemental d’Insertion (PDI) renforcé sur l’insertion par l’économie, • un co-financement des actions par l’Europe dans le cadre du Fonds Social Européen (FSE) afin d’optimiser le champ d’actions, tout en diminuant la charge nette pour le Département. Le Département a conventionné avec l’Europe dans le cadre de la programmation 2014-2020. (Source : Département de la Drôme) d - Le secteur de l’enfance : le poids croissant des MNA et de l’hébergement Entre 2011 et 2016, les dépenses de l’enfance ont progressé de plus de 18 % pour atteindre 56 M€ en 2016, soit 8 M€ annuels supplémentaires par rapport à l’année 2011. Le coût 2017 devrait dépasser les 57 M€. Les établissements représentent plus de 57 % des dépenses de fonctionnement annuelles du secteur de l’Enfance, et ont été pour la plupart passés en Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens (CPOM). (Source : Département de la Drôme) Evolution du budget Enfance 2011-2016 0 10 000 000 20 000 000 30 000 000 40 000 000 50 000 000 60 000 000 CA 2011 CA 2012 CA 2013 CA 2014 CA 2015 CA 2016 Dépenses(M€) Autres dispositifs Prévention Enfance famille Subvention budget MDE Accompagnement hors murs Placement Familial Frais Evolution des dépenses d'Insertion 0 10 000 000 20 000 000 30 000 000 40 000 000 50 000 000 60 000 000 70 000 000 80 000 000 CA 2012 CA 2013 CA 2014 CA 2015 CA 2016 Tendance 2017 0 1 000 000 2 000 000 3 000 000 4 000 000 5 000 000 6 000 000 RSA Contrats accompagnement Contrats initiative emploi Autres (PDI)
  • 42. 36 La croissance du budget de dépenses représente plus de 3 % de croissance annuelle moyenne depuis 2011. En effet, globalement, l’évolution du nombre d’enfants en Drôme pris en charge en protection de l’enfance sur la période 2010/2015 est de 10 %. Evolution du nombre d’enfants Drômois en Placement / AEMO-AED associatif (Source : Département de la Drôme) Malgré la mise en œuvre de dispositifs alternatifs à l’internat, dispositif le plus onéreux, le volume de prise en charge ne cesse d’augmenter, et atteint plus de 100 MNA suivis début 2017. Les mesures d’optimisation visant à chercher des solutions répondant au besoin tout en diminuant le coût restent un axe fort des actions de l’enfance : augmentation du placement familial, augmentation du nombre de places en appartements et foyers… (Source : Département de la Drôme) 1800 2000 2200 2400 moy2010 moy2011 moy2012 moy2013 moy2014 moy2015 moy2016 moy 2017 Hyp BP18 Evolution du nombre de MNA en Drôme 0 20 40 60 80 100 120 140 160 juin-13 2013 2014 2015 2016 sept-17 hyp BP 2018 Années No mb re