SlideShare une entreprise Scribd logo
EXPLICATION
       LITTÉRALE,                 HISTORIQUE ET                  DOGMATIQUE,



DES PRIÈRES ET DES CÉRÉMONIES

        DE LA MESSE,
             SUIVANT LES ANCIENS AUTEURS                                          r




ET LES MONUMENS D E TOUTES LES EGLISES DU
                              MONDE              CHRÉTIEN.

AVEC   DES   DISSERTATIONS              ET       DES    NOTES SUR          LES            ENDROITS

         DIFFICILES ,              E T SUR       L ' O R I G I N E DES    RITES.




   PAR LE R. P. PIERRE LE BRUN,



                        NOUVELLE                    ÉDITION.




                    TOME               QUATRIÈME.




  L I B R A I R T E C A T H O L I Q U E DE P E R I S S E F R E R E S .
                LYON.                        ù                   PARIS.
        AHCIIKMB       H A 1 5 OIT »         ™            HOUTCCL*       MAISON       F




  Grande rue Mercière, 33, 9                         Rue Saint-Sulpice, 38,
         J t l r u c centrale» ( S .         j
                                             Q         Angle de la pUcv Sf-Sulptct.
                                        18G0
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Biblio!èque Saint Libère

                    http://www.liberius.net
                © Bibliothèque Saint Libère 2008.
Toute reproduction à but non lucratif est autorisée.
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Ce volume contient :


LA S I E D S DS E T TO S S R L S LITURGIES:
    UT E I S R A I N U E
 N°. i 3 . Uniformité abandonnée par les sec-
 taires du XVTsiècle. Liturgies Luthérienne,
 Zuinglienne,    Calviniste, Anglicane,     Ecos-
 saise, Suédoise, etc., 14. En quelles lan-
 gues on a écrit et célébré la Liturgie. i 5 - Du
 silence des prières de la Messe dans tous les
 siècles.
Imprltu. de Fr. SEGUIN aine, à Avignon, rue Uouqueric, 13.
TABLE
                         DES              TITRES

                  CONTENUS DANS CE VOLUME.

TREIZIÈME DISSERTATION. Uniformité des liturgies
  de toutes les églises chrétiennes dans tout ce qu'il y a
  d'essentiel au sacrifice abandonnée par les sectaires
                                  ?
              e
  du XVI , siècle.                                Page i
ARTICLE I. Liturgie des Luthériens.                      3
Formule de ta messe et de la communion pour l'ègtisc de Wittembetg par
  Luther en i5a3,                                                       < )
ART. II. Liturgie ou cène des Zuingliens ou des Calvinistes»             ao
Liturgie instituée en 1S2S par Zuingte dans l'église de Zurich pour la célé-
   bration de la cène du Seigneur*                                    ibid.
Liturgie ou cène de Genève suivie par tes Protestons de France.           »4
Manière de célébrer ta cène*                                              ab
ART. III. Liturgie d'Angleterre depuis te schisme,                      3a
§. I, Origine du schisme sous Henri FUI, sans innovation à (a liturgie, 54
§. II. La nouvelle liturgie introduite sous Edouard y 1 après dix-hutt ans
   de sekisme,                                                          58
Ordre de la première liturgie anglicane reformée sous Edouard FI, Impri-
   mée en anglais à Londres en i54<).                                    42
La cène du Seigneur ou ta sainte communion communément appelée la
   messe,                                                               44
La communion du malade,                                                  55
Rcgtcmens du parlement. Plainte de Calvin et des autres novateurs. Sou»
  veaux ehangemens dans la liturgie,                                     56
Seconde liturgie sous Edouard VI imprimée en anglais à Londres en
                                      t

  i55a.                                                                  5>
                                                                          j
La communion des malades.                                                 65
§. III. Rétablissement de l'ancienne liturgie sous ta reine Marie, ibid*
§, IV. Renouvellement de la réformation et delà seconde liturgie d'Edouard
   sous te règne d'Elisabeth.                                             68
    V. Des petits ehangemens et des additions qui ont été faits depuis EU~
   sabeth , principalement sous Chartes IL                                 /5
ART. IV. Changement de religion en Ecosse. Progrès des Novateurs, Dis-»
   putes sur une nouvelle liturgie.                                       84
AHT. V. Liturgie singulière introduite en Suède depuis le Luthéranisme. 100
§. I. Origine et progrès du Luthéranisme en Suède sous Gustave premier, ibid.
§. II. Efforts du roi Jean pour rétablir la religion catholique, et pour in-
   troduire une nouvelle liturgie.                                        io5
§. III. Nouvelle liturgie introduite. Disputes el troubles à son occasion. 108
Lituigia Suecan» ecclesiae , catboliese et orthodoxae coaformis.           * »5
Préface de l'archevêque d'Upsal en latin cl en français.                ibid.
Ordre des prières de la préparation du prêtre , etc.                     129
Observations touchant Us fautes qu'on a faites dans cette liturgie.         '4^
Reproches faits jusqu'à présent à tous tes Proies tu m d'avoir rejeté de ta ii-
  ttirgic la prière de l'invocation,                                    »S»
Vf                        TATïLE DES TITRES.
ART. VI. Réflexions sur (ex lilur»Us des Novateurs depuis le XVb. siècle^
  lesquels à force de vouloir s'éloigner de l'église romaine ont abandonné
  l'essentiel des liturgies de toutes les églises chrétiennes ; et ont encouru
  par là l'anathème de toutes tes églises du monde chrétien.                 i54
Supplément à ta treizième Dissertation pour la liturgie d'Ecosse depuis te
  changement de religion,                                               161
Manière d'administrer ta cène du Seigneur,                               T6A
Remarques,                                                              * 6 6
La liturgie ou la manière de célébrer te service divin , qui est établie dans
  tes églises de la principauté de Neufchâtel et Valtangin. A Bâte, chez
  Jean Pistorius , MDGGXIIL                                               167
La liturgie de la jainte cène.                                          172
Réflexions sur la liturgie de Neufchâtel,                                *8A
QUATORZIÈME DISSERTATION. En quelles langues
  on a écrit et célébré la liturgie jusqu'à présent dans
  toutes les églises du monde chrétien.                           188
ARTICLE I. Usage de l'église latine, et sentimens des papes jusqu'à no-
 tre temps,                                                        190
ART. II. Usage de l'église orientale.                              2 0 6
Observation sur la traduction du missel romain en tangue chinoise.   2 2 I ,
QUINZIÈME DISSERTATION sur l'usage de réciter en
 silence une partie de la messe dans toutes les églises du
 monde, où l'on voit la manière dont la liturgie a été
 prononcée , en remontant depuis notre temps jusques
 aux premiers                 fidèles.                 226
OBSIRVATIOUS          préliminaires sur les deux extrémités de deux sortes de prê-
   tres, dont tes uns disent toute ta messe sans que les assistans puissent
   rien entendre, et les autres disent toutes les prières à voix haute. 2 2 6
                                                                       t

PREMIÈRE PARTIE. Exposition de la discipline présente de t'Église,
   qui ordonne clairement aux prêtres depuis six ou sept siècles de dire une
                                                                  y

   partie de la messe à voix busse, sans qu'ils puissent être entendus des
   assistans.                                          •                    2 5 6
ARTICLE I. Ccqu'on a entendu généralement par ces mots submifisa voce :
   Le sens du concile de Trente clairement marqué par tes historiens con-
   temporains et par l'église de Rome à laquelle les Pères de ce concile ren-
   voient,                                                                  256
ART. II. L'église de Rome à laquelle le concile renvoie , met à ta tete du
   missel toutes les rubriques sur la manière de prononcer. L'église de Milan
   tes met aussi. Les conciles provinciaux prescrivent le même usage. Dis-
   cussion sur te Concile de Reims,                                          261
ART. III. Preuves tirées du pontipeat et du sacerdotal qui étaient en usage
   avant te concile de Trente et des auteurs du XIV*, siècle, où l'on voit que
   tes rubriques du missel de Pic V. n'étaient pas nouvelles,               271
ART. IV. Preuves tirées d'un grand nombre d'anciens missels, et st/rtntl
   de celai de Paris , qui a été porté de tous eûtes depuis cinq ou six cents ans
   par les Carmes et les Dominicains,                                         377
ART. V, Preuves de ta prononciation des prières en silence par l'usage de
   tous tes ordres religieux depuis l'an 1 0 0 0 .                         2 8 6
                                                   e         e
ART, VI. Témoignages des auteurs du XI*. XII . et XIII . siècle touchant
    te silence des prières de ta messe , en remontant jusqu'au dixième. 2 9 4
N O U V P I . L K explication donnée aux témoignages des auteurs qui parlent de ta
    récitation en silence.                                                 2 9 8
IURLKXIOR.                                                                 2 9 9
TABLE       DES    TITRES.                               VII

      Première objection.                                                         3oi
      Réponse,                                                                    3oa
     Seconde objection*                                                           3o3
      Réponse»                                                                    3o4
  A R T , V I I . Plusieurs prières récitées secrètement à la messe dans toutes tes
      Églises chrétiennes gui ont conservé leurs liturgies,                        5o5
  A R T . V I I I . liaisons mystérieuses du silence du canon, tirées des Pères et
      des Conciles. D'où vient qu'on laisse à présent entre Us mains des fidèles
      le canon qu'on leur cachait autrefois*                                       311
  S E C O N D E P A R T I E . Examen de la discipline de l'Église durant les dix
      premiers siècles, touchant lamanière de réciter les prières de ta messe» 319
 On fixe la signification du mot sécréta. On remonte ensuite depuis te X . siè-     e



      cle jusqu'aux premiers temps , et l'on fait voir l'usage constant-de dire
      une partie des prières de la messe secrètement et en silence*                Sic)
 A R T I C L E I , Question préliminaire. On examine si le mot sécréta, vient
      du mot secretio, ou si avant te X . siècle ce terme signifiait simplement
                                         e



      l'oraison secrète dite secrètement en silence*                             3a 1
 A R T . I I . Quels sont les auteurs qui ont cru qu'on disait autrefois la messe
                                                v
     à voix haute.                                                              327
 A R T . I I I . Qu'on n'a point établi ta coutume de dire une partie de la messe
     en secret vers l'an 1000 , ni auparavant.
 §. I . Première preuve par l'auteur anonyme du livre des divins offices attri-
     bués à Alcuin. On montre que l'histoire des petits bergers a été insérée
     mal à propos dans cet auteur.                                              33Î
 § . I I . Seconde preuve par Bernon , abbé de Richenau, l'an 100&.              558
§ . I I I , Troisième preuve par l'usage de faire réciter secrètement Us no?ni
     des morts dans tes diptyques, ou de les placer ailleurs qu'à ta messe pour 9

     ne pas interrompre te silence du canon.                                     54o
§ . I V . Quatrième preuve par Remy d'Auxerre, l'an 885.                        34 a
      V . Cinquième preuve par Herard de Tours, l'an 858 , et par le Pape
     Nicolas L , l'an 866.
 On marque quelles prières on prescrivait alors aux fidèles, ce que conte-
     naient les heures de Çharles-le-Chauve : méprise de quelques savans sur ce
     point.                                                                     343
§ , V I , Sixième preuve par Flore de Lyon , l'an 84o.                           35o
§. II. Septième preuve par Amalairc , vers l'an 820.                           352
RkFLEXION sur Raban Maur et sur Walfrid Strabon.                                35G
A R T . I V , Que depuis Amataire soits Louis-te*Débonnaire, en remontant
    jusqu'à saint Grégoire , il ne s'est fait aucun changement sur la manière
     de réciter te canon. Preuves qu'il était récité en silence, par de très-anciens
     monumens pontificaux, saeramentaires,ordres romain gallican mo-
                9                                                t          t

     nastique etc.
            y                                                                 557
MKSSK basse ou privée au temps de saint Grégoire*                               365
A R T . V. Discipline des églises d'Orient touchant le secret et te silence de ta
     messe au Vh. siècle. Changement introduit dans ta liturgie par l'empereur
     Justinicn*                                                                3G7
IHWOVÀTIOHS faites dans la liturgie sous l'empereur Justinien.                37a
A R T . V I . Plusieurs usages du secret et du silence conservés dans tes égli-
     ses d'Orient, malgré môme ta toi deJustinien.                            ?>}5
A R T . V I I . Effet de la Novetle de Justinien. Le canonrecitè tout haut en
     quelques églises d'Orient. Histoire des bergers qui contrefont les mystères
    de la messe, et tombent à demi-morts par le feu du ciel. Cette histoire
    n'a point été cause de la récitation secrète du canon en Occident.             378
A R T . V I I I . Qu'on n'apperço'U aucune marque de changement dans l'église
    latine depuis l'an 600 jusque vers l'an 4oo , et qu'on trouve toujours des
    preuves du silence des prières dans tes missels de Rome  des Gaules et
    d'Espagne.                                                                 584
A R T . I X . Preuve du secret et du silence du canon vers l'an 4oo , par te
    Pape Innocent L et par saint Augustin*                                     588
V1TI                       TABLE DES TITRES.
                                                e
ART. X . Qu'en remontant de l'an 4.00 au III . siècle, on trouvé dans tè~
   glise d'Orient et d'Ûccident le secret et te silence des mystères.     $93
I. Par t'aateur de la Hiérarchie ecclésiastique sous le nom de saint Denys
    t'ArèopagUe.                                                        ibid.
II. Par saint Amhroise.                                                  396
 III. Par saint Chrysostômc qui parle des rideaux qui cachaient l'autel pen-
   dant ta célébration des saints Mystères , et du grand silence qu'on ne rom-
   pait qu'en tas découvrant.                                             09S
IV. Par le Concile de Laodicùc.                                           4oo
ART. XI. Suite des preuves du secret et du silence par saint Basile et par
                                                            e
   tes remarques de plusieurs savans sur tes usages du VI . siècle,         ioi
                       e
ART. X l l . Qu'au II . et au III". siècle on ne voit pas qu'on empêchât tes
  fidèles de voir ce qui se faisait sur l'autel pendant tes saints Mystères;
  mais on ne luir faisait pas entendre toutes tes prières du canon.      £oy
ART. XII1, Conclusion de la tradition perpétuelle du secret et du silence.
   L'Eglise a toujours voulu accoutumer ses en fans à contempler les mystères
   en réprimant la curiosité.                                            4*5
TROISIEME PARTIE. Examen des motif; sur lesquels on a cru que l'an-
   cienne église a fait dire te cation de ta messe à voix haute jusqu'au Xu
   siècle.                                                               4 30
ARTICLE I. Premier motif, que scion les anciens Pères tes fidèles ont
   repondu A e aux paroles de ta consécration jusqu'au X*. siècle*
              mn
RtPOwst. Que ce fait n'a été avancé que par des méprises.                 4a*
p B/ E par tes saints Pères que tes fidèles répondaient A e après tes pa-
 B tV S                                                       mn
   roles sacramentelles , dû même qu'en recevant la sainte communion , pour
   donner un témoignage public de leur foi, et en faire une haute profession.
AUTORITÉS des Pères Crées*                                              4*2
R F KR
 KO S »                                                                  4*5
AUTORITÉS   des Pères Latins.
lUro?i5B.                                                               4*5
SUITE   des autorités qu'on oppose.                                      4*"
IUPOSSK.                                                               ibid.
ART. II. Témoignages tirés des anciennes liturgies grecques et de Flore de
  Lyon.
Rkpoksf;. Que tes liturgies ne sont pas de ceux dont cites portent le nom ,
  que Flore dit te contraire île ce qu'on suppose.                        4^0
TJÎIIOIRIIAKK de Flore qu'on croit décisif, auquel on joint ceux de Pascliase
  et de itatramne.                                                      451
Rf o s .
 tp nR                                                                 4^
                                                                        *2
ART. III. Troisième motif. L'autorité du rit gallican et du rit mozarabe.
RKPONVK. Méprise sur le rit gallican. Discussion sur le rit mozarabe. 455
RKPORSB.                                                                  456
ART. IV, Qu'il n'y a pas plus d'inconvénient d'ajouter des A e à la con-
                                                            mn
   sécration , que d'en ajouter à la communion , comme on a fait au diocèso
   de Paris.
H K P O N S R . Origine du nouvel usage de Paris, qu'on peut autoriser par saint
   Charles le seul A e de ta communion , fondé sur la première antiquité.
                          mn
                                                                        45;
JUPOHSE.                                                                  438
ART. V. Suite de l'article précèdent. De ta manière dont on a donné la
  communion , et d< s paroles qu'on a prononcées en lu donnant dans tous
                                                                                1
  les siècles. Quelle conséquence on doit tirer de ces usages.           44
ART. VI. Cinquième motif,, que les Amen des oraisons du canon sont une
  preuve que tes assistans doivent répondre, et par conséquent les entendre.
lUroKSE. Que ces A e n'ont été tnis qu'au XIII*, ou au XIV*. siècle, et
                     mn
  qu'alors tout te canon se disait en silence.                          45o
IUpoxse.                                                       45 JL
ART. VII. Origine des A e insérés dans te canon au milieu du XIIP. sic*
                       mn
T B E D S TT E .
                             AL E IRS                                    ix
  tte. On était alors en peint si les anges ou les prêtres devaient répondra
   Amen.                                                                         456
A T VIII. Dernière difficulté. Plusieurs réflexions montrent que jusqu'au
 R.      e
   VIII . siècle il aurait été injuste de cacher tes mystères aux fidèles.
R É P O N S E . OA se fonde sur des erreurs historiques. Durant les sept premiers
   siècles il y a toujours eu des fidèles qui ont mérité qu'on leur cachât une
   partie des saints Mystères , et les Saints n'ont pu trouver mauvais qu'on
   usât à leur égard même de quelque réserve.                               463
RKPORSB.                                                                            464
PREMIERS ERREUR HISTORIQUE :          Que te fait des bergers ait fait introduire te
    silence des prières.                                                        465
II. Erreur historique: Qu'il y ait un décret qui ait fait changer l'usage de
    prononcer à voix haute.                                                   ibid.
III. Erreur historique. Que lesfidèlesdurant les sept premiers siècles n'aient
    point assisté aux saints Mystères sans communier.                            466
IV. Erreur historique. Que tes assemblées desfidèlesdes sept premiers siè-
    cles ne fussent composées que de saints.
NOUVEAU M O T I F de ne point s''astreindre à la recitation secrète , tiré de ta
     messe de l'ordination qui se dit tout entière à voix haute.                  4/5
NULLITÉ du nouveau motif. La récitation haute de la messe de l'ordination
    n'est pas un reste de l'ancienne discipline.
R É F L E X I O N sur l'origine de ce qui se fait en faveur des nouveaux prêtres
    comme une exception de la règle.                                           47  6
S U I T E des illusions de l'apologiste.                                        4 79
ILLUSIOR.                                                                       ibid.
AUTRE    preuve de l'Apologiste*                                                ibid.
ILLUSIOR.                                                                          4§O
AUTRE    preuve bizarre tirée de saint Ignace de Loyoiaet du docteur d'Epencc.
                                                                                ibid.
ILLUSION.                                                                          48I
RÉPO*SB       à quelques nouvelles difficultés.                              483
PREMIÈRE difficulté contre l*utilité de cette Dissertation.                 484
RKPORSB. On montre la nécessité de se conformer aux rites marqués, et
    surtout à ceux qui sont très-anciens.                                 ibid.
S E C O N D E difficulté sur l'autorité de Flore ; o reproche qu'on a falsifié cet
                                                    n
    auteur.                                                                  488
RÉPONSE.         Que le reproche n'est fondé que sur une mauvaise édilion. O       n
    expose quelles sont les bonnes éditions de Flore , et quel est son vrai
    sens.                                                                   ibid.
T R O I S I È M E difficulté sur le témoignage d Amalaire t explication du mot S K -
                                              $




  CRETO.                                                                           494
RÉPONSE, Qu'Amalaire exprime trop clairement la récitation secrète et
 silencieuse pour pouvoir l'éluder.                                      495
OR montre d'oii vient qu'il se sert du mot chanter pour celui de réciter. 5oo
La clameur jointe au silence dans tes anciens auteurs.                               5oi
QUATRIÈME difficulté contre ce qui a été dit dans ta Dissertation , qu'ancien-
    ment on ne répondait point Amen aux paroles de ta consécration dans
    l'église latine.                                                               5o3
R É P O N S E . Que l'objection est fondée sur une mauvaise traduction, et qu'elle
    ne prouve rien pour l'église latine.                                            5o4
C I N Q U I È M E difficulté sur l'origine de ta récitation secrète dans l'église latine,

                                                                                 5o6
RÉPONSE.         On montre combien on s'est trompé en avançant que du moins pen-
    dant les huit premiers siècles, le canon était récité d'une voix entendue
    de l'assemblée.                                                           57
                                                                               0
I N S T A N C E S et réponses sur te mot canerc, et sur te sentiment du Père Mabtl-
    Ion touchant la récitation secrète,                                        56
                                                                                1
LETTRE   du révérend Père Mnrtenne,                                              5iS
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
DISSERTATIONS
       HISTORIQUES        ET    DOGMATIQUES ,



   SUR          LES            LITURGIES

      DE TOUTES LES ÉGLISES.


           TREIZIÈME         DISSERTATION.

Uniformité des liturgies de toutes les églises
 chrétiennes, dans tout ee fju'ilp a d'essentiel
  ou Sacrifice , abandonnée pur les sectaires
 du XPÏ.      siècle.


                   Division de ce volume.

ON a vu dans les deux volumes précédons toutes les
liturgies du m a n d e chrétien uniformes dunslessen-
tïel, et Ton va voir dans celui-ci celles qui s'éloignent
de l'uniformité. Au lieu que les anciennes sectes se
sont fait un devoir de conserver la liturgie des
églises d o n t elles avaient été séparées , les nouvelles
sectes ont fait, chacune à sa m o d e , des liturgies
q u ' o n va exposer dans la premièredisserlation de ce
volume. En second l i e u , les nouvelles sectes n'ont
       4-                                       1
a         DISS. XIII.        UNIFORMITÉ ABANDOIflftSE.
voulu célébrer la liturgie q u ' e n langue vulgaire, du
lieu q u e toutes les églises c h r é t i e n n e s , soit catho-
liques soit s c h i s m a t i q u e s , o n t c o n t i n u é (le c é l é -
b r e r la liturgie dans leur ancienne langue , sans l'as-
sujettir aux vicissitudes du langage populaire. C'est
le sujet de la quatorzième dissertation. Enfin à ces
dissertations on en joint u n e touchant la m a n i è r e
de réciter les prières de la messe. Les r u b r i q u e s des
missels prescrivent de réciter secrètement les priè-
                                                          a
res du canon , et depuis -i5 ou 3o ans ( ) u n grand
n o m b r e de p r ê t r e s , q u o i q u e p i e u x , refusent de se
s o u m e t t r e à cette règle.-Ils veulent dire toutes les
prières à haute voix, p r é t e n d a n t qu'on les disait
ainsi autrefois. Et Ton va m o n t r e r dans la dernière
dissertation que l'usage de tous les siècles et de
tontes les églises a été de réciter secrètement une
partie des prières de la liturgie. Commençons par le
grand défaut d'uniformité.
Liturgie conservée par tous les hérétïqnes, à l'exclusion des nou-
                         veaux sectaires.
                         0
     D u r a n t les XV premiers siècles* n o u s n'avons
trouvé aucune église c h r é t i e n n e , qui n'ait conservé
tout l'essentiel de la liturgie avec un soin très-reli-
g i e u x , comme ce que nous avons de plus saint et
de plus respectable après le saint Evangile. Dona-
l i s i c s , A r i e n s , M a c é d o n i e n s , Nestoriens , Euty-
chiens ou Monophysi les et a u t r e s , tous ont regardé
le sacrifice eucharistique comme la consolation de
l'Eglise et la source des grAces dont elle a besoin
continuellement ; et ils se sont tous fait une loi invio-
lable d'en conserver rigoureusement tout l'essen-
tiel, en sorte même que les moindres soupçons de
changernens étaient un sujet de reproche mutuel.
Les Donalistes s'iinaginant que les Catholiques y
faisaient quelque i n n o v a t i o n , il fallut, p o u r faire
                             b
cesser la calomnie ( ) , les inviter à venir voir célé-
brer la liturgie. Si les Nestoriens y insèrent que!-
  (n) C t dissertations ont été publiés,pour la première fois, en 1720.
       <s
  (b) Tome *>./>. 57.
LITOflGIE LUTHÉRIENNE.                     3
QUES MOTS QUI INSINUENT LEUR HÉRÉSIE, ON LEUR EN
FAIT UN CRIME, ET CE QUI EST DE PLUS REMARQUABLE,
ON N'A JAMAIS EU LIEU TIC REPROCHER À AUCUNE DE CES
GRANDES SECTES D'AVOIR ABANDONNÉ LE RIT ESSENTIEL AU
SACRIFICE. TOUS ONT RELIGIEUSEMENT CONSERVÉ L'AUTEL,
LE TERME DE SACRIFICE, L'OBLATÎON DU CORPS DE JÉSUS-
CHRIST ET L PRIÈRE PAR LAQUELLE ON DEMANDE QUE LE
            A
PAIN ET LE VIN SOIENT FAITS LE CORPS ET LE SANG DE JÉSUS-
CHRIST QU'ON OFFRE , ET AUQUEL ON PARTICIPE PAR L      A
COMMUNION. TOUS SE SONT GLORIFIÉS DU PRIVILÈGE SPÉ-
CIAL DE L'EGLISE , DANS LAQUELLE, COMME DIT SAINT PAUL,
       a
nous ( ) avons un autel dont les ministres du taber-
nacle ri ont pas pouvoir de manger. CE TÉMOIGNAGE
DE TOUS LES SIÈCLES ET DE TOUTES LES NATIONS CHRÉTIEN-
NES N'A PU FAIRE RESPECTER L'ANCFENNE LITURGIE PAR LES
NOUVEAUX SECTAIRES, ILSENONTFAIT UNE À LEUR MODE,
CHACUN CONFORMÉMENT À SON ERREUR PARTICULIÈRE.
EXPOSONS CE QUE LES TROIS PRINCIPALES SECTES DES LU-
THÉRIENS , DES CALVINISTES ET DES ANGLICANS ONT RETENU
OU REJETÉ DE L LITURGIE.
                A



                     ARTICLE             I.

                 Liturgie des Luthériens.


                                                        b
Dfes QUE LUTHER EUT fait BRÛLER, EN r5ao,( ) TOUT LE
CORPS- DES DÉCRÉTÂTES «LES PAPES AVEC L HUILE DE
                                          A
LÉON X , ET QU'IL EUT DÉCLARÉ UNE GUERRE OUVERTE À
L'ÉGLISE DE ROME , SON PRINCIPAL DESSEIN FUT D'ABOLIR
L MESSE.
 A
   AN MOIS DE JANVIER- I^AA, I DONNA SON Iraiié de
                              L
abroganda nvssa privata^ QU'IL ADRESSA AUX AUGUS-
TINS DE WITTEMHERG, SES CONFRÈRES, POUR LES félici-

  (a)//Mr.xm. toi.
 (B) Luther. Tout.   Jennx.   15GG. loi. 317 el 320.
                                                       T.
4      DISS. XUU ART. l .      UNIFORMITÉ ABANDONNÉE.
 t e r W d'avoir, les p r e m i e r s , a b a n d o n n é la messe. Il
 n'excepte ici aucune m e s s e , q u o i q u e le titre n'in-
 d i q u e q u e les messes privées. 11 prétend p r o u v e r
 qu'il n'y a point d'autre sacrifice que de s'offrir soi-
 m ê m e à D i e u , cl q u e celui des prêtres d e l'Eglise
e s t i m e illusion et une abomination. Il mit dans son
parti q u a t r e théologiens de l'uni versijé de W i t t e m -
h e r g , au n o m b r e desquels était Philippe Mélanch-
thon. Ceux-ci M présentèrent u n e requête au prince
Frédéric duc de Saxe , p o u r justifier les Augustin?» et
  >our le supplier d'employer son autorité p o u r abo-
f ir la m e s s e , à quoi il étoit déjà tout disposé. Les
Brefs pressaus q u e le Pape Adrien VI écrivit (°) à
ce prince furent inutiles. Luther s'appliqua tout de
nouveau à l'abolition de la messe, et comme il est
le premier des sectaires qui ait attaqué et aboli le
canon de la m e s s e , il n'est pas inutile de voir quelle
a été l'origine de cette e n t r e p r i s e , et ce qui l'indis-
posa si fort contre la messe. II nous l'apprend lui-
m ê m e dans un ouvrage qu'il donna au public en
1 5 33 , intitulé : De la messe privée et de F onction
des prêtres.
    Il ne craint pas d'exposer de quelle manière il
fut attaqué par le démon sur les messes qu'il disait
depuis quinze ans. La dispute n'est pas h o n o r a b l e
ni à la foi ni à l'esprit de L u t h e r , parce qu'iT r é -
pondit assez mal à des argumens assez faibles; mais
il déclare dans cet ouvrage qu'il veut faire une
h u m b l e confession de son embarras et de son trou-
ble ; et puisqu'il n'a pas rougi de la p u b l i e r , n u l
ne doit trouver mauvais q u e nous en fassions ici
un précis, et que nous en exposions aux yeux des
lecteurs les principaux endroits en propres termes.
Voici donc le récit qu'il en fait.
                d
     Une fois ( ) m étant réveillé sur le minuit , Satan
   (a) Cœp/sse vos prîmos omnium in vestra conçregntïone abusum
iilum missarum , qua& vocant, ahrogarc. Tom. t. fol. 441.
   {h) ibid. pftrj. 4 / 1 . (c) fol. »37.
                                                         f
     (dj OS K Y I . S R LA C i K U K E AVEC LE l,^ ^t£. Celle
          i E W TON U       ON £ E C
L1T0KG1B     L T E IN E
                                 U H RE N .                        5
commença      ainsi à disputer        avec moi : Ecoute*   DIT-
IL , Luther,  docteur   très-éclairé,      tu sais que    durant
 i5 ans tu as célébré    presque       tous les jours des   mes-
ses privées  : que serait-ce     si de telles messes      privées
                                                                       8
conférence est an second tome des œuvres de Luther imprimée
en allemand à Iène,./o/. 82 , et au septième tome des mêmes œu-
vres de Luther imprimées en' latin à Wîttemberg en 1558. Tom.
VU. joL 228 Les Luthériens trouvent mauvais que les auteurs
catholiques parlent de cette conférence ; mais ce ne sont pas les
catholiques seuls qui l'on relevée. Les Zuïngliens et les Calviniste?
ont souvent reproché aux disciples de Luther que leur maître
avait été instruit sur l'article de l'abolition des messes privées
par le diable même reconnu te! ; et non pas comme Zuingle, qui
déclare seulement, que, dans un songe, un esprit ( dont il ne pou-
vait dire s'il était blanc ou noir ) lui avait appris à bien soutenir le
sens defiguredans l'Eucharistie. On peut voir là-dessus David Pa-
raîus, Controvers.ettcharisL    pag. 257. Hospinien.       Hkt.sacram.
part. 2. fol. 26 et 2, où après avoir rapporté une partie de la
dispute de Luther avec le diable, il ajoute que le sommaire de
cette conférence est que Luther apprit du diable que la messe
( surtout ta messe privée ) est une mauvaise chose, et qu'il f abo-
lit étant convaincu par les raisons du diable* On pourrait citer
plusieurs autres auteurs sacramentaires.
   II est vrai que les Calvinistes de France qui ne craignirent pas,
en 1531 , au synode de Charenton , d'admettre les Luthériens à
leur communion , quoiqu'ils ne pussent ignorer que presque tous
les Luthériens n'avaient cessé de les détester comme des héréti-
ques, ont depuis ce temps-là ménagé les Luthériens sur l'article
ne la dispute avec le diable. M. Claude, dans sa défense de la In-
formation , a tâché de faire passer le récit de Luther pour une es-
pèce de parabole oufigurede rhétorique , en quoi il fut d'abord
relevé comme il le méritait par Fauteur du livre intitulé : Luther
disciple du diable. A Paris, 1673. M. Seckendorf, savant Luthé-
rien , dans son gros Commentaire historique du Luthéranisme,
imprimé à Leipsic en 1604, où il réfute habilement en plusieurs
points l'histoire que M. Maimbourg a donnée en français, n'a rien
oublié pour tâcher d'oter cet opprobre an parti protestant. ( Lett.X.
sert. 45 , pag. 102- ) Il paraît chagrin contre fauteur de la Perpé-
tuité , contre AI de Cordemoî, et M. Bossuet, évéque deMeaux,
  ni ont fait des réflexions sur cette conférence; mais quel moyen
  e faire oublier cette conversation avec le diable, et de persuader
le public que Luther n'avait pas aboli la messe sur la remontrance
du diable.
   Car enfin, t°. c'est un fait certain que Luther a raconté lui-
même qu'il soutint cette dispute étant bien éveillé > et qu'il fut
rnnvaincu des raisons du diable , de quelque manière qu'il lui ait
parlé, soit en prenant unefigurequi n'est pas désignée, soit en
faisant simplement impression sur son esprit et sur son cœur, ainsi
que M. Seckendorf veut l'inférer des deux mots allemands omis et
qui devaient être traduits, dit-il, in corde meo. 2°. C'est un fait
6    DISS. XIII. ART. I.         UNIFORMITÉ ABANDONNÉE.
étaient une horrible idolâtrie ? Que serait-ce si le
corps et le sang de Jésus-Christ n'y avaient pas été
présens et que ta n'eusses adoré et fait adorer aux
          y

autres que du pain et du vin ? Je lui répondis : J'ai
été consacré prêtre i j'ai reçu Vonction et la consé-
cration des mains de Cévêque > et fui fait tout cela
par le commandement de mes supérieurs et par l'o-
béissance que je leur devais. Pourquoi n'auraisfe
pas consacré, ayant prononcé sérieusement les pa-
roles de Jésus-Christ , et célébré austi très-sérieuse-
ment des messes ? Tu ne rignores pas. Tout cela est
vrai, me «lit-il , mais les "Jures et les Puïens font
aussi toutes choses dans leurs temples par obéis-
sance; et ils r font sérieusement leurs cérémonies....
  Le diable lui reproche de n'avoir pas eu u n e
vraie foi n i la connaissance de JéMis-Chrisf , non
plus q u e les évéques qui l'avaient consacré. C'est
certain que Luther la fit imprimer en allemand en 1533. 5°. (l'est
un fait certain qu'il engagea Juste Jouas son ami à la traduire en
l a t i n , ce qui fut fait et imprimé en 15:î4 , douze ans avant la mort
de Luther. De quoi peut servir la critique que M. Seckendorf fait
de quelques mots de la traduction qui pouvaient être rendus autre-
ment ? Il suffit que cette traduction ait été faite au temps même
de Lut lier , long-temps avant sa m o r t , et par un de ses a m i s , qui
n'aurait pas manqué de corriger ce qui aurait pu changer le sens
de la relation. Luther en a été content : convient-il à M. Secken-
dorf d'y trouver à redire? 4°. C'est un fait certain que le diable
parla à Luther comme à un papiste, et que Luther soutint la dis-
pute comme papiste sur ce qu'il retenait du papisme, sur ce qu'il
avait dit des messes privées jusqu'alors, et sur ce qu'il admettait
sept snercmeiis- Comment s'empêcher de dire que cette conférence
a précédé le traité de ta captivité de fiabt/lonc, où il n'admet plus
que trois sacremens , et qu elle a précédé de même les autres tiaités
qu'il a faits contre la messe , où l'on ne trouve guère d'autres rai-
sons que celles que le diable lui avait alléguées. Je ne fais point ici
de controverse, j'expose seulement des faits qui ne peuvent être
 raisonnablement contestés.
     Enfin si l'on veut absolument que Luther ait prévenu dans quel-
ques traités tout ce que le diable lui représenta dans la conversa-
tion qu'ils eurent ensemble, que reslera-t-il à d i r e , si ce n'est que
ses sentimens se trouvaient tout à fait conformes à ceux que le dia-
ble voulait lui inspirer; et qu'il est arrivé, en cette occasion, ce qu'on
dit proverbialement, que les beaux esprits se rencontrent.
     Cela ne détruira pas la réllexion que l'agréable auteur de la
République des Lettre* a laite , en pariant de cette conférence , au
mois d'août 1685.
LITUnGTE LUTIlilUEffXE,                    7
 pour cela » continue-Nil, que vous éloignant de Jé-
 sus-Christ corn fixe d'un juge cruel, vous aviez re-
 cours à sainte Marie et aux autres saints, et vous
 les regardiez comme des médiateurs entre vous et
 Jésus-Christ, Foilà comme oiua ravi la gloire à 7c?-
 sus-Christ. C'est ce que ni toi ni aucun autre Papiste
 ne peut nier : vous avez donc reçu Vonction, vous
 avez été consacrés et tondus , et vous avez sacrifié
 à la messe comme des Païens et non comme des
 Chrétiens. Comment donc avez-vous pu consacrer
 à la messe , ou célébrer vraiment la messe , puis*
 quiljr manquait une personne qui eut la puissance
 de consacrer i ce qui est un défaut essentiel selon
 votre propre doctrine. Enfin il lui reproche tle s'être
 toujours appliqué à lui seul le s a c r e m e n t , lorsqu'il
 a dit la m e s s e , sans y faire participer les a u t r e s , et
 de s'être servi de la messe c o m m e d'un sacrifice
 propitiatoire devant Dieu.
    L u t h e r se sentant pressé dans CE combat contre
LE dîrihle : Je lui opposais , dit-IL, t intention et la
foi de VEglise, lui représentant que c'était dans la
foi et dans l'intention de l'Eglise que /'avais célébré
des messes privées. Et quand j'aurais eu une mau*
vaise croyance et de mauvais senlimens , î Eglise a
eu toutefois en cela une bonne croyance et de bons
sentimens. L u t h e r ne trouve rien de meilleur à o p -
 poser au d i a b l e , il eu est poussé à b o u t ; et s'il a
lieu d e t r e honteux de n'être si mul défendu contre
L'esprit de m e n s o n g e , il se c o n t e n t e de dire à ses
auditeurs ou a ses lecteurs : Certes s'il vous fallait
soutenir les assauts du diable et disputer contre lui,
vous cesseriez bientôt de publier si hautement ce
que vous dites de la conduite et de la tradition de
ï Eglise.,,, carie diable attaque fortement lescœurs*.*
et il les presse avec une si horrible violence , quil
n'est pas possible de lui résister sans un secours par-
ticulier de Dieu. Tout d'un coup et en un clin d'œil
il remplit tout Cesprit de ténèbres et de terreur, et
8           Diss. xni.                 A T r— NF R I É A A D N É :
                                         R . . U I O MT B N O N E .
s ' i l      t r o u v e       u n      h   o    m     m   e        i n c a p a b l e               d e     s e      d é f e n d r e                p a r

 l a       p a r o l e     d e        D i e u          ,   il    l e       s u r m o n t e            s i   f a c i l e m e n t                 q u ' i l

 n     a     q u ' à     l e     t o u c h e r              c   o      m    m   e   d u       p e t i t           d o i g t ,       p   o   u   r         l e

 r e n v e r s e r             e n t i è r e m e n t .


      Voilà d o n c Lui lier vaincu par le d i a b l e , s o n e s -
p r i t        r e m p l i           t o u t             et si per-
                                                     d ' u n           c o u p       d e           t é n è b r e s        ;

 suadé au milieu de ces ténèbres , qu'il dira cent
 fois , et qu'il ne dira m ê m e contre le sacrifice de la
 messe q u e ce q u e le diable lui a m o n t r é . Celte dis-
 p u t e curieuse doit être pincée Tan 15a f , ou Tan
  1 0 2 1 . Le diable et Luther établissent celte é p o q u e ,
 convenant qu'il avait dit des messes privées d u r a n t
  i5 ans. Or Luther était p r ê t r e en 1607; il a d o n c
 dit des messes j u s q u ' e n          s'il faut e n t e n d r e i5
années r é v o l u e s , ou jusqu'en 1 0 1 1 , si ce sont des
années commencées. Le diable ne s'astreint pas plus
exactement aux dates qu'aux autres vérités. Quoi
qu'il en soit, cette dispute doit avoir précédé les
livres q u e L u t h e r a faits contre la m e s s e ; car s'il
avait été attaqué plus t a r d , il lui aurait été bien
iacile de dire au diable : T u ne m ' a p p r e n d s rien de
nouveau , j'ai déjà fait en partie ce q u e lu souhai-
 tes. Comment se dispenser de lui d o n n e r en cette
controverse le titre de disciple du diable? et n'est-
ce point en cette qualité qu'il prescrivit en i5a3
sa nouvelle formule de la messe? Il faut p o u r t a n t
l'avouer, Luther ne suivit pas entièrement tous les
désirs du diable qui souhaitait sans d o u t e qu'on re-
jetât absolument la vérité du corps de Jésus-Christ
dans la célébration de la messe. Q u e l q u e envie
qu'en eût eu L u t h e r , il se trouva accablé par la
simplicité des paroles de Jésus-Christ,                                                                              c e c i    e s t       m o n

c o r p s  , et il laissa cet article du désir du diable aux
Zuinglienset à tous les Sacramentaires auxquels il
a souvent dit que leur doctrine était celle du dia-
ble. On n'a qu'à voir                                           s o n        S e r m o n             d e     f     e u c h a r i s t i e            {*)

et     sa     D é f e n s e          d e       l a     C è n e             c o n t r e     l e s     e s p r i t s       f a n a t i q u e s



       (a) Luth. 7. Fittemb.foL                                  335. 338.
LT R I L T É I N E
                    I U GE U H RE N .                                 9
des Sacramentaires,              d o n t il parle ainsi : Auresle fi
ce même diable dont nous venons de parler,                       nous
attaque aujourd'hui en faisant blasphémer la Cène
de Jésus-Christ             Notre-Seigneur       par des hommes
fanatiques qui ont rêvé que le pain elle vin n étaient
donnés qu'en signe ou en symbole de la profession
chrétienne, et qui ne veulent pas convenir que le
corps et le sang de Jésus-Christ y sont,                      quoique
ces paroles: Mangez , ceci est mon c o r p s , soient si
expresses.
   L u t h e r ne suivit peut-être pas non plus les ins-
pirations du diable en laissant dans une nouvelle
liturgie beaucoup de pratiques de la messe romaine.
Quoi qu'il en s o i t , exposons ici la nouvelle formule
de la messe q u e L u t h e r dressa , fit imprimer et
m e t t r e en p r a t i q u e à Wittemberg en 1 5 ^ 3 , suivant
ce que Luther écrit à celui à qui il adressa sa formule.
           b
(Juare ( ) deformula            aliquapia missandiÇ ut vocant)
et communicandi,              ut et tu po&tulasti, optime Nico-
Ice , agemus, ac sic agemus , ut non amplius solurn
verbo doctrines corda regamus, sed manum quoque
apponamus et publicâ udministratione in opus per-
ducamus.
               c
Formule ( ) de la Messe et de la Communion pour
  V Eglise de Wittemberg > par Luther , en i5a3.
   Cette formule est précédée de quelques avis o u
réflexions qu'il d o n n e en ces termes p o u r m o n t r e r '
qu'il en veut aux a u t e l s , au canon et à tout ce
qu'il y a d'essentiel au sacrifice , et non pas à plu-
   (1)) Caeterum ille, ipse dïabotus, de cnjus virtutibus nobïs jam ser-
mo fuit, nos hodie per fanaticos homines o p p u g n a t , blasphematione
cœnic Domml nostri Jesu Christi, qui sommant in ea solum panem
et vinum davi in signum aut symbolum christianœ professionis nec
volunt couceclere ibi corpus et sanguinem Christi esse ; cùm tamen
ex pressa et clara sint verba : Comedite, hoc est corpus meum.
AVittemb. 1527. fol. 381.
   (n) Tome 2. fol. 55G.
   (b) La formule est an second tome de l'édition de AVittemberg,
et aussi dans l'édition d'Iène. Tom. 2.JoL 58G.
ÎO   DISS. XIIt. A T I. — NF R I É A A D N E .
                    . .
                    R      U I O MT B N O N E
 sieurs choses qu'il regarde c o m m e indifférentes, e t
 q u i peuvent faire plaisir au peuple. « Nous décla-
 » rons en premier lieu q u e n o t r e i n t e n t i o n n'a ja~
 » mais été d'abolir absolument t o u t le culte de
 » D i e u , mais seulement de purger celui qui est en
 » u s a g e , de toutes les additions d o n t on l'a s o u i l l é ,
 » et de ne laisser ainsi paraître q u ' u n e p r a t i q u e
 » pieuse. Car nous n e pouvons pas nier q u e les
 » messes et la c o m m u n i o n d u pain et d u v i n , s o n t
 » u n r i t d i v i n e m e n t i n s t i l u é p a r Jésus-Christ. Bit q u i
 » sous Jésus-Christ même et ensuite sous les Apôtres
 » a été observé très-simplement et très-pieusement
 » sans autre addition.... Mais lorsqu'on s'est d o n n é
 » la liberté d'ajouter et de c h a n g e r , et q u e l'avare
 » et ambitieuse tyrannie sacerdotale s'y est j o i n t e ,
 » on a vu les autels et les hauts-lieux de Raal et de
 » tous les dieux placés dans le temple du Seigneur
» par nos rois i m p i e s , c'est-à-dire, par les évéques
» et les pasteurs, f/impie Achnz a ôté l'autel d'at-
 » rain p o u r en substituer un a u t i e tiré de D a m a s ;
» je parle de cet abominable canon qui est un re-
» cueil de lacunes bourbeuses : alors on a fait île
» la messe un sacrifice, L'on a ajouté des offerloi-
 » rcs , etc....
    » Nous ne répéterons pas ici ce q u e nous avons
» enseigné avec é t e n d u e ailleurs, q u e la messe n'est
 >
» pas un sacrifice ou l'action du sacrificateur : Re-
» gardons-la comme sacrement ou c o m m e tcsta-
» m e n t : appelons-la bénédiction selon le l a t i n ,
   eucharistie selon le g r e c , ou table du Seigneur,
» ou Cèub du Seigneur, ou mémoire du S e i g n e u r :
» q u ' o n lui d o n n e . t o u t a u t r e litre q u ' o n v o u d r a ,
» p o u r v u qu'on ne la souille pas du titre de sacri-
» fice ou d'action. Exposons ici le rit q u e nous
» croyons devoir suivre.
                                 IntroTts.
  » Premièrement. Nous approuvons et nous con-
» servons les Introïts des dimanches et des fêtes de
LT R I I T K I S N *
                       I U GE U H RET E
                              .                                   11
 » Jésus-Christ, savoir de PâqUes, d e la Pentecôte
 » et de Noël. Nous préférerions volontiers les psau-
 » mes entiers cTpu ces introïts s o n t t i r é s , comme
 » on faisait autrefois, mais nous voulons bien nous
 » c o n f o r m e r a l'usage présent. Et nous ne blâmons
 » pas m ê m e ceux q u i v o u d r o n t retenir les introïts
 » des A p ô t r e s , d e la Vierge et des autres s a i n t s ,
 » lorsque ces trois introïts s o n t tirés des psaumes
* ou d'autres endroits de l ' E c r i t u r e ; pour nous à
 >
» W i t t e m b e r g , n o u s ne solennisons q u e les d i m a n -
» ches et les fêtes d u S e i g n e u r , s u p p r i m a n t celles
» de tous les a u t r e s s a i n t s ; et si leurs actes contiens
» nent q u e l q u e chose qui mérite d'être exposé, o n
» le fera dans les sermons des dimanches. Nous
» m e t t o n s au n o m b r e des fêtes de Jésus-Christ, la
» Purification et l'Annonciation, de même que l'Epi-
» phanie et la Circoncision. Nous admettons l'office
» de la Nativité au lieu de celui de saint Etienne
» et de saint Jean l'évaugéliste: les fêtes de la sainte
» croix nous sont en h o r r e u r . Q u e d'autres suivent
» c e q u e l ' e s p r i t leur suggérera p o u r s'accommoder
» aux vues de leurs consciences o u à la faiblesse
» de q u e l q u e s - u n s .
                            Kyrie eleison.
     » Secondement. Nous admeftons les Kyrie elei-
»    son avec les chants diflérens p o u r divers t e m p s ,
»    aussi bien q u e l'hymne angélique Gloria in ex-
»    celsisy q u ' o n p o u r r a o m e t t r e selon la volonté d e
»     l'évêque.v»)
                                Collecte.
      » Troisièmement. On conservera l'oraison ou la
»    collecte, p o u r v u qu'elle soit selon la piété comme
s)   le sont p r e s q u e toutes celles des dimanches , mais
»    on ne dira q u e cette seule oraison suivie de la
»    lecture de l'épitre.,
  (a) Ad arbitrium eplscopL Leâ Luthériens entendent par ÉVO-
que un homme choisi pour être surveillant ou      superintendens,
surintendant, comme ils Vont nommé dans la suite.
12   DISS. XIII. ART. I.           UftlFORMlré ABANDONNEE.
                                     Épître.
       » Il n'est pas encore temps de faire ici du chan*
»     g e r n e n t , parce q u ' o n n'en lit a u c u n e qui soit i m -
»     pie. Cependant comme dans les épîtres de saint
»     Paul on a bien moins choisi ce qui i n s t r u i t dans
»     la foi que ce qui contient des exhortations mora-
»     l e s , il paraît q u e celui qui a fait Tordre des épî-
»     1res était un insigne i g n o r a n t , et un s u p e r s t i t i e u x
»     q u i faisait grand cas des œuvres : il aurait d u
»    préférer c o m m u n é m e n t les endroits qui a p p r e n -
»    n e n t la foi en Jésus-Christ. Tl a eu les mêmes vues
»    en réglauL Tordre des évangiles. Mais le s e r m o n
»    en langue vulgaire, y suppléera ; et si q u e l q u e
»    j o u r on dit toute la messe en langue v u l g a i r e ( à
»    quoi Jésus-Christ veuille nous a i d e r ) il faudra
»    s'appliquer à faire lire k la messe les meilleurs
»    endroits des épîtres et des évangiles.
                                 Graduel.
   » Q u a t r i è m e m e n t . On chantera le graduel com-
» posé de deux versets et de Ysjlleluia,               ou d'un
» seul à la volonté de Tévèque. A l'égard des gra-
» duels du carême qui ont plus de deux v e r s e t s ,
» (pie chacun les dise chez lui s'il veut ; nous ne
» voulons pas e n n u y e r les fidèles dans l'église. Il ne
» convient pas non plus d'avoir en carême ou a la
» semaine s a i n t e , ou à lasixième férié pénible quel-
» q u ' a u t r e rit particulier q u e dans les autres t e m p s ,
» et de j o u e r le m o n d e par une demi-messe et par
* u n e seule partie du sacrement. Y Alléluia est la
>
» voix perpétuelle de l'Eglise, comme elle est une
» mémoire perpétuelle de sa passion et de sa victoire.
                                  Prose.
    » Cinquièmement. Nous n'admettons ni séquen-
»   ces ni p r o s e s , à moins que Tévèque ne veuille
»   faire dire la prose courte de Noèl , Orales mine
»   omnest        et véritablement il n'y en a presque point
»   qui soient spirituelles, si ce n'est celle du Saint-
»   E s p r i t , Sancti Spirilûs et Feni suncte Sjuritus, et
LT R I L T E I N E
                    I U GE U H RE N .                          l3
v très-peu d'autres q u ' o n pourra chanter après le
» dîner, ou le s o i r , o u à la tin de la messe , si cela
T) plaît ainsi à l e v ê q u e .
                             Évangile.
  » Sixièmement. Suit la lecture de l'évangile où
» nous ne défendons ni n'exigeons les cierges ni
» l'encens. Cela sera libre.
                             Symbole.
    » Septièmement. Le symbole de Nicée qu'on
 » chante o r d i n a i r e m e n t ne nous déplaît pas. L'évê-
 » q u e fera s u r ce point ce qu'il voudra. Je dis de
 » m ê m e du sermon en langue vulgaire; il est in-
» différent q u ' o n le fasse avant le symbole ou avant
j> l'introït. 11 paraît p o u r t a n t plus à propos de le
» faire avant la m e s s e , à cause q u e l'évangile est
» la voix qui crie dans le d é s e r t , et qui appelle à
» la foi les infidèles. Mais tout cela est l i b r e , parce
» q u e tout ce qui précède le symbole vient de n o u s ,
» Dieu ne l'ayant pas exigé, et n'esl point par con-
» s é q u e n t nécessaire à la messe.
   > Huitièmement. Suit toute cette abomination à
    #
» laquelle on assujettit tout ce qui p r é c è d e , de là
» vient qu'on l'appelle offertoire, et q u e tout y res-
» sent l'oblation. On place au milieu les paroles de
» vie et de salut, comme on plaça autrefois l'arche
» d u Seigneur dans le temple des idoles auprès de
» D a g o n ; et nul Israélite ne peut ni approcher d e
» l'arche, ni la ramener jusqu'à ce qu'elle aitelie-
n même frappé ses ennemis d'un o p p r o b r e éternel
» au d e r r i è r e , et les ait ainsi contraints de la ren-
» vover. C'est la parabole d u temps présent. C'est
» pourquoi rejetant tout ce qui ressent l'oblation
» avec le c a n o n , n o u s , r e t e n o n s ce qui est p u r et
» s a i n t , et nous commençons ainsi notre messe.
   » • i°. A la fin du Symbole ou après le sermon , on
» p r é p a r e le pain et le vin p o u r la bénédiction a la
» manière accoutumée ; si ce n'est q u e je n'ai pas
» encore a r r ê t é si l'on doit mêler de l'eau avec le
l4 DISS. XW A T I—U I O MT A A D N É .
           I . . . . ' NF R I É B N O N E
               R
 » vin. J incline p o u r t a n t à n e m e t t r e q u e d u vin
A p u r sans eau , parce q u e l'eau n e m e p a r a î t signi-
» fier rien de bon : selon Isate, c. i. qui dit votre
*> vin est mêlé d'eau. Car le vin p u r signifie a d m i -
» rablemciit la p u r e t é de la doctrine é v a n g é l i q u e ,
» et d'ailleurs le sang de Jésus-Christ dont nous fai-
» sons la mémoire , a été r é p a n d u sans ê t r e mêlé
» avec le n o t r e , en sorte q u e c'est u n e rêverie de
» vouloir représenter ici notre union avec J é s u s -
» Christ. N o u s n e faisons point m é m o i r e d e celte
» u n i o n . N o u s ne s o m m e s pas u n i s avant l'effusion
» du s a n g , et si cela é t a i t , on célébrerait la mé-
» moire de n o t r e sang avec celui q u e Jésus-Christ
» a répandu pour n o u s . Je n'introduirai p o u r t a n t
» pas ici une loi superstitieuse contre la liuerté. Jé-
» sus-Chri.it ne se souciera pas d'une chose qu'il ne
y> vaut pas la peine de contester. Cette folle dispute
                                                               û
» a assez exercé l'église r o m a i n e , la g r e c q u e ( ) et
» plusieurs autres.
   » Ce q u e quelques-uns allèguent qu'il sortit de
» l'eau et du sang d u coté cie J é s u s - C h r i s t , n e
» prouve rien. Car cette eau ne signifie a u t r e chose
» q u e ce qu'ils veulent lui faire signifier : elle ne
» fut point mêlée avec le s a n g , et d'ailleurs u n e
» figure ne prouve» rien. C'est pourquoi chacun fera
» comme il voudra.
   » 2°. Le pain et le vin étant p r é p a r é s , on dira :
» 'Dominas vobiscum. ri. Etcumspiritu               tuo* Sursum
» corda jf. Habemus ad Dominum* Grattas again us
» Domino Deo nostro. ri. Dignum et justum est.
» ï^erc dignum et justum est, œquum et salulare                    9

» nos tibi semper et ubique grattas agere,               Domine
» sancte , Pater omuipotens celerne Deus , per
» Christum Dominant nostrum.                       Deinde :
  (a) Luther aurait dit savoir qu'il n'y a jamais eu de dispute
entre les églises des Latins et des Tirées sur ce point. Elles sont
toujours convenues qu'il fallait mêler lYauavecle vin. Ces églises
oui seulement disputé contre les Arméniens, qui depuis leur schis-
me ne mettent point d'eau dans le calice.
LT R I L T É I N E
                       I U GE U H RE N .                           l5
   » 3°. Qui pridiè quàm pateretur      accepitpanem,%

» gratias agensfrégît , deditque discipulis, dicens :
» Açcipite, comedite, Hoc est corpus meum quod
» vobis pro datur.
   » Similiter et calicem , postquam cœnavit dicens:
» Hic calix est novi Tesiamenti in rneo sanguine qui
» vobis pro et pro rnultis effknditur in remissionem
» peccatorum. Hcec quoticscunque feceriiis,    in met
» mémoriaux faciatis.
                               Sanctus.
     » Je souhaite q u e ces paroles de Jésus-Christ sui-
»    vent la préface après u n e petite p a u s e , et qu'el-
»    les soient récitées du ton de voix qu'on chantait
»    autrefois l'oraison dominicale dans le c a n o n , afin
»    qu'on puisse être entendu des assistans, q u o i -
»    qu'en tout cela il soit libre de réciter ces paroles
»    en silence ou de les faire e n t e n d r e .
                                Pater.
     »4°- k'* bénédiction finie,le c h œ u r c h a n t e r a s a n c -
»    tus eXbenedictas^ et fiuissant benedictus^ on élè-
»    veralepaiu et le calice,selon le rit observé jusqu'à
»    présent , soit à cause des faibles qui pourraient
»    être blessés d'un c h a n g e m e n t soudain dans une
«    partie si considérable de la messe , s u r t o u t dans
»    les endroits o ù par les s e r i n o n s en langue vu!-
»    gaire on est instruit de ce q u ' o n veut m a r q u e r
»    par cette élévation.
                           Pax Domini, etc.
  » 5°. Après cela on dira l'oraison dominicale :
» Oremus preeceptis salutaribus monili , etc. On
» omettra l'oraison s u i v a n t e , Libéra nos quœswnus,
» avec tous les signes de croix qu'on a coutume de
» faire sur l'hostie, et avec l'hostie s u r le calice. On
;)ne r o m p r a point l'hostie, et on ne la mêlera point
» dans le calice. Mais d'abord après l'oraison domi-
» iiicalo on dira : Pax Domini, etc. qui est une es-
& pèce d'absolution p u b l i q u e des péchés des coin-
l6 DfSS. XIIL A UT. r.           UNIFORMITÉ ABlXDÛXflrêfi.
 » m u n i a n s . C'est là u n e voix vraiment évangélique
 » qui annonce la rémission des p é c h é s , et qui est
 » u n e très-digne et l'unique préparation p o u r la
 » table du Seigneur, si elle est e n t e n d u e avec foi,
 » comme venant de la b o u c h e de Jésus-Christ. C'est
 » p o u r q u o i je voudrais qu'elle fut prononcée la face
 » tournée vers le p e u p l e , selon l'usage des évc-
           a
 » ques ( ) ce qui est l ' u n i q u e vestige des anciens
» évéques qu'on aperçoit dans les nôtres.
   » G°. Ensuite le célébrant se c o m m u n i e lui-même
» et communie le p e u p l e ; et pendant la commu-
 » nion on chante : Agnus Dei, etc. Q u e si avant la
» c o m m u n i o n il veut dire cette p r i è r e , Domine Jesu
» Cliriste Fili Deivivi qui ex volant aie, etc. il ne
» fera pas m a l , p o u r v u qu'il change le n o m b r e sin-
» gulier en pluriel : Nostris et nos au lieu de meis
» et me. II peut dire de même : Corpus Domini,                etc.
                                                              3
» custodiat animam meam vel tuam in vitam a ter-
» nam , et sanguis Domini, etc. custodiat                 animam
» meam vel tuam in vitam              œternam.
   » 7°. On chantera si l'on veut la c o m m u n i o n .
» Mais au lieu de la dernière collecte complendce
» qui ressent le sacrifice , on lira dans le m ê m e ton:
» Quod ore sumps'mus Domine, etc. Et l'on p o u r r a
» dire l'oraison Corpus tuuni Domine quod sumpsi-
» mus y etc. au p l u r i e l , Dominus vobiscum, etc. Au
» lieu iV/te missa est , on dira Benedicamus                 Do-
» //2//20 , eu ajoutant q u a n d on voudra Alléluia en
» note qu'on prendra si l'on veut an Benedicamus
» de vêpres.
   » 8°. Ou donnera la bénédiction a c c o u t u m é e ou
» colle que Dieu même a dictée dans les N o m b r e s :
» Que le Seigneur nous battisse et nous conserve:
» qu'il nous découvre son visage, et qu'il nous donne
» la paix. Ou celle du psaume f>G : Que Dieu, que
  (a) Cet endroit montre qu'au temps de Luther les eveques d'Alle-
magne donnaient la bénédiction solennelle immédiatement avant
par Domini comme on fait encore à Paris et, dans dix autres
               y

églises de France ; ce qui vient de l'ancien usage gallican.
LITURGIE LUTHÉRIENNE.                     17
»   notre Dieu nous bénisse ; que Dieu nous comble
n   de ses bénédictions , et qu'il soit craint jusqu'aux
»   extrémités de toute la terre. Amen. Je crois q u e
»   Jésus-Christ bénit ainsi ses disciples lorsqu'il
»   monta au ciel.
                           Ornemens.
    » Nous -n'avons rien dit des babils ; mais s u r ce
»   rit, aussi bien q u e sur tous les a u t r e s , nous lais-
»   sons la liberté. Il sera permis de s'en s e r v i r ,
»   pourvu que ce soit sans pompe et sans luxe.Vous
»   ne m e plairez pas davantage si vous bénissez avec
»   des o r n e m e n s ; et vous ne me plairez pas moins
»   si vous bénissez sans o r n e m e n s
                           Confession.
      » Je pense toujours de même s u r la confession
» privée avant la c o m m u n i o n , c'est-à-dire, qu'elle
» n'est pas nécessaire , qu'il ne faut pas l'exiger,
» mais qu'elle est u t i l e , et qu'il ne faut pas la
» mépriser.
      » Après ce qui a été inculqué* depuis deux a n s ,
» on ne tolérera plus q u ' o n d o n n e ou qu'on r e -
» çoive la communion sous une seule espèce.
     » Je souhaite q u ' o n compose parmi vous des can-
y> tiques en langue vulgaire qui soient chantés par
» tout le peuple à la fin de la messe.
      » Aux j o u r s q u e nous appelons fériés, pourvu
» q u e les messes soient abrogées , on pourra ad-
» mettre les autres offices composés de p s a u m e s ,
» d ' a n t i e n n e s , de leçons et de répons. L'évêque aura
» soin de rendre les offices plus c o u r t s ; et l'on
» pourra conserver les hymnes et le Te Deum lau-
» damus. »
     En i5'i5, L u t h e r donna un nouvel écrit qu'il in-
t i t u l a : Troisième partie, touchant l'ordre et les rites
qu'on devait suivre dans les églises. Il y répète ce
qu'il avait dit en 1 5 1 3 , qu'il ne prétendait pas as-
treindre tout le monde à ce qu'il prescrivait; mais
il ajoute q u e peu de personnes étant en état d e
        4-                                            ii
1 $ DISS. X Ï I I . A1 . T.
                          7T
                          .          UMFOimiTlTAIUNDONNÉE.
d o n n e r des rcglemens et des formules c o n v e n a b l e s ,
 il était à propos de se c o n f o r m e r aux usages q u ' o n
suivait déjà à W i t t e m b e r g et aux environs. 11 n e
 voulait pas qu'on abolit l'usage de dire la messe en
 lalin , mais il souhaitait q u ' o n la dit quelquefois en
latin et quelquefois en langue vulgaire.
    L'élévation du s a c r e m e n t u la messe est le point
qui a le plus souffert d e v a r i a t i o n s , et q u i excita
de plus grands troubles dans les églises p r o t e s t a n -
t e s , s u r t o u t aux années i5/|3 et i5.'|/|- Voyez Sec-
kendorf s u r cas années. M Luther permit indiffé-
r e m m e n t de la faire et de ne la pas faire , d e la s u p -
p r i m e r ou d'eu r e p r e n d r e l'usage dans les e n d r o i t s
où elle avait été i n t e r r o m p u c . i l eut cependant soin
de déclarer q u e s'il s u p p r i m a i t ou ne s u p p r i m a i t
 pas l'élévation , on ne devait pas en inférer qu'il ne
croyait plus la présence r é e l l e , c o m m e s'il était en-
tré dans le s e n t i m e n t des Sacramen Inires. Audio
nos in suspicionem venir**, ac si cum Sacramenfa*
riis consentiremus , quia elevationem in ecclesiis
nos fris sustulimus,         et sic fateremur corpus et san-
guinem Christi non adesse in sacramen ta, nec ore
sumL Ferum aliter, et sic se res habet ista : ante
                             :
annos viginti   9       vel vig nti duos, cum missam con-
demnassem , et contra papistas acriter                 contendercm
missam non esse sacri/icium , nec opus nostrum , sed
donum et testamentum Dei, cptod nos of ferre ûeo
non possumus ; sicut buptismus quoque non est sa-
crificium , sed donum Dei gratiosum : fam tum pro-
pensus eram ad omittendam                    elevaiionem , idque
pr opter papistas , qui ex m issu faciebant sac ri fi-
ciurn , adhuc sicut faciunL Et un peu plus bas :
llœc est unua causa omissionis, quia plerceque ce-
clesUvfamdudum eam omiserunt ; iis itaque confor-
mes esse volumus , ne singulares videamur in re                     9

quœ per se libéra est, et absque conscientice Icesione
cadere aut s tare pot est.
  (a)    ///. secL 27. «.lia. et seq.
LITURGIE LUTHÉRIENNE.                          19
    La liberté q u e L u t h e r laissait touchant les rites a
d o n n é lieu à plusieurs autres variations dans les
pays qui o n t embrassé le l u t h é r a n i s m e , comme
                                       a
M. Seckendorf le r e m a r q u e . ( ) Mais ces variétés ne
regardent p r o p r e m e n t q u e la diversité des h e u r e s ,
des offices et des pratiques touchant le culte exté-
rieur. La principale partie de la messe ou d e l à li-
turgie est' d e m e u r é e telle que nous venons de la
rapporter. Ou rejette uniformément lotit ce qtû
ressentait le sacrifice, aussi bien que la prière par
laquelle on d e m a n d e q u e le pain et le vin soient
faits le corps et le sang de Jésus-Christ.
   L o r s q u ' u n archevêque d'Upsal introduisit en
         une liturgie plus conforme aux a n c i e n n e s , le
parti protestant la fil s u p p r i m e r , comme nous le
verrons après avoir r a p p o r t é les changemens que
les Anglais ont faits à la liturgie p o u r s'accommo-
der a ceux de L u t h e r et de Calvin.
    Au reste il n'est pas facile de m a r q u e r exacte-
ment en quel sens L u t h e r a admis la présence réelle
en rejetant la transsubstantiation. Il a dit souvent
dans le traité. De captivitate Babylonien,           dans le
livre écrit contre Henri V I I I , roi d'Angleterre , et
ailleurs, que Jésus-Christ était avec lepain          sous le
                                                       7

pain et dans le pain ; qu'il était dans le pain comme
le feu est dans le fer rouge. Cela a fait dire aux Ca-
tholiques et même à plusieurs P r o t e s t a n s , que Lu-
ther et les L u t h é r i e n s admettaient Timpanation.
Cependant les L u t h é r i e n s , qui s'appellent Evan-
géliques, p o u r se distinguer des Réformés, trouvent
mauvais qu'on leur i m p u t e ce sentiment. On a dit
qu'ils admettaient du moins la conssub.stantîation ;
mais ils ne sont pas encore contens de ce t e r m e ,
                                                           h
et ils blâment non seulement Hospinien ( ) , mais
   (a) Quod ad ordmemcultussivè////nç'/aw attînet, formula quam
Lutiierus dicto loco proponit, et AVittembergce observari refert
 #
le tu est dfcnissima quamquam pro diversitate, et sectmdum pu-
blicatas constitutiones ecelesiasticas milita hoc tempore aliter ob-
sorveiitur. Ilist. Ldlteran. t. 2 sect. 9. §. 20.^;. 54.
    (b; Hist. sacra m. part. 2. p. 7 , et xcq.
                                                     2.*
20     DISS. X1IÏ, ART. T.       UNIFORMITÉ ABANDONNÉE.
                                                    a
 aussi M. Bossuet , évêque de Meaux ( ) qui o n t , d i -
 sent-ils , t r o p insisté s u r ces termes et s u r les varia-
 tions de L u t h e r . Ils sont plus contens               d u célè-
 b r e M. L e i b n i t z , lequel dans le discours de la con-
formité de la foi et de la raison, qu'il a mis à la
 tète du Traité de la bonté de Dieu et de la liberté
 de Vhomme , ne leur attribue que la concomitance.
                                         c
 Les Evangéliques , c l i t - i l ( ) , n'approuvent          pas le
 dogme de la conssubstautiation              ou de t"impanaiion,
 qu'on ne peut leur imputer que faute d'être bien
 informé de leurs senlimens, puisqu'ils                  n'admettent
point l'inclusion du corps de Jésus-Christ dans le
pain , et ne demandent même aucune union de l'un
 avec l'autre : mais ils demandent au moins une con-
 comitance, en sorte que ces deux substances soient
 reçues toutes deux en même temps.
     M. Pfaffius , professeur en théologie dans l ' u n i -
                                     d
 versité de T u b i n g e , veut ( ) q u ' o n n e leur a t t r i b u e
 q u e d'admettre u h e union sacramentelle du corps
 de Jésus-Christ avec le pain , conformément à la
 confession d ' A u s b o u r g , et s u r t o u t suivant ces ter-
 mes de la formule de conciliation, art. 7. de Cœna
 Donvni, pag. 596 , 600 , 79.9, 756. Corpus et san-
guinem Christi non tantiirn spiritualiter per                  /idem,
 sed etiam ore , non tarnen capernaiticè, sed super-
 naiurali et cœlesti modo , raCone                     sacramentalis
 unionis curn pane et vino surnL Et ensuite pag, 7^5
 et 736. Dicimus corpus et sanguinem Christ i in
 S. Cœna spiritualiter accipi , edi et bibi. Tametsi
 enirn participatio illa ore fiât , tamen modus spiri-
 tualis est. Disons donc seulement qu'ils admettent
 l'union du pain et du corps de Jésus-Christ dans la
 réception de l'Eucharistie , sans d o n n e r à cette
 u n i o n le n o m d'impanation ou de conssubslan-
 liation.
  (a) Tlist des variât, (ï>) P f a f f i u s , ; ; ^ . 459.
  (c)Leibu. conform. de la foi. n. 8. pag.2î>;
  (d) Dissert, de coitsecratinue vetertnn Kvcharisfica , p . 40! , et
scq. Celte dissertation est a ta suite dit fragment de S trente      f

quil donna avec des notes en 1715. Ilagxcom. 1715. pag. 402.
LT R I L T E I N E
                    I U GE U H RE N .                          ai
     Tâchons e n c o r e d'exposer l e u r doctrine louchant
  ce q u i rend le corps et le sang d e Jésus-Christ réel-
  lement unis au pain e t a u vin. L u t h e r a dit souvent
  que ce sont ces paroles de Jésus-Christ : Hoc est
  corpus meum. Ce qu'il dit dans le traité de captivi-
  taie Babylonica , est assez clair : Explosa ista cu-
 riositate , in verbis Christi sirnpliciter              hœremus,
 parâti ignorare quidquid ibi fiai, content ique ve-
 rum corpus Christi, virtute verborum illic udesse.
 Et ensuite : Ego sanè si non possutn consequi quo*
 modo panis sit corpus Christi, captivabo                 intedec-
 tum j in obsequium Christi, et verbis ejus sirnpliciter
 inhcerens, credofirmiier,non               modo corpus Christi
 esse in pane,          sed panem esse corpus Christi. Sic
 enim me servabunt verba , ubidieit : Accipit panem
 gratias agens, frégit et dixit : Accipife,            manducate,
 Hoc ( id est, hic panis quem acceperat et fregeral)
 est corpus meum. Dans les confessions postérieures
 en i i a 8 e t i 5 4 4 j il veut q u e Ton soit aussi persuadé
q u e les papistes de la présence réelle et de la m a n -
ducation orale. Mais si Jésus-Christ est uni au pain
en vertu de ces p a r o l e s , ceci est mon corps, il y est
donc de m ê m e avant q u ' o n le reçoive , puisque
Jésus-Christ d i t ceci est mon corps , et qu'il ne dit
pas ceci sera m o n corps q u a n d vous le mangerez.
Il est bien certain q u e L u t h e r admit la présence
réelle p a r la force de ces p a r o l e s , ceci est mon corps,
et q u e ce n'est q u e b e a u c o u p d'années après qu'on
s'est avisé de dire q u e J é s u s - C h r i s t n'était dans
l'Eucharistie q u e dans l'usage, c'est-à-dire, en don-
nant la c o m m u n i o n .
   Et si l'on veut savoir c o m m e n t ils entendent ce
nouveau p o i n t de foi , M. Pfaftius expose ce q u ' o n
doit croire s u r ce point dans le livre intitulé : La
vérité de la religion protestante opposée aux nou-
veaux préjugés des docteurs catholiques. À Tubinge,
1719. §. 9. pag. 9. VEucharistie,      dit-il , n'est point
                        9
un sacrement sans l usage , l'essence du sacrement
a a Diss. xrrt.  H T . n — U N I F O R M I T É A B A N D O N N É E .
 en général consistant dans l'usage. C'est pour cela
 que le Seigneur ne dit point, ceci est m o n c o r p s ,
  ceci est mou s a n g , qu'après avoir béni , d o n n é et
  dit ; Prenez et mangez, prenez et buvez. / / est donc
 de iessence du sacrement de le manger et de le
  boire , de sorte que les élémens visibles,                    quoique
 consacres , ne sont point le sacrement de C Eucha-
 ristie jusqu'à ce qu'on les mange et boive. C'est aussi
 pour cela que nous disons que le pain et le vin qui            9

 restent après la communion , ne peuvent plus être
 appelés un sacrement i comme l'eau qui reste après
 le baptême ne l'est plus, de l'aveu même de ces
 Messieurs           C'est eu vain qu'ils se scandalisent de
 ce que nous employons le vin , qui reste après la
 communion , comme nous le trouvons à propos,
puisque la présence du corps et du sang de Jésus-
 Christ n'est point durable après ta communion sa-
cramentelle. La comparaison de l'eau du baptême
 n'est-elle pas défectueuse? L'Eglise catholique ou
L u t h e r m ê m e ont-ils enseigné q u e l'eau du b a p t ê m e
 fut le corps de Jésus-Christ comme on J'a dit du
p a i n ? Mais il ne s'agit ici q u e d'exposer la d o c t r i n e
de la secte.
     .Disons donc seulement q u e des personnes per-
suadées de la présence réelle de Jésus-Christ par ces
p a r o l e s , ceci est mon corps , ne veulent p o u r t a n t
pas croire ce q u e croient toutes les anciennes égli-
ses et toutes les anciennes sectes qui se nomment-
encore chrétiennes , qu'après la consécration > le
pain et le vin sont changés au corps et au sanç de
Jésus-Christ; et qu'on veut cependant c r o i r e , sans
témoignage, q u e le corps de Jésus-Christ est dans
l'Eucharistie, non pas t o u j o u r s , mais seulement
q u a n d on la m a n g e , en soi te qu'il n'y est pas q u a n d
on cesse de la m a n g e r , comme si la présence de
Jésus-Christ dépendait de la main et de la bouche
de celui qui la prend ou qui la reçoit.
LT R I Z I G I N E E C L I I T .
            I U GE ON LE N T A VNS E                                    a3

                          ARTICLE                  IL

 Liturgie ou Cène des Zuingliens                    et des   Calvinistes.



ZuitfGLE qui p r ê c h a , en 1 5 i 9 ,sa nouvelle reforme à
Zurich» aussitôt q u e L u t h e r publia la sienne a Wit-
tcii)berg,setrouva p o u r t a n t d'un sentiment bien dif-
férent sur la liturgie, c'est-à-dire, s u r l'essence et l'ad-
ministration de l'Eucharistie. Il n'y reconnut point
la présence réelle de Jésus-Christ et comme il le dit
lui-même M , aidé en songe par un esprit dont il
ne pouvait assurer s'il était noir ou b l a n c , il com-
battit de telle manière la r é a l i t é , qu'il persuada aux
magistrats et au conseil de ville d e Z u r i c h , q u e
Jésus-Christ n'était q u ' e n figure dans l'Eucharistie,
et qu'il vint à b o u t de leur faire abolir la messe,
et de leur faire instituer en iSa5 u n e nouvelle li-
                                               b
turgie décrite par Ilospinien ( ) dans son histoire
sacramentaire, en ces termes :
Liturgie instituée en 15u5 par Zuingle dans l'église
   de Zurich pour la célébration de la Cène du Sei-
   gneur.
  L e s e r m o u étant fini, on étend u n e nappe p r o p r e
sur la table où l'on met u n panier plein de pain
sans levain , des petits plats et des tasses de bois
pleines de vin. Le pasteur de l'église y vient accom-
pagné des d i a c r e s , et demande l'attention à rassem-
blée. Alors un des diacres récite l'institution de la
cène du Seigneur dans l'épi ire aux Corinthiens : et
                                           e
un a u t r e lit u n e partie du V I . chapitre de saint
Jean , afin q u e tous puissent a p p r e n d r e de quelle
  (a) De subsidio eucharistie.
  (b) JJist. sacraui. Tosn. S./»/, vers. 2G.
a4 DISS. XIII. A T 11. — U I O MT A A D N E .
                R.     — NF R I E B N O N E
m a n i è r e n o u s mangeons v é r i t a b l e m e n t la chair d e
Jésus-Christ et b u v o n s véritablement sou sang.
     La lecture est suivie de la récitation d u symbole
d e la foi, et le p a s t e u r avertit q u e chacun s'exa-
m i n e , de p e u r q u ' e n s'approchant i n d i g n e m e n t il
n e devienne coupable d u corps et d u sang d u Sei-
g n e u r . Tous les assistans se mettent ensuite à ge-
n o u x et récitent avec le p a s t e u r l'oraison domini-
cale, après laquelle le p a s t e u r prend e n t r e ses mains
le pain sans levain, et tous les fidèles se tenant at-
tentifs, il lit à h a u t e voix et avec dévotion l'institu-
tion de la cène d u Seigneur tirée des Evangélistes.
11 remet ensuite le pain et la coupe aux m i n i s t r e s ,
lesquels p o r t e n t à ceux de l'assemblée le pain dans
des plats et le vin dans des gobelets. Chacun reçoit
e n t r e ses mains ce qui lui est d o n n é p a r les minis-
tres ; il en mange et il en présente u n e partie à
son voisin : il fait de m ê m e à l'égard d u gobelet.
P e n d a n t q u ' o n mange du pain du Seigneur, et q u ' o n
boit de son g o b e l e t , un des ministres de l'église lit
dans l'évangile de saint Jean les très-douces paroles
d o n t Jésus-Christ entretint ses Apôtres avant q u e de
les q u i t t e r , en c o m m e n ç a n t par le lavement des
p i e d s , etc. L o r s q u ' o n r a p p o r t e à la table les plats
et les g o b e l e t s , l'assemblée se met de nouveau à
genoux , et rend grâces à Dieu p o u r le bienfait de
la rédemption. Mais dans les églises de la campagne
de Z u r i c h , le ministre seul récite t o u t , et chacun
s'approche de la table.
    llospinicn ajoute q u e plusieurs églises en Suisse
et eu Rhétie ont imité ce rit.
Liturgie    on Cène de Genève suivie par les Proleslans
                       de France.
  Peu d'années après la nouvelle liturgie de Z u r i c h ,
Calvin fit faire à peu près la m ê m e chose à Ceifèvc.
On voulut n é a n m o i n s ne se servir d'abord à Ge-
nève q u e de pain l e v é , ce qui dura plusieurs an-
LT R I Z I G I N E E C L I I T .
           I U GE UN LE N T A VNS E                                      a5
 nées, et il y survint aussi diverses autres contesta-
 tions : mais enfin après b e a u c o u p de disputes, de
 contradictions, de v a r i a t i o n s ; après diverses con-
 fessions de f o i , et l'accord des Protestans de Genève
 et de Zurich dressé par Calvin en 1 5 5 4 » les églises
 protestantes de France a r r ê t è r e n t u n e confession
 de foi dans leur synode national tenu à Paris le 1 9
 Mai i 5 5 9 , sous le règne d'Henri s e c o n d , qu'ils p r é -
 sentèrent ensuite à Charles IX à Poissy en 1 5 6 r .
 Cette confession de foi fut i m p r i m é e à Genève en
 15(53 , sous ce litre : Confession de foi faite d un
commun accord par les églises qui sont dispersées
en France , et s'abstiennent des idolâtres                 papales,
avec une préface contenant réponse et défense con-
                                                    a
tre les calomnies dont on les charge. ! ) On imprima
en même temps laforme des prières                  ecclésiastiques,
la forme d'administrer le baptême et de célébrer la
cène et le mariage.
    L u t h e r , Melauchlhon et plusieurs autres sectaires
n'avaient pas osé ôter les habits et toutes les céré-
monies de l'office divin , de p e u r de causer trop de
trouble et de scandale parmi le peuple ; mais Cal-
vin voulut q u ' o n regardât tout ce qui se faisait
parmi les p a p i s t e s , comme des superstitions qui
devaient être abolies, et les disciples de Calvin vou-
lurent être considérés comme les pursévangéliques
qui ne s'attachaient qu'à la seule parole de D i e u ,
ce qui les a fait n o m m e r en Angleterre et ailleurs
les Puritains. Ainsi tout ancien rit étant rejeté j u s -
qu'au signe de la croix , voici à q u o i la liturgie a
été réduite. Nous la tirons de l'édition qui a été
faite à Genève en 1 5 6 3 , sous les y e u x de Calvin qui
y résidait a l o r s , et qui y m o u r u t u n an après. On en
a fait denouvelles éditions toutes semblables, à Ge-
n è v e , sous Théodore de Bèze qui succéda à Calvin.
  (a) Cette confession de foi fut traduite en latin en 1/><>(>, et se
trouve dans li» recueil des confessions de l o i , imprimé à Genève en
lQ[2 paj.
    y        9y.
û6    ©ISS. XIII. ART. II.      UNIFORMITÉ ABANDONNEE.

               Manière (*) de célébrer ta Cène.
   « Il faut noter que le dimanche devant que la
7> Cène soit célébrée, on le dénonce au peuple ; pre-
» mièrement, afin que chacun se prépare et dispose
» à la recevoir dignement et en telle révérence qu'il
» appartient.      Secondement , qu'on n'y                     présente
» point les en fans , sinon quils soient bien instruits
•> et aient fait profession de leur foi en l'église.
» Troisièmement , afin que s'il y a des étrangers
» qui soient encore rudes et ignorans, ils viennent
» se présenter pour être instruits en particulier.                  Le
» jour qu'on la fait, le ministre en touche à la fin
» du sermon , ou bien si métier est, on fait le ser-
» mon entièrement, pour exposer au peuple ce que
» notre Seigneur veut dire et signifier par ce mys-
» tère , et en quelle sorte il nous faut le recevoir.
   y> Puis, après avoir fait les prières et la confession
» de foi, pour testifier au nom du peuple, que tous
» veulent vivre et mourir en la doctrine et religion
» chrétienne, il dit à haute voix :
   » Ecoutons comme Jésus-Christ nous a institué
» sa sainte c è n e , selon q u e saint Paul le récite a u
» chapitre l h d e la première épître aux Corinthiens.
   » J ai reçu , d i t - i l , du S e i g n e u r , ce q u e j e vous
» ai baillé. C'est q u e le Seigneur Jésus en la n u i t
» qu'il fut livré, prit du pain ; et après avoir r e n d u
» grâces , le rompit et d i t , prenez et mangez : Ceci
» est mon corps qui est r o m p u p o u r vous : faites
» ceci en mémoire de moi. Semblablement après
» avoir s o u p e , prit le calice, disant : Ce calice est
» le nouveau testament en mon sang : Faites ceci
» toutes fois el quantes vous en boirez en m é -
» moire de moi : c'est q u e q u a n d vous m a n g e r e z
» de ce pain et boirez de ce calice, vous a n n o n c e -
   (a) Le livre des prières imprimé à Genève mnrque qu'on célèbre
ta Cène de notre Seigneur Jésus-Christ quatre fois Fan; à sa-
voir, à Pâques, à ta Pentecôte, au premier dimanche de septem-
bre et au ptus prochain dimanche de ta Nativité de notre Sei-
 gneur Jésus.
LT R I Z I G I N E E C L I I T .
             I U GE UN LE N T A VNS E
 p rez la mort du S e i g n e u r , jusqu'à ce qu'il vienne.
 * Pourtant quiconque mangera de ce p a i n , ou boira
  « de ce calice i n d i g n e m e n t , il sera coupable d u
  »
 # corps et du sang du Seigneur. Mais q u e l'homme se
  >
 * prouve s o i - m ê m e , et ainsi qu'il mange de c e
 » pain et boive de ce calice. C a r quiconque en
 » mange et boit indignement, il prend sa condam-
 » nation, ne discernant pas le corps du Seigneur.
     » N o u s avons o u ï , mes f r è r e s , comment notre
 » Seigneur a fait la cène entre ses disciples : et par
 » cela nous démontre que les étrangers , c'est-à-
 » dire c e u x qui ne sont pas de la compagnie de
 o ses fidèles, n'y doivent point être admis. P o u r -
 v o u o i , suivant cette r è g l e , au nom et en l'autorité
 * de notre Seigneur J é s u s - C h r i s t , j'excommunie
» tous idolâtres , blasphémateurs , contempteurs
» de D i e u , hérétiques et toutes gens qui font secte
» à p a r t , p o u r rompre l'unité de l'église, tous par-
» j u r e s , tous ceux qui sont rebelles à père et à
» mère et à leurs s u p é r i e u r s , tous séditieux, m u -
» tins , batteurs , noiseux , adultères , paillards,
» l a r r o n s , a v a r i c i e u x , ravisseurs , i v r o g n e s , gour-
» mands et tous ceux qui mènent une vie scanda-
» leuse : leur dénonçant qu'ils aient à s'abstenir
» de cette sainte t a b l e , de peur de polluer et con-
» laminer les viandes s a c r é e s , que notre Seigneur
» Jésus-Christ ne donne sinon à ses domestiques
» et fidèles.
    » Pourtant selon l'exhortation de saint P a u l , q u e
» chacun éprouve et examine sa conscience p o u r
» savoir s'il a une vraie repentance de ses fautes et
» s y d é p l a î t , désirant de vivre dorénavant sainte-
» ment et selon Dieu. S u r t o u t s'il a sa fiance en la
» miséricorde de Dieu et cherche entièrement son
» salut en Jésus-Christ : et renonçant à toute ini-
» mitié et r a n c u n e , a bonne intention et courage
* de vivre en concorde et charité fraternelle avec
r> ses prochains.
    » Si nous avons ce témoignage en nos cœurs
?8 DISS. XIII. A T I, - NF R I E A A D N É .
                R . I U I O MT B N O N S
                    —
»     devant D i e u , ne doutons nullement qu'il ne
»    nous a v o u e p o u r ses en fans , et que le S e i g n e u r
»    Jésus n'adresse sa parole à n o u s , pour nous iu-
*>   troduire à sa t a b l e , et nous présenter ce saint
»    s a c r e m e n t , lequel il a c o m m u n i q u é à ses disci-
»     pies.
      » E t combien que nous sentions en nous b e a u -
»    coup de fragilité et m i s è r e , c o m m e de n'avoir
 *   point la foi parfaite, mais être enclins à i n c r é d u -
»    lité et défiance : c o m m e de n'être point entiè-
»    rement si adonnés à servir D i e u , et d'un tel zèle
»    q u e nous d e v r i o n s , mais a v o i r à batailler j o u r -
»     nellement contre les concupiscences de notre
»    chair : néanmoins puisque notre S e i g n e u r nous
»    a fait cette grâce d'avoir son évangile i m p r i m é
»    en notre c œ u r , p o u r résister à t o u t e incrédulité,
»    et nous a donné ce désir et affection de r e n o n c e r
»    à nos propres d é s i r s , p o u r suivre sa justice et
»    ses saints commandemens : soyons tous certains
»    que les vices et les imperfections qui sont en
»    nous , n'empêcheront point qu'il ne nous reçoive
»    et nous fasse dignes d'avoir part en cette table
»    spirituelle. C a r nous n'y venons point p o u r p r o -
»    fesser q u e nous soyons parfaits ni justes en nous-
»    mêmes : mais au contraire en cherchant notre
»    vie en Jésus-Christ nous confessons que n o u s
»    sommes en la mort. Entendons donc que ce s a -
»    crement est une médecine p o u r les pauvres m a -
»    lades spirituels, et q u e toute la dignité que no-
»    Ire Seigneur requiert de nous , c'est de nous bien
»    reconnaître , pour nous déplaire en nos v i c e s , et
»    avoir tout notre plaisir, joie et contentement en
»    lui seul.
     » Premièrement d o n c , croyons à ces promesses
»    q u e Jésus-Christ qui est la vérité infaillible a
»    prononcées de sa bouche : à savoir , qu'il nous
»    veut vraiment faire parlicipans de son corps et
»    de son s a n g , afin que nous le possédions entié-
LT R I Z I G I N E E C L I I T . 2 9
            I U GE UN LE N T A VNS E
 n rement : eu telle sorte qu'il vive en n o u s , et nous
  * en lui.
    » E t combien que nous ne voyons que du pain
 » et du v i n , toutefois ne doutons point qu'il a c -
 » complit spirituellement en nos âmes tout ce qu'il
 « nous démontre extérieurement par ces signes
 » visibles; c'est-à-dire, qu'il est le pain célestiel,
 a pour nous repaître et nourrir à vie éternelle.
 » Ainsi q u e nous ne soyons point ingrats à la bonté
 » infinie de notre S a u v e u r , lequel déploie toutes
 » ses richesses et ses biens en cette table, pour nous
» les distribuer. C a r en se donnant à nous il nous
n rend témoignage que tout ce qu'il a est nôtre.
> Pourtant recevons ce sacrement comme un g a g e ,
 >
» q u e la vertu de sa m o r t et passion nous est im-
» putée à j u s t i c e , tout ainsi que si nous l a v i o n s
» soufferte en nos propres personnes ; que nous
» ne soyous point si pervers de nous reculer o ù
» Jésus-Christ nous convie si doucement par sa p a -
» r ô l e ; mais en réputant la dignité de ce don p r é -
» cieux qu'il nous fait, présentons-nous à lui d'un
» zèle a r d e n t , afin qu'il nous fasse capables de le
» recevoir.
     » P o u r ce faire, élevons nos esprits et nos cœurs en
»   h a u t , où est Jésus-Christ en la gloire de son P è r e ,
»   et dont nous l'attendons en noire rédemption.
»   E t ne nous amusons point ici à ces élemens ler-
»   riens et c o r r u p t i b l e s , q u e nous voyons à l'œil,
»   et touchons à la main pour le chercher là comme
»   s'il était enclos au pain et au vin. C a r lors nos
»   âmes seront disposées à être nourries et vivi-
)
>   fiées de sa s u b s t a n c e , q u a n d elles seront ainsi
»   élevées par-dessus toutes les choses terrestres ,
n   p o u r atteindre jusqu'au ciel et entrer au royaume
M   de Dieu où il habite. Contentons-nous donc d'à-
»   voir le pain et le vin p o u r signes et témoignages,
»   cherchant spirituellement (a vérité où la parole
»   de Dieu promet que nous la trouverons.
    » Ce fait,    les ministres   distribuent    le pain et le
3û      DfSS. XTII. ART. ÏI.-—UNIFORMITE ABANDONNEE.
» calice au peuple, ayant averti 'qu'on y vienne avec
» révérence et par ordre. Cependant on chante quel*
» ques psaumes, ou on lit quelque chose de l'Ecri-
» titre convenable à ce qui a été signifié par le sa-
it   crement.
  » En la fin on use dactions de grâces comme il
» a été dit, ou semblable :
      « P è r e céleste, nous te rendons louanges et g r â -
»    ces éternelles que tu n o u s a élargi un tel bien à
»    nous pauvres pécheurs, cle nous avoir attirés en la
»    communion de ton Fils Jésus-Christ notre S e i -
»    g n e u r , l'ayant livré p o u r nous à la m o r t , et nous
»    le donnant en v i a n d e de vie éternelle. M a i n t e -
»    nant aussi octroie-nous ce b i e n , de ne permettre
»    q u e jamais nous mettions en oubli ces c h o s e s ,
»    maïs plutôt les ayant imprimées dans nos c œ u r s ,
*>   nous croissions et augmentions assiduellement
»    en la foi, laquelle besogne en toutes bonnes œu-
»    v r e s : et en ce f a i s a n t , ordonnions et p o u r s u i -
»    v i o n s toute notre vie à l'avancement de ta g l o i r e ,
»    et édification de nos p r o c h a i n s , p a r icelui J é s u s -
»    Christ ton F i l s , qui en l'unité du Saint-Esprit vit
»    et règne avec t o i , Dieu éternellement. Amen.
  » La bénédiction qu'on fait au départ du peuple,
» selon que notre Seigneur avait ordonné en ta loi.
      » L e Seigneur vous bénisse et vous conserve. L e
»    Seigneur fasse luire sa face s u r v o u s , et v o u s
»    soit propice. L e Seigneur retourne son visage
»    envers vous et vous maintienne en bonne pros-
»    péri lé. Amen.
   » Nous savons bien quelle occasion de scandale
» plusieurs ont prise du changement que nous avons
» fait en cet endroit. Car pour ce que la messe a été
                                         3
» long-temps en telle estime qu il semblait au pauvre
» monde que ce fût le principal point de la chré-
» tientè, c'a été une chose bien étrange que nous
» l'ayons abolie.
   » Et pour cette cause, ceux qui ne sont pas du-
» ment avertis, estiment que nous ayons détruit te
LITURGIE ZUiNGUENNE ET CALVINISTE.                3f
 » sacrement : mais quand on aura bien considéré
 a ce que nous tenons, on trouvera que nous Pavons
 » restitué en sou entier, »
     Voilà des liturgies fort courtes et bien différen-
 tes de celles de toutes les autres églises du monde.
 Et véritablement il était bien naturel qu'en aban-
 d o n n a n t l'ancienne croyance de l'Église, on en
 abandonnât aussi les prières et le langage. Les fer-
 mes propres à ceux qui confessent la présence
 réelle de Jésus-Christ et l'oblation q u e l'Eglise en
fait sur l'autel, conviendraient-ils bien à ceux qui
ont rejeté ces vérités? Il faut p o u r t a n t remarquer
q u ' a p r è s q u e la nouvelle liturgie eut été dressée à
Zurich , Calvin , Farel et les autres qui suivirent à
peu près le sentiment de Zuingle, affectèrent d'em-
ployer une partie des anciennes expressions capa-
bles d'éblouir les personnes peu a t t e n t i v e s , j u s -
q u ' à dire t o u c h a n t l'Eucharistie dans leur confes-
sion de foi, qu'on y est véritablement             M nourri de
de la substance du corps et du sang de Jésus-Christ ;
que cela se fait par la vertu incompréhensible               du
Saint-Esprit,         et que cest un mystère qui surmonte
en sa hauteur la mesure de l'esprit humain et tout
ordre de nature. Mais comme Ta fort judicieuse-
m e n t r e m a r q u é M. P a p i n , autrefois ministre d'An-
gleterre et en Prusse avant sa conversion : « Il est
           fa
» clair ( ) q u e ces expressions n'ont pas été faites
» p o u r eux ; ils les o n t emportées de chez les Ca-
» tholiques , q u o i q u ' e n quittant leur société ils
» aient renoncé aux dogmes qu'elles contenaient. »
    Venons aux Anglais qui retinrent d'abord une
bien plus grande partie de la liturgie.
  (a) Confession de foi. art. 35.
  (B) &e     tolérance des Protestans.   p. 63.
3a DISS. XIII. A T III. U I O MT A A D N É .
                R.       NF R I E B N O N E

                      ARTICLE          III.

        Liturgie d'Angleterre        depuis le schisme.


      Difficulté de trouver une bonne histoire d'Angleterre.

LA liturgie anglicane n'a été fixée qu'après beau-
c o u p d'actes du p a r l e m e n t ! du conseil du r o i , et
bien des variations q u e l'histoire du schisme dé-
c o u v r e : c'est ce qui rend ici cette histoire en p a r -
tie nécessaire. J e ne serais pas peu en peine s'il me
fallait parler de tout ce qui regarde le schisme
d ' A n g l e t e r r e , par le défaut d'aulciirs exacts a u x -
quels on puisse se fier. Sauderus ou S a n d e r s , a u -
teur c o n t e m p o r a i n , qui était proiesseur en droit
à O x f o r t , sous le règne de M a r i e , et au c o m m e n -
cement de celui d'Elisabeth, devrait être le princi-
pal guide de cette histoire , mais il a quelque-
fois un peu trop compté sur les bruits c o m m u n s ,
et le zèle de la religion catholique l'a fait parler de
temps en temps avec une exagération qui l'a rendu
odieux et suspect aux Protestans. M . B u r n e t , qui
n'a rien oublié pour lui faire perdre toute c r é a n c e ,
y aurait peut-être r é u s s i , s'il n'avait été relevé par
                                                          a
u n e réponse vive et forte de M . L e Grand ( ) qui a
pris la défense de Sauderus. G o d w i n , é v ê q u e cTHe-
reford , a donné en latin et en anglais les annales
                                                      b
d'Henri Y 1 1 1 , d'Edouard V I , et de Marie. ( ) Héilin,
autre savant Anglais , a fait l'histoire de la R é f o r -
mation ; mais la sincérité de ces auteurs n'a pas
                                                              c
plu à M . Burnet. Héilin surtout lui a paru ( ) trop
Favorable aux Catholiques romains : quoiqu'il l'ait
cru b o n protestant dans le c œ u r , il lui reproche

  (a) Ffi&t. du dio. de HenrL T. 2.
  (b) Cet ouvrage a été traduit en français par Loïgnv, dont le
vrai nom est Snlmonet, et imprimé à Paris en 1647. "
  (c) Bum. prêj. de IhisL Je la Itcjorm.
LT R I A G I A E
                     I U GE N LC N .                           33
 avec plus de sujet de n'avoir pas rapporté les preu-
 ves et les monumens d'où il a tiré tout ce qu'il a
fvancé.
     M . Burnet a donc c r u devoir faire une autre his-
 t o i r e , où il dépeint la Réformation avec des cou-
 leurs capables d'effacer la plupart des mauvaises
 impressions qu'elle avait causée jusqu'alors. L e s
 traductions latines et françaises qu'on a faites de son
histoire, montrent assez le plaisir qu'elle a fait aux
Protestans.
     Cependant elle a mérité la censure des savans
                                        a
Anglais mêmes de son p a r t i , ( ) qui ont découvert
beaucoup d'inadvertances et de déguisemens dans
les faits qu'il r a p p o r t e , et M. L e G r a n d lui a soutenu
qu'il avait fait beaucoup plus de fautes que Sande-
rus. D'autres savans l'ont accusé d'infidélité dans le
recueil des pièces qu'il donne p o u r garant : et vé-
ritablement, c o m m e n t , par e x e m p l e , ne pas lui
reprocher d'avoir mis dans ce recueil une lettre
de L u t h e r à B u c e r , dont il ne rapporte que le com-
mencement et la un, en supprimant tout ce qu'il
y a entre d e u x , sans avertir et sans qu'on trouve
d'autre motif de l'omission , si ce n'est que L u t h e r
n'y parle pas favorablement de la réformation ?
    M . de L a r r e y a donné en quatre volumes in-folio
une ample histoire d'Angleterre : quoiqu'il veuille
souvent faire paraître qu'il n'est pas partial, il n'a
pu éviter la censure de bien des personnes qui en
ont relevé beaucoup de fautes.
  ' J e viens de voir la nouvelle histoire d'Angle-
terre , réimprimée à la Haye en 1 7 2 / i , plus exacte
q u e les précédentes. Mais M . de R a p i n T ho i r a s ,
   (a) Voyez les preuves des fautes et des erreurs de M. Burnet,
dans un livre anglais intitulé : Spécimen of some errors and de-
fects in the laie history ofthe rejormation of the Church of En-
gland. IVrote by Gilbert Burnet.... By Anthony Harmer. Lon-
don 1693. L'auteur eut alors quelques raisons de ne pas se mon*
 trer à découvert. Mais on sait que le vrai auteur de cet ouvrage
 est Henri Warton, si connu et si estimé par son Ànglia sacra. Il
 a été secrétaire de M. l'archevêque de Cantorhéry.
     4.                                                3
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_

Contenu connexe

Tendances

Liber sacramentorum (tome_6)
Liber sacramentorum (tome_6)Liber sacramentorum (tome_6)
Liber sacramentorum (tome_6)
BRIAN MOORE
 
Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...
Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...
Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...
Francis Batt
 
La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893
La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893
La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893
Francis Batt
 
Liber sacramentorum (tome_5)
Liber sacramentorum (tome_5)Liber sacramentorum (tome_5)
Liber sacramentorum (tome_5)
BRIAN MOORE
 
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...
BRIAN MOORE
 
Denys........NOVA-HIEROSOLYMA....Swedenborg
Denys........NOVA-HIEROSOLYMA....SwedenborgDenys........NOVA-HIEROSOLYMA....Swedenborg
Denys........NOVA-HIEROSOLYMA....Swedenborg
Francis Batt
 
Liber sacramentorum (tome_7)
Liber sacramentorum (tome_7)Liber sacramentorum (tome_7)
Liber sacramentorum (tome_7)
BRIAN MOORE
 
Institutions liturgiques (tome_2)__1
Institutions liturgiques (tome_2)__1Institutions liturgiques (tome_2)__1
Institutions liturgiques (tome_2)__1
BRIAN MOORE
 
Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...
Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...
Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...
Francis Batt
 
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
BRIAN MOORE
 
Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...
Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...
Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...
Francis Batt
 
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
Francis Batt
 
Chateau & seignerie de Fouesnant td-jp6x
Chateau &  seignerie de Fouesnant td-jp6xChateau &  seignerie de Fouesnant td-jp6x
Chateau & seignerie de Fouesnant td-jp6x
Foenizella.com
 
11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf
11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf
11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf
Pablo Pena
 
Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...
Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...
Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...
Francis Batt
 
21 conciles
21 conciles21 conciles
Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...
Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...
Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...
Francis Batt
 
Visite du Pape François à Fatima
Visite du Pape François à FatimaVisite du Pape François à Fatima
Visite du Pape François à Fatima
Martin M Flynn
 
La Réforme protestants vs catholiques
La Réforme protestants vs catholiquesLa Réforme protestants vs catholiques
La Réforme protestants vs catholiques
coriolan76
 

Tendances (20)

Liber sacramentorum (tome_6)
Liber sacramentorum (tome_6)Liber sacramentorum (tome_6)
Liber sacramentorum (tome_6)
 
Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...
Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...
Paul Guérin-LES-ORIGINES-DE-LA-FOI-CHRETIENNE-DANS-LES-GAULES-Les-Petits-Boll...
 
La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893
La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893
La RAPIDE PROPAGATION de L'EVANGILE, Mgr Gaume, Biographies Evangéliques, 1893
 
Liber sacramentorum (tome_5)
Liber sacramentorum (tome_5)Liber sacramentorum (tome_5)
Liber sacramentorum (tome_5)
 
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...
Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies...
 
Denys........NOVA-HIEROSOLYMA....Swedenborg
Denys........NOVA-HIEROSOLYMA....SwedenborgDenys........NOVA-HIEROSOLYMA....Swedenborg
Denys........NOVA-HIEROSOLYMA....Swedenborg
 
Liber sacramentorum (tome_7)
Liber sacramentorum (tome_7)Liber sacramentorum (tome_7)
Liber sacramentorum (tome_7)
 
Institutions liturgiques (tome_2)__1
Institutions liturgiques (tome_2)__1Institutions liturgiques (tome_2)__1
Institutions liturgiques (tome_2)__1
 
Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...
Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...
Em swedenborg-1-couronnement-ou-appendice-a-la-vraie-religion-chretienne-2-in...
 
Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2Institutions liturgiques (tome_2)__2
Institutions liturgiques (tome_2)__2
 
Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...
Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...
Denis-the-Areopagite-NOVA-HIEROSOLYMA-Emanuel-Swedenborg-a-metaphysical-manif...
 
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
JEANNE DE MATEL, in DENYS L'AREOPAGITE, in Abbé MAISTRE Les hommes illustres ...
 
Chateau & seignerie de Fouesnant td-jp6x
Chateau &  seignerie de Fouesnant td-jp6xChateau &  seignerie de Fouesnant td-jp6x
Chateau & seignerie de Fouesnant td-jp6x
 
11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf
11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf
11-N5715632_PDF_1_-1DM.pdf
 
Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...
Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...
Em swedenborg-exposition-sommaire-de-la-doctrine-de-la-nouvelle-jerusalem-le ...
 
Fiche luther
Fiche lutherFiche luther
Fiche luther
 
21 conciles
21 conciles21 conciles
21 conciles
 
Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...
Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...
Swedenborg La-Vraie-Religion-Chretienne-TABLE-DES-MATIERES-Amsterdam-1771-Par...
 
Visite du Pape François à Fatima
Visite du Pape François à FatimaVisite du Pape François à Fatima
Visite du Pape François à Fatima
 
La Réforme protestants vs catholiques
La Réforme protestants vs catholiquesLa Réforme protestants vs catholiques
La Réforme protestants vs catholiques
 

En vedette

LA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUX
LA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUXLA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUX
LA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUX
BRIAN MOORE
 
MÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINO
MÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINOMÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINO
MÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINO
BRIAN MOORE
 
CATEDRAL DE LA PLATA 1
CATEDRAL DE LA PLATA 1CATEDRAL DE LA PLATA 1
CATEDRAL DE LA PLATA 1
BRIAN MOORE
 
LA NUEVA MISA- LOUIS SALLERON
LA NUEVA MISA- LOUIS SALLERONLA NUEVA MISA- LOUIS SALLERON
LA NUEVA MISA- LOUIS SALLERON
BRIAN MOORE
 
BREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCI
BREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCIBREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCI
BREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCI
BRIAN MOORE
 
EL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIO
EL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIOEL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIO
EL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIO
BRIAN MOORE
 

En vedette (6)

LA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUX
LA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUXLA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUX
LA REFORMA DE BENEDICTO XVI- NICOLÁS BUX
 
MÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINO
MÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINOMÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINO
MÚSICA SAGRADA-STO.TOMÁS AQUINO
 
CATEDRAL DE LA PLATA 1
CATEDRAL DE LA PLATA 1CATEDRAL DE LA PLATA 1
CATEDRAL DE LA PLATA 1
 
LA NUEVA MISA- LOUIS SALLERON
LA NUEVA MISA- LOUIS SALLERONLA NUEVA MISA- LOUIS SALLERON
LA NUEVA MISA- LOUIS SALLERON
 
BREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCI
BREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCIBREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCI
BREVE EXAMEN CRÍTICO- OTTAVIANI-BACCI
 
EL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIO
EL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIOEL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIO
EL TESORO ESCONDIDO DE LA SANTA MISA- S.LEONARDO DE PUERTO MAURICIO
 

Similaire à Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_

A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...
A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...
A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...
Kevin Lognoné
 
Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...
Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...
Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...
Kevin Lognoné
 
La chrétienté médiévale
La chrétienté médiévaleLa chrétienté médiévale
La chrétienté médiévale
MmeKochert
 
1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf
1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf
1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf
Pablo Pena
 
Saint Thomas Becket, évêque, martyr.pptx
Saint Thomas Becket, évêque, martyr.pptxSaint Thomas Becket, évêque, martyr.pptx
Saint Thomas Becket, évêque, martyr.pptx
Martin M Flynn
 
Eglises du Pays de Fouesnant - km
Eglises du Pays de Fouesnant -  kmEglises du Pays de Fouesnant -  km
Eglises du Pays de Fouesnant - km
Foenizella.com
 
Tableau Chronologique
Tableau ChronologiqueTableau Chronologique
Tableau Chronologique
cadjemian
 
La léproserie de saint lazare
La léproserie de saint lazareLa léproserie de saint lazare
La léproserie de saint lazare
Histoires2Paris
 
levym la christianisation
levym la christianisationlevym la christianisation
levym la christianisation
mayalevy25
 
Saint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptx
Saint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptxSaint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptx
Saint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptx
Martin M Flynn
 
Le saint suaire f fev 28@@@
Le saint suaire  f fev 28@@@Le saint suaire  f fev 28@@@
Le saint suaire f fev 28@@@
alain de raigniac
 
D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...
D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...
D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...
Tradição Católica no Brasil
 
Le Christianisation de l’Occident
Le Christianisation de l’OccidentLe Christianisation de l’Occident
Le Christianisation de l’Occident
riannamelnik
 
05 la place de l'eglise
05 la place de l'eglise05 la place de l'eglise
05 la place de l'eglise
Salle212
 
Histoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpoint
Histoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpointHistoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpoint
Histoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpoint
austinludmer
 
Histoire de la bible française
Histoire de la bible françaiseHistoire de la bible française
Histoire de la bible française
Denaccio
 
Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...
Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...
Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...
Francis Batt
 
La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?
La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?
La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?
Kevin Lognoné
 

Similaire à Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_ (20)

A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...
A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...
A quand remonte Saint-Grégoire (35) ? Naissance de la paroisse « territoriale...
 
Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...
Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...
Considérations sur l'histoire de la paroisse rurale, des origines à la fin du...
 
La chrétienté médiévale
La chrétienté médiévaleLa chrétienté médiévale
La chrétienté médiévale
 
1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf
1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf
1-N5715516_PDF_1_-1DM.pdf
 
La reforme2 irune paula
La reforme2 irune paulaLa reforme2 irune paula
La reforme2 irune paula
 
Saint Thomas Becket, évêque, martyr.pptx
Saint Thomas Becket, évêque, martyr.pptxSaint Thomas Becket, évêque, martyr.pptx
Saint Thomas Becket, évêque, martyr.pptx
 
Eglises du Pays de Fouesnant - km
Eglises du Pays de Fouesnant -  kmEglises du Pays de Fouesnant -  km
Eglises du Pays de Fouesnant - km
 
Tableau Chronologique
Tableau ChronologiqueTableau Chronologique
Tableau Chronologique
 
La léproserie de saint lazare
La léproserie de saint lazareLa léproserie de saint lazare
La léproserie de saint lazare
 
Farelo 2010 ls
Farelo   2010 lsFarelo   2010 ls
Farelo 2010 ls
 
levym la christianisation
levym la christianisationlevym la christianisation
levym la christianisation
 
Saint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptx
Saint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptxSaint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptx
Saint Léon Le Grand, Pape et docteur de l'Église.pptx
 
Le saint suaire f fev 28@@@
Le saint suaire  f fev 28@@@Le saint suaire  f fev 28@@@
Le saint suaire f fev 28@@@
 
D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...
D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...
D. Lefebvre - Ils l´ont découronné – Du libéralisme à l´apostasie, la tragédi...
 
Le Christianisation de l’Occident
Le Christianisation de l’OccidentLe Christianisation de l’Occident
Le Christianisation de l’Occident
 
05 la place de l'eglise
05 la place de l'eglise05 la place de l'eglise
05 la place de l'eglise
 
Histoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpoint
Histoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpointHistoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpoint
Histoire projet 2 de la occident vraiment important doc de powerpoint
 
Histoire de la bible française
Histoire de la bible françaiseHistoire de la bible française
Histoire de la bible française
 
Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...
Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...
Darras joseph-epiphane-saint-denys-l'areopagite-premier-eveque-de-paris-louis...
 
La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?
La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?
La paroisse au Moyen Age : un champ d'étude pour Saint-Grégoire en Bretagne ?
 

Plus de BRIAN MOORE

Entrevista a Malachi Martin
Entrevista a Malachi MartinEntrevista a Malachi Martin
Entrevista a Malachi Martin
BRIAN MOORE
 
EL ABAD REBELDE- Brian Moore
EL ABAD REBELDE- Brian MooreEL ABAD REBELDE- Brian Moore
EL ABAD REBELDE- Brian Moore
BRIAN MOORE
 
ISABEL, LA CRUZADA- William Th. Walsh
ISABEL, LA CRUZADA- William Th. WalshISABEL, LA CRUZADA- William Th. Walsh
ISABEL, LA CRUZADA- William Th. Walsh
BRIAN MOORE
 
MASONERÍA
MASONERÍAMASONERÍA
MASONERÍA
BRIAN MOORE
 
MURIÓ EL SENTIDO COMÚN
MURIÓ EL SENTIDO COMÚNMURIÓ EL SENTIDO COMÚN
MURIÓ EL SENTIDO COMÚN
BRIAN MOORE
 
LA GUARDIA SUIZA
LA GUARDIA SUIZALA GUARDIA SUIZA
LA GUARDIA SUIZA
BRIAN MOORE
 
CASTELLANI-FÚTBOL
CASTELLANI-FÚTBOLCASTELLANI-FÚTBOL
CASTELLANI-FÚTBOL
BRIAN MOORE
 
EN NOCHEBUENA- Vicente Querol
EN NOCHEBUENA- Vicente QuerolEN NOCHEBUENA- Vicente Querol
EN NOCHEBUENA- Vicente Querol
BRIAN MOORE
 
LOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑA
LOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑALOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑA
LOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑA
BRIAN MOORE
 
ACUEDUCTO DE SEGOVIA
ACUEDUCTO DE SEGOVIAACUEDUCTO DE SEGOVIA
ACUEDUCTO DE SEGOVIA
BRIAN MOORE
 
MARÍA AUXILIADORA
MARÍA AUXILIADORAMARÍA AUXILIADORA
MARÍA AUXILIADORA
BRIAN MOORE
 
INNSBRUCK-TIROL
INNSBRUCK-TIROLINNSBRUCK-TIROL
INNSBRUCK-TIROL
BRIAN MOORE
 
Que es el amor
Que es el amorQue es el amor
Que es el amor
BRIAN MOORE
 
SANTIAGO DE COMPOSTELA
SANTIAGO DE COMPOSTELASANTIAGO DE COMPOSTELA
SANTIAGO DE COMPOSTELA
BRIAN MOORE
 
LAS MANOS DEL ABUELO
LAS MANOS DEL ABUELOLAS MANOS DEL ABUELO
LAS MANOS DEL ABUELO
BRIAN MOORE
 
El secreto de la cebolla
El secreto de la cebolla   El secreto de la cebolla
El secreto de la cebolla
BRIAN MOORE
 
Cámara acorazada del banco de España
Cámara acorazada del banco de EspañaCámara acorazada del banco de España
Cámara acorazada del banco de España
BRIAN MOORE
 
Catedral Burgos -interior
Catedral Burgos -interiorCatedral Burgos -interior
Catedral Burgos -interior
BRIAN MOORE
 

Plus de BRIAN MOORE (20)

Entrevista a Malachi Martin
Entrevista a Malachi MartinEntrevista a Malachi Martin
Entrevista a Malachi Martin
 
EL ABAD REBELDE- Brian Moore
EL ABAD REBELDE- Brian MooreEL ABAD REBELDE- Brian Moore
EL ABAD REBELDE- Brian Moore
 
ISABEL, LA CRUZADA- William Th. Walsh
ISABEL, LA CRUZADA- William Th. WalshISABEL, LA CRUZADA- William Th. Walsh
ISABEL, LA CRUZADA- William Th. Walsh
 
MASONERÍA
MASONERÍAMASONERÍA
MASONERÍA
 
MURIÓ EL SENTIDO COMÚN
MURIÓ EL SENTIDO COMÚNMURIÓ EL SENTIDO COMÚN
MURIÓ EL SENTIDO COMÚN
 
LA GUARDIA SUIZA
LA GUARDIA SUIZALA GUARDIA SUIZA
LA GUARDIA SUIZA
 
CASTELLANI-FÚTBOL
CASTELLANI-FÚTBOLCASTELLANI-FÚTBOL
CASTELLANI-FÚTBOL
 
EN NOCHEBUENA- Vicente Querol
EN NOCHEBUENA- Vicente QuerolEN NOCHEBUENA- Vicente Querol
EN NOCHEBUENA- Vicente Querol
 
(8)
(8)(8)
(8)
 
LOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑA
LOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑALOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑA
LOS 50 PUEBLOS MÁS BONITOS DE ESPAÑA
 
ACUEDUCTO DE SEGOVIA
ACUEDUCTO DE SEGOVIAACUEDUCTO DE SEGOVIA
ACUEDUCTO DE SEGOVIA
 
MARÍA AUXILIADORA
MARÍA AUXILIADORAMARÍA AUXILIADORA
MARÍA AUXILIADORA
 
INNSBRUCK-TIROL
INNSBRUCK-TIROLINNSBRUCK-TIROL
INNSBRUCK-TIROL
 
Que es el amor
Que es el amorQue es el amor
Que es el amor
 
SANTIAGO DE COMPOSTELA
SANTIAGO DE COMPOSTELASANTIAGO DE COMPOSTELA
SANTIAGO DE COMPOSTELA
 
LAS MANOS DEL ABUELO
LAS MANOS DEL ABUELOLAS MANOS DEL ABUELO
LAS MANOS DEL ABUELO
 
Iglesias rusas
Iglesias rusasIglesias rusas
Iglesias rusas
 
El secreto de la cebolla
El secreto de la cebolla   El secreto de la cebolla
El secreto de la cebolla
 
Cámara acorazada del banco de España
Cámara acorazada del banco de EspañaCámara acorazada del banco de España
Cámara acorazada del banco de España
 
Catedral Burgos -interior
Catedral Burgos -interiorCatedral Burgos -interior
Catedral Burgos -interior
 

Explication litterale, historique_et_dogmatique_des_prieres_et_des_ceremonies_de_la_messe_(tome_4)_

  • 1. EXPLICATION LITTÉRALE, HISTORIQUE ET DOGMATIQUE, DES PRIÈRES ET DES CÉRÉMONIES DE LA MESSE, SUIVANT LES ANCIENS AUTEURS r ET LES MONUMENS D E TOUTES LES EGLISES DU MONDE CHRÉTIEN. AVEC DES DISSERTATIONS ET DES NOTES SUR LES ENDROITS DIFFICILES , E T SUR L ' O R I G I N E DES RITES. PAR LE R. P. PIERRE LE BRUN, NOUVELLE ÉDITION. TOME QUATRIÈME. L I B R A I R T E C A T H O L I Q U E DE P E R I S S E F R E R E S . LYON. ù PARIS. AHCIIKMB H A 1 5 OIT » ™ HOUTCCL* MAISON F Grande rue Mercière, 33, 9 Rue Saint-Sulpice, 38, J t l r u c centrale» ( S . j Q Angle de la pUcv Sf-Sulptct. 18G0
  • 3. Biblio!èque Saint Libère http://www.liberius.net © Bibliothèque Saint Libère 2008. Toute reproduction à but non lucratif est autorisée.
  • 5. Ce volume contient : LA S I E D S DS E T TO S S R L S LITURGIES: UT E I S R A I N U E N°. i 3 . Uniformité abandonnée par les sec- taires du XVTsiècle. Liturgies Luthérienne, Zuinglienne, Calviniste, Anglicane, Ecos- saise, Suédoise, etc., 14. En quelles lan- gues on a écrit et célébré la Liturgie. i 5 - Du silence des prières de la Messe dans tous les siècles.
  • 6. Imprltu. de Fr. SEGUIN aine, à Avignon, rue Uouqueric, 13.
  • 7. TABLE DES TITRES CONTENUS DANS CE VOLUME. TREIZIÈME DISSERTATION. Uniformité des liturgies de toutes les églises chrétiennes dans tout ce qu'il y a d'essentiel au sacrifice abandonnée par les sectaires ? e du XVI , siècle. Page i ARTICLE I. Liturgie des Luthériens. 3 Formule de ta messe et de la communion pour l'ègtisc de Wittembetg par Luther en i5a3, < ) ART. II. Liturgie ou cène des Zuingliens ou des Calvinistes» ao Liturgie instituée en 1S2S par Zuingte dans l'église de Zurich pour la célé- bration de la cène du Seigneur* ibid. Liturgie ou cène de Genève suivie par tes Protestons de France. »4 Manière de célébrer ta cène* ab ART. III. Liturgie d'Angleterre depuis te schisme, 3a §. I, Origine du schisme sous Henri FUI, sans innovation à (a liturgie, 54 §. II. La nouvelle liturgie introduite sous Edouard y 1 après dix-hutt ans de sekisme, 58 Ordre de la première liturgie anglicane reformée sous Edouard FI, Impri- mée en anglais à Londres en i54<). 42 La cène du Seigneur ou ta sainte communion communément appelée la messe, 44 La communion du malade, 55 Rcgtcmens du parlement. Plainte de Calvin et des autres novateurs. Sou» veaux ehangemens dans la liturgie, 56 Seconde liturgie sous Edouard VI imprimée en anglais à Londres en t i55a. 5> j La communion des malades. 65 §. III. Rétablissement de l'ancienne liturgie sous ta reine Marie, ibid* §, IV. Renouvellement de la réformation et delà seconde liturgie d'Edouard sous te règne d'Elisabeth. 68 V. Des petits ehangemens et des additions qui ont été faits depuis EU~ sabeth , principalement sous Chartes IL /5 ART. IV. Changement de religion en Ecosse. Progrès des Novateurs, Dis-» putes sur une nouvelle liturgie. 84 AHT. V. Liturgie singulière introduite en Suède depuis le Luthéranisme. 100 §. I. Origine et progrès du Luthéranisme en Suède sous Gustave premier, ibid. §. II. Efforts du roi Jean pour rétablir la religion catholique, et pour in- troduire une nouvelle liturgie. io5 §. III. Nouvelle liturgie introduite. Disputes el troubles à son occasion. 108 Lituigia Suecan» ecclesiae , catboliese et orthodoxae coaformis. * »5 Préface de l'archevêque d'Upsal en latin cl en français. ibid. Ordre des prières de la préparation du prêtre , etc. 129 Observations touchant Us fautes qu'on a faites dans cette liturgie. '4^ Reproches faits jusqu'à présent à tous tes Proies tu m d'avoir rejeté de ta ii- ttirgic la prière de l'invocation, »S»
  • 8. Vf TATïLE DES TITRES. ART. VI. Réflexions sur (ex lilur»Us des Novateurs depuis le XVb. siècle^ lesquels à force de vouloir s'éloigner de l'église romaine ont abandonné l'essentiel des liturgies de toutes les églises chrétiennes ; et ont encouru par là l'anathème de toutes tes églises du monde chrétien. i54 Supplément à ta treizième Dissertation pour la liturgie d'Ecosse depuis te changement de religion, 161 Manière d'administrer ta cène du Seigneur, T6A Remarques, * 6 6 La liturgie ou la manière de célébrer te service divin , qui est établie dans tes églises de la principauté de Neufchâtel et Valtangin. A Bâte, chez Jean Pistorius , MDGGXIIL 167 La liturgie de la jainte cène. 172 Réflexions sur la liturgie de Neufchâtel, *8A QUATORZIÈME DISSERTATION. En quelles langues on a écrit et célébré la liturgie jusqu'à présent dans toutes les églises du monde chrétien. 188 ARTICLE I. Usage de l'église latine, et sentimens des papes jusqu'à no- tre temps, 190 ART. II. Usage de l'église orientale. 2 0 6 Observation sur la traduction du missel romain en tangue chinoise. 2 2 I , QUINZIÈME DISSERTATION sur l'usage de réciter en silence une partie de la messe dans toutes les églises du monde, où l'on voit la manière dont la liturgie a été prononcée , en remontant depuis notre temps jusques aux premiers fidèles. 226 OBSIRVATIOUS préliminaires sur les deux extrémités de deux sortes de prê- tres, dont tes uns disent toute ta messe sans que les assistans puissent rien entendre, et les autres disent toutes les prières à voix haute. 2 2 6 t PREMIÈRE PARTIE. Exposition de la discipline présente de t'Église, qui ordonne clairement aux prêtres depuis six ou sept siècles de dire une y partie de la messe à voix busse, sans qu'ils puissent être entendus des assistans. • 2 5 6 ARTICLE I. Ccqu'on a entendu généralement par ces mots submifisa voce : Le sens du concile de Trente clairement marqué par tes historiens con- temporains et par l'église de Rome à laquelle les Pères de ce concile ren- voient, 256 ART. II. L'église de Rome à laquelle le concile renvoie , met à ta tete du missel toutes les rubriques sur la manière de prononcer. L'église de Milan tes met aussi. Les conciles provinciaux prescrivent le même usage. Dis- cussion sur te Concile de Reims, 261 ART. III. Preuves tirées du pontipeat et du sacerdotal qui étaient en usage avant te concile de Trente et des auteurs du XIV*, siècle, où l'on voit que tes rubriques du missel de Pic V. n'étaient pas nouvelles, 271 ART. IV. Preuves tirées d'un grand nombre d'anciens missels, et st/rtntl de celai de Paris , qui a été porté de tous eûtes depuis cinq ou six cents ans par les Carmes et les Dominicains, 377 ART. V, Preuves de ta prononciation des prières en silence par l'usage de tous tes ordres religieux depuis l'an 1 0 0 0 . 2 8 6 e e ART, VI. Témoignages des auteurs du XI*. XII . et XIII . siècle touchant te silence des prières de ta messe , en remontant jusqu'au dixième. 2 9 4 N O U V P I . L K explication donnée aux témoignages des auteurs qui parlent de ta récitation en silence. 2 9 8 IURLKXIOR. 2 9 9
  • 9. TABLE DES TITRES. VII Première objection. 3oi Réponse, 3oa Seconde objection* 3o3 Réponse» 3o4 A R T , V I I . Plusieurs prières récitées secrètement à la messe dans toutes tes Églises chrétiennes gui ont conservé leurs liturgies, 5o5 A R T . V I I I . liaisons mystérieuses du silence du canon, tirées des Pères et des Conciles. D'où vient qu'on laisse à présent entre Us mains des fidèles le canon qu'on leur cachait autrefois* 311 S E C O N D E P A R T I E . Examen de la discipline de l'Église durant les dix premiers siècles, touchant lamanière de réciter les prières de ta messe» 319 On fixe la signification du mot sécréta. On remonte ensuite depuis te X . siè- e cle jusqu'aux premiers temps , et l'on fait voir l'usage constant-de dire une partie des prières de la messe secrètement et en silence* Sic) A R T I C L E I , Question préliminaire. On examine si le mot sécréta, vient du mot secretio, ou si avant te X . siècle ce terme signifiait simplement e l'oraison secrète dite secrètement en silence* 3a 1 A R T . I I . Quels sont les auteurs qui ont cru qu'on disait autrefois la messe v à voix haute. 327 A R T . I I I . Qu'on n'a point établi ta coutume de dire une partie de la messe en secret vers l'an 1000 , ni auparavant. §. I . Première preuve par l'auteur anonyme du livre des divins offices attri- bués à Alcuin. On montre que l'histoire des petits bergers a été insérée mal à propos dans cet auteur. 33Î § . I I . Seconde preuve par Bernon , abbé de Richenau, l'an 100&. 558 § . I I I , Troisième preuve par l'usage de faire réciter secrètement Us no?ni des morts dans tes diptyques, ou de les placer ailleurs qu'à ta messe pour 9 ne pas interrompre te silence du canon. 54o § . I V . Quatrième preuve par Remy d'Auxerre, l'an 885. 34 a V . Cinquième preuve par Herard de Tours, l'an 858 , et par le Pape Nicolas L , l'an 866. On marque quelles prières on prescrivait alors aux fidèles, ce que conte- naient les heures de Çharles-le-Chauve : méprise de quelques savans sur ce point. 343 § , V I , Sixième preuve par Flore de Lyon , l'an 84o. 35o §. II. Septième preuve par Amalairc , vers l'an 820. 352 RkFLEXION sur Raban Maur et sur Walfrid Strabon. 35G A R T . I V , Que depuis Amataire soits Louis-te*Débonnaire, en remontant jusqu'à saint Grégoire , il ne s'est fait aucun changement sur la manière de réciter te canon. Preuves qu'il était récité en silence, par de très-anciens monumens pontificaux, saeramentaires,ordres romain gallican mo- 9 t t nastique etc. y 557 MKSSK basse ou privée au temps de saint Grégoire* 365 A R T . V. Discipline des églises d'Orient touchant le secret et te silence de ta messe au Vh. siècle. Changement introduit dans ta liturgie par l'empereur Justinicn* 3G7 IHWOVÀTIOHS faites dans la liturgie sous l'empereur Justinien. 37a A R T . V I . Plusieurs usages du secret et du silence conservés dans tes égli- ses d'Orient, malgré môme ta toi deJustinien. ?>}5 A R T . V I I . Effet de la Novetle de Justinien. Le canonrecitè tout haut en quelques églises d'Orient. Histoire des bergers qui contrefont les mystères de la messe, et tombent à demi-morts par le feu du ciel. Cette histoire n'a point été cause de la récitation secrète du canon en Occident. 378 A R T . V I I I . Qu'on n'apperço'U aucune marque de changement dans l'église latine depuis l'an 600 jusque vers l'an 4oo , et qu'on trouve toujours des preuves du silence des prières dans tes missels de Rome des Gaules et d'Espagne. 584 A R T . I X . Preuve du secret et du silence du canon vers l'an 4oo , par te Pape Innocent L et par saint Augustin* 588
  • 10. V1TI TABLE DES TITRES. e ART. X . Qu'en remontant de l'an 4.00 au III . siècle, on trouvé dans tè~ glise d'Orient et d'Ûccident le secret et te silence des mystères. $93 I. Par t'aateur de la Hiérarchie ecclésiastique sous le nom de saint Denys t'ArèopagUe. ibid. II. Par saint Amhroise. 396 III. Par saint Chrysostômc qui parle des rideaux qui cachaient l'autel pen- dant ta célébration des saints Mystères , et du grand silence qu'on ne rom- pait qu'en tas découvrant. 09S IV. Par le Concile de Laodicùc. 4oo ART. XI. Suite des preuves du secret et du silence par saint Basile et par e tes remarques de plusieurs savans sur tes usages du VI . siècle, ioi e ART. X l l . Qu'au II . et au III". siècle on ne voit pas qu'on empêchât tes fidèles de voir ce qui se faisait sur l'autel pendant tes saints Mystères; mais on ne luir faisait pas entendre toutes tes prières du canon. £oy ART. XII1, Conclusion de la tradition perpétuelle du secret et du silence. L'Eglise a toujours voulu accoutumer ses en fans à contempler les mystères en réprimant la curiosité. 4*5 TROISIEME PARTIE. Examen des motif; sur lesquels on a cru que l'an- cienne église a fait dire te cation de ta messe à voix haute jusqu'au Xu siècle. 4 30 ARTICLE I. Premier motif, que scion les anciens Pères tes fidèles ont repondu A e aux paroles de ta consécration jusqu'au X*. siècle* mn RtPOwst. Que ce fait n'a été avancé que par des méprises. 4a* p B/ E par tes saints Pères que tes fidèles répondaient A e après tes pa- B tV S mn roles sacramentelles , dû même qu'en recevant la sainte communion , pour donner un témoignage public de leur foi, et en faire une haute profession. AUTORITÉS des Pères Crées* 4*2 R F KR KO S » 4*5 AUTORITÉS des Pères Latins. lUro?i5B. 4*5 SUITE des autorités qu'on oppose. 4*" IUPOSSK. ibid. ART. II. Témoignages tirés des anciennes liturgies grecques et de Flore de Lyon. Rkpoksf;. Que tes liturgies ne sont pas de ceux dont cites portent le nom , que Flore dit te contraire île ce qu'on suppose. 4^0 TJÎIIOIRIIAKK de Flore qu'on croit décisif, auquel on joint ceux de Pascliase et de itatramne. 451 Rf o s . tp nR 4^ *2 ART. III. Troisième motif. L'autorité du rit gallican et du rit mozarabe. RKPONVK. Méprise sur le rit gallican. Discussion sur le rit mozarabe. 455 RKPORSB. 456 ART. IV, Qu'il n'y a pas plus d'inconvénient d'ajouter des A e à la con- mn sécration , que d'en ajouter à la communion , comme on a fait au diocèso de Paris. H K P O N S R . Origine du nouvel usage de Paris, qu'on peut autoriser par saint Charles le seul A e de ta communion , fondé sur la première antiquité. mn 45; JUPOHSE. 438 ART. V. Suite de l'article précèdent. De ta manière dont on a donné la communion , et d< s paroles qu'on a prononcées en lu donnant dans tous 1 les siècles. Quelle conséquence on doit tirer de ces usages. 44 ART. VI. Cinquième motif,, que les Amen des oraisons du canon sont une preuve que tes assistans doivent répondre, et par conséquent les entendre. lUroKSE. Que ces A e n'ont été tnis qu'au XIII*, ou au XIV*. siècle, et mn qu'alors tout te canon se disait en silence. 45o IUpoxse. 45 JL ART. VII. Origine des A e insérés dans te canon au milieu du XIIP. sic* mn
  • 11. T B E D S TT E . AL E IRS ix tte. On était alors en peint si les anges ou les prêtres devaient répondra Amen. 456 A T VIII. Dernière difficulté. Plusieurs réflexions montrent que jusqu'au R. e VIII . siècle il aurait été injuste de cacher tes mystères aux fidèles. R É P O N S E . OA se fonde sur des erreurs historiques. Durant les sept premiers siècles il y a toujours eu des fidèles qui ont mérité qu'on leur cachât une partie des saints Mystères , et les Saints n'ont pu trouver mauvais qu'on usât à leur égard même de quelque réserve. 463 RKPORSB. 464 PREMIERS ERREUR HISTORIQUE : Que te fait des bergers ait fait introduire te silence des prières. 465 II. Erreur historique: Qu'il y ait un décret qui ait fait changer l'usage de prononcer à voix haute. ibid. III. Erreur historique. Que lesfidèlesdurant les sept premiers siècles n'aient point assisté aux saints Mystères sans communier. 466 IV. Erreur historique. Que tes assemblées desfidèlesdes sept premiers siè- cles ne fussent composées que de saints. NOUVEAU M O T I F de ne point s''astreindre à la recitation secrète , tiré de ta messe de l'ordination qui se dit tout entière à voix haute. 4/5 NULLITÉ du nouveau motif. La récitation haute de la messe de l'ordination n'est pas un reste de l'ancienne discipline. R É F L E X I O N sur l'origine de ce qui se fait en faveur des nouveaux prêtres comme une exception de la règle. 47 6 S U I T E des illusions de l'apologiste. 4 79 ILLUSIOR. ibid. AUTRE preuve de l'Apologiste* ibid. ILLUSIOR. 4§O AUTRE preuve bizarre tirée de saint Ignace de Loyoiaet du docteur d'Epencc. ibid. ILLUSION. 48I RÉPO*SB à quelques nouvelles difficultés. 483 PREMIÈRE difficulté contre l*utilité de cette Dissertation. 484 RKPORSB. On montre la nécessité de se conformer aux rites marqués, et surtout à ceux qui sont très-anciens. ibid. S E C O N D E difficulté sur l'autorité de Flore ; o reproche qu'on a falsifié cet n auteur. 488 RÉPONSE. Que le reproche n'est fondé que sur une mauvaise édilion. O n expose quelles sont les bonnes éditions de Flore , et quel est son vrai sens. ibid. T R O I S I È M E difficulté sur le témoignage d Amalaire t explication du mot S K - $ CRETO. 494 RÉPONSE, Qu'Amalaire exprime trop clairement la récitation secrète et silencieuse pour pouvoir l'éluder. 495 OR montre d'oii vient qu'il se sert du mot chanter pour celui de réciter. 5oo La clameur jointe au silence dans tes anciens auteurs. 5oi QUATRIÈME difficulté contre ce qui a été dit dans ta Dissertation , qu'ancien- ment on ne répondait point Amen aux paroles de ta consécration dans l'église latine. 5o3 R É P O N S E . Que l'objection est fondée sur une mauvaise traduction, et qu'elle ne prouve rien pour l'église latine. 5o4 C I N Q U I È M E difficulté sur l'origine de ta récitation secrète dans l'église latine, 5o6 RÉPONSE. On montre combien on s'est trompé en avançant que du moins pen- dant les huit premiers siècles, le canon était récité d'une voix entendue de l'assemblée. 57 0 I N S T A N C E S et réponses sur te mot canerc, et sur te sentiment du Père Mabtl- Ion touchant la récitation secrète, 56 1 LETTRE du révérend Père Mnrtenne, 5iS
  • 13. DISSERTATIONS HISTORIQUES ET DOGMATIQUES , SUR LES LITURGIES DE TOUTES LES ÉGLISES. TREIZIÈME DISSERTATION. Uniformité des liturgies de toutes les églises chrétiennes, dans tout ee fju'ilp a d'essentiel ou Sacrifice , abandonnée pur les sectaires du XPÏ. siècle. Division de ce volume. ON a vu dans les deux volumes précédons toutes les liturgies du m a n d e chrétien uniformes dunslessen- tïel, et Ton va voir dans celui-ci celles qui s'éloignent de l'uniformité. Au lieu que les anciennes sectes se sont fait un devoir de conserver la liturgie des églises d o n t elles avaient été séparées , les nouvelles sectes ont fait, chacune à sa m o d e , des liturgies q u ' o n va exposer dans la premièredisserlation de ce volume. En second l i e u , les nouvelles sectes n'ont 4- 1
  • 14. a DISS. XIII. UNIFORMITÉ ABANDOIflftSE. voulu célébrer la liturgie q u ' e n langue vulgaire, du lieu q u e toutes les églises c h r é t i e n n e s , soit catho- liques soit s c h i s m a t i q u e s , o n t c o n t i n u é (le c é l é - b r e r la liturgie dans leur ancienne langue , sans l'as- sujettir aux vicissitudes du langage populaire. C'est le sujet de la quatorzième dissertation. Enfin à ces dissertations on en joint u n e touchant la m a n i è r e de réciter les prières de la messe. Les r u b r i q u e s des missels prescrivent de réciter secrètement les priè- a res du canon , et depuis -i5 ou 3o ans ( ) u n grand n o m b r e de p r ê t r e s , q u o i q u e p i e u x , refusent de se s o u m e t t r e à cette règle.-Ils veulent dire toutes les prières à haute voix, p r é t e n d a n t qu'on les disait ainsi autrefois. Et Ton va m o n t r e r dans la dernière dissertation que l'usage de tous les siècles et de tontes les églises a été de réciter secrètement une partie des prières de la liturgie. Commençons par le grand défaut d'uniformité. Liturgie conservée par tous les hérétïqnes, à l'exclusion des nou- veaux sectaires. 0 D u r a n t les XV premiers siècles* n o u s n'avons trouvé aucune église c h r é t i e n n e , qui n'ait conservé tout l'essentiel de la liturgie avec un soin très-reli- g i e u x , comme ce que nous avons de plus saint et de plus respectable après le saint Evangile. Dona- l i s i c s , A r i e n s , M a c é d o n i e n s , Nestoriens , Euty- chiens ou Monophysi les et a u t r e s , tous ont regardé le sacrifice eucharistique comme la consolation de l'Eglise et la source des grAces dont elle a besoin continuellement ; et ils se sont tous fait une loi invio- lable d'en conserver rigoureusement tout l'essen- tiel, en sorte même que les moindres soupçons de changernens étaient un sujet de reproche mutuel. Les Donalistes s'iinaginant que les Catholiques y faisaient quelque i n n o v a t i o n , il fallut, p o u r faire b cesser la calomnie ( ) , les inviter à venir voir célé- brer la liturgie. Si les Nestoriens y insèrent que!- (n) C t dissertations ont été publiés,pour la première fois, en 1720. <s (b) Tome *>./>. 57.
  • 15. LITOflGIE LUTHÉRIENNE. 3 QUES MOTS QUI INSINUENT LEUR HÉRÉSIE, ON LEUR EN FAIT UN CRIME, ET CE QUI EST DE PLUS REMARQUABLE, ON N'A JAMAIS EU LIEU TIC REPROCHER À AUCUNE DE CES GRANDES SECTES D'AVOIR ABANDONNÉ LE RIT ESSENTIEL AU SACRIFICE. TOUS ONT RELIGIEUSEMENT CONSERVÉ L'AUTEL, LE TERME DE SACRIFICE, L'OBLATÎON DU CORPS DE JÉSUS- CHRIST ET L PRIÈRE PAR LAQUELLE ON DEMANDE QUE LE A PAIN ET LE VIN SOIENT FAITS LE CORPS ET LE SANG DE JÉSUS- CHRIST QU'ON OFFRE , ET AUQUEL ON PARTICIPE PAR L A COMMUNION. TOUS SE SONT GLORIFIÉS DU PRIVILÈGE SPÉ- CIAL DE L'EGLISE , DANS LAQUELLE, COMME DIT SAINT PAUL, a nous ( ) avons un autel dont les ministres du taber- nacle ri ont pas pouvoir de manger. CE TÉMOIGNAGE DE TOUS LES SIÈCLES ET DE TOUTES LES NATIONS CHRÉTIEN- NES N'A PU FAIRE RESPECTER L'ANCFENNE LITURGIE PAR LES NOUVEAUX SECTAIRES, ILSENONTFAIT UNE À LEUR MODE, CHACUN CONFORMÉMENT À SON ERREUR PARTICULIÈRE. EXPOSONS CE QUE LES TROIS PRINCIPALES SECTES DES LU- THÉRIENS , DES CALVINISTES ET DES ANGLICANS ONT RETENU OU REJETÉ DE L LITURGIE. A ARTICLE I. Liturgie des Luthériens. b Dfes QUE LUTHER EUT fait BRÛLER, EN r5ao,( ) TOUT LE CORPS- DES DÉCRÉTÂTES «LES PAPES AVEC L HUILE DE A LÉON X , ET QU'IL EUT DÉCLARÉ UNE GUERRE OUVERTE À L'ÉGLISE DE ROME , SON PRINCIPAL DESSEIN FUT D'ABOLIR L MESSE. A AN MOIS DE JANVIER- I^AA, I DONNA SON Iraiié de L abroganda nvssa privata^ QU'IL ADRESSA AUX AUGUS- TINS DE WITTEMHERG, SES CONFRÈRES, POUR LES félici- (a)//Mr.xm. toi. (B) Luther. Tout. Jennx. 15GG. loi. 317 el 320. T.
  • 16. 4 DISS. XUU ART. l . UNIFORMITÉ ABANDONNÉE. t e r W d'avoir, les p r e m i e r s , a b a n d o n n é la messe. Il n'excepte ici aucune m e s s e , q u o i q u e le titre n'in- d i q u e q u e les messes privées. 11 prétend p r o u v e r qu'il n'y a point d'autre sacrifice que de s'offrir soi- m ê m e à D i e u , cl q u e celui des prêtres d e l'Eglise e s t i m e illusion et une abomination. Il mit dans son parti q u a t r e théologiens de l'uni versijé de W i t t e m - h e r g , au n o m b r e desquels était Philippe Mélanch- thon. Ceux-ci M présentèrent u n e requête au prince Frédéric duc de Saxe , p o u r justifier les Augustin?» et >our le supplier d'employer son autorité p o u r abo- f ir la m e s s e , à quoi il étoit déjà tout disposé. Les Brefs pressaus q u e le Pape Adrien VI écrivit (°) à ce prince furent inutiles. Luther s'appliqua tout de nouveau à l'abolition de la messe, et comme il est le premier des sectaires qui ait attaqué et aboli le canon de la m e s s e , il n'est pas inutile de voir quelle a été l'origine de cette e n t r e p r i s e , et ce qui l'indis- posa si fort contre la messe. II nous l'apprend lui- m ê m e dans un ouvrage qu'il donna au public en 1 5 33 , intitulé : De la messe privée et de F onction des prêtres. Il ne craint pas d'exposer de quelle manière il fut attaqué par le démon sur les messes qu'il disait depuis quinze ans. La dispute n'est pas h o n o r a b l e ni à la foi ni à l'esprit de L u t h e r , parce qu'iT r é - pondit assez mal à des argumens assez faibles; mais il déclare dans cet ouvrage qu'il veut faire une h u m b l e confession de son embarras et de son trou- ble ; et puisqu'il n'a pas rougi de la p u b l i e r , n u l ne doit trouver mauvais q u e nous en fassions ici un précis, et que nous en exposions aux yeux des lecteurs les principaux endroits en propres termes. Voici donc le récit qu'il en fait. d Une fois ( ) m étant réveillé sur le minuit , Satan (a) Cœp/sse vos prîmos omnium in vestra conçregntïone abusum iilum missarum , qua& vocant, ahrogarc. Tom. t. fol. 441. {h) ibid. pftrj. 4 / 1 . (c) fol. »37. f (dj OS K Y I . S R LA C i K U K E AVEC LE l,^ ^t£. Celle i E W TON U ON £ E C
  • 17. L1T0KG1B L T E IN E U H RE N . 5 commença ainsi à disputer avec moi : Ecoute* DIT- IL , Luther, docteur très-éclairé, tu sais que durant i5 ans tu as célébré presque tous les jours des mes- ses privées : que serait-ce si de telles messes privées 8 conférence est an second tome des œuvres de Luther imprimée en allemand à Iène,./o/. 82 , et au septième tome des mêmes œu- vres de Luther imprimées en' latin à Wîttemberg en 1558. Tom. VU. joL 228 Les Luthériens trouvent mauvais que les auteurs catholiques parlent de cette conférence ; mais ce ne sont pas les catholiques seuls qui l'on relevée. Les Zuïngliens et les Calviniste? ont souvent reproché aux disciples de Luther que leur maître avait été instruit sur l'article de l'abolition des messes privées par le diable même reconnu te! ; et non pas comme Zuingle, qui déclare seulement, que, dans un songe, un esprit ( dont il ne pou- vait dire s'il était blanc ou noir ) lui avait appris à bien soutenir le sens defiguredans l'Eucharistie. On peut voir là-dessus David Pa- raîus, Controvers.ettcharisL pag. 257. Hospinien. Hkt.sacram. part. 2. fol. 26 et 2, où après avoir rapporté une partie de la dispute de Luther avec le diable, il ajoute que le sommaire de cette conférence est que Luther apprit du diable que la messe ( surtout ta messe privée ) est une mauvaise chose, et qu'il f abo- lit étant convaincu par les raisons du diable* On pourrait citer plusieurs autres auteurs sacramentaires. II est vrai que les Calvinistes de France qui ne craignirent pas, en 1531 , au synode de Charenton , d'admettre les Luthériens à leur communion , quoiqu'ils ne pussent ignorer que presque tous les Luthériens n'avaient cessé de les détester comme des héréti- ques, ont depuis ce temps-là ménagé les Luthériens sur l'article ne la dispute avec le diable. M. Claude, dans sa défense de la In- formation , a tâché de faire passer le récit de Luther pour une es- pèce de parabole oufigurede rhétorique , en quoi il fut d'abord relevé comme il le méritait par Fauteur du livre intitulé : Luther disciple du diable. A Paris, 1673. M. Seckendorf, savant Luthé- rien , dans son gros Commentaire historique du Luthéranisme, imprimé à Leipsic en 1604, où il réfute habilement en plusieurs points l'histoire que M. Maimbourg a donnée en français, n'a rien oublié pour tâcher d'oter cet opprobre an parti protestant. ( Lett.X. sert. 45 , pag. 102- ) Il paraît chagrin contre fauteur de la Perpé- tuité , contre AI de Cordemoî, et M. Bossuet, évéque deMeaux, ni ont fait des réflexions sur cette conférence; mais quel moyen e faire oublier cette conversation avec le diable, et de persuader le public que Luther n'avait pas aboli la messe sur la remontrance du diable. Car enfin, t°. c'est un fait certain que Luther a raconté lui- même qu'il soutint cette dispute étant bien éveillé > et qu'il fut rnnvaincu des raisons du diable , de quelque manière qu'il lui ait parlé, soit en prenant unefigurequi n'est pas désignée, soit en faisant simplement impression sur son esprit et sur son cœur, ainsi que M. Seckendorf veut l'inférer des deux mots allemands omis et qui devaient être traduits, dit-il, in corde meo. 2°. C'est un fait
  • 18. 6 DISS. XIII. ART. I. UNIFORMITÉ ABANDONNÉE. étaient une horrible idolâtrie ? Que serait-ce si le corps et le sang de Jésus-Christ n'y avaient pas été présens et que ta n'eusses adoré et fait adorer aux y autres que du pain et du vin ? Je lui répondis : J'ai été consacré prêtre i j'ai reçu Vonction et la consé- cration des mains de Cévêque > et fui fait tout cela par le commandement de mes supérieurs et par l'o- béissance que je leur devais. Pourquoi n'auraisfe pas consacré, ayant prononcé sérieusement les pa- roles de Jésus-Christ , et célébré austi très-sérieuse- ment des messes ? Tu ne rignores pas. Tout cela est vrai, me «lit-il , mais les "Jures et les Puïens font aussi toutes choses dans leurs temples par obéis- sance; et ils r font sérieusement leurs cérémonies.... Le diable lui reproche de n'avoir pas eu u n e vraie foi n i la connaissance de JéMis-Chrisf , non plus q u e les évéques qui l'avaient consacré. C'est certain que Luther la fit imprimer en allemand en 1533. 5°. (l'est un fait certain qu'il engagea Juste Jouas son ami à la traduire en l a t i n , ce qui fut fait et imprimé en 15:î4 , douze ans avant la mort de Luther. De quoi peut servir la critique que M. Seckendorf fait de quelques mots de la traduction qui pouvaient être rendus autre- ment ? Il suffit que cette traduction ait été faite au temps même de Lut lier , long-temps avant sa m o r t , et par un de ses a m i s , qui n'aurait pas manqué de corriger ce qui aurait pu changer le sens de la relation. Luther en a été content : convient-il à M. Secken- dorf d'y trouver à redire? 4°. C'est un fait certain que le diable parla à Luther comme à un papiste, et que Luther soutint la dis- pute comme papiste sur ce qu'il retenait du papisme, sur ce qu'il avait dit des messes privées jusqu'alors, et sur ce qu'il admettait sept snercmeiis- Comment s'empêcher de dire que cette conférence a précédé le traité de ta captivité de fiabt/lonc, où il n'admet plus que trois sacremens , et qu elle a précédé de même les autres tiaités qu'il a faits contre la messe , où l'on ne trouve guère d'autres rai- sons que celles que le diable lui avait alléguées. Je ne fais point ici de controverse, j'expose seulement des faits qui ne peuvent être raisonnablement contestés. Enfin si l'on veut absolument que Luther ait prévenu dans quel- ques traités tout ce que le diable lui représenta dans la conversa- tion qu'ils eurent ensemble, que reslera-t-il à d i r e , si ce n'est que ses sentimens se trouvaient tout à fait conformes à ceux que le dia- ble voulait lui inspirer; et qu'il est arrivé, en cette occasion, ce qu'on dit proverbialement, que les beaux esprits se rencontrent. Cela ne détruira pas la réllexion que l'agréable auteur de la République des Lettre* a laite , en pariant de cette conférence , au mois d'août 1685.
  • 19. LITUnGTE LUTIlilUEffXE, 7 pour cela » continue-Nil, que vous éloignant de Jé- sus-Christ corn fixe d'un juge cruel, vous aviez re- cours à sainte Marie et aux autres saints, et vous les regardiez comme des médiateurs entre vous et Jésus-Christ, Foilà comme oiua ravi la gloire à 7c?- sus-Christ. C'est ce que ni toi ni aucun autre Papiste ne peut nier : vous avez donc reçu Vonction, vous avez été consacrés et tondus , et vous avez sacrifié à la messe comme des Païens et non comme des Chrétiens. Comment donc avez-vous pu consacrer à la messe , ou célébrer vraiment la messe , puis* quiljr manquait une personne qui eut la puissance de consacrer i ce qui est un défaut essentiel selon votre propre doctrine. Enfin il lui reproche tle s'être toujours appliqué à lui seul le s a c r e m e n t , lorsqu'il a dit la m e s s e , sans y faire participer les a u t r e s , et de s'être servi de la messe c o m m e d'un sacrifice propitiatoire devant Dieu. L u t h e r se sentant pressé dans CE combat contre LE dîrihle : Je lui opposais , dit-IL, t intention et la foi de VEglise, lui représentant que c'était dans la foi et dans l'intention de l'Eglise que /'avais célébré des messes privées. Et quand j'aurais eu une mau* vaise croyance et de mauvais senlimens , î Eglise a eu toutefois en cela une bonne croyance et de bons sentimens. L u t h e r ne trouve rien de meilleur à o p - poser au d i a b l e , il eu est poussé à b o u t ; et s'il a lieu d e t r e honteux de n'être si mul défendu contre L'esprit de m e n s o n g e , il se c o n t e n t e de dire à ses auditeurs ou a ses lecteurs : Certes s'il vous fallait soutenir les assauts du diable et disputer contre lui, vous cesseriez bientôt de publier si hautement ce que vous dites de la conduite et de la tradition de ï Eglise.,,, carie diable attaque fortement lescœurs*.* et il les presse avec une si horrible violence , quil n'est pas possible de lui résister sans un secours par- ticulier de Dieu. Tout d'un coup et en un clin d'œil il remplit tout Cesprit de ténèbres et de terreur, et
  • 20. 8 Diss. xni. A T r— NF R I É A A D N É : R . . U I O MT B N O N E . s ' i l t r o u v e u n h o m m e i n c a p a b l e d e s e d é f e n d r e p a r l a p a r o l e d e D i e u , il l e s u r m o n t e s i f a c i l e m e n t q u ' i l n a q u ' à l e t o u c h e r c o m m e d u p e t i t d o i g t , p o u r l e r e n v e r s e r e n t i è r e m e n t . Voilà d o n c Lui lier vaincu par le d i a b l e , s o n e s - p r i t r e m p l i t o u t et si per- d ' u n c o u p d e t é n è b r e s ; suadé au milieu de ces ténèbres , qu'il dira cent fois , et qu'il ne dira m ê m e contre le sacrifice de la messe q u e ce q u e le diable lui a m o n t r é . Celte dis- p u t e curieuse doit être pincée Tan 15a f , ou Tan 1 0 2 1 . Le diable et Luther établissent celte é p o q u e , convenant qu'il avait dit des messes privées d u r a n t i5 ans. Or Luther était p r ê t r e en 1607; il a d o n c dit des messes j u s q u ' e n s'il faut e n t e n d r e i5 années r é v o l u e s , ou jusqu'en 1 0 1 1 , si ce sont des années commencées. Le diable ne s'astreint pas plus exactement aux dates qu'aux autres vérités. Quoi qu'il en soit, cette dispute doit avoir précédé les livres q u e L u t h e r a faits contre la m e s s e ; car s'il avait été attaqué plus t a r d , il lui aurait été bien iacile de dire au diable : T u ne m ' a p p r e n d s rien de nouveau , j'ai déjà fait en partie ce q u e lu souhai- tes. Comment se dispenser de lui d o n n e r en cette controverse le titre de disciple du diable? et n'est- ce point en cette qualité qu'il prescrivit en i5a3 sa nouvelle formule de la messe? Il faut p o u r t a n t l'avouer, Luther ne suivit pas entièrement tous les désirs du diable qui souhaitait sans d o u t e qu'on re- jetât absolument la vérité du corps de Jésus-Christ dans la célébration de la messe. Q u e l q u e envie qu'en eût eu L u t h e r , il se trouva accablé par la simplicité des paroles de Jésus-Christ, c e c i e s t m o n c o r p s , et il laissa cet article du désir du diable aux Zuinglienset à tous les Sacramentaires auxquels il a souvent dit que leur doctrine était celle du dia- ble. On n'a qu'à voir s o n S e r m o n d e f e u c h a r i s t i e {*) et sa D é f e n s e d e l a C è n e c o n t r e l e s e s p r i t s f a n a t i q u e s (a) Luth. 7. Fittemb.foL 335. 338.
  • 21. LT R I L T É I N E I U GE U H RE N . 9 des Sacramentaires, d o n t il parle ainsi : Auresle fi ce même diable dont nous venons de parler, nous attaque aujourd'hui en faisant blasphémer la Cène de Jésus-Christ Notre-Seigneur par des hommes fanatiques qui ont rêvé que le pain elle vin n étaient donnés qu'en signe ou en symbole de la profession chrétienne, et qui ne veulent pas convenir que le corps et le sang de Jésus-Christ y sont, quoique ces paroles: Mangez , ceci est mon c o r p s , soient si expresses. L u t h e r ne suivit peut-être pas non plus les ins- pirations du diable en laissant dans une nouvelle liturgie beaucoup de pratiques de la messe romaine. Quoi qu'il en s o i t , exposons ici la nouvelle formule de la messe q u e L u t h e r dressa , fit imprimer et m e t t r e en p r a t i q u e à Wittemberg en 1 5 ^ 3 , suivant ce que Luther écrit à celui à qui il adressa sa formule. b (Juare ( ) deformula aliquapia missandiÇ ut vocant) et communicandi, ut et tu po&tulasti, optime Nico- Ice , agemus, ac sic agemus , ut non amplius solurn verbo doctrines corda regamus, sed manum quoque apponamus et publicâ udministratione in opus per- ducamus. c Formule ( ) de la Messe et de la Communion pour V Eglise de Wittemberg > par Luther , en i5a3. Cette formule est précédée de quelques avis o u réflexions qu'il d o n n e en ces termes p o u r m o n t r e r ' qu'il en veut aux a u t e l s , au canon et à tout ce qu'il y a d'essentiel au sacrifice , et non pas à plu- (1)) Caeterum ille, ipse dïabotus, de cnjus virtutibus nobïs jam ser- mo fuit, nos hodie per fanaticos homines o p p u g n a t , blasphematione cœnic Domml nostri Jesu Christi, qui sommant in ea solum panem et vinum davi in signum aut symbolum christianœ professionis nec volunt couceclere ibi corpus et sanguinem Christi esse ; cùm tamen ex pressa et clara sint verba : Comedite, hoc est corpus meum. AVittemb. 1527. fol. 381. (n) Tome 2. fol. 55G. (b) La formule est an second tome de l'édition de AVittemberg, et aussi dans l'édition d'Iène. Tom. 2.JoL 58G.
  • 22. ÎO DISS. XIIt. A T I. — NF R I É A A D N E . . . R U I O MT B N O N E sieurs choses qu'il regarde c o m m e indifférentes, e t q u i peuvent faire plaisir au peuple. « Nous décla- » rons en premier lieu q u e n o t r e i n t e n t i o n n'a ja~ » mais été d'abolir absolument t o u t le culte de » D i e u , mais seulement de purger celui qui est en » u s a g e , de toutes les additions d o n t on l'a s o u i l l é , » et de ne laisser ainsi paraître q u ' u n e p r a t i q u e » pieuse. Car nous n e pouvons pas nier q u e les » messes et la c o m m u n i o n d u pain et d u v i n , s o n t » u n r i t d i v i n e m e n t i n s t i l u é p a r Jésus-Christ. Bit q u i » sous Jésus-Christ même et ensuite sous les Apôtres » a été observé très-simplement et très-pieusement » sans autre addition.... Mais lorsqu'on s'est d o n n é » la liberté d'ajouter et de c h a n g e r , et q u e l'avare » et ambitieuse tyrannie sacerdotale s'y est j o i n t e , » on a vu les autels et les hauts-lieux de Raal et de » tous les dieux placés dans le temple du Seigneur » par nos rois i m p i e s , c'est-à-dire, par les évéques » et les pasteurs, f/impie Achnz a ôté l'autel d'at- » rain p o u r en substituer un a u t i e tiré de D a m a s ; » je parle de cet abominable canon qui est un re- » cueil de lacunes bourbeuses : alors on a fait île » la messe un sacrifice, L'on a ajouté des offerloi- » rcs , etc.... » Nous ne répéterons pas ici ce q u e nous avons » enseigné avec é t e n d u e ailleurs, q u e la messe n'est > » pas un sacrifice ou l'action du sacrificateur : Re- » gardons-la comme sacrement ou c o m m e tcsta- » m e n t : appelons-la bénédiction selon le l a t i n , eucharistie selon le g r e c , ou table du Seigneur, » ou Cèub du Seigneur, ou mémoire du S e i g n e u r : » q u ' o n lui d o n n e . t o u t a u t r e litre q u ' o n v o u d r a , » p o u r v u qu'on ne la souille pas du titre de sacri- » fice ou d'action. Exposons ici le rit q u e nous » croyons devoir suivre. IntroTts. » Premièrement. Nous approuvons et nous con- » servons les Introïts des dimanches et des fêtes de
  • 23. LT R I I T K I S N * I U GE U H RET E . 11 » Jésus-Christ, savoir de PâqUes, d e la Pentecôte » et de Noël. Nous préférerions volontiers les psau- » mes entiers cTpu ces introïts s o n t t i r é s , comme » on faisait autrefois, mais nous voulons bien nous » c o n f o r m e r a l'usage présent. Et nous ne blâmons » pas m ê m e ceux q u i v o u d r o n t retenir les introïts » des A p ô t r e s , d e la Vierge et des autres s a i n t s , » lorsque ces trois introïts s o n t tirés des psaumes * ou d'autres endroits de l ' E c r i t u r e ; pour nous à > » W i t t e m b e r g , n o u s ne solennisons q u e les d i m a n - » ches et les fêtes d u S e i g n e u r , s u p p r i m a n t celles » de tous les a u t r e s s a i n t s ; et si leurs actes contiens » nent q u e l q u e chose qui mérite d'être exposé, o n » le fera dans les sermons des dimanches. Nous » m e t t o n s au n o m b r e des fêtes de Jésus-Christ, la » Purification et l'Annonciation, de même que l'Epi- » phanie et la Circoncision. Nous admettons l'office » de la Nativité au lieu de celui de saint Etienne » et de saint Jean l'évaugéliste: les fêtes de la sainte » croix nous sont en h o r r e u r . Q u e d'autres suivent » c e q u e l ' e s p r i t leur suggérera p o u r s'accommoder » aux vues de leurs consciences o u à la faiblesse » de q u e l q u e s - u n s . Kyrie eleison. » Secondement. Nous admeftons les Kyrie elei- » son avec les chants diflérens p o u r divers t e m p s , » aussi bien q u e l'hymne angélique Gloria in ex- » celsisy q u ' o n p o u r r a o m e t t r e selon la volonté d e » l'évêque.v») Collecte. » Troisièmement. On conservera l'oraison ou la » collecte, p o u r v u qu'elle soit selon la piété comme s) le sont p r e s q u e toutes celles des dimanches , mais » on ne dira q u e cette seule oraison suivie de la » lecture de l'épitre., (a) Ad arbitrium eplscopL Leâ Luthériens entendent par ÉVO- que un homme choisi pour être surveillant ou superintendens, surintendant, comme ils Vont nommé dans la suite.
  • 24. 12 DISS. XIII. ART. I. UftlFORMlré ABANDONNEE. Épître. » Il n'est pas encore temps de faire ici du chan* » g e r n e n t , parce q u ' o n n'en lit a u c u n e qui soit i m - » pie. Cependant comme dans les épîtres de saint » Paul on a bien moins choisi ce qui i n s t r u i t dans » la foi que ce qui contient des exhortations mora- » l e s , il paraît q u e celui qui a fait Tordre des épî- » 1res était un insigne i g n o r a n t , et un s u p e r s t i t i e u x » q u i faisait grand cas des œuvres : il aurait d u » préférer c o m m u n é m e n t les endroits qui a p p r e n - » n e n t la foi en Jésus-Christ. Tl a eu les mêmes vues » en réglauL Tordre des évangiles. Mais le s e r m o n » en langue vulgaire, y suppléera ; et si q u e l q u e » j o u r on dit toute la messe en langue v u l g a i r e ( à » quoi Jésus-Christ veuille nous a i d e r ) il faudra » s'appliquer à faire lire k la messe les meilleurs » endroits des épîtres et des évangiles. Graduel. » Q u a t r i è m e m e n t . On chantera le graduel com- » posé de deux versets et de Ysjlleluia, ou d'un » seul à la volonté de Tévèque. A l'égard des gra- » duels du carême qui ont plus de deux v e r s e t s , » (pie chacun les dise chez lui s'il veut ; nous ne » voulons pas e n n u y e r les fidèles dans l'église. Il ne » convient pas non plus d'avoir en carême ou a la » semaine s a i n t e , ou à lasixième férié pénible quel- » q u ' a u t r e rit particulier q u e dans les autres t e m p s , » et de j o u e r le m o n d e par une demi-messe et par * u n e seule partie du sacrement. Y Alléluia est la > » voix perpétuelle de l'Eglise, comme elle est une » mémoire perpétuelle de sa passion et de sa victoire. Prose. » Cinquièmement. Nous n'admettons ni séquen- » ces ni p r o s e s , à moins que Tévèque ne veuille » faire dire la prose courte de Noèl , Orales mine » omnest et véritablement il n'y en a presque point » qui soient spirituelles, si ce n'est celle du Saint- » E s p r i t , Sancti Spirilûs et Feni suncte Sjuritus, et
  • 25. LT R I L T E I N E I U GE U H RE N . l3 v très-peu d'autres q u ' o n pourra chanter après le » dîner, ou le s o i r , o u à la tin de la messe , si cela T) plaît ainsi à l e v ê q u e . Évangile. » Sixièmement. Suit la lecture de l'évangile où » nous ne défendons ni n'exigeons les cierges ni » l'encens. Cela sera libre. Symbole. » Septièmement. Le symbole de Nicée qu'on » chante o r d i n a i r e m e n t ne nous déplaît pas. L'évê- » q u e fera s u r ce point ce qu'il voudra. Je dis de » m ê m e du sermon en langue vulgaire; il est in- » différent q u ' o n le fasse avant le symbole ou avant j> l'introït. 11 paraît p o u r t a n t plus à propos de le » faire avant la m e s s e , à cause q u e l'évangile est » la voix qui crie dans le d é s e r t , et qui appelle à » la foi les infidèles. Mais tout cela est l i b r e , parce » q u e tout ce qui précède le symbole vient de n o u s , » Dieu ne l'ayant pas exigé, et n'esl point par con- » s é q u e n t nécessaire à la messe. > Huitièmement. Suit toute cette abomination à # » laquelle on assujettit tout ce qui p r é c è d e , de là » vient qu'on l'appelle offertoire, et q u e tout y res- » sent l'oblation. On place au milieu les paroles de » vie et de salut, comme on plaça autrefois l'arche » d u Seigneur dans le temple des idoles auprès de » D a g o n ; et nul Israélite ne peut ni approcher d e » l'arche, ni la ramener jusqu'à ce qu'elle aitelie- n même frappé ses ennemis d'un o p p r o b r e éternel » au d e r r i è r e , et les ait ainsi contraints de la ren- » vover. C'est la parabole d u temps présent. C'est » pourquoi rejetant tout ce qui ressent l'oblation » avec le c a n o n , n o u s , r e t e n o n s ce qui est p u r et » s a i n t , et nous commençons ainsi notre messe. » • i°. A la fin du Symbole ou après le sermon , on » p r é p a r e le pain et le vin p o u r la bénédiction a la » manière accoutumée ; si ce n'est q u e je n'ai pas » encore a r r ê t é si l'on doit mêler de l'eau avec le
  • 26. l4 DISS. XW A T I—U I O MT A A D N É . I . . . . ' NF R I É B N O N E R » vin. J incline p o u r t a n t à n e m e t t r e q u e d u vin A p u r sans eau , parce q u e l'eau n e m e p a r a î t signi- » fier rien de bon : selon Isate, c. i. qui dit votre *> vin est mêlé d'eau. Car le vin p u r signifie a d m i - » rablemciit la p u r e t é de la doctrine é v a n g é l i q u e , » et d'ailleurs le sang de Jésus-Christ dont nous fai- » sons la mémoire , a été r é p a n d u sans ê t r e mêlé » avec le n o t r e , en sorte q u e c'est u n e rêverie de » vouloir représenter ici notre union avec J é s u s - » Christ. N o u s n e faisons point m é m o i r e d e celte » u n i o n . N o u s ne s o m m e s pas u n i s avant l'effusion » du s a n g , et si cela é t a i t , on célébrerait la mé- » moire de n o t r e sang avec celui q u e Jésus-Christ » a répandu pour n o u s . Je n'introduirai p o u r t a n t » pas ici une loi superstitieuse contre la liuerté. Jé- » sus-Chri.it ne se souciera pas d'une chose qu'il ne y> vaut pas la peine de contester. Cette folle dispute û » a assez exercé l'église r o m a i n e , la g r e c q u e ( ) et » plusieurs autres. » Ce q u e quelques-uns allèguent qu'il sortit de » l'eau et du sang d u coté cie J é s u s - C h r i s t , n e » prouve rien. Car cette eau ne signifie a u t r e chose » q u e ce qu'ils veulent lui faire signifier : elle ne » fut point mêlée avec le s a n g , et d'ailleurs u n e » figure ne prouve» rien. C'est pourquoi chacun fera » comme il voudra. » 2°. Le pain et le vin étant p r é p a r é s , on dira : » 'Dominas vobiscum. ri. Etcumspiritu tuo* Sursum » corda jf. Habemus ad Dominum* Grattas again us » Domino Deo nostro. ri. Dignum et justum est. » ï^erc dignum et justum est, œquum et salulare 9 » nos tibi semper et ubique grattas agere, Domine » sancte , Pater omuipotens celerne Deus , per » Christum Dominant nostrum. Deinde : (a) Luther aurait dit savoir qu'il n'y a jamais eu de dispute entre les églises des Latins et des Tirées sur ce point. Elles sont toujours convenues qu'il fallait mêler lYauavecle vin. Ces églises oui seulement disputé contre les Arméniens, qui depuis leur schis- me ne mettent point d'eau dans le calice.
  • 27. LT R I L T É I N E I U GE U H RE N . l5 » 3°. Qui pridiè quàm pateretur accepitpanem,% » gratias agensfrégît , deditque discipulis, dicens : » Açcipite, comedite, Hoc est corpus meum quod » vobis pro datur. » Similiter et calicem , postquam cœnavit dicens: » Hic calix est novi Tesiamenti in rneo sanguine qui » vobis pro et pro rnultis effknditur in remissionem » peccatorum. Hcec quoticscunque feceriiis, in met » mémoriaux faciatis. Sanctus. » Je souhaite q u e ces paroles de Jésus-Christ sui- » vent la préface après u n e petite p a u s e , et qu'el- » les soient récitées du ton de voix qu'on chantait » autrefois l'oraison dominicale dans le c a n o n , afin » qu'on puisse être entendu des assistans, q u o i - » qu'en tout cela il soit libre de réciter ces paroles » en silence ou de les faire e n t e n d r e . Pater. »4°- k'* bénédiction finie,le c h œ u r c h a n t e r a s a n c - » tus eXbenedictas^ et fiuissant benedictus^ on élè- » veralepaiu et le calice,selon le rit observé jusqu'à » présent , soit à cause des faibles qui pourraient » être blessés d'un c h a n g e m e n t soudain dans une « partie si considérable de la messe , s u r t o u t dans » les endroits o ù par les s e r i n o n s en langue vu!- » gaire on est instruit de ce q u ' o n veut m a r q u e r » par cette élévation. Pax Domini, etc. » 5°. Après cela on dira l'oraison dominicale : » Oremus preeceptis salutaribus monili , etc. On » omettra l'oraison s u i v a n t e , Libéra nos quœswnus, » avec tous les signes de croix qu'on a coutume de » faire sur l'hostie, et avec l'hostie s u r le calice. On ;)ne r o m p r a point l'hostie, et on ne la mêlera point » dans le calice. Mais d'abord après l'oraison domi- » iiicalo on dira : Pax Domini, etc. qui est une es- & pèce d'absolution p u b l i q u e des péchés des coin-
  • 28. l6 DfSS. XIIL A UT. r. UNIFORMITÉ ABlXDÛXflrêfi. » m u n i a n s . C'est là u n e voix vraiment évangélique » qui annonce la rémission des p é c h é s , et qui est » u n e très-digne et l'unique préparation p o u r la » table du Seigneur, si elle est e n t e n d u e avec foi, » comme venant de la b o u c h e de Jésus-Christ. C'est » p o u r q u o i je voudrais qu'elle fut prononcée la face » tournée vers le p e u p l e , selon l'usage des évc- a » ques ( ) ce qui est l ' u n i q u e vestige des anciens » évéques qu'on aperçoit dans les nôtres. » G°. Ensuite le célébrant se c o m m u n i e lui-même » et communie le p e u p l e ; et pendant la commu- » nion on chante : Agnus Dei, etc. Q u e si avant la » c o m m u n i o n il veut dire cette p r i è r e , Domine Jesu » Cliriste Fili Deivivi qui ex volant aie, etc. il ne » fera pas m a l , p o u r v u qu'il change le n o m b r e sin- » gulier en pluriel : Nostris et nos au lieu de meis » et me. II peut dire de même : Corpus Domini, etc. 3 » custodiat animam meam vel tuam in vitam a ter- » nam , et sanguis Domini, etc. custodiat animam » meam vel tuam in vitam œternam. » 7°. On chantera si l'on veut la c o m m u n i o n . » Mais au lieu de la dernière collecte complendce » qui ressent le sacrifice , on lira dans le m ê m e ton: » Quod ore sumps'mus Domine, etc. Et l'on p o u r r a » dire l'oraison Corpus tuuni Domine quod sumpsi- » mus y etc. au p l u r i e l , Dominus vobiscum, etc. Au » lieu iV/te missa est , on dira Benedicamus Do- » //2//20 , eu ajoutant q u a n d on voudra Alléluia en » note qu'on prendra si l'on veut an Benedicamus » de vêpres. » 8°. Ou donnera la bénédiction a c c o u t u m é e ou » colle que Dieu même a dictée dans les N o m b r e s : » Que le Seigneur nous battisse et nous conserve: » qu'il nous découvre son visage, et qu'il nous donne » la paix. Ou celle du psaume f>G : Que Dieu, que (a) Cet endroit montre qu'au temps de Luther les eveques d'Alle- magne donnaient la bénédiction solennelle immédiatement avant par Domini comme on fait encore à Paris et, dans dix autres y églises de France ; ce qui vient de l'ancien usage gallican.
  • 29. LITURGIE LUTHÉRIENNE. 17 » notre Dieu nous bénisse ; que Dieu nous comble n de ses bénédictions , et qu'il soit craint jusqu'aux » extrémités de toute la terre. Amen. Je crois q u e » Jésus-Christ bénit ainsi ses disciples lorsqu'il » monta au ciel. Ornemens. » Nous -n'avons rien dit des babils ; mais s u r ce » rit, aussi bien q u e sur tous les a u t r e s , nous lais- » sons la liberté. Il sera permis de s'en s e r v i r , » pourvu que ce soit sans pompe et sans luxe.Vous » ne m e plairez pas davantage si vous bénissez avec » des o r n e m e n s ; et vous ne me plairez pas moins » si vous bénissez sans o r n e m e n s Confession. » Je pense toujours de même s u r la confession » privée avant la c o m m u n i o n , c'est-à-dire, qu'elle » n'est pas nécessaire , qu'il ne faut pas l'exiger, » mais qu'elle est u t i l e , et qu'il ne faut pas la » mépriser. » Après ce qui a été inculqué* depuis deux a n s , » on ne tolérera plus q u ' o n d o n n e ou qu'on r e - » çoive la communion sous une seule espèce. » Je souhaite q u ' o n compose parmi vous des can- y> tiques en langue vulgaire qui soient chantés par » tout le peuple à la fin de la messe. » Aux j o u r s q u e nous appelons fériés, pourvu » q u e les messes soient abrogées , on pourra ad- » mettre les autres offices composés de p s a u m e s , » d ' a n t i e n n e s , de leçons et de répons. L'évêque aura » soin de rendre les offices plus c o u r t s ; et l'on » pourra conserver les hymnes et le Te Deum lau- » damus. » En i5'i5, L u t h e r donna un nouvel écrit qu'il in- t i t u l a : Troisième partie, touchant l'ordre et les rites qu'on devait suivre dans les églises. Il y répète ce qu'il avait dit en 1 5 1 3 , qu'il ne prétendait pas as- treindre tout le monde à ce qu'il prescrivait; mais il ajoute q u e peu de personnes étant en état d e 4- ii
  • 30. 1 $ DISS. X Ï I I . A1 . T. 7T . UMFOimiTlTAIUNDONNÉE. d o n n e r des rcglemens et des formules c o n v e n a b l e s , il était à propos de se c o n f o r m e r aux usages q u ' o n suivait déjà à W i t t e m b e r g et aux environs. 11 n e voulait pas qu'on abolit l'usage de dire la messe en lalin , mais il souhaitait q u ' o n la dit quelquefois en latin et quelquefois en langue vulgaire. L'élévation du s a c r e m e n t u la messe est le point qui a le plus souffert d e v a r i a t i o n s , et q u i excita de plus grands troubles dans les églises p r o t e s t a n - t e s , s u r t o u t aux années i5/|3 et i5.'|/|- Voyez Sec- kendorf s u r cas années. M Luther permit indiffé- r e m m e n t de la faire et de ne la pas faire , d e la s u p - p r i m e r ou d'eu r e p r e n d r e l'usage dans les e n d r o i t s où elle avait été i n t e r r o m p u c . i l eut cependant soin de déclarer q u e s'il s u p p r i m a i t ou ne s u p p r i m a i t pas l'élévation , on ne devait pas en inférer qu'il ne croyait plus la présence r é e l l e , c o m m e s'il était en- tré dans le s e n t i m e n t des Sacramen Inires. Audio nos in suspicionem venir**, ac si cum Sacramenfa* riis consentiremus , quia elevationem in ecclesiis nos fris sustulimus, et sic fateremur corpus et san- guinem Christi non adesse in sacramen ta, nec ore sumL Ferum aliter, et sic se res habet ista : ante : annos viginti 9 vel vig nti duos, cum missam con- demnassem , et contra papistas acriter contendercm missam non esse sacri/icium , nec opus nostrum , sed donum et testamentum Dei, cptod nos of ferre ûeo non possumus ; sicut buptismus quoque non est sa- crificium , sed donum Dei gratiosum : fam tum pro- pensus eram ad omittendam elevaiionem , idque pr opter papistas , qui ex m issu faciebant sac ri fi- ciurn , adhuc sicut faciunL Et un peu plus bas : llœc est unua causa omissionis, quia plerceque ce- clesUvfamdudum eam omiserunt ; iis itaque confor- mes esse volumus , ne singulares videamur in re 9 quœ per se libéra est, et absque conscientice Icesione cadere aut s tare pot est. (a) ///. secL 27. «.lia. et seq.
  • 31. LITURGIE LUTHÉRIENNE. 19 La liberté q u e L u t h e r laissait touchant les rites a d o n n é lieu à plusieurs autres variations dans les pays qui o n t embrassé le l u t h é r a n i s m e , comme a M. Seckendorf le r e m a r q u e . ( ) Mais ces variétés ne regardent p r o p r e m e n t q u e la diversité des h e u r e s , des offices et des pratiques touchant le culte exté- rieur. La principale partie de la messe ou d e l à li- turgie est' d e m e u r é e telle que nous venons de la rapporter. Ou rejette uniformément lotit ce qtû ressentait le sacrifice, aussi bien que la prière par laquelle on d e m a n d e q u e le pain et le vin soient faits le corps et le sang de Jésus-Christ. L o r s q u ' u n archevêque d'Upsal introduisit en une liturgie plus conforme aux a n c i e n n e s , le parti protestant la fil s u p p r i m e r , comme nous le verrons après avoir r a p p o r t é les changemens que les Anglais ont faits à la liturgie p o u r s'accommo- der a ceux de L u t h e r et de Calvin. Au reste il n'est pas facile de m a r q u e r exacte- ment en quel sens L u t h e r a admis la présence réelle en rejetant la transsubstantiation. Il a dit souvent dans le traité. De captivitate Babylonien, dans le livre écrit contre Henri V I I I , roi d'Angleterre , et ailleurs, que Jésus-Christ était avec lepain sous le 7 pain et dans le pain ; qu'il était dans le pain comme le feu est dans le fer rouge. Cela a fait dire aux Ca- tholiques et même à plusieurs P r o t e s t a n s , que Lu- ther et les L u t h é r i e n s admettaient Timpanation. Cependant les L u t h é r i e n s , qui s'appellent Evan- géliques, p o u r se distinguer des Réformés, trouvent mauvais qu'on leur i m p u t e ce sentiment. On a dit qu'ils admettaient du moins la conssub.stantîation ; mais ils ne sont pas encore contens de ce t e r m e , h et ils blâment non seulement Hospinien ( ) , mais (a) Quod ad ordmemcultussivè////nç'/aw attînet, formula quam Lutiierus dicto loco proponit, et AVittembergce observari refert # le tu est dfcnissima quamquam pro diversitate, et sectmdum pu- blicatas constitutiones ecelesiasticas milita hoc tempore aliter ob- sorveiitur. Ilist. Ldlteran. t. 2 sect. 9. §. 20.^;. 54. (b; Hist. sacra m. part. 2. p. 7 , et xcq. 2.*
  • 32. 20 DISS. X1IÏ, ART. T. UNIFORMITÉ ABANDONNÉE. a aussi M. Bossuet , évêque de Meaux ( ) qui o n t , d i - sent-ils , t r o p insisté s u r ces termes et s u r les varia- tions de L u t h e r . Ils sont plus contens d u célè- b r e M. L e i b n i t z , lequel dans le discours de la con- formité de la foi et de la raison, qu'il a mis à la tète du Traité de la bonté de Dieu et de la liberté de Vhomme , ne leur attribue que la concomitance. c Les Evangéliques , c l i t - i l ( ) , n'approuvent pas le dogme de la conssubstautiation ou de t"impanaiion, qu'on ne peut leur imputer que faute d'être bien informé de leurs senlimens, puisqu'ils n'admettent point l'inclusion du corps de Jésus-Christ dans le pain , et ne demandent même aucune union de l'un avec l'autre : mais ils demandent au moins une con- comitance, en sorte que ces deux substances soient reçues toutes deux en même temps. M. Pfaffius , professeur en théologie dans l ' u n i - d versité de T u b i n g e , veut ( ) q u ' o n n e leur a t t r i b u e q u e d'admettre u h e union sacramentelle du corps de Jésus-Christ avec le pain , conformément à la confession d ' A u s b o u r g , et s u r t o u t suivant ces ter- mes de la formule de conciliation, art. 7. de Cœna Donvni, pag. 596 , 600 , 79.9, 756. Corpus et san- guinem Christi non tantiirn spiritualiter per /idem, sed etiam ore , non tarnen capernaiticè, sed super- naiurali et cœlesti modo , raCone sacramentalis unionis curn pane et vino surnL Et ensuite pag, 7^5 et 736. Dicimus corpus et sanguinem Christ i in S. Cœna spiritualiter accipi , edi et bibi. Tametsi enirn participatio illa ore fiât , tamen modus spiri- tualis est. Disons donc seulement qu'ils admettent l'union du pain et du corps de Jésus-Christ dans la réception de l'Eucharistie , sans d o n n e r à cette u n i o n le n o m d'impanation ou de conssubslan- liation. (a) Tlist des variât, (ï>) P f a f f i u s , ; ; ^ . 459. (c)Leibu. conform. de la foi. n. 8. pag.2î>; (d) Dissert, de coitsecratinue vetertnn Kvcharisfica , p . 40! , et scq. Celte dissertation est a ta suite dit fragment de S trente f quil donna avec des notes en 1715. Ilagxcom. 1715. pag. 402.
  • 33. LT R I L T E I N E I U GE U H RE N . ai Tâchons e n c o r e d'exposer l e u r doctrine louchant ce q u i rend le corps et le sang d e Jésus-Christ réel- lement unis au pain e t a u vin. L u t h e r a dit souvent que ce sont ces paroles de Jésus-Christ : Hoc est corpus meum. Ce qu'il dit dans le traité de captivi- taie Babylonica , est assez clair : Explosa ista cu- riositate , in verbis Christi sirnpliciter hœremus, parâti ignorare quidquid ibi fiai, content ique ve- rum corpus Christi, virtute verborum illic udesse. Et ensuite : Ego sanè si non possutn consequi quo* modo panis sit corpus Christi, captivabo intedec- tum j in obsequium Christi, et verbis ejus sirnpliciter inhcerens, credofirmiier,non modo corpus Christi esse in pane, sed panem esse corpus Christi. Sic enim me servabunt verba , ubidieit : Accipit panem gratias agens, frégit et dixit : Accipife, manducate, Hoc ( id est, hic panis quem acceperat et fregeral) est corpus meum. Dans les confessions postérieures en i i a 8 e t i 5 4 4 j il veut q u e Ton soit aussi persuadé q u e les papistes de la présence réelle et de la m a n - ducation orale. Mais si Jésus-Christ est uni au pain en vertu de ces p a r o l e s , ceci est mon corps, il y est donc de m ê m e avant q u ' o