SlideShare une entreprise Scribd logo
Pour la 5e
édition du Parcours
des ateliers d’artistes
organisé par l’association
Allô Villages,
Fresque un Art
s’associe avec l’artiste-peintre
Iskias pour une exposition
exceptionnelle.
RENCONTRE
Fresque un Art, pourquoi avoir invité
Iskias à exposer dans vos murs ?
Depuis sa création, Fresque un Art s’interroge
sur le sujet dans la peinture pour les jeunes
artistes d’aujourd’hui.
Nous sortons presque tous d’une formation
classique : quel est notre avenir en tant
qu’artiste, en tant que peintre dans une
société comme la nôtre ? Le statut d’artiste
n’est-il qu’un mythe ? Il m’a semblé intéres-
sant d’allier nos deux œuvres pour montrer
au public les réponses que nous apportons
à ces questions. Iskias et moi-même avons
deux histoires personnelles différentes,
des inspirations d’origines diverses et pourtant
il existe des points communs dans nos œuvres.
Ce sera aux visiteurs de les découvrir.
Iskias, qui êtes-vous ?
Pourquoi avoir accepté l’invitation
de Fresque un Art ?
Nous pourrions penser de prime abord que
nos réalisations respectives n’ont pas grand
chose à voir.
Minh travaille le portrait et je m’applique
à l’exercice du « paysage in visu ».
Pourtant, il y a des points communs.
Posons-nous les questions suivantes :
- le portrait est-il une simple effigie dirigée à
l’attention de son commanditaire ou à la
mémoire exclusive de sa descendance ?
Prenons celui de la Joconde par exemple :
est-il seulement un portrait ou bien une allé-
gorie Ronsardienne ? Selon l’analyse de
Daniel d’Arasse, il y aurait un rapport au
temps et une dimension subversive dans
cette œuvre ;
- le paysage, l’objet des grands formats que
je présente dans cette exposition, est-il
uniquement une représentation de la nature ?
En tous les cas, difficile de rester insensible
au travail de Minh avec autant de présences
qui vous murmurent et qui vous interpellent.
RencontreFresque un art ISKIAS
EXPOSITION N°02 24 et 25 mai 2014
Parcours des ateliers d’artistes en Yvelines Orgeval
Et soudain cet espace vierge, pour faire place
à la créativité et à l’imagination pour sortir
de cette horreur écologique, de consommation
et du manque d’avenir dans lesquels nous
sommes.
Pour moi, ce cadre blanc, c’est notre futur.
Iskias, que pensez-vous des portraits
de Fresque un Art ? Est-ce que ce serait
un sujet que vous aimeriez traiter un jour ?
Ce qui m’interpelle dans le travail de Minh
c’est l’approche très contemporaine de la
fresque tout en utilisant des procédés anciens,
ainsi que la luminosité et la pureté des pigments
savamment choisis.
Je suis séduit par cette variante du rapport au
mur. Elle me renvoie à mon travail - sur cette
ténue frontière entre le tableau et le mur.
Minh fait du mur le tableau.
Elle intègre le grès à son œuvre et fait
une archéologie de cette fine peau de la ville
qui se fissure parfois dans certaines de ses
réalisations, laissant apparaître la fragilité
des structures, de la cité.
Les œuvres de Minh sont à mes yeux des frag-
ments de mur qui sont autant de scènes
disloquées cherchant une nouvelle articulation
dans un monde en crise de repères mais aussi
autant de possibilités de réagencements.
The wall pink floydien est tombé.
Nous sommes orphelins de repères.
Là, les portraits de Minh nous interrogent,
nous dévisagent, nous rassurent.
Parfois ils sont inquiétants, dans d’autres
compositions ils nous accompagnent au sein
d’une étrange famille recomposée, le spectateur
se retrouve en face de son humanité.
Pour en savoir plus :
sur les œuvres d’Iskias : www.iskias.com
Contact : iskias@hotmail.com
sur les œuvres de Fresque un art :
www.fresquemoderne.wordpress.com
contact : fresquemoderne@hotmail.fr
Retrouvez l’intégralité de l’article et des œuvres
exposées sur :
www.fresquemoderne.wordpress.com
Fresque un art rencontre Iskias
4 1
Mes « paysages » comme les portraits qui sont
réunis dans ce lieu tentent de toucher le visiteur
et de provoquer chez lui une réaction à éprouver
ou à réprouver.
En effet, ne sommes-nous pas en droit de douter
ou simplement de nous interroger sur les modèles
de la « modernité » dans lesquels nous vivons ?
Cette démarche permettrait « de réinvestir l’art
d’une fonction existentielle » écrit Catherine Grenier
dans son livre La revanche des émotions.
Ces deux approches trouvent une résonance
dans le poème La géante de Baudelaire.
Pour affirmer les liens entre portrait et paysage,
le corps prend les allures d’un paysage et le
paysage celui d’un corps ou bien d’un visage.
L’association du paysage et du portrait me
semble naturelle. Il existe une étroite complé-
mentarité entre les deux dans l’histoire de l’art.
Dans l’exercice de la fresque, le paysage était un
support de narration, un fond pour le portrait.
Aujourd’hui, le paysage a une mémoire - tout
comme le portrait - et devient même une
préfiguration du deuil.
Les deux sont des témoignages pérennes.
Tout comme Minh je « tire » le portrait.
Iskias, après une formation classique
aux Beaux Arts, vous avez poursuivi
votre carrière comme directeur artistique
pour le compte de grandes agences de
publicités internationales. Quelles sont,
selon vous, les différences entre ces deux
univers ?
Les différences reposent principalement dans
le mode opératoire.
La production publicitaire cherche une certaine
économie de moyens pour gagner en efficacité.
Le message doit être court et simple. Sa finalité
purement commerciale doit répondre aux ten-
dances du moment.
La peinture se définirait plus comme une œuvre
de l’esprit avec une relative intemporalité.
Elle est complexe, elle est discours.
Si je me focalise sur la peinture : elle a une
odeur, elle transpire, on y trouve de la matière,
du pigment et un désintéressement quant à
sa finalité.
Au-delà de ces différences, un certain nombre
d’artistes se sont et continuent de s’inspirer
de manière décomplexée de l’image publicitaire
ou des objets issus de notre société de consom-
mation, de la télévision, de la BD...
Ces deux univers semblent se répondre et se
renvoyer des signaux : Andy Warhol, Mel Ramos,
Takashi Murakami, Peter Blake et bien d’autres
l’utilisent.
La publicité quant à elle, s’inspire également
largement de l’art. Je citerais la laitière de
Vermeer pour les yaourts Nestlé, la Joconde
pour Panthène, le Thalys et Yves St Laurent
se servant des portraits de Gabrielle et de
sa sœur de Villars de l’école de Fontainebleau.
Arcimboldo se retrouve dans les campagnes
Perrier. Coco Chanel interprète « la source »
d’Ingres … Je pourrais continuer à en citer
beaucoup et évoquer aussi les performances
d’artistes reprises dans la publicité, la sculpture,
l’installation…
C’est en ça que publicité et art se correspondent
assez bien. Les ponts sont jetés depuis
longtemps même si la publicité a tendance
à moins reconnaître l’importance de cette
collaboration.
Fresque un Art, qu’en pensez-vous ?
Autrefois, du temps de la Renaissance surtout,
la peinture était une forme de propagande
magnifique. La communication était élevée
au rang d’art supérieur qui ne souffrait pas
de limites dans les moyens.
Petit-à-petit, nous avons dérivé vers une
conception romantique de la peinture qui
a pris une orientation gratuite.
L’art graphique et la publicité se chargeant
désormais de vendre.
La différence, c’est l’objet. D’une volonté mys-
tique, d’accession à des concepts abstraits ou
idéaux, nous sommes passés à l’accession à la
propriété et à la voiture.
Que reste-t-il comme champs d’expression
à la peinture ?
Les musées, les galeries, les salons ? Pas sûr.
Le street-art, sous-entendu la peinture
clandestine ? Encore moins ! Bansky en est
une belle preuve : tout ce qu’il touche se vend
des millions et est devenu marchandise.
La maladie de l’art est d’être devenu un produit
comme un autre.
Iskias, le thème des œuvres qui sont
exposées est celui de « Frontières » :
pouvez-vous nous expliquer ?
Il s'agit de tableaux dont la focalisation sur
des éléments détaillés décrit les effets des
dérives des modèles que nous vivons.
Les marges blanches sont un traitement
métaphorique de chacun de ces éléments.
Elles constituent un hors-champ actif,
sans cadre.
Elles permettent une zone de passage et de
contagion entre le peint et le non peint, entre
l'achevé, l’inachevé, le virtuel ou le projet.
La générosité de la peinture se juxtapose dans
la continuité du schéma qui s’est délesté
du superflu mais qui donne cette importance
au foisonnement de la fenêtre peinte.
La peinture, le dessin et le collage, achèvent ici
le projet en planimétrie des points de vue sur
la géométrisation du monde sensible et de son
calcul.
La peinture invite à opérer la transition de la
description schématique des outils d'exploita-
tion de la nature à l'indescriptible
représentation de l'effondrement des utopies.
Grâce à une forme d'archéologie de l'insolite
et de l'aberrant, l'aspect « surréel » des éléments
focaux questionnent le sens et la fonction de
l'art dans une société qui se veut pragmatique,
qui trie, étiquette et discrimine.
Les frontières s’ouvrent sur le mur lui-même
et amplifient cette « anachronique » description
du sensible intrinsèquement lié à cette volonté
de l’homme et de l’art de continuer à exister.
Fresque un Art :
Lorsque j’ai rencontré Iskias, j’ai immédiatement
remarqué cette thématique dans ses œuvres.
Elle m’a plu pour diverses raisons :
- la première était le sujet, qui s’appuyait sur
l’ancien pour faire du nouveau, un thème
récurrent dans mon propre travail ;
- la deuxième était l’utilisation du cadre blanc :
une respiration dans une œuvre compacte,
presque étouffante, comme le monde
d’aujourd’hui.
Fresque un art rencontre IskiasParcours des ateliers d’artistes en Yvelines - 24 et 25 mai 2014
2 3

Contenu connexe

Tendances

Festival Art Image Gommegnies 2016
Festival Art Image Gommegnies 2016 Festival Art Image Gommegnies 2016
Festival Art Image Gommegnies 2016
Jean LEDOCQ
 
Artmajeur Magazine N°14
Artmajeur Magazine N°14Artmajeur Magazine N°14
Artmajeur Magazine N°14
Artmajeur
 
Repérage artistique #1
Repérage artistique #1  Repérage artistique #1
Repérage artistique #1
citedesarts
 
Ethnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographe
Ethnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographeEthnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographe
Ethnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographe
Valerie Bauwens
 
Artmajeur Magazine N°16
Artmajeur Magazine N°16Artmajeur Magazine N°16
Artmajeur Magazine N°16
Artmajeur
 
الاستعارة في الفن
الاستعارة في الفنالاستعارة في الفن
الاستعارة في الفن
Azza MKAOUAR
 
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Les Interconnectés
 
Artmajeur Magazine n°1
Artmajeur Magazine n°1 Artmajeur Magazine n°1
Artmajeur Magazine n°1
Artmajeur
 
Velvet magazine
Velvet magazineVelvet magazine
Velvet magazine
Emma Jacquet
 
Artmajeur Magazine N°18
Artmajeur Magazine N°18 Artmajeur Magazine N°18
Artmajeur Magazine N°18
Artmajeur
 
Artmajeur Magzine N°13
Artmajeur Magzine N°13Artmajeur Magzine N°13
Artmajeur Magzine N°13
Artmajeur
 
Projet pp magasine pdf
Projet pp magasine pdfProjet pp magasine pdf
Projet pp magasine pdf
Emma Jacquet
 
Artmajeur Magazine N°19
Artmajeur Magazine N°19 Artmajeur Magazine N°19
Artmajeur Magazine N°19
Artmajeur
 
Artmajeur Magazine N°17
Artmajeur Magazine N°17Artmajeur Magazine N°17
Artmajeur Magazine N°17
Artmajeur
 
Artmajeur Magazine N°8
Artmajeur Magazine N°8Artmajeur Magazine N°8
Artmajeur Magazine N°8
Artmajeur
 
Artmajeur Magazine N°11
Artmajeur Magazine N°11Artmajeur Magazine N°11
Artmajeur Magazine N°11
Artmajeur
 
Ville rennes les-rennais_1509-street-art
Ville rennes les-rennais_1509-street-artVille rennes les-rennais_1509-street-art
Ville rennes les-rennais_1509-street-art
rennesmetropole
 
Visite au MNAC. Étude du paysage.
Visite au MNAC. Étude du paysage.Visite au MNAC. Étude du paysage.
Visite au MNAC. Étude du paysage.
María Balastegui Torres
 
Interview philippe marcelé
Interview philippe marcelé Interview philippe marcelé
Interview philippe marcelé violainelochu
 

Tendances (20)

Festival Art Image Gommegnies 2016
Festival Art Image Gommegnies 2016 Festival Art Image Gommegnies 2016
Festival Art Image Gommegnies 2016
 
Artmajeur Magazine N°14
Artmajeur Magazine N°14Artmajeur Magazine N°14
Artmajeur Magazine N°14
 
Repérage artistique #1
Repérage artistique #1  Repérage artistique #1
Repérage artistique #1
 
Ethnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographe
Ethnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographeEthnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographe
Ethnographie de l'oeuvre du peintre bh desrousseaux par v. bauwens, ethnographe
 
Artmajeur Magazine N°16
Artmajeur Magazine N°16Artmajeur Magazine N°16
Artmajeur Magazine N°16
 
الاستعارة في الفن
الاستعارة في الفنالاستعارة في الفن
الاستعارة في الفن
 
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
Wall of Art - Mur connecté pour le développement des pratiques artistiques da...
 
Artmajeur Magazine n°1
Artmajeur Magazine n°1 Artmajeur Magazine n°1
Artmajeur Magazine n°1
 
Velvet magazine
Velvet magazineVelvet magazine
Velvet magazine
 
Artmajeur Magazine N°18
Artmajeur Magazine N°18 Artmajeur Magazine N°18
Artmajeur Magazine N°18
 
Artmajeur Magzine N°13
Artmajeur Magzine N°13Artmajeur Magzine N°13
Artmajeur Magzine N°13
 
Projet pp magasine pdf
Projet pp magasine pdfProjet pp magasine pdf
Projet pp magasine pdf
 
Artmajeur Magazine N°19
Artmajeur Magazine N°19 Artmajeur Magazine N°19
Artmajeur Magazine N°19
 
Artmajeur Magazine N°17
Artmajeur Magazine N°17Artmajeur Magazine N°17
Artmajeur Magazine N°17
 
Artmajeur Magazine N°8
Artmajeur Magazine N°8Artmajeur Magazine N°8
Artmajeur Magazine N°8
 
Artmajeur Magazine N°11
Artmajeur Magazine N°11Artmajeur Magazine N°11
Artmajeur Magazine N°11
 
Le portrait de félix fénéon
Le portrait de félix fénéonLe portrait de félix fénéon
Le portrait de félix fénéon
 
Ville rennes les-rennais_1509-street-art
Ville rennes les-rennais_1509-street-artVille rennes les-rennais_1509-street-art
Ville rennes les-rennais_1509-street-art
 
Visite au MNAC. Étude du paysage.
Visite au MNAC. Étude du paysage.Visite au MNAC. Étude du paysage.
Visite au MNAC. Étude du paysage.
 
Interview philippe marcelé
Interview philippe marcelé Interview philippe marcelé
Interview philippe marcelé
 

En vedette

COBie - Standardized Product Data Sheets for BIM
COBie - Standardized Product Data Sheets for BIMCOBie - Standardized Product Data Sheets for BIM
COBie - Standardized Product Data Sheets for BIM
Biswajit Kundu
 
REPORT
REPORTREPORT
Londres
LondresLondres
Syllabus
SyllabusSyllabus
Syllabus
Amu Amutha
 
Plymouth 10 Plyseal Insulating Mastic
Plymouth 10 Plyseal Insulating MasticPlymouth 10 Plyseal Insulating Mastic
Plymouth 10 Plyseal Insulating Mastic
Thorne & Derrick International
 
Presentación de la asignatura
Presentación de la asignaturaPresentación de la asignatura
Presentación de la asignatura
Carlos Cenamor Rodríguez
 

En vedette (7)

Drawing1
Drawing1Drawing1
Drawing1
 
COBie - Standardized Product Data Sheets for BIM
COBie - Standardized Product Data Sheets for BIMCOBie - Standardized Product Data Sheets for BIM
COBie - Standardized Product Data Sheets for BIM
 
REPORT
REPORTREPORT
REPORT
 
Londres
LondresLondres
Londres
 
Syllabus
SyllabusSyllabus
Syllabus
 
Plymouth 10 Plyseal Insulating Mastic
Plymouth 10 Plyseal Insulating MasticPlymouth 10 Plyseal Insulating Mastic
Plymouth 10 Plyseal Insulating Mastic
 
Presentación de la asignatura
Presentación de la asignaturaPresentación de la asignatura
Presentación de la asignatura
 

Similaire à Fresquemoderne interview Iskias

Comment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaireComment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Marcela Spezzapria
 
Jxp portfolio avril 2014
Jxp portfolio avril 2014Jxp portfolio avril 2014
Jxp portfolio avril 2014
José-Xavier Polet
 
Cath blanc-new
Cath blanc-newCath blanc-new
Cath blanc-new
Pierre Greber
 
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet
 
Eleart Newsletter Printemps Eté 2017
Eleart Newsletter Printemps Eté 2017Eleart Newsletter Printemps Eté 2017
Eleart Newsletter Printemps Eté 2017
Gilles de Malbosc
 
Portafolio sari retro_fraces_ing
Portafolio sari retro_fraces_ingPortafolio sari retro_fraces_ing
Portafolio sari retro_fraces_ing
Sari Ochoa
 
Art Presentation
Art PresentationArt Presentation
Art Presentation
Eric J. Hughes
 
MY WORLD IS
MY WORLD ISMY WORLD IS
MY WORLD ISAdenlab
 
Art et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- ConclusionArt et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- Conclusion
Azzam Madkour
 
STREET ART
STREET ARTSTREET ART
STREET ART
florian65
 
La Ville commence ici...
La Ville commence ici...La Ville commence ici...
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
germs
 
STREET ART
STREET ARTSTREET ART
STREET ART
florian65
 
En Mai fait ce qu'il te plaît
En Mai fait ce qu'il te plaîtEn Mai fait ce qu'il te plaît
En Mai fait ce qu'il te plaît
DELPHINE de BILLY-PIERRE
 
Shirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptx
Shirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptxShirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptx
Shirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptx
Txaruka
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
germs
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
germs
 
Clg restitution randomnees-2017
Clg restitution randomnees-2017Clg restitution randomnees-2017
Clg restitution randomnees-2017
charlotte Le Gavrian
 
Présentation omnibus taille standard pour impression - 27-01-2014
Présentation omnibus   taille standard pour impression - 27-01-2014Présentation omnibus   taille standard pour impression - 27-01-2014
Présentation omnibus taille standard pour impression - 27-01-2014
José-Xavier Polet
 

Similaire à Fresquemoderne interview Iskias (20)

Comment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaireComment parler d'art contemporain en milieu scolaire
Comment parler d'art contemporain en milieu scolaire
 
Jxp portfolio avril 2014
Jxp portfolio avril 2014Jxp portfolio avril 2014
Jxp portfolio avril 2014
 
Cath blanc-new
Cath blanc-newCath blanc-new
Cath blanc-new
 
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
José-Xavier Polet. Portfolio juin 2014 28 08 2014
 
Eleart Newsletter Printemps Eté 2017
Eleart Newsletter Printemps Eté 2017Eleart Newsletter Printemps Eté 2017
Eleart Newsletter Printemps Eté 2017
 
Portafolio sari retro_fraces_ing
Portafolio sari retro_fraces_ingPortafolio sari retro_fraces_ing
Portafolio sari retro_fraces_ing
 
Art Presentation
Art PresentationArt Presentation
Art Presentation
 
MY WORLD IS
MY WORLD ISMY WORLD IS
MY WORLD IS
 
Art et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- ConclusionArt et Environnement- Conclusion
Art et Environnement- Conclusion
 
STREET ART
STREET ARTSTREET ART
STREET ART
 
La Ville commence ici...
La Ville commence ici...La Ville commence ici...
La Ville commence ici...
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
 
STREET ART
STREET ARTSTREET ART
STREET ART
 
En Mai fait ce qu'il te plaît
En Mai fait ce qu'il te plaîtEn Mai fait ce qu'il te plaît
En Mai fait ce qu'il te plaît
 
Shirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptx
Shirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptxShirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptx
Shirley Jaffe et Tatiana Trouvé.pptx
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs  Le Mensonge Dans La Figure De L’ArtGerms  Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
Germs Le Mensonge Dans La Figure De L’Art
 
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
Germs Le Mensonge Dans La Figure De Lart 1194189797985920 2
 
Milo_catalogue
Milo_catalogueMilo_catalogue
Milo_catalogue
 
Clg restitution randomnees-2017
Clg restitution randomnees-2017Clg restitution randomnees-2017
Clg restitution randomnees-2017
 
Présentation omnibus taille standard pour impression - 27-01-2014
Présentation omnibus   taille standard pour impression - 27-01-2014Présentation omnibus   taille standard pour impression - 27-01-2014
Présentation omnibus taille standard pour impression - 27-01-2014
 

Fresquemoderne interview Iskias

  • 1. Pour la 5e édition du Parcours des ateliers d’artistes organisé par l’association Allô Villages, Fresque un Art s’associe avec l’artiste-peintre Iskias pour une exposition exceptionnelle. RENCONTRE Fresque un Art, pourquoi avoir invité Iskias à exposer dans vos murs ? Depuis sa création, Fresque un Art s’interroge sur le sujet dans la peinture pour les jeunes artistes d’aujourd’hui. Nous sortons presque tous d’une formation classique : quel est notre avenir en tant qu’artiste, en tant que peintre dans une société comme la nôtre ? Le statut d’artiste n’est-il qu’un mythe ? Il m’a semblé intéres- sant d’allier nos deux œuvres pour montrer au public les réponses que nous apportons à ces questions. Iskias et moi-même avons deux histoires personnelles différentes, des inspirations d’origines diverses et pourtant il existe des points communs dans nos œuvres. Ce sera aux visiteurs de les découvrir. Iskias, qui êtes-vous ? Pourquoi avoir accepté l’invitation de Fresque un Art ? Nous pourrions penser de prime abord que nos réalisations respectives n’ont pas grand chose à voir. Minh travaille le portrait et je m’applique à l’exercice du « paysage in visu ». Pourtant, il y a des points communs. Posons-nous les questions suivantes : - le portrait est-il une simple effigie dirigée à l’attention de son commanditaire ou à la mémoire exclusive de sa descendance ? Prenons celui de la Joconde par exemple : est-il seulement un portrait ou bien une allé- gorie Ronsardienne ? Selon l’analyse de Daniel d’Arasse, il y aurait un rapport au temps et une dimension subversive dans cette œuvre ; - le paysage, l’objet des grands formats que je présente dans cette exposition, est-il uniquement une représentation de la nature ? En tous les cas, difficile de rester insensible au travail de Minh avec autant de présences qui vous murmurent et qui vous interpellent. RencontreFresque un art ISKIAS EXPOSITION N°02 24 et 25 mai 2014 Parcours des ateliers d’artistes en Yvelines Orgeval Et soudain cet espace vierge, pour faire place à la créativité et à l’imagination pour sortir de cette horreur écologique, de consommation et du manque d’avenir dans lesquels nous sommes. Pour moi, ce cadre blanc, c’est notre futur. Iskias, que pensez-vous des portraits de Fresque un Art ? Est-ce que ce serait un sujet que vous aimeriez traiter un jour ? Ce qui m’interpelle dans le travail de Minh c’est l’approche très contemporaine de la fresque tout en utilisant des procédés anciens, ainsi que la luminosité et la pureté des pigments savamment choisis. Je suis séduit par cette variante du rapport au mur. Elle me renvoie à mon travail - sur cette ténue frontière entre le tableau et le mur. Minh fait du mur le tableau. Elle intègre le grès à son œuvre et fait une archéologie de cette fine peau de la ville qui se fissure parfois dans certaines de ses réalisations, laissant apparaître la fragilité des structures, de la cité. Les œuvres de Minh sont à mes yeux des frag- ments de mur qui sont autant de scènes disloquées cherchant une nouvelle articulation dans un monde en crise de repères mais aussi autant de possibilités de réagencements. The wall pink floydien est tombé. Nous sommes orphelins de repères. Là, les portraits de Minh nous interrogent, nous dévisagent, nous rassurent. Parfois ils sont inquiétants, dans d’autres compositions ils nous accompagnent au sein d’une étrange famille recomposée, le spectateur se retrouve en face de son humanité. Pour en savoir plus : sur les œuvres d’Iskias : www.iskias.com Contact : iskias@hotmail.com sur les œuvres de Fresque un art : www.fresquemoderne.wordpress.com contact : fresquemoderne@hotmail.fr Retrouvez l’intégralité de l’article et des œuvres exposées sur : www.fresquemoderne.wordpress.com Fresque un art rencontre Iskias 4 1
  • 2. Mes « paysages » comme les portraits qui sont réunis dans ce lieu tentent de toucher le visiteur et de provoquer chez lui une réaction à éprouver ou à réprouver. En effet, ne sommes-nous pas en droit de douter ou simplement de nous interroger sur les modèles de la « modernité » dans lesquels nous vivons ? Cette démarche permettrait « de réinvestir l’art d’une fonction existentielle » écrit Catherine Grenier dans son livre La revanche des émotions. Ces deux approches trouvent une résonance dans le poème La géante de Baudelaire. Pour affirmer les liens entre portrait et paysage, le corps prend les allures d’un paysage et le paysage celui d’un corps ou bien d’un visage. L’association du paysage et du portrait me semble naturelle. Il existe une étroite complé- mentarité entre les deux dans l’histoire de l’art. Dans l’exercice de la fresque, le paysage était un support de narration, un fond pour le portrait. Aujourd’hui, le paysage a une mémoire - tout comme le portrait - et devient même une préfiguration du deuil. Les deux sont des témoignages pérennes. Tout comme Minh je « tire » le portrait. Iskias, après une formation classique aux Beaux Arts, vous avez poursuivi votre carrière comme directeur artistique pour le compte de grandes agences de publicités internationales. Quelles sont, selon vous, les différences entre ces deux univers ? Les différences reposent principalement dans le mode opératoire. La production publicitaire cherche une certaine économie de moyens pour gagner en efficacité. Le message doit être court et simple. Sa finalité purement commerciale doit répondre aux ten- dances du moment. La peinture se définirait plus comme une œuvre de l’esprit avec une relative intemporalité. Elle est complexe, elle est discours. Si je me focalise sur la peinture : elle a une odeur, elle transpire, on y trouve de la matière, du pigment et un désintéressement quant à sa finalité. Au-delà de ces différences, un certain nombre d’artistes se sont et continuent de s’inspirer de manière décomplexée de l’image publicitaire ou des objets issus de notre société de consom- mation, de la télévision, de la BD... Ces deux univers semblent se répondre et se renvoyer des signaux : Andy Warhol, Mel Ramos, Takashi Murakami, Peter Blake et bien d’autres l’utilisent. La publicité quant à elle, s’inspire également largement de l’art. Je citerais la laitière de Vermeer pour les yaourts Nestlé, la Joconde pour Panthène, le Thalys et Yves St Laurent se servant des portraits de Gabrielle et de sa sœur de Villars de l’école de Fontainebleau. Arcimboldo se retrouve dans les campagnes Perrier. Coco Chanel interprète « la source » d’Ingres … Je pourrais continuer à en citer beaucoup et évoquer aussi les performances d’artistes reprises dans la publicité, la sculpture, l’installation… C’est en ça que publicité et art se correspondent assez bien. Les ponts sont jetés depuis longtemps même si la publicité a tendance à moins reconnaître l’importance de cette collaboration. Fresque un Art, qu’en pensez-vous ? Autrefois, du temps de la Renaissance surtout, la peinture était une forme de propagande magnifique. La communication était élevée au rang d’art supérieur qui ne souffrait pas de limites dans les moyens. Petit-à-petit, nous avons dérivé vers une conception romantique de la peinture qui a pris une orientation gratuite. L’art graphique et la publicité se chargeant désormais de vendre. La différence, c’est l’objet. D’une volonté mys- tique, d’accession à des concepts abstraits ou idéaux, nous sommes passés à l’accession à la propriété et à la voiture. Que reste-t-il comme champs d’expression à la peinture ? Les musées, les galeries, les salons ? Pas sûr. Le street-art, sous-entendu la peinture clandestine ? Encore moins ! Bansky en est une belle preuve : tout ce qu’il touche se vend des millions et est devenu marchandise. La maladie de l’art est d’être devenu un produit comme un autre. Iskias, le thème des œuvres qui sont exposées est celui de « Frontières » : pouvez-vous nous expliquer ? Il s'agit de tableaux dont la focalisation sur des éléments détaillés décrit les effets des dérives des modèles que nous vivons. Les marges blanches sont un traitement métaphorique de chacun de ces éléments. Elles constituent un hors-champ actif, sans cadre. Elles permettent une zone de passage et de contagion entre le peint et le non peint, entre l'achevé, l’inachevé, le virtuel ou le projet. La générosité de la peinture se juxtapose dans la continuité du schéma qui s’est délesté du superflu mais qui donne cette importance au foisonnement de la fenêtre peinte. La peinture, le dessin et le collage, achèvent ici le projet en planimétrie des points de vue sur la géométrisation du monde sensible et de son calcul. La peinture invite à opérer la transition de la description schématique des outils d'exploita- tion de la nature à l'indescriptible représentation de l'effondrement des utopies. Grâce à une forme d'archéologie de l'insolite et de l'aberrant, l'aspect « surréel » des éléments focaux questionnent le sens et la fonction de l'art dans une société qui se veut pragmatique, qui trie, étiquette et discrimine. Les frontières s’ouvrent sur le mur lui-même et amplifient cette « anachronique » description du sensible intrinsèquement lié à cette volonté de l’homme et de l’art de continuer à exister. Fresque un Art : Lorsque j’ai rencontré Iskias, j’ai immédiatement remarqué cette thématique dans ses œuvres. Elle m’a plu pour diverses raisons : - la première était le sujet, qui s’appuyait sur l’ancien pour faire du nouveau, un thème récurrent dans mon propre travail ; - la deuxième était l’utilisation du cadre blanc : une respiration dans une œuvre compacte, presque étouffante, comme le monde d’aujourd’hui. Fresque un art rencontre IskiasParcours des ateliers d’artistes en Yvelines - 24 et 25 mai 2014 2 3