SlideShare une entreprise Scribd logo
Dr. Nicolas Hoffmann

       Pourra-t-on vraiment un jour en finir ?
ou « le laisser mourir, ce n’est pas le laisser crever » (Dr. Jean Leonetti, auteur de
                          la loi française sur la fin de vie) ?


Petit rappel d’abord d’un témoignage paru le 6 mai dernier dans le Tageblatt, sous le
titre « Mäi Respekt » : « Meng Fra ass virun engem Joer an der Palliativ gestuerwen
enner deene schrecklechste Qualen um Kriibs! Esou stierwt net emol en Hond !
etc…Ech hu meng Fra net gaer verluer, mee si ass erléist. Hat wollt och net méi esou
weiderliewen! » etc… signé André Quiring. Ce texte en dit long sur le ressenti par cette
patiente et     son entourage des soins prodigués et témoigne d’une palliation
apparemment ratée. Peuvent mieux faire! Tout à cet égard n’est donc pas dans le
meilleur des mondes ainsi que certains en restent durement persuadés et cherchent à en
convaicre également le public.
Quant au Dr. Leonetti, chargé comme on sait en ce moment par l’Assemblée Nationale
Française d’une mission d’évaluation de sa loi, il est apparemment en train de bouger
vers une position que notre loi sur les soins pallitifs, en avance sur la loi française
actuelle, autoriserait d’ores et déjà puisque, abstraction faite du soutitre de cette
contribution dans lequel je le cite, le 6 septembre dernier dans une interview de
Libération il y est allé très franchement en déclarant que
1. « …quand on arrête l’alimentation d’un patient, ce n’est pas pour soulager, mais pour
provoquer la mort…on n’est pas dans le laisser mourir, mais dans le faire mourir. C’est
une question complexe. Et nous n’en avons pas tous la même appréhension. Pour
n’importe qui, alimenter ou boire relève de quelque chose de naturel. Or c’est un soin
dans ces situations de fin de vie. Quand on pose une sonde gastrique (qui permet
l’alimentation artificielle), il s’agit d’un acte chirurgical. Ne plus nourrir ou ne plus
donner à boire à un patient peut paraître barbare. Alors que le patient n’en souffre
pas…(personnellement je n’en suis pas si sûr, au moins au départ. N.H). N’oublions
pas que tous les jours des personnes très âgées vont s’éteindre peu à peu, parce qu’elles
ne sont plus en état ni de se nourrir ni de boire. On ne trouve pas cela barbare car c’est
perçu comme une fin de vie ‘‘naturelle’’. »
2. A la remarque de son interlocuteur qu’arrêter un traitement n’est pas la même chose
que stopper l’alimentation, et que la frontière entre arrêter un traitement et faire mourir
peut être floue, Jean Leonetti répond : « …Philosophiquement qu’est-ce qu’on fait
quand on décide d’arrêter un traitement ?… A mes yeux, nous ne sommes pas en train
de donner la mort, mais nous arrêtons une survie inutile »… Nous voilà presque, mais
seulement presque, dans la problématique du texte de Binding und Hoche : Die
Freigabe der Vernichtung lebensunwerten Lebens, de 1920, qui avait dans le
                                                                                  Page | 1
collimateur les idiots, crûment, ainsi que ces auteurs s’exprimaient, bien que ceux-ci
fussent des êtres sensibles et conscients, sauf qu’il n’est pas question dans le texte que
voici de vie sans valeur, mais de survie, c’est-à-dire vie humaine qui ne sert pas, vie
vide, vie artificielle, végétative, somme toute vie qui n’en est pas une réellement, car
non-consciente (encore que certains partisans de l’absolu voudront y voir la même
chose). Le Dr. Leonetti continue ainsi : « L’équipe médicale avait mis en place des
traitements lourds, elle se rend compte que c’est en vain. A mes yeux nous ne sommes
pas dans le faire mourir. Et de mettre en évidence trois situations différentes : a) le
nourrisson qu’on réanime et chez lequel on se rend compte au bout de quelques
semaines que son cerveau est beaucoup plus détruit que l’on ne le croyait. On arrête,
mais comment ? b) les états végétatifs chroniques qui durent depuis des années et où il
n’y a plus le moindre lien de conscience, mais qu’on continue de nourrir
artificiellement. c) le traumatisé crânien réanimé dont on se rend compte que le cerveau
est complètement détruit : « maintenir cette vie artificielle paraît indigne, et il n’y a pas
d’autre issue raisonnable que d’arrêter. Dans ces trois cas, arrêter les traitements n’est
pas du faire mourir. L’intention n’est pas la même ».
3. « Reste qu’on prend une décision médicale, qui entraîne la perception que la mort va
survenir après cette décision. Se pose, alors, une question redoutable qui émerge
aujourd’hui : la notion du temps, le temps qui s’écoule…C’est le temps de l’agonie. Et
il est difficile à saisir. Il va apparaître acceptable à la famille si le décès intervient dans
un délai relativement rapide, et être perçu comme barbare si cela dure…Or, je me suis
rendu compte que l’agonie c’est les autres. Le regard des autres…l’entourage qui pose
problème. Bien sûr, je ne dois pas hâter la mort pour simple convenance de l’entourage,
mais pour autant n’est-il pas légitime d’offrir à cet entourage qui souffre une mort
apaisée, sans hoquets ni convulsions ? Là même il me semble qu’il y a un défaut dans
ma loi. On doit à la famille une fin de vie apaisée. Il y a la situation très particulière
avec les nouveau-nés ou les nourrissons. Peut-on, quand on décide d’arrêter les
traitements chez un nouveau-né parce que sa situation neurologique est trop grave, se
contenter du laisser mourir ? Et donc ne plus l’alimenter ni l’hydrater ? Cela me paraît
difficile voire impensable, car on ne peut pas expliquer à une mère qu’alimenter un
enfant est un acte artificiel. Dans ce cas-là la sédation terminale -c’est-à-dire soulager en
endormant complètement- me paraît la conséquence presque obligatoire d’une décision
d’arrêt thérapeutique chez un nourrisson…
Si on arrête de nourrir un enfant, n’est-on pas obligé de l’endormir ? On ne l’endort pas
pour lui car il ne souffre pas, mais on l’endort pour que la famille ne vive pas ces
moments-là…On a essayé de faire revivre et l’on n’a obtenu qu’une survie. Alors on
décide de l’arrêt. On revient en arrière, on se dit ‘’ j’accepte d’arrêter ce que j’ai fait’’.
Mais cela ne suffit pas, car l’enfant continue de vivre. Que faire ? Si je ne fais rien je
rentre dans l’acharnement…Dans ces situations-là, je crois que l’on peut aller plus loin,
endormir pleinement, sans pour autant faire une injection létale (n’est-ce pas la même
chose ?) ». NB : cette parenthèse de perplexité figure en toutes lettres dans le texte!
« Mais est-ce que cela peut s’écrire ? Se protocoliser ? Je n’en sais rien. »
Voilà bien le témoignage d’une opinion non arrêtée, et d’une pensée évolutive, restant
modeste, sans forfanterie et qui cherche à s’en sortir non sans douter.
4. A propos de sa loi il affirme qu’«elle règle presque tout. Le problème, c’est le
presque. » Et à propos d’un comité ex ante : « Je vois mal quel comité s’octroierait le
droit de dire là vous pouvez y aller, là non ce n’est pas possible. Et ainsi dépénaliserait-
on coup par coup l’euthanasie. De plus, si le dit comité qui avait à décider, répondait
non, que se passerait-il ? On nous répondrait une nouvelle fois que la loi est
insuffisante. C’est sans fin.

                                                                                      Page | 2
Tout cela découle d’un sain pragmatisme et du bon sens même.

N’ayant plus aucune nouvelle depuis la Chambre des Députés sur l’évolution d’esprit
de nos distingués représentants politiques au sujet de la proposition de loi Err/Huss et
du projet sur les soins palliatifs, dont on nous avait fait miroiter le second vote encore
avant l’été mais qu’on attend toujours, le citoyen lambda que je suis a eu la curiosité de
relire sur son écran la mouture de ces textes tels qu’ils furent arrêtés début 2008 et
ensuite votés par la Chambre.
J’y ai redécouvert l’assistance au suicide que j’avais totalement oblitérée dans mon
esprit.
Et si - je fais un rêve- afin de mettre d’accord tous les bords, tous sans exception bien
disposés à l’égard des personnes qui en fin de vie endurent des souffrances
insupportables, mais beaucoup moins bien à celui des candidats au suicide par désespoir
philosophique, lequel peut être non moins cuisant, moralement, si donc on élaguait cette
proposition de loi du volet assistance au suicide ? En cantonnant celui-ci éventuellement
dans une loi à part, à condition que cela soit vraiment nécessaire -je reviendrai là-
dessus- puisque chez nous le suicide n’est pas interdit, et que logiquement il en découle
que l’aide désintéressée au suicide ne devrait, elle, pas non plus être susceptible de
poursuites, l’ensemble des professions médico-pharmaceutiques dont la coopération est
démandée, sans bien sûr, qu’il leur en soit fait une obligation légale, se sentiraient
sûrement un peu plus à l’aise, car elles ont l’impression qu’on est en train de charger un
peu trop leurs épaules. Elles assumeront néanmoins.
Mais surtout n’arriverait-on pas à sortir de l’impasse politique, et surtout idéologique
(car beaucoup plus que dans la non-coordination des textes sur le testament de vie et la
directive anticipée le véritable nœud du problème me semble résider dans cet
impedimentum du suicide assisté, qui me semble lourdement grever ce texte), en ralliant
à « l’exception d’euthanasie » (terminologie négativement connotée et que j’avoue ne
pas beaucoup aimer moi non plus, et dont on pourrait changer, en parlant par exemple
de « mort naturelle assistée », pourquoi pas) les députés qui ont voté contre la
proposition de loi, mais qui conviennent néanmoins sans problème que dans environ 5 à
10% des cas qui se présentent la solution palliative est inopérante? Ce serait un grand
progrès sur ce chemin de croix législatif, et une réelle avancée en matière de santé
publique.
Un mot maintenant sur le suicide assisté. De nombreux philosophes venus faire des
conférences à Luxembourg dans le contexte de l’aide à mourir ont cyniquement glosé
sur la superfluité de « la troisième main » de laquelle il n’y avait selon eux nul besoin,
chacun pouvant apparemment se suicider à sa guise, aisément et comme si de rien
n’était. Tel n’était sûrement pas le cas des vivants ayant auparavant habité les quatre
dépouilles mortelles, toutes gravement mutilées et la plupart ensanglantées, sur
lesquelles au cours des 26 dernières années je suis personnellement tombé au cours de
mes promenades rue saint Quirin sous le Viaduc, qui gisant dans le lit bétonné de la
rivière, qui sur le gazon ou qui (une jeune femme de dix-neuf ans) sur la chaussée, que
les ‘secours’ venaient ramasser, et devant la souffrance desquels je m’incline encore
chaque fois que j’y passe, car ils n’avaient pas âme qui les ait assistés et durent faire
preuve du courage physique consistant à enjamber le parapet en toute solitude. Quel a
dû être leur tourment avant d’en arriver là!
Dans ce contexte Jean Leonetti mentionne vers la fin de son interview le cas de Mme
Sebire, affirmant entre autres : «la bonne solution c’est de se suicider et non pas de se
faire suicider. Je ne vais pas donner de recette, mais tout le monde a assez de
médicaments à sa disposition pour y arriver ». C’est peut-être le cas en France (?), mais

                                                                                 Page | 3
pas chez nous, et le non- professionnel pourra courir longtemps avant de trouver et
surtout obtenir le médicament et la dose qu’il lui faudrait pour quitter cette vie d’une
manière moins violente. Donc légiférer quand-même dans un sens libéral, mais peut-
être dans un texte à part ? Je laisse la question à la sagacité de nos représentants élus.
Dans cette contribution j’ai surtout voulu montrer encore une fois, et les déclarations de
cet esprit libre qu’est Jean Leonetti, loin de me démentir, bien au contraire m’y
encouragent fortement, que la palliation -cela me paraît de plus en plus difficile à
contester- est partie prenante à l’euthanasie et vice-versa, et que les deux familles de
pensée devraient s’entendre, unies dans un même combat contre le mal-être terminal, au
lieu de se diaboliser l’une l’autre.
                                                                         25 septembre 2008




                                                                                 Page | 4

Contenu connexe

En vedette

Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...
Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...
Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...
Global Water Initiative - West Africa
 
Lancement de la bourse de fret Agora Logistics
Lancement de la bourse de fret Agora LogisticsLancement de la bourse de fret Agora Logistics
Lancement de la bourse de fret Agora Logistics
Nizar Benslimane
 
REUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
REUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALEREUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
REUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
laurentlamothe
 
Medio ambiente
Medio ambiente Medio ambiente
Medio ambiente
Omar Dorado Cabrera
 
[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.
[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.
[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.
Muriel Londres
 
Dé'télé - semaine du 20 au 26 décembre
Dé'télé  -  semaine du 20 au 26 décembreDé'télé  -  semaine du 20 au 26 décembre
Dé'télé - semaine du 20 au 26 décembre
Joris Laquittant
 
Alertemarketing
AlertemarketingAlertemarketing
Alertemarketing
Ayoo Oub
 
Deber de computación
Deber de computaciónDeber de computación
Deber de computación
Jenny Peña Escobar
 
La catedral de Nuestra Señora de Reims
La catedral de Nuestra Señora de ReimsLa catedral de Nuestra Señora de Reims
La catedral de Nuestra Señora de Reims
Juan Jose Arenas
 
Qué es el amor
Qué es el amorQué es el amor
Qué es el amor
Lelita Corazon
 
JOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventes
JOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventesJOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventes
JOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventes
Quadrant Communications
 
Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"
Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"
Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"
MobileCreation
 
Lesson 17
Lesson 17Lesson 17
Lesson 17
REXTEC
 
Règles du debating
Règles du debatingRègles du debating
Règles du debating
jpbolle
 
trabajo de informática
trabajo de informática  trabajo de informática
trabajo de informática
Johanna Mayorga
 
Power point movil 1
Power point movil 1Power point movil 1
Power point movil 1
estisoto1
 
Juego de informática
Juego de informáticaJuego de informática
Juego de informática
shanned
 

En vedette (20)

Mar
MarMar
Mar
 
Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...
Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...
Atelier national de restitution sur le foncier rural dans la zone affectée pa...
 
Lancement de la bourse de fret Agora Logistics
Lancement de la bourse de fret Agora LogisticsLancement de la bourse de fret Agora Logistics
Lancement de la bourse de fret Agora Logistics
 
REUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
REUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALEREUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
REUNION DU GROUPE D'APPUI DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE
 
Medio ambiente
Medio ambiente Medio ambiente
Medio ambiente
 
[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.
[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.
[im]Patients, Chroniques & Associés / le patient connecté conférence du Point.
 
Dé'télé - semaine du 20 au 26 décembre
Dé'télé  -  semaine du 20 au 26 décembreDé'télé  -  semaine du 20 au 26 décembre
Dé'télé - semaine du 20 au 26 décembre
 
Alertemarketing
AlertemarketingAlertemarketing
Alertemarketing
 
Deber de computación
Deber de computaciónDeber de computación
Deber de computación
 
La catedral de Nuestra Señora de Reims
La catedral de Nuestra Señora de ReimsLa catedral de Nuestra Señora de Reims
La catedral de Nuestra Señora de Reims
 
Qué es el amor
Qué es el amorQué es el amor
Qué es el amor
 
JOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventes
JOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventesJOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventes
JOIN confie à Dynamics CRM Online la gestion ‘cloud’ de ses ventes
 
Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"
Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"
Laurence Allard, Introduction du colloque "Mobile Education Médiation"
 
Interview de m. xavier cachet
Interview de m. xavier cachetInterview de m. xavier cachet
Interview de m. xavier cachet
 
Lesson 17
Lesson 17Lesson 17
Lesson 17
 
Hhhh
HhhhHhhh
Hhhh
 
Règles du debating
Règles du debatingRègles du debating
Règles du debating
 
trabajo de informática
trabajo de informática  trabajo de informática
trabajo de informática
 
Power point movil 1
Power point movil 1Power point movil 1
Power point movil 1
 
Juego de informática
Juego de informáticaJuego de informática
Juego de informática
 

Similaire à Hoffmann en finir

Pastoralia 4 (light) dossier
Pastoralia 4 (light) dossierPastoralia 4 (light) dossier
Pastoralia 4 (light) dossier
cathobruxelles
 
Guide methodologique-raisonner-juste-en-alimentation
Guide methodologique-raisonner-juste-en-alimentationGuide methodologique-raisonner-juste-en-alimentation
Guide methodologique-raisonner-juste-en-alimentation
Memphré en Mouvement
 
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINELA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
VICTOIRE-TOUSSAINT KOKO MUNJUZA
 
Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.
Réseau Pro Santé
 
Médecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupablesMédecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupables
Réseau Pro Santé
 
CRISE - INSTITUT ÉTÉ 2013 - BRIAN MISHARA
CRISE - INSTITUT ÉTÉ 2013 - BRIAN MISHARACRISE - INSTITUT ÉTÉ 2013 - BRIAN MISHARA
Journal indélicat-enregistré-automatiquement
Journal indélicat-enregistré-automatiquementJournal indélicat-enregistré-automatiquement
Journal indélicat-enregistré-automatiquement
LaRep77
 
Thomas Lilti... médecine en campagne
Thomas Lilti... médecine en campagne  Thomas Lilti... médecine en campagne
Thomas Lilti... médecine en campagne
Réseau Pro Santé
 
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
soshepatites
 
Le vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfantLe vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfant
AmineBenjelloun
 
Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...
Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...
Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...
Jocelyn Girard
 
L’euthanasie
L’euthanasie L’euthanasie
L’euthanasie
julyettee
 
Grand entretien thomas lilti.
Grand entretien   thomas lilti.Grand entretien   thomas lilti.
Grand entretien thomas lilti.
Réseau Pro Santé
 
Journal L'hépant N°48 Juillet 2010
Journal L'hépant N°48 Juillet 2010Journal L'hépant N°48 Juillet 2010
Journal L'hépant N°48 Juillet 2010
soshepatites
 
Parole aux patients
Parole aux patientsParole aux patients
Parole aux patients
Réseau Pro Santé
 
Les_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdf
Les_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdfLes_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdf
Les_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdf
JoPi6
 
Presentation dependance
Presentation dependancePresentation dependance
Presentation dependance
Jean Luc Goubet
 
Réflexions sur la mobilisation du 13 janvier
Réflexions sur la mobilisation du 13 janvierRéflexions sur la mobilisation du 13 janvier
Réflexions sur la mobilisation du 13 janvier
condettois
 

Similaire à Hoffmann en finir (20)

Pastoralia 4 (light) dossier
Pastoralia 4 (light) dossierPastoralia 4 (light) dossier
Pastoralia 4 (light) dossier
 
Guide methodologique-raisonner-juste-en-alimentation
Guide methodologique-raisonner-juste-en-alimentationGuide methodologique-raisonner-juste-en-alimentation
Guide methodologique-raisonner-juste-en-alimentation
 
CHP2 leçon 1 éthique
CHP2 leçon 1 éthiqueCHP2 leçon 1 éthique
CHP2 leçon 1 éthique
 
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINELA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
LA DIFFERENCE, LA PERTURBATION MENTALE HUMAINE
 
Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.Une course folle à l’information.
Une course folle à l’information.
 
Médecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupablesMédecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupables
 
CRISE - INSTITUT ÉTÉ 2013 - BRIAN MISHARA
CRISE - INSTITUT ÉTÉ 2013 - BRIAN MISHARACRISE - INSTITUT ÉTÉ 2013 - BRIAN MISHARA
CRISE - INSTITUT ÉTÉ 2013 - BRIAN MISHARA
 
Journal indélicat-enregistré-automatiquement
Journal indélicat-enregistré-automatiquementJournal indélicat-enregistré-automatiquement
Journal indélicat-enregistré-automatiquement
 
Thomas Lilti... médecine en campagne
Thomas Lilti... médecine en campagne  Thomas Lilti... médecine en campagne
Thomas Lilti... médecine en campagne
 
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
Présentation microsoft power point dgc 02062015(3)
 
Le vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfantLe vécu du cancer chez l 'enfant
Le vécu du cancer chez l 'enfant
 
Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...
Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...
Entre la compassion et le caractère sacré de la vie - Euthanasie - Loi 52 - Q...
 
L’euthanasie
L’euthanasie L’euthanasie
L’euthanasie
 
Grand entretien thomas lilti.
Grand entretien   thomas lilti.Grand entretien   thomas lilti.
Grand entretien thomas lilti.
 
Journal L'hépant N°48 Juillet 2010
Journal L'hépant N°48 Juillet 2010Journal L'hépant N°48 Juillet 2010
Journal L'hépant N°48 Juillet 2010
 
Parole aux patients
Parole aux patientsParole aux patients
Parole aux patients
 
How to keep them alive
How to keep them aliveHow to keep them alive
How to keep them alive
 
Les_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdf
Les_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdfLes_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdf
Les_100_remèdes_naturels_qui_font_trembler_Big_Pharma_version_non.pdf
 
Presentation dependance
Presentation dependancePresentation dependance
Presentation dependance
 
Réflexions sur la mobilisation du 13 janvier
Réflexions sur la mobilisation du 13 janvierRéflexions sur la mobilisation du 13 janvier
Réflexions sur la mobilisation du 13 janvier
 

Hoffmann en finir

  • 1. Dr. Nicolas Hoffmann Pourra-t-on vraiment un jour en finir ? ou « le laisser mourir, ce n’est pas le laisser crever » (Dr. Jean Leonetti, auteur de la loi française sur la fin de vie) ? Petit rappel d’abord d’un témoignage paru le 6 mai dernier dans le Tageblatt, sous le titre « Mäi Respekt » : « Meng Fra ass virun engem Joer an der Palliativ gestuerwen enner deene schrecklechste Qualen um Kriibs! Esou stierwt net emol en Hond ! etc…Ech hu meng Fra net gaer verluer, mee si ass erléist. Hat wollt och net méi esou weiderliewen! » etc… signé André Quiring. Ce texte en dit long sur le ressenti par cette patiente et son entourage des soins prodigués et témoigne d’une palliation apparemment ratée. Peuvent mieux faire! Tout à cet égard n’est donc pas dans le meilleur des mondes ainsi que certains en restent durement persuadés et cherchent à en convaicre également le public. Quant au Dr. Leonetti, chargé comme on sait en ce moment par l’Assemblée Nationale Française d’une mission d’évaluation de sa loi, il est apparemment en train de bouger vers une position que notre loi sur les soins pallitifs, en avance sur la loi française actuelle, autoriserait d’ores et déjà puisque, abstraction faite du soutitre de cette contribution dans lequel je le cite, le 6 septembre dernier dans une interview de Libération il y est allé très franchement en déclarant que 1. « …quand on arrête l’alimentation d’un patient, ce n’est pas pour soulager, mais pour provoquer la mort…on n’est pas dans le laisser mourir, mais dans le faire mourir. C’est une question complexe. Et nous n’en avons pas tous la même appréhension. Pour n’importe qui, alimenter ou boire relève de quelque chose de naturel. Or c’est un soin dans ces situations de fin de vie. Quand on pose une sonde gastrique (qui permet l’alimentation artificielle), il s’agit d’un acte chirurgical. Ne plus nourrir ou ne plus donner à boire à un patient peut paraître barbare. Alors que le patient n’en souffre pas…(personnellement je n’en suis pas si sûr, au moins au départ. N.H). N’oublions pas que tous les jours des personnes très âgées vont s’éteindre peu à peu, parce qu’elles ne sont plus en état ni de se nourrir ni de boire. On ne trouve pas cela barbare car c’est perçu comme une fin de vie ‘‘naturelle’’. » 2. A la remarque de son interlocuteur qu’arrêter un traitement n’est pas la même chose que stopper l’alimentation, et que la frontière entre arrêter un traitement et faire mourir peut être floue, Jean Leonetti répond : « …Philosophiquement qu’est-ce qu’on fait quand on décide d’arrêter un traitement ?… A mes yeux, nous ne sommes pas en train de donner la mort, mais nous arrêtons une survie inutile »… Nous voilà presque, mais seulement presque, dans la problématique du texte de Binding und Hoche : Die Freigabe der Vernichtung lebensunwerten Lebens, de 1920, qui avait dans le Page | 1
  • 2. collimateur les idiots, crûment, ainsi que ces auteurs s’exprimaient, bien que ceux-ci fussent des êtres sensibles et conscients, sauf qu’il n’est pas question dans le texte que voici de vie sans valeur, mais de survie, c’est-à-dire vie humaine qui ne sert pas, vie vide, vie artificielle, végétative, somme toute vie qui n’en est pas une réellement, car non-consciente (encore que certains partisans de l’absolu voudront y voir la même chose). Le Dr. Leonetti continue ainsi : « L’équipe médicale avait mis en place des traitements lourds, elle se rend compte que c’est en vain. A mes yeux nous ne sommes pas dans le faire mourir. Et de mettre en évidence trois situations différentes : a) le nourrisson qu’on réanime et chez lequel on se rend compte au bout de quelques semaines que son cerveau est beaucoup plus détruit que l’on ne le croyait. On arrête, mais comment ? b) les états végétatifs chroniques qui durent depuis des années et où il n’y a plus le moindre lien de conscience, mais qu’on continue de nourrir artificiellement. c) le traumatisé crânien réanimé dont on se rend compte que le cerveau est complètement détruit : « maintenir cette vie artificielle paraît indigne, et il n’y a pas d’autre issue raisonnable que d’arrêter. Dans ces trois cas, arrêter les traitements n’est pas du faire mourir. L’intention n’est pas la même ». 3. « Reste qu’on prend une décision médicale, qui entraîne la perception que la mort va survenir après cette décision. Se pose, alors, une question redoutable qui émerge aujourd’hui : la notion du temps, le temps qui s’écoule…C’est le temps de l’agonie. Et il est difficile à saisir. Il va apparaître acceptable à la famille si le décès intervient dans un délai relativement rapide, et être perçu comme barbare si cela dure…Or, je me suis rendu compte que l’agonie c’est les autres. Le regard des autres…l’entourage qui pose problème. Bien sûr, je ne dois pas hâter la mort pour simple convenance de l’entourage, mais pour autant n’est-il pas légitime d’offrir à cet entourage qui souffre une mort apaisée, sans hoquets ni convulsions ? Là même il me semble qu’il y a un défaut dans ma loi. On doit à la famille une fin de vie apaisée. Il y a la situation très particulière avec les nouveau-nés ou les nourrissons. Peut-on, quand on décide d’arrêter les traitements chez un nouveau-né parce que sa situation neurologique est trop grave, se contenter du laisser mourir ? Et donc ne plus l’alimenter ni l’hydrater ? Cela me paraît difficile voire impensable, car on ne peut pas expliquer à une mère qu’alimenter un enfant est un acte artificiel. Dans ce cas-là la sédation terminale -c’est-à-dire soulager en endormant complètement- me paraît la conséquence presque obligatoire d’une décision d’arrêt thérapeutique chez un nourrisson… Si on arrête de nourrir un enfant, n’est-on pas obligé de l’endormir ? On ne l’endort pas pour lui car il ne souffre pas, mais on l’endort pour que la famille ne vive pas ces moments-là…On a essayé de faire revivre et l’on n’a obtenu qu’une survie. Alors on décide de l’arrêt. On revient en arrière, on se dit ‘’ j’accepte d’arrêter ce que j’ai fait’’. Mais cela ne suffit pas, car l’enfant continue de vivre. Que faire ? Si je ne fais rien je rentre dans l’acharnement…Dans ces situations-là, je crois que l’on peut aller plus loin, endormir pleinement, sans pour autant faire une injection létale (n’est-ce pas la même chose ?) ». NB : cette parenthèse de perplexité figure en toutes lettres dans le texte! « Mais est-ce que cela peut s’écrire ? Se protocoliser ? Je n’en sais rien. » Voilà bien le témoignage d’une opinion non arrêtée, et d’une pensée évolutive, restant modeste, sans forfanterie et qui cherche à s’en sortir non sans douter. 4. A propos de sa loi il affirme qu’«elle règle presque tout. Le problème, c’est le presque. » Et à propos d’un comité ex ante : « Je vois mal quel comité s’octroierait le droit de dire là vous pouvez y aller, là non ce n’est pas possible. Et ainsi dépénaliserait- on coup par coup l’euthanasie. De plus, si le dit comité qui avait à décider, répondait non, que se passerait-il ? On nous répondrait une nouvelle fois que la loi est insuffisante. C’est sans fin. Page | 2
  • 3. Tout cela découle d’un sain pragmatisme et du bon sens même. N’ayant plus aucune nouvelle depuis la Chambre des Députés sur l’évolution d’esprit de nos distingués représentants politiques au sujet de la proposition de loi Err/Huss et du projet sur les soins palliatifs, dont on nous avait fait miroiter le second vote encore avant l’été mais qu’on attend toujours, le citoyen lambda que je suis a eu la curiosité de relire sur son écran la mouture de ces textes tels qu’ils furent arrêtés début 2008 et ensuite votés par la Chambre. J’y ai redécouvert l’assistance au suicide que j’avais totalement oblitérée dans mon esprit. Et si - je fais un rêve- afin de mettre d’accord tous les bords, tous sans exception bien disposés à l’égard des personnes qui en fin de vie endurent des souffrances insupportables, mais beaucoup moins bien à celui des candidats au suicide par désespoir philosophique, lequel peut être non moins cuisant, moralement, si donc on élaguait cette proposition de loi du volet assistance au suicide ? En cantonnant celui-ci éventuellement dans une loi à part, à condition que cela soit vraiment nécessaire -je reviendrai là- dessus- puisque chez nous le suicide n’est pas interdit, et que logiquement il en découle que l’aide désintéressée au suicide ne devrait, elle, pas non plus être susceptible de poursuites, l’ensemble des professions médico-pharmaceutiques dont la coopération est démandée, sans bien sûr, qu’il leur en soit fait une obligation légale, se sentiraient sûrement un peu plus à l’aise, car elles ont l’impression qu’on est en train de charger un peu trop leurs épaules. Elles assumeront néanmoins. Mais surtout n’arriverait-on pas à sortir de l’impasse politique, et surtout idéologique (car beaucoup plus que dans la non-coordination des textes sur le testament de vie et la directive anticipée le véritable nœud du problème me semble résider dans cet impedimentum du suicide assisté, qui me semble lourdement grever ce texte), en ralliant à « l’exception d’euthanasie » (terminologie négativement connotée et que j’avoue ne pas beaucoup aimer moi non plus, et dont on pourrait changer, en parlant par exemple de « mort naturelle assistée », pourquoi pas) les députés qui ont voté contre la proposition de loi, mais qui conviennent néanmoins sans problème que dans environ 5 à 10% des cas qui se présentent la solution palliative est inopérante? Ce serait un grand progrès sur ce chemin de croix législatif, et une réelle avancée en matière de santé publique. Un mot maintenant sur le suicide assisté. De nombreux philosophes venus faire des conférences à Luxembourg dans le contexte de l’aide à mourir ont cyniquement glosé sur la superfluité de « la troisième main » de laquelle il n’y avait selon eux nul besoin, chacun pouvant apparemment se suicider à sa guise, aisément et comme si de rien n’était. Tel n’était sûrement pas le cas des vivants ayant auparavant habité les quatre dépouilles mortelles, toutes gravement mutilées et la plupart ensanglantées, sur lesquelles au cours des 26 dernières années je suis personnellement tombé au cours de mes promenades rue saint Quirin sous le Viaduc, qui gisant dans le lit bétonné de la rivière, qui sur le gazon ou qui (une jeune femme de dix-neuf ans) sur la chaussée, que les ‘secours’ venaient ramasser, et devant la souffrance desquels je m’incline encore chaque fois que j’y passe, car ils n’avaient pas âme qui les ait assistés et durent faire preuve du courage physique consistant à enjamber le parapet en toute solitude. Quel a dû être leur tourment avant d’en arriver là! Dans ce contexte Jean Leonetti mentionne vers la fin de son interview le cas de Mme Sebire, affirmant entre autres : «la bonne solution c’est de se suicider et non pas de se faire suicider. Je ne vais pas donner de recette, mais tout le monde a assez de médicaments à sa disposition pour y arriver ». C’est peut-être le cas en France (?), mais Page | 3
  • 4. pas chez nous, et le non- professionnel pourra courir longtemps avant de trouver et surtout obtenir le médicament et la dose qu’il lui faudrait pour quitter cette vie d’une manière moins violente. Donc légiférer quand-même dans un sens libéral, mais peut- être dans un texte à part ? Je laisse la question à la sagacité de nos représentants élus. Dans cette contribution j’ai surtout voulu montrer encore une fois, et les déclarations de cet esprit libre qu’est Jean Leonetti, loin de me démentir, bien au contraire m’y encouragent fortement, que la palliation -cela me paraît de plus en plus difficile à contester- est partie prenante à l’euthanasie et vice-versa, et que les deux familles de pensée devraient s’entendre, unies dans un même combat contre le mal-être terminal, au lieu de se diaboliser l’une l’autre. 25 septembre 2008 Page | 4