SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  158
Télécharger pour lire hors ligne
la case SIM
vie d’un modèle d’habitat adapté
Sylvain Grisot
Institut d’Aménagement Régional – Aix en Provence
Mémoire de DESS Formation Continue 2003/2004
Aménagement, urbanisme et développement local
2
3
Université de Droit, d’économie et des Sciences d’Aix en Provence
Institut d’Aménagement Régional
3 avenue Robert Schumann - 13628 Cedex 01 Aix en Provence
la case SIM
vie d’un modèle d’habitat adapté
Mémoire de DESS-FC 2003/2004
Aménagement, urbanisme et développement local
Présenté et soutenu publiquement par Sylvain GRISOT
Président du jury :
Henry BERRON, professeur de géographie.
Directeur universitaire :
Denis BERTHELOT, maître de conférence aménagement de
l’espace et urbanisme.
Directeur professionnel :
Michel CHIAPPERO, urbaniste architecte, professeur associé.
4
L’Institut d’Aménagement Régional n’entend donner aucune
approbation, ni improbation aux propos émis dans ce mémoire. Ces
propos doivent être considérés comme étant propres à leur auteur.
Version numérique :
http://www.dixit.net/
Contact :
sylvain@dixit.net
5
Aux bouilles crasseuses des gosses de Tsoundzou 1,
et à leurs rires qui donnent vie à nos rues.
6
Mayotte et son lagon (Spot Image)
7
Il est d’usage de commencer ce type de document par quelques
remerciements, je vais donc m’y conformer. C’est le moment où il
faudrait n’oublier personne…
Je vais commencer par Denis Berthelot. Plus que l’urbaniste ou le
pédagogue, c’est l’homme que je voudrais ici saluer, bien bas.
Soraya Belhaouane, Léon Attila Cheyssial, Joseph Clémenceau,
Fabrice Coeffe, Arnaud Duchet, David Guyot, Frédérique Ivanès,
Vincent Liétard, Thierry Ligner, Eric Marion et Thierry Rodier ont
chacun apporté leur pierre, ou plutôt leur brique, à ce timide édifice.
Discussions entre deux portes, apéros thématiques ou longues
heures d’entretiens, tous ont montré une patience et une passion
qui méritent le respect. Merci, et bravo.
Je n’oublierais pas non plus de remercier Laurence Allard pour ses
corrections. Les coquilles restantes sont de mon fait.
Je finirais par David Cheyssial, qui a le triple mérite de m’avoir
embauché, de supporter depuis ma présence encombrante au sein
du bureau d’études RéA, et d’inspirer quotidiennement mon travail
de sa démarche professionnelle, souvent fine et inspirée.
Mais je tiens aussi à remercier ces margouillats verts qui ont égaillé
mes (trop) longues nuits de travail, les moustiques qui les ont
occupées, et mon ventilateur sans lequel rien n’aurait été possible.
8
Une partie des documents présentés ici ont été réalisés dans le
cadre des sociétés RéA et l’Atelier. Leur propriété intellectuelle sur
ceux-ci demeure, et j’en profite pour en saluer les équipes
chaleureusement.
9
Au sommaire
10
AU SOMMAIRE ........................................................................ 9
PARCOURS ILLUSTRE........................................................... 13
INTRODUCTION.................................................................... 15
1. KARIBOU MAORE* ........................................................... 19
1.1 L’archipel disloqué............................................................20
1.2 Le chant des « koissa-koissa » ..........................................24
1.3 Une démographie explosive...............................................27
1.4 La question du logement...................................................30
1.5 L’intervention publique et ses limites… ..............................31
L’abandon des bidonvilles.................................................................................31
La Résorption de l’Habitat Insalubre et ses hésitations…. .............................34
Logement social et enjeux fonciers ...................................................................34
Espaces publics et paysage, les grands oubliés ...............................................35
2. HABITAT ET MODES D’HABITER .................................... 37
2.1 Que reste-t-il de l’habitat traditionnel mahorais ? ................38
2.2 Organisation traditionnelle de l’habitat mahorais ................39
L’espace couvert et ses pratiques......................................................................41
L’espace ouvert, espace intérieur .....................................................................42
2.3 Et le shanza passe au salon...............................................45
2.4 La femme, toujours au cœur du système ?........................46
2.5 Transmission et partage : la vie contrariée du Mraba..........50
La mitose du Mraba ...........................................................................................50
Le cancer du Mraba...........................................................................................51
2.6 Monter d’un étage ............................................................53
2.7 L’acte de construire : la vie continue du logement..............55
2.8 Évolution des modes constructifs .......................................57
Les cases en matériaux naturels........................................................................58
Cette maudite case en tôle .................................................................................60
La case en parpaing...........................................................................................62
Une place à part pour l’habitat social..............................................................62
3. LA CASE SIM, TOUTE UNE HISTOIRE............................. 65
3.1 La démarche SIM, une démarche utopique ? .....................66
Une histoire d’hommes ......................................................................................66
Des objectifs ambitieux......................................................................................68
3.2 Concevoir des logements adaptés ......................................70
3.3 Créer les outils de production ............................................74
11
L’organisation de la production........................................................................74
La participation des habitants...........................................................................75
Qu’en reste-t-il ? ................................................................................................76
3.4 Développer un matériau adapté.........................................78
3.5 Donner des couleurs à la ville............................................82
3.6 Évolution des modes constructifs .......................................87
Une première génération ...................................................................................88
Seconde génération ............................................................................................90
Troisième génération .........................................................................................92
Éloge de la simplicité.........................................................................................94
De l’unité de vie à la brique constructive.........................................................96
L’impuissance de l’architecte............................................................................98
La vie d’un modèle .............................................................................................99
3.8 La case SIM aujourd’hui : la mort du modèle ?.................104
Sortir de la crise...............................................................................................104
Le douloureux passage au LATS.....................................................................105
Questions en suspens........................................................................................106
La case SIM, une case inadaptée ? .................................................................107
4. ESQUISSES D’UNE CASE SOCIALE URBAINE................. 109
4.1 Contexte d’intervention...................................................110
4.2 Démarche......................................................................113
4.3 Principes de conception .................................................116
Parcellaire et forme urbaine ...........................................................................116
Rendre possible d’imprévisibles extensions ...................................................116
Un étage qui peut s’autonomiser.....................................................................117
Un salon à usage multiple ...............................................................................117
Matériaux et modes constructifs......................................................................118
4.3 Perspectives...................................................................123
POUR CONCLURE................................................................ 125
REFERENCES....................................................................... 129
Bibliographie .......................................................................130
Lexique...............................................................................136
Repères chronologiques .......................................................138
ANNEXES............................................................................. 139
Mode d’emplois du BTC (Vincent Liétard) ....................................................140
Hebdomadaire Kashkazi du 1er
décembre 2005.............................................154
Palette SIM – Catalogue de l’habitat social 2003 .........................................155
Avis d’imposition..............................................................................................156
12
Vanille chocolat – acrylique sur bois
13
Parcours illustré
14
Plus qu’une série d’illustrations, c’est d’un parcours parallèle qu’il
s’agit ici. Un parcours aussi subjectif que personnel, le long duquel
le lecteur peut aussi cheminer sans être guidé par le texte.
Sauf mention contraire, les illustrations sont de l’auteur (2005).
Mayotte et son lagon (Spot Image) ........................................................... 6
Vanille chocolat – acrylique sur bois ........................................................ 12
Quelque part dans le sud…...................................................................... 23
La barge, qui relie Grande Terre et Petite Terre....................................... 29
Précurseurs – Tsoundzou 1 ..................................................................... 33
Quartier M’Gombani Prat, au cœur de Mamoudzou.................................. 36
Organisation traditionnelle du Shanza...................................................... 40
Quartier SIM - Bandrélé........................................................................... 44
A M’Tsapéré… ......................................................................................... 49
Tissus urbain – Centre ancien de Pamandzi ............................................. 52
Banga jeune – Mangajou, Sada ............................................................... 59
Case double tôle – Tsoundzou 2.............................................................. 61
Parpaing épargne - M’Tsapéré ................................................................. 63
Quartier SIM, Ajangua............................................................................. 69
Saison des pluies 4 – Acrylique sur toile .................................................. 73
Daïra, cérémonie religieuse - Bouéni........................................................ 77
Mur de BTC – Majicavo Koropa................................................................ 81
Peinture de Girard (extrait)...................................................................... 83
Vahibé..................................................................................................... 85
Quartier SIM – Tsoundzou 1.................................................................... 86
La Cavani 2 pièces................................................................................... 95
La Bandrélé 3 pièces ............................................................................... 97
Extensions (1) ........................................................................................101
Extensions (2) ........................................................................................102
Extensions (3) ........................................................................................103
LATS M’Gombani-Prat – Parcellaire projet (provisoire) ............................112
LATS M’Gombani-Prat – Premières esquisses..........................................115
LATS M’Gombani-Prat – Schéma de conception ......................................119
LATS M’Gombani – Esquisses - R+0 .......................................................120
LATS M’Gombani – Esquisses - R+1 .......................................................121
LATS M’Gombani – Esquisses 3D ............................................................122
Surprise – Acrylique sur toile ..................................................................124
Madagascar............................................................................................128
15
Introduction
16
Tsoundzou 1,
11 décembre 2005.
Un gosse me salue en passant, du haut du plateau de cette
camionnette qui me double. « Bonjour Sylvain !» Enchanté, je me
demande d’où il me connaît. 6-7 ans, un sourire splendide et des
fringues un peu crades, le portrait craché de la moitié des gosses
que je croise tous les jours dans les quartiers pourris où je traîne
mes tongs oranges.
Et moi qui sue sang et eau en courant le long de la route par ce
début de soirée moite de saison des pluies…
« La course comme alternative à l’alcoolisme en climat tropical »,
certainement un bon sujet de mémoire. En tout cas, ça met
quelques idées au clair. Je pensais à cette discussion avec Léon
Attila Cheyssial, sur l’urbanisme et la singularité de ce métier.
L’urbanisme comme une guerre.
Une guerre avec ses batailles gagnées ou perdues, et une ligne de
front qui, au final, s’écarte des plans stratégiques initiaux. L’écart
entre l’esquisse et la réalisation. Des troupes éparses et diverses –
acteurs privés, publics, politiques, habitants, techniciens – des
alliances plus ou moins objectives, quelques trahisons, des rangs
enfoncés faute de combattants… Et pour l’urbaniste la double
nécessité d’avoir la volonté de se battre et d’accepter les défaites.
Mayotte est un champ de bataille singulier. Dans une île peuplée de
fonctionnaires d’Etat qui connaissent leur date de départ dès leur
descente d’avion, d’élus locaux mal outillés par une décentralisation
qui peine à se mettre en place, de techniciens privés parfois plus
intéressés par la pêche au gros et la plongée que par les spécificités
de la culture locale, le champ est libre pour le laisser-aller et la
médiocrité.
Et pourtant cette île est aussi le lieu des singularités, des individus
conscients et agissants. Quelques poignées de passionnés, parfois
brillants, qui ont marqué ce bout de terre de leurs initiatives, de
leurs idées, de leur créativité. Les pages qui suivent en témoignent.
17
Mayotte donc, bout de France du bout du monde.
Une petite île de l’archipel des Comores, coincée entre Madagascar
et les côtes africaines. Un petit point noir sur la carte, un point dont
l’épaisseur est le fait de la gentillesse des cartographes de l’IGN,
plus que de sa véritable importance.
Une petite île donc, d’un peu moins de 400 km2 à plus de 8000 km
de la France métropolitaine. Une île magnifique aux côtes
découpées, bordée d’un immense lagon et soumise au climat
tropical, avec ses fortes pluies, ses cyclones, ses chaleurs et ses
moustiques…
Le hasard faisant bien les choses - il n’a que ça à faire - cette île est
aussi pour moi le lieu de la rencontre avec un bureau d’études et
son directeur, trois petits jours seulement après mon débarquement
sur le tarmac surchauffé de l’aéroport de Pamandzi.
Une structure aux contours parfois flous intervenant autant dans le
suivi social des opérations que dans la conception urbaine,
parfaitement en accord avec ma double formation. Une structure qui
laisse aussi prendre aux individus la place qu’ils veulent bien
prendre. Ça tombe bien.
Observateur et acteur. Observateur patient, et acteur conscient et
agissant. Enfin, qui cherche à l’être.
Observer pour comprendre. Tenter de comprendre le
fonctionnement d’une société marquée par un métissage aussi riche
que complexe, la douceur d’un islam africain, et les profonds
bouleversements initiés par la France depuis la fin des années
soixante-dix. Une île qui subit plus qu’elle ne vit ces transformations
radicales : explosion démographique, urbanisation incontrôlée,
monétarisation rapide de l’économie, chômage, immigration
clandestine massive, bouleversements réglementaires…
Un morceau d’Afrique qui voudrait bien être en France, mais sans
trop savoir pourquoi. Les petits drapeaux européens qui bordent
avec humour les plaques d’immatriculation n’y peuvent rien, Mayotte
est aussi africaine, belle et sincère, et elle le restera.
Pour un temps du moins.
18
Et puis, au détour d’une rue qui mériterait bien un petit coup de
neuf, une case colorée, une case SIM.
Un étrange objet qui dépasse largement son seul sens architectural,
pour le moins pauvre. Objet social, objet urbain, alors pourquoi pas
objet d’étude ? Ce petit sucre rectangulaire, doté de deux ou trois
pièces aussi simples qu’anonymes, surmonté d’un modeste toit de
tôle, et posé sur un mouchoir, occupera donc mes nuits.
Un objet à part, fruit des expérimentations de la Société Immobilière
de Mayotte (SIM). Plus qu’un objet, c’est une démarche
particulièrement créative et innovante qui a fondé la politique
d’habitat social à Mayotte. Une démarche qui a su répondre de
façon adaptée aux besoins massifs d’une population pendant près
de deux décennies, redessinant la paysage urbain de l’île. Une
démarche qui marque aussi le pas depuis quelques années.
Alors pourquoi ? Quelles leçons tirer du travail de la SIM dans le
logement social ? Comment aujourd’hui tirer de cette expérience les
moyens d’offrir des logements adaptés aux mahorais dont les modes
de vie sont profondément bouleversés ?
Avant d’en venir au cœur du sujet, un détour de quelques pages
permettra de planter le décors. Une approche de la situation
sociopolitique de cette île particulièrement complexe d‘abord, avant
d’exposer les fondements des modes d’habiter mahorais et leur
évolution. La démarche qui a mené à la mise en place de cette
politique d’habitat social sera ensuite exposée, un moyen d’en tirer
les leçons et de tracer des perspectives dans une quatrième partie
présentant un essai de conception de nouvelles cases sociales
destinées à un contexte urbain.
Plus que des pages, c’est du temps et de l’expérience qu’il me
manque pour apporter une réponse définitive à toutes ces
questions. Je me contenterai donc d’apporter quelques modestes
pierres à l’édifice. Un moyen comme un autre de saluer, bien bas,
ceux qui ont posé les premières.
19
1.
Karibou Maoré*
* bienvenue à Mayotte
20
1.1
L’archipel disloqué
Mayotte, bout de France coincé entre Madagascar et l’Afrique. Bout
de France ? Pas si sûr. Une histoire mouvementée qu’il s’agit
d’éclairer. Le détour par l’histoire évite les raccourcis1
.
L’histoire de cette poussière de l’empire colonial français débute en
1841, quand le sultan Andriantsouli cède Mayotte à la France contre
une pension annuelle de mille piastres.
Pour ces mille piastres, la France pensait disposer d’une bonne base
militaire, puis, au vu des difficultés à accéder au lagon, d’une colonie
agricole performante… mais Mayotte ne fut finalement ni l’une ni
l’autre.
En 1886, Grande Comore, Anjouan et Mohéli - les trois autres îles de
l’archipel - rejoignent le giron de la France, d’abord sous couvert
d’un protectorat avant d’être annexées en 1912. L’administration de
l’archipel depuis Madagascar est un échec, qui justifie l’adoption du
statut de Territoire d’Outre Mer au sortir de la guerre. L’année 1958
est marquée par le choix de l’archipel de conserver ses liens à la
France, par la voie d’un référendum. Un vote unanime des quatre
îles.
La même année, décision est prise de transférer la capitale de
Dzaoudzi (Mayotte) à Moroni (Grande Comore), une décision qui
marque sans doute le début d’une histoire complexe qui sépare le
destin des îles soeurs.
Le choc est violent pour Mayotte, qui perd sa place privilégiée et
développe dès lors une jalousie mêlée de crainte vis-à-vis de ses
sœurs. L’île choisit finalement de continuer sa route seule lors de la
déclaration d’indépendance des Comores en 1976. Seule aux côtés
de la France…
1
Ce rappel historique restera volontairement bref, pour plus de précisions se
rapporter aux références bibliographiques.
21
Jana Na Léo n°6, 1988 (« Il y a quelqu’un ? » « bienvenue ! »)
Les conditions de cette dislocation politique de l’archipel restent
pour le moins troubles2
, et la France a été condamnée à plusieurs
reprises par l’ONU3
et d’autres organisations internationales pour
n’avoir pas respecté l’intégrité des frontières des Comores en
conservant Mayotte dans son giron. Le
conflit reste ouvert, et la RFIC
(République Fédérale Islamique des
Comores) revendique encore
régulièrement le rattachement de
Mayotte, comme en témoignent les quatre
étoiles qui ornent son drapeau.
Depuis cette rupture, les trois autres îles de l’archipel - Anjouan,
Grande Comore et Mohéli - vivent une succession de coups d’Etat
dans lesquels plus d’un mercenaire français4
s’est illustré, laissant la
population dans un état de dénuement insupportable.
Mayotte vit quant à elle une histoire parallèle à celle de ses sœurs,
une histoire qui la rapproche continuellement de la France sans pour
2
Se reporter à l’ouvrage de Pierre Caminade (2003), qui dresse un éclairant portrait
des politiques françaises aux Comores.
3
Citons par exemple la résolution N°42/17 du 11 novembre 1987, adoptée par 130
voix pour et une contre (celle de la France) : « l’Assemblée Générale […] réaffirme
la souveraineté de la RFIC sur l’île de Mayotte. »
4
Au premier rang desquels figure évidemment Bob Denard, qui a - comme d’autres
- utilisé Mayotte comme base arrière.
22
autant lui ôter ses racines comoriennes. Longtemps hésitant à
prendre réellement en charge cette île décidément encombrante,
l’Etat français a en effet décidé d’intégrer réellement Mayotte. En
2000, l’ « accord sur l’avenir de Mayotte », soutenu par un oui
massif lors d’un référendum organisé sur l’île, lance un processus
d’intégration initié par l’adoption du statut inédit de « Collectivité
départementale », qui pourrait déboucher sur un statut de DOM en
20105
. Cette intégration institutionnelle s’accompagne d’un
développement très rapide de l’île, largement soutenu par les
investissements publics français.
Pourtant, aujourd’hui, le tarissement de la manne parisienne semble
témoigner des hésitations discrètes de la France. Le recul de l’action
de l’Etat sur le territoire fait sans doute aussi mal que le lourd climat
de non-dits qui y règne…
5
Les glissements sémantiques récents des autorités préfectorales laissent entrevoir
une solution intermédiaire : un alignement législatif et réglementaire sur les normes
métropolitaines sans pour autant basculer sous le statut de DOM. Cette solution
aurait le double avantage d’ouvrir le robinet des financements européens tout en
évitant d’étendre certaines prestations sociales à l’île, et notamment le RMI…
23
Quelque part dans le sud…
24
1.2
Le chant des « koissa-koissa »
« D’abord nous devons sensibiliser la population, que
chacun puisse se débarrasser de son clandestin, exploité
au champ ou dans d’autres secteurs »
Mansour Kamardine, Député de Mayotte6
L’écart se creuse donc entre Mayotte et ses sœurs : santé, emploi,
éducation, infrastructures, économie, le développement de l’île est si
rapide qu’il attire les populations comoriennes au-delà de ses
frontières étriquées, et notamment Anjouan, éloignée d’un étroit
bras de mer. Des hommes et des femmes à la recherche de
conditions de vie meilleures, poussés à la mer par l’incapacité des
dirigeants comoriens à stabiliser et développer leurs îles. Un flux qui
depuis 1997 progresse à l’ombre d’un visa jusqu’alors inutile, et
s’accompagne des abus que subissent toujours les populations
placées dans la clandestinité : marchands de sommeil, travail
clandestin, sévices et exploitations…
Malgré la traque engagée par l’Etat français, des barques
surchargées - les koissa-koissa7
- tentent d’accoster tous les soirs
sur les côtes de l’île, et les pertes en mer s’accumulent8
, dans une
indifférence quasi générale.
Les clandestins anjouanais font aujourd’hui partie intégrante de la
vie et de l’économie de l’île, qui se structure autour de cette main
d’œuvre souvent qualifiée et toujours bon marché. Mais malgré les
6
Cité in Le Mahorais n°65, 11 octobre 2005.
7
Littéralement « ça secoue », du nom d’une danse africaine.
8
L’OECA (Observatoire de l’émigration clandestine anjouanaise) recense ainsi 183
morts ou disparus dans 17 accidents entre le 1er juillet 2000 et le 31 décembre
2001 (lettre d’information OECA 4-8 février 2002), un bilan sans aucun doute
partiel.
25
liens de parenté très fort qui unissent les Anjouanais à la population
mahoraise, ceux-ci se heurtent à des difficultés d’intégration
croissantes dans la société.
L’instauration d’une Sécurité Sociale qui vise explicitement à
interdire l’accès aux soins des clandestins, et les autres politiques
qui tentent de limiter l’immigration clandestine n’auront qu’un
impact mineur. Aujourd’hui c’est sans doute plus de 30 % de la
population9
de l’île qui vit dans la clandestinité et, tant que les
Comores ne connaîtront pas une stabilité politique au moins relative,
les koissa-koissa continueront de troubler le calme nocturne des
plages mahoraises du bruit de leurs moteurs.
Mais pour les questions migratoires plus qu’ailleurs, un changement
d’échelle est souvent éclairant.
L’histoire rappelle ainsi que bien avant les migrations récentes en
provenance des autres îles des Comores, Mayotte a toujours été une
terre de migration. La diversité des langues aujourd’hui parlées sur
une si petite île témoigne de ces vagues successives d’immigration
volontaires ou forcées : Indonésiens, Bantous et Arabes dès le IVe
siècle, Malgaches à partir du XVIe, et esclaves ou engagés
Mozambicains, Indiens et surtout Comoriens qui mirent en
exploitation le territoire après la colonisation française.
Aujourd’hui l’île est replacée au cœur de flux traversants qui partent
de l’Afrique vers l’Europe en passant par les Comores et la Réunion.
Mayotte retrouve donc sa place d’étape de choix dans les grandes
migrations continentales de l’Océan Indien.
Alors que seules les migrations en provenance d’Anjouan semblent
intéresser la presse ou les politiques pressés qui passent parfois par
Mayotte, l’île accueille aujourd’hui un flux croissant de migrants en
provenance d’Afrique et notamment du Rwanda, passant par les
côtes d’Afrique de l’Est et les Comores.
Mais surtout Mayotte est aussi une terre de départs. Des départs
massifs de mahorais en direction de la France métropolitaine et
surtout de la Réunion. Une question éludée, alors que près de
9
Un chiffre évidemment invérifiable, mais des estimations bien supérieures
circulent. La présence comorienne crée bien des fantasmes sur l’île, il est toutefois
certain qu’elle avait été largement sous-estimée lors du recensement de 2002.
26
10%10
de la population mahoraise vit aujourd’hui à la Réunion, dans
des conditions de vie souvent déplorables, proches de celles que
connaissent les Anjouanais clandestins présents à Mayotte. Les
motifs de départ sont divers, mais il ne fait aucun doute que les
retards pris par les politiques d’habitat social ont incité bon nombre
de Mahorais à quitter l’île à la recherche de prestations sociales
inconnues sur place pour financer leur logement.
L’importance de la diaspora mahoraise est encore mal cernée, tout
comme son impact sur le développement de l’île et les potentialités
de retour d’une part importante de ces migrants en cas de mise en
place de prestations sociales équivalentes sur l’île.
Toute une part de la question migratoire qui est aujourd’hui
occultée. Une part pourtant déterminante pour le devenir de l’île.
10
Une étude non publiée, basée notamment sur les informations de la CAF, estime
la population mahoraise vivant en 2003 à la Réunion à plus de 15 000 personnes,
dont 63 % de familles monoparentales. 93 % des allocataires mahorais sont au
chômage ou inactifs.
27
1.3
Une démographie explosive
Les données des recensements de Mayotte présentent l’avantage
d’être établies selon une fréquence plus régulière qu’en métropole.
Un inconvénient néanmoins, elles sont manifestement sous-
estimées. Mais le thermomètre a beau être faussé, ce sont plus les
écarts qui nous intéressent que les chiffres nominaux, et ces écarts
sont des plus importants.
Avec une croissance annuelle de sa
population qui dépasse
régulièrement les 5%, Mayotte
connaît une explosion
démographique très éloignée de ce
que connaît la France métropolitaine
(0,4% de croissance annuelle). Des
chiffres qui signifient le doublement
de la population de l’île tous les 14
ans. Brutal.
Alors pourquoi ?
Une très forte natalité11
, et l’immigration sont bien sûr à la base de
cette croissance. Un facteur a démultiplié l’impact démographique
du flux migratoire entre la RFIC et Mayotte : l’arrivée de jeunes
femmes désirant accoucher sur l’île pour bénéficier de
l’infrastructure médicale, et pour laisser une chance à leurs enfants
de bénéficier de la nationalité française. L’immigration économique,
fait des hommes en général, se transforme donc en immigration
plus stable, d’une population générant une natalité élevée.
Et c’est l’explosion.
11
L’indice de fécondité (ISF) s’établissait sur l’île à 4,7 enfants par femmes en 2002
(INSEE), il est de 1,8 enfants par femmes en France métropolitaine.
Année Population
Croissance
annuelle
2002 160 225 4,4 %
1997 131 320 6,5 %
1991 94 410 6,8 %
1985 67 167 5,8 %
1978 47 846 3,9 %
1966 32 607 4,9 %
1958 23 364
Sources : INSEE et Cheyssial (1989)
28
Une explosion démographique mal anticipée, de l’aveu même des
acteurs de l’époque. L’introduction des visas en 1997, la répression
accrue de l’immigration clandestine et les tentatives de limiter
l’accès aux services médicaux12
n’ont pas endigué le phénomène. Si
bien qu’on peut aujourd’hui tenter d’estimer cette part d’ombre dans
les statistiques de l’INSEE, et de projeter cette croissance
spectaculaire sur ces dernières années, pour estimer sans grands
risques que la population de l’île dépasse aujourd’hui les 200 000
habitants.
Une croissance démographique spectaculaire qui accentue la
polarisation autour de l’aire urbaine Mamoudzou-Koungou, avec les
conséquences évidentes d’une concentration si rapide de la
population : implantations de bidonvilles en zones à risques, érosion
des sols, problèmes sanitaires, inadaptation des infrastructures et
des services.
12
Les Comoriennes désirant accoucher à Mayotte sont particulièrement visées par
cette introduction de la sécurité sociale sur l’île en 2005, puisque 300 euros sont
exigés de celles qui ne peuvent justifier de la légalité de leur séjour, pour le suivi
médical de la grossesse et l’accouchement.
29
La barge, qui relie Grande Terre et Petite Terre
30
1.4
La question du logement
Le lancement des politiques d’habitat social à la fin des années 70
était justifié par les besoins massifs de durcification de l’habitat, le
parc de logements étant essentiellement composé à l’époque de
cases en matériaux légers sans confort, et très sensibles aux pluies
de mousson et aux cyclones.
Les efforts entrepris par la collectivité ont permis de substituer
nombre de ces cases par des bâtis en dur. Entre 1978 et 2004, ce
sont ainsi plus de 16 600 logements qui sont livrés par la Société
Immobilière de Mayotte, le bras armé de la politique du logement
social sur l’île. Mais la croissance démographique massive crée sans
cesse de nouveaux besoins, et le tassement de la production de
logements sociaux ne permet plus d’y répondre.
Ainsi, en 2002, environ 45 000
logements étaient recensés sur
l’île, une croissance du parc de
plus de 30% depuis 199713
.
Entre ces deux recensements,
le taux de logements en dur est
resté globalement stable (57%),
et ce sont les logements en tôle
qui représentent l’essentiel de la croissance (passant de 12% à 21%
des logements pendant la période inter censitaire), au détriment des
cases traditionnelles.
Les besoins en logements, qui découlent logiquement de l’explosion
démographique que connaît l’île, sont donc essentiellement couverts
par de l’habitat précaire, implanté en général sur les pentes qui
dominent les villes et villages. L’insalubrité gagne.
13
Données Recensement 2002, INSEE.
Année
Parc de
logements
Croissance
annuelle
2002 45 221 4,9 %
1997 35 594 6,0 %
1991 25 110 5,1 %
1985 18 593
Source : INSEE
31
1.5
L’intervention publique
et ses limites…
L’abandon des bidonvilles
La politique du logement social a donc visé depuis plus de 20 ans à
offrir du logement en dur aux familles mahoraises qui vivaient dans
des cases traditionnelles jugées insalubres.
Aujourd’hui le temps s’accélère, et cette réponse publique aux
besoins du parc existant laisse de côté l’essentiel de la croissance
urbaine. Ce sont en effet les pentes souvent abruptes des zones
urbaines qui sont rapidement colonisées par les cases en tôle. Ce
type d’implantation d’habitat précaire dans des zones à fortes
pentes, soumises à des risques de glissements de terrains pendant
la saison des pluies, dans des conditions sanitaires plus que
douteuses porte un nom : le bidonville.
Une réalité que les pouvoirs publics refusent d’affronter, du fait de
l’illégalité de l’implantation de ces bâtis en zones inconstructibles
(souvent du fait des risques), mais aussi et surtout de la présence
dans ces quartiers d’une forte proportion de clandestins.
Cet abandon des bidonvilles est sans aucun doute une des
conséquences de la marginalisation de cette population clandestine
dans la société mahoraise, mais elle est aussi le fait d’un manque de
préparation quasi complet des autorités d’Etat pour gérer cette
réalité.
Aucune politique publique n’est aujourd’hui en œuvre sur le terrain
pour contrôler et orienter le développement de ces quartiers, et
encore moins pour améliorer les conditions sanitaires dans lesquelles
vivent ces populations.
32
Comme si l’Etat français refusait d’accepter et d’assumer la présence
de ces bidonvilles sur son sol, en espérant qu’une politique de
gestion des flux migratoires musclée tarira naturellement l’origine du
mal14
. Un espoir pour le moins vain, et c’est bien à une
pérennisation de ces implantations que l’on va assister dans les
années qui viennent. Le mouvement naturel de durcification de
l’habitat risque en effet d’inscrire pour des décennies ces quartiers
spontanés dans le paysage urbain mahorais.
La gestion a posteriori de ce type d’urbanisation spontanée en zone
à risque, très dense, dans des conditions sanitaires déplorables, ne
manquera pas de troubler les nuits des urbanistes qui viendront à
intervenir sur ces quartiers.
Intervenir, oui, mais trop tard.
14
Même le Plan d’Aménagement et de Développement Durable de Mayotte fait ce
pari pourtant bien risqué : « (…) avec le temps , la part de logements non autorisés
(bangas, bidonvilles…) pourrait diminuer fortement. » Projet de PADD, page 25,
2004.
33
Précurseurs – Tsoundzou 1
34
La Résorption de l’Habitat Insalubre et ses hésitations….
L’Outre-mer fait un usage immodéré de l’outil RHI pour le traitement
des extensions urbaines incontrôlées. Usage d’autant plus original
qu’à Mayotte le H (pour habitat) a été mis de côté depuis quelques
années pour se concentrer sur les problématiques VRD.
Une vision techniciste qui oublie autant les aspects sociaux
qu’urbains. Une vision réductrice qui manque singulièrement
d’ambition, considérant le parcellaire et le POS comme des
contraintes et non comme des outils d’aménagement.
Alors que le nombre d’opérations régresse, signal discret d’un recul
des financements d’Etat, la question de l’usage pertinent de cet outil
commence à apparaître. Il est en effet plus que temps de répondre
aux véritables besoins des trop rares populations à bénéficier de ce
type d’opérations. Des besoins qui ne se limitent pas aux voiries de
dessertes mais qui concernent à l’évidence les parcelles elles-
mêmes, les questions d’habitat vues au sens le plus large et la
définition d’espaces publics qui doivent être autre chose que des
morceaux de foncier résiduels.
Logement social et enjeux fonciers
Une des causes principale de ce manque d’ambition est sans doute
la panne que connaît la politique d’habitat social depuis de trop
longues années. La crise de l’opérateur social, la Société Immobilière
de Mayotte (SIM), sur laquelle je reviendrais très largement, est plus
un symptôme du manque d’ambition de la politique habitat des
pouvoirs publics qu’un handicap indépassable.
De même, les enjeux fonciers, souvent mis en avant pour expliquer
l’échec des projets d’aménagements, sont sans doute moins
centraux qu’on ne le dit fréquemment. Si la raréfaction du foncier
est une évidence sur cet espace fortement contraint qu’est cette île
volcanique, l’absence de politique foncière en est une autre. Une fois
de plus c’est de volonté politique et d’ambition des acteurs qu’il est
question…
Pourtant les besoins sont là, eux.
35
Espaces publics et paysage, les grands oubliés
Quand les besoins sont si importants, l’urgence si manifeste, les
questions d’aménagement des espaces publics et de traitement
paysager des opérations passent au second plan.
Si peu à peu une culture urbaine un peu plus qualitative semble
apparaître, le chemin est encore long. Ces éléments pourtant
fondateurs d’une qualité de vie et d’un potentiel fort en termes
d’appropriation des espaces collectifs sont encore les premiers à
passer à la trappe des tailles budgétaires. Des réductions de
budgets trop souvent imposées par l’explosion des coûts des
travaux, entretenue par une concurrence douteuse entre les rares
grands groupes de BTP implantés sur l’île.
La question des espaces publics et de leurs usages devient d’autant
plus cruciale que la densification rapide que connaissent les tissus
urbains remet en question nombre de pratiques autrefois localisés
sur les parcelles, notamment les fêtes familiales et les cérémonies
religieuses. Le passage aux étages pose des questions à la ville dans
son ensemble, et les réponses se font attendre.
Dans ce contexte socioéconomique complexe, les questions d’habitat
cristallisent les tensions. Il est donc temps d’exposer ce que sont
aujourd’hui les modes de vie et d’habiter à Mayotte, pour en
comprendre les évolutions.
36
Quartier M’Gombani Prat, au cœur de Mamoudzou
37
2.
Habitat et
modes d’habiter
38
2.1
Que reste-t-il de l’habitat
traditionnel mahorais ?
« […] l’évolution de la vie mahoraise, y compris habitat,
a pris une trajectoire absolument spectaculaire »
Jon Breslar (1997)
Décrire ce qu’est aujourd’hui l’habitat mahorais, c’est décrire un
processus, des mutations profondes des modes constructifs et des
modes d’habiter qui accompagnent l’évolution rapide et parfois
brutale qu’a connu l’île ces vingt dernières années.
Depuis les travaux de Jon Breslar15
à la fin des années soixante dix -
travaux qui font référence - la situation a considérablement évolué.
En effet, l’arrivée de nouveaux matériaux sur l’île, l’importation de
techniques de construction, l’impact des politiques publiques en
matière de logement social, l’explosion démographique et
l’adaptation des modes de vie à la modernité européenne ont
profondément modifié le visage de l’habitat mahorais.
L’habitat mahorais des année 80, aussi unique que monolithique, a
cédé la place à une diversité d’usages et de pratiques intimement
liée aux mutations de la morphologie de l’habitat imposées par
l’urbanisation rapide que connaît l’île.
Pourtant, impossible de dire qu’aujourd’hui les modes d’habiter se
sont alignés sur les usages européens. L’organisation traditionnelle
s’adapte et se diversifie, mais structure encore considérablement la
vie quotidienne mahoraise. Commençons donc par là.
15
Voir Jon Breslar (1982), ainsi que ses notes rédigées au cours d’une mission à
Mayotte en 1997, dans lesquelles il décrit l’ampleur des changements intervenus
depuis son dernier séjour sur l’île dans les années 80, mais aussi les permanences.
39
2.2
Organisation traditionnelle
de l’habitat mahorais
Quoi de mieux qu’une langue pour traduire les subtilités d’une
culture ? Même si traduire c’est souvent trahir, le passage par la
langue permet de comprendre les concepts propres à une société.
Une société mahoraise dont les pratiques tranchent parfois
radicalement des usages occidentaux. Un mélange souvent heureux
d’une culture africaine teintée de consonances arabes issues de
l’islamisation tardive de l’île.
Un premier terme est au cœur de l’organisation de l’habitat
mahorais : le mraba. Désignant à la fois la clôture qui borne
invariablement l’enclos familial et la famille elle-même, le mraba est
une entité sociale, une unité familiale matérialisée dans cette clôture
qui marque la frontière entre l’extérieur et l’intérieur, un intérieur qui
est loin de correspondre au seul espace couvert de la maison.
Mais j’y viens.
Le dessin qui suit illustre l’organisation traditionnelle de la parcelle
familiale, le shanza, j’y ferais référence par la suite.
Notons dès maintenant les éléments constitutifs de l’habitat
traditionnel mahorais : une parcelle clôturée dans son intégralité (le
shanza /1/), une case située en bordure de parcelle, donnant sur la
rue (la nyumba /3/), deux entrée dans l’espace familial, une
donnant directement sur le shanza /4/, l’autre dans la case /6/, et
un certain nombre d’éléments qui s’organisent dans l’espace ouvert
du shanza.
Commençons donc la visite par l’espace couvert.
40
Organisation traditionnelle du Shanza
(Source : Besombes et Perrot, Habitat Mahorais Tome 3, 1982, page 16)
41
L’espace couvert et ses pratiques
La maison, la case, l’objet bâti est donc la nyumba /3/.
Traditionnellement la case est constituée de deux pièces, souvent
appelées « chambres ». C’est une bonne illustration de ce qu’est
l’habitat mahorais : seule une partie des fonctions classiques de
l’habitat (ici le sommeil et la réception) sont remplies par l’espace
bâti couvert, c’est donc dans l’espace ouvert qu’il faut chercher les
autres.
Mais revenons aux « chambres », nous sortirons par la suite.
Fuko la m’trubaba, la chambre de l’homme
Fuko la m’trubaba /4/ se traduit littéralement par « chambre de
l’homme », pourtant cette pièce, ouverte par une porte sur la
varangue extérieure /6/ et sur la rue, n’est pas réservée à l’homme.
C’est la chambre à coucher du couple la nuit, et le lieu de réception
le jour.
La culture occidentale marque l’intimité de la chambre à coucher en
la situant au point le plus inaccessible de l’habitat, loin des regards,
loin des visites. Ici c’est tout simplement l’inverse, la chambre, et qui
plus est celle du couple, donne directement sur l’extérieur et sert de
lieux de réception. Seul le lit est interdit aux visiteurs, qui
s’installeront sur les chaises ou le canapé présents dans la pièce.
Fuko la m’trumama, chambre de la femme
Pour accéder à la « chambre de la femme » /5/, il faut passer par la
porte intérieure qui la lie à celle « de l’homme », ou accéder
directement par la porte donnant sur la cour. Ce lieu, par nature
plus privatif que le précédent, remplit des fonctions moins précises,
mais il accueille en général les enfants pour la nuit.
Les varangues
Les varangues prolongent l’espace couvert et servent d’espace de
transition avec l’extérieur.
La varangue côté rue /6/ donne donc sur la chambre de l’homme.
Sa fréquentation par les femmes semble relativement récente, les
42
conversations qui s’engagent dès lors inéluctablement donnent
pourtant toutes leurs saveurs aux débuts de soirée.
La varangue intérieure est sans aucun doute un lieu très fréquenté.
Seul endroit agréable quand le soleil surchauffe la case et rend la
cour infréquentable, c’est le lieu de tous les usages : repos, accueil
des proches, préparation de la cuisine, cuisson…
Point de cuisine donc, de sanitaires ou de salon dans la case
traditionnelle, mais l’habitat ne se limite évidemment pas à l’espace
clôt, sortons donc dans la cour…
L’espace ouvert, espace intérieur
Une porte ou une entrée en chicane donne directement sur la cour,
ou shanza. Pour être complet, il faudrait préciser que le shanza
comprend à la fois la cour et le terrain d’assiette de la case, il
correspond donc plus exactement à la parcelle familiale. Pourtant
l’usage tend à identifier le shanza à la cour, je m’y tiendrais.
Une entrée à part donc, qui permet d’accéder directement à l’arrière
de la maison et à la cour. C’est par là qu’il faut passer pour trouver
quelqu’un chez lui, inutile de frapper à la porte de la case, les
mahorais vivent dans leur cour. Mais on n’entre pas comme cela
dans le shanza, il convient de taper à la porte, ou de crier un
« odi ? »16
et d’attendre un « caribou ! »17
avant de franchir le seuil,
car c’est bien d’un seuil qu’il s’agit, transition entre un extérieur et
un intérieur pourtant… à l’extérieur.
Lieu de réception moins formel que la chambre de l’homme, le
shanza est aussi le lieu d’usages très divers : cuisine avec de
fréquents petits bangas18
dédiés (banga lao pishia /7/), élevage avec
ces poulaillers sur pilotis que sont les dao la kuhu /10/, greniers qui
se font désormais rares (kanya /9/) , petits potagers, fêtes, etc…
Un shanza propre est un shanza débarrassé de toute herbe ou autre
présence de ce qui pourrait rappeler la nature sauvage. Un shanza
propre est donc un shanza boueux à la saison des pluies, et
16
« Il y a quelqu’un ? »
17
« bienvenue ! »
18
Banga : case à une seule pièce.
43
poussiéreux à la saison sèche. Le jardinage et l’aménagement floral
sont loin d’être à la mode à Mayotte…
Le shanza est aussi le lieu des soins du corps, fonction éminemment
intime et intérieure, mais qui prend ici sa place dans l’espace ouvert
au plus loin de la case, avec le Mraba wa sho /8/. Le mraba wa
sho abrite derrière une clôture et une entrée en chicane un espace
de toilette et d’ablutions avant les prières constitué d’une dalle en
ciment, et une installation sanitaire qui se limite à une fosse sèche,
trou simplement creusé dans le sol. L’usage des toilettes à chasses
d’eau, qui nécessitent à la fois un raccordement au réseau d’eau
public et l’installation d’une fosse septique, est très loin de se
généraliser à Mayotte. Il n’est pas rare de constater après
l’installation de sanitaires par les pouvoirs publics, que les mraba wa
sho continuent d’êtres utilisés, et que le bloc sanitaire flambant neuf
sert de local de rangement…
44
Quartier SIM - Bandrélé
45
2.3
Et le shanza passe au salon
Que retrouve-t-on au bout des fils EDM qui courent de façon
anarchique au-dessus des toits mahorais ? Des postes de télévision
bien évidemment.
Une raison de plus pour abandonner progressivement la cour et
rejoindre les espaces intérieurs, pourtant souvent aussi sombres que
surchauffés. Le shanza perd en effet de son importance comme lieu
de travail et de rencontre sociale, conséquence évidente d’une
urbanisation qui a réduit singulièrement sa surface, mais aussi de
modes de vie nouveaux. Le salon est en effet souvent la troisième
pièce qui faisait défaut à l’habitat mahorais, remplaçant le shanza,
notamment dans ses fonctions d’accueil.
La cuisine fait aussi son apparition, souvent en grandes pompes.
Pourtant, elle reste en général cantonnée aux usages de cuisson, la
varangue restant le lieu privilégié de la préparation des repas. Son
équipement s’améliore rapidement, et le frigo est désormais rejoint
par la gazinière et par toute une batterie d’ustensiles offerts à
l’occasion des mariages. Des équipements parfois immédiatement
délaissés par certaines, pour revenir à la cuisson sur le brûleur à
pétrole sous la varangue…
Les espaces sanitaires ont quant à eux parcouru un vaste chemin
ces dernières années. Si les mraba wa sho restent plus que jamais
d’actualité, y compris en zone urbaine, la salle de bain et ses
toilettes se sont rapprochés progressivement du bâti pour s’y coller,
puis s’y intégrer, dans des conditions de ventilation parfois
douteuses. L’absence d’assainissement collectif dans l’essentiel des
zones urbaines est un handicap lourd dans leur processus de
densification, pallié plus qu’imparfaitement par l’implantation de
vastes fosses sèches sous les bâtiments, avec les conséquences en
terme de santé et de stabilité des bâtis que l’on peut imaginer…
46
2.4
La femme,
toujours au cœur du système ?
« La maison, dans la vie de l’homme, évince les contingences ;
elle multiplie ses conseils de continuité. Sans elle, l’homme
serait un être dispersé »
Viollet le Duc, cité par François Calame - 1987
Une fois n’est pas coutume, mais c’en est pourtant une à Mayotte, la
femme est au centre de l’organisation de l’habitat mahorais. Cette
tradition qui précède l’islamisation de la société mahoraise a
perduré, et structure fondamentalement les pratiques de l’habitat
sur l’île.
Les enquêtes réalisées aujourd’hui19
le montrent bien : c’est en
général encore la femme qui est propriétaire du logement. Plus
largement, c’est la femme qui fixe le lieu de résidence de la famille.
La matrilocalité domine donc, la fille habitant avec son mari dans sa
case, située dans le village de sa mère.
Certaines diront « enfin ! », mais autant les détromper tout de
suite : la matrilocalité n’est pas le témoignage d’un respect
particulier de la femme dans la culture mahoraise, c’est seulement
une sécurité minimale pour celles-ci, tant les séparations sont
fréquentes et les couples instables dans cette société.
De plus, ce qui est perçu aujourd’hui comme un patrimoine
important ne l’était pas il y a peu sur l’île. La durée de vie des cases
traditionnelles ne dépassait pas 10 à 20 ans, et la valeur du foncier
19
Notamment les enquêtes menées dans le cadre des opérations MOS, qui
permettent d’avoir une vision précise de l’organisation sociale dans les quartiers
concernés par des opérations de Résorption de l’Habitat Insalubre.
47
n’a pris de l’importance que depuis quelques années. La case
comme le foncier, qui n’étaient que des éléments de sécurité pour
ces femmes, seul point de stabilité familiale, n’est devenu que très
récemment un élément de patrimoine.
C’est au père que revient donc traditionnellement la responsabilité
de trouver pour ses filles un terrain dans le village de leur mère, et
d’y bâtir une case avec l’aide des fils et cousins. Une responsabilité
de plus en plus difficile à assumer, tant le foncier se raréfie, mais
l’aide perdure notamment par l’apport financier nécessaire à la
construction d’un logement social.
Et l’homme dans cette histoire ? Il accepte encore souvent son
statut d’« hébergé », d’autant plus facilement que certains sont ainsi
hébergés à plusieurs adresses, plus ou moins officiellement, la
culture polygame étant encore très prégnante20
.
Pourtant, aujourd’hui apparaît une nouvelle classe d’hommes,
souvent urbains et salariés, conscients de l’importance du
patrimoine immobilier. Une fois les obligations envers leurs filles
remplies, et parfois même avant, ils deviennent propriétaires en
passant par la construction sur des parcelles familiales encore
vierges ou grâce à un marché immobilier encore opaque et mal
structuré. Une guerre des sexes qui s’amorce et qui remet en cause
le schéma femme-propriétaire / homme-financeur, et pas forcément
pour le plus grand bien de celles-ci, qui perdent la sécurité d’un
patrimoine et d’un toit sans pour autant gagner l’indépendance du
salariat.
Quant aux jeunes hommes, qui sortaient très rapidement du
domicile familial pour aller se construire un banga21
dans un coin de
la parcelle familiale ou en bordure du village, ils sont désormais
nombreux à éviter cette étape. Cette gestion sociale de
20
La polygamie et la répudiation avaient statut légal à Mayotte jusqu’au 1er
janvier
2005, l’Etat français allant jusqu’à prévoir des colonnes pour plusieurs épouses dans
ses fiches d’imposition…
21
Si le banga accueille en général un jeune adolescent, sa définition stricte est celle
d’une case d’une seule pièce. Le banga peut donc avoir des usages évolutifs ou
polyvalents, accueillant un jeune de la famille, une personne âgée, un locataire, ou
simplement une cuisine extérieure.
48
l’adolescence particulièrement efficace qui passait par une prise
d’indépendance précoce est remise en cause par la densification des
parcelles en milieu urbain, qui laisse de moins en moins de place
pour les libertés adolescentes.
Ainsi, si la femme reste bel et bien au cœur de l’organisation de
l’habitat mahorais, le développement économique de l’île mais aussi
l’importance des vagues migratoires ont assoupli le système.
De nombreuses femmes des trois autres îles de l’archipel sont ainsi
arrivées ces dernières années. Ne disposant pas de parcelles
familiales et encore moins de cases, elles vivent aujourd’hui dans le
secteur locatif émergeant en zone urbaine ou chez leurs maris.
Des hommes qui ont bien compris l’importance financière mais aussi
symbolique du patrimoine immobilier…
49
A M’Tsapéré…
50
2.5
Transmission et partage :
la vie contrariée du Mraba
Islam et tradition africaine sont donc mêlés pour créer un mode de
transmission différent des traditions européennes ou arabes. Avec la
maison et la parcelle, c’est bien plus qu’un patrimoine, c’est une
appartenance à la société villageoise qui se transmet. Sur cette base
s’établit la différence entre le Wonyej, faisant partie de la
communauté, et le Wadjen (l’étranger), qui structure encore la vie
mahoraise.
La mitose du Mraba
La transmission par les femmes, avec une égalité de traitement
entre les filles, a des conséquences structurantes pour la vie des
parcelles familiales.
Le Mraba familial vit en effet des transformations qui rappellent la
mitose des cellules vivantes : une division successive de l’habitat qui
doit laisser une parcelle et une case à chacune des filles de la
famille. Le foncier mahorais est marqué par ce processus de
partage, et on retrouve fréquemment des successions de petites
parcelles en bande, témoignage d’une division égalitaire entre filles.
L’implantation des cases en bordure de shanza est aussi une des
conséquences de ce mode de transmission, elle permet en effet de
garder toute la latitude nécessaire pour effectuer le partage.
Ce processus de division aboutit mécaniquement à une saturation
des parcelles au bout de quelques générations, les shanza devenant
trop petits pour accueillir une famille.
51
La tradition de matrilocalité répondait simplement à ce phénomène
en attribuant de droit une parcelle vierge aux filles du village. Ce
phénomène de conquête des périphéries villageoises était souvent
précédé par l’implantation des bangas des jeunes hommes sur des
terrains non habités (shamba), qui cèdent peu à peu la place aux
Nyumba des filles du village.
Ce type d’extension urbaine a été aussi simple qu’évident pendant
de nombreuses années, tant le foncier libre était disponible, mais
aujourd’hui le processus est bloqué.
Le cancer du Mraba
La forte croissance de la population qu’a connue l’île ces vingt
dernières années s’accompagne en effet d’une pression foncière
massive, qui limite considérablement le nombre de parcelles
disponibles.
Ce phénomène, conjugué à une politique de limitation des
naissances22
dont les effets se font attendre, place les familles dans
des positions souvent très complexes, notamment en milieu urbain.
Les parcelles se densifient donc rapidement, pour offrir aux filles de
la famille le toit qui leur est dû.
Le shanza est alors couvert par les extensions successives du bâti,
qui dès lors prend de la hauteur pour accueillir ses occupants dans
les étages.
Densification naturelle des parcelles qui en milieu urbain
s’accompagne d’un bâti souvent anarchique et inadapté aux
constructions en hauteur, effaçant le shanza pourtant au cœur des
usages mahorais. Une forme de dérive pathologique de la mitose du
mraba que certains ont considéré comme son cancer.
22
Les campagnes de sensibilisation sur le thème « 1, 2, 3 bàs » (c’est tout) peinent
à atteindre les effets escomptés, et le taux de fécondité reste proche des moyennes
africaines. Ici comme ailleurs, c’est l’éducation des femmes qui reste le meilleur
outil de maîtrise de la fécondité.
52
Tissus urbain – Centre ancien de Pamandzi
53
2.6
Monter d’un étage
Au mode traditionnel de transmission des terres, basé sur la division
et la colonisation des terres non habitées succède donc une
densification très nette des shanzas dont on peut dater le
démarrage au milieu des années 90.
Cette densification passe en général par une étape de couverture
complète de la parcelle par du bâti, au cours d’extensions
successives. Une densification prioritairement horizontale car elle
assure une parfaite maîtrise du foncier. Les géomètres se sont faits
bien rares sur l’île jusqu’à maintenant, et les clôtures ont toujours eu
tendance à migrer nuitamment… Cette occupation horizontale est
aussi une des conséquences de la politique de logement social qui a
toujours évité les toits terrasses, limitant les possibilités d’extension
à l’étage.
Mais les fers à béton en attente laissent peu de place au doute :
l’étage est en vue. L’étage apparaît dans l’habitat individuel vers la
fin des années 80. En général les étages sont desservis par un
escalier extérieur, permettant ainsi de loger différentes familles dans
des appartements séparés. C’est une évolution logique des
constructions en toit terrasse en période de raréfaction du foncier,
mais qui semblait poser des questions très complexes dans la
société mahoraise.
En effet, l’habitat mahorais est, comme on l’a vu, organisé autour du
shanza, lieu de rencontre, de travail, mais aussi des soins du corps
et de festivités. Comment, dès lors allait, s’organiser une vie en
étages, sans accès à la cour ? Comment organiser ces fêtes
familiales ou rituelles sans espace extérieur ? Quelle gestion de
l’adolescence allait succéder aux bangas jeunes implantés aux fonds
des parcelles ?
54
Autant de questions auxquelles les mahorais ont répondu, comme à
leur habitude, très simplement et calmement.
L’usage de l’étage est aujourd’hui bien intégré en milieu urbain. En
ménageant un accès indépendant à l’étage supérieur, une fille de la
famille, mais aussi de plus en plus souvent des locataires peuvent
partager le même bâti que la famille, sans grandes difficultés.
Aujourd’hui c’est bien d’un passage au R+2, voire R+3 qu’il est
question dans certaines zones très urbanisées, un passage qui
prendra sans doute forme avant tout aboutissement des réflexions
sur la question, une fois de plus.
Si des questions techniques liées notamment à l’assainissement ou à
l’insonorisation devraient êtres soulevés à court terme, ce passage à
des formes très urbaines doit aussi être pris en compte à l’échelle de
l’aménagement urbain. Au-delà de l’habitat lui-même, la vie dans les
étages engendre des besoins en termes d’espaces publics
aménagés, pour les festivités notamment, ou de lieux de gestion de
la petite enfance qui font aujourd’hui défaut.
Il faudra bien y penser.
55
2.7
L’acte de construire :
la vie continue du logement
« (…) Cet intérêt du propriétaire pour sa maison se
prolongeait même indéfiniment, car selon une vieille
superstition, le propriétaire mourrait lorsque sa maison serait
complètement achevée ; aussi le prudent maître de maison
continuait à modifier sa maison, rajoutant toujours quelque
chose et retardant la pose fatale de la dernière pierre. »
Hassan Fathy - 1970
L’acte de construire est un moment fort de la vie mahoraise, un des
temps majeurs, avec le pèlerinage à la Mecque et le grand mariage.
Un moment clef donc, qui donne lieu à des pratiques d’entraide
importantes, pratique qui porte un nom : la musada.
La musada c’est traditionnellement la réunion des frères, des oncles
et des cousins pour construire la case d’une fille de la famille. Plus
largement c’est une pratique d’entraide collective qui permet de
fournir les bras nécessaires pour les moments forts des chantiers.
Mayotte n’est pas un pays de l’autoconstruction, la compétence
reste et a finalement toujours été aux mains de quelques-uns, les
fundis, ceux qui savent, mais la musada permet de fournir la main
d’œuvre nécessaire.
Si construire est un temps fort à Mayotte, c’est aussi un temps long.
Le logement subit continuellement des extensions et des évolutions
au gré des besoins et des moyens, à tel point que le coup de
peinture final qui clôturera la construction se fait attendre sur la
56
plupart des cases. Les fers à béton pointent vers le ciel, signalant à
tous que le propriétaire n’est ni à court d’ambitions ni à court
d’idées, mais juste de fonds.
Si la réalisation est en général le fait de professionnels, la
conception fait rarement l’objet d’une démarche à priori réellement
finalisée. La construction se fait alors au gré du temps, en fonction
notamment du besoin de loger les filles dans les étages, par petites
touches successives, souvent hésitantes. Les murs nus vieillissants
de maisons inachevées témoignent des erreurs de conception et
d’appréciation des coûts de bien de ces candidats à la construction.
L’étape du permis de construire est, quant à elle, encore très
souvent considérée comme une démarche administrative aussi
fastidieuse que facultative.
Le logement mène donc une vie continue à Mayotte, et s’adapte à la
vie de ses occupants. Une adaptation plus ou moins rapide, plus au
moins heureuse, mais en tout cas constante. Une démarche
d’appropriation qui touche aussi le logement social comme on le
verra par la suite.
57
2.8
Évolution des modes
constructifs
Parallèlement à son évolution morphologique, l’habitat mahorais a
aussi connu une très rapide transformation de ses modes
constructifs depuis les années 80.
Après un large mouvement de durcification, initié par les politiques
du logement social introduisant notamment la brique de terre
comme matériau de construction, puis la dynamique de construction
privée basée sur le
parpaing, le mouvement
s’est progressivement
essoufflé. En effet, les
données des différents
recensements montrent
une stagnation du taux de
logements en dur sur l’île,
une partie importante de
la croissance urbaine étant constituée de logements en tôles. Les
bâtis précaires sont donc aujourd’hui essentiellement constitués de
logements en tôles, concentrés notamment dans les pentes des
zones urbanisées, remplaçant rapidement les cases en matériaux
naturels.
Dans ce tableau, l’habitat social tient une place à part. Une place
majeure, avec plus de 16 000 cases construites depuis 1978, sur
laquelle je reviendrais très largement dans le chapitre suivant.
Type de murs 1997 2002
Végétal et terre 20,9 % 14,4 %
Tôle 12,0 % 21,0 %
Semi-dur 7,3 % 4,3 %
Dur 57,3 % 57 %
Autre 2,5 % 3,3 %
Source : INSEE 1997 et 2002
58
Les cases en matériaux naturels
La typologie des cases traditionnelles en matériaux naturels s’est
profondément modifiée ces dernières années. L’apparition et la
généralisation de la tôle pour les cases précaires a considérablement
appauvri les compétences des bâtisseurs en matériaux naturels.
En 1978, Jon Breslar recensait pas moins de 10 types constructifs en
matériaux naturels différents. Seul un petit nombre d’entre eux
perdurent aujourd’hui.
Les cases en Trotro, torchis de terre sur un treillis de bois ou de
bambous, se rencontrent encore fréquemment. Bien souvent ce sont
les bangas jeunes qui sont ainsi construits. La construction du
banga est une phase importante de l’adolescence, à la fois celle de
l’apprentissage de techniques de constructions traditionnelles et de
l’acquisition d’une indépendance souvent très précoce.
Le torchi est une autre technique constructive qui consiste à garnir
le treillis de bois non pas de terre mais de cailloux, avec un crépis au
mortier de ciment. Une technique efficace qui peut avoir une bonne
durabilité si la structure et le soubassement sont sains, et l’entretien
régulier.
Les toitures en chaume ou feuilles de cocotier tressées cèdent le pas
devant la tôle pour les toitures des cases en matériaux traditionnels.
L’entretien des toitures végétales est souvent considéré comme trop
contraignant, même si leurs propriétés thermiques sont bien
supérieures.
59
Banga jeune – Mangajou, Sada
60
Cette maudite case en tôle
La case en tôle, honnie des aménageurs, pullule pourtant.
L’implantation d’usines de pliage sur l’île et la baisse des coûts
d’importation a fait exploser la part des « doubles tôles » (murs et
toiture en tôle) dans l’habitat mahorais.
Il faut moins d’une journée pour construire une double-tôle : une
structure en bois supporte un assemblage de tôles ondulées
simplement clouées. Des tôles bien souvent laissées en l’état, sans
peinture comme cela peut se pratiquer ailleurs.
Si le matériau a bien des défauts, notamment thermiques et de
résistance aux cyclones, c’est bien son usage qui est critiqué. Un
usage très simple, voire simpliste qui limite la construction à sa
fonction d’abri couvert.
Et pourtant non seulement les doubles-tôles sont préférées aux
cases en matériaux naturels par les habitants, notamment pour leur
résistance aux pluies, mais ces tas de ferraille qui peuplent les
hangars des distributeurs de matériaux ont finalement été la seule
réponse au besoin de logements d’une population en très forte
croissance.
Cette explosion de l’habitat précaire remet en cause les avancées de
la durcification initiée par les pouvoirs publics. Un habitat précaire
qui sera en première ligne lors du prochain cyclone d’importance.
61
Case double tôle – Tsoundzou 2
62
La case en parpaing
Le parpaing est pour la population mahoraise le matériau par
excellence, la référence en termes de construction en dur. Mais le
parpaing est aussi un symbole, un symbole de réussite sociale qui
s’affirme progressivement sur les trottoirs des villes mahoraises.
Et oui, construire à Mayotte prend du temps, et l’épargne prend
souvent la forme d’un tas de parpaings empilés devant la maison,
qui mettront parfois plusieurs années avant de s’aligner sur un mur.
Une pratique du « parpaing-épargne » encore très répandue dans
une population qui ne connaît encore que très rarement
l’endettement. Cette épargne est parfois soumise à inflation, tant les
parpaings sous-dosés de certains artisans ont tendance à s’éroder
sous les flots des pluies de mousson.
Les toits terrasses, les murs de parpaings bruts, et les inévitables
fers à béton en attente d’un avenir incertain donnent à l’architecture
mahoraise un aspect un peu massif et brutal. La distribution des
pièces, le travail des lumières et les finitions sont souvent indigents,
sans parler de leur inadaptation évidente au climat chaud.
Mais voilà, la case comorienne en parpaings est un signe évident de
réussite, l’exact opposé de la case en matériaux naturels, et ce n’est
pas rien. A cela s’ajoute des facultés réelles de résistance aux
intempéries et aux catastrophes naturelles, et surtout une parfaite
adaptation à un mode de vie local qui privilégie une construction
étalée dans le temps, s’adaptant aux capacités financières et aux
besoins du moment, multipliant les extensions à n’en plus finir.
Et c’est bien un goût d’inachevé qu’elles laissent souvent, ces cases.
Une place à part pour l’habitat social
Dans ce paysage urbain l’habitat social s’est forgé une place
d’exception. Un jeu de formes, de couleurs et de matériaux
développés au cours d’une histoire exceptionnelle.
Il est donc temps d’y venir.
63
Parpaing épargne - M’Tsapéré
64
… respiration
Elle, 35-40 ans, faisant du stop sur le bord de la RN à Tsoundzou 1,
et moi dans ma 305 break, 299 735 kilomètres au compteur.
Moi : Bonjour, je peux vous laisser au baobab si vous voulez.
Elle : Oui c’est bien. (elle monte)
Moi : Vous allez au marché ?
Elle : Oui il faut faire les courses, et vous ?
Moi : Je vais travailler.
Elle : Vous travaillez au RéA ?
Moi : Comment vous savez ça ?!!??? (Interloqué)
Elle : Pour travailler le week-end au baobab, y a que RéA
Moi : Ben…
65
3.
La case SIM,
toute une histoire
66
3.1
La démarche SIM,
une démarche utopique ?
L’Utopie est une île, souvenons nous en, une île coupée du monde,
comme l’était Mayotte à la fin des années soixante-dix.
Sans aucun doute du dédain. La métropole ignorait complètement
ce bout de terre aux horizons limités, moins développé en ces
années-là que bien des Etats d’Afrique sub-saharienne.
Un dédain transformé en un formidable espace de liberté par
quelques hommes arrivés là souvent par hasard, et bien décidés à
s’attaquer au problème majeur de l’habitat. Car sur cette l’île, la
quasi totalité des logements sont à l’époque considérés comme
insalubres et n’offrent aucune protection contre les aléas naturels.
La constitution de la Société Immobilière de Mayotte (SIM) est un
des premiers actes d’une administration naissante, avec pour
mission d’offrir des logements aux fonctionnaires métropolitains qui
se devaient d’arriver en nombre.
Rapidement la SIM devient l’outil d’une politique d’habitat social
originale, développée dès 1977 dans un isolement quasi total.
Cette politique a eu pour but dès les origines de concevoir des
modèles d’habitat adaptés aux modes de vie locaux, au travers
d’une démarche innovante, afin de mettre en place une politique
massive de construction pour répondre aux besoins en logements.
Une histoire d’hommes
Cette histoire est celle d’une étrange conjonction de personnalités
fort différentes, qui ont façonné patiemment une politique
d’intervention publique originale dans une liberté quasi totale.
67
Certains sont encore là, d’autres pas si loin, encore marqués par
cette expérience qui a eu un goût d’aventure qui donne aux derniers
débarqués l’impression un peu amère d’être arrivés trop tard.
Jacques Maurice fut le premier directeur de la Direction de
l’Equipement de Mayotte de 1976 à 1981. Sa personnalité a
profondément marqué les politiques d’habitat social qui ont perduré
après son passage sur l’île. Fonctionnaire innovant à plus d’un titre,
il a tiré de la lecture d’Hassan Fathy une attention aux cultures
locales et aux problématiques de développement. Un de ses
principaux mérites fut sans doute d’avoir assumé pleinement les
responsabilités qui lui incombaient, et d’avoir transformé les
handicaps de l’isolement en espace de liberté pour des initiatives
locales qu’il a su fédérer.
Jon Breslar est américain. La thèse d’ethnologie qu’il réalise à
Mayotte à la fin des années soixante-dix sert de base au tome 1 de
l’ « Habitat mahorais », un ouvrage qui synthétise les connaissances
dans le domaine et qui structure par la suite les expérimentations de
l’habitat social. Il est à l’origine d’une démarche de recherche
appliquée puisqu’il intègre la Cellule Habitat Social de la SIM entre
1978 et 1982, et participe ainsi à l’adaptation des premiers modèles
de cases aux besoins des familles. Il fera un retour ponctuel sur l’île
en 1997 à l’occasion d’une mission pilotée par la SIM. Jon Breslar
est décédé en 2005.
En citer quelques uns c’est en oublier beaucoup trop, mais
impossible ici de ne pas nommer les deux architectes qui ont
marqué de façon fort différente ces expériences mahoraises du
logement social : Léon Attila Cheyssial et Vincent Liétard.
Le premier a sans doute été une sorte d’électron libre dans ce
paysage tropical. Architecte et sociologue de formation, il intervient
de façon indépendante dès le début des années 80 au travers d’un
cabinet d’architecture et d’un bureau d’études. Il continue depuis
quelques années son travail sur l’île de la Réunion, gardant un œil
attentif sur l’évolution de Mayotte.
Vincent Liétard a quant à lui intégré la SIM dès le début des années
80, et continue d’y œuvrer. Au-delà de son regard d’architecte qui a
marqué profondément la production des meilleures heures de la
68
société, il est aussi pour beaucoup dans le développement de
matériaux comme le bloc de terre compressé (BTC).
Des objectifs ambitieux
Dès l’origine l’action de l’Etat relayée par les acteurs locaux, et
notamment la SIM, s’est fixé des objectifs ambitieux :
- la promotion des bâtis existants, par la mise hors d’eau, le
renforcement des structures et l’amélioration des conditions
sanitaires
- la pérennisation du bâti par la durcification, afin de le
transformer en élément patrimonial
- la mobilisation des capacités d’autoconstruction et des
matériaux locaux.
D’un point de vue quantitatif, l’objectif était d’améliorer 50% du parc
de logements en 10 ans.
Au-delà même de ces objectifs, ce sont les principes qui ont guidé
cette action qui marquent cette expérience : une volonté affichée de
construire pour et avec le peuple, avec ses savoir-faire, des
matériaux locaux et selon une architecture adaptée tant au lieu
qu’aux modes de vie. C’est aussi la volonté d’utiliser le bâtiment et
le logement social comme levier d’un développement endogène de
l’île.
Le terme d’utopie est souvent sur les lèvres des acteurs de l’époque.
Utopie sans doute, mais utopie assumée. Un élan créatif qui a
permis d’atteindre nombre des objectifs fixés, et qui fait que cette
expérience restera singulière : c’est le fruit de l’étrange rencontre de
ces hommes sur une terre d’exception, en des temps d’isolement.
Une expérience singulière donc, et qui n’est pas transposable, mais
une démarche qui peut encore en inspirer plus d’un.
69
Quartier SIM, Ajangua
70
3.2
Concevoir des logements
adaptés
« Je voulais franchir le fossé qui sépare l’architecture
populaire de l’architecture d’architecte »
Hassan Fathy - 1970
Les besoins sont massifs en cette fin des années soixante-dix, la
quasi-totalité du parc de logements23
doit être reconstruite afin
d’offrir un toit et des conditions de vie décentes à la population.
L’urgence d’une politique massive de construction de logements
sociaux est donc évidente. Et pourtant…
Pourtant, plutôt que de sortir des valises fraîchement arrivées de
métropole des solutions éprouvées, plutôt que de copier les
politiques lancées dans d’autres DOM-TOM, et notamment à la
Réunion, les hommes en charge de ce travail se sont assis, et ont
écouté.
N’idéalisons pas la démarche, mais cherchons à comprendre en quoi
elle a parfois été exemplaire.
S’asseoir et écouter donc. Le travail de Jon Breslar symbolise sans
aucun doute cette démarche. Anthropologue, il réalise au cours des
années soixante-dix un travail d’analyse de l’habitat traditionnel
mahorais. Ce travail, synthétisé dans le premier tome de l’ « Habitat
23
En 1978 on recensait environ 10 000 logements pour 47 000 habitants. 90% du
parc était constitué de logements précaires, 98% d’entre eux étaient insalubres et
ne répondaient pas aux critères minimaux d’hygiène et de confort.
71
mahorais »24
, sera à la base de la conception des premières cases-
type.
Car il s’agit bien de cases-types. En effet, pour répondre aux besoins
massifs de la population, des modèles de logements sont dessinés.
Inspirées des modes d’habiter traditionnels décrits par Jon Breslar,
elles sont conçues pour s’intégrer sans heurt dans les modes de vie
de l’île, tout en apportant le confort minimum nécessaire aux
habitants. Une notion de confort bien relative puisqu’elle se limite au
début à apporter un bâti en dur.
Des modèles d’habitat, un habitat-type, des cases adaptables si ce
n’est adaptées aux besoins de chacun, un vaste programme qui
rappelle les recherches du Mouvement Moderne pour créer un
habitat modèle permettant de répondre de façon massive aux
besoins d’un homme aussi universel qu’abstrait.
Coïncidence, inspiration ou hasard, la proximité s’arrête aux
ambitions : la production massive de logements. L’homme pour
lequel les premières cases-types ont été dessinées est éminemment
culturel.
L’étonnante modestie de ces architectes à l’origine des premiers
traits sur un coin de table est suffisamment rare pour être soulignée.
De l’habitat traditionnel, ils reprennent tout, depuis l’organisation
spatiale en deux petites pièces communicantes, jusqu’à la pente des
toits inspirée des toitures de chaume ou de palmier.
Invention, créativité, innovation feraient donc défaut ? Loin de là.
L’objet est modeste, mineur, voire pauvre à ses débuts, mais c’est la
démarche qui prime. Une démarche d’écoute, je l’ai déjà souligné,
mais aussi profondément innovante. Car sur l’île tout reste à faire :
aucune structure n’est capable de porter un projet de construction
massive, les compétences des fundi25
se limitent à la construction
des fragiles cases traditionnelles, et même les matériaux manquent.
Ils faut les inventer, tout inventer.
24
Voir les références en fin d’ouvrage
25
Désigne ici les artisans, cf références.
72
Source : Vincent Liétard, P Rollet – 1983
La politique du logement social développée à Mayotte en ce début
des années quatre-vingt s’identifie à l’invention de cette case-type
qui prend rapidement le nom de « case SIM ». Elle s’identifie,
certes, mais elle est loin de se réduire à ce simple objet, c’est en
effet toute une démarche.
Une démarche qui adopte dès ses débuts un regard à des échelles
variées, prenant en compte tant les besoins familiaux dans la
conception des cases que les enjeux d’une urbanisation naissante.
Les premiers schémas d’extensions des villages, intégrant les
problématiques urbaines dans un document prospectif en
témoignent.
Il s’agit au final d’une approche architecturale bien particulière,
fondée sur une analyse ethnographique fine validée par une
expérimentation des nouveaux modèles de logements. Tout un
programme.
73
Saison des pluies 4 – Acrylique sur toile
74
3.3
Créer les outils de production
Une telle démarche ne peut prendre corps qu’au travers d’outils de
conception et de production pertinents. Cette organisation a été
d’autant plus importante que l’objectif était de produire
massivement des logements en valorisant au mieux les ressources
locales et en limitant les importations.
L’organisation de la production
La cellule habitat social de la Direction de l’Equipement est
restée l’organe de coordination de cette politique. L’ASAHM
(Association pour l’étude et l’amélioration de l’habitat mahorais) était
quant à elle un outil de conception, réunissant plus largement les
acteurs publics et privés du secteur. Elle préfigurait dès 1978 ce
qu’est aujourd’hui le CDH (Conseil de l’Habitat), regroupant élus et
techniciens.
La SIM (Société Immobilière de Mayotte) est le véritable bras armé
de cette politique. Chargée à sa création en 1977 du logement des
fonctionnaires métropolitains, elle prend en main les programmes
habitat social très rapidement. La société d’Etat pilotée initialement
par l’Equipement se transforme en SEM en 1993. Elle a dès lors un
nouveau rôle d’aménageur.
Les années 2000 sont des années de crise pour cette institution
majeure de l’île. Un rapport de l’Inspection Générale de Finances
critique lourdement sa gestion, et légitime une remise en cause
générale et souvent aveugle de son action, notamment dans le
secteur social.
La SIM semble aujourd’hui se remettre lentement des coups de
buttoir qu’elle a subi ces dernières années, au prix de réformes sans
75
doute nécessaires, de réorganisations souvent douloureuses et d’un
abandon de son rôle d’aménageur pénalisant pour l’île.
En parallèle à ces institutions, la réalisation des logements a
nécessité de mettre en place une véritable structure de formation
des artisans, c’est la mission de l’APFPC (Association pour la
Formation Professionnelle Continue) dès le début des années 1980.
La formation et l’encadrement sur les chantiers ont été réalisés par
des Compagnons du Tour de France volontaires de l’aide technique.
Ce relais de compétences a formé des générations d’artisans sur
l’île. On retrouve les traces dans des savoir-faire reconnus, dans des
domaines comme la charpente.
La coopérative de la Musada a notamment joué le rôle de centrale
d’achat, jusqu’à sa cession en 1999. Avec les briqueteries et les
ateliers de production elle a été la pierre angulaire de l’outil de
production.
Cette organisation est la suite logique des orientations politiques qui
ont guidé cette démarche d’habitat social : favoriser, par la
construction massive de logements sociaux un développement
endogène. La formation et l’organisation des artisans, la recherche
de voies alternatives à l’importation de techniques et de matériaux,
la valorisation de matériaux locaux ont été pendant de longues
années au cœur d’une politique de l’habitat qui prenait des airs de
politique de développement.
La participation des habitants
Mais cette démarche va même au-delà : elle cherche à impliquer
très largement les habitants, non seulement dans la conception mais
aussi dans la réalisation de leurs logements.
Dans une société qui, en 1980, n’était que très faiblement
monétarisée, l’apport des accédants a très majoritairement été
constitué de matériaux et de main d’œuvre. C’est l’Aide en Nature,
qui a permis à plusieurs milliers de familles d’accéder à un logement
en dur en réalisant tout ou partie de leur logement sous la direction
d’un fundi préalablement formé.
76
Cette implication des habitants, favorisant à la fois un bon entretien
du bâti et son appropriation, s’est peu à peu estompée au profit
d’un apport personnel monétaire.
Qu’en reste-t-il ?
Que reste-t-il de ces outils de production, de cette implication des
habitants et finalement de ces principes qui ont guidé la production
de logements dans l’île ?
Finalement pas grand-chose.
Si la SIM demeure et semble pouvoir à l’avenir porter le
développement d’une politique d’habitat social ambitieuse, les temps
ne sont plus aux réflexions sur le mode de développement à adopter
sur l’île.
L’abandon progressif de l’implication active des habitants, la
normalisation des rapports avec des artisans et l’organisation de la
distribution privée de matériaux est le signe d’un replis des
ambitions du logement social sur le cœur de son action.
Rares sont ceux qui analysent aujourd’hui ce secteur en prenant en
compte son impact sur une économie aussi insulaire qu’apathique.
Pourtant le secteur de la construction est aujourd’hui le seul qui
montre un véritable dynamisme, et une relance du logement social
aurait un véritable impact sur l’économie générale. A condition
évidemment que ces chantiers profitent aux petits artisans qui seuls
génèrent une redistribution efficace, et si les modes constructifs
favorisent les matériaux et la main d’œuvre locale. Ces
préoccupations sont bien peu actuelles, les temps sont à la mise aux
normes et à la réduction des coûts, le prix unitaire d’un logement
est analysé sans un regard pour le coût social de sa réalisation, et le
logement social n’est plus considéré comme un outil de
développement endogène de l’île. D’ailleurs on n’en parle plus.
L’esprit qui a guidé la mise en place de cette politique du logement
social aussi novatrice que responsable persiste pourtant. Au-delà
des nostalgies, des esprits un peu rêveurs, à la SIM et ailleurs,
réfléchissent à une actualisation de ces beaux principes à un
contexte qui a radicalement changé. Et les alizés donnent parfois
corps aux utopies…
77
Daïra, cérémonie religieuse - Bouéni
78
3.4
Développer un matériau
adapté
Le Bloc de Terre Comprimée (BTC), simplement appelé « brique »
localement, est un matériau passionnant.
Lancé entre 1978 et 1982, le travail autour de cette brique de terre
non cuite stabilisée au ciment vise à développer une alternative
crédible au béton qui fait alors son apparition sur l’île. L’usage qui
était fait du béton était alors médiocre, et en plus d’accentuer la
dépendance de l’île à des matériaux importés, il générait un usage
croissant du sable des plages, menaçant l’équilibre écologique du
lagon, et la solidité des constructions.
Le BTC fait son apparition aux Comores dès 1976, mais c’est bien le
travail de recherche mené par la SIM et le Centre de Recherche et
d’Application Terre de Grenoble (CRATerre)26
, à partir de 1980, qui
permet de développer son usage.
26
http://www.craterre.archi.fr
79
En plus d’être beau, mais l’avis reste personnel, ce petit bloc
présente des caractéristiques mécaniques correctes (au moins en
comparaison des parpaings de l’époque). Il est de plus peu coûteux
à produire, et ne nécessite que des matériaux disponibles sur toute
l’île (terre argileuse, pouzzolane et un peu ciment cependant), tout
en épargnant les plages.
C’est toute une filière de production qui s’organise au début de la
décennie quatre-vingt. Il faut être en effet capable de produire des
BTC sur toute l’île, les pistes non bitumées de l’époque rendant
impensable le transport depuis un seul point de production. 20
carrières et 19 briqueteries sont ainsi créées, qui alimenteront tous
les chantiers d’habitat social ou locatif lancés par la SIM. Cette filière
produira entre 20 et 30 millions de briques27
, permettant de réaliser
plus de 12 000 logements28
, mais aussi de former des équipes et de
multiplier l’effet redistributif de la politique de logement social.
Ce matériau est donc nouveau, mais cependant inspiré des
pratiques traditionnelles mahoraises qui ont toujours laissé à la terre
une place importante. La logique est poussée à bout, avec la
formalisation de normes techniques29
portant sur la BTC. Un
document en forme de reconnaissance, certes, mais qui illustre aussi
la volonté des équipes de diffuser ce travail hors des limites du
lagon.
Ce matériau introduit aussi quelques nouveaux termes dans le
langage architectural local, avec cette trame caractéristique qui se
lie fort bien avec ces couleurs SIM sur lesquelles je reviendrais.
Alors, success story d’une démarche constructive qui s’inscrit dans le
développement durable, bien avant l’heure ?
Pas tout à fait.
Loin de là même.
L’introduction du BTC dans la typologie constructive ne s’est pas
faite sans heurts. Identifié à la terre, matériau traditionnel, le BTC a
27
Mayotte Hebdo n°245 page 6, 17 juin 2005.
28
Gisèle Taxil et Arnaud Misse, 1999, page 9.
29
Norme Expérimentale AFNOR XP P13-901, voir en références et annexes.
80
été assimilé à la construction en « mou », le parpaing restant seul
maître à bord.
Les améliorations progressives du produit n’ont pas pu faire grand
chose contre cette tendance lourde, largement soutenue par
l’industrie du ciment. Celle-ci a mis en place sur l’île une filière de
production qui a fait chuter les prix tout en améliorant la qualité des
parpaings locaux.
Le BTC s’adapte aussi fort mal à cette pratique mahoraise du
« parpaing épargne ». Ce mode d’épargne local consiste à stocker
pendant plusieurs années des parpaings avant de commencer à
construire. Impossible avec le BTC, qui vit plutôt mal de passer la
saison des pluies sur un trottoir.
Les cases produites par la SIM dans le cadre de la politique d’habitat
social sont proposées en remplissage BTC puis parpaing depuis
2000. Le coût de revient du parpaing est inférieur à celui du BTC,
mais les cases en parpaing coûtent plus chers aux acquéreurs car
elles sont moins subventionnées. Et pourtant, les cases parpaing
sont très largement plébiscitées par les Mahorais qui ont les moyens
d’assumer le surcoût30
.
Ceci révèle un peu cruellement les limites de la démarche. Soutenu
par les pouvoirs publics, le BTC a connu un réel succès grâce à la
ferme volonté de ses promoteurs : utilisation massive dans les
logements sociaux, usages souvent heureux dans nombre de
bâtiments publics, invention d’une typologie constructive propre à
Mayotte, aussi soucieuse des modes de production que des
problématiques environnementales.
C’est beaucoup.
Et pourtant cette brique de terre aux reflets orangés n’est pas
entrée dans le cœur des Mahorais, et la filière, qui ne bénéficie plus
du soutien sans faille de la SIM, finit aujourd’hui de s’effondrer.
Et c’est bien dommage.
30
En juin 2004, 71% des cases produites par la SIM dans le cadre du programme
habitat social 2004 étaient bâties en parpaing. Un taux important pourtant minimisé
par une forte proportion de cases pour lesquelles le BTC a été imposé du fait des
modes de financement. Sources SIM 2005.
81
Mur de BTC – Majicavo Koropa
82
3.5
Donner des couleurs à la ville
Des couleurs ?
Oui, des couleurs, sur toute l’île. Des couleurs vives qui couvrent les
murs des cases SIM, qui donnent des couleurs à la ville, des
couleurs qui rendent presque fades les affiches publicitaires rouge
pétard des boissons gazeuses.
Abordons pour le moment cette histoire si particulière qui a mené à
couvrir les murs de l’habitat social de ces coloris de bande
dessinée31
. Une histoire sombre de couleurs vives qui ne se raconte
qu’à demi-mot sur l’île.
La démarche tranche en effet avec la modestie qui a guidé le
développement de la case SIM. Retour du refoulé, besoin pour
l’architecte de mettre en scène une création finalement trop
modeste ? Pas si simple.
A la fin des années 70, les villages mahorais prennent les teintes
discrètes des matériaux naturels utilisés pour la construction. Les
pointes de couleur sont rares, exceptionnelles, et tranchent dans un
paysage urbain sombre si ce n’est terne. Un paysage fade pour une
société qui sait magnifiquement se draper dans des tissus aux
couleurs les plus vives.
Les réalisations de Léon Attila Cheyssial, si elles innovent en
introduisant l’usage du bois et de la pierre, ne tranchent finalement
pas avec ces teintes générales. Elles s’illustrent même par leurs
tonalités plutôt sombres, liées notamment à la pierre locale.
31
Une référence qui revient souvent dans la bouche des Mahorais. Une des
réussites de l’introduction de ces couleurs est qu’elles ne laissent jamais
indifférentes…
83
Peinture de Girard (extrait)
84
L’introduction de la couleur sur les constructions à Mayotte est alors
le fruit d’une rencontre entre cet architecte et un peintre de
passage.
L’architecte réalise que son penchant pour les teintes naturelles
n’est pas en adéquation avec la société mahoraise qui joue des
couleurs notamment dans les vêtements de ses femmes. Quant au
peintre, Girard, sa gamme tend vers les teintes les plus vives.
Une longue série de tableaux réalisés sur toute l’île sert à
développer une palette de couleurs utilisées par la suite de façon de
plus en plus audacieuse sur les réalisations de Léon Attila Cheyssial.
La démarche est alors reprise par la SIM, et Girard collabore avec
les architectes de l’habitat social pour définir les couleurs d’une
palette32
qui bariole le tissu urbain mahorais. Une démarche
systématisée, puisque la palette devient rapidement obligatoire pour
les accédants à la propriété passant par le logement social, qui se
voient imposer le choix de deux couleurs dans celle-ci, une pour les
murs de leur case, l’autre pour les menuiseries.
Le volontarisme ne s’arrête pas là, car la volonté est bien à l’époque
d’introduire une culture de la couleur des bâtis dans la société
mahoraise, bien au-delà du seul logement social. Pour faciliter cette
diffusion, la SIM a ainsi livré sur ses chantiers de cases des
quantités supplémentaires de peintures. Une stratégie comme une
autre de diffusion de la couleur, puisqu’il est certain que les fonds
de pots étaient utilisés ailleurs.
Le conflit entre la SIM et le peintre, puis son suicide, donnent à
cette histoire un goût quelque peu amer. La démarche s’illustre par
le côté volontariste de cette introduction de la couleur – et quelle
couleur ! – dans l’habitat mahorais. Mais l’on n’est pas si loin
finalement de cette écoute qui a inspiré la conception de l’habitat
social, une démarche menée ici par un artiste, dont le regard sur la
société mahoraise se reflète encore dans la couleur de ses murs.
32
Cf annexes.
85
Vahibé
86
Quartier SIM – Tsoundzou 1
87
3.6
Évolution des modes
constructifs
Précisons, au risque de se répéter, les principes qui ont guidé le
développement des modes constructifs de l’habitat social : la
promotion d’un développement endogène permettant de promouvoir
les compétences et les ressources locales, l’inspiration des modes
constructifs traditionnels, et la recherche de techniques alternatives.
Des principes appliqués dans le cadre d’une contrainte financière
rigide qu’il ne faudrait pas oublier, puisque la politique d’habitat
social devait (et doit malheureusement encore) répondre à des
besoins massifs avec des moyens modestes.
Ces modes constructifs originaux ont été développés dans un débat
aussi riche que houleux entre les architectes locaux, au premier rang
desquels sont sans doute Léon Attila Cheyssial et Vincent Liétard.
Cette recherche est aujourd’hui identifiée au BTC, pourtant les
efforts ont aussi porté sur d’autres matériaux, ainsi que sur
l’amélioration des techniques traditionnelles (en introduisant par
exemple la chaux pour éviter le craquellement des murs de terre).
Léon Attila Cheyssial a ainsi initié sur l’île l’usage de la pierre et du
bois, matériaux qui signent ses réalisations. Son appel à des
Compagnons du Tour de France a ainsi permis de former des
équipes et de créer un véritable savoir-faire sur l’île qui reste encore
particulièrement vivace. Tourné notamment vers des techniques de
structures porteuses et de remplissage, ses travaux s’écartent des
choix que les architectes de la SIM font pour l’habitat social, il est
donc temps d’y venir.
88
Une première génération
Le principe de base retenu par les architectes de la SIM au début
des années quatre-vingt vise à limiter de façon radicale l’usage du
béton. Les cases sont ainsi bâties autour d’une maçonnerie porteuse
en BTC de 14 cm, avec un seul chaînage horizontal haut, ceinturant
le bâtiment et assurant l’accroche de la toiture. Les franchissements
sont réalisés par des arcs, limitant l’usage du béton et donnant une
touche esthétique forte.
En parallèle, la case « Kripi » permet de répondre rapidement aux
besoins, en offrant une ossature en bois et quelques tôles aux
allocataires, à charge pour eux de remplir la structure en torchi, BTC
ou kripi33
par exemple. Ce type d’aide consistant à fournir une
structure porteuse et un toit tout en laissant les habitants réaliser le
remplissage aura des suites comme on le verra.
Les cyclones Kamisy (avril 1984) et Felicksa (février 1985) montrent
les limites de ces techniques, avec l’arrachement des chaînages et la
fissuration de murs pignons. Le principal risque lié aux cyclones est
en effet l’arrachement des toitures par la poussée des vents, et
l’unique chaînage horizontal en haut des murs sans ancrage vertical
se révèle insuffisant.
33
Cf lexique.
89
(Source : Taxil Gisèle et Misse Arnaud – 1999)
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM
La case SIM

Contenu connexe

Tendances (8)

Rapport de Mission de Suivi au Bénin
Rapport de Mission de Suivi au BéninRapport de Mission de Suivi au Bénin
Rapport de Mission de Suivi au Bénin
 
Master aapm aquaculture- chapitre 1
Master aapm  aquaculture- chapitre  1Master aapm  aquaculture- chapitre  1
Master aapm aquaculture- chapitre 1
 
éTude et mise_en_place_d'une_solution_voip_sécurisée
éTude et mise_en_place_d'une_solution_voip_sécuriséeéTude et mise_en_place_d'une_solution_voip_sécurisée
éTude et mise_en_place_d'une_solution_voip_sécurisée
 
Pagsasaling - wika
Pagsasaling - wikaPagsasaling - wika
Pagsasaling - wika
 
Iii
IiiIii
Iii
 
Mga uri ng pagsusulit ayon sa pamamaraan
Mga uri ng pagsusulit ayon sa pamamaraan Mga uri ng pagsusulit ayon sa pamamaraan
Mga uri ng pagsusulit ayon sa pamamaraan
 
Pagsasaling wika report
Pagsasaling wika reportPagsasaling wika report
Pagsasaling wika report
 
Rapport de stage 2012
Rapport de stage 2012Rapport de stage 2012
Rapport de stage 2012
 

Similaire à La case SIM

Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...
Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...
Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...
Veroiotis Georgios
 
Eléments d'hydrologie de surface
Eléments d'hydrologie  de surfaceEléments d'hydrologie  de surface
Eléments d'hydrologie de surface
Souhila Benkaci
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences
guest622dc7f
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences
guest622dc7f
 
Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...
Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...
Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...
Cécile MASSOT
 
Catalogue hsh 2012
Catalogue hsh 2012Catalogue hsh 2012
Catalogue hsh 2012
Agence Tiz
 

Similaire à La case SIM (20)

Adopter l'accueil attitude
Adopter l'accueil attitudeAdopter l'accueil attitude
Adopter l'accueil attitude
 
Mémoire - "Ceux que l'on dit Roms"
Mémoire - "Ceux que l'on dit Roms" Mémoire - "Ceux que l'on dit Roms"
Mémoire - "Ceux que l'on dit Roms"
 
Bouger Jeunes 2012
Bouger Jeunes 2012Bouger Jeunes 2012
Bouger Jeunes 2012
 
Jecroij
JecroijJecroij
Jecroij
 
Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...
Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...
Les conséquences attendues pour l’image du vin d’Alsace et l’appellation « Vi...
 
DYNAMIQUE SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
DYNAMIQUE  SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...DYNAMIQUE  SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
DYNAMIQUE SPATIO-TEMPORELLE DU COUVERT VEGETALE DE LA RESERVE FORESTIERE DE ...
 
Objectif express-a1---cahier-d activites
Objectif express-a1---cahier-d activitesObjectif express-a1---cahier-d activites
Objectif express-a1---cahier-d activites
 
Catalogue des ampoules Led 2013 fr
Catalogue des ampoules Led 2013 frCatalogue des ampoules Led 2013 fr
Catalogue des ampoules Led 2013 fr
 
Petit livre-vert
Petit livre-vertPetit livre-vert
Petit livre-vert
 
Go-Élan-Catalogue 2020
Go-Élan-Catalogue 2020Go-Élan-Catalogue 2020
Go-Élan-Catalogue 2020
 
372122067 refuerzo-educativo-frances-2-º-eso-pdf
372122067 refuerzo-educativo-frances-2-º-eso-pdf372122067 refuerzo-educativo-frances-2-º-eso-pdf
372122067 refuerzo-educativo-frances-2-º-eso-pdf
 
Eléments d'hydrologie de surface
Eléments d'hydrologie  de surfaceEléments d'hydrologie  de surface
Eléments d'hydrologie de surface
 
Sauvegarde des murs en pierres seches et du vignoble en terrasses valaisan
Sauvegarde des murs en pierres seches et du vignoble en terrasses valaisanSauvegarde des murs en pierres seches et du vignoble en terrasses valaisan
Sauvegarde des murs en pierres seches et du vignoble en terrasses valaisan
 
PFE/Mémoir architecture d'intérieur/interior design
PFE/Mémoir architecture d'intérieur/interior design PFE/Mémoir architecture d'intérieur/interior design
PFE/Mémoir architecture d'intérieur/interior design
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences
 
19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences19 Enseigner Sciences
19 Enseigner Sciences
 
MÉMOIRE DE FIN D'ÉTUDE - LA COMMUNICATION DES CONCEPT-STORES
MÉMOIRE DE FIN D'ÉTUDE - LA COMMUNICATION DES CONCEPT-STORES MÉMOIRE DE FIN D'ÉTUDE - LA COMMUNICATION DES CONCEPT-STORES
MÉMOIRE DE FIN D'ÉTUDE - LA COMMUNICATION DES CONCEPT-STORES
 
Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...
Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...
Les coordinations départementales des musées, des services au service du te...
 
Catalogue hsh 2012
Catalogue hsh 2012Catalogue hsh 2012
Catalogue hsh 2012
 
Mémoire m2 ITER "Ville malléable" F.-F. FLUCK 09.2015
Mémoire m2 ITER "Ville malléable" F.-F. FLUCK 09.2015Mémoire m2 ITER "Ville malléable" F.-F. FLUCK 09.2015
Mémoire m2 ITER "Ville malléable" F.-F. FLUCK 09.2015
 

Plus de Sylvain Grisot

Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...
Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...
Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...
Sylvain Grisot
 

Plus de Sylvain Grisot (7)

Manifeste pour un urbanisme circulaire
Manifeste pour un urbanisme circulaireManifeste pour un urbanisme circulaire
Manifeste pour un urbanisme circulaire
 
Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...
Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...
Manifeste pour un urbanisme circulaire. Pour des alternatives concrètes à l'é...
 
Les deux visages d'airbnb
Les deux visages d'airbnbLes deux visages d'airbnb
Les deux visages d'airbnb
 
Futur(s) démocratique(s) : Quand le débat devient le projet.
Futur(s) démocratique(s) : Quand le débat devient le projet.Futur(s) démocratique(s) : Quand le débat devient le projet.
Futur(s) démocratique(s) : Quand le débat devient le projet.
 
2032 : les futurs de la fabrique de la ville
2032 : les futurs de la fabrique de la ville2032 : les futurs de la fabrique de la ville
2032 : les futurs de la fabrique de la ville
 
Networked. How networked business can bring agility and innovation across org...
Networked. How networked business can bring agility and innovation across org...Networked. How networked business can bring agility and innovation across org...
Networked. How networked business can bring agility and innovation across org...
 
"Vive la bagnole ?" Sylvain Grisot / dixit.net
"Vive la bagnole ?" Sylvain Grisot / dixit.net"Vive la bagnole ?" Sylvain Grisot / dixit.net
"Vive la bagnole ?" Sylvain Grisot / dixit.net
 

La case SIM

  • 1. la case SIM vie d’un modèle d’habitat adapté Sylvain Grisot Institut d’Aménagement Régional – Aix en Provence Mémoire de DESS Formation Continue 2003/2004 Aménagement, urbanisme et développement local
  • 2. 2
  • 3. 3 Université de Droit, d’économie et des Sciences d’Aix en Provence Institut d’Aménagement Régional 3 avenue Robert Schumann - 13628 Cedex 01 Aix en Provence la case SIM vie d’un modèle d’habitat adapté Mémoire de DESS-FC 2003/2004 Aménagement, urbanisme et développement local Présenté et soutenu publiquement par Sylvain GRISOT Président du jury : Henry BERRON, professeur de géographie. Directeur universitaire : Denis BERTHELOT, maître de conférence aménagement de l’espace et urbanisme. Directeur professionnel : Michel CHIAPPERO, urbaniste architecte, professeur associé.
  • 4. 4 L’Institut d’Aménagement Régional n’entend donner aucune approbation, ni improbation aux propos émis dans ce mémoire. Ces propos doivent être considérés comme étant propres à leur auteur. Version numérique : http://www.dixit.net/ Contact : sylvain@dixit.net
  • 5. 5 Aux bouilles crasseuses des gosses de Tsoundzou 1, et à leurs rires qui donnent vie à nos rues.
  • 6. 6 Mayotte et son lagon (Spot Image)
  • 7. 7 Il est d’usage de commencer ce type de document par quelques remerciements, je vais donc m’y conformer. C’est le moment où il faudrait n’oublier personne… Je vais commencer par Denis Berthelot. Plus que l’urbaniste ou le pédagogue, c’est l’homme que je voudrais ici saluer, bien bas. Soraya Belhaouane, Léon Attila Cheyssial, Joseph Clémenceau, Fabrice Coeffe, Arnaud Duchet, David Guyot, Frédérique Ivanès, Vincent Liétard, Thierry Ligner, Eric Marion et Thierry Rodier ont chacun apporté leur pierre, ou plutôt leur brique, à ce timide édifice. Discussions entre deux portes, apéros thématiques ou longues heures d’entretiens, tous ont montré une patience et une passion qui méritent le respect. Merci, et bravo. Je n’oublierais pas non plus de remercier Laurence Allard pour ses corrections. Les coquilles restantes sont de mon fait. Je finirais par David Cheyssial, qui a le triple mérite de m’avoir embauché, de supporter depuis ma présence encombrante au sein du bureau d’études RéA, et d’inspirer quotidiennement mon travail de sa démarche professionnelle, souvent fine et inspirée. Mais je tiens aussi à remercier ces margouillats verts qui ont égaillé mes (trop) longues nuits de travail, les moustiques qui les ont occupées, et mon ventilateur sans lequel rien n’aurait été possible.
  • 8. 8 Une partie des documents présentés ici ont été réalisés dans le cadre des sociétés RéA et l’Atelier. Leur propriété intellectuelle sur ceux-ci demeure, et j’en profite pour en saluer les équipes chaleureusement.
  • 10. 10 AU SOMMAIRE ........................................................................ 9 PARCOURS ILLUSTRE........................................................... 13 INTRODUCTION.................................................................... 15 1. KARIBOU MAORE* ........................................................... 19 1.1 L’archipel disloqué............................................................20 1.2 Le chant des « koissa-koissa » ..........................................24 1.3 Une démographie explosive...............................................27 1.4 La question du logement...................................................30 1.5 L’intervention publique et ses limites… ..............................31 L’abandon des bidonvilles.................................................................................31 La Résorption de l’Habitat Insalubre et ses hésitations…. .............................34 Logement social et enjeux fonciers ...................................................................34 Espaces publics et paysage, les grands oubliés ...............................................35 2. HABITAT ET MODES D’HABITER .................................... 37 2.1 Que reste-t-il de l’habitat traditionnel mahorais ? ................38 2.2 Organisation traditionnelle de l’habitat mahorais ................39 L’espace couvert et ses pratiques......................................................................41 L’espace ouvert, espace intérieur .....................................................................42 2.3 Et le shanza passe au salon...............................................45 2.4 La femme, toujours au cœur du système ?........................46 2.5 Transmission et partage : la vie contrariée du Mraba..........50 La mitose du Mraba ...........................................................................................50 Le cancer du Mraba...........................................................................................51 2.6 Monter d’un étage ............................................................53 2.7 L’acte de construire : la vie continue du logement..............55 2.8 Évolution des modes constructifs .......................................57 Les cases en matériaux naturels........................................................................58 Cette maudite case en tôle .................................................................................60 La case en parpaing...........................................................................................62 Une place à part pour l’habitat social..............................................................62 3. LA CASE SIM, TOUTE UNE HISTOIRE............................. 65 3.1 La démarche SIM, une démarche utopique ? .....................66 Une histoire d’hommes ......................................................................................66 Des objectifs ambitieux......................................................................................68 3.2 Concevoir des logements adaptés ......................................70 3.3 Créer les outils de production ............................................74
  • 11. 11 L’organisation de la production........................................................................74 La participation des habitants...........................................................................75 Qu’en reste-t-il ? ................................................................................................76 3.4 Développer un matériau adapté.........................................78 3.5 Donner des couleurs à la ville............................................82 3.6 Évolution des modes constructifs .......................................87 Une première génération ...................................................................................88 Seconde génération ............................................................................................90 Troisième génération .........................................................................................92 Éloge de la simplicité.........................................................................................94 De l’unité de vie à la brique constructive.........................................................96 L’impuissance de l’architecte............................................................................98 La vie d’un modèle .............................................................................................99 3.8 La case SIM aujourd’hui : la mort du modèle ?.................104 Sortir de la crise...............................................................................................104 Le douloureux passage au LATS.....................................................................105 Questions en suspens........................................................................................106 La case SIM, une case inadaptée ? .................................................................107 4. ESQUISSES D’UNE CASE SOCIALE URBAINE................. 109 4.1 Contexte d’intervention...................................................110 4.2 Démarche......................................................................113 4.3 Principes de conception .................................................116 Parcellaire et forme urbaine ...........................................................................116 Rendre possible d’imprévisibles extensions ...................................................116 Un étage qui peut s’autonomiser.....................................................................117 Un salon à usage multiple ...............................................................................117 Matériaux et modes constructifs......................................................................118 4.3 Perspectives...................................................................123 POUR CONCLURE................................................................ 125 REFERENCES....................................................................... 129 Bibliographie .......................................................................130 Lexique...............................................................................136 Repères chronologiques .......................................................138 ANNEXES............................................................................. 139 Mode d’emplois du BTC (Vincent Liétard) ....................................................140 Hebdomadaire Kashkazi du 1er décembre 2005.............................................154 Palette SIM – Catalogue de l’habitat social 2003 .........................................155 Avis d’imposition..............................................................................................156
  • 12. 12 Vanille chocolat – acrylique sur bois
  • 14. 14 Plus qu’une série d’illustrations, c’est d’un parcours parallèle qu’il s’agit ici. Un parcours aussi subjectif que personnel, le long duquel le lecteur peut aussi cheminer sans être guidé par le texte. Sauf mention contraire, les illustrations sont de l’auteur (2005). Mayotte et son lagon (Spot Image) ........................................................... 6 Vanille chocolat – acrylique sur bois ........................................................ 12 Quelque part dans le sud…...................................................................... 23 La barge, qui relie Grande Terre et Petite Terre....................................... 29 Précurseurs – Tsoundzou 1 ..................................................................... 33 Quartier M’Gombani Prat, au cœur de Mamoudzou.................................. 36 Organisation traditionnelle du Shanza...................................................... 40 Quartier SIM - Bandrélé........................................................................... 44 A M’Tsapéré… ......................................................................................... 49 Tissus urbain – Centre ancien de Pamandzi ............................................. 52 Banga jeune – Mangajou, Sada ............................................................... 59 Case double tôle – Tsoundzou 2.............................................................. 61 Parpaing épargne - M’Tsapéré ................................................................. 63 Quartier SIM, Ajangua............................................................................. 69 Saison des pluies 4 – Acrylique sur toile .................................................. 73 Daïra, cérémonie religieuse - Bouéni........................................................ 77 Mur de BTC – Majicavo Koropa................................................................ 81 Peinture de Girard (extrait)...................................................................... 83 Vahibé..................................................................................................... 85 Quartier SIM – Tsoundzou 1.................................................................... 86 La Cavani 2 pièces................................................................................... 95 La Bandrélé 3 pièces ............................................................................... 97 Extensions (1) ........................................................................................101 Extensions (2) ........................................................................................102 Extensions (3) ........................................................................................103 LATS M’Gombani-Prat – Parcellaire projet (provisoire) ............................112 LATS M’Gombani-Prat – Premières esquisses..........................................115 LATS M’Gombani-Prat – Schéma de conception ......................................119 LATS M’Gombani – Esquisses - R+0 .......................................................120 LATS M’Gombani – Esquisses - R+1 .......................................................121 LATS M’Gombani – Esquisses 3D ............................................................122 Surprise – Acrylique sur toile ..................................................................124 Madagascar............................................................................................128
  • 16. 16 Tsoundzou 1, 11 décembre 2005. Un gosse me salue en passant, du haut du plateau de cette camionnette qui me double. « Bonjour Sylvain !» Enchanté, je me demande d’où il me connaît. 6-7 ans, un sourire splendide et des fringues un peu crades, le portrait craché de la moitié des gosses que je croise tous les jours dans les quartiers pourris où je traîne mes tongs oranges. Et moi qui sue sang et eau en courant le long de la route par ce début de soirée moite de saison des pluies… « La course comme alternative à l’alcoolisme en climat tropical », certainement un bon sujet de mémoire. En tout cas, ça met quelques idées au clair. Je pensais à cette discussion avec Léon Attila Cheyssial, sur l’urbanisme et la singularité de ce métier. L’urbanisme comme une guerre. Une guerre avec ses batailles gagnées ou perdues, et une ligne de front qui, au final, s’écarte des plans stratégiques initiaux. L’écart entre l’esquisse et la réalisation. Des troupes éparses et diverses – acteurs privés, publics, politiques, habitants, techniciens – des alliances plus ou moins objectives, quelques trahisons, des rangs enfoncés faute de combattants… Et pour l’urbaniste la double nécessité d’avoir la volonté de se battre et d’accepter les défaites. Mayotte est un champ de bataille singulier. Dans une île peuplée de fonctionnaires d’Etat qui connaissent leur date de départ dès leur descente d’avion, d’élus locaux mal outillés par une décentralisation qui peine à se mettre en place, de techniciens privés parfois plus intéressés par la pêche au gros et la plongée que par les spécificités de la culture locale, le champ est libre pour le laisser-aller et la médiocrité. Et pourtant cette île est aussi le lieu des singularités, des individus conscients et agissants. Quelques poignées de passionnés, parfois brillants, qui ont marqué ce bout de terre de leurs initiatives, de leurs idées, de leur créativité. Les pages qui suivent en témoignent.
  • 17. 17 Mayotte donc, bout de France du bout du monde. Une petite île de l’archipel des Comores, coincée entre Madagascar et les côtes africaines. Un petit point noir sur la carte, un point dont l’épaisseur est le fait de la gentillesse des cartographes de l’IGN, plus que de sa véritable importance. Une petite île donc, d’un peu moins de 400 km2 à plus de 8000 km de la France métropolitaine. Une île magnifique aux côtes découpées, bordée d’un immense lagon et soumise au climat tropical, avec ses fortes pluies, ses cyclones, ses chaleurs et ses moustiques… Le hasard faisant bien les choses - il n’a que ça à faire - cette île est aussi pour moi le lieu de la rencontre avec un bureau d’études et son directeur, trois petits jours seulement après mon débarquement sur le tarmac surchauffé de l’aéroport de Pamandzi. Une structure aux contours parfois flous intervenant autant dans le suivi social des opérations que dans la conception urbaine, parfaitement en accord avec ma double formation. Une structure qui laisse aussi prendre aux individus la place qu’ils veulent bien prendre. Ça tombe bien. Observateur et acteur. Observateur patient, et acteur conscient et agissant. Enfin, qui cherche à l’être. Observer pour comprendre. Tenter de comprendre le fonctionnement d’une société marquée par un métissage aussi riche que complexe, la douceur d’un islam africain, et les profonds bouleversements initiés par la France depuis la fin des années soixante-dix. Une île qui subit plus qu’elle ne vit ces transformations radicales : explosion démographique, urbanisation incontrôlée, monétarisation rapide de l’économie, chômage, immigration clandestine massive, bouleversements réglementaires… Un morceau d’Afrique qui voudrait bien être en France, mais sans trop savoir pourquoi. Les petits drapeaux européens qui bordent avec humour les plaques d’immatriculation n’y peuvent rien, Mayotte est aussi africaine, belle et sincère, et elle le restera. Pour un temps du moins.
  • 18. 18 Et puis, au détour d’une rue qui mériterait bien un petit coup de neuf, une case colorée, une case SIM. Un étrange objet qui dépasse largement son seul sens architectural, pour le moins pauvre. Objet social, objet urbain, alors pourquoi pas objet d’étude ? Ce petit sucre rectangulaire, doté de deux ou trois pièces aussi simples qu’anonymes, surmonté d’un modeste toit de tôle, et posé sur un mouchoir, occupera donc mes nuits. Un objet à part, fruit des expérimentations de la Société Immobilière de Mayotte (SIM). Plus qu’un objet, c’est une démarche particulièrement créative et innovante qui a fondé la politique d’habitat social à Mayotte. Une démarche qui a su répondre de façon adaptée aux besoins massifs d’une population pendant près de deux décennies, redessinant la paysage urbain de l’île. Une démarche qui marque aussi le pas depuis quelques années. Alors pourquoi ? Quelles leçons tirer du travail de la SIM dans le logement social ? Comment aujourd’hui tirer de cette expérience les moyens d’offrir des logements adaptés aux mahorais dont les modes de vie sont profondément bouleversés ? Avant d’en venir au cœur du sujet, un détour de quelques pages permettra de planter le décors. Une approche de la situation sociopolitique de cette île particulièrement complexe d‘abord, avant d’exposer les fondements des modes d’habiter mahorais et leur évolution. La démarche qui a mené à la mise en place de cette politique d’habitat social sera ensuite exposée, un moyen d’en tirer les leçons et de tracer des perspectives dans une quatrième partie présentant un essai de conception de nouvelles cases sociales destinées à un contexte urbain. Plus que des pages, c’est du temps et de l’expérience qu’il me manque pour apporter une réponse définitive à toutes ces questions. Je me contenterai donc d’apporter quelques modestes pierres à l’édifice. Un moyen comme un autre de saluer, bien bas, ceux qui ont posé les premières.
  • 20. 20 1.1 L’archipel disloqué Mayotte, bout de France coincé entre Madagascar et l’Afrique. Bout de France ? Pas si sûr. Une histoire mouvementée qu’il s’agit d’éclairer. Le détour par l’histoire évite les raccourcis1 . L’histoire de cette poussière de l’empire colonial français débute en 1841, quand le sultan Andriantsouli cède Mayotte à la France contre une pension annuelle de mille piastres. Pour ces mille piastres, la France pensait disposer d’une bonne base militaire, puis, au vu des difficultés à accéder au lagon, d’une colonie agricole performante… mais Mayotte ne fut finalement ni l’une ni l’autre. En 1886, Grande Comore, Anjouan et Mohéli - les trois autres îles de l’archipel - rejoignent le giron de la France, d’abord sous couvert d’un protectorat avant d’être annexées en 1912. L’administration de l’archipel depuis Madagascar est un échec, qui justifie l’adoption du statut de Territoire d’Outre Mer au sortir de la guerre. L’année 1958 est marquée par le choix de l’archipel de conserver ses liens à la France, par la voie d’un référendum. Un vote unanime des quatre îles. La même année, décision est prise de transférer la capitale de Dzaoudzi (Mayotte) à Moroni (Grande Comore), une décision qui marque sans doute le début d’une histoire complexe qui sépare le destin des îles soeurs. Le choc est violent pour Mayotte, qui perd sa place privilégiée et développe dès lors une jalousie mêlée de crainte vis-à-vis de ses sœurs. L’île choisit finalement de continuer sa route seule lors de la déclaration d’indépendance des Comores en 1976. Seule aux côtés de la France… 1 Ce rappel historique restera volontairement bref, pour plus de précisions se rapporter aux références bibliographiques.
  • 21. 21 Jana Na Léo n°6, 1988 (« Il y a quelqu’un ? » « bienvenue ! ») Les conditions de cette dislocation politique de l’archipel restent pour le moins troubles2 , et la France a été condamnée à plusieurs reprises par l’ONU3 et d’autres organisations internationales pour n’avoir pas respecté l’intégrité des frontières des Comores en conservant Mayotte dans son giron. Le conflit reste ouvert, et la RFIC (République Fédérale Islamique des Comores) revendique encore régulièrement le rattachement de Mayotte, comme en témoignent les quatre étoiles qui ornent son drapeau. Depuis cette rupture, les trois autres îles de l’archipel - Anjouan, Grande Comore et Mohéli - vivent une succession de coups d’Etat dans lesquels plus d’un mercenaire français4 s’est illustré, laissant la population dans un état de dénuement insupportable. Mayotte vit quant à elle une histoire parallèle à celle de ses sœurs, une histoire qui la rapproche continuellement de la France sans pour 2 Se reporter à l’ouvrage de Pierre Caminade (2003), qui dresse un éclairant portrait des politiques françaises aux Comores. 3 Citons par exemple la résolution N°42/17 du 11 novembre 1987, adoptée par 130 voix pour et une contre (celle de la France) : « l’Assemblée Générale […] réaffirme la souveraineté de la RFIC sur l’île de Mayotte. » 4 Au premier rang desquels figure évidemment Bob Denard, qui a - comme d’autres - utilisé Mayotte comme base arrière.
  • 22. 22 autant lui ôter ses racines comoriennes. Longtemps hésitant à prendre réellement en charge cette île décidément encombrante, l’Etat français a en effet décidé d’intégrer réellement Mayotte. En 2000, l’ « accord sur l’avenir de Mayotte », soutenu par un oui massif lors d’un référendum organisé sur l’île, lance un processus d’intégration initié par l’adoption du statut inédit de « Collectivité départementale », qui pourrait déboucher sur un statut de DOM en 20105 . Cette intégration institutionnelle s’accompagne d’un développement très rapide de l’île, largement soutenu par les investissements publics français. Pourtant, aujourd’hui, le tarissement de la manne parisienne semble témoigner des hésitations discrètes de la France. Le recul de l’action de l’Etat sur le territoire fait sans doute aussi mal que le lourd climat de non-dits qui y règne… 5 Les glissements sémantiques récents des autorités préfectorales laissent entrevoir une solution intermédiaire : un alignement législatif et réglementaire sur les normes métropolitaines sans pour autant basculer sous le statut de DOM. Cette solution aurait le double avantage d’ouvrir le robinet des financements européens tout en évitant d’étendre certaines prestations sociales à l’île, et notamment le RMI…
  • 23. 23 Quelque part dans le sud…
  • 24. 24 1.2 Le chant des « koissa-koissa » « D’abord nous devons sensibiliser la population, que chacun puisse se débarrasser de son clandestin, exploité au champ ou dans d’autres secteurs » Mansour Kamardine, Député de Mayotte6 L’écart se creuse donc entre Mayotte et ses sœurs : santé, emploi, éducation, infrastructures, économie, le développement de l’île est si rapide qu’il attire les populations comoriennes au-delà de ses frontières étriquées, et notamment Anjouan, éloignée d’un étroit bras de mer. Des hommes et des femmes à la recherche de conditions de vie meilleures, poussés à la mer par l’incapacité des dirigeants comoriens à stabiliser et développer leurs îles. Un flux qui depuis 1997 progresse à l’ombre d’un visa jusqu’alors inutile, et s’accompagne des abus que subissent toujours les populations placées dans la clandestinité : marchands de sommeil, travail clandestin, sévices et exploitations… Malgré la traque engagée par l’Etat français, des barques surchargées - les koissa-koissa7 - tentent d’accoster tous les soirs sur les côtes de l’île, et les pertes en mer s’accumulent8 , dans une indifférence quasi générale. Les clandestins anjouanais font aujourd’hui partie intégrante de la vie et de l’économie de l’île, qui se structure autour de cette main d’œuvre souvent qualifiée et toujours bon marché. Mais malgré les 6 Cité in Le Mahorais n°65, 11 octobre 2005. 7 Littéralement « ça secoue », du nom d’une danse africaine. 8 L’OECA (Observatoire de l’émigration clandestine anjouanaise) recense ainsi 183 morts ou disparus dans 17 accidents entre le 1er juillet 2000 et le 31 décembre 2001 (lettre d’information OECA 4-8 février 2002), un bilan sans aucun doute partiel.
  • 25. 25 liens de parenté très fort qui unissent les Anjouanais à la population mahoraise, ceux-ci se heurtent à des difficultés d’intégration croissantes dans la société. L’instauration d’une Sécurité Sociale qui vise explicitement à interdire l’accès aux soins des clandestins, et les autres politiques qui tentent de limiter l’immigration clandestine n’auront qu’un impact mineur. Aujourd’hui c’est sans doute plus de 30 % de la population9 de l’île qui vit dans la clandestinité et, tant que les Comores ne connaîtront pas une stabilité politique au moins relative, les koissa-koissa continueront de troubler le calme nocturne des plages mahoraises du bruit de leurs moteurs. Mais pour les questions migratoires plus qu’ailleurs, un changement d’échelle est souvent éclairant. L’histoire rappelle ainsi que bien avant les migrations récentes en provenance des autres îles des Comores, Mayotte a toujours été une terre de migration. La diversité des langues aujourd’hui parlées sur une si petite île témoigne de ces vagues successives d’immigration volontaires ou forcées : Indonésiens, Bantous et Arabes dès le IVe siècle, Malgaches à partir du XVIe, et esclaves ou engagés Mozambicains, Indiens et surtout Comoriens qui mirent en exploitation le territoire après la colonisation française. Aujourd’hui l’île est replacée au cœur de flux traversants qui partent de l’Afrique vers l’Europe en passant par les Comores et la Réunion. Mayotte retrouve donc sa place d’étape de choix dans les grandes migrations continentales de l’Océan Indien. Alors que seules les migrations en provenance d’Anjouan semblent intéresser la presse ou les politiques pressés qui passent parfois par Mayotte, l’île accueille aujourd’hui un flux croissant de migrants en provenance d’Afrique et notamment du Rwanda, passant par les côtes d’Afrique de l’Est et les Comores. Mais surtout Mayotte est aussi une terre de départs. Des départs massifs de mahorais en direction de la France métropolitaine et surtout de la Réunion. Une question éludée, alors que près de 9 Un chiffre évidemment invérifiable, mais des estimations bien supérieures circulent. La présence comorienne crée bien des fantasmes sur l’île, il est toutefois certain qu’elle avait été largement sous-estimée lors du recensement de 2002.
  • 26. 26 10%10 de la population mahoraise vit aujourd’hui à la Réunion, dans des conditions de vie souvent déplorables, proches de celles que connaissent les Anjouanais clandestins présents à Mayotte. Les motifs de départ sont divers, mais il ne fait aucun doute que les retards pris par les politiques d’habitat social ont incité bon nombre de Mahorais à quitter l’île à la recherche de prestations sociales inconnues sur place pour financer leur logement. L’importance de la diaspora mahoraise est encore mal cernée, tout comme son impact sur le développement de l’île et les potentialités de retour d’une part importante de ces migrants en cas de mise en place de prestations sociales équivalentes sur l’île. Toute une part de la question migratoire qui est aujourd’hui occultée. Une part pourtant déterminante pour le devenir de l’île. 10 Une étude non publiée, basée notamment sur les informations de la CAF, estime la population mahoraise vivant en 2003 à la Réunion à plus de 15 000 personnes, dont 63 % de familles monoparentales. 93 % des allocataires mahorais sont au chômage ou inactifs.
  • 27. 27 1.3 Une démographie explosive Les données des recensements de Mayotte présentent l’avantage d’être établies selon une fréquence plus régulière qu’en métropole. Un inconvénient néanmoins, elles sont manifestement sous- estimées. Mais le thermomètre a beau être faussé, ce sont plus les écarts qui nous intéressent que les chiffres nominaux, et ces écarts sont des plus importants. Avec une croissance annuelle de sa population qui dépasse régulièrement les 5%, Mayotte connaît une explosion démographique très éloignée de ce que connaît la France métropolitaine (0,4% de croissance annuelle). Des chiffres qui signifient le doublement de la population de l’île tous les 14 ans. Brutal. Alors pourquoi ? Une très forte natalité11 , et l’immigration sont bien sûr à la base de cette croissance. Un facteur a démultiplié l’impact démographique du flux migratoire entre la RFIC et Mayotte : l’arrivée de jeunes femmes désirant accoucher sur l’île pour bénéficier de l’infrastructure médicale, et pour laisser une chance à leurs enfants de bénéficier de la nationalité française. L’immigration économique, fait des hommes en général, se transforme donc en immigration plus stable, d’une population générant une natalité élevée. Et c’est l’explosion. 11 L’indice de fécondité (ISF) s’établissait sur l’île à 4,7 enfants par femmes en 2002 (INSEE), il est de 1,8 enfants par femmes en France métropolitaine. Année Population Croissance annuelle 2002 160 225 4,4 % 1997 131 320 6,5 % 1991 94 410 6,8 % 1985 67 167 5,8 % 1978 47 846 3,9 % 1966 32 607 4,9 % 1958 23 364 Sources : INSEE et Cheyssial (1989)
  • 28. 28 Une explosion démographique mal anticipée, de l’aveu même des acteurs de l’époque. L’introduction des visas en 1997, la répression accrue de l’immigration clandestine et les tentatives de limiter l’accès aux services médicaux12 n’ont pas endigué le phénomène. Si bien qu’on peut aujourd’hui tenter d’estimer cette part d’ombre dans les statistiques de l’INSEE, et de projeter cette croissance spectaculaire sur ces dernières années, pour estimer sans grands risques que la population de l’île dépasse aujourd’hui les 200 000 habitants. Une croissance démographique spectaculaire qui accentue la polarisation autour de l’aire urbaine Mamoudzou-Koungou, avec les conséquences évidentes d’une concentration si rapide de la population : implantations de bidonvilles en zones à risques, érosion des sols, problèmes sanitaires, inadaptation des infrastructures et des services. 12 Les Comoriennes désirant accoucher à Mayotte sont particulièrement visées par cette introduction de la sécurité sociale sur l’île en 2005, puisque 300 euros sont exigés de celles qui ne peuvent justifier de la légalité de leur séjour, pour le suivi médical de la grossesse et l’accouchement.
  • 29. 29 La barge, qui relie Grande Terre et Petite Terre
  • 30. 30 1.4 La question du logement Le lancement des politiques d’habitat social à la fin des années 70 était justifié par les besoins massifs de durcification de l’habitat, le parc de logements étant essentiellement composé à l’époque de cases en matériaux légers sans confort, et très sensibles aux pluies de mousson et aux cyclones. Les efforts entrepris par la collectivité ont permis de substituer nombre de ces cases par des bâtis en dur. Entre 1978 et 2004, ce sont ainsi plus de 16 600 logements qui sont livrés par la Société Immobilière de Mayotte, le bras armé de la politique du logement social sur l’île. Mais la croissance démographique massive crée sans cesse de nouveaux besoins, et le tassement de la production de logements sociaux ne permet plus d’y répondre. Ainsi, en 2002, environ 45 000 logements étaient recensés sur l’île, une croissance du parc de plus de 30% depuis 199713 . Entre ces deux recensements, le taux de logements en dur est resté globalement stable (57%), et ce sont les logements en tôle qui représentent l’essentiel de la croissance (passant de 12% à 21% des logements pendant la période inter censitaire), au détriment des cases traditionnelles. Les besoins en logements, qui découlent logiquement de l’explosion démographique que connaît l’île, sont donc essentiellement couverts par de l’habitat précaire, implanté en général sur les pentes qui dominent les villes et villages. L’insalubrité gagne. 13 Données Recensement 2002, INSEE. Année Parc de logements Croissance annuelle 2002 45 221 4,9 % 1997 35 594 6,0 % 1991 25 110 5,1 % 1985 18 593 Source : INSEE
  • 31. 31 1.5 L’intervention publique et ses limites… L’abandon des bidonvilles La politique du logement social a donc visé depuis plus de 20 ans à offrir du logement en dur aux familles mahoraises qui vivaient dans des cases traditionnelles jugées insalubres. Aujourd’hui le temps s’accélère, et cette réponse publique aux besoins du parc existant laisse de côté l’essentiel de la croissance urbaine. Ce sont en effet les pentes souvent abruptes des zones urbaines qui sont rapidement colonisées par les cases en tôle. Ce type d’implantation d’habitat précaire dans des zones à fortes pentes, soumises à des risques de glissements de terrains pendant la saison des pluies, dans des conditions sanitaires plus que douteuses porte un nom : le bidonville. Une réalité que les pouvoirs publics refusent d’affronter, du fait de l’illégalité de l’implantation de ces bâtis en zones inconstructibles (souvent du fait des risques), mais aussi et surtout de la présence dans ces quartiers d’une forte proportion de clandestins. Cet abandon des bidonvilles est sans aucun doute une des conséquences de la marginalisation de cette population clandestine dans la société mahoraise, mais elle est aussi le fait d’un manque de préparation quasi complet des autorités d’Etat pour gérer cette réalité. Aucune politique publique n’est aujourd’hui en œuvre sur le terrain pour contrôler et orienter le développement de ces quartiers, et encore moins pour améliorer les conditions sanitaires dans lesquelles vivent ces populations.
  • 32. 32 Comme si l’Etat français refusait d’accepter et d’assumer la présence de ces bidonvilles sur son sol, en espérant qu’une politique de gestion des flux migratoires musclée tarira naturellement l’origine du mal14 . Un espoir pour le moins vain, et c’est bien à une pérennisation de ces implantations que l’on va assister dans les années qui viennent. Le mouvement naturel de durcification de l’habitat risque en effet d’inscrire pour des décennies ces quartiers spontanés dans le paysage urbain mahorais. La gestion a posteriori de ce type d’urbanisation spontanée en zone à risque, très dense, dans des conditions sanitaires déplorables, ne manquera pas de troubler les nuits des urbanistes qui viendront à intervenir sur ces quartiers. Intervenir, oui, mais trop tard. 14 Même le Plan d’Aménagement et de Développement Durable de Mayotte fait ce pari pourtant bien risqué : « (…) avec le temps , la part de logements non autorisés (bangas, bidonvilles…) pourrait diminuer fortement. » Projet de PADD, page 25, 2004.
  • 34. 34 La Résorption de l’Habitat Insalubre et ses hésitations…. L’Outre-mer fait un usage immodéré de l’outil RHI pour le traitement des extensions urbaines incontrôlées. Usage d’autant plus original qu’à Mayotte le H (pour habitat) a été mis de côté depuis quelques années pour se concentrer sur les problématiques VRD. Une vision techniciste qui oublie autant les aspects sociaux qu’urbains. Une vision réductrice qui manque singulièrement d’ambition, considérant le parcellaire et le POS comme des contraintes et non comme des outils d’aménagement. Alors que le nombre d’opérations régresse, signal discret d’un recul des financements d’Etat, la question de l’usage pertinent de cet outil commence à apparaître. Il est en effet plus que temps de répondre aux véritables besoins des trop rares populations à bénéficier de ce type d’opérations. Des besoins qui ne se limitent pas aux voiries de dessertes mais qui concernent à l’évidence les parcelles elles- mêmes, les questions d’habitat vues au sens le plus large et la définition d’espaces publics qui doivent être autre chose que des morceaux de foncier résiduels. Logement social et enjeux fonciers Une des causes principale de ce manque d’ambition est sans doute la panne que connaît la politique d’habitat social depuis de trop longues années. La crise de l’opérateur social, la Société Immobilière de Mayotte (SIM), sur laquelle je reviendrais très largement, est plus un symptôme du manque d’ambition de la politique habitat des pouvoirs publics qu’un handicap indépassable. De même, les enjeux fonciers, souvent mis en avant pour expliquer l’échec des projets d’aménagements, sont sans doute moins centraux qu’on ne le dit fréquemment. Si la raréfaction du foncier est une évidence sur cet espace fortement contraint qu’est cette île volcanique, l’absence de politique foncière en est une autre. Une fois de plus c’est de volonté politique et d’ambition des acteurs qu’il est question… Pourtant les besoins sont là, eux.
  • 35. 35 Espaces publics et paysage, les grands oubliés Quand les besoins sont si importants, l’urgence si manifeste, les questions d’aménagement des espaces publics et de traitement paysager des opérations passent au second plan. Si peu à peu une culture urbaine un peu plus qualitative semble apparaître, le chemin est encore long. Ces éléments pourtant fondateurs d’une qualité de vie et d’un potentiel fort en termes d’appropriation des espaces collectifs sont encore les premiers à passer à la trappe des tailles budgétaires. Des réductions de budgets trop souvent imposées par l’explosion des coûts des travaux, entretenue par une concurrence douteuse entre les rares grands groupes de BTP implantés sur l’île. La question des espaces publics et de leurs usages devient d’autant plus cruciale que la densification rapide que connaissent les tissus urbains remet en question nombre de pratiques autrefois localisés sur les parcelles, notamment les fêtes familiales et les cérémonies religieuses. Le passage aux étages pose des questions à la ville dans son ensemble, et les réponses se font attendre. Dans ce contexte socioéconomique complexe, les questions d’habitat cristallisent les tensions. Il est donc temps d’exposer ce que sont aujourd’hui les modes de vie et d’habiter à Mayotte, pour en comprendre les évolutions.
  • 36. 36 Quartier M’Gombani Prat, au cœur de Mamoudzou
  • 38. 38 2.1 Que reste-t-il de l’habitat traditionnel mahorais ? « […] l’évolution de la vie mahoraise, y compris habitat, a pris une trajectoire absolument spectaculaire » Jon Breslar (1997) Décrire ce qu’est aujourd’hui l’habitat mahorais, c’est décrire un processus, des mutations profondes des modes constructifs et des modes d’habiter qui accompagnent l’évolution rapide et parfois brutale qu’a connu l’île ces vingt dernières années. Depuis les travaux de Jon Breslar15 à la fin des années soixante dix - travaux qui font référence - la situation a considérablement évolué. En effet, l’arrivée de nouveaux matériaux sur l’île, l’importation de techniques de construction, l’impact des politiques publiques en matière de logement social, l’explosion démographique et l’adaptation des modes de vie à la modernité européenne ont profondément modifié le visage de l’habitat mahorais. L’habitat mahorais des année 80, aussi unique que monolithique, a cédé la place à une diversité d’usages et de pratiques intimement liée aux mutations de la morphologie de l’habitat imposées par l’urbanisation rapide que connaît l’île. Pourtant, impossible de dire qu’aujourd’hui les modes d’habiter se sont alignés sur les usages européens. L’organisation traditionnelle s’adapte et se diversifie, mais structure encore considérablement la vie quotidienne mahoraise. Commençons donc par là. 15 Voir Jon Breslar (1982), ainsi que ses notes rédigées au cours d’une mission à Mayotte en 1997, dans lesquelles il décrit l’ampleur des changements intervenus depuis son dernier séjour sur l’île dans les années 80, mais aussi les permanences.
  • 39. 39 2.2 Organisation traditionnelle de l’habitat mahorais Quoi de mieux qu’une langue pour traduire les subtilités d’une culture ? Même si traduire c’est souvent trahir, le passage par la langue permet de comprendre les concepts propres à une société. Une société mahoraise dont les pratiques tranchent parfois radicalement des usages occidentaux. Un mélange souvent heureux d’une culture africaine teintée de consonances arabes issues de l’islamisation tardive de l’île. Un premier terme est au cœur de l’organisation de l’habitat mahorais : le mraba. Désignant à la fois la clôture qui borne invariablement l’enclos familial et la famille elle-même, le mraba est une entité sociale, une unité familiale matérialisée dans cette clôture qui marque la frontière entre l’extérieur et l’intérieur, un intérieur qui est loin de correspondre au seul espace couvert de la maison. Mais j’y viens. Le dessin qui suit illustre l’organisation traditionnelle de la parcelle familiale, le shanza, j’y ferais référence par la suite. Notons dès maintenant les éléments constitutifs de l’habitat traditionnel mahorais : une parcelle clôturée dans son intégralité (le shanza /1/), une case située en bordure de parcelle, donnant sur la rue (la nyumba /3/), deux entrée dans l’espace familial, une donnant directement sur le shanza /4/, l’autre dans la case /6/, et un certain nombre d’éléments qui s’organisent dans l’espace ouvert du shanza. Commençons donc la visite par l’espace couvert.
  • 40. 40 Organisation traditionnelle du Shanza (Source : Besombes et Perrot, Habitat Mahorais Tome 3, 1982, page 16)
  • 41. 41 L’espace couvert et ses pratiques La maison, la case, l’objet bâti est donc la nyumba /3/. Traditionnellement la case est constituée de deux pièces, souvent appelées « chambres ». C’est une bonne illustration de ce qu’est l’habitat mahorais : seule une partie des fonctions classiques de l’habitat (ici le sommeil et la réception) sont remplies par l’espace bâti couvert, c’est donc dans l’espace ouvert qu’il faut chercher les autres. Mais revenons aux « chambres », nous sortirons par la suite. Fuko la m’trubaba, la chambre de l’homme Fuko la m’trubaba /4/ se traduit littéralement par « chambre de l’homme », pourtant cette pièce, ouverte par une porte sur la varangue extérieure /6/ et sur la rue, n’est pas réservée à l’homme. C’est la chambre à coucher du couple la nuit, et le lieu de réception le jour. La culture occidentale marque l’intimité de la chambre à coucher en la situant au point le plus inaccessible de l’habitat, loin des regards, loin des visites. Ici c’est tout simplement l’inverse, la chambre, et qui plus est celle du couple, donne directement sur l’extérieur et sert de lieux de réception. Seul le lit est interdit aux visiteurs, qui s’installeront sur les chaises ou le canapé présents dans la pièce. Fuko la m’trumama, chambre de la femme Pour accéder à la « chambre de la femme » /5/, il faut passer par la porte intérieure qui la lie à celle « de l’homme », ou accéder directement par la porte donnant sur la cour. Ce lieu, par nature plus privatif que le précédent, remplit des fonctions moins précises, mais il accueille en général les enfants pour la nuit. Les varangues Les varangues prolongent l’espace couvert et servent d’espace de transition avec l’extérieur. La varangue côté rue /6/ donne donc sur la chambre de l’homme. Sa fréquentation par les femmes semble relativement récente, les
  • 42. 42 conversations qui s’engagent dès lors inéluctablement donnent pourtant toutes leurs saveurs aux débuts de soirée. La varangue intérieure est sans aucun doute un lieu très fréquenté. Seul endroit agréable quand le soleil surchauffe la case et rend la cour infréquentable, c’est le lieu de tous les usages : repos, accueil des proches, préparation de la cuisine, cuisson… Point de cuisine donc, de sanitaires ou de salon dans la case traditionnelle, mais l’habitat ne se limite évidemment pas à l’espace clôt, sortons donc dans la cour… L’espace ouvert, espace intérieur Une porte ou une entrée en chicane donne directement sur la cour, ou shanza. Pour être complet, il faudrait préciser que le shanza comprend à la fois la cour et le terrain d’assiette de la case, il correspond donc plus exactement à la parcelle familiale. Pourtant l’usage tend à identifier le shanza à la cour, je m’y tiendrais. Une entrée à part donc, qui permet d’accéder directement à l’arrière de la maison et à la cour. C’est par là qu’il faut passer pour trouver quelqu’un chez lui, inutile de frapper à la porte de la case, les mahorais vivent dans leur cour. Mais on n’entre pas comme cela dans le shanza, il convient de taper à la porte, ou de crier un « odi ? »16 et d’attendre un « caribou ! »17 avant de franchir le seuil, car c’est bien d’un seuil qu’il s’agit, transition entre un extérieur et un intérieur pourtant… à l’extérieur. Lieu de réception moins formel que la chambre de l’homme, le shanza est aussi le lieu d’usages très divers : cuisine avec de fréquents petits bangas18 dédiés (banga lao pishia /7/), élevage avec ces poulaillers sur pilotis que sont les dao la kuhu /10/, greniers qui se font désormais rares (kanya /9/) , petits potagers, fêtes, etc… Un shanza propre est un shanza débarrassé de toute herbe ou autre présence de ce qui pourrait rappeler la nature sauvage. Un shanza propre est donc un shanza boueux à la saison des pluies, et 16 « Il y a quelqu’un ? » 17 « bienvenue ! » 18 Banga : case à une seule pièce.
  • 43. 43 poussiéreux à la saison sèche. Le jardinage et l’aménagement floral sont loin d’être à la mode à Mayotte… Le shanza est aussi le lieu des soins du corps, fonction éminemment intime et intérieure, mais qui prend ici sa place dans l’espace ouvert au plus loin de la case, avec le Mraba wa sho /8/. Le mraba wa sho abrite derrière une clôture et une entrée en chicane un espace de toilette et d’ablutions avant les prières constitué d’une dalle en ciment, et une installation sanitaire qui se limite à une fosse sèche, trou simplement creusé dans le sol. L’usage des toilettes à chasses d’eau, qui nécessitent à la fois un raccordement au réseau d’eau public et l’installation d’une fosse septique, est très loin de se généraliser à Mayotte. Il n’est pas rare de constater après l’installation de sanitaires par les pouvoirs publics, que les mraba wa sho continuent d’êtres utilisés, et que le bloc sanitaire flambant neuf sert de local de rangement…
  • 44. 44 Quartier SIM - Bandrélé
  • 45. 45 2.3 Et le shanza passe au salon Que retrouve-t-on au bout des fils EDM qui courent de façon anarchique au-dessus des toits mahorais ? Des postes de télévision bien évidemment. Une raison de plus pour abandonner progressivement la cour et rejoindre les espaces intérieurs, pourtant souvent aussi sombres que surchauffés. Le shanza perd en effet de son importance comme lieu de travail et de rencontre sociale, conséquence évidente d’une urbanisation qui a réduit singulièrement sa surface, mais aussi de modes de vie nouveaux. Le salon est en effet souvent la troisième pièce qui faisait défaut à l’habitat mahorais, remplaçant le shanza, notamment dans ses fonctions d’accueil. La cuisine fait aussi son apparition, souvent en grandes pompes. Pourtant, elle reste en général cantonnée aux usages de cuisson, la varangue restant le lieu privilégié de la préparation des repas. Son équipement s’améliore rapidement, et le frigo est désormais rejoint par la gazinière et par toute une batterie d’ustensiles offerts à l’occasion des mariages. Des équipements parfois immédiatement délaissés par certaines, pour revenir à la cuisson sur le brûleur à pétrole sous la varangue… Les espaces sanitaires ont quant à eux parcouru un vaste chemin ces dernières années. Si les mraba wa sho restent plus que jamais d’actualité, y compris en zone urbaine, la salle de bain et ses toilettes se sont rapprochés progressivement du bâti pour s’y coller, puis s’y intégrer, dans des conditions de ventilation parfois douteuses. L’absence d’assainissement collectif dans l’essentiel des zones urbaines est un handicap lourd dans leur processus de densification, pallié plus qu’imparfaitement par l’implantation de vastes fosses sèches sous les bâtiments, avec les conséquences en terme de santé et de stabilité des bâtis que l’on peut imaginer…
  • 46. 46 2.4 La femme, toujours au cœur du système ? « La maison, dans la vie de l’homme, évince les contingences ; elle multiplie ses conseils de continuité. Sans elle, l’homme serait un être dispersé » Viollet le Duc, cité par François Calame - 1987 Une fois n’est pas coutume, mais c’en est pourtant une à Mayotte, la femme est au centre de l’organisation de l’habitat mahorais. Cette tradition qui précède l’islamisation de la société mahoraise a perduré, et structure fondamentalement les pratiques de l’habitat sur l’île. Les enquêtes réalisées aujourd’hui19 le montrent bien : c’est en général encore la femme qui est propriétaire du logement. Plus largement, c’est la femme qui fixe le lieu de résidence de la famille. La matrilocalité domine donc, la fille habitant avec son mari dans sa case, située dans le village de sa mère. Certaines diront « enfin ! », mais autant les détromper tout de suite : la matrilocalité n’est pas le témoignage d’un respect particulier de la femme dans la culture mahoraise, c’est seulement une sécurité minimale pour celles-ci, tant les séparations sont fréquentes et les couples instables dans cette société. De plus, ce qui est perçu aujourd’hui comme un patrimoine important ne l’était pas il y a peu sur l’île. La durée de vie des cases traditionnelles ne dépassait pas 10 à 20 ans, et la valeur du foncier 19 Notamment les enquêtes menées dans le cadre des opérations MOS, qui permettent d’avoir une vision précise de l’organisation sociale dans les quartiers concernés par des opérations de Résorption de l’Habitat Insalubre.
  • 47. 47 n’a pris de l’importance que depuis quelques années. La case comme le foncier, qui n’étaient que des éléments de sécurité pour ces femmes, seul point de stabilité familiale, n’est devenu que très récemment un élément de patrimoine. C’est au père que revient donc traditionnellement la responsabilité de trouver pour ses filles un terrain dans le village de leur mère, et d’y bâtir une case avec l’aide des fils et cousins. Une responsabilité de plus en plus difficile à assumer, tant le foncier se raréfie, mais l’aide perdure notamment par l’apport financier nécessaire à la construction d’un logement social. Et l’homme dans cette histoire ? Il accepte encore souvent son statut d’« hébergé », d’autant plus facilement que certains sont ainsi hébergés à plusieurs adresses, plus ou moins officiellement, la culture polygame étant encore très prégnante20 . Pourtant, aujourd’hui apparaît une nouvelle classe d’hommes, souvent urbains et salariés, conscients de l’importance du patrimoine immobilier. Une fois les obligations envers leurs filles remplies, et parfois même avant, ils deviennent propriétaires en passant par la construction sur des parcelles familiales encore vierges ou grâce à un marché immobilier encore opaque et mal structuré. Une guerre des sexes qui s’amorce et qui remet en cause le schéma femme-propriétaire / homme-financeur, et pas forcément pour le plus grand bien de celles-ci, qui perdent la sécurité d’un patrimoine et d’un toit sans pour autant gagner l’indépendance du salariat. Quant aux jeunes hommes, qui sortaient très rapidement du domicile familial pour aller se construire un banga21 dans un coin de la parcelle familiale ou en bordure du village, ils sont désormais nombreux à éviter cette étape. Cette gestion sociale de 20 La polygamie et la répudiation avaient statut légal à Mayotte jusqu’au 1er janvier 2005, l’Etat français allant jusqu’à prévoir des colonnes pour plusieurs épouses dans ses fiches d’imposition… 21 Si le banga accueille en général un jeune adolescent, sa définition stricte est celle d’une case d’une seule pièce. Le banga peut donc avoir des usages évolutifs ou polyvalents, accueillant un jeune de la famille, une personne âgée, un locataire, ou simplement une cuisine extérieure.
  • 48. 48 l’adolescence particulièrement efficace qui passait par une prise d’indépendance précoce est remise en cause par la densification des parcelles en milieu urbain, qui laisse de moins en moins de place pour les libertés adolescentes. Ainsi, si la femme reste bel et bien au cœur de l’organisation de l’habitat mahorais, le développement économique de l’île mais aussi l’importance des vagues migratoires ont assoupli le système. De nombreuses femmes des trois autres îles de l’archipel sont ainsi arrivées ces dernières années. Ne disposant pas de parcelles familiales et encore moins de cases, elles vivent aujourd’hui dans le secteur locatif émergeant en zone urbaine ou chez leurs maris. Des hommes qui ont bien compris l’importance financière mais aussi symbolique du patrimoine immobilier…
  • 50. 50 2.5 Transmission et partage : la vie contrariée du Mraba Islam et tradition africaine sont donc mêlés pour créer un mode de transmission différent des traditions européennes ou arabes. Avec la maison et la parcelle, c’est bien plus qu’un patrimoine, c’est une appartenance à la société villageoise qui se transmet. Sur cette base s’établit la différence entre le Wonyej, faisant partie de la communauté, et le Wadjen (l’étranger), qui structure encore la vie mahoraise. La mitose du Mraba La transmission par les femmes, avec une égalité de traitement entre les filles, a des conséquences structurantes pour la vie des parcelles familiales. Le Mraba familial vit en effet des transformations qui rappellent la mitose des cellules vivantes : une division successive de l’habitat qui doit laisser une parcelle et une case à chacune des filles de la famille. Le foncier mahorais est marqué par ce processus de partage, et on retrouve fréquemment des successions de petites parcelles en bande, témoignage d’une division égalitaire entre filles. L’implantation des cases en bordure de shanza est aussi une des conséquences de ce mode de transmission, elle permet en effet de garder toute la latitude nécessaire pour effectuer le partage. Ce processus de division aboutit mécaniquement à une saturation des parcelles au bout de quelques générations, les shanza devenant trop petits pour accueillir une famille.
  • 51. 51 La tradition de matrilocalité répondait simplement à ce phénomène en attribuant de droit une parcelle vierge aux filles du village. Ce phénomène de conquête des périphéries villageoises était souvent précédé par l’implantation des bangas des jeunes hommes sur des terrains non habités (shamba), qui cèdent peu à peu la place aux Nyumba des filles du village. Ce type d’extension urbaine a été aussi simple qu’évident pendant de nombreuses années, tant le foncier libre était disponible, mais aujourd’hui le processus est bloqué. Le cancer du Mraba La forte croissance de la population qu’a connue l’île ces vingt dernières années s’accompagne en effet d’une pression foncière massive, qui limite considérablement le nombre de parcelles disponibles. Ce phénomène, conjugué à une politique de limitation des naissances22 dont les effets se font attendre, place les familles dans des positions souvent très complexes, notamment en milieu urbain. Les parcelles se densifient donc rapidement, pour offrir aux filles de la famille le toit qui leur est dû. Le shanza est alors couvert par les extensions successives du bâti, qui dès lors prend de la hauteur pour accueillir ses occupants dans les étages. Densification naturelle des parcelles qui en milieu urbain s’accompagne d’un bâti souvent anarchique et inadapté aux constructions en hauteur, effaçant le shanza pourtant au cœur des usages mahorais. Une forme de dérive pathologique de la mitose du mraba que certains ont considéré comme son cancer. 22 Les campagnes de sensibilisation sur le thème « 1, 2, 3 bàs » (c’est tout) peinent à atteindre les effets escomptés, et le taux de fécondité reste proche des moyennes africaines. Ici comme ailleurs, c’est l’éducation des femmes qui reste le meilleur outil de maîtrise de la fécondité.
  • 52. 52 Tissus urbain – Centre ancien de Pamandzi
  • 53. 53 2.6 Monter d’un étage Au mode traditionnel de transmission des terres, basé sur la division et la colonisation des terres non habitées succède donc une densification très nette des shanzas dont on peut dater le démarrage au milieu des années 90. Cette densification passe en général par une étape de couverture complète de la parcelle par du bâti, au cours d’extensions successives. Une densification prioritairement horizontale car elle assure une parfaite maîtrise du foncier. Les géomètres se sont faits bien rares sur l’île jusqu’à maintenant, et les clôtures ont toujours eu tendance à migrer nuitamment… Cette occupation horizontale est aussi une des conséquences de la politique de logement social qui a toujours évité les toits terrasses, limitant les possibilités d’extension à l’étage. Mais les fers à béton en attente laissent peu de place au doute : l’étage est en vue. L’étage apparaît dans l’habitat individuel vers la fin des années 80. En général les étages sont desservis par un escalier extérieur, permettant ainsi de loger différentes familles dans des appartements séparés. C’est une évolution logique des constructions en toit terrasse en période de raréfaction du foncier, mais qui semblait poser des questions très complexes dans la société mahoraise. En effet, l’habitat mahorais est, comme on l’a vu, organisé autour du shanza, lieu de rencontre, de travail, mais aussi des soins du corps et de festivités. Comment, dès lors allait, s’organiser une vie en étages, sans accès à la cour ? Comment organiser ces fêtes familiales ou rituelles sans espace extérieur ? Quelle gestion de l’adolescence allait succéder aux bangas jeunes implantés aux fonds des parcelles ?
  • 54. 54 Autant de questions auxquelles les mahorais ont répondu, comme à leur habitude, très simplement et calmement. L’usage de l’étage est aujourd’hui bien intégré en milieu urbain. En ménageant un accès indépendant à l’étage supérieur, une fille de la famille, mais aussi de plus en plus souvent des locataires peuvent partager le même bâti que la famille, sans grandes difficultés. Aujourd’hui c’est bien d’un passage au R+2, voire R+3 qu’il est question dans certaines zones très urbanisées, un passage qui prendra sans doute forme avant tout aboutissement des réflexions sur la question, une fois de plus. Si des questions techniques liées notamment à l’assainissement ou à l’insonorisation devraient êtres soulevés à court terme, ce passage à des formes très urbaines doit aussi être pris en compte à l’échelle de l’aménagement urbain. Au-delà de l’habitat lui-même, la vie dans les étages engendre des besoins en termes d’espaces publics aménagés, pour les festivités notamment, ou de lieux de gestion de la petite enfance qui font aujourd’hui défaut. Il faudra bien y penser.
  • 55. 55 2.7 L’acte de construire : la vie continue du logement « (…) Cet intérêt du propriétaire pour sa maison se prolongeait même indéfiniment, car selon une vieille superstition, le propriétaire mourrait lorsque sa maison serait complètement achevée ; aussi le prudent maître de maison continuait à modifier sa maison, rajoutant toujours quelque chose et retardant la pose fatale de la dernière pierre. » Hassan Fathy - 1970 L’acte de construire est un moment fort de la vie mahoraise, un des temps majeurs, avec le pèlerinage à la Mecque et le grand mariage. Un moment clef donc, qui donne lieu à des pratiques d’entraide importantes, pratique qui porte un nom : la musada. La musada c’est traditionnellement la réunion des frères, des oncles et des cousins pour construire la case d’une fille de la famille. Plus largement c’est une pratique d’entraide collective qui permet de fournir les bras nécessaires pour les moments forts des chantiers. Mayotte n’est pas un pays de l’autoconstruction, la compétence reste et a finalement toujours été aux mains de quelques-uns, les fundis, ceux qui savent, mais la musada permet de fournir la main d’œuvre nécessaire. Si construire est un temps fort à Mayotte, c’est aussi un temps long. Le logement subit continuellement des extensions et des évolutions au gré des besoins et des moyens, à tel point que le coup de peinture final qui clôturera la construction se fait attendre sur la
  • 56. 56 plupart des cases. Les fers à béton pointent vers le ciel, signalant à tous que le propriétaire n’est ni à court d’ambitions ni à court d’idées, mais juste de fonds. Si la réalisation est en général le fait de professionnels, la conception fait rarement l’objet d’une démarche à priori réellement finalisée. La construction se fait alors au gré du temps, en fonction notamment du besoin de loger les filles dans les étages, par petites touches successives, souvent hésitantes. Les murs nus vieillissants de maisons inachevées témoignent des erreurs de conception et d’appréciation des coûts de bien de ces candidats à la construction. L’étape du permis de construire est, quant à elle, encore très souvent considérée comme une démarche administrative aussi fastidieuse que facultative. Le logement mène donc une vie continue à Mayotte, et s’adapte à la vie de ses occupants. Une adaptation plus ou moins rapide, plus au moins heureuse, mais en tout cas constante. Une démarche d’appropriation qui touche aussi le logement social comme on le verra par la suite.
  • 57. 57 2.8 Évolution des modes constructifs Parallèlement à son évolution morphologique, l’habitat mahorais a aussi connu une très rapide transformation de ses modes constructifs depuis les années 80. Après un large mouvement de durcification, initié par les politiques du logement social introduisant notamment la brique de terre comme matériau de construction, puis la dynamique de construction privée basée sur le parpaing, le mouvement s’est progressivement essoufflé. En effet, les données des différents recensements montrent une stagnation du taux de logements en dur sur l’île, une partie importante de la croissance urbaine étant constituée de logements en tôles. Les bâtis précaires sont donc aujourd’hui essentiellement constitués de logements en tôles, concentrés notamment dans les pentes des zones urbanisées, remplaçant rapidement les cases en matériaux naturels. Dans ce tableau, l’habitat social tient une place à part. Une place majeure, avec plus de 16 000 cases construites depuis 1978, sur laquelle je reviendrais très largement dans le chapitre suivant. Type de murs 1997 2002 Végétal et terre 20,9 % 14,4 % Tôle 12,0 % 21,0 % Semi-dur 7,3 % 4,3 % Dur 57,3 % 57 % Autre 2,5 % 3,3 % Source : INSEE 1997 et 2002
  • 58. 58 Les cases en matériaux naturels La typologie des cases traditionnelles en matériaux naturels s’est profondément modifiée ces dernières années. L’apparition et la généralisation de la tôle pour les cases précaires a considérablement appauvri les compétences des bâtisseurs en matériaux naturels. En 1978, Jon Breslar recensait pas moins de 10 types constructifs en matériaux naturels différents. Seul un petit nombre d’entre eux perdurent aujourd’hui. Les cases en Trotro, torchis de terre sur un treillis de bois ou de bambous, se rencontrent encore fréquemment. Bien souvent ce sont les bangas jeunes qui sont ainsi construits. La construction du banga est une phase importante de l’adolescence, à la fois celle de l’apprentissage de techniques de constructions traditionnelles et de l’acquisition d’une indépendance souvent très précoce. Le torchi est une autre technique constructive qui consiste à garnir le treillis de bois non pas de terre mais de cailloux, avec un crépis au mortier de ciment. Une technique efficace qui peut avoir une bonne durabilité si la structure et le soubassement sont sains, et l’entretien régulier. Les toitures en chaume ou feuilles de cocotier tressées cèdent le pas devant la tôle pour les toitures des cases en matériaux traditionnels. L’entretien des toitures végétales est souvent considéré comme trop contraignant, même si leurs propriétés thermiques sont bien supérieures.
  • 59. 59 Banga jeune – Mangajou, Sada
  • 60. 60 Cette maudite case en tôle La case en tôle, honnie des aménageurs, pullule pourtant. L’implantation d’usines de pliage sur l’île et la baisse des coûts d’importation a fait exploser la part des « doubles tôles » (murs et toiture en tôle) dans l’habitat mahorais. Il faut moins d’une journée pour construire une double-tôle : une structure en bois supporte un assemblage de tôles ondulées simplement clouées. Des tôles bien souvent laissées en l’état, sans peinture comme cela peut se pratiquer ailleurs. Si le matériau a bien des défauts, notamment thermiques et de résistance aux cyclones, c’est bien son usage qui est critiqué. Un usage très simple, voire simpliste qui limite la construction à sa fonction d’abri couvert. Et pourtant non seulement les doubles-tôles sont préférées aux cases en matériaux naturels par les habitants, notamment pour leur résistance aux pluies, mais ces tas de ferraille qui peuplent les hangars des distributeurs de matériaux ont finalement été la seule réponse au besoin de logements d’une population en très forte croissance. Cette explosion de l’habitat précaire remet en cause les avancées de la durcification initiée par les pouvoirs publics. Un habitat précaire qui sera en première ligne lors du prochain cyclone d’importance.
  • 61. 61 Case double tôle – Tsoundzou 2
  • 62. 62 La case en parpaing Le parpaing est pour la population mahoraise le matériau par excellence, la référence en termes de construction en dur. Mais le parpaing est aussi un symbole, un symbole de réussite sociale qui s’affirme progressivement sur les trottoirs des villes mahoraises. Et oui, construire à Mayotte prend du temps, et l’épargne prend souvent la forme d’un tas de parpaings empilés devant la maison, qui mettront parfois plusieurs années avant de s’aligner sur un mur. Une pratique du « parpaing-épargne » encore très répandue dans une population qui ne connaît encore que très rarement l’endettement. Cette épargne est parfois soumise à inflation, tant les parpaings sous-dosés de certains artisans ont tendance à s’éroder sous les flots des pluies de mousson. Les toits terrasses, les murs de parpaings bruts, et les inévitables fers à béton en attente d’un avenir incertain donnent à l’architecture mahoraise un aspect un peu massif et brutal. La distribution des pièces, le travail des lumières et les finitions sont souvent indigents, sans parler de leur inadaptation évidente au climat chaud. Mais voilà, la case comorienne en parpaings est un signe évident de réussite, l’exact opposé de la case en matériaux naturels, et ce n’est pas rien. A cela s’ajoute des facultés réelles de résistance aux intempéries et aux catastrophes naturelles, et surtout une parfaite adaptation à un mode de vie local qui privilégie une construction étalée dans le temps, s’adaptant aux capacités financières et aux besoins du moment, multipliant les extensions à n’en plus finir. Et c’est bien un goût d’inachevé qu’elles laissent souvent, ces cases. Une place à part pour l’habitat social Dans ce paysage urbain l’habitat social s’est forgé une place d’exception. Un jeu de formes, de couleurs et de matériaux développés au cours d’une histoire exceptionnelle. Il est donc temps d’y venir.
  • 63. 63 Parpaing épargne - M’Tsapéré
  • 64. 64 … respiration Elle, 35-40 ans, faisant du stop sur le bord de la RN à Tsoundzou 1, et moi dans ma 305 break, 299 735 kilomètres au compteur. Moi : Bonjour, je peux vous laisser au baobab si vous voulez. Elle : Oui c’est bien. (elle monte) Moi : Vous allez au marché ? Elle : Oui il faut faire les courses, et vous ? Moi : Je vais travailler. Elle : Vous travaillez au RéA ? Moi : Comment vous savez ça ?!!??? (Interloqué) Elle : Pour travailler le week-end au baobab, y a que RéA Moi : Ben…
  • 65. 65 3. La case SIM, toute une histoire
  • 66. 66 3.1 La démarche SIM, une démarche utopique ? L’Utopie est une île, souvenons nous en, une île coupée du monde, comme l’était Mayotte à la fin des années soixante-dix. Sans aucun doute du dédain. La métropole ignorait complètement ce bout de terre aux horizons limités, moins développé en ces années-là que bien des Etats d’Afrique sub-saharienne. Un dédain transformé en un formidable espace de liberté par quelques hommes arrivés là souvent par hasard, et bien décidés à s’attaquer au problème majeur de l’habitat. Car sur cette l’île, la quasi totalité des logements sont à l’époque considérés comme insalubres et n’offrent aucune protection contre les aléas naturels. La constitution de la Société Immobilière de Mayotte (SIM) est un des premiers actes d’une administration naissante, avec pour mission d’offrir des logements aux fonctionnaires métropolitains qui se devaient d’arriver en nombre. Rapidement la SIM devient l’outil d’une politique d’habitat social originale, développée dès 1977 dans un isolement quasi total. Cette politique a eu pour but dès les origines de concevoir des modèles d’habitat adaptés aux modes de vie locaux, au travers d’une démarche innovante, afin de mettre en place une politique massive de construction pour répondre aux besoins en logements. Une histoire d’hommes Cette histoire est celle d’une étrange conjonction de personnalités fort différentes, qui ont façonné patiemment une politique d’intervention publique originale dans une liberté quasi totale.
  • 67. 67 Certains sont encore là, d’autres pas si loin, encore marqués par cette expérience qui a eu un goût d’aventure qui donne aux derniers débarqués l’impression un peu amère d’être arrivés trop tard. Jacques Maurice fut le premier directeur de la Direction de l’Equipement de Mayotte de 1976 à 1981. Sa personnalité a profondément marqué les politiques d’habitat social qui ont perduré après son passage sur l’île. Fonctionnaire innovant à plus d’un titre, il a tiré de la lecture d’Hassan Fathy une attention aux cultures locales et aux problématiques de développement. Un de ses principaux mérites fut sans doute d’avoir assumé pleinement les responsabilités qui lui incombaient, et d’avoir transformé les handicaps de l’isolement en espace de liberté pour des initiatives locales qu’il a su fédérer. Jon Breslar est américain. La thèse d’ethnologie qu’il réalise à Mayotte à la fin des années soixante-dix sert de base au tome 1 de l’ « Habitat mahorais », un ouvrage qui synthétise les connaissances dans le domaine et qui structure par la suite les expérimentations de l’habitat social. Il est à l’origine d’une démarche de recherche appliquée puisqu’il intègre la Cellule Habitat Social de la SIM entre 1978 et 1982, et participe ainsi à l’adaptation des premiers modèles de cases aux besoins des familles. Il fera un retour ponctuel sur l’île en 1997 à l’occasion d’une mission pilotée par la SIM. Jon Breslar est décédé en 2005. En citer quelques uns c’est en oublier beaucoup trop, mais impossible ici de ne pas nommer les deux architectes qui ont marqué de façon fort différente ces expériences mahoraises du logement social : Léon Attila Cheyssial et Vincent Liétard. Le premier a sans doute été une sorte d’électron libre dans ce paysage tropical. Architecte et sociologue de formation, il intervient de façon indépendante dès le début des années 80 au travers d’un cabinet d’architecture et d’un bureau d’études. Il continue depuis quelques années son travail sur l’île de la Réunion, gardant un œil attentif sur l’évolution de Mayotte. Vincent Liétard a quant à lui intégré la SIM dès le début des années 80, et continue d’y œuvrer. Au-delà de son regard d’architecte qui a marqué profondément la production des meilleures heures de la
  • 68. 68 société, il est aussi pour beaucoup dans le développement de matériaux comme le bloc de terre compressé (BTC). Des objectifs ambitieux Dès l’origine l’action de l’Etat relayée par les acteurs locaux, et notamment la SIM, s’est fixé des objectifs ambitieux : - la promotion des bâtis existants, par la mise hors d’eau, le renforcement des structures et l’amélioration des conditions sanitaires - la pérennisation du bâti par la durcification, afin de le transformer en élément patrimonial - la mobilisation des capacités d’autoconstruction et des matériaux locaux. D’un point de vue quantitatif, l’objectif était d’améliorer 50% du parc de logements en 10 ans. Au-delà même de ces objectifs, ce sont les principes qui ont guidé cette action qui marquent cette expérience : une volonté affichée de construire pour et avec le peuple, avec ses savoir-faire, des matériaux locaux et selon une architecture adaptée tant au lieu qu’aux modes de vie. C’est aussi la volonté d’utiliser le bâtiment et le logement social comme levier d’un développement endogène de l’île. Le terme d’utopie est souvent sur les lèvres des acteurs de l’époque. Utopie sans doute, mais utopie assumée. Un élan créatif qui a permis d’atteindre nombre des objectifs fixés, et qui fait que cette expérience restera singulière : c’est le fruit de l’étrange rencontre de ces hommes sur une terre d’exception, en des temps d’isolement. Une expérience singulière donc, et qui n’est pas transposable, mais une démarche qui peut encore en inspirer plus d’un.
  • 70. 70 3.2 Concevoir des logements adaptés « Je voulais franchir le fossé qui sépare l’architecture populaire de l’architecture d’architecte » Hassan Fathy - 1970 Les besoins sont massifs en cette fin des années soixante-dix, la quasi-totalité du parc de logements23 doit être reconstruite afin d’offrir un toit et des conditions de vie décentes à la population. L’urgence d’une politique massive de construction de logements sociaux est donc évidente. Et pourtant… Pourtant, plutôt que de sortir des valises fraîchement arrivées de métropole des solutions éprouvées, plutôt que de copier les politiques lancées dans d’autres DOM-TOM, et notamment à la Réunion, les hommes en charge de ce travail se sont assis, et ont écouté. N’idéalisons pas la démarche, mais cherchons à comprendre en quoi elle a parfois été exemplaire. S’asseoir et écouter donc. Le travail de Jon Breslar symbolise sans aucun doute cette démarche. Anthropologue, il réalise au cours des années soixante-dix un travail d’analyse de l’habitat traditionnel mahorais. Ce travail, synthétisé dans le premier tome de l’ « Habitat 23 En 1978 on recensait environ 10 000 logements pour 47 000 habitants. 90% du parc était constitué de logements précaires, 98% d’entre eux étaient insalubres et ne répondaient pas aux critères minimaux d’hygiène et de confort.
  • 71. 71 mahorais »24 , sera à la base de la conception des premières cases- type. Car il s’agit bien de cases-types. En effet, pour répondre aux besoins massifs de la population, des modèles de logements sont dessinés. Inspirées des modes d’habiter traditionnels décrits par Jon Breslar, elles sont conçues pour s’intégrer sans heurt dans les modes de vie de l’île, tout en apportant le confort minimum nécessaire aux habitants. Une notion de confort bien relative puisqu’elle se limite au début à apporter un bâti en dur. Des modèles d’habitat, un habitat-type, des cases adaptables si ce n’est adaptées aux besoins de chacun, un vaste programme qui rappelle les recherches du Mouvement Moderne pour créer un habitat modèle permettant de répondre de façon massive aux besoins d’un homme aussi universel qu’abstrait. Coïncidence, inspiration ou hasard, la proximité s’arrête aux ambitions : la production massive de logements. L’homme pour lequel les premières cases-types ont été dessinées est éminemment culturel. L’étonnante modestie de ces architectes à l’origine des premiers traits sur un coin de table est suffisamment rare pour être soulignée. De l’habitat traditionnel, ils reprennent tout, depuis l’organisation spatiale en deux petites pièces communicantes, jusqu’à la pente des toits inspirée des toitures de chaume ou de palmier. Invention, créativité, innovation feraient donc défaut ? Loin de là. L’objet est modeste, mineur, voire pauvre à ses débuts, mais c’est la démarche qui prime. Une démarche d’écoute, je l’ai déjà souligné, mais aussi profondément innovante. Car sur l’île tout reste à faire : aucune structure n’est capable de porter un projet de construction massive, les compétences des fundi25 se limitent à la construction des fragiles cases traditionnelles, et même les matériaux manquent. Ils faut les inventer, tout inventer. 24 Voir les références en fin d’ouvrage 25 Désigne ici les artisans, cf références.
  • 72. 72 Source : Vincent Liétard, P Rollet – 1983 La politique du logement social développée à Mayotte en ce début des années quatre-vingt s’identifie à l’invention de cette case-type qui prend rapidement le nom de « case SIM ». Elle s’identifie, certes, mais elle est loin de se réduire à ce simple objet, c’est en effet toute une démarche. Une démarche qui adopte dès ses débuts un regard à des échelles variées, prenant en compte tant les besoins familiaux dans la conception des cases que les enjeux d’une urbanisation naissante. Les premiers schémas d’extensions des villages, intégrant les problématiques urbaines dans un document prospectif en témoignent. Il s’agit au final d’une approche architecturale bien particulière, fondée sur une analyse ethnographique fine validée par une expérimentation des nouveaux modèles de logements. Tout un programme.
  • 73. 73 Saison des pluies 4 – Acrylique sur toile
  • 74. 74 3.3 Créer les outils de production Une telle démarche ne peut prendre corps qu’au travers d’outils de conception et de production pertinents. Cette organisation a été d’autant plus importante que l’objectif était de produire massivement des logements en valorisant au mieux les ressources locales et en limitant les importations. L’organisation de la production La cellule habitat social de la Direction de l’Equipement est restée l’organe de coordination de cette politique. L’ASAHM (Association pour l’étude et l’amélioration de l’habitat mahorais) était quant à elle un outil de conception, réunissant plus largement les acteurs publics et privés du secteur. Elle préfigurait dès 1978 ce qu’est aujourd’hui le CDH (Conseil de l’Habitat), regroupant élus et techniciens. La SIM (Société Immobilière de Mayotte) est le véritable bras armé de cette politique. Chargée à sa création en 1977 du logement des fonctionnaires métropolitains, elle prend en main les programmes habitat social très rapidement. La société d’Etat pilotée initialement par l’Equipement se transforme en SEM en 1993. Elle a dès lors un nouveau rôle d’aménageur. Les années 2000 sont des années de crise pour cette institution majeure de l’île. Un rapport de l’Inspection Générale de Finances critique lourdement sa gestion, et légitime une remise en cause générale et souvent aveugle de son action, notamment dans le secteur social. La SIM semble aujourd’hui se remettre lentement des coups de buttoir qu’elle a subi ces dernières années, au prix de réformes sans
  • 75. 75 doute nécessaires, de réorganisations souvent douloureuses et d’un abandon de son rôle d’aménageur pénalisant pour l’île. En parallèle à ces institutions, la réalisation des logements a nécessité de mettre en place une véritable structure de formation des artisans, c’est la mission de l’APFPC (Association pour la Formation Professionnelle Continue) dès le début des années 1980. La formation et l’encadrement sur les chantiers ont été réalisés par des Compagnons du Tour de France volontaires de l’aide technique. Ce relais de compétences a formé des générations d’artisans sur l’île. On retrouve les traces dans des savoir-faire reconnus, dans des domaines comme la charpente. La coopérative de la Musada a notamment joué le rôle de centrale d’achat, jusqu’à sa cession en 1999. Avec les briqueteries et les ateliers de production elle a été la pierre angulaire de l’outil de production. Cette organisation est la suite logique des orientations politiques qui ont guidé cette démarche d’habitat social : favoriser, par la construction massive de logements sociaux un développement endogène. La formation et l’organisation des artisans, la recherche de voies alternatives à l’importation de techniques et de matériaux, la valorisation de matériaux locaux ont été pendant de longues années au cœur d’une politique de l’habitat qui prenait des airs de politique de développement. La participation des habitants Mais cette démarche va même au-delà : elle cherche à impliquer très largement les habitants, non seulement dans la conception mais aussi dans la réalisation de leurs logements. Dans une société qui, en 1980, n’était que très faiblement monétarisée, l’apport des accédants a très majoritairement été constitué de matériaux et de main d’œuvre. C’est l’Aide en Nature, qui a permis à plusieurs milliers de familles d’accéder à un logement en dur en réalisant tout ou partie de leur logement sous la direction d’un fundi préalablement formé.
  • 76. 76 Cette implication des habitants, favorisant à la fois un bon entretien du bâti et son appropriation, s’est peu à peu estompée au profit d’un apport personnel monétaire. Qu’en reste-t-il ? Que reste-t-il de ces outils de production, de cette implication des habitants et finalement de ces principes qui ont guidé la production de logements dans l’île ? Finalement pas grand-chose. Si la SIM demeure et semble pouvoir à l’avenir porter le développement d’une politique d’habitat social ambitieuse, les temps ne sont plus aux réflexions sur le mode de développement à adopter sur l’île. L’abandon progressif de l’implication active des habitants, la normalisation des rapports avec des artisans et l’organisation de la distribution privée de matériaux est le signe d’un replis des ambitions du logement social sur le cœur de son action. Rares sont ceux qui analysent aujourd’hui ce secteur en prenant en compte son impact sur une économie aussi insulaire qu’apathique. Pourtant le secteur de la construction est aujourd’hui le seul qui montre un véritable dynamisme, et une relance du logement social aurait un véritable impact sur l’économie générale. A condition évidemment que ces chantiers profitent aux petits artisans qui seuls génèrent une redistribution efficace, et si les modes constructifs favorisent les matériaux et la main d’œuvre locale. Ces préoccupations sont bien peu actuelles, les temps sont à la mise aux normes et à la réduction des coûts, le prix unitaire d’un logement est analysé sans un regard pour le coût social de sa réalisation, et le logement social n’est plus considéré comme un outil de développement endogène de l’île. D’ailleurs on n’en parle plus. L’esprit qui a guidé la mise en place de cette politique du logement social aussi novatrice que responsable persiste pourtant. Au-delà des nostalgies, des esprits un peu rêveurs, à la SIM et ailleurs, réfléchissent à une actualisation de ces beaux principes à un contexte qui a radicalement changé. Et les alizés donnent parfois corps aux utopies…
  • 78. 78 3.4 Développer un matériau adapté Le Bloc de Terre Comprimée (BTC), simplement appelé « brique » localement, est un matériau passionnant. Lancé entre 1978 et 1982, le travail autour de cette brique de terre non cuite stabilisée au ciment vise à développer une alternative crédible au béton qui fait alors son apparition sur l’île. L’usage qui était fait du béton était alors médiocre, et en plus d’accentuer la dépendance de l’île à des matériaux importés, il générait un usage croissant du sable des plages, menaçant l’équilibre écologique du lagon, et la solidité des constructions. Le BTC fait son apparition aux Comores dès 1976, mais c’est bien le travail de recherche mené par la SIM et le Centre de Recherche et d’Application Terre de Grenoble (CRATerre)26 , à partir de 1980, qui permet de développer son usage. 26 http://www.craterre.archi.fr
  • 79. 79 En plus d’être beau, mais l’avis reste personnel, ce petit bloc présente des caractéristiques mécaniques correctes (au moins en comparaison des parpaings de l’époque). Il est de plus peu coûteux à produire, et ne nécessite que des matériaux disponibles sur toute l’île (terre argileuse, pouzzolane et un peu ciment cependant), tout en épargnant les plages. C’est toute une filière de production qui s’organise au début de la décennie quatre-vingt. Il faut être en effet capable de produire des BTC sur toute l’île, les pistes non bitumées de l’époque rendant impensable le transport depuis un seul point de production. 20 carrières et 19 briqueteries sont ainsi créées, qui alimenteront tous les chantiers d’habitat social ou locatif lancés par la SIM. Cette filière produira entre 20 et 30 millions de briques27 , permettant de réaliser plus de 12 000 logements28 , mais aussi de former des équipes et de multiplier l’effet redistributif de la politique de logement social. Ce matériau est donc nouveau, mais cependant inspiré des pratiques traditionnelles mahoraises qui ont toujours laissé à la terre une place importante. La logique est poussée à bout, avec la formalisation de normes techniques29 portant sur la BTC. Un document en forme de reconnaissance, certes, mais qui illustre aussi la volonté des équipes de diffuser ce travail hors des limites du lagon. Ce matériau introduit aussi quelques nouveaux termes dans le langage architectural local, avec cette trame caractéristique qui se lie fort bien avec ces couleurs SIM sur lesquelles je reviendrais. Alors, success story d’une démarche constructive qui s’inscrit dans le développement durable, bien avant l’heure ? Pas tout à fait. Loin de là même. L’introduction du BTC dans la typologie constructive ne s’est pas faite sans heurts. Identifié à la terre, matériau traditionnel, le BTC a 27 Mayotte Hebdo n°245 page 6, 17 juin 2005. 28 Gisèle Taxil et Arnaud Misse, 1999, page 9. 29 Norme Expérimentale AFNOR XP P13-901, voir en références et annexes.
  • 80. 80 été assimilé à la construction en « mou », le parpaing restant seul maître à bord. Les améliorations progressives du produit n’ont pas pu faire grand chose contre cette tendance lourde, largement soutenue par l’industrie du ciment. Celle-ci a mis en place sur l’île une filière de production qui a fait chuter les prix tout en améliorant la qualité des parpaings locaux. Le BTC s’adapte aussi fort mal à cette pratique mahoraise du « parpaing épargne ». Ce mode d’épargne local consiste à stocker pendant plusieurs années des parpaings avant de commencer à construire. Impossible avec le BTC, qui vit plutôt mal de passer la saison des pluies sur un trottoir. Les cases produites par la SIM dans le cadre de la politique d’habitat social sont proposées en remplissage BTC puis parpaing depuis 2000. Le coût de revient du parpaing est inférieur à celui du BTC, mais les cases en parpaing coûtent plus chers aux acquéreurs car elles sont moins subventionnées. Et pourtant, les cases parpaing sont très largement plébiscitées par les Mahorais qui ont les moyens d’assumer le surcoût30 . Ceci révèle un peu cruellement les limites de la démarche. Soutenu par les pouvoirs publics, le BTC a connu un réel succès grâce à la ferme volonté de ses promoteurs : utilisation massive dans les logements sociaux, usages souvent heureux dans nombre de bâtiments publics, invention d’une typologie constructive propre à Mayotte, aussi soucieuse des modes de production que des problématiques environnementales. C’est beaucoup. Et pourtant cette brique de terre aux reflets orangés n’est pas entrée dans le cœur des Mahorais, et la filière, qui ne bénéficie plus du soutien sans faille de la SIM, finit aujourd’hui de s’effondrer. Et c’est bien dommage. 30 En juin 2004, 71% des cases produites par la SIM dans le cadre du programme habitat social 2004 étaient bâties en parpaing. Un taux important pourtant minimisé par une forte proportion de cases pour lesquelles le BTC a été imposé du fait des modes de financement. Sources SIM 2005.
  • 81. 81 Mur de BTC – Majicavo Koropa
  • 82. 82 3.5 Donner des couleurs à la ville Des couleurs ? Oui, des couleurs, sur toute l’île. Des couleurs vives qui couvrent les murs des cases SIM, qui donnent des couleurs à la ville, des couleurs qui rendent presque fades les affiches publicitaires rouge pétard des boissons gazeuses. Abordons pour le moment cette histoire si particulière qui a mené à couvrir les murs de l’habitat social de ces coloris de bande dessinée31 . Une histoire sombre de couleurs vives qui ne se raconte qu’à demi-mot sur l’île. La démarche tranche en effet avec la modestie qui a guidé le développement de la case SIM. Retour du refoulé, besoin pour l’architecte de mettre en scène une création finalement trop modeste ? Pas si simple. A la fin des années 70, les villages mahorais prennent les teintes discrètes des matériaux naturels utilisés pour la construction. Les pointes de couleur sont rares, exceptionnelles, et tranchent dans un paysage urbain sombre si ce n’est terne. Un paysage fade pour une société qui sait magnifiquement se draper dans des tissus aux couleurs les plus vives. Les réalisations de Léon Attila Cheyssial, si elles innovent en introduisant l’usage du bois et de la pierre, ne tranchent finalement pas avec ces teintes générales. Elles s’illustrent même par leurs tonalités plutôt sombres, liées notamment à la pierre locale. 31 Une référence qui revient souvent dans la bouche des Mahorais. Une des réussites de l’introduction de ces couleurs est qu’elles ne laissent jamais indifférentes…
  • 84. 84 L’introduction de la couleur sur les constructions à Mayotte est alors le fruit d’une rencontre entre cet architecte et un peintre de passage. L’architecte réalise que son penchant pour les teintes naturelles n’est pas en adéquation avec la société mahoraise qui joue des couleurs notamment dans les vêtements de ses femmes. Quant au peintre, Girard, sa gamme tend vers les teintes les plus vives. Une longue série de tableaux réalisés sur toute l’île sert à développer une palette de couleurs utilisées par la suite de façon de plus en plus audacieuse sur les réalisations de Léon Attila Cheyssial. La démarche est alors reprise par la SIM, et Girard collabore avec les architectes de l’habitat social pour définir les couleurs d’une palette32 qui bariole le tissu urbain mahorais. Une démarche systématisée, puisque la palette devient rapidement obligatoire pour les accédants à la propriété passant par le logement social, qui se voient imposer le choix de deux couleurs dans celle-ci, une pour les murs de leur case, l’autre pour les menuiseries. Le volontarisme ne s’arrête pas là, car la volonté est bien à l’époque d’introduire une culture de la couleur des bâtis dans la société mahoraise, bien au-delà du seul logement social. Pour faciliter cette diffusion, la SIM a ainsi livré sur ses chantiers de cases des quantités supplémentaires de peintures. Une stratégie comme une autre de diffusion de la couleur, puisqu’il est certain que les fonds de pots étaient utilisés ailleurs. Le conflit entre la SIM et le peintre, puis son suicide, donnent à cette histoire un goût quelque peu amer. La démarche s’illustre par le côté volontariste de cette introduction de la couleur – et quelle couleur ! – dans l’habitat mahorais. Mais l’on n’est pas si loin finalement de cette écoute qui a inspiré la conception de l’habitat social, une démarche menée ici par un artiste, dont le regard sur la société mahoraise se reflète encore dans la couleur de ses murs. 32 Cf annexes.
  • 86. 86 Quartier SIM – Tsoundzou 1
  • 87. 87 3.6 Évolution des modes constructifs Précisons, au risque de se répéter, les principes qui ont guidé le développement des modes constructifs de l’habitat social : la promotion d’un développement endogène permettant de promouvoir les compétences et les ressources locales, l’inspiration des modes constructifs traditionnels, et la recherche de techniques alternatives. Des principes appliqués dans le cadre d’une contrainte financière rigide qu’il ne faudrait pas oublier, puisque la politique d’habitat social devait (et doit malheureusement encore) répondre à des besoins massifs avec des moyens modestes. Ces modes constructifs originaux ont été développés dans un débat aussi riche que houleux entre les architectes locaux, au premier rang desquels sont sans doute Léon Attila Cheyssial et Vincent Liétard. Cette recherche est aujourd’hui identifiée au BTC, pourtant les efforts ont aussi porté sur d’autres matériaux, ainsi que sur l’amélioration des techniques traditionnelles (en introduisant par exemple la chaux pour éviter le craquellement des murs de terre). Léon Attila Cheyssial a ainsi initié sur l’île l’usage de la pierre et du bois, matériaux qui signent ses réalisations. Son appel à des Compagnons du Tour de France a ainsi permis de former des équipes et de créer un véritable savoir-faire sur l’île qui reste encore particulièrement vivace. Tourné notamment vers des techniques de structures porteuses et de remplissage, ses travaux s’écartent des choix que les architectes de la SIM font pour l’habitat social, il est donc temps d’y venir.
  • 88. 88 Une première génération Le principe de base retenu par les architectes de la SIM au début des années quatre-vingt vise à limiter de façon radicale l’usage du béton. Les cases sont ainsi bâties autour d’une maçonnerie porteuse en BTC de 14 cm, avec un seul chaînage horizontal haut, ceinturant le bâtiment et assurant l’accroche de la toiture. Les franchissements sont réalisés par des arcs, limitant l’usage du béton et donnant une touche esthétique forte. En parallèle, la case « Kripi » permet de répondre rapidement aux besoins, en offrant une ossature en bois et quelques tôles aux allocataires, à charge pour eux de remplir la structure en torchi, BTC ou kripi33 par exemple. Ce type d’aide consistant à fournir une structure porteuse et un toit tout en laissant les habitants réaliser le remplissage aura des suites comme on le verra. Les cyclones Kamisy (avril 1984) et Felicksa (février 1985) montrent les limites de ces techniques, avec l’arrachement des chaînages et la fissuration de murs pignons. Le principal risque lié aux cyclones est en effet l’arrachement des toitures par la poussée des vents, et l’unique chaînage horizontal en haut des murs sans ancrage vertical se révèle insuffisant. 33 Cf lexique.
  • 89. 89 (Source : Taxil Gisèle et Misse Arnaud – 1999)