SlideShare une entreprise Scribd logo
Laurent Coste

  Initiation
sophrologique
Sophrologie et quête spirituelle
Initiation sophrologique                                                                                       3




                             Table des matières
I. Introduction......................................................................................10
II. Un esprit sain dans un corps sain..................................................15
    A. Éléments de théorie psychanalytique.....................................................16
        1. La psychanalyse                                                                                   18
        2. La psychologie individuelle                                                                       22
        3. La psychologie analytique                                                                         26
    B. La sophrologie.......................................................................................30
        1. Trois principes                                                                                   32
        2. Niveaux et états de conscience                                                                    33
        3. Différents types de séances                                                                       35
        4. En conclusion                                                                                     36
    C. Un corps en bon état de marche.............................................................37
        1. Exercice physique                                                                                 38
        2. Alimentation                                                                                      40
III. Spiritualité et sens de la vie...........................................................42
    A. Spiritualité Judéo-chrétienne.................................................................44
        1. Entête : Créateur et créature.                                                                    45
        2. Des patriarches et des prophètes.                                                                 52
        3. Vous ferez ceci en mémoire de moi...                                                              73
    B. Dans la Grèce antique............................................................................81
        1. L'avènement de Zeus                                                                               83
        2. Une terre de héros et de monstres                                                                 86
    C. Du côté des pays Nordiques..................................................................98
        1. Du chaos à l'ordre                                                                               99
        2. Un monde vivant                                                                                 101
        3. Un destin partagé                                                                               104
    D. Le Tao.................................................................................................107
        1. Principes du Tao                                                                                109
        2. Le Classique des Changements                                                                    114
    E. La Voie de Bouddha............................................................................126
        1. Concepts essentiels du bouddhisme                                                               127
        2. Karma et Bardö                                                                                  131
        3. Dzogchen                                                                                        134
IV. Proposition de séances.................................................................137
    A. « Le modèle »......................................................................................138
    B. « Voyage astral et souvenirs sensoriels ».............................................139
    C. « L'enfant et le parent intérieurs ».......................................................140

                             Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
4                                                                                  Initiation sophrologique


    D. « La dernière heure »...........................................................................141
    E. « Zénitude ».........................................................................................142
    F. « Lâcher prise »....................................................................................143
    G. « Parole impeccable ».........................................................................144
    H. « L'Amour sous toutes ses formes »....................................................145
    I. « Libre arbitre »....................................................................................146
    J. « L'ombre »...........................................................................................147
    K. « Yggdrasill »......................................................................................148
    L. « La toile du Wyrd »............................................................................149
    M. « Recevoir et donner »........................................................................150
    N. « Amour illimité »...............................................................................151
    O. « Le pouvoir du moment présent »......................................................152
    P. Relaxation dynamique.........................................................................153
V. Conclusion......................................................................................154
VI. Annexe : Séances guidées............................................................157
    A. Sophronisation.....................................................................................158
    B. Refuge et reprise..................................................................................160
    C. « Le modèle »......................................................................................161
    D. « Voyage astral et souvenirs sensoriels »............................................162
    E. « L'enfant et le parent intérieurs »........................................................165
    F. « La dernière heure »...........................................................................167
    G. « Zénitude »........................................................................................168
    H. « Lâcher prise »...................................................................................169
    I. « Parole impeccable »...........................................................................170
    J. « L'Amour sous toutes ses formes ».....................................................171
    K. « Libre arbitre »...................................................................................173
    L. « L'ombre »..........................................................................................174
    M. « Yggdrasill ».....................................................................................175
    N. « La toile du Wyrd »...........................................................................177
    O. « Recevoir et donner ».........................................................................178
    P. « Amour illimité »................................................................................180
    Q. « Le pouvoir du moment présent »......................................................182
    R. Séance dynamique...............................................................................183
VII. Annexe II : Bibliographie..........................................................186




                            Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                          5




                                 Avant propos

   Q    uand j'étais enfant, mes parents m'ont inscrit à des cours de catéchisme.
        Pas par conviction personnelle : ils allaient à la messe à Noël, au Nou­
vel An, à Pâques et à Toussaint. Ça faisait juste partie de mon éducation,
comme se laver ou être poli. Chaque semaine, une dame nous lisait des textes
extraits de la Bible. Avec le recul que j'ai maintenant, je pense que c'était une
bonne chose. Mais à l'époque, j'étais plutôt troublé : elle nous racontait com­
ment Dieu a créé le monde en sept jours chrono, et même si ça n'était pas du
tout ce que j'apprenais à l'école, il fallait y croire... Comment le méchant ser­
pent avait séduit la perfide Ève et lui avait fait commettre le péché originel à
cause duquel nous ne sommes plus au paradis, ce qui montre à l'évidence que
les femmes (surtout) et les hommes (aussi) sont faibles et portés par nature à
faire le mal... Il y a eu d'autres textes encore, certains à dormir debout, d'autres
sans queue ni tête : passer 3 jours dans le ventre d'une baleine, faire s'écrouler
les remparts d'une ville avec des trompettes... Et pas une explication qui me sa­
tisfasse réellement. Elle nous demandait juste d'y croire parce que c'était écrit
dans la Bible.

  Je ne pouvais pas croire sans comprendre, sans que « tout ça » ait un sens.
Alors j'ai abandonné : j'en suis arrivé à la conclusion que je n'avais pas la foi.
Pourtant, aussi bizarre que cela paraisse, je n'ai pas tout rejeté en bloc. Au
contraire, une part de moi était désolée de ne pas l'avoir, cette fameuse foi.

   Alors je me suis tourné vers la science. Les mathématiques, la physique et la
chimie, la biologie, l'informatique... J'ai limité mon univers au monde concret.
Tout y avait une logique, tout y était démontrable. Dans ces domaines, je com­
prenais, et j'apprenais aussi vite que je pouvais. Je lisais des revues où des sa­
vants se perdaient en conjectures sur l'origine de la vie ou de la conscience, sur
la limite entre vivant et non-vivant... sans apporter aucune vraie réponse. J'ai
accepté l'idée que la vie et la conscience sont les fruits du hasard et de l'évolu­



                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
6                                                                     Initiation sophrologique


tion cosmique, des épiphénomènes de la matière, de purs produits dérivés de la
chimie du carbone.

   Mon diplôme d'ingénieur en poche, j'ai plongé complètement dans notre so­
ciété matérialiste. J'ai entamé, comme l'immense majorité de mes camarades,
la grande marche en avant du « toujours plus » : travailler toujours plus, ga­
gner toujours plus, posséder toujours plus.


                                        o-O-o


    Q   uand mes parents sont décédés avant mes trente ans, à quelques mois
        d'intervalle l'un de l'autre, cette mécanique que j'avais mise en marche
s'est déréglée.

  Au début, j'ai simplement ignoré ce qui se passait, mais des questions reve­
naient, insistantes, exigeant une réponse: qu'est-ce que la vie, la conscience ?
A quoi me sert de vivre ? Quelle est la finalité, le but de « tout ça » ?

   Mais où trouver une réponse ? Dans la religion ? Non. Dans la science ? Pas
plus... Et pourtant il y avait cette force en moi qui me poussait à chercher et
chercher encore.

    Elle me disait que le but de ma quête est en moi.

    Elle me disait que les moyens d'atteindre mon but sont en moi.

    Oui, elle me disait que tout est en moi, attendant que je sois prêt à entendre.


                                        o-O-o


    E    t puis j'ai rencontré la sophrologie. Au début, j'y voyais une « boîte à
         outil »: des méthodes élaborées par d'autres ; des techniques que je
n'aurais qu'à appliquer. Cela correspondait à la manière d'apprendre qu'on m'a­
vait inculquée depuis mon enfance.


                      Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                            7


   Mais peu à peu le brouillard s'est dissipé, et ce que je cherchais vraiment
m'est apparu progressivement. Les techniques toutes faites ne me satisfont
plus; j'ai compris que les méthodes ne sont que la partie émergée de l'iceberg.
Ce n'est pas une formation que j'avais entrepris, c'est une quête : je cherchais
un sens à la vie, je cherchais le vrai sens de ma vie.

  Les changements ont été rapides. Je sais maintenant que j'aurais pu facile­
ment me perdre pendant cette période. Heureusement, j'ai reçu de l'aide.

   Chaque semaine, j'allais voir un psychanalyste avec qui je donnais un sens à
ces rêves dont je me souvenais enfin au matin. Avec lui, je réfléchissais aux
évènements de ma vie, aux orientations que je pouvais prendre. Il n'a pas hési­
té à s'impliquer, intervenir, me bousculer quand c'était nécessaire, et j'y ai
acquis un degré de liberté supplémentaire : j'ai réussi à prendre progressive­
ment du recul, à être moins en prise directe avec les évènements.

   A la même période, j'ai rencontré Annick de Souzenelle. Par hasard, ou plu­
tôt sans savoir ce que je faisais, j'ai pris et ouvert un de ses livres dans le
rayonnage d'une bibliothèque. Immédiatement, les mots que je lisais ont ré­
veillé un écho en moi. Pourtant elle parlait de religion, de la Bible : un do­
maine dont je ne croyais jamais plus rien avoir à attendre. Après avoir lu tous
les livres d'elle que j'ai pu trouver, j'ai cherché à savoir qui elle était. Elle don­
nait, un mercredi soir par mois, des conférences sur les premiers chapitres de
la Genèse. J'y suis allé et j'y ai reçu un enseignement précieux : ces textes que
j'avais lu, qu'on m'avait lu dans mon enfance, de manière objective, concrète,
extérieure peuvent être lus de manière subjective, symbolique, intérieure. Au
début, le plus étrange pour moi a été ce sentiment immédiat, intuitif, que ce
qu'elle disait est vrai. Je n'étais pas du tout habitué à appréhender la vérité de
cette manière : sans axiome, ni théorème, ni démonstration.

   D'autres personnes encore m'ont aidé et m'aident toujours à avancer.


                                             o-O-o



                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
8                                                                    Initiation sophrologique



    I    l est clair que je ne suis qu'au début d'un long chemin, d'un voyage qui
         durera le reste de ma vie, et il serait présomptueux de ma part de vou­
loir donner des leçons ou asséner des vérités définitives. Je pense plutôt que ce
travail est l'occasion d'intégrer ce que j'ai appris et qui m'a permis de mieux me
comprendre et d'avancer jusqu'au point où j'en suis aujourd'hui : la sophrolo­
gie, la psychanalyse, la spiritualité.

   J'ai également envie d'en faire un outil cohérent, structuré. Je vous présente
donc ce travail très humblement, conscient de ses faiblesses et ses limites, qui
sont les miennes, mais aussi très fièrement, espérant qu'il aidera d'autres à
trouver leur propre vérité.




                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                       9




                               Remerciements
   ➢   William Bonnet et Hélène Leroy
        Deux sophrologues aux regards radicalement différents. Parfois déran­
        geants, toujours stimulants, au final enrichissants à tout point de vue.
        Grâce à vous je sais qu'il n'y a qu'a qu'une seule bonne manière de pra­
        tiquer la sophrologie : celle que j'invente jour après jour.
   ➢   Marie, Léandre, Gwendal, ma famille et la famille de Marie
        Vivre ensemble au quotidien est une sacrée aventure : par moment
        havre de paix, par moment ouragan de classe 5. Et il est tellement facile
        de se perdre de vue quand on est proche... vous êtes la continuité de ma
        vie.
   ➢   Gilles, Kélig, Philippe
        Trois vrais amis depuis... longtemps, et pour... longtemps.
   ➢   les participants aux groupes que j'ai animés à la Réunion dans le cadre du
       Cercle Sportif et Artistique de la Base Aérienne 181 et du Cercle Sportif
       et Artistique de la Gendarmerie.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
10                                                                     Initiation sophrologique




                            I. Introduction
                     L'essentiel en quelques mots
                     Corps, mental, esprit sont d'égale importance pour
                     qu'un être humain puisse s'accomplir.
                     Sachant que l'activité physique et l'alimentation sont
                     essentielles pour se sentir « bien dans son corps »,
                     sachant que les psychanalyses sont essentielles pour se
                     sentir « bien dans sa tête »,
                     sachant que les religions et spiritualités sont essen­
                     tielles pour se sentir « bien dans son Esprit »,
                     ce mémoire propose un parcours initiatique sous forme
                     de séances de sophrologie pour partir à la découverte
                     de son Être véritable.


     L   e schéma qui suit est une représentation classique (chinoise, m'a-t-on
         dit) de l'être humain accompli. Les trois éléments qui le composent
sont le carré, la croix et le cercle.
     ➢   La carré représente le corps et ses perceptions, ainsi que la matérialité.
         Reconnaître son importance permet d'avoir « les pieds sur terre ».
     ➢   La croix représente les sentiments, les émotions et l'intelligence ration­
         nelle, c'est à dire la partie mentale de l'être.
     ➢   Le cercle représente l'Esprit, la partie spirituelle de l'être, qui nous
         connecte aux autres.
Chacun des trois éléments est important, mais quand l'un d'eux monopolise
une part trop importante de l'énergie vitale, un déséquilibre se crée. Si la per­
sonne réagit, elle peut rétablir la circulation d'énergie entres les parties de son
être.

   Cependant, autant l'importance des parties corporelle et mentale est en géné­
ral bien appréhendée, la partie spirituelle est souvent négligée, voire incom­
prise.

                       Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                          11


   Attention ! Le fait que les gens acceptent facilement l'existence et l'impor­
tance des parties « corps » et « mental » ne veut pas dire qu'il n'y a pas de tra­
vail à faire de ce côté... C'est pourquoi la première partie de ce mémoire pré­
sente différentes méthodes
pour rétablir « un esprit sain                                     PERE
                                                              Essence, Esprit
dans un corps sain ».
                                          Mental, intelligence,
   Quant à savoir pourquoi la
                                          Esprit
majorité de nous autres                   Connexion au Père
occidentaux         délaissons
l'aspect spirituel de la vie,
                                          Sentiments, émotions
Jung a traité ce problème tout            Connexion corps-esprit
au long de son œuvre. La ré­
ponse qu'il propose me paraît
pertinente, et je vous renvoie            Corps, matérialité
à ses ouvrages si le sujet                Connexion à la Mère
vous intéresse.
                                                                           MERE
   En tout état de cause, le
                                                         Substance, Création
fait est qu'un nombre impor­
tant de personnes sont à la fois déconnectées de leur spiritualité et désireuses
de rétablir cette connexion. Mon but à travers ce mémoire est de vous proposer
d'utiliser la sophrologie les aider dans ce cheminement intérieur. A ce titre, la
sophrologie devient un contenant destiné à recevoir un contenu spirituel.

  Je vous propose donc des séances de sophrologie utilisant des éléments tirés
de différentes traditions mythologiques et religieuses.


                                             o-O-o


   D    ans une première approche, j'avais pensé classer ces traditions selon
        une dichotomie masculin/féminin. On entend généralement par tradi­
tion masculine une tradition « du Père », céleste, monothéiste, solaire, de la lu­
mière. En corollaire, les traditions dites féminines sont celles de « la Mère »,

                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
12                                                                   Initiation sophrologique


terriennes, polythéistes, lunaires, de la nuit. Dit autrement, le Père représente
les forces supra-humaines incréées, alors que la Mère représente les forces su­
pra-humaines présentes dans la création. Selon ce classement, les traditions
Grecque, Scandinave, Chinoise sont des traditions féminines, alors que les
traditions Judéo-Chrétiennes et Bouddhistes sont masculines.

  Cependant, ce classement n'est pas satisfaisant car une tradition qui serait
exclusivement masculine (ou féminine) serait vouée à l'échec dans sa tentative
de permettre à l'être humain de s'accomplir. Et de fait, on trouve des éléments
féminins dans les traditions masculines, et inversement. Par exemple, la figure
de la Vierge Marie dans la tradition Judéo-Chrétienne.

   Une autre acceptation de l'opposition masculin/féminin se réfère à la dif­
férence entre l'amour maternel et l'amour paternel. L'aspect fondamental de l'a­
mour maternel est d'être inconditionné, d'être offert à l'être aimé du fait même
qu'il existe, là où l'aspect fondamental de l'amour paternel est d'être donné (et
retiré) en fonction des mérites de l'être aimé. En corollaire, l'amour maternel
arrive telle une grâce alors qu'on peut agir pour attirer à soi l'amour paternel.

  Vues sous cet angle, les traditions Judéo-Chrétienne et Bouddhistes sont
féminines, alors que les traditions Grecque, Scandinave et Chinoise sont mas­
culines. Cependant, ici encore, l'exemple de la confession dans la tradition Ju­
déo-Chrétienne montre bien qu'elle n'est pas que féminine.

   Toutes ces considérations m'ont finalement conduit à ne pas classer les dif­
férentes traditions mais plutôt à les présenter en énumération. En m'efforçant
d'enlever au maximum les étiquettes, j'espère permettre à chacun d'être libre de
préjugé sur ce que chaque séance peut lui apporter, permettre à chacun de ne
pas chercher un bénéfice précis de chaque séance mais plutôt d'accepter ce qui
se produira.


                                       o-O-o




                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                         13



   C      ertains se demanderont pourquoi j'ai intitulé ce mémoire « Initiation
          sophrologique », en quoi ce qui suit est une initiation. Selon le diction­
naire, l'initiation est l'action d'initier quelqu'un ou quelque chose.

  Un premier aspect de l'initiation est le fait de mettre en marche un proces­
sus. La sophrologie est un processus de changement, de transformation person­
nelle : celui qui débute cette pratique reçoit du sophrologue une initiation qui
va lui permettre de se transformer progressivement en celui qu'il peut être.

  Un deuxième aspect de l'initiation est d'être accepté dans un groupe d'initiés.
Lorsque le pratiquant intègre un groupe de sophrologie pour pratiquer des
séances collectives, cette dimension est présente, notamment lors du partage
des expériences entre les membres du groupe à l'issue des séances. Ceci peut
même être un facteur de motivation important.

  Un troisième aspect de l'initiation est de recevoir des connaissances aux­
quelles les non-initiés n'ont pas accès, ou difficilement. Grâce à elles, le prati­
quant peut se transformer, et pour reprendre une formule chère aux alchi­
mistes, laisser mourir la part « vile et basse » de son être, la sacrifier pour
qu'une autre, « haute et noble », puisse naître.

   Les différentes traditions regorgent de symboles pouvant activer cette trans­
formation. Chacun suivant son éducation, sa culture, est plus particulièrement
sensible à certains d'entre eux.

   Une chose est certaine cependant, essayer d'expliquer les symboles, c'est à
dire les réduire à un nombre limité de facteurs rationnels, détruit leur valeur
opérante. En effet, le mental prend alors la main et il devient très difficile de
vivre pleinement les séances, de les laisser faire leur œuvre en profondeur.
C'est pour cette raison que vous trouverez peu d'explication sur la signification
des symboles dans les différentes traditions.


                                             o-O-o



                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
14                                                                   Initiation sophrologique



     U  ne autre question est apparue, à laquelle j'ai dû répondre : pourquoi ne
        pas simplement utiliser ce qui existe déjà ? En effet, il existe maintes
religions et traditions spirituelles, toutes éprouvées par des générations et des
générations de pratiquants. Alors qu'espérer apporter de plus, de mieux ?

   Rien. Mon but n'est pas de faire plus ou mieux. Il s'agit avant tout pour moi
d'arriver à exprimer et à partager ce qui me permet d'avancer dans ma propre
quête spirituelle.

   A mon sens, la spiritualité est affaire d'expérience. Sans le secours d'authen­
tiques expériences intérieures, chaque dogme, chaque vérité révélée et au-delà
de cela, chaque idéologie, chaque croyance, peut facilement devenir un écran
de fumée qui aveugle et empêche celui qui l'accepte d'avancer vers sa propre
vérité. Une vérité reçue de l'extérieur peut même se changer en une dangereuse
illusion quand elle devient la justification d'une discrimination entre le bon et
le mauvais. Cela s'est produit par le passé, cela se produit encore maintenant.

   Il se trouve que le concept d'expérience intérieure est au cœur de la sophro­
logie, car elle vise à développer la zone de conscience de celui qui la pratique.
Ceci permet à la fois d'accepter les phénomènes qui se produisent lors des
séances, et aussi leur donner un sens.

   Ainsi, en proposant les séances qui composent ce travail, j'espère aider cha­
cun à explorer et faire sienne la richesse que les traditions spirituelles nous ont
légué.




                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                      15




     II. Un esprit sain dans un corps sain

   U     n travail préparatoire est nécessaire pour se débarrasser des problèmes
         physiques et psychologiques accumulés au fil des années, restaurer
l'estime de soi et se remettre en état de marche. De nombreuses techniques et
pratiques sont utiles.

  Le premier pré-requis pour atteindre un état d'esprit propice à l'accomplisse­
ment de sa vie est d'être au clair avec son passé et son avenir. S'engager dans
une psychanalyse est un pas décisif pour prendre conscience des entraves que
peuvent représenter le passé et l'avenir, pour arriver à vivre pleinement le pré­
sent. Les trois précurseurs les plus marquants de l'histoire de la psychanalyse,
qui est assez courte car elle commence au début du XXème siècle, sont Sigmund
Freud, Alfred Adler et Carl Gustav Jung. Chacun d'eux a apporté un éclairage
précieux sur les rapports entre la conscience et l'inconscient.

  Après ces éléments de la psychanalyse, vous trouverez une introduction à la
sophrologie. Fondée en 1960, cette école scientifique s'intéresse à l'esprit, et
notamment à la manière d'atteindre l'harmonie, la sérénité.

  Enfin, la troisième partie de ce chapitre vous proposera quelques conseils de
bon sens pour conserver votre corps en bon état de marche.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
16                                                                     Initiation sophrologique



A. Éléments de théorie psychanalytique

     L  a psychologie, étant étymologiquement l'étude de l'âme, est une
        science presque aussi vieille que l'humanité, même si le terme
« psychologie » a été inventé en 1575 par le suisse Johannes Thomas Freigius.
En Occident, elle s'est développée suivant trois axes :
     ➢   l'étude des comportements, aussi bien pour les humains que pour les
         animaux. Sont inclus dans ce champ l'étude des réflexes, des percep­
         tions, des émotions, etc.
     ➢   l'étude de la personnalité, c'est à dire la motivation derrière les actes, les
         comportements. Sont inclus dans ce champ l'étude de l'éducation et de
         l'apprentissage, de la morale, de la religion, du libre arbitre, etc.
     ➢   l'étude du sujet. L'objectif est ici de comprendre comment se développe
         l'individu en tant que sujet. Sont inclus dans ce champ l'étude des pro­
         cessus d'autonomisation et de socialisation, des conflits internes et leur
         possibilité de résolution, etc.
   Au milieu du XIXème siècle nait Sigmund Freud. Il devient médecin neuro­
logue et s'intéresse en particulier au phénomène de l'hystérie en tant
qu'exemple le plus significatif des névroses, ces troubles fonctionnels dans les­
quels le patient souffre sans qu'aucune lésion physique ne soit décelable. Il
décide de rejoindre le professeur Jean-Martin Charcot, mais renonce bientôt à
l'usage de l'hypnose qu'il juge « incertaine » et « mystique ». Il écarte égale­
ment la thèse de Pierre Janet selon laquelle l'origine des névroses serait une
faiblesse organique, temporaire ou non, du patient. C'est en privilégiant l'é­
coute de la parole de ses patients qu'il invente au début du XX ème siècle la
psychanalyse, basée sur les concepts de pulsion sexuelle et de refoulement
dans l'inconscient.

   Carl Gustav Jung et Alfred Adler font pendant un temps partie de ses dis­
ciples, même s'ils se détachent ensuite de lui pour développer leurs propres
théories et méthodes psychanalytiques.


                       Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                                        17


   Adler se distingue de Freud, et s'en sépare finalement, quand il pose la pri­
mauté de la volonté de domination sur toutes les autres pulsions. Il fonde alors
la psychologie individuelle et est l'inventeur de la notion de complexe d'infé­
riorité.

   Jung lui aussi se sépare finalement de Freud. Il fonde la psychologie analy­
tique, et se distingue de Freud sur deux points:
    ➢   il postule l'existence, en plus de l'inconscient personnel Freudien, d'un
        inconscient collectif dont il propose une véritable « géographie » grâce
        aux archétypes qui sont à la fois des préformes vides1, des modèles de
        comportement2, et des structures de représentation3. Il décrit leur fonc­
        tionnement, leurs caractéristiques, mais aussi et surtout leurs interac­
        tions avec le Moi conscient.
    ➢   Pour Jung, le terme « libido » désigne toute énergie psychique, pas uni­
        quement celle venant de la pulsion sexuelle : tous les instincts, tous les
        affects et de manière générale toutes les manifestations psychiques dy­
        namiques. Chaque archétype contient une certaine quantité de libido
        qui n'est pas mesurable en elle-même, mais qui peut être évaluée au tra­
        vers des effets qu'elle produit : lapsus et autres actes manqués, modifi­
        cation des signes physiques comme le pouls et la respiration...
   Bien sûr, la psychanalyse ne s'arrête pas avec ces trois pionniers. On peut ci­
ter Anna Freud, Mélanie Klein, Heinz Hartmann qui poursuivent dans la droite
ligne de l'œuvre de Freud, et aussi Sándor Ferenczi, Donald Winnicot, Jacques
Lacan, Françoise Dolto...

1   On ne peut pas représenter un archétype lui-même: on ne peut qu'en mesurer les effets de
    manière indirecte, de la même manière qu'on ne mesure pas l'énergie en soi, mais ses effets
    en terme de conduction électrique ou de chaleur par exemple.
2   Un archétype ne conditionne pas un comportement particulier, mais un type de
    comportement (« pattern of behaviour »), le comportement lui-même dépendant des
    conditions particulières et individuelles dans lesquelles l'archétype agit. De manière
    similaire, la structure du nid que construit un oiseau est prédéfinie, mais sa forme exacte, le
    matériau utilisé, etc... dépendront des conditions particulières dans lesquelles l'oiseau le
    construit.
3   Les archétypes organisent et donnent un sens aux traces que les expériences vécues laissent
    dans la mémoire de l'individu. Ces traces resteraient sinon une collection désordonnée de
    souvenirs sans signification.

                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
18                                                                  Initiation sophrologique




1.    La psychanalyse
                   L'essentiel en quelques mots
                   Freud a construit sa théorie psychanalytique à partir de
                   ses observations cliniques. Selon lui, tous les désordres
                   psychiques proviennent d'un développement sexuel
                   perturbé durant l'enfance.
                   En étudiant les rêves, lapsus et autres actes manqués, la
                   cure psychanalytique vise à amener à la conscience les
                   contenus refoulés, et de ce fait aider l'analysant à ré­
                   soudre ses difficultés.


                          Une théorie sexuelle


     E  n étudiant les désordres
        psychiques d'un grand
nombre de patients névrosés ou
psychotiques, Sigmund Freud met à
jour la présence sous-jacente, in­
consciente, de la pulsion sexuelle.
Plus encore, il s'aperçoit que cette
présence est une constante chez tous
ses patients et qu'elle est la source
principale d'énergie de leurs
désordres psychiques.

  Il constate également que les
anormalités de développement de la
sexualité se traduisent soit par des
perversions de l'objet sexuel normal
(homosexualité ou pédophilie par
                                                 Illustration 1: Sigmund Freud
exemple) ou du but sexuel normal


                    Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                        19


(fétichisme ou sadomasochisme par exemple), soit par l'apparition de
désordres psychiques. Ceci l'amène à étudier le développement de la sexualité
infantile, dans laquelle il distingue plusieurs phases.


                Un modèle de développement de l'enfant


   L    a première grande phase est la phase pré-génitale. Elle s'étend de la
        naissance à la puberté. Il n'y a alors ni objet sexuel (la pulsion est auto
érotique), ni but sexuel. Cette phase peut être elle-même divisée :
    ➢   Le stade oral. L'enfant recherche le plaisir lié à la satisfaction du be­
        soin primaire qu'est l'alimentation. L'activité de succion acquiert sa si­
        gnification de plaisir, la zone buccale et la peau prennent leur dimen­
        sion de zone érogène.
    ➢   Le stade sadique-anal. L'enfant qui obéit à l'autorité de ses parents leur
        offre sa défécation comme signe de soumission. Par ailleurs, la zone
        anale acquiert sa dimension de zone érogène majeure. Freud constate
        également chez l'enfant l'émergence de pulsions sadomasochiste et sco­
        pique (voyeurisme et/ou exhibitionnisme).
    ➢   Le stade phallique correspond principalement à la mise en place de la
        primauté de la zone génitale et à la recherche d'un premier objet sexuel.
        C'est à cette occasion que l'enfant se trouve confronté au tabou de l'in­
        ceste et à l'angoisse de castration. Il doit également résoudre le com­
        plexe d'Oedipe.
    ➢   La période de latence. Durant cette période, la pulsion sexuelle, ou
        plutôt son refoulement et sa sublimation (sous l'effet conjugué de la pu­
        deur, du dégoût, de la compassion, de la morale et de l'autorité) permet
        son utilisation vers d'autres buts (culture, arts, sciences...) et la
        construction de barrières efficaces qui lui permettront à l'individu d'ac­
        céder à une vie sexuelle normale.
  La puberté correspond à deux évènements majeurs: tout d'abord la subordi­
nation de toutes les pulsions sexuelles partielles à celle provenant de la zone


                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
20                                                                   Initiation sophrologique


génitale, ce qui se traduit par la mise en place des préliminaires sexuels dans
un développement normal de la sexualité, et ensuite la recherche d'un objet
sexuel normal.


               Cartographies de l'appareil psychique


     A    partir de 1900, Freud formalise la première topique. Il s'agit d'une
         description de l'appareil psychique sous forme de systèmes.

   Il baptise le premier système « inconscient ». L'inconscient freudien est dé­
pourvu de capacité d'élaboration : il contient des pulsions et des traces de per­
ceptions qui sont vécues et revécues telles quelles, sous forme quasi hallucina­
toires. Ce système figé, pour une grande part inaccessible au reste de la per­
sonnalité, se construit sur la base de contenus psychiques refoulés.

   Il baptise le second système « pré-conscient/conscient ». Ce système com­
prend la mémoire et la conscience. Les contenus psychiques pré-
conscients/conscients peuvent être élaborés : contrairement à ce qui se passe
dans l'inconscient, l'énergie pulsionnelle peut se fixer sur les traces de percep­
tion qui deviennent alors les objets du désir de l'individu. Ceci permet la mise
en place de la mémoire factuelle, de l'attention, du langage, des émotions et de
toutes les autres fonctions psychiques.

   La prise en compte des troubles narcissiques et de l'opposition entre le
principe de plaisir et le principe de réalité va pousser Freud à proposer vers
1920 une seconde topique.

   Il s'agit de trois nouveaux systèmes qui ne remplacent pas ceux du premier
topique, mais s'y superposent et en élargissent les possibilités d'application.

   Le premier système est appelé « Ça ». Il s'agit du monde pulsionnel incons­
cient.

  Le deuxième système est appelé « Surmoi ». Il s'agit du monde normatif
contenant notamment les codes sociaux intériorisés par l'individu.


                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                        21


  Le troisième système est appelé « Moi ». Il recherche l'équilibre des
contraintes opposées du Ça et du Surmoi dans le but de construire une person­
nalité cohérente, unie et unifiée.


                                      En conclusion


   U     ne répartition initiale déséquilibrée des différentes pulsions partielles,
         l'inefficacité des mécanismes de refoulement et de sublimation, le rac­
courcissement (voire l'inexistence) de la période de latence sont autant de fac­
teurs causant un développement anormal de la sexualité. Cette situation se tra­
duit par des désordres psychiques ou des perversions.

   Le thérapeute propose donc au patient d'analyser par la méthode dite des as­
sociations libres, ses rêves et ses actes manqués pour mettre à jour leur signifi­
cation profonde, inconsciente. Ensuite, il l'aide à remonter dans son histoire
personnelle pour comprendre l'origine des désordres dont il souffre.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
22                                                                     Initiation sophrologique




2.        La psychologie individuelle
                      L'essentiel en quelques mots
                      Selon Adler, la vie est une lutte qui met en jeu deux
                      forces : tout d'abord la pulsion de domination qui,
                      suivant les frustrations rencontrées durant l'enfance,
                      peut engendrer un complexe d'infériorité, source des
                      désordres psychiques de l'individu ; ensuite la néces­
                      saire vie en société, car seule la coopération entre les
                      individus rend possible la survie de l'espèce.
                      En fondant la psychologie individuelle, il crée une pé­
                      dagogie pour permettre à l'individu d'orienter sa pul­
                      sion de domination de manière bénéfique à la société.


                        Une théorie de la puissance


     S   elon la théorie d'Alfred Adler, la vie est une lutte et l'individu, notam­
         ment lors de l'enfance, cherche à dominer son environnement de toutes
les manières possibles. La répression de cette pulsion de domination produit le
sentiment d'infériorité. En fait, pour Adler, « Être homme, c'est se sentir infé­
rieur ».

    Le point fondamental du développement de l'individu est alors d'arriver à
compenser le sentiment d'infériorité développé durant l'enfance, c'est à dire ex­
primer sous une forme socialement acceptable l'affirmation de soi. Si ce n'est
pas fait, un complexe d'infériorité se développe, qui conditionne la vie de
l'individu entier.


                          Le sentiment d'infériorité

     Les causes du sentiment d'infériorité sont variées, avec entre autres :
      ➢   les infériorités organiques ou fonctionnelles ; Un pied bot par exemple,

                       Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                           23


    ➢   les infériorités conventionnelles, c'est à dire tout ce qui fait que l'indivi­
        du ne sent pas dans la norme ; Une pilosité anormale par exemple ;
    ➢   les infériorités dues à l'édu­
        cation ; Des parents qui sans
        cesse dévalorisent leur enfant
        par exemple
    ➢   les infériorités dues à l'ori­
        gine sociale ; Une origine
        étrangère au pays où l'indivi­
        du grandit par exemple
    ➢   les infériorités dues à l'envi­
        ronnement familial ; Un en­
        fant qui découvre qu'il a été
        adopté par exemple,
   La liste pourrait être étirée
presque à l'infini. Ce qui est impor­
tant dans le cadre de la théorie
d'Adler est plus la conséquence du
                                                 Illustration 2: Alfred Adler
sentiment d'infériorité que son ori­
gine : c'est à dire savoir où l'indivi­
du va se situer sur l'échelle qui va de l'écrasement total à la surcompensation la
plus mégalomaniaque.


                                    La compensation


   L     a façon positive dont le sentiment d'infériorité peut se manifester est
         d'être l'aiguillon, la tension interne qui va stimuler le développement
de l'individu :
    ➢   compensation directement opposée au sentiment d'infériorité : l'enfant
        chétif qui devient athlète, le pauvre qui devient millionnaire à force de
        travail...


                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
24                                                                    Initiation sophrologique


     ➢   compensation dans un autre champ : le chétif devient alors Prix Nobel,
         l'immigré souffrant de la pauvreté va réussir un brillant parcours uni­
         versitaire et acquérir un statut social sans pour autant devenir riche...
  Les manifestations plus négatives de compensation, sont malheureusement
aussi plus fréquentes :
     ➢   compensation de l'ordre de la dissimulation : mensonge, fuite, médi­
         sance, indolence, forfanterie... tout ce qui permet à l'individu de mas­
         quer son sentiment d'infériorité aux autres, mais surtout à lui-même.
     ➢   compensation de l'ordre de l'exploitation : l'enfant qui mouille son lit
         jusqu'à un âge anormal, le névrosé chronique qui maintient son entou­
         rage à son service, le malade imaginaire... tout ce qui donne à l'individu
         une satisfaction supérieure à sa misère intérieure.


                         L'individu dans la société


     P   artant du constat qu'un homme isolé du groupe pourra difficilement
         survivre, Adler définit un critère particulièrement pertinent pour me­
surer si un individu suit un développement normal : le degré de sentiment so­
cial. Adler définit comme « bien » ce qui est utile à la société, ou pour le dire
autrement, il pose comme but à la psychologie individuelle de permettre à
l'individu d'être adapté aux normes et aux exigences sociales de son temps.

   Et en effet, les facteurs sociaux-culturels influencent la construction psycho­
logique de l'individu, définissent pour ainsi dire la notion de normalité, et au
final son appréciation de ce qu'est la réalité. Au niveau symbolique, la réalité
est façonnée par l'ensemble des croyances et des règles culturelles. Au niveau
psychique, elle est façonnée par les valeurs sociales. Ces représentations sym­
bolique et psychique de la réalité conditionnent et limitent la perception phy­
sique, c'est à dire les faits, les êtres et les objets directement perçus par l'indivi­
du. En d'autres termes, il est illusoire de vouloir échapper à l'influence de la
culture et de la société qui nous ont vu naître.



                      Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                       25


   En tant qu'intermédiaire entre la cellule familiale initiale et la société dans
laquelle l'individu devra tenter d'exprimer de manière positive sa pulsion de
domination, l'école est pour Adler le lieu d'application par excellence de la
psychologie individuelle, et l'éducation des enfants le thème central de son
œuvre.

    Il propose un questionnaire pour déterminer les failles dans la préparation
de l'enfant à tenir son rôle social, que ce soit dans son futur foyer ou son futur
travail. Il montre également que l'individu peut exploiter aussi bien ses fai­
blesses que ses dons. En pratique, il préconise d'exploiter la volonté de puis­
sance pour contrecarrer le sentiment d'infériorité, en commençant par des « pe­
tits succès » dans des domaines où l'individu a de grandes chances de réussite,
pour aller progressivement vers de « grandes victoires » dans des domaines de
plus en plus incertains : chaque succès augmente l'estime de soi et incite à être
plus entreprenant.

   Si les étapes sont correctement planifiées et réalisées, les manifestations né­
gatives de la compensation disparaît progressivement et l'individu trouve natu­
rellement sa place dans la société.


                                      En conclusion


   E     ntre pulsion de domination et sentiment social, l'équilibre est souvent
         délicat à mettre en place. La psychologie individuelle d'Adler re­
cherche les indices permettant à l'éducateur de savoir comment aider l'individu
à restaurer sa confiance en ses capacités. L'éducateur pourra alors réorienter la
pulsion de domination au bénéfice de la société toute entière.

   La psychologie individuelle est une approche téléologique de la psychana­
lyse : elle soutient l'idée que la personnalité de chaque individu est tournée
vers un but.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
26                                                                    Initiation sophrologique




3.    La psychologie analytique
                     L'essentiel en quelques mots
                     Jung défend l'idée que l'énergie psychique se manifeste
                     de diverses manières : pulsion sexuelle, de domination,
                     de vie, de mort... aucune n'étant prépondérante.
                     Selon lui, la vie même est un processus énergétique ir­
                     réversible qui commence avec la naissance et se
                     termine avec la mort.
                     Si la première moitié est tournée vers le monde exté­
                     rieur et permet la construction d'une personnalité cent­
                     rée sur le Moi conscient, la seconde moitié doit être
                     tournée vers l'intérieur de l'être. Jung l'appelle proces­
                     sus d'individuation.
                     La psychologie analytique veut permettre au Moi
                     conscient de se confronter aux complexes autonomes
                     inconscients présents dans le psychisme de chaque être
                     humain (Ombre, Persona, Animus/Anima, Soi), et ainsi
                     comprendre quel est le sens de sa vie.


                         Une théorie énergétique


     P    our Carl Gustav Jung, la vie psychique est un processus énergétique.
          A ce titre elle s'écoule de manière irréversible et est orientée vers un
but : la mort. Tout d'abord, l'élan initial emporte l'individu dans une phase as­
cendante de sa naissance à son apogée. C'est le temps des défis, des luttes, des
victoires, bref des réalisations extérieures. Ensuite, de l'apogée jusqu'à la fin, la
vie psychique amène l'individu à tourner son regard vers son monde intérieur :
c'est le processus d'individuation.

   Comme la vie psychique est principalement constituée de processus incons­
cients, la volonté consciente de l'individu (son Moi) pourra bien résister ou ac­
compagner le mouvement, cela est sans influence objective : il naîtra, grandira,

                      Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                                    27


vieillira, mourra. C'est très différent sur le plan subjectif, où l'attitude
consciente face aux contenus inconscients qui apparaissent est de première
importance.


                     Confrontation avec les archétypes


    L    e but de la psychologie ana­
         lytique de Jung est appelé
individuation. Il s'agit de permettre
à l'individu, initialement identifié à
son moi conscient, de se confronter
aux composantes fondamentales de
l'inconscient, les archétypes : la Per­
sona4, l'Ombre5, l'Anima6 ou l'Ani­
mus7, et enfin le Soi8.

   Chaque confrontation avec un arc­
hétype le modifie. Par exemple, la
confrontation avec la Persona amène
dans le cas idéal à s'en détacher pro­
gressivement, pour que finalement
elle se dissolve complètement, libé­
rant ainsi l'énergie psychique qu'elle
contenait. Ceci produit bien évidem­                    Illustration 3: Carl Gustav Jung
ment un déséquilibre énergétique
4   C'est un fragment de la psyché collective prélevé durant le développement de l'individu, de
    façon plus ou moins arbitraire, comme au gré des circonstances. Elle peut être vue comme
    un masque porté face aux autres, chargé de dissimuler la vraie nature de l'individu pour
    qu'il soit adapté à la vie en société. Le Moi conscient commence par s'identifier à la
    Persona et tant que dure cette identification, l'individu peut même être persuader de
    montrer sa « vraie » personnalité aux autres.
5   L'ombre contient tout ce que la personne juge moralement répréhensible.
6   L'anima est un complexe autonome représentant, pour un homme, sa part féminine
    inconsciente.
7   L'Animus est un complexe autonome représentant, pour une femme, sa part masculine
    inconsciente.
8   Le Soi est la véritable personnalité individuelle.

                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
28                                                                    Initiation sophrologique


majeur au niveau de l'inconscient. Le Moi seul ne pouvant pas établir un nou­
vel équilibre, il n'a d'autre choix que de tenter d'assimiler les contenus incons­
cients libérés sous peine de risquer d'être submergé.


                        Individuation et symboles


     P   our Jung, la méthode par excellence pour avancer sur la voie de l'indi­
         viduation est d'utiliser la symbolique contenue dans la religion et les
mythes. En effet, il a remarqué que ces symboles correspondent aux processus
que l'individu confronté à l'inconscient vit de manière naturelle. Il a également
constaté que ces symboles permettent de donner un sens à ces expériences.

   Le poisson, l'eau, la croix, le feu, le sel, l'arbre, l'épée, le serpent, l'œuf, le
soleil, la lune, la pierre, le vent : autant de symboles qui apparaissent à la fois
dans les textes de nombreuses religions ou mythes et dans les productions
spontanées de nombreux patients de Jung.

   Prenons par exemple l'eau. Son aspect fluide, le fait qu'elle épouse toute
forme la contenant, que c'est de l'eau qu'a émergé la vie, qu'elle contient de la
nourriture qu'on peut pêcher, son aspect insondable, profondément inconnais­
sable : tous ces éléments en font un symbole adéquat à la fois pour l'ensemble
des contenus inconscients, mais aussi la force dont procède toute forme de vie
psychique.


                                 En conclusion


     L   a théorie Freudienne place l'origine des motivations humaines dans
         l'inconscient. La théorie Adlérienne place la finalité des motivations
humaines dans l'inconscient. La théorie Jungienne place à la fois origine et fi­
nalité dans le concept de Soi.

   Pour Freud, le ressort ultime de l'individu est la sexualité. Pour Adler, c'est
le sentiment de puissance. Pour Jung, c'est le sentiment religieux, spirituel.


                      Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                        29


  C'est à ce titre qu'il a étudié tout au long de sa vie les traditions religieuses
égyptienne, juive, grecque, et aussi l'alchimie, l'astrologie, le Yi King, etc...
qui racontent de manière symbolique la confrontation avec l'inconscient et pro­
posent une méthode pour faire face.

   Ces matériaux permettent à Jung de donner un sens aux expériences que
vivent ses patients qui se trouvent face au Soi, face à l'irruption dans leur
psychisme de faits, d'expériences de nature spirituelle.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
30                                                                  Initiation sophrologique



B. La sophrologie
                   L'essentiel en quelques mots
                   La sophrologie de Caycedo est une science et une mé­
                   thode originale pour favoriser le changement positif de
                   l'individu jusqu'à atteindre un état d'harmonie durable.
                   Elle utilise un état de conscience modifiée, facilement
                   accessible après une profonde relaxation corporelle,
                   pour : réhabiliter le schéma corporel, le corps étant
                   une réalité à vivre de manière consciente, accéder à la
                   réalité objective en dissipant les illusions, préjugés et
                   autres fantasmes, développer l'action positive, agir ef­
                   ficacement, chacun dans la limite de ses possibilités.

La sophrologie a été fondée au début des années 1960 par Al­
fonso Caycedo.

C'est une école scientifique qui étudie la conscience humaine.  
Elle   puise   dans   de   nombreuse   autres   disciplines,   et   notam­
ment :
     ➢   l'hypnose, de Mesmer jusqu'à Erickson,
     ➢   la psychologie et la psychanalyse,
     ➢   les techniques de relaxation corporelles avec entre autres  
         Schultz et Jacobson,
     ➢   les religions orientales : Yoga, Bouddhisme, Zen,
     ➢   la   philosophie   phénoménologique :   Hegel,   Heidegger,  
         Merleau­Ponty...

C'est aussi une méthode pratique, la cure sophronique, compo­
sée d'un ensemble de séances au cours desquelles le sophroni­
sant met progressivement en place les changements comporte­
mentaux positifs et part à la découverte de son être véritable.

                    Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                   31


Étymologiquement,   le   mot  Sophrologie   est   composé  des   mots  
grecs SOS (paix, harmonie), PHREN (esprit, conscience) et LO­
GOS (discours, science).




                                  Illustration 4: Alfonso Caycedo




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
32                                                                      Initiation sophrologique




1.        Trois principes
     L'action de la sophrologie est guidée par trois principes fondamentaux :
      ➢   l'action positive : la conscience a accès à l'intégralité de l'être, c'est à
          dire les aspects physique, psychique et spirituel. Le principe d'action
          positive énonce que toute action positive consciente sur un de ces
          éléments a des répercussions positives sur l'ensemble de l'être. C'est un
          cercle vertueux qui s'oppose au cercle vicieux de la négativité et du pes­
          simisme.
      ➢   le schéma corporel comme réalité vécue. Il s'agit de la représentation
          que chacun se fait de son corps. Cette représentation inclut bien sûr les
          éléments physiques et physiologiques objectifs, mais aussi les aspects
          affectifs, émotionnels, sociaux, moraux, sexuels... On peut dire que le
          corps porte l'ensemble de l'histoire personnelle de chaque être.
      ➢   la réalité objective : le sophrologue doit être « au clair avec lui-même »,
          percevoir et comprendre sa propre réalité pour pouvoir mettre en place
          un mécanisme d'alliance, d'adulte à adulte, avec le sophronisant. Cette
          alliance permet au sophronisant de se dégager progressivement des
          filtres déformants qui l'empêchent de percevoir les phénomènes et les
          évènements tels qu'ils sont. C'est ainsi qu'il arrive à ne plus préjuger ni
          de ses relations avec les autres (qui sont bien plus enrichissantes que
          tout ce qu'il peut imaginer...) ni de ses propres capacités (qui sont bien
          plus étendues que tout ce qu'il peut imaginer...), et retrouve pour ainsi
          dire l'envie de s'ouvrir au monde et à ses possibilités.




                        Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                      33




2.     Niveaux et états de conscience

   C   aycedo reprend et synthétise des idées préexistantes dans un dia­
       gramme à deux axes. En abscisse se trouvent les états de conscience,
en ordonnée les niveaux de conscience.

   Les niveaux de conscience vont de la veille hyperactive (le plus en haut) à
la mort (le plus en bas), en passant par le niveau sophroliminal, le sommeil et
le coma.

   Exploiter les
propriétés de la
conscience dans
le niveau sophro­
liminal est le but
des séances de
sophrologie :
dans ce niveau,
la plupart des
conditionne­
ments et des bar­
rières (sociales,
morales,      etc)
peuvent être ou­
trepassés. Le psychisme y retrouve également une plasticité exceptionnelle qui
permet de corriger rapidement et en profondeur les comportements inadaptés.
Enfin, de nombreuses capacité sous-exploitées dans le niveau de conscience
habituel (sensorielles, intuitives, mnésiques...) sont à nouveau disponibles.

  Les états de conscience vont de l'état pathologique (le plus à gauche) à l'état
sophronique (le plus à droite) en passant par l'état ordinaire.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
34                                                                    Initiation sophrologique


   L'état de conscience sophronique est un état d'ouverture mentale qui permet
d'être mieux synchronisé avec soi-même et le monde.

  Quand ils arrivent à leur première séance de sophrologie, la plupart des per­
sonnes se trouvent à la fois :
     ➢   dans une conscience ordinaire, voire légèrement pathologique, c'est à
         dire qu'ils sont enfermés dans le schéma de pensée habituel et peu ou­
         verts au changement, légèrement névrosés. Un cocktail d'inconscience,
         de fermeture d'esprit et de pessimisme qui n'aide pas à prendre sa vie en
         charge.
     ➢   dans un état de veille plutôt agitée, dans le sens qu'ils ont du mal à ac­
         céder au calme et au silence intérieur. Il n'est pas rare qu'ils en aient
         même peur.
   Les séances modifient peu à peu, mais très durablement, à la fois l'état et le
niveau de conscience : le niveau de conscience habituel évolue vers une veille
de plus en plus calme, et l'état de conscience vers une conscience sophronique.




                      Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                         35




3.       Différents types de séances
   Les séances de sophrologie peuvent être classées en grandes familles.
     ➢   Les séances « recouvrantes » visent à changer de point de vue sur un
         comportement ou une situation en y ajoutant du positif. Ces séances
         sont par exemple la SAP ou les self-méthodes.
     ➢   Les séances « découvrantes » visent à utiliser l'état sophroliminal pour
         laisser remonter à la conscience des éléments d'accès difficile en état de
         conscience ordinaire. Ces séances sont par exemple la sophro-analyse
         ou la sophro-musico-thérapie.
     ➢   Les séances « statiques » s'effectuent en position allongée ou assise (po­
         sition Isocay®, aussi connue sous le nom de position du cocher de
         fiacre ou de position du Pharaon). Elles s'effectuent de manière globale­
         ment immobile et privilégient le travail de détente et de visualisation.
     ➢   Les séances « dynamiques » s'effectuent en position debout ou assise
         suivant les cas. Elles permettent par une série d'exercices de favoriser
         l'intégration du schéma corporel (premier degré), de travailler sur les
         sens (deuxième degré), et de s'ouvrir à la spiritualité (troisième degré).
  Au delà de la confiance que le sophronisant doit avoir dans le sophrologue
qui le guide, il y a deux facteurs clés de réussite :
     ➢   la volonté de changement positif. Le sophronisant doit être conscient
         qu'il est le moteur principal de son propre changement
     ➢   l'entrainement, la répétition des séances. C'est ainsi que la capacité à
         ressentir s'affine peu à peu. C'est ainsi que le sophronisant peut vivre de
         plus en plus profondément l'état sophronique.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
36                                                                   Initiation sophrologique




4.    En conclusion

     L   a sophrologie de Caycedo permet d'utiliser un état naturel de l'esprit
         humain, facilement accessible moyennant un entraînement régulier,
dans le but de favoriser les changements positifs.

   Le sophrologue est un guide qui va accompagner ceux qui le souhaitent vers
un changement radical de point de vue à la fois sur eux-même et les autres au
travers d'une pratique de plus en plus autonome.

  Les séances de sophrologie sont conçues comme des expériences que cha­
cun vit en fonction de ses objectifs propres et du point où il en est sur son che­
min.




                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                       37



C. Un corps en bon état de marche
                       L'essentiel en quelques mots
                       Pratiquer régulièrement de l'exercice physique modéré
                       est bon pour la santé.
                       Avoir une alimentation saine et équilibrée aussi.
                       Consultez www.mangerbouger.fr !

On ne répétera jamais assez qu'une hygiène de vie saine est es­
sentielle pour celui qui veut vivre pleinement ; Trouver le juste  
milieu, c'est à dire accepter les plaisirs de la vie avec joie, tout  
en   ayant   conscience   des   limites   au   delà   desquelles   la   « ma­
chine » souffre.

C'est pourquoi je vous propose quelques recommandations de  
bon sens en ce qui concerne l'exercice physique et l'alimenta­
tion. Elles sont tirées du programme national nutrition­santé,  
et chacun comprendra facilement leur intérêt. Pourtant, rares  
sont ceux qui peuvent dire qu'ils les appliquent complètement.

En effet, les excès en tous genre échappent souvent à la logique.  
On sait qu'on est en train de se faire du mal, mais on ne peut  
rien faire pour s'en empêcher. Fuite devant la réalité, besoin de  
se punir, déni du corps, les raisons sont nombreuses qui nous  
poussent   à   nous   auto­détruire.   Je   ne   les   détaillerai   pas   ici,  
mais je crois que la sophrologie permet d'aider ceux qui veulent  
en faire la démarche de remonter jusqu'à la racine de leurs dif­
ficultés et faire la paix avec qui ils sont.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
38                                                                      Initiation sophrologique




1.        Exercice physique

     P  our reprendre les recommandations du programme national nutrition-
        santé, dont tous les éléments sont disponibles sur le site www.manger­
bouger.fr, 30 minutes quotidiennes d'activité physique modérée suffisent à :
      ➢   protéger sa santé en limitant fortement les risques de maladies, notam­
          ment les maladies cardio-vasculaires, l'hypertension artérielle, le dia­
          bète, le « mauvais » cholestérol, l'ostéoporose, le mal de dos.
      ➢   limiter la prise de poids due à une suralimentation chronique et un
          mode de vie de plus en plus sédentaire.
      ➢   améliorer sa condition physique générale, notamment la force muscu­
          laire, la souplesse, l'équilibre, la coordination, la fonction cardio-respi­
          ratoire.
     Les autres bénéfices attendus sont :
      ➢   une meilleure résistance à la fatigue, au stress et à l'anxiété
      ➢   une plus grande facilité à se détendre et à dormir
      ➢   le maintient de l'autonomie avec l'âge
   Quand on parle d'activité physique modérée, il ne s'agit pas de devenir un
sportif accompli. Voici quelques exemples des activités recommandées, faciles
à intégrer dans une journée :
      ➢   monter et descendre par les escaliers
      ➢   faire les « petites courses » (pain, journal...) à vélo
      ➢   en bus ou en métro, descendre un arrêt plus tôt que sa destination
      ➢   jardiner
      ➢   accompagner les enfants à l'école à pied
      ➢   faire le ménage




                        Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                      39


  Il n'est donc pas nécessaire de s'inscrire dans un club sportif ou d'acheter un
équipement coûteux.

  L'objectif est clair : pratiquer une activité physique suffisamment régulière
pour que le corps ne soit pas une contrainte.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
40                                                                     Initiation sophrologique




2.       Alimentation

     P
     ➢
          our ce paragraphe également, je reprend les recommandations du pro­
          gramme national nutrition-santé :
         consommer au moins 5 fruits et légumes par jour préparés à votre
         convenance : crus ou cuits, frais, surgelés ou en conserve. Ils sont
         riches en vitamines, en minéraux et en fibres. Ils apportent beaucoup
         d'eau et peu de calories. Enfin, ils contiennent des antioxydants.
     ➢   consommer 3 produits laitiers par jour : lait, yaourts et fromages. Ils
         sont notre principale source de calcium.
     ➢   consommer des féculents à chaque repas : produits céréaliers (riz, pain
         semoule, pâtes...), pommes de terre, légumineuses (lentilles, pois, hari­
         cots blancs...). Ils apportent des glucides complexes et des protéines vé­
         gétales.
     ➢   consommer viande, œufs, ou poisson au maximum 2 fois par jour, en
         privilégiant le poisson et les viandes maigres. Ils apportent des pro­
         téines, mais aussi des vitamines et des minéraux.
     ➢   limiter la consommation de matières grasses. D'origine animale ou vé­
         gétale, elles sont surtout présentes dans l'huile, la margarine, le beurre,
         les viennoiseries et pâtisseries, la charcuterie, les sauces, les fromages.
         Il est à noter que certains acides gras poly-insaturés oméga-3 pourraient
         avoir un effet favorable sur le risque de maladie cardio-vasculaire et le
         taux de cholestérol sanguin.
     ➢   limiter la consommation de sucre : sodas, pâtisserie, confiserie, choco­
         lat...
     ➢   limiter la consommation d'alcool : au maximum l'équivalent de 2 verres
         de vin pour les femmes et 3 pour les hommes.
  Ceci étant, il est essentiel de respecter la sensation de faim. Cela paraît être
une évidence, mais il arrive souvent qu'on mange sans avoir réellement faim,


                       Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                         41


juste parce que « c'est l'heure », ou qu'on se force à se resservir « pour faire
plaisir ». De même, une prise de repas trop rapide, notamment dans la restau­
ration collective, ne laisse pas le temps au corps de faire savoir qu'il en a assez.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
42                                                                     Initiation sophrologique




           III. Spiritualité et sens de la vie
Dans le monde entier, les différentes civilisations qui se sont  
développées   ont  créé  des  rites   pour  marquer  le  passage  d'un  
état de l'être au suivant :
     ➢   Certaines   tribus   australiennes   perpétuent   un   rite   s'é­
         talant sur plusieurs années pour permettre aux enfants  
         d'entrer dans l'âge adulte.
     ➢   l'occident catholique propose l'ordination à celui qui veut  
         effectuer le passage du profane au sacré.
     ➢   Dans le bouddhisme tibétain, un mourant peut effectuer  
         certaines pratiques rituelles dans le but de se libérer défi­
         nitivement   de   la   souffrance   et   de   l'illusion   lors   de   son  
         passage de la vie à la mort.

D'autres rites sont liés à la nature. Les fêtes célébrant les mois­
sons ou les vendanges par exemples, étaient autrefois accompa­
gnées   d'importants   éléments   rituels.   Les   évènements   inexpli­
cables, qu'ils soient désirés ou redoutés, ont longtemps donné  
lieu à des cérémonies ayant pour but de les déclencher ou les  
arrêter. Ainsi les tremblements de terre, les tempêtes, les épi­
démies, les crues, la mousson...

                                         o-O-o

Le monde moderne tel que nous le connaissons, depuis la Re­
naissance et surtout le siècle de Lumières a profondément mo­
difié ces traditions  vieilles pour certaines  de plusieurs  millé­
naires.

                       Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                      43


La grande majorité de ces rites ont disparu ou se sont vidé de  
leur sens ancestral pour conserver uniquement leur caractère  
social, festif. Certains tendent même à devenir essentiellement  
commerciaux.

Or chaque homme ressent le besoin de donner un sens à sa vie ;  
C'est une nécessité vitale liée à la conscience de notre finitude  
dans   le   temps   et   l'espace.   Qu'ils   soient   effectués   de   manière  
individuelle ou collective, un des buts des rites est d'ordonner  
la vie, de lui donner une structure dans laquelle s'insérer et  
trouver sa place.

Les postures, les gestes, les formules qu'ils contiennent ont un  
pouvoir particulier : la possibilité de déclencher chez celui qui  
les répète une transformation soudaine et immédiate.

Au­delà d'un opium ou d'une illusion, au­delà d'un « effet cal­
mant » pour conjurer l'angoisse de la mort, les rites sont des  
opportunités d'élargir et d'approfondir la connaissance de soi­
même et du monde.

Les  textes   mythologiques   et   religieux   sont   le  support  sur   les­
quels s'appuient les rites. Ces textes permettent de nombreuses  
lectures car ils contiennent des éléments historiques, sociaux,  
moraux,   psychologiques,   spirituels...   chaque   interprétation  
étant  valide  à  son  niveau.  Je  me concentrerai  ici  essentielle­
ment sur l'aspect spirituel.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
44                                                                    Initiation sophrologique



A. Spiritualité Judéo-chrétienne.
                     L'essentiel en quelques mots
                     Dans l'Ancien Testament, la relation de Dieu avec son
                     peuple élu est avant tout marquée par l'obéissance et la
                     crainte : Dieu protège son peuple, lui envoie ses pro­
                     phètes et n'hésite pas à le punir quand l'adoration et l'o­
                     béissance ne sont pas au rendez-vous.
                     Dans le Nouveau Testament, l'enseignement de Jésus
                     transforme la relation au « Père des Cieux » : la com­
                     passion et le pardon sauvent les âmes.

La Bible reste encore à l'heure actuelle l'ouvrage le plus publié  
au monde.

La   Bible,   c'est   tout   d'abord   l'Ancien   Testament,   cette   gigan­
tesque fresque regorgeant d'histoires et de personnages, parfois  
émouvants, parfois cruels, souvent perdus face à cet Éternel au  
comportement   changeant.   Tous   ont   une   relation   privilégiée  
avec   Lui :   ils   sont   ses   élus   et   les   récits   leurs   vies   nous   en­
seignent   la   manière   dont   ils   ont   composé   avec   cet   élément  
central de leur vie.

La Bible, c'est aussi le Nouveau Testament, la vie et l'enseigne­
ment de Jésus­Christ : comment il a vécu, comment il est mort,  
comment   ses   premiers   disciples   ont   commencé   à   porter   son  
message au monde.




                      Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                          45




1.       Entête : Créateur et créature.

    L    a Genèse commence par poser l'existence d'un créateur incréé : Elo­
         hîms9. Ce nom est un pluriel mais les verbes dont il est le sujet sont au
singulier, soulignant ainsi que la multiplicité d'Elohîms dans la création repose
sur une unité essentielle.

  Dans le premier chapitre de la Genèse, « Sept jours », Elohîms présente son
projet. Il décrit comment il va mettre progressivement en place la création, jus­
qu'à son parachèvement avec Adam :
     ➢   Au jour Un, Elohîms crée la lumière. Ce jour n'est pas le « premier
         jour » : c'est le jour de l'unité, le moment où principe initial et but ul­
         time se rejoignent,
     ➢   Au deuxième jour, il crée la ténèbre : ce qui n'est pas encore arrivé à
         son accomplissement. Il crée le ciel qui sépare les eaux d'en haut des
         eaux d'en bas, qui indique la correspondance entre l'en-bas et l'en-haut,
     ➢   Au troisième jour, à partir de l'eau, il crée la terre ferme, le point d'ap­
         pui pour l'accomplissement de sa créature. Il crée les herbes et les
         arbres-fruits qui y poussent, nourriture pour sa croissance.
     ➢   Au quatrième jour, il crée deux lustres pour séparer le jour de la nuit :
         un grand lustre qui dirige sur la lumière et un petit lustre qui dirige sur
         la ténèbre,
     ➢   Au cinquième jour, il crée les animaux de la mer et des airs. Il leur or­
         donne de croître et multiplier car chacun possède une parcelle de son
         Esprit,
     ➢   Au sixième jour, il crée les animaux de la terre et leur ordonne égale­
         ment de croître et multiplier.
         Enfin, il crée Adam, le glébeux, sa créature, celui qu'il charge de domi­
         ner sur toute la création.

9    « Les ceux-là de ceux-là » en Hébreux

                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
46                                                                     Initiation sophrologique


Au sixième jour, tous les principes de la création sont posés mais rien n'est en­
core créé : si la création se concrétise ensuite, si elle acquiert une existence
hors de l'esprit d'Elohîms, ce sera parce qu'elle aura décidé de répondre à son
appel.




                    Illustration 5: Le premier chapitre de la Genèse

   Au septième jour, le désir de la création d'être créée s'exprime par une va­
peur qui monte de la terre. Elohîms lui répond avec son propre désir : un
fleuve qui coule directement de la source divine. Ses quatre « têtes » de ce


                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                    47


fleuve sont autant de niveaux énergétiques, du plus fort au moins fort. Chaque
niveau est accessible à Adam en fonction du chemin spirituel parcouru, chaque
niveau le soutient pour atteindre le niveau suivant et remonter à la Source, à
l'unité du jour Un.


                                             o-O-o


   D     ans la Genèse, il y a une opposition fondamentale entre lumière et té­
         nèbre, entre accompli et inaccompli, entre conscient et inconscient,
entre bien et mal. Lumière, accompli, conscient et bien peuvent même être
considérés comme synonymes. De même pour ténèbre, inaccompli, incons­
cient et mal. Il n'y a donc pas de connotation morale associée aux termes bien
et mal.

   Le but qu'Elohîms propose à la Création est d'amener à la lumière ce qui est
dans la ténèbre, ou mieux, transformer en lumière ce qui est initialement té­
nèbre. Le premier jour est clair à ce sujet : « Elohîms voit la lumière : quel
bien ! ».

   La même formule (« Elohîms voit : quel bien ! ») sera répétée pour chacun
des jours suivants chaque sauf le deuxième, car Elohîms crée la ténèbre ce
jour-là, et Elohîms ne voit que ce qui est lumière.


                                             o-O-o


   A    dam est créé « à la réplique » d'Elohîms, et aussi « selon sa ressem­
        blance » : il est une image d'Elohîms, une sorte de graine semée. Il
peut, en suivant le chemin tracé pour lui, croître pour devenir lui-même un
Elohîm. La Genèse explique comment il doit faire pour atteindre ce but.

   L'alternance des plongées dans la ténèbre et des remontées dans la lumière
rythme ce processus.



                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
48                                                                     Initiation sophrologique


     Au premier niveau, il s'agit de plonger dans l'eau pour permettre à la terre de




                         Illustration 6: La création (Marc Chagall)

se former, il s'agit d'établir un ferme point d'appui. De cette conscience nou­
velle émergent les herbes et autres arbres-fruits. Cette production qui est aussi
nourriture pour l'être, est une lumière qu'Elohîms voit.



                       Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                                    49


   Au deuxième niveau, deux pôles servent de guide à Adam, pour qu'il puisse
faire son travail d'accomplissement dans le temps qui lui est donné. Le premier
pôle, celui du jour, lui permet de prendre conscience de ce qui reste à accom­
plir en lui. Le second pôle, celui de la nuit, permet d'identifier les énergies qui
y brillent.

   Au troisième niveau, Adam doit dominer les animaux qui peuplent l'eau et
l'air : les énergies vivantes et autonomes de son inconscient, et celles qui le
guident vers le ciel.

   C'est alors seulement qu'Adam pourra réellement nommer les animaux ter­
restres, ses énergies conscientes.


                                             o-O-o


   A    u septième jour10, Elohîms insuffle la vie dans Adam. Puis il s'efface
        et devient Yahvé (en hébreu : HVHI-Elohîms), le principe d'Elohîms
caché au cœur de la Création, celui qui guidera Adam, sur le chemin qui va de
l'image à la ressemblance.

   Adam se retrouve donc dans le jardin d'Éden. Là, outre Adam-Ish et Adam-
Isha, il y a les deux arbres et le serpent :
    ➢   Le jardin d'Éden. C'est l'endroit où Yahvé place Adam, l'endroit au plus
        profond de lui-même qu'il a la charge de cultiver, l'endroit où il rencon­
        trera Elohîms quand il aura parcouru le chemin de l'image à la ressem­
        blance.
    ➢   Adam-Ish et Adam-Isha. A ce stade de son évolution, Adam contient en
        lui-même ses pôles masculins et féminins. Adam-Isha11 est le principe
        féminin contenu dans Adam : elle contient le nom d'Elohîms caché en
        elle (« féminin » et « nommer » ont la même racine en hébreu). Adam-

10 Le processus qui est décrit dans ce chapitre, la Chute, décrit la dynamique et les enjeux de
   chaque transformation que chaque être humain se doit d'accomplir durant sa vie. Pour
   reprendre une notion psychologique, c'est un archétype.
11 Adam-isha prendra le nom d'Eve après la sortie du jardin d'Eden.

                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
50                                                                      Initiation sophrologique


          Ish est le principe mâle d'Adam : il est chargé de se souvenir de qui il
          est réellement (les mots « mâle » et « souvenir » ont la même racine en
          hébreu). Quand Yahvé extrait Adam-Isha d'Adam, Adam-Ish la recon­
          naît immédiatement. Il sait qu'il doit l'épouser, laisser derrière lui tout
          ce qu'il pense connaître, son intelligence et sa sagesse, pour s'unir à cet
          autre côté de lui que Yahvé lui présente.
      ➢   Les deux arbres. Dans le jardin, il y a deux arbres spécialement impor­
          tants : l'arbre de la Connaissance du Bien et du Mal et l'arbre de Vie.
          Ces deux arbres sont l'axe d'Éden. Yahvé est le fruit du premier arbre,
          Elohîms le fruit du second. Dans l'ordre des choses, le travail (spirituel)
          effectué par Adam fait mûrir les fruits de ces deux arbres, et il peut en­
          suite les manger. Un fruit mangé vert peut lui donner l'illusion de pos­
          séder la maturité du fruit mûr, mais il se révèle immanquablement une
          difficulté supplémentaire à dépasser.
      ➢   Le serpent. C'est le Satan, l'Adversaire, l'obstacle qu'Adam doit dépas­
          ser. Il n'a que le pouvoir qu'Adam veut bien lui donner. Le serpent est
          rusé : il ne s'adresse pas à Adam-Ish (le conscient, l'accompli, la lu­
          mière), mais à Adam-Isha (l'inconscient, l'inaccompli, la ténèbre). Pour
          passer l'obstacle, Adam-Ish ne doit pas laisser Adam-Isha répondre,
          c'est à dire qu'il doit descendre en lui-même et transformer les énergies
          inaccomplies que le serpent questionne.
     Malheureusement, ce n'est pas ainsi que les choses se déroulent.

   Le serpent dit à Adam-Isha qu'il lui suffit de manger le fruit de l'arbre pour
connaître le bien et le mal, être comme Elohîms. Adam-Isha veut la jouissance
que procure le fruit, elle veut le posséder, elle veut la puissance qu'il apporte.
Ces trois attributs du fruit de l'arbre (jouissance-possession-puissance) seront
aussi proposés à Jésus par Satan, lors de la retraite au désert. Il refusera, sa­
chant qu'il n'a pas encore accompli son parcours. Adam-Isha accepte le fruit
vert que le serpent lui tend et mange. Adam-Ish accepte ce qu'Adam-Isha lui
tend et mange également.




                        Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                    51


  Quand Yahvé revient dans le jardin, il comprend ce qui s'est passé. Le ser­
pent a outrepassé sa fonction d'obstacle et pris la place de Yahvé en tant que
maître et guide : il domine Adam-Isha car Adam-Ish n'a pas su la dominer.

   Yahvé prend en conséquence les mesures qui s'imposent. Le serpent devient
horizontal : il lui interdit dorénavant de se dresser verticalement. Adam-Isha
ne pourra se transformer que dans la peine, et en attendant le serpent (c'est à
dire l'animalité) la dominera. Adam-Ish lui aussi expérimentera l'inconfort, la
peine, jusqu'à ce qu'il se retourne vers Yahvé.

   En attendant ce retournement, Yahvé fait sortir Adam du jardin : l'état de
confusion qui est le sien ne lui permet pas de rester. Les Chérubins gardent à
présent l'entrée du jardin. Quand Adam se sera transformé, qu'il dominera sur
ses énergies inconscientes, qu'il aura installé de nouveau le nom de Yahvé
dans son cœur, il pourra passer.




                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
52                                                                   Initiation sophrologique




2.    Des patriarches et des prophètes.
Après la sortie du jardin, l'Ancien Testament est un constant  
dialogue entre Yahvé et son peuple. Le message a parfois du  
mal à passer car les Hébreux peuvent avoir la « nuque raide ».  
Pourtant  jamais  son   peuple   ne   se   détourne  complètement   de  
Yahvé, et jamais Yahvé n'abandonne complètement son peuple.

Les patriarches marquent un temps de construction, quand les  
suiveurs d'Elohîms sont entourés de peuples aux religions déjà  
établies. La relation entre Elohîms et les patriarches successifs  
permet   d'affirmer   l'unicité   de   ce   lien   particulier   qui   se  
concrétise par des rites spécifiques. En même temps on s'aper­
çoit   que   l'Égypte,   notamment   en   la   personne   Pharaon,   son  
guide temporel et spirituel, reconnaît l'Elohîms des Hébreux,  
nourrit le peuple Hébreux, et devient finalement l'obstacle qui  
permet lui de trouver son unité.

                                        Noé


     N   oah12 est le dixième patriarche dans la lignée de Seth, le troisième fils
         d'Adam, celui qui vient après Abel et Caïn. Il est nommé ainsi par Lè­
mèkh son père car il va apporter aux hommes consolation et repos après la ma­
lédiction que Yahvé a posé sur la glèbe du fait d'Adam et de Caïn.

   Pourtant, au temps de la vie de Noah, l'instinct des pensées du cœur des
hommes n'est que mal. La terre est remplie de leur violence. Yahvé regrette
d'avoir fait le glébeux. Il veut faire venir un déluge pour détruire toute chair
ayant souffle de vie.


12 Noé en Hébreux

                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                        53


   Seul Noah trouve grâce à ses yeux. C'est un juste face à lui. Elohîms lève un
pacte avec Noah : il construira une caisse en bois de cyprès, un refuge avec des
cellules sur trois niveaux, asphalté à l'intérieur comme à l'extérieur ; Il y ac­
cueillera un couple de tout vivant qui viendra à lui, mâle et femelle, pour qu'il
les maintienne en vie ; Il prendra à manger et pour lui et pour eux. S'il fait ain­
si, Elohîms les sauvegardera : lui, sa femme, ses trois fils, les femmes de ses
fils. Ils survivront au déluge.

   Noé met cent ans à construire l'arche selon les instructions d'Elohîms. Le




                           Illustration 7: L'arche de Noé (Marc Chagall)

moment venu, Yahvé lui ordonne de prendre pour lui deux de toute bête non
pure, homme et femme ; sept de toute bête pure, homme et femme. Et pour vi­



                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
54                                                                   Initiation sophrologique


vifier semence sur la terre, il lui ordonne de prendre également sept de tout vo­
latile des cieux, mâle et femelle.

   C'est sept jours plus tard. Yahvé fait pleuvoir sur la terre, quarante jours et
quarante nuits. Tout est recouvert. Les eaux se multiplient et portent la caisse.
Toute vie qui n'est pas dans l'arche agonise et meurt. Les eaux forcissent pen­
dant cent cinquante jours, puis Elohîms se souvient de Noah. Il fait passer un
souffle sur la terre. Il fait cesser les eaux du ciel. Alors les eaux retournent, et
cela dure cent cinquante jours encore, puis l'arche se pose.

   Au terme de quarante jours, Noah envoie des oiseaux pour voir si les eaux
se sont asséchées sur la terre. Tout d'abord le corbeau : il revient car les eaux
n'ont pas baissé. Sept jours plus tard, la palombe : elle aussi revient sans avoir
trouvé de repos pour sa patte. Sept jours plus tard, à nouveau la palombe : elle
revient avec une feuille d'olivier. Sept jours plus tard, à nouveau la palombe :
elle ne revient pas.

  Alors Elohîms dit à Noah de quitter la caisse : lui, sa femme, ses fils et leurs
femmes, tous les animaux avec eux. Il leur dit de foisonner, de fructifier, de
multiplier sur la terre.

   Sur l'autel qu'il construit, Noah dédie à Yahvé de tous les animaux purs qui
étaient avec lui dans l'arche : alors Yahvé lève la malédiction qui frappait la
terre. Il autorise Noah et ses fils à se nourrir à nouveau des herbes vertes et
aussi de tout vivant de la terre, des airs et de la mer. Yahvé pose une seule li­
mite : le sang reste pour lui ; l'être du glébeux, il le revendiquera.

   Pour marquer ce pacte entre lui et toute chair sur la terre, Yahvé fait appa­
raître un arc en ciel.




                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                       55


                                          Abraham


     A   braham descend de Sem, un des trois fils de Noé. Son nom de nais­
         sance est Abram13. Avec sa femme Saraï14 et son neveu Loth, ils ont
suivi son père Terah quand celui-ci s'est installé à Harran.

   Abram a 75 ans. Yahvé lui demande de quitter sa maison avec Saraï, Loth,
et ses troupeaux. Il lui dit de partir vers lui-même dans la direction qu'il lui
indiquera. Abram obéit. A Sichem15, Yahvé lui annonce qu'il donnera cette
terre à sa descendance. Promesse déconcertante car Abram n'a pas d'enfant et
Saraï est stérile! Cependant, Abram construit un autel à la gloire de Yahvé et
poursuit sa route.

   La famine les pousse jusqu'à Misraïms16. Avant d'arriver, Abram demande à
Saraï de l'appeler son frère : elle est belle et la convoitise de Pharaon pour les
belles femmes lui fait craindre pour sa propre vie. Effectivement, Pharaon
prend Saraï pour lui et Abram doit sa vie à son mensonge. Plus que cela, Pha­
raon lui fait présent d'esclaves et de bétail...

   Cependant Yahvé ne l'entend pas ainsi : il frappe Pharaon de grandes plaies
et lui explique la raison de sa colère. Pharaon rend Saraï à Abram et les chasse
de son pays avec tous leurs biens.

  De retour au pays de Canaan, une dispute éclate entre les bergers de Loth et
ceux d'Abram. Ils ont accumulé trop de bien en Misraïms pour habiter en­
semble plus longtemps. Abram demande à Loth de choisir sa direction, tandis
que lui-même partira à l'opposé. Loth choisit la vallée du Jourdain, non loin de
Sodome. Abram quant à lui s'établit à Hébron.

   C'est à ce moment que Yahvé renouvelle sa promesse à Abram : toute la
terre qu'il voit sera pour sa descendance. Abram construit un autre autel à la
gloire de Yahvé.

13   « père haut » en Hébreux
14   « ma princesse » en Hébreux
15   la ville de Sichem est maintenant nommée Naplouse
16   L'Égypte en Hébreux

                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
56                                                                   Initiation sophrologique


   Plus tard, une guerre éclate dans laquelle participent les rois de Sodome et
Gomorrhe. Ils sont défaits et Loth est fait prisonnier avec tous ses biens en bu­
tin. Abram réunit sa maison, trois cents dix-huit hommes avec lui. Ils partent
libérer Loth ainsi que les autres prisonniers, et récupérer leurs biens. A son re­
tour, le roi de Sodome propose une récompense à Abram, mais il refuse : Yah­
vé lui donnera sa récompense.

  Et voici : Yahvé apparaît à Abram et lui propose un pacte. Si Abram accepte
qu'il le protège, qu'il soit son bouclier, en échange, Yahvé lui donnera une
descendance innombrable. Abram accepte le pacte et sacrifie plusieurs ani­




                    Illustration 8: Abraham et Sarah (Marc Chagall)


                     Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Initiation sophrologique                                                        57


maux. Yahvé renouvelle sa promesse : la terre qu'il voit sera pour ses descen­
dants, jusqu'en Misraïms.

   C'est dix ans plus tard. Abram n'a toujours pas de descendant. Saraï lui
donne pour femme Agar, sa servante. Plus tard, Agar est enceinte, elle est re­
connaissante envers Saraï mais Saraï est en colère après elle. Abram lui dit de
bien la traiter mais Agar frémit de Saraï et s'enfuit dans le désert.

   Un envoyé de Yahvé la retrouve et lui dit de retourner chez Saraï, d'accepter
sa colère parce que Yahvé a entendu sa misère. Sa descendance sera multiple
au travers de l'enfant qu'elle porte, Ismaël17.

  C'est treize ans plus tard. Abram a quatre-vingt-dix-neuf ans. Yahvé lui
parle de nouveau. Il change son nom en Abraham18 car il sera le père d'une
foule de nations et Yahvé sera leur Elohîms. Pour célébrer ce pacte, l'inscrire
dans la chair, Yahvé demande que chaque fils de huit jours soit circoncis.

   Yahvé change aussi le nom Saraï en Sarah19. Elle est bénie car elle enfantera
des rois. Oui, Yahvé annonce à Abraham que Sarah va enfanter pour lui un
fils, Isaac20. Abraham répond qu'il a déjà un fils, Ismaël, puis il rit en lui-même
car il sera un père de cent ans et Sarah une mère de quatre-vingt-dix ans. Yah­
vé finit en annonçant qu'Ismaël sera le père d'une grande nation, mais que son
pacte est avec Isaac et ses descendants.

  Alors Abraham accomplit ce que Yahvé a demandé. Tous les mâles de sa
maison sont circoncis.

   Plus tard, Yahvé décide de détruire Sodome et Gomorrhe car ces peuples lui
ont tourné le dos. Abraham négocie avec lui : s'il se trouve dix justes dans la
ville, elle sera épargnée. Au soir, deux messagers de Yahvé arrivent à Sodome.
Loth les accueille comme leur serviteur mais les autres habitants de la ville
veulent les violenter. Ils sont fous, sans espoir de retour. Yahvé dit à Loth de

17   « Elohîms entend » en Hébreux
18   « père d'une multitude » en Hébreux
19   « Princesse » en Hébreux
20   « il rira » en Hébreux

                           Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro
Mémoire Sophro

Contenu connexe

Tendances

What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation
What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation
What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation Atul Pant
 
Stress management (1)
Stress management (1)Stress management (1)
Stress management (1)Anil Ohri
 
15 Coping Skills in Times of Distress
15 Coping Skills in Times of Distress15 Coping Skills in Times of Distress
15 Coping Skills in Times of DistressPatrice M Foster
 
Emotional intelligence[1]
Emotional intelligence[1]Emotional intelligence[1]
Emotional intelligence[1]connjess
 
Cft session 3
Cft session 3Cft session 3
Cft session 3tkontuk
 
Emotion recognition
Emotion recognitionEmotion recognition
Emotion recognitionxywen
 
Coping skills
Coping skillsCoping skills
Coping skillsmqg1999
 
02 stress management
02 stress management02 stress management
02 stress managementspandane
 
Personality 1
Personality 1Personality 1
Personality 1Frazzer
 
Stress management Workshop
Stress management WorkshopStress management Workshop
Stress management WorkshopTransilienz .
 
Emotional intelligence
Emotional intelligenceEmotional intelligence
Emotional intelligenceManar Zayed
 
Emotional Intelligence
Emotional IntelligenceEmotional Intelligence
Emotional IntelligenceCheryl King
 
Causes and effects of depression
Causes and effects of depressionCauses and effects of depression
Causes and effects of depressionAmeer Ahmed
 
Stress management
Stress managementStress management
Stress managementAnuj Sharma
 

Tendances (20)

What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation
What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation
What Ancient Wisdom and Modern Science say about Meditation
 
Stress management (1)
Stress management (1)Stress management (1)
Stress management (1)
 
Stress presentation
Stress presentationStress presentation
Stress presentation
 
15 Coping Skills in Times of Distress
15 Coping Skills in Times of Distress15 Coping Skills in Times of Distress
15 Coping Skills in Times of Distress
 
Health powerpoint
Health powerpointHealth powerpoint
Health powerpoint
 
Emotional intelligence[1]
Emotional intelligence[1]Emotional intelligence[1]
Emotional intelligence[1]
 
Cft session 3
Cft session 3Cft session 3
Cft session 3
 
Emotion recognition
Emotion recognitionEmotion recognition
Emotion recognition
 
Coping skills
Coping skillsCoping skills
Coping skills
 
Emotional intelligence
Emotional intelligenceEmotional intelligence
Emotional intelligence
 
02 stress management
02 stress management02 stress management
02 stress management
 
Personality 1
Personality 1Personality 1
Personality 1
 
Stress
StressStress
Stress
 
Stress management Workshop
Stress management WorkshopStress management Workshop
Stress management Workshop
 
Stress management
Stress managementStress management
Stress management
 
Emotional intelligence
Emotional intelligenceEmotional intelligence
Emotional intelligence
 
Emotional Intelligence
Emotional IntelligenceEmotional Intelligence
Emotional Intelligence
 
Effective Techniques to De-stress
Effective Techniques to De-stressEffective Techniques to De-stress
Effective Techniques to De-stress
 
Causes and effects of depression
Causes and effects of depressionCauses and effects of depression
Causes and effects of depression
 
Stress management
Stress managementStress management
Stress management
 

En vedette

Bilan diagnostic numerique de territoire rennes
Bilan diagnostic numerique de territoire rennesBilan diagnostic numerique de territoire rennes
Bilan diagnostic numerique de territoire rennesIlle & Vilaine Tourisme
 
Etude sectorielle ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)
Etude sectorielle   ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)Etude sectorielle   ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)
Etude sectorielle ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)Ophélie Naudin
 
Legrandprojetsauveur
LegrandprojetsauveurLegrandprojetsauveur
Legrandprojetsauveuruuploadpdf
 
7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015
 7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015 7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015
7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015Daniel Alouidor
 
Commerce Électronique - Enjeux et tendances B2B
Commerce Électronique - Enjeux et tendances B2BCommerce Électronique - Enjeux et tendances B2B
Commerce Électronique - Enjeux et tendances B2BTechSolCom
 
Ii.1. plan de atención a la diversidad
Ii.1. plan de atención a la diversidadIi.1. plan de atención a la diversidad
Ii.1. plan de atención a la diversidadCEIP CIudad de Belda
 
Convention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPV
Convention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPVConvention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPV
Convention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPVFFPV
 
World Marketing 3.0 Forum in Madrid
World Marketing 3.0 Forum in MadridWorld Marketing 3.0 Forum in Madrid
World Marketing 3.0 Forum in MadridBdefigueiredo
 
R-ev euclidien orienté de dimension 2
R-ev euclidien orienté de dimension 2R-ev euclidien orienté de dimension 2
R-ev euclidien orienté de dimension 2Achraf Ourti
 
Ecoffices AxIS
Ecoffices AxISEcoffices AxIS
Ecoffices AxISiCOMMUNITY
 
Rfaq secteur est de montréal machineaidees
Rfaq secteur est de montréal machineaideesRfaq secteur est de montréal machineaidees
Rfaq secteur est de montréal machineaideesSYLDAG
 
Síndrome del túnel carpiano
Síndrome del túnel carpianoSíndrome del túnel carpiano
Síndrome del túnel carpianoYekin Sullin
 

En vedette (20)

Bilan diagnostic numerique de territoire rennes
Bilan diagnostic numerique de territoire rennesBilan diagnostic numerique de territoire rennes
Bilan diagnostic numerique de territoire rennes
 
Motchafran
MotchafranMotchafran
Motchafran
 
Etude sectorielle ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)
Etude sectorielle   ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)Etude sectorielle   ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)
Etude sectorielle ophélie naudin - le secteur associatif en france (diffusion)
 
Legrandprojetsauveur
LegrandprojetsauveurLegrandprojetsauveur
Legrandprojetsauveur
 
Sableqc Gd
Sableqc GdSableqc Gd
Sableqc Gd
 
Collaboration cpam
Collaboration cpamCollaboration cpam
Collaboration cpam
 
7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015
 7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015 7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015
7eme-sondage-brides-du-5-au-12-oct-2015
 
Europeización.
Europeización.Europeización.
Europeización.
 
Commerce Électronique - Enjeux et tendances B2B
Commerce Électronique - Enjeux et tendances B2BCommerce Électronique - Enjeux et tendances B2B
Commerce Électronique - Enjeux et tendances B2B
 
Ii.1. plan de atención a la diversidad
Ii.1. plan de atención a la diversidadIi.1. plan de atención a la diversidad
Ii.1. plan de atención a la diversidad
 
Convention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPV
Convention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPVConvention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPV
Convention Nationale d'Objectifs Miroiterie - CARSAT - FFPV
 
Aquarium dubai
Aquarium dubaiAquarium dubai
Aquarium dubai
 
Powerpoint QRcode
Powerpoint QRcodePowerpoint QRcode
Powerpoint QRcode
 
Asma
AsmaAsma
Asma
 
World Marketing 3.0 Forum in Madrid
World Marketing 3.0 Forum in MadridWorld Marketing 3.0 Forum in Madrid
World Marketing 3.0 Forum in Madrid
 
R-ev euclidien orienté de dimension 2
R-ev euclidien orienté de dimension 2R-ev euclidien orienté de dimension 2
R-ev euclidien orienté de dimension 2
 
Ecoffices AxIS
Ecoffices AxISEcoffices AxIS
Ecoffices AxIS
 
Rfaq secteur est de montréal machineaidees
Rfaq secteur est de montréal machineaideesRfaq secteur est de montréal machineaidees
Rfaq secteur est de montréal machineaidees
 
poemas quejas
poemas quejaspoemas quejas
poemas quejas
 
Síndrome del túnel carpiano
Síndrome del túnel carpianoSíndrome del túnel carpiano
Síndrome del túnel carpiano
 

Similaire à Mémoire Sophro

Table des matieres copy - flattened
Table des matieres   copy - flattenedTable des matieres   copy - flattened
Table des matieres copy - flattenedMathias Ecoeur, Ph.D
 
Sciences du coran de asmaa godin-livre
Sciences du coran de  asmaa godin-livre Sciences du coran de  asmaa godin-livre
Sciences du coran de asmaa godin-livre joseph paul
 
Le fiqh et son évolution.
Le fiqh et son évolution.Le fiqh et son évolution.
Le fiqh et son évolution.joseph paul
 
La vie des_maitres
La vie des_maitresLa vie des_maitres
La vie des_maitresrastacourage
 
Rappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNC
Rappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNCRappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNC
Rappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNCGhodbane Heni
 
Papus encausse, gerard la science des nombres
Papus encausse, gerard   la science des nombresPapus encausse, gerard   la science des nombres
Papus encausse, gerard la science des nombresGeorge Cazan
 
Vaincre le Vol et la fraude
Vaincre le Vol et la fraudeVaincre le Vol et la fraude
Vaincre le Vol et la fraudeREALIZ
 
Aristote, physique - clan9 ebook french
Aristote, physique  - clan9 ebook frenchAristote, physique  - clan9 ebook french
Aristote, physique - clan9 ebook frenchfreemens
 
Commentaires du cours edition intégrale v1.1
Commentaires du cours edition intégrale v1.1Commentaires du cours edition intégrale v1.1
Commentaires du cours edition intégrale v1.1Bac Français
 
Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013
Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013
Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013PSA2013
 
l'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiques
l'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiquesl'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiques
l'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiquesShadowWorker
 
La stratégie du choc naomi klein
La stratégie du choc   naomi kleinLa stratégie du choc   naomi klein
La stratégie du choc naomi kleinMMenier
 
Présentation du Principe Divin
Présentation du Principe DivinPrésentation du Principe Divin
Présentation du Principe DivinLeleaderkamanga
 
Azizi table des matieres these de doctorat_1998
Azizi table des matieres these de doctorat_1998Azizi table des matieres these de doctorat_1998
Azizi table des matieres these de doctorat_1998Souad Azizi
 
Rapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-france
Rapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-franceRapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-france
Rapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-franceBâle Région Mag
 
Albert mosseri -_le_jeune-texte
Albert mosseri -_le_jeune-texteAlbert mosseri -_le_jeune-texte
Albert mosseri -_le_jeune-texteHamza Dermoise
 
PhD. thesis 2014 - table of contents - In French
PhD. thesis 2014 - table of contents - In FrenchPhD. thesis 2014 - table of contents - In French
PhD. thesis 2014 - table of contents - In FrenchLeticia Sakai
 
81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...
81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...
81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...Freelance
 

Similaire à Mémoire Sophro (20)

Table des matieres copy - flattened
Table des matieres   copy - flattenedTable des matieres   copy - flattened
Table des matieres copy - flattened
 
Sciences du coran de asmaa godin-livre
Sciences du coran de  asmaa godin-livre Sciences du coran de  asmaa godin-livre
Sciences du coran de asmaa godin-livre
 
Le fiqh et son évolution.
Le fiqh et son évolution.Le fiqh et son évolution.
Le fiqh et son évolution.
 
La vie des_maitres
La vie des_maitresLa vie des_maitres
La vie des_maitres
 
Rappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNC
Rappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNCRappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNC
Rappport PFE 2012 Ghodhbane Hani - OpenSNC
 
Papus encausse, gerard la science des nombres
Papus encausse, gerard   la science des nombresPapus encausse, gerard   la science des nombres
Papus encausse, gerard la science des nombres
 
Vaincre le Vol et la fraude
Vaincre le Vol et la fraudeVaincre le Vol et la fraude
Vaincre le Vol et la fraude
 
Aristote, physique - clan9 ebook french
Aristote, physique  - clan9 ebook frenchAristote, physique  - clan9 ebook french
Aristote, physique - clan9 ebook french
 
01 frguidelefloch (1)
01 frguidelefloch (1)01 frguidelefloch (1)
01 frguidelefloch (1)
 
Commentaires du cours edition intégrale v1.1
Commentaires du cours edition intégrale v1.1Commentaires du cours edition intégrale v1.1
Commentaires du cours edition intégrale v1.1
 
Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013
Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013
Observatoire International des Prisons (OIP) Notice version septembre 2013
 
l'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiques
l'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiquesl'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiques
l'Évangile de Jésus-Christ par la Physique/Terminales-Séries scientifiques
 
La stratégie du choc naomi klein
La stratégie du choc   naomi kleinLa stratégie du choc   naomi klein
La stratégie du choc naomi klein
 
Présentation du Principe Divin
Présentation du Principe DivinPrésentation du Principe Divin
Présentation du Principe Divin
 
Azizi table des matieres these de doctorat_1998
Azizi table des matieres these de doctorat_1998Azizi table des matieres these de doctorat_1998
Azizi table des matieres these de doctorat_1998
 
Rapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-france
Rapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-franceRapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-france
Rapport de-la-commission-de-reflexion-sur-la-fin-de-vie-en-france
 
Albert mosseri -_le_jeune-texte
Albert mosseri -_le_jeune-texteAlbert mosseri -_le_jeune-texte
Albert mosseri -_le_jeune-texte
 
PhD. thesis 2014 - table of contents - In French
PhD. thesis 2014 - table of contents - In FrenchPhD. thesis 2014 - table of contents - In French
PhD. thesis 2014 - table of contents - In French
 
Le tabernacle
Le tabernacleLe tabernacle
Le tabernacle
 
81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...
81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...
81702353 nouvel-observateur-rapport-parlementaire-sur-les-sociétés-militaires...
 

Mémoire Sophro

  • 1. Laurent Coste Initiation sophrologique Sophrologie et quête spirituelle
  • 2.
  • 3. Initiation sophrologique 3 Table des matières I. Introduction......................................................................................10 II. Un esprit sain dans un corps sain..................................................15 A. Éléments de théorie psychanalytique.....................................................16 1. La psychanalyse 18 2. La psychologie individuelle 22 3. La psychologie analytique 26 B. La sophrologie.......................................................................................30 1. Trois principes 32 2. Niveaux et états de conscience 33 3. Différents types de séances 35 4. En conclusion 36 C. Un corps en bon état de marche.............................................................37 1. Exercice physique 38 2. Alimentation 40 III. Spiritualité et sens de la vie...........................................................42 A. Spiritualité Judéo-chrétienne.................................................................44 1. Entête : Créateur et créature. 45 2. Des patriarches et des prophètes. 52 3. Vous ferez ceci en mémoire de moi... 73 B. Dans la Grèce antique............................................................................81 1. L'avènement de Zeus 83 2. Une terre de héros et de monstres 86 C. Du côté des pays Nordiques..................................................................98 1. Du chaos à l'ordre 99 2. Un monde vivant 101 3. Un destin partagé 104 D. Le Tao.................................................................................................107 1. Principes du Tao 109 2. Le Classique des Changements 114 E. La Voie de Bouddha............................................................................126 1. Concepts essentiels du bouddhisme 127 2. Karma et Bardö 131 3. Dzogchen 134 IV. Proposition de séances.................................................................137 A. « Le modèle »......................................................................................138 B. « Voyage astral et souvenirs sensoriels ».............................................139 C. « L'enfant et le parent intérieurs ».......................................................140 Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 4. 4 Initiation sophrologique D. « La dernière heure »...........................................................................141 E. « Zénitude ».........................................................................................142 F. « Lâcher prise »....................................................................................143 G. « Parole impeccable ».........................................................................144 H. « L'Amour sous toutes ses formes »....................................................145 I. « Libre arbitre »....................................................................................146 J. « L'ombre »...........................................................................................147 K. « Yggdrasill »......................................................................................148 L. « La toile du Wyrd »............................................................................149 M. « Recevoir et donner »........................................................................150 N. « Amour illimité »...............................................................................151 O. « Le pouvoir du moment présent »......................................................152 P. Relaxation dynamique.........................................................................153 V. Conclusion......................................................................................154 VI. Annexe : Séances guidées............................................................157 A. Sophronisation.....................................................................................158 B. Refuge et reprise..................................................................................160 C. « Le modèle »......................................................................................161 D. « Voyage astral et souvenirs sensoriels »............................................162 E. « L'enfant et le parent intérieurs »........................................................165 F. « La dernière heure »...........................................................................167 G. « Zénitude »........................................................................................168 H. « Lâcher prise »...................................................................................169 I. « Parole impeccable »...........................................................................170 J. « L'Amour sous toutes ses formes ».....................................................171 K. « Libre arbitre »...................................................................................173 L. « L'ombre »..........................................................................................174 M. « Yggdrasill ».....................................................................................175 N. « La toile du Wyrd »...........................................................................177 O. « Recevoir et donner ».........................................................................178 P. « Amour illimité »................................................................................180 Q. « Le pouvoir du moment présent »......................................................182 R. Séance dynamique...............................................................................183 VII. Annexe II : Bibliographie..........................................................186 Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 5. Initiation sophrologique 5 Avant propos Q uand j'étais enfant, mes parents m'ont inscrit à des cours de catéchisme. Pas par conviction personnelle : ils allaient à la messe à Noël, au Nou­ vel An, à Pâques et à Toussaint. Ça faisait juste partie de mon éducation, comme se laver ou être poli. Chaque semaine, une dame nous lisait des textes extraits de la Bible. Avec le recul que j'ai maintenant, je pense que c'était une bonne chose. Mais à l'époque, j'étais plutôt troublé : elle nous racontait com­ ment Dieu a créé le monde en sept jours chrono, et même si ça n'était pas du tout ce que j'apprenais à l'école, il fallait y croire... Comment le méchant ser­ pent avait séduit la perfide Ève et lui avait fait commettre le péché originel à cause duquel nous ne sommes plus au paradis, ce qui montre à l'évidence que les femmes (surtout) et les hommes (aussi) sont faibles et portés par nature à faire le mal... Il y a eu d'autres textes encore, certains à dormir debout, d'autres sans queue ni tête : passer 3 jours dans le ventre d'une baleine, faire s'écrouler les remparts d'une ville avec des trompettes... Et pas une explication qui me sa­ tisfasse réellement. Elle nous demandait juste d'y croire parce que c'était écrit dans la Bible. Je ne pouvais pas croire sans comprendre, sans que « tout ça » ait un sens. Alors j'ai abandonné : j'en suis arrivé à la conclusion que je n'avais pas la foi. Pourtant, aussi bizarre que cela paraisse, je n'ai pas tout rejeté en bloc. Au contraire, une part de moi était désolée de ne pas l'avoir, cette fameuse foi. Alors je me suis tourné vers la science. Les mathématiques, la physique et la chimie, la biologie, l'informatique... J'ai limité mon univers au monde concret. Tout y avait une logique, tout y était démontrable. Dans ces domaines, je com­ prenais, et j'apprenais aussi vite que je pouvais. Je lisais des revues où des sa­ vants se perdaient en conjectures sur l'origine de la vie ou de la conscience, sur la limite entre vivant et non-vivant... sans apporter aucune vraie réponse. J'ai accepté l'idée que la vie et la conscience sont les fruits du hasard et de l'évolu­ Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 6. 6 Initiation sophrologique tion cosmique, des épiphénomènes de la matière, de purs produits dérivés de la chimie du carbone. Mon diplôme d'ingénieur en poche, j'ai plongé complètement dans notre so­ ciété matérialiste. J'ai entamé, comme l'immense majorité de mes camarades, la grande marche en avant du « toujours plus » : travailler toujours plus, ga­ gner toujours plus, posséder toujours plus. o-O-o Q uand mes parents sont décédés avant mes trente ans, à quelques mois d'intervalle l'un de l'autre, cette mécanique que j'avais mise en marche s'est déréglée. Au début, j'ai simplement ignoré ce qui se passait, mais des questions reve­ naient, insistantes, exigeant une réponse: qu'est-ce que la vie, la conscience ? A quoi me sert de vivre ? Quelle est la finalité, le but de « tout ça » ? Mais où trouver une réponse ? Dans la religion ? Non. Dans la science ? Pas plus... Et pourtant il y avait cette force en moi qui me poussait à chercher et chercher encore. Elle me disait que le but de ma quête est en moi. Elle me disait que les moyens d'atteindre mon but sont en moi. Oui, elle me disait que tout est en moi, attendant que je sois prêt à entendre. o-O-o E t puis j'ai rencontré la sophrologie. Au début, j'y voyais une « boîte à outil »: des méthodes élaborées par d'autres ; des techniques que je n'aurais qu'à appliquer. Cela correspondait à la manière d'apprendre qu'on m'a­ vait inculquée depuis mon enfance. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 7. Initiation sophrologique 7 Mais peu à peu le brouillard s'est dissipé, et ce que je cherchais vraiment m'est apparu progressivement. Les techniques toutes faites ne me satisfont plus; j'ai compris que les méthodes ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Ce n'est pas une formation que j'avais entrepris, c'est une quête : je cherchais un sens à la vie, je cherchais le vrai sens de ma vie. Les changements ont été rapides. Je sais maintenant que j'aurais pu facile­ ment me perdre pendant cette période. Heureusement, j'ai reçu de l'aide. Chaque semaine, j'allais voir un psychanalyste avec qui je donnais un sens à ces rêves dont je me souvenais enfin au matin. Avec lui, je réfléchissais aux évènements de ma vie, aux orientations que je pouvais prendre. Il n'a pas hési­ té à s'impliquer, intervenir, me bousculer quand c'était nécessaire, et j'y ai acquis un degré de liberté supplémentaire : j'ai réussi à prendre progressive­ ment du recul, à être moins en prise directe avec les évènements. A la même période, j'ai rencontré Annick de Souzenelle. Par hasard, ou plu­ tôt sans savoir ce que je faisais, j'ai pris et ouvert un de ses livres dans le rayonnage d'une bibliothèque. Immédiatement, les mots que je lisais ont ré­ veillé un écho en moi. Pourtant elle parlait de religion, de la Bible : un do­ maine dont je ne croyais jamais plus rien avoir à attendre. Après avoir lu tous les livres d'elle que j'ai pu trouver, j'ai cherché à savoir qui elle était. Elle don­ nait, un mercredi soir par mois, des conférences sur les premiers chapitres de la Genèse. J'y suis allé et j'y ai reçu un enseignement précieux : ces textes que j'avais lu, qu'on m'avait lu dans mon enfance, de manière objective, concrète, extérieure peuvent être lus de manière subjective, symbolique, intérieure. Au début, le plus étrange pour moi a été ce sentiment immédiat, intuitif, que ce qu'elle disait est vrai. Je n'étais pas du tout habitué à appréhender la vérité de cette manière : sans axiome, ni théorème, ni démonstration. D'autres personnes encore m'ont aidé et m'aident toujours à avancer. o-O-o Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 8. 8 Initiation sophrologique I l est clair que je ne suis qu'au début d'un long chemin, d'un voyage qui durera le reste de ma vie, et il serait présomptueux de ma part de vou­ loir donner des leçons ou asséner des vérités définitives. Je pense plutôt que ce travail est l'occasion d'intégrer ce que j'ai appris et qui m'a permis de mieux me comprendre et d'avancer jusqu'au point où j'en suis aujourd'hui : la sophrolo­ gie, la psychanalyse, la spiritualité. J'ai également envie d'en faire un outil cohérent, structuré. Je vous présente donc ce travail très humblement, conscient de ses faiblesses et ses limites, qui sont les miennes, mais aussi très fièrement, espérant qu'il aidera d'autres à trouver leur propre vérité. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 9. Initiation sophrologique 9 Remerciements ➢ William Bonnet et Hélène Leroy Deux sophrologues aux regards radicalement différents. Parfois déran­ geants, toujours stimulants, au final enrichissants à tout point de vue. Grâce à vous je sais qu'il n'y a qu'a qu'une seule bonne manière de pra­ tiquer la sophrologie : celle que j'invente jour après jour. ➢ Marie, Léandre, Gwendal, ma famille et la famille de Marie Vivre ensemble au quotidien est une sacrée aventure : par moment havre de paix, par moment ouragan de classe 5. Et il est tellement facile de se perdre de vue quand on est proche... vous êtes la continuité de ma vie. ➢ Gilles, Kélig, Philippe Trois vrais amis depuis... longtemps, et pour... longtemps. ➢ les participants aux groupes que j'ai animés à la Réunion dans le cadre du Cercle Sportif et Artistique de la Base Aérienne 181 et du Cercle Sportif et Artistique de la Gendarmerie. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 10. 10 Initiation sophrologique I. Introduction L'essentiel en quelques mots Corps, mental, esprit sont d'égale importance pour qu'un être humain puisse s'accomplir. Sachant que l'activité physique et l'alimentation sont essentielles pour se sentir « bien dans son corps », sachant que les psychanalyses sont essentielles pour se sentir « bien dans sa tête », sachant que les religions et spiritualités sont essen­ tielles pour se sentir « bien dans son Esprit », ce mémoire propose un parcours initiatique sous forme de séances de sophrologie pour partir à la découverte de son Être véritable. L e schéma qui suit est une représentation classique (chinoise, m'a-t-on dit) de l'être humain accompli. Les trois éléments qui le composent sont le carré, la croix et le cercle. ➢ La carré représente le corps et ses perceptions, ainsi que la matérialité. Reconnaître son importance permet d'avoir « les pieds sur terre ». ➢ La croix représente les sentiments, les émotions et l'intelligence ration­ nelle, c'est à dire la partie mentale de l'être. ➢ Le cercle représente l'Esprit, la partie spirituelle de l'être, qui nous connecte aux autres. Chacun des trois éléments est important, mais quand l'un d'eux monopolise une part trop importante de l'énergie vitale, un déséquilibre se crée. Si la per­ sonne réagit, elle peut rétablir la circulation d'énergie entres les parties de son être. Cependant, autant l'importance des parties corporelle et mentale est en géné­ ral bien appréhendée, la partie spirituelle est souvent négligée, voire incom­ prise. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 11. Initiation sophrologique 11 Attention ! Le fait que les gens acceptent facilement l'existence et l'impor­ tance des parties « corps » et « mental » ne veut pas dire qu'il n'y a pas de tra­ vail à faire de ce côté... C'est pourquoi la première partie de ce mémoire pré­ sente différentes méthodes pour rétablir « un esprit sain PERE Essence, Esprit dans un corps sain ». Mental, intelligence, Quant à savoir pourquoi la Esprit majorité de nous autres Connexion au Père occidentaux délaissons l'aspect spirituel de la vie, Sentiments, émotions Jung a traité ce problème tout Connexion corps-esprit au long de son œuvre. La ré­ ponse qu'il propose me paraît pertinente, et je vous renvoie Corps, matérialité à ses ouvrages si le sujet Connexion à la Mère vous intéresse. MERE En tout état de cause, le Substance, Création fait est qu'un nombre impor­ tant de personnes sont à la fois déconnectées de leur spiritualité et désireuses de rétablir cette connexion. Mon but à travers ce mémoire est de vous proposer d'utiliser la sophrologie les aider dans ce cheminement intérieur. A ce titre, la sophrologie devient un contenant destiné à recevoir un contenu spirituel. Je vous propose donc des séances de sophrologie utilisant des éléments tirés de différentes traditions mythologiques et religieuses. o-O-o D ans une première approche, j'avais pensé classer ces traditions selon une dichotomie masculin/féminin. On entend généralement par tradi­ tion masculine une tradition « du Père », céleste, monothéiste, solaire, de la lu­ mière. En corollaire, les traditions dites féminines sont celles de « la Mère », Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 12. 12 Initiation sophrologique terriennes, polythéistes, lunaires, de la nuit. Dit autrement, le Père représente les forces supra-humaines incréées, alors que la Mère représente les forces su­ pra-humaines présentes dans la création. Selon ce classement, les traditions Grecque, Scandinave, Chinoise sont des traditions féminines, alors que les traditions Judéo-Chrétiennes et Bouddhistes sont masculines. Cependant, ce classement n'est pas satisfaisant car une tradition qui serait exclusivement masculine (ou féminine) serait vouée à l'échec dans sa tentative de permettre à l'être humain de s'accomplir. Et de fait, on trouve des éléments féminins dans les traditions masculines, et inversement. Par exemple, la figure de la Vierge Marie dans la tradition Judéo-Chrétienne. Une autre acceptation de l'opposition masculin/féminin se réfère à la dif­ férence entre l'amour maternel et l'amour paternel. L'aspect fondamental de l'a­ mour maternel est d'être inconditionné, d'être offert à l'être aimé du fait même qu'il existe, là où l'aspect fondamental de l'amour paternel est d'être donné (et retiré) en fonction des mérites de l'être aimé. En corollaire, l'amour maternel arrive telle une grâce alors qu'on peut agir pour attirer à soi l'amour paternel. Vues sous cet angle, les traditions Judéo-Chrétienne et Bouddhistes sont féminines, alors que les traditions Grecque, Scandinave et Chinoise sont mas­ culines. Cependant, ici encore, l'exemple de la confession dans la tradition Ju­ déo-Chrétienne montre bien qu'elle n'est pas que féminine. Toutes ces considérations m'ont finalement conduit à ne pas classer les dif­ férentes traditions mais plutôt à les présenter en énumération. En m'efforçant d'enlever au maximum les étiquettes, j'espère permettre à chacun d'être libre de préjugé sur ce que chaque séance peut lui apporter, permettre à chacun de ne pas chercher un bénéfice précis de chaque séance mais plutôt d'accepter ce qui se produira. o-O-o Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 13. Initiation sophrologique 13 C ertains se demanderont pourquoi j'ai intitulé ce mémoire « Initiation sophrologique », en quoi ce qui suit est une initiation. Selon le diction­ naire, l'initiation est l'action d'initier quelqu'un ou quelque chose. Un premier aspect de l'initiation est le fait de mettre en marche un proces­ sus. La sophrologie est un processus de changement, de transformation person­ nelle : celui qui débute cette pratique reçoit du sophrologue une initiation qui va lui permettre de se transformer progressivement en celui qu'il peut être. Un deuxième aspect de l'initiation est d'être accepté dans un groupe d'initiés. Lorsque le pratiquant intègre un groupe de sophrologie pour pratiquer des séances collectives, cette dimension est présente, notamment lors du partage des expériences entre les membres du groupe à l'issue des séances. Ceci peut même être un facteur de motivation important. Un troisième aspect de l'initiation est de recevoir des connaissances aux­ quelles les non-initiés n'ont pas accès, ou difficilement. Grâce à elles, le prati­ quant peut se transformer, et pour reprendre une formule chère aux alchi­ mistes, laisser mourir la part « vile et basse » de son être, la sacrifier pour qu'une autre, « haute et noble », puisse naître. Les différentes traditions regorgent de symboles pouvant activer cette trans­ formation. Chacun suivant son éducation, sa culture, est plus particulièrement sensible à certains d'entre eux. Une chose est certaine cependant, essayer d'expliquer les symboles, c'est à dire les réduire à un nombre limité de facteurs rationnels, détruit leur valeur opérante. En effet, le mental prend alors la main et il devient très difficile de vivre pleinement les séances, de les laisser faire leur œuvre en profondeur. C'est pour cette raison que vous trouverez peu d'explication sur la signification des symboles dans les différentes traditions. o-O-o Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 14. 14 Initiation sophrologique U ne autre question est apparue, à laquelle j'ai dû répondre : pourquoi ne pas simplement utiliser ce qui existe déjà ? En effet, il existe maintes religions et traditions spirituelles, toutes éprouvées par des générations et des générations de pratiquants. Alors qu'espérer apporter de plus, de mieux ? Rien. Mon but n'est pas de faire plus ou mieux. Il s'agit avant tout pour moi d'arriver à exprimer et à partager ce qui me permet d'avancer dans ma propre quête spirituelle. A mon sens, la spiritualité est affaire d'expérience. Sans le secours d'authen­ tiques expériences intérieures, chaque dogme, chaque vérité révélée et au-delà de cela, chaque idéologie, chaque croyance, peut facilement devenir un écran de fumée qui aveugle et empêche celui qui l'accepte d'avancer vers sa propre vérité. Une vérité reçue de l'extérieur peut même se changer en une dangereuse illusion quand elle devient la justification d'une discrimination entre le bon et le mauvais. Cela s'est produit par le passé, cela se produit encore maintenant. Il se trouve que le concept d'expérience intérieure est au cœur de la sophro­ logie, car elle vise à développer la zone de conscience de celui qui la pratique. Ceci permet à la fois d'accepter les phénomènes qui se produisent lors des séances, et aussi leur donner un sens. Ainsi, en proposant les séances qui composent ce travail, j'espère aider cha­ cun à explorer et faire sienne la richesse que les traditions spirituelles nous ont légué. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 15. Initiation sophrologique 15 II. Un esprit sain dans un corps sain U n travail préparatoire est nécessaire pour se débarrasser des problèmes physiques et psychologiques accumulés au fil des années, restaurer l'estime de soi et se remettre en état de marche. De nombreuses techniques et pratiques sont utiles. Le premier pré-requis pour atteindre un état d'esprit propice à l'accomplisse­ ment de sa vie est d'être au clair avec son passé et son avenir. S'engager dans une psychanalyse est un pas décisif pour prendre conscience des entraves que peuvent représenter le passé et l'avenir, pour arriver à vivre pleinement le pré­ sent. Les trois précurseurs les plus marquants de l'histoire de la psychanalyse, qui est assez courte car elle commence au début du XXème siècle, sont Sigmund Freud, Alfred Adler et Carl Gustav Jung. Chacun d'eux a apporté un éclairage précieux sur les rapports entre la conscience et l'inconscient. Après ces éléments de la psychanalyse, vous trouverez une introduction à la sophrologie. Fondée en 1960, cette école scientifique s'intéresse à l'esprit, et notamment à la manière d'atteindre l'harmonie, la sérénité. Enfin, la troisième partie de ce chapitre vous proposera quelques conseils de bon sens pour conserver votre corps en bon état de marche. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 16. 16 Initiation sophrologique A. Éléments de théorie psychanalytique L a psychologie, étant étymologiquement l'étude de l'âme, est une science presque aussi vieille que l'humanité, même si le terme « psychologie » a été inventé en 1575 par le suisse Johannes Thomas Freigius. En Occident, elle s'est développée suivant trois axes : ➢ l'étude des comportements, aussi bien pour les humains que pour les animaux. Sont inclus dans ce champ l'étude des réflexes, des percep­ tions, des émotions, etc. ➢ l'étude de la personnalité, c'est à dire la motivation derrière les actes, les comportements. Sont inclus dans ce champ l'étude de l'éducation et de l'apprentissage, de la morale, de la religion, du libre arbitre, etc. ➢ l'étude du sujet. L'objectif est ici de comprendre comment se développe l'individu en tant que sujet. Sont inclus dans ce champ l'étude des pro­ cessus d'autonomisation et de socialisation, des conflits internes et leur possibilité de résolution, etc. Au milieu du XIXème siècle nait Sigmund Freud. Il devient médecin neuro­ logue et s'intéresse en particulier au phénomène de l'hystérie en tant qu'exemple le plus significatif des névroses, ces troubles fonctionnels dans les­ quels le patient souffre sans qu'aucune lésion physique ne soit décelable. Il décide de rejoindre le professeur Jean-Martin Charcot, mais renonce bientôt à l'usage de l'hypnose qu'il juge « incertaine » et « mystique ». Il écarte égale­ ment la thèse de Pierre Janet selon laquelle l'origine des névroses serait une faiblesse organique, temporaire ou non, du patient. C'est en privilégiant l'é­ coute de la parole de ses patients qu'il invente au début du XX ème siècle la psychanalyse, basée sur les concepts de pulsion sexuelle et de refoulement dans l'inconscient. Carl Gustav Jung et Alfred Adler font pendant un temps partie de ses dis­ ciples, même s'ils se détachent ensuite de lui pour développer leurs propres théories et méthodes psychanalytiques. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 17. Initiation sophrologique 17 Adler se distingue de Freud, et s'en sépare finalement, quand il pose la pri­ mauté de la volonté de domination sur toutes les autres pulsions. Il fonde alors la psychologie individuelle et est l'inventeur de la notion de complexe d'infé­ riorité. Jung lui aussi se sépare finalement de Freud. Il fonde la psychologie analy­ tique, et se distingue de Freud sur deux points: ➢ il postule l'existence, en plus de l'inconscient personnel Freudien, d'un inconscient collectif dont il propose une véritable « géographie » grâce aux archétypes qui sont à la fois des préformes vides1, des modèles de comportement2, et des structures de représentation3. Il décrit leur fonc­ tionnement, leurs caractéristiques, mais aussi et surtout leurs interac­ tions avec le Moi conscient. ➢ Pour Jung, le terme « libido » désigne toute énergie psychique, pas uni­ quement celle venant de la pulsion sexuelle : tous les instincts, tous les affects et de manière générale toutes les manifestations psychiques dy­ namiques. Chaque archétype contient une certaine quantité de libido qui n'est pas mesurable en elle-même, mais qui peut être évaluée au tra­ vers des effets qu'elle produit : lapsus et autres actes manqués, modifi­ cation des signes physiques comme le pouls et la respiration... Bien sûr, la psychanalyse ne s'arrête pas avec ces trois pionniers. On peut ci­ ter Anna Freud, Mélanie Klein, Heinz Hartmann qui poursuivent dans la droite ligne de l'œuvre de Freud, et aussi Sándor Ferenczi, Donald Winnicot, Jacques Lacan, Françoise Dolto... 1 On ne peut pas représenter un archétype lui-même: on ne peut qu'en mesurer les effets de manière indirecte, de la même manière qu'on ne mesure pas l'énergie en soi, mais ses effets en terme de conduction électrique ou de chaleur par exemple. 2 Un archétype ne conditionne pas un comportement particulier, mais un type de comportement (« pattern of behaviour »), le comportement lui-même dépendant des conditions particulières et individuelles dans lesquelles l'archétype agit. De manière similaire, la structure du nid que construit un oiseau est prédéfinie, mais sa forme exacte, le matériau utilisé, etc... dépendront des conditions particulières dans lesquelles l'oiseau le construit. 3 Les archétypes organisent et donnent un sens aux traces que les expériences vécues laissent dans la mémoire de l'individu. Ces traces resteraient sinon une collection désordonnée de souvenirs sans signification. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 18. 18 Initiation sophrologique 1. La psychanalyse L'essentiel en quelques mots Freud a construit sa théorie psychanalytique à partir de ses observations cliniques. Selon lui, tous les désordres psychiques proviennent d'un développement sexuel perturbé durant l'enfance. En étudiant les rêves, lapsus et autres actes manqués, la cure psychanalytique vise à amener à la conscience les contenus refoulés, et de ce fait aider l'analysant à ré­ soudre ses difficultés. Une théorie sexuelle E n étudiant les désordres psychiques d'un grand nombre de patients névrosés ou psychotiques, Sigmund Freud met à jour la présence sous-jacente, in­ consciente, de la pulsion sexuelle. Plus encore, il s'aperçoit que cette présence est une constante chez tous ses patients et qu'elle est la source principale d'énergie de leurs désordres psychiques. Il constate également que les anormalités de développement de la sexualité se traduisent soit par des perversions de l'objet sexuel normal (homosexualité ou pédophilie par Illustration 1: Sigmund Freud exemple) ou du but sexuel normal Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 19. Initiation sophrologique 19 (fétichisme ou sadomasochisme par exemple), soit par l'apparition de désordres psychiques. Ceci l'amène à étudier le développement de la sexualité infantile, dans laquelle il distingue plusieurs phases. Un modèle de développement de l'enfant L a première grande phase est la phase pré-génitale. Elle s'étend de la naissance à la puberté. Il n'y a alors ni objet sexuel (la pulsion est auto érotique), ni but sexuel. Cette phase peut être elle-même divisée : ➢ Le stade oral. L'enfant recherche le plaisir lié à la satisfaction du be­ soin primaire qu'est l'alimentation. L'activité de succion acquiert sa si­ gnification de plaisir, la zone buccale et la peau prennent leur dimen­ sion de zone érogène. ➢ Le stade sadique-anal. L'enfant qui obéit à l'autorité de ses parents leur offre sa défécation comme signe de soumission. Par ailleurs, la zone anale acquiert sa dimension de zone érogène majeure. Freud constate également chez l'enfant l'émergence de pulsions sadomasochiste et sco­ pique (voyeurisme et/ou exhibitionnisme). ➢ Le stade phallique correspond principalement à la mise en place de la primauté de la zone génitale et à la recherche d'un premier objet sexuel. C'est à cette occasion que l'enfant se trouve confronté au tabou de l'in­ ceste et à l'angoisse de castration. Il doit également résoudre le com­ plexe d'Oedipe. ➢ La période de latence. Durant cette période, la pulsion sexuelle, ou plutôt son refoulement et sa sublimation (sous l'effet conjugué de la pu­ deur, du dégoût, de la compassion, de la morale et de l'autorité) permet son utilisation vers d'autres buts (culture, arts, sciences...) et la construction de barrières efficaces qui lui permettront à l'individu d'ac­ céder à une vie sexuelle normale. La puberté correspond à deux évènements majeurs: tout d'abord la subordi­ nation de toutes les pulsions sexuelles partielles à celle provenant de la zone Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 20. 20 Initiation sophrologique génitale, ce qui se traduit par la mise en place des préliminaires sexuels dans un développement normal de la sexualité, et ensuite la recherche d'un objet sexuel normal. Cartographies de l'appareil psychique A partir de 1900, Freud formalise la première topique. Il s'agit d'une description de l'appareil psychique sous forme de systèmes. Il baptise le premier système « inconscient ». L'inconscient freudien est dé­ pourvu de capacité d'élaboration : il contient des pulsions et des traces de per­ ceptions qui sont vécues et revécues telles quelles, sous forme quasi hallucina­ toires. Ce système figé, pour une grande part inaccessible au reste de la per­ sonnalité, se construit sur la base de contenus psychiques refoulés. Il baptise le second système « pré-conscient/conscient ». Ce système com­ prend la mémoire et la conscience. Les contenus psychiques pré- conscients/conscients peuvent être élaborés : contrairement à ce qui se passe dans l'inconscient, l'énergie pulsionnelle peut se fixer sur les traces de percep­ tion qui deviennent alors les objets du désir de l'individu. Ceci permet la mise en place de la mémoire factuelle, de l'attention, du langage, des émotions et de toutes les autres fonctions psychiques. La prise en compte des troubles narcissiques et de l'opposition entre le principe de plaisir et le principe de réalité va pousser Freud à proposer vers 1920 une seconde topique. Il s'agit de trois nouveaux systèmes qui ne remplacent pas ceux du premier topique, mais s'y superposent et en élargissent les possibilités d'application. Le premier système est appelé « Ça ». Il s'agit du monde pulsionnel incons­ cient. Le deuxième système est appelé « Surmoi ». Il s'agit du monde normatif contenant notamment les codes sociaux intériorisés par l'individu. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 21. Initiation sophrologique 21 Le troisième système est appelé « Moi ». Il recherche l'équilibre des contraintes opposées du Ça et du Surmoi dans le but de construire une person­ nalité cohérente, unie et unifiée. En conclusion U ne répartition initiale déséquilibrée des différentes pulsions partielles, l'inefficacité des mécanismes de refoulement et de sublimation, le rac­ courcissement (voire l'inexistence) de la période de latence sont autant de fac­ teurs causant un développement anormal de la sexualité. Cette situation se tra­ duit par des désordres psychiques ou des perversions. Le thérapeute propose donc au patient d'analyser par la méthode dite des as­ sociations libres, ses rêves et ses actes manqués pour mettre à jour leur signifi­ cation profonde, inconsciente. Ensuite, il l'aide à remonter dans son histoire personnelle pour comprendre l'origine des désordres dont il souffre. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 22. 22 Initiation sophrologique 2. La psychologie individuelle L'essentiel en quelques mots Selon Adler, la vie est une lutte qui met en jeu deux forces : tout d'abord la pulsion de domination qui, suivant les frustrations rencontrées durant l'enfance, peut engendrer un complexe d'infériorité, source des désordres psychiques de l'individu ; ensuite la néces­ saire vie en société, car seule la coopération entre les individus rend possible la survie de l'espèce. En fondant la psychologie individuelle, il crée une pé­ dagogie pour permettre à l'individu d'orienter sa pul­ sion de domination de manière bénéfique à la société. Une théorie de la puissance S elon la théorie d'Alfred Adler, la vie est une lutte et l'individu, notam­ ment lors de l'enfance, cherche à dominer son environnement de toutes les manières possibles. La répression de cette pulsion de domination produit le sentiment d'infériorité. En fait, pour Adler, « Être homme, c'est se sentir infé­ rieur ». Le point fondamental du développement de l'individu est alors d'arriver à compenser le sentiment d'infériorité développé durant l'enfance, c'est à dire ex­ primer sous une forme socialement acceptable l'affirmation de soi. Si ce n'est pas fait, un complexe d'infériorité se développe, qui conditionne la vie de l'individu entier. Le sentiment d'infériorité Les causes du sentiment d'infériorité sont variées, avec entre autres : ➢ les infériorités organiques ou fonctionnelles ; Un pied bot par exemple, Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 23. Initiation sophrologique 23 ➢ les infériorités conventionnelles, c'est à dire tout ce qui fait que l'indivi­ du ne sent pas dans la norme ; Une pilosité anormale par exemple ; ➢ les infériorités dues à l'édu­ cation ; Des parents qui sans cesse dévalorisent leur enfant par exemple ➢ les infériorités dues à l'ori­ gine sociale ; Une origine étrangère au pays où l'indivi­ du grandit par exemple ➢ les infériorités dues à l'envi­ ronnement familial ; Un en­ fant qui découvre qu'il a été adopté par exemple, La liste pourrait être étirée presque à l'infini. Ce qui est impor­ tant dans le cadre de la théorie d'Adler est plus la conséquence du Illustration 2: Alfred Adler sentiment d'infériorité que son ori­ gine : c'est à dire savoir où l'indivi­ du va se situer sur l'échelle qui va de l'écrasement total à la surcompensation la plus mégalomaniaque. La compensation L a façon positive dont le sentiment d'infériorité peut se manifester est d'être l'aiguillon, la tension interne qui va stimuler le développement de l'individu : ➢ compensation directement opposée au sentiment d'infériorité : l'enfant chétif qui devient athlète, le pauvre qui devient millionnaire à force de travail... Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 24. 24 Initiation sophrologique ➢ compensation dans un autre champ : le chétif devient alors Prix Nobel, l'immigré souffrant de la pauvreté va réussir un brillant parcours uni­ versitaire et acquérir un statut social sans pour autant devenir riche... Les manifestations plus négatives de compensation, sont malheureusement aussi plus fréquentes : ➢ compensation de l'ordre de la dissimulation : mensonge, fuite, médi­ sance, indolence, forfanterie... tout ce qui permet à l'individu de mas­ quer son sentiment d'infériorité aux autres, mais surtout à lui-même. ➢ compensation de l'ordre de l'exploitation : l'enfant qui mouille son lit jusqu'à un âge anormal, le névrosé chronique qui maintient son entou­ rage à son service, le malade imaginaire... tout ce qui donne à l'individu une satisfaction supérieure à sa misère intérieure. L'individu dans la société P artant du constat qu'un homme isolé du groupe pourra difficilement survivre, Adler définit un critère particulièrement pertinent pour me­ surer si un individu suit un développement normal : le degré de sentiment so­ cial. Adler définit comme « bien » ce qui est utile à la société, ou pour le dire autrement, il pose comme but à la psychologie individuelle de permettre à l'individu d'être adapté aux normes et aux exigences sociales de son temps. Et en effet, les facteurs sociaux-culturels influencent la construction psycho­ logique de l'individu, définissent pour ainsi dire la notion de normalité, et au final son appréciation de ce qu'est la réalité. Au niveau symbolique, la réalité est façonnée par l'ensemble des croyances et des règles culturelles. Au niveau psychique, elle est façonnée par les valeurs sociales. Ces représentations sym­ bolique et psychique de la réalité conditionnent et limitent la perception phy­ sique, c'est à dire les faits, les êtres et les objets directement perçus par l'indivi­ du. En d'autres termes, il est illusoire de vouloir échapper à l'influence de la culture et de la société qui nous ont vu naître. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 25. Initiation sophrologique 25 En tant qu'intermédiaire entre la cellule familiale initiale et la société dans laquelle l'individu devra tenter d'exprimer de manière positive sa pulsion de domination, l'école est pour Adler le lieu d'application par excellence de la psychologie individuelle, et l'éducation des enfants le thème central de son œuvre. Il propose un questionnaire pour déterminer les failles dans la préparation de l'enfant à tenir son rôle social, que ce soit dans son futur foyer ou son futur travail. Il montre également que l'individu peut exploiter aussi bien ses fai­ blesses que ses dons. En pratique, il préconise d'exploiter la volonté de puis­ sance pour contrecarrer le sentiment d'infériorité, en commençant par des « pe­ tits succès » dans des domaines où l'individu a de grandes chances de réussite, pour aller progressivement vers de « grandes victoires » dans des domaines de plus en plus incertains : chaque succès augmente l'estime de soi et incite à être plus entreprenant. Si les étapes sont correctement planifiées et réalisées, les manifestations né­ gatives de la compensation disparaît progressivement et l'individu trouve natu­ rellement sa place dans la société. En conclusion E ntre pulsion de domination et sentiment social, l'équilibre est souvent délicat à mettre en place. La psychologie individuelle d'Adler re­ cherche les indices permettant à l'éducateur de savoir comment aider l'individu à restaurer sa confiance en ses capacités. L'éducateur pourra alors réorienter la pulsion de domination au bénéfice de la société toute entière. La psychologie individuelle est une approche téléologique de la psychana­ lyse : elle soutient l'idée que la personnalité de chaque individu est tournée vers un but. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 26. 26 Initiation sophrologique 3. La psychologie analytique L'essentiel en quelques mots Jung défend l'idée que l'énergie psychique se manifeste de diverses manières : pulsion sexuelle, de domination, de vie, de mort... aucune n'étant prépondérante. Selon lui, la vie même est un processus énergétique ir­ réversible qui commence avec la naissance et se termine avec la mort. Si la première moitié est tournée vers le monde exté­ rieur et permet la construction d'une personnalité cent­ rée sur le Moi conscient, la seconde moitié doit être tournée vers l'intérieur de l'être. Jung l'appelle proces­ sus d'individuation. La psychologie analytique veut permettre au Moi conscient de se confronter aux complexes autonomes inconscients présents dans le psychisme de chaque être humain (Ombre, Persona, Animus/Anima, Soi), et ainsi comprendre quel est le sens de sa vie. Une théorie énergétique P our Carl Gustav Jung, la vie psychique est un processus énergétique. A ce titre elle s'écoule de manière irréversible et est orientée vers un but : la mort. Tout d'abord, l'élan initial emporte l'individu dans une phase as­ cendante de sa naissance à son apogée. C'est le temps des défis, des luttes, des victoires, bref des réalisations extérieures. Ensuite, de l'apogée jusqu'à la fin, la vie psychique amène l'individu à tourner son regard vers son monde intérieur : c'est le processus d'individuation. Comme la vie psychique est principalement constituée de processus incons­ cients, la volonté consciente de l'individu (son Moi) pourra bien résister ou ac­ compagner le mouvement, cela est sans influence objective : il naîtra, grandira, Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 27. Initiation sophrologique 27 vieillira, mourra. C'est très différent sur le plan subjectif, où l'attitude consciente face aux contenus inconscients qui apparaissent est de première importance. Confrontation avec les archétypes L e but de la psychologie ana­ lytique de Jung est appelé individuation. Il s'agit de permettre à l'individu, initialement identifié à son moi conscient, de se confronter aux composantes fondamentales de l'inconscient, les archétypes : la Per­ sona4, l'Ombre5, l'Anima6 ou l'Ani­ mus7, et enfin le Soi8. Chaque confrontation avec un arc­ hétype le modifie. Par exemple, la confrontation avec la Persona amène dans le cas idéal à s'en détacher pro­ gressivement, pour que finalement elle se dissolve complètement, libé­ rant ainsi l'énergie psychique qu'elle contenait. Ceci produit bien évidem­ Illustration 3: Carl Gustav Jung ment un déséquilibre énergétique 4 C'est un fragment de la psyché collective prélevé durant le développement de l'individu, de façon plus ou moins arbitraire, comme au gré des circonstances. Elle peut être vue comme un masque porté face aux autres, chargé de dissimuler la vraie nature de l'individu pour qu'il soit adapté à la vie en société. Le Moi conscient commence par s'identifier à la Persona et tant que dure cette identification, l'individu peut même être persuader de montrer sa « vraie » personnalité aux autres. 5 L'ombre contient tout ce que la personne juge moralement répréhensible. 6 L'anima est un complexe autonome représentant, pour un homme, sa part féminine inconsciente. 7 L'Animus est un complexe autonome représentant, pour une femme, sa part masculine inconsciente. 8 Le Soi est la véritable personnalité individuelle. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 28. 28 Initiation sophrologique majeur au niveau de l'inconscient. Le Moi seul ne pouvant pas établir un nou­ vel équilibre, il n'a d'autre choix que de tenter d'assimiler les contenus incons­ cients libérés sous peine de risquer d'être submergé. Individuation et symboles P our Jung, la méthode par excellence pour avancer sur la voie de l'indi­ viduation est d'utiliser la symbolique contenue dans la religion et les mythes. En effet, il a remarqué que ces symboles correspondent aux processus que l'individu confronté à l'inconscient vit de manière naturelle. Il a également constaté que ces symboles permettent de donner un sens à ces expériences. Le poisson, l'eau, la croix, le feu, le sel, l'arbre, l'épée, le serpent, l'œuf, le soleil, la lune, la pierre, le vent : autant de symboles qui apparaissent à la fois dans les textes de nombreuses religions ou mythes et dans les productions spontanées de nombreux patients de Jung. Prenons par exemple l'eau. Son aspect fluide, le fait qu'elle épouse toute forme la contenant, que c'est de l'eau qu'a émergé la vie, qu'elle contient de la nourriture qu'on peut pêcher, son aspect insondable, profondément inconnais­ sable : tous ces éléments en font un symbole adéquat à la fois pour l'ensemble des contenus inconscients, mais aussi la force dont procède toute forme de vie psychique. En conclusion L a théorie Freudienne place l'origine des motivations humaines dans l'inconscient. La théorie Adlérienne place la finalité des motivations humaines dans l'inconscient. La théorie Jungienne place à la fois origine et fi­ nalité dans le concept de Soi. Pour Freud, le ressort ultime de l'individu est la sexualité. Pour Adler, c'est le sentiment de puissance. Pour Jung, c'est le sentiment religieux, spirituel. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 29. Initiation sophrologique 29 C'est à ce titre qu'il a étudié tout au long de sa vie les traditions religieuses égyptienne, juive, grecque, et aussi l'alchimie, l'astrologie, le Yi King, etc... qui racontent de manière symbolique la confrontation avec l'inconscient et pro­ posent une méthode pour faire face. Ces matériaux permettent à Jung de donner un sens aux expériences que vivent ses patients qui se trouvent face au Soi, face à l'irruption dans leur psychisme de faits, d'expériences de nature spirituelle. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 30. 30 Initiation sophrologique B. La sophrologie L'essentiel en quelques mots La sophrologie de Caycedo est une science et une mé­ thode originale pour favoriser le changement positif de l'individu jusqu'à atteindre un état d'harmonie durable. Elle utilise un état de conscience modifiée, facilement accessible après une profonde relaxation corporelle, pour : réhabiliter le schéma corporel, le corps étant une réalité à vivre de manière consciente, accéder à la réalité objective en dissipant les illusions, préjugés et autres fantasmes, développer l'action positive, agir ef­ ficacement, chacun dans la limite de ses possibilités. La sophrologie a été fondée au début des années 1960 par Al­ fonso Caycedo. C'est une école scientifique qui étudie la conscience humaine.   Elle   puise   dans   de   nombreuse   autres   disciplines,   et   notam­ ment : ➢ l'hypnose, de Mesmer jusqu'à Erickson, ➢ la psychologie et la psychanalyse, ➢ les techniques de relaxation corporelles avec entre autres   Schultz et Jacobson, ➢ les religions orientales : Yoga, Bouddhisme, Zen, ➢ la   philosophie   phénoménologique :   Hegel,   Heidegger,   Merleau­Ponty... C'est aussi une méthode pratique, la cure sophronique, compo­ sée d'un ensemble de séances au cours desquelles le sophroni­ sant met progressivement en place les changements comporte­ mentaux positifs et part à la découverte de son être véritable. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 31. Initiation sophrologique 31 Étymologiquement,   le   mot  Sophrologie   est   composé  des   mots   grecs SOS (paix, harmonie), PHREN (esprit, conscience) et LO­ GOS (discours, science). Illustration 4: Alfonso Caycedo Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 32. 32 Initiation sophrologique 1. Trois principes L'action de la sophrologie est guidée par trois principes fondamentaux : ➢ l'action positive : la conscience a accès à l'intégralité de l'être, c'est à dire les aspects physique, psychique et spirituel. Le principe d'action positive énonce que toute action positive consciente sur un de ces éléments a des répercussions positives sur l'ensemble de l'être. C'est un cercle vertueux qui s'oppose au cercle vicieux de la négativité et du pes­ simisme. ➢ le schéma corporel comme réalité vécue. Il s'agit de la représentation que chacun se fait de son corps. Cette représentation inclut bien sûr les éléments physiques et physiologiques objectifs, mais aussi les aspects affectifs, émotionnels, sociaux, moraux, sexuels... On peut dire que le corps porte l'ensemble de l'histoire personnelle de chaque être. ➢ la réalité objective : le sophrologue doit être « au clair avec lui-même », percevoir et comprendre sa propre réalité pour pouvoir mettre en place un mécanisme d'alliance, d'adulte à adulte, avec le sophronisant. Cette alliance permet au sophronisant de se dégager progressivement des filtres déformants qui l'empêchent de percevoir les phénomènes et les évènements tels qu'ils sont. C'est ainsi qu'il arrive à ne plus préjuger ni de ses relations avec les autres (qui sont bien plus enrichissantes que tout ce qu'il peut imaginer...) ni de ses propres capacités (qui sont bien plus étendues que tout ce qu'il peut imaginer...), et retrouve pour ainsi dire l'envie de s'ouvrir au monde et à ses possibilités. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 33. Initiation sophrologique 33 2. Niveaux et états de conscience C aycedo reprend et synthétise des idées préexistantes dans un dia­ gramme à deux axes. En abscisse se trouvent les états de conscience, en ordonnée les niveaux de conscience. Les niveaux de conscience vont de la veille hyperactive (le plus en haut) à la mort (le plus en bas), en passant par le niveau sophroliminal, le sommeil et le coma. Exploiter les propriétés de la conscience dans le niveau sophro­ liminal est le but des séances de sophrologie : dans ce niveau, la plupart des conditionne­ ments et des bar­ rières (sociales, morales, etc) peuvent être ou­ trepassés. Le psychisme y retrouve également une plasticité exceptionnelle qui permet de corriger rapidement et en profondeur les comportements inadaptés. Enfin, de nombreuses capacité sous-exploitées dans le niveau de conscience habituel (sensorielles, intuitives, mnésiques...) sont à nouveau disponibles. Les états de conscience vont de l'état pathologique (le plus à gauche) à l'état sophronique (le plus à droite) en passant par l'état ordinaire. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 34. 34 Initiation sophrologique L'état de conscience sophronique est un état d'ouverture mentale qui permet d'être mieux synchronisé avec soi-même et le monde. Quand ils arrivent à leur première séance de sophrologie, la plupart des per­ sonnes se trouvent à la fois : ➢ dans une conscience ordinaire, voire légèrement pathologique, c'est à dire qu'ils sont enfermés dans le schéma de pensée habituel et peu ou­ verts au changement, légèrement névrosés. Un cocktail d'inconscience, de fermeture d'esprit et de pessimisme qui n'aide pas à prendre sa vie en charge. ➢ dans un état de veille plutôt agitée, dans le sens qu'ils ont du mal à ac­ céder au calme et au silence intérieur. Il n'est pas rare qu'ils en aient même peur. Les séances modifient peu à peu, mais très durablement, à la fois l'état et le niveau de conscience : le niveau de conscience habituel évolue vers une veille de plus en plus calme, et l'état de conscience vers une conscience sophronique. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 35. Initiation sophrologique 35 3. Différents types de séances Les séances de sophrologie peuvent être classées en grandes familles. ➢ Les séances « recouvrantes » visent à changer de point de vue sur un comportement ou une situation en y ajoutant du positif. Ces séances sont par exemple la SAP ou les self-méthodes. ➢ Les séances « découvrantes » visent à utiliser l'état sophroliminal pour laisser remonter à la conscience des éléments d'accès difficile en état de conscience ordinaire. Ces séances sont par exemple la sophro-analyse ou la sophro-musico-thérapie. ➢ Les séances « statiques » s'effectuent en position allongée ou assise (po­ sition Isocay®, aussi connue sous le nom de position du cocher de fiacre ou de position du Pharaon). Elles s'effectuent de manière globale­ ment immobile et privilégient le travail de détente et de visualisation. ➢ Les séances « dynamiques » s'effectuent en position debout ou assise suivant les cas. Elles permettent par une série d'exercices de favoriser l'intégration du schéma corporel (premier degré), de travailler sur les sens (deuxième degré), et de s'ouvrir à la spiritualité (troisième degré). Au delà de la confiance que le sophronisant doit avoir dans le sophrologue qui le guide, il y a deux facteurs clés de réussite : ➢ la volonté de changement positif. Le sophronisant doit être conscient qu'il est le moteur principal de son propre changement ➢ l'entrainement, la répétition des séances. C'est ainsi que la capacité à ressentir s'affine peu à peu. C'est ainsi que le sophronisant peut vivre de plus en plus profondément l'état sophronique. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 36. 36 Initiation sophrologique 4. En conclusion L a sophrologie de Caycedo permet d'utiliser un état naturel de l'esprit humain, facilement accessible moyennant un entraînement régulier, dans le but de favoriser les changements positifs. Le sophrologue est un guide qui va accompagner ceux qui le souhaitent vers un changement radical de point de vue à la fois sur eux-même et les autres au travers d'une pratique de plus en plus autonome. Les séances de sophrologie sont conçues comme des expériences que cha­ cun vit en fonction de ses objectifs propres et du point où il en est sur son che­ min. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 37. Initiation sophrologique 37 C. Un corps en bon état de marche L'essentiel en quelques mots Pratiquer régulièrement de l'exercice physique modéré est bon pour la santé. Avoir une alimentation saine et équilibrée aussi. Consultez www.mangerbouger.fr ! On ne répétera jamais assez qu'une hygiène de vie saine est es­ sentielle pour celui qui veut vivre pleinement ; Trouver le juste   milieu, c'est à dire accepter les plaisirs de la vie avec joie, tout   en   ayant   conscience   des   limites   au   delà   desquelles   la   « ma­ chine » souffre. C'est pourquoi je vous propose quelques recommandations de   bon sens en ce qui concerne l'exercice physique et l'alimenta­ tion. Elles sont tirées du programme national nutrition­santé,   et chacun comprendra facilement leur intérêt. Pourtant, rares   sont ceux qui peuvent dire qu'ils les appliquent complètement. En effet, les excès en tous genre échappent souvent à la logique.   On sait qu'on est en train de se faire du mal, mais on ne peut   rien faire pour s'en empêcher. Fuite devant la réalité, besoin de   se punir, déni du corps, les raisons sont nombreuses qui nous   poussent   à   nous   auto­détruire.   Je   ne   les   détaillerai   pas   ici,   mais je crois que la sophrologie permet d'aider ceux qui veulent   en faire la démarche de remonter jusqu'à la racine de leurs dif­ ficultés et faire la paix avec qui ils sont. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 38. 38 Initiation sophrologique 1. Exercice physique P our reprendre les recommandations du programme national nutrition- santé, dont tous les éléments sont disponibles sur le site www.manger­ bouger.fr, 30 minutes quotidiennes d'activité physique modérée suffisent à : ➢ protéger sa santé en limitant fortement les risques de maladies, notam­ ment les maladies cardio-vasculaires, l'hypertension artérielle, le dia­ bète, le « mauvais » cholestérol, l'ostéoporose, le mal de dos. ➢ limiter la prise de poids due à une suralimentation chronique et un mode de vie de plus en plus sédentaire. ➢ améliorer sa condition physique générale, notamment la force muscu­ laire, la souplesse, l'équilibre, la coordination, la fonction cardio-respi­ ratoire. Les autres bénéfices attendus sont : ➢ une meilleure résistance à la fatigue, au stress et à l'anxiété ➢ une plus grande facilité à se détendre et à dormir ➢ le maintient de l'autonomie avec l'âge Quand on parle d'activité physique modérée, il ne s'agit pas de devenir un sportif accompli. Voici quelques exemples des activités recommandées, faciles à intégrer dans une journée : ➢ monter et descendre par les escaliers ➢ faire les « petites courses » (pain, journal...) à vélo ➢ en bus ou en métro, descendre un arrêt plus tôt que sa destination ➢ jardiner ➢ accompagner les enfants à l'école à pied ➢ faire le ménage Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 39. Initiation sophrologique 39 Il n'est donc pas nécessaire de s'inscrire dans un club sportif ou d'acheter un équipement coûteux. L'objectif est clair : pratiquer une activité physique suffisamment régulière pour que le corps ne soit pas une contrainte. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 40. 40 Initiation sophrologique 2. Alimentation P ➢ our ce paragraphe également, je reprend les recommandations du pro­ gramme national nutrition-santé : consommer au moins 5 fruits et légumes par jour préparés à votre convenance : crus ou cuits, frais, surgelés ou en conserve. Ils sont riches en vitamines, en minéraux et en fibres. Ils apportent beaucoup d'eau et peu de calories. Enfin, ils contiennent des antioxydants. ➢ consommer 3 produits laitiers par jour : lait, yaourts et fromages. Ils sont notre principale source de calcium. ➢ consommer des féculents à chaque repas : produits céréaliers (riz, pain semoule, pâtes...), pommes de terre, légumineuses (lentilles, pois, hari­ cots blancs...). Ils apportent des glucides complexes et des protéines vé­ gétales. ➢ consommer viande, œufs, ou poisson au maximum 2 fois par jour, en privilégiant le poisson et les viandes maigres. Ils apportent des pro­ téines, mais aussi des vitamines et des minéraux. ➢ limiter la consommation de matières grasses. D'origine animale ou vé­ gétale, elles sont surtout présentes dans l'huile, la margarine, le beurre, les viennoiseries et pâtisseries, la charcuterie, les sauces, les fromages. Il est à noter que certains acides gras poly-insaturés oméga-3 pourraient avoir un effet favorable sur le risque de maladie cardio-vasculaire et le taux de cholestérol sanguin. ➢ limiter la consommation de sucre : sodas, pâtisserie, confiserie, choco­ lat... ➢ limiter la consommation d'alcool : au maximum l'équivalent de 2 verres de vin pour les femmes et 3 pour les hommes. Ceci étant, il est essentiel de respecter la sensation de faim. Cela paraît être une évidence, mais il arrive souvent qu'on mange sans avoir réellement faim, Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 41. Initiation sophrologique 41 juste parce que « c'est l'heure », ou qu'on se force à se resservir « pour faire plaisir ». De même, une prise de repas trop rapide, notamment dans la restau­ ration collective, ne laisse pas le temps au corps de faire savoir qu'il en a assez. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 42. 42 Initiation sophrologique III. Spiritualité et sens de la vie Dans le monde entier, les différentes civilisations qui se sont   développées   ont  créé  des  rites   pour  marquer  le  passage  d'un   état de l'être au suivant : ➢ Certaines   tribus   australiennes   perpétuent   un   rite   s'é­ talant sur plusieurs années pour permettre aux enfants   d'entrer dans l'âge adulte. ➢ l'occident catholique propose l'ordination à celui qui veut   effectuer le passage du profane au sacré. ➢ Dans le bouddhisme tibétain, un mourant peut effectuer   certaines pratiques rituelles dans le but de se libérer défi­ nitivement   de   la   souffrance   et   de   l'illusion   lors   de   son   passage de la vie à la mort. D'autres rites sont liés à la nature. Les fêtes célébrant les mois­ sons ou les vendanges par exemples, étaient autrefois accompa­ gnées   d'importants   éléments   rituels.   Les   évènements   inexpli­ cables, qu'ils soient désirés ou redoutés, ont longtemps donné   lieu à des cérémonies ayant pour but de les déclencher ou les   arrêter. Ainsi les tremblements de terre, les tempêtes, les épi­ démies, les crues, la mousson... o-O-o Le monde moderne tel que nous le connaissons, depuis la Re­ naissance et surtout le siècle de Lumières a profondément mo­ difié ces traditions  vieilles pour certaines  de plusieurs  millé­ naires. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 43. Initiation sophrologique 43 La grande majorité de ces rites ont disparu ou se sont vidé de   leur sens ancestral pour conserver uniquement leur caractère   social, festif. Certains tendent même à devenir essentiellement   commerciaux. Or chaque homme ressent le besoin de donner un sens à sa vie ;   C'est une nécessité vitale liée à la conscience de notre finitude   dans   le   temps   et   l'espace.   Qu'ils   soient   effectués   de   manière   individuelle ou collective, un des buts des rites est d'ordonner   la vie, de lui donner une structure dans laquelle s'insérer et   trouver sa place. Les postures, les gestes, les formules qu'ils contiennent ont un   pouvoir particulier : la possibilité de déclencher chez celui qui   les répète une transformation soudaine et immédiate. Au­delà d'un opium ou d'une illusion, au­delà d'un « effet cal­ mant » pour conjurer l'angoisse de la mort, les rites sont des   opportunités d'élargir et d'approfondir la connaissance de soi­ même et du monde. Les  textes   mythologiques   et   religieux   sont   le  support  sur   les­ quels s'appuient les rites. Ces textes permettent de nombreuses   lectures car ils contiennent des éléments historiques, sociaux,   moraux,   psychologiques,   spirituels...   chaque   interprétation   étant  valide  à  son  niveau.  Je  me concentrerai  ici  essentielle­ ment sur l'aspect spirituel. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 44. 44 Initiation sophrologique A. Spiritualité Judéo-chrétienne. L'essentiel en quelques mots Dans l'Ancien Testament, la relation de Dieu avec son peuple élu est avant tout marquée par l'obéissance et la crainte : Dieu protège son peuple, lui envoie ses pro­ phètes et n'hésite pas à le punir quand l'adoration et l'o­ béissance ne sont pas au rendez-vous. Dans le Nouveau Testament, l'enseignement de Jésus transforme la relation au « Père des Cieux » : la com­ passion et le pardon sauvent les âmes. La Bible reste encore à l'heure actuelle l'ouvrage le plus publié   au monde. La   Bible,   c'est   tout   d'abord   l'Ancien   Testament,   cette   gigan­ tesque fresque regorgeant d'histoires et de personnages, parfois   émouvants, parfois cruels, souvent perdus face à cet Éternel au   comportement   changeant.   Tous   ont   une   relation   privilégiée   avec   Lui :   ils   sont   ses   élus   et   les   récits   leurs   vies   nous   en­ seignent   la   manière   dont   ils   ont   composé   avec   cet   élément   central de leur vie. La Bible, c'est aussi le Nouveau Testament, la vie et l'enseigne­ ment de Jésus­Christ : comment il a vécu, comment il est mort,   comment   ses   premiers   disciples   ont   commencé   à   porter   son   message au monde. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 45. Initiation sophrologique 45 1. Entête : Créateur et créature. L a Genèse commence par poser l'existence d'un créateur incréé : Elo­ hîms9. Ce nom est un pluriel mais les verbes dont il est le sujet sont au singulier, soulignant ainsi que la multiplicité d'Elohîms dans la création repose sur une unité essentielle. Dans le premier chapitre de la Genèse, « Sept jours », Elohîms présente son projet. Il décrit comment il va mettre progressivement en place la création, jus­ qu'à son parachèvement avec Adam : ➢ Au jour Un, Elohîms crée la lumière. Ce jour n'est pas le « premier jour » : c'est le jour de l'unité, le moment où principe initial et but ul­ time se rejoignent, ➢ Au deuxième jour, il crée la ténèbre : ce qui n'est pas encore arrivé à son accomplissement. Il crée le ciel qui sépare les eaux d'en haut des eaux d'en bas, qui indique la correspondance entre l'en-bas et l'en-haut, ➢ Au troisième jour, à partir de l'eau, il crée la terre ferme, le point d'ap­ pui pour l'accomplissement de sa créature. Il crée les herbes et les arbres-fruits qui y poussent, nourriture pour sa croissance. ➢ Au quatrième jour, il crée deux lustres pour séparer le jour de la nuit : un grand lustre qui dirige sur la lumière et un petit lustre qui dirige sur la ténèbre, ➢ Au cinquième jour, il crée les animaux de la mer et des airs. Il leur or­ donne de croître et multiplier car chacun possède une parcelle de son Esprit, ➢ Au sixième jour, il crée les animaux de la terre et leur ordonne égale­ ment de croître et multiplier. Enfin, il crée Adam, le glébeux, sa créature, celui qu'il charge de domi­ ner sur toute la création. 9 « Les ceux-là de ceux-là » en Hébreux Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 46. 46 Initiation sophrologique Au sixième jour, tous les principes de la création sont posés mais rien n'est en­ core créé : si la création se concrétise ensuite, si elle acquiert une existence hors de l'esprit d'Elohîms, ce sera parce qu'elle aura décidé de répondre à son appel. Illustration 5: Le premier chapitre de la Genèse Au septième jour, le désir de la création d'être créée s'exprime par une va­ peur qui monte de la terre. Elohîms lui répond avec son propre désir : un fleuve qui coule directement de la source divine. Ses quatre « têtes » de ce Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 47. Initiation sophrologique 47 fleuve sont autant de niveaux énergétiques, du plus fort au moins fort. Chaque niveau est accessible à Adam en fonction du chemin spirituel parcouru, chaque niveau le soutient pour atteindre le niveau suivant et remonter à la Source, à l'unité du jour Un. o-O-o D ans la Genèse, il y a une opposition fondamentale entre lumière et té­ nèbre, entre accompli et inaccompli, entre conscient et inconscient, entre bien et mal. Lumière, accompli, conscient et bien peuvent même être considérés comme synonymes. De même pour ténèbre, inaccompli, incons­ cient et mal. Il n'y a donc pas de connotation morale associée aux termes bien et mal. Le but qu'Elohîms propose à la Création est d'amener à la lumière ce qui est dans la ténèbre, ou mieux, transformer en lumière ce qui est initialement té­ nèbre. Le premier jour est clair à ce sujet : « Elohîms voit la lumière : quel bien ! ». La même formule (« Elohîms voit : quel bien ! ») sera répétée pour chacun des jours suivants chaque sauf le deuxième, car Elohîms crée la ténèbre ce jour-là, et Elohîms ne voit que ce qui est lumière. o-O-o A dam est créé « à la réplique » d'Elohîms, et aussi « selon sa ressem­ blance » : il est une image d'Elohîms, une sorte de graine semée. Il peut, en suivant le chemin tracé pour lui, croître pour devenir lui-même un Elohîm. La Genèse explique comment il doit faire pour atteindre ce but. L'alternance des plongées dans la ténèbre et des remontées dans la lumière rythme ce processus. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 48. 48 Initiation sophrologique Au premier niveau, il s'agit de plonger dans l'eau pour permettre à la terre de Illustration 6: La création (Marc Chagall) se former, il s'agit d'établir un ferme point d'appui. De cette conscience nou­ velle émergent les herbes et autres arbres-fruits. Cette production qui est aussi nourriture pour l'être, est une lumière qu'Elohîms voit. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 49. Initiation sophrologique 49 Au deuxième niveau, deux pôles servent de guide à Adam, pour qu'il puisse faire son travail d'accomplissement dans le temps qui lui est donné. Le premier pôle, celui du jour, lui permet de prendre conscience de ce qui reste à accom­ plir en lui. Le second pôle, celui de la nuit, permet d'identifier les énergies qui y brillent. Au troisième niveau, Adam doit dominer les animaux qui peuplent l'eau et l'air : les énergies vivantes et autonomes de son inconscient, et celles qui le guident vers le ciel. C'est alors seulement qu'Adam pourra réellement nommer les animaux ter­ restres, ses énergies conscientes. o-O-o A u septième jour10, Elohîms insuffle la vie dans Adam. Puis il s'efface et devient Yahvé (en hébreu : HVHI-Elohîms), le principe d'Elohîms caché au cœur de la Création, celui qui guidera Adam, sur le chemin qui va de l'image à la ressemblance. Adam se retrouve donc dans le jardin d'Éden. Là, outre Adam-Ish et Adam- Isha, il y a les deux arbres et le serpent : ➢ Le jardin d'Éden. C'est l'endroit où Yahvé place Adam, l'endroit au plus profond de lui-même qu'il a la charge de cultiver, l'endroit où il rencon­ trera Elohîms quand il aura parcouru le chemin de l'image à la ressem­ blance. ➢ Adam-Ish et Adam-Isha. A ce stade de son évolution, Adam contient en lui-même ses pôles masculins et féminins. Adam-Isha11 est le principe féminin contenu dans Adam : elle contient le nom d'Elohîms caché en elle (« féminin » et « nommer » ont la même racine en hébreu). Adam- 10 Le processus qui est décrit dans ce chapitre, la Chute, décrit la dynamique et les enjeux de chaque transformation que chaque être humain se doit d'accomplir durant sa vie. Pour reprendre une notion psychologique, c'est un archétype. 11 Adam-isha prendra le nom d'Eve après la sortie du jardin d'Eden. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 50. 50 Initiation sophrologique Ish est le principe mâle d'Adam : il est chargé de se souvenir de qui il est réellement (les mots « mâle » et « souvenir » ont la même racine en hébreu). Quand Yahvé extrait Adam-Isha d'Adam, Adam-Ish la recon­ naît immédiatement. Il sait qu'il doit l'épouser, laisser derrière lui tout ce qu'il pense connaître, son intelligence et sa sagesse, pour s'unir à cet autre côté de lui que Yahvé lui présente. ➢ Les deux arbres. Dans le jardin, il y a deux arbres spécialement impor­ tants : l'arbre de la Connaissance du Bien et du Mal et l'arbre de Vie. Ces deux arbres sont l'axe d'Éden. Yahvé est le fruit du premier arbre, Elohîms le fruit du second. Dans l'ordre des choses, le travail (spirituel) effectué par Adam fait mûrir les fruits de ces deux arbres, et il peut en­ suite les manger. Un fruit mangé vert peut lui donner l'illusion de pos­ séder la maturité du fruit mûr, mais il se révèle immanquablement une difficulté supplémentaire à dépasser. ➢ Le serpent. C'est le Satan, l'Adversaire, l'obstacle qu'Adam doit dépas­ ser. Il n'a que le pouvoir qu'Adam veut bien lui donner. Le serpent est rusé : il ne s'adresse pas à Adam-Ish (le conscient, l'accompli, la lu­ mière), mais à Adam-Isha (l'inconscient, l'inaccompli, la ténèbre). Pour passer l'obstacle, Adam-Ish ne doit pas laisser Adam-Isha répondre, c'est à dire qu'il doit descendre en lui-même et transformer les énergies inaccomplies que le serpent questionne. Malheureusement, ce n'est pas ainsi que les choses se déroulent. Le serpent dit à Adam-Isha qu'il lui suffit de manger le fruit de l'arbre pour connaître le bien et le mal, être comme Elohîms. Adam-Isha veut la jouissance que procure le fruit, elle veut le posséder, elle veut la puissance qu'il apporte. Ces trois attributs du fruit de l'arbre (jouissance-possession-puissance) seront aussi proposés à Jésus par Satan, lors de la retraite au désert. Il refusera, sa­ chant qu'il n'a pas encore accompli son parcours. Adam-Isha accepte le fruit vert que le serpent lui tend et mange. Adam-Ish accepte ce qu'Adam-Isha lui tend et mange également. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 51. Initiation sophrologique 51 Quand Yahvé revient dans le jardin, il comprend ce qui s'est passé. Le ser­ pent a outrepassé sa fonction d'obstacle et pris la place de Yahvé en tant que maître et guide : il domine Adam-Isha car Adam-Ish n'a pas su la dominer. Yahvé prend en conséquence les mesures qui s'imposent. Le serpent devient horizontal : il lui interdit dorénavant de se dresser verticalement. Adam-Isha ne pourra se transformer que dans la peine, et en attendant le serpent (c'est à dire l'animalité) la dominera. Adam-Ish lui aussi expérimentera l'inconfort, la peine, jusqu'à ce qu'il se retourne vers Yahvé. En attendant ce retournement, Yahvé fait sortir Adam du jardin : l'état de confusion qui est le sien ne lui permet pas de rester. Les Chérubins gardent à présent l'entrée du jardin. Quand Adam se sera transformé, qu'il dominera sur ses énergies inconscientes, qu'il aura installé de nouveau le nom de Yahvé dans son cœur, il pourra passer. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 52. 52 Initiation sophrologique 2. Des patriarches et des prophètes. Après la sortie du jardin, l'Ancien Testament est un constant   dialogue entre Yahvé et son peuple. Le message a parfois du   mal à passer car les Hébreux peuvent avoir la « nuque raide ».   Pourtant  jamais  son   peuple   ne   se   détourne  complètement   de   Yahvé, et jamais Yahvé n'abandonne complètement son peuple. Les patriarches marquent un temps de construction, quand les   suiveurs d'Elohîms sont entourés de peuples aux religions déjà   établies. La relation entre Elohîms et les patriarches successifs   permet   d'affirmer   l'unicité   de   ce   lien   particulier   qui   se   concrétise par des rites spécifiques. En même temps on s'aper­ çoit   que   l'Égypte,   notamment   en   la   personne   Pharaon,   son   guide temporel et spirituel, reconnaît l'Elohîms des Hébreux,   nourrit le peuple Hébreux, et devient finalement l'obstacle qui   permet lui de trouver son unité. Noé N oah12 est le dixième patriarche dans la lignée de Seth, le troisième fils d'Adam, celui qui vient après Abel et Caïn. Il est nommé ainsi par Lè­ mèkh son père car il va apporter aux hommes consolation et repos après la ma­ lédiction que Yahvé a posé sur la glèbe du fait d'Adam et de Caïn. Pourtant, au temps de la vie de Noah, l'instinct des pensées du cœur des hommes n'est que mal. La terre est remplie de leur violence. Yahvé regrette d'avoir fait le glébeux. Il veut faire venir un déluge pour détruire toute chair ayant souffle de vie. 12 Noé en Hébreux Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 53. Initiation sophrologique 53 Seul Noah trouve grâce à ses yeux. C'est un juste face à lui. Elohîms lève un pacte avec Noah : il construira une caisse en bois de cyprès, un refuge avec des cellules sur trois niveaux, asphalté à l'intérieur comme à l'extérieur ; Il y ac­ cueillera un couple de tout vivant qui viendra à lui, mâle et femelle, pour qu'il les maintienne en vie ; Il prendra à manger et pour lui et pour eux. S'il fait ain­ si, Elohîms les sauvegardera : lui, sa femme, ses trois fils, les femmes de ses fils. Ils survivront au déluge. Noé met cent ans à construire l'arche selon les instructions d'Elohîms. Le Illustration 7: L'arche de Noé (Marc Chagall) moment venu, Yahvé lui ordonne de prendre pour lui deux de toute bête non pure, homme et femme ; sept de toute bête pure, homme et femme. Et pour vi­ Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 54. 54 Initiation sophrologique vifier semence sur la terre, il lui ordonne de prendre également sept de tout vo­ latile des cieux, mâle et femelle. C'est sept jours plus tard. Yahvé fait pleuvoir sur la terre, quarante jours et quarante nuits. Tout est recouvert. Les eaux se multiplient et portent la caisse. Toute vie qui n'est pas dans l'arche agonise et meurt. Les eaux forcissent pen­ dant cent cinquante jours, puis Elohîms se souvient de Noah. Il fait passer un souffle sur la terre. Il fait cesser les eaux du ciel. Alors les eaux retournent, et cela dure cent cinquante jours encore, puis l'arche se pose. Au terme de quarante jours, Noah envoie des oiseaux pour voir si les eaux se sont asséchées sur la terre. Tout d'abord le corbeau : il revient car les eaux n'ont pas baissé. Sept jours plus tard, la palombe : elle aussi revient sans avoir trouvé de repos pour sa patte. Sept jours plus tard, à nouveau la palombe : elle revient avec une feuille d'olivier. Sept jours plus tard, à nouveau la palombe : elle ne revient pas. Alors Elohîms dit à Noah de quitter la caisse : lui, sa femme, ses fils et leurs femmes, tous les animaux avec eux. Il leur dit de foisonner, de fructifier, de multiplier sur la terre. Sur l'autel qu'il construit, Noah dédie à Yahvé de tous les animaux purs qui étaient avec lui dans l'arche : alors Yahvé lève la malédiction qui frappait la terre. Il autorise Noah et ses fils à se nourrir à nouveau des herbes vertes et aussi de tout vivant de la terre, des airs et de la mer. Yahvé pose une seule li­ mite : le sang reste pour lui ; l'être du glébeux, il le revendiquera. Pour marquer ce pacte entre lui et toute chair sur la terre, Yahvé fait appa­ raître un arc en ciel. Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 55. Initiation sophrologique 55 Abraham A braham descend de Sem, un des trois fils de Noé. Son nom de nais­ sance est Abram13. Avec sa femme Saraï14 et son neveu Loth, ils ont suivi son père Terah quand celui-ci s'est installé à Harran. Abram a 75 ans. Yahvé lui demande de quitter sa maison avec Saraï, Loth, et ses troupeaux. Il lui dit de partir vers lui-même dans la direction qu'il lui indiquera. Abram obéit. A Sichem15, Yahvé lui annonce qu'il donnera cette terre à sa descendance. Promesse déconcertante car Abram n'a pas d'enfant et Saraï est stérile! Cependant, Abram construit un autel à la gloire de Yahvé et poursuit sa route. La famine les pousse jusqu'à Misraïms16. Avant d'arriver, Abram demande à Saraï de l'appeler son frère : elle est belle et la convoitise de Pharaon pour les belles femmes lui fait craindre pour sa propre vie. Effectivement, Pharaon prend Saraï pour lui et Abram doit sa vie à son mensonge. Plus que cela, Pha­ raon lui fait présent d'esclaves et de bétail... Cependant Yahvé ne l'entend pas ainsi : il frappe Pharaon de grandes plaies et lui explique la raison de sa colère. Pharaon rend Saraï à Abram et les chasse de son pays avec tous leurs biens. De retour au pays de Canaan, une dispute éclate entre les bergers de Loth et ceux d'Abram. Ils ont accumulé trop de bien en Misraïms pour habiter en­ semble plus longtemps. Abram demande à Loth de choisir sa direction, tandis que lui-même partira à l'opposé. Loth choisit la vallée du Jourdain, non loin de Sodome. Abram quant à lui s'établit à Hébron. C'est à ce moment que Yahvé renouvelle sa promesse à Abram : toute la terre qu'il voit sera pour sa descendance. Abram construit un autre autel à la gloire de Yahvé. 13 « père haut » en Hébreux 14 « ma princesse » en Hébreux 15 la ville de Sichem est maintenant nommée Naplouse 16 L'Égypte en Hébreux Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 56. 56 Initiation sophrologique Plus tard, une guerre éclate dans laquelle participent les rois de Sodome et Gomorrhe. Ils sont défaits et Loth est fait prisonnier avec tous ses biens en bu­ tin. Abram réunit sa maison, trois cents dix-huit hommes avec lui. Ils partent libérer Loth ainsi que les autres prisonniers, et récupérer leurs biens. A son re­ tour, le roi de Sodome propose une récompense à Abram, mais il refuse : Yah­ vé lui donnera sa récompense. Et voici : Yahvé apparaît à Abram et lui propose un pacte. Si Abram accepte qu'il le protège, qu'il soit son bouclier, en échange, Yahvé lui donnera une descendance innombrable. Abram accepte le pacte et sacrifie plusieurs ani­ Illustration 8: Abraham et Sarah (Marc Chagall) Version « en cours de rédaction » du 07/10/09
  • 57. Initiation sophrologique 57 maux. Yahvé renouvelle sa promesse : la terre qu'il voit sera pour ses descen­ dants, jusqu'en Misraïms. C'est dix ans plus tard. Abram n'a toujours pas de descendant. Saraï lui donne pour femme Agar, sa servante. Plus tard, Agar est enceinte, elle est re­ connaissante envers Saraï mais Saraï est en colère après elle. Abram lui dit de bien la traiter mais Agar frémit de Saraï et s'enfuit dans le désert. Un envoyé de Yahvé la retrouve et lui dit de retourner chez Saraï, d'accepter sa colère parce que Yahvé a entendu sa misère. Sa descendance sera multiple au travers de l'enfant qu'elle porte, Ismaël17. C'est treize ans plus tard. Abram a quatre-vingt-dix-neuf ans. Yahvé lui parle de nouveau. Il change son nom en Abraham18 car il sera le père d'une foule de nations et Yahvé sera leur Elohîms. Pour célébrer ce pacte, l'inscrire dans la chair, Yahvé demande que chaque fils de huit jours soit circoncis. Yahvé change aussi le nom Saraï en Sarah19. Elle est bénie car elle enfantera des rois. Oui, Yahvé annonce à Abraham que Sarah va enfanter pour lui un fils, Isaac20. Abraham répond qu'il a déjà un fils, Ismaël, puis il rit en lui-même car il sera un père de cent ans et Sarah une mère de quatre-vingt-dix ans. Yah­ vé finit en annonçant qu'Ismaël sera le père d'une grande nation, mais que son pacte est avec Isaac et ses descendants. Alors Abraham accomplit ce que Yahvé a demandé. Tous les mâles de sa maison sont circoncis. Plus tard, Yahvé décide de détruire Sodome et Gomorrhe car ces peuples lui ont tourné le dos. Abraham négocie avec lui : s'il se trouve dix justes dans la ville, elle sera épargnée. Au soir, deux messagers de Yahvé arrivent à Sodome. Loth les accueille comme leur serviteur mais les autres habitants de la ville veulent les violenter. Ils sont fous, sans espoir de retour. Yahvé dit à Loth de 17 « Elohîms entend » en Hébreux 18 « père d'une multitude » en Hébreux 19 « Princesse » en Hébreux 20 « il rira » en Hébreux Version « en cours de rédaction » du 07/10/09