SlideShare une entreprise Scribd logo
Revue de presse IoT / Data du 15/01/2017
Bonjour,
Voici la revue de presse IoT/data/energie du 15 janvier 2017.
Je suis preneur d'autres artices / sources !
Bonne lecture !
Table des matières
1. Low-Cost Off-Grid Solar For Remote Areas Will Require New Business Models
2. IoT : Ingenu veut bousculer Lora et Sigfox en Europe avec sa technologie RPMA
3. Schneider Electric & Arcadia Power Partner To Offer Wiser Air Thermostat For $0
Upfront
4. Girish Shivakumar: The electric grid, prosumers and climate change risks
5. UK Studying Track Side Solar Panels To Power Electric Trains −
6. Smart City – What’s the Business Models?
7. Kayrros, le Big Data au service de la prévision pétrolière
8. Elum ou comment un industriel peut réduire sa facture d'électricité - EnergyStream
Low-Cost Off-Grid Solar For Remote
Areas Will Require New Business Models
Source URL: https://cleantechnica.com/2017/01/10/low-cost-off-grid-solar-remote-
areas-will-require-new-business-models/
January 10th, 2017 by Joshua S Hill
Solar energy has been identified as a potential low-cost and highly-efficient means of
providing electricity to those in off-grid remote areas, but a new study has concluded that
with little access to financial resources, new business models will be required to make this
happen.
For many years, the traditional thinking has been that, to provide reliable electricity to
those living without access to basic electricity services — often in remote and very poor
areas of the world — large-scale infrastructure and fossil fuel energy generation
technology was required. In 2014, a report published by Peabody Energy claimed that
coal was “essential to meet the scale of Africa’s desperate need for electricity” — a
blatant lie and horrifying misrepresentation of the new global energy reality.
However, over the last decade, with the rise and proliferation of solar energy throughout
the first world, these assumptions have changed, with many now considering the benefits
of large-scale deployment of renewable energy technologies like solar energy across
developing nations and remote areas. One of the primary reasons for this shift away from
fossil fuels is the fact that fossil fuels like coal require massive infrastructure to deliver
electricity — infrastructure that is missing in developing countries (and could be used a
guide for whether a country is ‘developing’ or not) and is well beyond their ability to
finance and develop. Comparatively, solar can be developed without the massive
infrastructure, delivering clean electricity onsite
More than 1.2 billion people currently live on planet Earth without access to basic
electricity. These people are primarily living in developing nations, and live in rural and
isolated areas in high poverty conditions.
Over the past few years, investment in renewable energy development throughout
developing nations has increased dramatically.
A Pew Charitable Trusts study published in early-2015 showed that investment and
deployment of electricity infrastructure was shifting into the “global south” — the
collective name for the developing economies located below the prosperous north. In
addition, this shift incorporated a turn away from fossil fuels toward clean energy
technologies. Just under a year later, this shift had resulted in a return on investments in
renewable energy projects across emerging markets providing returns that are on average
28% higher than returns on renewable energy projects in Europe or North America.
However, a new study released this month has shown that low-cost off-grid solar energy
will likely require new business models to be able to reach these rural and poor
communities.
According to Inara Scott, an assistant professor in the College of Business at Oregon
State University, developing a successful business model that is able to deliver off-grid
solar energy to these poverty-stricken communities must address challenges unique to
each community. These communities inherently don’t have the finances necessary to
jump at solar, and don’t have access to the commercial institutions or markets necessary
to deliver solar electricity. Add in the inherent difficulty in developing renewable energy in
remote locations (though it is still less of a problem than developing fossil fuel) and you
end up with a problem.
“Surviving and growing in this market is very different than in a typical commercial
enterprise,”said Inara Scott. “There are a lot of people working on off-grid solar products
on the small scale, but the problem becomes how can they scale the programs up and
make them profitable?”
But these problems are worth solving. Providing electricity to these remote communities
have literal life-changing results. Children are better equipped to attend school because
they can suddenly use light at home to study by. Health is impacted as well, as the need
for dirty kerosene lamps disappears, removing indoor air pollution. Additionally, electricity
can extend working hours for adults, which means a better change to earn money or build
a business.
“Providing electricity starts an incredible cycle of improvement for communities without
reliance on charities or government aid,” explained Scott. “There are also environmental
benefits to encouraging sustainable development using renewable resources.”
Scott’s research concluded that a successful renewable energy enterprise dedicated to
serving these remote communities would have four components:
Community interaction: Work with local communities to understand local norms,
culture, social issues and economic systems that might influence the effort.
Partnerships: Join forces with other companies, government organizations, non-
profit groups or non-governmental organizations to share ideas and resources and
gain support.
Local capacity building: People in the community may lack product knowledge and
have little experience with technology, while the community may not have typical
distribution channels. Consider the potential customers as both producers and
consumers, training local entrepreneurs as distributors, marketers and equipment
installation/repair technicians.
Barriers unique to the off-grid market: Address issues such as financing of upfront
costs, which may be prohibitive to consumers; educate people on the products and
their benefits; build trust in quality and reliability; and develop multiple strong
distribution networks.
“You’re not going to be successful just trying to sell a product,” she said. “This is really a
social enterprise, with the goal of trying to bring people out of poverty while also
emphasizing sustainable development.”
IoT : Ingenu veut bousculer Lora et Sigfox
en Europe avec sa technologie RPMA
Source URL: http://www.silicon.fr/iot-ingenu-vise-europe-technologie-rpma-
167178.html
Fort d’une technologie LPWA qui se distingue de Lora et Sigfox sur plusieurs points
essentiels, l’opérateur américain d’IoT Ingenu devrait arriver en Europe en 2017.
Les acteurs de Lora et Sigfox s’apprêtent à affronter un nouveau concurrent sur le
marché de l’Internet des objets (IoT) en Europe. Et pas franchement un débutant.
L’Américain Ingenu déploie son réseau dédié aux objets connectés et autres systèmes
M2M depuis 7 ans aux Etats-Unis. Des réseaux déployés à Las Vegas, Boston, Los
Angeles, Jacksonville, Atlanta, Columbus ou encore à la Nouvelle Orléans pour y exploiter
des solutions de logistique, d’agriculture connectée, de smart cities, d’énergie ou de
mesure de l’environnement.
Couvrir 50 % de la population mondiale
Aujourd’hui, on retrouve également son « Machine Network » au Canada, au Chili, au
Japon, en République Dominicaine et au Nigeria, notamment. Au total, 38 réseaux
déployés à ce jour dans le monde. Et des accords de licence avec des partenaires ont été
signés en Australie, Chine, Nouvelle-Zélande, Indonésie, Taïwan, Thaïlande, Afrique du
Sud et aux Émirats Arabes Unis. Bref, il ne reste guère que l’Europe qui échappe encore à
Ingenu.
L’opérateur basé à San Diego n’a cependant officiellement rien annoncé. Mais, il
ambitionnerait de planter son premier réseau sur le Vieux Continent dès cette année, croit
savoir le journal spécialisé IoT Global Network. En février 2016, le CEO de la société, John
Horn, annonçait vouloir se déployer dans 25 pays sur six continents (en distinguant
l’Amérique du Nord de l’Amérique du Sud) couvrant plus de 50 % de la population
mondiale. Difficile de ne faire l’impasse sur l’Europe dans une telle ambition. Et l’accord
passé en novembre 2016 avec le fournisseur suisse de composants électroniques et de
modules U-Blox tend à confirmer l’intérêt d’Ingenu pour le marché européen. Le premier
module issu de ce partenariat, le Nano-S100 dédié aux suivis des biens et aux compteurs
connectés, devrait arriver sur le marché dans le courant du premier trimestre.
80 MHz de bande libre exploités
Pour affronter ses concurrents, Ingenu met en avant les capacités de sa technologie de
communication pour les réseaux bas débit et longue portée (LPWAN) dédiée aux objets
connectés. Baptisée RPMA (Random Phase Multiple Access ou accès multiple par phase
aléatoire), ce protocole bidirectionnel s’appuie sur les 80 MHz de la bande libre des 2,4
GHz. Notamment utilisée pour le Wifi, ce spectre présente l’avantage d’être disponible à
l’échelle de la planète ce qui renda prioriuniversel l’accès à RPMA quand les autres
bandes libres à basse fréquence ne disposent d’aucune base commune internationale
(915 MHz en Amérique du Nord et Océanie, 868 MHz en Europe, 780 MHz en Asie…).
D’autre part, chaque canal de la technologie d’Ingenu utilise 1 MHz de largeur de spectre.
Ce qui, avec un autre MHz tampon, lui permet d’exploiter 40 canaux par antenne. Soit
une bande passante 85% plus large que celles des autres technologies LPWA, assure
Ingenu. Le RPMA supporte jusqu’à 2 millions de connexions par point d’accès. Et un
point haut peut couvrir jusqu’à 640 km carrés (400 miles carrés). Un département comme
le Rhône (3 200 km2) pourrait ainsi être couvert avec 17 antennes. Soit 15 000 dollars
(14 000 euros), assure l’opérateur qui a levé 118 millions de dollars en cinq tours de table.
Un complément à Lora
Sur le papier, le RPMA présente donc des avantages certains sur les technologies
concurrentes Lora et Sigfox. Un point d’accès d’Ingenu permettrait de couvrir l’équivalent
de 18 antennes Lora, de 70 antennes chez Sigfox, et de 30 accès NB-IoT sur réseaux
cellulaires, rapporte le blogueur expert Bob Emmerson sur IoT Global Network. La durée
de vie des modules peut atteindre une vingtaine d’année, soit le double de celle
annoncée par la concurrence. Quant à la sécurité des communications, elle est assurée
par un chiffrement à 256 bits et une authentification à double sens garantie par un hash
de 16 bits. « Ce qui signifie qu’il y a seulement un 1 chance sur 2 256 que quelqu’un
devine aléatoirement la signature », calcule l’expert.
Si Ingenu a (sur le papier) tout pour plaire, il lui restera néanmoins à conquérir un territoire
aujourd’hui grandement occupé par Sigfox (présent dans une quinzaine de marchés
européens ainsi qu’aux Etats-Unis) et par les opérateurs mobiles qui ont recours à Lora
pour opérer leurs offres de services IoT à l’échelle nationale (comme Bouygues Telecom
et Orange en France). Sans parler des futurs déploiements de technologies IoT sur les
réseaux mobiles LTE (NB-IoT principalement pour les objets à faible consommation de
données). Mais des complémentarités ne sont pas à exclure. « LoRa et RPMA pourraient
se compléter dans des scénarios impliquant un réseau local comprenant des centaines,
voire quelques milliers d’appareils communiquant avec une passerelle MultiTech
compatible Lora, souligne Bob Emmerson. Un module RPMA intégré à la passerelle [Lora]
permettrait alors une connectivité de grande portée sur les réseaux RPMA. » Autrement
dit, la technologie d’Ingenu pourrait aider les réseaux Lora à élargir leur portée. Il restera
néanmoins à vérifier la stratégie de l’opérateur américain. A l’occasion du Mobile World
Congress (MWC) de Barcelone fin février prochain ?
Schneider Electric & Arcadia Power
Partner To Offer Wiser Air Thermostat For
$0 Upfront
Source URL: https://cleantechnica.com/2017/01/11/schneider-electric-arcadia-power-
partner-offer-wiser-air-thermostat-0-upfront/
January 11th, 2017 by Derek Markham
In what might be an industry first for smart thermostats, a new partnership will offer
customers a Wiser Air Thermostat for $0 upfront, which will be paid for through a pay-as-
you-save program. The partnership between Schneider Electric, which is the company
behind the Wiser Air device, and Arcadia Power, which offers US customers clean “energy
as a service,” aims to combine the energy management expertise of Schneider with the
utility billing platform of Arcadia.
According to the press release, new customers can sign up with Arcadia Power, which will
give them the option to offset some or all of their electrical consumption with wind energy
or community solar, after which Schneider Electric will send its Wiser Air thermostat direct
to their home, anywhere in the US, for zero money down. The customers allow Arcadia to
manage their electric bill, and the energy savings gained by using the new smart
thermostat over time will help pay for the cost of the device.
The Wiser Air thermostat is said to deliver “energy efficient comfort” thanks to its self-
learning feature, which avoids the need for residents to manually create a schedule or
input desired temperature points, and the device is said to “reduce energy costs by as
much as 30%.”
“Thermostats are the energy ‘brain’ of the home, and with Wiser Air we can upgrade all
customers at no cost to them. Not only will customers have more control with the smart
thermostat, but they’ll save money over time. It takes just three minutes to make their
home smart and efficient.” – Kiran Bhatraju, Founder and CEO of Arcadia Power
In addition to the ‘free’ smart thermostat available through this partnership, the two
companies are said to also be working to integrate time-of-use and demand response
programs into the thermostat offer, which could unlock additional savings for consumers.
Find out more about the $0-upfront Wiser Air offerat Arcadia Power.
Girish Shivakumar: The electric grid,
prosumers and climate change risks
Source URL: http://masdar.ae/en/intiatives/detail/girish-shivakumar-the-electric-grid-
prosumers-and-climate-change-risks
Electricity generation accounts for nearly 50% of CO2 emissions in the world. Renewable
Energy (RE) sources have begun to account for a significant share in the grid mix thereby
reducing the emissions Year on Year (YoY). An increasing RE in the electric grid is not a
straight solution to reduce carbon emissions and combat climate change. RE is
intermittent and in order to completely leverage it there is a need for a technological
solution that also captures the economic benefits of this low carbon transition.
carbcarbon transition.carbon transition.
The electric grid of today
Image © Author
In most parts of the world the electric grid is predominantly unidirectional with a small
percentage of bidirectional flow originating from grid connected rooftop systems. Even
with increase in RE in the grid the impact on climate change mitigation will remain
insignificant if the end consumer doesn’t interact with the system.
The electric grid of the future
The transition to a low carbon world implies switching to a fuel source that is not only
environment friendly but is free thereby reducing the overall operational costs in the long
run. The grid infrastructure wouldn’t transfer the net benefit unless there is a seamless
bidirectional communication between the source and the consumer in other words it has
to turn into a ‘smart grid’.
Image © Author
Image © DOE
According to EPRI “Smart grid represents, the migration from the current grid with its one-
way power flows from central generation to dispersed loads, towards a new grid with
two-way power flows., two way and peer to peer customer interactions, distributed
generation, distributed intelligence, command and control”
Prosumers’
Installing distributed energy systems like solar photovoltaic panels empowers people to
shift from being a passive consumer of electricity to a Prosumer who sells power to the
utility. The financial incentives like Feed in Tariff (FiT) are quite popular around the world.
But the real potential of such systems will be leveraged when technological
advancements like smart grids are in place and smart meters are the norm.
Smart Meters
In the evolving connected world every device around us is
turning smart and its quite natural that the source powering them all is smart too (if not
smarter). Germany and Italy have been pioneers in smart meter implementation, the
former driven by a buoyant adoption of rooftop solar PV.
Why do we need a smart grid?
RE is intermittent as widely known. In an ideal case we would prefer power production at
times when we consume. In real world to meet power demand when RE generation is low
there is a need to look for alternatives which in general happens to be turning on the fossil
fuel power plants just to ‘keep the lights on’ as the utility would claim.
In order to mitigate the potential damage caused by these scenarios it is critical to ensure
the fossil fuel powered plants are not turned on, let alone operate them at a lower
efficiency thereby compounding the damage. Battery storage will be a key breakthrough
but unless the devices and the grid is in place, the net effect of energy storage will be
minimal.
Can prosumers make an impact?
Technology at the RE generator level enables forecasting at a better accuracy on a day
ahead level. The information if shared to the consumers by utilities along with the price
incentive will enable them to shift loads to low price periods thereby reducing the net
overall demand. Demand Side Management (DSM) is another possibility considering the
penetration of smart meters at residential consumer level. Utilities and DSM service
providers anticipate that with technological advancements, prosumers will not only be
able to sell their excess PV but also be able to automate their battery backup systems to
respond to utility signals by discharging energy back to the grid during peak load.
Overall, technological adoption will be key to ensure a successful RE transition. The idea
of smart grid and smart meters controlling the devices has been mooted for long but with
an increasing RE capacity addition, the technology will be indispensable. The penetration
of intelligent appliances in households will leverage the smart grid technology in delivering
value thereby providing the prosumers’ (who will be a significant majority) with a tool to
know more about their electricity use, reduce demand, cost and carbon emissions.
UK Studying Track Side Solar Panels To
Power Electric Trains −
Source URL: http://solarlove.org/uk-studying-track-side-solar-panels-power-electric-
trains/
January 11th, 2017 by Steve Hanley
Electrical grids are inefficient and outdated. A partnership between Imperial College
London and 10:10, a climate change organization, is exploring the possibility of installing
solar panels along side railway lines and using them to power electric trains directly.
Rather than feeding electricity from the panels back into the grid to be redistributed to the
railway system, the idea of connecting trains directly to the solar panels would be far
more efficient.
According to the university, the research team will be the first in the world to test the
“completely unique” idea, which it said would have a “wide impact with commercial
applications on electrified rail networks all over the world. It would also open up
thousands of new sites to small and medium scale renewable developments by removing
the need to connect to the grid.”
The British train authority, National Rail, is already investing heavily in increasing the
number of trains in the UK that are powered by electricity in order to curb costs and
reduce greenhouse gas emissions from the the railway system.
In many rural areas of the UK, the electrical grid has reached its limit for both integrating
distributed energy generation and supplying power to train firms. “What is particularly
galling is that peak generation from solar and peak demand from the trains more or less
match but we can’t connect the two,” explained 10:10’s Leo Murray, who is leading the
project. “I actually believe this represents a real opportunity for some innovative thinking.”
The project will start by studying how to convert existing third rail systems which supply
electricity through an auxiliary rail running alongside the main rails. “Many railway lines run
through areas with great potential for solar power but where existing electricity networks
are hard to access,” explained professor Tim Green, director of Energy Futures Lab at
Imperial College London.
The university will collaborate on the technical aspects of the project with Turbo Power
Systems — a firm that works on distribution and management of power in the railway
sector — while 10:10 is leading on research looking at the size of the long-term power
purchase agreement (PPA) market for directly connecting renewables to transport
systems. “I don’t think you get a better fit for PPA than a train line,” added Murray. “A rural
train line even more so, the project would open up many investment opportunities across
the country and further afield.”
Solar power is often best used in microgrids which provide electricity directly to the areas
near where it is generated. Microgrids are especially important to rural areas and places
where no grid infrastructure currently exists.
The research is spurred by news that as of the first of the year, every one of the trains
operated by NS, the railway company owned by the government of the Netherlands, are
now being powered entirely by wind energy. NS teamed up with energy firm Eneco in
2015 to develop strategies for reducing its emissions. The transition to using 100%
renewables for all its trains occurred a year sooner then the original 2018 target date.
Smart City – What’s the Business
Models?
Source URL: https://iotworld.co/2017/01/13/smart-city-whats-the-business-models/
Frost & Sullivan suggested 4 Smart City Business Models. [Source: “Global Smart City
Market”, 2013]
1. Build Own Operate (BOO) – The smart city planner independently builds the city
infrastructure and delivers smart city services. The operation and maintenance of
the services are fully under the planner’s control
2. Build Operate Transfer (BOT) – The smart city planner appoints, a trusted partner
to build the city infrastructure and provide smart city services for a particular area
within a period. After completion, the operation is handover to the smart city
planner.
3. Open Business Model (OPM)– The city planner allows any qualified company or
business organization to build city infrastructure and provide city services. The city
planner, however, will impose some regulatory obligations.
4. Build Operate Manage (BOM) – The smart city planner appoints a trusted partner
to develop city infrastructure and services. The partner operates and manages the
smart city services. The city planner has no role further. Most of the public-private
partnerships are build on this model.
Sometimes the dilemma is in the scale of deployment. It’s good to start small, but the
impact will not be as effective. It’s also good to deploy big time but the cost can be
unbearable, and the risk can be high. Technology moves too fast and can make
infrastructure obsolete before getting the ROI.
To help government leaders find the resources and make an investment in a pilot project,
it is recommended:
Educate key decision makers and build support.
Use success stories from other cities and vendor ROI and other performance
metrics to make the business case.
Aim for investment in discrete point solutions as pilots.
Find key private sector and university partners.
Depending on the economic, readiness, complexity and probably culture of a country, the
business model can vary between one country and the other. We have a fascinating
discussion (please join the discussion) in this Forum which posed the question “Who Pays
for Smart Cities Initiatives?”.
We want to see how the investment on Smart Cities pays by itself. It’s excellent and
fortunate when Government have the vision and allocate funds for smart cities trials. What
if they don’t? How do we start such initiatives?
About the Author
Dr. Mazlan Abbas is an IOT Evangelist, Thought Leader and CEO of REDtone IOT. You
can reach him on LinkedIn at https://my.linkedin.com/in/mazlan/ or Twitter
at http://twitter.com/mazlan_abbas . Check all presentation slides HERE.
For further details, check out http://about.me/mazlan.abbas
About these ads
Kayrros, le Big Data au service de la
prévision pétrolière
Source URL: http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/actu/0211595063703-kayrros-le-
big-data-au-service-de-la-prevision-petroliere-304388.php#Xtor=AD-6000
Créée en 2016, la société Kayrros vient de lever 9 millions
d'euros. Fondée par des anciens de Schlumberger, elle
prévoit les flux de production ou de consommation de
pétrole et de gaz.
C'est une association de talents improbable qui phosphore au troisième étage de cet
immeuble anonyme de la rue de Richelieu, à Paris. D'un côté, Antoine Rostand, ex-
Schlumberger, et ses trente ans d'expérience au plus haut niveau dans le pétrole et le
conseil. De l'autre, une quinzaine de jeunes cerveaux, frais émoulus des grandes écoles
ou universités françaises et internationales les plus prestigieuses, et capables de jongler
avec une quantité gigantesque de données (le fameux Big Data). Bienvenue chez Kayrros,
la jeune pousse qui prévoit les flux de production, de stockage ou de consommation
de pétrole ou de gaz sur la planète.
« Aujourd'hui, les données sur les flux physiques sont de très mauvaise qualité : soit elles
sont gardées secrètes sur ce marché très opaque, soit elles sont publiées avec plusieurs
années de retard »,explique Antoine Rostand, président et l'un des cinq fondateurs de la
société.« Or un grand nombre d'informations sont en réalité disponibles en temps réel :
l'incroyable puissance de calculdésormais disponible pour un coût modeste permet
aujourd'hui de les analyser. »
Des parrains prestigieux
A partir de données publiques (trafic routier, statistiques douanières, données
environnementales ou techniques, activité des navires pétroliers ou des pipelines, etc.),
d'images satellites, ou encore d'informations recueillies sur les réseaux sociaux, les
ingénieurs de Kayrros conçoivent des modèles complexes permettant non seulement de
reconstituer le passé proche, mais aussi d'effectuer des prévisions à court terme. « Sur
un horizon de trois à six mois, nous parvenons à des résultats de bonne qualité »,
avance Antoine Rostand.
Créé en février 2016, basé à Paris, Kayrros vient tout juste de boucler un deuxième tour
de table de 9 millions d'euros, mené par Index Ventures. La société bénéficie du soutien
de parrains prestigieux, comme l'ex-patron de Schlumberger Andrew Gould, ou, en
France, l'ancien PDG de Paribas André Levy Lang : tous deux sont investisseurs de la
première heure (le premier tour d'amorçage a porté sur 2 millions d'euros) et membres du
conseil de la jeune pousse. Antoine Rostand s'est aussi entouré de mathématiciens et de
chercheurs de haut niveau, cofondateurs de Kayrros, ainsi que de pointures dans le
secteur de l'énergie.
La société a de grandes ambitions. Lemarché de l'intelligence sur l'énergie représente
4 à 5 milliards de dollars, mais il reste qualitatif et très peu quantitatif.« Les besoins sont
immenses, et nous sommes les seuls à faire ce qu'on fait », avance Antoine Rostand.
Kayrros espère séduire les traders de pétrole et de gaz, les raffineurs, les « hedge funds »,
les banques, les compagnies pétrolières, les grands consommateurs d'énergie et même,
à terme, les maires ou les gouvernements. « Nous commençons par le pétrole et le gaz,
mais nous regarderons à terme l'ensemble du mix énergétique »,précise le dirigeant.
Ayant passé ses premiers mois à bâtir son offre, la jeune pousse, qui a commencé à
tester ses produits chez quelques clients potentiels, compte entrer dans une phase
commerciale active dès le premier trimestre 2017.
Elum ou comment un industriel peut
réduire sa facture d'électricité -
EnergyStream
Source URL: https://www.energystream-wavestone.com/2017/01/elum-industriel-
reduire-facture-delectricite/
Elum est l’une des startups françaises qui ambitionnent de révolutionner le monde de
l’énergie. Récompensée par déjà de nombreux prix,notamment lauréat de la Greentech
Verte(concours organisé par Ségolène Royale et le Ministère de l’Environnement, de
l’Energie et de la Mer), et présente à la COP22, Elum est une start-up à suivre. Ainsi, nous
avons rencontré l’un de ses cofondateurs, Karim El Alami qui a accepté de nous présenter
son projet entrepreneurial.
Bonjour Karim, pouvez-vous nous décrire en quelques
mots la start-up ELum ?
Elum développe une plateforme logicielle l’Energy OS qui permet aux bâtiments
industriels et commerciaux d’être à la fois producteurs et consommateurs d’énergie.
L’Energy OS grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle avancés permet d’optimiser
les flux d’énergie entre les panneaux photovoltaïques, les batteries, le réseau et le
bâtiment (figure 1). De manière concrète, nous récupérons différentes données provenant
du bâtiment : des données de consommation, de météorologie, opérationnelles et des
données liées à la tarification de la facture d’électricité. De là, l’algorithme va prédire la
consommation du bâtiment et la production solaire et va par la suite optimiser la charge
et la décharge de la batterie en prenant en compte ces prévisions. Par exemple dans
certains pays, la tarification dépend de l’heure de la journée avec des heures creuses peu
chères et des heures de pointes chères, l’algorithme va donc charger la batterie la
quantité optimale d’énergie en heure creuse et décharger cette énergie en heure de pointe
permettant au client une réduction de facture.
Figure 1 : Positionnement et offre d’Elum
L’objectif est la réduction de facture de l’électricité pour l’industriel de 20%, réduction des
gaz à effet de serre de 30% provenant de sa consommation électrique et une sécurisation
de son alimentation en éliminant les microcoupures qui sont problématiques pour
certaines industries dans les pays émergents.
Comment est née la startup ELum ?
Le projet a émergé suite à la rencontre avec Cyril Colin, cofondateur d’Elum, lorsque nous
étions en double diplôme à UC Berkeley en Californie. Nous avions travaillé pendant un
an dans un laboratoire sur les smart grids. Ayant eu une expérience dans l’optimisation
des processus industriels dans une usine à la zone Franche de Tanger, j’avais pensé que
réduire la facture énergétique était essentielle dans le développement de l’industrialisation
du Maroc car elle constitue le deuxième voire le premier poste de dépenses devant les
salaires des employés. Une solution intelligente, verte et durable semble adaptée dans ce
contexte au Maroc et en Afrique de manière plus générale. Avec notre formation
entrepreneuriale dispensée à l’Ecole Polytechnique, nous avons donc décidé de créer une
startup voulant contribuer à la transition énergétique dans les pays européens et africains.
Une fois notre cursus achevé nous avons intégré l’accélérateur CleanTech Open à San
Francisco considéré comme étant le meilleur accélérateur dans les énergies
renouvelables, puis nous avons créé par la suite l’entité Elum en France et intégré les
incubateurs parisiens d’Agoranov et d’Impulse Partners.
Alors qu’un certain nombre de startups, bien que
françaises, choisissent de se délocaliser rapidement
dans la Silicon Valley, vous avez fait le choix inverse de
quitter les États-Unis pour revenir en France ; pourquoi
?
La Silicon Valley est en effet très attrayante pour tous ceux qui souhaitent démarrer une
startup innovante. Il y a là un écosystème très avancé qui regroupe universités (Berkeley,
Stanford), incubateurs (YCombinators pour ne citer qu’eux), investisseurs et startups
ayant réussi qui est unique en son genre aux États-Unis. Cependant, nous avons fait le
choix de revenir en France car nous pensons que du fait de la nature de notre activité
portée sur l’intelligence artificielle et sur les marchés que nous visons, être en France est
un atout considérable.
La France présente un environnement propice au développement des startups
technologiques telles que la nôtre. Elle propose un écosystème très favorable au
développement de la startup avec la présence d’incubateurs d’excellence. Nous sommes
actuellement incubés à Agoranov et à Impulse Partners Energy&Construction.
Le secteur de l’énergie est en train d’opérer une révolution grâce à la technologie solaire
qui va bouleverser la manière de consommer son énergie dans les pays européens et
africains. Être en France constitue donc un atout pour comprendre ces enjeux et permet
de déployer sa technologie sur ces deux continents. De plus, sa formation scientifique et
mathématique est reconnue. Ce n’est pas pour rien qu’il y a plus de 60 000 français à la
Silicon Valley. La formation scientifique en France est excellente et reconnue au-delà des
frontières françaises. Si certains font le choix d’aller aux Etats-Unis d’autres préfèrent
baser leur R&D en France comme Cisco, Facebook, Google. Preuve de l’excellence des
ingénieurs que la France forme. Il est donc plus facile pour nous de recruter des
ingénieurs de bon niveau.
Quels sont les problèmes auxquels les bâtiments
industriels sont confrontés ? Comment y répondez-vous
?
Aujourd’hui les bâtiments industriels sont uniquement dépendants d’un réseau
d’électricité centralisé. Cet état de fait les rend vulnérables et fragiles vis à vis de leur
fourniture d’électricité qui est vitale pour leur activité. Cette fragilité peut être économique
par les augmentations des tarifs d’électricité mais elle peut aussi se matérialiser via des
coupures d’électricité qui entrainent des dommages matériels au niveau des machines
ainsi que des pertes d’exploitation qui peuvent s’avérer conséquentes.
Pour répondre à cette problématique, nous encourageons les industriels à produire et
consommer localement leur énergie via l’installation des panneaux solaires, batteries ainsi
que de la mise en place de l’Energy OS.
Nous opérons ce processus par 3 étapes :
1/ Compréhension : nous installons des capteurs intelligents qui permettent de visualiser
la consommation en temps réel des machines. Grâce à cela, nous pouvons avoir une
traçabilité de la consommation énergétique et ainsi réduire la facture d’énergie en amont.
2/ Conception : Une fois les capteurs installés, nous utilisons ces données pour
dimensionner et déterminer le bon nombre de panneaux photovoltaïques et batteries afin
de garantir le retour sur investissement de cette installation et permettre la meilleure
réduction de facture possible.
3/ Opération : Une fois le système énergétique installé nous mettons en place le logiciel
qui va déterminer la meilleure allocation d’énergie entre la production solaire future et la
consommation future du bâtiment. Ce logiciel repose sur des algorithmes qui apprennent
les habitudes de consommation et de production du bâtiment de manière automatique.
Nous visons 2 marchés principaux. Le premier est le marché connecté au réseau. On peut
penser aux bâtiments industriels et commerciaux qui paient déjà leur facture d’électricité.
Le second est le marché non connecté au réseau et qui ne fonctionne principalement
qu’avec des générateurs diesel. L’intérêt de notre solution est de réduire la consommation
de carburant.Comme cas d’application, nous pouvons penser à l’industrie minière, au
pompage d’eau ou encore aux tours de télécommunications hors réseau.
Le concept d’ELum est basé sur un besoin de
décentralisation de l’énergie, pensez-vous que ce
phénomène de décentralisation de l’énergie va
s’accroître ? Pourquoi ?
Nous sommes en train d’assister à une révolution dans le domaine de l’énergie : la baisse
spectaculaire des prix des modules photovoltaïques, et la baisse des coûts du stockage
qui rendent l’autoconsommation possible dans certaines géographies et certaines
situations. Une étude de Lazard (voir figure 2) démontre la baisse massive des coûts des
technologies renouvelables.
Au XXème ces solutions décentralisées existaient mais n’étaient pas compétitives par
rapport aux centrales de production (mines, gaz, nucléaire, charbon). Cette baisse du
coût de revient provenant de l’électricité renouvelable change la donne et va bouleverser
le paysage énergétique des prochaines années.
Figure 2 : La baisse des coûts du solaire et de stockage étudiée par Lazard (2015)
Et en particulier, pensez-vous que ce processus de
décentralisation va s’accroître en France ? Pourquoi ?
Des initiatives en France ont vu le jour et montrent clairement la volonté des industriels et
commerciaux à réfléchir au système d’autoconsommation comme étant un modèle
économique viable par rapport au tarif d’électricité. Par ailleurs, la France a été pionnière
dans le développement du stockage notamment dans les zones non interconnectées. Du
fait de la haute pénétration des énergies renouvelables (>30%) dans les territoires
d’outremer, tous les nouveaux projets renouvelables devront comporter du stockage pour
stabiliser le réseau. C’est la raison pour laquelle la Commission de Régulation de l’Energie
a lancé un appel d’offres (une initiative pionnière) pour la mise en place d’installations
couplant production solaire et stockage. Cependant quelques obstacles sont à lever
notamment au niveau de la législation française pour favoriser le développement des
technologies renouvelables distribuées.

Contenu connexe

En vedette

J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69
J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69
J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69
Ding Y Oh
 
Exercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivos
Exercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivosExercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivos
Exercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivos
Pastor Juscelino Freitas
 
EPC Congress 2016 Downs & Downs
EPC Congress 2016 Downs & DownsEPC Congress 2016 Downs & Downs
EPC Congress 2016 Downs & Downs
Charlotte Downs
 
De la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigur
De la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigurDe la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigur
De la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigur
Costin Raiu
 
Letter of merit ccna 1
Letter of merit ccna 1Letter of merit ccna 1
Letter of merit ccna 1
Diego Heynes
 
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 1 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 1 de 2 Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 1 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 1 de 2
comlasne
 
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 2 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 2 de 2Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 2 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 2 de 2
comlasne
 
In vitro fertilization
In vitro fertilizationIn vitro fertilization
In vitro fertilization
Puja Saha
 
Egutegia 15-16
Egutegia 15-16Egutegia 15-16
Egutegia 15-16
LARRAUL
 
Data Driven Decision Making: Making Data Useful
Data Driven Decision Making: Making Data UsefulData Driven Decision Making: Making Data Useful
Data Driven Decision Making: Making Data Useful
The Audience Agency
 

En vedette (10)

J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69
J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69
J. Antimicrob. Chemother.-2014-Oh-2458-69
 
Exercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivos
Exercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivosExercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivos
Exercícios de língua portuguesa substantivos e adjetivos
 
EPC Congress 2016 Downs & Downs
EPC Congress 2016 Downs & DownsEPC Congress 2016 Downs & Downs
EPC Congress 2016 Downs & Downs
 
De la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigur
De la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigurDe la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigur
De la I.A. la calcul paralel, pentru un univers cibernetic mai sigur
 
Letter of merit ccna 1
Letter of merit ccna 1Letter of merit ccna 1
Letter of merit ccna 1
 
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 1 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 1 de 2 Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 1 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 1 de 2
 
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 2 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 2 de 2Vie à Lasne 139 de mars 2016   partie 2 de 2
Vie à Lasne 139 de mars 2016 partie 2 de 2
 
In vitro fertilization
In vitro fertilizationIn vitro fertilization
In vitro fertilization
 
Egutegia 15-16
Egutegia 15-16Egutegia 15-16
Egutegia 15-16
 
Data Driven Decision Making: Making Data Useful
Data Driven Decision Making: Making Data UsefulData Driven Decision Making: Making Data Useful
Data Driven Decision Making: Making Data Useful
 

Similaire à Revue de presse IoT / Data du 15/01/2017

141120 cateura digipolis smart grids France
141120 cateura digipolis smart grids France141120 cateura digipolis smart grids France
141120 cateura digipolis smart grids France
Olivier CATEURA, PhD
 
Presentation ademe nedo
Presentation ademe nedoPresentation ademe nedo
Presentation ademe nedo
PEXE
 
DP Numérique responsable 2022
DP Numérique responsable 2022DP Numérique responsable 2022
DP Numérique responsable 2022
Romain Spinazzé
 
Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017
Romain Bochet
 
Inf'OSE juin/juillet 2018
Inf'OSE juin/juillet 2018Inf'OSE juin/juillet 2018
Inf'OSE juin/juillet 2018
Baptiste Metz
 
La technologie des smart grids - Fabien Hegoburu
La technologie des smart grids - Fabien HegoburuLa technologie des smart grids - Fabien Hegoburu
La technologie des smart grids - Fabien Hegoburu
Fabien Hegoburu
 
Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019
Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019
Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019
Cluster TWEED
 
SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017
SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017
SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017
SOREA
 
Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...
IE-Club
 
Livre blanc Réseaux électriques intelligents Gimélec
Livre blanc Réseaux électriques intelligents GimélecLivre blanc Réseaux électriques intelligents Gimélec
Livre blanc Réseaux électriques intelligents GimélecGimélec
 
Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020
Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020
Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020
Felice Bonetto
 
Compte-Rendu rencontre du groupe Energie du Datalab
Compte-Rendu rencontre du groupe Energie du DatalabCompte-Rendu rencontre du groupe Energie du Datalab
Compte-Rendu rencontre du groupe Energie du Datalab
Datalab_PDL
 
Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011
Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011
Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011IDATE DigiWorld
 
122 Inf'OSE Avril 2017
122 Inf'OSE Avril 2017122 Inf'OSE Avril 2017
122 Inf'OSE Avril 2017
Baptiste CALMETTE
 
Infose Juin-Juillet 2017 N°124
Infose Juin-Juillet 2017 N°124Infose Juin-Juillet 2017 N°124
Infose Juin-Juillet 2017 N°124
Baptiste CALMETTE
 
B1 smart electricity_sogetihightech
B1 smart electricity_sogetihightechB1 smart electricity_sogetihightech
B1 smart electricity_sogetihightechRégis Gautheron
 
Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...
Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...
Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...
AUEG
 
Séminaire Smart-Grid | TECHNIFUTUR
Séminaire Smart-Grid | TECHNIFUTURSéminaire Smart-Grid | TECHNIFUTUR
Séminaire Smart-Grid | TECHNIFUTUR
Cluster TWEED
 

Similaire à Revue de presse IoT / Data du 15/01/2017 (20)

141120 cateura digipolis smart grids France
141120 cateura digipolis smart grids France141120 cateura digipolis smart grids France
141120 cateura digipolis smart grids France
 
Presentation ademe nedo
Presentation ademe nedoPresentation ademe nedo
Presentation ademe nedo
 
DP Numérique responsable 2022
DP Numérique responsable 2022DP Numérique responsable 2022
DP Numérique responsable 2022
 
Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 08/01/2017
 
Inf'OSE juin/juillet 2018
Inf'OSE juin/juillet 2018Inf'OSE juin/juillet 2018
Inf'OSE juin/juillet 2018
 
La technologie des smart grids - Fabien Hegoburu
La technologie des smart grids - Fabien HegoburuLa technologie des smart grids - Fabien Hegoburu
La technologie des smart grids - Fabien Hegoburu
 
Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019
Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019
Projets de la transition énergétique : états des lieux | TWEED - 25 avril 2019
 
SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017
SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017
SOREA Mag' n°5 - La newsletter électrique - Novembre 2017
 
Dossier de presse sgv
Dossier de presse sgvDossier de presse sgv
Dossier de presse sgv
 
Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...
Compte-rendu conférence "Green Economy : Objets Connectés et Opportunités cré...
 
Livre blanc Réseaux électriques intelligents Gimélec
Livre blanc Réseaux électriques intelligents GimélecLivre blanc Réseaux électriques intelligents Gimélec
Livre blanc Réseaux électriques intelligents Gimélec
 
Smart Grids Paris 2013
Smart Grids Paris 2013Smart Grids Paris 2013
Smart Grids Paris 2013
 
Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020
Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020
Rapport d'activité - L'état d'internet en France - Édition 2020
 
Compte-Rendu rencontre du groupe Energie du Datalab
Compte-Rendu rencontre du groupe Energie du DatalabCompte-Rendu rencontre du groupe Energie du Datalab
Compte-Rendu rencontre du groupe Energie du Datalab
 
Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011
Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011
Mr Terraillot Reseaux Electriques Intelligents TIC DigiWorld summit 2011
 
122 Inf'OSE Avril 2017
122 Inf'OSE Avril 2017122 Inf'OSE Avril 2017
122 Inf'OSE Avril 2017
 
Infose Juin-Juillet 2017 N°124
Infose Juin-Juillet 2017 N°124Infose Juin-Juillet 2017 N°124
Infose Juin-Juillet 2017 N°124
 
B1 smart electricity_sogetihightech
B1 smart electricity_sogetihightechB1 smart electricity_sogetihightech
B1 smart electricity_sogetihightech
 
Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...
Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...
Présentation INEOV - smart electricity - minalogic project - David Excoffier ...
 
Séminaire Smart-Grid | TECHNIFUTUR
Séminaire Smart-Grid | TECHNIFUTURSéminaire Smart-Grid | TECHNIFUTUR
Séminaire Smart-Grid | TECHNIFUTUR
 

Plus de Romain Bochet

Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017
Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017
Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016
Romain Bochet
 
Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016
Romain Bochet
 
Big data
Big dataBig data
Big data
Romain Bochet
 
Usage based security Framework for Collaborative Computing Systems
Usage based security Framework for Collaborative Computing SystemsUsage based security Framework for Collaborative Computing Systems
Usage based security Framework for Collaborative Computing SystemsRomain Bochet
 

Plus de Romain Bochet (16)

Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017
Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017
Revue de presse IoT / Data / Energie du 02/04/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/03/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/03/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 13/03/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/03/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 26/02/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 19/02/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017
Revue de presse IoT / Data du 04/02/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 28/01/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017
Revue de presse IoT / Data du 22/01/2017
 
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
 
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 24/12/2016
 
Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 17/12/2016
 
Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016
Revue de presse IoT / Data du 01/12/2016
 
Big data
Big dataBig data
Big data
 
Usage based security Framework for Collaborative Computing Systems
Usage based security Framework for Collaborative Computing SystemsUsage based security Framework for Collaborative Computing Systems
Usage based security Framework for Collaborative Computing Systems
 

Revue de presse IoT / Data du 15/01/2017

  • 1. Revue de presse IoT / Data du 15/01/2017 Bonjour, Voici la revue de presse IoT/data/energie du 15 janvier 2017. Je suis preneur d'autres artices / sources ! Bonne lecture ! Table des matières 1. Low-Cost Off-Grid Solar For Remote Areas Will Require New Business Models 2. IoT : Ingenu veut bousculer Lora et Sigfox en Europe avec sa technologie RPMA 3. Schneider Electric & Arcadia Power Partner To Offer Wiser Air Thermostat For $0 Upfront 4. Girish Shivakumar: The electric grid, prosumers and climate change risks 5. UK Studying Track Side Solar Panels To Power Electric Trains − 6. Smart City – What’s the Business Models? 7. Kayrros, le Big Data au service de la prévision pétrolière 8. Elum ou comment un industriel peut réduire sa facture d'électricité - EnergyStream Low-Cost Off-Grid Solar For Remote Areas Will Require New Business Models Source URL: https://cleantechnica.com/2017/01/10/low-cost-off-grid-solar-remote- areas-will-require-new-business-models/ January 10th, 2017 by Joshua S Hill Solar energy has been identified as a potential low-cost and highly-efficient means of providing electricity to those in off-grid remote areas, but a new study has concluded that with little access to financial resources, new business models will be required to make this happen. For many years, the traditional thinking has been that, to provide reliable electricity to those living without access to basic electricity services — often in remote and very poor areas of the world — large-scale infrastructure and fossil fuel energy generation technology was required. In 2014, a report published by Peabody Energy claimed that coal was “essential to meet the scale of Africa’s desperate need for electricity” — a blatant lie and horrifying misrepresentation of the new global energy reality.
  • 2. However, over the last decade, with the rise and proliferation of solar energy throughout the first world, these assumptions have changed, with many now considering the benefits of large-scale deployment of renewable energy technologies like solar energy across developing nations and remote areas. One of the primary reasons for this shift away from fossil fuels is the fact that fossil fuels like coal require massive infrastructure to deliver electricity — infrastructure that is missing in developing countries (and could be used a guide for whether a country is ‘developing’ or not) and is well beyond their ability to finance and develop. Comparatively, solar can be developed without the massive infrastructure, delivering clean electricity onsite More than 1.2 billion people currently live on planet Earth without access to basic electricity. These people are primarily living in developing nations, and live in rural and isolated areas in high poverty conditions. Over the past few years, investment in renewable energy development throughout developing nations has increased dramatically. A Pew Charitable Trusts study published in early-2015 showed that investment and deployment of electricity infrastructure was shifting into the “global south” — the collective name for the developing economies located below the prosperous north. In addition, this shift incorporated a turn away from fossil fuels toward clean energy technologies. Just under a year later, this shift had resulted in a return on investments in renewable energy projects across emerging markets providing returns that are on average 28% higher than returns on renewable energy projects in Europe or North America. However, a new study released this month has shown that low-cost off-grid solar energy will likely require new business models to be able to reach these rural and poor communities. According to Inara Scott, an assistant professor in the College of Business at Oregon State University, developing a successful business model that is able to deliver off-grid solar energy to these poverty-stricken communities must address challenges unique to each community. These communities inherently don’t have the finances necessary to jump at solar, and don’t have access to the commercial institutions or markets necessary to deliver solar electricity. Add in the inherent difficulty in developing renewable energy in remote locations (though it is still less of a problem than developing fossil fuel) and you end up with a problem. “Surviving and growing in this market is very different than in a typical commercial enterprise,”said Inara Scott. “There are a lot of people working on off-grid solar products on the small scale, but the problem becomes how can they scale the programs up and make them profitable?”
  • 3. But these problems are worth solving. Providing electricity to these remote communities have literal life-changing results. Children are better equipped to attend school because they can suddenly use light at home to study by. Health is impacted as well, as the need for dirty kerosene lamps disappears, removing indoor air pollution. Additionally, electricity can extend working hours for adults, which means a better change to earn money or build a business. “Providing electricity starts an incredible cycle of improvement for communities without reliance on charities or government aid,” explained Scott. “There are also environmental benefits to encouraging sustainable development using renewable resources.” Scott’s research concluded that a successful renewable energy enterprise dedicated to serving these remote communities would have four components: Community interaction: Work with local communities to understand local norms, culture, social issues and economic systems that might influence the effort. Partnerships: Join forces with other companies, government organizations, non- profit groups or non-governmental organizations to share ideas and resources and gain support. Local capacity building: People in the community may lack product knowledge and have little experience with technology, while the community may not have typical distribution channels. Consider the potential customers as both producers and consumers, training local entrepreneurs as distributors, marketers and equipment installation/repair technicians. Barriers unique to the off-grid market: Address issues such as financing of upfront costs, which may be prohibitive to consumers; educate people on the products and their benefits; build trust in quality and reliability; and develop multiple strong distribution networks. “You’re not going to be successful just trying to sell a product,” she said. “This is really a social enterprise, with the goal of trying to bring people out of poverty while also emphasizing sustainable development.” IoT : Ingenu veut bousculer Lora et Sigfox en Europe avec sa technologie RPMA
  • 4. Source URL: http://www.silicon.fr/iot-ingenu-vise-europe-technologie-rpma- 167178.html Fort d’une technologie LPWA qui se distingue de Lora et Sigfox sur plusieurs points essentiels, l’opérateur américain d’IoT Ingenu devrait arriver en Europe en 2017. Les acteurs de Lora et Sigfox s’apprêtent à affronter un nouveau concurrent sur le marché de l’Internet des objets (IoT) en Europe. Et pas franchement un débutant. L’Américain Ingenu déploie son réseau dédié aux objets connectés et autres systèmes M2M depuis 7 ans aux Etats-Unis. Des réseaux déployés à Las Vegas, Boston, Los Angeles, Jacksonville, Atlanta, Columbus ou encore à la Nouvelle Orléans pour y exploiter des solutions de logistique, d’agriculture connectée, de smart cities, d’énergie ou de mesure de l’environnement. Couvrir 50 % de la population mondiale Aujourd’hui, on retrouve également son « Machine Network » au Canada, au Chili, au Japon, en République Dominicaine et au Nigeria, notamment. Au total, 38 réseaux déployés à ce jour dans le monde. Et des accords de licence avec des partenaires ont été signés en Australie, Chine, Nouvelle-Zélande, Indonésie, Taïwan, Thaïlande, Afrique du Sud et aux Émirats Arabes Unis. Bref, il ne reste guère que l’Europe qui échappe encore à Ingenu. L’opérateur basé à San Diego n’a cependant officiellement rien annoncé. Mais, il ambitionnerait de planter son premier réseau sur le Vieux Continent dès cette année, croit savoir le journal spécialisé IoT Global Network. En février 2016, le CEO de la société, John Horn, annonçait vouloir se déployer dans 25 pays sur six continents (en distinguant l’Amérique du Nord de l’Amérique du Sud) couvrant plus de 50 % de la population mondiale. Difficile de ne faire l’impasse sur l’Europe dans une telle ambition. Et l’accord passé en novembre 2016 avec le fournisseur suisse de composants électroniques et de modules U-Blox tend à confirmer l’intérêt d’Ingenu pour le marché européen. Le premier module issu de ce partenariat, le Nano-S100 dédié aux suivis des biens et aux compteurs connectés, devrait arriver sur le marché dans le courant du premier trimestre. 80 MHz de bande libre exploités Pour affronter ses concurrents, Ingenu met en avant les capacités de sa technologie de communication pour les réseaux bas débit et longue portée (LPWAN) dédiée aux objets connectés. Baptisée RPMA (Random Phase Multiple Access ou accès multiple par phase aléatoire), ce protocole bidirectionnel s’appuie sur les 80 MHz de la bande libre des 2,4 GHz. Notamment utilisée pour le Wifi, ce spectre présente l’avantage d’être disponible à l’échelle de la planète ce qui renda prioriuniversel l’accès à RPMA quand les autres bandes libres à basse fréquence ne disposent d’aucune base commune internationale (915 MHz en Amérique du Nord et Océanie, 868 MHz en Europe, 780 MHz en Asie…). D’autre part, chaque canal de la technologie d’Ingenu utilise 1 MHz de largeur de spectre. Ce qui, avec un autre MHz tampon, lui permet d’exploiter 40 canaux par antenne. Soit une bande passante 85% plus large que celles des autres technologies LPWA, assure Ingenu. Le RPMA supporte jusqu’à 2 millions de connexions par point d’accès. Et un point haut peut couvrir jusqu’à 640 km carrés (400 miles carrés). Un département comme
  • 5. le Rhône (3 200 km2) pourrait ainsi être couvert avec 17 antennes. Soit 15 000 dollars (14 000 euros), assure l’opérateur qui a levé 118 millions de dollars en cinq tours de table. Un complément à Lora Sur le papier, le RPMA présente donc des avantages certains sur les technologies concurrentes Lora et Sigfox. Un point d’accès d’Ingenu permettrait de couvrir l’équivalent de 18 antennes Lora, de 70 antennes chez Sigfox, et de 30 accès NB-IoT sur réseaux cellulaires, rapporte le blogueur expert Bob Emmerson sur IoT Global Network. La durée de vie des modules peut atteindre une vingtaine d’année, soit le double de celle annoncée par la concurrence. Quant à la sécurité des communications, elle est assurée par un chiffrement à 256 bits et une authentification à double sens garantie par un hash de 16 bits. « Ce qui signifie qu’il y a seulement un 1 chance sur 2 256 que quelqu’un devine aléatoirement la signature », calcule l’expert. Si Ingenu a (sur le papier) tout pour plaire, il lui restera néanmoins à conquérir un territoire aujourd’hui grandement occupé par Sigfox (présent dans une quinzaine de marchés européens ainsi qu’aux Etats-Unis) et par les opérateurs mobiles qui ont recours à Lora pour opérer leurs offres de services IoT à l’échelle nationale (comme Bouygues Telecom et Orange en France). Sans parler des futurs déploiements de technologies IoT sur les réseaux mobiles LTE (NB-IoT principalement pour les objets à faible consommation de données). Mais des complémentarités ne sont pas à exclure. « LoRa et RPMA pourraient se compléter dans des scénarios impliquant un réseau local comprenant des centaines, voire quelques milliers d’appareils communiquant avec une passerelle MultiTech compatible Lora, souligne Bob Emmerson. Un module RPMA intégré à la passerelle [Lora] permettrait alors une connectivité de grande portée sur les réseaux RPMA. » Autrement dit, la technologie d’Ingenu pourrait aider les réseaux Lora à élargir leur portée. Il restera néanmoins à vérifier la stratégie de l’opérateur américain. A l’occasion du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone fin février prochain ? Schneider Electric & Arcadia Power Partner To Offer Wiser Air Thermostat For $0 Upfront Source URL: https://cleantechnica.com/2017/01/11/schneider-electric-arcadia-power- partner-offer-wiser-air-thermostat-0-upfront/ January 11th, 2017 by Derek Markham In what might be an industry first for smart thermostats, a new partnership will offer customers a Wiser Air Thermostat for $0 upfront, which will be paid for through a pay-as- you-save program. The partnership between Schneider Electric, which is the company behind the Wiser Air device, and Arcadia Power, which offers US customers clean “energy as a service,” aims to combine the energy management expertise of Schneider with the utility billing platform of Arcadia.
  • 6. According to the press release, new customers can sign up with Arcadia Power, which will give them the option to offset some or all of their electrical consumption with wind energy or community solar, after which Schneider Electric will send its Wiser Air thermostat direct to their home, anywhere in the US, for zero money down. The customers allow Arcadia to manage their electric bill, and the energy savings gained by using the new smart thermostat over time will help pay for the cost of the device. The Wiser Air thermostat is said to deliver “energy efficient comfort” thanks to its self- learning feature, which avoids the need for residents to manually create a schedule or input desired temperature points, and the device is said to “reduce energy costs by as much as 30%.” “Thermostats are the energy ‘brain’ of the home, and with Wiser Air we can upgrade all customers at no cost to them. Not only will customers have more control with the smart thermostat, but they’ll save money over time. It takes just three minutes to make their home smart and efficient.” – Kiran Bhatraju, Founder and CEO of Arcadia Power In addition to the ‘free’ smart thermostat available through this partnership, the two companies are said to also be working to integrate time-of-use and demand response programs into the thermostat offer, which could unlock additional savings for consumers. Find out more about the $0-upfront Wiser Air offerat Arcadia Power. Girish Shivakumar: The electric grid, prosumers and climate change risks Source URL: http://masdar.ae/en/intiatives/detail/girish-shivakumar-the-electric-grid- prosumers-and-climate-change-risks Electricity generation accounts for nearly 50% of CO2 emissions in the world. Renewable Energy (RE) sources have begun to account for a significant share in the grid mix thereby reducing the emissions Year on Year (YoY). An increasing RE in the electric grid is not a straight solution to reduce carbon emissions and combat climate change. RE is
  • 7. intermittent and in order to completely leverage it there is a need for a technological solution that also captures the economic benefits of this low carbon transition. carbcarbon transition.carbon transition. The electric grid of today
  • 8. Image © Author In most parts of the world the electric grid is predominantly unidirectional with a small percentage of bidirectional flow originating from grid connected rooftop systems. Even with increase in RE in the grid the impact on climate change mitigation will remain insignificant if the end consumer doesn’t interact with the system. The electric grid of the future The transition to a low carbon world implies switching to a fuel source that is not only environment friendly but is free thereby reducing the overall operational costs in the long run. The grid infrastructure wouldn’t transfer the net benefit unless there is a seamless bidirectional communication between the source and the consumer in other words it has to turn into a ‘smart grid’.
  • 10. Image © DOE According to EPRI “Smart grid represents, the migration from the current grid with its one- way power flows from central generation to dispersed loads, towards a new grid with two-way power flows., two way and peer to peer customer interactions, distributed generation, distributed intelligence, command and control” Prosumers’ Installing distributed energy systems like solar photovoltaic panels empowers people to shift from being a passive consumer of electricity to a Prosumer who sells power to the utility. The financial incentives like Feed in Tariff (FiT) are quite popular around the world. But the real potential of such systems will be leveraged when technological advancements like smart grids are in place and smart meters are the norm. Smart Meters In the evolving connected world every device around us is turning smart and its quite natural that the source powering them all is smart too (if not smarter). Germany and Italy have been pioneers in smart meter implementation, the
  • 11. former driven by a buoyant adoption of rooftop solar PV. Why do we need a smart grid? RE is intermittent as widely known. In an ideal case we would prefer power production at times when we consume. In real world to meet power demand when RE generation is low there is a need to look for alternatives which in general happens to be turning on the fossil fuel power plants just to ‘keep the lights on’ as the utility would claim. In order to mitigate the potential damage caused by these scenarios it is critical to ensure the fossil fuel powered plants are not turned on, let alone operate them at a lower efficiency thereby compounding the damage. Battery storage will be a key breakthrough but unless the devices and the grid is in place, the net effect of energy storage will be minimal. Can prosumers make an impact? Technology at the RE generator level enables forecasting at a better accuracy on a day ahead level. The information if shared to the consumers by utilities along with the price incentive will enable them to shift loads to low price periods thereby reducing the net overall demand. Demand Side Management (DSM) is another possibility considering the penetration of smart meters at residential consumer level. Utilities and DSM service providers anticipate that with technological advancements, prosumers will not only be able to sell their excess PV but also be able to automate their battery backup systems to respond to utility signals by discharging energy back to the grid during peak load. Overall, technological adoption will be key to ensure a successful RE transition. The idea of smart grid and smart meters controlling the devices has been mooted for long but with an increasing RE capacity addition, the technology will be indispensable. The penetration of intelligent appliances in households will leverage the smart grid technology in delivering value thereby providing the prosumers’ (who will be a significant majority) with a tool to know more about their electricity use, reduce demand, cost and carbon emissions. UK Studying Track Side Solar Panels To Power Electric Trains − Source URL: http://solarlove.org/uk-studying-track-side-solar-panels-power-electric- trains/ January 11th, 2017 by Steve Hanley Electrical grids are inefficient and outdated. A partnership between Imperial College London and 10:10, a climate change organization, is exploring the possibility of installing solar panels along side railway lines and using them to power electric trains directly. Rather than feeding electricity from the panels back into the grid to be redistributed to the railway system, the idea of connecting trains directly to the solar panels would be far more efficient.
  • 12. According to the university, the research team will be the first in the world to test the “completely unique” idea, which it said would have a “wide impact with commercial applications on electrified rail networks all over the world. It would also open up thousands of new sites to small and medium scale renewable developments by removing the need to connect to the grid.” The British train authority, National Rail, is already investing heavily in increasing the number of trains in the UK that are powered by electricity in order to curb costs and reduce greenhouse gas emissions from the the railway system. In many rural areas of the UK, the electrical grid has reached its limit for both integrating distributed energy generation and supplying power to train firms. “What is particularly galling is that peak generation from solar and peak demand from the trains more or less match but we can’t connect the two,” explained 10:10’s Leo Murray, who is leading the project. “I actually believe this represents a real opportunity for some innovative thinking.” The project will start by studying how to convert existing third rail systems which supply electricity through an auxiliary rail running alongside the main rails. “Many railway lines run through areas with great potential for solar power but where existing electricity networks are hard to access,” explained professor Tim Green, director of Energy Futures Lab at Imperial College London. The university will collaborate on the technical aspects of the project with Turbo Power Systems — a firm that works on distribution and management of power in the railway sector — while 10:10 is leading on research looking at the size of the long-term power purchase agreement (PPA) market for directly connecting renewables to transport systems. “I don’t think you get a better fit for PPA than a train line,” added Murray. “A rural
  • 13. train line even more so, the project would open up many investment opportunities across the country and further afield.” Solar power is often best used in microgrids which provide electricity directly to the areas near where it is generated. Microgrids are especially important to rural areas and places where no grid infrastructure currently exists. The research is spurred by news that as of the first of the year, every one of the trains operated by NS, the railway company owned by the government of the Netherlands, are now being powered entirely by wind energy. NS teamed up with energy firm Eneco in 2015 to develop strategies for reducing its emissions. The transition to using 100% renewables for all its trains occurred a year sooner then the original 2018 target date. Smart City – What’s the Business Models? Source URL: https://iotworld.co/2017/01/13/smart-city-whats-the-business-models/ Frost & Sullivan suggested 4 Smart City Business Models. [Source: “Global Smart City Market”, 2013] 1. Build Own Operate (BOO) – The smart city planner independently builds the city infrastructure and delivers smart city services. The operation and maintenance of the services are fully under the planner’s control 2. Build Operate Transfer (BOT) – The smart city planner appoints, a trusted partner to build the city infrastructure and provide smart city services for a particular area within a period. After completion, the operation is handover to the smart city planner. 3. Open Business Model (OPM)– The city planner allows any qualified company or business organization to build city infrastructure and provide city services. The city planner, however, will impose some regulatory obligations. 4. Build Operate Manage (BOM) – The smart city planner appoints a trusted partner to develop city infrastructure and services. The partner operates and manages the smart city services. The city planner has no role further. Most of the public-private partnerships are build on this model. Sometimes the dilemma is in the scale of deployment. It’s good to start small, but the impact will not be as effective. It’s also good to deploy big time but the cost can be unbearable, and the risk can be high. Technology moves too fast and can make infrastructure obsolete before getting the ROI. To help government leaders find the resources and make an investment in a pilot project, it is recommended: Educate key decision makers and build support. Use success stories from other cities and vendor ROI and other performance metrics to make the business case. Aim for investment in discrete point solutions as pilots. Find key private sector and university partners.
  • 14. Depending on the economic, readiness, complexity and probably culture of a country, the business model can vary between one country and the other. We have a fascinating discussion (please join the discussion) in this Forum which posed the question “Who Pays for Smart Cities Initiatives?”. We want to see how the investment on Smart Cities pays by itself. It’s excellent and fortunate when Government have the vision and allocate funds for smart cities trials. What if they don’t? How do we start such initiatives? About the Author Dr. Mazlan Abbas is an IOT Evangelist, Thought Leader and CEO of REDtone IOT. You can reach him on LinkedIn at https://my.linkedin.com/in/mazlan/ or Twitter at http://twitter.com/mazlan_abbas . Check all presentation slides HERE. For further details, check out http://about.me/mazlan.abbas About these ads Kayrros, le Big Data au service de la prévision pétrolière Source URL: http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/actu/0211595063703-kayrros-le- big-data-au-service-de-la-prevision-petroliere-304388.php#Xtor=AD-6000 Créée en 2016, la société Kayrros vient de lever 9 millions d'euros. Fondée par des anciens de Schlumberger, elle prévoit les flux de production ou de consommation de pétrole et de gaz. C'est une association de talents improbable qui phosphore au troisième étage de cet immeuble anonyme de la rue de Richelieu, à Paris. D'un côté, Antoine Rostand, ex- Schlumberger, et ses trente ans d'expérience au plus haut niveau dans le pétrole et le conseil. De l'autre, une quinzaine de jeunes cerveaux, frais émoulus des grandes écoles ou universités françaises et internationales les plus prestigieuses, et capables de jongler avec une quantité gigantesque de données (le fameux Big Data). Bienvenue chez Kayrros, la jeune pousse qui prévoit les flux de production, de stockage ou de consommation de pétrole ou de gaz sur la planète. « Aujourd'hui, les données sur les flux physiques sont de très mauvaise qualité : soit elles sont gardées secrètes sur ce marché très opaque, soit elles sont publiées avec plusieurs années de retard »,explique Antoine Rostand, président et l'un des cinq fondateurs de la société.« Or un grand nombre d'informations sont en réalité disponibles en temps réel : l'incroyable puissance de calculdésormais disponible pour un coût modeste permet aujourd'hui de les analyser. »
  • 15. Des parrains prestigieux A partir de données publiques (trafic routier, statistiques douanières, données environnementales ou techniques, activité des navires pétroliers ou des pipelines, etc.), d'images satellites, ou encore d'informations recueillies sur les réseaux sociaux, les ingénieurs de Kayrros conçoivent des modèles complexes permettant non seulement de reconstituer le passé proche, mais aussi d'effectuer des prévisions à court terme. « Sur un horizon de trois à six mois, nous parvenons à des résultats de bonne qualité », avance Antoine Rostand. Créé en février 2016, basé à Paris, Kayrros vient tout juste de boucler un deuxième tour de table de 9 millions d'euros, mené par Index Ventures. La société bénéficie du soutien de parrains prestigieux, comme l'ex-patron de Schlumberger Andrew Gould, ou, en France, l'ancien PDG de Paribas André Levy Lang : tous deux sont investisseurs de la première heure (le premier tour d'amorçage a porté sur 2 millions d'euros) et membres du conseil de la jeune pousse. Antoine Rostand s'est aussi entouré de mathématiciens et de chercheurs de haut niveau, cofondateurs de Kayrros, ainsi que de pointures dans le secteur de l'énergie. La société a de grandes ambitions. Lemarché de l'intelligence sur l'énergie représente 4 à 5 milliards de dollars, mais il reste qualitatif et très peu quantitatif.« Les besoins sont immenses, et nous sommes les seuls à faire ce qu'on fait », avance Antoine Rostand. Kayrros espère séduire les traders de pétrole et de gaz, les raffineurs, les « hedge funds », les banques, les compagnies pétrolières, les grands consommateurs d'énergie et même, à terme, les maires ou les gouvernements. « Nous commençons par le pétrole et le gaz, mais nous regarderons à terme l'ensemble du mix énergétique »,précise le dirigeant. Ayant passé ses premiers mois à bâtir son offre, la jeune pousse, qui a commencé à tester ses produits chez quelques clients potentiels, compte entrer dans une phase commerciale active dès le premier trimestre 2017. Elum ou comment un industriel peut réduire sa facture d'électricité - EnergyStream Source URL: https://www.energystream-wavestone.com/2017/01/elum-industriel- reduire-facture-delectricite/ Elum est l’une des startups françaises qui ambitionnent de révolutionner le monde de l’énergie. Récompensée par déjà de nombreux prix,notamment lauréat de la Greentech Verte(concours organisé par Ségolène Royale et le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer), et présente à la COP22, Elum est une start-up à suivre. Ainsi, nous avons rencontré l’un de ses cofondateurs, Karim El Alami qui a accepté de nous présenter son projet entrepreneurial. Bonjour Karim, pouvez-vous nous décrire en quelques
  • 16. mots la start-up ELum ? Elum développe une plateforme logicielle l’Energy OS qui permet aux bâtiments industriels et commerciaux d’être à la fois producteurs et consommateurs d’énergie. L’Energy OS grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle avancés permet d’optimiser les flux d’énergie entre les panneaux photovoltaïques, les batteries, le réseau et le bâtiment (figure 1). De manière concrète, nous récupérons différentes données provenant du bâtiment : des données de consommation, de météorologie, opérationnelles et des données liées à la tarification de la facture d’électricité. De là, l’algorithme va prédire la consommation du bâtiment et la production solaire et va par la suite optimiser la charge et la décharge de la batterie en prenant en compte ces prévisions. Par exemple dans certains pays, la tarification dépend de l’heure de la journée avec des heures creuses peu chères et des heures de pointes chères, l’algorithme va donc charger la batterie la quantité optimale d’énergie en heure creuse et décharger cette énergie en heure de pointe permettant au client une réduction de facture. Figure 1 : Positionnement et offre d’Elum L’objectif est la réduction de facture de l’électricité pour l’industriel de 20%, réduction des gaz à effet de serre de 30% provenant de sa consommation électrique et une sécurisation de son alimentation en éliminant les microcoupures qui sont problématiques pour certaines industries dans les pays émergents. Comment est née la startup ELum ? Le projet a émergé suite à la rencontre avec Cyril Colin, cofondateur d’Elum, lorsque nous étions en double diplôme à UC Berkeley en Californie. Nous avions travaillé pendant un an dans un laboratoire sur les smart grids. Ayant eu une expérience dans l’optimisation des processus industriels dans une usine à la zone Franche de Tanger, j’avais pensé que réduire la facture énergétique était essentielle dans le développement de l’industrialisation du Maroc car elle constitue le deuxième voire le premier poste de dépenses devant les
  • 17. salaires des employés. Une solution intelligente, verte et durable semble adaptée dans ce contexte au Maroc et en Afrique de manière plus générale. Avec notre formation entrepreneuriale dispensée à l’Ecole Polytechnique, nous avons donc décidé de créer une startup voulant contribuer à la transition énergétique dans les pays européens et africains. Une fois notre cursus achevé nous avons intégré l’accélérateur CleanTech Open à San Francisco considéré comme étant le meilleur accélérateur dans les énergies renouvelables, puis nous avons créé par la suite l’entité Elum en France et intégré les incubateurs parisiens d’Agoranov et d’Impulse Partners. Alors qu’un certain nombre de startups, bien que françaises, choisissent de se délocaliser rapidement dans la Silicon Valley, vous avez fait le choix inverse de quitter les États-Unis pour revenir en France ; pourquoi ? La Silicon Valley est en effet très attrayante pour tous ceux qui souhaitent démarrer une startup innovante. Il y a là un écosystème très avancé qui regroupe universités (Berkeley, Stanford), incubateurs (YCombinators pour ne citer qu’eux), investisseurs et startups ayant réussi qui est unique en son genre aux États-Unis. Cependant, nous avons fait le choix de revenir en France car nous pensons que du fait de la nature de notre activité portée sur l’intelligence artificielle et sur les marchés que nous visons, être en France est un atout considérable. La France présente un environnement propice au développement des startups technologiques telles que la nôtre. Elle propose un écosystème très favorable au développement de la startup avec la présence d’incubateurs d’excellence. Nous sommes actuellement incubés à Agoranov et à Impulse Partners Energy&Construction. Le secteur de l’énergie est en train d’opérer une révolution grâce à la technologie solaire qui va bouleverser la manière de consommer son énergie dans les pays européens et africains. Être en France constitue donc un atout pour comprendre ces enjeux et permet de déployer sa technologie sur ces deux continents. De plus, sa formation scientifique et mathématique est reconnue. Ce n’est pas pour rien qu’il y a plus de 60 000 français à la Silicon Valley. La formation scientifique en France est excellente et reconnue au-delà des frontières françaises. Si certains font le choix d’aller aux Etats-Unis d’autres préfèrent baser leur R&D en France comme Cisco, Facebook, Google. Preuve de l’excellence des ingénieurs que la France forme. Il est donc plus facile pour nous de recruter des ingénieurs de bon niveau. Quels sont les problèmes auxquels les bâtiments industriels sont confrontés ? Comment y répondez-vous ? Aujourd’hui les bâtiments industriels sont uniquement dépendants d’un réseau d’électricité centralisé. Cet état de fait les rend vulnérables et fragiles vis à vis de leur fourniture d’électricité qui est vitale pour leur activité. Cette fragilité peut être économique
  • 18. par les augmentations des tarifs d’électricité mais elle peut aussi se matérialiser via des coupures d’électricité qui entrainent des dommages matériels au niveau des machines ainsi que des pertes d’exploitation qui peuvent s’avérer conséquentes. Pour répondre à cette problématique, nous encourageons les industriels à produire et consommer localement leur énergie via l’installation des panneaux solaires, batteries ainsi que de la mise en place de l’Energy OS. Nous opérons ce processus par 3 étapes : 1/ Compréhension : nous installons des capteurs intelligents qui permettent de visualiser la consommation en temps réel des machines. Grâce à cela, nous pouvons avoir une traçabilité de la consommation énergétique et ainsi réduire la facture d’énergie en amont. 2/ Conception : Une fois les capteurs installés, nous utilisons ces données pour dimensionner et déterminer le bon nombre de panneaux photovoltaïques et batteries afin de garantir le retour sur investissement de cette installation et permettre la meilleure réduction de facture possible. 3/ Opération : Une fois le système énergétique installé nous mettons en place le logiciel qui va déterminer la meilleure allocation d’énergie entre la production solaire future et la consommation future du bâtiment. Ce logiciel repose sur des algorithmes qui apprennent les habitudes de consommation et de production du bâtiment de manière automatique. Nous visons 2 marchés principaux. Le premier est le marché connecté au réseau. On peut penser aux bâtiments industriels et commerciaux qui paient déjà leur facture d’électricité. Le second est le marché non connecté au réseau et qui ne fonctionne principalement qu’avec des générateurs diesel. L’intérêt de notre solution est de réduire la consommation de carburant.Comme cas d’application, nous pouvons penser à l’industrie minière, au pompage d’eau ou encore aux tours de télécommunications hors réseau. Le concept d’ELum est basé sur un besoin de décentralisation de l’énergie, pensez-vous que ce phénomène de décentralisation de l’énergie va s’accroître ? Pourquoi ? Nous sommes en train d’assister à une révolution dans le domaine de l’énergie : la baisse spectaculaire des prix des modules photovoltaïques, et la baisse des coûts du stockage qui rendent l’autoconsommation possible dans certaines géographies et certaines situations. Une étude de Lazard (voir figure 2) démontre la baisse massive des coûts des technologies renouvelables. Au XXème ces solutions décentralisées existaient mais n’étaient pas compétitives par rapport aux centrales de production (mines, gaz, nucléaire, charbon). Cette baisse du coût de revient provenant de l’électricité renouvelable change la donne et va bouleverser le paysage énergétique des prochaines années.
  • 19. Figure 2 : La baisse des coûts du solaire et de stockage étudiée par Lazard (2015) Et en particulier, pensez-vous que ce processus de décentralisation va s’accroître en France ? Pourquoi ? Des initiatives en France ont vu le jour et montrent clairement la volonté des industriels et commerciaux à réfléchir au système d’autoconsommation comme étant un modèle économique viable par rapport au tarif d’électricité. Par ailleurs, la France a été pionnière dans le développement du stockage notamment dans les zones non interconnectées. Du fait de la haute pénétration des énergies renouvelables (>30%) dans les territoires d’outremer, tous les nouveaux projets renouvelables devront comporter du stockage pour stabiliser le réseau. C’est la raison pour laquelle la Commission de Régulation de l’Energie a lancé un appel d’offres (une initiative pionnière) pour la mise en place d’installations couplant production solaire et stockage. Cependant quelques obstacles sont à lever notamment au niveau de la législation française pour favoriser le développement des technologies renouvelables distribuées.