SlideShare une entreprise Scribd logo
RITA LEVI-MONTALCINI,  NEUROLOGUE PRIX NOBEL DE MÉDECINE.              22/12/2005
Entrevue... - Comment célébrer vos 100 ans? - Ah, je ne sais pas si je vivrai jusque là, et de plus les célébrations ne me plaisent pas. Ce qui m’intéresse et me plait, c’est ce que je fais chaque jour.              - Et que faites-vous?              - Je travaille à obtenir des bourses d’étude pour des fillettes africaines afin qu’elles étudient et se préparent  à travailler pour l’avancement de leurs pays. Je continue mes recherches, je continue ma réflexion.              - Vous n’êtes pas à la retraite ?               - Jamais! La retraite détruit le cerveau.Souvent les personnes à la retraite abandonnent, cela tue le cerveau et rend malade .
- Comment fonctionne votre cerveau  - Exactement comme à mes 20 ans. Je ne note aucune différence dans mes désirs ni dans mes capacités. Demain je participerai à un congrès médical. - Mais n’y aurait-il pas quelque limite génétique?  - Non. Mon cerveau aura bientôt un siècle…, mais il ne connaît pas la sénélité. Mon corps se ride, c’est inévitable, mais pas le cerveau.
- Comment cela se fait?  - Nous jouissons d’une grande plasticité neuronale: même si des neurones meurent, celles qui restent se réorganisent afin de maintenir les mêmes fonctions, mais encore faut-il les stimuler.  - Aidez-moi à le faire. - Gardez des désirs, activez votre cerveau, faites-le fonctionner, ainsi il ne dégénérera jamais.
- Et je vivrai plus longtemps? - Vous vivrez mieux les années que vous aurez à vivre, et c’est cela qui est intéressant . Le secret c’est demeurer curieux, engagé et avoir des passions.  - La vôtre fut la recherche scientifique.  - Oui, et je continue aussi passionnée.  - Vous avez découvert comment croissent et se renouvellent les cellules du système nerveux.               - Oui, en 1942. J’ai appelé cette découverte: ‘‘nerve growth factor NGF’’ (facteur de croissance nerveuse), et pendant presq’un demi-siècle je fus interdite, jusqu’à ce que soit reconnue la validité de ma découverte. En 1986 je reçu pour cette découverte le prix Nobel
- Comment une jeune fille italienne des années 20 a-t-elle pu parvenir à être neuroscientifique?               - Depuis mon enfance je me suis dédiée à étudier. Mon père voulait que je fasse un bon mariage, que je sois une bonne épouse et une bonne mère… mais j’ai refusé. Je me suis mise devant lui et je lui ai dit que je voulais étudier… - Quelle contrariété pour votre papa, non?              - Oui, c’est que je ne me sentais pas heureuse enfant. Je me sentais un vilain petit canard, sotte et sachant très peu de chose. Mes frères aînés étaient brillants et je me sentais tellement inférieure.
- Je vois que vous avez fait de cela un stimulant.  - Oui, mais l’exemple du docteur Albert Schweitzer, qui était en Afrique pour pallier à la lèpre m’a aussi stimulée. J’ai désiré aider ceux qui souffraient, c’était mon grand rêve.  - Vous l’avez réalisé…, au moyen de la science.               - Et aujourd’hui aider les fillettes d’Afrique afin qu’elles étudient. Nous luttons contre la maladie, oui, mais tout peut s’améliorer si nous arrêtons l’oppression de la femme dans ces pays islamiques.
- La religion freine-t-elle le développement cognitif? Le développement de la connaissance?              -Oui la religion marginalise parfois la femme face à l’homme, elle la met de côté quant au développement des connaissances. -Existe-t-il une différence entre le cerveau d’un homme et celui d’une femme?              - Seulement dans les fonctions cérébrales qui sont en relation aux émotions  liées au système endocrinien. Mais quant aux fonctions cognitives, il n’y a aucune différence.
- Pourquoi n’y a-t-il encore que très peu de femme scientifiques?  - Non, ce n’est pas vrai ! Plusieurs découvertes scientifiques attribuées à des hommes furent en vérité l’oeuvre de leurs soeurs, épouses ou filles. - C’est vrai ?               - On n’admettait pas l’intelligence féminine, on la laissait dans l’ombre. Heureusement aujourd’hui il y a plus de femmes que d’hommes dans l’investigation scientifique: Les héritières d’Hypatia. - La sage Alexandrine du IV siècle…               Certainement quelque chose s’est amiélioré dans le monde.
-  Personne n’a essayé de vous nuire ?  - Durant le fachisme, Mussolini voulut un temps imiter Hitler dans la persécution juive…, je dus me cacher un temps. Mais n’ai pas cessé mes recherches: j’ai monté mon laboratoire dans ma chambre à coucher…et c’est en ce temps que j’ai découvert l’apoptosis, c’est-à-dire la mort programmée des cellules.               - Pourquoi y a-t-il un pourcentage si élevé chez les juifs de scientifiques et d’intellectuels?               - L’exclusion a provoqué chez les juifs le travail intellectuel: on peut tout prohiber, mais non ce qu’on pense. C’est certain qu’il y a plusieurs prix Nobel parmi les juifs.
- Comment vous expliquez-vous la folie nazi ?               - Hitler et Mussolini surent parler aux foules, là c’est le cerveau émotionnel qui prédomine toujours sur le cerveau néocortical, l’intellectuel. Ils manipulèrent les émotions, non la raison.               - Est-ce encore ainsi aujourd’hui?               - Pourquoi croyez-vous que dans plusieurs écoles des États-Unis on enseigne le créationisme au lieu de l’évolutionisme?
- L’idéologie est émotion, elle est sans raison.               - La raison est fille de l’imperfection.  Chez les invertébrés tout est programmé: ils sont parfaits. Nous, non! Étant imparfaits, nous avons recours à la raison, aux valeurs étiques: discerner entre le bien et le mal c’est le plus haut grade de l’évolution darwnienne! - Vous ne vous êtes jamais mariée, vous n’avez pas eu d’enfant?  - Non. Je suis entrée dans la jungle du système nerveux . Je suis demeurée fascinée de sa beauté et j’ai décidé de lui dédier tout mon temps, toute ma vie.
Parviendrons-nous un jour à guérir  l’alzheimer, la parkinson, la démence sénile ?           - Guérir…? Nous parviendrons à fréner, retarder, minimiser toutes ces maladies.       - Quel est aujourd’hui votre grand rêve? Qu’un jour nous parviendrons à utiliser au maximum la capacité cognitive de notre cerveau. -Quand avez-vous cessé de vous sentir un vilain petit canard?             -Encore, je demeure consciente de mes limites.
- Qu’est-ce qui fut le meilleur de votre vie - Aider les autres.  -Que feriez-vous aujourd’hui si vous aviez 20  ans?               - Ce que je suis en train de faire !
Aidez les autres à s’aider eux-même. Rita  Levi-Montalcini, Neurologue.

Contenu connexe

Similaire à Rita Levi-Montalcini

Parole aux patients
Parole aux patientsParole aux patients
Parole aux patients
Réseau Pro Santé
 
Articles d'interne - Les petites cases
Articles d'interne - Les petites casesArticles d'interne - Les petites cases
Articles d'interne - Les petites cases
Réseau Pro Santé
 
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits
 
Guy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciences
Guy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciencesGuy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciences
Guy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciences
Groupe Traces
 
Lettre neurosciences autisme
Lettre neurosciences autismeLettre neurosciences autisme
Lettre neurosciences autisme
Marta Montoro
 
L’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiques
L’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiquesL’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiques
L’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiques
Alice Barralon
 
RxƠ > lien
RxƠ > lienRxƠ > lien
RxƠ > lien
Solène Voegel
 
Vidéo-activité france 24 autisme
Vidéo-activité france 24 autismeVidéo-activité france 24 autisme
Vidéo-activité france 24 autisme
jeanphilippeguy
 
Folie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sous
Folie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sousFolie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sous
Folie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sous
Réseau Pro Santé
 
Ethique et implant cochléaire
Ethique et  implant cochléaireEthique et  implant cochléaire
Ethique et implant cochléaire
AmineBenjelloun
 
La santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & international
La santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & internationalLa santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & international
La santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & international
Réseau Pro Santé
 
Strategie et-philosophie
Strategie et-philosophieStrategie et-philosophie
Strategie et-philosophie
Jarrosson Bruno
 
Témoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaques
Témoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaquesTémoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaques
Témoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaques
Fundation for research on MS disease
 
Vincent jost juste pour te lire
Vincent jost juste pour te lireVincent jost juste pour te lire
Vincent jost juste pour te lire
sarah Benmerzouk
 
Une tete bien faite tony buzan
Une tete bien faite tony buzan Une tete bien faite tony buzan
Une tete bien faite tony buzan
Romain Kodia Mélèdje Essis
 
00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH
00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH
00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH
Patrick Michaely
 
3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme
ASGC22
 
Médecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupablesMédecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupables
Réseau Pro Santé
 
Enseigner l'autisme aux médecins
Enseigner l'autisme aux médecinsEnseigner l'autisme aux médecins
Enseigner l'autisme aux médecins
AmineBenjelloun
 
Concevoir autrement, Une architecture pour autiste
Concevoir autrement, Une architecture pour autiste Concevoir autrement, Une architecture pour autiste
Concevoir autrement, Une architecture pour autiste
RababJkaoua
 

Similaire à Rita Levi-Montalcini (20)

Parole aux patients
Parole aux patientsParole aux patients
Parole aux patients
 
Articles d'interne - Les petites cases
Articles d'interne - Les petites casesArticles d'interne - Les petites cases
Articles d'interne - Les petites cases
 
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
 
Guy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciences
Guy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciencesGuy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciences
Guy Simonin, Synthèse du colloque Des clowns et des sciences
 
Lettre neurosciences autisme
Lettre neurosciences autismeLettre neurosciences autisme
Lettre neurosciences autisme
 
L’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiques
L’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiquesL’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiques
L’inclusion dans les équipes agiles : les personnes neuro-atypiques
 
RxƠ > lien
RxƠ > lienRxƠ > lien
RxƠ > lien
 
Vidéo-activité france 24 autisme
Vidéo-activité france 24 autismeVidéo-activité france 24 autisme
Vidéo-activité france 24 autisme
 
Folie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sous
Folie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sousFolie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sous
Folie Culture et Ethnopsychiatrie - Le risque de l’exotisme à deux sous
 
Ethique et implant cochléaire
Ethique et  implant cochléaireEthique et  implant cochléaire
Ethique et implant cochléaire
 
La santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & international
La santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & internationalLa santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & international
La santé mentale parlons-en - Un projet intergénérationnel & international
 
Strategie et-philosophie
Strategie et-philosophieStrategie et-philosophie
Strategie et-philosophie
 
Témoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaques
Témoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaquesTémoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaques
Témoignages de patients sur la vie avec sclerose en plaques
 
Vincent jost juste pour te lire
Vincent jost juste pour te lireVincent jost juste pour te lire
Vincent jost juste pour te lire
 
Une tete bien faite tony buzan
Une tete bien faite tony buzan Une tete bien faite tony buzan
Une tete bien faite tony buzan
 
00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH
00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH
00216_MNHN_FUERSCHER_BROCH
 
3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme3 cerveaux et déterminisme
3 cerveaux et déterminisme
 
Médecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupablesMédecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupables
 
Enseigner l'autisme aux médecins
Enseigner l'autisme aux médecinsEnseigner l'autisme aux médecins
Enseigner l'autisme aux médecins
 
Concevoir autrement, Une architecture pour autiste
Concevoir autrement, Une architecture pour autiste Concevoir autrement, Une architecture pour autiste
Concevoir autrement, Une architecture pour autiste
 

Rita Levi-Montalcini

  • 1. RITA LEVI-MONTALCINI, NEUROLOGUE PRIX NOBEL DE MÉDECINE.              22/12/2005
  • 2. Entrevue... - Comment célébrer vos 100 ans? - Ah, je ne sais pas si je vivrai jusque là, et de plus les célébrations ne me plaisent pas. Ce qui m’intéresse et me plait, c’est ce que je fais chaque jour.              - Et que faites-vous?              - Je travaille à obtenir des bourses d’étude pour des fillettes africaines afin qu’elles étudient et se préparent à travailler pour l’avancement de leurs pays. Je continue mes recherches, je continue ma réflexion.              - Vous n’êtes pas à la retraite ?              - Jamais! La retraite détruit le cerveau.Souvent les personnes à la retraite abandonnent, cela tue le cerveau et rend malade .
  • 3. - Comment fonctionne votre cerveau - Exactement comme à mes 20 ans. Je ne note aucune différence dans mes désirs ni dans mes capacités. Demain je participerai à un congrès médical. - Mais n’y aurait-il pas quelque limite génétique? - Non. Mon cerveau aura bientôt un siècle…, mais il ne connaît pas la sénélité. Mon corps se ride, c’est inévitable, mais pas le cerveau.
  • 4. - Comment cela se fait? - Nous jouissons d’une grande plasticité neuronale: même si des neurones meurent, celles qui restent se réorganisent afin de maintenir les mêmes fonctions, mais encore faut-il les stimuler. - Aidez-moi à le faire. - Gardez des désirs, activez votre cerveau, faites-le fonctionner, ainsi il ne dégénérera jamais.
  • 5. - Et je vivrai plus longtemps? - Vous vivrez mieux les années que vous aurez à vivre, et c’est cela qui est intéressant . Le secret c’est demeurer curieux, engagé et avoir des passions. - La vôtre fut la recherche scientifique. - Oui, et je continue aussi passionnée. - Vous avez découvert comment croissent et se renouvellent les cellules du système nerveux.              - Oui, en 1942. J’ai appelé cette découverte: ‘‘nerve growth factor NGF’’ (facteur de croissance nerveuse), et pendant presq’un demi-siècle je fus interdite, jusqu’à ce que soit reconnue la validité de ma découverte. En 1986 je reçu pour cette découverte le prix Nobel
  • 6. - Comment une jeune fille italienne des années 20 a-t-elle pu parvenir à être neuroscientifique?              - Depuis mon enfance je me suis dédiée à étudier. Mon père voulait que je fasse un bon mariage, que je sois une bonne épouse et une bonne mère… mais j’ai refusé. Je me suis mise devant lui et je lui ai dit que je voulais étudier… - Quelle contrariété pour votre papa, non?             - Oui, c’est que je ne me sentais pas heureuse enfant. Je me sentais un vilain petit canard, sotte et sachant très peu de chose. Mes frères aînés étaient brillants et je me sentais tellement inférieure.
  • 7. - Je vois que vous avez fait de cela un stimulant. - Oui, mais l’exemple du docteur Albert Schweitzer, qui était en Afrique pour pallier à la lèpre m’a aussi stimulée. J’ai désiré aider ceux qui souffraient, c’était mon grand rêve. - Vous l’avez réalisé…, au moyen de la science.              - Et aujourd’hui aider les fillettes d’Afrique afin qu’elles étudient. Nous luttons contre la maladie, oui, mais tout peut s’améliorer si nous arrêtons l’oppression de la femme dans ces pays islamiques.
  • 8. - La religion freine-t-elle le développement cognitif? Le développement de la connaissance?             -Oui la religion marginalise parfois la femme face à l’homme, elle la met de côté quant au développement des connaissances. -Existe-t-il une différence entre le cerveau d’un homme et celui d’une femme?              - Seulement dans les fonctions cérébrales qui sont en relation aux émotions liées au système endocrinien. Mais quant aux fonctions cognitives, il n’y a aucune différence.
  • 9. - Pourquoi n’y a-t-il encore que très peu de femme scientifiques? - Non, ce n’est pas vrai ! Plusieurs découvertes scientifiques attribuées à des hommes furent en vérité l’oeuvre de leurs soeurs, épouses ou filles. - C’est vrai ?              - On n’admettait pas l’intelligence féminine, on la laissait dans l’ombre. Heureusement aujourd’hui il y a plus de femmes que d’hommes dans l’investigation scientifique: Les héritières d’Hypatia. - La sage Alexandrine du IV siècle…              Certainement quelque chose s’est amiélioré dans le monde.
  • 10. - Personne n’a essayé de vous nuire ? - Durant le fachisme, Mussolini voulut un temps imiter Hitler dans la persécution juive…, je dus me cacher un temps. Mais n’ai pas cessé mes recherches: j’ai monté mon laboratoire dans ma chambre à coucher…et c’est en ce temps que j’ai découvert l’apoptosis, c’est-à-dire la mort programmée des cellules.              - Pourquoi y a-t-il un pourcentage si élevé chez les juifs de scientifiques et d’intellectuels?              - L’exclusion a provoqué chez les juifs le travail intellectuel: on peut tout prohiber, mais non ce qu’on pense. C’est certain qu’il y a plusieurs prix Nobel parmi les juifs.
  • 11. - Comment vous expliquez-vous la folie nazi ?              - Hitler et Mussolini surent parler aux foules, là c’est le cerveau émotionnel qui prédomine toujours sur le cerveau néocortical, l’intellectuel. Ils manipulèrent les émotions, non la raison.              - Est-ce encore ainsi aujourd’hui?              - Pourquoi croyez-vous que dans plusieurs écoles des États-Unis on enseigne le créationisme au lieu de l’évolutionisme?
  • 12. - L’idéologie est émotion, elle est sans raison.              - La raison est fille de l’imperfection. Chez les invertébrés tout est programmé: ils sont parfaits. Nous, non! Étant imparfaits, nous avons recours à la raison, aux valeurs étiques: discerner entre le bien et le mal c’est le plus haut grade de l’évolution darwnienne! - Vous ne vous êtes jamais mariée, vous n’avez pas eu d’enfant? - Non. Je suis entrée dans la jungle du système nerveux . Je suis demeurée fascinée de sa beauté et j’ai décidé de lui dédier tout mon temps, toute ma vie.
  • 13. Parviendrons-nous un jour à guérir l’alzheimer, la parkinson, la démence sénile ?          - Guérir…? Nous parviendrons à fréner, retarder, minimiser toutes ces maladies.      - Quel est aujourd’hui votre grand rêve? Qu’un jour nous parviendrons à utiliser au maximum la capacité cognitive de notre cerveau. -Quand avez-vous cessé de vous sentir un vilain petit canard?             -Encore, je demeure consciente de mes limites.
  • 14. - Qu’est-ce qui fut le meilleur de votre vie - Aider les autres. -Que feriez-vous aujourd’hui si vous aviez 20 ans?              - Ce que je suis en train de faire !
  • 15. Aidez les autres à s’aider eux-même. Rita Levi-Montalcini, Neurologue.