SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  47
Télécharger pour lire hors ligne
2012
Master 1 CPEAM

Philippe Bayle
                       ISIC - Université Michel de Montaigne Bordeaux3




           "LE LIVRE NUMERIQUE,
             COMMENT L'ECRIRE
                 ET LE LIRE ? "

                 Travail préparatoire de recherche
M1 CPEAM
      « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                       2012




Citation

        « Le texte numérique ouvre la voie à des œuvres d’un nouveau genre destinées à être reçues
        en dehors de l’univers du livre. En quittant son support traditionnel, la littérature prend le
        risque d’explorer de nouvelles formes que certains auteurs avaient jusque-là pressenties ou
        appelées de leurs vœux. »

                                                                                         Jean Clément,
                                                                La littérature au risque du numérique,
                                                          Revue Document numérique. 2001. Page 132




Remerciements

A Cécile pour son soutien,

Aux personnels des Bibliothèques universitaires de l’Université Montaigne de Bordeaux 3 et de l’ISIC
pour leurs conseils,

Aux enseignants qui m’ont donné le goût et les clés pour ce travail.




                                                                                                  2
M1 CPEAM
          « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                                                                      2012




Table des matières
   Citation ............................................................................................................................................... 2

   Remerciements ................................................................................................................................... 2

   Table des matières .............................................................................................................................. 3

Introduction ............................................................................................................................................ 6

   Une révolution est-elle en marche ? ................................................................................................... 6

   La France progressivement gagnée .................................................................................................... 6

   Le livre numérique en questions ......................................................................................................... 7

1ère partie : l’objet de recherche et le questionnement ............................................................................. 8

   1.1. Qu’est ce que le livre numérique ? .............................................................................................. 8

       1.1.1. Le support et le contenu ........................................................................................................ 8

       1.1.2. Un texte évolutif sur des terminaux variés ............................................................................ 8

       1.1.3. L’hypertexte et l’interactivité : vers un nouveau type de livre ? ........................................... 9

   1.2. Comment l'écrire ?..................................................................................................................... 10

       1.2.1. Un texte et un produit multimédia ...................................................................................... 10

       1.2.2. Le rôle des techniciens et des auteurs ................................................................................. 10

       1.2.3. Les formats des œuvres, de la plus simple au « livre enrichi » ........................................... 10

       1.2.4. Vers de nouvelles narrations ? ............................................................................................ 11

   1.3. Comment le lire ? ...................................................................................................................... 12

       1.3.1. Le lien du lecteur et de l’œuvre .......................................................................................... 12

       1.3.2. La lecture sociale ................................................................................................................ 12

       1.3.3. Une lecture plus superficielle ? ........................................................................................... 12

       1.3.4. Un autre type de lecteur, une lecture hétérogène ................................................................ 13

       1.3.5. Le lien physique avec le texte ............................................................................................. 13

       1.3.6. La chaîne du livre et le piratage .......................................................................................... 13

   1.4 La fin du livre ou un autre type de livre ? ................................................................................... 15



                                                                                                                                                      3
M1 CPEAM
     « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                                                              2012



1.5. Les disciplines des SIC et des autres sciences abordées ............................................................ 16

   1.5.1. « La technologie intellectuelle des formes écrites »............................................................ 16

   1.5.2. Une recherche interdisciplinaire ......................................................................................... 16

1.6. Les références bibliographiques et les aspects de la question .................................................... 17

   1.6.1. Le livre numérique : sa définition ....................................................................................... 17

   - Les types de livre numérique...................................................................................................... 18

   - Les supports du livre numérique ................................................................................................ 20

   - L’hypertexte, l’écrit de « bifurcations », le labyrinthe ............................................................... 21

   1.6.2. Comment l'écrire ?.............................................................................................................. 22

   - Quels éditeurs ? Quel cadre légal et éditorial ? .......................................................................... 22

   - La question du physique............................................................................................................. 22

   - Le code et l’écrivain ................................................................................................................... 23

   - Les contraintes techniques et les ressources ............................................................................... 23

   - Les écrits numériques, écrits instables ? ..................................................................................... 24

   - Le texte numérique et sa mise en forme ; l’architexte ................................................................ 24

   - Les signes, leur rôle, leur sens .................................................................................................... 25

   - Un nouveau type de littérature ?................................................................................................. 26

   - A nouvelles formes, nouveaux rôles .......................................................................................... 26

   1.6.3. Comment le lire ? ............................................................................................................... 27

   - Le texte et l’utilisateur ............................................................................................................... 27

   - La machine et ses contraintes ; le lecteur, interprète du texte ..................................................... 28

   - « Lire et voir »............................................................................................................................ 29

   - Vers la lecture « zapping », une « hypolecture » ? ..................................................................... 30

   - La question du physique dans la lecture ..................................................................................... 31

   - Le corps partie prenante du texte numérique .............................................................................. 32

   - La diffusion des livres numériques et les géants des réseaux ..................................................... 33

   - La lecture et le piratage .............................................................................................................. 34




                                                                                                                                             4
M1 CPEAM
         « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                                                                   2012



       - Les libraires, espèce menacée .................................................................................................... 35

       - La lecture sociale, quand le lecteur écrit… ................................................................................ 35

       - Des pratiques hétérogènes de lecture.......................................................................................... 38

   1.7. Conclusion : le livre numérique, avenir du livre ? ..................................................................... 39

       1.7.1. La fin du livre ou le commencement d’autre chose ?.......................................................... 39

       1.7.2. Le silicium et le lecteur ...................................................................................................... 40

2ème partie : le dispositif de recueil de données ..................................................................................... 41

   2.1. Les entretiens personnalisés ...................................................................................................... 41

   2.2. Les questionnaires ..................................................................................................................... 41

       2.2.1. Les entretiens semi-directifs ............................................................................................... 42

       2.2.2. Les entretiens structurés ..................................................................................................... 42

       2.2.3. Les thèmes abordés............................................................................................................. 42

   2.3. Les analyses de sites internet ..................................................................................................... 43

3ème partie : bibliographie ..................................................................................................................... 44

   3.1. Livres ........................................................................................................................................ 44

   3.2. Revues et articles ....................................................................................................................... 45

   3.3. Sites Internet .............................................................................................................................. 46

   3.4. Etudes ........................................................................................................................................ 47




                                                                                                                                                   5
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                                   2012




    Introduction

Une révolution est-elle en marche ?
Le 19 juin 2012, le magazine Livre-hebdo, journal de référence des libraires et des professionnels du
livre en France, signale sur son site internet 1:

« Au premier trimestre 2012, les ventes de livres numériques ont été pour la première fois supérieures
à celles des livres imprimés en « adult hardcover » (premières éditions reliées en fiction et non
fiction), d’après les données rendues publiques par l’Association des éditeurs américains (AAP)(…). »

Cela signifie que, dans ces trois premiers mois de 2012, il s’est vendu plus de livres numériques aux
Etats-Unis que de livres sur papier neufs.

En un an, selon la même source de l’AAP rapportée par Livres-hebdo, entre début 2011 et début 2012,
les ventes de livres numériques aux Etats-Unis ont cru de 28,1 % alors que celles du livre papier
croissaient de 2,7%, soit 10 fois moins.

Cela marque-t-il l’évolution irrésistible du livre sur support numérique, au détriment du livre imprimé
sur papier ?

Certes, ce phénomène doit être relativisé par ce que se passe ailleurs, et notamment en France où le
chiffre d’affaires du livre numérique représente seulement 1% du marché total de l’édition, alors qu’il
pèse 17% des ventes de livres au Etats-Unis.

La France progressivement gagnée
Il n’empêche : le succès du livre numérique gagne aussi les esprits en France. Cela se constate à
travers plusieurs signes.

Il y a d’abord la nécessité de publier un premier baromètre du livre numérique SOFIA/SNE/SGDL,
présenté en mars 2012 au Salon du Livre de Paris, et, dans la même ville, la création en mai 2011 d’un
Labo de l’Edition, en plein cœur du Quartier latin, « afin d’aider les acteurs du milieu à appréhender
les enjeux du numérique » 2.

Autre signe plus local, mais aussi très symbolique, le lancement en septembre 2013, avec le soutien du
conseil régional d’Aquitaine, d’une résidence d’auteurs en écriture numérique, à St Symphorien, en
Gironde, dans une maison de François Mauriac, prix Nobel de Littérature 1952.

Pourtant, la croissance à long terme du livre numérique est prévue, par exemple à l’échelle de
l’Europe, par l’étude de l’Idate (Institut des Télécommunications en Europe), que Livre-hebdo
rapporte sur son site en décembre 2011 3 : « le marché du livre numérique représentera 12% des ventes
du secteur 2015. »



1
 http://www.livreshebdo.fr/economie-et-chiffres/actualites/les-ventes-de-livres-numeriques-depassent-celles-
des-nouveautes-imprimees-aux-etats-unis/8791.aspx
2
  Site de la mairie de Paris : http://www.paris.fr/accueil/actualites-municipales/le-labo-de-l-edition-un-nouvel-
equipement-innovant-de-la-ville/rub_9656_actu_98352_port_23785
3
  http://www.livreshebdo.fr/actualites/DetailsActuRub.aspx?id=7842



                                                                                                               6
M1 CPEAM
      « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                        2012




Le livre numérique en questions
Ainsi, une forte révolution du support écrit semble en marche à travers la diffusion de livres
numériques. La rapide croissance dans certains pays des ventes d’e-books et la multiplication des
supports laissent penser que ce nouveau support devrait prendre une dimension spectaculaire.

Avec les conséquences que son développement implique sur le livre dans tous ses aspects, le livre
numérique est donc un sujet digne d’intérêt pour un travail de recherche de Master Multimédia.

Quelles conséquences aura ce phénomène sur le travail d’écriture, sur les outils et les méthodes pour
rédiger un texte à l’écran ? Les relations entre lecteurs et le texte sur écran vont-elles être
profondément modifiées par rapport aux liens entretenus avec l’écrit sur papier ? Une nouvelle
littérature va-t-elle naître, voire même une nouvelle forme de livre ?

Toutes ces questions me semblent pouvoir être résumées par l’énoncé suivant :

« Le livre numérique : comment l’écrire et le lire ? »




                               Sommaire de BD numérique sur le site owni.fr




                                                                                                    7
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                            2012




    1ère partie : l’objet de recherche et le questionnement
Dans cette partie, il est proposé de définir les différentes hypothèses que soulèvent ce sujet, d’en
discerner et étudier des variables possibles. Les apports des références bibliographiques sur ces thèmes
seront abordés dans un chapitre suivant.

Le recensement de ces hypothèses donnera le plan du travail de recherche, points par points, en
s’appliquant à suivre, tout en les retrouvant, les questionnements soulevés par l’énoncé : « le livre
numérique, comment l’écrire et le lire ? »

Cela signifie qu’il faut commencer par évoquer la nature du livre numérique lui-même, puis les
moyens et méthodes employés pour écrire ce livre, et enfin, les outils et pratiques que l’on supposera
être celles des lecteurs actuels et futurs de « ebooks » (nom anglo-saxons du livre électronique).

1.1. Qu’est ce que le livre numérique ?
La première étape de ce travail de recherche sur le livre numérique est de définir le livre numérique.

Existe-t-il différents types de livres numériques ? Ces types se définissent-ils par les divers supports,
ou plutôt par leur contenu ?

1.1.1. Le support et le contenu
On peut soutenir l’hypothèse qu’un livre numérique est un écrit d’une certaine longueur qui est publié
sur un support issu d’une technique numérique. Cela englobe les livres numérisés, des versions papier
scannées et dont les pages sont reproduites sous forme de fichiers numériques. Nous proposons de
mettre de côté cette forme qui ne paraît être qu’une reproduction d’originaux imprimés pour se
consacrer aux livres spécifiquement numériques.

Ainsi, dans un premier temps, la technique et le support priment dans la définition de ce type
d’ouvrage. A partir de cette définition de base qu’il faut confronter à de multiples critères, de
nombreuses questions se posent.

On ne peut mettre de côté la question du contenu, du type de texte. Quel lien le texte entretient-il avec
le support numérique ? Quelle est sa nature sur un écran ? Le fait qu’un texte s’affiche sur écran
numérique suffit-il à le définir comme livre numérique ?

1.1.2. Un texte évolutif sur des terminaux variés
Le texte est certainement devenu plus susceptible d’évoluer, plus « mouvant » avec le support
numérique. Un ouvrage en perpétuelle réactualisation, à l’instar des mises à jour des sites internet,
donc en évolution permanente, est-il toujours un livre ? Alors, il faut donner une nouvelle dimension à
la dimension du livre, celle qui prend en compte une évolution plus rapide que celle des livres papiers
dont les versions et rééditions se font à une allure plus lente, et dans un degré limité, en général.

Parle-t-on du même livre numérique sur un support nomade du type liseuse, Smartphone ou tablette
que sur un ordinateur plus classique ? Il peut être soutenue qu’il ya un livre numérique, sous
différentes formes et pour divers supports. Parfois, la forme dépendra du support.

Le livre numérique est-il plus un livre s’il est lu sur un support spécifiquement consacré à lui, comme
une liseuse (ou e-Reader), que sur des supports nomades aux utilisations plus larges, sur lesquelles il
doit partager l’attention de l’utilisateur avec des usages de communication, d’internet ?



                                                                                                        8
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                           2012



On peut supposer qu’il sera voué à un support spécifique ou bien aux supports à usage large dans
certains cas. Il faut alors se demander quels critères, quelles conditions de pratique vont définir l’usage
sur tel ou tel terminal. Il pourra être étudié ces usages différents selon la nature du texte, selon la
situation du lecteur, selon son niveau social qui lui permet de posséder un nombre de terminaux plus
ou moins grand.

1.1.3. L’hypertexte et l’interactivité : vers un nouveau type de livre ?
Pour revenir à la définition du livre numérique selon la nature du texte, le livre numérique est-il
forcément un hypertexte, un texte avec plusieurs niveaux de lecture, reliés dans une architecture par
des liens ? Un document avec des hyperliens peut-il encore être considéré comme un livre ?

Il faut aussi se demander si l’introduction d’images animées, de sons, d’éléments non écrits dans un
ouvrage permet encore de qualifier celui-ci de livre. Y aura-t-il une limite à l’interactivité dans un
texte, au-delà de laquelle il ne peut plus être défini comme un livre ?

On se penchera aussi sur les possibles définitions en cours par les critères techniques, voire même par
des éléments liés au droit et à la fiscalité des œuvres de création !

Pour conclure sur cette question de la définition de l’ebook, on se demande si le livre numérique est un
livre comme les autres, ou bien un nouveau type de livre.




                          La liseuse de fabrication française Cybook Odyssey Bookeen




                                                                                                      9
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                             2012




1.2. Comment l'écrire ?
Après la définition du livre numérique, vient le deuxième terme de l’énoncé : « comment écrire le livre
numérique ? »

1.2.1. Un texte et un produit multimédia
Cela recouvre l’étude de la conception du livre numérique, de sa rédaction comme texte, comme
hypertexte et comme fichier.
D’emblée, il est à noter que réaliser un livre numérique signifie écrire un texte, mais aussi créer un
produit multimédia. Ces deux dimensions - rédactionnelle et multimédia - semblent intimement liées
et, surtout, indissociables. Il faut voir si elles le sont vraiment et en quoi ? Cela revient à se poser la
question : un écrivain peut-il et pourra-t-il encore écrire sans se soucier de cette dimension
hypertextuelle, et plus largement multimédia ?

1.2.2. Le rôle des techniciens et des auteurs
Aujourd’hui et dans l’avenir, avec les évolutions des supports et des usages, quels outils, quels
logiciels entrent dans la création du livre numérique ? Il semble plausible que ces outils influent sur
l’écriture même du texte. Il reste à étudier en quoi et à se poser la question du rôle des techniciens par
rapport aux auteurs, du rapport de force entre la machine et l’esprit humain.

Durant ces observations sur le lien du texte avec son support numérique, il faut aussi se poser la
question de la nature de l’écrit d’écran.

Une hypothèse que l’on peut envisager est que le style d’écriture va changer sur le support numérique,
qu’un langage de phrases plus brèves, plus ramassées en un sujet-verbe-complément, va s’imposer
dans la littérature sur ebooks, à l’instar de ce qui se fait sur internet. En cela, il sera intéressant de
consulter des textes de chercheurs traitant de l’écrit d’écran, et en général de la littérature sur support
numérique.

1.2.3. Les formats des œuvres, de la plus simple au « livre enrichi »
On peut aussi se demander ce que seront les formats de ces livres, au niveau du format numérique
comme à celui du format physique, celui lié au matériel nécessaire pour « lire » le livre, à la mise en
page possible sur l’écran de ce matériel.

On peut parier que les formats numériques dépendront de la nature de l’œuvre elle-même, de la
proportion de texte et d’éléments multimédia, de la quantité de documents audiovisuels qu’elle
contiendra.

Un livre numérique avec un contenu majoritairement textuel restera proche des formats de publication
de texte numériques, avec des éléments hypertextuels. Le format de type Epub actuellement en cours,
inspiré du langage html, ou des formats dérivés de celui-ci, pourrait devenir le standard de ces œuvres.

Un ouvrage à forte dimension multimédia devrait utiliser des formats d’applications, comme c’est le
cas actuellement pour les ouvrages les plus aboutis sur la tablette IPad. On parle alors de « livre
enrichi » ou « augmenté ».

La conception des ces ouvrages sera très liée avec le choix de ces formats, leur évolution, les
possibilités de création qu’ils offriront. Le livre numérique sort l’auteur et l’éditeur du monde de
l’édition papier, et ses langages propres, pour les faire entrer dans le monde de la conception



                                                                                                        10
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                                      2012



multimédia. Cela est vrai même dans le cas d’une œuvre limitée pour l’essentiel à du texte avec
quelques liens. Dans ce cas, écrire un livre au format Epub revient au développement d’un fichier
numérique, avec ses hyperliens, ses langages à coder et harmoniser, à faire correspondre et fonctionner
avec les différents lecteurs et écrans numériques.

On retrouve là le problème, évoqué précédemment, du rôle qui serait de plus en plus prépondérant des
techniciens informatiques et des développeurs dans la production littéraire avec cette révolution du
livre numérique.




« L’Herbier des Fées », livre enrichi pour tablette IPad, de B. Lacombe et S. Perez, publié en 2011 par
les éditions Albin Michel et Prima Linea.

1.2.4. Vers de nouvelles narrations ?
Le changement de langage écrit et la possibilité d’inclure des liens hypertexte et, plus largement, des
éléments multimédias (sons, images fixes ou animées comme des films, des cartes interactives) va
générer probablement de nouvelles narrations.

Ces nouveaux types de récit hybride, ces livres enrichis avec textes et éléments multimédias,
appartiendront encore à la sphère de l’écrit jusqu’à un point où la dimension multimédia l’emportera.
Il reste à définir, si possible, ce que sera cette frontière entre un livre numérique à fort contenu
multimédia et une œuvre multimédia non considérée comme un livre.

Pour achever sur cet aspect de l’écriture du livre numérique, la question se pose de l’évolution de
l’acte de l’écrivain et d’auteur, et si un créateur de livre numérique sera seulement un rédacteur de
textes avec des connaissances techniques ou s’il sera plus qu’un auteur, mais un vrai concepteur
multimédia.




                                                                                                             11
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                             2012




1.3. Comment le lire ?
Après avoir abordé la définition du livre numérique, la façon dont il est et sera écrit et conçu, le
troisième volet consiste en se poser la question de sa lecture, à travers les différents usages et les outils
variés que l’on pourrait recenser.

1.3.1. Le lien du lecteur et de l’œuvre
Cela conduira à envisager une pratique nouvelle de la lecture et à se poser la question de l’apparition
d’un nouveau type de lecteurs.

En effet, on peut se demander légitimement en quoi un livre conçu pour être parcouru sur un support
numérique voué aussi à d’autres usages, avec des éléments multimédias, comme des sons ou des
images, comprenant des liens vers d’autres textes ou des pages extérieures au livre, va changer le
comportement du lecteur, sa pratique, son lien avec l’œuvre écrite.

On peut pousser la question plus avant : le livre numérique s’adressera-t-il à un même type de lecteurs
ou bien touchera-t-il d’autres lecteurs ? Autrement formulé, les amateurs de littérature se retrouveront-
ils dans leur passion et leur univers, devenant des usagers du livre numérique ? Ou bien ce type
d’œuvre attire-t-il et attirera-t-il d’autres publics, peut-être plus proches des amateurs de produits
comme les jeux vidéo, d’œuvres transmédia ou d’internet ?

1.3.2. La lecture sociale
Au-delà de la motivation du lecteur d’ebook, on peut envisager les liens différents, par rapport à la
relation entre un lecteur et son livre sur papier, que ce lectorat va entretenir avec une œuvre qui
contient des liens vers des espaces de critiques, eux-mêmes disposés sur la page du ebook lui-même
ou bien sur les réseaux sociaux ou dans un site internet spécialisé.

Cet aspect est lié à la question de la lecture sociale : comme tous les produits numériques, l’ebook
s’annonce déjà comme devant se connecter, et ses usagers avec lui, au Web mondial, et plus
certainement encore à des formes sociales de celui-ci, que ce soit dans les « social networks » déjà
existant ou généralistes (Facebook, Twitter, par exemple), ou bien sur des espaces plus directement
consacrés à la lecture, voire intriqués aux livres eux-mêmes.

Cela va certainement tirer le lecteur de la position d’isolement relatif dans laquelle le plongeait la
lecture sur livre papier et le conduire à une interconnectivité permanente avec d’autres lecteurs, avec
des éditeurs, des auteurs, des professionnels de la critique.
Cela nous mène à postuler que cette interconnectivité va aussi probablement changer le rôle et la
nature des critiques de livres, faisant de chaque lecteur un critique potentiel. Les contributions et les
blogs des internautes qui livrent leur avis sur des œuvres et sur de multiples sujets donnent une idée de
cette lecture interactive et sociale en devenir.

1.3.3. Une lecture plus superficielle ?
Cette réduction de l’isolement du lecteur, du fait d’une connectivité plus grande de l’ouvrage qu’il
parcourt avec le reste d’internet pose aussi une question déjà abordée à propos des écrits d’écran
depuis leur prolifération avec l’avènement de l’informatique, celle de la lecture profonde.

Comme il faudra le rappeler dans cette étude, des chercheurs ont souligné que la pratique des supports
numériques pose des problèmes de concentration profonde aux usagers de ces supports, de cette
concentration nécessaire à la lecture autre que superficielle.



                                                                                                        12
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                               2012



Un lecteur sans cesse dévié de son texte par des hyperliens, des images, des navigations vers d’autres
sites, sera encore plus sujet à cette perte de concentration, et à cette déviation permanente du texte vers
d’autres tentations.

Il faudra donc se demander si le livre numérique ne va pas encore aggraver ces déficiences de
concentration, s’il ne va pas de ce fait engendrer des textes encore plus superficiels et brefs, afin de
s’adapter à des lecteurs moins capables de lecture soutenue et concentrée.

Il est indéniable que le livre numérique va avoir un impact sur la pratique de la lecture, qu’il risque de
mener, comme les sites internet et autres médias informatisés, à une lecture « zapping », une lecture
superficielle. Certains auteurs cités plus loin dans ce travail annoncent un autre type de lecture, une
lecture de « bifurcations » liée à l’hypertexte, à l’interactivité du texte numérique et ses liens
interactifs.

1.3.4. Un autre type de lecteur, une lecture hétérogène
S’il ramène aux écrits des lecteurs que le livre papier a perdus, le livre numérique génèrera
probablement un autre type de lecteur qui sera peut-être différent des amateurs actuels et passés de
littérature, un lecteur qui a et aura d’autres attentes. Quels types de textes, de récits, d'ouvrages, seront
demandés par ces lecteurs ? A nouveaux livres, nouveaux lecteurs ? Cela est possible et il faudra
étudier en quoi.

On peut envisager la possible concomitance de pratiques hétérogènes de lecture, sur des supports
différents. Certains lecteurs pourront être en permanence connectés, lisant des ouvrages à fort contenu
multimédia, alors que d’autres pourront déconnecter leurs textes du réseau, et choisir de s’intéresser à
des textes à faible contenu multimédia, avec un nombre réduit de liens hypertextes et d’illustrations.

Ces pratiques hétérogènes laisseront probablement la place aux livres papier, soit pour des usages à
définir, dans des « niches » de lectures encore à deviner, soit pour des générations qui ne voudront pas
basculer totalement dans l’univers numérique de lecture.

1.3.5. Le lien physique avec le texte
Depuis ses débuts, la lecture numérique sur écran interroge les chercheurs sur la place du physique
dans et durant ces lectures. Lire un livre numérique sur Smartphone, sur tablette ou sur liseuse induit
une lecture sur un support plus horizontal, plus léger, plus maniable que l’écran d’ordinateur classique.
Cela signifie que cette lecture n’induit pas le même rapport physique avec le texte que la lecture sur
écran vertical d’ordinateur classique (de bureau ou même de portable).

L’écran des mobiles et autres supports nomades est également d’une taille plus petite que les écrans
d’ordinateur de bureau. Cela aussi change la fonction des organes durant la lecture, par exemple le
parcours de l’œil sur le texte affiché. D’une manière générale, il peut être intéressant d’étudier en quoi
les comportements et positions des organes physiques avec le texte changent par rapport à ce qu’ils
sont avec les supports numériques plus classiques, comme avec les livres papiers.

1.3.6. La chaîne du livre et le piratage
La question de la lecture du livre numérique déborde forcément sur la mesure de l’impact que ce type
d’œuvre va avoir sur la chaîne du livre et de l'édition, sur le métier, le rôle et le statut des éditeurs, des
libraires et les bibliothèques. Un livre qui prend la forme d’un fichier numérique va circuler, de
manière gratuite (ce qui concerne les bibliothèques) ou être commercialisé sous des formes bien
différentes que le livre papier. La possibilité de copier les fichiers, de les télécharger va bouleverser,
voire menacer, le travail et le rôle des intermédiaires entre l’ouvrage et le lecteur que sont depuis des



                                                                                                         13
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                              2012



siècles les différents métiers du livre, à l’instar de ce que la chaîne de production, de création et de
distribution de la musique et du cinéma ont connu. Il peut être envisagé que la nature numérique du
livre créera un lien plus direct entre le lecteur et l’auteur, ou du moins facilitera l’accès à l’ouvrage.

Cela pose aussi la question du piratage des œuvres, et aussi d’une offre légale viable pour y faire face,
de tous les problèmes de plateformes de distribution (et d’achat) en ligne et du lien de ces
supermarchés en ligne tant avec les éditeurs traditionnels qu’avec des auteurs qui voudraient
s’autoéditer ou se commercialiser dans l’intermédiaire des éditeurs.




Le livre enrichi « Kadath », développé en 2012 par Walrus et Memnos éditions.




                                                                                                        14
M1 CPEAM
         « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                             2012




1.4 La fin du livre ou un autre type de livre ?
En guise de conclusion générale à ce plan d’étude, on peut avancer l’hypothèse que le livre numérique
va bouleverser la notion même de livre, sa conception, son écriture, le rapport du lecteur avec l’œuvre
écrite.

La Banque mondiale a publié, le 17 juillet 2012, un rapport estimant que « près des trois quarts des
habitants de la planète disposent d'un téléphone portable et le nombre d'abonnements souscrits sur le
                                                                      4
globe devrait 'bientôt' dépasser celui de la population mondiale. »
Le journal Le Monde qui l’évoque précise en outre que « le rapport estime par ailleurs que la
révolution du mobile n'en est 'qu'à ses débuts' et qu'elle devrait encore se propager grâce à la chute des
prix des téléphones portables et au perfectionnement des réseaux de bande passante à travers le
monde. »
Le même rapport a compté que plus de 30 milliards d’applications ont été téléchargés à l’échelle
mondiale en 2011.

Cela prédit un avenir de développement colossal aux supports nomades. Il est fort probable que, parmi
les multiples services et documents auxquels ces supports donnent accès, les livres numériques
prendront leur place. Et que le téléphone intelligent et mobile sera le terminal sur lequel ces livres se
liront.

Il reste à deviner si tous les livres ou bien certains types d’écrits seront plus particulièrement
susceptibles d’être téléchargés et lus sur ces téléphones : les écrits de type pratique, scolaire,
universitaire, des fictions faciles d’abord, peut-être sous forme de micro-feuilletons, plus ou moins
illustrés d’images, elles-mêmes plus ou moins animées, épisodes reçus à intervalle régulier sur
l’écran…

Ces perceptives annoncent une révolution complète du livre, une mutation du rapport de l’humain à
l’écrit qui est une base de notre civilisation, donc peut-être, une mutation profonde, et probablement
déjà en cours, de la société humaine et de sa capacité à transmettre les connaissances et les œuvres de
l’imaginaire.

On ne pourra pas éviter de chercher de premières réponses aux questions qui font échos aux défis
lancés par l’informatique à notre culture : le livre numérique, est-il encore un livre ? Est-ce la fin du
livre ou le commencement d’un autre type de littérature ? Cela conduit à s’inspirer de la conclusion de
François Bon à son propre ouvrage, « Après le livre » 5 : « Nous sommes déjà après le livre ».

Une ébauche d’étude peut certainement finir sur cette hypothèse, que résume la phrase de François
Bon : le processus de création de livres parvient, avec l’ebook, au stade postérieur à celui du livre tel
que nous le connaissons depuis la naissance de l’imprimerie, à la fin du 15ème siècle, et son assemblage
en cahiers. Nous sommes au début d’une nouvelle ère de l’écrit et de la littérature.




4
 http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/07/17/pres-de-75-des-terriens-possedent-un-telephone-
portable_1734969_651865.html


5
    « Après le livre », François Bon, Seuil, 2011, P269-270.



                                                                                                         15
M1 CPEAM
          « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                               2012




1.5. Les disciplines des SIC et des autres sciences
abordées

Après de premières lectures, ce travail semble devoir s'appuyer sur des domaines des sciences de
l’information et de la communication (SIC) et des autres sciences telles que :
la sémiologie, l’ergonomie, l’épistémologie, l’étude de l'écrit écran, l’analyse des usages, des
technologies, la sociologie de la lecture, des pratiques de la lecture et de l’écriture, l’histoire de l'écrit
et de ses supports, l’histoire du livre.

1.5.1. « La technologie intellectuelle des formes écrites »
Pour expliquer combien il est nécessaire que ce travail d’étude sur le livre numérique s’inscrive dans
ces divers secteurs de recherches, on peut puiser dans l’ouvrage collectif 6, « Lire, écrire, récrire:
objets, signes et pratiques des médias informatisés », d’Emmanuël Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle
Le Marrec.

Ces auteurs précisent, en page 26, que leur recherche « revendique plusieurs définitions de la
dimension signifiante des pratiques écrites ». Cette recherche se nourrit de la « sémiotique héritée
d’Anne-Marie Christin, qui convoque l’idée d’une forme visible qui donne accès à une lecture- « la
pensée-de l’écran », s’inspirant en les prolongeant de l’« approche fonctionnelle » de Roy Harris
(« qui définit l’écriture comme une intégration du texte dans un contexte ») et de la dimension décelée
par Jack Goody de « technologie intellectuelle des formes écrites et des logiques qu’elles suggèrent ou
imposent à la pensée et à la mémoire. »

Plus loin, ils disent l’importance d’une « démarche ethnosémiologique « située » », puis, en page 27,
ils évoquent: « une véritable intersémiotique couvrant aussi bien les textes de la machine que le
contexte d’espaces, d’objets, de signes divers. »

1.5.2. Une recherche interdisciplinaire
Autres éléments qui peuvent aider à savoir sur quelles disciplines doit s’appuyer un travail sur le livre
numérique, les phrases de ces auteurs en page 32 du même ouvrage : « L’analyse des médias
informatisés ne peut en effet être envisagée par ses seules composantes disjointes, mais bien à
l’articulation -à l’interstice-et dans l’interaction des différentes disciplines qu’elle convoque ». Ils
citent ceux qui portent ces disciplines : « informaticien, sémiologue, ethnologue ou sociologue », dont
les auteurs ont constaté qu’ils sont très vite confrontés « aux limites mêmes des disciplines » quand il
s’agit de l’étude du « texte », de la « technique » et de « l’usage ».

Auparavant, en page 29, ils avaient affirmé faire appel, dans leur recherche sur les « médias
informatisés », à une « recherche interdisciplinaire », pratiquant un « chassé-croisé méthodologique ».
Comme ils le disent en page 28, à propos du domaine des médiations qui est leur champ de recherche,
étudier l’écrit numérique soulève la nécessité de prendre en compte « la multiplicité des dimensions
interreliées ».

D’où cette multiplicité des domaines des SIC en particulier, et des sciences en général, à aborder
durant cette étude sur le livre numérique.




6
    Toutes les références sont citées en fin de ce travail, dans la 3ème partie.



                                                                                                          16
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                            2012




1.6. Les références bibliographiques et les aspects
de la question
Dans ce chapitre, il va être précisé les relations qu’il y a entre les références bibliographiques et les
différents aspects abordés : en quoi ces références ont été utiles pour la définition de l’objet d’étude,
l’élaboration du questionnement, le recensement des différentes hypothèses envisageables.

Cela peut se faire en reprenant le plan proposé précédemment pour ce travail, par points principaux.
Les références bibliographiques sont citées en détail dans la dernière partie de cette étude.

1.6.1. Le livre numérique : sa définition
Pour ébaucher une définition du livre numérique, on peut commencer avec un article de François Bon,
intitulé : « Pour une définition du livre numérique » :

« On n’a pas besoin de définition du livre numérique pour le lire. (...) Si on utilise l’expression livre
numérique, on le spécifie par rapport au livre non numérique, donc un objet matériel lié à un contenu
précis, qui s’est progressivement constitué (dès avant le codex) en notion de livre, a pris son essor via
l’imprimé pour continuer d’évoluer jusqu’à l’époque moderne, mais soudain, en deux ou trois
décennies (déjà) s’est laissé dérober que sa nécessité d’objet soit liée à sa nécessité de contenu. »

Ainsi, cet auteur souligne paradoxalement qu’il n’y a pas de livre numérique, que le contenu « livre »
déborde le support et qu’il n’est pas lié au support matériel, ce qui ferait qu’un livre numérique un
livre en tant que tel. En quelque sorte, il y a « le » livre, sous différentes formes dépendant des divers
supports matériels. Ceci est un point de vue à discuter.




Kindle Touch Fire, une gamme de supports de la liseuse à la tablette.

Pour approfondir les relations entre le support technique et matériel et le contenu textuel, éléments
dont est fait le livre numérique, il faut puiser dans l’ouvrage « Lire, écrire, récrire » de Emmanuël
Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marrec. En pages 36-37, ils livrent une tentative de définition du
texte dans les dispositifs techniques : « un objet symbolique qui circule et qui participe des échanges
sociaux ? » Selon eux, un livre, un texte ne sont pas isolés, stables, ne l’ont jamais été. Ces auteurs



                                                                                                      17
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                             2012



précisent (P.37) : « Objet communicationnel, le texte anticipe pour partie son usage et son
interprétation possible », en « tension permanente entre homogénéité et hétérogénéité. » Ce serait dire
l’importance du dispositif technique dans élaboration et compréhension du texte. « Tout texte »,
disent-ils page 38, est « façonné par les propriétés matérielles du média et ses matériaux
sémiotiques ». Un texte n’est donc pas seulement un discours autonome et toutes ces questions
concernent le livre numérique.

Mais, selon les mêmes auteurs, le texte a la tendance de « dissocier une organisation sémiotique de son
substrat technique. » Pour cette raison, les auteurs inventent le terme de « textiel » qui « permettrait de
décrire l’hybridité ou l’ambigüité de statut de ce qui est en jeu ». En page 92, dans la note 51, ils
précisent : « le concept de textiel ne remplace pas le concept de texte, mais l’implique dans un objet
complexe. Le textiel est texte et technique en même temps. » En page 314, ces chercheurs
insistent : « Le textiel est un état émergeant de la forme-texte entendue comme ensemble matériel et
organisé de signes à l’écran. » Ce terme repose sur l’idée qu’« il n’y a pas de clivage entre texte et
technique ».

Voilà qui semble parfaitement correspondre aux termes entrant en jeu dans le livre numérique, et être
utile pour le comprendre et de définir !

La question de la définition du livre numérique comme œuvre originale ou bien comme œuvre
multimédia dérivée du texte peut trouver un apport intéressant à travers la question des auteurs de
Bande dessinée, qui ont signé en mars 2010, dans Le Monde, un « Appel pour des règles du jeu du
livre numérique », repris dans l’ouvrage collectif édité par le Conseil d’analyse de la société « La
révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », à la page 132. Ces auteurs proclament :
« diffuser une bande dessinée sur un téléphone portable ou sur un écran d’ordinateur, est-ce diffuser
l’œuvre originale, son adaptation ou une œuvre dérivée ? »

La question qui peut être élargie à l’ensemble des œuvres écrites pose le problème de la nature du livre
numérique (fut-il une BD) par rapport au livre sur support papier, le rapport entre l’œuvre sur le
support traditionnel et l’œuvre sur les nouveaux supports informatiques.

En page 158 du livre « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », l’éditrice
Teresa Cremisi parle de « création hybride », de projets éditoriaux qui « tirent parti des potentialités
offertes par le numérique (adjonction de musique, de vidéos, de « bonus » en tous genres, etc.) ». Ces
projets hybrides posent, selon elle, « la question de l’œuvre, de son unicité et de son intégrité dans la
mesure même où des déclinaisons plus ou moins multimédia peuvent être désormais envisagées. »

Ces références qui aident à définir le livre numérique et sa nature ouvrent donc sur le problème de sa
définition par les différents types de livres numériques.

- Les types de livre numérique
Dans l’article « Réseaux, savoirs et société. Menaces et opportunités », Marc Guillaume aide à une
définition du ebook en recensant des réalités très diverses que le terme « livre numérique » recouvre :

- « la numérisation des textes qui réduit les coûts et les délais d’impression des livres ordinaires et
permet des tirages très limités, voire à l’unité » (allusion aux livres imprimés à la demande, procédé
qui se développe en ce moment) ;

- « la présentation des livres et leur commerce sur internet » via les « librairies virtuelles » dont « le
chiffre d’affaires progresse régulièrement » ;




                                                                                                        18
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                                   2012



- la réalisation de cédéroms et de dvd, qui « permettent une lecture hypertextuelle » et « surtout utilisés
pour les encyclopédies et les applications pédagogiques » ;

- « la lecture et éventuellement le téléchargement de journaux, de revues scientifiques ou de livres sur
le web. » ;

- enfin, le « recours à un terminal spécialisé », évidemment les liseuses d’ebooks plus aboutis
aujourd’hui qu’en 2001, date de rédaction de cet article.

Sur le blog Sobookonline, dans l’article intitulé « l’affordance des livres numériques », Joseph
Esposito distingue quant à lui 6 formats de livres numériques :

« Le livre institutionnel : c’est le livre homothétique, la version PDF d’un livre papier, totalement figé,
et qui n’est pas prêt de disparaître (…)

L’eBook classique : c’est l’Epub, en fait, très proche du livre-papier et qui autorise seulement quelques
modifications mineures (changement de police, annotations/soulignements, dictionnaire). Il peut être
lu sur différentes surfaces.




          La tablette IPad d’Apple propose une véritable bibliothèque à compléter via connexion internet.

Le livre augmenté (« Enhanced book ») : il ne comprend pas seulement du texte, mais des vidéos,
photos, sons. S’il s’est considérablement développé, il ne peut pas remplacer totalement le livre
institutionnel et l’ebook classique : tous les livres ne peuvent en effet pas faire l’objet d’un tel
traitement (les manuels scolaires sont plus adaptés).

Le livre mobilisateur (« Muscular book ») : c’est le livre réajustable, réinscriptible, annotable,
comparable, qui implique une participation corporelle et intense du lecteur (en tension, à bras-le-
corps). C’est finalement un livre dont le texte s’étire et dont on peut déjà observer les transformations
avec des services comme Evernote (j’aime) ou Zotéro (j’adore).




                                                                                                            19
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                            2012



Le livre social : avec lui, le contenant est le manitou-web en personne. Il peut prendre des formes
variées : simples commentaires qui entourent le texte ; votes pour choisir la fin d’un livre ; livre-wiki,
en gestation permanente. Evidemment, la question de la prise en compte et de l’intégration des
commentaires/critiques/demandes/votes des lecteurs se pose aux auteurs.

Le « livre-Staccato » : il s’agit d’un livre écrit selon des contraintes précises, qui sont celles des SMS
(140 caractères). Le terme « Staccato » renvoie à une notion musicale, le phrasé en notes détachées. Il
évoque donc un livre bref, une suite de mots articulés en une phrase concise, par petites touches
successives. »

Ainsi, ces deux typologies des livres numériques aident à définir celui-ci non seulement selon les
différents formes qu’il peut et pourra emprunter, mais aussi selon les multiples fonctionnalités qu’il
proposera. On peut constater que le livre numérique recouvre des œuvres et des modalités allant de la
simple version numérique d’un texte à un ouvrage « augmenté » de dispositifs multimédia, et même à
des écrits brefs relevant de messageries instantanées (SMS).

Tout en donnant des éléments de réponse, ces références confirment donc les questions posées, lors de
l’ébauche de plan, sur le statut et la nature du livre numérique, sur la manière de le concevoir, de le
produire et de le diffuser. Ce sera une réalité multiple dans laquelle ce ne sera pas seulement du texte
qui sera en jeu.

- Les supports du livre numérique
Quel support matériel pour ce livre numérique ? Quelle diffusion pour celui-ci ?

Pour étudier le lien du texte avec son support matériel, avec "sa matérialité", on peut s’inspirer
d’Emmanuël Souchier qui, dans son article « Une écriture schizophrène ? », écrit : « Depuis ses
différentes origines, l’écriture existe à travers la relation « intime et pérenne » qui l’unit à son
support. » Il parle aussi de la « présence concomitante du support et du signe écrit dans sa réalité
physique, matérielle et iconique. »

Ensuite, il précise un aspect du lien entre support et écrit à reprendre quand il faudra aborder le rôle du
technicien dans la réalisation du livre numérique : « Pour la première fois de son histoire, l’homme n’a
plus directement accès à son écriture : pour avoir accès à la trace de son écriture, l’homme a besoin
d’un dispositif technique et d’une source d’énergie adéquate pour faire fonctionner ce dispositif. »

Dans son ouvrage paru en 2011, « Après le livre », dans le chapitre dont le titre (« Un téléphone est-il
un livre ? ») touche à plein cette question du support pour l’écrit, François Bon souligne, page 78 et
suivantes, un aspect intéressant de cette nature du support. Il explique qu’avec un « téléphone-
ordinateur (Smartphone) », l’utilisateur obtient « l’accès à des ressources denses aussi bien qu’à des
informations pointues, et la capacité à glisser d’un d’une ressource lente (livre) à un fil d’actualité-
quel que soit l’endroit où vous êtes amenés à vous déplacer… »
L’auteur rappelle le rôle des réseaux et de la connectivité permanente dans l’usage que le lecteur peut
faire du livre numérique : « avec le streaming, par Wifi ou 3G, le flux continu de données
accessibles ».

Ainsi, ces références contribuent à comprendre l’importance du support matériel qu’est l’écran et le
terminal électronique dans le livre numérique, dans la façon de le concevoir, de le lire, d’en faire
usage. Elles rappellent également que ce support matériel et l’ebook sont liés au réseau et à la capacité
de s’y connecter.




                                                                                                       20
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                              2012



- L’hypertexte, l’écrit de « bifurcations », le labyrinthe
Avant la possibilité de se connecter via internet, la véritable révolution de l’écriture numérique, son
apport novateur dans la forme même de l’écrit, réside probablement dans l’invention de l’hypertexte.
Il faut s’appuyer sur ce qu’en dit Jean Clément, dans son article « La littérature au risque du
numérique », publié dans la revue Document numérique.

En page 127, il en rappelle d’abord l’origine, située hors du champ de la littérature : « L’hypertexte, au
sens informatique du terme, a d’abord été un outil de recherche documentaire destiné à faciliter la
navigation dans des bases de données en s’affranchissant des contraintes d’une structuration trop
rigide et de langages de requête trop simplistes. »

En page 119- 120, il décrit cette construction textuelle différente de la forme traditionnelle, linéaire :
« Cette structure réticulaire, théorisée dès 1945 par Vannevar Bush puis par Ted Nelson en 1965 sous
le nom d’hypertexte, est constituée de « noeuds » (les textes) et des liens qui les relient entre eux et
que le lecteur peut activer ou non au cours de sa lecture. (…) Ce dispositif a pour corollaire une
fragmentation des textes et de la lecture. » Il note encore que cet outil créé pour la documentation offre
une « vraie nouveauté » dans la « constitution d’une structure en réseau qui permet de reconfigurer
l’ensemble des documents selon une très grande variété de parcours répondant à des logiques qui
tiennent mieux compte des préoccupations des lecteurs. »

Ainsi, en page 127-128, il développe les conséquences de l’hypertexte dans l’écriture, dès lors que ce
type de lien est introduit dans la narration écrite : « La bifurcation, dans l’hypertexte, c’est la
possibilité de quitter une ligne de récit au profit d’une autre en cliquant sur un mot ou une phrase, de
construire un parcours de lecture personnalisé chaque fois que l’auteur propose un lien de ce type.
L’incise relève du même mécanisme, mais elle se présente plutôt comme une digression, un pas de
côté dans la marche de la narration, l’occasion offerte d’une description de paysage, de rappel d’un
souvenir, etc. Dans les deux cas, l’hypertexte instrumente une démarche que le papier rend hasardeuse.
Cette liberté offerte au lecteur tend à faire de lui un véritable interlocuteur, voire un complice dans
l’élaboration du texte donné à lire. » Il évoque « une prolifération non contrôlée et non maîtrisable des
liens hypertextuels qui plonge le lecteur dans un véritable labyrinthe. »

Ainsi, le livre numérique est l’enfant non seulement de l’électronique et du réseau numérique, mais
avant tout de l’hypertexte. C’est cette possibilité de bifurquer dans le texte qui change la nature même
de l’écrit numérique.

Ce récit non linéaire n’est pas l’apanage de l’écrit numérique, comme le démontre Jean Clément en
page 128 : « A vrai dire, l’hypertexte littéraire n’est que la réalisation matérialisée de tendances qui
étaient déjà présentes dans le livre classique. » Il cite divers auteurs dont Jose Luis Borgès et ses
réflexions de fictions différentes dans son ouvrage justement nommé « Fiction », et même la littérature
orale, linéaire car l’auditeur doit subir le récit sans revenir en arrière, mais, « dans la mesure où elle est
improvisée, elle autorise des variantes que seul connaît le conteur et parmi lesquelles il peut faire un
choix. »

Cependant, avec l écriture numérique et sa dimension hypertextuelle, « l’auteur coopère avec ses
lecteurs dans l’émergence de parcours énonciatifs singuliers et non reproductibles. »
On reparlera de cette coopération avec le lecteur dans des chapitres suivants. Retenons déjà que le récit
fait de bifurcation, non linéaire, devient systématique, plus ample, général avec l’écrit numérique. Et
que cet aspect fait du livre numérique une étape nouvelle dans la vie des supports et des œuvres
produites.




                                                                                                        21
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                               2012



1.6.2. Comment l'écrire ?
Quel style d’écriture pour le livre numérique ? Quelle méthode d'écriture est et sera employée pour ce
type d’œuvre ? Quelles seront les évolutions du contenu avec le changement de support ? Y aura-t-il
des types d'écrit prioritairement dévolus au livre numérique (des niches) ? Si oui, lesquels?
Les textes de référence ouvrent des réponses sur ces points.

- Quels éditeurs ? Quel cadre légal et éditorial ?
Va-t-on vers des livres publiés uniquement en numérique, avec des éditeurs ne publiant pas une seule
page sur papier ?

Sur son blog Prospective du Livre, Lorenzo Soccavo, chercheur indépendant en prospective du livre et
de l'édition, donne une liste d’éditeurs francophones spécialisés dans le livre numérique. En juin 2012.
il recense déjà près de 80 éditeurs « pure players », c’est-à-dire publiant uniquement des livres
numériques. Ce chercheur en donne une définition : « Un éditeur pure player est un entrepreneur qui
publie des livres exclusivement dans des formats numériques à destination des nouveaux dispositifs de
lecture. »

Il croit utile de préciser ensuite : « A l’heure des e-incunables, du passage de l’édition imprimée à
l’édition numérique, il peut s’agir, par extension, d’une « société fournissant des logiciels applicatifs
dédiés à l’édition de livres numériques enrichis et/ou qui propose ses services comme coéditeur
technique à des éditeurs de livres imprimés. » »

D’où sa distinction en deux listes, l’une recensant les éditeurs « pure players francophones » , et une
autre, les « prestataires de services et coéditions... »

- La question du physique
Dans « Après le livre », François Bon avance une remarque utile pour la compréhension du
changement du rapport physique avec le support numérique. En page 31 et suivantes, il note que « ce
                                       qui nous manque n’est pas visuel » dans le livre numérique. Il
                                       explique que la vraie différence physique dans le rapport
                                       lecteur-livre numérique tient dans le manque de contact de la
                                       surface, de l’épaisseur du livre. Dans l’imaginaire des lecteurs,
                                       un « grand » roman est épais ! En littérature classique, la forme
                                       manuscrite anticipe et appelle l’épaisseur du livre.

                                         Les familiers de l’ordinateur et de la forme d’écriture
                                         numérique ne passeront plus forcément par l’épaisseur.
                                         L’ordinateur procède, explique encore l’auteur, à une
                                         structuration verticale des ressources et applications (corbeille,
                                         dossiers…). Cette « spatialisation structurelle » implique
                                         d’autres formes d’écriture. Dans le chapitre 4 de son livre
                                         intitulé « Faut-il une table à nos ordinateurs ? », il remarque
                                         que « plus que jamais, avec le numérique, le corps écrit. »


                                         La main un des organes physiques déterminants dans la lecture de
                                         l’ebook.




                                                                                                            22
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                           2012



A la page 105 et dans les suivantes, il s’interroge sur l‘influence de ce nouveau rapport physique avec
le support numérique dans l’acte d’écrire : l’ordinateur, « compagnon de nos écritures », est-il « apte à
recevoir le premier surgissement, le plus fragile de l’écriture, comme le crayon » ?

- Le code et l’écrivain
François Bon cite un article de Walter Benjamin, « Sens unique » (en page 127 de « Après le livre »),
un texte évoquant dans les années 1920 l’écriture altérée par la publicité et les journaux et des formes
nouvelles liées au « chaos économique » : « Des poètes (…) ne pourront collaborer à cette écriture
pictographique que s’ils se rendent accessibles les domaines dans lesquels (…) s’effectue l’édification
de cette écriture : par le diagramme artistique et technique. »

Cette citation semble tellement appropriée aux temps de l’écriture « pictographique » que génèrent les
réseaux numériques sociaux. Elle signifie aussi que l’auteur doit se rendre accessibles les contraintes
techniques ! En informatique, il s’agit du code à propos duquel François Bon conseille aux auteurs, en
page 128 de son ouvrage : « S’approprier nous-mêmes le vocabulaire et la technique du Web, y être
autonome. »

Voilà qui ouvre aussi la discussion sur le rôle du développeur dans la création du livre numérique.

Dans son article « Une écriture schizophrène ? », Emmanuël Souchier décrypte la relation de la
technique , de ceux qui la possèdent, et de l’auteur de texte : « Cet espace de transformation (couches
logicielles qui vont du traitement machinique à l’écrit d’écran socialisé) est un espace qui, pour les
usagers, s’étale de l’invisible au lisible, de l’incompréhensible au manipulable : un espace technico-
sémiotique dont le premier niveau est inaccessible à l’homme (impulsion électronique dans la matière
mémoire) et dont le reste (codes, langages) est réservé à une minorité de techniciens ou d’aficionados./
Le pouvoir de l’écrit a changé de mains et de castes : typographes et gens du livre ont cédé la place
aux informaticiens. »

- Les contraintes techniques et les ressources
Dans leur livre « Lire, écrire, récrire », E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marec précisent, en page 23 :
« On ne peut produire un texte à l’écran sans outils d’écriture en amont. »

En page 133 de son ouvrage « après le livre », François Bon poursuit sur le lien entre support
technique et contenu : « De tous temps (…), les contraintes techniques de reproduction et de diffusion
matérielle du texte ont précédé la fixation et stabilisation des formes de fiction. » Et de citer l’intérêt
de Rabelais pour l’apparition de l’imprimerie. En page 147, il insiste sur l’éventail élargi de ressource
dont dispose l’auteur d’écrits numériques : « Le navigateur concentre une large part des outils que
traditionnellement requiert l’écriture- à commencer par la variété des dictionnaires. » Notre
bibliothèque est utile pour écrire.

Mais, s’étonne François Bon, « comment se référer à notre exiguë bibliothèque personnelle quand le
cadre même qui nous sert d’écritoire donne accès à bien plus vaste ? » En clair : on ne peut pas écrire
sur support numérique sans les ressources de connaissances qu’offre l’univers numérique, et en
particulier internet. Quel rédacteur écrivain sur outils numériques peut se passer de ces ressources, des
encyclopédies en ligne, y compris de Wikipédia, encyclopédie gratuite, contenant des savoirs parfois
contestés ?




                                                                                                      23
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                             2012



- Les écrits numériques, écrits instables ?
Dans « Après le livre », en page 264, François Bon souligne que la composition d’une œuvre ne se
révèle « qu’à mesure qu’on l’écrit, ce n’est pas quelque chose qui s’amorce avec le numérique. » Il
décrit comment cette progressivité existait déjà chez Marcel Proust.

En page 265, il insiste : « Dans notre histoire de la littérature, tant d’œuvres qui nous paraissent
aujourd’hui comme des arborescences stables, des organisations compactes et massives, se sont
pourtant constituées en restant tout au long dans cette étape. Ce n’est pas là, en soi, une rupture par
rapport à l’histoire de l’imprimé : des œuvres majeures (Maupassant, Loti, mais aussi en partie
Maurice Blanchot, Walter Benjamin, Henri Michaux) sont des recompositions partielles sous forme de
livre de parcours ébauchés sous d’autres formats. »

En page 267, il indique : « Ce qui change dans la narration est ce qui n’a jamais changé en elle, un
champ de tenseurs entre l’écart réflexif et la pratique solitaire d’une discipline, la bibliothèque qui
nous sert à l’exprimer, et l’expérience directe du monde. » Selon lui, le numérique déplace chacun de
ces rois champs, et « principalement celui de notre expérience au monde. »
Ces observations induiraient donc que l’espace de rédaction numérique, que ce soit un site, ou un
support nomade, n’est pas un espace clos. Le récit est inséré dans notre relation au réel.

Si elle est avérée, la mutation de l’écrit sur support numérique produit donc, d’après ces références, un
objet non clos et moins stable que l’écrit sur papier ! Cependant, la création fractionnée e en étapes,
l’écriture progressive d’une œuvre n’est pas née avec l’écrit numérique.

- Le texte numérique et sa mise en forme ; l’architexte
Comment l’écrire signifie comment mettre en page, organiser, présenter l’écrit d’écran ?

Dans leur livre « Lire, écrire, récrire », en page 24, E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marrec éclairent
l’importance de la mise en forme du texte pour son appropriation par le lecteur: « Les modes
d’appropriation du texte d’écran passent en premier lieu par l’institution de formes écrites et par leur
reconnaissance : organisation de l’espace visuel, « pensée de l’écran », calibrage, organisation des
cadres, choix matérialisés par un acte de lecture gestualisé… »

En page 25, ils notent à propos de l’écriture numérique : « Plus fondamentalement, l’écriture a un
statut particulier au sein des médias informatisés car elle en est tout à la fois l’objet et l’outil. » A
l’écran, « entre le texte, l’image et l’image du texte, l’essentiel advient à travers un texte mis en scène
grâce à des procédés « architextuels », eux-mêmes programmés par le texte informatique. »

Ils donnent une définition de cette notion d’architextuel en page 23-24 : « Du banal traitement de texte
au logiciel d’écriture multimédia, on ne peut produire un texte à l’écran sans outils d’écriture situés en
amont. Ainsi le texte est mis en abîme dans une autre structure textuelle, un « architexte » qui le régit
et lui permet d’exister. Nous nommons architexte (de arkhè, origine et commandement), les outils qui
permettent l’existence de l’écrit à l’écran et qui, non contents de représenter la structure du texte, en
commandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balise
l’écriture. »

Ils précisent encore « structure hybride, héritée tout à la fois de l’informatique, de la logique et de la
linguistique, l’architexte et un outil d’ingénierie textuelle qui jette un pont nécessaire entre la
technique et les langages symboliques. »




                                                                                                       24
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                                   2012



Selon ces auteurs, le texte numérique ne se suffit pas à lui tout seul et nécessite d’autres dimensions.
En page 25, ils le disent autrement : « Les médias informatisés sont définis comme des « machines à
texte » auxquelles on accède et que l’on manipule à travers et par l’écriture. »

Pas de texte qui, pour « advenir aux yeux du lecteur puisse se départir de sa livrée graphique et
matérielle. Sans support, sans dessin, « l’image du texte », il ne saurait y avoir de texte, non plus que
d’écriture. » Ils préviennent de la nécessité de saisir le texte numérique d’une manière différente que
les autres textes : « Prendre en compte la dimension graphique, visuelle de l’écriture et, plus
généralement, de l’information écrite, implique un autre regard, une attention autre que celle
d’ordinaire dévolue au texte. »

Cette dimension graphique, visuelle fait selon ces auteurs, que le texte présente une résistance
physique, matérielle.

Jean Clément, en pages 121-122 de son article « La littérature au risque du numérique », décrit des
conséquences de la dimension graphique des écrits numériques : « A la différence du papier qui fige le
texte dans une forme définitive, l’écran de l’ordinateur peut accueillir des mises en page et des choix
typographiques… modifiables à vue. Cette simple possibilité redonne aux auteurs et/ou aux lecteurs
une partie des prérogatives des éditeurs quant à la disposition matérielle du texte que lira le lecteur. De
manière plus spectaculaire, la mobilité ouvre la possibilité d’afficher des textes animés, dynamiques,
mis en scène pour la lecture sur écran. »

- Les signes, leur rôle, leur sens
En page 156 de leur livre collectif, E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marrec précisent ce que le lecteur
voit sur l’interface de l’ordinateur : « L’écrit d’écran est truffé de signes, il est surdéterminé ». Ils
poursuivent : « certains de ces signes sont purement passeurs, d’autres ne le sont pas du tout-pas
d’action, pas d’effet de clic, pas de lien-, d’autres sont encore hybrides-destinés à la lecture et au
passage. » Quelles conséquences cela a-t-il sur la création et la réception de ce texte ?

Les signes passeurs sont, pour ces auteurs, ceux qui servent au passage d’un niveau à l’autre de
l’hypertexte, qui en permettent la fonctionnalité, comme les hyperliens. L’enjeu, disent les auteurs est
moins leur définition que « de comprendre comment le lecteur perçoit et reçoit ces signes passeurs. »

Il s’agira d’essayer de détecter la nature des signes, quels signes sont passeurs dans le livre numérique.




                  Dans le livre enrichi, des éléments d’images peuvent être des signes passeurs.



                                                                                                          25
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                             2012



Les premiers de ces signes passeurs sont évidement les liens hypertextes qu’évoquent Jean Davallon et
Yves Jeanneret, dans leur article « La fausse évidence du lien hypertexte », en page 52. : « Il y a avant
tout la reconnaissance de l'existence de couches de textes qui rendent possible le fonctionnement de
ces signes passeurs, c'est-à-dire la reconnaissance de tout l’architexte qui assure la liaison entre le texte
affiché d'écran et l'infrastructure technique (…) »

Cette remarque pose la question de la littérature à l’heure de l’hypertexte, de l’usage de l’hypertexte
dans l’écriture littéraire, et dans le livre en général !

Anne Guibert-Lassalle, dans son article « Le livre, personnage en danger », précise en page 626 : « de
nouveaux styles littéraires apparaissent qui brouillent la distinction entre blog et livre, écriture
ordinaire et conception littéraire. » L’auteur conclue : « Ces nouveaux romans sont caractérisés par un
texte moins structuré, rédigé sans plan d‘ensemble apparent. La syntaxe et le lexique sont ceux de la
langue orale et les préoccupations celles du quotidien. »

Alors, le livre numérique va-t-il engendrer un nouveau type de littérature ?

- Un nouveau type de littérature ?
En page 159 du livre « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », l’éditrice
Teresa Cremisi évoque les « keita Shusetsu », les « livres pour mobiles », ces textes diffusés par
chapitres sur téléphones portables au Japon. Elle soulève une question qui touche à l’écriture des
futures créations écrites numériques : « le livre numérique va peut-être déboucher sur la renaissance du
feuilleton littéraire ! On pourra peut-être louer de textes comme on loue des DVD ! »

Elle précise que l’édition se dirigera peut-être vers des déclinaisons différentes d’une même œuvre
écrite : « un fichier spécialement destiné aux IPhones, un format en simple hypertexte pour les liseuses
électroniques et un format papier classique. » dans ces multiples variantes, elle imagine un roman
« peut être entrecoupé d’images et de sons, ou encore inclure une interactivité… »

Sur le site des éditions numériques Walrus Books, éditeur spécialisé dans les œuvres enrichies, Julien
Simon publie un article dont le titre est un appel explicite à « Repenser la narration face au
numérique ».

Jean Clément évoque, en page 127 de « La littérature au risque du numérique », de « nouvelles
formes narratives » dont il dit : « En réalité, nous sommes au début d’une ère nouvelle et de nouvelles
formes discursives devront être inventées pour que l’hypertexte trouve sa légitimité dans l’espace
d’écriture ainsi ouvert ».

- A nouvelles formes, nouveaux rôles
Ces nouvelles formes de narration découlant de l’hypertexte et sa nature de fichier numérique
influeront forcément sur la façon de produire le livre numérique. Plusieurs références choisies
montrent que ces évolutions du livre vont aussi modifier la façon de le publier, de l’éditer, le diffuser.
Elles modifieront aussi les relations entre auteurs et tous les éléments de cette chaine de création, ainsi
que leur rôle, notamment celui de l’éditeur.

Dans l’ouvrage collectif édité par le Conseil d’analyse de la société, « La révolution du livre
numérique : état des lieux, débats, enjeux », à la page 129, François Samuelson, premier agent
littéraire en France, certifie : « je ne crois pas du tout dans la chimère selon laquelle les écrivains
pourraient, demain, s’affranchir des éditeurs. « A ses yeux », est-il précisé en page 118 du même
ouvrage, « la question des droits numériques est au cœur des discussions entre auteurs et éditeurs. »




                                                                                                       26
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                            2012



Surtout avec « un fichier numérique bien moins cher que le livre papier », tous les équilibres de la
chaîne de production, de stockage, de commercialisation et de distribution des livres sont bouleversés.
Et cela influera sur le rôle de ceux qui écriront, concevront, fabriqueront les ouvrages numériques, sur
la nature de leurs œuvres, leur longueur, leur découpage, la structure de leur narration. Ce que
rappelle, dans le même ouvrage, en page 151, l’éditrice franco-italienne Teresa Cremisi : « la chaîne
éditoriale a évolué avec une extrême rapidité au cours des derniers mois » (de l’année 2010).

François Samuelson souligne, en page 125, que les frais de fabrication d’un livre numérique (un
fichier) sont moitié moins élevés pour un éditeur qui augmente de ce fait sa marge de 50% par rapport
au livre papier. Pourtant, la rémunération des auteurs dans le cas du livre numérique est plus basse
dans la plupart des contrats. Teresa Cremisi souligne, en page 152, que « dans la chaîne du livre, c’est
certainement la vente en ligne qui constitue, à ce stade, l’étape la plus fondamentale de cette
révolution. » et que cela concerne les livres numériques mais aussi « papier », « de plus en plus de
lecteurs utilisant le net pour trouver, choisir et commander leurs livres. »

Ainsi, le livre numérique révolutionne la conception même du livre, l’acte d’écriture, mais aussi toute
la chaîne de traitement éditorial et de diffusion qui prolonge l’acte du créateur du texte… jusqu’au
lecteur, dont de nombreux auteurs de référence se demandent aussi quelles évolutions sa pratique et
ses usages vont subir.

1.6.3. Comment le lire ?
L’aspect fondamental que les auteurs de référence abordent en général à propos de la lecture du livre
numérique est le type de lecture qu’un écrit d’écran, sur support électronique, va engendrer. Une
lecture qui se rapproche de la navigation sur média électronique ne va-t-elle pas souffrir d’un manque
de concentration, de profondeur ? Si c’est le cas, elle engendrera donc d’autres liens entre lecteur et
texte, et modifiera même la nature et le contenu des textes proposés sur le livre numérique.

- Le texte et l’utilisateur
Dans son article « Le livre, personnage en danger », à la page 625, Anne Guibert-Lassalle avance :
« Les logiciels de recherche numériques sur internet nous ont déjà accoutumés à ce mode de lecture
transversale et pointilliste », qu’auparavant l’auteur oppose à ce qu’elle qualifie de « lecture cursive
traditionnelle » à laquelle, selon elle, notre culture doit se montrer « infidèle ».

Après avoir décrit combien l’hypertexte change l’abord de l’écrit par le lecteur, Jean Clément, en
pages121-122 de « La littérature au risque du numérique », souligne l’importance de l’interactivité,
« c’est-à-dire la possibilité pour le lecteur d’intervenir dans le processus même de l’écriture par des
choix qui influeront sur les textes qui lui seront donnés à lire, ou plus simplement sur l’ordre dans
lequel ils apparaîtront à l’écran. »

Dans l’ouvrage « Lire, écrire, récrire », E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marec évoquent en page 81
les « deux représentations courantes de ce qu’est la lecture de l’écrit de réseau. La première considère
que lire, c’est faire- au sens de naviguer- ; l’autre, que faire c’est lire- au sens de s’informer. Pour la
première, il n’y a pas de texte mais de l’usage ; pour la seconde, il n’existe que de l’information, tout
le reste relevant de la technique. » Ils soulignent donc le rôle de la technique et du support matériel
dans l’écrit numérique.

Ces deux représentations concernent-elles le livre numérique où il ya navigation, mais différente que
sur internet ? A laquelle des deux cas se réfère-t-il ? Faut-il « chercher à comprendre comment le texte
conduit l’utilisateur « à faire pour lire », alors qu’il est venu « lire pour faire ». » ces deux cas de
figure sont-ils pertinents pour le livre numérique ? Parle-t-on de la même navigation, du même acte de
« faire » dans un ebook qui simule le feuilletage de pages de livre, et dans un site internet ?



                                                                                                      27
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                               2012



Les questions à approfondir sont : le livre numérique est-il un texte en réseau comme les autres, même
s’il n’est pas un site internet ? Il est obtenu via le réseau, peut-être actualisé via le réseau, déjà et de en
plus en plus commenté en permanence sur des sites spécialisés, ou sur les pages des ebooks eux-
mêmes, via la connectivité qui relie le livre ouvert au réseau. Ces analyses sur l’écrit de réseau
semblent donc pouvoir être utilisées pour le livre numérique

En page 92 de leur livre, les chercheurs se demandent : « Comment lit-on sur l’écran ? Comment s’y
repère-t-on et qu’en retient-on ? » Questions à prolonger pour le cas de cet écran de liseuse ou tablette,
si différent, en position verticale plus qu’horizontale. Ils poursuivent : « En quel sens y-a-t-il du texte
sur les supports numériques ? » Dans le cas qui nous intéresse, en quel sens y-a-t-il un livre sur le
lecteur nomade de livre numérique, sur le Smartphone, la tablette ? Les auteurs disent partager l’avis
de Roger Chartier (Cf. références en note page 52) : « le changement de matérialité du texte n’est pas
le simple transfert d’un objet inchangé. »

Selon tous ces auteurs, le livre numérique paraît donc être autre chose que le « transfert » du livre
papier sur support électronique. Il se passe un changement radical du livre avec le passage au livre
numérique. Une autre sorte de livre semble bien en train de naître, du point de vue de l’écrivain
comme de celui du lecteur.

- La machine et ses contraintes ; le lecteur, interprète du texte
Ces auteurs nous aideront aussi à comprendre la nature même du texte numérique affiché sur l’écran
du lecteur de livre numérique.

En page 26 de « Lire, écrire, récrire », ils précisent : « le signe est considéré comme polysémique et
« structurellement dépendant de son contexte » (note P.26 : expression empruntée à Anne Marie
Christin, « l’image écrite ou la déraison graphique ».) D’où le « rôle central du lecteur ». Selon eux,
celui est dit « actif ». Il « intègre dans son activité interprétative le texte (l’écriture) ainsi que le
contexte. »

En page 96, ils prolongent leur hypothèse : « les médias informatisés proposent une forme de texte
particulière. » Ils rajoutent : « nous sommes face à un texte qui n’en est pas tout à fait un. » Ils
recensent les « changements majeurs dans la forme du texte ». En pages 97-98, ils remarquent : « alors
que le texte est imprimé sur le support papier, il est ici seulement stocké dans une « matière-
mémoire » au sein de la machine. » Ce qui rompt « le lien matériel qui unit traditionnellement le signe
au dispositif médiatique ».

Ils évoquent les « contraintes d’affichage » qui font « l’originalité du média » : « pour la première fois,
l’écrit est cantonné sur une surface exigüe et unique, précisant « le média et le cadre se confondent
dans la peine unicité de l’espace de lecture. ».

Le texte en réseau est « un objet structuré à plusieurs niveaux dont une partie seulement « est présente
aux yeux du lecteur. » Ils observent que cela a des conséquences sur les pratiques du lecteur, sur la
relation texte/lecteur (P.99). « Il devient d’abord plus difficile de distinguer l’utilisation d’un objet
technique de l’acte de lecture. »




                                                                                                          28
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                               2012




                     Le texte est stocké dans une « matière-mémoire au sein de la machine ».

Ainsi, lecture et utilisation de la machine sont étroitement liées. Ce qui a des conséquences sur la
façon même dont le lecteur reçoit le texte numérique, « la mise en contexte de l’écrit est de moins en
moins assurée explicitement par le texte et de plus en plus portée à la charge du lecteur ». Cela induit
l’importance du lecteur, de celui qui interprète le texte.

En page 99, les auteurs poursuivent : « Le texte (note : en réseau) devient un objet mobile, aux
contours multiples, enchevêtrés, superposés, si bien qu’il appartient au lecteur de reconnaître les
limites du texte, et même de se poser ou de ne pas se poser la question de ces limites. »

Ainsi, on peut en conclure qu’un lecteur de livre numérique ne sera pas un lecteur de livre papier. Que
le même lecteur devant le même texte affiché sur écran ou imprimé sur papier ne recevra pas cet écrit
de la même façon, qu’il le lira et l’interprètera de manière différente.

- « Lire et voir »
En page 191, les auteurs de « Lire, écrire, récrire » expliquent que « l’écrit d’écran privilégie
sciemment l’organisation graphique de la page. » Ils précisent : « la page écran », très hétérogène,
« mélange dans un même espace plusieurs niveaux de discours. Ce qu’on désigne comme signes
passeurs, ce sont des éléments de texte qui forment l’une des composantes du texte global mais qui ont
aussi une autre fonction : celle d’amener à/vers un autre élément de texte qui n’est pas immédiatement
présent dans le cadre général mais qui peut être sollicité pour apparaître (…). »

On comprend qu’ils titrent le paragraphe suivant : « entre lire et voir ». Cela met en valeur l’aspect
graphique du texte écran, ses différents niveaux de visualisation et de lecture, ses signes passeurs : il
faut se demander en quoi cela se retrouve sur le livre numérique, qui semble un texte moins
« habillé », moins « mis en scène », plus sobre dans sa mise en page. Le livre numérique serait donc
d’abord un objet qui se « voit ».

Les chercheurs soulignent dans leur ouvrage le décalage entre l’espace de représentation et espace réel
généré par l’organisation du texte : au sein de cet espace, s’élaborent de nouveaux comportements de
lecture. Quels sont ces nouveaux comportements avec le livre numérique ? Quelles différences y-a-t-il
dans ces comportements avec ceux observés dans la lecture sur internet, et dans la lecture des livres
sur papier ?




                                                                                                      29
M1 CPEAM
       « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE
                                                                                             2012



- Vers la lecture « zapping », une « hypolecture » ?
Dans son ouvrage « Après le livre », François Bon se demande, en page 129, si lire sur écran est un
« zapping permanent », une « lecture balayage ». Cela revient-il à une régression car, se demande-t-il,
« nous ne saurions plus prendre le temps et l’écart nécessaire à la lecture dense ? » Il note que
« Internet privilégie les formes brèves » et qu’il existe déjà sur média numérique une littérature du
texte court avec les blogs.

En page 120 de son article « La littérature au risque du numérique », Jean Clément insiste sur ce que le
livre électronique peut générer comme dégradation de la lecture : « Apparenté au zapping télévisuel, il
fait craindre à certains les dangers d’une « hypolecture ». »

Dans « Lire, écrire, récrire », Souchier, Jeanneret et Le Marec décrivent, en page 192, la lecture écran
comme « d’abord une lecture de survol et de repérage » : est-ce vrai aussi pour les livres numériques ?
Qu’en est-il de la lecture profonde liée aux livres papier, même si ces livres sont lus par des lecteurs
assidus ?

Cette lecture, poursuivent-ils, demande une manipulation d ‘outils, qui, loin d’être « intuitive »,
demande un « apprentissage long ». cette lecture demande qu’il existe une « culture commune » entre
concepteur et lecteur. La question peut être posée : quelle est cette culture commune pour la lecture
écran des livres numériques entre concepteurs et lecteurs ? Ce sera probablement une culture
différente que celle entre écrivain et lecteurs de livres traditionnels.

Marc Guillaume, dans l’article « Réseaux, savoirs et sociétés », en page 157, dédramatise ces
nouvelles formes de lecture : « Les nouvelles pratiques de « lecture », de « savoir » et de « pensée » ne
sont pas à rejeter- à supposer que cela soit possible- mais à transformer. Elles constituent, comme
toute technique, à la fois une menace et une opportunité qui ne se substitueront pas aux anciennes
pratiques mais s’y ajouteront en les transformant et en se transformant elles-mêmes. »

François Bon, quant à lui, en page 145 de « Après le livre », pose le problème sur le plan de la
concentration du lecteur face à de multiples attirances liées aux écrans : « La relation dense, mais
univoque que nous avions à la lecture, saurons-nous un jour la transporter sur l’écran, ou s’agit-il de
nous ouvrir, nous lecteur, à une expérience basée sur d’autres perceptions ? Sur l’écran, plusieurs
fenêtres ouvertes simultanément, plusieurs tâches qui se prolongent et s’effectuent ensemble. Mais
lisant un livre imprimé, ne le quittons-nous pas aussi à notre gré pour rêverie, note ou conversation, de
même que sur la tablette on jette un œil aux derniers messages à la coupure de chapitre ? »

Il résume ensuite : « La lecture dense est un apprentissage long et collectif. La lecture-écran est plus
soumise à tentation- c’est comme la gourmandise. Quel risque pour la pensée et l’écriture ? » Et
ensuite, il se pose la question face à une « masse profuse d’informations : comment ne pas craindre
que notre capacité très certaine à passer de la lecture rapide à la lecture dense n’en soit pas affectée ? »
En page 147, il dit encore : « En passant au cadre imposé par l’écran, c’est donc plutôt la simultanéité
des contenus que leur pluralité qui définit le changement. »

Ainsi, sur tablettes et liseuses, il est décelé une possible concurrence à l’attention portée par le lecteur
sur son livre, du fait des e-mails, réseaux sociaux, sites Web à consulter, toutes sortes de sollicitations
qui placent la lecture dans un processus de « zapping » du lecteur-usager du terminal.

En page 147 de son livre, lui-même amateur de lecteur et auteur de livres papier ou numériques,
François Bon affirme, face à la multiplication des « si commodes fenêtres » dévolues aux messages en
temps réel (Twitter et autres réseaux), « aux mails et messageries instantanées, à la musique en
écoute », que « ce que le livre portait en lui d’isolement (que la marge et la couverture symbolisaient),
il nous revient à nous de le construire- et d‘éduquer à le construire. »



                                                                                                        30
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef
Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef

Contenu connexe

En vedette

Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12
Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12
Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12
satanbaal
 
Brouchure sisproh
Brouchure sisprohBrouchure sisproh
Brouchure sisproh
faridvargas
 
La remuneration en marketing multi niveau
La remuneration en marketing multi niveauLa remuneration en marketing multi niveau
La remuneration en marketing multi niveau
millielavoisier
 
In Movement au Salon Mondial de l’Automobile
In Movement au Salon Mondial de l’AutomobileIn Movement au Salon Mondial de l’Automobile
In Movement au Salon Mondial de l’Automobile
Groupe PSA
 
CP et CE1 au conservatoire
CP et CE1 au conservatoireCP et CE1 au conservatoire
CP et CE1 au conservatoire
cdisacrecoeur76
 
Présentation jpt final autorégulation métiers du marketing au cameroun
Présentation jpt final autorégulation métiers du marketing au camerounPrésentation jpt final autorégulation métiers du marketing au cameroun
Présentation jpt final autorégulation métiers du marketing au cameroun
Cameroon Marketing Association (ACPM)
 
Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...
Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...
Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...
morsayvrai
 

En vedette (17)

Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12
Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12
Rpc12263 r7 final thème 2 obligation fab et autres acteurs slides conf12 09 12
 
Les voitures de ma jeunesse!
Les voitures de ma jeunesse!Les voitures de ma jeunesse!
Les voitures de ma jeunesse!
 
Brouchure sisproh
Brouchure sisprohBrouchure sisproh
Brouchure sisproh
 
La remuneration en marketing multi niveau
La remuneration en marketing multi niveauLa remuneration en marketing multi niveau
La remuneration en marketing multi niveau
 
Mon la vie
Mon la vieMon la vie
Mon la vie
 
In Movement au Salon Mondial de l’Automobile
In Movement au Salon Mondial de l’AutomobileIn Movement au Salon Mondial de l’Automobile
In Movement au Salon Mondial de l’Automobile
 
Agenda français
Agenda françaisAgenda français
Agenda français
 
Van Gogh al CEIP Es Vinyet. Treballs dels alumnes
Van Gogh al CEIP Es Vinyet. Treballs dels alumnesVan Gogh al CEIP Es Vinyet. Treballs dels alumnes
Van Gogh al CEIP Es Vinyet. Treballs dels alumnes
 
Unoveinte
UnoveinteUnoveinte
Unoveinte
 
CP et CE1 au conservatoire
CP et CE1 au conservatoireCP et CE1 au conservatoire
CP et CE1 au conservatoire
 
Présentation jpt final autorégulation métiers du marketing au cameroun
Présentation jpt final autorégulation métiers du marketing au camerounPrésentation jpt final autorégulation métiers du marketing au cameroun
Présentation jpt final autorégulation métiers du marketing au cameroun
 
336 imp
336 imp336 imp
336 imp
 
Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...
Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...
Libéral ou opportuniste ? Président Morsay ou bien Zehef contre protéger la r...
 
Nos offres Smartphones & Tablettes - Décembre 2014
Nos offres Smartphones & Tablettes - Décembre 2014Nos offres Smartphones & Tablettes - Décembre 2014
Nos offres Smartphones & Tablettes - Décembre 2014
 
Certidems
CertidemsCertidems
Certidems
 
Photos super.fp1
Photos super.fp1Photos super.fp1
Photos super.fp1
 
Impacto de bolsas plasticas en el medio ambiente
Impacto de bolsas plasticas en el medio ambienteImpacto de bolsas plasticas en el medio ambiente
Impacto de bolsas plasticas en el medio ambiente
 

Dernier

Dernier (13)

Chapitre3-Classififcation des structures de chaussu00E9e.pptx
Chapitre3-Classififcation des structures de  chaussu00E9e.pptxChapitre3-Classififcation des structures de  chaussu00E9e.pptx
Chapitre3-Classififcation des structures de chaussu00E9e.pptx
 
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTIONCALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
CALENDRIER ET COMPTE RENDU REUNION DIRECTION
 
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en FranceÀma Gloria.pptx   Un film tourné au Cap Vert et en France
Àma Gloria.pptx Un film tourné au Cap Vert et en France
 
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptxGHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
GHASSOUB _Seance 4_ measurement and evaluation in education_-.pptx
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigéesTexte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
Texte avec différentes critiques positives, négatives ou mitigées
 
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptxGHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
GHASSOUB _Seance 3_ measurement and evaluation in education.pptx
 
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbainesUn petit coin  etwinning- Au fil des cultures urbaines
Un petit coin etwinning- Au fil des cultures urbaines
 
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciationFiche de vocabulaire pour faire une appréciation
Fiche de vocabulaire pour faire une appréciation
 
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre françaiseNathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
Nathanaëlle Herbelin.pptx Peintre française
 
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
Réunion des directeurs de Jonzac - 15 mai 2024
 
Saint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptx
Saint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptxSaint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptx
Saint Damien, missionnaire auprès des lépreux de Molokai, Hawaï.pptx
 
complement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptxcomplement de agri cours irrigation.pptx
complement de agri cours irrigation.pptx
 

Tpr ph bayle-m1 cpeam 2012-le livre numérique-vdef

  • 1. 2012 Master 1 CPEAM Philippe Bayle ISIC - Université Michel de Montaigne Bordeaux3 "LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE ? " Travail préparatoire de recherche
  • 2. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Citation « Le texte numérique ouvre la voie à des œuvres d’un nouveau genre destinées à être reçues en dehors de l’univers du livre. En quittant son support traditionnel, la littérature prend le risque d’explorer de nouvelles formes que certains auteurs avaient jusque-là pressenties ou appelées de leurs vœux. » Jean Clément, La littérature au risque du numérique, Revue Document numérique. 2001. Page 132 Remerciements A Cécile pour son soutien, Aux personnels des Bibliothèques universitaires de l’Université Montaigne de Bordeaux 3 et de l’ISIC pour leurs conseils, Aux enseignants qui m’ont donné le goût et les clés pour ce travail. 2
  • 3. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Table des matières Citation ............................................................................................................................................... 2 Remerciements ................................................................................................................................... 2 Table des matières .............................................................................................................................. 3 Introduction ............................................................................................................................................ 6 Une révolution est-elle en marche ? ................................................................................................... 6 La France progressivement gagnée .................................................................................................... 6 Le livre numérique en questions ......................................................................................................... 7 1ère partie : l’objet de recherche et le questionnement ............................................................................. 8 1.1. Qu’est ce que le livre numérique ? .............................................................................................. 8 1.1.1. Le support et le contenu ........................................................................................................ 8 1.1.2. Un texte évolutif sur des terminaux variés ............................................................................ 8 1.1.3. L’hypertexte et l’interactivité : vers un nouveau type de livre ? ........................................... 9 1.2. Comment l'écrire ?..................................................................................................................... 10 1.2.1. Un texte et un produit multimédia ...................................................................................... 10 1.2.2. Le rôle des techniciens et des auteurs ................................................................................. 10 1.2.3. Les formats des œuvres, de la plus simple au « livre enrichi » ........................................... 10 1.2.4. Vers de nouvelles narrations ? ............................................................................................ 11 1.3. Comment le lire ? ...................................................................................................................... 12 1.3.1. Le lien du lecteur et de l’œuvre .......................................................................................... 12 1.3.2. La lecture sociale ................................................................................................................ 12 1.3.3. Une lecture plus superficielle ? ........................................................................................... 12 1.3.4. Un autre type de lecteur, une lecture hétérogène ................................................................ 13 1.3.5. Le lien physique avec le texte ............................................................................................. 13 1.3.6. La chaîne du livre et le piratage .......................................................................................... 13 1.4 La fin du livre ou un autre type de livre ? ................................................................................... 15 3
  • 4. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1.5. Les disciplines des SIC et des autres sciences abordées ............................................................ 16 1.5.1. « La technologie intellectuelle des formes écrites »............................................................ 16 1.5.2. Une recherche interdisciplinaire ......................................................................................... 16 1.6. Les références bibliographiques et les aspects de la question .................................................... 17 1.6.1. Le livre numérique : sa définition ....................................................................................... 17 - Les types de livre numérique...................................................................................................... 18 - Les supports du livre numérique ................................................................................................ 20 - L’hypertexte, l’écrit de « bifurcations », le labyrinthe ............................................................... 21 1.6.2. Comment l'écrire ?.............................................................................................................. 22 - Quels éditeurs ? Quel cadre légal et éditorial ? .......................................................................... 22 - La question du physique............................................................................................................. 22 - Le code et l’écrivain ................................................................................................................... 23 - Les contraintes techniques et les ressources ............................................................................... 23 - Les écrits numériques, écrits instables ? ..................................................................................... 24 - Le texte numérique et sa mise en forme ; l’architexte ................................................................ 24 - Les signes, leur rôle, leur sens .................................................................................................... 25 - Un nouveau type de littérature ?................................................................................................. 26 - A nouvelles formes, nouveaux rôles .......................................................................................... 26 1.6.3. Comment le lire ? ............................................................................................................... 27 - Le texte et l’utilisateur ............................................................................................................... 27 - La machine et ses contraintes ; le lecteur, interprète du texte ..................................................... 28 - « Lire et voir »............................................................................................................................ 29 - Vers la lecture « zapping », une « hypolecture » ? ..................................................................... 30 - La question du physique dans la lecture ..................................................................................... 31 - Le corps partie prenante du texte numérique .............................................................................. 32 - La diffusion des livres numériques et les géants des réseaux ..................................................... 33 - La lecture et le piratage .............................................................................................................. 34 4
  • 5. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 - Les libraires, espèce menacée .................................................................................................... 35 - La lecture sociale, quand le lecteur écrit… ................................................................................ 35 - Des pratiques hétérogènes de lecture.......................................................................................... 38 1.7. Conclusion : le livre numérique, avenir du livre ? ..................................................................... 39 1.7.1. La fin du livre ou le commencement d’autre chose ?.......................................................... 39 1.7.2. Le silicium et le lecteur ...................................................................................................... 40 2ème partie : le dispositif de recueil de données ..................................................................................... 41 2.1. Les entretiens personnalisés ...................................................................................................... 41 2.2. Les questionnaires ..................................................................................................................... 41 2.2.1. Les entretiens semi-directifs ............................................................................................... 42 2.2.2. Les entretiens structurés ..................................................................................................... 42 2.2.3. Les thèmes abordés............................................................................................................. 42 2.3. Les analyses de sites internet ..................................................................................................... 43 3ème partie : bibliographie ..................................................................................................................... 44 3.1. Livres ........................................................................................................................................ 44 3.2. Revues et articles ....................................................................................................................... 45 3.3. Sites Internet .............................................................................................................................. 46 3.4. Etudes ........................................................................................................................................ 47 5
  • 6. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Introduction Une révolution est-elle en marche ? Le 19 juin 2012, le magazine Livre-hebdo, journal de référence des libraires et des professionnels du livre en France, signale sur son site internet 1: « Au premier trimestre 2012, les ventes de livres numériques ont été pour la première fois supérieures à celles des livres imprimés en « adult hardcover » (premières éditions reliées en fiction et non fiction), d’après les données rendues publiques par l’Association des éditeurs américains (AAP)(…). » Cela signifie que, dans ces trois premiers mois de 2012, il s’est vendu plus de livres numériques aux Etats-Unis que de livres sur papier neufs. En un an, selon la même source de l’AAP rapportée par Livres-hebdo, entre début 2011 et début 2012, les ventes de livres numériques aux Etats-Unis ont cru de 28,1 % alors que celles du livre papier croissaient de 2,7%, soit 10 fois moins. Cela marque-t-il l’évolution irrésistible du livre sur support numérique, au détriment du livre imprimé sur papier ? Certes, ce phénomène doit être relativisé par ce que se passe ailleurs, et notamment en France où le chiffre d’affaires du livre numérique représente seulement 1% du marché total de l’édition, alors qu’il pèse 17% des ventes de livres au Etats-Unis. La France progressivement gagnée Il n’empêche : le succès du livre numérique gagne aussi les esprits en France. Cela se constate à travers plusieurs signes. Il y a d’abord la nécessité de publier un premier baromètre du livre numérique SOFIA/SNE/SGDL, présenté en mars 2012 au Salon du Livre de Paris, et, dans la même ville, la création en mai 2011 d’un Labo de l’Edition, en plein cœur du Quartier latin, « afin d’aider les acteurs du milieu à appréhender les enjeux du numérique » 2. Autre signe plus local, mais aussi très symbolique, le lancement en septembre 2013, avec le soutien du conseil régional d’Aquitaine, d’une résidence d’auteurs en écriture numérique, à St Symphorien, en Gironde, dans une maison de François Mauriac, prix Nobel de Littérature 1952. Pourtant, la croissance à long terme du livre numérique est prévue, par exemple à l’échelle de l’Europe, par l’étude de l’Idate (Institut des Télécommunications en Europe), que Livre-hebdo rapporte sur son site en décembre 2011 3 : « le marché du livre numérique représentera 12% des ventes du secteur 2015. » 1 http://www.livreshebdo.fr/economie-et-chiffres/actualites/les-ventes-de-livres-numeriques-depassent-celles- des-nouveautes-imprimees-aux-etats-unis/8791.aspx 2 Site de la mairie de Paris : http://www.paris.fr/accueil/actualites-municipales/le-labo-de-l-edition-un-nouvel- equipement-innovant-de-la-ville/rub_9656_actu_98352_port_23785 3 http://www.livreshebdo.fr/actualites/DetailsActuRub.aspx?id=7842 6
  • 7. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Le livre numérique en questions Ainsi, une forte révolution du support écrit semble en marche à travers la diffusion de livres numériques. La rapide croissance dans certains pays des ventes d’e-books et la multiplication des supports laissent penser que ce nouveau support devrait prendre une dimension spectaculaire. Avec les conséquences que son développement implique sur le livre dans tous ses aspects, le livre numérique est donc un sujet digne d’intérêt pour un travail de recherche de Master Multimédia. Quelles conséquences aura ce phénomène sur le travail d’écriture, sur les outils et les méthodes pour rédiger un texte à l’écran ? Les relations entre lecteurs et le texte sur écran vont-elles être profondément modifiées par rapport aux liens entretenus avec l’écrit sur papier ? Une nouvelle littérature va-t-elle naître, voire même une nouvelle forme de livre ? Toutes ces questions me semblent pouvoir être résumées par l’énoncé suivant : « Le livre numérique : comment l’écrire et le lire ? » Sommaire de BD numérique sur le site owni.fr 7
  • 8. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1ère partie : l’objet de recherche et le questionnement Dans cette partie, il est proposé de définir les différentes hypothèses que soulèvent ce sujet, d’en discerner et étudier des variables possibles. Les apports des références bibliographiques sur ces thèmes seront abordés dans un chapitre suivant. Le recensement de ces hypothèses donnera le plan du travail de recherche, points par points, en s’appliquant à suivre, tout en les retrouvant, les questionnements soulevés par l’énoncé : « le livre numérique, comment l’écrire et le lire ? » Cela signifie qu’il faut commencer par évoquer la nature du livre numérique lui-même, puis les moyens et méthodes employés pour écrire ce livre, et enfin, les outils et pratiques que l’on supposera être celles des lecteurs actuels et futurs de « ebooks » (nom anglo-saxons du livre électronique). 1.1. Qu’est ce que le livre numérique ? La première étape de ce travail de recherche sur le livre numérique est de définir le livre numérique. Existe-t-il différents types de livres numériques ? Ces types se définissent-ils par les divers supports, ou plutôt par leur contenu ? 1.1.1. Le support et le contenu On peut soutenir l’hypothèse qu’un livre numérique est un écrit d’une certaine longueur qui est publié sur un support issu d’une technique numérique. Cela englobe les livres numérisés, des versions papier scannées et dont les pages sont reproduites sous forme de fichiers numériques. Nous proposons de mettre de côté cette forme qui ne paraît être qu’une reproduction d’originaux imprimés pour se consacrer aux livres spécifiquement numériques. Ainsi, dans un premier temps, la technique et le support priment dans la définition de ce type d’ouvrage. A partir de cette définition de base qu’il faut confronter à de multiples critères, de nombreuses questions se posent. On ne peut mettre de côté la question du contenu, du type de texte. Quel lien le texte entretient-il avec le support numérique ? Quelle est sa nature sur un écran ? Le fait qu’un texte s’affiche sur écran numérique suffit-il à le définir comme livre numérique ? 1.1.2. Un texte évolutif sur des terminaux variés Le texte est certainement devenu plus susceptible d’évoluer, plus « mouvant » avec le support numérique. Un ouvrage en perpétuelle réactualisation, à l’instar des mises à jour des sites internet, donc en évolution permanente, est-il toujours un livre ? Alors, il faut donner une nouvelle dimension à la dimension du livre, celle qui prend en compte une évolution plus rapide que celle des livres papiers dont les versions et rééditions se font à une allure plus lente, et dans un degré limité, en général. Parle-t-on du même livre numérique sur un support nomade du type liseuse, Smartphone ou tablette que sur un ordinateur plus classique ? Il peut être soutenue qu’il ya un livre numérique, sous différentes formes et pour divers supports. Parfois, la forme dépendra du support. Le livre numérique est-il plus un livre s’il est lu sur un support spécifiquement consacré à lui, comme une liseuse (ou e-Reader), que sur des supports nomades aux utilisations plus larges, sur lesquelles il doit partager l’attention de l’utilisateur avec des usages de communication, d’internet ? 8
  • 9. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 On peut supposer qu’il sera voué à un support spécifique ou bien aux supports à usage large dans certains cas. Il faut alors se demander quels critères, quelles conditions de pratique vont définir l’usage sur tel ou tel terminal. Il pourra être étudié ces usages différents selon la nature du texte, selon la situation du lecteur, selon son niveau social qui lui permet de posséder un nombre de terminaux plus ou moins grand. 1.1.3. L’hypertexte et l’interactivité : vers un nouveau type de livre ? Pour revenir à la définition du livre numérique selon la nature du texte, le livre numérique est-il forcément un hypertexte, un texte avec plusieurs niveaux de lecture, reliés dans une architecture par des liens ? Un document avec des hyperliens peut-il encore être considéré comme un livre ? Il faut aussi se demander si l’introduction d’images animées, de sons, d’éléments non écrits dans un ouvrage permet encore de qualifier celui-ci de livre. Y aura-t-il une limite à l’interactivité dans un texte, au-delà de laquelle il ne peut plus être défini comme un livre ? On se penchera aussi sur les possibles définitions en cours par les critères techniques, voire même par des éléments liés au droit et à la fiscalité des œuvres de création ! Pour conclure sur cette question de la définition de l’ebook, on se demande si le livre numérique est un livre comme les autres, ou bien un nouveau type de livre. La liseuse de fabrication française Cybook Odyssey Bookeen 9
  • 10. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1.2. Comment l'écrire ? Après la définition du livre numérique, vient le deuxième terme de l’énoncé : « comment écrire le livre numérique ? » 1.2.1. Un texte et un produit multimédia Cela recouvre l’étude de la conception du livre numérique, de sa rédaction comme texte, comme hypertexte et comme fichier. D’emblée, il est à noter que réaliser un livre numérique signifie écrire un texte, mais aussi créer un produit multimédia. Ces deux dimensions - rédactionnelle et multimédia - semblent intimement liées et, surtout, indissociables. Il faut voir si elles le sont vraiment et en quoi ? Cela revient à se poser la question : un écrivain peut-il et pourra-t-il encore écrire sans se soucier de cette dimension hypertextuelle, et plus largement multimédia ? 1.2.2. Le rôle des techniciens et des auteurs Aujourd’hui et dans l’avenir, avec les évolutions des supports et des usages, quels outils, quels logiciels entrent dans la création du livre numérique ? Il semble plausible que ces outils influent sur l’écriture même du texte. Il reste à étudier en quoi et à se poser la question du rôle des techniciens par rapport aux auteurs, du rapport de force entre la machine et l’esprit humain. Durant ces observations sur le lien du texte avec son support numérique, il faut aussi se poser la question de la nature de l’écrit d’écran. Une hypothèse que l’on peut envisager est que le style d’écriture va changer sur le support numérique, qu’un langage de phrases plus brèves, plus ramassées en un sujet-verbe-complément, va s’imposer dans la littérature sur ebooks, à l’instar de ce qui se fait sur internet. En cela, il sera intéressant de consulter des textes de chercheurs traitant de l’écrit d’écran, et en général de la littérature sur support numérique. 1.2.3. Les formats des œuvres, de la plus simple au « livre enrichi » On peut aussi se demander ce que seront les formats de ces livres, au niveau du format numérique comme à celui du format physique, celui lié au matériel nécessaire pour « lire » le livre, à la mise en page possible sur l’écran de ce matériel. On peut parier que les formats numériques dépendront de la nature de l’œuvre elle-même, de la proportion de texte et d’éléments multimédia, de la quantité de documents audiovisuels qu’elle contiendra. Un livre numérique avec un contenu majoritairement textuel restera proche des formats de publication de texte numériques, avec des éléments hypertextuels. Le format de type Epub actuellement en cours, inspiré du langage html, ou des formats dérivés de celui-ci, pourrait devenir le standard de ces œuvres. Un ouvrage à forte dimension multimédia devrait utiliser des formats d’applications, comme c’est le cas actuellement pour les ouvrages les plus aboutis sur la tablette IPad. On parle alors de « livre enrichi » ou « augmenté ». La conception des ces ouvrages sera très liée avec le choix de ces formats, leur évolution, les possibilités de création qu’ils offriront. Le livre numérique sort l’auteur et l’éditeur du monde de l’édition papier, et ses langages propres, pour les faire entrer dans le monde de la conception 10
  • 11. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 multimédia. Cela est vrai même dans le cas d’une œuvre limitée pour l’essentiel à du texte avec quelques liens. Dans ce cas, écrire un livre au format Epub revient au développement d’un fichier numérique, avec ses hyperliens, ses langages à coder et harmoniser, à faire correspondre et fonctionner avec les différents lecteurs et écrans numériques. On retrouve là le problème, évoqué précédemment, du rôle qui serait de plus en plus prépondérant des techniciens informatiques et des développeurs dans la production littéraire avec cette révolution du livre numérique. « L’Herbier des Fées », livre enrichi pour tablette IPad, de B. Lacombe et S. Perez, publié en 2011 par les éditions Albin Michel et Prima Linea. 1.2.4. Vers de nouvelles narrations ? Le changement de langage écrit et la possibilité d’inclure des liens hypertexte et, plus largement, des éléments multimédias (sons, images fixes ou animées comme des films, des cartes interactives) va générer probablement de nouvelles narrations. Ces nouveaux types de récit hybride, ces livres enrichis avec textes et éléments multimédias, appartiendront encore à la sphère de l’écrit jusqu’à un point où la dimension multimédia l’emportera. Il reste à définir, si possible, ce que sera cette frontière entre un livre numérique à fort contenu multimédia et une œuvre multimédia non considérée comme un livre. Pour achever sur cet aspect de l’écriture du livre numérique, la question se pose de l’évolution de l’acte de l’écrivain et d’auteur, et si un créateur de livre numérique sera seulement un rédacteur de textes avec des connaissances techniques ou s’il sera plus qu’un auteur, mais un vrai concepteur multimédia. 11
  • 12. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1.3. Comment le lire ? Après avoir abordé la définition du livre numérique, la façon dont il est et sera écrit et conçu, le troisième volet consiste en se poser la question de sa lecture, à travers les différents usages et les outils variés que l’on pourrait recenser. 1.3.1. Le lien du lecteur et de l’œuvre Cela conduira à envisager une pratique nouvelle de la lecture et à se poser la question de l’apparition d’un nouveau type de lecteurs. En effet, on peut se demander légitimement en quoi un livre conçu pour être parcouru sur un support numérique voué aussi à d’autres usages, avec des éléments multimédias, comme des sons ou des images, comprenant des liens vers d’autres textes ou des pages extérieures au livre, va changer le comportement du lecteur, sa pratique, son lien avec l’œuvre écrite. On peut pousser la question plus avant : le livre numérique s’adressera-t-il à un même type de lecteurs ou bien touchera-t-il d’autres lecteurs ? Autrement formulé, les amateurs de littérature se retrouveront- ils dans leur passion et leur univers, devenant des usagers du livre numérique ? Ou bien ce type d’œuvre attire-t-il et attirera-t-il d’autres publics, peut-être plus proches des amateurs de produits comme les jeux vidéo, d’œuvres transmédia ou d’internet ? 1.3.2. La lecture sociale Au-delà de la motivation du lecteur d’ebook, on peut envisager les liens différents, par rapport à la relation entre un lecteur et son livre sur papier, que ce lectorat va entretenir avec une œuvre qui contient des liens vers des espaces de critiques, eux-mêmes disposés sur la page du ebook lui-même ou bien sur les réseaux sociaux ou dans un site internet spécialisé. Cet aspect est lié à la question de la lecture sociale : comme tous les produits numériques, l’ebook s’annonce déjà comme devant se connecter, et ses usagers avec lui, au Web mondial, et plus certainement encore à des formes sociales de celui-ci, que ce soit dans les « social networks » déjà existant ou généralistes (Facebook, Twitter, par exemple), ou bien sur des espaces plus directement consacrés à la lecture, voire intriqués aux livres eux-mêmes. Cela va certainement tirer le lecteur de la position d’isolement relatif dans laquelle le plongeait la lecture sur livre papier et le conduire à une interconnectivité permanente avec d’autres lecteurs, avec des éditeurs, des auteurs, des professionnels de la critique. Cela nous mène à postuler que cette interconnectivité va aussi probablement changer le rôle et la nature des critiques de livres, faisant de chaque lecteur un critique potentiel. Les contributions et les blogs des internautes qui livrent leur avis sur des œuvres et sur de multiples sujets donnent une idée de cette lecture interactive et sociale en devenir. 1.3.3. Une lecture plus superficielle ? Cette réduction de l’isolement du lecteur, du fait d’une connectivité plus grande de l’ouvrage qu’il parcourt avec le reste d’internet pose aussi une question déjà abordée à propos des écrits d’écran depuis leur prolifération avec l’avènement de l’informatique, celle de la lecture profonde. Comme il faudra le rappeler dans cette étude, des chercheurs ont souligné que la pratique des supports numériques pose des problèmes de concentration profonde aux usagers de ces supports, de cette concentration nécessaire à la lecture autre que superficielle. 12
  • 13. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Un lecteur sans cesse dévié de son texte par des hyperliens, des images, des navigations vers d’autres sites, sera encore plus sujet à cette perte de concentration, et à cette déviation permanente du texte vers d’autres tentations. Il faudra donc se demander si le livre numérique ne va pas encore aggraver ces déficiences de concentration, s’il ne va pas de ce fait engendrer des textes encore plus superficiels et brefs, afin de s’adapter à des lecteurs moins capables de lecture soutenue et concentrée. Il est indéniable que le livre numérique va avoir un impact sur la pratique de la lecture, qu’il risque de mener, comme les sites internet et autres médias informatisés, à une lecture « zapping », une lecture superficielle. Certains auteurs cités plus loin dans ce travail annoncent un autre type de lecture, une lecture de « bifurcations » liée à l’hypertexte, à l’interactivité du texte numérique et ses liens interactifs. 1.3.4. Un autre type de lecteur, une lecture hétérogène S’il ramène aux écrits des lecteurs que le livre papier a perdus, le livre numérique génèrera probablement un autre type de lecteur qui sera peut-être différent des amateurs actuels et passés de littérature, un lecteur qui a et aura d’autres attentes. Quels types de textes, de récits, d'ouvrages, seront demandés par ces lecteurs ? A nouveaux livres, nouveaux lecteurs ? Cela est possible et il faudra étudier en quoi. On peut envisager la possible concomitance de pratiques hétérogènes de lecture, sur des supports différents. Certains lecteurs pourront être en permanence connectés, lisant des ouvrages à fort contenu multimédia, alors que d’autres pourront déconnecter leurs textes du réseau, et choisir de s’intéresser à des textes à faible contenu multimédia, avec un nombre réduit de liens hypertextes et d’illustrations. Ces pratiques hétérogènes laisseront probablement la place aux livres papier, soit pour des usages à définir, dans des « niches » de lectures encore à deviner, soit pour des générations qui ne voudront pas basculer totalement dans l’univers numérique de lecture. 1.3.5. Le lien physique avec le texte Depuis ses débuts, la lecture numérique sur écran interroge les chercheurs sur la place du physique dans et durant ces lectures. Lire un livre numérique sur Smartphone, sur tablette ou sur liseuse induit une lecture sur un support plus horizontal, plus léger, plus maniable que l’écran d’ordinateur classique. Cela signifie que cette lecture n’induit pas le même rapport physique avec le texte que la lecture sur écran vertical d’ordinateur classique (de bureau ou même de portable). L’écran des mobiles et autres supports nomades est également d’une taille plus petite que les écrans d’ordinateur de bureau. Cela aussi change la fonction des organes durant la lecture, par exemple le parcours de l’œil sur le texte affiché. D’une manière générale, il peut être intéressant d’étudier en quoi les comportements et positions des organes physiques avec le texte changent par rapport à ce qu’ils sont avec les supports numériques plus classiques, comme avec les livres papiers. 1.3.6. La chaîne du livre et le piratage La question de la lecture du livre numérique déborde forcément sur la mesure de l’impact que ce type d’œuvre va avoir sur la chaîne du livre et de l'édition, sur le métier, le rôle et le statut des éditeurs, des libraires et les bibliothèques. Un livre qui prend la forme d’un fichier numérique va circuler, de manière gratuite (ce qui concerne les bibliothèques) ou être commercialisé sous des formes bien différentes que le livre papier. La possibilité de copier les fichiers, de les télécharger va bouleverser, voire menacer, le travail et le rôle des intermédiaires entre l’ouvrage et le lecteur que sont depuis des 13
  • 14. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 siècles les différents métiers du livre, à l’instar de ce que la chaîne de production, de création et de distribution de la musique et du cinéma ont connu. Il peut être envisagé que la nature numérique du livre créera un lien plus direct entre le lecteur et l’auteur, ou du moins facilitera l’accès à l’ouvrage. Cela pose aussi la question du piratage des œuvres, et aussi d’une offre légale viable pour y faire face, de tous les problèmes de plateformes de distribution (et d’achat) en ligne et du lien de ces supermarchés en ligne tant avec les éditeurs traditionnels qu’avec des auteurs qui voudraient s’autoéditer ou se commercialiser dans l’intermédiaire des éditeurs. Le livre enrichi « Kadath », développé en 2012 par Walrus et Memnos éditions. 14
  • 15. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1.4 La fin du livre ou un autre type de livre ? En guise de conclusion générale à ce plan d’étude, on peut avancer l’hypothèse que le livre numérique va bouleverser la notion même de livre, sa conception, son écriture, le rapport du lecteur avec l’œuvre écrite. La Banque mondiale a publié, le 17 juillet 2012, un rapport estimant que « près des trois quarts des habitants de la planète disposent d'un téléphone portable et le nombre d'abonnements souscrits sur le 4 globe devrait 'bientôt' dépasser celui de la population mondiale. » Le journal Le Monde qui l’évoque précise en outre que « le rapport estime par ailleurs que la révolution du mobile n'en est 'qu'à ses débuts' et qu'elle devrait encore se propager grâce à la chute des prix des téléphones portables et au perfectionnement des réseaux de bande passante à travers le monde. » Le même rapport a compté que plus de 30 milliards d’applications ont été téléchargés à l’échelle mondiale en 2011. Cela prédit un avenir de développement colossal aux supports nomades. Il est fort probable que, parmi les multiples services et documents auxquels ces supports donnent accès, les livres numériques prendront leur place. Et que le téléphone intelligent et mobile sera le terminal sur lequel ces livres se liront. Il reste à deviner si tous les livres ou bien certains types d’écrits seront plus particulièrement susceptibles d’être téléchargés et lus sur ces téléphones : les écrits de type pratique, scolaire, universitaire, des fictions faciles d’abord, peut-être sous forme de micro-feuilletons, plus ou moins illustrés d’images, elles-mêmes plus ou moins animées, épisodes reçus à intervalle régulier sur l’écran… Ces perceptives annoncent une révolution complète du livre, une mutation du rapport de l’humain à l’écrit qui est une base de notre civilisation, donc peut-être, une mutation profonde, et probablement déjà en cours, de la société humaine et de sa capacité à transmettre les connaissances et les œuvres de l’imaginaire. On ne pourra pas éviter de chercher de premières réponses aux questions qui font échos aux défis lancés par l’informatique à notre culture : le livre numérique, est-il encore un livre ? Est-ce la fin du livre ou le commencement d’un autre type de littérature ? Cela conduit à s’inspirer de la conclusion de François Bon à son propre ouvrage, « Après le livre » 5 : « Nous sommes déjà après le livre ». Une ébauche d’étude peut certainement finir sur cette hypothèse, que résume la phrase de François Bon : le processus de création de livres parvient, avec l’ebook, au stade postérieur à celui du livre tel que nous le connaissons depuis la naissance de l’imprimerie, à la fin du 15ème siècle, et son assemblage en cahiers. Nous sommes au début d’une nouvelle ère de l’écrit et de la littérature. 4 http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/07/17/pres-de-75-des-terriens-possedent-un-telephone- portable_1734969_651865.html 5 « Après le livre », François Bon, Seuil, 2011, P269-270. 15
  • 16. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1.5. Les disciplines des SIC et des autres sciences abordées Après de premières lectures, ce travail semble devoir s'appuyer sur des domaines des sciences de l’information et de la communication (SIC) et des autres sciences telles que : la sémiologie, l’ergonomie, l’épistémologie, l’étude de l'écrit écran, l’analyse des usages, des technologies, la sociologie de la lecture, des pratiques de la lecture et de l’écriture, l’histoire de l'écrit et de ses supports, l’histoire du livre. 1.5.1. « La technologie intellectuelle des formes écrites » Pour expliquer combien il est nécessaire que ce travail d’étude sur le livre numérique s’inscrive dans ces divers secteurs de recherches, on peut puiser dans l’ouvrage collectif 6, « Lire, écrire, récrire: objets, signes et pratiques des médias informatisés », d’Emmanuël Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marrec. Ces auteurs précisent, en page 26, que leur recherche « revendique plusieurs définitions de la dimension signifiante des pratiques écrites ». Cette recherche se nourrit de la « sémiotique héritée d’Anne-Marie Christin, qui convoque l’idée d’une forme visible qui donne accès à une lecture- « la pensée-de l’écran », s’inspirant en les prolongeant de l’« approche fonctionnelle » de Roy Harris (« qui définit l’écriture comme une intégration du texte dans un contexte ») et de la dimension décelée par Jack Goody de « technologie intellectuelle des formes écrites et des logiques qu’elles suggèrent ou imposent à la pensée et à la mémoire. » Plus loin, ils disent l’importance d’une « démarche ethnosémiologique « située » », puis, en page 27, ils évoquent: « une véritable intersémiotique couvrant aussi bien les textes de la machine que le contexte d’espaces, d’objets, de signes divers. » 1.5.2. Une recherche interdisciplinaire Autres éléments qui peuvent aider à savoir sur quelles disciplines doit s’appuyer un travail sur le livre numérique, les phrases de ces auteurs en page 32 du même ouvrage : « L’analyse des médias informatisés ne peut en effet être envisagée par ses seules composantes disjointes, mais bien à l’articulation -à l’interstice-et dans l’interaction des différentes disciplines qu’elle convoque ». Ils citent ceux qui portent ces disciplines : « informaticien, sémiologue, ethnologue ou sociologue », dont les auteurs ont constaté qu’ils sont très vite confrontés « aux limites mêmes des disciplines » quand il s’agit de l’étude du « texte », de la « technique » et de « l’usage ». Auparavant, en page 29, ils avaient affirmé faire appel, dans leur recherche sur les « médias informatisés », à une « recherche interdisciplinaire », pratiquant un « chassé-croisé méthodologique ». Comme ils le disent en page 28, à propos du domaine des médiations qui est leur champ de recherche, étudier l’écrit numérique soulève la nécessité de prendre en compte « la multiplicité des dimensions interreliées ». D’où cette multiplicité des domaines des SIC en particulier, et des sciences en général, à aborder durant cette étude sur le livre numérique. 6 Toutes les références sont citées en fin de ce travail, dans la 3ème partie. 16
  • 17. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1.6. Les références bibliographiques et les aspects de la question Dans ce chapitre, il va être précisé les relations qu’il y a entre les références bibliographiques et les différents aspects abordés : en quoi ces références ont été utiles pour la définition de l’objet d’étude, l’élaboration du questionnement, le recensement des différentes hypothèses envisageables. Cela peut se faire en reprenant le plan proposé précédemment pour ce travail, par points principaux. Les références bibliographiques sont citées en détail dans la dernière partie de cette étude. 1.6.1. Le livre numérique : sa définition Pour ébaucher une définition du livre numérique, on peut commencer avec un article de François Bon, intitulé : « Pour une définition du livre numérique » : « On n’a pas besoin de définition du livre numérique pour le lire. (...) Si on utilise l’expression livre numérique, on le spécifie par rapport au livre non numérique, donc un objet matériel lié à un contenu précis, qui s’est progressivement constitué (dès avant le codex) en notion de livre, a pris son essor via l’imprimé pour continuer d’évoluer jusqu’à l’époque moderne, mais soudain, en deux ou trois décennies (déjà) s’est laissé dérober que sa nécessité d’objet soit liée à sa nécessité de contenu. » Ainsi, cet auteur souligne paradoxalement qu’il n’y a pas de livre numérique, que le contenu « livre » déborde le support et qu’il n’est pas lié au support matériel, ce qui ferait qu’un livre numérique un livre en tant que tel. En quelque sorte, il y a « le » livre, sous différentes formes dépendant des divers supports matériels. Ceci est un point de vue à discuter. Kindle Touch Fire, une gamme de supports de la liseuse à la tablette. Pour approfondir les relations entre le support technique et matériel et le contenu textuel, éléments dont est fait le livre numérique, il faut puiser dans l’ouvrage « Lire, écrire, récrire » de Emmanuël Souchier, Yves Jeanneret et Joëlle Le Marrec. En pages 36-37, ils livrent une tentative de définition du texte dans les dispositifs techniques : « un objet symbolique qui circule et qui participe des échanges sociaux ? » Selon eux, un livre, un texte ne sont pas isolés, stables, ne l’ont jamais été. Ces auteurs 17
  • 18. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 précisent (P.37) : « Objet communicationnel, le texte anticipe pour partie son usage et son interprétation possible », en « tension permanente entre homogénéité et hétérogénéité. » Ce serait dire l’importance du dispositif technique dans élaboration et compréhension du texte. « Tout texte », disent-ils page 38, est « façonné par les propriétés matérielles du média et ses matériaux sémiotiques ». Un texte n’est donc pas seulement un discours autonome et toutes ces questions concernent le livre numérique. Mais, selon les mêmes auteurs, le texte a la tendance de « dissocier une organisation sémiotique de son substrat technique. » Pour cette raison, les auteurs inventent le terme de « textiel » qui « permettrait de décrire l’hybridité ou l’ambigüité de statut de ce qui est en jeu ». En page 92, dans la note 51, ils précisent : « le concept de textiel ne remplace pas le concept de texte, mais l’implique dans un objet complexe. Le textiel est texte et technique en même temps. » En page 314, ces chercheurs insistent : « Le textiel est un état émergeant de la forme-texte entendue comme ensemble matériel et organisé de signes à l’écran. » Ce terme repose sur l’idée qu’« il n’y a pas de clivage entre texte et technique ». Voilà qui semble parfaitement correspondre aux termes entrant en jeu dans le livre numérique, et être utile pour le comprendre et de définir ! La question de la définition du livre numérique comme œuvre originale ou bien comme œuvre multimédia dérivée du texte peut trouver un apport intéressant à travers la question des auteurs de Bande dessinée, qui ont signé en mars 2010, dans Le Monde, un « Appel pour des règles du jeu du livre numérique », repris dans l’ouvrage collectif édité par le Conseil d’analyse de la société « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », à la page 132. Ces auteurs proclament : « diffuser une bande dessinée sur un téléphone portable ou sur un écran d’ordinateur, est-ce diffuser l’œuvre originale, son adaptation ou une œuvre dérivée ? » La question qui peut être élargie à l’ensemble des œuvres écrites pose le problème de la nature du livre numérique (fut-il une BD) par rapport au livre sur support papier, le rapport entre l’œuvre sur le support traditionnel et l’œuvre sur les nouveaux supports informatiques. En page 158 du livre « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », l’éditrice Teresa Cremisi parle de « création hybride », de projets éditoriaux qui « tirent parti des potentialités offertes par le numérique (adjonction de musique, de vidéos, de « bonus » en tous genres, etc.) ». Ces projets hybrides posent, selon elle, « la question de l’œuvre, de son unicité et de son intégrité dans la mesure même où des déclinaisons plus ou moins multimédia peuvent être désormais envisagées. » Ces références qui aident à définir le livre numérique et sa nature ouvrent donc sur le problème de sa définition par les différents types de livres numériques. - Les types de livre numérique Dans l’article « Réseaux, savoirs et société. Menaces et opportunités », Marc Guillaume aide à une définition du ebook en recensant des réalités très diverses que le terme « livre numérique » recouvre : - « la numérisation des textes qui réduit les coûts et les délais d’impression des livres ordinaires et permet des tirages très limités, voire à l’unité » (allusion aux livres imprimés à la demande, procédé qui se développe en ce moment) ; - « la présentation des livres et leur commerce sur internet » via les « librairies virtuelles » dont « le chiffre d’affaires progresse régulièrement » ; 18
  • 19. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 - la réalisation de cédéroms et de dvd, qui « permettent une lecture hypertextuelle » et « surtout utilisés pour les encyclopédies et les applications pédagogiques » ; - « la lecture et éventuellement le téléchargement de journaux, de revues scientifiques ou de livres sur le web. » ; - enfin, le « recours à un terminal spécialisé », évidemment les liseuses d’ebooks plus aboutis aujourd’hui qu’en 2001, date de rédaction de cet article. Sur le blog Sobookonline, dans l’article intitulé « l’affordance des livres numériques », Joseph Esposito distingue quant à lui 6 formats de livres numériques : « Le livre institutionnel : c’est le livre homothétique, la version PDF d’un livre papier, totalement figé, et qui n’est pas prêt de disparaître (…) L’eBook classique : c’est l’Epub, en fait, très proche du livre-papier et qui autorise seulement quelques modifications mineures (changement de police, annotations/soulignements, dictionnaire). Il peut être lu sur différentes surfaces. La tablette IPad d’Apple propose une véritable bibliothèque à compléter via connexion internet. Le livre augmenté (« Enhanced book ») : il ne comprend pas seulement du texte, mais des vidéos, photos, sons. S’il s’est considérablement développé, il ne peut pas remplacer totalement le livre institutionnel et l’ebook classique : tous les livres ne peuvent en effet pas faire l’objet d’un tel traitement (les manuels scolaires sont plus adaptés). Le livre mobilisateur (« Muscular book ») : c’est le livre réajustable, réinscriptible, annotable, comparable, qui implique une participation corporelle et intense du lecteur (en tension, à bras-le- corps). C’est finalement un livre dont le texte s’étire et dont on peut déjà observer les transformations avec des services comme Evernote (j’aime) ou Zotéro (j’adore). 19
  • 20. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Le livre social : avec lui, le contenant est le manitou-web en personne. Il peut prendre des formes variées : simples commentaires qui entourent le texte ; votes pour choisir la fin d’un livre ; livre-wiki, en gestation permanente. Evidemment, la question de la prise en compte et de l’intégration des commentaires/critiques/demandes/votes des lecteurs se pose aux auteurs. Le « livre-Staccato » : il s’agit d’un livre écrit selon des contraintes précises, qui sont celles des SMS (140 caractères). Le terme « Staccato » renvoie à une notion musicale, le phrasé en notes détachées. Il évoque donc un livre bref, une suite de mots articulés en une phrase concise, par petites touches successives. » Ainsi, ces deux typologies des livres numériques aident à définir celui-ci non seulement selon les différents formes qu’il peut et pourra emprunter, mais aussi selon les multiples fonctionnalités qu’il proposera. On peut constater que le livre numérique recouvre des œuvres et des modalités allant de la simple version numérique d’un texte à un ouvrage « augmenté » de dispositifs multimédia, et même à des écrits brefs relevant de messageries instantanées (SMS). Tout en donnant des éléments de réponse, ces références confirment donc les questions posées, lors de l’ébauche de plan, sur le statut et la nature du livre numérique, sur la manière de le concevoir, de le produire et de le diffuser. Ce sera une réalité multiple dans laquelle ce ne sera pas seulement du texte qui sera en jeu. - Les supports du livre numérique Quel support matériel pour ce livre numérique ? Quelle diffusion pour celui-ci ? Pour étudier le lien du texte avec son support matériel, avec "sa matérialité", on peut s’inspirer d’Emmanuël Souchier qui, dans son article « Une écriture schizophrène ? », écrit : « Depuis ses différentes origines, l’écriture existe à travers la relation « intime et pérenne » qui l’unit à son support. » Il parle aussi de la « présence concomitante du support et du signe écrit dans sa réalité physique, matérielle et iconique. » Ensuite, il précise un aspect du lien entre support et écrit à reprendre quand il faudra aborder le rôle du technicien dans la réalisation du livre numérique : « Pour la première fois de son histoire, l’homme n’a plus directement accès à son écriture : pour avoir accès à la trace de son écriture, l’homme a besoin d’un dispositif technique et d’une source d’énergie adéquate pour faire fonctionner ce dispositif. » Dans son ouvrage paru en 2011, « Après le livre », dans le chapitre dont le titre (« Un téléphone est-il un livre ? ») touche à plein cette question du support pour l’écrit, François Bon souligne, page 78 et suivantes, un aspect intéressant de cette nature du support. Il explique qu’avec un « téléphone- ordinateur (Smartphone) », l’utilisateur obtient « l’accès à des ressources denses aussi bien qu’à des informations pointues, et la capacité à glisser d’un d’une ressource lente (livre) à un fil d’actualité- quel que soit l’endroit où vous êtes amenés à vous déplacer… » L’auteur rappelle le rôle des réseaux et de la connectivité permanente dans l’usage que le lecteur peut faire du livre numérique : « avec le streaming, par Wifi ou 3G, le flux continu de données accessibles ». Ainsi, ces références contribuent à comprendre l’importance du support matériel qu’est l’écran et le terminal électronique dans le livre numérique, dans la façon de le concevoir, de le lire, d’en faire usage. Elles rappellent également que ce support matériel et l’ebook sont liés au réseau et à la capacité de s’y connecter. 20
  • 21. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 - L’hypertexte, l’écrit de « bifurcations », le labyrinthe Avant la possibilité de se connecter via internet, la véritable révolution de l’écriture numérique, son apport novateur dans la forme même de l’écrit, réside probablement dans l’invention de l’hypertexte. Il faut s’appuyer sur ce qu’en dit Jean Clément, dans son article « La littérature au risque du numérique », publié dans la revue Document numérique. En page 127, il en rappelle d’abord l’origine, située hors du champ de la littérature : « L’hypertexte, au sens informatique du terme, a d’abord été un outil de recherche documentaire destiné à faciliter la navigation dans des bases de données en s’affranchissant des contraintes d’une structuration trop rigide et de langages de requête trop simplistes. » En page 119- 120, il décrit cette construction textuelle différente de la forme traditionnelle, linéaire : « Cette structure réticulaire, théorisée dès 1945 par Vannevar Bush puis par Ted Nelson en 1965 sous le nom d’hypertexte, est constituée de « noeuds » (les textes) et des liens qui les relient entre eux et que le lecteur peut activer ou non au cours de sa lecture. (…) Ce dispositif a pour corollaire une fragmentation des textes et de la lecture. » Il note encore que cet outil créé pour la documentation offre une « vraie nouveauté » dans la « constitution d’une structure en réseau qui permet de reconfigurer l’ensemble des documents selon une très grande variété de parcours répondant à des logiques qui tiennent mieux compte des préoccupations des lecteurs. » Ainsi, en page 127-128, il développe les conséquences de l’hypertexte dans l’écriture, dès lors que ce type de lien est introduit dans la narration écrite : « La bifurcation, dans l’hypertexte, c’est la possibilité de quitter une ligne de récit au profit d’une autre en cliquant sur un mot ou une phrase, de construire un parcours de lecture personnalisé chaque fois que l’auteur propose un lien de ce type. L’incise relève du même mécanisme, mais elle se présente plutôt comme une digression, un pas de côté dans la marche de la narration, l’occasion offerte d’une description de paysage, de rappel d’un souvenir, etc. Dans les deux cas, l’hypertexte instrumente une démarche que le papier rend hasardeuse. Cette liberté offerte au lecteur tend à faire de lui un véritable interlocuteur, voire un complice dans l’élaboration du texte donné à lire. » Il évoque « une prolifération non contrôlée et non maîtrisable des liens hypertextuels qui plonge le lecteur dans un véritable labyrinthe. » Ainsi, le livre numérique est l’enfant non seulement de l’électronique et du réseau numérique, mais avant tout de l’hypertexte. C’est cette possibilité de bifurquer dans le texte qui change la nature même de l’écrit numérique. Ce récit non linéaire n’est pas l’apanage de l’écrit numérique, comme le démontre Jean Clément en page 128 : « A vrai dire, l’hypertexte littéraire n’est que la réalisation matérialisée de tendances qui étaient déjà présentes dans le livre classique. » Il cite divers auteurs dont Jose Luis Borgès et ses réflexions de fictions différentes dans son ouvrage justement nommé « Fiction », et même la littérature orale, linéaire car l’auditeur doit subir le récit sans revenir en arrière, mais, « dans la mesure où elle est improvisée, elle autorise des variantes que seul connaît le conteur et parmi lesquelles il peut faire un choix. » Cependant, avec l écriture numérique et sa dimension hypertextuelle, « l’auteur coopère avec ses lecteurs dans l’émergence de parcours énonciatifs singuliers et non reproductibles. » On reparlera de cette coopération avec le lecteur dans des chapitres suivants. Retenons déjà que le récit fait de bifurcation, non linéaire, devient systématique, plus ample, général avec l’écrit numérique. Et que cet aspect fait du livre numérique une étape nouvelle dans la vie des supports et des œuvres produites. 21
  • 22. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 1.6.2. Comment l'écrire ? Quel style d’écriture pour le livre numérique ? Quelle méthode d'écriture est et sera employée pour ce type d’œuvre ? Quelles seront les évolutions du contenu avec le changement de support ? Y aura-t-il des types d'écrit prioritairement dévolus au livre numérique (des niches) ? Si oui, lesquels? Les textes de référence ouvrent des réponses sur ces points. - Quels éditeurs ? Quel cadre légal et éditorial ? Va-t-on vers des livres publiés uniquement en numérique, avec des éditeurs ne publiant pas une seule page sur papier ? Sur son blog Prospective du Livre, Lorenzo Soccavo, chercheur indépendant en prospective du livre et de l'édition, donne une liste d’éditeurs francophones spécialisés dans le livre numérique. En juin 2012. il recense déjà près de 80 éditeurs « pure players », c’est-à-dire publiant uniquement des livres numériques. Ce chercheur en donne une définition : « Un éditeur pure player est un entrepreneur qui publie des livres exclusivement dans des formats numériques à destination des nouveaux dispositifs de lecture. » Il croit utile de préciser ensuite : « A l’heure des e-incunables, du passage de l’édition imprimée à l’édition numérique, il peut s’agir, par extension, d’une « société fournissant des logiciels applicatifs dédiés à l’édition de livres numériques enrichis et/ou qui propose ses services comme coéditeur technique à des éditeurs de livres imprimés. » » D’où sa distinction en deux listes, l’une recensant les éditeurs « pure players francophones » , et une autre, les « prestataires de services et coéditions... » - La question du physique Dans « Après le livre », François Bon avance une remarque utile pour la compréhension du changement du rapport physique avec le support numérique. En page 31 et suivantes, il note que « ce qui nous manque n’est pas visuel » dans le livre numérique. Il explique que la vraie différence physique dans le rapport lecteur-livre numérique tient dans le manque de contact de la surface, de l’épaisseur du livre. Dans l’imaginaire des lecteurs, un « grand » roman est épais ! En littérature classique, la forme manuscrite anticipe et appelle l’épaisseur du livre. Les familiers de l’ordinateur et de la forme d’écriture numérique ne passeront plus forcément par l’épaisseur. L’ordinateur procède, explique encore l’auteur, à une structuration verticale des ressources et applications (corbeille, dossiers…). Cette « spatialisation structurelle » implique d’autres formes d’écriture. Dans le chapitre 4 de son livre intitulé « Faut-il une table à nos ordinateurs ? », il remarque que « plus que jamais, avec le numérique, le corps écrit. » La main un des organes physiques déterminants dans la lecture de l’ebook. 22
  • 23. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 A la page 105 et dans les suivantes, il s’interroge sur l‘influence de ce nouveau rapport physique avec le support numérique dans l’acte d’écrire : l’ordinateur, « compagnon de nos écritures », est-il « apte à recevoir le premier surgissement, le plus fragile de l’écriture, comme le crayon » ? - Le code et l’écrivain François Bon cite un article de Walter Benjamin, « Sens unique » (en page 127 de « Après le livre »), un texte évoquant dans les années 1920 l’écriture altérée par la publicité et les journaux et des formes nouvelles liées au « chaos économique » : « Des poètes (…) ne pourront collaborer à cette écriture pictographique que s’ils se rendent accessibles les domaines dans lesquels (…) s’effectue l’édification de cette écriture : par le diagramme artistique et technique. » Cette citation semble tellement appropriée aux temps de l’écriture « pictographique » que génèrent les réseaux numériques sociaux. Elle signifie aussi que l’auteur doit se rendre accessibles les contraintes techniques ! En informatique, il s’agit du code à propos duquel François Bon conseille aux auteurs, en page 128 de son ouvrage : « S’approprier nous-mêmes le vocabulaire et la technique du Web, y être autonome. » Voilà qui ouvre aussi la discussion sur le rôle du développeur dans la création du livre numérique. Dans son article « Une écriture schizophrène ? », Emmanuël Souchier décrypte la relation de la technique , de ceux qui la possèdent, et de l’auteur de texte : « Cet espace de transformation (couches logicielles qui vont du traitement machinique à l’écrit d’écran socialisé) est un espace qui, pour les usagers, s’étale de l’invisible au lisible, de l’incompréhensible au manipulable : un espace technico- sémiotique dont le premier niveau est inaccessible à l’homme (impulsion électronique dans la matière mémoire) et dont le reste (codes, langages) est réservé à une minorité de techniciens ou d’aficionados./ Le pouvoir de l’écrit a changé de mains et de castes : typographes et gens du livre ont cédé la place aux informaticiens. » - Les contraintes techniques et les ressources Dans leur livre « Lire, écrire, récrire », E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marec précisent, en page 23 : « On ne peut produire un texte à l’écran sans outils d’écriture en amont. » En page 133 de son ouvrage « après le livre », François Bon poursuit sur le lien entre support technique et contenu : « De tous temps (…), les contraintes techniques de reproduction et de diffusion matérielle du texte ont précédé la fixation et stabilisation des formes de fiction. » Et de citer l’intérêt de Rabelais pour l’apparition de l’imprimerie. En page 147, il insiste sur l’éventail élargi de ressource dont dispose l’auteur d’écrits numériques : « Le navigateur concentre une large part des outils que traditionnellement requiert l’écriture- à commencer par la variété des dictionnaires. » Notre bibliothèque est utile pour écrire. Mais, s’étonne François Bon, « comment se référer à notre exiguë bibliothèque personnelle quand le cadre même qui nous sert d’écritoire donne accès à bien plus vaste ? » En clair : on ne peut pas écrire sur support numérique sans les ressources de connaissances qu’offre l’univers numérique, et en particulier internet. Quel rédacteur écrivain sur outils numériques peut se passer de ces ressources, des encyclopédies en ligne, y compris de Wikipédia, encyclopédie gratuite, contenant des savoirs parfois contestés ? 23
  • 24. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 - Les écrits numériques, écrits instables ? Dans « Après le livre », en page 264, François Bon souligne que la composition d’une œuvre ne se révèle « qu’à mesure qu’on l’écrit, ce n’est pas quelque chose qui s’amorce avec le numérique. » Il décrit comment cette progressivité existait déjà chez Marcel Proust. En page 265, il insiste : « Dans notre histoire de la littérature, tant d’œuvres qui nous paraissent aujourd’hui comme des arborescences stables, des organisations compactes et massives, se sont pourtant constituées en restant tout au long dans cette étape. Ce n’est pas là, en soi, une rupture par rapport à l’histoire de l’imprimé : des œuvres majeures (Maupassant, Loti, mais aussi en partie Maurice Blanchot, Walter Benjamin, Henri Michaux) sont des recompositions partielles sous forme de livre de parcours ébauchés sous d’autres formats. » En page 267, il indique : « Ce qui change dans la narration est ce qui n’a jamais changé en elle, un champ de tenseurs entre l’écart réflexif et la pratique solitaire d’une discipline, la bibliothèque qui nous sert à l’exprimer, et l’expérience directe du monde. » Selon lui, le numérique déplace chacun de ces rois champs, et « principalement celui de notre expérience au monde. » Ces observations induiraient donc que l’espace de rédaction numérique, que ce soit un site, ou un support nomade, n’est pas un espace clos. Le récit est inséré dans notre relation au réel. Si elle est avérée, la mutation de l’écrit sur support numérique produit donc, d’après ces références, un objet non clos et moins stable que l’écrit sur papier ! Cependant, la création fractionnée e en étapes, l’écriture progressive d’une œuvre n’est pas née avec l’écrit numérique. - Le texte numérique et sa mise en forme ; l’architexte Comment l’écrire signifie comment mettre en page, organiser, présenter l’écrit d’écran ? Dans leur livre « Lire, écrire, récrire », en page 24, E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marrec éclairent l’importance de la mise en forme du texte pour son appropriation par le lecteur: « Les modes d’appropriation du texte d’écran passent en premier lieu par l’institution de formes écrites et par leur reconnaissance : organisation de l’espace visuel, « pensée de l’écran », calibrage, organisation des cadres, choix matérialisés par un acte de lecture gestualisé… » En page 25, ils notent à propos de l’écriture numérique : « Plus fondamentalement, l’écriture a un statut particulier au sein des médias informatisés car elle en est tout à la fois l’objet et l’outil. » A l’écran, « entre le texte, l’image et l’image du texte, l’essentiel advient à travers un texte mis en scène grâce à des procédés « architextuels », eux-mêmes programmés par le texte informatique. » Ils donnent une définition de cette notion d’architextuel en page 23-24 : « Du banal traitement de texte au logiciel d’écriture multimédia, on ne peut produire un texte à l’écran sans outils d’écriture situés en amont. Ainsi le texte est mis en abîme dans une autre structure textuelle, un « architexte » qui le régit et lui permet d’exister. Nous nommons architexte (de arkhè, origine et commandement), les outils qui permettent l’existence de l’écrit à l’écran et qui, non contents de représenter la structure du texte, en commandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balise l’écriture. » Ils précisent encore « structure hybride, héritée tout à la fois de l’informatique, de la logique et de la linguistique, l’architexte et un outil d’ingénierie textuelle qui jette un pont nécessaire entre la technique et les langages symboliques. » 24
  • 25. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Selon ces auteurs, le texte numérique ne se suffit pas à lui tout seul et nécessite d’autres dimensions. En page 25, ils le disent autrement : « Les médias informatisés sont définis comme des « machines à texte » auxquelles on accède et que l’on manipule à travers et par l’écriture. » Pas de texte qui, pour « advenir aux yeux du lecteur puisse se départir de sa livrée graphique et matérielle. Sans support, sans dessin, « l’image du texte », il ne saurait y avoir de texte, non plus que d’écriture. » Ils préviennent de la nécessité de saisir le texte numérique d’une manière différente que les autres textes : « Prendre en compte la dimension graphique, visuelle de l’écriture et, plus généralement, de l’information écrite, implique un autre regard, une attention autre que celle d’ordinaire dévolue au texte. » Cette dimension graphique, visuelle fait selon ces auteurs, que le texte présente une résistance physique, matérielle. Jean Clément, en pages 121-122 de son article « La littérature au risque du numérique », décrit des conséquences de la dimension graphique des écrits numériques : « A la différence du papier qui fige le texte dans une forme définitive, l’écran de l’ordinateur peut accueillir des mises en page et des choix typographiques… modifiables à vue. Cette simple possibilité redonne aux auteurs et/ou aux lecteurs une partie des prérogatives des éditeurs quant à la disposition matérielle du texte que lira le lecteur. De manière plus spectaculaire, la mobilité ouvre la possibilité d’afficher des textes animés, dynamiques, mis en scène pour la lecture sur écran. » - Les signes, leur rôle, leur sens En page 156 de leur livre collectif, E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marrec précisent ce que le lecteur voit sur l’interface de l’ordinateur : « L’écrit d’écran est truffé de signes, il est surdéterminé ». Ils poursuivent : « certains de ces signes sont purement passeurs, d’autres ne le sont pas du tout-pas d’action, pas d’effet de clic, pas de lien-, d’autres sont encore hybrides-destinés à la lecture et au passage. » Quelles conséquences cela a-t-il sur la création et la réception de ce texte ? Les signes passeurs sont, pour ces auteurs, ceux qui servent au passage d’un niveau à l’autre de l’hypertexte, qui en permettent la fonctionnalité, comme les hyperliens. L’enjeu, disent les auteurs est moins leur définition que « de comprendre comment le lecteur perçoit et reçoit ces signes passeurs. » Il s’agira d’essayer de détecter la nature des signes, quels signes sont passeurs dans le livre numérique. Dans le livre enrichi, des éléments d’images peuvent être des signes passeurs. 25
  • 26. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Les premiers de ces signes passeurs sont évidement les liens hypertextes qu’évoquent Jean Davallon et Yves Jeanneret, dans leur article « La fausse évidence du lien hypertexte », en page 52. : « Il y a avant tout la reconnaissance de l'existence de couches de textes qui rendent possible le fonctionnement de ces signes passeurs, c'est-à-dire la reconnaissance de tout l’architexte qui assure la liaison entre le texte affiché d'écran et l'infrastructure technique (…) » Cette remarque pose la question de la littérature à l’heure de l’hypertexte, de l’usage de l’hypertexte dans l’écriture littéraire, et dans le livre en général ! Anne Guibert-Lassalle, dans son article « Le livre, personnage en danger », précise en page 626 : « de nouveaux styles littéraires apparaissent qui brouillent la distinction entre blog et livre, écriture ordinaire et conception littéraire. » L’auteur conclue : « Ces nouveaux romans sont caractérisés par un texte moins structuré, rédigé sans plan d‘ensemble apparent. La syntaxe et le lexique sont ceux de la langue orale et les préoccupations celles du quotidien. » Alors, le livre numérique va-t-il engendrer un nouveau type de littérature ? - Un nouveau type de littérature ? En page 159 du livre « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », l’éditrice Teresa Cremisi évoque les « keita Shusetsu », les « livres pour mobiles », ces textes diffusés par chapitres sur téléphones portables au Japon. Elle soulève une question qui touche à l’écriture des futures créations écrites numériques : « le livre numérique va peut-être déboucher sur la renaissance du feuilleton littéraire ! On pourra peut-être louer de textes comme on loue des DVD ! » Elle précise que l’édition se dirigera peut-être vers des déclinaisons différentes d’une même œuvre écrite : « un fichier spécialement destiné aux IPhones, un format en simple hypertexte pour les liseuses électroniques et un format papier classique. » dans ces multiples variantes, elle imagine un roman « peut être entrecoupé d’images et de sons, ou encore inclure une interactivité… » Sur le site des éditions numériques Walrus Books, éditeur spécialisé dans les œuvres enrichies, Julien Simon publie un article dont le titre est un appel explicite à « Repenser la narration face au numérique ». Jean Clément évoque, en page 127 de « La littérature au risque du numérique », de « nouvelles formes narratives » dont il dit : « En réalité, nous sommes au début d’une ère nouvelle et de nouvelles formes discursives devront être inventées pour que l’hypertexte trouve sa légitimité dans l’espace d’écriture ainsi ouvert ». - A nouvelles formes, nouveaux rôles Ces nouvelles formes de narration découlant de l’hypertexte et sa nature de fichier numérique influeront forcément sur la façon de produire le livre numérique. Plusieurs références choisies montrent que ces évolutions du livre vont aussi modifier la façon de le publier, de l’éditer, le diffuser. Elles modifieront aussi les relations entre auteurs et tous les éléments de cette chaine de création, ainsi que leur rôle, notamment celui de l’éditeur. Dans l’ouvrage collectif édité par le Conseil d’analyse de la société, « La révolution du livre numérique : état des lieux, débats, enjeux », à la page 129, François Samuelson, premier agent littéraire en France, certifie : « je ne crois pas du tout dans la chimère selon laquelle les écrivains pourraient, demain, s’affranchir des éditeurs. « A ses yeux », est-il précisé en page 118 du même ouvrage, « la question des droits numériques est au cœur des discussions entre auteurs et éditeurs. » 26
  • 27. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Surtout avec « un fichier numérique bien moins cher que le livre papier », tous les équilibres de la chaîne de production, de stockage, de commercialisation et de distribution des livres sont bouleversés. Et cela influera sur le rôle de ceux qui écriront, concevront, fabriqueront les ouvrages numériques, sur la nature de leurs œuvres, leur longueur, leur découpage, la structure de leur narration. Ce que rappelle, dans le même ouvrage, en page 151, l’éditrice franco-italienne Teresa Cremisi : « la chaîne éditoriale a évolué avec une extrême rapidité au cours des derniers mois » (de l’année 2010). François Samuelson souligne, en page 125, que les frais de fabrication d’un livre numérique (un fichier) sont moitié moins élevés pour un éditeur qui augmente de ce fait sa marge de 50% par rapport au livre papier. Pourtant, la rémunération des auteurs dans le cas du livre numérique est plus basse dans la plupart des contrats. Teresa Cremisi souligne, en page 152, que « dans la chaîne du livre, c’est certainement la vente en ligne qui constitue, à ce stade, l’étape la plus fondamentale de cette révolution. » et que cela concerne les livres numériques mais aussi « papier », « de plus en plus de lecteurs utilisant le net pour trouver, choisir et commander leurs livres. » Ainsi, le livre numérique révolutionne la conception même du livre, l’acte d’écriture, mais aussi toute la chaîne de traitement éditorial et de diffusion qui prolonge l’acte du créateur du texte… jusqu’au lecteur, dont de nombreux auteurs de référence se demandent aussi quelles évolutions sa pratique et ses usages vont subir. 1.6.3. Comment le lire ? L’aspect fondamental que les auteurs de référence abordent en général à propos de la lecture du livre numérique est le type de lecture qu’un écrit d’écran, sur support électronique, va engendrer. Une lecture qui se rapproche de la navigation sur média électronique ne va-t-elle pas souffrir d’un manque de concentration, de profondeur ? Si c’est le cas, elle engendrera donc d’autres liens entre lecteur et texte, et modifiera même la nature et le contenu des textes proposés sur le livre numérique. - Le texte et l’utilisateur Dans son article « Le livre, personnage en danger », à la page 625, Anne Guibert-Lassalle avance : « Les logiciels de recherche numériques sur internet nous ont déjà accoutumés à ce mode de lecture transversale et pointilliste », qu’auparavant l’auteur oppose à ce qu’elle qualifie de « lecture cursive traditionnelle » à laquelle, selon elle, notre culture doit se montrer « infidèle ». Après avoir décrit combien l’hypertexte change l’abord de l’écrit par le lecteur, Jean Clément, en pages121-122 de « La littérature au risque du numérique », souligne l’importance de l’interactivité, « c’est-à-dire la possibilité pour le lecteur d’intervenir dans le processus même de l’écriture par des choix qui influeront sur les textes qui lui seront donnés à lire, ou plus simplement sur l’ordre dans lequel ils apparaîtront à l’écran. » Dans l’ouvrage « Lire, écrire, récrire », E. Souchier, Y. Jeanneret et J. Le Marec évoquent en page 81 les « deux représentations courantes de ce qu’est la lecture de l’écrit de réseau. La première considère que lire, c’est faire- au sens de naviguer- ; l’autre, que faire c’est lire- au sens de s’informer. Pour la première, il n’y a pas de texte mais de l’usage ; pour la seconde, il n’existe que de l’information, tout le reste relevant de la technique. » Ils soulignent donc le rôle de la technique et du support matériel dans l’écrit numérique. Ces deux représentations concernent-elles le livre numérique où il ya navigation, mais différente que sur internet ? A laquelle des deux cas se réfère-t-il ? Faut-il « chercher à comprendre comment le texte conduit l’utilisateur « à faire pour lire », alors qu’il est venu « lire pour faire ». » ces deux cas de figure sont-ils pertinents pour le livre numérique ? Parle-t-on de la même navigation, du même acte de « faire » dans un ebook qui simule le feuilletage de pages de livre, et dans un site internet ? 27
  • 28. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Les questions à approfondir sont : le livre numérique est-il un texte en réseau comme les autres, même s’il n’est pas un site internet ? Il est obtenu via le réseau, peut-être actualisé via le réseau, déjà et de en plus en plus commenté en permanence sur des sites spécialisés, ou sur les pages des ebooks eux- mêmes, via la connectivité qui relie le livre ouvert au réseau. Ces analyses sur l’écrit de réseau semblent donc pouvoir être utilisées pour le livre numérique En page 92 de leur livre, les chercheurs se demandent : « Comment lit-on sur l’écran ? Comment s’y repère-t-on et qu’en retient-on ? » Questions à prolonger pour le cas de cet écran de liseuse ou tablette, si différent, en position verticale plus qu’horizontale. Ils poursuivent : « En quel sens y-a-t-il du texte sur les supports numériques ? » Dans le cas qui nous intéresse, en quel sens y-a-t-il un livre sur le lecteur nomade de livre numérique, sur le Smartphone, la tablette ? Les auteurs disent partager l’avis de Roger Chartier (Cf. références en note page 52) : « le changement de matérialité du texte n’est pas le simple transfert d’un objet inchangé. » Selon tous ces auteurs, le livre numérique paraît donc être autre chose que le « transfert » du livre papier sur support électronique. Il se passe un changement radical du livre avec le passage au livre numérique. Une autre sorte de livre semble bien en train de naître, du point de vue de l’écrivain comme de celui du lecteur. - La machine et ses contraintes ; le lecteur, interprète du texte Ces auteurs nous aideront aussi à comprendre la nature même du texte numérique affiché sur l’écran du lecteur de livre numérique. En page 26 de « Lire, écrire, récrire », ils précisent : « le signe est considéré comme polysémique et « structurellement dépendant de son contexte » (note P.26 : expression empruntée à Anne Marie Christin, « l’image écrite ou la déraison graphique ».) D’où le « rôle central du lecteur ». Selon eux, celui est dit « actif ». Il « intègre dans son activité interprétative le texte (l’écriture) ainsi que le contexte. » En page 96, ils prolongent leur hypothèse : « les médias informatisés proposent une forme de texte particulière. » Ils rajoutent : « nous sommes face à un texte qui n’en est pas tout à fait un. » Ils recensent les « changements majeurs dans la forme du texte ». En pages 97-98, ils remarquent : « alors que le texte est imprimé sur le support papier, il est ici seulement stocké dans une « matière- mémoire » au sein de la machine. » Ce qui rompt « le lien matériel qui unit traditionnellement le signe au dispositif médiatique ». Ils évoquent les « contraintes d’affichage » qui font « l’originalité du média » : « pour la première fois, l’écrit est cantonné sur une surface exigüe et unique, précisant « le média et le cadre se confondent dans la peine unicité de l’espace de lecture. ». Le texte en réseau est « un objet structuré à plusieurs niveaux dont une partie seulement « est présente aux yeux du lecteur. » Ils observent que cela a des conséquences sur les pratiques du lecteur, sur la relation texte/lecteur (P.99). « Il devient d’abord plus difficile de distinguer l’utilisation d’un objet technique de l’acte de lecture. » 28
  • 29. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 Le texte est stocké dans une « matière-mémoire au sein de la machine ». Ainsi, lecture et utilisation de la machine sont étroitement liées. Ce qui a des conséquences sur la façon même dont le lecteur reçoit le texte numérique, « la mise en contexte de l’écrit est de moins en moins assurée explicitement par le texte et de plus en plus portée à la charge du lecteur ». Cela induit l’importance du lecteur, de celui qui interprète le texte. En page 99, les auteurs poursuivent : « Le texte (note : en réseau) devient un objet mobile, aux contours multiples, enchevêtrés, superposés, si bien qu’il appartient au lecteur de reconnaître les limites du texte, et même de se poser ou de ne pas se poser la question de ces limites. » Ainsi, on peut en conclure qu’un lecteur de livre numérique ne sera pas un lecteur de livre papier. Que le même lecteur devant le même texte affiché sur écran ou imprimé sur papier ne recevra pas cet écrit de la même façon, qu’il le lira et l’interprètera de manière différente. - « Lire et voir » En page 191, les auteurs de « Lire, écrire, récrire » expliquent que « l’écrit d’écran privilégie sciemment l’organisation graphique de la page. » Ils précisent : « la page écran », très hétérogène, « mélange dans un même espace plusieurs niveaux de discours. Ce qu’on désigne comme signes passeurs, ce sont des éléments de texte qui forment l’une des composantes du texte global mais qui ont aussi une autre fonction : celle d’amener à/vers un autre élément de texte qui n’est pas immédiatement présent dans le cadre général mais qui peut être sollicité pour apparaître (…). » On comprend qu’ils titrent le paragraphe suivant : « entre lire et voir ». Cela met en valeur l’aspect graphique du texte écran, ses différents niveaux de visualisation et de lecture, ses signes passeurs : il faut se demander en quoi cela se retrouve sur le livre numérique, qui semble un texte moins « habillé », moins « mis en scène », plus sobre dans sa mise en page. Le livre numérique serait donc d’abord un objet qui se « voit ». Les chercheurs soulignent dans leur ouvrage le décalage entre l’espace de représentation et espace réel généré par l’organisation du texte : au sein de cet espace, s’élaborent de nouveaux comportements de lecture. Quels sont ces nouveaux comportements avec le livre numérique ? Quelles différences y-a-t-il dans ces comportements avec ceux observés dans la lecture sur internet, et dans la lecture des livres sur papier ? 29
  • 30. M1 CPEAM « LE LIVRE NUMERIQUE, COMMENT L'ECRIRE ET LE LIRE » - TPR PHILIPPE BAYLE 2012 - Vers la lecture « zapping », une « hypolecture » ? Dans son ouvrage « Après le livre », François Bon se demande, en page 129, si lire sur écran est un « zapping permanent », une « lecture balayage ». Cela revient-il à une régression car, se demande-t-il, « nous ne saurions plus prendre le temps et l’écart nécessaire à la lecture dense ? » Il note que « Internet privilégie les formes brèves » et qu’il existe déjà sur média numérique une littérature du texte court avec les blogs. En page 120 de son article « La littérature au risque du numérique », Jean Clément insiste sur ce que le livre électronique peut générer comme dégradation de la lecture : « Apparenté au zapping télévisuel, il fait craindre à certains les dangers d’une « hypolecture ». » Dans « Lire, écrire, récrire », Souchier, Jeanneret et Le Marec décrivent, en page 192, la lecture écran comme « d’abord une lecture de survol et de repérage » : est-ce vrai aussi pour les livres numériques ? Qu’en est-il de la lecture profonde liée aux livres papier, même si ces livres sont lus par des lecteurs assidus ? Cette lecture, poursuivent-ils, demande une manipulation d ‘outils, qui, loin d’être « intuitive », demande un « apprentissage long ». cette lecture demande qu’il existe une « culture commune » entre concepteur et lecteur. La question peut être posée : quelle est cette culture commune pour la lecture écran des livres numériques entre concepteurs et lecteurs ? Ce sera probablement une culture différente que celle entre écrivain et lecteurs de livres traditionnels. Marc Guillaume, dans l’article « Réseaux, savoirs et sociétés », en page 157, dédramatise ces nouvelles formes de lecture : « Les nouvelles pratiques de « lecture », de « savoir » et de « pensée » ne sont pas à rejeter- à supposer que cela soit possible- mais à transformer. Elles constituent, comme toute technique, à la fois une menace et une opportunité qui ne se substitueront pas aux anciennes pratiques mais s’y ajouteront en les transformant et en se transformant elles-mêmes. » François Bon, quant à lui, en page 145 de « Après le livre », pose le problème sur le plan de la concentration du lecteur face à de multiples attirances liées aux écrans : « La relation dense, mais univoque que nous avions à la lecture, saurons-nous un jour la transporter sur l’écran, ou s’agit-il de nous ouvrir, nous lecteur, à une expérience basée sur d’autres perceptions ? Sur l’écran, plusieurs fenêtres ouvertes simultanément, plusieurs tâches qui se prolongent et s’effectuent ensemble. Mais lisant un livre imprimé, ne le quittons-nous pas aussi à notre gré pour rêverie, note ou conversation, de même que sur la tablette on jette un œil aux derniers messages à la coupure de chapitre ? » Il résume ensuite : « La lecture dense est un apprentissage long et collectif. La lecture-écran est plus soumise à tentation- c’est comme la gourmandise. Quel risque pour la pensée et l’écriture ? » Et ensuite, il se pose la question face à une « masse profuse d’informations : comment ne pas craindre que notre capacité très certaine à passer de la lecture rapide à la lecture dense n’en soit pas affectée ? » En page 147, il dit encore : « En passant au cadre imposé par l’écran, c’est donc plutôt la simultanéité des contenus que leur pluralité qui définit le changement. » Ainsi, sur tablettes et liseuses, il est décelé une possible concurrence à l’attention portée par le lecteur sur son livre, du fait des e-mails, réseaux sociaux, sites Web à consulter, toutes sortes de sollicitations qui placent la lecture dans un processus de « zapping » du lecteur-usager du terminal. En page 147 de son livre, lui-même amateur de lecteur et auteur de livres papier ou numériques, François Bon affirme, face à la multiplication des « si commodes fenêtres » dévolues aux messages en temps réel (Twitter et autres réseaux), « aux mails et messageries instantanées, à la musique en écoute », que « ce que le livre portait en lui d’isolement (que la marge et la couverture symbolisaient), il nous revient à nous de le construire- et d‘éduquer à le construire. » 30