Théorie psychobiologique de la beauté
Par Benoît Fabre, le 26 Octobre 2007
Ceci est une théorie spéculative (c’est-à-dire ...
Exemples (hypothèses à vérifier):
• Une femme féminine typique a des pommettes saillantes (gouvernée par le
cœur, sous l’a...
Théorie de la beauté
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Théorie de la beauté

341 vues

Publié le

Pourquoi nous juge t'on belle ?

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
341
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Théorie de la beauté

  1. 1. Théorie psychobiologique de la beauté Par Benoît Fabre, le 26 Octobre 2007 Ceci est une théorie spéculative (c’est-à-dire une théorie qui reste à confirmer statistiquement). C’est une réponse à une question que je me posais depuis longtemps à propos des ressemblances de visages en fonction des caractères. Elle a jaillit lorsque j’observais dans le métro un individu plus âgé que moi, qui me ressemblait de visage et d’attitude corporelle. Théorie : 1. Les hormones qui gouvernent le développement de l’enfant, via l’expression sélective plus ou moins renforcée des gènes, façonnent progressivement le visage de l’adulte. Le visage de l’adulte ne peut être deviné en fonction de celui du bébé (ce qui serait le cas si un programme génétique se déroulait mécaniquement lors de l’enfance, indépendamment de l’histoire de l’enfant). 2. Il est établi depuis longtemps que l’histoire de l’enfant (familiale, sociale, les maladies subies, etc.) influe sur le psychisme de l’enfant, par la médiation des hormones libérées. Le cœur de cette théorie postule que ces mêmes hormones gouvernent la quantité et la qualité des protéines et lipides qui vont façonner progressivement le visage de l’individu (via l’expression sélective des gènes). 3. Par conséquent, on peut approximativement estimer le caractère et l’attitude d’un individu par l’observation des traits qui se sont progressivement inscrits dans son visage. Ceci tend à corroborer les impressions universellement ressenties devant un visage beau et gentil, un visage séduisant et féminin, un visage fortement viril, un visage de carnassier ambitieux, un visage de méchant, un visage de brute etc. C’est l’expérience individuelle et répétée qui nous apprend à chacun que tel visage (trait physique) correspond à tel caractère (trait psychologique, individuel et caché). La liaison scientifique entre les deux est constituée par les hormones libérées pendant la croissance sous des pressions environnementales, éducatives, et par les choix plus ou moins libres des individus en réponse à ces divers stress positifs ou négatifs.
  2. 2. Exemples (hypothèses à vérifier): • Une femme féminine typique a des pommettes saillantes (gouvernée par le cœur, sous l’action de l’amour avec les hommes, par exemple le frère dans l’enfance). • Une maitresse femme aura une large bouche (gouvernée par la thyroïde, par exemple pour cause de rivalité avec le père dans l’enfance). • Un homme avide de pouvoir et d’argent aura un nez bombé (gouverné par l’estomac, par exemple à cause d’un problème de manque financier ou de nourriture dans l’enfance). • Un homme mignon et gentil aura un nez pointu et des pommettes profilées (gouverné par l’hippocampe ou les poumons, par exemple pour cause de rivalité avec son père dans l’enfance). • Une femme molle et anxieuse sera dodue et ronde (gouvernée par les intestins, par exemple avec une obsession de la nourriture dans l’enfance). • Un homme méchant aura un nez empâté (gouverné par la bile, par exemple à cause d’une obsession de l’argent, de la jalousie et de l’envie). NB. Cette influence psychobiologique des organes malades ou prépondérants chez les individus est librement inspirée de la médecine traditionnelle chinoise. D’autres exemples, ou contre exemples, sont à trouver autour de vous. Vous pouvez étayer et faire connaître cette nouvelle théorie spéculative. Les scientifiques se chargeront de vérifier la possibilité décrite d’influence des hormones de l’enfance et de l’adolescence sur le façonnement du visage définitif d’adulte. Le nom de cette nouvelle théorie spéculative, psychobiologie de la beauté, vient de la confirmation potentiellement scientifique de la notion intuitive universelle de beauté, qui va au-delà des modes, sociologiquement expliquées. Cette théorie sous-entend qu’en chacun de nous les gènes du meilleur et du moins bon sont présents, qu’ils s’expriment plus ou moins sous l’action de l’histoire psychologique, et enfin s’inscrivent dans la morphologie. L’intérêt prédictif de cette théorie est potentiellement dangereux et totalitaire, si la théorie est appliquée de manière trop expéditive. L’intérêt préventif est plus subtil : l’observation de la morphologie en cours d’évolution permettrait de prendre des médications et des thérapies psychologiques modificatrices du terrain en cours de dérive. Post Scriptum : Comme toute théorie, même si elle s’avère juste, elle a des exceptions, et sera détournée par les simulateurs. D’où mon conseil ferme : conserver ses facultés de jugement, d’évaluation, d’intuitions. Et se souvenir du vieux dicton de la psychanalyse : ne pas parler, c’est parler encore …

×