Gros Plan :   Alan Stivell          P 32           .   Enquête :   R&D, comment   s’y prennent   les PME-PMI ?          P ...
éditosommaire                                                                                                             ...
Commandez le fichier  des 600 premières entreprises bretonnes✓ Les classements, par chiffre d’affaires  et par secteur d’a...
Le réseau des CCI     ILLE-ET-VILAINEINTERNATIONALFilière Granit :direction la Chine          Sous l’impulsion de la CCI d...
DEVELOPPEMENT                    ■ Pemzec Automobiles n’en finit pas de grandir (Brest).                    L’entreprise f...
FACE À LA CONCURRENCE, LA POSTE MODERNISE EN PROFONDEUR SON OUTIL DE PRODUCTIONEn 2008, une plate-forme industrielledevrai...
■ Seconde vague d’ouvertures                     DEVELOPPEMENT                                        pour Laot (Guipavas-...
■ 20 salariés en 2002… 63 DEVELOPPEMENT                                                                                   ...
DEVELOPPEMENT                    ■ + 80 % de progression pour                    l’EURL JPG Nettoyage (Saint-Brieuc)      ...
FOCUS                             LA RÉGION PAYS DE LA LOIRE SE DÉSENGAGE DE LA MISSION POUR L’ÉLECTRONIQUE,              ...
moins nombreux, mais puissants. ” A la tête de MGDIS, éditeur de logi-ciels d’aide à la décision pour les collectivités lo...
BRETAGNE EN RÉSEAU                                                                      ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’INDUSTRIE BRET...
“Aujourd’hui nous aidons à financer l’installation d’un agriculteur sur                     FINANCE                       ...
CRÉATION                      ■ Les acteurs de l’immobilier d’entreprise du bassin rennais                      se regroup...
CRÉATION                    ■ “Je suis là pour aider les demandeurs d’emploi, pas pour                    faire leur trava...
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Bretagne Economique n° 172   mai 2006
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bretagne Economique n° 172 mai 2006

2 091 vues

Publié le

Dossier : 'organisation du tavail : flexi sécurité

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 091
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bretagne Economique n° 172 mai 2006

  1. 1. Gros Plan : Alan Stivell P 32 . Enquête : R&D, comment s’y prennent les PME-PMI ? P 36 .N° 172 • MAI 2006 • 4,20 € D O S S I E R : O R G A N I S AT I O N D U T R AVA I L La flexi-sécurité reste à inventer !
  2. 2. éditosommaire ous avons tous dans notre entourage ACTUALITÉS N familial ou amical une connaissance qui s’est mise à son compte. Nous avons tous connu ces réunions familiales où nous ne comprenions pas pourquoi Robert, Jean ouA L’AFFICHE 5 ................................................................................................................................................................................... Michelle ne pouvaient se joindre à la fête ouFOCUS : Quand la Meito perd de ses crédits ........................................... 12BRETAGNE EN RÉSEAU : devaient nous quitter plus tôt le week-end pourLes états généraux de l’industrie bretonne .................................................... 14 rattraper le retard accumulé pendant la semaineAILLEURS : Inno Viandes à Clermont-Ferrand ....................................... 19 faute de moyen humains suffisants. En 2003 on dénombrait 2 260 000 TPE de ENTREPRISES l’industrie, du commerce et des servicesZundel innove dans les incubateurs et éclosoirs ................................. 20Quénéa, le solaire et l’éolien made in Carhaix ............................................ 22 économiquement actives.Sun Color fonde son développement Les très petites entreprises, entreprises desur sa politique sociale ...................................................................................................................................... 23 moins de 20 salariés, réalisent 27 % de la valeur ajoutée des entreprises du champ ICS et DOSSIER emploient 37,5 % des effectifs occupés. AutantL’organisation du travail ................................................................................................................................. 24 dire l’importance du rôle que peuvent jouer cesEntretien : Hervé Serieyx, sociologue et économiste ................. 29 TPE, surtout quand on sait que près de 1,2 GROS PLAN million de ces entreprises ne compte aucunAlan Stivell, barde-ambassadeur ............................................................................................... 32 salarié (données 2003 du Ministère des petites et moyennes entreprises). RÉGION Eh bien, faites le test au cours des prochainesDes IAA décryptent les mécanismes européens ................................. 34 réunions familiales (les mois de mai et juin s’y prê-AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE : tent bien) et demandez à vos proches, qui se sontL’urbanisme commercial, enjeu majeur pour les CCI ............ 35 lancés dans la belle aventure de l’entreprise, pourquoi ils hésitent à embaucher ! De l’incerti- PRATIQUES tude du lendemain à la complexité de la légis-ENQUÊTE : R&D, comment s’y prennent les PME-PMI ? ........ 36FORMATION : lation, les réponses sont aussi variées que leÀ la découverte des métiers de l’IAA ............................................................................... 39 domaine d’activité et la personnalité du chefJURIDIQUE : Les baux commerciaux .......................................................................... 40 d’entreprise. Mais le constat général est le même :Sudoku ................................................................................................................................................................................................. 41 les freins au recrutement sont trop nombreux ! Alors comment favoriser l’embauche et lutter Ce numéro comporte un encart jeté. contre la précarité ? Comment répondre aux besoins de flexibilité des entreprises tout en restant dans les clous du droit du travail ? Des solutions récentes comme les groupements EDITION « BRETAGNE ECONOMIQUE » Assistante rédaction et développement : CRCI :1,RUE DU GÉNÉRAL GUILLAUDOT ANNIE RENAULT d’employeurs ou le portage salarial existent et ont CS 14422 • 35044 RENNES CEDEX Ont collaboré à ce numéro : fait leurs preuves. A nous chefs d’entreprise de Rédaction : B.TERRIEN - C.CHERON - V. MAIGNANT les utiliser. A nous également de faire comprendre Tél.02 99 25 41 37 - Fax 02 99 63 35 28 S. MARSHALL - Y.POUCHARD - V.ROLLAND e-mail :bret-eco@iway.fr S.SEGUIER - C.VIART aux jeunes à la recherche d’un emploi que les Directeur de la publication : Publicité : 02 99 25 41 36 chefs d’entreprise ont besoin d’eux et que leur JEAN-FRANÇOIS LE TALLEC Couverture : IT STOCK/AGENCEIMAGES engagement et leurs compétences sont indis- Directeur délégué : RÉMI BILGER Création, maquette & photogravure : ODÉBI pensables au développement de l’entreprise. Impression : CALLIGRAPHY PRINT Comité de rédaction : C’est particulièrement vrai pour la TPE. RÉMI BONNET - FRANÇOIS CLÉMENT VANESSA ERMEL - FRANÇOISE L’HOTELLIER Jean-Claude LE PIERRES Responsable Publication : VÉRONIQUE MAIGNANT Président de la CCI du Pays de Fougères 3 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  3. 3. Commandez le fichier des 600 premières entreprises bretonnes✓ Les classements, par chiffre d’affaires et par secteur d’activités✓ Les coordonnées des entreprises (noms des dirigeants, adresses, téléphones, fax…)Sur CD-rom PC Tél. 02.99.25.41.37 ABONNEZ-VOUSÀ BRETAGNE ÉCONOMIQUE 35 €au lieu de Bulletin d’abonnement à retourner à Bretagne Économique 1, rue du Général-Guillaudot - CS 14422 - 35044 RENNES Cedex - Tél. 02 99 25 41 37 41,20 € 1 an d’abonnement = 35 €* Je joins mon règlement à l’ordre de Bretagne Économique - *TVA 5,5 % incluse 8 Société .................................................................................................................................. Destinataire ............................................................................................................................ Adresse ................................................................................................................................. Ville ...................................................................................................................................... Code postal ..............................numéros Tél. .......................................... Fax .......................................... Code APE ................................. Date : .......... / .......... / .......... Signature ou cachet
  4. 4. Le réseau des CCI ILLE-ET-VILAINEINTERNATIONALFilière Granit :direction la Chine Sous l’impulsion de la CCI du Pays de Fougères, avecle soutien de nombreux partenaires, les professionnels de la filiè-re Granit associent leurs savoir-faire, afin de promouvoir le gra- À L’AFFICHEnit breton au sein de “ Ouest Granit Innovation ”. Le collectifd’entreprises s’est rendu, au printemps, au cœur du premier bas-sin granitier chinois. Visite du salon Stone Xiamen, d’usines detranches, dallages, plans de travail, mosaïques, statues, che-minées… et de carrières de granit à Nan An. Visites à Jinjiangd’entreprises de fabrication de monuments funéraires, de pavéset de bordures de trottoir. Des rendez-vous qui ont permis à ladélégation de prendre conscience de la compétitivité de lafilière chinoise, de la mondialisation dans leur stratégie indivi-duelle et collective. Une démarche instructive pour les entreprisesgranitières qui, au sein de SPL, vont passer à l’offensive.CONTACT : CCI du Pays de Fougères - 02 99 94 75 62 CÔTES-D’ARMOR FORMATION MORBIHAN Un nouveau Bac +4 à l’IEQTSALON L’Institut européen de la qualité totale (IEQT) de Saint-Brieuc qui a ouvertLes bonnes pratiques ses portes en septembre 2004 avec unenumériques licence professionnelle “Animateur Qualité”, proposera pour la prochaine En réponse aux nombreuses questions que les nou- rentrée un nouveau diplôme homologuévelles technologies suscitent dans l’entreprise, mapetiteentre- niveau II de Responsable qualité sécuritéprise.net organise un tour de France des bonnes pratiques environnement (RQSE) en apprentissage.numériques en 4 étapes. Pour le Grand Ouest, c’est le Chorus La Chambre de commerce et d’industriede Vannes qui accueillera l’événement les 19 et 20 juin prochains, des Côtes d’Armor, en partenariat avecen partenariat avec la CCI du Morbihan. Ce salon est dédié aux le CFAI de Bretagne, entend ainsi répondre à une demande croissantesolutions informatiques, télécoms et internet destinées aux des entreprises en matière de qualité mais également du managementpetites et moyennes entreprises. Une cinquantaine d’acteurs du risque industriel pour l’environnement, l’hygiène et la sécurité.majeurs proposeront des solutions sur 10 espaces théma- Cette formation, principalement destinée à des étudiants ayant un Bactiques. Conférences, démonstrations sont aussi au programme. +3, est également portée par l’Union patronale des Côtes d’Armor, etCONTACT : www.mapetiteentreprise.net notamment la métallurgie, qui travaille avec la Chambre de commerce et d’industrie pour la promotion du développement durable. CONTACT : CCI des Côtes-d’Armor - 02 96 94 57 14 FINISTÈRE La 17ème promotion parrainée par Jacques Velingues (à droite) a débuté sa formation en décembre 2005FORMATION“L’École des managers de Bretagne”,au service de la transmission d’entreprise Depuis plus de 15 ans, “l’Ecole des managers de Bretagne”, ani- En effet, sur une durée de 14 mois, les par-mée par la CCI de Quimper Cornouaille, forme et accompagne les ticipants se forment à leur nouveau métier,repreneurs de PME-PMI dans leur nouveau métier de dirigeant. Son objec- en acquérant les compétences et l’auto-tif est de contribuer à la pérennité de l’activité lors de cette étape cru- nomie nécessaires au pilotage de l’entre-ciale que constitue la transmission et d’en faire une véritable opportunité prise. A raison de deux journées par semaine, grâce à une pédagogiede développement. Ce cycle est spécifiquement adapté aux repreneurs en lien direct avec l’expérience d’entreprise de chacun des stagiaires, cettepotentiels internes à l’entreprise (famille du dirigeant, cadres de direction formation s’avère porteuse de réussite. “L’Ecole des managers deexerçant une fonction technique ou commerciale…). C’est également une Bretagne” lancera en novembre 2006 sa 18ème promotion.réponse particulièrement appropriée aux besoins des repreneurs externes. CONTACT : CCI Quimper Cornouaille - 02 98 32 01 00 5 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  5. 5. DEVELOPPEMENT ■ Pemzec Automobiles n’en finit pas de grandir (Brest). L’entreprise familiale, créée en 1976 avec l’ouverture d’un premier garage à Vannes puis d’un second à Redon, connaît un véritable développement à partir des années 2000. A cette époque, Pemzec Automobiles rachète la concession Volvo à Brest. Le succès de la marque suédoise conduit les dirigeants à ouvrir une 2ème concessionACTUALITÉS à Lorient en 2002 puis à Quimper en 2003. L’entreprise, désormais concessionnaire exclusif Volvo sur les départements 29 et 56, amorce un nouveau virage en 2005. Elle décide de commercialiser ▼ Nouvelle concession à Quimper pour la famille Pemzec sur le Finistère deux nouvelles marques, Jaguar et Land-Rover pour s’ancrer définitivement sur le haut de gamme et capter une nouvelle clientèle. Le chiffre d’affaires sur ce département s’élève à 9,5 mil- l’Altess’Hôtel à Biarritz en janvier, entre 2005 et 2006, Oceania lions d’euros. Aujourd’hui, entre les cinq affaires, l’entreprise Hotels aura investi plus de 35 millions d’euros pour mettre en place emploie 55 personnes (19 dans le Finistère et 34 dans le Morbihan). un vaste programme de rénovation de ses hôtels (Escale Oceania Pour répondre aux attentes de ses nouveaux clients, la famille Saint-Malo, Oceania Brest Aéroport, Oceania Nantes et Oceania Pemzec vient de doubler la surface de Quimper, passant de 650 m2 Quimper, actuellement en cours de rénovation). à 1 300 m2 pour un investissement total de 1,2 million d’euros et un Contact : 02 98 44 58 09 objectif annuel de ventes toutes marques confondues de 145 voi- tures neuves et 200 d’occasion. Le projet d’agrandissement à Brest ■ SMP Radiance est dans les cartons. investit trois millions Contact : 02 98 41 04 00 d’euros à Rennes. Créée en 1948, la 2ème ■ L’usine a démarré ! Spécialisée dans le béton contraint, la mutuelle interprofes- société SEAC (Grand-Fougeray, 35) intervient pour le marché de la sionnelle des travailleurs maison individuelle (Queguiner, Point P…), le marché locatif et le ter- indépendants en région tiaire. Jusqu’alors simple dépôt de poutrelles (3 personnes) et adhère au groupe approvisionné par les autres usines du groupe (19 sites en France), Radiance en 1989. le site breton situé sur 11 hectares de terrain devrait employer entre Historiquement implan- 20 et 30 personnes… d’ici un an pour la fabrication de dalles et pou- tée à Vannes, elle renfor- trelles. Pour l’heure, SEAC est “en plein terrassement”. ce aujourd’hui sa présence en Ille-et-Vilaine en inaugurant son nou- Contact : 02 99 08 34 12 veau siège social : 1 250 m2 de bureaux au cœur de Rennes, achetés et rénovés dans leur intégralité. Stéphane Lebret, directeur régional ■ Actualité chargée pour Oceania Hotels. Le groupe hôtelier depuis le 1er janvier 2006, compte sur ses 125 collaborateurs (70 à finistérien Sofibra (22 hôtels et 370 salariés en France) change vannes et 55 Rennes) pour développer l’est de la région, notamment d’identité et de nom et devient Oceania Hotels. Cette marque auprès des pme-pmi. SMP Radiance compte déjà 70 000 adhérents ombrelle chapeautera les 3 marques du groupe : Escale Oceania en complémentaire santé et 47 000 en régime santé des indépen- (ex-Hôtel Mascotte) ; Oceania et Oceania Style (hôtels de caractère dants pour un CA 2006 (1er avril) de 30 millions d’euros. Pour réussir souvent associés à l’histoire de leur ville, à l’instar du Continental à ce pari, Stéphane Lebret va étoffer son équipe commerciale et annon- Brest). Cette nouvelle stratégie marketing doit donner une meilleure ce l’embauche d’une dizaine de personnes d’ici fin 2006. visibilité et une véritable culture d’entreprise au groupe. Elle s’ac- Contact : 02 97 63 27 18 compagne également d’une politique de développement du parc hôtelier : après l’ouverture de l’Oceania Paris, hôtel 4 étoiles de 250 ■ Deux nouvelles gammes pour Sciences & Mer et vigilance chambres, et le rachat de l’Hôtel de France à Nantes et de sur les distributeurs. Sans rien négliger de ses deux métiers (développement de lignes pour les centres de Thalasso et travail à ▼ Le Continental à Brest façon pour grandes marques), le laboratoire de cosmétiques (70 salariés - Le Relecq-Kerhuon, 29) a lancé Algoane. “Soit 23 pro- duits pour la revente et les soins en cabine, essentiellement destinés à nos circuits professionnels – centres de beauté et spas – à l’étran- ger.” souligne Didier Le Tannou, président du directoire. Avec 20 % de son CA (7,7 millions d’euros, + 7 %) réalisés à l’export (Allemagne, Russie, USA, Thaïlande, Italie…), le laboratoire cherche aujourd’hui de nouveaux distributeurs pour cette gamme. “Un mau- vais importateur peut tuer un bon produit”, poursuit Didier Le Tannou qui a décidé de s’informer via les missions économiques des Ambassades de France. En attendant, développée avec l’Université de Bretagne occidentale, la ligne Sciences & Mer est prête à être lancée en pharmacie cette fois. Contact : 02 98 28 34 296 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  6. 6. FACE À LA CONCURRENCE, LA POSTE MODERNISE EN PROFONDEUR SON OUTIL DE PRODUCTIONEn 2008, une plate-forme industrielledevrait voir le jour en Ille-et-VilaineS’inscrivant dans le cadre du pro- gressivement les centres de tri avec ungramme de modernisation “Cap espace spécialisé pour les entreprises. ACTUALITÉSQualité” de La Poste, qui mobilise un “ Au total,l’engagement industriel régio-investissement de 3,4 milliards d’eu- nal correspondra à un investissementros pour la période 2003-2010, la d’environ 90 millions d’euros répartis surdirection du Courrier Haute Bretagne les Directions Haute Bretagne et Ouest(Ille-et-Vilaine et Côtes d’Armor) a Bretagne (29-56) ” expliquait Gabriellaissé sous-entendre l’ouverture en Hentzen, directeur général des opéra-2008 d’une plate-forme industrielle tions Courrier à La Poste en mars der-courrier de dernière génération.D’une nier. Avec cet outil ultra modernesurface de 25 000 m2, les travaux dupliqué dans d’autres régions et peut-pourraient débuter fin 2006 début être un jour dans l’Ouest Bretagne, La2007.Rennes Métropole semble bien Poste ambitionne de devenir “l’opérateurplacer pour accueillir ce nouvel équi- courrier de référence en Europe dici à De gauche à droite : Michel Bernard, directeur exécutif courrier région Ouest,pement dont l’objectif est de traiter Gabriel Hentzen, dg des opérations courriers la fin de la décennie” et ainsi rattraperplus de 2 millions de courriers et et Yvon Pinvidic, directeur courrier Haute Bretagne son retard sur ses deux principauxobjets par jour tout en améliorant les concurrents, l’Allemagne et la Hollande.conditions de travail des postiers. Comment ? En sibilisation à la santé au travail (1 300 journées eninvestissant massivement dans la formation : sen- 2005) et à la sécurité ; mais aussi en rénovant pro- ■ Véronique Maignant 7 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  7. 7. ■ Seconde vague d’ouvertures DEVELOPPEMENT pour Laot (Guipavas-29). Après le début des années 2000, l’entreprise ■ Le Métro de la distribution textile ! spécialisée dans la fabrication et la C’est en ces termes que Jacques Moreau à pose de menuiserie PVC et alumi- la tête d’Imbretex (Guengat-29) présente son nium est dans une nouvelle phase métier. “Des généralistes au réseau Intersport, d’ouvertures. Après Pont-L’Abbé et on compte 23 000 clients en France à qui on Saint-Renan déjà effectuées, c’est propose 28 marques. En 2006, c’est plus faci- au tour de Brest avec une secondeACTUALITÉS le de faire du négoce que de fabriquer.” Avec agence ouverte ce mois-ci, dévoile 28 salariés et un CA stable de l’ordre de 14,7 Jean-Philippe Chavane, dirigeant. millions d’euros, l’entreprise a néanmoins Avec de nouvelles inaugurations de créé sa propre marque Mer d’Iroise afin de points de vente au second semestre, l’objectif de Laot est de passer de 15 à 18 ouvertures se doter d’une “identité régionale”. Mais son au total “pour un bon maillage sur le 29, le 22 et le 56. Une fois bien en place sur ces créneau reste bien de distribuer départements, on attaquera le 35” poursuit le dirigeant qui s’est attelé à l’agrandissement des marques encore de son agence de Lorient dotée d’une plate-forme technique pour le stock. Laot emploie inconnues dans actuellement 165 personnes (commerciaux compris). l’hexagone, à Contact : 02 98 28 25 68 l’image de The Cotton Group, née en Belgique, dont Imbretex est le ■ Sacet à Bruz mise sur les nouveaux standards de transmis- deuxième distributeur à ce jour. Doté d’une sion. Adossée au groupe I2E (Aix-en-Provence), groupe électronique force commerciale efficace (3 personnes), qui emploie 400 personnes, l’entreprise (une dizaine de personnes) Imbretex a rentré de nouvelles griffes (Stan intervient pour le compte d’opérateurs et systémiers (Thalès, Alcatel, World, arrivée d’Egypte, la licence Pen Philips semi-conducteurs…) pour qui elle développe “toujours une Duick…) et reste par ailleurs un grossiste en technologie sans fil et “radio”, Wifi, bluetooth…” présente Marc pièces textiles pour le marché publicitaire. Testard, président. Parce que la “forme de TV mobile met en place Contact : 02 98 91 08 08 tout un business, nous opérons un gros plan sur la norme Wimax. On a investi en fonds propres et, via le soutien de centres de recherches ■ “La R&D, c’est aujourd’hui deux axes : soit les entreprises nationaux, on s’apprête à aller voir France Télévision et Canal +”. Et optent pour le low-cost ; dans un contexte sans grande pression pour ne pas avoir toutes ses puces dans le même panier, la société concurrentielle, elles cherchent à baisser les coûts en allant voir du (800 000 euros de CA, + 20 %) participe aux pôles Images & Réseaux côté des Peco. Soit, elles font appel à des sociétés de proximité, pour et Automobile haut de gamme. plus de confidentialité.” C’est parce qu’elle a choisi de se montrer Contact : 02 99 57 16 56 réactive face à des délais souvent tendus, que Neosoft Services (Cesson-Sévigné,35) a su se distinguer. Principe de la société créée en septembre 2005 et qui emploie 45 personnes (nouvelles technolo- gies, électronique) : “proposer les services d’ingénieurs sur des projets R&D gérés par des grands comptes” poursuit Laurent Florentin, co- créateur qui cite France Telecom, Thomson ou Alcatel parmi ses clients. “Ils détiennent la maîtrise globale et on intervient sur des tâches complémentaires, réseau, streaming…” Avec un premier CA de 4,5 millions d’euros (sur 15 mois), la société table cette année sur 65 embauches au total. Nouveaux locaux pour la société A.M.I. à Torcé près de Vitré ▼ ■ La société A.M.I. (Atelier de Métallerie Industrielle à Torcé- 35) spécialisée en tôlerie fine, découpe laser et métallerie indus- trielle a démarré son activité en 2000 avec un C.A. de 670 000 euros. Aujourd’hui, après 6 ans d’activité, l’entreprise emploie 20 personnes et réalise un CA de 2,1 millions d’euros (2005). La récente extension des locaux, 2 800 m2 dont 2 350 m2 d’atelier et l’acquisition d’un centre de découpe combiné laser-poinçonnage, va permettre à la PME de poursuivre son développement avec l’embauche de 8 per- sonnes dans les 3 années à venir. Ses clients, généralement situés dans l’Ouest de la France, sont issus de secteurs d’activité aussi variés que : le mobilier urbain, la machine outil, l’électronique, l’agro- alimentaire, le stockage, l’automobile, l’agencement de magasins, le chauffage, l’aéraulique, le matériel aéroportuaire, le bâtiment etc. Contact : 02 99 49 67 408 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  8. 8. ■ 20 salariés en 2002… 63 DEVELOPPEMENT aujourd’hui ! Il avait décidé de prendre le volant de sa■ Positionnée depuis ses débuts sur destinée, il a bien fait.le marché des composants et sys- Spécialisé dans le transporttèmes optiques “future génération”, frigorifique au moment de saOptogone (Plouzané-29) est une jeune création à Quimper, Frigopousse née du département optique de Express (6 millions d’euros del’ENST Bretagne et de France Télécom CA) s’est ouvert au transport ACTUALITÉSR&D. Si elle est tombée dans le giron de du “sec” confirme RonanMemscap (groupe installé à Grenoble), Fouchet, dirigeant, “toujourstrois salariés au départ de la Bretagne pour les IAA. On descendcontinuent à travailler sur les télécoms beaucoup dans le Sud-Est etmais développent dorénavant de nouveaux on remonte avec des produitsappareils optiques pour la cosmétique et la de là-bas.” Raison de pareille ▼dermatologie. montée en puissance ? “Une attention particulière aux RH ;■ Quand le marché des télécommuni- société (22 personnes et 2,8 millions d’eu- j’y j’accorde beaucoup d’importance et, decations connaît de grosses restructu- ros de CA). “Avec les concentrations des ce fait, je n’ai pas encore subi de départs – lerations, Antenessa (Plouzané-29) se installateurs et opérateurs, le marché s’est signe que les gens se sentent bien ; des outilsdéploie au maximum avec 40 % de son internationalisé, explique Pauline Bernière. à la pointe comme le prochain logiciel demarché (Antennes et réponses à des Notre marché suit les normes. Objectif en géo-localisation”. S’il a fallu négocier serréattentes précises pour grands comptes et 2006 : étendre notre réseau de distribution avec ses clients au moment de la flambée duPME/ Instruments de mesure pour champs en Scandinavie, au Moyen-Orient, passer en gazoil, la PME dotée d’une plate-forme deélectromagnétiques) réalisés à l’export. Iso 9901 et nous structurer en interne. Notre transit de 800 m2, pense à se diversifier maisEurope ( Espagne, Italie, Peco…) mais aussi deuxième levée de fonds nous a permis une aussi à une opération de “croissance exter-Turquie, Asie, de la Corée à la Chine… soit croissance rapide.” ne, envisagée courant second semestre…”de nombreux territoires où s’illustre la Contact : 02 98 05 13 34 Contact : 02 98 57 81 81 9 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  9. 9. DEVELOPPEMENT ■ + 80 % de progression pour l’EURL JPG Nettoyage (Saint-Brieuc) qui intervient notamment sur la Bretagne et le Grand Ouest pour le secteur du ter- tiaire, des GMS, de l’IAA ou encore pour le compte de divers ports bretons. AvecACTUALITÉS un CA qui se monte à 370 000 euros, l’entreprise compte aujourd’hui 18 sala- ▼ riés sur les Côtes d’Armor et 6 sur Rennes. Après avoir réalisé une opéra- tion de croissance externe avec le rachat de Prolari Nettoyage “Désormais 60 à 70 % des gens à la recherche d’un emploi utilisent (Plérin-22), JPG Nettoyage mise déjà sur le rachat au second Internet. Depuis deux ans, le phénomène est tel, que sur une même semestre d’une autre entreprise spécialisée (45 salariés). période en l’espace d’un an nous avons constaté une progression de Contact : 02 96 33 16 98 50 % du nombre de visiteurs. Si, au début, seules les personnes issues du secteur des nouvelles technologies utilisaient ce média, aujourd’hui, pour tous les postes (commercial, cadre administratif, artisan…), l’en- semble des secteurs d’activité, de la TPE à la très grosse entreprise, LE CHIFFRE utilise cet outil pour chercher un emploi. Nous gérons quotidiennement entre 4 et 5 000 offres, chacune ayant une durée de vie maximale de ■ En mars, 325 Logan vendues dans l’Ouest sur un total de quatre semaines”, explique Denis Hervé, responsable du projet 2 000 au niveau national. Après avoir racheté Dacia aux Ouestfrance-emploi.com. Pour un coût de 350 euros pour le passage Roumains, Renault fabrique et commercialise sur place, dès 2004, la d’une annonce (180 euros pour dix passages), l’offre est mise en ligne Logan. Si cette dernière n’avait pas vocation à pénétrer le marché avec une parfaite délimitation de la zone géographique sur laquelle français mais les pays d’Europe de l’Est, son rapport qualité-prix l’internaute souhaite travailler. Ce critère est essentiel pour la qualité inédit sur le marché intérieur a provoqué une demande deux fois des réponses. Tout comme le sont le graphisme et la rubrique forma- supérieure aux objectifs que s’était fixé Renault. Et depuis le lance- tion qui viennent d’être retravaillées. ment d’une motorisation diesel, en mars dernier, cet engouement pour une voiture économique à l’achat et à l’usage s’est accéléré, particulièrement en Bretagne, terre traditionnellement très “diéséli- sée”. Disponible au prix de 9 840 euros TTC pour la version Ambiance FINANCE (moyen de gamme), les achats s’orientent à 72 % sur le modèle haut de gamme, “Lauréate”, au prix de 10 840 euros TTC. Le profil des ■ Le chiffre record De g à d : Alain David, président et Yves Nanquette, dg acquéreurs ? 74 % sont d’anciens acheteurs d’occasion, roulant des constructions en avec un véhicule ayant entre 8 et 12 ans d’âge. Prochaine échéance Ille-et-Vilaine en pour la Logan : la commercialisation du modèle “break” fin 2006 pour 2005 permet au lequel la demande régionale est, paraît-il, déjà très forte. Crédit Agricole d’affi- Contact : www.renault.com cher un résultat net Photo : V. Maignant ou www.daciagroup.com en hausse de 8 %. ■ 530 000 visites par mois sur ouestfrance-emploi.com Avec une croissance de 30 % des crédits à l’ha- bitat et une centaine d’embauches, le bilan de l’année 2005 pour le Crédit Agricole d’Ille-et-Vilaine se présen- te presque aussi bien que celui de l’année passée (+10 %, 2004/ 2003). “Le dynamisme économique du département, un chômage moins important qu’ailleurs, en particulier chez les jeunes, et une capacité traditionnelle des bretons à aller de l’avant ont permis d’ob- tenir un résultat en hausse avec des perspectives sur les deux pre- miers mois de l’année tout aussi prometteuses” explique Yves Nanquette, directeur général de la Caisse régionale. “Nous allons poursuivre notre politique de proximité et suivre les flux de popula- tion par l’ouverture de six nouvelles agences en 2006.” Il est vrai que les onze implantations de 2005, dont une sur le campus de Villejean, ont permis à la banque de gagner 23 000 nouveaux clients sur un total de 400 000. Autre sujet évoqué : l’espace libéré en 2008, lors du déménagement de l’actuel siège social en plein centre de Rennes, sera destiné à la construction de 330 logements dont la moitié réservée au des personnes à revenu modéré.10 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  10. 10. FOCUS LA RÉGION PAYS DE LA LOIRE SE DÉSENGAGE DE LA MISSION POUR L’ÉLECTRONIQUE, (Quand la Meito perd de ses crédits L’INFORMATIQUE ET LES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE L’OUESTACTUALITÉS les PME tiquent C’est officiel. A compter de 2007, la Région mais aussi la Drire des Pays de la Loire vont retirer leur soutien à la Meito1 qui perd ainsi 400 000 euros. Malgré tout, son discours se veut rassurant. La Meito affirme se recentrer sur sa vocation première tout en dépassant ses frontières. “ Entendons-nous bien, la Meito avait jusqu’alors deux mis- sions : l’animation de la filière et l’hébergement des activités Mégalis haut débit. Dans ce dernier cas, les contrats arri- vaient à terme et il était entendu que cette activité serait repri- se par un syndicat mixte pour le compte de l’ensemble des collectivités locales bretonnes. La perte de ces 400 000 euros va bien sûr nous impacter mais cela ne va pas nous empêcher de continuer à travailler avec Nantes, Laval ou encore avec le Centre technique de Normandie. ” Dans la bouche de Michel Thurel, président de la Meito (1,5 million d’euros de budget annuel, dont 500 000 euros de la Région Bretagne, près de 100 000 euros de chacune des Drire, 80 000 de celle des Pays de la Loire), le discours se veut rassurant. “ C’est dommage pour les acteurs de la filière qui comprennent mal ces notions territoriales mais, tant du côté académique que de celui des entreprises, depuis l’annonce de la nouvelle, nous recevons de multiples témoignages. Tous veulent continuer à bénéficier de nos services. Néanmoins, nous serons obligés de revoir les conditions de nos interventions2 en faveur des entreprises NexesVisio et la Meito ont contribué non bretonnes ” ne cache pas Michel Thurel. A suivre. au développement de la visio-conférence pour Mégalis Une ouverture moins grande “ Tout ça est un peu politique et à voir avec la rivalité entre les deux pas à aller bien loin pour trouver ce qui leur convient. ” Créateur de régions. Mais, bon, ça ne causera pas de grands bouleversements. Ce NexesVisio (Saint-Brieuc), “ assembleur de solutions ”, Frédéric Grange recentrage sur la Bretagne est peut-être un bien : à voir trop large, il faut a travaillé avec la Meito et le correspondant technique de Mégalis dans aussi pouvoir compter sur des moyens solides. ” Co-créateur de Sacet le cadre du déploiement visio-conférence, via le réseau, pour le comp- (technologie sans fil et radio, Rennes), Lionel Le Roux pense que la Meito te de l’Afpa Bretagne. “ La Meito nous a aidé à jauger des besoins et est “ bien outillée pour travailler et intervenir auprès des entreprises bre- le correspondant est intervenu pour la mise en place d’une solution sur tonnes ”. Dans le même temps, il ne cache pas que “ la Meito, en sor- les 11 sites bretons avec un serveur multi-points hébergé à Lorient. ” tant de son territoire géographique, c’était aussi des flux de Rien à redire sur la légitimité des uns et des autres… “ Bon, c’est vrai communication ascendants et descendants. On peut recevoir des infos qu’on sent un peu de ballotage avec l’arrêt du financement du 44 mais sur des PME qui nous entourent, autant de partenaires et fournisseurs je pense que les PME bretonnes peuvent s’y retrouver à terme. A trop potentiels… et faire parler de nous quand on veut communiquer sur une s’étendre, les actions peuvent être diluées. ” nouvelle technologie… ” Oui au recentrage en Bretagne Les Pays de la Loire sont autonomes “ Je savais que la Région Pays de la Loire allait se recentrer sur son “ A Nantes, quand ils mènent des actions, ils savent très bien les réser- territoire. Franchement, si notre secteur peut, lui, se renforcer en ver à leurs entreprises. Les Pays de la Loire sont autonomes : ils n’ont Bretagne, ce n’est pas un mal. On a besoin d’interlocuteurs, peut-être12 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  11. 11. moins nombreux, mais puissants. ” A la tête de MGDIS, éditeur de logi-ciels d’aide à la décision pour les collectivités locales et territoriales,présent à Vannes, Lyon, Paris et Caen (72 salariés/ 4,5 millions d’eu-ros de CA), Jean-Marc Bienvenu continue de s’investir dans la Meito.“ J’ai déjà reçu la visite d’un chargé d’affaires pour une problématique ACTUALITÉStoujours d’actualité : notre travail à l’international. Je lui ai exposé mesbesoins : trouver des partenaires, en Espagne, en Belgique… des inté- Animation de la filière sur les salonsgrateurs capables de structurer nos produits pour des métiers etbesoins précis. Dans mon métier, je dois être en relation avec cetype de sociétés. J’attends donc que la Meito puisse se faire rencontrer pour centres d’appel, le professionnel et ses deux associés se sonttous ces interlocuteurs. ” rapprochés de Rennes Atalante : “ pour un très bon suivi. Nous venons de nous lancer et nous avons trouvé là des gens pour nousMieux identifiée des Bretons que des Nantais accompagner. ”Il y a encore un an, Walter Chilou était directeur de Teamlog Nantes(services informatiques). Il ne s’en cache pas : “ sans vouloir en rien ■ Serge Marshalldiminuer le rôle de la Meito, il me semble qu’elle est davantage iden-tifiée des acteurs bretons que nantais avec, de par sa vocation notam- Mission pour l’électronique, l’informatique et les télécom- 1ment tournée vers l’électronique et les télécoms, un champ d’action munications de l’Ouest. 250 adhérents répartis majoritairementqui me paraît plus parler aux acteurs spécialisés de Lannion et de sur les 9 départements des deux régions. Tél : 02 99 84 85 00Rennes. En ce qui me concerne, quand j’étais basé à Nantes, j’étaisadhérent du Club des responsables informatiques de l’Ouest (Criouest), La Meito, c’est l’organisation de stands sur des salons, 2un très bon espace d’échanges. ” Aujourd’hui co-créateur de Gen-IP un journal Amplitel, une base de données très renseignées,(près de 10 personnes à Rennes), société spécialisée dans l’intégra- des journées techniques et 350 visites/entreprisestion de solutions de téléphonie sur IP et de solutions informatiques réalisées par des chargés d’affaires 13 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  12. 12. BRETAGNE EN RÉSEAU ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’INDUSTRIE BRETONNE (La Bretagne, ! AGENDA ■ Forum du recrutement et de la formation en alternance le 17 mai à la Faculté des métiers de Ker lann à Bruz (35) Contact : 02 99 05 46 06 4 région industrielle èmeACTUALITÉS ■ Les enzymes en alimentaire, EFF’2006 symposium européen organisé par CBB développement les 17 et 18 mai à la Maison Le 9 juin prochain à la Mézière (35), le GFI Bretagne de l’agriculture de Rennes (Groupement des fédérations de l’industrie) se propose de rassembler Contact : 02 99 38 33 30 les industriels de la région pour définir la “charte du bien entreprendre” et les ■ STIM 2006, salon des solutions moyens de faire de la région la référence en matière de développement techniques innovantes industriel, de croissance et d’emploi à l’horizon 2020. du 17 au 19 mai - Eurexpo Lyon Contact : 04 72 22 33 35 Terre de réseaux, la Bretagne comp- de 300 industriels et leurs partenaires. Leurs ■ Terralies te à son actif de nombreux exemples où la propositions d’orientation seront débattues le Salon de l’agriculture mobilisation des acteurs locaux a permis d’in- et soumises au vote des participants au cours en Côtes d’Armor les 27 et 28 mai nover sur les problématiques majeures de Parc de Brezillet à Saint-Brieuc l’aménagement du territoire (voies express, Contact : 02 96 79 21 30 TGV,…). C’est maintenant au tour du GFI Bretagne de rassembler les énergies pour ■ Festival Etonnants voyageurs trouver des solutions nouvelles aux ques- du 3 au 5 juin à Saint-Malo tions transversales qui concernent tous les espace Duguay Trouin secteurs : attractivité des métiers et recru- Contact : 02 99 31 05 74 tement, implantation des zones d’activité, respect des exigences en matière de qua- ■ Congrès des ITS lité, sécurité, environnement. (systèmes de transport intelligents) à Saint-Brieuc les 15 et 16 juin En coopération avec la CRCI1, l’Upib et de Contact : 02 96 62 61 02 nombreux partenaires, le “ noyau dur ” des fédérations industrielles bretonnes orga- ■ Carrefour international du bois nise la consultation la plus vaste possible du 31 mai au 2 juin de leurs membres pour définir des axes de Nantes Parc de la Beaujoire progrès et redonner à l’industrie son rôle de l’après-midi. Quatre grands témoins, Franck Contact : 02 40 73 60 64 moteur dans le développement économique. Riboud, Pdg du groupe Danone, Jean-Hervé “ Ouverte au plus grand nombre, cette mani- Lorenzi, professeur à l’université Paris ■ Start West 2006, le rendez-vous festation se veut l’acte fondateur du GFI Dauphine, Hervé Serieyx, sociologue et éco- de l’innovation et du capital-risque Bretagne. Elle sera l’occasion de donner une nomiste, et Jean-Yves le Drian, président du les 30 et 31 mai 2006 visibilité à l’industrie bretonne, de la rassurer Conseil régional de Bretagne, réagiront aux à la Cité des congrès de Nantes sur son avenir et de lui rappeler les raisons propositions et apporteront leur vision au cours Contact : 02 40 44 63 78 d’être fière des progrès qui l’ont amenée en 20 de trois tables rondes. A l’issue du vote, “ le ans au quatrième rang des régions industrielles bilan de la journée, sur lequel se seront enga- ■ 2ème salon européen en France ”, rappelle Frédéric Lescure, prési- gés tous les participants, permettra de définir de la recherche et de l’innovation dent du GFI Bretagne. et de légitimer les futurs axes d’action du du 8 au 11 juin GFI ”, conclut le président du GFI Bretagne. à Paris Expo Porte de Versailles La journée s’organise le matin autour des onze Contact : 01 46 03 55 01 “ forums de la compétitivité ” 2. Les interven- ■ Clotilde Chéron tions, très brèves, apporteront les témoignages ■ Le tour de France des bonnes d’entreprises référentes sur les sujets débat- 1 Dans le cadre de leur contribution au SRDE, pratiques numériques tus “pour fournir le maximum d’information les cci de Bretagne ont présenté en novembre mapetite entreprise.net – tour 2006 aux participants et leur donner envie de mettre dernier 12 propositions en faveur d’une poli- parc Le chorus à Vannes en œuvre les outils et méthodes présentés.” tique industrielle pour la Bretagne. Elles sont les 19 et 20 juin Depuis six mois, vingt et une réunions de consultables sur www.bretagne.cci.fr Contact : 02 97 01 27 46 créativité, sur chacun des pays, ont réuni plus 2 Programme encarté dans ce numéro.14 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  13. 13. “Aujourd’hui nous aidons à financer l’installation d’un agriculteur sur FINANCE 10 dans l’Ouest.” La poursuite du plan de rénovation de l’ensemble des agences, la création de 7 autres et l’embauche d’une centaine ■ Crédit Mutuel : un résultat net en hausse de 40 %. “Ces de collaborateurs sont les principaux objectifs que s’est fixé la résultats sont essentiellement imputables à la banque de détail et non banque pour poursuivre son développement en 2006. à une participation au festin des fusions-acquisitions,” a souligné Jacques Kergoat, directeur général du groupe Arkéa qui réunit trois fédérations régionales du Crédit Mutuel et une vingtaine de filiales spécialisées, à l’occasion de la présentation des résultats de l’exer- CRÉATIONACTUALITÉS cice 2005. Car, dans les trois domaines d’activité du groupe, les pro- gressions sont importantes et expliquent les 238,9 millions de résul- ■ Spécialisée dans les cours d’informatique à domicile, tat net consolidé. L’encours d’épargne a crû de 8,8 % pour atteindre @ide-ordinateur est une des premières sociétés de services infor- 37,40 milliards d’euros avec une progression particulièrement élevée matiques à avoir obtenu le label national “Internet Accompagné” en assurance-vie et en épargne retraite. L’encours de crédits avec attribué par le gouverne- une progression identique s’établit à 22 milliards d’euros dont plus ment. Grâce à lui, elle Jacques Maillard, de la moitié (12 milliards) représentée par les prêts à l’habitat. Enfin, inclut une défiscalisation dirigeant de avec 727 000 contrats d’assurance non-vie, le groupe Arkéa est pour de ses prestations et ses @ide-ordinateur la première fois le premier bancassureur du Grand Ouest. clients voient ainsi leur fac- ture réduite de moitié. ■ La BPO se rapproche du Crédit Maritime. En annonçant un Créée en 2001, l’entreprise PNB de 210 millions d’euros et un résultat net de 28 millions d’eu- rayonne sur toute la ros en hausse respectivement de 4,3 % et 14 % pour lannée 2005, France via un réseau de Yves Breux, directeur général, a rappelé la prise de participation de partenaires aujourd’hui au la BPO de 20 % au capital des Caisses du Crédit Maritime du nombre de 10 dont deux Finistère et de la Manche. “Nous sommes actionnaires de référence sur la Bretagne. Depuis et donc respon- novembre 2005, Jacques De g à d : Yves Breux, directeur général sables de la bonne Maillard a l’exclusivité de et Pierre Delourmel, président santé de ces établis- l’enseigne pour le sements. Le secteur Morbihan et une partie du de la pêche et l’acti- Finistère : “Dans cette vité des ports sont phase de démarrage, je en pleine évolution, il cible essentiellement les personnes qui n’ont pas été confrontées à est important d’être l’informatique dans leur milieu personnel ou professionnel en leur présent. Avec 60 proposant des modules de deux heures au tarif dégressif de 64 à 92 agences, ces deux euros. Chaque client élabore ses thèmes en fonction de ses caisses représentent besoins. Ils peuvent me payer avec un chèque emploi-service et du 15 % du PNB de la coup diviser leur facture par deux.” Première entreprise de service BPO. Nous allons informatique à bénéficier de cet agrément dans le Morbihan, poursuivre notre Jacques Maillard espère développer bientôt son activité en direction coopération tant dans la distribution de produits nouveaux que dans des TPE et ainsi embaucher. @aide-ordinateur se veut l’antithèse celui de leurs marques et de leur image.” Un ancrage et un maillage des hotlines à domicile. qui se renforcent également dans le milieu agricole avec des effec- Contact : ordiwest@aide-ordinateur.fr tifs supplémentaires et la création du prix de la Dynamique Agricole. ou 02 97 53 74 8116 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  14. 14. CRÉATION ■ Les acteurs de l’immobilier d’entreprise du bassin rennais se regroupent et créent l’association Fnaim Entreprises 35. “Il s’agit d’un lieu d’échanges pour définir ensemble des règles déontologiques applicables à toute la profession. En constituant ce syndicat, nous souhaitons être le porte-parole privilégié et l’interlo- cuteur actif auprès des représentations institutionnelles. La mise en ACTUALITÉS place d’un observatoire du marché local nous permettra d’informer régulièrement les entreprises de l’évolution du marché” explique Jean Kermarrec, le tout nouveau président. Toutes les principales agences du secteur adhèrent à Fnaim 35, AtisReal Auguste- Thouard, Blot, DTZ Jean Thouard, Groupe Giboire et Kermarrec ■ La mairie virtuelle ? Avec différents guichets toujours Entreprise. L’année écoulée a été faste pour l’ensemble des sec- accessibles en ligne (marchés publics ; information sur la collec- teurs de l’immobilier, bureaux, locaux d’activité et entrepôts, tivité ; Etat-civil, pour des requêtes et déclarations à effecteur ; puisque la surface totale commercialisée a augmenté de 25 % soit accueil avec un espace Questions ; Urbanisme, pour ses déclara- 70 000 m2. Si dans l’ensemble les prix sont restés stables, ceux du tions de travaux…) Une idée tellement simple que personne n’y neuf se sont envolés avec une hausse de 8 %. avait encore pensé jusqu’à ce qu’Anovia (Conseil et développement Contact : 02 99 14 45 88 informatique, Loudéac-22) se penche sur la question. Dirigeant, Denis Louvegnies est parti d’un principe : “beaucoup de petites communes ne proposent qu’une simple permanence, parfois d’une demi-journée. Difficile pour les habitants de pouvoir s’y rendre en semaine et s’y renseigner.” Son idée est donc de proposer un site Internet aux mairies avec tous les services en ligne. Une solution qu’il communique en se rendant sur les salons spécialisés et en “démarchant” les associations de maires de France. Contact : 02 96 66 44 82Photo : V. Maignant Jean Kermarrec, président de Fnaim Entreprises 35 à l’occasion du forum “immobilier et développement durable” ■ Avec une activité dans de domaine des TIC et plus particu- lièrement dans la conception, la réalisation et la vente des circuits intégrés hyperfréquences et modules optoélectroniques et hyper- fréquences, la société par actions simplifiée Adlightec (22) vient d’être créée. Constituée d’anciens employés de DA- LightCom/Highwave Optical Technologies, l’entreprise a reçu sa première commande alors qu’elle était encore en création, témoi- gnage par ses clients de leur confiance. Elle a effectué la livraison de cette commande tandis que d’autres sont en cours (un CA de 400 000 euros est prévu dès la fin du premier exercice). Une aug- mentation de capital avec la société iXCore portera les fonds propres d’Adlightec à 340 000 euros. “Avec la création d’Adlightec, c’est la compétence hyperfréquences issue de DA-LightCom qui est sauvegardée”, précise Patrick Jézéquel, directeur de l’Adit. “Ainsi, progressivement, le secteur optoélectronique lannionais se recom- pose et nous ne pouvons que souhaiter que cela soit un signe sup- plémentaire de la nouvelle dynamique du pôle”. Contact : 02 96 48 21 32 17 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006
  15. 15. CRÉATION ■ “Je suis là pour aider les demandeurs d’emploi, pas pour faire leur travail à leur place.” En créant Praxéo Formation (Ploufragan-22), Sylvie Bannie mise sur la nécessité de remobiliser les personnes dans un moment très délicat à gérer psychologique- ment. Bilans de compétence, analyse des expériences, tests d’ap- titude figurent au nombre de ses outils afin d’aider les demandeursACTUALITÉS d’emploi à se resituer dans le présent… et l’avenir. Passée par la ▼ pépinière d’entreprises locale, où elle a pu valoriser sa démarche et la parfaire, elle annonce un premier CA de 35 000 euros pour son activité plaisance sur laquelle Kolorian s’illustre chaque année en premier exercice. Europe (10 % de son CA). Une obligation de diversification même si Contact : 02 96 76 63 63 les contraintes européennes ne facilitent pas les choses, “même si on n’a pas attendu 2000 pour développer des peintures de moins en moins toxiques.” INTERNATIONAL ■ La mission économique veut amener 500 nouvelles PME bretonnes à prospecter en Inde. “Avec 42 millions d’euros d’ex- ■ Quand la Chine s’éveille, Kolorian prend des couleurs. portations réalisés en 2005 par la Bretagne sur un total national de 1er fournisseur homologué pour la marine nationale, l’entreprise de 7,4 milliards d’euros, notre région est très en retard sur ce pays Lorient revient plus que satisfaite de son second déplacement sur désormais accessible”, explique Jean Leviol, chef de mission éco- un salon professionnel de Shanghai. “Le marché de la plaisance va nomique à New Delhi. C’est pourquoi, dans le cadre d’un program- démarrer plus vite qu’on ne l’espérait avec des choses extraordi- me mis en place par le ministère du Commerce extérieur, il est venu naires. Beaucoup de projets émergent avec une volonté politique de début avril présenter aux PME-PMI bretonnes les perspectives de les voir aboutir très vite” révèle Marc Fontaine, dirigeant de Kolorian débouchés commerciaux et rappeler quelques chiffres : “2ème popu- (9 salariés). Si la PME a déjà exporté là-bas de la peinture pour lation au monde (après la Chine), 8 % de croissance annuelle avec bateaux à passagers, elle voit aussi poindre des attentes pour des projections à 10,6 millions d’individus capables de consommer vedettes pêche/plaisance “directement sur le marché intérieur.” Une des produits importés de France, une grande accessibilité du fait de la forte baisse des barrières douanières (15 % sur les produits indus- triels).” Grâce à ce programme, des entreprises comme Sercia - génétique animale -35, Timab -alimentation animale-35, Soka- Société de Kaolin - 22, InnovaSon - 56, Olmix - nutrition animale - 56, Le Floch dépollution - 29 ou bien encore Dalic - 35, intéressées aujourd’hui par le marché indien, bénéficieront de moyens substan- tiels pour faciliter leur prospection, comme la prise en charge à 80 % de la perte d’exploitation qui en découle. Contact : jean.leviol@missioneco.org ou fabien.leroux@missioneco.org ■ Avec 70% de son résultat réalisés à l’export, contre 40 % il y a quelques années, Géodésis respire le vent du succès. Après la Grande-Bretagne, la Suisse et l’Italie, l’entre- prise spécialisée dans la création de bougies parfumées et de senteurs d’intérieur (8 personnes à Vannes, 600 m2 de site de production) se lance à l’assaut du marché US “7% de notre CA, stabilisé à 900 000 euros, mais en progression, détaille Norbert Hiblot, dirigeant. On travaillait jusqu’à présent avec des importateurs-distributeurs mais j’ai décidé de reprendre le marché US en direct, comme pour la France et l’Europe.” Après les tournées commerciales (Californie, Côte Est et Floride), Géodésis a trouvé un logisticien “pour assurer la livraison des produits et on va créer une filiale nord-américaine à Montréal. Les marchés visés : les bou- tiques de décoration, grands magasins et hôtels de luxe.” Contact : 02 97 01 08 0018 BRETAGNE ÉCONOMIQUE • N°172 • MAI 2006

×