JEAN JOUZEL	

Directeur de recherche au CEA	

Vice-Président du groupe scientifique du GIEC	

Le changement climatique :	

...
Anomalies	
  de	
  la	
  température	
  (1950–
2014)	
  
2	
  
Année	
  
Anomalies	
  par	
  rapport	
  aux	
  normales	
 ...
Chaleur dans l’océan	

 Couverture de neige au printemps	

Niveau moyen de la mer	

 Minimum de la banquise en Arctique	

...
Simula>ons	
  avec	
  forçages	
  naturels	
  
Ac#vité	
  solaire,	
  Volcans	
  
Simula>ons	
  avec	
  forçages	
  nature...
°C
5
4
3
2
1
0
Indétectable Très élevé
Degré de risque supplémentaire dû au changement climatique
Moyen Élevé
Systèmes
uni...
Acidification	

Récifs coralliens	

Inondations	

Sécheresses	

Canicules	

Cyclones	

Réfugiés	

Eau	

Sécurité	

Alimenta...
  1997 (COP3), Kyoto : Protocole : 2008-2012, 2013-2020	

  2009 (COP15), Copenhague : semi échec mais objectif 2°C	

 ...
  La température au moment de la stabilisation (long terme) est pratiquement
proportionnelle à la quantité cumulée des ém...
ENR Nucl CCS
Scénario sobre : modification des flux d’investissements	

Fossiles
Efficacité
Elec
Piégeage 	

et 	

stockage ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Climate Talks: Jean Jouzel, Vice-Président - GIEC on Climate Innovation Day (June 23rd 2015)

283 vues

Publié le

« Quelle ambition renouvelée pour la transition énergétique et la lutte contre le changement climatique ? » par Jean JOUZEL, Vice-Président du Groupe Scientifique du GIEC, lors de la Journée de l'Innovation Climatique du 23 juin 2015

Publié dans : Environnement
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
283
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Climate Talks: Jean Jouzel, Vice-Président - GIEC on Climate Innovation Day (June 23rd 2015)

  1. 1. JEAN JOUZEL Directeur de recherche au CEA Vice-Président du groupe scientifique du GIEC Le changement climatique : du diagnostic à l’action
  2. 2. Anomalies  de  la  température  (1950– 2014)   2   Année   Anomalies  par  rapport  aux  normales  de   1960-­‐1990   Déclara'on  de  l’OMM  sur  l’état  du  climat  mondial  en  2014   L'année 2014 a été la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des enregistrements modernes
  3. 3. Chaleur dans l’océan Couverture de neige au printemps Niveau moyen de la mer Minimum de la banquise en Arctique De nombreux indicateurs du réchauffement
  4. 4. Simula>ons  avec  forçages  naturels   Ac#vité  solaire,  Volcans   Simula>ons  avec  forçages  naturels  et   anthropiques  :  Effet  de  serre  et  aérosols   Il est extrêmement probable que l’influence de l’homme est la cause principale du réchauffement observé depuis le milieu du 20e siècle. Les activités humaines en sont à l’origine
  5. 5. °C 5 4 3 2 1 0 Indétectable Très élevé Degré de risque supplémentaire dû au changement climatique Moyen Élevé Systèmes uniques et menacés Événements météorologiques extrêmes Répartition des incidences Incidences mondiales cumulées Phénomènes particuliers de grande échelle 1900 1950 2000 2050 °C 5 4 3 2 1 0 (ºC,parrapportàlapériode1850–1900, utiliséeenguised'approximationdesniveaux préindustriels) 2003–2012 2100 (ºC,parrapportàlapériode1850–1900,utiliséeen guised'approximationdesniveauxpréindustriels) 6 5 4 3 2 1 0 °C –0,61 (ºC,parrapportàlapériode1986–2005) Évolutiondelatempératuremoyenneglobale 5 4 3 2 1 0 °C –0,61 Encadré d'évaluation RID.1 Figure 1 | Perspective globale des risques liés au climat. Les risques correspondant à chacun des motifs de préoccupation sont indiqués à droite, pour des niveaux croissants de changement climatique. Les couleurs servent à indiquer le risque supplémentaire dû au changement climatique lorsqu'un niveau de température est atteint, puis maintenu ou dépassé. Le risque indétectable (en blanc) indique qu'il n'y a pas d'incidence associée détectable et attribuable au changement climatique. Le risque modéré (en jaune) indique que les incidences associées sont à la fois détectables et attribuables au changement climatique avec un niveau de confiance au moins moyen, compte tenu également des autres critères spécifiques aux risques principaux. Le risque élevé (en rouge) indique que les incidences associées sont graves et de grande ampleur, en prenant également en compte les autres critères spécifiques aux risques principaux. Le violet, utilisé pour la première fois dans la présente évaluation, indique que tous les critères spécifiques aux risques principaux laissent conclure à un risque très élevé. [Figure 19–4] En guise de référence, la moyenne annuelle globale passée et prévue de la température à la surface du globe est indiquée à gauche, comme dans la figure RID.4. [Figure RC–1, encadré CC-RC; GTI RE5, figures RID.1 et RID.7] Selon la plus longue série disponible de données de température à la surface du globe, le changement observé entre la moyenne de la période 1850–1900 et la période de référence du cinquième Rapport d'évaluation (1986–2005) s'établit à 0,61 °C (intervalle de confiance à 5–95 %: 0,55 à 0,67 °C) [GTI RE5, RID, 2.4], qui est utilisée ici en guise d'approximation du changement de la température globale moyenne à la surface du globe depuis l'ère préindustrielle, c'est-à-dire la période précédant 1750 [Glossaires des contributions des GTI et II au cinquième Rapport d'évaluation]. (ºC,parrapportàlapériode1986–2005) Évolutiondelatempératuremoyenne Observée RCP 2,6 (scénario d'atténuation à émissions faibles) RCP 8,5 (scénario à émissions élevées) Chevauchement b) RCP 2,6 RCP 8,5 Évolution des précipitations moyennes (entre 1986-2005 et 2081-2100) a) Évolution de la température moyenne en surface (entre 1986-2005 et 2081-2100) 3932 (°C) −0,5−1−2 −1,5 0 1 1,5 2 3 4 5 7 9 110,5 Scénario émetteur Scénario sobre
  6. 6. Acidification Récifs coralliens Inondations Sécheresses Canicules Cyclones Réfugiés Eau Sécurité Alimentation Biodiversité Ecosystèmes Agriculture Pollution Santé Niveau de la Mer Permafrost Atmosphère
  7. 7.   1997 (COP3), Kyoto : Protocole : 2008-2012, 2013-2020   2009 (COP15), Copenhague : semi échec mais objectif 2°C   2015 (COP 21), Paris : accord pour l’après 2020 (et d’ici 2020) La réussite de cette conférence est en premier lieu du ressort des gouvernements   Conven#on  cadre  des  Na#ons-­‐Unies  sur  le  changement  clima#que  (CCNUCC)  :  1992     Article 2 « stabiliser les concentrations des gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation dangereuse du système climatique ». Il  conviendra  d’aEeindre  ce  niveau  dans  un  délai  convenable  pour  que  :      -­‐  les  écosystèmes  puissent  s’adapter  naturellement  aux  changements,        -­‐  la  produc#on  alimentaire  ne  soit  pas  menacée          -­‐  le  développement  économique  puisse  se  poursuivre  d’une  manière  durable         Stabiliser  les  concentra#ons  requiert  de  diminuer  les  émissions  (cas  du  CO2)  
  8. 8.   La température au moment de la stabilisation (long terme) est pratiquement proportionnelle à la quantité cumulée des émissions de CO2.   Ceci implique de n’utiliser que 250 GtC (au maximum), soit moins de 20% des réserves (proches de 1500 GtC, conventionnels et non-conventionnels)   L’objectif 2°C correspond à environ 25 ans au rythme actuel (10 GtC)   Il faut diminuer nos émissions de gaz à effet de serre entre – 40 et – 70% entre 2050 et 2010 ; continuer ensuite. Mais aussi agir d’ici 2020   C’est techniquement possible et économiquement viable mais il y a urgence. En milliards de tonnes de C
  9. 9. ENR Nucl CCS Scénario sobre : modification des flux d’investissements Fossiles Efficacité Elec Piégeage et stockage du CO2 Renouvelables Utilisation Extraction

×