Compte rendu Réunion

22 731 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
22 731
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
630
Actions
Partages
0
Téléchargements
49
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Compte rendu Réunion

  1. 1.   GARDANNE  -­‐  REUNION  PUBLIQUE  SUR  LA  SECURITE   29  novembre  2012  -­‐  de  18h  30  à  20  h  30       Compte  rendu  des  débats      Avertissement  Le    compte  rendu  constitue  une  synthèse  des  débats  lors  de  la  réunion  publique  du  29  novembre.  Il  a  été  rédigé  dans  un  souci  de  meilleure  lisibilité  pour  faciliter  la  transmission  aux  autorités  concernées.  Nous  avons  choisi  de  ne  pas  suivre  systématiquement  l’ordre  chronologique,  mais  de  l’organiser  autour  des    thèmes  /  idées  principales  qui  sont  ressortis  des  débats  et  des  interventions  des  élus  et  personnes  ressources.  L’intégralité  des  interventions  de  Jean  Brice  GARELLA,  des  élus  municipaux  du  groupe  Ensemble  pour  Gardanne,  et  du  Député  de  la  10ème  circonscription  des  Bouches  du  Rhône,  François  Michel  LAMBERT,  le  détail  des  principales    interventions  de  la  salle,  ainsi  que  différents  documents  sur  la  question  de  la  sécurité  à  Gardanne,  sont  disponibles  sur  le  blog  :  jb-­‐garella.fr.  Il  convient  de  préciser  que  les  propos  rapportés  in  extenso,  figurant  en  italique  et  entre  guillemets  n’engagent  que  les  personnes  qui  les  ont  formulés.  INTERVENANTS   • Jean  Brice  GARELLA,  chef  d’entreprise,  ancien  conseiller  municipal,  à  l’initiative  de  la   réunion   • François-­‐Michel  LAMBERT,  député  de  la  10ème  circonscription  des  Bouches-­‐du-­‐ Rhône   • Bruno  AMIC,  Grégory  CALEMME,  Pierre  SANDILLON,  conseillers  municipaux  (groupe   «  Ensemble  pour  Gardanne  »)   • Chantal  CRUVEILLER  GIACALONE,  conseillère  municipale  (groupe  «  A  Gardanne,  il  est   temps  de  changer  »)   • Michel  BLIN,  conseiller  honoraire  à  la  cour  d’appel  d’Aix-­‐en-­‐Provence  et  membre  du   syndicat  de  la  magistrature   • Patricia  BARLATIER,  ancienne  responsable  du  CLSPD  de  Gardanne   • Serge  XAXA,  Chef  de  service  police  municipale  de  Brignoles,  habitant  de  Gardanne   • Jacques  CANAAN,  responsable  de  l’association  la  Perche    MODERATRICE  ET  ANIMATEUR     •  Martine  ABBADIE  DALEMONT     • Christian  DECOURT    PARTICIPANTS  :  environ  250  personnes,  représentatives  de  la  population  Gardannaise  :  personnes  âgées,  jeunes,  habitants  de  différents  quartiers,  responsables  d’associations  (notamment  du  collectifs  Roms,  associations  citoyennes..),  d’amicales  de  locataires,  le  chef  de  service  de  la  police  municipale,  le  responsable  du  service  communication  de  la  ville  de  Gardanne…     1
  2. 2. Jean  Brice  GARELLA  introduit  la  réunion,  en  remerciant  les  participants  et  les  intervenants  invités.  Il  précise    l’esprit  et  le  cadre  de  la  réunion  publique  dont  il  est  l’initiateur  :  «  Le  sujet  est  difficile  et  complexe,  je  vous  demande  donc  que  cette  réunion  se  tienne  dans  le  calme  et  le  respect  de  chacun,  […]  Nous  sommes  là,  dans  un    esprit    de  tolérance,  de  laïcité,  et  de  respect  de  l’autre  quel  qu’il  soit  ».    Nombre  de  Gardannais  ont  été  victimes,  d’effractions,  de  vandalisme,  de  cambriolages,  d’agressions,  voire  de  vol  avec  violences  physiques.  Il  a  lui-­‐même  été  confronté  à  des  effractions  et  tentatives  d’effractions,  ce  qui  l’a  conduit  à  interpeller  les  autorités  de  la  ville,  d’abord  en  demandant  un  RV    à  la  première  Adjointe  en  charge  de  la  sécurité,  puis  en  sollicitant,  par  courrier  au  Maire  de  Gardanne,  une  table  ronde  sur  ce  sujet  très  préoccupant.    La  réponse  du  Maire  de  Gardanne,  parvenues  après  plusieurs  semaines,  renvoyant  la  responsabilité  au  Président  de  la  République,  au  Premier  Ministre  et  au  Ministre  de  l’Intérieur,  n’est  pas  satisfaisante  et  en  décalage  avec  le  sentiment  d’insécurité  ressenti  par  la  population  :    «  Notre  politique  en  terme  de  sécurité  et  surtout  de  prévention  est  tout  à  fait  performante.  Je  vous  confirme  cependant  que  la  sécurité  des  personnes  est  une  compétence  régalienne  de  l’État  »  1  Jean  Brice  GARELLA  dénonce  une  forme  de  déni  des  problèmes  de  sécurité  à  Gardanne  qui  conduit  à  l’exaspération  de  la  population,  et  même  parfois  à  des  propos  difficiles  à  entendre.    Ainsi  une  commerçante  a  pu  déclarer  :  «  J’ai  un  fusil  chez  moi.  Celui  qui  entre,  je  tire.  J’irai  en  prison,  j’irai  aux  Baumettes,  mais  que  voulez-­‐vous,  je  refuse  de  me  laisser  agresser  en  toute  impunité  ».  C’est  cette  situation,  très  inquiétante,  qui  dépasse  les  clivages  politiques,  qui  l’a  conduit  à  organiser  cette  réunion  publique.    Jean  Brice  GARELLA  rappelle  que  la  loi  de  la  République  doit  s’appliquer  partout,  y  compris  à  Gardanne,  sans  la  moindre  tolérance  vis-­‐à-­‐vis  des  auteurs  de  délits.  L’objectif  de  la  réunion,  c’est  de  donner  la  parole  à  chacun,  de  comprendre  et  analyser  la  situation  de  la  ville,  et  de  travailler  ensemble  pour  trouver  des  solutions  :    «  Pourquoi  le  classement  en  zone  de  sécurité  prioritaire  ?  Quel  avenir  pour  le  camp  de  Roms  installé  au  puit  Z  ?  Quels  sont  les  moyens  dont  nous  disposons  ?  […]  La  démocratie,  c’est  donner  la  parole  aux  habitants  afin  que  chacun  puisse  s’exprimer  […]  Il  ne  doit  pas  y  avoir  d’un  côté  ceux  qui  savent,  et  de  l’autre  ceux  qui  souffrent  en  silence  ».    LES  THEMES  ET  IDEES  PRINCIPALES  QUI  RESSORTENT  DE  LA  REUNION   -­‐ Les  Zones  de  sécurité  prioritaires  La  ville  de  Gardanne  a  été  classée  en  ZSP.  Pour  François  Michel  LAMBERT,  Député,  c’est  une  chance,  car  la  ville  pourra  disposer  de  moyens  supplémentaires,  le  plus  important  étant  la  transparence  sur  l’action  publique  en  matière  de  sécurité,  et  la  démocratie.    Mais  à  condition  que  le  Maire  se  saisisse  de  cette  chance.  Chantal  CRUVEILLER  souligne  également  :  «  je  pense  que  c’est  une  chance  pour  Gardanne  que  Manuel  VALLS  ait  placé  notre  commune  en  ZSP  »     -­‐ Des  habitants  exaspérés  Ils  font  part  de  leur  colère  :  «  Suite  aux  nombreux  cambriolages,  notamment  d’une  amie,  j’ai  lancé  une  pétition.  Les  Gardannais  en  ont  marre  des  vols,  des  agressions.  Ce  n’est  pas  normal  !  Ça  suffit  de  parler,  maintenant  il  faut  des  actes  !  On  accueille  des  gens  à  problème  à  Gardanne  alors  qu’il  y  a  déjà  trop  de  violences  ».  «  Je  tiens  déjà  à  féliciter  les  élus  de  s’être  réveillés  !  Il  était  temps  !  Je  m’occupe  de  la  défense  des  locataires  et  je  peux  vous  dire  que  les  agressions  et  vols  augmentent  !  Encore  ce  dimanche  aux  HLM  les  Angles,  une  dame  s’est  faite  agresser  et  voler  son  sac  et  son  collier  ».  Ils  dénoncent  des  actes  de  violence  répétés,  en  augmentation,  selon  eux,  notamment  depuis  l’installation  d’un  groupe  de  Roms  au  puit  Z  :  «  J’habite  prés  du  puits  Z.  J’ai  été  victime  de  3  cambriolages.  Je  suis  Gardannais,  fils  et  petit-­‐fils  de  mineur.  Je  veux  dire  que  je  nai  jamais  connu  cela  en  20  ans  ».  Les  délais  de  traitement  des  affaires  lorsque  les  auteurs  des  délits  sont  arrêtés,  1 Courrier de Monsieur le Maire en date du XXXXX 2
  3. 3. provoquent  aussi  le  mécontentement  de  la  population.  Monsieur  BLIN  souligne  que  chacun  peut  s’adresser  directement  au  Procureur  de  la  République.     -­‐ L’installation  d’un  groupe  de  Roms  sur  le  puit  Z,  décidée  par  le  Maire,  sans   concertation  Jean  Brice  GARELLA  s’est  rendu  sur  place,  avec  Bruno  AMIC  et  Jonathan  RUFFIER  ;  Il  a  constaté  les  conditions  d’accueil  indignes  dans  ce  «  camp  »  installé  sur  un  terrain  insalubre.  Ce  n’est  pas  ainsi  qu’il  conçoit  la  solidarité.  «  Des  solutions  existent,  des  solutions  humaines  et  dignes  »,  mais  dans  la  concertation  avec  les  habitants,  les  communes  voisines,  les  autorités  compétentes,  les  associations.  L’absence  de  concertation  crée  des  tensions  entre  les  citoyens  de  la  ville.  Les  conditions  de  vie  des  familles  au  puit  Z  ne  sont  pas  acceptables,  c’est  un  véritable  bidonville  (Grégory  CALEMME).  Pour  le  responsable  de  la  police  municipale  de  Gardanne,  qui  intervient  quotidiennement  sur  le  camp  au  puit  Z,  les  faits  délictueux  ne  sont  pas  liés  à  l’installation  des  Roms,  chassés  de  Marseille,  sur  la  Commune  «  il  faut  arrêter  les  rumeurs,  les  Roms  n’ont  rien  à  voir  avec  la  criminalité  à  Gardanne.  Et  je  vous  le  dis  :  Si  vous  trouvez  un  Rom  dans  votre  jardin,  il  n’est  pas  de  Gardanne.  Il  est  d’ailleurs  !  ».     -­‐ Un  appel  à  la  tolérance  et  à  la  solidarité  Plusieurs  participants  soulignent  que  l’accueil  des  Roms  au  puit  Z  est  un  acte  d’humanité  et  de  solidarité,  une  «  démarche  légale  et  humaine  »,  qui  n’a  rien  à  voir  avec  l’augmentation  des  actes  délictueux.  Une  participante  appelle  à  l’apaisement,  elle  a  apprécié  en  arrivant  à  Gardanne  la  solidarité  qui  existe  dans  la  population  :  «le  problème  des  Roms  est  un  faux  problème  ;  Il  ne  faut  pas  faire  référence  à  des  histoires  tristes  ».  Gardanne  a  accueilli  par  le  passé  plusieurs  communautés  d’origine  étrangère  qui  se  sont  bien  intégrées.  «  Il  faut  ajouter  peut-­‐être  plus  damour  dans  tout  cela  parce  que  la  haine  ne  peut  produire  que  la  violence»       -­‐ Les  effectifs  et  moyens  de  la  gendarmerie,  de  police  municipale  et  nationale  Les  participants  s’interrogent  sur  la  nécessité  d’un  commissariat  de  police  à  Gardanne,  ville  de  plus  de  21000  habitants.  La  gendarmerie  peut  elle  réagir  rapidement  en  cas  d’urgence  alors  que,  «  lorsqu’on  fait  le  17,  on  tombe  sur  le  central  à  Marseille  »  ?  La  qualité  de  l’accueil  à  la  gendarmerie  est  différemment  vécue,  selon  les  personnes.  Certains  dénoncent  un  manque  de  proximité  avec  les  citoyens,  d’autres,  au  contraire  soulignent  la  qualité  de  l’accueil  et  la  compétence  des  gendarmes,  leur  connaissance  du  terrain.  Pour  Madame  BARLATIER  «  La  mise  en  place  d’une  police  nationale  n’est  pas  la  réponse  idéale.  Le  travail  avec  les  gendarmes  est  plus  facile.  A  Gardanne,  les  gendarmes  connaissent  le  terrain,  ils  font  du  bon  travail».  Il  est  en  effet  impossible  de  cumuler  gendarmerie  et  commissariat  de  police.  Gardanne  a  été  classée  ZSP,  cela  devrait  renforcer  la  gendarmerie.     -­‐ L’augmentation  des  effectifs  et  la  formation  des  policiers  municipaux    Les  élus  d’opposition  demandent  depuis  longtemps  l’augmentation  des  effectifs,  un  poste  de  police  permanent  à  Biver,  des  rondes  de  nuit,  plus  d’agents  de  proximité  sur  le  terrain.  Il  n’y  a  que  12  policiers  municipaux,  alors  que  20  postes  ont  été  créés.  La  police  Municipale  peut  avoir  un  vrai  rôle  en  matière  de  sécurité  si  on  lui  en  donne  les  moyens.    Monsieur  HUC,  chef  de  la  police  municipale  reconnaît  également  qu’il  est  nécessaire  d’augmenter  les  effectifs.    Au-­‐delà  de  la  question  des  effectifs,  il  y  a  aussi  la  question  de  la  formation  et  du  recrutement  des  policiers.  Il  s’agit  d’un  vrai  métier,  qui  demande  des  compétences.  «  [..]L’augmentation  des  effectifs  :  la  qualification  est  tout  aussi  importante.  Il  faut  arrêter  le  clientélisme  »       3
  4. 4. -­‐ La  transparence,  la  communication  des  chiffres  de  la  délinquance  François  Michel  LAMBERT,  Député  de  la  10  ème  circonscription  en  appelle  à  la  transparence  en  matière  de  sécurité.  Les  autres  Maires  en  ZSP  communiquent  les  chiffres  de  la  délinquance.  Les  élus  et  la  population,  ont  le  droit  de  connaître  ces  chiffres  afin  d’avoir  une  idée  précise  et  objective  sur  l’augmentation  de  la  délinquance.  Or  la  revue  municipale  «  Energie  »  n’aborde  jamais  ces  questions.  L’information  doit  passer  en  toute  transparence.  Néanmoins,  selon  Madame  BARLATIER,  il  est  très  difficile  de  mesurer  la  délinquance  et  de  réunir  des  chiffres  fiables,  car  «  Il  faut  réunir  les  chiffres  de  la  justice,  la  police,  la  gendarmerie,  le  secteur  social….  ».  Serge  XAXA  confirme  «  les  chiffres  2011-­‐2012  ont  explosé  »     -­‐ Le  rôle  des  élus  de  l’opposition  Les  élus  d’opposition,  tous  courants  politiques  confondus,  dénoncent  la  politique  de  l’autruche  de  la  Municipalité  sur  les  problèmes  rencontrés  par  les  Gardannais.  Ils  représentent  près  de  50  %  de  la  population,  amis  n’ont  pas  voix  au  chapitre.  Il  n’y  a  aucun  travail  en  commun  avec  la  majorité  municipale,  aucune  concertation.  Ils  ne  sont  même  pas  invités  aux  différentes  commissions,  qui  sont  du  reste  inexistantes.  Leurs  moyens  d’action  sont  donc  très  réduits.  Mais  ils  entendent  bien  assumer  leurs  responsabilités,  continuer  à  interpeller  le  Maire,  donner  la  parole  aux  Gardannais.  C’est  pour  cela  qu’ils  ont  accepté  l’invitation  de  Jean  Brice  GARELLA.  Pour  la  première  fois  depuis  longtemps  une  réunion  publique  rassemble  autant  de  monde,  et  chacun  s’en  félicite  !  Jean  Brice  GARELLA,  élu  dans  la  majorité  municipale,  responsable  de  «  citoyens  solidaires  »,  ne  disposant  que  de  moyens  dérisoires  pour  assumer  cette  responsabilité,  a  lui-­‐même  fini  par  démissionner,  lorsqu’il  a  constaté  que  «  à  Gardanne,  solidarité  rime  avec  clientélisme  »       -­‐ Les  pouvoirs  du  Maire  en  matière  de  sécurité  Depuis  2007,  la  loi  donne  au  Maire  des  pouvoirs  importants  en  matière  de  sécurité.  Il  a  accès  aux  informations  de  la  police,  de  la  gendarmerie,  du  Recteur  d’Académie,  des  travailleurs  sociaux,  du  Conseil  Local  de  Sécurité  et  de  Prévention  de  la  Délinquance  (CLSPD).  Cette  instance  de  coordination  est  du  reste  sous  utilisée  à  Gardanne.  «  Monsieur  le  Maire  dit,    à  tort,  que  la  sécurité  c’est  le  rôle  de  l’Etat  !  C’est  faux  !  Les  textes  donnent  au  Maire  des  pouvoirs  de  police  très  Importants  »  (Pierre  SANDILLON).  «  Si  la  sécurité  est  le  premier  droit  des  citoyens,  c’est  aussi  le  premier  devoir  du  Maire  »  (Grégory  CALEMME).  Le  Maire  doit  coordonner  la  police  municipale,  lui  donner  les  moyens  d’agir.     -­‐ L’éducation  et  le  respect  des  lois  républicaines  Il  y  a  à  Gardanne  de  la  petite  délinquance.  Le  rôle  de  l’éducation  est  rappelé  à  plusieurs  reprises  :  éducation,  prévention,  sanction  en  rapport  avec  la  faute.  «  Il  faut  des  structures  pour  les  parents,  leur  apprendre  à  dire  non  à  leurs  enfants.  Cest  cette  éducation  qui  permet  lintégration»  Il  faut  aussi  aborder  le  problème  des  addictions,  drogue,  alcool  qui  touchent  les  jeunes  de  plus  en  plus  tôt.  Maintenant  ce  n’est  plus  seulement  une  question  de  petite  délinquance.  «  Le  plus  gros  problème  c’est  la  grande  délinquance,  le  trafic  de  drogue  autour  des  plus  jeunes  »,  à  la  sortie  des  collèges  et  lycées.  L’importance  du  sport  est  soulignée  :  des  programmes  comme  «  le  projet  boxe  »  déjà  mis  en  place  dans  plusieurs  villes  pourraient  être  développés.  Enfin  le  respect  des  lois  républicaines  constitue  la  base  de  toute  intégration.     -­‐ La  concertation  et  la  coordination  des  différents  acteurs    C’est  en  donnant  la  parole  à  chacun  que  l’on  peut  trouver  des  solutions.  La  concertation  entre  élus,  habitants  et  les  différents  acteurs  concernés,  permet  de  faire  émerger  des  solutions.  La  concertation  entre  le  Maire  et  les  Maires  des  communes  environnantes,  les   4
  5. 5. autorités  compétentes  et  les  associations  citoyennes  aurait  permis  de  trouver  des  solutions  plus  dignes  pour  l’accueil  des  Roms,  et  d’éviter  les  tensions  dans  la  population.  Par  exemple,  chaque  Mairie,  «en  concertation  avec  le  Préfet,  aurait  pu  accepter  d’intégrer  2  ou  3  familles  avec  un  réel  suivi  sanitaire  et  social.  On  pourrait  leur  dédier  un  terrain  communal,  avec  des  hébergements  stables,  type  mobil  homes,  un  confort  digne  mais  aussi  des  engagements  notamment  sur  la  scolarisation  réelle  des  enfants  et  l’apprentissage  du  français.  Tout  ceci  financé  par  les  fonds  européens  prévus  à  cet  effet.  Comme  le  prévoit  la  circulaire  de  Manuel  VALLS,  les  droits  et  devoirs  de  ces  personnes  devront  s’appliquer»  (Grégory  CALEMME)  Cette  concertation,  elle  est  aussi  nécessaire  en  permanence,  dans  des  instances  comme  le  CLSPD  que  la  Maire  doit  coordonner.  C’est  ainsi  que  les  élus  et  les  Gardannais  pourront  comprendre,  agir,  sur  la  base  d’informations  objectives.  C’est  dans  la  transparence,  l’écoute  de  la  population  que  des  solutions  peuvent  être  trouvées.     -­‐ L’emploi  et  le  développement  économique  :  donner  de  la  vie  à  la  ville  Pour  Jean  Brice  GARELLA    «  la  priorité,  c’est  de  remettre  de  la  vie  dans  la  ville,  de  l’emploi,  le  respect  de  la  loi  [..]  L’emploi  est  au  cœur  du  problème,  Gardanne  est  un  îlot,  isolé.  Plus  de  la  moitié  des  Gardannais  vivent  avec  moins  de  800  €  par  mois  !  Pourquoi  Monsieur  le  Maire  n’accepte-­‐t-­‐il  pas  l’implantation  de  nouvelles  entreprises  pour  créer  de  l’emploi  ?  ».  Jacques  CANAAN,  ancien  chef  d’entreprise,  insiste  sur  la  nécessité  de  «  remettre  les  jeunes  au  travail  ».  Si  Gardanne  a  pu,  par  le  passé,  intégrer  de  nouveaux  arrivants,  c’est  parce  qu’il  y  avait  du  travail  :  la  Mine,  Péchiney.  Aujourd’hui,  Il  n’y  a  plus  de  perspective.  Il  faut  redonner  de  la  vie  à  la  ville,  aider  les  commerçants,  créer  de  l’emploi.     -­‐ Les  suites  à  la  réunion  :  alerter  et  se  mobiliser  Jean  Brice  GARELLA  transmettra  le  compte  rendu  de  la  réunion  au  Préfet  et  au  Cabinet  de  Manuel  VALLS  «    On  va  se  battre  pour  vous  tous  !  J’irai  chercher  les  emplois  !  »  Bruno  AMIC,  Grégory  CALEMME,  Pierre  SANDILLON,  élus  d’opposition  resteront  mobilisés  et  à  l’écoute  de  la  population.    Jean  Brice  GARELLA  remercie  chaleureusement  tous  ceux  qui  ont  participé  à  cette  réunion  publique,  ceux  qui  l’ont  aidé  à  l’organiser.      La  soirée  se  termine,  comme  toujours  à  Gardanne,  par  un  pot  de  l’amitié,  préparé  par  l’équipe  rassemblée  autour  de  Jean  Brice  GARELLA  .               5

×