DOSSIER DE PRESSE 
BAPTÊME CLASS40 LE CONSERVATEUR 
La Rochelle - Jeudi 18 septembre 
Siège social : 59, rue de la Faisand...
SOMMAIRE 
02 
« Cette année, Le Conservateur hisse les voiles 
et embarque aux côtés du skipper Yannick Bestaven 
qui port...
LA RENCONTRE 
L’histoire de ce partenariat entre Le Conservateur et Yannick Bestaven 
trouve son origine dans une initiati...
LA CONSTRUCTION 
D’UN NOUVEAU MODÈLE CLASS40 
Si le Tyker 40 de Yannick Bestaven a pris les couleurs du Groupe 
pour début...
La construction d’un nouveau modèle Class40 La construction d’un nouveau modèle Class40 
08 09 
Catherine Chabaud, marrain...
pas en reste pour assurer le spectacle et tenir le public 
en haleine tout au long des 18 jours de course estimés 
entre S...
LE CONSERVATEUR, 
PARTENAIRE PRINCIPAL 
2014 est une année importante dans l’histoire du Conservateur, qui célèbre 
ses 17...
UNE INSTITUTION CRÉÉE EN 
1844 
685 MILLIONS € 
DE CHIFFRE D’AFFAIRES EN 2013 
+ DE 650 
AGENTS, MANDATAIRES ET SALARIÉS 
...
ANNEXE 2 
YANNICK BESTAVEN, SKIPPER 
YANNICK BESTAVEN, 
NÉ LE 28 DÉCEMBRE 1972 À SAINT-NAZAIRE (44) 
VIT À LA ROCHELLE (17...
18 19 
Peroven : une histoire d’hommes 
et de bateaux 
Quand il s’élance sur les océans, Yannick Bestaven 
n’est jamais to...
ANNEXE 3 ANNEXE 4 
« END POLIO NOW », 
LE COMBAT DU ROTARY AGENDA SAISON 2014 
Les grands rendez-vous des Voiles 
du Conse...
22 23 
SUIVEZ LES VOILES DU CONSERVATEUR 
Retrouvez toute l’actualité de Yannick Bestaven 
et des Voiles du Conservateur s...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de presse : Baptême du Tizh40 LE CONSERVATEUR

701 vues

Publié le

Dossier de presse relatif au baptême du Tizh40 LE CONSERVATEUR ayant eu lieu le 18 septembre 2014 à La Rochelle.

Publié dans : Sports
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
701
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de presse : Baptême du Tizh40 LE CONSERVATEUR

  1. 1. DOSSIER DE PRESSE BAPTÊME CLASS40 LE CONSERVATEUR La Rochelle - Jeudi 18 septembre Siège social : 59, rue de la Faisanderie - 75116 Paris Adresse postale : CS 41685 - 75773 Paris Cedex Tél. : 01 53 65 72 31 conservateur.fr crédits : Christophe Breschi/Hickory/David De Lossy/Ocean/Corbis/Thomas Laisné/Getty images/ESRI France
  2. 2. SOMMAIRE 02 « Cette année, Le Conservateur hisse les voiles et embarque aux côtés du skipper Yannick Bestaven qui portera haut les couleurs du Groupe lors de la 10e édition de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe. Baptisé Les Voiles du Conservateur, ce programme de sponsoring constitue une nouvelle aventure dans notre histoire. À l’occasion de notre 170e anniversaire, nous souhaitons montrer que le Groupe est plus que jamais compétitif et que notre volonté de donner de la valeur au temps peut s’exprimer dans une nouvelle dimension. La course au large a la particularité d’entrer fortement en résonance avec le positionnement et les valeurs du Groupe. Comme la gestion patrimoniale, la voile exige patience et réactivité. Savoir faire du temps un allié, dans les périodes calmes comme dans les tempêtes, être attentif aux éléments et scruter l’horizon pour prendre les bonnes décisions au bon moment, c’est exactement de cette manière que nous concevons notre métier. Ce partenariat sportif nous apparaît donc une évidence. Notre rencontre avec Yannick Bestaven et son écurie Peroven, l’année passée, a été décisive. C’est notre engagement mutuel dans la lutte contre la poliomyélite menée par le Rotary qui nous a réunis. Au-delà de l’homme et du navigateur, j’ai alors découvert un ingénieur et un chef d’entreprise animé par le goût du challenge et de l’innovation. Son palmarès témoigne de sa faculté à fédérer une équipe et des compétences multiples pour construire des projets d’envergure sur le long terme. Comme nous, beaucoup de nos clients se reconnaîtront dans son parcours et dans son esprit d’entreprise tourné vers l’avenir. C’est donc portés par des valeurs communes que nous avons décidé de nous engager ensemble dans cette saison de compétition 2014. Pour inscrire notre partenariat dans la durée, nous avons lancé conjointement la construction d’un voilier à la pointe de la technologie, le Class40 LE CONSERVATEUR. C’est à bord de ce prototype qui porte fièrement notre nouvelle identité que Yannick Bestaven disputera la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en novembre prochain. Il affiche également notre engagement renouvelé en faveur de la cause « End Polio Now » du Rotary. Le baptême de ce bateau dernière génération constitue un nouveau temps fort dans l’histoire du partenariat. Nous sommes heureux de le partager avec Yannick et toute son équipe ainsi qu’avec Catherine Chabaud qui nous fait l’honneur d’en être la marraine. Nous avons hâte de vivre les prochaines aventures qui se joueront bientôt sur l’Atlantique. » GILLES ULRICH, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU CONSERVATEUR Le Conservateur, groupe d’assurance mutualiste et indépendant, spécialiste de l’épargne long terme, s’engage comme partenaire principal aux côtés du skipper Yannick Bestaven pour la saison 2014. D’une rencontre à la construction d’un nouveau bateau, de valeurs communes au challenge de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe, découvrez l’histoire de cette aventure. LA RENCONTRE Les Escales du Rotary : le point de départ du sponsoring La rencontre de deux chefs d’entreprise et de valeurs communes Des journées d’échanges pour les agents du Groupe et leurs clients Christophe Le Bihan, témoin de l’aventure LA CONSTRUCTION D’UN NOUVEAU MODÈLE CLASS40 Un concentré de puissance et d’élégance Un voilier dernière génération Guillaume Verdier, architecte : « Un bateau simple et puissant » Catherine Chabaud, marraine du Tizh 40 LE CONSERVATEUR LA ROUTE DU RHUM 2014 - DESTINATION GUADELOUPE La magie du Rhum Route du Rhum et Class40 : une jeune épopée 10e édition : un plateau relevé La Route du Rhum - Destination Guadeloupe en bref ANNEXE 1 : LE CONSERVATEUR, PARTENAIRE PRINCIPAL ANNEXE 2 : YANNICK BESTAVEN, SKIPPER ANNEXE 3 : « END POLIO NOW », LE COMBAT DU ROTARY ANNEXE 4 : AGENDA SAISON 2014 04 06 09 13 16 20 21
  3. 3. LA RENCONTRE L’histoire de ce partenariat entre Le Conservateur et Yannick Bestaven trouve son origine dans une initiative régionale. D’un engagement mutuel, d’une rencontre humaine et de valeurs partagées sont nées Les Voiles du Conservateur. La rencontre La rencontre 04 05 Les Escales du Rotary : le point de départ du sponsoring Tout commence en 2013 quand Christophe Le Bihan, délégué national adjoint en charge des régions Normandie et Bretagne, prend connaissance d’une initiative lancée par un groupe de Rotariens bretons : les Escales du Rotary. L’association organise des manifestations dans les ports bretons autour de la voile, en partenariat avec l’écurie Peroven et son skipper Yannick Bestaven. L’objectif de ces Escales est de lever des fonds pour la lutte contre la poliomyélite dans le monde. Séduit par le projet et ses valeurs, Christophe Le Bihan diffuse l’information au sein du réseau de l’Ouest, qui se mobilise massivement. L’enthousiasme suscité dépasse très vite le cadre régional, puisqu’à la suite de cette initiative, le groupe Le Conservateur décide de poursuivre cet engagement dans la lutte contre la poliomyélite au niveau national. Pour saluer cette réussite partagée, Yannick Bestaven propose quelques semaines plus tard au Conservateur d’habiller les voiles de son Class40 aux couleurs du Groupe lors de la Transat Jacques Vabre 2013. Les présentations officielles entre Gilles Ulrich, directeur général du Conservateur, et le navigateur sont faites. L’aventure ne fait que commencer… La rencontre de deux chefs d’entreprise et de valeurs communes De cette rencontre entre Yannick Bestaven et Gilles Ulrich naît la volonté du Conservateur de devenir le partenaire du skipper. En plus d’être un navigateur, Yannick Bestaven est aussi un chef d’entreprise. Il a fondé en 2009 sa société, Watt&Sea, pour développer l’hydrogénérateur, technologie qu’il a créée et qui équipe aujourd’hui la plupart des bateaux de course. Pour Gilles Ulrich, ce double titre de chef d’entreprise et d’ingénieur a été déterminant dans le choix de soutenir le navigateur, car nombre de clients entrepreneurs du Conservateur peuvent se retrouver dans l’image de Yannick Bestaven. Le navigateur, quant à lui, souligne à quel point la proximité et la discrétion qu’entretient Le Conservateur avec ses clients trouve un écho dans le rapport qu’il entretient lui-même avec son public. Mais au-delà de cette rencontre humaine, l’engagement du Conservateur et de Yannick Bestaven dans ce partenariat est avant tout le prolongement de valeurs communes. La voile est une activité exigeante de patience et de réactivité. Savoir gérer les temps longs, attendre le bon moment et prendre des décisions tout en gardant un cap et une destination : c’est de cette façon que Le Conservateur avance au quotidien. Et c’est pourquoi le Groupe a décidé d’accompagner l’aventure, de la préparation du skipper dès le début de la saison à bord du Tyker 40, à la construction du nouveau Tizh 40, et jusqu’au départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, en passant par de nombreuses régates et événements. Des journées d’échanges pour les agents du Groupe et leurs clients En marge des courses inscrites au programme de la saison 2014, quinze journées événements ont été organisées successivement au large de Pornichet, La Rochelle et Saint-Malo. Ces journées ont été l’occasion pour des agents Le Conservateur issus de la France entière, d’embarquer avec leurs clients et prospects sur le Class40 LE CONSERVATEUR aux couleurs du Groupe et de faire la rencontre de Yannick Bestaven. Ces sorties en mer ont permis à ce dernier de partager sa passion pour la course au large. Près de 200 personnes ont ainsi pu prendre la mesure de l’engagement de ce chef d’entreprise dans sa préparation pour la prochaine Route du Rhum, aux côtés du Conservateur. « Il est vrai qu’en Vendée, nous sommes forcément un peu prédisposés à aimer la mer et les bateaux ! J’ai reçu beaucoup d’échos favorables concernant ces sorties en mer à bord du Class40 LE CONSERVATEUR. Yannick consacre beaucoup de temps et de disponibilité à rendre la course océanique accessible au plus grand nombre. Le discernement et l’exigence sont indéniablement deux valeurs partagées par les professionnels de gestion d’avenir et ceux qui pratiquent la mer. C’est avec beaucoup de fierté que nous suivrons son parcours lors de la prochaine Route du Rhum, une course phare qu’il prépare avec conviction, à la barre d’un voilier aux couleurs du Groupe. » Nathalie Alaphilippe, déléguée départementale Vendée Christophe Le Bihan,témoin de l’aventure Responsable des régions Bretagne et Normandie, Christophe Le Bihan revient sur l’origine et l’impact de cette première saison 2014 aux côtés de Yannick Bestaven. Pouvez-vous nous parler du rôle déterminant des Escales du Rotary dans ce projet qui rassemble aujourd’hui Le Conservateur et Yannick Bestaven ? C.L.B. : « À l’origine de ce sponsoring, il y a un engagement humain en faveur d’une grande cause. En 2013, les agents du Grand Ouest ont entrepris de se mobiliser aux côtés du Rotary autour d’une action, baptisée « Les Escales du Rotary », de levée de fonds et de sensibilisation contre la poliomyélite. Associée à l’écurie Peroven et au skipper Yannick Bestaven, la manifestation a fait escale, cette année-là, dans une dizaine de ports de la Manche et de l’Atlantique. À chaque étape, des conférences mettaient en présence les différents acteurs locaux. En vingt-quatre heures, nous avons réussi à récolter 30 000 euros de dons en faveur de cette action ! Il n’en a pas fallu davantage pour convaincre notre directeur général, Gilles Ulrich, qui a décidé d’apporter dans la foulée une aide supplémentaire du Conservateur au combat historique du Rotary « End Polio Now ! ». Cet événement fédérateur a été le point de départ des aventures que nous vivons aujourd’hui. » Quel est l’impact de ce projet sur le quotidien du Groupe ? C.L.B. : « Ce partenariat offre une belle illustration des valeurs de notre Groupe et nous sommes fiers de pouvoir partager cela au sein du réseau et avec nos clients. C’est également une aventure fédératrice sur la durée et une opportunité pour les agents de la France entière de découvrir l’univers de la compétition océanique. Goûter aux frissons des départs de course, encourager les performances de notre skipper, suivre la construction du nouveau bateau qui consacre notre nouvelle identité, partager des sorties en mer privilégiées avec nos clients… Ce sponsoring récompense l’investissement de chacun et encourage les initiatives régionales. »
  4. 4. LA CONSTRUCTION D’UN NOUVEAU MODÈLE CLASS40 Si le Tyker 40 de Yannick Bestaven a pris les couleurs du Groupe pour débuter la saison 2014, c’est à bord du Tizh 40 LE CONSERVATEUR, un voilier flambant neuf, que le navigateur s’élancera sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. La construction d’un nouveau modèle Class40 La construction d’un nouveau modèle Class40 06 07 Un concentré de puissance et d’élégance Dessiné par l’architecte naval Guillaume Verdier, le Class40 n°142 LE CONSERVATEUR a été mis à l’eau en septembre. Il consacre le partenariat entre Yannick Bestaven et le Groupe Le Conservateur. Prototype inédit, le Tizh 40 LE CONSERVATEUR est un véritable concentré d’innovations technologiques, spécialement taillé pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Il a vu le jour sur les planches à dessin de Guillaume Verdier, l’architecte naval de renom qui avait déjà signé les plans du Tyker 40, vainqueur de la Route du Rhum 2010 dans la catégorie des Class40. En marge de sa préparation en mer, Yannick Bestaven s’est investi au maximum dans le chantier pour mettre à profit toute son expérience d’ingénieur et de compétiteur. « Mon expérience, associée à celle de l’architecte, nous a permis de réfléchir à un bateau taillé pour le Rhum, avec l’objectif de faire le meilleur résultat possible. Nous avons étudié différentes formes de carène. Nous avons également beaucoup travaillé la question de la répartition des poids afin de rabaisser le centre de gravité et tendre vers le maximum de raideur. Le plan de pont, lui, reste identique à celui que j’avais sur le Tyker 40, afin que je puisse retrouver mes repères et prendre mes marques dès la mise à l’eau. » Yannick Bestaven Conçu avec la plus grande exigence, le Class40 LE CONSERVATEUR a tout le potentiel pour rivaliser avec les plus rapides du circuit, attendus en nombre au départ de la 10e édition de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Avec sa carène aux lignes épurées et sa proue volumineuse, ce voilier flambant neuf fait le pari de la puissance et de la légèreté. Ses faux airs de fusée affichent d’emblée sa vocation à défier les océans à haute vitesse. Au-delà de ses caractéristiques techniques, ce monocoque dévoile également une décoration élégante et contemporaine. Réalisée avec des dégradés subtils de gris métallisés descendant jusque sous la ligne de flottaison, l’habillage de la coque souligne les formes tendues de ce voilier de 40 pieds qui reflète les tonalités de l’eau dès qu’il gîte et accélère. Aux couleurs du Conservateur, il a été réalisé sans aucun adhésif par le peintre Ronan Taugeron de Design Nautisme, réputé pour la qualité et la précision de son travail. Du grand art ! Porté par les valeurs communes du Groupe et de Yannick Bestaven, le Class40 LE CONSERVATEUR n’aura qu’un seul objectif : faire du temps son meilleur allié pour prendre une longueur d’avance sur ses concurrents. Un voilier dernière génération La construction du nouveau voilier LE CONSERVATEUR a représenté 5 500 heures de travail, conception comprise. Il aura donc fallu environ cinq mois au chantier BG Race de Saint- Malo pour donner forme à ce voilier high-tech aux lignes avant-gardistes. La carène dessinée par Guillaume Verdier a fait l’objet d’études spécifiques auprès d’un cabinet de spécialistes en Nouvelle-Zélande. Cette forme de coque inédite fait du Tizh 40 un bateau à fort potentiel de vitesse et de performance. Les innovations se situent également au niveau du gréement et des voiles de ce prototype. Yannick Bestaven a porté une attention toute particulière au mât, construit chez Axxon Composites, un chantier à la réputation mondiale, installé en Roumanie. Quant aux huit voiles qui composent la garde-robe du bateau, leur confection en 3DI a été confiée à l’antenne vannetaise de North Sails, leader mondial américain en matière de voilerie. Grâce à leur technologie unique, les voiles offrent des propriétés mécaniques et de résistance aux déformations révolutionnaires. Cette somme d’innovations confère au Tizh 40 un gain en puissance de plus de 10% par rapport à son prédécesseur. Avec ce voilier dernière génération, Yannick Bestaven et Le Conservateur n’ont rien laissé au hasard pour réaliser les meilleures performances sur la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Guillaume Verdier : « Un bateau simple et puissant » Aussi discret que talentueux, Guillaume Verdier figure parmi les plus fins experts de l’architecture navale. De nombreux bateaux innovants occupent sa table à dessin. Spécialiste incontesté de la course au large, il a notamment participé à la conception du monocoque de 60 pieds vainqueur du Vendée Globe 2012/13, et du multicoque Team New Zealand sur la Coupe de l’America. Pour la carène du Class40 LE CONSERVATEUR, il a collaboré avec Romaric Neyhousser, ingénieur, technicien et navigant. Quelle a été la demande de Yannick Bestaven pour la conception de ce nouveau Class40 ? G.V. : « Yannick souhaitait un bateau très simple à manoeuvrer, puissant pour les allures de reaching, soit au vent de travers et au grand large. Nous avons travaillé dans la continuité de notre première collaboration. Dans une logique d’optimisation, nous avons mis à profit son expérience acquise à bord de son ancien Tyker 40, un voilier dessiné en 2006 dont il connaît bien les défauts et les qualités. » Où se situent les innovations de ce premier Tizh 40 ? G.V. : « Pour aboutir à ce nouveau bateau, nous avons investi beaucoup de temps en études, dessins et calculs de fluide. Tout l’enjeu consistait à allonger la flottaison tout en évitant que le bateau enfourne par l’avant dans les vagues. Nous avons donc « grossi » les extrémités avant et arrière. Parallèlement, nous avons aussi beaucoup travaillé le plan de voilure afin de permettre au bateau de se cabrer et de bien passer la mer quand il accélère aux allures portantes. »
  5. 5. La construction d’un nouveau modèle Class40 La construction d’un nouveau modèle Class40 08 09 Catherine Chabaud, marraine du Tizh 40 LE CONSERVATEUR Première femme à avoir terminé le tour du monde à la voile, en course en solitaire, sans escale et sans assistance lors du Vendée Globe 1996-1997, Catherine Chabaud est une navigatrice expérimentée et reconnue dans le monde de la course au large. Membre du Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) depuis 2009, cette ancienne journaliste est également une actrice incontournable du développement durable, plus particulièrement impliquée dans le domaine de la protection du monde maritime. Auteur d’un rapport remarqué sur les moyens nécessaires à la gestion durable des océans, elle a été récemment promue au grade d’officier de la Légion d’honneur, au titre du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. Depuis 2012, elle porte le projet « Voilier du Futur », un bateau laboratoire rassemblant vingt-deux acteurs de la filière nautique. Dédié à la plaisance, ce catamaran éco-innovant a pour ambition d’être 100% éco-conçu, autonome en énergie et 100% recyclable. Que représente pour vous le fait d’avoir été choisie pour être la marraine du nouveau bateau LE CONSERVATEUR ? C.C. : « C’est un joli symbole. Je suis fière d’être associée à un skipper qui porte des ambitions fortes et à un nouveau partenaire qui s’aventure dans le monde de la course au large. Navigatrice, cela ravive plein de bons souvenirs vécus en mer. Je suis très heureuse de partager le début de cette belle histoire sur fond de Route du Rhum. » Quel regard portez-vous sur Yannick Bestaven ? C.C. : « Yannick est une personnalité atypique et une figure sympathique de la voile océanique. Expérimenté, polyvalent, il a l’habitude de naviguer sur différents types de bateau. S’il n’a plus à faire la preuve de ses compétences maritimes, la gamberge et l’innovation restent ses moteurs pour à la fois développer son entreprise et continuer à courir. Au-delà, il se distingue par son engagement sincère en faveur de l’environnement qui nous rapproche, notamment dans le projet de « Voilier du Futur », dont il compte à travers Watt&Sea parmi les premiers acteurs. »
  6. 6. pas en reste pour assurer le spectacle et tenir le public en haleine tout au long des 18 jours de course estimés entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre. À l’origine, l’association Class40, qui a vu le jour en 2004, est née pour permettre à des amateurs expérimentés d’accéder à la course au large à la barre d’un monocoque simple, rapide et fiable. À mi-chemin entre le Mini 6,50 et le 60 pieds Open, la taille de 12,18 mètres (40 pieds) a été retenue pour définir une jauge qui a aussitôt suscité beaucoup d’enthousiasme chez les architectes comme chez les navigateurs. Dans la foulée, les skippers professionnels ont adhéré, séduits par un état d’esprit favorisant, dans un contexte économique difficile, une parfaite maîtrise des budgets et une grande ouverture à l’international. Après 10 ans d’existence, le succès est toujours au rendez-vous. La Class40, qui a développé et construit un circuit dynamique autour des courses océaniques majeures, compte aujourd’hui une centaine de skippers représentant une dizaine de nationalités. Aux côtés des chefs d’entreprises comme Yannick Bestaven qui constituent une partie de ses adhérents, de jeunes skippers en devenir et de vieux loups de mer attrapent tout aussi volontiers la barre d’un 40 pieds. Ils composent les rangs de flottes toujours hautes en couleur où se mêlent esprit de compétition, solidarité et convivialité. 10e édition : un plateau relevé Quantité, qualité et diversité… Pour cette édition 2014 de la reine des transats, le plateau réuni du côté des « petits » monocoques des 12,18 mètres est particulièrement relevé. En termes sportifs, la course s’annonce d’une intensité de tous les instants, avec autant de solides favoris que de dangereux outsiders. Yannick Bestaven aura certainement fort à faire pour sortir le sillage du Class40 LE CONSERVATEUR du jeu, face à de nombreux concurrents également attendus à la barre de voiliers performants. LA ROUTE DU RHUM - DESTINATION GUADELOUPE La Route du Rhum - Destination Guadeloupe La Route du Rhum - Destination Guadeloupe 10 11 Du Normand Halvard Mabire qui affiche un palmarès long comme un jour sans vent, à l’Espagnol Alex Pella engagé à bord d’un prototype que les spécialistes désignent comme une redoutable machine, en passant par les jeunes talents percutants comme Sébastien Rogues, Bertrand Delesne ou encore Damien Seguin, la liste des candidats aux honneurs donne la mesure du niveau de compétition réuni pour ce Rhum 2014. Indéniablement, un grand cru toutes classes confondues. La Route du Rhum – Destination Guadeloupe en bref Parcours : Saint-Malo (Bretagne) - Point-à-Pitre (Guadeloupe) 3 510 milles (6 500 km) sur l’orthodromie (route directe) Départ : Dimanche 2 novembre 2014, à 13h02 Temps de référence en Class40 : Thomas Ruyant en 2010, vainqueur en titre, en 17j 23h 10mn 17s Temps de référence absolu : Lionel Lemonchois en 2006 en multicoque 60’, en 7j 17h 19mn 6s Le dimanche 2 novembre prochain, Yannick Bestaven prendra le départ de la mythique Route du Rhum, à la barre du Class40 LE CONSERVATEUR. Il tentera d’accrocher le podium pour récompenser tous les acteurs engagés à ses côtés dans cette saison 2014. La magie du Rhum Événement maritime, la Route du Rhum compte aussi parmi les manifestations sportives les plus populaires en France. Depuis sa première édition en 1978, la magie de cette transatlantique opère au départ de Saint-Malo. Tous les quatre ans, la cité corsaire ouvre grand les portes de l’imaginaire marin et lance au public une formidable invitation : celle de l’évasion et de l’émerveillement devant le rêve d’absolu de navigateurs solitaires, parés à disputer un face-à-face avec l’océan. Intensité de tous les instants garantie. Comme l’a voulu son concepteur, Michel Etevenon, la Route du Rhum fait l’éloge de la liberté. Depuis 1978, elle rassemble, sur sa ligne de départ, monocoques et multicoques, petits coursiers océaniques et géants des mers, pour le même parcours entre les côtes bretonnes et les eaux turquoise de la Guadeloupe. Cette transatlantique hors norme révèle depuis toujours la farouche vitalité de la course au large. Le public ne s’y laisse pas tromper, toujours plus nombreux pour se laisser griser par les exploits de Mike Birch, premier héros du Rhum, de Florence Arthaud, fiancée pour toujours avec l’Atlantique, ou encore de Lionel Lemonchois et Franck Cammas qui ont traversé l’océan à pas de géants. Couples bateau-skipper Dès sa première édition et la victoire aux 98 secondes historiques d’un petit trimaran jaune face à un grand monocoque bleu, la Route du Rhum braque ses projecteurs médiatiques sur les couples bateau-skipper formés pour braver les mers et affoler les compteurs. Pas étonnant donc que la transat à destination de Pointe-à-Pitre devienne, au fil des éditions, à travers la participation de maxi multicoques aux dimensions inouïes et des monocoques les plus affûtés, le témoin des avancées architecturales et technologiques de la voile de compétition. Dans cette lignée, on ne manquera pas de remarquer le Class40 LE CONSERVATEUR qui fera partie des bateaux les plus récents attendus sur la ligne de départ. Grandes figures du large et visages amateurs Côté skippers aussi, la diversité et le mélange de genres l’emportent toujours au départ de Saint- Malo. Tous les quatre ans, des marins venus de tous horizons se rassemblent pour se ressourcer en goûtant à la magie du Rhum. Yannick Bestaven aura pour concurrents des skippers professionnels et des amateurs de tous bords, le temps d’une course où l’intensité de la compétition n’aura d’égale que la richesse de l’aventure humaine. Route du Rhum et Class40 : une jeune épopée Catégorie la plus représentée et la plus attendue au pied des remparts de la cité corsaire en novembre prochain, la Class40 est aussi, avec deux éditions à son actif (2006 et 2010), la plus jeune des séries engagées sur cette course historique. Comptant plus de la moitié des skippers inscrits pour cette cuvée 2014, la flotte compacte des bateaux de 12,18 mètres de long ne sera
  7. 7. LE CONSERVATEUR, PARTENAIRE PRINCIPAL 2014 est une année importante dans l’histoire du Conservateur, qui célèbre ses 170 ans d’expertise en gestion d’avenir. Avec les Voiles du Conservateur, le Groupe garde le cap vers l’horizon et met à l’honneur sa nouvelle identité. Expert en gestion d’avenir depuis 1844 Le Conservateur est un groupe mutualiste indépendant. Il se positionne aujourd’hui comme l’un des acteurs majeurs du marché de l’épargne et de la gestion patrimoniale. Dans un monde instable et imprévisible, Le Conservateur donne de la valeur au temps. C’est à travers cette conviction fondamentale que le Groupe a toujours marqué sa différence. En effet, Le Conservateur a su développer son expertise à l’écart des effets de mode et de l’opportunisme boursier, en s’appuyant sur une stratégie aussi visionnaire que fructueuse : devenir les spécialistes de l’épargne à long terme. La Tontine, produit historique et emblématique du Conservateur, illustre parfaitement cette volonté de faire du temps un allié. Au fil des décennies, l’offre du Groupe s’est enrichie et diversifiée mais la politique de gestion à long terme est restée ancrée au coeur de sa stratégie pour saisir les meilleures opportunités des marchés financiers. Elle compte aujourd’hui des produits d’assurance vie, de prévoyance et d’épargne retraite ainsi que des placements financiers. À travers les performances renouvelées de ses produits, Le Conservateur prouve chaque année qu’une vision à long terme n’est pas incompatible avec la réactivité et l’innovation, bien au contraire. Dynamisme et hauteur de vue cohabitent sur la durée, au profit d’un nombre croissant de sociétaires. 12 13 La singularité du Conservateur s’exprime également dans sa dimension mutualiste. Fidèle à ses statuts d’origine, le Groupe n’a pas d’actionnaire à rémunérer. Les intérêts du Conservateur sont donc avant tout ceux de ses sociétaires. C’est pourquoi le Groupe a toujours attaché une importance toute particulière à la qualité de la relation nouée avec ses sociétaires. L’ancrage du Conservateur dans les régions françaises permet aux experts du réseau de tisser un lien de proximité à la fois géographique et relationnelle avec leurs sociétaires. Les agents se déplacent chez leurs clients sociétaires pour mieux les accompagner et les conseiller. Ils prennent le temps de la rencontre, de l’échange et de l’écoute. Ainsi proche de ses sociétaires, fidèle à ses origines et tourné vers l’horizon, Le Conservateur avance sereinement vers un avenir qui s’annonce déjà prometteur. Le Conservateur, partenaire principal ANNEXES ANNEXE 1
  8. 8. UNE INSTITUTION CRÉÉE EN 1844 685 MILLIONS € DE CHIFFRE D’AFFAIRES EN 2013 + DE 650 AGENTS, MANDATAIRES ET SALARIÉS SUR TOUTE LA FRANCE 186 000 SOCIÉTAIRES 14 15 2014, une nouvelle identité pour conserver un temps d’avance Cette année, Le Conservateur célèbre ses 170 ans : 170 ans d’histoire, 170 ans d’aventure humaine, 170 ans de réussite. Afin d’amorcer l’avenir sous les meilleurs auspices, Le Conservateur a choisi cette année symbolique pour inaugurer une nouvelle identité de marque. Nouveau logo, nouvelle signature, nouveau site internet, nouvelle charte graphique… le Groupe affiche aujourd’hui une image à la hauteur de sa singularité et de ses ambitions. « Renouveler notre image nous a semblé indispensable pour être mieux identifié comme un acteur de référence sur le marché de la gestion patrimoniale. À travers ce travail sur notre marque, nous avons souhaité valoriser les spécificités de notre positionnement et les atouts de notre offre de placements sur le moyen-long terme. Cette nouvelle identité reflète notre volonté de modernité, tout en respectant pleinement nos principes et nos valeurs. » Gilles Ulrich, directeur général du Conservateur Pour présenter sa nouvelle image et réaffirmer sa promesse institutionnelle, Le Conservateur a orchestré en début d’année une campagne publicitaire d’envergure. Une première incursion télévisée avec un film de 1’30’’ baptisé «Le Chrono» a marqué le point de départ d’une campagne presse. Le nouveau manifeste du Groupe a été publié dans une sélection de magazines professionnels et spécialisés, ainsi que dans des titres de PQN. C’est donc avec une identité forte que Le Conservateur célèbre son 170e anniversaire. Le partenariat avec Yannick Bestaven et son écurie Peroven pour la saison 2014 vient couronner ce nouvel élan. Cette nouvelle aventure illustre parfaitement leur ambition commune de faire du temps un allié et de prendre une longueur d’avance pour mieux revendiquer leur compétitivité. Chiffres clés Le Conservateur, partenaire principal Le Conservateur, partenaire principal
  9. 9. ANNEXE 2 YANNICK BESTAVEN, SKIPPER YANNICK BESTAVEN, NÉ LE 28 DÉCEMBRE 1972 À SAINT-NAZAIRE (44) VIT À LA ROCHELLE (17) VIT EN COUPLE, DEUX ENFANTS PROFESSION : CODIRIGEANT DE WATT&SEA 16 17 Skipper, ingénieur, entrepreneur Yannick Bestaven et la course au large, c’est déjà une longue histoire. En 2001, le skipper rochelais marquait les esprits en remportant avec brio la Mini-Transat, une course transatlantique en solitaire réputée pour forger les plus grands tempéraments de la course océanique. Ingénieur en génie civil de formation, ce jeune skipper décrochait cette victoire à bord d’un voilier flambant neuf dont il avait lui-même supervisé la construction. Depuis ce succès qui a révélé un jeune marin animé par le goût du challenge, Yannick Bestaven n’a eu de cesse que de répondre à l’appel du large. En 2008, ce passionné de la mer et des bateaux prend le départ du Vendée Globe avec la ferme intention de boucler le tour du monde en solitaire. Il s’engage à bord d’un voilier qui privilégie les énergies renouvelables (l’eau, le soleil, le vent) pour produire l’électricité nécessaire à son bon fonctionnement : un défi sportif et technologique, fidèle à l’esprit de cette course extrême. Cette aventure s’arrête malheureusement lorsque son monocoque démâte en pleine tempête dans le golfe de Gascogne. Le choc est brutal, et la déception à la hauteur de l’énergie déployée. Yannick Bestaven trouve malgré tout la force de rebondir en s’associant à Matthieu Michou, un talentueux ingénieur centralien. Ensemble, ils se spécialisent dans l’hydroélectricité et l’électricité marine. Ils innovent à travers le développement d’hydrogénérateurs à la pointe de la technologie, capables de transformer la vitesse de déplacement d’un voilier en énergie. Pour concevoir, fabriquer et commercialiser ces systèmes embarqués, ils cofondent l’entreprise Watt&Sea en août 2009. Le succès est au rendez-vous. S’il se consacre pleinement au développement de son entreprise, la passion de Yannick Bestaven pour les grandes escapades océaniques reste intacte. En 2011, il acquiert un Class40 pour renouer avec la compétition. Cette série d’envergure internationale offre un programme riche en courses au large réunissant professionnels et amateurs. Très vite, Yannick Bestaven retrouve le goût des podiums. Il remporte la victoire de la Transat Jacques Vabre en double en 2011, et arrache une 4e place sur l’édition 2013, face à des unités plus récentes et plus rapides. Cette course officialise le début de son partenariat avec Le Conservateur et ouvre la voie à de nouvelles ambitions partagées pour la saison 2014. C’est le commencement d’une nouvelle aventure dans la carrière de Yannick Bestaven. Palmarès MONOCOQUE CLASS40 2014 7e de La Qualif’ Solidaire – SNSM 9e de La Normandy Channel Race 2013 4e de La Transat Jacques Vabre Vainqueur en IRC 3 de La Fastnet Race 2012 3e de La Normandy Channel Race 4e de La Solidaire du Chocolat 2011 Vainqueur de la Transat Jacques Vabre 2e de la course Les Sables – Horta – Les Sables (vainqueur de la 1re étape) MONOCOQUE 60 PIEDS OPEN 2009 Vainqueur du Record SNSM à bord de SAFRAN aux côtés de Marc Guillemot 2008 2e de la Transat Québec Saint-Malo Vendée Globe (abandon après démâtage) FIGARO Bénéteau 2 2003 - 2010 Participation à de nombreuses courses (Transat AG2R, Trophée BPE, Cap Istanbul…) MINI 6.50 2001 Vainqueur de la Transat 6,50 (Vainqueur des deux étapes) « Cela fait plusieurs années que je fais de la course au large et, grâce à ma rencontre avec Le Conservateur et à notre partenariat, je peux aujourd’hui m’engager avec de nouvelles ambitions pour la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Je suis très heureux de participer à cette transat en solitaire à la barre d’un bateau rapide, dont j’ai suivi la conception et la construction au plus près. La Route du Rhum occupe une place à part dans la course océanique. C’est une épreuve mythique dans laquelle les plus grands marins se sont illustrés. Après la Mini-Transat et la Transat Jacques Vabre, c’est un rendez-vous que je ne veux pas manquer. À la barre du nouveau Class40 LE CONSERVATEUR j’aurai à coeur de jouer la victoire jusqu’au bout. » Yannick Bestaven Yannick Bestaven, skipper Yannick Bestaven, skipper
  10. 10. 18 19 Peroven : une histoire d’hommes et de bateaux Quand il s’élance sur les océans, Yannick Bestaven n’est jamais tout seul. En coulisses, il reçoit le soutien de l’équipe Peroven qui constitue sa garde rapprochée sur le plan logistique et financier. L’appellation de cette écurie de course au large est née de la contraction de son nom avec ceux de ses deux amis de longue date, Hervé Pelhate et Charles-Éric Rossignol. Forts d’une relation basée sur la confiance et d’une passion commune pour les défis océaniques, les trois entrepreneurs se sont associés dans l’objectif de permettre au navigateur de s’aligner au départ des épreuves hauturières les plus prestigieuses. Créée en 2009 à La Guerche, à proximité de Rennes, Peroven a d’abord fait l’acquisition d’un Class40, le Tyker 40, que Yannick Bestaven a largement optimisé pour décrocher la victoire sur la Transat Jacques Vabre en 2011, puis tenir le rythme imposé par les voiliers plus récents. Porté par des ambitions fortes et grâce au soutien du Groupe Le Conservateur rencontré lors des Escales du Rotary en 2013, Peroven, a initié ensuite la construction du Tizh 40 LE CONSERVATEUR, au potentiel très prometteur… « Un bateau qui a l’air extrêmement puissant et qui doit permettre à Yannick de jouer les premiers rôles sur les courses qu’il dispute. Ce nouveau monocoque est source de beaucoup de fierté. Il illustre notre désir de porter des projets maritimes, sportifs et technologiques, ouverts au monde de l’entreprise et construits sur la durée », confie Hervé Pelhate. Watt&Sea : l’énergie de la course au large Figure expérimentée de la course au large, Yannick Bestaven est avant tout un talentueux créateur d’entreprise. C’est à la frontière de ces deux univers qu’il lance en 2009 Watt&Sea, une société de recherche et de développement dans le domaine de l’hydroélectricité et de l’électricité marine. Le skipper des Voiles du Conservateur qui totalise une vingtaine de transatlantiques en voilier partage ainsi son temps entre ses projets de course au large et son entreprise. Fruits d’un travail intensif de recherche, les hydrogénérateurs Watt&Sea marquent une innovation majeure dans le monde de la voile. Ils font écho à la pratique constante de la compétition océanique de Yannick Bestaven. L’ambition affichée est simple : rendre les bateaux autonomes grâce à un système embarqué de production énergétique respectueux de l’environnement. Les hydrogénérateurs Watt&Sea transforment ainsi la vitesse des voiliers en électricité. Eric Tabarly, lui-même, en avait rêvé. Tout simplement révolutionnaires, les hydrogénérateurs Watt&Sea équipent aujourd’hui la plupart des voiliers de compétition. Le nouveau challenge pour l’entreprise consiste aujourd’hui à démocratiser cette solution pour l’étendre au plus grand nombre de voiliers à travers le monde. Toujours moins d’impact sur la planète, toujours plus de liberté, de confort et de sécurité pour les compétiteurs et les plaisanciers : telle est la motivation quotidienne de l’équipe de Watt&Sea. « Yannick a commencé à mes côtés comme équipier. C’est le bassin d’Arcachon qui nous a réunis. Aujourd’hui, à force de persévérance, il réussit à concilier le développement des hydrogénérateurs avec la course au large qui demande énormément de temps. C’est un sacré tour de force et une belle réussite. » Yves Parlier, navigateur Vainqueur de la Route du Rhum 1994 « Le Rhum, une course que j’ai très envie d’ajouter à mon palmarès » Comment avez-vous débuté la course océanique ? Y.B. : « Je suis originaire d’Arcachon. Je pratiquais le kayak et la planche à voile en compétition. Un jour, j’ai rencontré un grand navigateur, Yves Parlier, qui m’a embarqué comme équipier sur plusieurs courses au large. J’ai ressenti l’envie de devenir skipper à mon tour. Je me suis jeté dans le grand bain sur la Mini-Transat en 1999. Deux ans plus tard, j’ai récidivé en lançant la construction d’un bateau sur les dessins d’un architecte naval réputé… Et j’ai gagné ! » Quels souvenirs gardez-vous de cette victoire en solitaire ? Y.B. : « Cette victoire m’accompagne depuis le début. Elle a nourri et développé cette attirance que j’ai toujours aujourd’hui pour la course au large et le solitaire. Ce que j’aime dans la voile, c’est l’aventure qu’elle nous permet de vivre. Manoeuvrer un voilier en solitaire au milieu de l’Atlantique, cela reste quelque chose de fabuleux. On affronte des moments difficiles en mer mais on y vit aussi des moments de rêve. C’est un espace de liberté que je n’ai rencontré nulle part ailleurs. » Qu’est-ce qui vous attire dans la course au large ? Y.B: « La course au large, c’est une passion. Mon premier métier, c’est chef d’entreprise. Ce que j’apprécie dans la voile océanique, c’est la polyvalence qu’elle implique. C’est un sport mécanique avec une forte dimension technique, tant lors de la conception et la construction d’un bateau que dans son utilisation en course. C’est également un sport environnemental puisqu’il faut composer avec les éléments naturels et notamment le vent pour avancer. Enfin, c’est un sport stratégique et tactique. Sur l’Atlantique, le terrain de jeu est immense, plein de routes s’ouvrent devant nous. Il s’agit de choisir la bonne, celle qui permettra d’être plus rapide que ses concurrents. » Comment préparez-vous votre prochaine participation à la Route du Rhum – Destination Guadeloupe ? YB. : « La course en solitaire, c’est le summum du dépassement de soi. Cette discipline exige une solide expérience dans de nombreux domaines, depuis la gestion du bateau jusqu’à celle du sommeil. Je suis sûr que l’on devient meilleur en vieillissant ! Cette Route du Rhum - Destination Guadeloupe est une échéance logique dans mon parcours. Je la prépare depuis longtemps. Ces dernières années, j’ai participé à toutes les courses océaniques du circuit Class40, dont les deux dernières Transat Jacques Vabre. Cette édition 2014 est un rendez-vous important pour lequel je m’efforce, grâce au soutien du Conservateur et de mon écurie Peroven, de ne rien laisser au hasard. Ensemble, nous avons entrepris la construction d’un nouveau bateau, le Tizh 40. J’ai mené de front le suivi du chantier et ma préparation en tant que skipper, qui sont complémentaires. Sur le plan sportif proprement dit, j’ai participé à toutes les courses d’entraînement inscrites au programme de cette saison 2014, à bord de l’ancien bateau. Cela m’a permis de retrouver mes réflexes et des automatismes en mer avant d’aligner le nouveau voilier au départ de Saint-Malo.» Quel challenge représente cette course pour vous ? Y.B. : « Il est tout d’abord sportif. J’imagine avec plaisir me mêler à la bataille qui s’annonce très disputée dans la catégorie des Class40 tout au long du parcours. Dans le domaine technique aussi, cette participation à bord d’un voilier particulièrement novateur dans ses lignes et ses formes, c’est un défi en soi. Traverser et naviguer de manière à emmener ce bateau fraîchement mis à l’eau de l’autre côté de l’Atlantique, tout en prenant du plaisir à jouer les places d’honneur, ce sera une première réussite. Au-delà, cette Route du Rhum- Destination Guadeloupe marquera mon retour en solitaire, une activité exigeante que je n’ai pas pratiquée depuis le départ du Vendée Globe 2008. Je ressens l’immense envie d’y retourner. J’ai vraiment hâte de retrouver les sensations de mer à bord d’un voilier qui comptera parmi les plus récents bateaux de la flotte réunie à Saint-Malo. J’espère pouvoir montrer qu’il est aussi l’un des plus performants. Après la Mini-Transat et la Transat Jacques Vabre, j’ai très envie d’ajouter le Rhum à mon palmarès. » Yannick Bestaven Yannick Bestaven, skipper Yannick Bestaven, skipper
  11. 11. ANNEXE 3 ANNEXE 4 « END POLIO NOW », LE COMBAT DU ROTARY AGENDA SAISON 2014 Les grands rendez-vous des Voiles du Conservateur 2014 La Normandy Channel Race : course en double avec Pierre Brasseur à bord du Tyker 40 Parcours 855 milles (1585 km) au départ et à l’arrivée de Caen, à travers la Manche, la Mer Celtique et la Mer d’Irlande. Départ le dimanche 25 mai - Arrivée du CONSERVATEUR, en 9e position, le samedi 31 mai après six jours de course. Regard de Yannick Bestaven « Cette course en double, c’était une belle mise en jambe pour la suite. Je suis très content d’avoir débuté cette saison aux côtés du Groupe Le Conservateur par cette régate intéressante. Nousavons fait de belles choses et nous y avons pris beaucoup de plaisir. Au-delà du résultat sportif, une semaine de course sur l’eau, c’est forcément profitable pour la suite du programme. J’ai hâte à présent de passer au solo ! » La Qualif’ Solidaire - SNSM : course en solitaire à bord du Tyker 40 Parcours 800 milles (1 500 km) au départ et à l’arrivée de Saint‐Nazaire, via le phare de Wolf Rock dans le sud-ouest de la Cornouailles et la bouée ODAS dans le milieu du golfe de Gascogne. Départ le dimanche 22 juin - Arrivée du CONSERVATEUR, en 7e position, le jeudi 26 juin après 4 jours de course. Regard de Yannick Bestaven « Cette course a constitué une vraie répétition générale en solitaire et je retiens surtout la satisfaction d’avoir donné le maximum sur cette épreuve d’entraînement. C’était un rendez-vous important dans ma préparation personnelle. Je suis content d’avoir mis entre parenthèses le suivi de la construction du nouveau bateau à Saint-Malo pour ces quelques jours intenses sur l’eau, très riches d’enseignements. » Mise à l’eau du nouveau Class40 LE CONSERVATEUR (Tizh 40) - Septembre 2014 « Cette mise à l’eau, c’est un très grand moment et beaucoup d’émotions que je suis content de partager avec Le Conservateur. Après avoir suivi au plus près les dernières semaines de chantier, qui paraissent toujours les plus longues pour un marin, j’ai vraiment hâte de le prendre en main sur l’eau. Ce bateau est magnifique. Ses lignes et ses formes me laissent penser qu’il compte parmi les plus rapides du circuit Class40. À moi maintenant d’en révéler tout le potentiel. » Yannick Bestaven Et bientôt… La Route du Rhum – Destination Guadeloupe, 10e édition Parcours : Départ de Saint-Malo (Bretagne) Arrivée à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) 3 510 milles (6 500 km) surl’orthodromie (route directe) Départ : Le dimanche 2 novembre, à 13h02, au large du Cap Fréhel. « Des Escales du Rotary » en 2013 jusqu’à l’habillage du nouveau Class40, en passant par une promesse de don déjà concrétisée pour 2014, Le Conservateur poursuit et intensifie son engagement aux côtés du Rotary. « End Polio Now », le combat du Rotary Agenda saison 2014 20 21 Rotary international et la lutte contre la polio : une histoire de longue haleine Le Rotary est une association internationale qui existe depuis 1905. Elle rassemble aujourd’hui 1,2 million de membres dans le monde, dont environ 30 000 en France. Fidèle à sa devise première de « servir d’abord », le Rotary finance des actions d’intérêt général, notamment dans l’éducation et la santé. « La lutte contre la poliomyélite reste notre priorité stratégique », indique Christian Michaud, coordinateur au Rotary de l’opération « End Polio Now ! » pour la France et le Maghreb. Un combat qui ne date pas d’hier puisque la première grande campagne de vaccination fut menée par le Rotary en 1979 aux Philippines. Cette volonté de lutte contre la polio se concrétise en 1985 par un partenariat avec l’OMS, l’Unicef et le Centre des maladies infectieuses d’Atlanta, alors que la maladie est encore endémique dans plus de 100 pays. Aujourd’hui, la bataille est presque gagnée. « On ne dénombre plus actuellement que trois pays endémiques, dont le Pakistan (qui concentre la majorité de la centaine de cas observés depuis le début de l’année 2014), l’Afghanistan et le Nigeria », explique Christian Michaud. Entre 2013 et 2018, le Rotary et ses partenaires, rejoints depuis quelques années par la Fondation Bill et Melinda Gates, devraient encore consacrer 5,5 milliards de dollars à cette cause humanitaire, avec pour objectif, l’éradication totale de cette maladie infectieuse et contagieuse causant une paralysie des membres inférieurs. De quoi éviter 10 millions de cas dans les 40 prochaines années, avec des bénéfices attendus que l’on peut chiffrer entre 40 et 50 milliards de dollars sur 20 ans. www.rotary.org/fr www.facebook.com/rotary twitter.com/rotary www.endpolio.org/fr www.facebook.com/pages/End-Polio-Now/78976274836 twitter.com/EndPolioNow
  12. 12. 22 23 SUIVEZ LES VOILES DU CONSERVATEUR Retrouvez toute l’actualité de Yannick Bestaven et des Voiles du Conservateur sur : www.yannickbestaven.fr www.conservateur.fr www.facebook.com/lesvoilesduconservateur CONTACTS PRESSE Agence de presse Shan pour Le Conservateur Brigitte Michaut - Tél. 01 44 50 51 78 brigitte.michaut@shan.fr Alternative Media pour Yannick Bestaven Clément Culsan - Tél. 06 88 72 47 77 clement@alternativemedia.fr Organisation et Communication Agence Hickory Anne Combier - Tél. 01 56 03 69 00 annec@hickory.fr

×