Idées reçues sur le diesel et la pollution

7 760 vues

Publié le

Huit slides provenant de sources externes à PSA Peugeot Citroën pour combattre les idées reçues sur le diesel et la pollution.

Publié dans : Industrie automobile
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 760
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
140
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Idées reçues sur le diesel et la pollution

  1. 1. avril 2015 Quelques idées reçues sur le diesel et la pollution
  2. 2. Idée reçue N°1: Les pics de pollution seraient causés par la circulation automobile FAUX Les sources d’émissions de particules sont multiples Le transport routier dans son ensemble émet 17% des émissions de particules fines de moins de 2,5 µm (PM2,5) au niveau national, loin derrière le résidentiel/tertiaire (48%) (chauffage urbain, feux de cheminée…) et l’Industrie manufacturière (22%). En France les émissions des PM2,5 ont diminué de 56% entre 1990 et 2012 2 En IdF la situation est un peu différente: 30% des PM2.5 viennent du trafic routier Source : Les avis de l’Ademe juin 2014
  3. 3. 3 TOUTES les sources de polluants en France sont responsables de l’épisode de pollution de mars 2015 : l’agriculture, le chauffage et l’industrie et le trafic routier. L’intensité du pic de pollution résulte de la météorologie caractérisée par des inversions thermiques et des vents faibles qui ont concentré les polluants à proximité du sol et par des émissions importantes, notamment issues d’épandages agricoles d’engrais azotés qui en réagissant avec d’autres émissions comme celles des oxydes d’azote du trafic routier, industrie et agriculture (émissions par les sols) ont favorisé la formation de particules fines de nitrate d’ammonium. Le secteur agricole émet principalement de l'ammoniaque, qui va réagir avec les oxydes d'azote et créer du nitrate d'ammonium sous forme de particules fines. D'après les premiers relevés, les particules les plus fines de l'épisode de pollution de mars 2015 sont composées de 40 à 50% de nitrate d'ammonium. L’épisode fut également remarquable par son caractère transfrontalier, notamment pendant les premières journées de l’épisode, le Nord de la France s’étant trouvé sous l’emprise d’un flux d’air de Nord-Est. Source Prev’Air
  4. 4. Idée reçue N°2: La pollution serait un sujet uniquement parisien FAUX La pollution touche toute la France… On parle de « pollution longue distance ». Le 21 mars 2015, la concentration en particules fines (PM10) mesurée en Ile de France était de 102 µg/m³, loin derrière Gandrange 162, Beauvais 155, Metz 145, Clermont Ferrand 132, Valenciennes 130, Pau 129, Anglet 123, Lyon 120… Les flux de masse d’air de secteur Est à Nord Est durant ces jours de mars 2015 ont entrainé sur la France des masses d’air d’origine continentale pouvant être chargées en polluants gazeux et particulaires contribuant à augmenter les concentrations en particules sur toute la France. 4 Source Prev’Air
  5. 5. Idée reçue N°3: En cas de pic de pollution, il est préférable de prendre le métro et le RER FAUX Les concentrations en particules fines PM10 (particules de diamètre < 10 microns) sont 3 à 4 fois plus élevées que la norme OMS. Elles sont dues aux frottements intenses au freinage. En journée, la présence de ces particules peut atteindre sur le quai du métro jusqu’à 200 microgrammes par mètre cube et même jusqu’à plus de 500 sur le quai du RER. Bien au-delà donc de la norme de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixée - pour l'air extérieur - à 50 microgrammes par mètre cube. 5 Cf. le dernier rapport de l’Observatoire Régional de Santé d’IdF (ORS) : « Pollution de l’air dans les enceintes souterraines de transport ferroviaire et santé » Dispositif de surveillance www.ratp.fr/fr/ratp/r_6167/la-qualite-de-lair-dans-les- espaces-souterrains
  6. 6. Idée reçue N°4: La circulation alternée serait LA solution au problème FAUX En moins de 24 heures, la situation de la France a complètement changé, alors qu’aucune mesure concernant la circulation alternée n’a été mise en place. Toutefois une légère baisse de 6% en concentration de particules PM10 et de 10% du NO2 à proximité du tarif routier a été constatée le 23 mars par Airparif. 6 22 mars 201521 mars 2015Source Prev’Air Source AirParif
  7. 7. Idée reçue N°5: Le diesel serait la première cause de pollution aux particules fines FAUX Selon Airparif : Le chauffage au bois serait également fortement responsable de la concentration des particules. (le chauffage au bois ne représente que 5% des apports énergétiques mais est responsable de 90% des PM ). Dans l’agglomération parisienne en général, loin du trafic et des axes routiers, la contribution du chauffage au bois aux particules fines est de 7%, équivalente ou presque à celle du trafic routier (8%). « Un feu qui ronronne une après-midi dans une cheminée émet autant de particules qu’un véhicule diesel âgé de 8 ans, ayant roulé plusieurs milliers de kilomètres » DRIEE. 7
  8. 8. 8 Source : données internes Source : AIRPARIF Source : http://www.aqs.com/docs/resource-library/ultrafine-particles-white-paper.pdf Source : http://www.aerasense.com/index.php?pageID=3 Idée reçue N°6: Bien qu’équipés du FAP, les véhicules Diesel actuels augmenteraient la pollution particulaire en ville FAUX Les niveaux de particules en sortie de filtre sont mêmes inférieurs à ceux mesurés dans une pièce « propre »
  9. 9. Idée reçue N°7: Le Véhicule Diesel moderne émettrait davantage de particules que le véhicule essence Réduction drastique des limites d’émissions Source CCFA 9 Depuis janvier 2011, tous les véhicules diesel sont équipés d’un filtre à particules. Le FAP est efficace sur tout le spectre granulométrique mesurable à partir de 7nm FAUX Les émissions résiduelles de particules d’un véhicule Diesel équipé d’un FAP sont inférieures à celles d’un véhicule essence.
  10. 10. Idée reçue N°8: Remplacer le parc ancien ne produirait pas d’effet 10 Source : Estimation CCFA à partir de données Secten CITEPA nationales 2014 FAUX 9% des véhicules du parc en France (produits avant 2000) émettent 21% des PM 28% du parc automobile français (VP produits avant 2005) est responsable de 50% des émissions de particules *1, 2, 3, 4 et 5 : norme euro. Pour + de détails sur l’année, voir slide 9
  11. 11. Le filtre à particules (FAP) est efficace sur tout le spectre granulométrique mesurable i.e. à partir de 7nm ! Un Diesel filtré émet moins de particules que le meilleur véhicule essence Les gaz d’échappement en sortie du FAP sont moins chargés en particules que l’air entrant dans le moteur! Les niveaux sont également très inférieurs à ceux observés dans les habitations. Les niveaux moyens de particules mesurés dans le métro/RER parisien (100 à 200 microgrammes/m3) sont au niveau des récents pics de pollution … Un insert « flamme verte » émet annuellement autant de particules (3kg, source ADEME) que 1000 Diesel équipés de FAP roulant 15 000 km Un seul véhicule ancien produit avant 1996 émet autant de particules qu’un total de 600 véhicules modernes équipés du FAP (euro5/6). (données internes) Retirer du parc Français, les véhicules Diesel produits avant 2005 (environ 28% du parc en 2014) permettrait de réduire de 50% les émissions de PM10 11 Ce qu’il faut retenir
  12. 12. GLOSSAIRE Unités de taille des particules : 1 micron (mm) : 1 millionième de mètre 1 nanomètre (nm) : 1 millième de micron, soit un milliardième de mètre Systèmes de comptage des particules : CPC : appareil de dénombrement de particules (Condensation Particle Counter) SMPS : appareil de classification par taille des particules (Scanning Mobility Particle Sizer) Systèmes de de dépollution : Dépollution à la source : la formation des polluants est limitée grâce à des choix de combustion (système d’injection, chambre de combustion…), sans système additionnel DOC : catalyseur d’oxydation Diesel (Diesel Oxidation Catalyst) Système DeNOx : système de post-traitement réduisant les oxydes d’azote SCR (Selective Catalytic reduction) : système DeNOx utilisant la réaction de l’ammoniac NH3 (réducteur) sur les NOx (oxydant) pour former de l’eau et de l’azote AdBlue : solution aqueuse d’urée à 32%, source d’ammoniac pour la SCR 12

×