Halte aux mouvements
indigènes politiques
stériles.
Une révolte de la rue sans organisation, sans feuille de route,
sans g...
La révolution gagnante se base de nos jours sur un paradigme d’atouts à réunir pour
espérer aboutir à un résultat et a un ...
Si le bouleversement politique n’arrive pas maintenant pour amorcer un vrai
changement politique et économique, le pouvoir...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Halte aux mouvements indigènes politiques stériles .

121 vues

Publié le

Halte aux mouvements indigènes politiques stériles .

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
121
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Halte aux mouvements indigènes politiques stériles .

  1. 1. Halte aux mouvements indigènes politiques stériles. Une révolte de la rue sans organisation, sans feuille de route, sans guide politique, sans programme, sans objectif, sans détermination, etc...Mènera juste a un désordre public passager et encore une fois ce sera au profit du pouvoir et du système en place. Mars 2014 Sadek Kheddache Ce peuple dont la majorité ignore même ses propres droits de citoyen, et se soumet consciemment ou inconsciemment à la dictature et à l’autoritarisme de l’oligarchie au pouvoir, qu’il considère comme des héritiers naturels de la gouvernance de ce pays ; et qui admet aussi au fil des ans sa gestion catastrophique et la dilapidation de son patrimoine et sa richesse, n’est pas mûr pour une quelconque révolution.
  2. 2. La révolution gagnante se base de nos jours sur un paradigme d’atouts à réunir pour espérer aboutir à un résultat et a un changement. Malheureusement chez nous, on est encore à l’ère primaire de la formation d’opposition citoyenne ou partisane. Même les partis politiques n’ont jamais su se mettre au diapason de l’actualité politique et des besoins urgent de la société. Le narcissisme et la différenciation de la couleur politique ont eu raison d’un consensus national autour de la problématique essentielle qui est la destitution du régime et la programmation d’une transition démocratique qui permettrait a ces forces diverses de réaliser le vœu de tous les algériens, et entrer même dans l’histoire. Le mouvement Barakat, ou les candidats a la présidentielle d’avril 2014 dont la plupart sont inconnus jusque là sur la scène politique, viennent encore ridiculiser la scène politique algérienne. Ces actions et engagements politiques viennent encore raffermir plutôt la notoriété du pouvoir, et faire de la diversion politique de la vraie organisation nécessaire citoyenne vis à vis du système. C’est ces petits mouvements et chahuts de la rue qui permettent d’endiguer ou affaiblir et désorienter le véritable tsunami de révolte qui dort dans chaque algérien. C’est cette force dormante qu’il faut chercher à canaliser et organiser si on veut un véritable changement et du bien pour l’Algérie de demain. Mais si l’idée ou la manifestation de notre libido cachée contre ce pouvoir est bien nécessaire et impérative, ce n’est pas comme ça et ce n’est pas n’importe qui, qui doit former et engager la mobilisation dans ce but avoué de mettre fin a ce régime despotique. Ces nouveaux acteurs politiques programmés ou spontanés ne méritent pas sur plusieurs plans le pouvoir, certains ont fait partie de lui, d’autres ont voté pour lui et ont accepté l’ autoritarisme qu’ils n’ont pas dénoncé au moment opportun , enfin le peuple lui a voté pour les députés véreux et opportunistes parce qu’on leurs avait promis des logements, des postes de travail, des marchés, de l’argent, etc…ils sont donc si faciles à manipuler, si pauvres dans leurs têtes, si indigènes politiques, si citoyens indigènes qu’ils méritent donc ce pouvoir et cette dictature. Il n’y a pas de place pour les amateurs politiques, le chemin est encore bien long pour comprendre le système, essaf el gader , la puissance du pouvoir actuelle et ses racines dans la société, etc… Ce peuple s’incline et vénère le président, le ministre, le wali, le procureur, le gendarme etc…mais méprise l’intellectuel, l’homme intègre, le croyant, le juste, le compétent, le savant ; etc…Ne mérite-il donc pas ce sort ? Même si un désordre ou une perturbation sociale proviendrait de la rue, ce ne sera qu’un fait divers et un orage passager, car cela ne changera pas d’un iota le pouvoir et sa politique. Toutefois les pratiques de bas niveau et la médiocrité du pouvoir et son systéme ont fait germé et déclencher les forces de sa propre destruction. Le mal qu’on a fait a l’Algérie et à la société en ayant privilégié les intérêts personnels, familiaux, de clan, et de région, contre les intérêts de la nation et du peuple se retournera bientôt contre ce système.
  3. 3. Si le bouleversement politique n’arrive pas maintenant pour amorcer un vrai changement politique et économique, le pouvoir en place fait d’impostures, d’opportunistes et de médiocrité, mènera tôt ou tard l’Algérie au chaos. Ce sera au plus tard en 2019, et c’est ce que je prédis. Sans ce changement imminent , nul ne peut arrêter le trend de ces forces du mal créées par le pouvoir , car les métastases des cancers sociaux, le dérèglement de la société algérienne et de son économie sapés par le renversement de l’échelle des valeurs, par le piston, les passes droits, et l’assassinat du patriotisme, de l’esprit de recherche et de développement chez toutes les compétences nationales, tout ceci dans une économie moribonde, encadrée par l’arsenal juridique et une justice des plus médiocres dans le monde , vont concourir a provoquer le chaos. Le chaos, c’est peut être le destin de ce peuple ; afin qu’il puisse renaitre sur les principes d’un état de droit et d’une démocratie qui lui convienne. Sadek Kheddache Ex : Directeur Général de plusieurs entreprises. Expert en management, innovation et stratégies de développement ARTICLE PUBLIE SUR le site Algérie network en mars 2014

×