HUGUES SWEENEY (onf/nfb)
stratégies
de coproduction internationale
!
!
!
!
!
!
!
La première partie d’une entrevue avec
HUGUES SWEENEY
producteur exécutif du Studio de production
interactiv...
Après plusieurs années à tordre les lettres aussi bien que les idées en étudiant
philosophie (au Collège universitaire dom...
S.O. : L’ONF entretient un certain nombre de partenariats, avec ARTE par
exemple, où l’ONF prend d’abord la direction, pui...
…
1HS. : Je ne fais pas de coproduction avec des producteurs (c’est ça qui est
étrange) ; mes coproducteurs sont souvent d...
coproduction ONF/nfb + ARTE (Fr & GR)
Mobile & interactive installation
S.O. : Lorsqu’on réalise des coproductions, discute-t-on de la façon de
produire des contenus adaptés à des publics de dif...
S.O. : Comment organisez-vous la répartition du travail dans le cadre d’un
partenariat ? Comment travaillez-vous à distanc...
coproduction ONF/nfb + ARTE (Fr & GR)
un jeu documentaire
S.O. : Une rencontre est sans doute nécessaire dans les premières étapes
de la conception, de l’exploration des possibilit...
4HS. : La distance change aussi la façon dont nous élaborons le projet,
parce que l’étape du développement est en général ...
4HS. : Il y avait un écran, un projecteur et un compte à rebours. Les
participants disposaient de 30 minutes et ne savaien...
BODY/MIND/CHANGE
The Devil’s toy remix
coproduction ONF/nfb + ARTE
S.O. : Vous dites qu’il y a des éléments cruciaux qui sont décidés pendant
cette étape. Pouvez-vous préciser ?
5
HS. : Nou...
Code Barre : http://codebarre.tv/fr/#/fr
!
Journal d’une insomnie collective : http://insomnie.onf.ca/#/insomnie
!
Mégapho...
La Hugues Sweeney CoProduction
entrevue est distribué sous une licence
NonCommercial ShareAlike Creative Commons à
partage...
TMC Resource Kit
info@tmcresourcekit.com

tmcresourcekit.com
Le Hugues Sweeney Co-Production
entrevue a été préparée par :...
Tmcrkpartenaires
MERCI aux...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

TMC Hugues Sweeney CoPro Interview French Version

588 vues

Publié le

La première partie d’une entrevue avec HUGUES SWEENEY
producteur exécutif du Studio de production interactive du Programme français de l’ONF







La première partie d’une entrevue avec
HUGUES SWEENEY
producteur exécutif du Studio de production interactive du Programme français de l’ONF

Publié dans : Design
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
588
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
158
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

TMC Hugues Sweeney CoPro Interview French Version

  1. 1. HUGUES SWEENEY (onf/nfb) stratégies de coproduction internationale
  2. 2. ! ! ! ! ! ! ! La première partie d’une entrevue avec HUGUES SWEENEY producteur exécutif du Studio de production interactive du Programme français de l’ONF
  3. 3. Après plusieurs années à tordre les lettres aussi bien que les idées en étudiant philosophie (au Collège universitaire dominicain de la philosophie et de théologie, à Ottawa) et du multimédia (maîtrise à l’UQAM), la littérature et le death metal, Hugues Sweeney s’est rapidement intéressé autant aux histoires qu’aux possibilités qu’offre la technologie de les raconter. D’abord aux nouveaux médias de Radio Canada, puis à la tête de Bande à Part et Espace Musique, il a rejoint l’Office National du Film du Canada en 2009 en tant que producteur exécutif dédié aux œuvres interactives. Les projets issus du studio interactif de l’ONF ont reçu de nombreux prix canadiens et internationaux dont plusieurs prix Boomerang, SXSW, Japan Media Arts et FIPA d’or. qui est HUGUES SWEENEY?
  4. 4. S.O. : L’ONF entretient un certain nombre de partenariats, avec ARTE par exemple, où l’ONF prend d’abord la direction, puis le partenaire prend le relais. ! À l’heure actuelle, le Canada est perçu mondialement comme un endroit important pour la production interactive et multiplateforme. Auriez-vous des conseils, des recommandations ou des idées au sujet de la coproduction internationale ? 1 HS. : Franchement, non ! (rires) C’est un espace à combler. À l’ONF, nous avons saisi l’occasion de combler ce manque. Nous avons un partenariat avec ARTE, un avec France Télévisions, un autre avec Encuentro (Argentine), et nous sommes en discussion pour en établir un avec la Colombie. Nous développons donc des relations solides avec l’Amérique du Sud actuellement, mais également avec le Quartier des spectacles, à Montréal, au sujet d’installations publiques au centre-ville.
  5. 5. … 1HS. : Je ne fais pas de coproduction avec des producteurs (c’est ça qui est étrange) ; mes coproducteurs sont souvent des diffuseurs, mais parfois aussi d’autre types de média. Nous sommes d’ailleurs en discussion avec le New York Times. ! Il y a un vide, un angle mort où nous savons que si nous nous juxtaposons avec des établissements comme le nôtre, nous obtiendrons des résultats que nous serions incapables d’atteindre seuls. Alors, avec ARTE, nous signons des accords internationaux, puis nous réalisons des projets dans le cadre de ce partenariat. write global agreements and then we do projects inside that agreement.
  6. 6. coproduction ONF/nfb + ARTE (Fr & GR) Mobile & interactive installation
  7. 7. S.O. : Lorsqu’on réalise des coproductions, discute-t-on de la façon de produire des contenus adaptés à des publics de différents pays ?2 HS. : : Oui, absolument. ARTE était un coproducteur de « Fort McMoney » et nous aimons avoir son apport sur le plan éditorial étant donné le besoin d’universalité du projet. Le projet « Insomnie » ne s’est pas réalisé avec des partenaires, mais il a été conçu avec l’idée d’une diffusion internationale, de façon à être pertinent en Espagne ou au Japon. Je pense qu’aujourd’hui, les cultures ne doivent plus à être définies selon le territoire, mais plus selon l’intérêt du sujet et la préoccupation. C’est ce qui s’est passé avec la musique ces 15 dernières années, et nous devrions suivre cette voie. Nous faisons très attention à la manière dont le public s’approprie le projet et nous nous assurons que le contenu est pertinent, quelle que soit l’origine du public.
  8. 8. S.O. : Comment organisez-vous la répartition du travail dans le cadre d’un partenariat ? Comment travaillez-vous à distance avec vos partenaires ? Auriez-vous des conseils ?3 HS. : Si je regarde notre liste de productions des 12 prochains mois, presque chaque projet est lié à un partenaire international. L’axe Nord- Sud est plus facile à gérer, puisqu’il n’y a pas de décalage de six à sept heures à prendre en compte. Il y a cependant des limites à la communication numérique. Sur une collaboration de 12 mois, il faut se voir au moins deux fois pour que l’informel nourrisse le formel. Skype arrive presque le faire. Par exemple, avec mon correspondant à Vancouver, nous parlons chaque semaine. Skype fait vraiment la différence par rapport au simple courriel. Mais nous avons aussi besoin de travailler avec une certaine proximité physique de temps à autre.
  9. 9. coproduction ONF/nfb + ARTE (Fr & GR) un jeu documentaire
  10. 10. S.O. : Une rencontre est sans doute nécessaire dans les premières étapes de la conception, de l’exploration des possibilités, où les schémas et les prototypes sont essentiels. Comment faites-vous cela à distance ? Organisez-vous des réunions dès le début ? 4 HS. : Avec un partenaire national, l’idée est de toujours trouver notre projet ensemble. Quel sujet, quel traitement et comment nous voulons le formuler, que ce soit sur le plan de la forme ou de l’expérience. Généralement, nous nous enfermons dans une pièce pour deux ou trois jours, nous trouvons le sujet, trouvons le traitement, ainsi que certains éléments clés, puis celui qui est responsable du projet commence le travail. Ensuite, quand quelque chose prend forme, lorsque l’idée devient un concept et que le concept devient tangible, nous travaillons physiquement ensemble quatre à cinq mois plus tard, pendant un jour ou deux, pour développer le concept en tant qu’expérience. Finalement, au tout dernier moment où nous pouvons encore faire des modifications importantes, nous nous assoyons de nouveau pour terminer le projet. Il y a donc toujours trois réunions.
  11. 11. 4HS. : La distance change aussi la façon dont nous élaborons le projet, parce que l’étape du développement est en général plus longue. C’est long et vous perdez de l’énergie parce que vous ne pouvez parler du projet que quelques heures ici et là. Alors, au point critique du début du développement, nous mettons soigneusement en place un séminaire de cinq jours pendant lequel nous prenons toutes les décisions artistiques et éditoriales importantes de l’expérience. Nous nous réunissons en huis clos avec les créateurs du projet. C’est ce que nous avons fait en novembre avec le projet argentin. Je tirais les ficelles pendant toute la semaine ; je tenais secret le programme des participants afin qu’ils ne sachent pas ce qui était prévu. Chaque fois que je leur donnais une tâche, je leur donnais aussi un délai. ….
  12. 12. 4HS. : Il y avait un écran, un projecteur et un compte à rebours. Les participants disposaient de 30 minutes et ne savaient rien de l’étape suivante. C’est au milieu de la semaine qu’ils ont réalisé qu’ils écrivaient le scénario du projet. Mais je n’avais jamais dit que c’était le but du séminaire. Je ne leur ai dit que de suivre les objectifs. Nous essayons de passer le moins de temps possible sur des discussions stériles ; nous tentons de simplement agir. C’est un bon résultat pour cette situation. Nous devenons très efficaces et supprimons toutes discussions inutiles. Il s’agit plus d’une méthode de développeur : éliminer, produire, éliminer, produire, éliminer… Vous tracez le chemin au fur et à mesure qu’il se déroule. ….
  13. 13. BODY/MIND/CHANGE The Devil’s toy remix coproduction ONF/nfb + ARTE
  14. 14. S.O. : Vous dites qu’il y a des éléments cruciaux qui sont décidés pendant cette étape. Pouvez-vous préciser ? 5 HS. : Nous voulons mettre sur pied un concept d’expérience utilisateur à 360 degrés, de façon qu’à la fin de cette étape, il est possible de raconter l’histoire de l’expérience de l’utilisateur dans sa totalité. Donc, vous faites ceci, et vous faites cela sur le Web, puis on vous demande de faire telle action, vous la faites, puis une autre, une autre, encore une autre, et vous sortez de l’expérience ainsi, ou vous faites telle action après… Nous définissons le look et la sensation de chaque plateforme. Nous essayons de façonner les séminaires en fonction de la nature du projet. Si le projet est très axé sur la participation, nous passons beaucoup de temps à réfléchir sur l’auditoire. Souvent, le contenu, le rédactionnel, l’expérience vont résulter de notre perception de l’auditoire. ! Fin partie 1 « Coproduction » – Partie 2 « Design d’expérience »
  15. 15. Code Barre : http://codebarre.tv/fr/#/fr ! Journal d’une insomnie collective : http://insomnie.onf.ca/#/insomnie ! Mégaphone : http://megaphonemtl.ca/ ! Fort McMoney : http://www.fortmcmoney.com/fr/#/fortmcmoney ! The Devil’s Toy Remix : http://thedevilstoy.com/en/?lg=fr Les Projets
  16. 16. La Hugues Sweeney CoProduction entrevue est distribué sous une licence NonCommercial ShareAlike Creative Commons à partager, remixé et élargi les non-‐commercially, aussi longtemps que vous reconnaissez le TMC Resource Kit, le créateur de l'étude de cas, Anthea Foyer et/ou Dr Siobhan O'Flynn et vos nouvelles créations identiques aux termes de la licence.. ! Images provenant de tierces parties conservent le copyright original.
  17. 17. TMC Resource Kit info@tmcresourcekit.com tmcresourcekit.com Le Hugues Sweeney Co-Production entrevue a été préparée par : Dr. Siobhan O’Flynn siobhanoflynn.com @Sioflynn Contactez-nous
  18. 18. Tmcrkpartenaires MERCI aux...

×