Mensuel conjoncture hôtelière dec2010

951 vues

Publié le

Le 4 pages mensuel de conjoncture hôtelière présente et analyse les derniers chiffres de l'enquête de fréquentation dans l'hôtellerie menée par l'Insee et la direction générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services.
Les données sont détaillées par région et pays de résidence des touristes. Les données provisoires concernant un mois donné sont disponibles deux semaines après la fin de ce mois, et les données consolidées six semaines après la fin de ce mois.

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
951
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mensuel conjoncture hôtelière dec2010

  1. 1. oc Février 2011 g é o v t t Résultats de décembre 2010 (consolidés) La fréquentation hôtelière a pâti d’une vague de froid exceptionnelle en décembreEn décembre 2010, l’enneigement 1. Évolution des nuitées dans l’hôtellerie de tourismeexceptionnel sur l’ensemble de selon le pays de résidence en %l’Europe a pénalisé la fréquentation Janv. à déc. Poidshôtelière, en baisse de 1,3 % par Pays de Nov. 2010 / Déc. 2010 / 2010 / des clientèlesrapport à décembre 2009. Les clientèles résidence nov. 2009 déc. 2009 janv. à déc. (nuitées de 2009 décembre 2010)étrangères sont à l’origine du recul(- 5,6 % par rapport à décembre Total 4,4 -1,3 2,2 100,02009), plus précisément les clientèles France 4,8 0,6 2,0 71,1européennes (- 10,0 %), contraintes Étranger 3,2 -5,6 2,8 28,9 100,0d’annuler ou de reporter leurs séjours Europe 1,5 -10,0 -0,2 70,8d’agrément. Les clientèles lointaines dont Royaume-Uni -4,7 -10,5 -6,7 16,2ont maintenu une progression soutenue Italie 0,4 -12,9 -1,8 10,9 Allemagne 8,9 -2,1 1,7 6,6(+ 7,0 %). La clientèle française, Espagne -7,9 -7,7 3,3 8,5davantage tournée vers le tourisme Belgique 0,2 -23,2 -1,9 7,5professionnel, a légèrement augmenté Pays-Bas -10,6 -16,5 -7,1 5,0sa fréquentation (+ 0,6 %). La grande Suisse -2,6 -8,5 -1,3 3,7 Danemark, Suède, Norvège,majorité des régions ont subi la baisse Finlande, Islande 14,0 0,6 9,6 1,6de fréquentation. Le taux d’occupation Russie 35,6 13,5 28,3 2,7des hôtels est en légère baisse à 49,9 %, Amériques 3,4 6,0 9,1 12,3toutes les catégories étant touchées dont états-Unis 1,7 4,7 3,4 7,4sauf le haut de gamme (55,9 % soit Amérique centrale et du Sud 8,2 9,0 28,4 4,0+ 1,5 point). Asie et Océanie 13,5 7,8 15,7 14,4La baisse de décembre n’a eu qu’un dont Chine 23,7 22,2 44,8 2,2impact limité sur la fréquentation Japon 16,3 2,9 3,3 6,0 Proche et Moyen-Orient (y c. égypte) 18,6 15,0 22,8 2,2hôtelière en 2010, en progression de2,2 % (contre - 4,9 % en 2009). Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux. Évolution de la fréquentation hôtelière depuis 2007Note de lecture : en décembre 2010, par rapport à décembre 2009, les nuitées des clientèles étrangères ont diminué de 5,6 %.Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux.
  2. 2. Alors que depuis février, la En 2010, la fréquentation Bourgogne a été plébiscitée par les étrangersfréquentation hôtelière augmentait en hôtelière a augmenté de 2,2 % (+ 7,8 %). La hausse de fréquentation aglissement annuel (+ 4,4 % en novembre), plutôt bénéficié aux régions de la moitiéau mois de décembre 2010, les nuitées Sur l’ensemble de l’année 2010, la Est du pays, à l’exception de Rhône-Alpes.ont reculé de 1,3 %, atteignant leur plus fréquentation hôtelière a augmenté de 2,2 %. La fréquentation a baissé dans les régionsbas niveau pour ce mois depuis 2006. Des Les nuitées des Français sont en hausse de la moitié Ouest, sauf en Aquitaine et enconditions climatiques particulièrement de 2,0 % et celles des étrangers de 2,8 %, Basse-Normandie.défavorables, avec un enneigement sous l’impulsion des clientèles lointainesexceptionnel sur une grande partie du (+ 12,0 %) : + 15,7 % pour l’Asie (dont En décembre 2010, seul le hautpays, ont pesé sur la fréquentation hôtelière + 44,8 % pour la Chine, + 22,8 % pour le Proche de gamme a maintenu un tauxde décembre. En particulier, les nuitées et Moyen-Orient), + 9,1 % pour l’Amérique d’occupation en haussed’agrément sont en recul de 6,0 % par (dont + 28,4 % pour l’Amérique centrale etrapport à décembre 2009. du Sud) et + 28,3 % pour la Russie. Le taux d’occupation des hôtels, qui rapporte le nombre de chambres occupées En décembre 2010, les conditions À contrario, les clientèles européennes au nombre de chambres offertes, est de climatiques ont fortement pesé sont plutôt en légère baisse (- 0,2 % sur 49,9 % en décembre (- 0,1 point par rapport sur la fréquentation hôtelière l’année) et même en recul d’un point hors à décembre 2009). Il s’agit du plus bas taux des clientèles européennes la clientèle russe. La baisse de fréquentation d’occupation en décembre depuis 2006. de la clientèle britannique, première Dans ce contexte peu propice aux clientèle étrangère, est particulièrement L’Île-de-France bénéficie du tauxdéplacements, les clientèles étrangères forte (- 6,7 %), liée entre autres à plusieurs d’occupation le plus élevé (68,2 %) devantont pu reporter ou annuler en partie leurs mois de dépréciation de la livre sterling par l’Alsace (64,6 %). Le taux d’occupationséjours : leurs nuitées reculent de 5,6 % par rapport à l’euro. moyen hors Île-de-France est plutôt faible, àrapport à décembre 2009, revenant à leur 42,2 %. C’est dans les espaces touristiquesplus bas niveau pour un mois de décembre Les nuitées d’affaires (+ 4,6 % en urbains que la part des chambres occupéesdepuis 2005. 2010) ont été le principal moteur de la est la plus élevée en décembre (57,3 %), en hausse de fréquentation hôtelière, les nuitées légère hausse par rapport à décembre 2009 Ces conditions climatiques personnelles ayant contribué à hauteur de (+ 0,2 point).défavorables ont surtout pesé sur la 0,5 % seulement.fréquentation des clientèles européennes, Toutes les catégories d’hôtels sontqui chute de 10 % en décembre 2010 par En décembre 2010, la grande touchées par la baisse sauf les 4 étoiles,rapport à décembre 2009. Les nuitées des majorité des régions ont subi 4 étoiles luxe et 5 étoiles (55,9 %, soit uneclientèles « traditionnelles », venant des la baisse de fréquentation hausse de 1,5 point), toujours prisés par lespays proches de la France, sont toutes en clientèles étrangères. Le taux d’occupationrecul : les plus fortes baisses de fréquentation Affectant une grande partie du reste stable pour les 0 et 1 étoile, quisont celles des clientèles belge (- 23,2 %), territoire en décembre 2010, les mauvaises parviennent à rester au-dessus du seuil denéerlandaise (- 16,5 %), italienne (- 12,9 %) conditions climatiques ont pénalisé la 50 % de chambres occupées. Il diminueet britannique (- 10,5 %). La fréquentation fréquentation hôtelière dans seize régions. dans les autres catégories.des clientèles des pays du Nord se maintient Le recul est particulièrement marqué enà son niveau de 2009 (+ 0,6 %). Seules lesnuitées de la clientèle russe sont en hausse Limousin (- 10,3 %) et en Basse-Normandie En 2010, le haut de gamme(+ 13,5 %). (- 10,0 %). Les marchés de Noël alsaciens affiche le taux d’occupation ont également pâti du froid hivernal (- 6,2 % le plus élevé En forte croissance depuis plusieurs par rapport aux nuitées de décembre 2009)mois, les clientèles lointaines des continents et, avec Rhône-Alpes, la région est l’une Sur l’ensemble de l’année 2010, leasiatique et américain restent en progression des principales contributrices à la baisse taux d’occupation, en hausse pour toutesen décembre (+ 7,8 % et + 6,0 %). Les (- 0,3 point). Le recul de fréquentation est les catégories d’hôtels, s’établit à 59,4 %contraintes climatiques ont moins de prise plus contenu en Île-de-France (- 0,1 %). (+ 1,3 point par rapport à 2009). Il restesur les voyages à longue distance, plus Seule la région Aquitaine a enregistré une toutefois nettement en dessous de celui dedifficiles à reporter. Les plus fortes hausses hausse supérieure à 5 %, dopée par l’afflux 2007 (61,9 %). L’essor du haut de gammesont celles de la Chine (+ 22,2 %), du Proche de la clientèle étrangère (+ 24,7 %). est marqué sur l’ensemble de l’année :et Moyen-Orient (+ 15,0 %) et d’Amérique cette catégorie d’hôtels affiche le tauxcentrale et du Sud (+ 9,0 %). L’espace urbain, habituellement à la d’occupation le plus élevé (65,1 %) et hausse, est lui aussi concerné par la baisse la plus forte hausse par rapport à 2009 Par contre, l’enneigement des nuitées en décembre (- 0,7 %), malgré (4,1 points). Le volume de nuitées y aexceptionnel ne semble pas avoir affecté la présence accrue de la clientèle française fortement augmenté (+ 12,0 %). L’hôtelleriela fréquentation hôtelière pour motif (+ 1,9 %). 3 étoiles dégage aussi des résultats au-professionnel (+ 4,4 % par rapport à dessus de la moyenne tant au niveaudécembre 2009), vraisemblablement en En 2010, les régions du taux d’occupation (+ 2,1 points parraison du caractère plus contraint des Île-de-France et Bourgogne rapport à 2009) que du volume des nuitéesdéplacements professionnels (réunions, ont été les plus dynamiques (+ 3,7 %). L’évolution est moins favorableformations, salons, etc.). Aussi, la clientèle pour l’hôtellerie économique (2 étoiles) oufrançaise, moins axée sur le tourisme En cumul sur l’année 2010, les très économique (0 et 1 étoile), le volumed’agrément que les clientèles étrangères, régions Île-de-France et Bourgogne ont été des nuitées sur les 2 étoiles ayant mêmeest davantage présente dans les hôtels en les plus dynamiques. La région capitale a baissé de 0,7 %.décembre 2010 avec des nuitées en hausse bénéficié d’un attrait particulier vis-à-vis dede 0,6 % par rapport à décembre 2009. la clientèle française (+ 8,5 %), tandis que la Séverine FRANCASTEL II
  3. 3. 2. Évolution régionale des nuitées dans lhôtellerie de tourisme en % Contribution Janvier à décembre 2010 / Contribution Décembre 2010 / décembre 2009 à l’évolution janvier à décembre 2009 à l’évolution totale des totale des Total Français étrangers nuitées Total Français étrangers nuitéesFrance -1,3 0,6 -5,6 -1,3 2,2 2,0 2,8 2,2Alsace -6,2 -5,0 -9,3 -0,3 1,4 -0,2 4,2 0,0Aquitaine 6,9 5,2 24,7 0,2 2,1 1,3 6,4 0,1Auvergne 4,8 4,6 7,1 0,1 1,1 0,7 5,0 0,0Basse-Normandie -10,0 -8,4 -25,0 -0,2 1,0 0,3 3,1 0,0Bourgogne 1,0 2,0 -3,5 0,0 5,2 4,1 7,8 0,1Bretagne -0,5 -0,1 -5,6 0,0 -1,0 -1,8 3,0 0,0Centre -4,2 -4,7 -0,4 -0,1 -0,3 -0,8 1,4 0,0Champagne-Ardenne -4,6 0,6 -18,8 -0,1 0,8 0,8 0,8 0,0Corse -1,3 -0,4 -10,7 0,0 3,3 5,5 -2,6 0,0Franche-Comté -1,0 0,6 -15,1 0,0 1,7 1,9 0,6 0,0Haute-Normandie -5,1 -4,1 -12,4 -0,1 -3,8 -4,2 -2,0 -0,1Île-de-France -0,1 5,2 -6,1 -0,1 5,7 8,5 3,1 1,9Languedoc-Roussillon -4,4 -5,3 1,2 -0,1 1,5 1,2 2,6 0,1Limousin -10,3 -9,2 -24,6 -0,1 -0,8 -0,2 -5,7 0,0Lorraine -3,7 -5,8 6,1 -0,1 1,8 -0,4 10,5 0,0Midi-Pyrénées -4,8 -4,4 -6,8 -0,1 -2,2 -3,9 1,5 -0,1Nord - Pas-de-Calais -5,1 -3,8 -9,5 -0,2 -1,1 -0,5 -2,8 0,0Pays de la Loire 3,9 4,2 -1,6 0,1 -1,2 -1,5 1,6 0,0Picardie 3,1 8,8 -23,6 0,0 -0,5 1,5 -7,3 0,0Poitou-Charentes -2,1 -2,9 14,1 0,0 -2,9 -4,1 8,8 -0,1Provence - Alpes - Côte dAzur 0,4 1,8 -3,7 0,0 2,7 1,9 4,2 0,3Rhône-Alpes -3,0 -3,4 -1,5 -0,3 -0,6 -0,6 -0,8 -0,1Note de lecture : la contribution dune région à lévolution totale des nuitées est obtenue en multipliant son taux dévolution par son poids en nuitées. En décembre, le nombrede nuitées en Île-de-France a diminué de 0,1 % par rapport à 2009 et la région contribue à 0,1 point de baisse. A contrario, le nombre de nuitées a augmenté de 6,9 % enAquitaine et la région contribue à 0,2 point de croissance.Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux. Évolution du nombre de nuitées dans les régions Décembre 2010/décembre 2009 Janvier à décembre 2010/ janvier à décembre 2009Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux. 3. Répartition des clientèles françaises et étrangères par région en % des nuitées par région en décembre 2010France Île-de-France Rhône-Alpes PACA Alsace Aquitaine Pays de la Loire Autres 33,4 11,4 7,5 5,4 4,3 3,7 34,3Étranger Île-de-France Rhône-Alpes PACA Alsace Nord - Pas-de-Calais Midi-Pyrénées Autres 66,3 8,7 5,7 4,6 2,3 1,5 10,9Europe Île-de-France Rhône-Alpes PACA Alsace Nord - Pas-de-Calais Lorraine Autres 59,3 10,9 6,5 5,9 3,2 1,8 12,6dont Royaume-Uni Île-de-France Rhône-Alpes Nord - Pas-de-Calais PACA Champagne-Ardenne Bourgogne Autres 56,0 14,1 8,1 4,4 2,4 2,2 12,8 Italie Île-de-France PACA Rhône-Alpes Alsace Lorraine Bourgogne Autres 64,7 15,2 6,6 4,0 1,3 1,3 6,8 Espagne Île-de-France Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées Aquitaine PACA Rhône-Alpes Autres 69,8 6,0 4,7 4,5 4,0 3,8 7,2 Allemagne Île-de-France Alsace Rhône-Alpes PACA Lorraine Midi-Pyrénées Autres 57,6 10,9 7,8 6,7 2,8 2,1 12,2 Belgique Île-de-France Alsace Rhône-Alpes Nord - Pas-de-Calais Lorraine PACA Autres 44,7 17,3 8,9 5,0 4,8 4,3 14,8Amériques Île-de-France Rhône-Alpes PACA Midi-Pyrénées Alsace Lorraine Autres 83,0 4,2 4,0 1,6 1,4 1,0 4,8Asie et Océanie Île-de-France PACA Rhône-Alpes Centre Alsace Bourgogne Autres 83,9 3,5 3,1 1,6 1,4 1,2 5,3Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux. III
  4. 4. 4. Évolution et poids des nuitées par espace touristique en % évolution des nuitées Poids évolution des nuitées Poids (déc. 2010 / déc. 2009) des nuitées janvier à décembre 2010 / 2009 (12 mois) des nuitées (déc. 2010) Total Français étrangers Total Français étrangers 2010 (12 mois) Littoral -3,8 -2,9 -7,6 10,3 0,8 -0,4 4,2 17,4 Montagne -2,4 -1,9 -3,7 7,3 -2,1 -2,3 -1,5 6,4 Rural -2,7 -2,5 -3,9 8,5 -0,4 -1,3 2,4 11,2 Urbain -0,7 1,9 -5,6 73,9 3,5 4,0 2,8 65,1 Ensemble -1,3 0,6 -5,6 100,0 2,2 2,0 2,8 100,0Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux. 5. Évolution du taux d’occupation et des nuitées, par catégorie d’hôtels Taux d’occupation Nuitées Décembre évolution Janvier à évolution Répartition évolution Répartition évolution 2010 déc. 2010/ décembre janvier à déc. 2010 déc. 2010/ janvier à janvier à (en %) déc. 2009 2010 décembre (en %) déc. 2009 décembre décembre Catégories d’hôtels 2010/2009 (en points de %) (en %) (en %) 2010 2010/2009 (en points de %) (en %) (en %)0 et 1 étoile 51,7 0,0 60,4 0,7 19,5 -0,7 18,3 0,32 étoiles 47,6 -0,8 56,7 0,3 37,8 -4,4 39,5 -0,73 étoiles 49,5 -0,5 60,5 2,1 28,3 -1,4 29,4 3,74, 4 luxe et 5 étoiles 55,9 1,5 65,1 4,1 14,4 7,2 12,8 12,0Ensemble 49,9 -0,1 59,4 1,3 100,0 -1,3 100,0 2,2Avertissement : lancienne et la nouvelle nomenclature du classement hôtelier (respectivement "de 0 à 4 étoiles et 4 étoiles luxe" et "de 1 à 5 étoiles") continuentdexister en parallèle jusquà la fin de la mise en place du nouveau classement, prévue en juillet 2012. Aussi pendant la période transitoire, il convient dêtre prudentsur les commentaires portant sur des évolutions.Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux. Taux d’occupation des hôtels au mois Taux d’occupation des hôtels de décembre depuis 2007 de janvier à décembre (12 mois) depuis 2007Sources : Insee, DGCIS, partenaires régionaux. Source L’enquête de fréquentation hôtelière (EFH) est effectuée mensuellement auprès des établissements hôteliers de toutes catégories, de chaînes ou indépendants. Représentative de l’activité hôtelière des différentes régions, l’enquête est réalisée en partenariat entre l’Insee et la DCGIS, et bénéficie dans la plupart des régions d’une extension d’échantillon, financée par les acteurs locaux du tourisme. Directeur de la publication La loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet 2009 définit des nouvelles Luc Rousseau normes de classement pour les hébergements touristiques, en particulier pour les hôtels de tourisme et renouvelle Rédacteur en chef les catégories de classement, avec la création de la catégorie 5 étoiles et la suppression des catégories 0 étoile François Magnien et 4 étoiles luxe. Le déploiement en cours du nouveau classement hôtelier sera achevé en juillet 2012. Secrétaire de rédaction Nicole Merle-Lamoot Définitions Composition par PAO Nuitées : nombre total de nuits passées par les clients dans un hôtel ; ainsi, un couple séjournant trois nuits Nathalie Palous consécutives dans un hôtel correspondra à six nuitées, de même que six personnes ne séjournant qu’une seule nuit. Direction générale de la compétitivité, Taux d’occupation : rapport obtenu en divisant le nombre de chambres occupées par le nombre de chambres de lindustrie et des services « effectivement » disponibles (en excluant les fermetures saisonnières). IV

×