LE FONCTION D´UNE CENTRALE
NUCLEAIRE ET L´ÉNERGIE
JAIME SÁNCHEZ VILLAR
IL Y A DEUX TIPE DE ÉNERGIE
RADIOACTIF :L´URANIUM ET LE
PLUTONIUM

• Le reactor nucleaire.
• Le générateur
nucleaire.
• La...
EXEMPLES:
COFRENTES
VANDÉLLOS II
GAROÑA
ALMARAZ
ÁSCO II
TRILLO
JOSE CABRERA
CURIOSITÉS
•

En 1986, la catastrophe de Tchernobyl a conduit à plusieurs moratoires ; la baisse des prix du
pétrole duran...
TCHERNOBYL
Centrale nucléaire du Tricastin
(France).
Centrale nucléaire de Leibstadt
(Suisse).
FUKUSHIMA
PAR PRODUIRE BOMBES COME FAT
MAN.
CURIÓSITES
•
•
•

•

•

•

L'accident nucléaire de Fukushima .Fukushima Dai-ichi (prononciation) genshiryoku hatsudensho j...
Le fonctionnement d´une centrale nucleaire. jaime sánchez.6 c
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le fonctionnement d´une centrale nucleaire. jaime sánchez.6 c

699 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
699
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le fonctionnement d´une centrale nucleaire. jaime sánchez.6 c

  1. 1. LE FONCTION D´UNE CENTRALE NUCLEAIRE ET L´ÉNERGIE JAIME SÁNCHEZ VILLAR
  2. 2. IL Y A DEUX TIPE DE ÉNERGIE RADIOACTIF :L´URANIUM ET LE PLUTONIUM • Le reactor nucleaire. • Le générateur nucleaire. • La turbine. • Le condenseur.
  3. 3. EXEMPLES:
  4. 4. COFRENTES
  5. 5. VANDÉLLOS II
  6. 6. GAROÑA
  7. 7. ALMARAZ
  8. 8. ÁSCO II
  9. 9. TRILLO
  10. 10. JOSE CABRERA
  11. 11. CURIOSITÉS • En 1986, la catastrophe de Tchernobyl a conduit à plusieurs moratoires ; la baisse des prix du pétrole durant les années 1990 a renforcé cette tendance, conduisant à construire moins de nouveaux réacteurs dans le monde. Parallèlement, les centrales vieillissent : en 2006, la majorité des réacteurs avaient de 15 à 36 ans, sept ayant de 37 à 40 ans4. • Les coûts économiques croissants, dus aux durées de construction de plus en plus longues, et le faible coût des combustibles fossiles, ont rendu le nucléaire moins compétitif dans les années 1980 et 1990. Par ailleurs, dans certains pays, l'opinion publique, inquiète des risques d'accidents nucléaires et du problème des déchets radioactifs, a conduit à renoncer à l'énergie nucléaire. • Le nombre de réacteurs nucléaires en construction dans le monde a commencé à diminuer en 1986, date de la catastrophe de Tchernobyl. Il s'est ensuite stabilisé vers 1994, année à partir de laquelle le taux de mise en construction de nouveaux réacteurs a stagné entre 2 et 3 par an5. • • En 1993, la production d'électricité nucléaire a atteint un record de 17% de la production électrique mondiale, qu'elle n'a plus jamais dépassé depuis lors6.
  12. 12. TCHERNOBYL
  13. 13. Centrale nucléaire du Tricastin (France).
  14. 14. Centrale nucléaire de Leibstadt (Suisse).
  15. 15. FUKUSHIMA
  16. 16. PAR PRODUIRE BOMBES COME FAT MAN.
  17. 17. CURIÓSITES • • • • • • L'accident nucléaire de Fukushima .Fukushima Dai-ichi (prononciation) genshiryoku hatsudensho jiko?), également désigné comme la catastrophe de Fukushima1, a eu lieu le 11 mars 2011 au Japon mais les suites ne sont toujours pas stabilisées en août 2013, plus de 2 ans après l'accident2. Cet accident a impliqué les réacteurs 1, 2 et 3 et la piscine de désactivation du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi : Le séisme du 11 mars 2011 a entraîné un arrêt automatique des réacteurs en service, la perte accidentelle de l'alimentation électrique et le déclenchement des groupes électrogènes. L'observation d'émissions de xénon, avant même la première dépressurisation volontaire du 1er réacteur, indique des dommages structurels probables dans la partie nucléaire des installations immédiatement après le séisme3,4. À la suite du tsunami provoqué par le séisme, des groupes électrogènes de secours sont tombés en panne. Des débris ont pu obstruer des prises d'eau. Ces défaillances, couplées à plusieurs erreurs humaines aussi bien de fond que pratiques5, ont causé l'arrêt des systèmes de refroidissement de secours des réacteurs nucléaires ainsi que ceux des piscines de désactivation des combustibles irradiés. Le défaut de refroidissement des réacteurs a induit des fusions partielles des cœurs de trois réacteurs nucléaires puis d'importants rejets radioactifs. Il s'agit d'un accident nucléaire majeur classé au niveau 7 (le plus élevé) de l'échelle internationale des événements nucléaires, ce qui le place au même degré de gravité que la catastrophe de Tchernobyl (1986), compte tenu du volume important des rejets6. L'accident nucléaire de Fukushima est ce qu’on appelle au Japon un Genpatsu-shinsai (原発震災?), un accident combinant les effets d'un accident nucléaire et d'un tremblement de terre. Mise hors service depuis l'accident, la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est annoncée devoir être démantelée sur une durée évaluée à quarante ans7. À la suite du tremblement de terre et du tsunami, la centrale nucléaire de Fukushima Daini (incident de niveau 3) et la centrale nucléaire d'Onagawa ont également été endommagées. D'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les conséquences sanitaires anticipées des doses d'irradiations reçues par les populations au Japon et en dehors sont minimes , et se concentrent sur la population la plus directement exposée, qui devra faire l'objet d'un suivi sanitaire à long terme.

×