La musique de Bali à Java
! L’Indonésie
! Java
" Présentation
" Histoire
! Bali
" Présentation
" Histoire
! Influence isla...
Présentation et géographie de
l’Indonésie
! 250 millions d’habitants en Indonésie
sont concentrés sur 7% du territoire.
! ...
Présentation et géographie de
l’Indonésie
SommaireBALIJAVA
Présentation de Java
! Superficie :
" 132.000 km²
! Population :
" 112 millions d'habitants
! La capitale :
" Jakarta (10....
Histoire de Java
! Indianisation et premiers Royaumes indo-bouddhiques (Vème –
Xème siècle)
" L’influence de l’Inde ne ces...
Histoire de Java (suite)
! L’ Islamisation et les Sultanats côtiers
" À partir du XIVème siècle et surtout du XVème, deux ...
Histoire de Java (suite)
! Présence occidentale – la colonisation
hollandaise
" Les Portugais ont tout d’abord commencé à ...
Présentation de Bali
! Superficie :
" 5 561 km²
! Population :
" 3 millions d’habitants
! La capitale :
" Denpasar
! Volca...
Histoire de Bali
! 1000 av. J.-C. - La civilisation de Dong Son, apparue au Viêt-nam et
dans le sud de la Chine, se répand...
Histoire de Bali (suite)
! 1596 - Arrivée des Hollandais. Le gouvernement, conscient des richesses
potentielles du commerc...
Influence islamique ?
! Non, du tout. Java (ou plutôt l’Indonésie) est le premier pays
musulman du monde pour le nombre de...
Influence islamique ?
! Il y a deux pôles musicaux sur la planète comme il y a deux pôles
géographiques : ce sont les deux...
Le gamelan
! du verbe javanais gamel = frapper.
! le gamelan désigne, à Java et à Bali, un
« orchestre » (ou plutôt un ens...
Généralités
! Il existe différents types de gamelans dont le nom, comme le
nombre et la nature des instruments qui les com...
Particularités
! Dans bien des cas on mélange en fait Java
et Bali. Pourtant, les musiques de ces deux
îles sont complètem...
Particularités (suite)
" JAVA : L’orchestre s’appelle un GAMELAN.
! Musique douce, sensuelle, éthérée, lente.
" SUNDA (= J...
Particularités (suite)
! L’orchestre javanais et l’orchestre balinais n’ont en
commun que le fait d’être constitués de
mét...
Particularités (suite)
! Pas de chant à Bali.
! Le gamelan est le point commun à Java, Bali et Sunda.
! Les marionnettes p...
La colotomie
! Les gongs ponctuent régulièrement la mélodie. Les gongs
sont des instruments dits « colotomiques » c’est-à-...
La colotomie (suite)
! La colotomie est assurée, par les instruments à percussion
isolés :
" Le gong le plus grave est le ...
Le motif des crapauds
! Motif des crapauds, motif pan-indonésien ou motif standard
! Il y a beaucoup de grenouilles (kodok...
Echelles
! 2 échelles mélodiques principales :
" Slendro
! échelle de 5 degrés, aux intervalles équidistants
! un approcha...
Notes de Catherine BASSET sur les
échelles
! à Bali en tout cas, on ne parle pas en vérité de pélog et slèndro, et s’en fi...
Slendro
! Le nom de cette échelle, selon A. Daniélou, pourrait être dérivé Shilendra
(« seigneur des vertus »), l’une des ...
Pelog
! Ce type d’échelle, auquel on attribue un caractère féminin et
doux, est très mystérieuse, tant par sa structure qu...
Pelog (suite)
! L’échelle pelog s’apparente ainsi à une doristi grecque (« mode de
mi ») c’est-à-dire un mode phrygien. Ma...
Echelles (conclusion)
! Il n’existe, en Asie du Sud-Est, aucun
système musical explicité, aucune théorie
des échelles et d...
Modes : les « patet »
! Le concept du patet à Java présente selon M. Hood
les caractères fondamentaux d’un « mode » :
" l’...
Sonorité
! Etagement de la polyphonie.
! Pas de hauteur fixe car son brouillé obtenu par
désaccordage des instruments au 6...
Influence sur les occidentaux
! C’est au cours du 19ème siècle que furent introduits en Europe, puis aux
États-Unis, les p...
Ecoute comparée
! Reich : Clapping Music
" structures répétitives, masses qui peuvent s’empiler,
percussions, pas d’échell...
Ecoute comparée
! Bali plage 4 / Senti Likuta
" instruments/voix, tempo linéaire / interruptions,
percussions vocales / ba...
Liens internet
! Présentation de l’Indonésie :
" http://www.alovelyworld.com/webindo/indosie.html
! Le gamelan :
" http://...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Musique de bali à java

498 vues

Publié le

Musique de bali à java

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
498
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Musique de bali à java

  1. 1. La musique de Bali à Java ! L’Indonésie ! Java " Présentation " Histoire ! Bali " Présentation " Histoire ! Influence islamique ? ! Etude du gamelan " Généralité " Particularité " Colotomie " Motif des crapauds " Echelles ! Slendro ! Pelog " Sonorité " Influence sur les occidentaux ! Ecoute comparée ! Liens internet
  2. 2. Présentation et géographie de l’Indonésie ! 250 millions d’habitants en Indonésie sont concentrés sur 7% du territoire. ! 10.000 îles ! 1er pays musulman du monde ! ressources naturelles importantes : riz, pétrole ! Caractéristiques sociologiques : " 2 types de société : ! Agricole ! Commerçante ! La cellule de base = le village, dont le chef est élu ! Absence de fossé entre Art savant et Art populaire Sommaire Emblème de l’Indonésie Drapeau
  3. 3. Présentation et géographie de l’Indonésie SommaireBALIJAVA
  4. 4. Présentation de Java ! Superficie : " 132.000 km² ! Population : " 112 millions d'habitants ! La capitale : " Jakarta (10.000.000 d’hab.) ! longueur : 1000 km ! largeur : 180 km ! Yogyakarta est la capitale culturelle… ! Fortement islamisée " même si au niveau architectural il reste de nombreux témoignages hindo-bouddhiques Sommaire
  5. 5. Histoire de Java ! Indianisation et premiers Royaumes indo-bouddhiques (Vème – Xème siècle) " L’influence de l’Inde ne cessera de se faire sentir jusqu’au XIVème siècle, tant dans la religion (hindouisme ou bouddhisme), dans l’iconographie des temples que dans la littérature, souvent inspirée des épopées indiennes, de même que dans la langue (sanscrit). " MajaPahit et la suprématie de Java-Est (Xème – XVème siècle) " Les centres de Pouvoir se déplacent à cette époque vers Java-Est ; fondé à la fin du XIIIème siècle, le Royaume de Majapahit fait la conquête de Bali en 1343 et étend son pouvoir au delà des frontières actuelles de l’Indonésie. Il est considéré comme le grand royaume civilisateur et unificateur de l’Indonésie même si peu de traces subsistent de son rôle et de sa vie culturelle. Les rares témoignages confirment tout de même la pratique des carillons de gongs (cf. bas-reliefs du temple de Candi Panataran [XIVème siècle] et sa rangée de huit petits gongs horizontaux à mamelon frappés par quatre hommes). " Cet empire tombe en décadence fin XVème siècle puis s’effondre en 1527, probablement sous les coups du Sultanat de Demak. Sommaire
  6. 6. Histoire de Java (suite) ! L’ Islamisation et les Sultanats côtiers " À partir du XIVème siècle et surtout du XVème, deux phénomènes ont une influence déterminante sur l’évolution de l’archipel : l’introduction de l’islam et l’arrivée des Chinois. À Java, la période est marquée par l’apparition sur la côte de petites communautés musulmanes, dont les progrès entraînent peu à peu le déclin puis la chute de Majapahit. Le XVIème siècle est le temps de la grande expansion de l’islam à Java. " Les sultanats côtiers vont ainsi prendre le pouvoir à l’intérieur des terres de l’île de Java pendant deux siècles (XVème – XVIème) au cours desquels l’islamisation se généralise. Le royaume de Pajajaran, dernier résistant hindouiste à Sunda, tombe en 1579. " Les principaux propagateurs de la foi islamique à Java sont pour l’essentiel des marchands chinois. " Un second royaume de Mataram va renaître au début du XVIIème siècle ; pourtant islamisé, de nombreux traits culturels de l’indo-bouddhisme retrouvent une place et le patrimoine royal intègre des gamelan chargés d’une valeur magique. " Dans un premier temps, les religieux musulmans se sont montré hostiles à la musique instrumentale ; devant l’attachement des javanais à leur art, certains ont au contraire choisi d’en faire la propagande : ainsi sont nés les gamelan sekaten qui scellent l’alliance de la royauté javanaise et de l’islam. Un rituel javano- musulman (Sekaten), reliant le palais à la mosquée pour l’anniversaire de la mort du Prophète, est ainsi institué. Sommaire
  7. 7. Histoire de Java (suite) ! Présence occidentale – la colonisation hollandaise " Les Portugais ont tout d’abord commencé à commercer dans l’archipel à partir de 1509 et vont longtemps dominer la partie Est ; la Hollande fonde ensuite Batavia (forteresse construite par les Néerlandais à l’ouest de l’île) en 1619. Dans la seconde moitié du XVIIème siècle, le grand commerce musulman décline peu à peu. Le contrôle du réseau passe pour une bonne part à la Compagnie hollandaise des Indes occidentales. La Hollande conquiert les îles de l’Est puis Java au XVIIIème siècle. " La formation des « Indes néerlandaises » date du XIXème - début du XXème siècle. " La politique des hollandais va indirectement influencer les arts : en résistance, les javanais expriment leur pouvoir dans des manifestations artistiques, dans des rituels magiques. ! La fondation de la République Indonésienne Sommaire
  8. 8. Présentation de Bali ! Superficie : " 5 561 km² ! Population : " 3 millions d’habitants ! La capitale : " Denpasar ! Volcan le plus élevé : " Gunung Agung 3 142 m ! Ressources principales : " Riz, manioc, maïs, fruits tropicaux, exploitation de la forêt, pêche. Sommaire ! Bali possède la particularité d'être peuplée à 95% d'hindouistes
  9. 9. Histoire de Bali ! 1000 av. J.-C. - La civilisation de Dong Son, apparue au Viêt-nam et dans le sud de la Chine, se répand en Indonésie, lui léguant différents rituels, techniques et cultes. ! VIIème siècle - Le royaume Srivijaya, dont la puissance repose sur le contrôle d'un important commerce international mené par les Tamouls et les Chinois, apparaît à Sumatra. ! VIIIème/Xème siècles - La dynastie bouddhiste de Sailendra et la dynastie hindoue de Mataram prospèrent sur les plaines du centre de Java. De cette époque datent le gigantesque monument bouddhique de Borobudur et les temples hindous de Prambanan. ! 1200 - Avènement du royaume de Majapahit. Hindouisme et bouddhisme fusionnent. La civilisation javanaise commence à s'imposer. Le règne de Hayam Wuruk, au XIVème siècle, est souvent considéré comme l'âge d'or de l'Indonésie. ! XVème/XVIème siècles - Les souverains indonésiens se tournent vers l'islam (introduit au nord de Sumatra dès le XIIIème siècle), qui devient religion d'État. ! 1512 - Les Portugais débarquent aux Moluques. Ils exercent rapidement une mainmise sur les comptoirs qui s'étendaient des Sommaire
  10. 10. Histoire de Bali (suite) ! 1596 - Arrivée des Hollandais. Le gouvernement, conscient des richesses potentielles du commerce des épices, fonde la Compagnie hollandaise des Indes orientales. ! 1641 - Les Hollandais, menés par l'impitoyable Jan P. Coen, prennent Malacca. Après avoir acquis le monopole sur le commerce des épices, ils se rendent maîtres des mers de la région. " La colonisation de Bali a commencé tardivement , au XIXème siècle ; les autochtones opposèrent une résistance héroïque et les hollandais optèrent pour une colonisation douce et la protection de la culture balinaise, contribuant ainsi à faire de l’île un « musée de traditions ». " Appauvris par la colonisation, les palais furent contraints de céder aux collectivités villageoises l’entretien des gamelan et des troupes artistiques. Ainsi se confirme à Bali un phénomène rare de « culture savante populaire », les balinais faisant preuve d’une forte volonté de conservation de leurs pratiques traditionnelles. ! 1799 - Liquidation de la Compagnie. L'empire commercial se mue progressivement en empire colonial, les Indes néerlandaises. ! 1824 - Suite à leur prise, en 1811, de plusieurs comptoirs de la Compagnie (dont Java), les Britanniques échangent leurs conquêtes indonésiennes contre des possessions hollandaises en Inde et sur la péninsule malaise. ! XIXème siècle - L'archipel est déchiré par plusieurs révoltes ; l'islam devient le symbole de l'opposition aux Hollandais. Les Pays-Bas, qui ont perdu la Sommaire
  11. 11. Influence islamique ? ! Non, du tout. Java (ou plutôt l’Indonésie) est le premier pays musulman du monde pour le nombre de fidèles, mais cela n’a strictement aucune incidence sur la musique javanaise. Lors de l’islamisation, les Javanais ont enterré leurs instruments, mais les ont ressortis aussitôt la peur passée pour recommencer comme avant. Même les rares chrétiens plus tardifs font parfois la messe avec le gamelan (!!!). ! Bali est depuis toujours le bastion où se sont réfugié les bouddhistes javanais (auprès des animistes balinais autochtones). La musique balinaise ne doit quasiment rien à la musique javanaise. Ces deux musiques sont extraordinairement vivantes, et uniques envers et contre tous. Est-ce que le fait que Java soit quasi-complètement islamisée, alors que Bali "résiste" encore à cette islamisation, a une incidence sur la préservation et la perpétuation de ces musiques ? # Lire Sang et Volupté à Bali, de Vicki Baum (éd. Livre de Poche). Sommaire Éléments de réponse donnés par Alain Swietlik.
  12. 12. Influence islamique ? ! Il y a deux pôles musicaux sur la planète comme il y a deux pôles géographiques : ce sont les deux petites îles de Bali et de Trinidad. Nulle part ailleurs sur la planète il n’y a une telle concentration et une telle proportion de musiciens et de musiques. Nulle part au monde il n’y a de tels volcans de musique, en activité partout et pour tous et à toute heure et à toutes occasions. A tel point qu’à Bali que les mots "musique" et "artiste" n’existent pas, tellement ces choses sont naturelles, évidentes et omniprésentes, et partagées par tous. ! L’influence de l’Islam sur la musique javanaise nulle, à ce détail près : " On utilise dans la musique classique javanaise une vièle à archet à deux cordes nommée REBAB comme dans tous les pays arabes (et un bon nombre de pays musulmans). Elle est utilisée à Java pour un prélude (improvisé) aux compositions javanaises. Rappel : cette vièle à deux cordes REBAB a été apportée aussi chez nous, et a été nommée en français REBEC, ancêtre de notre VIOLON. NB : les Arabes d’Afrique du Nord nous ont aujourd’hui repris le VIOLON dans la musique arabo-andalouse (ce qu’on appelle les "noubas", c’est-à-dire le répertoire classique arabo-andalou). Sommaire
  13. 13. Le gamelan ! du verbe javanais gamel = frapper. ! le gamelan désigne, à Java et à Bali, un « orchestre » (ou plutôt un ensemble instrumental) où prédominent les instruments de percussion en bronze et comprenant essentiellement des gongs, des métallophones, des tambours et éventuellement des flûtes, voire des cordophones (= instruments à cordes). Sommaire
  14. 14. Généralités ! Il existe différents types de gamelans dont le nom, comme le nombre et la nature des instruments qui les composent, varient en fonction du genre de musique jouée, elle-même liée aux circonstances de leur emploi : théâtres d’ombres ou de marionnettes, danses masquées, processions, cérémonies religieuses, fêtes solennelles. ! La musique se joue en phrases de coupe binaire dans lesquelles chaque instrument tient sa partie. Les instruments de registre aigu effectuant des phrases courtes et rapides constituent des éléments paraphrasants. Ceux de registre grave produisant des phrases longues sont chargés de la ponctuation. C’est le tambour qui dirige l’ensemble et donne des rythmes fluctuant suivant le déroulement de la pièce musicale. Sommaire
  15. 15. Particularités ! Dans bien des cas on mélange en fait Java et Bali. Pourtant, les musiques de ces deux îles sont complètement opposées. ! La confusion entre musique de Java et musique de Bali vient du fait qu’en France (et ailleurs en Europe ?), on emploie le mot GAMELAN indifféremment pour l’orchestre javanais et l’orchestre balinais. C’est une erreur répétée à satiété en France. Sommaire
  16. 16. Particularités (suite) " JAVA : L’orchestre s’appelle un GAMELAN. ! Musique douce, sensuelle, éthérée, lente. " SUNDA (= Java-Ouest) : ! musique ressemblant à la précédente (Java-Centre), mais qui est d’un style particulier à la région. ! De plus, Sunda pratique le théâtre de marionnettes (Wayang Golek) et la musique de chambre Tembang (poésie chantée d’un charme qu’on ne trouve nulle part ailleurs), qui n’existent pas à Java-Centre. " BALI : L’orchestre s’appelle un GONG. ! Musique violente, brillante, agitée, nerveuse, rapide. Sommaire
  17. 17. Particularités (suite) ! L’orchestre javanais et l’orchestre balinais n’ont en commun que le fait d’être constitués de métallophones (+ flûte, + tambour conducteur) et d’être non pas un « orchestre » au sens occidental du terme, mais un « instrument » constitué d’unités jouées par des individus interchangeables, capables de jouer n’importe quelle micro-unité de l’ensemble. Comme les Pygmées, capables de chanter n’importe quelle partie vocale de leur polyphonie. ! Catherine Basset a trouvé la formule juste qui résume parfaitement : « Ce n’est pas un orchestre, c’est un piano à cinquante mains ». Sommaire
  18. 18. Particularités (suite) ! Pas de chant à Bali. ! Le gamelan est le point commun à Java, Bali et Sunda. ! Les marionnettes plates sont de tradition indienne. ! Un gamelan est un orchestre de gongs et d’instruments métalliques (et des instruments d’élaboration à Java). C’est un instrument collectif lié à un lieu (cour, institution, conservatoire) sur lequel les musiciens se rendent. ! Chaque instrument a son accord et ne peut pas se mélanger. ! Il y a une dimension individuelle dans les instruments d’élaboration. ! Le gong est une ponctuation (ageng, kempul…) et n’est pas étouffé. ! Balungan : corps de la mélodie. ! Motif des crapauds : piang tuk ! C’est le kendang qui fait changer le tempo (appels) ! Un gamelan complet comprend le double d’instruments pour avoir les deux échelles (slendro et pélog pentatoniques de 7 notes mais seules 5 sont jouées. ! Des princes javanais en venant en Belgique ont décidé d’utiliser la notation chiffrée de Jean-Jacques Rousseau. ! La musique de gamelan est horizontale. Sommaire
  19. 19. La colotomie ! Les gongs ponctuent régulièrement la mélodie. Les gongs sont des instruments dits « colotomiques » c’est-à-dire qu’ils marquent la ponctuation. ! Le terme est issu de l’anglais colotomy et désigne la ponctuation, la métrique du temps musical. ! Il met en évidence la notion de cycle, de répétition obligatoire, omniprésente dans la musique de gamelan. ! Il s’agit en fait d’un marquage régulier du temps, chacun des points étant coloré par un instrument particulier. ! La colotomie sert de cadre à l’ensemble de la structure, comme une carrure harmonique. Sommaire
  20. 20. La colotomie (suite) ! La colotomie est assurée, par les instruments à percussion isolés : " Le gong le plus grave est le point du temps qui a le plus de force et d’épaisseur, de part sa résonance riche et longue mais aussi parce qu’il marque la réunion de tous les instruments. Sa fonction est désignée par le terme ulu qui signifie chef, tête, source ; le registre grave gouverne (fonction symbolique). Ainsi à la fin de chaque partie de la pièce, on frappe le plus grand gong suspendu verticalement, appelé gong ageng ; ce coup équivaut à un point, et même à un point à la ligne. " Chaque partie ou chaque longue phrase est subdivisée en courtes phrases à la fin desquelles on fait sonner le kenong ; un coup de kenong équivaut à un point-virgule. " Chaque phrase est divisée en périodes marquées par un coup de ketuk ; chaque coup de ketuk équivaut à une virgule. Sommaire
  21. 21. Le motif des crapauds ! Motif des crapauds, motif pan-indonésien ou motif standard ! Il y a beaucoup de grenouilles (kodok) à Java et à Bali. Elles sont omniprésentes le soir. L’Indonésie exporte beaucoup de cuisses de grenouilles (pas chères en supermarché chez nous !), et sur place tu peux te gaver de cuisses pour deux fois rien. ! C’est un son tellement présent (dans les rizières !) que Javanais et Balinais le mentionnent dans leurs musiques. ! L’un des gamelans du palais (kraton) de Yogyakarta, gamelan historique, s’appelle Kyahi Kodok Ngorek (= Le Vénérable "Grenouille qui coasse"). ! Les Balinais font une musique (le Ngo) qui imite franchement le coassement. Chaque musicien joue une anche libre taillée dans une plaquette de bambou. Sommaire
  22. 22. Echelles ! 2 échelles mélodiques principales : " Slendro ! échelle de 5 degrés, aux intervalles équidistants ! un approchant de do-ré-mi-sol-la " Pelog ! échelle de 7 degrés, aux intervalles inégaux ! mi-fa-sol-si-do, plus ou moins altéré $ gamme phrygienne non- tempérée dont les 4ème et 7ème degrés sont beaucoup plus rarement joués. Sommaire
  23. 23. Notes de Catherine BASSET sur les échelles ! à Bali en tout cas, on ne parle pas en vérité de pélog et slèndro, et s’en fiche pas mal des échelles. ! à Java, ça commence à être standardisé, mais c’est à mon sens une trahison de l’esprit de la chose, qui réside dans une diversité identitaire : un communautarisme. ! Les accords sont terriblement divers, c’est une manière de marquer l’identité d’un gamelan : on choisit son accord, ou bien demande au fondeur d’imiter celui de tel gamelan de tel village. Pour les carillons (jeux de gongs accordés joués en complémentarité) qu’on trouve dans tous l’archipel, c’est même l’identité des villages qui est marquée par les accords (pas de termes d’échelle, je crois) : des villages voisins de l’Indonésie de l’Est, par exemple, ont exactement le même instrumentarium, mais ils diffèrent justement par l’accord, ou l’échelle, propre à chaque village. ! En gros, le pélog c’est une échelle de 7 notes à intervalles inégaux (mais pas diatonique tempéré), sur laquelle on peut construire des modes pentatoniques. Mais à Bali par exemple, la forme à 7 notes est très rare, les ensembles ont le plus souvent seulement 5 notes (en hauteurs relatives, type mi-fa-sol-si-do, plus ou moins altéré). ! Et le slèndro, une échelle à 5 notes (avec versions à 4 notes) presque équidistantes (mais je peux entendre un approchant de do-ré-mi-sol-la). A Java, on fait aussi des modes sur le slendro, mais ils se différencient moins bien que sur le pélog. ! Mais donner des notes précises, ce serait ne donner qu’une des dizaines ou centaines de versions possibles. Hérétique, à mon sens. Non, il vaut mieux passer le message de ce qui est différent de chez nous : la diversité (identitaire) comme je le disais. Le fait que ça se fige et standardise est une influence occidentale. Sommaire
  24. 24. Slendro ! Le nom de cette échelle, selon A. Daniélou, pourrait être dérivé Shilendra (« seigneur des vertus »), l’une des épithètes de Shiva (dieu de la destruction). ! C’est une échelle pentaphonique. ! A la différence des échelles du groupe thaï-khmer, qui soulignent 5 degrés dans une échelle de 7 intervalles égaux, l’échelle slendro divise l’octave, approximativement, en 5 intervalles égaux, supérieurs de 1/5 de ton à notre système tempéré. ! L’échelle type (dont il existe des variantes) peut donc être définie de la façon suivante (le 1/10 de ton, choisi comme terme de comparaison, est légèrement inférieur au comma) : ! Cette gamme, dont le caractère est réputé masculin et grave, sonne admirablement à nos oreilles, si l’on en juge par le succès rencontré en Occident par les musiques de Java et Bali… succès en contradiction avec l’idée largement répandue que les intervalles musicaux étrangers à la culture d’une race ou d’un peuple ne peuvent lui être perceptibles comme « justes » ! Sommaire
  25. 25. Pelog ! Ce type d’échelle, auquel on attribue un caractère féminin et doux, est très mystérieuse, tant par sa structure que par son origine indiscernable. ! C’est une échelle de 7 degrés, aux intervalles inégaux et probablement assez variables, car ses notations différent sensiblement selon les observateurs. ! En voici une détermination moyenne : Soit en partant de mi : Sommaire
  26. 26. Pelog (suite) ! L’échelle pelog s’apparente ainsi à une doristi grecque (« mode de mi ») c’est-à-dire un mode phrygien. Mais il paraît en exister des formes différentes, pouvant avoir chacune plusieurs aspects selon le choix du son fondamental de la gamme. Ainsi, la principale gamme malaise est une gamme pelog défective, qui néglige les 4ème et 7ème degrés de l’échelle type et prend le 5ème degré pour fondamentale : ! Cela ressemble à une mixolydisti grecque (« mode de si ») défective c'est-à-dire un mode locrien (moderne) défectif, avec une tierce majeure au sommet de chaque tétracorde. On trouve aussi, dans la musique balinaise, des gammes pentaphoniques de ce type, issues de l’échelle pelog. Sommaire
  27. 27. Echelles (conclusion) ! Il n’existe, en Asie du Sud-Est, aucun système musical explicité, aucune théorie des échelles et des modes. ! La notion même de mode n’est représentée que par les patet de Java, qui définissent plusieurs « manières d’être » des échelles slendro et pélog. ! Le patet javanais s’apparente ainsi au raga indien ou au diêu vietnamien ou au tiao chinois… Sommaire
  28. 28. Modes : les « patet » ! Le concept du patet à Java présente selon M. Hood les caractères fondamentaux d’un « mode » : " l’existence d’une échelle caractéristique (l’une des six échelles de base : trois échelles slendro et trois échelles pelog) " la hiérarchie des degrés (pour chaque patet, le degré le plus important est le dasar, puis viennent dans l’ordre le premier gong et le second gong) " l’existence d’une formule mélodique (à part la mélodie fixe de chaque patet, il y a des formules de cadences) " le sentiment modal (chacun des trois patet de chaque type d’échelle est associé avec l’une des trois périodes des représentations de théâtre d’ombres, qui correspondent à certaines heures du jour et de la nuit).
  29. 29. Sonorité ! Etagement de la polyphonie. ! Pas de hauteur fixe car son brouillé obtenu par désaccordage des instruments au 6ème de ton. ! Presque tous les instruments existent en paire et chaque paire présente un certain désaccord intentionnel, destiné à produire le tanguran, c’est-à- dire les battements qui résultent des interférences d’ondes très voisines. " Les battements minutieusement ajustés dans toutes les paires d’instruments, donnent aux gamelan cet admirable brillant. Sommaire
  30. 30. Influence sur les occidentaux ! C’est au cours du 19ème siècle que furent introduits en Europe, puis aux États-Unis, les premiers gamelans. Certains d’entre eux figurent dans les collections de musées et d’institutions spécialisées. Musiciens et compositeurs eurent alors l’occasion de découvrir une musique inconnue dont Debussy a pu dire : " « … qu’elle observe un contrepoint auprès duquel celui de Palestrina n’est qu’un jeu d’enfant. Et, si l’on écoute, sans parti pris européen, le charme de leur “percussion”, on est bien obligé de constater que la nôtre n’est qu’un bruit barbare de cirque forain. » ! La découverte de la musique de gamelan par l’Occident est généralement décrite comme une série de rencontres avec des compositeurs occidentaux dont l'œuvre s'en trouva influencée. Ces compositeurs vont de Debussy à John Cage, Lou Harrison et Steve Reich en passant par Colin Mc Phee, Benjamin Britten et Olivier Messiaen. Avant la vogue de la « world music », la musique de gamelan intéressait surtout les chercheurs. Depuis au moins les années 1960, on l'étudie et on la joue dans les départements de musicologie des universités occidentales. Plus récemment, elle a commencé à attirer un public plus large. Sommaire
  31. 31. Ecoute comparée ! Reich : Clapping Music " structures répétitives, masses qui peuvent s’empiler, percussions, pas d’échelle. ! Bach : un choral harmonisé " musique verticale, horizontale, musique de circonstance (culte), participation populaire, aspect formel (coupures) ! Phil Glass ! Cage : Sonates pour piano ! Debussy : Des pas sur la neige, Voiles ! Britten : La princesse des pagodes " orchestre qui joue comme un gamelan Sommaire
  32. 32. Ecoute comparée ! Bali plage 4 / Senti Likuta " instruments/voix, tempo linéaire / interruptions, percussions vocales / balafon ! Bali / Bach : " rituel, mélodie / rythme, texte / pas de texte, point d’orgue, petites séquences, participation de la foule, voix / instruments ! Bali plage 6 / Reich Six marimbas " Bois / métallophones, claviers, subdivision par 4, binaire, répétitif, rupture du temps dans Bali / évolution progressive chez Reich ! Bali plage 7 / Sonnerie de Ste Geneviève Du Mont de Marin Marais : basse Sommaire
  33. 33. Liens internet ! Présentation de l’Indonésie : " http://www.alovelyworld.com/webindo/indosie.html ! Le gamelan : " http://www.ac-orleans-tours.fr/musique/bac2002.htm " http://webware.cite-musique.fr/www/gamelan " http://www.cba.hawaii.edu/remus/gamelan/home.htm Sommaire

×