Nevada

235 vues

Publié le

De Las Vegas à San Francisco

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
235
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Nevada

  1. 1. H O R I Z O N S L O I N TA I N S VERY GOOD TRIP DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO The Strip, Las Vegas. Vous aussi, envoyez-nous vos photos de voyage en 300 dpi, à redaction.globetrotter@gmail.com Downtown, Las Vegas. © philippe legrain REGARDS PERSONNELS P. 60, L’IMPORTANT C’EST LA ZONE. P. 65, TOQUES EN STOCK À LAS VEGAS. P. 69, JOURS TRANQUILLES À DOWNTOWN. P. 72, LA VÉRITÉ EST AILLEURS. P. 78, EAUX FORTES. P. 80, AVEC OU SAN FRANCISCO ? Death Valley, Névada.
  2. 2. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO L’IMPORTANT C’EST LA ZONE Dans le désert du Nevada, le 51 ne se boit pas frappé, même si quelques tapés assoiffés d’histoires givrées considèrent ce chiffre comme sacré. Les aliens pullulent, effectivement, mais sur les T-shirts et les mugs. 60 # 2 automne 2012 www.novapresse.com © philippe legrain © philippe legrain Atterrissage. Las Vegas scintille vue du ciel, clignote vue du sol. La ville ressemble, surtout de nuit, à un sapin de Noël posé au milieu de nulle part. Mais, aujourd’hui, ce n’est pas l’appel du vice qui commande, plutôt l’attrait du vide. Terrain d’action : la route 95 qui remonte vers le nord de l’État. Une route toute droite, pleine de promesses, dont la monotonie touche presque au sublime. Deux voies seulement pour pénétrer un monde étrange aussi désert que légendaire. La nuit, les lignes sont si droites que la notion de temps, sur la Highway 95, perd les pédales. Surtout au volant d’une automatique. On ne sait plus si on se rapproche de quelque chose, si on s’éloigne de tout. Le bruit du moteur rappelle que le véhicule se meut en marche avant. Bonne nouvelle donc. Car la route 95 longe Nellis Air Force Range (ou NAFR) dans laquelle se trouve la mythique Area 51, zone de prédilection des phénomènes étranges. On y découvre, dans le désordre, des bases de l’armée US, des lieux > Le Diwan-i-Am au Fort rouge. www.novapresse.com # 2 automne 2012 61
  3. 3. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS © Philippe Legrain DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO Rachel, le Little A’le’Inn. > de culte bizarroïdes version temples dédiés aux aliens. À Rachel charmant petit hameau perdu dans la vallée Tikaboo, à trois heures de route au nord de Las Vegas, accessoirement au cœur de la zone 51, Le Little A’le’Inn vaut le détour. Un vrai temple pour ufologues de passage. Un théâtre pour adultes et un hôtel étrange D’autres ont choisi de s’installer en attendant un Godot à grosse tête et yeux maous. Au loin, dans ce désert que d’aucuns qualifient de plus sec, de plus chaud et de plus bas des États-Unis, des petits groupes de camping-cars forment des hameaux qui hésitent entre le provisoire et la léthargie. Certains ressemblent à des décharges sauvages, d’autres aux cercles que formaient les chariots des pionniers pour faire tourner les Indiens en bourrique. 62 # 2 automne 2012 Du côté de Dreamland, Watertown, The Ranch, Paradise Ranch, The Farm, The Box, Groom Lake, Zone 51 A, Neverland, The Directorate for Development Plans Area (ouf  !), le temps s’étire comme une ligne droite avec interdiction de doubler. Personne ne sait ce qui se passe dans cette fameuse base militaire secrète bien calée dans son rectangle d’environ 155  km² de superficie  ; les conspirationnistes s’en donnent à cœur joie et Les Looney Tunes passent à l’action… On ne compte plus, évidemment, les films qui prétendent se passer dans la zone 51 ou à proximité. D’ailleurs, du côté d’Armagosa Valley, au croisement des routes 95 et 373, on se fait pas mal de films, sans doute. Pas sûr. Derrière la panoplie du petit chasseur d’aliens, un resto type routier viril et un cabaret pour adultes « only ». Plus loin – prendre la 373, puis la 127 –, Death Valley Junction et son un hôtel étrange. Hanté dit-on. Au milieu de nulle part, fantasmagorique, un théâtre, version «  opéra house  », créé, en 1967, par Marta Becker, actrice, danseuse, chorégraphe et artiste peintre new-yorkaise. La dame, âgée de 88 ans a donné son dernier show, le 12 février 2012. Dommage. Il reste l’hôtel et ses spectres. Et on vient de loin pour jouer avec les esprits taquins ou chagrins. n PHILIPPE LEGRAIN www.novapresse.com © philippe legrain Navajo Joes, gas station. www.novapresse.com # 2 automne 2012 63
  4. 4. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO TOQUES EN STOCK À LAS VEGAS Le bon goût façon Fleur, au Mandalay Bay. Le restaurant de Joël Robuchon, au MGM. Au milieu du désert et dans l’antre de la mal-bouffe, l’art de vivre tente de se faire une place au soleil. Avec style, en plus. Eh oui, la capitale du jeu, de la luxure et du vice – voir Vegas et vomir – se rachète une conduite, lentement mais sûrement. Une métamorphose à peine perceptible que l’on doit, entre autres, à quelques Français pugnaces, tenaces et follement pros. Car, à Las Vegas, le Français ne peut être qu’un artiste, chef de surcroît, et son art, la cuisine. Un art véritable, qui ne prétend pas à la perfection, mais tend vers le grandiose. À des prix raisonnables. À l’ombre de la tour Eiffel, entre Venise et Louxor, la cité toc et loufoque, fée du vice, abrite pourtant quelques pépites. Papilles fait même de la résistance entre les machines à sous et les boîtes de nuit. Las Vegas mise sur l’art de vivre. Pari gagné ? 64 # 2 automne 2012 www.novapresse.com © philippe legrain Le burger qui valait trois milliards Bon, le Fleur (by Hubert Keller), installé sous le monumental hôtel Mandalay Bay, propose, quand même, le Burger « le plus cher du monde » – dans les cinq mille dollars hors taxes (quatre mille euros) avec sa bouteille de château petrus. Au menu : pain brioché aux truffes, bœuf de Kobe surmonté d’un foie gras poêlé, le tout arrosé d’une sauce aux truffes avec, comme accompagnement, des truffes noires et des frites forcément succulentes. Un petite note bling-bling pour rappeler que le Fleur reste à Las Vegas… Car, pour le reste, la cuisine du chef, Laurent Pillard, artiste au long cours, reste abor- dable. Singulière, étonnante, cette cuisine n’est pas l’apanage des (nouveaux) riches. Au contraire, pour une quarantaine d’euros, il est possible de s’offrir une entrée et un plat. Et pas n’importe lesquels en plus, des tacos de thon à la crème d’avocats (sublimes), par exemple, suivis de crevettes avec nouilles de riz et pois accompagnés de sauce dragon (magique). Laurent Pillard est un chef inspiré qui n’hésite pas à se laisser influencer par l’Asie, les Amériques, l’Europe… le monde, donc : « La cuisine française est aussi sous influences américaine et asiatique. » La cuisine du chef français est un melting-pot dont les saveurs seraient l’hymne. « Je suis persuadé que Las Vegas deviendra une place forte de la gastronomie et l’arrivée des grands noms de la cuisine française ne tient pas au hasard. Il y a, ici, une clientèle qui n’existe pas ailleurs », ajoute Laurent Pillard. On a pourtant du mal à imaginer que Las Vegas puisse se poser en capitale du bon goût. Juste un petit effort… Seize plats en quatre heures L’argent ne fais, sans doute, pas le bonheur, mais offre, ici, des perspectives que l’on imagine pratiquement plus sur le Vieux Continent. Le chef du restaurant de Joël Robuchon, sis au MGM, nuance : « Inutile de dépenser www.novapresse.com # 2 automne 2012 65
  5. 5. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS © philippe legrain © DR DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO Le restaurant de Joël Robuchon, au MGM. une fortune pour bien manger. » Bon à savoir. Ce meil- leur ouvrier de France, artiste avéré reste un observateur avisé de l’évolution de la clientèle : « Les gens viennent désormais pour passer un bon moment, et de moins en moins pour s’adonner au jeu », indique Claude Le Tohic, chef exécutif du restaurant. Dans la ville de tous les excès, on vient donc, de temps en temps, « partager une expérience culinaire », histoire de privilégier la gastronomie au détriment des calories. Bon appétit, bien sûr ! En tout cas, les chefs français s’y emploient. D’autant qu’à Las Vegas, régaler et envoûter les foules relèvent du défi. Claude Le Tohic, comme les autres, s’adapte. En été, les familles ; en hiver, place aux conventions et aux hommes d’affaires. Par ailleurs, il y a ceux qui mangent tôt – avant les shows, vers 17 h 30 – et ceux qui préfèrent ripailler après le spectacle, vers 21 heures. Chez Robuchon, côté restaurant comme côté Atelier, on a tout prévu. Y compris, un menu dégustation de seize plats – végétariens ou pas  – à apprécier en deux ou quatre heures. À Las Vegas, on sait prendre son temps. Very Bad Trip serait-il un cliché éculé. Oui et non. La Vegas reste la ville de l’argent facile, roi, omniprésent.  ’ailD 66 # 2 automne 2012 leurs, certains chefs avouent y œuvrer pour les « opportunités » qu’offre cette cité sans limites. Il se trouve, et cela tombe bien, qu’ici, plus qu’ailleurs, d’aucuns ont les moyens. Les moyens de mieux vivre et de p ro f i t e r   d u   s a v o i rfaire tricolore, même Le chef français Claude Le Tohic. à huit mille sept cent vingt kilomètres de l’Hexagone. « L’excellence française est réellement reconnue à Las Vegas  », s’enthousiasme Claude Le Tohic. Le Restaurant Joël Robuchon ressemble à un écrin. Le tout est orchestré par « le chef Claude », vieux complice de Robuchon, « à la technique française, mais aux influences multiples ». Et priorité à la qualité : le chef se fournit en Californie, patrie des légumes bios et des viandes sans reproches, y compris des fromages sympas. De France, Joël Robuchon mène le bal, oriente, influence, suggère et bon appétit, bien sûr ! n PH. L. www.novapresse.com JOURS TRANQUILLES À DOWNTOWN Loin du strip surélectrisé, Downtown Las Vegas coule des jours heureux, peuplé d’artistes et de marginaux. Quelques galeries, des motels, une authenticité anachronique, à peine nuancée par Freemont. Tohu-bohu sur le Strip, vers les grands hôtels aux décors de carton-pâte, les boutiques bondées. Le bus SDX, Strip Downtown Express  et The Deuce, à deux étages  – ticket à cinq dollars le trajet ou à sept dollars les vingt-quatre heures –, remontent Las Vegas Boulevard vers le Nord, direction Downtown. Changement d’ambiance : le toc vire à l’authentique. The Fabulous Las Vegas a, par endroit, l’air un peu moins fabulous, moins bling-bling, voire poussiéreux. Car c’est là que tout a commencé, en 1931. Officiellement, le village de Las Vegas est fondé le 15 mai 1905, puis acquiert le statut de ville en 1911, mais c’est au Northern Club, en 1931, que les jeux sont faits et les dés jetés. First Friday, festival bon enfant Binion’s Horseshoe, California Hotel and Casino, El Cortez, Fitzgeralds Las Vegas, Four Queens, Fremont Hotel and Casino, Gold Spike, Golden Gate Casino, Golden Nugget Las Vegas, Lady Luck Hotel Casino, Las Vegas Club, Main Street Station Hotel and Casino and Brewery, Mermaids Casino, Plaza Hotel Casino, Pioneer Casino : une quinzaine établissements donne quand même à Downtown un côté sin city indéniable. Pas grand-chose comparé à la trentaine scintillante qui rameutent les foules sur le Strip. D’autant que, si l’on cherche un peu, on trouve, dans Downtown, quelques quartiers plus chaleureux que chauds. À l’image du 18b Arts District, sis au sud du centre-ville. «  The 18b  », ce sont quelque dixhuit pâtés de maison parsemés de galeries d’art, de petites boutiques assez bourgeois-bohème, de bars et restaurants à l’antithèse de ce qui prévaut sur Las Vegas Boulevard. Sympa  : le premier vendredi de chaque mois, le festival First Friday * rassemble environ dix mille curieux qui en profitent pour découvrir une autre facette de la cité du vice, pour se balader, accessoirement pour acheter, manger et boire… En toile de fond, de la musique, des spectacles visuels, vivants et des artistes qui présentent leurs œuvres. Inattendu quand on arrive tout droit du Strip. www.novapresse.com # 2 automne 2012 67
  6. 6. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO L ’art dans tout ses états à Freemont. East Freemont, terriblement vintage. Lou Ruvo Center for Brain Health, Cleveland Clinic. 68 # 2 automne 2012 ville étrange. Bien sûr, Freemont Street Experience**, sorte de rue recouverte d’un toit en arc de cercle illuminé le soir par des milliers de tubes au néon, s’inspire pas mal de ce qui se fait sur le Strip. Derrière le folklore, la mort En revanche, The MOB Museum*** (Las Vegas Museum of Organized Crime and Low Enforcement) est à la fois beau et intelligent. Drôle, même. Installé dans l’ancien palais de justice de Las Vegas  – un superbe bâtiment typiquement US édifié en 1933 –, le MOB a ouvert en 2012 et retrace l’histoire mouvementée et sanglante du crime organisé aux États-Unis, avec force explication de plus ou moins bon goût. Sur près de 4 000 m2 et trois niveaux des présentations interactives, des documents inédits, des armes parfois loufoques, des reliques  – comme le fauteuil de barbier provenant du salon dans lequel a été assassiné le chef du clan Gambino, Albert Anastasia  –, des photos de gros bras et de chefs mythiques (Al Capone, Dion O’Banion, Meyer Lansky…). Moins drôle, l’horreur des crimes qui, sur photos noir et blanc, semble exacerbée. Derrière le folklore, la mort et son cortège de cadavres plus ou moins abîmés. Pourquoi Las Vegas ? Des années 1940 à 1970, le crime www.novapresse.com © philippe legrain Évidemment, Amérique oblige, on ne va pas laisser le terrain ressembler à un décor de film des années 1950. Downtown, délicieusement vintage, se transforme ainsi lentement mais sûrement. Clinique ultramoderne designée par Franck Gehry à Symphony Park, The Smith Center for Performing Arts, tout neuf, un peu plus loin, dont les spectacles – théâtre, musique… – changent des récitals de Céline Dion au Cæsars Palace et fait oublier un temps la féerie du Cirque du Soleil. Reste qu’à Freemont, on rénove à tours de bras. Hôtels centenaires, casinos, galeries, musées. En plus, la culture, ici, est esthétique, ce qui n’est pas évident dans cette organisé récolte des milliards de dollars qu’il faut bien blanchir ou faire fructifier. Les casinos se révèlent « performants » en la matière : tout se règle en liquide… Pourtant, à l’origine, la Mafia préfère Cuba ; les débuts du Flamingo, l’hôtel-casino édifié en 1946 par Bugsy Siegel sont ainsi difficiles. À la fin des années 1940, Cuba offre pas mal d’avantages par rapport au Nevada  : extraterritorialité, alliance plus ou moins tacite avec le pouvoir politique cubain et la CIA qui souhaite maintenir l’île dans le girond américain, proximité de la côte Est, la plus peuplée à cette époque. En 1959, le dictateur Batista est renversé par Fidel Castro. La mafia jette son dévolu sur Las Vegas. On fête, cette année, le quatre-vingt-deuxième anniversaire du massacre de la Saint-Valentin perpétré en 1929. Des gangsters déguisés en policier, sous les ordres d’Al Capone, tendent un piège à une bande rivale dirigée par George Bugs Moran. On ramasse sept morts. Cet épisode sanglant médiatise la lutte contre la mafia… On retrouve, dans le MOB, des briques d’origine portant les impacts de balles tirées ce fameux 14 février. On prend conscience, alors, que ce musée retrace une histoire sombre, pas vraiment terminée, d’ailleurs. n PH. L. * www.firstfridaylasvegas.com ** www.vegasexperience.com *** http://themobmuseum.org Freemont Street Experience. www.novapresse.com # 2 automne 2012 69
  7. 7. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO LA VÉRITÉ EST AILLEURS © philippe legrain Las Vegas n’est pas le Nevada. Et vice versa. Derrière un paravent clinquant s’étire un État étonnant. Un univers paradoxal aux allures de bout du monde. ph. legrain 70 # 2 automne 2012 www.novapresse.com www.novapresse.com # 2 automne 2012 71
  8. 8. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO Death Valley. 72 # 2 automne 2012 Joshua Tree. avec son univers à peine idéal, drôlement magnifié, ressemble à une pâtisserie trop sucrée, limite écœurante. Mais difficile de communier avec une nature aussi desséchée, chauffée à blanc par un soleil dominateur. Fantômes sous vide « Le Nevada est, sans nul doute, l’État de l’Ouest le plus méconnu, le plus ignoré et le plus délaissé du touriste étranger », constatent les instances touristiques du coin. Tant mieux pour ceux qui n’aiment pas être dérangés. De surcroît, bien vu : « Le désert, lui aussi, possède ses propres vertus hypnotiques. » Et même pas besoin de champignons. Car, avec plus de trois cents chaînes de montagnes  orientées Nord– Sud en plus – et une cinquantaine de sommets dépassant les 2  750  mètres d’altitude, le Nevada faute de tutoyer les nuages – assez rares – fait souvent dans le fantastique à tendance colossale. Au niveau du sol, peut-être influencés par le paysage hors norme, certains ont cultivé une étrange façon d’accommoder la vie avec le vide, et de repousser les limites de nulle part. Enfin presque. Il suffit de remonter la « Veteran Memorial Highway », la route 95, pour s’offrir son premier www.novapresse.com © philippe legrain Mettre le contact, penser aux personnages de Jack Kerouac, bafouiller « on the road again » et accélérer. Pour la quête, à chacun de se déterminer, du moment qu’on respecte les limitations de vitesse. En roulant dans les quarante-cinq miles à l’heure, Las Vegas fait pschitt et disparaît comme dans un show à grand spectacle. Devant, le désert et une route droite, longue, indéterminée, du genre à faciliter les quêtes à large spectre, de l’introspection à la poursuite. Le cerveau en ébullition, donc, et la clim à fond – il fait trop chaud pour se la jouer durable – direction Beatty et ses villes fantômes, ses mines perdues, sa rue principale et son hôtel casino relativement glauque. Une heure de route vers le Nord et déjà un casino. Ouf. Alors que le jeu est sauf, et le moi plus résistant, se dessine Indian Springs, ancienne base de l’armée de l’air américaine dans laquelle on pratique désormais le partage des eaux pour s’occuper entre deux coups de chaleur. Une rue, la route, premier contact avec l’« Amérique profonde » et ses quelque vingt-six habitants au kilomètre carré. Les sept mille chambres du Venetian sont un lointain souvenir. Soudain, la notion de beauté colle parfaitement à la réalité. Las Vegas, La banque de Rhyolite. voyage dans l’espace, version Retour vers le futur. À l’est de la Vallée de la mort, une ville au milieu du néant, Rhyolite, dix mille habitants en 1908, zéro en 2012. Rhyolite est une ville fantôme. Cette incongruité est fondée en 1904. Aucun Indien à l’horizon, les Shoshoni son des gens sympas, l’endroit est calme. En trois ans, la cité se mue en métropole : pas moins de trois lignes de chemin de fer y mènent. Rhyolite, électrifiée et électrisée, accueille des hôtels, restaurants, banques, magasins, dans les cinquante saloons. Il y a même un opéra, des salles de spectacles, une piscine municipale, trois compagnies de distribution d’eau, trois agences de presses, des bureaux d’avocats, une école avec deux cent cinquante élèves… On voyait en elle le « Chicago de l’Ouest ». Le 31 octobre 1906, le premier convoi d’or, par train, quitte Beatty (quarante-deux tonnes). Mais certains avancent que la présence d’or dans les mines de la région aurait été surévaluée au moment de la création de Rhyolite. Selon la légende, un chercheur d’or serait revenu bredouille de la Un magasin. mine et se serait écrié : « Il n’y a plus d’or ici ! » Les habitants auraient alors abandonné la ville. En 1910, la population tombe à 675 personnes. En 1920, ils ne sont plus que vingt sous le soleil infernal de Rhyolite. Quatre ans plus tard, le dernier habitant disparaît, Rhyolite n’est plus qu’un souvenir. Aujourd’hui, il reste quelques vestiges émouvants, des lièvres et des touristes. Alors que Beatty a survécu à cause de l’eau, Rhyolite se dessèche. www.novapresse.com # 2 automne 2012 73
  9. 9. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO « Goldfield is dead », proclament certains. Morte, cette bourgade bizarre qui s’étire le long de la 95, à l’est du comté d’Esmeralda  ? La ville a tout d’un mirage. Dès les premières maisons, on sent que quelque chose cloche. Pas mal d’immeubles abandonnés ou presque : quelqu’un a placé des mannequins aux fenêtres de la compagnie Nixon Wingfield (la Goldfield Consolidated Mines Company). D’ailleurs, le bâtiment en impose toujours. Mais, à l’intérieur, tout n’est que poussière et vieux papiers. L’immeuble serait-il définitivement abandonné  ? Juste à côté, un panneau «  à vendre  » laisse penser qu’il y a des humains pas loin. Quarante médecins et dix croque-morts Tonopah hanté par son passé Reste que, tout seul, il n’est pas facile de distinguer ce qui est habité (voire hanté) de ce qui ne l’est pas. Mieux vaut préparer sa visite histoire de ne pas se perdre… En plus, à seulement quarante-quatre kilomètres au nord, toujours par la route 95, Tonopah et sa mine gigantesque restent un « must » en matière de ruée vers l’or teintée 74 # 2 automne 2012 Une voiturette venant de nulle part. Un musée à ciel ouvert. À Goldfield, des habitants entretiennent la légende. d’émotion. La ville, plus grande et vivante que Goldfield, ne dégage pourtant aucun sentiment d’étrangeté. Une rue principale, des Américains sympas et le fameux hôtel Mizpah. Le bâtiment, dont on dit, évidemment qu’il est hanté par une « dame en rouge » – une prostituée qui, en 1920, a été battue et assassinée au dernier étage –, a longtemps été le plus haut du Nevada avec ses cinq étages. L’hôtel ouvre en 1907, en pleine frénésie minière. En tout cas, l’hôtel a récemment été rénové. Même si son ascenseur reste étrange, les quarante-sept chambres sont accueillantes et cela vaut le coup d’y passer une nuit (dans les cent dollars par personne). D’autant que le Mizpah est à quelques centaines de mètres à peine du grand complexe minier de Tonopah (The Historic Tonopah Mining Park). Là, on peut encore voir les traces de la quête effrénée de l’argent (plus que de l’or). La terre est ouverte, de profondes saignées resteront à jamais béantes… n PH. L. www.novapresse.com © philippe legrain Difficile d’imaginer qu’ici dans les vingt mille habitants creusaient la terre à la recherche d’or. C’est aussi à cet endroit, après avoir fait le coup de feu à OK Corral, qu’ont régné les frères Earp, Virgil et Wyatt, immortalisé au cinéma par Kevin Costner, en 1994. En 1906, la ville produit onze tonnes d’or et possède le bar le plus grand des villes minières américaines. Au Tex Rickard’s Northern, il faut quatre-vingts serveurs pour venir à bout de la clientèle… On construit également un des plus grands hôtels du coin, le Goldfield Hotel – cent cinquante chambres et quarante-cinq suites avec salles de bains  –, dans lequel on organise même des combats de boxe épiques. Jusqu’en 1924, tout va bien. On recense quarante-neuf saloons, vingt-sept restaurants, quinze barbiers, six boulangeries, quatre-vingtquatre avocats, vingt-deux hôtels, quarante médecins et dix croque-morts. Et les mines produisent dans les cinquante millions de dollars d’or. En 1924, un incendie dévaste la ville qui décline lentement mais sûrement jusque dans les années 1950, date à laquelle Goldfield est complètement désertée. Il reste aujourd’hui une centaine d’habitants qui s’évertuent à faire vivre le mythe. On les qualifie d’allumés, d’originaux. Ces derniers ont une radio (www.kgfn.org), un magasin surprenant dans lequel on peut s’arrêter et bavarder, The Goldfield Gift Shop (goldfieldgifts@yahoo.com), la Goldfield Historical Society (www.goldfieldhistoricalsociety.com), et même une chambre de commerce (www.goldfieldnevada.org). The Historic Tonopah Mining Park, à Tonopah. www.novapresse.com # 2 automne 2012 75
  10. 10. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO Walker Lake. Pyramide Lake. EAUX FORTES Le nord du Nevada est parsemé de lacs magiques, fréquentés ou pas, grandioses en tout cas… Pyramide Lake. 76 # 2 automne 2012 couper le souffle. Située sur l’île Anaho, lieu hautement symbolique qui abrite une importante colonie de pélicans d’Amérique. En tout cas, l’endroit est propice à la méditation. Si le vent ne souffle pas trop fort. Le Lac Tahoe. 47 dollars la croisière avec Mark Twain Tout aussi impressionnant, le lac Tahoe fait dans le grand public version balnéaire. Ce lac de haute montagne, perché à plus de 1 890 mètres d’altitude, à cheval entre la Californie et le Nevada, affiche quelque 502 km2. Dans les dix-neuf kilomètres de large, trentecinq de long (périmètres de cent seize kilomètres)  : l’endroit donne le vertige. Il faut absolument en faire le tour – en voiture ou à vélo – pour apprécier des dizaines de petites plages sympas, des points de vue de folie, des petites villes, côté Nevada, prises d’assaut par les Californiens avides de jeux d’argent… Autrefois terre de prédilection des Indiens Washoe, le lac Tahoe www.novapresse.com © philippe legrain De l’eau, en mai, on en voit peu dans le Nevada. Le long de la Highway 95, tout est aride, désert, minéral. Il y a bien un bateau à Mina. Mais il est posé là, le long de la route rectiligne, transformé en bar. Rien de liquide à l’horizon. Il faut continuer vers Hawthorne. Cette ville qui semble vivre encore dans les années 1950, en pleine guerre froide, est rafraîchie par le lac naturel Walker (272 km²). Une partie de ses rives est annexée par l’armée. Le reste est ouvert à tous les vents. Étonnant de beauté sauvage, de silence. Grandiose. À cent quinze kilomètres au nord, peu après Fallon, Pyramid Lake, lac salé d’environ 487 km², joue avec les couleurs de l’arc-en-ciel à 1 155 mètres d’altitude. Bienvenue sur le territoire des Indiens Paiute. On distingue mieux le lac que les Indiens, pas plus de trois mille personnes disséminées sur une étendue immense. On s’extasie, surtout, face à cette pyramide naturelle et sacrée  – «  The Stone Mother  »  – d’une beauté à attire aujourd’hui des hordes de touristes qui n’hésitent pas à payer cher pour naviguer sur ses eaux profondes (490 mètres) et claires. Du côté de Zephyr Cove au sud du lac, toutes sortes de croisières sur toutes sortes d’embarcations, avec ou sans sosie de Mark Twain. La croisière dure un peu plus de deux heures, avec commentaires en VO pour 47 dollars (37,50 euros), boissons non comprises. Le public est ravi et les paysages sublimes. À vingt-cinq minutes de là, à l’écart de l’agitation bon enfant du lac Tahoe, tout aussi enthousiasmant et moins cher, Genoa, village mormon fondé en 1850. Un lieu plein de charme sur lequel le temps ne semble pas avoir prise. Un petit paradis version US. n PH. L. www.novapresse.com # 2 automne 2012 77
  11. 11. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO Le Zoetrope. boire un verre dans le café qui appartient à Coppola, le Zoetrope (www.cafecoppola.com). On vient aussi dans le quartier pour se plonger dans les rayons de la librairie City Lights, au 261  Columbus Avenue, le temple de la Beat Generation, où l’on sent encore la présence de Kerouac, Ginsberg ou Burroughs… En toile de fond, la Coit Tower, délicieusement altière et Art déco, qui trône, haut perchée, sur Telegraph Hill. Le Golden Gate. AVEC OU SAN FRANCISCO ? Entre vertiges et perspectives 78 # 2 automne 2012 Des quartiers à l’européenne, des sites sublimes, des petits coins de paradis propices à l’extase, au sommet d’une colline, sur une pelouse… Mais comment aborder tant de beauté  Par où ? commencer  Sans Francisco, la ville mosaïque aux ? quarante-trois collines, est composée de quatre-vingtdix quartiers aussi spectaculaires les uns que les autres. À ne manquer sous aucun prétexte : Chinatown, organisé autour de Grand Avenue, et North Beach, le quartier italien. C’est là, dans la Colombus Tower, un édifice vert étrangement arrondi, que Francis Ford Coppola et Sean Penn ont installé leurs bureaux. On peut d’ailleurs www.novapresse.com © philippe legrain Elle accumule les clichés sur un fond arc-en-ciel avec une légèreté toute californienne. San Francisco est belle, presque trop pour être vraie. « L ’hiver le plus froid que j’ai connu fût un été à San Francisco », aurait décrété un rabat-joie. Sûrement pas Mark Twain, en tout cas, à qui l’on prête cette citation. Reste que Fog City peut être fraîche, même en plein été. Quoi qu’il advienne, le charme de San Francisco reste saisissant en toute saison. Sans doute grâce à une diversité culturelle affirmée, une tolérance assumée, une ouverture au monde effrontée. Sûrement pour son architecture et son urbanisme singuliers, surprenants, attachants. La « City by the Bay » – d’aucuns l’affirment : « C’est la plus belle ville du monde   » – possède une âme, c’est indé! niable. San Francisco reste une cité à taille humaine. Market Street. Non loin, toujours dans les incontournables, le résidentiel Russian Hill, un des quartiers les plus élevés de San Francisco. Avis aux amateurs de perspectives, pentes (jusqu’à 32 %), panoramas étourdissants : c’est là que fut tournée, en 1968, la célèbre poursuite de Bullitt, avec Steve McQueen. Dommage de traverser le quartier aussi rapidement que la Ford Mustang Fastback du tempétueux lieutenant. L’idéal serait même d’emprunter les fameux cable cars, depuis Market Street, puis de flâner à pied d’une colline à l’autre. Évidemment, on ne peut passer outre Lombard Street, aussi fleurie que tortueuse  c’est «  rue la plus – la sinueuse du monde » –, qui ondule entre Leavenworth et Hyde. Huit virages et 27 % de dénivelée… Pourquoi ne pas poursuivre avec un détour par Green Street et ses demeures incroyables, un pèlerinage au 29  Russel Street où Kerouac vécu, puis Pacific Heights Russian Hill. et Cow Hollow, à la découverte de magnifiques maisons victoriennes  Pour se remettre, si le temps le permet, ? s’allonger sur une pelouse. Agréable, vers Lower Haight, Alamo Square Park et sa vue légendaire, sur Steiner, à l’ange de Grove  un alignement de maisons victo: riennes  les Seven Painted Ladies  sur fond de San – – Francisco moderne et maritime. Sublime. En continuant vers l’ouest, on tombe sur le quartier de Haight-Ashbury, encore un lieu mythique, berceau du mouvement hippie. Mais que reste-t-il des années 1970 ? Peut-on encore ressentir les effets du Summer of love sur Haight Street ? Sans doute. Pas mal de petites échoppes, des cafés, terrasses, restaurants, magasins de musique, boutiques de fripes, du marketing et des badges. Entre les deux, un note de psychédélique, le musée du Tatouage, des fresques murales à tomber et encore des maisons victoriennes de couleurs vives. Au 635 Ashbury Street : la demeure de Janis Joplin… Pas mal de nostalgie, de l’anticonformisme, un concentré de San Francisco en quelque sorte (à apprécier, surtout, du côté de Cole Valley). Du cuir et des otaries Du haut de Corona Heights, la vue embrasse toute la ville. Vers le sud, Castro et Mission se dévoilent. Castro, c’est branché, authentique, bigarré, furieusement gay. Mission, le quartier latino, moins gay est www.novapresse.com # 2 automne 2012 79
  12. 12. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS 80 # 2 automne 2012 Y compris du côté du Fisherman’s Wharf, l’ancien port devenu un luna park pour touristes. Les otaries qui se prélassent par dizaines au niveau de Pier 39 permettent d’oublier les magasins de souvenirs. À moins de prendre immédiatement le ferry pour Alcatraz… Ce pénitencier sinistre devenu refuge pour mouettes libérées est situé sur une île presque accueillante, mais au printemps, lorsque le soleil brille. On visite la forteresse en délégation, tentant d’imaginer qu’il était impossible de s’en échapper pour cause d’eau à douze degrés. Pas si aisé. Reste que la vue est vraiment idéale sur la ville. Y compris sur le fameux Golden Gate, moins sinistre, plus majestueux, terriblement mythique, follement démesuré, américain, donc. Soudain, San Francisco, qui cultive un art de vivre singulier et charmant, aux antipodes de l’Amérique profonde, retombe dans les extravagances version US. Néanmoins, en guise de clin d’œil californien, des surfeurs barbotent au large de Fort Point, dans l’ombre du Golden Gate. PH. L. www.novapresse.com © philippe legrain tout aussi animé. La jeunesse branchée se rassemble allègrement du côté de Dolores Park face à l’église baroque Mission Dolores. Vers Valencia Street, pas mal de boutiques vintage, des bars. C’est bohème, intello. Pas autant que SOMA. Pourtant, le South of Market a longtemps senti le soufre avec sa population de drogués, ses prostituées, ses bars louches. Finalement, on y a fait le ménage. S’il restent encore quelques allumés sur Market Avenue, les magasins branchés se multiplient et les musées s’y installent. Le SFMoMA, musée d’art contemporain, et le complexe Yerba Buena ont donné un second souffle à South Market. À ne pas manquer  : la 111 Minna Gallery, pour ses expos et ses happenings. Bien sûr, on reste à San Francisco. Pendant la deuxième quinzaine de septembre, place au cuir. Avec la Folsom Street Fair (www.folsomstreetevents.org), tendance bondage, les fétichistes de tous poils descendent dans la rue. Pour le meilleur ou pour le pire  San Francisco s’en ? fiche un peu. Chacun à sa place. DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO San Francisco depuis Alcatraz. www.novapresse.com # 2 automne 2012 81
  13. 13. globe-trotter HORIZONS LOINTAINS DE LAS VEGAS À SAN FRANCISCO L e 1er décembre , ne manquez pas G lobe -Trotter spécial sports d ’hiver LA PISTE AUX ÉTOILES Bonnes adresses immortalisées par le cinéma, maisons de stars… balade entre fiction et réalité. La « Maison bleue », de Maxime le Forestier, à Castro, 3841 18th street. Le Grateful Dead. 710 Ashbury street, à Waller, Haight Street. Maison de Janis Joplin, 635 Ashbury street, 112 Lyon, à Haight-Ashbury. Quartier général des Hell’s Angels, au 719 Ashbury street, à Haight-Ashbury. Maison de Sid Vicious, le leader des Sex Pistols, 32 Delmar street, à Haight-Ashbury. Maison de Jimi Hendrix, 1524 Haight Street. Jack Kerouac aurait parachevé Sur la route au 29, Russell Street, Russin Hill. Immeuble de Kim Novak dans Vertigo, Sueurs froides, d’Alfred Hitchcock, 1000 Mason Street. Pour voir la ville en VO façon 7e art : www.sanfranciscomovietours.com Un tour de ville sur les traces de Robin Williams (Madame Doubtfire), Sharon Stone (Basic Instinct), Steve McQueen (Bullitt), Clint Eastwood (L’inspecteur Harry), Christian Slater et Tom Cruise (Entretien avec un vampire), Sean Connery (Rock)… Y ALLER PRÉPARER SON VOYAGE XL Airways France. Après New York en 2009 et Las Vegas en 2010, San Francisco est la troisième ligne régulière lancée par XL Airways France sur les ÉtatsUnis. La compagnie française relie San Francisco au départ de Roissy CDG. Le tarif aller-retour est proposé à partir de 649 €. Net : www.xlairways.fr San Francisco Travel : www.sanfrancisco.travel www.goldengatebridgetour.com www.alcatrazcruises.com www.blueandgoldfleet.com SE LOGER COMMENT Y ALLER Évidemment, n’importe qui peut aller à San Francisco et s’y balader avec un bon guide en poche. On peut également s’adresser à un spécialiste et lui confier le soin de s’occuper de tout, histoire de profiter pleinement de son séjour. Dans le genre concepteur de voyages sur mesure à prix doux, Equinoxiales propose des tarifs et des formules intéressantes pour les États-Unis et la Californie, en particulier. Le voyagiste propose, notamment, des circuits sympas en Californie : California Dream, un autotour de 9 jours/7 nuits à partir de 1 141 euros, de San Francisco à Los Angeles, Californie authentique, 10 jours/8 nuits, de Los Angeles à Las Vegas en passant par la Death Valley (à partir de 1 200 euros). Voire des formules plus 82 # 2 automne 2012 insolites comme ce Mariage à Las Vegas, 6 jours/4 nuits avec un vrai mariage dans la fameuse Graceland Wedding Chapel, sur le Strip (à partir de 1 370 euros). Ultracomplet pour visiter l’Ouest mythique, le Panorama de l’Ouest américain propose, en 12 jours et 10 nuits, la visite des plus beaux parcs nationaux de Californie et d’Arizona combinée avec la découverte de Los Angeles, San Francisco et Las Vegas. Chouette. Tél. : 01 77 48 81 00. Net : www.equinoxiales.fr www.novapresse.com © philippe legrain Hilton San Francisco, Financial District, 750 Kearny Street. www.sanfranciscohiltonhotel.com www.novapresse.com # 2 automne 2012 83

×