2
rencontres
A
vant de donner la parole aux créateurs ou acteurs du paysage parisien arty, plantons
rapidement le décor. T...
3
Institution
Le Centquatre
Au cœur du XIXe
arrondissement dans les anciennes Pompes Funè-
bres, cet établissement artisti...
4
rencontres
Design
Constance Guisset
Formée à l’école des frères Bouroullec, lauréate du Grand Prix
de la Ville de Paris ...
5
rencontres
Mode
Laetitia Ivanez
La créatrice des Prairies de Paris – Marseillaise comme Philippe
Di Méo – a su imposer s...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Paroles de créateurs

187 vues

Publié le

Paris capitale de la création, mythe ou réalité? Ce sont les créateurs qui en parlent le mieux… Vivre côté paris en a interrogé quelques-uns du Paris que l’on aime, côté design, mode, gastronomie, danse, institution. Petit tour d’horizon et réactions à chaud.

Publié dans : Design
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
187
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
35
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Paroles de créateurs

  1. 1. 2 rencontres A vant de donner la parole aux créateurs ou acteurs du paysage parisien arty, plantons rapidement le décor. Tout d’abord il y a l’opération instaurée par la Ville de Paris “Paris, Capitale de la Création”, qui fédère vingt-trois salons professionnels de la mode et du design, avec des exposants venus de tous les horizons. Mais au-delà de cette appellation, il y a une réalité: Paris occupe bel et bien une place d’exception pour la mode. Avec 30 000 emplois, c’est le deuxième secteur employeur de la ville après l’édition. La haute couture et les salons du prêt-à-porter en sont les vitrines. En matière de design, Paris et sa région regroupent 70% des designers en France et 50% des structures. C’est-à-dire pas moins de 8500 designers. Le succès remporté par le salon Maison & Objet est le reflet de cette vitalité. Et la Ville de Paris entend bien soutenir ces métiers d’art. Plusieurs actions à son actif: entre autres des bourses (quinze décernées chaque année à de jeunes diplômés des arts appliqués), Les Ateliers de Paris (installés depuis 2005 rue du Faubourg Saint-Antoine, c’est le premier incubateur de la Ville de Paris pour l’aide à la création d’entreprise avec 200 m2 mis à disposition de six porteurs de projets). Et aussi le soutien à des associations acteurs d’événements désormais incontournables comme les Designers Days (parcours design proche de son homologue milanais), la Fashion Week, le Viaduc des Arts, la Biennale des Arts Décoratifs, etc, mais aussi l’Ethical Fashion Week, la manifestation qui monte. Le Centquatre, avec sa mission de service public, est né de cette même volonté de la Mairie de Paris. Le but: renforcer l’image de la capitale sur la planète création. www.pariscapitaledelacreation.com paroles de créateursPARIS CAPITALE DE LA CRÉATION, MYTHE OU RÉALITÉ? CE SONT LES CRÉATEURS QUI EN PARLENT LE MIEUX… VIVRE CÔTÉ PARIS EN A INTERROGÉ QUELQUES-UNS DU PARISQUEL’ONAIME,CÔTÉDESIGN,MODE,GASTRONOMIE,DANSE,INSTITUTION.PETIT TOUR D’HORIZON ET RÉACTIONS À CHAUD. PAR SABINE BOUVET ASSISTÉE DE PAULINE DE SYNGHEM. ©PHOTOSD.R. COP0006_rencontresBAT:coteparis06 28/08/09 12:29 Page 2
  2. 2. 3 Institution Le Centquatre Au cœur du XIXe arrondissement dans les anciennes Pompes Funè- bres, cet établissement artistique de la Ville de Paris est un lieu unique de production et de création. Immense laboratoire, il accueille les arts sous toutes ses formes: résidence – sorte de Villa Médicis –, exposi- tions, ateliers. Avec sa double casquette de metteur en scène et de co- directeur (ici à gauche aux côtés de Robert Cantarella), Frédéric Fisbach ne peut être mieux placé pour s’interroger sur la place de Paris. Paris, capitale de la création, qu’en pensez vous? C’est vrai et faux! Vrai, si on considère tous les lieux de diffusion des œuvres. Alors c’est peut-être la ville au monde où il y a le plus de théâtres, cinémas, musées, galeries, etc. Une des capitales où l’on peut voir de l’art abouti. Faux, car c’est aussi celle où il y a le moins d’artistes. C’est la ville des arts mais pas la ville où l’art se fabrique. En fait il s’agit d’une petite capitale et c’est pour ça que le Grand Paris est une nécessité si on veut qu’il continue à se développer comme un grand pôle d’attractivité artistique. Il n’y a pas assez d’espaces de travail pour les artistes. Les friches industrielles se trouvent en banlieue. Et certains artistes, comme moi, ont souvent travaillé leurs projets en dehors de Paris. Le Centquatre s’inspire de ce qu’on pu être les squats et les friches. Quelle est la mission du Centquatre? Donner un lieu aux artistes où le public puisse les voir, faire rayon- ner l’art pour tous. Ici on rentre dans l’artisanat de l’art, on le regarde se faire. Il devient accessible. Un rapprochement se crée, il y a une démocratisation. Est-ce un modèle unique? Le modèle est déjà prêt à s’exporter comme la Nuit Blanche. Avec dix-neuf ateliers et une quarantaine de projets accueillis par an, le Centquatre reste unique par son ampleur et la diversité des arts pratiqués. C’est un lieu de mixité qui fonctionne comme la ville, où les différences se croisent. Le chanteur de hip-hop Zoxea en résidence, a cohabité avec Christophe Honoré, venu faire des répétitions ouvertes tout le printemps dernier pour Angelo, tyran de Padoue avant de le présenter en Avignon. Tout comme on peut organiser les défilés de Martin Margiela ou Alexander McQueen et des bals “popu”. L’actualité de la rentrée au Centquatre? L’ouverture du Festival d’automne en novembre avec les pièces du plasticien Ugo Rondinone en résidence, Slick (Foire de découverte de la création contemporaine), le salon off de la Fiac, du 23 au 26 octobre, et Web09 le plus grand salon des bloggeurs les 9 et 10 décembre. Votre adresse ou une référence créative parisienne? Le 100, rue de Charenton, un atelier fabuleux complètement différent du 104. 104.fr ©PHOTOÉDOUARDCAUPEIL©PHOTOJEANMARIELEBAZ ©PHOTOSD.R. COP0006_rencontresBAT:coteparis06 28/08/09 12:29 Page 3
  3. 3. 4 rencontres Design Constance Guisset Formée à l’école des frères Bouroullec, lauréate du Grand Prix de la Ville de Paris en 2007, Constance est un designer poétique en pleine ascension. En peu de temps elle décroche un bouquet de récompenses : le Prix de la Villa Noailles en 2008 et une scénographie pour Angelin Prejlocaj, très remarquée cet été à Montpellier. Un talent à suivre de très près… Quel a été l’impact du Prix de la Ville de Paris sur votre parcours? C’est très simple, j’ai été diplômée en juillet 2007, en décembre je recevais le Prix de la Ville de Paris, puis dans la foulée j’étais sélectionnée au VIA et récompensée par la Villa Noailles. Ce prix parisien a été un véritable déclencheur! Paris, capitale de la création, qu’en pensez vous? Selon moi, il s’agit de deux choses distinctes: d’une part, une marque qui rassemble des événements (salons, etc.). Et d’autre part, le fait que Paris soit une des capitales de la création. C’est indéniable pour la mode. Dans mon domaine, le design, c’est bien l’une des places les plus réputées avec l’Italie et les Pays-Bas. Et si Milan historiquement reste incontournable, ce n’est plus un laboratoire de talents. La notion de géographie est très relative à mon sens. D’ailleurs on ne peut pas parler d’école parisienne. La création est éclatée.Onvoyage,onestàl’affûtdecequisepasse,ons’enimprègne. Avez-vous des projets “parisiens” en cours ou en vue? La scénographie que j’ai réalisée pour Le Funambule d’Angelin Preljocaj à Montpellier cet été passe à Paris aux Abbesses en sep- tembre et à Créteil en décembre. Une rencontre fabuleuse. Il a lu un truc sur moi, m’a contactée et six mois plus tard le spectacle était là! Nos deux univers se sont rencontrés. J’ai changé d’échelle, de milieu, c’est vraiment l’aventure. Sinon, hors Paris, je dessine le mobilier pour le rez-de-chaussée de l’Institut de France à Ankara. Votre adresse ou une référence créative parisienne? En design, sans doute le VIA, mais plus comme reflet de la création française. Parce que sinon il n’y a pas d’institution ou de lieu unique qui représente la création parisienne au sens strict. constanceguisset.com Le Grand Prix de la Ville de Paris ChaqueannéeParisdécernesixGrandsPrixdelaCréation.Dotéschacunde8000€,ilssontattribuésdanstroisdisciplines:lamode,ledesign et les métiers d’art. Ils sont destinés à distinguer et couronner trois créateurs majeurs débutants (en activité depuis moins de trois ans) et trois créateurs majeurs confirmés (en activité depuis plus de trois ans), pour l’ensemble de leurs travaux, travaillant en France depuis au moins trois ans. L’œuvre peut être collective ou individuelle. Ainsi en 2007,les designersSam Baron catégorie“confirmés” (cf RegardsCroisés Vivre Côté Paris n° 2) et Constance Guisset (cf. interview ci-dessus), catégorie “débutants” recevaient le Grand Prix de la Ville de Paris. Design Philippe Di Méo Designer sensuel, fin gourmet et esthète, auteur d’une collection de rituels de dégustation – Souper Fin- conçu avec la crème des arts de la table (Baccarat, Christofle, Raynaud…), il multiplie les rendez-vous créatifs entre design et gastronomie. Paris, capitale de la création, qu’en pensez vous? Paris est ma ville d’adoption et je suis venu pour y découvrir la création. Mais comme toute capitale, son rôle difficile de leader l’oriente aussi vers des choix plus conventionnels, des décisions consensuelles qui parfois la prive de dynamisme, d’audace. Cependant, je suis un amoureux de Paris et il paraît que lorsque l’on aime, on est plus exigeant! Mais il est clair que Paris réus- sit bien son mélange créatif: mode, design, photo, expo. Enfin en tant que Marseillais d’origine, mon regard se tourne aussi vers la cité phocéenne, en souhaitant qu’elle portera fièrement son titre de Capitale Européenne de la Culture en 2013. Avez-vous des projets “parisiens” en cours ou en vue? Une très belle vue dégagée sur la tour Eiffel le 8 octobre dans un lieu que je garde encore confidentiel pour l’instant mais la soirée de lancement aura lieu au Tokyo Art Club (Palais de Tokyo). J’y suspendrai trois installations “nuageuses” créant un parcours sensoriel ascensionnel nommé “Les Attractions Célestes”. Ce baptême de l’air gustatif sera scénographié avec des acteurs de “haute voltige” de la table française – des chefs de grandes maisons. Votre adresse ou une référence créative parisienne ? Sans hésitation, le Palais de Tokyo depuis sa création car il a été source de révélations et de nouveaux concepts. Plus qu’un espace d’expositions c’est un lieu de vie, de découvertes artistiques. J’aime son volume, sa configuration, sa programmation, son évolution. Aujourd’hui il s’ouvre vers d’autres réflexions comme ses installa- tions éphémères sur le toit, son Tokyo Art Club, qui en font un vrai site de la création contemporaine toujours en mutation. resodesign.com ©PHOTOSD.R. ©PHOTOSROMAINSELLIERETD.R. COP0006_rencontresBAT:coteparis06 28/08/09 12:29 Page 4
  4. 4. 5 rencontres Mode Laetitia Ivanez La créatrice des Prairies de Paris – Marseillaise comme Philippe Di Méo – a su imposer son style frais, coloré et toujours féminin comme une référence du prêt-à-porter. Aujourd’hui la Parisienne trendy ne manque pas d’intégrer cette griffe dans le best of de sa garde-robe. Paris, capitale de la création, qu’en pensez vous? Paris capitale du tout! Parce qu’on y mêle tous les genres. Le mélange est unique avec des styles en opposition permanente, de John Galliano à Karl Lagerfeld, le grand écart se pose en délicatesse. Et tous ces créateurs évoluent avec une identité forte, intimement liée à Paris. Paris nous illumine chaque saison par la multiplication et la diversité de ses collections. Paris nous balade au rythme de sa créativité par son enthousiasme à nous séduire sans cesse. Pour moi Paris c’est toute la grâce de la haute couture, le raffinement, le souci du détail, l’inattendu et se dire “Ça c’est Paris!” Avez-vous des projets “parisiens” en cours ou en vue? Nous préparons une exposition du photographe Fred Lebain, sur son travail réalisé à New York, au printemps dernier. A partir du 26 octobre, dans notre galerie-dressing au 23 rue Debelleyme, dans le IIIe arrondissement. Votre adresse ou une référence créative parisienne? La rue, ma plus belle référence créative! Je me déplace à vélo et il m’arrive souvent de frôler la chute tant je suis absorbée par tout ce qui s’y passe: le mouvement, les formes, les couleurs impro- bables qui se croisent et pourraient parfois facilement s’unir l’instant d’une collection, d’une saison. Les scènes de la vie, l’occupation de l’espace par chacun, la discordance entre les genres; toutes ces réalités du quotidien m’inspirent. lesprairiesdeparis.com Danse Jérémie Bélingard Étoile de l’Opéra de Paris, il a tout du jeune premier: le talent, le bagou et… la plastique ! Fougueux et décontracté, Jérémie Bélingard brille au firmament de l’institution et bouscule le stéréo- type du danseur classique. Éclectique, il pousse aussi la chanson. Irrésistible! Paris, capitale de la création, qu’en pensez vous? Il n’y a pas une capitale de la création, mais la somme de plein de quartiers dans le monde qui sont autant de lieux de création. Je pense à Brooklyn. A Paris, le XVIe arrondissement n’est pas un lieu de création. En revanche Montmartre avec ses artistes à l’an- cienne, ses croqueurs ou le XXe sont des quartiers de création. Il se passe quelque chose dans l’air, ça respire l’art. Les artistes de la rue – ce mouvement qui s’empare des murs de la capitale sous formes d’affiches – me fascinent. Avez-vous des projets “parisiens” en cours ou en vue? Ce qui va me faire vibrer se passe en décembre, à l’Opéra. On prépare une pure merveille: une soirée pour le centenaire des ballets russes de Diaghilev, avec quatre œuvres majeures. Et à côté de ça, je prépare avec mon cousin Morgan Saunier un disque pour notre groupe “Granny goes to heaven” – révélé à Taratata en décembre dernier – où je chante. Votre adresse ou une référence créative parisienne? La rue, là où les gens se mélangent, là où le monde est en train de se créer. L’art naît dans la rue. De toute façon à Paris, on vit dans une ville musée magnifique, dans un espace fabriqué par nos ancêtres, on ne possède rien. Ballets russes à partir du 12 décembre. operadeparis.fr Gastronomie Rougui Dia Elle a la grâce et le talent. Et l’art d’être là où on ne l’attendait pas. Hors catégorie, la jeune femme n’a pas eu peur de s’attaquer à un mythe : Petrossian, le temple du caviar. Depuis 2005 elle dépoussière l’illustre maison, un incroyable défi. Aujourd’hui, Rougui règne sur les beaux quartiers sans renier ses origines et sa banlieue. Car, désormais, elle est rentrée dans le sérail des grands chefs de la capitale. Paris, capitale de la création, qu’en pensez vous? C’est certainement une des capitales de la création. Elle réunit l’excellence en mode, gastronomie, architecture et c’est indénia- blement une des plus belles villes au monde. Mais pour moi, en gastronomie, Lyon pourrait être l’autre capitale de la création, l’autre référence. Votre adresse ou une référence créative parisienne? L’avenue des Champs-Elysées, là où se cache l’esprit de Paris. Plusieurs mondes se côtoient: les boutiques de luxe, les brasse- ries parisiennes et les touristes. Quand j’ai du temps libre je m’y balade, je m’y sens bien. petrossian.fr ©PHOTOSD.R. COP0006_rencontresBAT:coteparis06 28/08/09 12:29 Page 5

×