SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  68
Télécharger pour lire hors ligne
Promotion	
  de	
  la	
  santé	
  en	
  milieux	
  festifs
Yoan	
  Pesesse
Project	
  Manager– Modus	
  Vivendi	
  – Belgique
Consultant	
  &	
  Community Manager	
  – FFSU	
  -­‐ France
1. Stratégies de	
  réduction des	
  risques sur le	
  terrain
-­‐ Présentation des	
  projets de	
  Modus	
  Vivendi
-­‐ Focus	
  sur les	
  chartes et	
  labels	
  de	
  bien-­‐être en	
  milieux festifs
2.	
  Elaboration	
  d’une stratégie digitale de	
  communication:	
  
-­‐ L’implication des	
  étudiants de	
  l’IHECS
-­‐ Le	
  partenariat Celebrate	
  Safe
Promotion	
  de	
  la	
  santé	
  en	
  milieux	
  festifs
La	
  prévention	
  et	
  la	
  réduction	
  des	
  risques	
  :	
  
définitions
La	
  prévention
L’objectif	
  de	
  la	
  prévention	
  est	
  de	
  permettre	
  à	
  un	
  individu	
  de	
  faire	
  des	
  
choix	
  éclairés	
  au	
  niveau	
  de	
  sa	
  santé	
  afin	
  qu’il	
  en	
  soit	
  l’acteur.	
  La	
  
prévention	
  s’adresse	
  à	
  l’ensemble	
  de	
  la	
  population.	
  La	
  communication	
  
est	
  pro-­‐active.	
  
La	
  réduction	
  des	
  risques
L’objectif	
  est	
  en	
  priorité	
  de	
  prévenir	
  les	
  dommages	
  occasionnés	
  par	
  
les	
  consommations	
  de	
  substances	
  psychoactives	
  ou	
  les	
  pratiques	
  à	
  
risques	
  en	
  général	
  chez	
  les	
  personnes	
  qui	
  ne	
  peuvent	
  ou	
  ne	
  
veulent	
  pas	
  s’abstenir de	
  consommer	
  des	
  drogues..	
  
Elle	
  s’adresse	
  à	
  un	
  public	
  en	
  particulier	
  :	
  celui	
  des	
  usagers	
  de	
  
drogues.	
  
On	
  laisse	
  le	
  public	
  venir	
  à	
  l’information.	
  
Les	
  constats
• Une	
  société	
  sans	
  drogues	
  n’existe	
  pas
• Le	
  risque	
  zéro	
  n’existe	
  pas
• La	
  notion	
  de	
  risque	
  est	
  relative
• La	
  prohibition	
  des	
  drogues	
  maximalise	
  
les	
  risques
• Une	
  information	
  objective	
  n’est	
  pas	
  
incitatrice
Principes	
  d’intervention
• Ne	
  pas	
  banaliser	
  l’usage	
  de	
  drogues
• Donner	
  aux	
  fêtards	
  les	
  moyens	
  de	
  réduire	
  les	
  risques
• Encourager	
  les	
  prises	
  de	
  responsabilité
• Aller	
  à	
  la	
  rencontre	
  du	
  fêtard	
  dans	
  son	
  milieu	
  de	
  vie
• Faire	
  participer	
  les fêtards
• Faire	
  évoluer	
  les	
  représentations	
  sociales
• Sensibiliser	
  les	
  professionnels	
  de	
  différents	
  horizons	
  
aux	
  interventions
• Développer	
  une	
  réflexion	
  et	
  une	
  évaluation	
  
constantes
Modus	
  Vivendi	
  asbl
HISTORIQUE
• Créée	
  en	
  1993,	
  l’asbl Modus	
  Vivendi	
  est	
  responsable	
  de	
  la	
  
prévention	
  du	
  SIDA	
  pour	
  le	
  public	
  des	
  usagers	
  de	
  drogues,	
  sous-­‐
entendu	
  les	
  injecteurs	
  de	
  drogues	
  par	
  voie	
  intraveineuse.	
  Dans	
  ce	
  
cadre,	
  l’association	
  avait	
  un	
  rôle	
  de	
  coordinatrice	
  de	
  toutes	
  les	
  
actions	
  et	
  interventions	
  de	
  prévention	
  du	
  SIDA	
  destinées	
  à	
  ce	
  public	
  
en	
  Communauté	
  française	
  de	
  Belgique.
• Peu	
  à	
  peu,	
  le	
  projet	
  de	
  prévention	
  des	
  risques	
  infectieux	
  s’est	
  élargi	
  à	
  
la	
  réduction	
  de	
  l’ensemble	
  des	
  risques	
  liés	
  à	
  la	
  consommation	
  et	
  ce,	
  
pour	
  tous	
  les	
  usagers	
  de	
  drogues	
  (légales	
  ou	
  illégales)
– quels	
  que	
  soient	
  les	
  modes	
  et	
  types	
  de	
  consommation
– quels	
  que	
  soient	
  les	
  milieux	
  de	
  vie	
  (rue,	
  prison,	
  festif,	
  étudiant	
  ).	
  	
  
Modus	
  Vivendi	
  asbl
• Modus	
  Vivendi	
  met	
  en	
  œuvre,	
  au	
  bénéfice	
  des	
  
usagers	
  de	
  drogues et	
  avec	
  leur	
  participation,	
  
toute	
  action	
  et	
  toute	
  réflexion	
  qui	
  visent	
  la	
  
Réduction	
  des	
  Risques	
  liés	
  à	
  l’usage	
  de	
  drogues	
  
(SIDA,	
  hépatites,	
  MST,	
  overdose,	
  bad trip,	
  
isolement	
  social,	
  etc.).
• Modus	
  Vivendi	
  promeut	
  une	
  Réduction	
  des	
  
Risques dans	
  le	
  domaine	
  de	
  la	
  santé	
  mais	
  aussi	
  
dans	
  le	
  champ	
  social,	
  y	
  incluant	
  les	
  risques	
  qui	
  
découlent	
  des	
  discours	
  tenus	
  sur	
  les	
  drogues	
  et	
  
les	
  usagers	
  de	
  drogues.
www.modusvivendi-­‐be.org
-­‐ Interventions	
  sur	
  le	
  terrain	
  (depuis	
  les	
  années	
  90)
www.safernightlife.org http://newip.safernightlife.org/
De	
  nombreuses	
  
associations	
  et	
  
projets	
  de	
  
prévention	
  et	
  de	
  
réduction	
  des	
  
risques	
  en	
  milieux	
  
festifs	
  existent	
  en	
  
Europe.	
  
La	
  plupart	
  sont	
  
regroupées	
  dans	
  un	
  
réseau	
  d’échange	
  de	
  
pratiques.	
  
Les	
  organisateurs	
  de	
  soirée	
  PBLN Les	
  partenaires	
  PBLN
Les	
  bénévoles	
  PBLN
https://vimeo.com/100096901 https://vimeo.com/99150141
https://vimeo.com/98553912
Sur	
  Toulouse,	
  Fêtons	
  Plus,	
  Risquons	
  Moins,	
  unité	
  mobile
stationnée	
  dans	
  l’espace	
  public	
  permettant	
  d’aller	
  à	
  la	
  rencontre
des	
  fêtards.	
  
Sur	
  Paris,	
  Fêtez	
  Clairs	
  propose	
  des	
  formations	
  auprès	
  des	
  
personnes	
  des	
  établissements	
  ainsi	
  que	
  des	
  stands	
  dans	
  des
clubs	
  et	
  des	
  chill-­‐out	
  dans	
  l’espace	
  urbain.	
  
Sur	
  Marseille	
  et	
  dans	
  les	
  Bouches	
  du	
  Rhône,	
  Plus	
  Belle	
  La	
  Nuit
réalise	
  des	
  maraudes	
  sur	
  l’espace	
  public,	
  des	
  interventions	
  évènementielles
(stands,	
  chill-­‐out)	
  et	
  met	
  à	
  disposition	
  des	
  organisateurs	
  des	
  outils
de	
  Réductions	
  des	
  Risques,	
  des	
  brochures.	
  
Modus	
  Vivendi	
  :	
  les	
  projets	
  festifs
• Nous	
  organisons	
  différents	
  modules	
  de	
  
formation	
  à	
  la	
  RdR (volontaires,	
  intervenants,	
  
équipes	
  de	
  lieux	
  festifs,	
  éducateurs,…).
• Nous	
  développons	
  différents	
  types	
  de	
  
recherches ainsi	
  qu’une	
  évaluation régulière	
  
tant	
  de	
  nos	
  interventions	
  et	
  pratiques	
  
habituelles	
  que	
  des	
  projets	
  plus	
  
expérimentaux	
  et	
  ponctuels.
• Nous	
  publions	
  et	
  diffusons	
  des	
  brochures	
  de	
  
RdR ainsi	
  que	
  d’autres	
  outils	
  de	
  
communication.
Drink	
  Different
Drink	
  Different,	
  le	
  projet	
  « Alcool	
  en	
  milieu	
  étudiant »	
  est	
  
un	
  projet	
  de	
  Réduction	
  des	
  Risques liés	
  à	
  la	
  
consommation	
  abusive	
  d’alcool	
  en	
  milieu	
  étudiant	
  
bruxellois.	
  
L’objectif	
  général	
  est	
  une	
  normalisation	
  des	
  réflexes	
  santé	
  
liés	
  à	
  la	
  consommation	
  d’alcool	
  en	
  milieu	
  étudiant	
  et	
  
donc,	
  à	
  terme,	
  une	
  diminution	
  des	
  prises	
  de	
  risques	
  et	
  
des	
  accidents	
  en	
  milieu	
  estudiantin	
  bruxellois.
Modus	
  Vivendi	
  collabore	
  actuellement	
  avec	
  3	
  
établissements	
  d’enseignement	
  :	
  Université	
  Saint-­‐Louis,	
  
Haute-­‐école	
  Lucia	
  de	
  Brouckère,	
  Université	
  Libre	
  de	
  
Bruxelles.
Dans	
  chacun	
  de	
  ses	
  établissements,	
  le	
  projet	
  s’adapte	
  aux	
  
besoins	
  et	
  aux	
  idées	
  des	
  acteurs	
  impliqués.	
  
Modus	
  Fiesta,	
  lieu	
  d’accueil	
  et	
  d’information	
  
On	
  y	
  trouve :
• des	
  infos	
  fiables	
  et	
  récentes	
  sur	
  les	
  produits	
  et	
  les	
  
usages
• Des	
  conseils	
  de	
  réduction	
  des	
  risques
• des	
  brochures,	
  des	
  préservatifs	
  et	
  du	
  matériel	
  (kit	
  de	
  
sniff,	
  matériel	
  stérile	
  d’injection,	
  etc.)
• un	
  répertoire	
  d’adresses utiles
• des	
  infos	
  sur	
  les	
  fêtes	
  à	
  Bruxelles
• Des	
  formations afin	
  d’augmenter	
  les	
  connaissances	
  et	
  
les	
  compétences	
  de	
  nos	
  volontaires.	
  
Des	
  psychologues	
  et	
  assistants	
  sociaux,	
  participent	
  
également	
  aux	
  permanences	
  pour	
  répondre	
  à	
  des	
  
demandes	
  d’accompagnement	
  plus	
  spécifiques	
  et	
  
individuelles.
Des	
  événements	
  culturels	
  et	
  festifs	
  y	
  sont	
  régulièrement	
  
organisés :	
  expositions,	
  débats,	
  cinéclub,	
  Dj’set
Drogues	
  Risquer	
  Moins
Drogues	
  Risquer	
  Moins	
  est	
  un	
  projet	
  de	
  diffusion	
  
d’informations	
  de	
  RdR,	
  mené	
  en	
  milieu	
  festif.	
  
Thèmes	
  abordés	
  :	
  consommation	
  de	
  produits,	
  sexualité,	
  
risques	
  auditifs,	
  conduite	
  sous	
  influence,…
Son	
  objectif	
  est	
  de	
  donner	
  aux	
  consommateurs	
  les	
  moyens
d’assurer	
  un	
  plus	
  grand	
  contrôle	
  sur	
  leur	
  propre	
  santé.	
  Le	
  
projet	
  opte	
  ainsi	
  pour	
  une	
  responsabilisation	
  des	
  usagers.	
  
Plus	
  spécifiquement,	
  le	
  projet	
  vise	
  à	
  sensibiliser	
  les	
  
consommateurs	
  aux	
  risques	
  liés	
  à	
  l’usage	
  de	
  produits	
  
psychotropes,	
  les	
  informer	
  sur	
  les	
  moyens	
  de	
  réduire	
  ces	
  
risques,	
  sur	
  le	
  SIDA,	
  les	
  hépatites,	
  les	
  infections	
  
sexuellement	
  transmissibles	
  (IST)	
  et	
  renseigner	
  sur	
  les	
  
institutions	
  locales	
  d’aide,	
  les	
  possibilités	
  de	
  dépistage,	
  etc.
Equipe	
  Mobile
Lors	
  de	
  gros	
  évènements	
  festifs	
  (Dour,	
  Esperanzah,	
  
Cityparade,	
  I	
  love	
  Techno,…),	
  l’équipe	
  mobile	
  prévoit	
  
une	
  action	
  de	
  RdR spécifique	
  adaptée	
  au	
  public	
  qui	
  
fréquente	
  l’évènement.
Une	
  équipe	
  composée	
  de	
  professionnels	
  (l’équipe	
  de	
  
Modus	
  Fiesta	
  avec	
  de	
  nombreux	
  partenaires	
  locaux)	
  
et	
  de	
  volontaires	
  formés	
  à	
  la	
  RdR proposent	
  les	
  
services	
  suivants :
• Information	
  et	
  conseils de	
  RdR ;
• Diffusion	
  de	
  brochures et	
  de	
  matériel	
  de	
  
prévention ;
• « Relax	
  Zone »
• Comptoir d’échange	
  de	
  seringues ;
• Tournées	
  sur	
  le	
  site	
  des	
  concerts	
  et	
  du	
  camping	
  de	
  
afin	
  d’aider	
  les	
  personnes	
  qui	
  se	
  sentent	
  mal	
  suite	
  
à	
  la	
  prise	
  de	
  produits ;
• Distribution	
  d’eau…
Relax	
  Zone
La Relax	
  Zone réalise	
  une	
  prise	
  en	
  charge	
  et	
  un	
  
accompagnement	
  des	
  personnes rencontrant	
  des	
  problèmes	
  
physiques	
  et	
  psychiques	
  mineurs	
  liés	
  à	
  leur	
  consommation	
  de	
  
psychotropes	
  licites	
  et	
  illicites.	
  
Elle	
  vise	
  entre	
  autres	
  à :
• Créer	
  un contact privilégié	
  entre	
  le	
  public	
  et	
  les	
  
professionnels	
  de	
  la	
  santé	
  via	
  un	
  espace	
  intégré	
  au	
  milieu	
  
festif ;
• Faciliter le	
  travail	
  de	
  la	
  Croix-­‐Rouge	
  en	
  prenant	
  en	
  charge	
  
les	
  personnes	
  ayant	
  consommé,	
  voir	
  abusé	
  de	
  drogues	
  
licites	
  ou	
  illicites	
  et	
  dont	
  l’état	
  ne	
  relève	
  pas	
  de	
  l’urgence	
  
médicale.
• Favoriser	
  l’écoute,	
  l’accompagnement	
  et	
  le	
  relais	
  lorsqu’il	
  
est	
  nécessaire…	
  
Gratuit
Anonyme
Ouvert
24h/24
La	
  
consommation	
  
de	
  produits	
  
psychotropes	
  en	
  
milieux	
  festifs,	
  
un	
  sujet sensible
Testing
L’analyse	
  de	
  produits	
  psychotropes	
  consiste	
  à	
  analyser	
  le	
  contenu	
  et	
  le	
  
dosage	
  des	
  composants	
  contenus	
  dans	
  les	
  produits	
  psychotropes	
  en	
  
circulation	
  afin	
  de	
  réduire	
  les	
  risques	
  liés	
  à	
  leur	
  consommation.
L’analyse	
  des	
  produits	
  est	
  un	
  outil	
  parmi	
  d’autres	
  dans	
  l’éventail	
  des	
  actions	
  
mises	
  en	
  place.	
  Elle	
  n’est	
  jamais	
  réalisée	
  de	
  manière	
  isolée	
  mais	
  toujours	
  à	
  
l’intérieur	
  d’un	
  dispositif	
  plus	
  large	
  d’accueil,	
  d’information	
  et,	
  si	
  besoin,	
  
d’orientation	
  des	
  personnes	
  qui	
  consomment	
  des	
  produits.
L’analyse	
  de	
  produits	
  psychotropes	
  est	
  un	
  outil	
  particulièrement	
  intéressant :
• Il	
  permet	
  aux	
  consommateurs	
  d’exercer	
  davantage	
  de	
  contrôle	
  sur	
  leur	
  
consommation
• Il	
  fournit	
  une	
  information	
  adaptée à	
  la	
  personne	
  et	
  au	
  produit	
  qu’elle	
  
vient	
  faire	
  analyser
• Il	
  informe	
  sur	
  la	
  multitude	
  de	
  substances que	
  peut	
  contenir	
  un	
  produit
• Il	
  détecte	
  les	
  substances	
  particulièrement	
  à	
  risque ou	
  dont	
  on	
  ne	
  
souhaite	
  pas	
  les	
  effets
• Il	
  contribue	
  à	
  collecter	
  de	
  manière	
  fiable	
  et	
  rapide	
  des	
  informations	
  sur	
  
les	
  produits	
  en	
  circulation.
Réseaux	
  sociaux	
  :	
  quand	
  le	
  public	
  se	
  
charge	
  de	
  modérer	
  à	
  notre	
  place.	
  
Scientifiquement	
  présentée,	
  l’info	
  sur	
  le	
  sujet
sensible	
  passe	
  mieux.	
  	
  
D’où vient le projet Quality Nights ?
Les labels et les chartes de bien-être en milieux
festifs sont des outils de promotion de la santé
qui garantissent des normes de qualité de
l’accueil dans les lieux festifs (collaboration et
médiation, stratégies structurelles, culture festive
positive et responsable).
Quality Nights : garantir une qualité de l’accueil
dans les lieux festifs (depuis 2007)
formation
personnel
gestion
sonore
eau
gratuite
retour	
  à
domicile
infos
santé
préservatifs
espace
Chill out
1ers
secours
Vestiaire Nourriture Accès
PMR
Air
conditionné
Amélioration de l’image
des lieux festifs
Les lieux festifs ont
souvent mauvaise
réputation dans la
presse…
malgré leurs bonnes
intentions !
L’adhésion au label
Quality Nights
montre leur
implication dans des
réponses adaptées
aux besoins de
santé et de sécurité
des fêtards.
13
17
3
5 312
4 2
3
7
43
76	
  organisations	
  festives
L’effet	
  de	
  communauté	
  facilite	
  la	
  communication	
  sur	
  les	
  sujets	
  sensibles
La communication du label envers le public festif
Visibilité	
  au	
  sein	
  des	
  établissements	
  labellisés Site	
  internet	
  &	
  Facebook
www.qualitynights.be
https://www.facebook.com/QualityNightsFR
Tables-­‐rondes	
  dans	
  certaines	
  villes	
  européennes
Culture	
  
festive
Syndicats
Médiation	
  
riverains
Associations	
  
de	
  santé
Questions	
  de	
  
sécurité
Mobilité	
  
nocturne
Attrait	
  
touristique
Médias
Public	
  festif
Lieux	
  festifs
Pouvoirs	
  
publics
La	
  vie	
  festive	
  
considérée	
  
comme	
  une	
  
approche	
  globale
• Création	
  de	
  partenariats
• Recherche	
  de	
  situations	
  “win	
  –
win”
• Collaborations	
  sur	
  des	
  
thématiques	
  communes
• Valorisation	
  des	
  initiatives	
  
existantes
• Participation	
  et	
  recherche	
  de	
  
solutions	
  adaptées	
  au	
  contexte	
  
local
niveau	
  local,	
  régional	
  et	
  national
Participation	
  à	
  des	
  séminaires,	
  des	
  conférences	
  afin	
  de	
  faire	
  de	
  l’échange	
  de	
  
pratiques.	
  
• NEW	
  Net	
  :	
  www.safernightlife.org
• Party	
  +	
  :	
  www.partyplus.eu
• Club	
  Health Project	
  :	
  www.club-­‐health.eu
Niveau	
  international
•	
  travailler en	
  collaboration	
  avec	
  les	
  lieux festifs,	
  les	
  fêtards,	
  les	
  
associations	
  de	
  prévention,	
  les	
  pouvoirs publics	
  et	
  toute autre
structure	
  dans une perspective	
  de	
  coopération.	
  
•	
  Créer des	
  liens	
  dans la	
  communauté festive
•	
  Renforcer la	
  médiation et	
  réduire les	
  nuisances	
  publiques et	
  la	
  
violence	
  autour des	
  lieux festifs.
Création	
  de	
  partenariats
https://vimeo.com/56618660
Nits	
  Q	
  est	
  un	
  projet	
  de	
  
sensibilisation	
  du	
  public	
  dans	
  
la	
  ville	
  de	
  Taragone
(Catalogne).	
  Ce	
  projet	
  
comporte	
  une	
  série	
  de	
  
réponses	
  adaptées	
  au	
  public.	
  
-­‐ un	
  label	
  de	
  bien-­‐être	
  en	
  
milieux	
  festifs	
  (Q	
  de	
  Festa)	
  
-­‐ Des	
  jeunes	
  qui	
  vont	
  à	
  la	
  
rencontre	
  du	
  public	
  
(Komando Nits	
  Q)
-­‐ Des	
  tables-­‐rondes	
  sont	
  
organisées	
  dans	
  la	
  ville	
  avec	
  
l’ensemble	
  des	
  acteurs	
  qui	
  
veulent	
  travailler	
  sur	
  des	
  
questions	
  concernant	
  la	
  vie	
  
nocturne.	
  
Enquête	
  public	
  BXL	
  (2014)
• Les	
  services	
  disponibles	
  (eau	
  gratuite,	
  préservatifs,	
  
bouchons,…)	
  doivent	
  être	
  rappelés	
  visuellement	
  au	
  
sein	
  du	
  lieu pour	
  que	
  le	
  public	
  pense	
  à	
  les	
  utiliser.	
  	
  
• Ce	
  n’est	
  pas	
  quand	
  on	
  vient	
  faire	
  la	
  fête	
  qu’on	
  veut	
  
être	
  sensibilisé	
  (la	
  prévention perçue	
  comme	
  intrusive	
  
ou	
  moralisatrice).	
  	
  
• Les	
  réseaux	
  sociaux	
  restent	
  le	
  meilleur	
  moyen	
  de	
  faire	
  
parvenir	
  de	
  l’info	
  en	
  dehors	
  du	
  contexte	
  festif.
• Au-­‐delà	
  de	
  Quality Nights,	
  les	
  fêtards	
  ne	
  sont	
  pas	
  à	
  
cours	
  d’idées	
  pour	
  interroger	
  d’autres	
  dimensions	
  qui	
  
ont	
  un	
  impact	
  sur	
  leurs	
  sorties	
  :	
  sécurité,	
  propreté,	
  
taxis,	
  retour	
  à	
  domicile,	
  parking,	
  législations,	
  etc.
è Nous	
  devons	
  trouver	
  d’autres	
  moyens	
  pour	
  
communiquer	
  envers	
  nos	
  publics.	
  Cela	
  nous	
  amène	
  à	
  nous	
  
poser	
  la	
  question	
  :	
  qui	
  sont	
  nos	
  meilleurs	
  ambassadeurs	
  ?	
  
Les	
  organisations	
  festives	
  et	
  leurs	
  canaux	
  de	
  
communication.	
  	
  
Comment	
  mieux	
  se	
  faire	
  connaître	
  
auprès	
  du	
  public	
  ?
Multiplier	
  les	
  interventions	
  ?
Partenariats	
  avec	
  des	
  sites	
  internet	
  
« Nightlife ? »	
  ?	
  
Contenus	
  Quality Nights sur	
  le	
  site	
  
internet	
  des	
  lieux	
  ?	
  
Même	
  constat	
  dans	
  d’autres	
  villes	
  européennes
-­‐ beaucoup	
  de	
  dépenses	
  et	
  d’énergie	
  investis	
  sur	
  
le	
  terrain	
  :	
  nous	
  avons	
  atteint	
  une	
  limite	
  dans	
  
l’utilisation	
  de	
  nos	
  moyens	
  financiers	
  et	
  humains.
-­‐ On	
  essaie	
  d’investir	
  la	
  communication	
  digitale…	
  
mais	
  sans	
  le	
  temps	
  de	
  travail	
  approprié,	
  les	
  
compétences,	
  les	
  ressources,	
  les	
  budgets	
  
adéquats…
è Nous	
  devrions	
  mutualiser	
  nos	
  ressources	
  
afin	
  de	
  développer	
  une	
  stratégie	
  de	
  
communication	
  digitale	
  commune	
  qui	
  
puisse	
  être	
  adaptée	
  aux	
  identités	
  locales.	
  
Paris
Toulouse Marseille
Belgique	
  
francophone
Villes	
  partenaires	
  :
Paris,	
  Bruxelles,	
  Toulouse	
  
&	
  Marseille
Com2Party
Projet	
  expérimental	
  
de	
  communication	
  digitale
Villes	
  associées	
  :
Bordeaux,	
  Brest,	
  La	
  Rochelle,	
  
Lille,	
  Montpellier	
  et	
  Le	
  Havre	
  
Com2party
Objectifs du projet:
- Améliorer l’acceptabilité, l’attractivité et l’accessibilité de l’information sur les
risques liés à la fête par des stratégies de communication digitale
- optimiser la transmission de cette information en utilisant les réseaux de diffusion
des professionnels de la fête
Identifier selon quelles modalités les professionnels de la fête (organisateurs de
festivals, de soirées, de concerts…) pourraient se faire ambassadeurs de nos messages
de santé.
Acceptabilité Attractivité Accessibilité
Campagne
Interviews d’experts
Guidelines
Opinions
Articles
Témoignages
Pour	
  ou	
  contre
Tips	
  and	
  tricks
Infographies
Définition	
  d’une	
  charte	
  
graphique
Sites	
  internets
Réseaux	
  sociaux
Applications
Partenaires	
  médias
Plateforme	
  digitale
Hub	
  pour	
  les	
  contenus
Campagnes
Publicités
Matériel	
  imprimé
SEO,	
  SEA	
  (ads)
Goodies
…
Définir	
  une	
  identité	
  commune
Respect	
  des	
  identités	
  locales
Réseau	
  de	
  partenaires santé
Segmentation	
  du	
  public
Liste	
  des	
  sujets	
  légitimes
Ton	
  de	
  la	
  communication
Définition	
  d’une	
  charte	
  éditoriale
Do	
  /	
  don’t
Rapports	
  &	
  évaluations	
  existants
Insights réseaux	
  sociaux
Vidéos	
  tutorielles
Formation	
  en	
  ligne
Livres	
  blancs
Enquêtes
Votes
Quizz
Concours
Offres	
  au	
  public
…
Formats OutilsContenus
Quelle	
  stratégie	
  de	
  contenus	
  mettre	
  en	
  œuvre	
  ?	
  
Recherche	
  d’éléments	
  visuels	
  et	
  de	
  contenus	
  attractifs…
Les	
  infographies	
  :	
  
efficaces	
  pour	
  
rendre	
  attractive	
  
l’information	
  de	
  
santé
https://www.youtube.com/watch?v=gDkJ3-­‐JZCP4
Les	
  campagnes	
  de	
  prévention	
  existantes
Les	
  campagnes	
  de	
  prévention
existantes
www.montetasoiree.com
Concours	
  d’organisation	
  de	
  
soirées	
  étudiantes	
  avec	
  prise
en	
  compte	
  de	
  la	
  prévention
-­‐ Des	
  récompenses	
  de	
  2.000	
  €
à	
  la	
  clé
-­‐ Participer,	
  c’est	
  s’approprier	
  
le	
  message…
www.globaldrugsurvey.com https://www.youtube.com/watch?v=1E3s3Zw2hvE
Enquête	
  anonyme	
  auprès
des	
  usagers	
  de	
  drogues
Présentation	
  des	
  résultats
sous	
  forme	
  d’infographies
www.tirez-­‐un-­‐trait.ch Campagne	
  spécifique	
  sur	
  une	
  pratique	
  à	
  risque	
  :	
  site,	
  visuels,	
  vidéos…	
  
Démarche exploratoire
• IHECS + focus groupes étudiants LLN
• Bénéfice attendu :
- Les étudiants = une partie de notre public-cible. Les utilisateurs sont mobilisés dans le développement des
contenus (travail en co-conception)
à création d’un logo, d’un site internet simple, d’affiches, de sous-verres, de vidéos.
• Méthode : activité pédagogique de recherche appliquée en communication, 10 étudiants, durant 6 semaines,
• Objectif imposé par l’école : produire une stratégie digitale, concevoir des outils graphiques utilisables en print et
digital ainsi que produire des vidéos.
• Piste créative exploitée : l’identification à un groupe d’amis (6 jeunes) exposés aux mêmes risques et adoptant
différents réflexes en soirée.
Un	
  site	
  internet
Des	
  affiches Des	
  sous-­‐verres
informatifs
Conclusions
Cette campagne mériterait de nombreuses corrections et améliorations avant d’être diffusable.
• Approche transversale de la fête exprimée par les organisateurs (voir focus groupes) >< Approche segmentée par risques
(auditifs, sexuels, usage de drogue, sécurité routière…).
• L’esthétique ne correspond pas à une grande diversité de cultures festives
• Le ton de la communication est adapté à un public étudiant mais correspond peu à d’autres profils de fêtards
Des	
  vidéos Des	
  infographies
Ce	
  qui	
  fonctionne	
  avec	
  les	
  (jeunes)	
  
fêtards?	
  Résultat	
  de	
  focus-­‐groupes	
  à	
  
Louvain-­‐La-­‐Neuve
• Ingrédients :	
  les	
  amis,	
  la	
  solidarité,	
  le	
  plaisir,	
  le	
  lâcher-­‐prise,	
  les	
  moments	
  
inoubliables,	
  l’amusement,	
  l’identification,…	
  
• Ton	
  de	
  la	
  communication	
  :	
  approche non	
  jugeante,	
  non	
  stigmatisante,	
  pas	
  
d’injonctions,	
  pas	
  de	
  conseils,	
  pas	
  de	
  paternalisme :	
  présenter de	
  
l’information pragmatique,	
  objective.	
  
• Respecter	
  la	
  diversité des	
  esthétiques :	
  chaque culture	
  musicale	
  a	
  ses
propres codes.	
  
• Faire	
  en	
  sorte que l’information soit simple	
  et	
  facile	
  à retenir :	
  utilisation de	
  
vidéos,	
  d’infographies avec	
  des	
  nombres et	
  des	
  statistiques.	
  
• La	
  participation (à des	
  enquêtes,	
  des	
  concours,…)	
  est	
  déjà	
  une	
  façon	
  de	
  
transmettre	
  un	
  message.	
  
• La	
  prévention par	
  la	
  peur est parfois pertinente (l’exemple de	
  la	
  prévention
routière ou du	
  tabac ont été cités).	
  
Aller	
  récolter	
  la	
  parole	
  des	
  
organisateurs
• Le	
  focus	
  group est	
  une	
  technique	
  d’entretien	
  de	
  
« Groupe	
  d’expression	
  et	
  d’entretien	
  dirigé »,	
  qui	
  
permet	
  de	
  collecter	
  des	
  informations	
  sur	
  un	
  sujet	
  ciblé.	
  
• Cette	
  technique	
  permet	
  d’évaluer	
  des	
  besoins,	
  des	
  
attentes,	
  des	
  satisfactions	
  ou	
  de	
  mieux	
  comprendre	
  
des	
  opinions,	
  des	
  motivations	
  ou	
  des	
  comportements.	
  
Elle	
  sert	
  aussi	
  à	
  tester	
  ou	
  à	
  faire	
  émerger	
  de	
  nouvelles	
  
idées	
  inattendues	
  pour	
  le	
  chercheur.	
  
Recueil et analyse des points de vigilance durant
les focus-groupes avec les organisateurs
d’évènements
Trois thématiques principales ressortent de l’analyse:
• Consommation et temporalité de la fête : une prise de risque majorée
• Environnement de la fête : espace privé et espace public, une gestion
problématique
• Évolution des contextes de la fête : des jeunes inexpérimentés et non
éduqués à la fête
Enseignements et propositions…
Concernant les publics de fêtards, un diagnostic partagé par les villes et qui fait
apparaître :
• Une approche transversale qui rompt avec une approche par type de risques, et qui englobe le
contexte et l’environnement de la fête
• La dimension collective comme levier pour agir sur les comportements et les risques : « rendre
les fêtards acteurs ».
• Le groupe comme vecteur d’une dynamique solidaire et d’entraide, de diffusion d’information
et d’accompagnement.
• La notion de temporalité de la nuit, de parcours de fête est importante.
Focus	
  groupes	
  organisés	
  à	
  Paris,	
  Marseille	
  et	
  Toulouse
-­‐ Identifier	
  leurs	
  points	
  de	
  vigilance,	
  difficultés	
  rencontrées	
  sur	
  le	
  terrain	
  
-­‐ en	
  faire	
  une	
  vidéo	
  d’information	
  à	
  destination	
  du	
  public	
  à	
  diffuser	
  via	
  leurs	
  réseaux	
  sociaux
https://www.youtube.com/watch?v=HGcGyBorbcs
Vidéo	
  visionnée	
  plus	
  de	
  350	
  000	
  fois	
  :	
  informer	
  les	
  touristes	
  au	
  sujet	
  des	
  risques	
  
festifs,	
  suite	
  à	
  divers	
  incidents	
  à	
  Amsterdam	
  (décès,	
  nuisances,…)
• Restitution des Focus groupes à Toulouse, Paris &
Marseille
• Volet communication
1. Présentation de 2 campagnes différentes selon les contenus, le ton de la
communication, leur format et leur esthétique pour identifier les adhésions et
les rejets.
2. En dégager des recommandations afin de proposer une stratégie digitale en
adéquation avec leurs besoins.
1ere campagne: Les 10 commandements des
fêtes de Gand
https://vimeo.com/134001672
Acceptabilité des messages
• Messages trop ciblés sur une communication urbaine : les thématiques
abordées concernent des collaborations à renforcer avec d’autres instances
locales (propreté, riverains, offre de transports publics,...).
• Le ton humoristique, les injonctions employées pourraient inciter les fêtards
à le faire par jeu.
• Messages sous forme d’injonction : culpabilisation du fêtard, formulation
non adaptée.
Attractivité des messages
Accessibilité des messages
• Facilement diffusable mais jugé sans impact sur le public
• Charte graphique (esthétique) non adaptée à l’ensemble de la diversité
des fêtards (infantilisant)
• Format vidéo rapide (durée courte, rythme soutenu) et efficace (on
regarde la vidéo jusqu’au bout).
L’avis	
  des	
  professionnels	
  de	
  la	
  fête…	
  
• Information claire et succincte : les conseils sont utiles, de bons
sens et pragmatiques, rapide à assimiler et facile à comprendre. Les
messages sont pertinents
• Ton des messages approprié aux publics fêtards : messages
dynamiques sans injonction, ni côté moralisateur.
• Nécessité d’adapter certains messages :
- perçue comme trop axée sur les festivals (mention des conditions
climatiques, moins pertinente pour tous les évènements indoor)
- certaines traductions ne sont pas optimales
Acceptabilité des messages
L’avis	
  des	
  professionnels	
  de	
  la	
  fête…	
  
Attractivité des messages
• La campagne est professionnelle : le style de la charte graphique est accrocheur.
• L’esthétique sobre et épurée convient à l’ensemble des cultures musicales.
• L’effet de communauté est attractif (logos des professionnels)
• Intérêt à s’impliquer dans une campagne nationale ou internationale : mêmes publics qui circulent dans les villes européennes
• L’anglais peut entrainer des difficultés pour une partie du public ne maîtrisant pas bien cette langue, mais elle apporte une touche
internationale, adaptée aux plus jeunes et aux touristes.
Accessibilité des messages
• Facilité d’utilisation : Il est simple pour chaque professionnel de la fête ou la presse de s’approprier et de diffuser des contenus.
“C’est facile de piocher des éléments et de les relayer sur les réseaux sociaux.”
En	
  résumé
la	
  communication	
  sur	
  les	
  sujets	
  
sensibles	
  (principes	
  et	
  méthodes).
« Il	
  existe	
  une	
  technique	
  qui	
  consiste	
  à	
  redéfinir	
  
le	
  cadre	
  du	
  sujet,	
  en	
  englobant	
  le	
  sujet	
  sensible	
  
dans	
  quelque	
  chose	
  de	
  plus	
  vaste,	
  intégrant	
  des	
  
sujets	
  et	
  notions	
  socialement	
  plus	
  acceptées.	
  Le	
  
sujet	
  sensible	
  se	
  « faufilerait »	
  donc	
  dans	
  cette	
  
masse	
  d’information	
  et	
  passerait	
  mieux. »	
  
La	
  communication	
  sur	
  les	
  sujets	
  sensibles	
  
(quelques	
  procédés…)	
  
• Les	
  arguments	
  d’autorité :	
  présenter	
  des	
  infos	
  objectives,	
  le	
  résultat	
  d’études	
  fiables,	
  une	
  réalité	
  
scientifique.	
  
« La	
  réduction	
  des	
  risques	
  vise	
  à	
  proposer	
  de	
  l’information	
  objective	
  et	
  non	
  stigmatisante. »
• La	
  communication	
  positive :	
  mettre	
  en	
  avant	
  les	
  bénéfices	
  liés	
  au	
  service	
  par	
  l’utilisation	
  de	
  termes	
  à	
  
connotation	
  positives	
  et	
  non	
  les	
  risques	
  liés	
  à	
  une	
  non-­‐utilisation	
  du	
  service…	
  
« Pour	
  mieux	
  profiter	
  de	
  la	
  fête,	
  pour	
  augmenter	
  le	
  plaisir	
  tout	
  en	
  diminuant	
  les	
  risques	
  ,	
  pour	
  mieux	
  réagir	
  face	
  
aux	
  situations	
  d’urgence,	
  pour	
  que	
  la	
  fête	
  reste	
  un	
  plaisir ».	
  
• La	
  dénomination	
  positive :	
  le	
  nom	
  du	
  projet	
  ou	
  le	
  vocabulaire	
  utilisés	
  sont	
  positifs.
« Quality Nights »	
  ,	
  « Plus	
  Belle	
  La	
  Nuit »
Source:	
  http://www.communication-­‐sensible.com/download/communication-­‐sujets-­‐sensibles-­‐2013.pdf
la	
  communication	
  sur	
  les	
  sujets	
  
sensibles	
  (quelques	
  procédés…)	
  	
  
• La	
  communication	
  rhizomique :	
  le	
  fait	
  d’être	
  de	
  nombreux	
  ambassadeurs	
  de	
  la	
  campagne	
  rend	
  plus	
  
acceptable	
  ses	
  contenus.	
  
« Lorsque	
  plusieurs	
  acteurs	
  transmettent	
  le	
  même	
  message,	
  ce	
  dernier	
  sera	
  plus	
  vite	
  accepté	
  et	
  jugé	
  
pertinent,	
  utile,	
  et	
  important.	
  
Ce	
  message	
  véhiculé	
  par	
  plusieurs	
  acteurs	
  sera	
  aussi	
  plus	
  difficilement	
  critiquable,	
  puisque	
  ce	
  sont	
  
plusieurs	
  personnes	
  qui	
  sont	
  « unies »	
  derrière	
  le	
  message.	
  
Cela	
  permet	
  aussi	
  au	
  message	
  d’être	
  plus	
  rapidement	
  relayé	
  et	
  transmis. »
Source:	
  http://www.communication-­‐sensible.com/download/communication-­‐sujets-­‐sensibles-­‐2013.pdf
Merci!	
  
Yoan	
  Pesesse
Responsable	
  de	
  projet	
  Quality	
  Nights	
  – Modus	
  
Vivendi	
  – Belgique
Consultant	
  Com2Party	
  – FFSU	
  -­‐ France
ypesesse@gmail.com
68

Contenu connexe

Similaire à Promotion de la santé en milieux festifs

Prev'en ville
Prev'en villePrev'en ville
Prev'en ville
CripsIDF
 
Prévention des conduites addictives milieu scolaire
Prévention des conduites addictives milieu scolairePrévention des conduites addictives milieu scolaire
Prévention des conduites addictives milieu scolaire
AIRDDS_BRETAGNE
 
Repères Développement Durable
Repères Développement DurableRepères Développement Durable
Repères Développement Durable
benjaminpierron
 
Aides new version [réparé] (2)
Aides new version [réparé] (2)Aides new version [réparé] (2)
Aides new version [réparé] (2)
julieISCPA
 
Melin duhepato2012
Melin duhepato2012Melin duhepato2012
Melin duhepato2012
odeckmyn
 

Similaire à Promotion de la santé en milieux festifs (20)

Prev'en ville
Prev'en villePrev'en ville
Prev'en ville
 
Correction bac STSS 2022
Correction bac STSS 2022Correction bac STSS 2022
Correction bac STSS 2022
 
Sida bloggingday
Sida bloggingdaySida bloggingday
Sida bloggingday
 
Prévention des conduites addictives milieu scolaire
Prévention des conduites addictives milieu scolairePrévention des conduites addictives milieu scolaire
Prévention des conduites addictives milieu scolaire
 
La santé des gens du voyages : un guide du Réseau Français des Villes Santé d...
La santé des gens du voyages : un guide du Réseau Français des Villes Santé d...La santé des gens du voyages : un guide du Réseau Français des Villes Santé d...
La santé des gens du voyages : un guide du Réseau Français des Villes Santé d...
 
Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de sensibilisation à l'hygiène et ...
Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de sensibilisation à l'hygiène et ...Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de sensibilisation à l'hygiène et ...
Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de sensibilisation à l'hygiène et ...
 
Festi Santé 2014 Guide de prévention
Festi Santé 2014 Guide de prévention Festi Santé 2014 Guide de prévention
Festi Santé 2014 Guide de prévention
 
ForumCapCom2019_C5_ComJeunes
ForumCapCom2019_C5_ComJeunesForumCapCom2019_C5_ComJeunes
ForumCapCom2019_C5_ComJeunes
 
Rotary 131202
Rotary 131202Rotary 131202
Rotary 131202
 
Repères Développement Durable
Repères Développement DurableRepères Développement Durable
Repères Développement Durable
 
Presentation repmasci
Presentation repmasciPresentation repmasci
Presentation repmasci
 
Présentation de l'association France Psoriasis
Présentation de l'association France PsoriasisPrésentation de l'association France Psoriasis
Présentation de l'association France Psoriasis
 
Communiqué de-presse-de-la-fnim-oct-12
Communiqué de-presse-de-la-fnim-oct-12Communiqué de-presse-de-la-fnim-oct-12
Communiqué de-presse-de-la-fnim-oct-12
 
litteratie_v9
litteratie_v9litteratie_v9
litteratie_v9
 
Aides new version [réparé] (2)
Aides new version [réparé] (2)Aides new version [réparé] (2)
Aides new version [réparé] (2)
 
La communication
La communicationLa communication
La communication
 
Catalogue du Festival de la Communication Santé 2013 #fcs13
Catalogue du Festival de la Communication Santé 2013 #fcs13Catalogue du Festival de la Communication Santé 2013 #fcs13
Catalogue du Festival de la Communication Santé 2013 #fcs13
 
Guide des activités fréquence écoles
Guide des activités fréquence écolesGuide des activités fréquence écoles
Guide des activités fréquence écoles
 
Synthèse projet associatif et orientations IREPS
Synthèse projet associatif et orientations IREPSSynthèse projet associatif et orientations IREPS
Synthèse projet associatif et orientations IREPS
 
Melin duhepato2012
Melin duhepato2012Melin duhepato2012
Melin duhepato2012
 

Promotion de la santé en milieux festifs

  • 1. Promotion  de  la  santé  en  milieux  festifs Yoan  Pesesse Project  Manager– Modus  Vivendi  – Belgique Consultant  &  Community Manager  – FFSU  -­‐ France
  • 2. 1. Stratégies de  réduction des  risques sur le  terrain -­‐ Présentation des  projets de  Modus  Vivendi -­‐ Focus  sur les  chartes et  labels  de  bien-­‐être en  milieux festifs 2.  Elaboration  d’une stratégie digitale de  communication:   -­‐ L’implication des  étudiants de  l’IHECS -­‐ Le  partenariat Celebrate  Safe Promotion  de  la  santé  en  milieux  festifs
  • 3. La  prévention  et  la  réduction  des  risques  :   définitions La  prévention L’objectif  de  la  prévention  est  de  permettre  à  un  individu  de  faire  des   choix  éclairés  au  niveau  de  sa  santé  afin  qu’il  en  soit  l’acteur.  La   prévention  s’adresse  à  l’ensemble  de  la  population.  La  communication   est  pro-­‐active.   La  réduction  des  risques L’objectif  est  en  priorité  de  prévenir  les  dommages  occasionnés  par   les  consommations  de  substances  psychoactives  ou  les  pratiques  à   risques  en  général  chez  les  personnes  qui  ne  peuvent  ou  ne   veulent  pas  s’abstenir de  consommer  des  drogues..   Elle  s’adresse  à  un  public  en  particulier  :  celui  des  usagers  de   drogues.   On  laisse  le  public  venir  à  l’information.  
  • 4. Les  constats • Une  société  sans  drogues  n’existe  pas • Le  risque  zéro  n’existe  pas • La  notion  de  risque  est  relative • La  prohibition  des  drogues  maximalise   les  risques • Une  information  objective  n’est  pas   incitatrice
  • 5. Principes  d’intervention • Ne  pas  banaliser  l’usage  de  drogues • Donner  aux  fêtards  les  moyens  de  réduire  les  risques • Encourager  les  prises  de  responsabilité • Aller  à  la  rencontre  du  fêtard  dans  son  milieu  de  vie • Faire  participer  les fêtards • Faire  évoluer  les  représentations  sociales • Sensibiliser  les  professionnels  de  différents  horizons   aux  interventions • Développer  une  réflexion  et  une  évaluation   constantes
  • 6. Modus  Vivendi  asbl HISTORIQUE • Créée  en  1993,  l’asbl Modus  Vivendi  est  responsable  de  la   prévention  du  SIDA  pour  le  public  des  usagers  de  drogues,  sous-­‐ entendu  les  injecteurs  de  drogues  par  voie  intraveineuse.  Dans  ce   cadre,  l’association  avait  un  rôle  de  coordinatrice  de  toutes  les   actions  et  interventions  de  prévention  du  SIDA  destinées  à  ce  public   en  Communauté  française  de  Belgique. • Peu  à  peu,  le  projet  de  prévention  des  risques  infectieux  s’est  élargi  à   la  réduction  de  l’ensemble  des  risques  liés  à  la  consommation  et  ce,   pour  tous  les  usagers  de  drogues  (légales  ou  illégales) – quels  que  soient  les  modes  et  types  de  consommation – quels  que  soient  les  milieux  de  vie  (rue,  prison,  festif,  étudiant  ).    
  • 7. Modus  Vivendi  asbl • Modus  Vivendi  met  en  œuvre,  au  bénéfice  des   usagers  de  drogues et  avec  leur  participation,   toute  action  et  toute  réflexion  qui  visent  la   Réduction  des  Risques  liés  à  l’usage  de  drogues   (SIDA,  hépatites,  MST,  overdose,  bad trip,   isolement  social,  etc.). • Modus  Vivendi  promeut  une  Réduction  des   Risques dans  le  domaine  de  la  santé  mais  aussi   dans  le  champ  social,  y  incluant  les  risques  qui   découlent  des  discours  tenus  sur  les  drogues  et   les  usagers  de  drogues. www.modusvivendi-­‐be.org
  • 8. -­‐ Interventions  sur  le  terrain  (depuis  les  années  90) www.safernightlife.org http://newip.safernightlife.org/ De  nombreuses   associations  et   projets  de   prévention  et  de   réduction  des   risques  en  milieux   festifs  existent  en   Europe.   La  plupart  sont   regroupées  dans  un   réseau  d’échange  de   pratiques.  
  • 9. Les  organisateurs  de  soirée  PBLN Les  partenaires  PBLN Les  bénévoles  PBLN https://vimeo.com/100096901 https://vimeo.com/99150141 https://vimeo.com/98553912 Sur  Toulouse,  Fêtons  Plus,  Risquons  Moins,  unité  mobile stationnée  dans  l’espace  public  permettant  d’aller  à  la  rencontre des  fêtards.   Sur  Paris,  Fêtez  Clairs  propose  des  formations  auprès  des   personnes  des  établissements  ainsi  que  des  stands  dans  des clubs  et  des  chill-­‐out  dans  l’espace  urbain.   Sur  Marseille  et  dans  les  Bouches  du  Rhône,  Plus  Belle  La  Nuit réalise  des  maraudes  sur  l’espace  public,  des  interventions  évènementielles (stands,  chill-­‐out)  et  met  à  disposition  des  organisateurs  des  outils de  Réductions  des  Risques,  des  brochures.  
  • 10. Modus  Vivendi  :  les  projets  festifs • Nous  organisons  différents  modules  de   formation  à  la  RdR (volontaires,  intervenants,   équipes  de  lieux  festifs,  éducateurs,…). • Nous  développons  différents  types  de   recherches ainsi  qu’une  évaluation régulière   tant  de  nos  interventions  et  pratiques   habituelles  que  des  projets  plus   expérimentaux  et  ponctuels. • Nous  publions  et  diffusons  des  brochures  de   RdR ainsi  que  d’autres  outils  de   communication.
  • 11. Drink  Different Drink  Different,  le  projet  « Alcool  en  milieu  étudiant »  est   un  projet  de  Réduction  des  Risques liés  à  la   consommation  abusive  d’alcool  en  milieu  étudiant   bruxellois.   L’objectif  général  est  une  normalisation  des  réflexes  santé   liés  à  la  consommation  d’alcool  en  milieu  étudiant  et   donc,  à  terme,  une  diminution  des  prises  de  risques  et   des  accidents  en  milieu  estudiantin  bruxellois. Modus  Vivendi  collabore  actuellement  avec  3   établissements  d’enseignement  :  Université  Saint-­‐Louis,   Haute-­‐école  Lucia  de  Brouckère,  Université  Libre  de   Bruxelles. Dans  chacun  de  ses  établissements,  le  projet  s’adapte  aux   besoins  et  aux  idées  des  acteurs  impliqués.  
  • 12. Modus  Fiesta,  lieu  d’accueil  et  d’information   On  y  trouve : • des  infos  fiables  et  récentes  sur  les  produits  et  les   usages • Des  conseils  de  réduction  des  risques • des  brochures,  des  préservatifs  et  du  matériel  (kit  de   sniff,  matériel  stérile  d’injection,  etc.) • un  répertoire  d’adresses utiles • des  infos  sur  les  fêtes  à  Bruxelles • Des  formations afin  d’augmenter  les  connaissances  et   les  compétences  de  nos  volontaires.   Des  psychologues  et  assistants  sociaux,  participent   également  aux  permanences  pour  répondre  à  des   demandes  d’accompagnement  plus  spécifiques  et   individuelles. Des  événements  culturels  et  festifs  y  sont  régulièrement   organisés :  expositions,  débats,  cinéclub,  Dj’set
  • 13. Drogues  Risquer  Moins Drogues  Risquer  Moins  est  un  projet  de  diffusion   d’informations  de  RdR,  mené  en  milieu  festif.   Thèmes  abordés  :  consommation  de  produits,  sexualité,   risques  auditifs,  conduite  sous  influence,… Son  objectif  est  de  donner  aux  consommateurs  les  moyens d’assurer  un  plus  grand  contrôle  sur  leur  propre  santé.  Le   projet  opte  ainsi  pour  une  responsabilisation  des  usagers.   Plus  spécifiquement,  le  projet  vise  à  sensibiliser  les   consommateurs  aux  risques  liés  à  l’usage  de  produits   psychotropes,  les  informer  sur  les  moyens  de  réduire  ces   risques,  sur  le  SIDA,  les  hépatites,  les  infections   sexuellement  transmissibles  (IST)  et  renseigner  sur  les   institutions  locales  d’aide,  les  possibilités  de  dépistage,  etc.
  • 14. Equipe  Mobile Lors  de  gros  évènements  festifs  (Dour,  Esperanzah,   Cityparade,  I  love  Techno,…),  l’équipe  mobile  prévoit   une  action  de  RdR spécifique  adaptée  au  public  qui   fréquente  l’évènement. Une  équipe  composée  de  professionnels  (l’équipe  de   Modus  Fiesta  avec  de  nombreux  partenaires  locaux)   et  de  volontaires  formés  à  la  RdR proposent  les   services  suivants : • Information  et  conseils de  RdR ; • Diffusion  de  brochures et  de  matériel  de   prévention ; • « Relax  Zone » • Comptoir d’échange  de  seringues ; • Tournées  sur  le  site  des  concerts  et  du  camping  de   afin  d’aider  les  personnes  qui  se  sentent  mal  suite   à  la  prise  de  produits ; • Distribution  d’eau…
  • 15.
  • 16.
  • 17. Relax  Zone La Relax  Zone réalise  une  prise  en  charge  et  un   accompagnement  des  personnes rencontrant  des  problèmes   physiques  et  psychiques  mineurs  liés  à  leur  consommation  de   psychotropes  licites  et  illicites.   Elle  vise  entre  autres  à : • Créer  un contact privilégié  entre  le  public  et  les   professionnels  de  la  santé  via  un  espace  intégré  au  milieu   festif ; • Faciliter le  travail  de  la  Croix-­‐Rouge  en  prenant  en  charge   les  personnes  ayant  consommé,  voir  abusé  de  drogues   licites  ou  illicites  et  dont  l’état  ne  relève  pas  de  l’urgence   médicale. • Favoriser  l’écoute,  l’accompagnement  et  le  relais  lorsqu’il   est  nécessaire…  
  • 19. La   consommation   de  produits   psychotropes  en   milieux  festifs,   un  sujet sensible
  • 20. Testing L’analyse  de  produits  psychotropes  consiste  à  analyser  le  contenu  et  le   dosage  des  composants  contenus  dans  les  produits  psychotropes  en   circulation  afin  de  réduire  les  risques  liés  à  leur  consommation. L’analyse  des  produits  est  un  outil  parmi  d’autres  dans  l’éventail  des  actions   mises  en  place.  Elle  n’est  jamais  réalisée  de  manière  isolée  mais  toujours  à   l’intérieur  d’un  dispositif  plus  large  d’accueil,  d’information  et,  si  besoin,   d’orientation  des  personnes  qui  consomment  des  produits. L’analyse  de  produits  psychotropes  est  un  outil  particulièrement  intéressant : • Il  permet  aux  consommateurs  d’exercer  davantage  de  contrôle  sur  leur   consommation • Il  fournit  une  information  adaptée à  la  personne  et  au  produit  qu’elle   vient  faire  analyser • Il  informe  sur  la  multitude  de  substances que  peut  contenir  un  produit • Il  détecte  les  substances  particulièrement  à  risque ou  dont  on  ne   souhaite  pas  les  effets • Il  contribue  à  collecter  de  manière  fiable  et  rapide  des  informations  sur   les  produits  en  circulation.
  • 21. Réseaux  sociaux  :  quand  le  public  se   charge  de  modérer  à  notre  place.  
  • 22. Scientifiquement  présentée,  l’info  sur  le  sujet sensible  passe  mieux.    
  • 23.
  • 24.
  • 25. D’où vient le projet Quality Nights ? Les labels et les chartes de bien-être en milieux festifs sont des outils de promotion de la santé qui garantissent des normes de qualité de l’accueil dans les lieux festifs (collaboration et médiation, stratégies structurelles, culture festive positive et responsable).
  • 26. Quality Nights : garantir une qualité de l’accueil dans les lieux festifs (depuis 2007) formation personnel gestion sonore eau gratuite retour  à domicile infos santé préservatifs espace Chill out 1ers secours Vestiaire Nourriture Accès PMR Air conditionné
  • 27. Amélioration de l’image des lieux festifs Les lieux festifs ont souvent mauvaise réputation dans la presse… malgré leurs bonnes intentions ! L’adhésion au label Quality Nights montre leur implication dans des réponses adaptées aux besoins de santé et de sécurité des fêtards.
  • 28. 13 17 3 5 312 4 2 3 7 43 76  organisations  festives L’effet  de  communauté  facilite  la  communication  sur  les  sujets  sensibles
  • 29. La communication du label envers le public festif Visibilité  au  sein  des  établissements  labellisés Site  internet  &  Facebook www.qualitynights.be https://www.facebook.com/QualityNightsFR
  • 30. Tables-­‐rondes  dans  certaines  villes  européennes Culture   festive Syndicats Médiation   riverains Associations   de  santé Questions  de   sécurité Mobilité   nocturne Attrait   touristique Médias Public  festif Lieux  festifs Pouvoirs   publics La  vie  festive   considérée   comme  une   approche  globale • Création  de  partenariats • Recherche  de  situations  “win  – win” • Collaborations  sur  des   thématiques  communes • Valorisation  des  initiatives   existantes • Participation  et  recherche  de   solutions  adaptées  au  contexte   local
  • 31. niveau  local,  régional  et  national Participation  à  des  séminaires,  des  conférences  afin  de  faire  de  l’échange  de   pratiques.   • NEW  Net  :  www.safernightlife.org • Party  +  :  www.partyplus.eu • Club  Health Project  :  www.club-­‐health.eu Niveau  international •  travailler en  collaboration  avec  les  lieux festifs,  les  fêtards,  les   associations  de  prévention,  les  pouvoirs publics  et  toute autre structure  dans une perspective  de  coopération.   •  Créer des  liens  dans la  communauté festive •  Renforcer la  médiation et  réduire les  nuisances  publiques et  la   violence  autour des  lieux festifs. Création  de  partenariats
  • 32. https://vimeo.com/56618660 Nits  Q  est  un  projet  de   sensibilisation  du  public  dans   la  ville  de  Taragone (Catalogne).  Ce  projet   comporte  une  série  de   réponses  adaptées  au  public.   -­‐ un  label  de  bien-­‐être  en   milieux  festifs  (Q  de  Festa)   -­‐ Des  jeunes  qui  vont  à  la   rencontre  du  public   (Komando Nits  Q) -­‐ Des  tables-­‐rondes  sont   organisées  dans  la  ville  avec   l’ensemble  des  acteurs  qui   veulent  travailler  sur  des   questions  concernant  la  vie   nocturne.  
  • 33. Enquête  public  BXL  (2014) • Les  services  disponibles  (eau  gratuite,  préservatifs,   bouchons,…)  doivent  être  rappelés  visuellement  au   sein  du  lieu pour  que  le  public  pense  à  les  utiliser.     • Ce  n’est  pas  quand  on  vient  faire  la  fête  qu’on  veut   être  sensibilisé  (la  prévention perçue  comme  intrusive   ou  moralisatrice).     • Les  réseaux  sociaux  restent  le  meilleur  moyen  de  faire   parvenir  de  l’info  en  dehors  du  contexte  festif. • Au-­‐delà  de  Quality Nights,  les  fêtards  ne  sont  pas  à   cours  d’idées  pour  interroger  d’autres  dimensions  qui   ont  un  impact  sur  leurs  sorties  :  sécurité,  propreté,   taxis,  retour  à  domicile,  parking,  législations,  etc. è Nous  devons  trouver  d’autres  moyens  pour   communiquer  envers  nos  publics.  Cela  nous  amène  à  nous   poser  la  question  :  qui  sont  nos  meilleurs  ambassadeurs  ?   Les  organisations  festives  et  leurs  canaux  de   communication.    
  • 34. Comment  mieux  se  faire  connaître   auprès  du  public  ? Multiplier  les  interventions  ? Partenariats  avec  des  sites  internet   « Nightlife ? »  ?   Contenus  Quality Nights sur  le  site   internet  des  lieux  ?  
  • 35. Même  constat  dans  d’autres  villes  européennes -­‐ beaucoup  de  dépenses  et  d’énergie  investis  sur   le  terrain  :  nous  avons  atteint  une  limite  dans   l’utilisation  de  nos  moyens  financiers  et  humains. -­‐ On  essaie  d’investir  la  communication  digitale…   mais  sans  le  temps  de  travail  approprié,  les   compétences,  les  ressources,  les  budgets   adéquats… è Nous  devrions  mutualiser  nos  ressources   afin  de  développer  une  stratégie  de   communication  digitale  commune  qui   puisse  être  adaptée  aux  identités  locales.  
  • 36. Paris Toulouse Marseille Belgique   francophone Villes  partenaires  : Paris,  Bruxelles,  Toulouse   &  Marseille Com2Party Projet  expérimental   de  communication  digitale Villes  associées  : Bordeaux,  Brest,  La  Rochelle,   Lille,  Montpellier  et  Le  Havre  
  • 37.
  • 38. Com2party Objectifs du projet: - Améliorer l’acceptabilité, l’attractivité et l’accessibilité de l’information sur les risques liés à la fête par des stratégies de communication digitale - optimiser la transmission de cette information en utilisant les réseaux de diffusion des professionnels de la fête Identifier selon quelles modalités les professionnels de la fête (organisateurs de festivals, de soirées, de concerts…) pourraient se faire ambassadeurs de nos messages de santé.
  • 39. Acceptabilité Attractivité Accessibilité Campagne Interviews d’experts Guidelines Opinions Articles Témoignages Pour  ou  contre Tips  and  tricks Infographies Définition  d’une  charte   graphique Sites  internets Réseaux  sociaux Applications Partenaires  médias Plateforme  digitale Hub  pour  les  contenus Campagnes Publicités Matériel  imprimé SEO,  SEA  (ads) Goodies … Définir  une  identité  commune Respect  des  identités  locales Réseau  de  partenaires santé Segmentation  du  public Liste  des  sujets  légitimes Ton  de  la  communication Définition  d’une  charte  éditoriale Do  /  don’t Rapports  &  évaluations  existants Insights réseaux  sociaux Vidéos  tutorielles Formation  en  ligne Livres  blancs Enquêtes Votes Quizz Concours Offres  au  public … Formats OutilsContenus Quelle  stratégie  de  contenus  mettre  en  œuvre  ?  
  • 40. Recherche  d’éléments  visuels  et  de  contenus  attractifs…
  • 41. Les  infographies  :   efficaces  pour   rendre  attractive   l’information  de   santé
  • 42.
  • 44. Les  campagnes  de  prévention existantes
  • 45. www.montetasoiree.com Concours  d’organisation  de   soirées  étudiantes  avec  prise en  compte  de  la  prévention -­‐ Des  récompenses  de  2.000  € à  la  clé -­‐ Participer,  c’est  s’approprier   le  message…
  • 46. www.globaldrugsurvey.com https://www.youtube.com/watch?v=1E3s3Zw2hvE Enquête  anonyme  auprès des  usagers  de  drogues Présentation  des  résultats sous  forme  d’infographies
  • 47. www.tirez-­‐un-­‐trait.ch Campagne  spécifique  sur  une  pratique  à  risque  :  site,  visuels,  vidéos…  
  • 48. Démarche exploratoire • IHECS + focus groupes étudiants LLN • Bénéfice attendu : - Les étudiants = une partie de notre public-cible. Les utilisateurs sont mobilisés dans le développement des contenus (travail en co-conception) à création d’un logo, d’un site internet simple, d’affiches, de sous-verres, de vidéos. • Méthode : activité pédagogique de recherche appliquée en communication, 10 étudiants, durant 6 semaines, • Objectif imposé par l’école : produire une stratégie digitale, concevoir des outils graphiques utilisables en print et digital ainsi que produire des vidéos. • Piste créative exploitée : l’identification à un groupe d’amis (6 jeunes) exposés aux mêmes risques et adoptant différents réflexes en soirée.
  • 50. Des  affiches Des  sous-­‐verres informatifs
  • 51. Conclusions Cette campagne mériterait de nombreuses corrections et améliorations avant d’être diffusable. • Approche transversale de la fête exprimée par les organisateurs (voir focus groupes) >< Approche segmentée par risques (auditifs, sexuels, usage de drogue, sécurité routière…). • L’esthétique ne correspond pas à une grande diversité de cultures festives • Le ton de la communication est adapté à un public étudiant mais correspond peu à d’autres profils de fêtards Des  vidéos Des  infographies
  • 52. Ce  qui  fonctionne  avec  les  (jeunes)   fêtards?  Résultat  de  focus-­‐groupes  à   Louvain-­‐La-­‐Neuve • Ingrédients :  les  amis,  la  solidarité,  le  plaisir,  le  lâcher-­‐prise,  les  moments   inoubliables,  l’amusement,  l’identification,…   • Ton  de  la  communication  :  approche non  jugeante,  non  stigmatisante,  pas   d’injonctions,  pas  de  conseils,  pas  de  paternalisme :  présenter de   l’information pragmatique,  objective.   • Respecter  la  diversité des  esthétiques :  chaque culture  musicale  a  ses propres codes.   • Faire  en  sorte que l’information soit simple  et  facile  à retenir :  utilisation de   vidéos,  d’infographies avec  des  nombres et  des  statistiques.   • La  participation (à des  enquêtes,  des  concours,…)  est  déjà  une  façon  de   transmettre  un  message.   • La  prévention par  la  peur est parfois pertinente (l’exemple de  la  prévention routière ou du  tabac ont été cités).  
  • 53. Aller  récolter  la  parole  des   organisateurs • Le  focus  group est  une  technique  d’entretien  de   « Groupe  d’expression  et  d’entretien  dirigé »,  qui   permet  de  collecter  des  informations  sur  un  sujet  ciblé.   • Cette  technique  permet  d’évaluer  des  besoins,  des   attentes,  des  satisfactions  ou  de  mieux  comprendre   des  opinions,  des  motivations  ou  des  comportements.   Elle  sert  aussi  à  tester  ou  à  faire  émerger  de  nouvelles   idées  inattendues  pour  le  chercheur.  
  • 54. Recueil et analyse des points de vigilance durant les focus-groupes avec les organisateurs d’évènements Trois thématiques principales ressortent de l’analyse: • Consommation et temporalité de la fête : une prise de risque majorée • Environnement de la fête : espace privé et espace public, une gestion problématique • Évolution des contextes de la fête : des jeunes inexpérimentés et non éduqués à la fête
  • 55. Enseignements et propositions… Concernant les publics de fêtards, un diagnostic partagé par les villes et qui fait apparaître : • Une approche transversale qui rompt avec une approche par type de risques, et qui englobe le contexte et l’environnement de la fête • La dimension collective comme levier pour agir sur les comportements et les risques : « rendre les fêtards acteurs ». • Le groupe comme vecteur d’une dynamique solidaire et d’entraide, de diffusion d’information et d’accompagnement. • La notion de temporalité de la nuit, de parcours de fête est importante.
  • 56. Focus  groupes  organisés  à  Paris,  Marseille  et  Toulouse -­‐ Identifier  leurs  points  de  vigilance,  difficultés  rencontrées  sur  le  terrain   -­‐ en  faire  une  vidéo  d’information  à  destination  du  public  à  diffuser  via  leurs  réseaux  sociaux
  • 57. https://www.youtube.com/watch?v=HGcGyBorbcs Vidéo  visionnée  plus  de  350  000  fois  :  informer  les  touristes  au  sujet  des  risques   festifs,  suite  à  divers  incidents  à  Amsterdam  (décès,  nuisances,…)
  • 58. • Restitution des Focus groupes à Toulouse, Paris & Marseille • Volet communication 1. Présentation de 2 campagnes différentes selon les contenus, le ton de la communication, leur format et leur esthétique pour identifier les adhésions et les rejets. 2. En dégager des recommandations afin de proposer une stratégie digitale en adéquation avec leurs besoins.
  • 59. 1ere campagne: Les 10 commandements des fêtes de Gand https://vimeo.com/134001672
  • 60. Acceptabilité des messages • Messages trop ciblés sur une communication urbaine : les thématiques abordées concernent des collaborations à renforcer avec d’autres instances locales (propreté, riverains, offre de transports publics,...). • Le ton humoristique, les injonctions employées pourraient inciter les fêtards à le faire par jeu. • Messages sous forme d’injonction : culpabilisation du fêtard, formulation non adaptée. Attractivité des messages Accessibilité des messages • Facilement diffusable mais jugé sans impact sur le public • Charte graphique (esthétique) non adaptée à l’ensemble de la diversité des fêtards (infantilisant) • Format vidéo rapide (durée courte, rythme soutenu) et efficace (on regarde la vidéo jusqu’au bout). L’avis  des  professionnels  de  la  fête…  
  • 61.
  • 62.
  • 63. • Information claire et succincte : les conseils sont utiles, de bons sens et pragmatiques, rapide à assimiler et facile à comprendre. Les messages sont pertinents • Ton des messages approprié aux publics fêtards : messages dynamiques sans injonction, ni côté moralisateur. • Nécessité d’adapter certains messages : - perçue comme trop axée sur les festivals (mention des conditions climatiques, moins pertinente pour tous les évènements indoor) - certaines traductions ne sont pas optimales Acceptabilité des messages L’avis  des  professionnels  de  la  fête…  
  • 64. Attractivité des messages • La campagne est professionnelle : le style de la charte graphique est accrocheur. • L’esthétique sobre et épurée convient à l’ensemble des cultures musicales. • L’effet de communauté est attractif (logos des professionnels) • Intérêt à s’impliquer dans une campagne nationale ou internationale : mêmes publics qui circulent dans les villes européennes • L’anglais peut entrainer des difficultés pour une partie du public ne maîtrisant pas bien cette langue, mais elle apporte une touche internationale, adaptée aux plus jeunes et aux touristes. Accessibilité des messages • Facilité d’utilisation : Il est simple pour chaque professionnel de la fête ou la presse de s’approprier et de diffuser des contenus. “C’est facile de piocher des éléments et de les relayer sur les réseaux sociaux.”
  • 65. En  résumé la  communication  sur  les  sujets   sensibles  (principes  et  méthodes). « Il  existe  une  technique  qui  consiste  à  redéfinir   le  cadre  du  sujet,  en  englobant  le  sujet  sensible   dans  quelque  chose  de  plus  vaste,  intégrant  des   sujets  et  notions  socialement  plus  acceptées.  Le   sujet  sensible  se  « faufilerait »  donc  dans  cette   masse  d’information  et  passerait  mieux. »  
  • 66. La  communication  sur  les  sujets  sensibles   (quelques  procédés…)   • Les  arguments  d’autorité :  présenter  des  infos  objectives,  le  résultat  d’études  fiables,  une  réalité   scientifique.   « La  réduction  des  risques  vise  à  proposer  de  l’information  objective  et  non  stigmatisante. » • La  communication  positive :  mettre  en  avant  les  bénéfices  liés  au  service  par  l’utilisation  de  termes  à   connotation  positives  et  non  les  risques  liés  à  une  non-­‐utilisation  du  service…   « Pour  mieux  profiter  de  la  fête,  pour  augmenter  le  plaisir  tout  en  diminuant  les  risques  ,  pour  mieux  réagir  face   aux  situations  d’urgence,  pour  que  la  fête  reste  un  plaisir ».   • La  dénomination  positive :  le  nom  du  projet  ou  le  vocabulaire  utilisés  sont  positifs. « Quality Nights »  ,  « Plus  Belle  La  Nuit » Source:  http://www.communication-­‐sensible.com/download/communication-­‐sujets-­‐sensibles-­‐2013.pdf
  • 67. la  communication  sur  les  sujets   sensibles  (quelques  procédés…)     • La  communication  rhizomique :  le  fait  d’être  de  nombreux  ambassadeurs  de  la  campagne  rend  plus   acceptable  ses  contenus.   « Lorsque  plusieurs  acteurs  transmettent  le  même  message,  ce  dernier  sera  plus  vite  accepté  et  jugé   pertinent,  utile,  et  important.   Ce  message  véhiculé  par  plusieurs  acteurs  sera  aussi  plus  difficilement  critiquable,  puisque  ce  sont   plusieurs  personnes  qui  sont  « unies »  derrière  le  message.   Cela  permet  aussi  au  message  d’être  plus  rapidement  relayé  et  transmis. » Source:  http://www.communication-­‐sensible.com/download/communication-­‐sujets-­‐sensibles-­‐2013.pdf
  • 68. Merci!   Yoan  Pesesse Responsable  de  projet  Quality  Nights  – Modus   Vivendi  – Belgique Consultant  Com2Party  – FFSU  -­‐ France ypesesse@gmail.com 68