Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

RV_printanier_Sudoc_PS_2021_atelier_2_bulle_4

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 16 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus par ABES (20)

Plus récents (20)

Publicité

RV_printanier_Sudoc_PS_2021_atelier_2_bulle_4

  1. 1. ASGARD:Conservationetvalorisationd’unfondsde périodiquesélectroniquespeuoupasréférencésenligne Rendez-vous virtuel printanier des CR, 20 Mai 2021 SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO
  2. 2. ASGARD:Conservationetvalorisationd’un fondsde périodiquesélectroniquespeuoupasréférencésenligne Comment valoriser et conserver ce fonds de périodiques électroniques, auprès des agents du SHIELD et de ses sous-agences ? Après la destruction d’Asgard causée par le Ragnarök, le SHIELD a en sa possession le seul échantillon terrestre de la production scientifique écrite asgardienne, sous la forme d’un fonds de périodiques. SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO 2017—11-21: destruction d’Asgard
  3. 3. 003-1040559 1250 003-77156.8 1760 0009-14563.7 73273 PLAN Constat et états des lieux 01. LACONSERVATION DESPERIODIQUES ELECTRONIQUES Identification et mise en visibilité 02. AMELIORER LEREFERENCEMENT Intégrer le réseau Mir@bel 03. VERSUNEMEILLEURE VISIBILITE SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Carte manuscrite numérisée : « Asgard, le continent » Date inconnue. Auteur inconnu
  4. 4. LACONSERVATIONDES PERIODIQUES ELECTRONIQUES 01. SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Constat et états des lieux
  5. 5. Plus de 42 000 titres imprimés sont conservés dans le cadre d’au moins un PCPP, et ce nombre ne cesse de croître d’année en année. Conservationdespériodiquesélectroniques: leconstat A l’inverse, de plus en plus de périodiques électroniques disparaissent. Pourtant, des agences de conservation des périodiques électroniques existent : Portico, LOCKSS, CLOKSS, Scholars Portal, HathiTrust, … The Keepers Registry: système de suivi mondial des états d’archivage des contenus numériques auxquels un numéro ISSN a été attribué SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO
  6. 6. «OpenAccess isnotforever » SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Laasko et al. sont les premiers à faire un constat chiffré de cette problématique : « Open Access is not forever » http://arxiv.org/abs/2008.11933 ● Entre 2000 et 2018 près de 180 titres dotés d’un ISSN ont disparu du web ! ● Etre référencé dans un répertoire comme ROAD ou le DOAJ ne suffit pas : une revue morte, même en open access, sortira du référencement de ces répertoires. Carte manuscrite numérisée : « Asgard, les neufs mondes », Date inconnue. Auteur inconnu
  7. 7. 003-1040559 1250 003-77156.8 1760 0009-14563.7 73273 VANAHEIM NIDAVELLIR ALFHEIM SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO 02. AMELIORER LE REFERENCEMENT Identification et mise en visibilité
  8. 8. LeResponsableCRaunrôleàjouer! Il est important d’assurer une continuité dans le signalement des titres imprimés inscrits à un PCPP : mission de contrôle catalographique et de signalement. Signaler dans le Sudoc les publications électroniques de mon réseau, en particulier celles de mes bibliothèques non-déployées, qui sont souvent hors-radars alors même qu’elles présentent un fort intérêt scientifique, pédagogique ou culturel : quelles sont les ressources OA produites dans ma région, dans ma discipline mais plus largement quelles sont les ressources OA qui gagneraient à être mieux signalées pour les membres de mon réseau ? SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Image d’archive : « Bifrost. Détermination de l'intensité absolue de l’énergie prismatique », Date inconnue. Auteur inconnu
  9. 9. L’ISSN,lapierre angulaire TheKeepersRegistry Uncerclevertueuxpourla conservation partagée?  https://keepers.issn.org/stats Cidemis SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Accès aux ressources archivées par les agences qui coopèrent avec le Keepers Registry. 52,042 titres parmi lesquels 18,853 titres sont ‘conservés en sécurité’ par au moins 3 de ces organismes en parallèle
  10. 10. Selocaliser : l’exemplarisation automatique  Exemplarisation à la demande via le guichet AbesSTP : guichet Sudoc pro > domaine « ITEM : Interface de traitement des exemplaires en masse »  Via Item avec un ILN Sudoc : se tourner vers le coordinateur Sudoc pour l’exemplarisation automatique des périodiques électroniques https://item.sudoc.fr/login SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO
  11. 11. 03. VERSUNEMEILLEURE VISIBILITE Intégrer le réseau Mir@bel SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Erik Selvig, «La convergence des 9 mondes », extrait déclassifié
  12. 12. 003-1040559 1250 003-77156.8 1760 0009-14563.7 73273 +180 +107000 Revues signalées dans Mir@bel, dont 2 229 revues DOAJ 9900 Contributeurs provenant de 68 institutions membres et 17 partenaires éditeurs de revues. Liens extérieurs mis à jour par de nombreux processus automatisés SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Mir@bel:unréseauquivalorise lesaccèsauxcontenus
  13. 13. 003-1040559 1250 003-77156.8 1760 0009-14563.7 73273 QuelstitresintégreràMir@bel? LeLibreaccès:lecoeurdecible Descontenusétendus Mir@bel est né du besoin de mutualiser les contenus en ligne des revues : • Revues francophones en sciences humaines et sociales • Centralisation des accès, et signalement du libre accès Aujourd’hui, le contenu de Mir@bel dépend des besoin de ses partenaires. • Valoriser ses propres contenus, ou ceux intéressant pour ses usagers • Valoriser des accès ou un service auprès de ses chercheurs • Valoriser les publications de ses chercheurs SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO
  14. 14. QuelcircuitpourlesignalementdansMir@bel? • Devenir partenaire veilleur (à l’image du CR01 ou du CR31) • Vérifier que la notice Sudoc du titre à signaler existe (ou la créer) • Se localiser, ou demander au SRCO de réaliser une exemplarisation sommaire, pour éviter une double saisie dans Mir@bel • Créer la page de la revue dans Mir@bel : Récupération automatique des informations Sudoc à partir de l’ISSN • Renseigner les accès en ligne et suivre la revue SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO Image déclassifiée : Bifrost - portail dimensionnel
  15. 15. Quesepasse-t-ilaprèslacréationdelapagedelarevue ?  Centralisation et mise en visibilité de revues peu référencées sur le web  Référencement accru dans les moteurs de recherche et dans d’autres systèmes : catalogues de bibliothèques, Wikidata, Istex, ISSN Portal, bases de sommaires, …  Bénéficier de la production participative par les membres partenaires (curation, ajouts de données, …)  Signalement des états de collection Mir@bel dans le Sudoc par la création d’un exemplaire Abes pour les contenus en libre accès  Bénéficier d’un appui pour intégrer le DOAJ SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO
  16. 16. 003-1040559 1250 003-77156.8 1760 0009-14563.7 73273 Merci! Desquestions? SHIELD_CLASSIFIED-FILE_8938UDIEJIO

Notes de l'éditeur

  • Le fonds asgardien constitué par le SHIELD est unique. Un système de conservation s’impose.
    Pour les imprimés, les PCPP permettent gestion coordonnée et conservation des fonds de périodiques. Constat : le nombre de périodiques imprimés faisant l’objet d’un plan de conservation augmente, mais dans le même temps, de plus en plus de périodiques électroniques disparaissent.

    L’équivalent des PCPP pour les titres électronique est The Keepers Registry. Géré par le CIEPS depuis 2019, il ne fait pas lui-même d’archivage pérenne, c’est un système de suivi des dispositifs d’archivage des ressources électroniques continues. Des agences de conservation des périodiques électroniques existent : Portico (près de 30 000 titres), CLOCKSS (22 000 titres), LOCKSS (près de 14 000 titres), HathiTrust (environ 11 000 titres)
  • Hypothèse du SHIELD : si le corpus de périodiques Asgardien est diffusé en open access, cela suffira à assurer sa conservation.

    Non, car l’OA ne garanti ne garantit pas la pérennité. A ce sujet lire l’article de Laasko et al. qui sont les premiers à donner un constat chiffrer pour alerter sur ce phénomène. L’électronique accélère la tendance naturelle à la mouvance des ressources continues et à cette complexité, s’ajoute la problématique de l’éphémérité du web.

    L’étude de Laasko et al. porte uniquement sur les journaux dotés d’au moins un ISSN (imprimé ou électronique). Des données récoltées à partir de la consultation et du croisement de différentes sources (liste de titres inscrits dans le DOAJ, listes de titres Scopus, Ulrichsweb, …), et d’une analyse poussée des titres ainsi obtenus, ont permis d’établir une liste de 180 titres de périodiques pour lesquels une disparition du web est avérée.
    Il paraît raisonnable d’estimer à un nombre bien supérieur le nombre de publications qui ont effectivement disparu au cours de la période couverte par l’étude (2000-2018)

    Problématique de la pérennité de l’OA : les répertoires comme le DOAJ et ROAD ont des critères d’inclusion très stricts, ils ne référencent que les périodiques dotés d’un ISSN, et qui ont une parution régulière, les titres morts, même en OA sortent de ces répertoires.


  • Les ressources dont la publication est souvent portée par des éditeurs de petite taille (universités, sociétés savantes, laboratoires, etc.) font partie des ressources les plus « à risques », et correspondent au profil des bibliothèques non déployées.

    Les chercheurs, les éditeurs et fournisseurs de contenus sont les premiers acteurs de la politique de conservation d’une publication, par le choix du mode de publication et du mode de diffusion qu’ils appliquent. Mais les professionnels de l’information ont eux aussi un rôle à jouer en aval de la diffusion des publications scientifique : référencer, signaler, et centraliser ces ressources, pour une valorisation accrue des contenus accessibles, et une mise en visibilité la plus large possible des accès disponibles.
  • Une douzaine de “Keepers” ont ingéré et archivé 52,042 titres parmi lesquels 18,853 titres sont ‘conservés en sécurité’ par au moins 3 de ces organismes en parallèle. [Démo : comment accéder aux titres recensés par The Keepers Registry]

    L’étude de Laasko et al. s’est intéressée aux revues dotées d’au moins un ISSN valide. Cela laisse présager qu’un nombre inconnu de titre dépourvu d’identifiant a également pu disparaître au cours de la même période. En effet, comment préserver une ressource que l’on ne connaît pas, faute d’identification par un numéro ISSN ?
    Actuellement plus de 1 600 revues signalées dans Mir@bel possèdent un ISSN imprimé mais pas d’ISSN électronique, et près de 4 000 titres Gallica ne possèdent aucun ISSN.

    A partir de l’exploitation des données du Sudoc, de BACON et de Mir@bel, il est possible d’identifier les ressources qui ne possèdent pas d’issn  Faciliter et encourager l’identification de ces ressources, et éventuellement de leur généalogie, en demandant leur numérotation via Cidemis

  • Liens DOAJ - ERIH PLUS - HAL - ROAD – Wikipedia mis à jour quotidiennement
    Accès Cairn.info, Érudit, OpenEdition Journals, Persée et Sign@l importés automatiquement quotidiennement
    Accès Europresse, JSTOR, Project MUSE et toutes les Licences Nationales importés automatiquement

×