13 octobre 2015 ENSSIB FIBE

339 vues

Publié le

Présentation devant les élèves de la Formation Initiale des Bibliothécaires d'Etat à l'ENSSIB par Luc Maumet le 13 octobre 2015

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
339
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

13 octobre 2015 ENSSIB FIBE

  1. 1. Les publics déficients visuels FIBE 13 octobre 2015 Luc Maumet
  2. 2. 2 Plan  La Médiathèque Valentin Haüy  Les publics déficients visuels  Modalités d’accès à l’écrit  Conséquences du cadre légal  Quelle offre en bib. publique ?
  3. 3. 3 L’Association Valentin Haüy  aider les aveugles et les malvoyants à sortir de leur isolement  leur apporter les moyens de mener une vie normale
  4. 4. 4 L’organisation de l’AVH  Un siège à Paris et 110 comité locaux  480 salariés, 3000 bénévoles  nombre de déficients visuels = à celui des voyants au CA et au bureau
  5. 5. 5 L’écrit et les personnes déficientes visuelles  Un problème non résolu  De multiples solutions à mettre en œuvre dès aujourd’hui  Une situation en passe de changer radicalement
  6. 6. 6 Le cadre légal en France  L’exception handicap (pour tous les publics empêchés de lire)  exception.handicap.culture.gouv.fr/  Platon : Plateforme de Transfert des Ouvrages Numériques  En attendant Marrackech…
  7. 7. 7 La médiathèque Valentin Haüy en chiffres  16 salariés pour la mise à disposition de documents et la médiation culturelle  12 salariés pour la production de documents adaptés  L’aide de plusieurs centaines de bénévoles
  8. 8. 8 Qui peut s’inscrire ?  Cadre de « l’exception handicap »  Toutes les personnes handicapées  Certificat médical ou carte d’invalidité
  9. 9. Une médiathèque à Paris  Plus de 90 % des prêts à distance
  10. 10. 10 La médiathèque Valentin Haüy en 2014  4800 emprunteurs actifs  170 000 documents prêtés  Un service national  Gratuité
  11. 11. 11 170 000 documents prêtés en 2014
  12. 12. 12 Notre objectif « Que toute l’information publiée soit accessible pour les personnes handicapées, dans des formats adaptés, au même moment et au même prix que pour la population générale »
  13. 13. 13 Qui sont les personnes déficientes visuelles ? (1/2)  Les personnes amblyopes  Amblyopie = baisse de l’acuité visuelle.  Peut prendre des formes multiples et la mesure en dixièmes ne suffit pas pour décrire ces phénomènes.
  14. 14. 14 Qui sont les personnes déficientes visuelles ? (2/2)  Les personnes aveugles  Administrativement : vision centrale, après correction, inférieure à 1/20 de la normale
  15. 15. 15 Enquête HID 1999-2000  61 000 aveugles (1 / 1000)  1 078 000 malvoyants (18 / 1000)
  16. 16. 16 Chiffres AVH actualisés  65000 aveugles  1.200.000 malvoyants
  17. 17. 17 Une population vieillissante  Démographie de la population générale  Progrès de l’ophtalmologie  DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age)
  18. 18. 18 Des publics aux pratiques culturelles méconnues  Les pratiques culturelles des français ne prend pas en compte la déficience visuelle  Pourtant : impact majeur de la déficience visuelle sur ces pratiques
  19. 19. 19 Différentes modalités d’accès à l’écrit  Le braille  Les caractères agrandis  Le sonore
  20. 20. 20 Caractéristiques de l’écriture braille  Un système d’écriture en relief  Lecture avec la pulpe des deux index  Vitesse de lecture plus faible  Impossibilité de lire « en diagonale »
  21. 21. 21 Louis Braille ? Au Panthéon !  Une invention géniale  La seule modalité directe d’accès à l’écrit  Aujourd’hui mondialement utilisée
  22. 22. 22 Par exemple : en Iran
  23. 23. 23 Les usagers du braille  Environ 7 000 braillistes en France (moins de 1 % de la pop. cible)  Des raisons démographiques  Apprendre le braille … … « pour lire quoi » ?
  24. 24. 24
  25. 25. 25 Les conséquences du volume :  Impossible de développer des collections braille dans toutes les bibliothèques  La franchise postale pour contourner ce problème
  26. 26. 26 Le braille reste irremplaçable  Des qualité irremplaçable  Rôle incontournable dans l’éducation  Mais un usage qui tend à diminuer
  27. 27. 27 Le braille éphémère o Une solution parfaite pour l’informatique o Des prix (encore) très élevés o Un usage limité
  28. 28. 28 Les livres en très grands caractères  Une offre commerciale restreinte (4000 titres dans le commerce)  Des types d’adaptations limités  La nécessité de l’adaptation à la demande (par exemple dans le cadre scolaire)
  29. 29. Les liseuses : quelques avantages  Agrandissement des caractères  Choix de la police 29
  30. 30. Exemple 1 : Kindle Paperwhite 30
  31. 31. Exemple 2 : Kobo de la FNAC 31
  32. 32. 32 Les tablettes et smartphones pour les malvoyants  Une adoption rapide  Apple et … les autres  L’avenir de la « basse vision » ?
  33. 33. iBooks  Taille des caractères  Luminosité de l’écran  Polices  Thèmes 33
  34. 34. Voicedream reader  Sous iOS et Androïd  8,99 €  Paramétrage complet de l’affichage 34
  35. 35. 35
  36. 36. 36
  37. 37. 37
  38. 38. 38 Les solutions d’agrandissement à la volée  Loupes électroniques et téléagrandisseurs  Généralement pour un accès ponctuel à l’information
  39. 39. 39
  40. 40. 40 Le sonore : une modalité d’accès à l’écrit à part entière  Ecouter c’est lire !  L’exemple d’une formation en bibliothéconomie  La solution majoritairement utilisée
  41. 41. 41 Prédominance de l’audio  Une population vieillissante  Des avantages pratiques par rapport au braille
  42. 42. 42 Le sonore : un accès à l’écrit restreint  Subjectivité du « donneur de voix »  Perte de la structure  Perte d’information très importante entre le texte écrit et le récepteur
  43. 43. 43 Le sonore : constituer des collections  La production commerciale reste très limitée (3500 titres dans le commerce)  Des livres expurgés ou mis en scène
  44. 44. 44 Nécessité de produire des livres audio  + ou – 3500 livres audio dans le commerce  Mais 60 000 nouveaux livres imprimés publiés chaque année  Nous devons posséder les sources (cadre légal de l’exception handicap)
  45. 45. 45 Le format DAISY  Format ouvert depuis 1997  Digital Accessible Information SYstem  Le consortium Daisy : www.daisy.org/
  46. 46. 46 Daisy : une norme d’enregistrement  Enregistrements de qualité numérique : mp3 très compressé  Enregistrements structurés  La production de documents sonores est normalisée mondialement
  47. 47. 47 Daisy : une norme pour des appareils de lecture
  48. 48. 48 Daisy : une norme pour des appareils de lecture  Appareils vocalisés  Vitesse de lecture  Sauvegarde du point d’arrêt  Capacité de déposer des signets  Compatible : daisy, mp3, wave…
  49. 49. 49 Des industriels rejoignent le consortium…  Adobe  Google  Microsoft
  50. 50. 50 Daisy dans le monde  A l’étranger : des services dans les bibliothèques publiques  2 millions de documents par an en Angleterre  Vers la « global library »
  51. 51. 51 Distribution sur CD à l’AVH  Production des CD à la demande  L’usager détruit le disque après usage  Entre 350 et 800 CD produits et distribués chaque jour
  52. 52. 52 Pour télécharger :  eole.avh.asso.fr  Ergonomie et accessibilité  En 2014 : 2203 personnes ont téléchargé 70 000 documents
  53. 53. 53 TIGAR sous l’égide de l’OMPI  Trusted Intermediary Global Accessible Resources  224 000 livres !  Le traité de Marrackech
  54. 54. 54 Voix humaine et voix de synthèse  Aujourd’hui majoritairement de la voix humaine  Mais production en voix humaine trop faible
  55. 55. 55 Les livres audio en voix de synthèse  Depuis juillet 2013  Une excellente intelligibilité  15 % des livres audio prêtés  72 % des emprunteurs de synthèse satisfaits
  56. 56. 56 Daisy : un format de structuration pour le texte  Vers un format pivot (braille, voix de synthèse, gros caractères)  Le consortium Daisy agence de maintenance du format Epub
  57. 57. 57 Le format epub : un format mainstream  L’un des formats les plus répandus  Un format ouvert qui évolue vite
  58. 58. 58 Le consortium Daisy et le format Epub  L’intégration de l’exigence Daisy dans le format Epub  Epub 3 : un format potentiellement très accessible  Un exemple : les guides du Petit Futé
  59. 59. 59 L’epub est soutenu par le consortium Daisy  Investissement du consortium Daisy dans l’IDPF qui maintient l’epub  George Kerscher président de l’IDPF est aussi président du consortium Daisy
  60. 60. 60 George Kerscher
  61. 61. 61 L’accessibilité de Daisy dans l’offre commerciale Epub
  62. 62. 62 Solutions « dynamiques » de synthèse vocale Vocale Presse
  63. 63. 63 La synthèse vocale : logiciels de revue d’écran  Jaws : un logiciel de revue d’écran  Prendre connaissance d’un texte  Utiliser un ordinateur sous windows
  64. 64. 64 Des alternatives  NVDA : la solution libre  Voice Over : la solution Apple
  65. 65. 65 Limites  Difficultés d’apprentissage  Coûts  Faible notoriété
  66. 66. 66 L’audiodescription  Décrire ce qui ne peut être vu par le spectateur déficient visuel :
  67. 67. Les exemples étrangers : nombre d’emprunteurs actifs  NLS (Etats-Unis) : 500 000  Dedicon (Pays-Bas) : 60 000  MTM (Suède) 70 000  Une différence essentielle : les services en bib publiques67
  68. 68. 68 Quels services en bibliothèques publiques ?  Proposer des services inclusifs  Les mêmes droits que la population générale  Travailler dans un environnement de pénurie documentaire et dans un cadre légal spécifique
  69. 69. 69 L’offre AVH pour les bibliothèques publiques  Possibilités de dépôts de CD  Possibilités de téléchargement  Possibilités d’échanges d’expertise (veille, formation…)
  70. 70. 70
  71. 71. Le soutien du Ministère de la Culture  Financement  Soutien institutionnel  Une ambition forte 71
  72. 72. Le projet « Daisy dans vos bibliothèques » 2nde édition  15 bibliothèques reçoivent un "Pack Daisy" subventionné : 2 lecteurs Daisy 200 CD Daisy un accès illimité à Éole un accompagnement dans la mise en place du nouveau service 72
  73. 73. 73 Quels indicateurs de performance ?  Nombre d’emprunteurs actifs et nombre d’usagers potentiels  Retours en termes d’image  Un développement à long terme
  74. 74. 74 Pour en savoir plus : http://daisy.avh.asso.fr
  75. 75. 75 Pour en savoir plus  L’IFLA sections LPD et LSN  Le CERTAM : www.certam-avh.com  La commission Accessibib de l’ABF Accessibibabf.wordpress.com
  76. 76. 76 Merci pour votre attention !

×