PRESENTATION
 Le

Web 2.0 facilite l'interaction entre utilisateurs, le
crowdsourcing et la création de réseaux sociaux r...
Origine du terme
 L'expression a été médiatisée en août 2004 par Dale Dougherty

(en) de la société O'Reilly Media lors d...
Technologies
 L’infrastructure du web 2.0 est par nature complexe et changeante, mais elle
inclut toujours:
 des logicie...
Application Internet riche
 Depuis le début du xxie siècle, des techniques d’application

Internet riches telles qu’AJAX ...
MERCI
Web2.0
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Web2.0

57 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
57
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Web2.0

  1. 1. PRESENTATION  Le Web 2.0 facilite l'interaction entre utilisateurs, le crowdsourcing et la création de réseaux sociaux rudimentaires, pouvant servir de contenu et exploitant les effets de réseau, avec ou sans réel rendu visuel et interactif de pages Web. En ce sens, les sites Web 2.0 agissent plus comme des points de présence, ou portails Web centrés sur l’utilisateur plutôt que sur les sites web traditionnels. L’évolution des supports permettant de consulter les sites Web, leurs différents formats, amènent en 2008 une approche recentrée sur le contenu plus que sur l’aspect.  Les nouveaux gabarits Web 2.0 (en anglais : template) tentent d’apporter un soin graphique, des effets, en restant compatibles avec cette diversité de supports. Dans le Web 2.0, l'internaute devient acteur en alimentant les sites en contenu, comme les blogs, ou de manière collaborative avec les wikis, voire des dispositifs très rigoureux de type science citoyenne.
  2. 2. Origine du terme  L'expression a été médiatisée en août 2004 par Dale Dougherty (en) de la société O'Reilly Media lors d’une conversation avec Craig Cline de MediaLive (en) en vue de préparer une conférence. Il a suggéré que le Web était dans une période de renaissance ou de mutation, avec un changement de paradigmes et une évolution des modèles d’entreprise. Dougherty a donné des exemples au lieu de définitions : « DoubleClick, c’était le Web 1.0. Google AdSense, c’est le Web 2.0. Ofoto (en), c’était le Web 1.0. Flickr, c’est le Web 2.0. », et recruté John Battelle (en). Puis, O’Reilly Media, Battelle et MediaLive ont lancé la première conférence Web 2.0 en octobre 2004. La seconde conférence annuelle a eu lieu en octobre 2005.  O’Reilly et Battelle résument4 comme-suit les principes-clés des applications Web 2.0 :
  3. 3. Technologies  L’infrastructure du web 2.0 est par nature complexe et changeante, mais elle inclut toujours:  des logiciels de serveur,  la syndication de contenu,  des protocoles de messagerie,  des standards de navigation,  des applications clientes diverses (les plugins, ou greffons, non-standards sont généralement évités).  Ces approches complémentaires fournissent au web 2.0 des capacités de stockage, de création et de diffusion, ainsi que de sérendipité très supérieures à ce qui était précédemment attendu des sites web.  Un site pourrait être considéré comme relevant d'une approche web 2.0 s'il utilise de manière privilégiée les techniques suivantes :  CSS, balisage XHTML sémantiquement valide et des microformats ;  techniques d’applications riches telles qu’Ajax (informatique) ;  syndication et agrégation de contenu RSS/Atom ;  catégorisation par étiquetage ;
  4. 4. Application Internet riche  Depuis le début du xxie siècle, des techniques d’application Internet riches telles qu’AJAX ont amélioré l’expérience utilisateur des applications utilisant un navigateur web. Une application web utilisant AJAX peut échanger des informations entre le client et le serveur afin de mettre à jour le contenu d’une page web sans rafraîchir la page entière, grâce au navigateur. Le « Web Géospatial »5 est l'une des formes émergentes de recomposition géographique des entrées de la connaissance, via les NTIC, la démocratisation du GPS et parfois le crowdsourcing appliqué à la cartographie citoyenne (citizen mapping6), qui a par exemple donné OpenStreetMap et à d'autres échelles le NASA World Wind puis Google Earth et Microsoft Live Local en 3D en ayant des impacts environnementaux, sociaux et économiques encore mal cernés7.
  5. 5. MERCI

×