N°4
Édition de
mars
2014
Mars
en chiffres
133 candidats
officiellement déclarés
par la préfecture
au début de la campagne offic...
38 posts
par mois
sur Facebook
(pages fan, +14)
1083 fans
(+153)
+ de 62 tweets
sur Twitter
par mois (+39) 142
followers
s...
Le classement
général
« La com’ digitale fait-elle l’élu ? » : la question
se pose depuis 2007 au niveau national et
depui...
Les performances de
nos maires/commune
(note sur 20)
Baromètre #social IRVE® et Réuniveille
A noter :
Seuls 10 maires sur ...
l’entréeenvigueurdelaloisurlenon-cumul
des mandats) rendent indispensables
une meilleure écoute et une plus grande
concert...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Barometre social des politiques - Municipales 2014 - Mars 2014 - Ile de la Réunion

725 vues

Publié le

Publié dans : Données & analyses
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
725
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Barometre social des politiques - Municipales 2014 - Mars 2014 - Ile de la Réunion

  1. 1. N°4 Édition de mars 2014 Mars en chiffres 133 candidats officiellement déclarés par la préfecture au début de la campagne officielle 1 Après les #Municipales2014, en route pour les #Régionales2015 Les élections municipales sont terminées. A peine élus, certains maires ont affiché leurs ambitions pour les élections régionales l’an prochain. Dans cette perspective, le baromètre #social des hommes politiques réunionnais évolue. Dans ce numéro 4, portant sur le mois de mars 2014, l’IRVE® (Institut Régional de Veille et d’Etudes) en partenariat avec Réuniveille, pour Le Quotidien, dresse le bilan de la présence digitale des 24 maires élus et de certains de leurs opposants malheureux. Avant de passer le mois prochain à un panel resserré de 128 élus et d’analyser, au-delà de leur présence, l’influence réelle des hommes politiques sur les réseaux sociaux, dans la perspective des prochains scrutins. Le Baromètre #social des politiques Baromètre #social IRVE® et Réuniveille 56 % ont une page publique Facebook (+2) 45 % ont un site/blog (=février) 13 % ont une page LinkedIn (=) 16 % sont présents sur Youtube (=) 33 % ont un compte Twitter (=) 30 % ont un profil privé Facebook (=) 12 % disposent d’une biographie sur Wikipédia (=) 10 % ont un profil Viadeo (=) 1 même base que le mois dernier
  2. 2. 38 posts par mois sur Facebook (pages fan, +14) 1083 fans (+153) + de 62 tweets sur Twitter par mois (+39) 142 followers sur Twitter (+21) Bob, le candidat moyen, marque le pas Robert, dit « Bob », voit pour la première fois depuis le démarrage du baromètre sa moyenne reculer : 5/20, contre 5,2 en février 2014. Derrière ce chiffre, 2 mouvements contradictoires se combinent : d’une part, une forte augmentation de l’activité des candidats sur les réseaux sociaux les 3 dernières semaines avant l’élection ; d’autre part, une démobilisation naturelle après le 1er tour pour les candidats éliminés ou qui ont choisi l’option de la fusion avec d’autres listes. Premier point : on constate logiquement en mars 2014 une forte augmentation du volume de publications, tous réseaux confondus, par rapport au mois précédent. La moyenne des articles sur les sites web a ainsi grimpé de 140% / février. Le nombre de posts sur les pages publiques de Facebook a lui bondi de 13%. Mais c’est sur Twitter que la tendance est la plus nette, avec des tweets en hausse de 171% / février 2014 ! Qui a dit que « Twitter ne sert à rien » ? De nombreux candidats avaient désactivé ou suspendu leur page publique sur Facebook, leur compte Twitter ou encore leur site web au moment où nous avons démarré l’analyse des données (à partir du 1er avril). Par choix ou par oubli… puisque le code électoral obligeait les candidats à geler leurs sites et réseaux à partir du vendredi minuit jusqu’à la clôture des bureaux de vote le dimanche, et ce, pour chaque tour. Au fil des publications du baromètre social, vous retrouvez notre mascotte. Robert dit «Bob» vous indique, d’un coup d’œil, où se situe la moyenne des hommes politiques réunionnais. Il est un véritable repère : un témoin qui marque la frontière entre les hommes politiques les plus dynamiques et ceux en retrait, au moins sur les réseaux sociaux. Baromètre #social IRVE® et Réuniveille #FACEBOOK & #TWITTER EN BREF Sur leur page, ils sont vraiment populaires (en violet, les candidats malheureux) 1/ Thierry ROBERT - Saint-Leu - 19 693 fans (+2118 fans/mois dernier) 2/ Patrick LEBRETON - Saint-Joseph - 6508 fans (+630) 3/ David SITA - L’Étang-Salé - 5809 fans (+2909 fans !!!) 4/ Cyrille HAMILCARO - Saint-Louis - 5776 fans (+468) 5/ Jean-Jacques VLODY - Le Tampon - 4563 fans (+100) Sur ceux qui ont le plus grand nombre de followers 1/ Thierry ROBERT 1 104 followers ( = / mois dernier) 2/ Gilbert ANNETTE 987 followers (+35) 3/ Jean-Jacques VLODY 891 followers (+32) Twitter
  3. 3. Le classement général « La com’ digitale fait-elle l’élu ? » : la question se pose depuis 2007 au niveau national et depuis le 30 mars 2014 au niveau local. La réponse n’est pas simple : elle est devenue nécessaire si l’on veut communiquer avec les générations les plus jeunes. Mais il n’y a pas de relation automatique entre présence digitale et victoire électorale. A la Réunion, comme ailleurs, « 4 familles » se dégagent à l’issue des 2 tours des municipales. La première est composée des candidats qui apparaissent comme les plus complets et plus présents sur les réseaux… et qui se prennent une « gifle » dans les urnes : Jean-Jacques Vlody, au Tampon, comme Vincent Feltesse à Bordeaux. A l’inverse, les maires Thierry Robert, Jean- Louis Lagourgue, Patrick Lebreton, Vanessa Miranville, Gilbert Annette et Jean-Paul Virapoullé ont développé une véritable stratégie digitale cohérente avec leurs scores respectifs engrangés dans les urnes. Troisième groupe, le plus fourni : les maires élus… malgré une présence sur les réseaux au mieux modeste, au pire nulle, avec Michel Fontaine, Maurice Gironcel, Bachil Valy, Jean- Claude Fruteau entre autres. Quatrième groupe, celui des candidats qui ont peu misé sur les réseaux sociaux et peuvent avoir aujourd’hui des regrets. Huguette Bello, donnée vainqueur par 2 instituts de sondage locaux et créditée d’un capital sympathie important affichait un blog non alimenté depuis 2009, pas de page FB, ni de compte Twitter… Roland Robert et René-Paul Victoria, certes dans des contextes différents, sont partis de la même manière très (trop) tard et très (trop) timidement sur le digital pour espérer peser sur le scrutin. 1 (+11) Jean-Paul VIRAPOULLE Saint-André 16,1 2 (=) Jean-Jacques VLODY Le Tampon 15,4 3 (-2) Gilbert ANNETTE Saint-Denis 14,9 4 (=) Christian ANNETTE Sainte-Marie 14,4 5 (+1) David SITA L’Etang Salé 14,3 6 (-3) Thierry ROBERT Saint-Leu 13,8 7 (+15) Max BENARD Les Avirons 13,1 8 (+1) Vanessa MIRANVILLE La Possession 12,8 9 (-4) Jean-Louis LAGOURGUE Sainte-Marie 12,7 9 (+6) Yanis PAYET Saint-Pierre 12,7 7% du total. Soit encore un net recul / décembre 2013 (rappel : 20%) Ils sont vraiment déconnectés 0/20 Ils sont dans le Top 10(note sur 20) Robert 5/20 (-0,2) Chaque mois, une note sur 20 est attribuée aux candidats, selon une méthodologie basée sur des critères quantitatifs. Cette note reflète leur présence sur Internet et les principaux réseaux sociaux. Sur le mois de mars, à retenir : le bond de Jean-Paul Virapoullé de la 12ème à la 1ère place, grâce à Twitter (185 tweets en 1 mois !). Mais surtout, sur les 10 candidats les mieux notés, donc les plus présents sur le web et les réseaux, 5 n’ont pas été élus… L’avis de l’expert « La com’ fait-elle l’élu ? » C’était une question classique depuis les années 60 en France. Ce qui est certain, c’est qu’aucun parti politique, aucun candidat à une élection nationale n’avance sans s’attacher les conseils d’une agence d’influence. A la Réunion, le PCR a ainsi fait appel pendant près de 20 ans à une agence de communication métropolitaine. La présidente du Conseil Général s’est elle attachée récemment les services d’un consultant. Une autre agence locale intervient ponctuellement ou à l’année auprès des édiles de l’île. Baromètre #social IRVE® et Réuniveille
  4. 4. Les performances de nos maires/commune (note sur 20) Baromètre #social IRVE® et Réuniveille A noter : Seuls 10 maires sur 24 affichent une note supérieure à la moyenne et seuls 7 sur 24 une note supérieure à 10, soit moins d’un tiers ! Saint-Leu Saint-Louis Sainte-Rose Sainte Suzanne Saint-Denis Le Port Saint-Paul Etang Salé Les Avirons Entre-Deux Le Tampon Saint-Pierre Saint-Philippe La Possession Bras-Panon Petite-Ile Trois-Bassins Saint-André Cilaos Salazie Saint-Joseph Plaine des Palmistes Saint-Benoit Sainte-Marie Gilbert ANNETTE 14,9 Daniel GONTHIER 7,9 Jean-Claude FRUTEAU 4,2 Bruno MAMINDY- PAJANY 0 Bachil VALY 4 Michel FONTAINE 0,6 Joseph SINIMALE 7,3 Stephane FOUASSIN 4,8 Cyrille HAMILCARO 10,5 Vanessa MIRANVILLE 12,8 Michel DENNEMONT 3,3 Olivier RIVIÈRE 2,4 Jean-Louis LAGOURGUE 12,7 Jean-Claude LACOUTURE 3,3 Daniel PAUSE 0 Thierry ROBERT 13,8 Paul-Franco TECHER 3,3 André THIEN-AH- KOON 6,1 Patrick LEBRETON 10,9 Maurice GIRONCEL 1,9 Jean-Paul VIRAPOULLE 16,1 Marco BOYER 1,2 Serge HOAREAU 3,6 Olivier HOARAU 6,7 LES PLUS BELLES PROGRESSIONS PENDANT LA CAMPAGNE (SUR LES 4 DERNIERS MOIS) Olivier HOARAU (Le Port) : 0 > 6,7/20 Daniel GONTHIER (Bras-Panon) : 1,2 > 7,9/20 Jean-Louis LAGOURGUE (Ste-Marie) : 5,5 > 12,7/20 Jean-Paul VIRAPOULLE : 7 > 16,1/20 Vanessa MIRANVILLE : 8,8 > 12,8/20 CEUX QUI ONT REUSSI A RECULER PENDANT LA CAMPAGNE Cyrille HAMILCARO (Saint-Louis) : 12,4 > 10,5/20 Joseph SINIMALE (Saint-Paul) : 9,7 > 7,3/20 Jean-Claude FRUTEAU (Saint-Benoît) : 5,5 > 4,2/20 Bachil VALY (Entre-Deux) : 5,2 > 4/20
  5. 5. l’entréeenvigueurdelaloisurlenon-cumul des mandats) rendent indispensables une meilleure écoute et une plus grande concertation avec la population. Et les réseaux sociaux, avec les études, font partie des outils utiles pour « écouter » et pas seulement annoncer un agenda ;-) A partir du baromètre du mois de mai 2014, soit celui portant sur le mois d’avril, le baromètre #social des hommes politiques de la Réunion va évoluer : le panel étudié sera stabilisé. Aux 24 maires, viendront en effet se rajouter nos 11 parlementaires (7 députés et 4 sénateurs), ainsi que les 45 conseillers régionaux et les 49 conseillers généraux. Soit 129 hommes et femmes autotal, que nous étudierons attentivement, d’un point de vue quantitatif toujours, mais aussi qualitatif. Connaître le nombre de tweets d’un élu, en effet, c’est bien ; mais savoir si ces tweets sont des réponses ou des retweets, s’ils ont été retweetés et par qui, etc. Autrement dit, l’engagement des hommes politiques devient plus important que leur simple présence médiatique. Notamment dans la perspective des #Regionales2015… Les apports du Baromètre #social Baromètre #social IRVE® et Réuniveille Méthodologie : Chaque édition mensuelle du baromètre porte sur une même période de 30/31 jours pour tous les candidats. Pour cette quatrième édition portant sur le mois de mars 2014, ont été pris en compte les mêmes candidats que le mois dernier, autrement dit les candidats aux municipales retenus officiellement par la préfecture. Le baromètre #social des hommes politiques réunionnais est inspiré d’une étude, publiée par le site elus2.0 lors des dernières élections présidentielles et qui constitue la base de leur classement national permanent (www.elus20.fr). Le baromètre #social de l’IRVE@ en partenariat avec Réuniveille avait un objectif à son lancement : fournir des indicateurs chiffrés et objectifs sur la présence digitale des hommes politiques de la Réunion. De fait, il a contribué à la structuration du débat politique, en assurant une certaine transparence à la communication politique digitale des candidats aux municipales. En 4 numéros, nous avons assisté à plusieurs mouvements positifs, encouragés par notre outil : les candidats sont plus nombreux à rejoindre les réseaux sociaux, ils sont également plus présents et actifs et ils se « professionnalisent ». Les hommes politiques utilisent ainsi plus souvent les pages publiques (au lieu de profils privés) sur Facebook et les hashtags sur Twitter. Ils ont également « découvert » la puissance virale des vidéos (question : est-ce que l’équipe de René-Paul Victoria avait prévu le buzz autour de sa reprise de « Get Lucky »?). Même nos 2 chaînes de télévision locales commencent à entrevoir le potentiel de la « social TV » : Réunion Première a recueilli entre 600 et 800 tweets sur son hashtag #runvote à chacun des 7 débats organisés avant le 1er tour, mais Antenne Réunion, durant la semaine entre le 1er et le 2è tour avec #linfo, a réussi à faire jeu égal (500 tweets chacun sur la soirée électorale du 31 mars)… et à doperle trafic sur#LaReunion ! Le baromètre permet également de comprendre l’importance du temps dans une stratégie digitale. Plonger dans les réseaux sociaux, c’est bien. Y rester, être cohérent dans le temps, c’est mieux. Les maires tout juste élus auront bien besoin d’un an ou deux pour créer, renouveler ou renforcer le lien avec leurs électeurs. Certains pourraient être tentés d’expérimenter des dispositifs de démocratie participative. Mais pour tous, l’atomisation du paysage politique, la défiance générale à l’égard des représentants et les changements profonds et sous-estimés qui affectent le management des territoires (avec la multiplication des acteurs, le chômage prévisible pour de nombreux politiques à partir de 2017 avec

×