SlideShare une entreprise Scribd logo
Anatomie
Fonctionnelle
du SNC
Pr. DERRADJI
2020
INTRODUCTION
Pour se mouvoir et survivre, les animaux
et l‘Homme doivent être informés de
l'état du milieu extérieur dans lequel ils
sont situés /// information - traitement
de l’information - action).
Subdivisions du système nerveux
Les appareils anatomiques responsables de
ces fonctions essentielles sont les appareils
de la vie de relation qui se composent de :
 - l'appareil de la locomotion (squelette,
articulations, muscles) étudié ailleurs,
 - l'appareil de l'innervation
 - l'appareil sensoriel (organes du toucher,
du goût, de l'olfaction, de la vue et de
l'audition).
Ces appareils sont sous la dépendance du système
nerveux cérébro-spinal qui comprend le
système nerveux central et
le système nerveux périphérique.
De plus, les régulations du milieu intérieur, qu'elles
soient humorales, sécrétoires,
vaso - motrices ou viscérales dépendent d'un
système nerveux particulier, appelé système nerveux
végétatif ou autonome, comprenant lui-même deux
parties :
 le système nerveux sympathique
 le système nerveux parasympathique.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
LE SYSTEME NERVEUX CENTRAL
OU NEVRAXE
contient les centres nerveux et
les voies neurologiques centrales
motrices et sensitives.
constitue, avec le système
nerveux périphérique, le système
nerveux cérébro- spinal ou
système nerveux de la vie de
relation.
SUBDIVISION DU SYSTEME
NERVEUX CENTRAL
Les différentes parties du système nerveux central
sont :
1 - la moelle épinière logée dans le canal
vertébral
2 - le tronc cérébral formé lui-même par :
o la moelle allongée ( anc. bulbe rachidien)
o le pont (anc. protubérance annulaire)
o le mésencéphale.
3- le cervelet
4- le cerveau.
1- LE CERVEAU
Il est spécialement développé chez l'homme.
Son poids moyen est de 1400 à 1800 grammes.
 Situation du cerveau et éléments de
protection
a/ la loge osseuse :
Le cerveau est placé dans la boîte crânienne
où il repose sur la base du crâne et il est
recouvert par la voûte.
b/ la loge fibreuse :
Une toile fibreuse très épaisse appelée dure-
mère tapisse la face interne du crâne et forme
un repli sous le cerveau appelé: tente du
cervelet. Elle forme aussi un repli vertico -
sagittal entre les deux hémisphères du cerveau
constituant une cloison médiane appelée: faux
du cerveau. Ainsi se trouvent délimitées deux
loges fibreuses : en haut la loge cérébrale qui
contient les deux hémisphères du cerveau, en
bas la loge cérébelleuse (ou fosse crânienne
postérieure) qui contient le cervelet et le tronc
cérébral.
c/les méninges
Le cerveau est recouvert de trois méninges:
 la dure-mère est la méninge la plus épaisse
(décrite plus haut).
 l'arachnoïde tapisse la face interne de la
dure-mère
 la pie-mère tapisse la surface du cerveau en
épousant étroitement les replis, les scissures et
les circonvolutions du cerveau.
Entre l'arachnoïde et la pie-mère se trouve
l'espace sub-arachnoïdien qui est occupé par
le liquide cérébro-spinal.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
d-La loge liquidienne: liquide cérébro –
spinal (anc. liquide céphalo - rachidien):
Le névraxe baigne totalement dans le
liquide cérébro-spinal, qui est situé à
l'extérieur et à l'intérieur du névraxe. On
peut distinguer deux départements : un
département interne (ou central) et un
département externe (ou périphérique).
Système Ventriculaire
A- Le département interne (ou central)
Au niveau de l'encéphale, il est constitué par quatre
ventricules : Les ventricules latéraux, dans les hémisphères
cérébraux, le troisième ventricule entre les deux thalamus, et
le quatrième ventricule dans le tronc cérébral.
Ces cavités communiquent entre elles. Le trou de Monro fait
communiquer les ventricules latéraux, et le troisième
ventricule .
L'aqueduc du mésencéphale (ou de Sylvius) fait
communiquer le troisième ventricule et le quatrième.
L’hydrocéphalie de l’enfant résulte d’un obstacle à la libre
circulation liquidienne, le plus souvent par rétrécissement de l’
aqueduc du mésencéphale (ou de Sylvius).
Au niveau de la moelle, ce département comprend le canal
de l'épendyme qui est partiellement virtuel, en principe plus
ou moins oblitéré pendant l'adolescence.
L'épithélium qui tapisse la paroi interne des cavités est
étanche. Il existe donc une barrière biologique entre le tissu
nerveux et le liquide cérébro-spinal.
B- Le département externe (ou périphérique)
Il est représenté par l'ensemble des espaces
sub-arachnoïdiens. Certaines portions intra-
crâniennes de ces espaces sont plus vastes.
Elles sont appelées, citernes ou lacs.
Ex.: citerne basilaire, lac cérébelleux supérieur
et lac cérébelleux inférieur.
Les deux départements communiquent par le
trou de Magendie, à la face dorsale du tronc
cérébral.
Morphologie externe du Cerveau
 C’est le centre nerveux où s’élaborent les
grandes fonctions cognitives, motrices,
sensitives et associatives.
 Il est partiellement libéré des fonctions
de régulation viscérale qui dépendent
essentiellement du tronc cérébral de la
moelle mais
 il garde quelques fonctions végétatives.
ANATOMIE DESCRIPTIVE
A- Situation
Il est situé dans la loge cérébrale antérieure, et repose
dans les fosses crâniennes antérieure et moyenne et
sur la tente du cervelet qui le sépare de la loge
cérébrale postérieure.
B- Morphologie
 La forme du cerveau est celle d’un ovoïde à
grosse extrémité postérieure plus ou moins allongée.
Il a une surface régulièrement convexe sauf au
niveau de sa face inférieure appliquée sur la base du
crâne.
 Des dépressions profondes délimitent les
lobes pariétal, frontal, occipital temporal
et de l’Insula. A la surface des lobes, des
dépressions moins profondes délimitent les Gyrus ou
circonvolutions.
 Il est à noter que le cerveau des animaux
inférieurs est lisse et que le cerveau des
animaux supérieurs et l’Homme est plissé
(Lisse chez le nouveau-né jusqu’au 3ème
mois et se plisse de plus en plus en raison du
développement considérable du cortex).
 La fissure longitudinale appelée scissure
inter hémisphérique permet de séparer les
deux hémisphères, droit et gauche et
d’apercevoir le diencéphale.
 Le cerveau présente à décrire trois
faces, Supéro-latérale, Inférieure et
Médiale.
C- Dimensions et poids
 Il mesure 16 cm de long, 14 cm de largeur et
12 cm de hauteur. Poids 1040 g, 300g à la
naissance, 800g à l’âge de 1 an.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
DIVISION ET SYSTEMATISATION DU
CERVEAU
A- Le diencéphale
comprend le thalamus, l’hypothalamus, l’hypophyse, le corps pinéal
(l’épiphyse), le Globus pallidus et le 3ème ventricule.
 Le Thalamus
* Structure
Le plus volumineux des noyaux gris centraux. C’est un ovoïde de 3 cm de
longueur à grosse extrémité postérieure et à grand axe oblique en avant et
en dedans.
La face supérieure du thalamus est limitée :
En dehors, par le sillon thalamo-strié qui sépare thalamus et noyaux caudé.
En dedans, par un cordon blanc : l’Habenula. Entre les deux Habenula est
étendue la membrana tectoria du V3.
La face externe du thalamus est limitée par la capsule interne.
La face interne du thalamus constitue la partie supérieure de la paroi
latérale de V3. Elle est limitée en bas par le sillon hypothalamique qui la
sépare de la face interne de l’Hypothalamus.
Sa face inférieure répond à l’Hypothalamus.
 Le pôle postérieur du thalamus ou
PULVINAR est volumineux. Il présente à sa
partie inférieure deux renflements :
- Le corps géniculé latéral (relai des
afférences optiques)
- Le corps géniculé médial (relai des
afférences auditives)
* Fonction
Outre son rôle moteur de contrôle sur les
voies motrices extra- pyramidales, le
thalamus représente un relai de presque
toute les afférences sensitivo-sensorielle.
L’hypothalamus
Il est formé d’une multitude de
noyaux constituant la partie
inférieure de la paroi latérale de
V3. Il a la forme d’un entonnoir
appendu sous le thalamus entre
les 2 pédoncules cérébraux. Il
supporte la tige pituitaire. Il est
de petite dimension mais joue un
rôle capital dans l’homéostasie.
fonctions de l'hypothalamus sont-elles multiples et concernent :
les mouvements de l'eau intra et extra- cellulaire
le métabolisme des glucides, des protides et des lipides,
la régulation thermique
*la régulation de l'émotivité
les fonctions sexuelles
le sommeil.
En bref, l'hypotalamus est l'étage fonctionnel le plus
élevé du système nerveux végétatif (cerveau
végétatif). Situé dans la base du cerveau-
Enfin, à la jonction du tronc cérébral et du cerveau
se trouvent les noyaux sous-opto-striés et les Ganglions de la base
du Cerveau
Ce sont : la zona incerta, le corps de Luys, le locus niger (pars
compacta / pars reticulata), le noyau amygdalien, le noyau
acubens, le noyau basal de Meynert, et la substance innominée
 L’hypophyse
C’est un organe neuro-glandulaire de
la taille d’un petit pois appendu à la
face antérieure de l’hypothalamus par la tige
pituitaire.
Elle est logée dans la selle turcique, fermée par les
expansions dure- mériennes. Elle est formée de
deux lobes:
- L’un postérieur nerveux provenant d’une
ébauche neuro- ectodermique du
diencéphale
- L’autre antérieur, glandulaire
provenant d’une ébauche ectodermique
pharyngienne.
 Il est à signaler l’importance des rapports entre
l’hypophyse et le chiasma optique. (Une tumeur
de l’hypophyse donne le plus souvent des
troubles optiques par compression du chiasma
optique).
 L’épiphyse ou corps pinéal
 C’est un petit organe glandulaire
appendu à la paroi supérieure ou toit de
V3.
 Le globus pallidus
Le globus pallidus représente le
paléo-striatum.
Il contribue à la régulation
du tonus et commande les
mouvements automatiques
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
B- Le télencéphale
Il comprend le néo-striatum, le claustrum, le cortex cérébral,
Les commissures inter hémisphériques, la substance
blanche des hémisphères et les ventricules latéraux.
 Le néo-striatum
Le noyau caudé
Enroulé avec le télencéphale autour du diencéphale, il
possède la forme d’une virgule à grosse extrémité antéro-
supérieure il est presque complètement enroulé autour du
thalamus et en rapport avec le ventricule latéral.
Le putamen
Situé au niveau du pivot de l’enroulement (donc non
enroulé), il constitue avec le globus pallidus le noyau
lenticulaire.
Le cortex cérébral
Formé par la substance grise périphérique, c’est le centre
supérieur (provient du Tectum). La surface corticale
représente 22000 cm². Elle est très plissée (volume réduit de la
boite crannienne).
Le cortex cérébral : comprend 2 zones :
Paléo cortex : Appartenant au cerveau impulsif et
automatique. C’est le stade de développement des
reptiles et des oiseaux. Il s’agit du Rhinencéphale (le
gyrus du cingulum et le gyrus para-hyppocampal ou T5).
Le centre moteur est représenté par le paléo-striatum.
Néo cortex : Appartient au néencéphale ou Cerveau
conscient (puis rationnel chez l’homme). Représente chez
l’Homme la presque totalité du cortex cérébral. Il
correspond aux zones d’arrivée et de départ des grandes
voies ascendantes et descendantes. Ce sont les aires
sensitivo-sensorielles ou réceptrices et les
aires motrices effectrices.
systématisation et Fonctionnement
1- aires sensitives sensorielles réceptrices
 Aire somato sensitive (aire 3) : Située dans le gyrus
post-central (circonvolution pariétale
ascendante). L’ensemble du corps s’y projette
renversé. Associées à cette aire 3 se trouvent
l’aire somato-psychique de perception (1) et
d’interprétation (2) et l’aire somato-gnosique
de reconnaissance (5).
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 Les aires visuelles : se projettent sur le lobe occipital
c’est l’aire 17 ou striée qui borde le sillon calcarin.
Autour d’elle se trouve l’aire 18 ou péristriée et 19 ou
parastriée où sont interprétées les sensations visuelles.
 Les aires auditives : c’est l’aire 41 située
sur le gyrus temporal supérieur entourée
de l’aire 42 de la gnosie auditive
 Les aires gustatives sont situées au
niveau de la partie basse du Gyrus
post-central c’est l’aire 43
 Les aires olfactives : appartiennent au
paléo- cortex ; ce sont les aires 25 et 34
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 Les aires vestibulaires : ce sont les aires
21 et 22 (contrôle du système
vestibulaire)
Les aires végétatives : elles contrôlent
l’émotion.
2- Les aires effectrices ou motrices :
 Aire somato-motrice de la motricité volontaire, c’est
l’aire 4 située dans le gyrus pré-central(circonvolution
frontale ascendante) l’ensemble du corps s’y
projette. La surface corticale correspondante à un
territoire périphérique est en rapport avec son
importance fonctionnelle. Les doigts par exemple
sont très représentés.
A l’aire 4 s’associent les aires prè-motrices 6 et 8
(aires d’élaboration et de programmation motrice)
et les aires extra-pyramidales. Il y a encore des
aires cortico-oculo-céphalogyres correspondant à
l’aire 8.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
3- La substance blanche:
a-Sur le plan morphologique: Elle est
organisée en 3 zones : de dispersion, de
concentration et zone commissurale.
 Une zone de dispersion : Corona radiata ou
Centre semi-ovale. Il est situé dans
chaque hémisphère entre cortex et
noyaux gris. Il est constitué par des
fibres qui vont du cortex ou en viennent
(voies sensitivo-sensorielles, motrices et
d'association).
 Une zone de concentration: les capsules. Elles sont
disposées entre les noyaux gris centraux et se
différencient en capsules interne, externe et extrême.
- Les capsules externe et extrême : Offrent passage aux
faisceaux d'association unissant deux points du cortex
d'un même hémisphère.
- La capsule interne : se divise (sur une coupe horizontale)
en 3 parties: Un bras antérieur entre la tête du noyau
caudé et la face médiale du noyau lenticulaire, un
genou limité en dedans par l'angle dièdre thalamus-
noyau caudé et en dehors par l'arête de la face médiale
du noyau lenticulaire (à ce niveau se trouve le tractus
cortico-nucléaire) et un bras postérieur limité par le
thalamus et le versant postérieur de la face médiale du
noyau lenticulaire (à ce niveau se trouve le tractus
pyramidal corticospinal). On note la gravité de l'atteinte de
la capsule interne pouvant toucher la totalité de la
voie motrice entraînant une hémiplégie controlatérale
Totale.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 Une zone commissurale: Elles réunissent les 2 hémisphères
cérébraux entre eux par des formations nerveuses associant
deux zones symétriques du cortex cérébral assurant la
coordination. On distingue: Le corps calleux, le Fornix et les
commissures blanches.
 Le corps calleux: C'est une épaisse lame de substance
blanche, convexe d'avant en arrière enroulée autour
du diencéphale. On distingue, le rostrum (bec), le
genou, le corps et une extrémité postérieure
appelée bourrelet. Il est constitué de plusieurs
millions de fibres transversales rayonnant du corps
calleux vers le cortex frontal, pariétal, occipital et du
gyrus temporal supérieur.
 Le Fornix: participe à la formation du rhinencéphale, et
est impliqué dans le contrôle de l'information
olfactive. Il unit l'hippocampe et les corps mamillaires. Il
est constitué d'un corps, de deux colonnes en avant,
et de deux piliers en arrière.
 La commissure blanche antérieure : C'est un cordon
blanc transverse qui unit les deux lobes temporaux droit
et gauche et les tractus olfactifs
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
b - Sur le plan Fonctionnel:
La substance blanche contient 3 types de
fibres (selon origine et terminaison) : Fibres
d’association, fibres commissurales et fibres de
projection.
 Fibres d’association:
Relient différentes zones d’un même
hémisphère. Il existe 2 types de fibres l’association:
des fibres courtes entre 2 circonvolutions
voisines et des fibres longues entres les
différents lobes comme par exemple le faisceau
longitudinal supérieur (reliant les lobes frontal,
pariétal et occipital), le faisceau longitudinal
inferieur (Temporal et occipital) et le faisceau
arqué (Frontal, Temporal et Occipital)
 Fibres commissurales: Relient 2 zones
symétriques du cortex cérébral. (Corps calleux,
Fornix …)
 Fibres de projection: Relient le cortex cérébral
au structures sous jacentes (NGC, TC et Moelle
spinale). Ces fibres qui passent par la capsule
interne, peuvent être ascendantes (sensotivo-
sensorielles) ou descendantes (motrices)
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
La moelle spinale
La moelle spinale représente la partie
inférieure du névraxe, elle est située
entièrement dans le rachis. Tout comme le
cerveau, elle dérive embryologiquement
du tube neural. Elle en a gardé un aspect
primitif et possède une organisation
segmentée
ANATOMIE DESCRIPTIVE
A- Forme, limites et dimensions
 La moelle spinale est un long cordon
cylindrique aplati d’avant en arrière. Elle
débute au niveau du trou occipital, au
dessus de l’émergence de la première
racine cervicale. sa limite inférieure se
situe entre la 1ère et la 2ème vertèbre
lombaire.
 Elle est contenue dans le canal vertébral
(70 cm). Elle mesure en moyenne 1 cm de
diamètre et 45 cm de longueur. Elle pèse
près de 35 g.
B- Divisions:
Renflement cervical : il fait suite aux 4 premiers segments
médullaires. Il se prolonge de C5 à T1 d'où naissent les nerfs
destinés aux membres supérieurs.
(Les renflements correspondent à une plus grande densité de
neurones destinés aux membres).
Moelle thoracique elle contient moins de neurones et elle est
donc de diamètre plus réduit
Renflement lombaire: segments médullaires T10 à L5 d'où
naissent les nerfs destinés aux membres inférieurs.
L’épicone (L5 à S2) il fait suite au renflement lombaire.
Le cône médullaire terminal, (segment médullaire S3 au
segment Co1). Il correspond à l’innervation du périnée et
répond aux vertèbres L1 et L2.
Le filum terminale, vestige atrophié du segment caudal de la
moelle, s'étend du cône médullaire à la face dorsale du
coccyx. Il est formé d'une condensation de pie mère et
pénètre le sac dural au niveau de la deuxième vertèbre
sacrale.
Vue antérieure de la moelle spinale
C- Configuration externe:
1- Les sillons: 4 sillons longitudinaux subdivisent la
moelle en 3 cordons (de chaque côté):
a- Fissure médiane ventrale (Sillon médian ventral) :
large dépression sur la ligne médiane ventrale
parcourue par l'artère spinale ventrale.
b- Sillon médian dorsal : peu marqué, il est prolongé à
l’intérieur par une cloison du tissu conjonctif : le septum
dorsal.
c- Sillons dorsal latéral et ventral latéral : en dehors, ils
correspondent à la ligne d‘émergence des radicelles
(dont la réunion forme les racines ventrales et
dorsales).
La face dorsale de la moelle cervicale est marquée
par deux sillons intermédiaires dorsaux situés entre le
sillon médian dorsal en dedans et les sillons latéro-
dorsaux en dehors. Ils séparent les faisceaux gracile en
dedans des faisceaux cunéiformes en dehors.
Coupe horizontale de la moelle spinale (segment cervical)
2- Les racines
Les racines des nerfs rachidiens se forment a
partir de l’ensemble des radicelles qui
émergent des sillons ventro-latéral et dorso-
latéral.
a- Les racines ventrales issues du sillon
ventrolatéral sont motrices (elles sont formées
par les axones des motoneurones)
b- Les racines dorsales pénètrent dans le sillon
dorsal latéral. Elles véhiculent les informations
sensitives. La réunion des racines ventrales et
dorsales forme le nerf rachidien.
3- Segments médullaires (myélomère) :
L’origine de chaque nerf rachidien s’étend sur
une certaine hauteur de moelle ou segment
médullaire. Un segment et ses racines prennent
en charge un territoire sensitif ou dermatome,
un territoire moteur ou myotome.
Il existe 31 segments médullaires :
- 8 cervicaux C1 àC8
- 12 thoraciques T1 à T12
- 5 l
- 5 sacrés S1àS5
- 1 coccygien ombaires de L1 àL5
Segment médullaire, Radicelles, racines et nerfs rachidiens
(vue 3D)
Cartographie des dermatomes
D- CONFIGURATION INTERNE:
1- cordons:
Au nombre de 3 de chaque côté. Ce sont des
colonnes de substance blanche formées par les
axones myélinisés des voies ascendantes,
descendantes et d’association:
a- cordon ventral : entre la fissure médiane
ventrale et le sillon ventral latéral, il véhicule les
voies descendantes motrices et les voies
ascendantes de la sensibilité thermo-algique.
Les 2 cordons ventraux sont réunis par la
commissure blanche ventrale en avant du
canal central (épendymaire).
 b- cordon latéral : entre les sillons ventral
latéral et dorsal latéral. Il contient des voies
de la motricité et de la sensibilité
proprioceptive inconsciente.
 c- cordon dorsal : entre le sillon médian dorsal
et les sillons latéraux dorsaux, ils véhiculent les
voies ascendantes de la sensibilité épicritique
et proprioception consciente. Au-dessus du
segment médullaire D2, ils se divisent en 2
faisceaux séparés par les sillons paramédians
dorsaux : les faisceaux gracile en dedans et
cunéiforme en dehors.
Coupe horizontale de la moelle spinale
montrant sa configuration interne
2- Les cornes:
Ce sont des colonnes de substance grise
formées par les corps cellulaires des neurones.
a- Corne dorsale : Réceptrice, elle contient
surtout les relais de la sensibilité thermo-algique.
b- Corne ventrale : Effectrice, organisée en
colonnes qui s'étendent sur une certaine
hauteur de moelle (un ou plusieurs segments).
Chaque colonne est constituée des corps
cellulaires des motoneurones d’un muscle
donné.
c- la commissure grise: contient les colonnes
responsables de la viscèro-motricité et de la
viscèro-sensibilité.
3- Variations régionales:
a- Substance Blanche : les faisceaux ascendants
s'enrichissent de bas en haut (dans le sens caudo-rostral).
b- Substance Grise : les corps cellulaires sont plus nombreux
au niveau des segments destinés aux membres
(renflements).
c- Conséquences:
- Renflement cervical:
+Cordons très développés, surtout le cordon dorsal
+Cornes ventrales et dorsales très développées
(innervation des membres supérieurs)
- Moelle thoracique:
+Peu de SG due à la pauvreté du territoire sensitivo-
moteur
+Présence de cornes latérales (centres végétatifs
sympathiques)
- Renflement lombaire:
+Moins de SB
+Cornes bien développées
Variations régionale de la configuration
interne de la moelle spinale
ANATOMIE FONCTIONNELLE
substance grise : siège des cellules
nerveuses (déterminant le centre
fonctionnel de la moelle) et des
Synapses (définissant sa fonction de
relais).
 substance blanche a un rôle de
transmission.
A- La substance grise
Un plan frontal passant par le canal central la
divise en:
+ Une zone dorsale à signification sensitive
+ Une zone ventrale à signification motrice
Les neurones de la substance grise présentent
une organisation morpho-fonctionnelle en 10
lames.
+ 6 lames dans la corne postérieure (I à VI)
+ 2 lames dans la corne antérieure (VIII et IX)
+ 2 lames dans la commissure grise (VII et X)
1- Les cornes dorsales : (lames de I à VI)
Fonction Réceptrice, organisée en 6 lames
numérotées de I à VI
- La lame I, se situe à l’apex de la corne dorsale.
Elle joue un rôle dans la filtration de l’information
nociceptive.
- La lame II correspond à la substance
gélatineuse qui joue un rôle de modulation
sensitive.
- Les lames III et IV contiennent les relais
médullaires de la sensibilité thermo-algique (F.S.T
latéral)
- Les lames V et VI contiennent les relais
médullaires de la sensibilité protopathique (F.S.T
ventral) et de la sensibilité proprioceptive
inconsciente (F. spino-cérébelleux)
2- Les cornes ventrales : (lames VIII et IX)
Les motoneurones somatiques sont regroupés en
colonnes longitudinales correspondant chacune à un
muscle.
- La lame IX renferme L'ensemble de ces colonnes. Ces
colonnes sont caractérisées par une double organisation
spatiale.
+ Dans le sens longitudinal : les colonnes crâniales
correspondent aux muscles proximaux et les
colonnes caudales aux muscles distaux.
+ Dans un plan transversal : les colonnes médiales
se destinent aux muscles axiaux (du tronc) alors
que les colonnes latérales (présentes seulement au
niveau des renflements) innervent les membres. Les
colonnes les plus ventrales sont destinées aux
fléchisseurs.
- La lame VIII est située à la base de la corne ventrale. De
nombreuses voies descendantes (extrapyramidales) se
terminent à ce niveau (faisceaux vestibulo-spinal,
réticulospinal et tectospinal).
3- La commissure grise : (lames VII et X)
- La lame VII est formée de nombreux
interneurones. Elle forme une véritable formation
réticulaire médullaire. On distingue:
+ Le noyau intermédio-latéral (Zone de
viscèro motricité).
+ Le noyau intermédio-médial (Zone de
viscèro sensibilité).en dehors du canal
épendymaire.
- La lame X: péri-épendymaire. Traite les
informations végétatives
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
B- La substance blanche :
1- Disposition générale : 3 groupes de fibres
blanches :
a- Les fibres radiculaires : ce sont:
- Les axones des motoneurones de la corne
ventrale
- Les axones des cellules en T des ganglions
spinaux.
L’association fibres radiculaires, substance grise
d’un même myélomère permet de comprendre
la notion de centre médullaire reflexe.
Le réflexe est la modalité réactionnelle
fondamentale du système nerveux : c’est une
riposte le plus souvent motrice à une stimulation
sensitive, sans intervention de la conscience.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
Il existe 3 types de reflexes médullaires:
+ Réflexes extéroceptifs (cutanés), exemples:
Réflexe cutané abdominal (T7-T12), Réflexe
crémastérien (L1), Réflexe cutané plantaire (S1-S2).
La réponse motrice est une flexion plantaire de
l’hallux. L’extension est pathologique : c’est le
signe de BABINSKI qui traduit une atteinte de la
voie cortico spinale.
+ Réflexes proprioceptifs (tendineux), exemples :
Réflexe tricipital (C6-C7), Réflexe rotulien (L3),
Réflexe achilléen (S1).
+ Réflexes végétatifs exemples : Le centre cardio-
accélérateur (T1-T4), Le centre de la miction (S3-S4)
qui est un centre parasympathique.
Cependant la moelle est toujours dominée par les
centres nerveux supérieurs qui exercent un effet
inhibiteur sur ses centres reflexes.
b- Les fibres d’association:
On les retrouve entre les différents myélomères,
mais ne quittant pas la moelle. Ces fibres assurent
la coordination des 31 myélomères. Elles peuvent
être courtes ou longues, ascendantes ou
descendantes
c- Les fibres de projection:
Elles relient la périphérie aux centres supérieurs. On
distingue les fibres ascendantes ou sensitives et les
fibres descendantes ou motrices. Ces fibres
constituent un certain nombre de faisceaux. Elles
sont reconnues à l’aide de l’expérimentation
physiologique et des corrélations anatomo-
cliniques.
2- Les voies de projection
a- Les voies ascendantes
- Les voies extéroceptives (sensibilité cutané) :
+ Sensibilité épicritique (tact fin):
Ce sont des fibres d’analyse qui permettent les sensations.
Elles sont véhiculées par les faisceaux Gracile et
Cunéiforme (cordon dorsal de la moelle). Les synapses se
font, du même côté, dans les noyaux Gracile et
Cunéiforme situés au niveau de la partie inférieure de la
moelle allongée.
+ Sensibilité tactile protopathique et thermoalgésique :
La synapse se fait dans l’apex de la corne dorsale de la
moelle spinale. Le deuxième neurone décusse la ligne
médiane. Il passe en avant du canal épendymaire,
chemine dans le tractus spinothalamique ventral pour la
voie de la sensibilité tactile protopathique. Il passe en
arrière du canal épendymaire, chemine dans le tractus
spino-thalamique latéral pour la voie de la sensibilité
thermo-algésique.
- Les voies proprioceptives conscientes :
Elles assurent la sensibilité profonde des muscles, des os
et des articulations. Elles cheminent dans les faisceaux
Gracile et Cunéiforme.
- Les voies proprioceptives inconscientes :
La synapse se fait au niveau de l’isthme de la corne
dorsale de la moelle spinale. Pour le tronc: les fibres
cheminent dans le tractus spino-cérébelleux dorsal
homolatéral (voie directe). Pour les membres, les fibres
cheminent dans le tractus spino-cérébelleux ventral
controlatéral (voie croisée). Ce type de sensibilité
participe à la coordination des mouvements et à
l’équilibre statique et dynamique.
- Les voies intéroceptives (sensibilité viscérale) :
Certaines fibres sont intra-griséale et péri-épendymaires
d’autres rejoignent le tractus spino-thalamique.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
b- les voies descendantes:
Proviennent de tous les étages de l’encéphale
- Les voies de la motricité volontaire:
C'est la voie cortico-spinale (pyramidale)
transportant les ordres moteurs volontaires des
muscles du tronc et des membres. Elle chemine
soit dans le tractus pyramidal croisé ou latéral
(80% des fibres de cette voie, chemine dans le
cordon latéral de la moelle spinale. La
décussation est faite dans la moelle allongée) ou
dans le tractus pyramidal direct ou ventral (20%
des fibres et chemine dans le cordon ventral de la
moelle spinale. La décussation dans ce cas se fait
à chaque niveau de la moelle).
Les voies extrapyramidales :
Elles régissent tous les mouvements involontaires.
On distingue 5 faisceaux qui décussent tous au
niveau des étages supérieurs et s’épuisent au
niveau des différents myélomères, dans la lame
VIII (les cornes ventrales) du même côté.
+ Tractus rubro-spinal : (noyau rouge
mésencéphalique)
+ Tractus tecto-spinaux latéral et ventral
(colliculi).
+ Tractus réticulo-spinaux latéral et ventral
(formation réticulaire).
+ Tractus vestibulo-spinaux latéral et ventral
(noyaux vestibulaires).
+ Tractus olivo-spinal (olive bulbaire).
Fibres de projection et d’association de
la moelle spinale
La vascularisation du SNC
1-VASCULARISATION DE LA MOELLE SPINALE
 Elle est assurée par :
Des artères radiculo-médullaires : elles
proviennent de l’aorte et de ses
branches (Artères vertébrales, sub-
clavières, intercostales, lombaires, sacrées).
Des artères spinales : on distingue une
artère spinale ventrale (née de la réunion
des deux artères vertébrales) et deux artères
spinales dorsales. L’artère spinale ventrale
va donner à chaque niveau de la
moelle des artères sulcales qui s’enfoncent
dans la fissure médiane. Elles vont
vasculariser la presque totalité de la
substance grise (sauf les cornes dorsales).
 Les artères radiculo-médullaires et spinales
vont s’anastomoser pour former le réseau
artériel piemérien (cercle artériel de la
moelle spinale). Ce réseau va donner les
artères radiaires qui sont de type terminal et
qui vascularisent la substance blanche et une
portion de la substance grise.
 Ainsi se crée deux territoires artériels
indépendants, un profond central et un
superficiel périphérique.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
2-VASCULARISATION DE L’ENCEPHALE:
A- Vascularisation artérielle de l’Encéphale
Le sang arrive à l’encéphale par 2 systèmes
artériels qui franchissent la base du crâne, le
système antérieur ou système carotidien et le
système postérieur ou vértébro-basilaire.
 Système carotidien (système antérieur)
La crosse de l’aorte donne l’artère carotide
commune isolement à gauche, par
l’intermédiaire du TABC à droite. L’artère
carotide commune donne l’artère carotide
externe pour le cou et la face et l’artère
carotide interne pour l’encéphale.
o Système vértébro basilaire (Système Postérieur)
L’aorte donne aussi les artères sub-clavières
gauche et droite qui donnent elles-mêmes les 2
artères vertébrales qui vont s’unir à la face
antérieure du TC pour former le tronc basilaire à
partir du quel naissent les artères cérébrales
postérieures.
La crosse de l’aorte représente alors le 1er
niveau d’anastomose entre ces 2 systèmes
artériels.
Angio-IRM montrant l’origine et la constitution des
2 systèmes artériels de l’encéphale
 Les 4 troncs artériels (2 carotides internes et les 2 carotides
externes) passent au niveau du cou avec un risque de
compression. Si une artère est comprimée lorsqu’on tourne le
cou, les autres prennent le relais et assurent la continuité du
débit cérébral.
 Au niveau de la base du crane, ces 2 systèmes établissent une
série d’anastomoses formant le cercle artériel du cerveau
ou polygone de WILLIS (2ème niveau d’anastomose) qui est
une véritable plateforme de lancement des artères cérébrales.
 L’artère carotide interne donne l’artère cérébrale
antérieure et l’artère cérébrale moyenne (sylvienne). Elle
donne aussi l’artère ophtalmique et l’artère choroidienne
antérieure. L’artère basilaire donne les deux artères
cérébrales postérieures.
 Entre les deux artères cérébrales antérieures se trouve une
anastomose l’artère communicante antérieure. Entre
l’artère carotide interne et l’artère cérébrale postérieure, une
autre anastomose : l’artère communicante postérieure.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 Territoires artériels
2 territoires artériels:
- Superficiel périphérique ou cortical irrigué
par les artères radiaires (qui proviennent
des artères cérébrales superficielles et du
réseau artériel piemérien)
- Profond central irrigué par les artères
profondes.
Ces deux territoires sont indépendants l’un de
l’autre.
 Le territoire profond
Formé par des artères perforantes qui
naissent du cercle artériel du cerveau et de
l’origine des trois grandes artères cérébrales.
Ces artères perforantes s’enfoncent dans la
base du cerveau. Elles vascularisent le
thalamus, l’hypothalamus, le noyau
lenticulaire, le noyau caudé et la capsule
interne.
 Territoire superficiel
Formé par les branches corticales des 3 artères
cérébrales:
 L’artère cérébrale antérieure qui chemine
dans la fissure longitudinale du cerveau et
s’enroule au tour du corps calleux.
 L’artère cérébrale moyenne qui chemine le
long de la fosse latérale du cerveau (vallée
sylvienne)
 L’artère cérébrale postérieure qui contourne
le mésencéphale et se dirige en arrière.
 Les trois artères cérébrales sont largement
anastomosées à la surface du cortex
formant le réseau artériel pie-mérien qui
constitue le 3ème niveau d’anastomose.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
B- Drainage veineux du cerveau
Les veines du cerveau ont des parois minces et
sont dépourvues de valvules, traversent
l'arachnoïde et la couche méningée de la
dure-mère pour s'ouvrir dans les sinus veineux
duremériens.
Les veines cérébrales supérieures se jettent dans
le sinus sagittal supérieur. La veine cérébrale
superficielle moyenne reçoit deux veines
anastomotiques supérieure et inférieure venant
des sinus sagittal supérieur et transverse et se
termine dans le sinus caverneux. Les veines
cérébrales inférieures drainent la face inférieure
des hémisphères et rejoignent les sinus voisins.
La veine basilaire contourne les pédoncules
cérébelleux et se termine dans la grande veine
cérébrale qui se termine dans le sinus droit.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
Les méninges Crâniennes
 Le terme meninx (membrane), a été
utilisé dés l’an 250 avant J.-C. pour
décrire l'enveloppe non osseuse du SNC.
Le SNC est entièrement enveloppé par
3 membranes concentriques appelées
méninges, et qui sont de dehors en
dedans, la dure-mère, l'arachnoïde et la
pie-mère.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 les vaisseaux méningés
a- Artères :
Les artères méningées vascularisent la
dure-mère et en partie les os adjacents et
forment un réseau anastomotique à la
surface de la dure- mère. Les rameaux
méningées antérieures et postérieures sont
issus de différentes artères (carotide interne,
artère vertébrale). L’artère méningée
moyenne est une branche de l’artère
maxillaire (branche de l’artère carotide
externe).
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
b- Les sinus veineux (parois minces, avalvulées):
Drainent le sang veineux de la cavité crânienne
et les veines cérébrales. Ils aboutissent tous
dans les veines jugulaires internes. Les
veines cérébrales traversent l'arachnoïde et la
couche méningée de la dure- mère pour
s'ouvrir dans les sinus veineux duremériens.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
INNERVATION:
 Etage antérieur et moyen: V
 Etage postérieur: X, XII, Nerfs cervicaux
sup
Le cerveau est presque insensible et les
céphalées ont habituellement une origine
vasculaire intra ou extra crânienne ou une
origine durale.
L’ARACHNOIDE
 situation: Entre la DM en dehors et la PM en
dedans.
 Aspect: c’est une membrane assez fine,
adhérente à la face interne de la DM
vers la quelle elle envoie des villosités qui
font saillie dans les sinus veineux : les
granulations arachnoïdiennes (ou de
Pacchioni) permettant la résorption du
LCR. L’arachnoïde émet des travées, vers
la PM, qui cloisonnent l’espace sous-
arachnoïdien. Elle n’est ni vascularisée
(nourrie par le LCR), ni innervée.
LA PIE-MERE
 Situation: Interne, accolée étroitement à la
surface du SNC.
 Aspect: Très fine, transparente, malvisible,
Peu résistante, fragile. Elle Adhère
fortement au SNC, elle s’enfonce dans
les scissures et les sillons et accompagne
les artères qui pénètrent dans le
parenchyme cérébral. Elle n’est ni
vascularisée (nourrie par le LCR), ni
innervée.
Espaces sous-arachnoïdiens
Entre l’arachnoïde et la pie-mère. C’est un espace
réel qui contient le Liquide cérébro-spinal (LCS). La pie-
mère adhère totalement au système nerveux central
alors que l'arachnoïde est accolée à la dure-mère.
Les espaces sous arachnoïdiens ont donc un
volume plus important en regard des dépressions
ou des sillons de l’encéphale. Ces dilatations
forment les citernes. On dénombre 6 citernes sous
arachnoïdiennes.
 En arrière du TC:
 La citerne cérébello-médullaire (grande citerne)
 La citerne de la grande veine
cérébrale (citerne ambiante) entre corps
calleux et cervelet.
 En avant du TC et de bas en haut:
 La citerne pré-bulbaire
 La citerne pontique.
 La citerne inter pédonculaire
 La citerne chiasmatique.
Les espaces sub-arachnoïdiens communiquent
avec le quatrième ventricule. Il sont traversé
par les travées arachnoïdiennes, les artères
et les veines cérébrales, avant leur entrée ou
sortie de l’encéphale et les nerfs crâniens, avant
leur sortie par les trous de la base du crâne.
Les Ventricules
 C'est un ensemble de cavités siégeant
dans l’encéphale. Ils constituent une
entité anatomique et physiologique. Leur
étude revêt un double intérêt,
Physiologique (circuit du LCS) et
Pathologique (Hydrocéphalie). Leur
exploration est essentiellement
radiologique, dominée actuellement par le
scanner et l'IRM qui ont détrôné
l'encéphalographie gazeuse et la
ventriculographie au lipiodol.
Système Ventriculaire
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
ANATOMIE MORPHOLOGIQUE
 A- Le quatrième ventricule
C'est une boite losangique à grand axe
vertical de 35 mm de haut et de 15 mm
de large. Il communique en haut par
l'aqueduc du mésencéphale (aqueduc de
Sylvius) avec le IIIème ventricule, en bas
avec le canal central de la moelle
épinière et l’espace sub-arachnoïdien. Il est
situé entre le TC en avant (le pont en haut
et la moelle allongée en bas) et le
cervelet en arrière. Il présente à décrire un
plancher, un toit, 4 bords et 4 angles.
 Les bords
2 bords supérieurs correspondant aux bords internes
des pédoncules cérébelleux supérieurs.
2 bords inférieurs correspondant aux bords internes
des pédoncules cérébelleux inférieurs.
 Les angles:
 L’angle supérieur : entre les deux colliculi
inférieurs
 Deux angles latéraux correspondants aux
récessus latéraux, orientés en dehors puis en
avant, ils s’ouvrent dans l’angle ponto-
cérébelleux par les ouvertures latérales (de
Lushka).
 L’angle inférieur entre l’origine
des deux pédoncules cérébelleux
inférieurs, il se poursuit plus bas par le canal
central de la moelle.
 Le plancher ou paroi ventrale
 C’est un losange dont le grand axe vertical est formé
par le sillon médian. Son petit axe transversal est formé
par des fibres de substance blanche : les stries
médullaires (stries acoustiques). Elles séparent le
plancher du V4 en deux parties, en haut, le triangle
pontique à base inférieure et en bas, le triangle bulbaire
à base supérieure.
 Le triangle pontique: contient de dedans en dehors le
colliculus facial (saillie ovoïde à grosse extrémité
inférieure), la fovea superior (contient les noyaux
végétatifs du VIIbis : noyau salivaire supérieur et
noyau lacrymo-muco-nasal) et l’aire vestibulaire
pontique.
 Le triangle bulbaire: contient de dedans en dehors le
trigone de l’hypoglosse (saillie à grosse extrémité
supérieure qui répond au noyau du XII), la fovea
inferior (dépression contenant Le trigone du vague :
noyaux végétatifs viscéro-moteur du X ou cardio-
pneumo- entérique) et l’aire vestibulaire bulbaire.
 Le toit ou paroi dorsale
En coupe sagittale, il apparaît comme formé
par deux plans inclinés réunis par un sommet
angulaire, le tout formant un angle dièdre. On
peut distinguer trois parties:
 La partie inférieure: est percée en son
milieu par l’ouverture médiane (trou de
Magendie), faisant communiquer le V4 et
les espaces sub-arachnoïdiens.
 La partie supérieure: comprend la
membrana tectoria renforcée par le voile
médullaire supérieur.
 La partie moyenne: répond au hile du
cervelet.
 B- Le IIIème ventricule
C'est la cavité impaire symétrique et
médiane du diencéphale en forme
d'entonnoir aplati transversalement. Il
communique avec le IVème ventricule par
l'aqueduc du mésencéphale et avec les
ventricules latéraux par les foramens inter-
ventriculaires. Il est situé en grande partie
entre les deux thalami. Il est traversé par la
commissure grise (adhésion inter-
thalamique). Très étroit, il présente à décrire un
plancher, un toit, 2 parois latérales, une paroi
antérieure (bord antérieur) et une paroi
postérieure (bord postérieur)
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 La paroi antérieure
Elle est constituée par les colonnes du Fornix, La lame
terminale, très fine, tendue entre le Rostrum ou bec du corps
calleux en haut et le chiasma optique en bas et croisée
horizontalement par la commissure antérieure).
 La paroi postérieure
Elle est centrée par la glande pinéale (épiphyse) qui présente
deux prolongements :
1. Supérieur : il se divise en deux faisceaux de substance
blanche, les 2 habenula gauche et droite. Chaque
Habenula longe son thalamus homolatéral (à la
jonction des faces interne et supérieure d’arrière en
avant).
2. Inférieur : il redescend vers les colliculi supérieurs
(tubercules quadrijumeaux). Il est traversé par la
commissure postérieure
 Le toit
Il est constitué par la membrana tectoria tendue entre les 2
habénula. La membrana tectoria est doublée par la pie-mère
formant la toile choroïdienne du V3.
 Les parois latérales
 Sont formées de deux étages séparés par le
sillon de Monro, étage supérieur ou
thalamique et étage inférieur ou
hypothalamique. Chaque paroi latérale
est traversée par une colonne du Fornix.
Elles sont creusées par le foramen inter
ventriculaire (trou de Monro) limité en arrière
par le thalamus et en avant par la
colonne du Fornix (pilier antérieur du
trigone) et qui assure la communication
entre le V3 et le VL.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 Le plancher
Comprend d’avant en arrière le chiasma
optique, l’infundibulum, qui se prolonge en bas
par la tige pituitaire, les corps mamillaires et le
tegmentum mésencéphalique.
C- Les ventricules latéraux
Ce sont les cavités des hémisphères cérébraux
enroulés avec le télencéphale autour du
diencéphale. Communiquant avec le IIIème
ventricule par les foramens inter-ventriculaires.
En forme d'anneau ouvert en bas et en avant et
obliques dans leur ensemble en bas et en dehors. Ils
se prolongent par 3 cornes, frontale s'enfonçant
dans le lobe frontal, temporale s'enfonçant
dans le lobe temporal et occipitale s'enfonçant
dans le lobe occipital.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
ANATOMIE FONCTIONNELLE
Globalement le Système ventriculaire est un
réservoir de LCS qui est secrété par les plexus
choroïdes de tous les ventricules. Le 3ème
Ventricule avec sa forme en entonnoir aplati
fonctionne comme une pompe à LCS
synchronisé avec la pompe cardiaque. À
chaque systole, la pression intracrânienne
augmente et le V3 se comprime en
chassant le LCS vers le V4. Au cours de la
diastole la pression intracrânienne diminue et
le V3 se dilate pour recevoir le LCS des VL.
Systématisation du cerveau
1. Organisation fonctionnelle générale (Phylogenèse)
Les centres nerveux cérébraux sont hiérarchisés. Ainsi les
centres sous-corticaux sont sous la dépendance du
cortex. Cependant les centres sous-corticaux sont
capables d'autonomie relative lorsqu'ils assurent des
fonctions automatiques. Cette subordination est la
conséquence des acquisitions fonctionnelles successives
des étapes de la phylogenèse (évolution organique et
fonctionnelle, étudiée tout au long des espèces animales
successives).
Les structures les plus récentes dominent les structures qui
les ont précédées mais celles-ci conservent leurs fonctions
propres.
Sur le plan fonctionnel, il est donc intéressant de retrouver,
dans les structures du cerveau, les trois niveaux de
développement évolutif du Système Nerveux Central
(archencéphale : cerveau instinctif et réflexe,
paléencéphale : cerveau impulsif et automatique,
néencéphale : cerveau conscient puis rationnel, chez
l'homme). A chaque stade évolutif, le cerveau possède un
cortex et des noyaux gris.
a-Archencéphale: Cerveau
instinctif et réflexe
 C'est le niveau de développement des poissons et des
amphibiens. Les informations sont reçues par le cerveau
sensitif et sensoriel (olfactif et visuel). Les centres
d'intégration sont représentés par l'archéo-cortex (dont les
structures sont présentes chez l'homme : hippocampe
dorsal - atrophique chez l'homme - et hippocampe ventral)
et la substance réticulée. Le cerveau moteur est représenté
par les noyaux sous-opto-striés et les noyaux du toit du
mésencéphale (qui correspondent chez l'homme aux
tubercules quadrijumeaux). Les voies vestibulaires
appartiennent aussi à ce stade de développement. Les
voies motrices peuvent être regroupées sous le nom de
Système archéo-moteur qui assure la mobilité ainsi que le
positionnement propre à l’espèce (équilibration).
 Ainsi à l'origine même du comportement moteur, se
trouvent des stimulations sensorielles et des réponses
instinctives de nature purement réflexe.
le Paléencéphale: Cerveau impulsif et
automatique
 C'est le stade de développement des reptiles puis des oiseaux. Il
se superpose aux structures précédentes pour constituer le
RHINENCEPHALE.
 Il comprend un cortex (paléo-cortex), représenté par le gyrus
cingulaire et la circonvolution entorhinale ou T5. L'ensemble a la
forme classique d'une raquette, dont le manche est constitué
par l'appareil olfactif. Il contient, en plus, un centre sensitif et
sensoriel, le thalamus, (noyau ventro- latéral postérieur). Les
centres moteurs sont constitués par le paléo-striatum (pallidum et
noyaux moteurs du thalamus). Ces centres sont reliés entre eux
par les voies thalamo-striées. Les voies motrices paléo-striées se
projettent sur les noyaux sous-opto-striés. Les voies motrices, à ce
niveau de développement, peuvent être regroupées sous le
nom de Système paléo-moteur.
 Globalement, le Paléencéphale est un cerveau
fonctionnellement très complet. Dépassant les impératifs
biologiques élémentaires de l'instinct, il assure toute l'activité
automatique (mouvement et posture) du comportement.
- le Néencéphale: Cerveau conscient puis
rationnel chez l'homme
C'est le stade évolutif des mammifères avec des graduations à l'intérieur
du groupe. Il est spécialement développé, en volume et en fonction, chez
les primates et surtout chez l'homme. Il se superpose aux deux stades
précédents, dont les structures restent cependant, fonctionnelles chez
l'homme. Il comprend le cortex cérébral. Au plan moteur, ce néo-cortex
ou néo-pallium possède lui-même des aires associatives motrices dont les
voies peuvent être regroupées sous le nom de Système néo-moteur.
Il possède aussi des aires primaires (aire 4) dont la voie efférente constitue
le faisceau pyramidal. Le néencéphale possède ses propres noyaux gris,
qui sont le noyau caudé et le putamen (néo-striatum). Par des voies
cortico-striées, il contrôle le paléencéphale.
En bref, le concept fonctionnel du cerveau, basé sur la phylogenèse,
reconnaît trois structures superposées:
 le cerveau instinctif et réflexe (archencéphale)
 le cerveau impulsif et automatique (paléencéphale)
 le cerveau conscient, puis rationnel (néencéphale)
On retrouve, à tous les niveaux, le comportement fondamental de la
matière vivante :
Information – Traitement - Action
- Organisation fonctionnelle particulière :
Topographie fonctionnelle du cortex
 Il existe au niveau de la surface du cortex une
disposition topographique des fonctions motrices,
sensitives, sensorielles et associatives. Cette
organisation des grandes fonctions a été
récemment remise en cause par les images
obtenues en IRM fonctionnelle, mais les bases de
la topographie corticale sont confirmées par la
physio-pathologie neurologique et par la clinique.
 « La carte cyto-architectonique du cortex
cérébral, proposée par Brodmann en 1909, reste
le découpage du cortex cérébral le plus utilisé ».
C’est cette description, toujours classique, qui est
exposée ici.
1- Systématisation du néencéphale (Topographie
corticale)
1.1 Fonctions motrices et territoires moteurs:
a - Aire 4 (aire somato-motrice) :
 Topographie corticale :
L'aire 4 correspond à la plus grande partie du gyrus pré-
central (circonvolution frontale ascendante). A son niveau
sont situées les grandes cellules pyramidales de BETZ qui
sont le point de départ des axones qui constituent le
faisceau pyramidal. A noter que la partie la plus élevée de
l'aire 4 se prolonge sur la face médiale de l'hémisphère.
Tout au long de l'aire 4 il existe une véritable somatotopie
fonctionnelle. Chacune des régions de l'aire 4 représente
un territoire corporel dont la surface corticale est d'autant
plus grande que ce territoire a une grande importance
fonctionnelle. Ainsi la surface correspondant à la main est
très grande et, plus spécialement, la surface correspondant
au pouce. Cette représentation schématique du corps
humain à la surface du cortex moteur s'appelle
"homonculus de Penfield".
 Structure corticale
Le cortex de l'aire 4 ne contient pas de cellules
sensitives, mais seulement des cellules pyramidales,
grandes et petites, et les couches 3 et 5 envahissent
toute l'épaisseur du cortex (3mm). Seules les fibres
motrices cortico- spinales directes naissent des grandes
cellules pyramidales de Betz (100 µ). Elles sont peu
nombreuses (35000).Leur axone représente seulement 2
à 3% du faisceau pyramidal. Elles assurent les fonctions
motrices distales de précision.
Les autres fibres motrices sont les axones des petites
cellules pyramidales dont 60% proviennent de l'aire 4
(faisceau para – pyramidal ou voie adversive). Les 40%
restants proviennent des aires motrices associatives du
cortex. Globalement, le faisceau pyramidal compte, au
niveau des pyramides de la moelle allongée, un million
de fibres. Ainsi constituée, la voie pyramidale est donc
hétérogène.
Le Cervelet
 Volumineuse formation médiane située en
arrière du tronc cérébral, le cervelet
dérive du métencéphale (comme le pont).
Il est relié aux trois étages du tronc
cérébral par trois paires de pédoncules
cérébelleux (supérieur, moyen et inférieur). Il
est placé en dérivation sur les grandes
voies du système nerveux central. Il a une
fonction de régulation automatique sur la
motricité. Il est en effet le centre de l'équilibre,
du tonus musculaire et de la coordination des
mouvements volontaires.
1- ANATOMIE DESCRIPTIVE
 Dimensions et poids :
Le cervelet mesure 10 cm dans le sens
transversal, 5 cm dans le sens antéropostérieur,
5 cm dans le sens vertical. Il pèse en
moyenne 143 grammes.
 Configuration externe
On décrit au cervelet trois faces : Une
supérieure, Une inférieure et une ventrale. Il
est constitué par 2 lobes latéraux:
hémisphères cérébelleux et une formation
médiane, étroite qu'on appelle: le vermis. Sa
surface, formée par le cortex cérébelleux, est
parcourue par des fissures plus ou moins
profondes qui déterminent des lobes, des
lobules et des lamelles.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 Configuration interne
Une coupe horizontale, montre que le cervelet
est constitué d'une substance grise et d'une
substance blanche.
 La substance grise : Elle se répartit en deux parties :
- Un territoire périphérique qui constitue le cortex
cérébelleux. C'est une enveloppe très plissée et contenant
des cellules multipolaires de Purkinje.
- Un territoire central constitué par quatre noyaux
centraux. Ce sont le noyau fastigial, le noyau denté, le
noyau emboliforme et le noyau globuleux
 La substance blanche Elle se situe entre les différentes
parties de substance grise. C'est une masse irrégulière
formée par l'ensemble de fibres myélinisées qui
arrivent au cortex cérébelleux ou qui en partent.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
2- ANATOMIE TOPOGRAPHIQUE
Il est placé dans la loge cérébrale postérieure.
Sa face supérieure est séparée de la face
inférieure du cortex occipital par la tente
du cervelet, oblique en haut et en avant. Sa
face antérieure recouvre le toit du quatrième
ventricule, à l’étage bulbo-protubérantiel.
Sa face inférieure est en rapport avec
l’écaille de l’occipital et ses méninges.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
3- ANATOMIE FONCTIONNELLE
Le cervelet constitue le centre supérieur de la plus
grande partie du système extrapyramidal. Son étude
fonctionnelle permet de distinguer trois secteurs
différents d'avant en arrière :
 Le lobe floculo-nodulaire ou Archéo-cervelet :
a- Structure
Petit, il est le plus ancien sur le plan phylogénétique
(très développé chez les poissons). Il comprend
l’extrémité antérieure du vermis inférieur ou nodule relié
aux deux flocculus, petits lobules irréguliers situés de
part et d’autre. Il est séparé du reste du cervelet par
la fissure postéro latérale.
Structure du cervelet
b- Fonctionnement
L'influx périphérique part de l'appareil de
l'équilibration de l'oreille interne et se
termine dans les noyaux vestibulaires du
tronc cérébral. Le deuxième neurone gagne
le cortex de l'Archéo-cervelet par le
pédoncule cérébelleux inférieur. Un troisième
neurone rejoint le noyau fastigial. Un
quatrième neurone rejoint les noyaux
vestibulaires d'où partent les tractus
vestibulo-spinaux ventral et latéral vers la
moelle en décussant la ligne médiane.
 Cette voie inconsciente d'équilibration peut
devenir consciente si après son relais au niveau
des noyaux vestibulaires, elle chemine vers le
cortex cérébral sans passer par l'archéo-cervelet.
Application clinique: toute atteinte de
l'archéo-cervelet entraîne un trouble de la
statique avec démarche ébrieuse.
 Le lobe ventral ou Paléo-cervelet :
a- Structure
comprend les lobules cérébelleux situés en avant de la
fissure primaire. Maximum de développement chez les
amphibiens et les reptiles.
b- Fonctionnement
constitue le centre de contrôle du tonus musculaire. L'influx
périphérique de la sensibilité profonde inconsciente
chemine dans le tractus spino-cérébelleux dorsal et
ventral et gagne le cortex du paléo- cervelet. Le
troisième neurone va faire relais au niveau du noyau
emboliforme pour le tractus spino-cérébelleux dorsal et
au niveau du noyau globuleux pour le tractus spino-
cérébelleux ventral. Le quatrième neurone décusse la
ligne médiane et gagne la partie ancienne du noyau
rouge qu'on appelle (Paléo-rubrum). Du Paléo-rubrum
l'influx gagne alors la corne ventrale de la moelle spinale
par le tractus rubro-spinal et les tractus réticulo-spinaux
ventral et latéral. Une partie des fibres passent par le
thalamus et redescend vers le Paléo-rubrum.
1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf
 Le lobe dorsal ou Néo-cervelet :
a- Structure
Il comprend tous les lobules situés en arrière de la
fissure primaire. Il est développé chez les mammifères
et les primates et très développé chez l’homme.
b-Fonctionnement
C’est le centre de coordination des mouvements
volontaires Le premier neurone part du cortex cérébral,
et fait synapse au niveau des noyaux du pont. Le
deuxième neurone (par le pédoncule cérébelleux
moyen) gagne le cortex du Néo-cervelet du côté
opposé. L'ensemble de ces deux neurones constitue
la voie cortico-ponto-cérébelleuse. Un troisième
neurone gagne le noyau denté. Un quatrième neurone
décusse la ligne médiane et rejoint le noyau rouge.
A partir du noyau rouge, on envisage trois
possibilités de passage de l'influx nerveux :
 L'influx passe dans les tractus rubro-spinal et
réticulo- spinaux qui décussent la ligne
médiane.
 L'influx arrive au thalamus. Ensuite, il fait un
relais au niveau du corps strié et au niveau
de la substantia nigra pour rejoindre l'olive.
D'où part le tractus olivo- spinal. Cette voie
constitue la voie extrapyramidale principale.
 L'influx passe par le thalamus, pour gagner le
cortex cérébral et achever ainsi la boucle.

Contenu connexe

Similaire à 1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf

Systeme nerveux peripherique
Systeme nerveux peripheriqueSysteme nerveux peripherique
Systeme nerveux peripherique
Egn Njeba
 
Systeme et tissus nerveux grp7
Systeme et tissus nerveux grp7Systeme et tissus nerveux grp7
Systeme et tissus nerveux grp7
EddyKatabana
 
Evolution du crâne chez les vertébrés
Evolution du crâne chez les vertébrésEvolution du crâne chez les vertébrés
Evolution du crâne chez les vertébrés
Hassan NAIT-SI
 
anato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdf
anato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdfanato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdf
anato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdf
AbdelmomanBoughedada1
 
Anatmie neuroanatomie tome i
Anatmie neuroanatomie tome iAnatmie neuroanatomie tome i
Anatmie neuroanatomie tome i
drmouheb
 
Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2
Zakaria Haroun
 
Biologia trime
Biologia trimeBiologia trime
Biologia trime
antorome
 
Rectum et canal anal
Rectum et canal analRectum et canal anal
Rectum et canal anal
Egn Njeba
 
1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx
1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx
1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx
HamidHamid94
 
Le système nerveaux
Le système nerveauxLe système nerveaux
Le système nerveaux
edobas0320
 
Biologie odorat...
Biologie odorat...Biologie odorat...
Biologie odorat...
guest4e21d7
 
Biologie odorat...
Biologie odorat...Biologie odorat...
Biologie odorat...
antorome
 
HYPOTHALAMUS by Fab@
HYPOTHALAMUS by  Fab@HYPOTHALAMUS by  Fab@
HYPOTHALAMUS by Fab@
ByamunguFabrice
 
Cartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynxCartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynx
Abdoulaye DJIBO
 
Pancréas et pathologies
Pancréas et pathologiesPancréas et pathologies
Pancréas et pathologies
Egn Njeba
 
Polycopie sn tome ii
Polycopie sn  tome iiPolycopie sn  tome ii
Polycopie sn tome ii
Elsa von Licy
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
LoredanaHurjui1
 
Glande surrenale et ilots pancreatiques
Glande surrenale et ilots pancreatiquesGlande surrenale et ilots pancreatiques
Glande surrenale et ilots pancreatiques
PierrotMD
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
LoredanaHurjui1
 

Similaire à 1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf (20)

Systeme nerveux peripherique
Systeme nerveux peripheriqueSysteme nerveux peripherique
Systeme nerveux peripherique
 
Systeme et tissus nerveux grp7
Systeme et tissus nerveux grp7Systeme et tissus nerveux grp7
Systeme et tissus nerveux grp7
 
Evolution du crâne chez les vertébrés
Evolution du crâne chez les vertébrésEvolution du crâne chez les vertébrés
Evolution du crâne chez les vertébrés
 
anato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdf
anato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdfanato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdf
anato2an31-dedgfzdrtrsgerzzzzzzzzzeeee.pdf
 
Anatmie neuroanatomie tome i
Anatmie neuroanatomie tome iAnatmie neuroanatomie tome i
Anatmie neuroanatomie tome i
 
Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2
 
Anatomie thorax
Anatomie thoraxAnatomie thorax
Anatomie thorax
 
Biologia trime
Biologia trimeBiologia trime
Biologia trime
 
Rectum et canal anal
Rectum et canal analRectum et canal anal
Rectum et canal anal
 
1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx
1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx
1 Année pdf embryo 3 et 4 semaines _25857924.pptx
 
Le système nerveaux
Le système nerveauxLe système nerveaux
Le système nerveaux
 
Biologie odorat...
Biologie odorat...Biologie odorat...
Biologie odorat...
 
Biologie odorat...
Biologie odorat...Biologie odorat...
Biologie odorat...
 
HYPOTHALAMUS by Fab@
HYPOTHALAMUS by  Fab@HYPOTHALAMUS by  Fab@
HYPOTHALAMUS by Fab@
 
Cartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynxCartilages et membranes du larynx
Cartilages et membranes du larynx
 
Pancréas et pathologies
Pancréas et pathologiesPancréas et pathologies
Pancréas et pathologies
 
Polycopie sn tome ii
Polycopie sn  tome iiPolycopie sn  tome ii
Polycopie sn tome ii
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
 
Glande surrenale et ilots pancreatiques
Glande surrenale et ilots pancreatiquesGlande surrenale et ilots pancreatiques
Glande surrenale et ilots pancreatiques
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
 

1- Dr. Derradji - Anatomie Fonctionnelle du SNC.pdf

  • 2. INTRODUCTION Pour se mouvoir et survivre, les animaux et l‘Homme doivent être informés de l'état du milieu extérieur dans lequel ils sont situés /// information - traitement de l’information - action).
  • 3. Subdivisions du système nerveux Les appareils anatomiques responsables de ces fonctions essentielles sont les appareils de la vie de relation qui se composent de :  - l'appareil de la locomotion (squelette, articulations, muscles) étudié ailleurs,  - l'appareil de l'innervation  - l'appareil sensoriel (organes du toucher, du goût, de l'olfaction, de la vue et de l'audition).
  • 4. Ces appareils sont sous la dépendance du système nerveux cérébro-spinal qui comprend le système nerveux central et le système nerveux périphérique. De plus, les régulations du milieu intérieur, qu'elles soient humorales, sécrétoires, vaso - motrices ou viscérales dépendent d'un système nerveux particulier, appelé système nerveux végétatif ou autonome, comprenant lui-même deux parties :  le système nerveux sympathique  le système nerveux parasympathique.
  • 6. LE SYSTEME NERVEUX CENTRAL OU NEVRAXE contient les centres nerveux et les voies neurologiques centrales motrices et sensitives. constitue, avec le système nerveux périphérique, le système nerveux cérébro- spinal ou système nerveux de la vie de relation.
  • 7. SUBDIVISION DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL Les différentes parties du système nerveux central sont : 1 - la moelle épinière logée dans le canal vertébral 2 - le tronc cérébral formé lui-même par : o la moelle allongée ( anc. bulbe rachidien) o le pont (anc. protubérance annulaire) o le mésencéphale. 3- le cervelet 4- le cerveau.
  • 8. 1- LE CERVEAU Il est spécialement développé chez l'homme. Son poids moyen est de 1400 à 1800 grammes.  Situation du cerveau et éléments de protection a/ la loge osseuse : Le cerveau est placé dans la boîte crânienne où il repose sur la base du crâne et il est recouvert par la voûte.
  • 9. b/ la loge fibreuse : Une toile fibreuse très épaisse appelée dure- mère tapisse la face interne du crâne et forme un repli sous le cerveau appelé: tente du cervelet. Elle forme aussi un repli vertico - sagittal entre les deux hémisphères du cerveau constituant une cloison médiane appelée: faux du cerveau. Ainsi se trouvent délimitées deux loges fibreuses : en haut la loge cérébrale qui contient les deux hémisphères du cerveau, en bas la loge cérébelleuse (ou fosse crânienne postérieure) qui contient le cervelet et le tronc cérébral.
  • 10. c/les méninges Le cerveau est recouvert de trois méninges:  la dure-mère est la méninge la plus épaisse (décrite plus haut).  l'arachnoïde tapisse la face interne de la dure-mère  la pie-mère tapisse la surface du cerveau en épousant étroitement les replis, les scissures et les circonvolutions du cerveau. Entre l'arachnoïde et la pie-mère se trouve l'espace sub-arachnoïdien qui est occupé par le liquide cérébro-spinal.
  • 12. d-La loge liquidienne: liquide cérébro – spinal (anc. liquide céphalo - rachidien): Le névraxe baigne totalement dans le liquide cérébro-spinal, qui est situé à l'extérieur et à l'intérieur du névraxe. On peut distinguer deux départements : un département interne (ou central) et un département externe (ou périphérique).
  • 14. A- Le département interne (ou central) Au niveau de l'encéphale, il est constitué par quatre ventricules : Les ventricules latéraux, dans les hémisphères cérébraux, le troisième ventricule entre les deux thalamus, et le quatrième ventricule dans le tronc cérébral. Ces cavités communiquent entre elles. Le trou de Monro fait communiquer les ventricules latéraux, et le troisième ventricule . L'aqueduc du mésencéphale (ou de Sylvius) fait communiquer le troisième ventricule et le quatrième. L’hydrocéphalie de l’enfant résulte d’un obstacle à la libre circulation liquidienne, le plus souvent par rétrécissement de l’ aqueduc du mésencéphale (ou de Sylvius). Au niveau de la moelle, ce département comprend le canal de l'épendyme qui est partiellement virtuel, en principe plus ou moins oblitéré pendant l'adolescence. L'épithélium qui tapisse la paroi interne des cavités est étanche. Il existe donc une barrière biologique entre le tissu nerveux et le liquide cérébro-spinal.
  • 15. B- Le département externe (ou périphérique) Il est représenté par l'ensemble des espaces sub-arachnoïdiens. Certaines portions intra- crâniennes de ces espaces sont plus vastes. Elles sont appelées, citernes ou lacs. Ex.: citerne basilaire, lac cérébelleux supérieur et lac cérébelleux inférieur. Les deux départements communiquent par le trou de Magendie, à la face dorsale du tronc cérébral.
  • 16. Morphologie externe du Cerveau  C’est le centre nerveux où s’élaborent les grandes fonctions cognitives, motrices, sensitives et associatives.  Il est partiellement libéré des fonctions de régulation viscérale qui dépendent essentiellement du tronc cérébral de la moelle mais  il garde quelques fonctions végétatives.
  • 17. ANATOMIE DESCRIPTIVE A- Situation Il est situé dans la loge cérébrale antérieure, et repose dans les fosses crâniennes antérieure et moyenne et sur la tente du cervelet qui le sépare de la loge cérébrale postérieure. B- Morphologie  La forme du cerveau est celle d’un ovoïde à grosse extrémité postérieure plus ou moins allongée. Il a une surface régulièrement convexe sauf au niveau de sa face inférieure appliquée sur la base du crâne.  Des dépressions profondes délimitent les lobes pariétal, frontal, occipital temporal et de l’Insula. A la surface des lobes, des dépressions moins profondes délimitent les Gyrus ou circonvolutions.
  • 18.  Il est à noter que le cerveau des animaux inférieurs est lisse et que le cerveau des animaux supérieurs et l’Homme est plissé (Lisse chez le nouveau-né jusqu’au 3ème mois et se plisse de plus en plus en raison du développement considérable du cortex).  La fissure longitudinale appelée scissure inter hémisphérique permet de séparer les deux hémisphères, droit et gauche et d’apercevoir le diencéphale.  Le cerveau présente à décrire trois faces, Supéro-latérale, Inférieure et Médiale.
  • 19. C- Dimensions et poids  Il mesure 16 cm de long, 14 cm de largeur et 12 cm de hauteur. Poids 1040 g, 300g à la naissance, 800g à l’âge de 1 an.
  • 23. DIVISION ET SYSTEMATISATION DU CERVEAU A- Le diencéphale comprend le thalamus, l’hypothalamus, l’hypophyse, le corps pinéal (l’épiphyse), le Globus pallidus et le 3ème ventricule.  Le Thalamus * Structure Le plus volumineux des noyaux gris centraux. C’est un ovoïde de 3 cm de longueur à grosse extrémité postérieure et à grand axe oblique en avant et en dedans. La face supérieure du thalamus est limitée : En dehors, par le sillon thalamo-strié qui sépare thalamus et noyaux caudé. En dedans, par un cordon blanc : l’Habenula. Entre les deux Habenula est étendue la membrana tectoria du V3. La face externe du thalamus est limitée par la capsule interne. La face interne du thalamus constitue la partie supérieure de la paroi latérale de V3. Elle est limitée en bas par le sillon hypothalamique qui la sépare de la face interne de l’Hypothalamus. Sa face inférieure répond à l’Hypothalamus.
  • 24.  Le pôle postérieur du thalamus ou PULVINAR est volumineux. Il présente à sa partie inférieure deux renflements : - Le corps géniculé latéral (relai des afférences optiques) - Le corps géniculé médial (relai des afférences auditives) * Fonction Outre son rôle moteur de contrôle sur les voies motrices extra- pyramidales, le thalamus représente un relai de presque toute les afférences sensitivo-sensorielle.
  • 25. L’hypothalamus Il est formé d’une multitude de noyaux constituant la partie inférieure de la paroi latérale de V3. Il a la forme d’un entonnoir appendu sous le thalamus entre les 2 pédoncules cérébraux. Il supporte la tige pituitaire. Il est de petite dimension mais joue un rôle capital dans l’homéostasie.
  • 26. fonctions de l'hypothalamus sont-elles multiples et concernent : les mouvements de l'eau intra et extra- cellulaire le métabolisme des glucides, des protides et des lipides, la régulation thermique *la régulation de l'émotivité les fonctions sexuelles le sommeil. En bref, l'hypotalamus est l'étage fonctionnel le plus élevé du système nerveux végétatif (cerveau végétatif). Situé dans la base du cerveau- Enfin, à la jonction du tronc cérébral et du cerveau se trouvent les noyaux sous-opto-striés et les Ganglions de la base du Cerveau Ce sont : la zona incerta, le corps de Luys, le locus niger (pars compacta / pars reticulata), le noyau amygdalien, le noyau acubens, le noyau basal de Meynert, et la substance innominée
  • 27.  L’hypophyse C’est un organe neuro-glandulaire de la taille d’un petit pois appendu à la face antérieure de l’hypothalamus par la tige pituitaire. Elle est logée dans la selle turcique, fermée par les expansions dure- mériennes. Elle est formée de deux lobes: - L’un postérieur nerveux provenant d’une ébauche neuro- ectodermique du diencéphale - L’autre antérieur, glandulaire provenant d’une ébauche ectodermique pharyngienne.  Il est à signaler l’importance des rapports entre l’hypophyse et le chiasma optique. (Une tumeur de l’hypophyse donne le plus souvent des troubles optiques par compression du chiasma optique).
  • 28.  L’épiphyse ou corps pinéal  C’est un petit organe glandulaire appendu à la paroi supérieure ou toit de V3.
  • 29.  Le globus pallidus Le globus pallidus représente le paléo-striatum. Il contribue à la régulation du tonus et commande les mouvements automatiques
  • 32. B- Le télencéphale Il comprend le néo-striatum, le claustrum, le cortex cérébral, Les commissures inter hémisphériques, la substance blanche des hémisphères et les ventricules latéraux.  Le néo-striatum Le noyau caudé Enroulé avec le télencéphale autour du diencéphale, il possède la forme d’une virgule à grosse extrémité antéro- supérieure il est presque complètement enroulé autour du thalamus et en rapport avec le ventricule latéral. Le putamen Situé au niveau du pivot de l’enroulement (donc non enroulé), il constitue avec le globus pallidus le noyau lenticulaire.
  • 33. Le cortex cérébral Formé par la substance grise périphérique, c’est le centre supérieur (provient du Tectum). La surface corticale représente 22000 cm². Elle est très plissée (volume réduit de la boite crannienne). Le cortex cérébral : comprend 2 zones : Paléo cortex : Appartenant au cerveau impulsif et automatique. C’est le stade de développement des reptiles et des oiseaux. Il s’agit du Rhinencéphale (le gyrus du cingulum et le gyrus para-hyppocampal ou T5). Le centre moteur est représenté par le paléo-striatum. Néo cortex : Appartient au néencéphale ou Cerveau conscient (puis rationnel chez l’homme). Représente chez l’Homme la presque totalité du cortex cérébral. Il correspond aux zones d’arrivée et de départ des grandes voies ascendantes et descendantes. Ce sont les aires sensitivo-sensorielles ou réceptrices et les aires motrices effectrices.
  • 34. systématisation et Fonctionnement 1- aires sensitives sensorielles réceptrices  Aire somato sensitive (aire 3) : Située dans le gyrus post-central (circonvolution pariétale ascendante). L’ensemble du corps s’y projette renversé. Associées à cette aire 3 se trouvent l’aire somato-psychique de perception (1) et d’interprétation (2) et l’aire somato-gnosique de reconnaissance (5).
  • 37.  Les aires visuelles : se projettent sur le lobe occipital c’est l’aire 17 ou striée qui borde le sillon calcarin. Autour d’elle se trouve l’aire 18 ou péristriée et 19 ou parastriée où sont interprétées les sensations visuelles.
  • 38.  Les aires auditives : c’est l’aire 41 située sur le gyrus temporal supérieur entourée de l’aire 42 de la gnosie auditive
  • 39.  Les aires gustatives sont situées au niveau de la partie basse du Gyrus post-central c’est l’aire 43
  • 40.  Les aires olfactives : appartiennent au paléo- cortex ; ce sont les aires 25 et 34
  • 43.  Les aires vestibulaires : ce sont les aires 21 et 22 (contrôle du système vestibulaire) Les aires végétatives : elles contrôlent l’émotion.
  • 44. 2- Les aires effectrices ou motrices :  Aire somato-motrice de la motricité volontaire, c’est l’aire 4 située dans le gyrus pré-central(circonvolution frontale ascendante) l’ensemble du corps s’y projette. La surface corticale correspondante à un territoire périphérique est en rapport avec son importance fonctionnelle. Les doigts par exemple sont très représentés. A l’aire 4 s’associent les aires prè-motrices 6 et 8 (aires d’élaboration et de programmation motrice) et les aires extra-pyramidales. Il y a encore des aires cortico-oculo-céphalogyres correspondant à l’aire 8.
  • 47. 3- La substance blanche: a-Sur le plan morphologique: Elle est organisée en 3 zones : de dispersion, de concentration et zone commissurale.  Une zone de dispersion : Corona radiata ou Centre semi-ovale. Il est situé dans chaque hémisphère entre cortex et noyaux gris. Il est constitué par des fibres qui vont du cortex ou en viennent (voies sensitivo-sensorielles, motrices et d'association).
  • 48.  Une zone de concentration: les capsules. Elles sont disposées entre les noyaux gris centraux et se différencient en capsules interne, externe et extrême. - Les capsules externe et extrême : Offrent passage aux faisceaux d'association unissant deux points du cortex d'un même hémisphère. - La capsule interne : se divise (sur une coupe horizontale) en 3 parties: Un bras antérieur entre la tête du noyau caudé et la face médiale du noyau lenticulaire, un genou limité en dedans par l'angle dièdre thalamus- noyau caudé et en dehors par l'arête de la face médiale du noyau lenticulaire (à ce niveau se trouve le tractus cortico-nucléaire) et un bras postérieur limité par le thalamus et le versant postérieur de la face médiale du noyau lenticulaire (à ce niveau se trouve le tractus pyramidal corticospinal). On note la gravité de l'atteinte de la capsule interne pouvant toucher la totalité de la voie motrice entraînant une hémiplégie controlatérale Totale.
  • 50.  Une zone commissurale: Elles réunissent les 2 hémisphères cérébraux entre eux par des formations nerveuses associant deux zones symétriques du cortex cérébral assurant la coordination. On distingue: Le corps calleux, le Fornix et les commissures blanches.  Le corps calleux: C'est une épaisse lame de substance blanche, convexe d'avant en arrière enroulée autour du diencéphale. On distingue, le rostrum (bec), le genou, le corps et une extrémité postérieure appelée bourrelet. Il est constitué de plusieurs millions de fibres transversales rayonnant du corps calleux vers le cortex frontal, pariétal, occipital et du gyrus temporal supérieur.  Le Fornix: participe à la formation du rhinencéphale, et est impliqué dans le contrôle de l'information olfactive. Il unit l'hippocampe et les corps mamillaires. Il est constitué d'un corps, de deux colonnes en avant, et de deux piliers en arrière.  La commissure blanche antérieure : C'est un cordon blanc transverse qui unit les deux lobes temporaux droit et gauche et les tractus olfactifs
  • 52. b - Sur le plan Fonctionnel: La substance blanche contient 3 types de fibres (selon origine et terminaison) : Fibres d’association, fibres commissurales et fibres de projection.  Fibres d’association: Relient différentes zones d’un même hémisphère. Il existe 2 types de fibres l’association: des fibres courtes entre 2 circonvolutions voisines et des fibres longues entres les différents lobes comme par exemple le faisceau longitudinal supérieur (reliant les lobes frontal, pariétal et occipital), le faisceau longitudinal inferieur (Temporal et occipital) et le faisceau arqué (Frontal, Temporal et Occipital)
  • 53.  Fibres commissurales: Relient 2 zones symétriques du cortex cérébral. (Corps calleux, Fornix …)  Fibres de projection: Relient le cortex cérébral au structures sous jacentes (NGC, TC et Moelle spinale). Ces fibres qui passent par la capsule interne, peuvent être ascendantes (sensotivo- sensorielles) ou descendantes (motrices)
  • 58. La moelle spinale La moelle spinale représente la partie inférieure du névraxe, elle est située entièrement dans le rachis. Tout comme le cerveau, elle dérive embryologiquement du tube neural. Elle en a gardé un aspect primitif et possède une organisation segmentée
  • 59. ANATOMIE DESCRIPTIVE A- Forme, limites et dimensions  La moelle spinale est un long cordon cylindrique aplati d’avant en arrière. Elle débute au niveau du trou occipital, au dessus de l’émergence de la première racine cervicale. sa limite inférieure se situe entre la 1ère et la 2ème vertèbre lombaire.  Elle est contenue dans le canal vertébral (70 cm). Elle mesure en moyenne 1 cm de diamètre et 45 cm de longueur. Elle pèse près de 35 g.
  • 60. B- Divisions: Renflement cervical : il fait suite aux 4 premiers segments médullaires. Il se prolonge de C5 à T1 d'où naissent les nerfs destinés aux membres supérieurs. (Les renflements correspondent à une plus grande densité de neurones destinés aux membres). Moelle thoracique elle contient moins de neurones et elle est donc de diamètre plus réduit Renflement lombaire: segments médullaires T10 à L5 d'où naissent les nerfs destinés aux membres inférieurs. L’épicone (L5 à S2) il fait suite au renflement lombaire. Le cône médullaire terminal, (segment médullaire S3 au segment Co1). Il correspond à l’innervation du périnée et répond aux vertèbres L1 et L2. Le filum terminale, vestige atrophié du segment caudal de la moelle, s'étend du cône médullaire à la face dorsale du coccyx. Il est formé d'une condensation de pie mère et pénètre le sac dural au niveau de la deuxième vertèbre sacrale.
  • 61. Vue antérieure de la moelle spinale
  • 62. C- Configuration externe: 1- Les sillons: 4 sillons longitudinaux subdivisent la moelle en 3 cordons (de chaque côté): a- Fissure médiane ventrale (Sillon médian ventral) : large dépression sur la ligne médiane ventrale parcourue par l'artère spinale ventrale. b- Sillon médian dorsal : peu marqué, il est prolongé à l’intérieur par une cloison du tissu conjonctif : le septum dorsal. c- Sillons dorsal latéral et ventral latéral : en dehors, ils correspondent à la ligne d‘émergence des radicelles (dont la réunion forme les racines ventrales et dorsales). La face dorsale de la moelle cervicale est marquée par deux sillons intermédiaires dorsaux situés entre le sillon médian dorsal en dedans et les sillons latéro- dorsaux en dehors. Ils séparent les faisceaux gracile en dedans des faisceaux cunéiformes en dehors.
  • 63. Coupe horizontale de la moelle spinale (segment cervical)
  • 64. 2- Les racines Les racines des nerfs rachidiens se forment a partir de l’ensemble des radicelles qui émergent des sillons ventro-latéral et dorso- latéral. a- Les racines ventrales issues du sillon ventrolatéral sont motrices (elles sont formées par les axones des motoneurones) b- Les racines dorsales pénètrent dans le sillon dorsal latéral. Elles véhiculent les informations sensitives. La réunion des racines ventrales et dorsales forme le nerf rachidien.
  • 65. 3- Segments médullaires (myélomère) : L’origine de chaque nerf rachidien s’étend sur une certaine hauteur de moelle ou segment médullaire. Un segment et ses racines prennent en charge un territoire sensitif ou dermatome, un territoire moteur ou myotome. Il existe 31 segments médullaires : - 8 cervicaux C1 àC8 - 12 thoraciques T1 à T12 - 5 l - 5 sacrés S1àS5 - 1 coccygien ombaires de L1 àL5
  • 66. Segment médullaire, Radicelles, racines et nerfs rachidiens (vue 3D)
  • 68. D- CONFIGURATION INTERNE: 1- cordons: Au nombre de 3 de chaque côté. Ce sont des colonnes de substance blanche formées par les axones myélinisés des voies ascendantes, descendantes et d’association: a- cordon ventral : entre la fissure médiane ventrale et le sillon ventral latéral, il véhicule les voies descendantes motrices et les voies ascendantes de la sensibilité thermo-algique. Les 2 cordons ventraux sont réunis par la commissure blanche ventrale en avant du canal central (épendymaire).
  • 69.  b- cordon latéral : entre les sillons ventral latéral et dorsal latéral. Il contient des voies de la motricité et de la sensibilité proprioceptive inconsciente.  c- cordon dorsal : entre le sillon médian dorsal et les sillons latéraux dorsaux, ils véhiculent les voies ascendantes de la sensibilité épicritique et proprioception consciente. Au-dessus du segment médullaire D2, ils se divisent en 2 faisceaux séparés par les sillons paramédians dorsaux : les faisceaux gracile en dedans et cunéiforme en dehors.
  • 70. Coupe horizontale de la moelle spinale montrant sa configuration interne
  • 71. 2- Les cornes: Ce sont des colonnes de substance grise formées par les corps cellulaires des neurones. a- Corne dorsale : Réceptrice, elle contient surtout les relais de la sensibilité thermo-algique. b- Corne ventrale : Effectrice, organisée en colonnes qui s'étendent sur une certaine hauteur de moelle (un ou plusieurs segments). Chaque colonne est constituée des corps cellulaires des motoneurones d’un muscle donné. c- la commissure grise: contient les colonnes responsables de la viscèro-motricité et de la viscèro-sensibilité.
  • 72. 3- Variations régionales: a- Substance Blanche : les faisceaux ascendants s'enrichissent de bas en haut (dans le sens caudo-rostral). b- Substance Grise : les corps cellulaires sont plus nombreux au niveau des segments destinés aux membres (renflements). c- Conséquences: - Renflement cervical: +Cordons très développés, surtout le cordon dorsal +Cornes ventrales et dorsales très développées (innervation des membres supérieurs) - Moelle thoracique: +Peu de SG due à la pauvreté du territoire sensitivo- moteur +Présence de cornes latérales (centres végétatifs sympathiques) - Renflement lombaire: +Moins de SB +Cornes bien développées
  • 73. Variations régionale de la configuration interne de la moelle spinale
  • 74. ANATOMIE FONCTIONNELLE substance grise : siège des cellules nerveuses (déterminant le centre fonctionnel de la moelle) et des Synapses (définissant sa fonction de relais).  substance blanche a un rôle de transmission.
  • 75. A- La substance grise Un plan frontal passant par le canal central la divise en: + Une zone dorsale à signification sensitive + Une zone ventrale à signification motrice Les neurones de la substance grise présentent une organisation morpho-fonctionnelle en 10 lames. + 6 lames dans la corne postérieure (I à VI) + 2 lames dans la corne antérieure (VIII et IX) + 2 lames dans la commissure grise (VII et X)
  • 76. 1- Les cornes dorsales : (lames de I à VI) Fonction Réceptrice, organisée en 6 lames numérotées de I à VI - La lame I, se situe à l’apex de la corne dorsale. Elle joue un rôle dans la filtration de l’information nociceptive. - La lame II correspond à la substance gélatineuse qui joue un rôle de modulation sensitive. - Les lames III et IV contiennent les relais médullaires de la sensibilité thermo-algique (F.S.T latéral) - Les lames V et VI contiennent les relais médullaires de la sensibilité protopathique (F.S.T ventral) et de la sensibilité proprioceptive inconsciente (F. spino-cérébelleux)
  • 77. 2- Les cornes ventrales : (lames VIII et IX) Les motoneurones somatiques sont regroupés en colonnes longitudinales correspondant chacune à un muscle. - La lame IX renferme L'ensemble de ces colonnes. Ces colonnes sont caractérisées par une double organisation spatiale. + Dans le sens longitudinal : les colonnes crâniales correspondent aux muscles proximaux et les colonnes caudales aux muscles distaux. + Dans un plan transversal : les colonnes médiales se destinent aux muscles axiaux (du tronc) alors que les colonnes latérales (présentes seulement au niveau des renflements) innervent les membres. Les colonnes les plus ventrales sont destinées aux fléchisseurs. - La lame VIII est située à la base de la corne ventrale. De nombreuses voies descendantes (extrapyramidales) se terminent à ce niveau (faisceaux vestibulo-spinal, réticulospinal et tectospinal).
  • 78. 3- La commissure grise : (lames VII et X) - La lame VII est formée de nombreux interneurones. Elle forme une véritable formation réticulaire médullaire. On distingue: + Le noyau intermédio-latéral (Zone de viscèro motricité). + Le noyau intermédio-médial (Zone de viscèro sensibilité).en dehors du canal épendymaire. - La lame X: péri-épendymaire. Traite les informations végétatives
  • 80. B- La substance blanche : 1- Disposition générale : 3 groupes de fibres blanches :
  • 81. a- Les fibres radiculaires : ce sont: - Les axones des motoneurones de la corne ventrale - Les axones des cellules en T des ganglions spinaux. L’association fibres radiculaires, substance grise d’un même myélomère permet de comprendre la notion de centre médullaire reflexe. Le réflexe est la modalité réactionnelle fondamentale du système nerveux : c’est une riposte le plus souvent motrice à une stimulation sensitive, sans intervention de la conscience.
  • 83. Il existe 3 types de reflexes médullaires: + Réflexes extéroceptifs (cutanés), exemples: Réflexe cutané abdominal (T7-T12), Réflexe crémastérien (L1), Réflexe cutané plantaire (S1-S2). La réponse motrice est une flexion plantaire de l’hallux. L’extension est pathologique : c’est le signe de BABINSKI qui traduit une atteinte de la voie cortico spinale. + Réflexes proprioceptifs (tendineux), exemples : Réflexe tricipital (C6-C7), Réflexe rotulien (L3), Réflexe achilléen (S1). + Réflexes végétatifs exemples : Le centre cardio- accélérateur (T1-T4), Le centre de la miction (S3-S4) qui est un centre parasympathique. Cependant la moelle est toujours dominée par les centres nerveux supérieurs qui exercent un effet inhibiteur sur ses centres reflexes.
  • 84. b- Les fibres d’association: On les retrouve entre les différents myélomères, mais ne quittant pas la moelle. Ces fibres assurent la coordination des 31 myélomères. Elles peuvent être courtes ou longues, ascendantes ou descendantes c- Les fibres de projection: Elles relient la périphérie aux centres supérieurs. On distingue les fibres ascendantes ou sensitives et les fibres descendantes ou motrices. Ces fibres constituent un certain nombre de faisceaux. Elles sont reconnues à l’aide de l’expérimentation physiologique et des corrélations anatomo- cliniques.
  • 85. 2- Les voies de projection a- Les voies ascendantes - Les voies extéroceptives (sensibilité cutané) : + Sensibilité épicritique (tact fin): Ce sont des fibres d’analyse qui permettent les sensations. Elles sont véhiculées par les faisceaux Gracile et Cunéiforme (cordon dorsal de la moelle). Les synapses se font, du même côté, dans les noyaux Gracile et Cunéiforme situés au niveau de la partie inférieure de la moelle allongée. + Sensibilité tactile protopathique et thermoalgésique : La synapse se fait dans l’apex de la corne dorsale de la moelle spinale. Le deuxième neurone décusse la ligne médiane. Il passe en avant du canal épendymaire, chemine dans le tractus spinothalamique ventral pour la voie de la sensibilité tactile protopathique. Il passe en arrière du canal épendymaire, chemine dans le tractus spino-thalamique latéral pour la voie de la sensibilité thermo-algésique.
  • 86. - Les voies proprioceptives conscientes : Elles assurent la sensibilité profonde des muscles, des os et des articulations. Elles cheminent dans les faisceaux Gracile et Cunéiforme. - Les voies proprioceptives inconscientes : La synapse se fait au niveau de l’isthme de la corne dorsale de la moelle spinale. Pour le tronc: les fibres cheminent dans le tractus spino-cérébelleux dorsal homolatéral (voie directe). Pour les membres, les fibres cheminent dans le tractus spino-cérébelleux ventral controlatéral (voie croisée). Ce type de sensibilité participe à la coordination des mouvements et à l’équilibre statique et dynamique. - Les voies intéroceptives (sensibilité viscérale) : Certaines fibres sont intra-griséale et péri-épendymaires d’autres rejoignent le tractus spino-thalamique.
  • 88. b- les voies descendantes: Proviennent de tous les étages de l’encéphale - Les voies de la motricité volontaire: C'est la voie cortico-spinale (pyramidale) transportant les ordres moteurs volontaires des muscles du tronc et des membres. Elle chemine soit dans le tractus pyramidal croisé ou latéral (80% des fibres de cette voie, chemine dans le cordon latéral de la moelle spinale. La décussation est faite dans la moelle allongée) ou dans le tractus pyramidal direct ou ventral (20% des fibres et chemine dans le cordon ventral de la moelle spinale. La décussation dans ce cas se fait à chaque niveau de la moelle).
  • 89. Les voies extrapyramidales : Elles régissent tous les mouvements involontaires. On distingue 5 faisceaux qui décussent tous au niveau des étages supérieurs et s’épuisent au niveau des différents myélomères, dans la lame VIII (les cornes ventrales) du même côté. + Tractus rubro-spinal : (noyau rouge mésencéphalique) + Tractus tecto-spinaux latéral et ventral (colliculi). + Tractus réticulo-spinaux latéral et ventral (formation réticulaire). + Tractus vestibulo-spinaux latéral et ventral (noyaux vestibulaires). + Tractus olivo-spinal (olive bulbaire).
  • 90. Fibres de projection et d’association de la moelle spinale
  • 91. La vascularisation du SNC 1-VASCULARISATION DE LA MOELLE SPINALE  Elle est assurée par : Des artères radiculo-médullaires : elles proviennent de l’aorte et de ses branches (Artères vertébrales, sub- clavières, intercostales, lombaires, sacrées). Des artères spinales : on distingue une artère spinale ventrale (née de la réunion des deux artères vertébrales) et deux artères spinales dorsales. L’artère spinale ventrale va donner à chaque niveau de la moelle des artères sulcales qui s’enfoncent dans la fissure médiane. Elles vont vasculariser la presque totalité de la substance grise (sauf les cornes dorsales).
  • 92.  Les artères radiculo-médullaires et spinales vont s’anastomoser pour former le réseau artériel piemérien (cercle artériel de la moelle spinale). Ce réseau va donner les artères radiaires qui sont de type terminal et qui vascularisent la substance blanche et une portion de la substance grise.  Ainsi se crée deux territoires artériels indépendants, un profond central et un superficiel périphérique.
  • 95. 2-VASCULARISATION DE L’ENCEPHALE: A- Vascularisation artérielle de l’Encéphale Le sang arrive à l’encéphale par 2 systèmes artériels qui franchissent la base du crâne, le système antérieur ou système carotidien et le système postérieur ou vértébro-basilaire.  Système carotidien (système antérieur) La crosse de l’aorte donne l’artère carotide commune isolement à gauche, par l’intermédiaire du TABC à droite. L’artère carotide commune donne l’artère carotide externe pour le cou et la face et l’artère carotide interne pour l’encéphale.
  • 96. o Système vértébro basilaire (Système Postérieur) L’aorte donne aussi les artères sub-clavières gauche et droite qui donnent elles-mêmes les 2 artères vertébrales qui vont s’unir à la face antérieure du TC pour former le tronc basilaire à partir du quel naissent les artères cérébrales postérieures. La crosse de l’aorte représente alors le 1er niveau d’anastomose entre ces 2 systèmes artériels.
  • 97. Angio-IRM montrant l’origine et la constitution des 2 systèmes artériels de l’encéphale
  • 98.  Les 4 troncs artériels (2 carotides internes et les 2 carotides externes) passent au niveau du cou avec un risque de compression. Si une artère est comprimée lorsqu’on tourne le cou, les autres prennent le relais et assurent la continuité du débit cérébral.  Au niveau de la base du crane, ces 2 systèmes établissent une série d’anastomoses formant le cercle artériel du cerveau ou polygone de WILLIS (2ème niveau d’anastomose) qui est une véritable plateforme de lancement des artères cérébrales.  L’artère carotide interne donne l’artère cérébrale antérieure et l’artère cérébrale moyenne (sylvienne). Elle donne aussi l’artère ophtalmique et l’artère choroidienne antérieure. L’artère basilaire donne les deux artères cérébrales postérieures.  Entre les deux artères cérébrales antérieures se trouve une anastomose l’artère communicante antérieure. Entre l’artère carotide interne et l’artère cérébrale postérieure, une autre anastomose : l’artère communicante postérieure.
  • 101.  Territoires artériels 2 territoires artériels: - Superficiel périphérique ou cortical irrigué par les artères radiaires (qui proviennent des artères cérébrales superficielles et du réseau artériel piemérien) - Profond central irrigué par les artères profondes. Ces deux territoires sont indépendants l’un de l’autre.
  • 102.  Le territoire profond Formé par des artères perforantes qui naissent du cercle artériel du cerveau et de l’origine des trois grandes artères cérébrales. Ces artères perforantes s’enfoncent dans la base du cerveau. Elles vascularisent le thalamus, l’hypothalamus, le noyau lenticulaire, le noyau caudé et la capsule interne.
  • 103.  Territoire superficiel Formé par les branches corticales des 3 artères cérébrales:  L’artère cérébrale antérieure qui chemine dans la fissure longitudinale du cerveau et s’enroule au tour du corps calleux.  L’artère cérébrale moyenne qui chemine le long de la fosse latérale du cerveau (vallée sylvienne)  L’artère cérébrale postérieure qui contourne le mésencéphale et se dirige en arrière.
  • 104.  Les trois artères cérébrales sont largement anastomosées à la surface du cortex formant le réseau artériel pie-mérien qui constitue le 3ème niveau d’anastomose.
  • 106. B- Drainage veineux du cerveau Les veines du cerveau ont des parois minces et sont dépourvues de valvules, traversent l'arachnoïde et la couche méningée de la dure-mère pour s'ouvrir dans les sinus veineux duremériens. Les veines cérébrales supérieures se jettent dans le sinus sagittal supérieur. La veine cérébrale superficielle moyenne reçoit deux veines anastomotiques supérieure et inférieure venant des sinus sagittal supérieur et transverse et se termine dans le sinus caverneux. Les veines cérébrales inférieures drainent la face inférieure des hémisphères et rejoignent les sinus voisins. La veine basilaire contourne les pédoncules cérébelleux et se termine dans la grande veine cérébrale qui se termine dans le sinus droit.
  • 109. Les méninges Crâniennes  Le terme meninx (membrane), a été utilisé dés l’an 250 avant J.-C. pour décrire l'enveloppe non osseuse du SNC. Le SNC est entièrement enveloppé par 3 membranes concentriques appelées méninges, et qui sont de dehors en dedans, la dure-mère, l'arachnoïde et la pie-mère.
  • 112.  les vaisseaux méningés a- Artères : Les artères méningées vascularisent la dure-mère et en partie les os adjacents et forment un réseau anastomotique à la surface de la dure- mère. Les rameaux méningées antérieures et postérieures sont issus de différentes artères (carotide interne, artère vertébrale). L’artère méningée moyenne est une branche de l’artère maxillaire (branche de l’artère carotide externe).
  • 114. b- Les sinus veineux (parois minces, avalvulées): Drainent le sang veineux de la cavité crânienne et les veines cérébrales. Ils aboutissent tous dans les veines jugulaires internes. Les veines cérébrales traversent l'arachnoïde et la couche méningée de la dure- mère pour s'ouvrir dans les sinus veineux duremériens.
  • 116. INNERVATION:  Etage antérieur et moyen: V  Etage postérieur: X, XII, Nerfs cervicaux sup Le cerveau est presque insensible et les céphalées ont habituellement une origine vasculaire intra ou extra crânienne ou une origine durale.
  • 117. L’ARACHNOIDE  situation: Entre la DM en dehors et la PM en dedans.  Aspect: c’est une membrane assez fine, adhérente à la face interne de la DM vers la quelle elle envoie des villosités qui font saillie dans les sinus veineux : les granulations arachnoïdiennes (ou de Pacchioni) permettant la résorption du LCR. L’arachnoïde émet des travées, vers la PM, qui cloisonnent l’espace sous- arachnoïdien. Elle n’est ni vascularisée (nourrie par le LCR), ni innervée.
  • 118. LA PIE-MERE  Situation: Interne, accolée étroitement à la surface du SNC.  Aspect: Très fine, transparente, malvisible, Peu résistante, fragile. Elle Adhère fortement au SNC, elle s’enfonce dans les scissures et les sillons et accompagne les artères qui pénètrent dans le parenchyme cérébral. Elle n’est ni vascularisée (nourrie par le LCR), ni innervée.
  • 119. Espaces sous-arachnoïdiens Entre l’arachnoïde et la pie-mère. C’est un espace réel qui contient le Liquide cérébro-spinal (LCS). La pie- mère adhère totalement au système nerveux central alors que l'arachnoïde est accolée à la dure-mère. Les espaces sous arachnoïdiens ont donc un volume plus important en regard des dépressions ou des sillons de l’encéphale. Ces dilatations forment les citernes. On dénombre 6 citernes sous arachnoïdiennes.  En arrière du TC:  La citerne cérébello-médullaire (grande citerne)  La citerne de la grande veine cérébrale (citerne ambiante) entre corps calleux et cervelet.
  • 120.  En avant du TC et de bas en haut:  La citerne pré-bulbaire  La citerne pontique.  La citerne inter pédonculaire  La citerne chiasmatique. Les espaces sub-arachnoïdiens communiquent avec le quatrième ventricule. Il sont traversé par les travées arachnoïdiennes, les artères et les veines cérébrales, avant leur entrée ou sortie de l’encéphale et les nerfs crâniens, avant leur sortie par les trous de la base du crâne.
  • 121. Les Ventricules  C'est un ensemble de cavités siégeant dans l’encéphale. Ils constituent une entité anatomique et physiologique. Leur étude revêt un double intérêt, Physiologique (circuit du LCS) et Pathologique (Hydrocéphalie). Leur exploration est essentiellement radiologique, dominée actuellement par le scanner et l'IRM qui ont détrôné l'encéphalographie gazeuse et la ventriculographie au lipiodol.
  • 124. ANATOMIE MORPHOLOGIQUE  A- Le quatrième ventricule C'est une boite losangique à grand axe vertical de 35 mm de haut et de 15 mm de large. Il communique en haut par l'aqueduc du mésencéphale (aqueduc de Sylvius) avec le IIIème ventricule, en bas avec le canal central de la moelle épinière et l’espace sub-arachnoïdien. Il est situé entre le TC en avant (le pont en haut et la moelle allongée en bas) et le cervelet en arrière. Il présente à décrire un plancher, un toit, 4 bords et 4 angles.
  • 125.  Les bords 2 bords supérieurs correspondant aux bords internes des pédoncules cérébelleux supérieurs. 2 bords inférieurs correspondant aux bords internes des pédoncules cérébelleux inférieurs.  Les angles:  L’angle supérieur : entre les deux colliculi inférieurs  Deux angles latéraux correspondants aux récessus latéraux, orientés en dehors puis en avant, ils s’ouvrent dans l’angle ponto- cérébelleux par les ouvertures latérales (de Lushka).  L’angle inférieur entre l’origine des deux pédoncules cérébelleux inférieurs, il se poursuit plus bas par le canal central de la moelle.
  • 126.  Le plancher ou paroi ventrale  C’est un losange dont le grand axe vertical est formé par le sillon médian. Son petit axe transversal est formé par des fibres de substance blanche : les stries médullaires (stries acoustiques). Elles séparent le plancher du V4 en deux parties, en haut, le triangle pontique à base inférieure et en bas, le triangle bulbaire à base supérieure.  Le triangle pontique: contient de dedans en dehors le colliculus facial (saillie ovoïde à grosse extrémité inférieure), la fovea superior (contient les noyaux végétatifs du VIIbis : noyau salivaire supérieur et noyau lacrymo-muco-nasal) et l’aire vestibulaire pontique.  Le triangle bulbaire: contient de dedans en dehors le trigone de l’hypoglosse (saillie à grosse extrémité supérieure qui répond au noyau du XII), la fovea inferior (dépression contenant Le trigone du vague : noyaux végétatifs viscéro-moteur du X ou cardio- pneumo- entérique) et l’aire vestibulaire bulbaire.
  • 127.  Le toit ou paroi dorsale En coupe sagittale, il apparaît comme formé par deux plans inclinés réunis par un sommet angulaire, le tout formant un angle dièdre. On peut distinguer trois parties:  La partie inférieure: est percée en son milieu par l’ouverture médiane (trou de Magendie), faisant communiquer le V4 et les espaces sub-arachnoïdiens.  La partie supérieure: comprend la membrana tectoria renforcée par le voile médullaire supérieur.  La partie moyenne: répond au hile du cervelet.
  • 128.  B- Le IIIème ventricule C'est la cavité impaire symétrique et médiane du diencéphale en forme d'entonnoir aplati transversalement. Il communique avec le IVème ventricule par l'aqueduc du mésencéphale et avec les ventricules latéraux par les foramens inter- ventriculaires. Il est situé en grande partie entre les deux thalami. Il est traversé par la commissure grise (adhésion inter- thalamique). Très étroit, il présente à décrire un plancher, un toit, 2 parois latérales, une paroi antérieure (bord antérieur) et une paroi postérieure (bord postérieur)
  • 130.  La paroi antérieure Elle est constituée par les colonnes du Fornix, La lame terminale, très fine, tendue entre le Rostrum ou bec du corps calleux en haut et le chiasma optique en bas et croisée horizontalement par la commissure antérieure).  La paroi postérieure Elle est centrée par la glande pinéale (épiphyse) qui présente deux prolongements : 1. Supérieur : il se divise en deux faisceaux de substance blanche, les 2 habenula gauche et droite. Chaque Habenula longe son thalamus homolatéral (à la jonction des faces interne et supérieure d’arrière en avant). 2. Inférieur : il redescend vers les colliculi supérieurs (tubercules quadrijumeaux). Il est traversé par la commissure postérieure  Le toit Il est constitué par la membrana tectoria tendue entre les 2 habénula. La membrana tectoria est doublée par la pie-mère formant la toile choroïdienne du V3.
  • 131.  Les parois latérales  Sont formées de deux étages séparés par le sillon de Monro, étage supérieur ou thalamique et étage inférieur ou hypothalamique. Chaque paroi latérale est traversée par une colonne du Fornix. Elles sont creusées par le foramen inter ventriculaire (trou de Monro) limité en arrière par le thalamus et en avant par la colonne du Fornix (pilier antérieur du trigone) et qui assure la communication entre le V3 et le VL.
  • 133.  Le plancher Comprend d’avant en arrière le chiasma optique, l’infundibulum, qui se prolonge en bas par la tige pituitaire, les corps mamillaires et le tegmentum mésencéphalique. C- Les ventricules latéraux Ce sont les cavités des hémisphères cérébraux enroulés avec le télencéphale autour du diencéphale. Communiquant avec le IIIème ventricule par les foramens inter-ventriculaires. En forme d'anneau ouvert en bas et en avant et obliques dans leur ensemble en bas et en dehors. Ils se prolongent par 3 cornes, frontale s'enfonçant dans le lobe frontal, temporale s'enfonçant dans le lobe temporal et occipitale s'enfonçant dans le lobe occipital.
  • 135. ANATOMIE FONCTIONNELLE Globalement le Système ventriculaire est un réservoir de LCS qui est secrété par les plexus choroïdes de tous les ventricules. Le 3ème Ventricule avec sa forme en entonnoir aplati fonctionne comme une pompe à LCS synchronisé avec la pompe cardiaque. À chaque systole, la pression intracrânienne augmente et le V3 se comprime en chassant le LCS vers le V4. Au cours de la diastole la pression intracrânienne diminue et le V3 se dilate pour recevoir le LCS des VL.
  • 136. Systématisation du cerveau 1. Organisation fonctionnelle générale (Phylogenèse) Les centres nerveux cérébraux sont hiérarchisés. Ainsi les centres sous-corticaux sont sous la dépendance du cortex. Cependant les centres sous-corticaux sont capables d'autonomie relative lorsqu'ils assurent des fonctions automatiques. Cette subordination est la conséquence des acquisitions fonctionnelles successives des étapes de la phylogenèse (évolution organique et fonctionnelle, étudiée tout au long des espèces animales successives). Les structures les plus récentes dominent les structures qui les ont précédées mais celles-ci conservent leurs fonctions propres. Sur le plan fonctionnel, il est donc intéressant de retrouver, dans les structures du cerveau, les trois niveaux de développement évolutif du Système Nerveux Central (archencéphale : cerveau instinctif et réflexe, paléencéphale : cerveau impulsif et automatique, néencéphale : cerveau conscient puis rationnel, chez l'homme). A chaque stade évolutif, le cerveau possède un cortex et des noyaux gris.
  • 137. a-Archencéphale: Cerveau instinctif et réflexe  C'est le niveau de développement des poissons et des amphibiens. Les informations sont reçues par le cerveau sensitif et sensoriel (olfactif et visuel). Les centres d'intégration sont représentés par l'archéo-cortex (dont les structures sont présentes chez l'homme : hippocampe dorsal - atrophique chez l'homme - et hippocampe ventral) et la substance réticulée. Le cerveau moteur est représenté par les noyaux sous-opto-striés et les noyaux du toit du mésencéphale (qui correspondent chez l'homme aux tubercules quadrijumeaux). Les voies vestibulaires appartiennent aussi à ce stade de développement. Les voies motrices peuvent être regroupées sous le nom de Système archéo-moteur qui assure la mobilité ainsi que le positionnement propre à l’espèce (équilibration).  Ainsi à l'origine même du comportement moteur, se trouvent des stimulations sensorielles et des réponses instinctives de nature purement réflexe.
  • 138. le Paléencéphale: Cerveau impulsif et automatique  C'est le stade de développement des reptiles puis des oiseaux. Il se superpose aux structures précédentes pour constituer le RHINENCEPHALE.  Il comprend un cortex (paléo-cortex), représenté par le gyrus cingulaire et la circonvolution entorhinale ou T5. L'ensemble a la forme classique d'une raquette, dont le manche est constitué par l'appareil olfactif. Il contient, en plus, un centre sensitif et sensoriel, le thalamus, (noyau ventro- latéral postérieur). Les centres moteurs sont constitués par le paléo-striatum (pallidum et noyaux moteurs du thalamus). Ces centres sont reliés entre eux par les voies thalamo-striées. Les voies motrices paléo-striées se projettent sur les noyaux sous-opto-striés. Les voies motrices, à ce niveau de développement, peuvent être regroupées sous le nom de Système paléo-moteur.  Globalement, le Paléencéphale est un cerveau fonctionnellement très complet. Dépassant les impératifs biologiques élémentaires de l'instinct, il assure toute l'activité automatique (mouvement et posture) du comportement.
  • 139. - le Néencéphale: Cerveau conscient puis rationnel chez l'homme C'est le stade évolutif des mammifères avec des graduations à l'intérieur du groupe. Il est spécialement développé, en volume et en fonction, chez les primates et surtout chez l'homme. Il se superpose aux deux stades précédents, dont les structures restent cependant, fonctionnelles chez l'homme. Il comprend le cortex cérébral. Au plan moteur, ce néo-cortex ou néo-pallium possède lui-même des aires associatives motrices dont les voies peuvent être regroupées sous le nom de Système néo-moteur. Il possède aussi des aires primaires (aire 4) dont la voie efférente constitue le faisceau pyramidal. Le néencéphale possède ses propres noyaux gris, qui sont le noyau caudé et le putamen (néo-striatum). Par des voies cortico-striées, il contrôle le paléencéphale. En bref, le concept fonctionnel du cerveau, basé sur la phylogenèse, reconnaît trois structures superposées:  le cerveau instinctif et réflexe (archencéphale)  le cerveau impulsif et automatique (paléencéphale)  le cerveau conscient, puis rationnel (néencéphale) On retrouve, à tous les niveaux, le comportement fondamental de la matière vivante : Information – Traitement - Action
  • 140. - Organisation fonctionnelle particulière : Topographie fonctionnelle du cortex  Il existe au niveau de la surface du cortex une disposition topographique des fonctions motrices, sensitives, sensorielles et associatives. Cette organisation des grandes fonctions a été récemment remise en cause par les images obtenues en IRM fonctionnelle, mais les bases de la topographie corticale sont confirmées par la physio-pathologie neurologique et par la clinique.  « La carte cyto-architectonique du cortex cérébral, proposée par Brodmann en 1909, reste le découpage du cortex cérébral le plus utilisé ». C’est cette description, toujours classique, qui est exposée ici.
  • 141. 1- Systématisation du néencéphale (Topographie corticale) 1.1 Fonctions motrices et territoires moteurs: a - Aire 4 (aire somato-motrice) :  Topographie corticale : L'aire 4 correspond à la plus grande partie du gyrus pré- central (circonvolution frontale ascendante). A son niveau sont situées les grandes cellules pyramidales de BETZ qui sont le point de départ des axones qui constituent le faisceau pyramidal. A noter que la partie la plus élevée de l'aire 4 se prolonge sur la face médiale de l'hémisphère. Tout au long de l'aire 4 il existe une véritable somatotopie fonctionnelle. Chacune des régions de l'aire 4 représente un territoire corporel dont la surface corticale est d'autant plus grande que ce territoire a une grande importance fonctionnelle. Ainsi la surface correspondant à la main est très grande et, plus spécialement, la surface correspondant au pouce. Cette représentation schématique du corps humain à la surface du cortex moteur s'appelle "homonculus de Penfield".
  • 142.  Structure corticale Le cortex de l'aire 4 ne contient pas de cellules sensitives, mais seulement des cellules pyramidales, grandes et petites, et les couches 3 et 5 envahissent toute l'épaisseur du cortex (3mm). Seules les fibres motrices cortico- spinales directes naissent des grandes cellules pyramidales de Betz (100 µ). Elles sont peu nombreuses (35000).Leur axone représente seulement 2 à 3% du faisceau pyramidal. Elles assurent les fonctions motrices distales de précision. Les autres fibres motrices sont les axones des petites cellules pyramidales dont 60% proviennent de l'aire 4 (faisceau para – pyramidal ou voie adversive). Les 40% restants proviennent des aires motrices associatives du cortex. Globalement, le faisceau pyramidal compte, au niveau des pyramides de la moelle allongée, un million de fibres. Ainsi constituée, la voie pyramidale est donc hétérogène.
  • 143. Le Cervelet  Volumineuse formation médiane située en arrière du tronc cérébral, le cervelet dérive du métencéphale (comme le pont). Il est relié aux trois étages du tronc cérébral par trois paires de pédoncules cérébelleux (supérieur, moyen et inférieur). Il est placé en dérivation sur les grandes voies du système nerveux central. Il a une fonction de régulation automatique sur la motricité. Il est en effet le centre de l'équilibre, du tonus musculaire et de la coordination des mouvements volontaires.
  • 144. 1- ANATOMIE DESCRIPTIVE  Dimensions et poids : Le cervelet mesure 10 cm dans le sens transversal, 5 cm dans le sens antéropostérieur, 5 cm dans le sens vertical. Il pèse en moyenne 143 grammes.  Configuration externe On décrit au cervelet trois faces : Une supérieure, Une inférieure et une ventrale. Il est constitué par 2 lobes latéraux: hémisphères cérébelleux et une formation médiane, étroite qu'on appelle: le vermis. Sa surface, formée par le cortex cérébelleux, est parcourue par des fissures plus ou moins profondes qui déterminent des lobes, des lobules et des lamelles.
  • 149.  Configuration interne Une coupe horizontale, montre que le cervelet est constitué d'une substance grise et d'une substance blanche.  La substance grise : Elle se répartit en deux parties : - Un territoire périphérique qui constitue le cortex cérébelleux. C'est une enveloppe très plissée et contenant des cellules multipolaires de Purkinje. - Un territoire central constitué par quatre noyaux centraux. Ce sont le noyau fastigial, le noyau denté, le noyau emboliforme et le noyau globuleux  La substance blanche Elle se situe entre les différentes parties de substance grise. C'est une masse irrégulière formée par l'ensemble de fibres myélinisées qui arrivent au cortex cérébelleux ou qui en partent.
  • 151. 2- ANATOMIE TOPOGRAPHIQUE Il est placé dans la loge cérébrale postérieure. Sa face supérieure est séparée de la face inférieure du cortex occipital par la tente du cervelet, oblique en haut et en avant. Sa face antérieure recouvre le toit du quatrième ventricule, à l’étage bulbo-protubérantiel. Sa face inférieure est en rapport avec l’écaille de l’occipital et ses méninges.
  • 153. 3- ANATOMIE FONCTIONNELLE Le cervelet constitue le centre supérieur de la plus grande partie du système extrapyramidal. Son étude fonctionnelle permet de distinguer trois secteurs différents d'avant en arrière :  Le lobe floculo-nodulaire ou Archéo-cervelet : a- Structure Petit, il est le plus ancien sur le plan phylogénétique (très développé chez les poissons). Il comprend l’extrémité antérieure du vermis inférieur ou nodule relié aux deux flocculus, petits lobules irréguliers situés de part et d’autre. Il est séparé du reste du cervelet par la fissure postéro latérale.
  • 155. b- Fonctionnement L'influx périphérique part de l'appareil de l'équilibration de l'oreille interne et se termine dans les noyaux vestibulaires du tronc cérébral. Le deuxième neurone gagne le cortex de l'Archéo-cervelet par le pédoncule cérébelleux inférieur. Un troisième neurone rejoint le noyau fastigial. Un quatrième neurone rejoint les noyaux vestibulaires d'où partent les tractus vestibulo-spinaux ventral et latéral vers la moelle en décussant la ligne médiane.
  • 156.  Cette voie inconsciente d'équilibration peut devenir consciente si après son relais au niveau des noyaux vestibulaires, elle chemine vers le cortex cérébral sans passer par l'archéo-cervelet. Application clinique: toute atteinte de l'archéo-cervelet entraîne un trouble de la statique avec démarche ébrieuse.
  • 157.  Le lobe ventral ou Paléo-cervelet : a- Structure comprend les lobules cérébelleux situés en avant de la fissure primaire. Maximum de développement chez les amphibiens et les reptiles. b- Fonctionnement constitue le centre de contrôle du tonus musculaire. L'influx périphérique de la sensibilité profonde inconsciente chemine dans le tractus spino-cérébelleux dorsal et ventral et gagne le cortex du paléo- cervelet. Le troisième neurone va faire relais au niveau du noyau emboliforme pour le tractus spino-cérébelleux dorsal et au niveau du noyau globuleux pour le tractus spino- cérébelleux ventral. Le quatrième neurone décusse la ligne médiane et gagne la partie ancienne du noyau rouge qu'on appelle (Paléo-rubrum). Du Paléo-rubrum l'influx gagne alors la corne ventrale de la moelle spinale par le tractus rubro-spinal et les tractus réticulo-spinaux ventral et latéral. Une partie des fibres passent par le thalamus et redescend vers le Paléo-rubrum.
  • 159.  Le lobe dorsal ou Néo-cervelet : a- Structure Il comprend tous les lobules situés en arrière de la fissure primaire. Il est développé chez les mammifères et les primates et très développé chez l’homme. b-Fonctionnement C’est le centre de coordination des mouvements volontaires Le premier neurone part du cortex cérébral, et fait synapse au niveau des noyaux du pont. Le deuxième neurone (par le pédoncule cérébelleux moyen) gagne le cortex du Néo-cervelet du côté opposé. L'ensemble de ces deux neurones constitue la voie cortico-ponto-cérébelleuse. Un troisième neurone gagne le noyau denté. Un quatrième neurone décusse la ligne médiane et rejoint le noyau rouge.
  • 160. A partir du noyau rouge, on envisage trois possibilités de passage de l'influx nerveux :  L'influx passe dans les tractus rubro-spinal et réticulo- spinaux qui décussent la ligne médiane.
  • 161.  L'influx arrive au thalamus. Ensuite, il fait un relais au niveau du corps strié et au niveau de la substantia nigra pour rejoindre l'olive. D'où part le tractus olivo- spinal. Cette voie constitue la voie extrapyramidale principale.
  • 162.  L'influx passe par le thalamus, pour gagner le cortex cérébral et achever ainsi la boucle.