SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  6
Télécharger pour lire hors ligne
Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone
© Claude Divoux, 2003 1/6
Génératrice synchrone : l’alternateur
Etude en monophasé
1 Constitution
Rotor
Le rotor porte l’enroulement inducteur.
Il est constitué d’un enroulement parcouru par un courant d’excitation Ie continu créant un
champ magnétique 2p polaire. Il possède donc p paires de pôles.
Remarques :
 il faut apporter le courant à l’inducteur par l’intermédiaire de bagues et de balais.
 Sur des petites machine, le rotor peut être constitué par des aimants permanents.
Stator
Le stator porte l’enroulement induit.
L’enroulement du stator est le siège d’un courant alternatif monophasé.
Modes de fonctionnement, champ tournant, réversibilité
Fonctionnement en moteur :
Les courants alternatifs de fréquence f dans l’induit (stator) créent dans l’entrefer de la
machine, un champ magnétique tournant à la vitesse ns.
Le rotor, siège d’un champ magnétique constant, suit le champ tournant à la même vitesse ns.
Fonctionnement en alternateur :
L’inducteur sur le rotor entraîné par une turbine tournant à la vitesse ns, crée dans l’entrefer de
la machine un champ tournant à la vitesse ns.
Ce champ tournant induit aux bornes de l’induit (stator) une f.e.m. e(t) de fréquence f.
La machine synchrone est réversible.
Rappel : toute variation de champs magnétique à travers une bobine créée aux bornes de la
bobine une f.é.m. e(t) induite. C’est la loi de Faraday.
Synchronisme
Le rotor et le champ tournant ont la même vitesse nS. Ont dit qu’ils sont synchrones (d’où
l’indice s de ns).
La fréquence f de la f.e.m. ou du courant de l’induit (stator) et la vitesse de synchronisme ns
sont liées par la relation :

nS 
f
p
nS : vitesse de rotation du champs tournant en trs.s-1
;
  : fréquence des courants alternatifs en Hz ;
p : nombre de paires de pôles.
f.é.m. induite
L’enroulement de l’induit (stator) soumis au champ magnétique tournant de l’entrefer est le
siège d’une f.é.m. e(t) de valeur efficace E.
Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone
© Claude Divoux, 2003 2/6
snKE  E : f.é.m. induit (V)
K : constante globale (caractéristique du moteur)
 : flux maximum à travers un enroulement (Wb)
Remarque : l’enroulement du stator est disposé de telle façon que la f.é.m. e(t) soit le plus
possible de forme sinusoïdale.
Caractéristique en fonction du courant d’excitation Ie (caractéristique à vide)
Tant que le courant d’excitation dans l’inducteur Ie ne
dépasse pas une certaine limite (Ie max), la valeur efficace E
de la f.e.m. est proportionnelle à ce courant.
C’est le courant Ie qui détermine le flux magnétique  dans
l’entrefer de la machine.
Schémas
Répartition du champ magnétique dans l’entrefer d’une machine synchrone et disposition du
bobinage.
bipolaire (p = 1) à pôles lisses tétrapolaire ou quadripolaire (p = 2) à pôles saillants
Remarque : un champ magnétique à toujours deux pôles, un nord et un sud. C’est pourquoi
on parle en terme de paire de pôles.
Symboles
Machine monophasée
Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone
© Claude Divoux, 2003 3/6
2 Modèle équivalent de l ‘enroulement du stator
modèle de l’induit
e : f.é.m. à vide (V)
v : tension aux bornes d’un enroulement de la machine (V)
r : résistance de l’enroulement (Ω)
X = L. : réactance synchrone (Ω)
Le courant est orienté en « convention générateur ».
modèle de l’inducteur
L’inducteur est équivalent à
une résistance
Toute l’énergie absorbée à l’inducteur est perdue
par effet joule :

Pe UeIe  ReIe
2
 pje
Réaction magnétique d’induit
En charge, le courant dans l’induit (stator) crée un deuxième champ magnétique tournant qui
modifie les caractéristiques de la machine. C’est ce que l’on nomme la réaction magnétique
d’induit.
L’inductance L du schéma tient compte de l’inductance réelle de l’enroulement et de la
réaction magnétique d’induit.
Loi des mailles
Loi des mailles avec les grandeurs instantanées : rL uuve 
Loi des mailles avec les grandeurs vectorielles : rL UUVE


avec : 


V (V, ) ; )2/,(  ILUL

;
Diagrammes de Fresnel
Remarques :
 très souvent r.I est négligé ;
 en traçant le diagramme à l’échelle, il est possible d’en
déduire certaines grandeurs ;
 si la charge est résistive  = 0.
Diagramme d’un alternateur couplé au réseau
Pour un alternateur couplé au réseau, V est imposé à 220 V et  à 50 Hz.
Les grandeurs variables du réseau sont le courant I et le déphasage  qui vont dépendre de la
consommation.
Observons l’allure du diagramme de Fresnel pour la variation de ces deux grandeurs :
Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone
© Claude Divoux, 2003 4/6
Diagrammes superposés pour
deux valeurs du courant
Diagrammes superposés pour
deux valeurs du déphasage
On constate que pour ces deux situations la f.é.m. E doit varier.
E est donnée par la relation : snKE 
On constate que le flux  est le seul terme pouvant être modifié par l’intermédiaire du
courant d’excitation Ie.
Conséquence :
 en utilisation normale, un groupe électrogène doit fournir une tension dont la valeur
efficace est la plus constante possible. La charge pouvant varier dans des proportions
importantes, un dispositif électronique de régulation (asservissement), agissant sur
l’intensité du courant d’excitation, est donc nécessaire.
 Si Ie devient trop grand, la machine risque de saturer, il n’est alors plus possible de
contrôler E avec Ie. L’asservissement devient impossible. Il faut éviter la saturation.
3 Bilan des puissances d’un alternateur
Puissance mécanique
La turbine, ou le moteur à essence pour un groupe électrogène, entraîne l’arbre de
l’alternateur avec un couple Tm.La puissance absorbée est mécanique.

Pméca  S .TM  2nSTM
ΩS : pulsation de rotation en rad.s-1
nS : vitesse en trs.s-1
TM : couple utile sur l’arbre en N.m
Puissance absorbée par le rotor

Pe UeIe Si l’alternateur est à excitation indépendante, il faut encore tenir compte de
l’énergie électrique absorbée par l’excitation (rotor).
Si l’alternateur est auto-excité, la puissance reçue par l’inducteur (excitation) est fournie par
le système d’entraînement et se trouve donc inclue dans le terme MSméca TP .
Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone
© Claude Divoux, 2003 5/6
Puissance absorbée totale
Alternateur à excitation indépendante :

Pa  S .TM UeIe
Alternateur auto-excité :

Pa  S .TM
Alternateur à excitation à aimants permanents :

Pa  S .TM
Puissance utile
La charge reliée à l’alternateur absorbe un courant
de valeur efficace I et présente un facteur de
puissance cos 
cosVIPU 
Pertes par effet joule dans l’inducteur :

pje UeIe  ReIe
2
Pertes par effet joule dans l’induit :

pji  rI2
Pertes par effet joule dans l’induit :

pj  rI2
 ReIe
2
Pertes dites « collectives » pc : pertes mécaniques et pertes fer qui ne dépendent pas de
la charge.
Remarque :
 comme les pertes mécaniques et les pertes fer dépendent de la fréquence et de la tension U,
elles sont généralement constantes (50 Hz - 220V).
Rendement

 
Pu
Pa
4 Utilisation
Avantages
La machine synchrone est plus facile à réaliser et plus robuste que le moteur à courant
continu.
Son rendement est proche de 99%.
On peut régler son facteur de puissance cos  en modifiant le courant d’excitation Ie.
Inconvénients
Un moteur auxiliaire de démarrage est souvent nécessaire.
Il faut une excitation, c’est-à-dire une deuxième source d’énergie.
Si le couple résistant dépasse une certaine limite, le moteur décroche et s’arrête.
Centrale électrique
Ils fournissent l’énergie du réseau EDF. On les trouve dans toutes les centrales électriques.
Exemple : centrale de Rhinau sur le Rhin.
Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone
© Claude Divoux, 2003 6/6
La centrale comporte quatre alternateurs de 42000 kVA chacun : vitesse, 75 tr.mn-1
avec
turbines Kaplan à axe vertical, débit 350 m3
.s-1
.
Exemple : centrale de Grand-Maison en Isère
Vitesse de synchronisme : 428,6 tr.mn-1
Puissance active nominale : 153 MW
Tension nominale : 15,5 kV
Intensité nominale : 6333 A
Masse du rotor : 235 t
Masse du stator : 166 t
Excitation statique par soutirage au stator
Puissance d’excitation : 323 kW
Rendement en régime nominal : 98,5%

Contenu connexe

Tendances

Cours machine asynchrone (cours et problèmes)
Cours machine asynchrone (cours et problèmes)Cours machine asynchrone (cours et problèmes)
Cours machine asynchrone (cours et problèmes)
OMAR EL MOUDEN
 
Moteur a courant continu
Moteur a courant continuMoteur a courant continu
Moteur a courant continu
wolfori
 
Cours d'Electrotechnique 2 : machines tournantes
Cours d'Electrotechnique 2 : machines tournantesCours d'Electrotechnique 2 : machines tournantes
Cours d'Electrotechnique 2 : machines tournantes
Christophe Palermo
 
090416055412 Ressource Circuit De Charge
090416055412 Ressource Circuit De Charge090416055412 Ressource Circuit De Charge
090416055412 Ressource Circuit De Charge
guest5814cb
 
Moteurs cc
Moteurs ccMoteurs cc
Moteurs cc
toumed
 

Tendances (20)

Machines synchrones 3 ph
Machines synchrones 3 phMachines synchrones 3 ph
Machines synchrones 3 ph
 
A. Attou Commande scalaire MAS
A. Attou  Commande scalaire MASA. Attou  Commande scalaire MAS
A. Attou Commande scalaire MAS
 
Cours machine asynchrone (cours et problèmes)
Cours machine asynchrone (cours et problèmes)Cours machine asynchrone (cours et problèmes)
Cours machine asynchrone (cours et problèmes)
 
Chap 0 demarrage_des_moteur_asynchrones
Chap 0 demarrage_des_moteur_asynchronesChap 0 demarrage_des_moteur_asynchrones
Chap 0 demarrage_des_moteur_asynchrones
 
Moteur a courant continu
Moteur a courant continuMoteur a courant continu
Moteur a courant continu
 
Chapitre 3 mli mcc
Chapitre 3 mli mccChapitre 3 mli mcc
Chapitre 3 mli mcc
 
Cours d'Electrotechnique 2 : machines tournantes
Cours d'Electrotechnique 2 : machines tournantesCours d'Electrotechnique 2 : machines tournantes
Cours d'Electrotechnique 2 : machines tournantes
 
Mcc
MccMcc
Mcc
 
Chapitre IV : Les machines synchrones
Chapitre IV : Les machines synchronesChapitre IV : Les machines synchrones
Chapitre IV : Les machines synchrones
 
Le moteur asynchrone_triphase
Le moteur asynchrone_triphaseLe moteur asynchrone_triphase
Le moteur asynchrone_triphase
 
Chapitre VI : Machines à courant continu
Chapitre VI : Machines à courant continuChapitre VI : Machines à courant continu
Chapitre VI : Machines à courant continu
 
Electrotechnique
ElectrotechniqueElectrotechnique
Electrotechnique
 
Ch1 machine a courant continu
Ch1 machine a courant continuCh1 machine a courant continu
Ch1 machine a courant continu
 
Mas3 circuit équivalent
Mas3 circuit équivalentMas3 circuit équivalent
Mas3 circuit équivalent
 
Machine électrique
Machine électriqueMachine électrique
Machine électrique
 
090416055412 Ressource Circuit De Charge
090416055412 Ressource Circuit De Charge090416055412 Ressource Circuit De Charge
090416055412 Ressource Circuit De Charge
 
Mcc
MccMcc
Mcc
 
Groupe electrogene
Groupe electrogeneGroupe electrogene
Groupe electrogene
 
Moteur asynchrone
Moteur asynchroneMoteur asynchrone
Moteur asynchrone
 
Moteurs cc
Moteurs ccMoteurs cc
Moteurs cc
 

En vedette

Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 ResinThesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Luis Tsuji
 
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force MaintenanceThesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Luis Tsuji
 
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 ResinThesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Luis Tsuji
 
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force MaintenanceThesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Luis Tsuji
 

En vedette (13)

Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 ResinThesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
 
Business managment ideas by everett wilkinson
Business managment ideas by everett wilkinsonBusiness managment ideas by everett wilkinson
Business managment ideas by everett wilkinson
 
Ppt ppm kelompok 6 video
Ppt ppm kelompok 6   videoPpt ppm kelompok 6   video
Ppt ppm kelompok 6 video
 
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force MaintenanceThesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
 
Everett Wilkinson | Information technology consulting services
Everett Wilkinson | Information technology consulting servicesEverett Wilkinson | Information technology consulting services
Everett Wilkinson | Information technology consulting services
 
Tugas 1 kel 13
Tugas 1 kel  13Tugas 1 kel  13
Tugas 1 kel 13
 
Media Kit Health Plus
Media Kit   Health PlusMedia Kit   Health Plus
Media Kit Health Plus
 
Everett wilkinson entrepreneurship and business management
Everett wilkinson   entrepreneurship and business managementEverett wilkinson   entrepreneurship and business management
Everett wilkinson entrepreneurship and business management
 
Social Media for Restaurants
Social Media for RestaurantsSocial Media for Restaurants
Social Media for Restaurants
 
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 ResinThesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
Thesis-MIT-Mechanical Properties of Degraded PMR-15 Resin
 
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force MaintenanceThesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
Thesis-MIT-Tradeoffs in Air Force Maintenance
 
Pancasila kel 1
Pancasila kel 1Pancasila kel 1
Pancasila kel 1
 
Webinar Fondazione CRUI - Microsoft: La Cyber Security nelle Università
Webinar Fondazione CRUI - Microsoft: La Cyber Security nelle Università Webinar Fondazione CRUI - Microsoft: La Cyber Security nelle Università
Webinar Fondazione CRUI - Microsoft: La Cyber Security nelle Università
 

Similaire à Alternateur 2002

machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca
machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et camachine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca
machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca
Dystopien
 
ch 9 Moteur asynchrone.ppt
ch 9 Moteur asynchrone.pptch 9 Moteur asynchrone.ppt
ch 9 Moteur asynchrone.ppt
AnisAB6
 
Chap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdf
Chap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdfChap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdf
Chap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdf
fadouamadarisse
 

Similaire à Alternateur 2002 (20)

machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca
machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et camachine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca
machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca machine a courant cc et ca
 
Moteur à courant continu v2k5
Moteur à courant continu v2k5Moteur à courant continu v2k5
Moteur à courant continu v2k5
 
Moteur électrique et variateur de vitesse
Moteur électrique et variateur de vitesseMoteur électrique et variateur de vitesse
Moteur électrique et variateur de vitesse
 
Machines synchrones.pdf
Machines synchrones.pdfMachines synchrones.pdf
Machines synchrones.pdf
 
principe de fonctionnement machine asynchrone -www.cours-online.com
principe de fonctionnement machine asynchrone -www.cours-online.comprincipe de fonctionnement machine asynchrone -www.cours-online.com
principe de fonctionnement machine asynchrone -www.cours-online.com
 
cm_machine_synchrone.ppt
cm_machine_synchrone.pptcm_machine_synchrone.ppt
cm_machine_synchrone.ppt
 
ONDULEUR_SOLAIRE.pptx
ONDULEUR_SOLAIRE.pptxONDULEUR_SOLAIRE.pptx
ONDULEUR_SOLAIRE.pptx
 
Moteur asynchrone
Moteur asynchroneMoteur asynchrone
Moteur asynchrone
 
1167859.ppt
1167859.ppt1167859.ppt
1167859.ppt
 
Mas3 ph
Mas3 phMas3 ph
Mas3 ph
 
Machine à courant continu.pptx
 Machine à courant continu.pptx Machine à courant continu.pptx
Machine à courant continu.pptx
 
ch 9 Moteur asynchrone.ppt
ch 9 Moteur asynchrone.pptch 9 Moteur asynchrone.ppt
ch 9 Moteur asynchrone.ppt
 
Doc moteur p a p .
Doc moteur p a p .Doc moteur p a p .
Doc moteur p a p .
 
003 alternateur-regulation-depannage
003 alternateur-regulation-depannage003 alternateur-regulation-depannage
003 alternateur-regulation-depannage
 
Chapitre_5_Machine_asynchrone.pdf
Chapitre_5_Machine_asynchrone.pdfChapitre_5_Machine_asynchrone.pdf
Chapitre_5_Machine_asynchrone.pdf
 
10250506.ppt
10250506.ppt10250506.ppt
10250506.ppt
 
machine asynchrone.pdf
machine asynchrone.pdfmachine asynchrone.pdf
machine asynchrone.pdf
 
Gene asynchrone
Gene asynchroneGene asynchrone
Gene asynchrone
 
Chap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdf
Chap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdfChap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdf
Chap_1_Redresseurs.ppt [Mode de compatibilité].pdf
 
Exposé l'électricité
Exposé l'électricité Exposé l'électricité
Exposé l'électricité
 

Alternateur 2002

  • 1. Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone © Claude Divoux, 2003 1/6 Génératrice synchrone : l’alternateur Etude en monophasé 1 Constitution Rotor Le rotor porte l’enroulement inducteur. Il est constitué d’un enroulement parcouru par un courant d’excitation Ie continu créant un champ magnétique 2p polaire. Il possède donc p paires de pôles. Remarques :  il faut apporter le courant à l’inducteur par l’intermédiaire de bagues et de balais.  Sur des petites machine, le rotor peut être constitué par des aimants permanents. Stator Le stator porte l’enroulement induit. L’enroulement du stator est le siège d’un courant alternatif monophasé. Modes de fonctionnement, champ tournant, réversibilité Fonctionnement en moteur : Les courants alternatifs de fréquence f dans l’induit (stator) créent dans l’entrefer de la machine, un champ magnétique tournant à la vitesse ns. Le rotor, siège d’un champ magnétique constant, suit le champ tournant à la même vitesse ns. Fonctionnement en alternateur : L’inducteur sur le rotor entraîné par une turbine tournant à la vitesse ns, crée dans l’entrefer de la machine un champ tournant à la vitesse ns. Ce champ tournant induit aux bornes de l’induit (stator) une f.e.m. e(t) de fréquence f. La machine synchrone est réversible. Rappel : toute variation de champs magnétique à travers une bobine créée aux bornes de la bobine une f.é.m. e(t) induite. C’est la loi de Faraday. Synchronisme Le rotor et le champ tournant ont la même vitesse nS. Ont dit qu’ils sont synchrones (d’où l’indice s de ns). La fréquence f de la f.e.m. ou du courant de l’induit (stator) et la vitesse de synchronisme ns sont liées par la relation :  nS  f p nS : vitesse de rotation du champs tournant en trs.s-1 ;   : fréquence des courants alternatifs en Hz ; p : nombre de paires de pôles. f.é.m. induite L’enroulement de l’induit (stator) soumis au champ magnétique tournant de l’entrefer est le siège d’une f.é.m. e(t) de valeur efficace E.
  • 2. Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone © Claude Divoux, 2003 2/6 snKE  E : f.é.m. induit (V) K : constante globale (caractéristique du moteur)  : flux maximum à travers un enroulement (Wb) Remarque : l’enroulement du stator est disposé de telle façon que la f.é.m. e(t) soit le plus possible de forme sinusoïdale. Caractéristique en fonction du courant d’excitation Ie (caractéristique à vide) Tant que le courant d’excitation dans l’inducteur Ie ne dépasse pas une certaine limite (Ie max), la valeur efficace E de la f.e.m. est proportionnelle à ce courant. C’est le courant Ie qui détermine le flux magnétique  dans l’entrefer de la machine. Schémas Répartition du champ magnétique dans l’entrefer d’une machine synchrone et disposition du bobinage. bipolaire (p = 1) à pôles lisses tétrapolaire ou quadripolaire (p = 2) à pôles saillants Remarque : un champ magnétique à toujours deux pôles, un nord et un sud. C’est pourquoi on parle en terme de paire de pôles. Symboles Machine monophasée
  • 3. Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone © Claude Divoux, 2003 3/6 2 Modèle équivalent de l ‘enroulement du stator modèle de l’induit e : f.é.m. à vide (V) v : tension aux bornes d’un enroulement de la machine (V) r : résistance de l’enroulement (Ω) X = L. : réactance synchrone (Ω) Le courant est orienté en « convention générateur ». modèle de l’inducteur L’inducteur est équivalent à une résistance Toute l’énergie absorbée à l’inducteur est perdue par effet joule :  Pe UeIe  ReIe 2  pje Réaction magnétique d’induit En charge, le courant dans l’induit (stator) crée un deuxième champ magnétique tournant qui modifie les caractéristiques de la machine. C’est ce que l’on nomme la réaction magnétique d’induit. L’inductance L du schéma tient compte de l’inductance réelle de l’enroulement et de la réaction magnétique d’induit. Loi des mailles Loi des mailles avec les grandeurs instantanées : rL uuve  Loi des mailles avec les grandeurs vectorielles : rL UUVE   avec :    V (V, ) ; )2/,(  ILUL  ; Diagrammes de Fresnel Remarques :  très souvent r.I est négligé ;  en traçant le diagramme à l’échelle, il est possible d’en déduire certaines grandeurs ;  si la charge est résistive  = 0. Diagramme d’un alternateur couplé au réseau Pour un alternateur couplé au réseau, V est imposé à 220 V et  à 50 Hz. Les grandeurs variables du réseau sont le courant I et le déphasage  qui vont dépendre de la consommation. Observons l’allure du diagramme de Fresnel pour la variation de ces deux grandeurs :
  • 4. Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone © Claude Divoux, 2003 4/6 Diagrammes superposés pour deux valeurs du courant Diagrammes superposés pour deux valeurs du déphasage On constate que pour ces deux situations la f.é.m. E doit varier. E est donnée par la relation : snKE  On constate que le flux  est le seul terme pouvant être modifié par l’intermédiaire du courant d’excitation Ie. Conséquence :  en utilisation normale, un groupe électrogène doit fournir une tension dont la valeur efficace est la plus constante possible. La charge pouvant varier dans des proportions importantes, un dispositif électronique de régulation (asservissement), agissant sur l’intensité du courant d’excitation, est donc nécessaire.  Si Ie devient trop grand, la machine risque de saturer, il n’est alors plus possible de contrôler E avec Ie. L’asservissement devient impossible. Il faut éviter la saturation. 3 Bilan des puissances d’un alternateur Puissance mécanique La turbine, ou le moteur à essence pour un groupe électrogène, entraîne l’arbre de l’alternateur avec un couple Tm.La puissance absorbée est mécanique.  Pméca  S .TM  2nSTM ΩS : pulsation de rotation en rad.s-1 nS : vitesse en trs.s-1 TM : couple utile sur l’arbre en N.m Puissance absorbée par le rotor  Pe UeIe Si l’alternateur est à excitation indépendante, il faut encore tenir compte de l’énergie électrique absorbée par l’excitation (rotor). Si l’alternateur est auto-excité, la puissance reçue par l’inducteur (excitation) est fournie par le système d’entraînement et se trouve donc inclue dans le terme MSméca TP .
  • 5. Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone © Claude Divoux, 2003 5/6 Puissance absorbée totale Alternateur à excitation indépendante :  Pa  S .TM UeIe Alternateur auto-excité :  Pa  S .TM Alternateur à excitation à aimants permanents :  Pa  S .TM Puissance utile La charge reliée à l’alternateur absorbe un courant de valeur efficace I et présente un facteur de puissance cos  cosVIPU  Pertes par effet joule dans l’inducteur :  pje UeIe  ReIe 2 Pertes par effet joule dans l’induit :  pji  rI2 Pertes par effet joule dans l’induit :  pj  rI2  ReIe 2 Pertes dites « collectives » pc : pertes mécaniques et pertes fer qui ne dépendent pas de la charge. Remarque :  comme les pertes mécaniques et les pertes fer dépendent de la fréquence et de la tension U, elles sont généralement constantes (50 Hz - 220V). Rendement    Pu Pa 4 Utilisation Avantages La machine synchrone est plus facile à réaliser et plus robuste que le moteur à courant continu. Son rendement est proche de 99%. On peut régler son facteur de puissance cos  en modifiant le courant d’excitation Ie. Inconvénients Un moteur auxiliaire de démarrage est souvent nécessaire. Il faut une excitation, c’est-à-dire une deuxième source d’énergie. Si le couple résistant dépasse une certaine limite, le moteur décroche et s’arrête. Centrale électrique Ils fournissent l’énergie du réseau EDF. On les trouve dans toutes les centrales électriques. Exemple : centrale de Rhinau sur le Rhin.
  • 6. Terminale STI génie mécanique nouveau programme 2002 Machine synchrone © Claude Divoux, 2003 6/6 La centrale comporte quatre alternateurs de 42000 kVA chacun : vitesse, 75 tr.mn-1 avec turbines Kaplan à axe vertical, débit 350 m3 .s-1 . Exemple : centrale de Grand-Maison en Isère Vitesse de synchronisme : 428,6 tr.mn-1 Puissance active nominale : 153 MW Tension nominale : 15,5 kV Intensité nominale : 6333 A Masse du rotor : 235 t Masse du stator : 166 t Excitation statique par soutirage au stator Puissance d’excitation : 323 kW Rendement en régime nominal : 98,5%