SlideShare une entreprise Scribd logo
Panorama du  Théâtre Contemporain. Un Théâtre ouvert à approcher et à explorer… © TP Jullien – mai 05
Regards sur quelques auteurs. Philipe MINYANA Noëlle RENAUDE Serge VALLETTI Wouadji MOUAWAD Olivier PY Jean-Luc LAGARCE © TP Jullien – mars 09
Philippe MINYANA (1) L’« inventaire »des thématiques à l'oeuvre dans les pièces de Philippe Minyana dévoile d’évidentes  récurrences (deuils, souffrances mentales , souffrances physiques...) dessinant les contours d’un univers dans lequel l’humour,  l’ ironie grinçante,  la cruauté et l’ émotion se donnent le mot pour  tenter de dire le monde tel qu’il va ou plutôt tel qu’il ne va pas.... Si toutes ses pièces sont traversées par la même vision crépusculaire,  aucune toutefois ne présente une facture semblable. Philippe Minyana est un auteur en constante recherche formelle. Chacune de ses pièces se donne à lire comme un nouveau défi lancé à l’écriture et à la scène. Du « gras » au « maigre » (selon son expression),  du logorrhéique à l’épure,  Ph.Minyana prend le risque d’à chaque fois réinventer une forme nouvelle et donc une nouvelle façon d’interroger le sens. LES ETAPES DE SON PARCOURS      Les premières pièces sont encore relativement classiques.   Leur valeur « thérapeutique »  lui permet de régler ses comptes avec la pesanteur de la vie de Province.  Fin   d’été   à   Baccarat  par exemple, à la tonalité tchékhovienne et à la dramaturgie encore très traditionnelle (unité de temps, de lieu, personnages individualisés, « volonté de tout dire »...) malgré pourtant certaines audaces déjà annonciatrices ! (traitement des  répétitions, des locutions figées, des accidents de la langue ...)   © TP Jullien – mai 05 « Il faut trouver des formes nouvelles.. » ( La   Mouette  - Tchekhov)                             
Les monologues :   Chambres ,  Inventaires   Ecrits à partir de faits divers ou d’interviews, ils donnent la parole à ceux qui en sont d’ordinaire dépossédés mais une parole qui, tout en créant l’illusion d’un effet de réel,  est en réalité transfigurée par l’écriture (dans l’urgence du dire, dans le rythme, dans l’absence de ponctuation , dans les associations d’idées, d’images,  de sonorités ..)La langue orale   débarrassée des scories habituelles devient un poème parlé où l’intime (théâtre de l’aveu) déjà prend des accents épiques . Les pièces qui réinterrogent la forme épique  justement mais de façon plus directe et à  l’echelle du monde et non plus de la chambre :  Les   Guerriers  ;  Où   va - tu   Jérémy  ?....  Les pièces brèves, fragmentées:   Drames   brefs , « pièces mortifères »théâtre du deuil (de la  mort de la mère..) où la dimension explicitement autobiographique est gommée au profit d’une écriture poétique (dans une forme aux allures presque versifiées)qui transmue les personnages en figures ( à Munich, la pièce a d’ailleurs éte montée avec des marionnettes endiguant ainsi toute vélléité d’incarnation et d’identification) nous livrant des instantanés de vie dans une construction par empilement.(cf aussi  Les   fragments   empilés )  Quant aux dernières pièces  de l’auteur , elles semblent placées sous le signe d’une certaine tentation du narratif.  Dans  Suites    (2 ?) les didascalies  constituent le tissu principal tandis que les répliques ne font plus figure que d’intruses , de fragments incrustés… Ecrits à partir de faits divers ou d’interviews, ils donnent la parole à ceux qui en sont d’ordinaire dépossédés mais une parole qui, tout en créant l’illusion d’un effet de réel,  est en réalité transfigurée par l’écriture (dans l’urgence du dire, dans le rythme, dans l’absence de ponctuation , dans les associations d’idées, d’images,  de sonorités ..)La langue orale   débarrassée des scories habituelles devient un poème parlé où l’intime (théâtre de l’aveu) déjà prend des accents épiques . Avec de tels enjeux,  on comprend que Minyana fasse de la discontinuité (caractéristique du reste de tout un pan de l’art contemporain) un des principes premiers de sa dramaturgie. Philippe MINYANA (2) © TP Jullien – mai 05
Noëlle RENAUDE © TP Jullien – mai 05 ... et puis il y a toutes ces gens,Solange, Octavie Ravenol ou même Thérèse Raquin, et toutes ces bribes de phrases glanées au hasard des jours, comme les courtes étapes de nos voyages...des bouts de trains, ds bouts de tramway, en bout de parcours quelque part entre Jouy-sur Eure et Chamonix...   Née à Paris en 1949, Noëlle RENAUDE écrit “pour” le théâtre depuis 1976.  Son écriture poétique et musicale suscite le théâtre.  "Le travail de Noëlle Renaude consiste à tourner, remuer pour qu'une construction auditive prenne consistance, ou plutôt prenne corps [...] Noêlle Renaude dit la vérité de notre temps [...] elle dit la parole libérée "au gré des fictions". La parole captée, volée, arrachée, démontée, reprise et porteuse de l'Homme en morceaux que nous sommes devenus."  (Robert Cantarella)   Pour Noëlle RENAUDE, l'écriture, devenue nécessaire à 27 ans, re-présente la part cachée d'elle-même. Cet acte qu'elle décrit comme solitaire, est un moyen de transmettre... Le théâtre contient une vraie violence. Les mots y sont pris en charge par les acteurs et les spectateurs. Elle "cherche à parler de la grâce de l'être humain au détour de ses côté pitoyables et misérables". "Ma Solange..." a été le lieu de toutes les expériences d'écriture. Je me suis autorisée à tout mettre. Même le lamentable." (cf. Le Matricule des Anges n° 21)                                        
Wouajdi MOUAWAD Né au Liban, Wajdi Mouawad a vécu en France avant  théâtre du Canada, cofondateur du Théâtre Ô Parleur, il est comédien, auteur et metteur en scène. Figure marquante du jeune théâtre québécois, il signe des adaptations et des mises en scène pour les plus importants théâtres de Montréal. La création de  Willy Protagoras enfermé dans les toilettes  fut élue meilleure production à Montréal, en 1998, par l'Association québécoise des critiques de théâtre. Wajdi Mouawad est plusieurs fois boursier (Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Ministère de la culture, etc.) pour son écriture. Il fut auteur en résidence au Théâtre Artistic Athévains de Paris (février 1997), au Théâtre Parminou (janvier 1997), au Théâtre l'Arrière Scène (octobre 1996). Wajdi Mouawad triomphait à Limoges, à l'automne 1998, avec  Littoral , qui fut créé au Festival de théâtre des Amériques en juin 1997 et fut présenté au Festival d'Avignon en 1999. Il a dirigé, de 2000 à 2004, le Théâtre de Quat'Sous de Montréal. Son premier roman,  Visage retrouvé , paraissait en 2002, chez Leméac/Actes Sud et en 2004, chez le même éditeur, ses entretiens avec le metteur en scène André Brassard,  « Je suis le méchant! » © TP Jullien – mai 05
Wouajdi MOUAWAD
Serge VALLETTI (1) © TP Jullien – mai 05 «Je me laisse entraîner par des histoires qui me rentrent dans le cerveau et qui ont de la peine à en sortir, il en reste toujours des bribes, des fragments, des débuts, des fins, parfois un type qui parle tout seul» Serge Valletti  Au bout du comptoir, la mer .   «Je me laisse entraîner par des histoires qui me rentrent dans le cerveau et qui ont de la peine à en sortir, il en reste toujours des bribes, des fragments, des débuts, des fins, parfois un type qui parle tout seul»   Serge Valletti  Au bout du comptoir, la mer. Quand le chanteur du groupe pasticheur  Les Immondices  décide de rester en scène plus longtemps que les dix minutes d'un numéro de cabaret, il écrit une longue pièce avec des copains et la joue deux fois dans une salle louée; cela donne  Les Brosses : Marseille, 1969. Serge Valletti, né en 1951, commence à faire du théâtre, pour ne plus s'arrêter. Trois autres spectacles s'ensuivent,  La vodka du diable   ,  A fou de jouer   accueilli par Antoine Bourseiller au Gymnase, Un prince sans rire . La rencontre avec Eric Eychenne autour d'une  Vie de Molière  confirme l'élan. Et en septembre 1973, Valletti va à Paris, avec trois amis et une valise, contenant les costumes et le texte de  Miss Terre , qui sera joué dans un café-théâtre près de Pigalle. Il retrouve alors Daniel Mesguich, diseur de poèmes dans les cabarets de Marseille qui, en pleine effervescence du jeune théâtre, l'entraîne dans sa troupe comme acteur pour une douzaine de spectacles brillants et insolents comme  Le Prince Travesti  (1974),  Remembrances d'amour  (1975),  Hamlet  (1977). Valletti revient à l'écriture avec  Au-delà du Rio   en 1976 et enchaîne une série de cinq duos, entre fantasme et fait-divers, qu'il promène dans toute la France en compagnie de Jacqueline Darrigade:  Bravo & son ,  J ust Hamlet ,  Oeuf de  Iynch ,  L'assassinat de John Fitzgerald Kennedy raconté à Aristote Onassis par Jacqueline Kennedy . Il tient en 1980 le rôle principal des  Fiancés de la banlieue ouest  de Louis-Charles Sirjacq, dirigé par Bruno Bayen. Puis, seul, il construit avec cairons et planches une toute petite scène dans une cave de la place des Vosges. Après un long tête à tête avec  Malone meurt  de Beckett, il décide de se montrer à découvert et s'écrit un solo. C'est l'étonnante aventure de  Balle perdue , confession d'un mythomane, jouée à la lueur d'une bougie pour deux spectateurs (il n'y a que deux fauteuils) à partir de septembre 1981. Il reprend le spectacle en avril 1982, à la demande de Josyane Horville, pour inaugurer la petite salle de l'Athénée
. Valletti aborde alors un projet qui lui est cher, celui d'adapter pour le cinéma un roman de la Série Noire, le n° 412 à couverture cartonnée,  Mince de pince , de Clarence Weff, c'est-à-dire son père. C'est en travaillant au film, dirigé par Jean-Louis Comolli, qu'il retrouve le goût du dialogue, et donc du théâtre à plusieurs voix. Il rédige  Volcan , qui doit se jouer dans un tas de charbon au bord de la Seine, et qui se donne en représentation unique le 18 octobre 1983 sous le pont d'Austerlitz avec comme complice Monique Brun, Yves Gourvil, Jérôme Derre; reprise en juillet 1984 au Festival d'Avignon. C'est l'époque où il écrit  Le jour se  léve , Léopold !   (9 personnages) et  Mary's à minuit  (solo). En 1985, il monte un nouveau solo,  Renseignements généraux , au Théâtre Dejazet. Puis pendant plusieurs mois, à partir de février 1986, il dévide, dans un restaurant italien, deux fois par semaine, un soliloque dérisoire et désopilant,  Au bout du comptoir, la mer . En 1987, Georges Lavaudant le distribue au TNP Villeurbanne dans  Le Régent  de Jean-Christophe Bailly. En 1988,1'éditeur Christian Bourgois publie pour la première fois un de ses textes,  Le jour se  léve , Léopold !  que Chantal Morel crée, avec grand succès, au Centre Dramatique National des Alpes à Grenoble, et lui-même raconte ses  Souvenirs assassins  à l'Athénée. Valletti est découvert. Il compose  Saint Elvis  sur une commande de Charles Tordjman (Théâtre de Chaillot - Gémier - mai 1990), passe  Carton Plein  au metteur en scène Gabriel Monnet (Printemps des Comédiens de Montpellier - mars 1991), imagine une pièce à jouer dans les ruines,  Comme il veut !  pour Pascal Papini (Vaison-la-Romaine - juillet 1991), et réagit à l'affaire de Carpentras par le féroce  Papa , mis en scène par Pierre Ascaride (Théâtre 71 Malakoff - mars 1992). Aujourd'hui Jacques Nichet présente  Domaine Ventre , et lui s'apprête à jouer dans  Figaro divorce  d'Odon von Horvath; Valletti occupe la scène, obstiné observateur, habité par des histoires et habitant du théâtre. Serge VALLETTI (2) © TP Jullien – mai 05
Olivier PY © TP Jullien – mai 05 Le théâtre sait des choses que nous ne savons plus, coulées quelque part dans les veines du bois, il faut frotter la lampe et le génie réapparaît. C'est à cela qu'est destinée la semelle de l'acteur, elle polit un miracle, ce miracle est.   N'en déplaise aux imbéciles, aux aveugles, aux envieux, n'en déplaise aux incrédules, le théâtre ne nous intéresse que dans la mesure où il fait immerger l'absolument humain. L'absolument humain nous enivre, l'absolument humain est le vin de notre fête. L'art pour l'art est un crime impuni. Je méprise tout ce qui n'est pas assoiffé de fait humain, tout ce qui ne cherche pas l'homme, tout ce qui ne déshabille pas l'atroce notabilité fut-elle culturelle, surtout culturelle, pour atteindre au nu, à l'écorché : cette douleur et cette joie qui sont même exclamation. Olivier Py                       
Olivier PY
François TANGUY   Théâtre du Radeau
Jean-Luc LAGARCE © TP Jullien – mai 05 Parcours de Jean-Luc Lagarce  Quand Jean-Luc Lagarce est mort (du sida) le 30 septembre 1995, c’était un metteur en scène connu mais un auteur encore méconnu. Certes, plusieurs de ses pièces avaient été jouées avec succès mais d’autres étaient restées dans le tiroir ou incomprises. Sa notoriété n’a cessé de croître depuis sa disparition et aujourd’hui Jean-Luc Lagarce est considéré comme un auteur classique contemporain, à l’instar d’un Bernard-Marie Koltès (mort du sida peu avant Lagarce) dont la notoriété a été plus précoce grâce à l’aura de Patrice Chéreau, qui montait ses pièces. Lagarce, lui, montait les siennes.  Si Lagarce n’a pas été reconnu de son vivant comme un auteur important, c’est peut-être que le langage théâtral de ses pièces était trop en décalage, trop novateur. Aujourd’hui, c’est l’un des auteurs coqueluches des cours d’art dramatique, un auteur chéri des troupes amateurs et de plus en plus prisé par les meilleurs metteurs en scène, toutes générations confondues. Il est traduit dans une quinzaine de langues. Les colloques, les études universitaires et les publications se multiplient. En 2008, l’une de ses pièces sera créée salle Richelieu, la grande scène de la Comédie-Française.  °°°°°°°° Théâtre et pouvoir en Occident  partait du théâtre grec, passait par le siècle classique (le XVIIe), allait voir du côté de Tchekhov et s’achevait sur quelques grands noms du théâtre des années cinquante : Ionesco, Genet, Beckett. Comment écrire après eux ? Lagarce posait la question. Il va commencer par mettre ses pas dans ceux de Ionesco en écrivant quelques pièces marquées par le théâtre de l’absurde (dont  Erreur de construction ,  Carthage, encore ), revendiquant ouvertement l’héritage en faisant référence à  La Cantatrice chauve , pièce que le metteur en scène Lagarce montera beaucoup plus tard avec un grand succès. Sa pièce  Les Serviteurs  fait des clins d’œil aux  Bonnes  de Jean Genet. Quant à Beckett, Lagarce montera très tôt trois de ses courtes pièces après avoir mis en scène plusieurs montages à partir de textes de l’Antiquité grecque :  Clytemnestre  puis  Elles disent… , spectacle inspiré de l’ Odyssée , histoire du retour d’Ulysse au pays natal, un motif qui allait être récurrent dans plusieurs des grandes pièces de Lagarce.
Voyage de Madame Knipper vers la Prusse Orientale , sa première pièce à être montée à Paris, fait référence à Tchekhov. C’est une pièce où Lagarce affirme son univers et façonne son style. Le lieu où se passe l’action est « le plateau nu d’un théâtre », des personnages sont réunis dans l’errance : ils fuient la guerre quelque part en Europe. La guerre n’est jamais là dans les pièces de Lagarce mais elle rôde souvent en coulisses. On retrouve cette structure dans  Vagues souvenirs de l’année de la peste  où un groupe de personnages a fui la peste qui sévissait à Londres. Dans cette errance, les personnages parlent de leur vie passée. Il ne se passe rien ou presque dans les pièces de Lagarce, l’intrigue est on ne peut plus mince, tout est dans la langue, la parole, le dit, le comment dire et le non-dit.  Jean-Luc LAGARCE
Jean-Luc LAGARCE
Jean-Luc LAGARCE
Jean-Luc LAGARCE
Visuels LET © TP Jullien – mai 05
Repères de lectures. © TP Jullien – mai 05 Philippe MINYANA: Inventaires. Noëlle RENAUDE:  Ma Solange, comment t’écrire mon désastre. Alex Roux. Serge VALLETTI:  Renseignements Généraux. Balle Perdue. Wouajdi MOUAWAD:  Rêves. Olivier PY:  La Servante. Document sonore extrait des  Ballades de Miss Knife.  (O Py)                       

Contenu connexe

Tendances

France: Tresors Littéraires
France: Tresors LittérairesFrance: Tresors Littéraires
France: Tresors Littéraires
comenius-monistrol
 
Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04
Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04
Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04
rebe.ca
 
Petite Histoire Du Theatre
Petite Histoire Du TheatrePetite Histoire Du Theatre
Petite Histoire Du Theatre
CinemaTICE
 
Jean-Pierre Ronfard
Jean-Pierre RonfardJean-Pierre Ronfard
Jean-Pierre Ronfard
mariemichel
 
XX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
XX siècle - Rupture, Surréalisme, ModernitéXX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
XX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
Chiara Costumati
 
Histoire d'une vie appelfeld -lgc
Histoire d'une vie appelfeld -lgcHistoire d'une vie appelfeld -lgc
Histoire d'une vie appelfeld -lgc
cdichenois
 
Anne Serre
Anne SerreAnne Serre
Anne Serre
Txaruka
 
marcel proust et sa recherche
marcel proust et sa recherchemarcel proust et sa recherche
marcel proust et sa recherche
giuseppina martoriello
 
[HDA] Fiche - Liberté (Poème)
[HDA] Fiche - Liberté (Poème)[HDA] Fiche - Liberté (Poème)
[HDA] Fiche - Liberté (Poème)
Miguel Sargento
 
La Nuit de la littérature 2016
La Nuit de la littérature 2016La Nuit de la littérature 2016
Pierre de Ronsard par Pina Martoriello
Pierre de Ronsard par Pina MartorielloPierre de Ronsard par Pina Martoriello
Pierre de Ronsard par Pina Martoriello
giuseppina martoriello
 
Flaubert et le realisme et tout
Flaubert et le realisme et toutFlaubert et le realisme et tout
Flaubert et le realisme et tout
1eres2
 
Albert camus Biographie / Vie / Philosophie
Albert camus Biographie / Vie / PhilosophieAlbert camus Biographie / Vie / Philosophie
Albert camus Biographie / Vie / Philosophie
PavelZK
 

Tendances (20)

Concours audiovisuel
Concours audiovisuelConcours audiovisuel
Concours audiovisuel
 
France: Tresors Littéraires
France: Tresors LittérairesFrance: Tresors Littéraires
France: Tresors Littéraires
 
Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04
Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04
Littérature Française III - Apollinaire - Présentation Hildeny Paula 01 04
 
Concours audiovisuel
Concours audiovisuelConcours audiovisuel
Concours audiovisuel
 
Petite Histoire Du Theatre
Petite Histoire Du TheatrePetite Histoire Du Theatre
Petite Histoire Du Theatre
 
Jean-Pierre Ronfard
Jean-Pierre RonfardJean-Pierre Ronfard
Jean-Pierre Ronfard
 
Arthur rimbaud
Arthur rimbaudArthur rimbaud
Arthur rimbaud
 
Rhinoceros eugene ionesco
Rhinoceros eugene ionescoRhinoceros eugene ionesco
Rhinoceros eugene ionesco
 
XX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
XX siècle - Rupture, Surréalisme, ModernitéXX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
XX siècle - Rupture, Surréalisme, Modernité
 
Histoire d'une vie appelfeld -lgc
Histoire d'une vie appelfeld -lgcHistoire d'une vie appelfeld -lgc
Histoire d'une vie appelfeld -lgc
 
Victor hugo nora
Victor hugo noraVictor hugo nora
Victor hugo nora
 
Gustave flaubert et madame bovary
Gustave flaubert  et  madame bovaryGustave flaubert  et  madame bovary
Gustave flaubert et madame bovary
 
Anne Serre
Anne SerreAnne Serre
Anne Serre
 
marcel proust et sa recherche
marcel proust et sa recherchemarcel proust et sa recherche
marcel proust et sa recherche
 
[HDA] Fiche - Liberté (Poème)
[HDA] Fiche - Liberté (Poème)[HDA] Fiche - Liberté (Poème)
[HDA] Fiche - Liberté (Poème)
 
La Nuit de la littérature 2016
La Nuit de la littérature 2016La Nuit de la littérature 2016
La Nuit de la littérature 2016
 
Pierre de Ronsard par Pina Martoriello
Pierre de Ronsard par Pina MartorielloPierre de Ronsard par Pina Martoriello
Pierre de Ronsard par Pina Martoriello
 
Taos amrouche
Taos amroucheTaos amrouche
Taos amrouche
 
Flaubert et le realisme et tout
Flaubert et le realisme et toutFlaubert et le realisme et tout
Flaubert et le realisme et tout
 
Albert camus Biographie / Vie / Philosophie
Albert camus Biographie / Vie / PhilosophieAlbert camus Biographie / Vie / Philosophie
Albert camus Biographie / Vie / Philosophie
 

Similaire à Auteurs

DP _ Le chant du signe (création en cours)
DP _ Le chant du signe (création en cours)DP _ Le chant du signe (création en cours)
DP _ Le chant du signe (création en cours)
Yann Lévêque
 
Dossier de diffusion Jeanne Barré
Dossier de diffusion Jeanne BarréDossier de diffusion Jeanne Barré
Dossier de diffusion Jeanne Barré
communicationtdm
 
Dossier de presse - cocorico
Dossier de presse - cocoricoDossier de presse - cocorico
Dossier de presse - cocorico
JohnB29
 
Les genres litteraires
Les genres litterairesLes genres litteraires
Les genres litteraires
Nathalie Hamdi
 
Présentation Dieu Merci
Présentation Dieu MerciPrésentation Dieu Merci
Présentation Dieu Merci
anijuin
 
Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012
Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012
Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012
La Compagnie Rabeux
 
Dossier gdl web
Dossier gdl webDossier gdl web
Dossier gdl web
pdesvigne
 
Trans09_Lhumanite_22062009
Trans09_Lhumanite_22062009Trans09_Lhumanite_22062009
Trans09_Lhumanite_22062009
La Compagnie Rabeux
 
Voyelles
VoyellesVoyelles
La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011
La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011
La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011
La Compagnie Rabeux
 
Programme Romeo et Juliette Comedie Française
Programme Romeo et Juliette Comedie FrançaiseProgramme Romeo et Juliette Comedie Française
Programme Romeo et Juliette Comedie Française
Bâle Région Mag
 
Revue presse de la pièce Edith S.
Revue presse de la pièce Edith S.Revue presse de la pièce Edith S.
Revue presse de la pièce Edith S.
Sonia Bressler
 
Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015
Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015
Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015
Régis F. Stauder
 
Double croche et sortilèges La Coupole
Double croche et sortilèges La CoupoleDouble croche et sortilèges La Coupole
Double croche et sortilèges La Coupole
Bâle Région Mag
 
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdfLe Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Universidad Complutense de Madrid
 
Music-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la Grange
Music-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la GrangeMusic-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la Grange
Music-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la Grange
culturedigitale
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
EPSILIM
 

Similaire à Auteurs (20)

DP _ Le chant du signe (création en cours)
DP _ Le chant du signe (création en cours)DP _ Le chant du signe (création en cours)
DP _ Le chant du signe (création en cours)
 
Dossier de diffusion Jeanne Barré
Dossier de diffusion Jeanne BarréDossier de diffusion Jeanne Barré
Dossier de diffusion Jeanne Barré
 
Dossier de presse - cocorico
Dossier de presse - cocoricoDossier de presse - cocorico
Dossier de presse - cocorico
 
Les genres litteraires
Les genres litterairesLes genres litteraires
Les genres litteraires
 
Présentation Dieu Merci
Présentation Dieu MerciPrésentation Dieu Merci
Présentation Dieu Merci
 
Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012
Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012
Les_Quatre_Jumelles_LaQuinzaineLitteraire_16062012
 
Dossier gdl web
Dossier gdl webDossier gdl web
Dossier gdl web
 
Trans09_Lhumanite_22062009
Trans09_Lhumanite_22062009Trans09_Lhumanite_22062009
Trans09_Lhumanite_22062009
 
Voyelles
VoyellesVoyelles
Voyelles
 
La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011
La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011
La_Nuit_des_rois_LaLicorne_2011
 
Programme Romeo et Juliette Comedie Française
Programme Romeo et Juliette Comedie FrançaiseProgramme Romeo et Juliette Comedie Française
Programme Romeo et Juliette Comedie Française
 
Prevert
PrevertPrevert
Prevert
 
Prevert
PrevertPrevert
Prevert
 
Écrivains
ÉcrivainsÉcrivains
Écrivains
 
Revue presse de la pièce Edith S.
Revue presse de la pièce Edith S.Revue presse de la pièce Edith S.
Revue presse de la pièce Edith S.
 
Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015
Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015
Bilan d'étape des chercheurs invités et associés de la BnF en 2015
 
Double croche et sortilèges La Coupole
Double croche et sortilèges La CoupoleDouble croche et sortilèges La Coupole
Double croche et sortilèges La Coupole
 
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdfLe Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
Le Tristan de Wagner - Un 'relais' musical.pdf
 
Music-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la Grange
Music-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la GrangeMusic-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la Grange
Music-Hall | Jean-Luc Lagarce | Mise en scène Véronique Ros de la Grange
 
Biographies
BiographiesBiographies
Biographies
 

Auteurs

  • 1. Panorama du Théâtre Contemporain. Un Théâtre ouvert à approcher et à explorer… © TP Jullien – mai 05
  • 2. Regards sur quelques auteurs. Philipe MINYANA Noëlle RENAUDE Serge VALLETTI Wouadji MOUAWAD Olivier PY Jean-Luc LAGARCE © TP Jullien – mars 09
  • 3. Philippe MINYANA (1) L’« inventaire »des thématiques à l'oeuvre dans les pièces de Philippe Minyana dévoile d’évidentes  récurrences (deuils, souffrances mentales , souffrances physiques...) dessinant les contours d’un univers dans lequel l’humour,  l’ ironie grinçante,  la cruauté et l’ émotion se donnent le mot pour  tenter de dire le monde tel qu’il va ou plutôt tel qu’il ne va pas.... Si toutes ses pièces sont traversées par la même vision crépusculaire,  aucune toutefois ne présente une facture semblable. Philippe Minyana est un auteur en constante recherche formelle. Chacune de ses pièces se donne à lire comme un nouveau défi lancé à l’écriture et à la scène. Du « gras » au « maigre » (selon son expression),  du logorrhéique à l’épure,  Ph.Minyana prend le risque d’à chaque fois réinventer une forme nouvelle et donc une nouvelle façon d’interroger le sens. LES ETAPES DE SON PARCOURS     Les premières pièces sont encore relativement classiques. Leur valeur « thérapeutique »  lui permet de régler ses comptes avec la pesanteur de la vie de Province. Fin d’été à Baccarat par exemple, à la tonalité tchékhovienne et à la dramaturgie encore très traditionnelle (unité de temps, de lieu, personnages individualisés, « volonté de tout dire »...) malgré pourtant certaines audaces déjà annonciatrices ! (traitement des  répétitions, des locutions figées, des accidents de la langue ...) © TP Jullien – mai 05 « Il faut trouver des formes nouvelles.. » ( La Mouette - Tchekhov)                             
  • 4. Les monologues : Chambres , Inventaires Ecrits à partir de faits divers ou d’interviews, ils donnent la parole à ceux qui en sont d’ordinaire dépossédés mais une parole qui, tout en créant l’illusion d’un effet de réel,  est en réalité transfigurée par l’écriture (dans l’urgence du dire, dans le rythme, dans l’absence de ponctuation , dans les associations d’idées, d’images,  de sonorités ..)La langue orale   débarrassée des scories habituelles devient un poème parlé où l’intime (théâtre de l’aveu) déjà prend des accents épiques . Les pièces qui réinterrogent la forme épique justement mais de façon plus directe et à  l’echelle du monde et non plus de la chambre : Les Guerriers  ; Où va - tu Jérémy  ?.... Les pièces brèves, fragmentées: Drames brefs , « pièces mortifères »théâtre du deuil (de la  mort de la mère..) où la dimension explicitement autobiographique est gommée au profit d’une écriture poétique (dans une forme aux allures presque versifiées)qui transmue les personnages en figures ( à Munich, la pièce a d’ailleurs éte montée avec des marionnettes endiguant ainsi toute vélléité d’incarnation et d’identification) nous livrant des instantanés de vie dans une construction par empilement.(cf aussi Les fragments empilés ) Quant aux dernières pièces de l’auteur , elles semblent placées sous le signe d’une certaine tentation du narratif. Dans Suites    (2 ?) les didascalies  constituent le tissu principal tandis que les répliques ne font plus figure que d’intruses , de fragments incrustés… Ecrits à partir de faits divers ou d’interviews, ils donnent la parole à ceux qui en sont d’ordinaire dépossédés mais une parole qui, tout en créant l’illusion d’un effet de réel,  est en réalité transfigurée par l’écriture (dans l’urgence du dire, dans le rythme, dans l’absence de ponctuation , dans les associations d’idées, d’images,  de sonorités ..)La langue orale   débarrassée des scories habituelles devient un poème parlé où l’intime (théâtre de l’aveu) déjà prend des accents épiques . Avec de tels enjeux,  on comprend que Minyana fasse de la discontinuité (caractéristique du reste de tout un pan de l’art contemporain) un des principes premiers de sa dramaturgie. Philippe MINYANA (2) © TP Jullien – mai 05
  • 5. Noëlle RENAUDE © TP Jullien – mai 05 ... et puis il y a toutes ces gens,Solange, Octavie Ravenol ou même Thérèse Raquin, et toutes ces bribes de phrases glanées au hasard des jours, comme les courtes étapes de nos voyages...des bouts de trains, ds bouts de tramway, en bout de parcours quelque part entre Jouy-sur Eure et Chamonix... Née à Paris en 1949, Noëlle RENAUDE écrit “pour” le théâtre depuis 1976. Son écriture poétique et musicale suscite le théâtre.  "Le travail de Noëlle Renaude consiste à tourner, remuer pour qu'une construction auditive prenne consistance, ou plutôt prenne corps [...] Noêlle Renaude dit la vérité de notre temps [...] elle dit la parole libérée "au gré des fictions". La parole captée, volée, arrachée, démontée, reprise et porteuse de l'Homme en morceaux que nous sommes devenus." (Robert Cantarella)   Pour Noëlle RENAUDE, l'écriture, devenue nécessaire à 27 ans, re-présente la part cachée d'elle-même. Cet acte qu'elle décrit comme solitaire, est un moyen de transmettre... Le théâtre contient une vraie violence. Les mots y sont pris en charge par les acteurs et les spectateurs. Elle "cherche à parler de la grâce de l'être humain au détour de ses côté pitoyables et misérables". "Ma Solange..." a été le lieu de toutes les expériences d'écriture. Je me suis autorisée à tout mettre. Même le lamentable." (cf. Le Matricule des Anges n° 21)                                      
  • 6. Wouajdi MOUAWAD Né au Liban, Wajdi Mouawad a vécu en France avant théâtre du Canada, cofondateur du Théâtre Ô Parleur, il est comédien, auteur et metteur en scène. Figure marquante du jeune théâtre québécois, il signe des adaptations et des mises en scène pour les plus importants théâtres de Montréal. La création de Willy Protagoras enfermé dans les toilettes fut élue meilleure production à Montréal, en 1998, par l'Association québécoise des critiques de théâtre. Wajdi Mouawad est plusieurs fois boursier (Conseil des arts du Canada, Conseil des arts et des lettres du Québec, Ministère de la culture, etc.) pour son écriture. Il fut auteur en résidence au Théâtre Artistic Athévains de Paris (février 1997), au Théâtre Parminou (janvier 1997), au Théâtre l'Arrière Scène (octobre 1996). Wajdi Mouawad triomphait à Limoges, à l'automne 1998, avec Littoral , qui fut créé au Festival de théâtre des Amériques en juin 1997 et fut présenté au Festival d'Avignon en 1999. Il a dirigé, de 2000 à 2004, le Théâtre de Quat'Sous de Montréal. Son premier roman, Visage retrouvé , paraissait en 2002, chez Leméac/Actes Sud et en 2004, chez le même éditeur, ses entretiens avec le metteur en scène André Brassard, « Je suis le méchant! » © TP Jullien – mai 05
  • 8. Serge VALLETTI (1) © TP Jullien – mai 05 «Je me laisse entraîner par des histoires qui me rentrent dans le cerveau et qui ont de la peine à en sortir, il en reste toujours des bribes, des fragments, des débuts, des fins, parfois un type qui parle tout seul» Serge Valletti Au bout du comptoir, la mer .   «Je me laisse entraîner par des histoires qui me rentrent dans le cerveau et qui ont de la peine à en sortir, il en reste toujours des bribes, des fragments, des débuts, des fins, parfois un type qui parle tout seul» Serge Valletti Au bout du comptoir, la mer. Quand le chanteur du groupe pasticheur Les Immondices décide de rester en scène plus longtemps que les dix minutes d'un numéro de cabaret, il écrit une longue pièce avec des copains et la joue deux fois dans une salle louée; cela donne Les Brosses : Marseille, 1969. Serge Valletti, né en 1951, commence à faire du théâtre, pour ne plus s'arrêter. Trois autres spectacles s'ensuivent, La vodka du diable , A fou de jouer accueilli par Antoine Bourseiller au Gymnase, Un prince sans rire . La rencontre avec Eric Eychenne autour d'une Vie de Molière confirme l'élan. Et en septembre 1973, Valletti va à Paris, avec trois amis et une valise, contenant les costumes et le texte de Miss Terre , qui sera joué dans un café-théâtre près de Pigalle. Il retrouve alors Daniel Mesguich, diseur de poèmes dans les cabarets de Marseille qui, en pleine effervescence du jeune théâtre, l'entraîne dans sa troupe comme acteur pour une douzaine de spectacles brillants et insolents comme Le Prince Travesti (1974), Remembrances d'amour (1975), Hamlet (1977). Valletti revient à l'écriture avec Au-delà du Rio en 1976 et enchaîne une série de cinq duos, entre fantasme et fait-divers, qu'il promène dans toute la France en compagnie de Jacqueline Darrigade: Bravo & son , J ust Hamlet , Oeuf de Iynch , L'assassinat de John Fitzgerald Kennedy raconté à Aristote Onassis par Jacqueline Kennedy . Il tient en 1980 le rôle principal des Fiancés de la banlieue ouest de Louis-Charles Sirjacq, dirigé par Bruno Bayen. Puis, seul, il construit avec cairons et planches une toute petite scène dans une cave de la place des Vosges. Après un long tête à tête avec Malone meurt de Beckett, il décide de se montrer à découvert et s'écrit un solo. C'est l'étonnante aventure de Balle perdue , confession d'un mythomane, jouée à la lueur d'une bougie pour deux spectateurs (il n'y a que deux fauteuils) à partir de septembre 1981. Il reprend le spectacle en avril 1982, à la demande de Josyane Horville, pour inaugurer la petite salle de l'Athénée
  • 9. . Valletti aborde alors un projet qui lui est cher, celui d'adapter pour le cinéma un roman de la Série Noire, le n° 412 à couverture cartonnée, Mince de pince , de Clarence Weff, c'est-à-dire son père. C'est en travaillant au film, dirigé par Jean-Louis Comolli, qu'il retrouve le goût du dialogue, et donc du théâtre à plusieurs voix. Il rédige Volcan , qui doit se jouer dans un tas de charbon au bord de la Seine, et qui se donne en représentation unique le 18 octobre 1983 sous le pont d'Austerlitz avec comme complice Monique Brun, Yves Gourvil, Jérôme Derre; reprise en juillet 1984 au Festival d'Avignon. C'est l'époque où il écrit Le jour se léve , Léopold ! (9 personnages) et Mary's à minuit (solo). En 1985, il monte un nouveau solo, Renseignements généraux , au Théâtre Dejazet. Puis pendant plusieurs mois, à partir de février 1986, il dévide, dans un restaurant italien, deux fois par semaine, un soliloque dérisoire et désopilant, Au bout du comptoir, la mer . En 1987, Georges Lavaudant le distribue au TNP Villeurbanne dans Le Régent de Jean-Christophe Bailly. En 1988,1'éditeur Christian Bourgois publie pour la première fois un de ses textes, Le jour se léve , Léopold ! que Chantal Morel crée, avec grand succès, au Centre Dramatique National des Alpes à Grenoble, et lui-même raconte ses Souvenirs assassins à l'Athénée. Valletti est découvert. Il compose Saint Elvis sur une commande de Charles Tordjman (Théâtre de Chaillot - Gémier - mai 1990), passe Carton Plein au metteur en scène Gabriel Monnet (Printemps des Comédiens de Montpellier - mars 1991), imagine une pièce à jouer dans les ruines, Comme il veut ! pour Pascal Papini (Vaison-la-Romaine - juillet 1991), et réagit à l'affaire de Carpentras par le féroce Papa , mis en scène par Pierre Ascaride (Théâtre 71 Malakoff - mars 1992). Aujourd'hui Jacques Nichet présente Domaine Ventre , et lui s'apprête à jouer dans Figaro divorce d'Odon von Horvath; Valletti occupe la scène, obstiné observateur, habité par des histoires et habitant du théâtre. Serge VALLETTI (2) © TP Jullien – mai 05
  • 10. Olivier PY © TP Jullien – mai 05 Le théâtre sait des choses que nous ne savons plus, coulées quelque part dans les veines du bois, il faut frotter la lampe et le génie réapparaît. C'est à cela qu'est destinée la semelle de l'acteur, elle polit un miracle, ce miracle est. N'en déplaise aux imbéciles, aux aveugles, aux envieux, n'en déplaise aux incrédules, le théâtre ne nous intéresse que dans la mesure où il fait immerger l'absolument humain. L'absolument humain nous enivre, l'absolument humain est le vin de notre fête. L'art pour l'art est un crime impuni. Je méprise tout ce qui n'est pas assoiffé de fait humain, tout ce qui ne cherche pas l'homme, tout ce qui ne déshabille pas l'atroce notabilité fut-elle culturelle, surtout culturelle, pour atteindre au nu, à l'écorché : cette douleur et cette joie qui sont même exclamation. Olivier Py                       
  • 12. François TANGUY Théâtre du Radeau
  • 13. Jean-Luc LAGARCE © TP Jullien – mai 05 Parcours de Jean-Luc Lagarce Quand Jean-Luc Lagarce est mort (du sida) le 30 septembre 1995, c’était un metteur en scène connu mais un auteur encore méconnu. Certes, plusieurs de ses pièces avaient été jouées avec succès mais d’autres étaient restées dans le tiroir ou incomprises. Sa notoriété n’a cessé de croître depuis sa disparition et aujourd’hui Jean-Luc Lagarce est considéré comme un auteur classique contemporain, à l’instar d’un Bernard-Marie Koltès (mort du sida peu avant Lagarce) dont la notoriété a été plus précoce grâce à l’aura de Patrice Chéreau, qui montait ses pièces. Lagarce, lui, montait les siennes. Si Lagarce n’a pas été reconnu de son vivant comme un auteur important, c’est peut-être que le langage théâtral de ses pièces était trop en décalage, trop novateur. Aujourd’hui, c’est l’un des auteurs coqueluches des cours d’art dramatique, un auteur chéri des troupes amateurs et de plus en plus prisé par les meilleurs metteurs en scène, toutes générations confondues. Il est traduit dans une quinzaine de langues. Les colloques, les études universitaires et les publications se multiplient. En 2008, l’une de ses pièces sera créée salle Richelieu, la grande scène de la Comédie-Française. °°°°°°°° Théâtre et pouvoir en Occident partait du théâtre grec, passait par le siècle classique (le XVIIe), allait voir du côté de Tchekhov et s’achevait sur quelques grands noms du théâtre des années cinquante : Ionesco, Genet, Beckett. Comment écrire après eux ? Lagarce posait la question. Il va commencer par mettre ses pas dans ceux de Ionesco en écrivant quelques pièces marquées par le théâtre de l’absurde (dont Erreur de construction , Carthage, encore ), revendiquant ouvertement l’héritage en faisant référence à La Cantatrice chauve , pièce que le metteur en scène Lagarce montera beaucoup plus tard avec un grand succès. Sa pièce Les Serviteurs fait des clins d’œil aux Bonnes de Jean Genet. Quant à Beckett, Lagarce montera très tôt trois de ses courtes pièces après avoir mis en scène plusieurs montages à partir de textes de l’Antiquité grecque : Clytemnestre puis Elles disent… , spectacle inspiré de l’ Odyssée , histoire du retour d’Ulysse au pays natal, un motif qui allait être récurrent dans plusieurs des grandes pièces de Lagarce.
  • 14. Voyage de Madame Knipper vers la Prusse Orientale , sa première pièce à être montée à Paris, fait référence à Tchekhov. C’est une pièce où Lagarce affirme son univers et façonne son style. Le lieu où se passe l’action est « le plateau nu d’un théâtre », des personnages sont réunis dans l’errance : ils fuient la guerre quelque part en Europe. La guerre n’est jamais là dans les pièces de Lagarce mais elle rôde souvent en coulisses. On retrouve cette structure dans Vagues souvenirs de l’année de la peste où un groupe de personnages a fui la peste qui sévissait à Londres. Dans cette errance, les personnages parlent de leur vie passée. Il ne se passe rien ou presque dans les pièces de Lagarce, l’intrigue est on ne peut plus mince, tout est dans la langue, la parole, le dit, le comment dire et le non-dit. Jean-Luc LAGARCE
  • 18. Visuels LET © TP Jullien – mai 05
  • 19. Repères de lectures. © TP Jullien – mai 05 Philippe MINYANA: Inventaires. Noëlle RENAUDE: Ma Solange, comment t’écrire mon désastre. Alex Roux. Serge VALLETTI: Renseignements Généraux. Balle Perdue. Wouajdi MOUAWAD: Rêves. Olivier PY: La Servante. Document sonore extrait des Ballades de Miss Knife. (O Py)