SlideShare une entreprise Scribd logo
EXPOSÉ SUREXPOSÉ SUR
L’ÉCLAIRAGE ET L’ÉLECTRICITÉL’ÉCLAIRAGE ET L’ÉLECTRICITÉ
• ABBACHI RassimABBACHI Rassim
• OUFAR DjamelOUFAR Djamel
Chargés d’atelier:Chargés d’atelier:
-Mr BAGHLI-Mr BAGHLI
-Mr-Mr
MEZOUEDMEZOUED
AtelierAtelier:: 44eememe
annéeannée
École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme
EPAU
Gr:04Gr:04 Année universitaire :2006/2007Année universitaire :2006/2007
Réalisé par:Réalisé par:
PLAN DE L’EXPOSÉ
I. INTRODUCTION
II. ÉCLAIRAGE NATUREL:
 éclairage naturel dans le bâtiment.
 l’ensoleillement dans le bâtiment.
III.ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL:
 Répartition des lumières.
 Lumière et couleurs
IV. L’ÉLECTRICITÉ:
 Sources d’électricité.
 La transformation.
 Le branchement.
 Le comptage.
 Matériel de transport.
 Les composants d’une installation électrique.
V. CLASSIFICATION PAR FAMILLE:
 Éléments nécessaires à l’acheminement de l’énergie.
 Éléments nécessaires à la réalisation de l’installation électrique.
VI. CONCEPTION:
 Installation électrique extérieure au bâtiment
 Le réseau de distribution intérieur
 Définition du circuit électrique
 Les différant schémas des circuits
 Installation électrique intérieure au bâtiment:
1- réalisation d’un schéma type.
2- intégration dans la construction.
 Installation électrique intérieure d’un secteur tertiaire:
1- réalisation d’un schéma type.
2- intégration dans la construction.
VII. COURANTS FAIBLES
VIII. EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES
 Les procédures de protections
PLAN DE L’EXPOSÉ
A-L’ÉCLAIRAGE
L’électricité source d’énergie exceptionnelle qui
contribue à l’exploitation confortable des établissements
recevant du public, n’est pas s’en nous rappeler, à de certainsà de certains
occasions hélasoccasions hélas, qu’elle être également une source redoutableune source redoutable
d’accidents et de sinistred’accidents et de sinistre.
INTRODUCTION
L’éclairagisme c’est la science de l’éclairage. C’est à la fois
une technique et un artune technique et un art.. Ou L’architecte doit penser « lumière »
en même temps qu’il pense « Ouvre ».
ECLAIRAGE
TECHNIQUE ART
II.ÉCLAIRAGE NATUREL
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
La majorité des gens préfèrent un éclairage naturel à un
éclairage artificiel, de plus l’éclairage naturel est utilisé et
apprécié dans presque chaque édifice. Puisque il produit un
éclairage à l’intérieur des édifices, avec une faible, ou aucuneavec une faible, ou aucune
augmentation des coûts annuels d’énergie.augmentation des coûts annuels d’énergie.
Introduction:
L’ÉCLAIRAGE ET LA LUMIÈRE
L’éclairage est définie comme l’application de la lumière auxdéfinie comme l’application de la lumière aux
objetsobjets et leurs environnement pour qu’ils puissent être vus. Dont
la lumière est l’objet prestigieux de cette activité.
Pour le physicien c’est un rayonnement qui produit directementun rayonnement qui produit directement
une sensation visuelleune sensation visuelle, et pour les spécialistes (architectes, et
psychologue) c’est l’attribut des sensations et perceptionsc’est l’attribut des sensations et perceptions
propres a l’organe de la visionpropres a l’organe de la vision.
Qu’est –ce que l’éclairage ?
C’est un rayonnement qui éclairerayonnement qui éclaire une pièce ou un endroit, elle peut
être définie aussi comme étant l’ensemble des radiationscomme étant l’ensemble des radiations
électromagnétiques pour lesquelles nos yeux sont sensibleélectromagnétiques pour lesquelles nos yeux sont sensible.
Ces radiations se situent entre 3800 Aentre 3800 A (au dessous s’étend le
domaine des rayons ultra violets puis plus bas encore des rayons X)
et 7200 Aet 7200 A (au dessus s’étend le domaine des rayon infra rouge
prolongés par les ondes hertziennes). Notre œil est différemment
sensible à ses radiations.
L’ÉCLAIRAGE ET LA LUMIÈRE
• Qu’est –ce que la lumière ?
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
Par l’éclairage naturel on entend habituellement l’éclairage par lal’éclairage par la
voûte du cielvoûte du ciel à l’exclusion de l’éclairage produit par le soleill’éclairage produit par le soleil.
Toutefois, dans certaines cas on considère l’éclairage global, mais
alors il doit toujours être précisé que c’est y compris la lumièrela lumière
provenant directement du soleil ou réfléchie par des surfacesprovenant directement du soleil ou réfléchie par des surfaces
ensoleilléesensoleillées.
La possibilité d’accroître la lumière naturelle dans la conception
des projets est nettement plus importante qu’avant, avec des
techniques et des solutions plus élaboré.
Qu’est –ce que l’éclairage Naturel ?
La lumière naturelle n'est ni fixe ni toujours égale dans sa qualité et
son intensité.
Elle dépend d'abord de la localisation choisiede la localisation choisie, c'est-à-dire
de la latitude du site considéré ainsi que de la pollution de l'air à cet
endroit.
Techniques de maîtrise de l’éclairage:
Pour maîtriser l’éclairagemaîtriser l’éclairage d’un projet il faut manipuleril faut manipuler la
lumière par le moyens des actions suivantes:
• Capter la lumière.
• Transmettre la lumière.
• Distribuer la lumière.
• Contrôler la lumière.
•Se protéger de la lumière.
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
Capter la lumière du jour consiste à la recueillirconsiste à la recueillir
pour éclairer naturellementpour éclairer naturellement un bâtiment.
Pour un bâtiment d'implantation
déterminée, la quantité de lumière
naturelle disponible est en fonction :
•Du type de ciel .
•Du moment de l'année.
•De l'heure.
•De l'orientation et l'inclinaison de
l'ouverture.
•De l'environnement physique de l'édifice :
bâtiments voisins, type de sol, végétation.
Capter la lumière:
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
Transmettre la lumière naturelle consiste à favoriser saconsiste à favoriser sa
pénétration à l'intérieur d'un localpénétration à l'intérieur d'un local.
La pénétration de la lumière dans un espace est influencée par lesinfluencée par les
caractéristiquescaractéristiques des ouvertures telles que ses dimensionsdimensions, leurs
formesformes, leurs positionspositions et le matériau de transmission utilisématériau de transmission utilisé, qui
peut être transparent ou translucide
Transmettre la lumière
Transmettre
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
Distribuer la lumière naturelle consiste à diriger et à transporter lesà diriger et à transporter les
rayons lumineuxrayons lumineux de manière à créer une bonne répartition de la lumièreune bonne répartition de la lumière
naturelle dans le bâtiment.
Une répartition harmonieuse de la lumière naturelle dans un bâtiment
peut être favorisée par différentes approches basées
sur :
• Le type de distribution lumineuse (direct, indirecte).
• La répartition des ouvertures.
• L'agencement des parois intérieures.
• Le matériau des surfaces du local.
• Les zones de distribution lumineuse.
• Les systèmes de distribution lumineuse.
Distribuer la lumière:
  
Distribuer
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
 
Contrôler la lumière naturelle consiste à gérer la quantité et laà gérer la quantité et la
distribution de la lumièredistribution de la lumière dans un espace en fonction de la variation des
conditions climatiques et les besoins des occupants.
La gestion de l'éclairage permet, d'une part, de répondre à la variationrépondre à la variation
continue de la lumière naturellecontinue de la lumière naturelle et, d'autre part, d'adapter l'ambianced'adapter l'ambiance
lumineuselumineuse d'un local pour correspondre au mieux aux besoins de ses
utilisateurs.
On peut diviser les solutions de contrôle de l'éclairage naturel en
trois catégories:
Contrôler la lumière:
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
1- L'utilisation des systèmes d'éclairage naturel adaptables, tels que
des éléments de contrôle amovibleséléments de contrôle amovibles.
Contrôler la lumière:
Contrôler
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
2- Le zonage de l'installation d'éclairage artificielzonage de l'installation d'éclairage artificiel en fonction de
la lumière naturelle disponible.
Contrôler la lumière:
3- La régulation du flux des lampesrégulation du flux des lampes en fonction de la présence de
la lumière naturelle.
23
Contrôler
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
Se protéger de la lumière naturelle consiste à arrêter partiellementarrêter partiellement
ou totalement le rayonnement lumineuxou totalement le rayonnement lumineux lorsqu'il présente des
caractéristiques néfastes à l'utilisation d'un local.
Pour atteindre le confort visuel, il est essentiel de se protéger de l'se protéger de l'
éblouissementéblouissement..
On appelle protection solaire tout corps empêchant le rayonnementcorps empêchant le rayonnement
solaire d'atteindre une surfacesolaire d'atteindre une surface qu'on souhaite ne pas voir ensoleillée.
Citons, par exemple, la végétation, les auvents, les écrans mobiles ou
les vitrages spéciaux.
Se protéger de la lumière:
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
Le fonctionnement d'une protection solaire peut être basé sur
plusieurs phénomènes physiques:
L'absorption (surplombs, mur de refends, ...),
La réflexion (light shelves, ...),
La réfraction (prismes, ...),
La diffraction (éléments holographiques, ...).
Se protéger de la lumière:
Se protéger
ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT
Les problèmes poser par une étude d’ensoleillement sont
rarement simples. En effet, les variables sont nombreuses :
variation de la position du soleil en fonction du tempsvariation de la position du soleil en fonction du temps (heure et
date) et du lieudu lieu (l’attitude et orientation).
Par ailleurs, l’attitude de l’utilisateur du bâtiment est complexe :
c’est principalement en hiveren hiver qu’il recherche l’ensoleillementl’ensoleillement ; enen
étéété, il faut absolument qu’il puise s’en protégers’en protéger sans toutefois
réduire de façon trop importante l’éclairage naturel de l’intérieur
des locaux.
L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT
La lumièreLa lumière qui rencontre un vitrage est transmise, absorbée ettransmise, absorbée et
réfléchieréfléchie, selon des proportions qui dépendent en grande partie du type
de vitrage. Le choix du vitrage influencevitrage influence non seulement la lumièrela lumière
transmisetransmise mais aussi les gains solaires et les pertes de chaleurles gains solaires et les pertes de chaleur au
travers de la fenêtre. La transmission lumineuse et énergétique d'un
vitrage peut être caractérisée par trois paramètres :
• son coefficient de conductivité thermique k (aussi appelé U),
• son facteur solaire (FS ou g),
• son coefficient de transmission lumineuse (Tl).
L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT
Le coefficient de conductivité thermique k:
Quand il existe une différence de
température entre l'intérieur et l'extérieur,
de la chaleur est gagnée ou perdue au travers
du vitrage et du châssis. La capacité de laLa capacité de la
fenêtre à résister à ce transfert de chaleurfenêtre à résister à ce transfert de chaleur
dépend de son coefficient de conductivité
thermique. Le facteur k d'une fenêtre
exprime la quantité de chaleur traversantexprime la quantité de chaleur traversant
celle-ci en régime permanent, par unité de
temps, pour 1 mètre carré de surface et pour
1°C de différence de température entre
l'intérieur et l'extérieur.
Le facteur solaire
L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT
caractérisant les performances solairesles performances solaires
d'une fenêtred'une fenêtre est sa capacité à contrôlercapacité à contrôler
le passage du rayonnement solairele passage du rayonnement solaire au
travers du vitrage.
Le coefficient de transmission lumineuse
Le facteur de transmission lumineuse
d'un vitrage est la fraction de lumièrela fraction de lumière
incidente qui traverse le vitrageincidente qui traverse le vitrage. Il
est influencé par le type de vitrage, le
nombre de couches de verre et le
type de revêtement qui pourrait être
appliqué sur le verre.
III.ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL
ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT
• Répartition des lumières
Les sources de lumière doivent être convenablement dosées et répartie.
Ceci conduit a une règle fondamentale :
Pour bien éclairerbien éclairer, une lampelampe doit être
dissimulée à la vuedissimulée à la vue, donc placée dans unplacée dans un
appareil réflecteurappareil réflecteur, ou élémentélément
architectural qui en contrôle la lumièrearchitectural qui en contrôle la lumière pour
la répartirla répartir au mieux sur les objetssur les objets à
éclairer. Ces appareils doivent être
réparties dans le local selon ses dimensions,
sa forme et sa destination.
ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT
Réflecteur extérieur
Système de réflecteur
• Répartition des lumières
Hongkong banque
Réflecteur intérieur
• Lumière et couleurs
ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT
La lumièreLa lumière — qui peut-être artificielle, naturelle ou une combinaisonartificielle, naturelle ou une combinaison des
deux — contribue grandement à la perception de l’ambiancecontribue grandement à la perception de l’ambiance et est étudiée
en fonction des couleurs choisies : froides (bleu, vert et gris)froides (bleu, vert et gris), chaudeschaudes
(rouge, jaune, orange et marron)(rouge, jaune, orange et marron), intenses (rouge, marron, pourpre et noir)intenses (rouge, marron, pourpre et noir)
ou douces (beige et rose)ou douces (beige et rose).
Hongkong banque
ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT
Certains colorisCertains coloris comme le blanc, les couleurs claires et les couleurs froides
donnent l'illusion de l’espacedonnent l'illusion de l’espace, d’autresd’autres telles que le noir, les couleurs foncées et
les couleurs chaudes produisent l'effet contraireproduisent l'effet contraire. En variant la teinte etla teinte et
l'intensitél'intensité, on peut choisir de mettre en évidence (ou non) certaines structureson peut choisir de mettre en évidence (ou non) certaines structures
par rapport à d’autrespar rapport à d’autres. De petits objets peuvent ainsi être mis en valeur en
jouant sur le contraste entre leur couleur et celle du fond sur lequel ils sont
disposés.
• Lumière et couleurs
ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT
ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT
Elle se résume en trois grands thèmes :
1. Assez de lumière :
Il faut de la lumière pour voir et il faut suffisamment de lumière pour bienil faut suffisamment de lumière pour bien
voir.voir.
2. Une lumière bien distribuée :
De façon à éviter l’éblouissementéviter l’éblouissement et à faciliter, par une bonne répartition
des luminances. Le confort visuelLe confort visuel.
3. Une lumière adaptée à l’homme :
Car il est bon de penser que l’éclairage n’est pas seulement fait pourl’éclairage n’est pas seulement fait pour
éclairééclairé le local mais pour permettre à l’homme de mieux travaillerpermettre à l’homme de mieux travailler ou d’y
trouver plus d’agrément.
Les grands lois de l’éclairage
B- L’ÉLECTRICITÉB- L’ÉLECTRICITÉ
L’ÉLECTRICITÉ
Phénomène énergétiquePhénomène énergétique associé à la mobilité ou au reposmobilité ou au repos
d'électronsd'électrons, d'ions ou d'autres particulesd'ions ou d'autres particules chargées
positivement ou négativement comme (les protons, les
neutrons et les électrons), elles sont de propriétés
physiques caractéristiques comme la masse ou la taille.
DÉFINITION
SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
L’énergie électrique
est produite par desproduite par des
usines que l’on appelleusines que l’on appelle
centralecentrale. elles
transforment l’énergie
solaire, motrice,
hydraulique, thermique,
ou atomique qu’elles
reçoivent en énergie
électrique.
INTRODUCTION
Énergie solaire
L'énergie du Soleil est à l'origineest à l'origine
de la plupart des sourcesde la plupart des sources
d'énergied'énergie disponibles sur Terre.
En effet, le Soleil est l'élément
clé de la machine climatique de la
Terre et par conséquent il
participe aux mouvements des
vents (énergie éolienne) et de
l'eau (énergie hydroélectrique).
De plus, l'énergie solaire peut êtrel'énergie solaire peut être
directement captée etdirectement captée et
transformée en électricitétransformée en électricité grâce à
des panneaux solaires installés sur
les façades ou les toits des
bâtiments.
SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
Vue externe d’un usine marémotrice 
Enchâssés au cœur d'une digue de 750 m qui ferme l'estuaire, 24 alternateurs
utilisent l'énergie de la marée, successivement montante et descendante, pour
produire de l'électricité. Cette usine fournit ainsi plus de 500 millions de kwhfournit ainsi plus de 500 millions de kwh
par an.par an.
hydroélectrique
SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
Turbines a vapeur
SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
Une turbine à vapeur transforme l'énergie cinétique d'un flux de vapeur d'eautransforme l'énergie cinétique d'un flux de vapeur d'eau en
énergie mécanique. Dans une centrale électrique, la turbine est couplée à un
alternateuralternateur qui transforme l'énergie mécanique en électricitél'énergie mécanique en électricité (ou énergie
électrique).
Production d’électricité par le ventProduction d’électricité par le vent (éolienne, également appelées
aérogénérateurs), est très variable car elle dépend des conditions climatiques.
Éolienne traditionnelleÉolienne moderne
SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
Centrale atomique et a mazout
SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
LA TRANSFORMATION
Les alternateurs des centrales fournissent des tensions normalisées
comprises entre 5600 et 18000 Volts.
Pour passé de la tension de distributionpassé de la tension de distribution (10KVou 20KV) à la tension utiliséetension utilisée
(220,380Vou plus), On doit utiliser un ou plusieurs transformateursutiliser un ou plusieurs transformateurs. Le choix
se fait après étude de la courbe de consommationétude de la courbe de consommation. Si la puissance estpuissance est
constanteconstante en utilisent un seul transformateurun seul transformateur ; si la puissance est variablela puissance est variable on
installera plusieurs transformateursplusieurs transformateurs.
Un transformateur se choisit selon :
• Le nombre de phases
• La fréquence
• La puissance
• Les tensions (arrivées et départs)
• Les couplages normalisés
• L’échauffement
Différents postes de transformation
LA TRANSFORMATION
Les postes d’interconnections:
Ils sont généralement établies en plein airétablies en plein air et reçoivent des centrales des
courants à haute tension (90 kV)haute tension (90 kV) par l’intermédiaire de lignes aérienneslignes aériennes.
Ils sortent un courant de 150 kV à 225 kVcourant de 150 kV à 225 kV qu’ils dirigent vers un poste devers un poste de
répartition.répartition.
Les postes de répartition:
Ils reçoivent le courant des postes d’interconnexioncourant des postes d’interconnexion et l’abaissent à une
tension de 30 à 63 kVtension de 30 à 63 kV puis le dirige vers les postes de distributionvers les postes de distribution.
Les postes de distribution:
Ils distribuent l’énergie au sien des bâtimentsdistribuent l’énergie au sien des bâtiments et au différents projets
conçue.
LE TRANSPORT D’ÉLECTRICITÉ
Poste de
transformation
élévateur
Poste de
transformation
abaisseur
lignes aériennes
Distribution urbaine
usine marémotrice
éolienne
l’énergie motrice
MATÉRIEL DE TRANSPORT
Lignes aériennes:
1- catégorie de (750v continu, 500v alternatif), les conducteurs doivent
être à 6 mêtre à 6 m. Et doivent être en Almélec ou en cuivreen Almélec ou en cuivre.
2- catégorie de (tension inférieur à 50000 v).
3- catégorie de (tension supérieur à 50000 v).
Pour ces deux catégories les conducteurs doivent être d’une hauteur minimalehauteur minimale
de 8 m.de 8 m.
Les supports en boissupports en bois ne peuvent être utilisés que pour des tensionsutilisés que pour des tensions
inférieures à 25000 vinférieures à 25000 v.
Les supports en bétonsupports en béton ne sont utilisés que dans les régions faciles d’accèsdans les régions faciles d’accès.
Les supports métalliquessupports métalliques sont utilisés pour la haute et la très haute tensionla haute et la très haute tension.
Lignes souterraines:
On utilise des câbles arméscâbles armés, ils sont protégés par une isolationprotégés par une isolation,
une enveloppe de plombenveloppe de plomb, un matelas de papiermatelas de papier, une armure en acierarmure en acier.
Sable
50
20
10
10
Grillage
avertisseur
Trottoir ou espace vert
Éclairage
public
Électricité
Ea
u
PTT
Gaz
MATÉRIEL DE TRANSPORT
MATÉRIEL DE TRANSPORT
Fouille commune
Galerie principale
de distribution
LE BRANCHEMENT
Cette phase comprend :
- le branchement aule branchement au
réseau général.réseau général.
- l’installation dul’installation du
compteur.compteur.
L’ouvrage est
entièrement réalisé par
SONELGAZ.
Différente branchement
LE BRANCHEMENT
Raccordement d’immeuble en basse tension:
1- par potelet (poteau scellé dans un trottoir).
2- par câble souterrain.
3- par la façade
11
22
33
LE BRANCHEMENT
Les installations de branchement
Les installations de branchement sont celles qui sont comprises entre le réseauentre le réseau
de distribution d’énergiede distribution d’énergie électrique et les installations intérieuresinstallations intérieures.
Ces installations comprennent essentiellement les canalisations électriquesles canalisations électriques, des
coupes circuit à fusiblecoupes circuit à fusible et de coffres de distributioncoffres de distribution.
LE BRANCHEMENT
Les dimensions du rectangle en pointillérectangle en pointillé
sont celles des passages de gainessont celles des passages de gaines au
niveau de chaque plancher.
Ces dimensions sont diminuées de 0.20mde 0.20m
lorsque le nombre d’abonnés a l’étage estle nombre d’abonnés a l’étage est
inférieur a 4inférieur a 4.
Canalisations électriques
Les coupes circuit a fusible
Des coupe-circuit a fusible assurent la protectionassurent la protection
des canalisations contre les courts-circuitsdes canalisations contre les courts-circuits.
Ils sont prévue
- en pied des colonnes.
- sur chaque dérivation individuelle
Coupe circuit a cartouche
LE BRANCHEMENT
Schéma de branchement
LE COMPTAGE
Il se divise en deux classes les compteurs de quantité ou ampéreheuremètresquantité ou ampéreheuremètres
et les compteurs d’énergie ou wattheuremètresd’énergie ou wattheuremètres.
En courant alternatif ou en courant continu les compteurs comportent uncomportent un
petit moteurpetit moteur dont le nombres de tours de l’induit est proportionnel à l’énergie
utilisée par l’installation. L’induit transmet son mouvement à un compteur decompteur de
tours qui enregistretours qui enregistre sur un cadransur un cadran le nombre d’hectowattheures consommés.
Le comptage se fait pour une distribution en basse tension sur chaque phaseen basse tension sur chaque phase
et chez chaque abonnéet chez chaque abonné.
Pour la moyenne tensionmoyenne tension (poste d’abonné) il y a deux casdeux cas :
pour des puissances jusqu’à 630KVjusqu’à 630KV, le comptage se fait après transformationse fait après transformation,
Sur tension moins de 630KVmoins de 630KV en comptant les pertes forfaitairement àà
l’abonné (0.02).l’abonné (0.02).
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Une installation électrique se compose :Une installation électrique se compose :
- d’un coffret de comptage.- d’un coffret de comptage.
- d’un disjoncteur.- d’un disjoncteur.
- de colonne montante.- de colonne montante.
- d’un chemin de câbles.- d’un chemin de câbles.
- d’un tableau de répartition.- d’un tableau de répartition.
- des circuits de différentes sections.- des circuits de différentes sections.
- d’un compteur.- d’un compteur.
Coffret de comptage
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Le coffret comprend le compteurle compteur
monophasé ou triphasémonophasé ou triphasé, simple ou double.
Il doit être d’un modèle agrée par lemodèle agrée par le
distributeurdistributeur de l’énergie électrique.
Disjoncteur de branchement
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Le tout est un ensemble installé dans un endroit facile
d’accès.
Disjoncteur à relais magnétique et thermiquemagnétique et thermique et, le plus
souvent, aussi avec dispositif différentieldispositif différentiel, assurent le
contrôle la commendecontrôle la commende et la protectionla protection de l’ensemble de
l’installation intérieur.
Capable d’établird’établir de supporter et d’interrompresupporter et d’interrompre les
courantscourants dans les conditions normalesconditions normales de circuit, ainsi que
d’établir, de supporter pendant une durée spécifieune durée spécifie et
d’interrompre desd’interrompre des courants dans les conditions anormalesconditions anormales
spécifiées du circuit comme selles du court-circuitdu court-circuit.
Colonne montante
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Canalisation de distribution poséeCanalisation de distribution posée en général
verticalementverticalement à partir de laquelle sont
réalisés les branchements.
Chemin de câbles
Matérielle de poseMatérielle de pose
constitué d’élément profile,
pleins ou perforés, destinés
a assuré le cheminement desle cheminement des
câblescâbles.
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
tableau de répartition et de distribution.tableau de répartition et de distribution.
panneau placé a l’origine
de l’installation électrique
intérieur, regroupentregroupent
généralement le disjoncteur dedisjoncteur de
branchementbranchement
et l’ensemble del’ensemble de
l’appareillage destinél’appareillage destiné
a commander eta commander et
protégerprotéger les différent
circuit électrique
issus de se disjoncteur.
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
CompteurCompteur
Le rôle du compteur:
- pour compter l’énergie consommé par l’abonné.
- Pour fixer l’Ampérage demande.
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Prises
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
InterrupteursInterrupteurs
interrupteur simple interrupteur double
interrupteur va et vient
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Appareil mécanique capable d’établircapable d’établir de supporter et d’interrompresupporter et d’interrompre des
courants dans des conditions spécifiées.
Appareillage de connexionAppareillage de connexion
Lampe, dispositif utilisé pour fournir un éclairage
artificiel.
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Une lampe fluorescente se compose d'uncompose d'un
tube de verretube de verre recouvert d'une couche de
phosphore, et rempli d'un gazrempli d'un gaz inerte
additionné de vapeur de mercure.
Constituée d’un filamentd’un filament, une ampouleampoule
en verreen verre, sous vide ou remplivide ou rempli d’un gazgaz
interne (rare).
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Les types de conduites sont les suivants, classés par ordre
décroisement de résistance mécanique:
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
Conduite métallique
flexible souple
blindé.
Conduite isolant
flexible
Cintrable et
déformable
Conduite isolant
rigide
ordinaire .
Conduite isolant
flexible cintrable
ordinaire .
Conduite métallique
rigide ( tube en
acier)
Gains électriques (réservations)Gains électriques (réservations)
LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
V.CLASSIFICATION PAR FAMILLE
La classification par famille, des composants électriques des immeubles et du
tertiaire découle de l’ordonnancement habituel de distribution d’énergie
électrique.
1-éléments nécessaires à l’acheminement de l’énergie:
Entre le réseau de distribution et la limite du domaine privé, ces composants
sont groupés en deux familles selon qu’ils constituent:
• le point de livraison ( le poste de transformation, coffrets de branchement
et de comptage.
• la distribution verticale et horizontale ( canalisation, chemin de câbles,
gaines et les conduites… ).
CLASSIFICATION PAR FAMILLE
2-Éléments nécessaires à la réalisation de l’installation électrique:
L’appareillage se regroupe en trois familles:
• La distribution:
C’est l’ensemble des éléments nécessaires au transportéléments nécessaires au transport de l’énergie du
tableau d’abonné au points d’utilisation.
• Les points d’utilisation terminaux:
L’ensemble des organes de raccordementorganes de raccordement qui permet d’utiliser tout ou
une partie de l’énergie.
• Le tableau de contrôle, commande et protection:
De type apparent ou encastréapparent ou encastré, regroupe l’ensemble d’appareillage ded’appareillage de
sécuritésécurité des personnes et des biens.
CLASSIFICATION PAR FAMILLE
VI.CONCEPTION
Installation électrique extérieure au bâtiment
CONCEPTION
HT
MT
BT
Cette phase comprend :Cette phase comprend :
- tous les circuits spécialisés : éclairage, prises de confort,- tous les circuits spécialisés : éclairage, prises de confort,
prises spécialisées, etc.prises spécialisées, etc.
Dans le cas d’une maison à plusieurs étages, les circuits peuventDans le cas d’une maison à plusieurs étages, les circuits peuvent
aussi être spécialisés par fonction/niveau (éclairage RDC,aussi être spécialisés par fonction/niveau (éclairage RDC,
éclairage1 étage, prises RDC, etc.)éclairage1 étage, prises RDC, etc.)
Il peut y avoir autant des circuits que nécessaireIl peut y avoir autant des circuits que nécessaire
CONCEPTION
Le réseau de distribution intérieur
Définition du circuit électrique
Un circuit électrique et l’ensemble des matériels électriquel’ensemble des matériels électrique de différentes
phases (ou polarités), alimentes par la même source d’énergie.
CONCEPTION
Les différant schémas des circuits
Distribution radiale :
dans cette distribution on peut distinguer:
des circuits principauxcircuits principaux, des circuits divisionnairescircuits divisionnaires et des circuitsdes circuits
terminauxterminaux.
CONCEPTION
Circuits bouclés :
un circuit bouclé est constitué par une canalisation formant une bouclecanalisation formant une boucle
continue et alimentée en un pointalimentée en un point de son parcours.
Les différant schémas des circuits
CONCEPTION
CONCEPTION
Représentation graphique
CONCEPTION
Représentation graphique
CONCEPTION
Réalisation d’un schéma type :
La conception d’une installation électrique s’appuie sur un ensemble de textess’appuie sur un ensemble de textes
réglementaires et de documents techniquesréglementaires et de documents techniques qui permettent de définir undéfinir un
schéma de principeschéma de principe qui milite pour la réalisation d’installations électriques de
qualité.
Installation électrique intérieure au bâtiment
Toute installation devant néanmoins posséder une protection différentielle
selon le modèle de disjoncteur de branchement mis en place.
Chaque installation est subdivisée en un certain nombre de circuitssubdivisée en un certain nombre de circuits spécialisés.
Les foyers lumineux, les socles de prises de courant et les moteurs sont
alimentés par des circuits distincts.
schéma d’installation électrique intérieure au bâtiment
CONCEPTION
CONCEPTION
CONCEPTION
Exemple d’installation d’un logement de quatre pièces.Exemple d’installation d’un logement de quatre pièces.
CONCEPTION
F3
F3
3
2 2 2
1
G
2
75 66432
22
2
4
3
3
3
2
2
2
F
2
2
E
4
3
D
3
3
2
C
2
B
2
A
2
2
F3aF3
F3
2
4
3
4
23
3
3
2
2
2
4
3
2
exemple d’installation électrique intérieure au bâtiment
F
E
F3
F3a
F3
F3
F3
5 66 73
G
1 2 4
D
C
B
A
CONCEPTION
Exemple d’installation électrique intérieure au bâtiment
CONCEPTION
2- intégration dans la construction:
Après avoir déterminé d’équipement électrique nécessaire à la réalisation
d’une installation électrique, il reste à choisir son mode d’intégration dans
la construction soit par:
- Une Installation traditionnelle
Comprend trois étapes successives:
• mise en place des conduites, moulures, boîtiers d’encastrement.
• tirage des conducteurs.
• pose de l’appareillage et raccordements.
- Une Installation préfabriquée:
Elle se compose d’équipements complets dans lesquelles lesles
conducteurs sont coupés à longueurs définitives et raccordés à uneconducteurs sont coupés à longueurs définitives et raccordés à une
extrémité aux tableauxextrémité aux tableaux de répartition, boites abornes centraliséesboites abornes centralisées,
boites de réservationboites de réservation ou de sortie est préparées en vue du
raccordement à l’autre extrémité.
CONCEPTION
Une Installation intégré:
Correspond à l’intégration en usine de canalisation complètesl’intégration en usine de canalisation complètes (conduites et
conducteurs) dans des éléments de constructiondans des éléments de construction.
* Cette installation risque par fois de ce rencontré au niveau des jonctions
des liaisons électriques entre panneaux, aussi les risques de manutention et
transports.
Une Installation évolutive:
pour adapteradapter facilement l’installationl’installation électrique aux besoins nouveauxaux besoins nouveaux qui
pourrait se faire jour, celle-ci devra acquérir une plus grande mobilitédevra acquérir une plus grande mobilité :
• Généraliser les structures creuses des cloisons et la pénétration des
canalisations horizontales et verticales.
• faire un ceinturage des pièces, soit avec des plinthes plastiques ou
métalliques, soit avec des profilés creux en allège ou en molures.
•Faire une distribution par faux plafonds, en liaison avec des cheminements
verticaux creux des cloisons, ou avec des canalisations verticales
préfabriquées.
2- intégration dans la construction:
CONCEPTION
2- intégration dans la construction:
CONCEPTION
Installation électrique intérieure du secteur tertiaire :
La conception du schéma type de la distribution électrique doit tenir compte
d’un certain nombre de paramètre qui peuvent se résumer ainsi :
• adaptation aux conditions d’utilisation.
• souplesse permettant des modifications et des extensions.
• exploitation par des personnes non compétentes et non qualifiées, ce qui
inclut des mesures de protection particulier.
Les installations sont réalisées suivant une distribution radialeune distribution radiale, la distribution
peut être établie soit à partir d’un tableau principalà partir d’un tableau principal unique cas de petite
installation, soit à partir d’un tableau principalà partir d’un tableau principal et de tableaux divisionnairestableaux divisionnaires
cas d’installations de plus grandes dimensions.
1-Réalisation d’un schéma type :
CONCEPTION
Schéma d’installation électrique intérieure du secteur tertiaire :
CONCEPTION
CONCEPTION
2- intégration dans la construction:
Deux critères retenus pour déterminer le mode d’intégration de la
distribution électrique dans le tertiaire sont:
• la mobilité des organes de raccordements (prises, éclairage,…).
•La pénétration des canalisations ( éclairages, courants faibles,..).
D’où on pourra utiliser une solution ou associer les solution suivantes:
- Distribution par le sole
- Distribution par un faux plafond
- emploi de gaines, ou de colonnes précâblées ou non.
Distribution par le sole
Gaines de distribution
colonnes précâblées
2- intégration dans la construction:
CONCEPTION
VII.Courant faible
« courants faibles », ce sont desce sont des
amalgames raccordésamalgames raccordés avec l’extérieureavec l’extérieure
par des lignes téléphoniqueslignes téléphoniques, elles
comportent un autocommutateurcomportent un autocommutateur
installé généralement dans un local
réservé par l’opérateur (PTT).
On continue souvent, à tort d’appeler «
courant faibles », ces installations pources installations pour
les distinguer de l’installationles distinguer de l’installation
électrique classiqueélectrique classique mettant en jeu des
puissances destinées aux usages
domestiques et industriels.
Courant faible
Définition
L’expression «courant faible » est encore employée mais la technologie actuelle
fait qu’on utilisent maintenant les mots correspondants aux installation diverses
auxquelles il se rapportent:
- Installations de télécommunications
- Installations de d’ordinateurs ou de centres de calculs.
- Installations de traitement ou de vidéos.
- Installations de gestion technique centralisée ou de gestion technique du
bâtiment ( quelle que fois appelée domotique).
Courant faible
À l’origine, cette expression faisait la distinctionexpression faisait la distinction entre les installations de
téléphonie et d’alarme utilisant des intensités et des tensions de faiblesintensités et des tensions de faibles
valeurs, et les installations électriquesinstallations électriques de puissancede puissance comprenant des moteurs,
des lampes d’éclairage et des appareils électrodomestiques.
Définition
Courant faible
Réseaux de
service
Audiovisuel et
divertissement
Radio musique
Programmes Tv
Consol de
jeux DVD
Domotique
Énergie Mesure
et contrôle
Sécurité climatisation
Électroménager
Incendie
informatique
Téléchargement
Infos
Web e-mail
jeux en line
Télécommunication
Téléphonie
fixe
Téléphonie
mobile
fax
téléconférence
Courant faible
Équipement téléphonique
Installations de télécommunications
Prise téléphonique
Prise de télévision
Courant faible
Courant faible
Installation du réseaux d’informatique
Suivant l’importance des équipements,
le bâtimentle bâtiment doit comportercomporter
l’infrastructure et les volumesles volumes
(gaines, et chemins de câbles),
nécessaires au câblagenécessaires au câblage qui doit être
séparer des câbles de installationséparer des câbles de installation
électriques de puissance.électriques de puissance.
Ces espaces réservés sont les
suivants:
• Gaines verticales, chemins de
câbles.
• espaces sous plafond.
Courant faible
• Espaces sous planchers.
• locale réservé au répartiteurs
des lignes de
télécommunications.
• locale réservé aux
alimentations du matériel
informatique.
• locale réservé au pupitre ou à
l’armoire de commandes de
gestion technique centralisée.
Installations de gestion technique (détection incendie)
Courant faible
Dans les immeubles importants, une surveillance permanentesurveillance permanente est proposé,
au moyen d’une installation électrique, surveille le fonctionnementsurveille le fonctionnement des
services de l’immeuble.
L’alimentation du systèmeL’alimentation du système de détection d’incendie est du tableau de
visualisation est généralement réalisé par batterie d’accumulateursréalisé par batterie d’accumulateurs, piles,piles,
ou branchement particulier au réseauou branchement particulier au réseau.
Courant faible
Installations de gestion technique (détection incendie)
Conception d’une installation de surveillance
Courant faible
Portier électronique d’un immeuble, de communication et de commande de porte.
VIII.EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES
EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES
L’ensemble des textes réglementaires vise essentiellement deux
directions:
Assurer la protection des personnes contre les risques dus aux contactes
directes et indirectes.
Établir toute protection pour que l’installation ne soit ni l’origine ni la cause
de propagation de l’incendie.
• Les textes de réglementation vise:
• Le contrôle technique
• L’habitation
• Les établissements recevant du public (ERP)
• Les immeubles a grande hauteur (IGH)
• Parcs de stationnement.
Introduction:
EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES
•Toute installation devant néanmoins posséder une protection différentielle
selon le modèle de disjoncteur de branchement mis en place. Lorsque le
disjoncteur de branchement possède la fonction différentielle, la limite
maximal du seuil du courant de défaut qui déclanche la coupure automatique
est fixée à 500 MA au maximum. Il doit en tout cas répondre à la condition
suivante :
•Ces appareils aux agents de la distribution chargés entre autre de procéder
aux contrôles.
•Il convient de ne pas placer les disjoncteurs dans une chambre à coucher.
Une salle d’eau, des lieux d’aisance et plus généralement dans un local ou la
venus inopinée d’un agent du service de distribution est susceptible de causer
un gène à l’abonné.
•En toute circonstance, l’accès doit être placés dans des placards ou
penderies ou les objets entreposés peuvent rendre leur accès difficile ou
gêner la ventilation et être ainsi la cause d’échauffements anormaux.
Quelle que exigences réglementaires
EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES
•Toutefois, il est admis de placer les disjoncteurs dans de tel emplacement ou
des niches sous réserve que des disposition soient prises pour :
•En assurer une aération correcte.
•Ne pas empêcher le libre accès, en particulier une fermeture à clé n’est pas
autorisée.
•Ne pas pouvoir entreposer d’objets devant le disjoncteur.
• Il est interdit de placer un tel appareil par exemple au voisinage immédiat
d’une trappe, d’une de descente d’escalier.
•L’emplacement des appareils est choisi pour éviter tout mauvais
fonctionnement.
•Il n’est pas admis de placer ces appareils dans un dans local poussiéreux,
humide ou mouillé, ni à proximité d’un compteur à gaz, au voisinage d’un évier,
d’une baignoire ou d’un appareil de cuisine ou de chauffage.
Quelle que exigences réglementaires
Les risques liés aux installations électriques
Ils sont de quatre ordres différents:
• Les accidents de personnes.
• Les incendies.
• Les pannes.
• La pollution électromagnétique .
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
Introduction
La sécurité des personnesLa sécurité des personnes est l’objet fondamentall’objet fondamental des règles
d’installations électriques. ces installations doivent, être conçue,
réaliseréalise, et entretenues d’une manière que les personnesd’une manière que les personnes
n’encourant aucun dangern’encourant aucun danger du fait de ses installations. Pour ce la il
faut:
• Respecter la classification des espaces .
• Prendre une mesure de protection (salles d’eau, cuisines…).
• Calculer la section des conducteurs pour que le circuit
électrique aura une longue durée de vie.
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
Classification de l’espace
classe espace
H0
Espaces secs (chambre, séjour,
dégagement entré)
H1
Espaces temporairement humides
(cuisine, WC, Cave, Séchoir, garage
individuel)
H2
Espaces humides (salle d’eau)
H3
Espaces mouilles (pas dans l’habitation)
H4
Extérieur
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
Exemple de classification de l’espace
Les volumes sont généralement
définis par leur importance et leur
grandeur. D’où il existe plusieurs
situations.
Les Prises
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
La section des conducteurs
Section Ampérage
Appareil de
cuisine
6.0 mm2
32 A
Machine à laver 4.0 mm2
16A
Chauffage d’eau
et
Circuit de prise
2.5 mm2
10A
Circuit
d’Éclairage
1.5 mm2
6 A
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
La section des conducteurs (exemple)
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
La pris a la terre
Les disjoncteurs, pour être efficaces doivent êtres associes à une prise a la
terre à laquelle seront reliées tous les appareils à carcasse métallique.
Salle de bain
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
Du fait de la situation conductrice de la salle de bainla situation conductrice de la salle de bain, tout contacte avec
une partie active électrique est interdit dans ce local, toutefois le besoin de
certain appareils électriques ne peut être ignoré. Pour cela les installationsles installations
sont admis avec des conditions très préciseadmis avec des conditions très précise de sécurité ou directementdirectement
interditeinterdite.
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
À l’intérieur d’une salle d’eau,
les matériels électriquesles matériels électriques et
prisesprises doivent être protégésprotégés
en amonten amont, soit par unpar un
dispositif différentieldispositif différentiel
résiduel de sensibilité 30 mAsensibilité 30 mA,
soit en très basse tensionen très basse tension de
sécurité (12v) par(12v) par
l’intermédiaire d’unl’intermédiaire d’un
transformateurtransformateur de sécurité,
soit directement par ledirectement par le
secondaire d’unsecondaire d’un
transformateur detransformateur de
séparationséparation.
Salle de bain
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
Salle de bain
Autre pièces
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
Autre pièces
LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
CONCLUSION
L’installation électrique est le domaine qui évolue le plus fortement dans la
vie d’un établissement car chaque modification ou aménagement nécessite
des nouvelles canalisations, une augmentation de puissance, des nouveaux
appareils, et une transformation de l’éclairage.
La bonne conformité d’une installation électrique doit être l’objectif de tout
conception d’installation, d’où elle doit être conforme aux normes de
protection dans le but d’éviter les accidents mortels.
L’éclairage et l’électricité deux chapitres complexes qui doivent être traité
par l’architecte de même importance d’une conception d’un projet.
BIBLIOGRAPHIE
• Électricité et Éclairage, M.YENNEK.
• Électricité dans le bâtiment.
• Les installations électrique dans le bâtiment.
• L’équipement électrique de bâtiments.
• Distribution électrique.
• Mise au normes & sécurité des bâtiments.
• L’éclairage naturel et artificiel dans le bâtiment.
• Introduction à l’éclairagisme.
• 250 questions pratiques d’électricité dans le bâtiment.
• Encyclopédie Encarta.
• Sites Internet.

Contenu connexe

Tendances

Confort visuel
Confort visuelConfort visuel
Confort visuelSami Sahli
 
La ventilation dans les batiments
La ventilation dans les batimentsLa ventilation dans les batiments
La ventilation dans les batimentsconductriceTB
 
Le confort visuel
Le confort visuelLe confort visuel
Le confort visuel
naila athamnia
 
Le chauffage
Le chauffageLe chauffage
Le chauffage
Ouaret Yahia
 
Confort acoustique
Confort acoustiqueConfort acoustique
Confort acoustiqueSami Sahli
 
Reglements, erp, igh
Reglements, erp, ighReglements, erp, igh
Reglements, erp, ighSami Sahli
 
Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle   Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle
Ibrahim Chabchoub
 
Végétation & confort
Végétation & confortVégétation & confort
Végétation & confortSami Sahli
 
08 confort acoustique
08 confort acoustique08 confort acoustique
08 confort acoustiqueLäm Oússà
 
Acoustique et isolation phonique
Acoustique et isolation phoniqueAcoustique et isolation phonique
Acoustique et isolation phoniqueSami Sahli
 
Dalle nervuré
Dalle nervuréDalle nervuré
Dalle nervuréLeila Lyla
 
analyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaiaanalyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaiaHiba Architecte
 
Les structures métalliques
Les structures métalliques Les structures métalliques
Les structures métalliques
Sami Sahli
 
Confort thérmique
Confort thérmiqueConfort thérmique
Confort thérmique
Roumaissa Saib
 
Acoustique du batiment
Acoustique du batimentAcoustique du batiment
Acoustique du batimentSami Sahli
 
LE CONFORT ACOUSTIQUE
LE CONFORT ACOUSTIQUELE CONFORT ACOUSTIQUE
LE CONFORT ACOUSTIQUE
Roufaida Hechim
 
Les normes architecturales
Les normes architecturalesLes normes architecturales
Les normes architecturales
boukhouidem
 
Charpente métallique
Charpente métallique Charpente métallique
Charpente métallique
Sami Sahli
 

Tendances (20)

Confort visuel
Confort visuelConfort visuel
Confort visuel
 
La ventilation dans les batiments
La ventilation dans les batimentsLa ventilation dans les batiments
La ventilation dans les batiments
 
Eléctricité
EléctricitéEléctricité
Eléctricité
 
Le confort visuel
Le confort visuelLe confort visuel
Le confort visuel
 
Le chauffage
Le chauffageLe chauffage
Le chauffage
 
Confort acoustique
Confort acoustiqueConfort acoustique
Confort acoustique
 
Reglements, erp, igh
Reglements, erp, ighReglements, erp, igh
Reglements, erp, igh
 
Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle   Rapport du 1er cycle
Rapport du 1er cycle
 
Végétation & confort
Végétation & confortVégétation & confort
Végétation & confort
 
08 confort acoustique
08 confort acoustique08 confort acoustique
08 confort acoustique
 
Acoustique et isolation phonique
Acoustique et isolation phoniqueAcoustique et isolation phonique
Acoustique et isolation phonique
 
Dalle nervuré
Dalle nervuréDalle nervuré
Dalle nervuré
 
analyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaiaanalyse urbaine de béjaia
analyse urbaine de béjaia
 
Les structures métalliques
Les structures métalliques Les structures métalliques
Les structures métalliques
 
Expose
ExposeExpose
Expose
 
Confort thérmique
Confort thérmiqueConfort thérmique
Confort thérmique
 
Acoustique du batiment
Acoustique du batimentAcoustique du batiment
Acoustique du batiment
 
LE CONFORT ACOUSTIQUE
LE CONFORT ACOUSTIQUELE CONFORT ACOUSTIQUE
LE CONFORT ACOUSTIQUE
 
Les normes architecturales
Les normes architecturalesLes normes architecturales
Les normes architecturales
 
Charpente métallique
Charpente métallique Charpente métallique
Charpente métallique
 

En vedette

Schémas électriques
Schémas électriquesSchémas électriques
Schémas électriqueszakarianho10
 
Eclairage publique
Eclairage publiqueEclairage publique
Eclairage publiqueSami Sahli
 
Cour installation electrique bedoui iset-ksar-hellal
Cour installation electrique bedoui iset-ksar-hellalCour installation electrique bedoui iset-ksar-hellal
Cour installation electrique bedoui iset-ksar-hellal
hassen_be
 
Eclairage public
Eclairage publicEclairage public
Eclairage publicRasax Tovo
 
Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)
Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)
Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)
Livre Technique
 
Calcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublicCalcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublic
Ilyas Assadiki
 
Guide eclairage public
Guide eclairage publicGuide eclairage public
Guide eclairage public
benzid dziri
 
Eclairage interieur
Eclairage interieurEclairage interieur
Eclairage interieurSami Sahli
 
Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...
Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...
Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...
Imed Frioukh
 
Eclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart City
Eclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart CityEclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart City
Eclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart City
Vincent Vercamer
 
Ener1 - CM4 - Distribution électrique
Ener1 - CM4 - Distribution électriqueEner1 - CM4 - Distribution électrique
Ener1 - CM4 - Distribution électrique
Pierre Maréchal
 
Electricité : sécurité électrique (CM1)
Electricité : sécurité électrique (CM1)Electricité : sécurité électrique (CM1)
Electricité : sécurité électrique (CM1)Christophe Palermo
 
Guide de la plomberie
Guide de la plomberieGuide de la plomberie
Guide de la plomberie
bergrand
 
Plombrie saniatire et gaz 2007
Plombrie saniatire et gaz 2007Plombrie saniatire et gaz 2007
Plombrie saniatire et gaz 2007Hiba Architecte
 
Les constituants d'un depart moteur
Les constituants d'un depart moteurLes constituants d'un depart moteur
Les constituants d'un depart moteurOndernemersschool
 
Les bases de l’ éclairage
Les bases de l’ éclairageLes bases de l’ éclairage
Les bases de l’ éclairage
Mathy Mpassy Isinki
 
Ener1 - CM3 - Puissance électrique
Ener1  - CM3 - Puissance électriqueEner1  - CM3 - Puissance électrique
Ener1 - CM3 - Puissance électrique
Pierre Maréchal
 
Ener1 - CM2 - Triphasé
Ener1 - CM2 - TriphaséEner1 - CM2 - Triphasé
Ener1 - CM2 - Triphasé
Pierre Maréchal
 

En vedette (20)

Schémas électriques
Schémas électriquesSchémas électriques
Schémas électriques
 
Eclairage publique
Eclairage publiqueEclairage publique
Eclairage publique
 
Réseaux électriques
Réseaux électriquesRéseaux électriques
Réseaux électriques
 
Cour installation electrique bedoui iset-ksar-hellal
Cour installation electrique bedoui iset-ksar-hellalCour installation electrique bedoui iset-ksar-hellal
Cour installation electrique bedoui iset-ksar-hellal
 
Eclairage public
Eclairage publicEclairage public
Eclairage public
 
Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)
Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)
Schéma éléctrique (www.livre-technique.com)
 
Calcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublicCalcul section-cable-eclairagepublic
Calcul section-cable-eclairagepublic
 
Electricite
ElectriciteElectricite
Electricite
 
Guide eclairage public
Guide eclairage publicGuide eclairage public
Guide eclairage public
 
Eclairage interieur
Eclairage interieurEclairage interieur
Eclairage interieur
 
Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...
Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...
Toutes les schémas de démarrage d'un moteur asynchrone par www.genie electrom...
 
Eclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart City
Eclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart CityEclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart City
Eclairage public - De l'efficacité énergétique à la Smart City
 
Ener1 - CM4 - Distribution électrique
Ener1 - CM4 - Distribution électriqueEner1 - CM4 - Distribution électrique
Ener1 - CM4 - Distribution électrique
 
Electricité : sécurité électrique (CM1)
Electricité : sécurité électrique (CM1)Electricité : sécurité électrique (CM1)
Electricité : sécurité électrique (CM1)
 
Guide de la plomberie
Guide de la plomberieGuide de la plomberie
Guide de la plomberie
 
Plombrie saniatire et gaz 2007
Plombrie saniatire et gaz 2007Plombrie saniatire et gaz 2007
Plombrie saniatire et gaz 2007
 
Les constituants d'un depart moteur
Les constituants d'un depart moteurLes constituants d'un depart moteur
Les constituants d'un depart moteur
 
Les bases de l’ éclairage
Les bases de l’ éclairageLes bases de l’ éclairage
Les bases de l’ éclairage
 
Ener1 - CM3 - Puissance électrique
Ener1  - CM3 - Puissance électriqueEner1  - CM3 - Puissance électrique
Ener1 - CM3 - Puissance électrique
 
Ener1 - CM2 - Triphasé
Ener1 - CM2 - TriphaséEner1 - CM2 - Triphasé
Ener1 - CM2 - Triphasé
 

Plus de Sami Sahli

AL HAMRA HCA
AL HAMRA HCAAL HAMRA HCA
AL HAMRA HCA
Sami Sahli
 
Toyo ito
Toyo itoToyo ito
Toyo ito
Sami Sahli
 
Mur rideau
Mur rideau Mur rideau
Mur rideau
Sami Sahli
 
Oscar niemeyer
Oscar niemeyerOscar niemeyer
Oscar niemeyer
Sami Sahli
 
Satiago Calatrava
Satiago CalatravaSatiago Calatrava
Satiago Calatrava
Sami Sahli
 
Zaha hadid
Zaha hadidZaha hadid
Zaha hadid
Sami Sahli
 
Ecole primaire
Ecole primaire Ecole primaire
Ecole primaire
Sami Sahli
 
Frank loyd Wright
Frank loyd WrightFrank loyd Wright
Frank loyd Wright
Sami Sahli
 
Cours alea sismique
Cours alea sismiqueCours alea sismique
Cours alea sismique
Sami Sahli
 
Acier infrastructure
Acier infrastructureAcier infrastructure
Acier infrastructure
Sami Sahli
 
la Maison mozabite
la Maison mozabitela Maison mozabite
la Maison mozabite
Sami Sahli
 
Otto wagner
Otto wagnerOtto wagner
Otto wagner
Sami Sahli
 
Hamma les annasser. au 01
Hamma   les annasser. au 01Hamma   les annasser. au 01
Hamma les annasser. au 01
Sami Sahli
 
Présentation de projet urbain
Présentation de projet urbainPrésentation de projet urbain
Présentation de projet urbain
Sami Sahli
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat   intermédiaire L’habitat   intermédiaire
L’habitat intermédiaire
Sami Sahli
 
Les dalles
Les dallesLes dalles
Les dalles
Sami Sahli
 
Généralité sur les sols
Généralité sur les solsGénéralité sur les sols
Généralité sur les sols
Sami Sahli
 
Cours fondations
Cours fondationsCours fondations
Cours fondations
Sami Sahli
 
Cour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanismeCour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanisme
Sami Sahli
 
Boufarik
BoufarikBoufarik
Boufarik
Sami Sahli
 

Plus de Sami Sahli (20)

AL HAMRA HCA
AL HAMRA HCAAL HAMRA HCA
AL HAMRA HCA
 
Toyo ito
Toyo itoToyo ito
Toyo ito
 
Mur rideau
Mur rideau Mur rideau
Mur rideau
 
Oscar niemeyer
Oscar niemeyerOscar niemeyer
Oscar niemeyer
 
Satiago Calatrava
Satiago CalatravaSatiago Calatrava
Satiago Calatrava
 
Zaha hadid
Zaha hadidZaha hadid
Zaha hadid
 
Ecole primaire
Ecole primaire Ecole primaire
Ecole primaire
 
Frank loyd Wright
Frank loyd WrightFrank loyd Wright
Frank loyd Wright
 
Cours alea sismique
Cours alea sismiqueCours alea sismique
Cours alea sismique
 
Acier infrastructure
Acier infrastructureAcier infrastructure
Acier infrastructure
 
la Maison mozabite
la Maison mozabitela Maison mozabite
la Maison mozabite
 
Otto wagner
Otto wagnerOtto wagner
Otto wagner
 
Hamma les annasser. au 01
Hamma   les annasser. au 01Hamma   les annasser. au 01
Hamma les annasser. au 01
 
Présentation de projet urbain
Présentation de projet urbainPrésentation de projet urbain
Présentation de projet urbain
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat   intermédiaire L’habitat   intermédiaire
L’habitat intermédiaire
 
Les dalles
Les dallesLes dalles
Les dalles
 
Généralité sur les sols
Généralité sur les solsGénéralité sur les sols
Généralité sur les sols
 
Cours fondations
Cours fondationsCours fondations
Cours fondations
 
Cour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanismeCour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanisme
 
Boufarik
BoufarikBoufarik
Boufarik
 

Eclairage et electricité

  • 1. EXPOSÉ SUREXPOSÉ SUR L’ÉCLAIRAGE ET L’ÉLECTRICITÉL’ÉCLAIRAGE ET L’ÉLECTRICITÉ • ABBACHI RassimABBACHI Rassim • OUFAR DjamelOUFAR Djamel Chargés d’atelier:Chargés d’atelier: -Mr BAGHLI-Mr BAGHLI -Mr-Mr MEZOUEDMEZOUED AtelierAtelier:: 44eememe annéeannée École Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme EPAU Gr:04Gr:04 Année universitaire :2006/2007Année universitaire :2006/2007 Réalisé par:Réalisé par:
  • 2. PLAN DE L’EXPOSÉ I. INTRODUCTION II. ÉCLAIRAGE NATUREL:  éclairage naturel dans le bâtiment.  l’ensoleillement dans le bâtiment. III.ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL:  Répartition des lumières.  Lumière et couleurs IV. L’ÉLECTRICITÉ:  Sources d’électricité.  La transformation.  Le branchement.  Le comptage.  Matériel de transport.  Les composants d’une installation électrique. V. CLASSIFICATION PAR FAMILLE:  Éléments nécessaires à l’acheminement de l’énergie.  Éléments nécessaires à la réalisation de l’installation électrique.
  • 3. VI. CONCEPTION:  Installation électrique extérieure au bâtiment  Le réseau de distribution intérieur  Définition du circuit électrique  Les différant schémas des circuits  Installation électrique intérieure au bâtiment: 1- réalisation d’un schéma type. 2- intégration dans la construction.  Installation électrique intérieure d’un secteur tertiaire: 1- réalisation d’un schéma type. 2- intégration dans la construction. VII. COURANTS FAIBLES VIII. EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES  Les procédures de protections PLAN DE L’EXPOSÉ
  • 5. L’électricité source d’énergie exceptionnelle qui contribue à l’exploitation confortable des établissements recevant du public, n’est pas s’en nous rappeler, à de certainsà de certains occasions hélasoccasions hélas, qu’elle être également une source redoutableune source redoutable d’accidents et de sinistred’accidents et de sinistre. INTRODUCTION L’éclairagisme c’est la science de l’éclairage. C’est à la fois une technique et un artune technique et un art.. Ou L’architecte doit penser « lumière » en même temps qu’il pense « Ouvre ». ECLAIRAGE TECHNIQUE ART
  • 7. ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT La majorité des gens préfèrent un éclairage naturel à un éclairage artificiel, de plus l’éclairage naturel est utilisé et apprécié dans presque chaque édifice. Puisque il produit un éclairage à l’intérieur des édifices, avec une faible, ou aucuneavec une faible, ou aucune augmentation des coûts annuels d’énergie.augmentation des coûts annuels d’énergie. Introduction:
  • 8. L’ÉCLAIRAGE ET LA LUMIÈRE L’éclairage est définie comme l’application de la lumière auxdéfinie comme l’application de la lumière aux objetsobjets et leurs environnement pour qu’ils puissent être vus. Dont la lumière est l’objet prestigieux de cette activité. Pour le physicien c’est un rayonnement qui produit directementun rayonnement qui produit directement une sensation visuelleune sensation visuelle, et pour les spécialistes (architectes, et psychologue) c’est l’attribut des sensations et perceptionsc’est l’attribut des sensations et perceptions propres a l’organe de la visionpropres a l’organe de la vision. Qu’est –ce que l’éclairage ?
  • 9. C’est un rayonnement qui éclairerayonnement qui éclaire une pièce ou un endroit, elle peut être définie aussi comme étant l’ensemble des radiationscomme étant l’ensemble des radiations électromagnétiques pour lesquelles nos yeux sont sensibleélectromagnétiques pour lesquelles nos yeux sont sensible. Ces radiations se situent entre 3800 Aentre 3800 A (au dessous s’étend le domaine des rayons ultra violets puis plus bas encore des rayons X) et 7200 Aet 7200 A (au dessus s’étend le domaine des rayon infra rouge prolongés par les ondes hertziennes). Notre œil est différemment sensible à ses radiations. L’ÉCLAIRAGE ET LA LUMIÈRE • Qu’est –ce que la lumière ?
  • 10. ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT Par l’éclairage naturel on entend habituellement l’éclairage par lal’éclairage par la voûte du cielvoûte du ciel à l’exclusion de l’éclairage produit par le soleill’éclairage produit par le soleil. Toutefois, dans certaines cas on considère l’éclairage global, mais alors il doit toujours être précisé que c’est y compris la lumièrela lumière provenant directement du soleil ou réfléchie par des surfacesprovenant directement du soleil ou réfléchie par des surfaces ensoleilléesensoleillées. La possibilité d’accroître la lumière naturelle dans la conception des projets est nettement plus importante qu’avant, avec des techniques et des solutions plus élaboré. Qu’est –ce que l’éclairage Naturel ?
  • 11. La lumière naturelle n'est ni fixe ni toujours égale dans sa qualité et son intensité. Elle dépend d'abord de la localisation choisiede la localisation choisie, c'est-à-dire de la latitude du site considéré ainsi que de la pollution de l'air à cet endroit. Techniques de maîtrise de l’éclairage: Pour maîtriser l’éclairagemaîtriser l’éclairage d’un projet il faut manipuleril faut manipuler la lumière par le moyens des actions suivantes: • Capter la lumière. • Transmettre la lumière. • Distribuer la lumière. • Contrôler la lumière. •Se protéger de la lumière. ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 12. Capter la lumière du jour consiste à la recueillirconsiste à la recueillir pour éclairer naturellementpour éclairer naturellement un bâtiment. Pour un bâtiment d'implantation déterminée, la quantité de lumière naturelle disponible est en fonction : •Du type de ciel . •Du moment de l'année. •De l'heure. •De l'orientation et l'inclinaison de l'ouverture. •De l'environnement physique de l'édifice : bâtiments voisins, type de sol, végétation. Capter la lumière: ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 13. Transmettre la lumière naturelle consiste à favoriser saconsiste à favoriser sa pénétration à l'intérieur d'un localpénétration à l'intérieur d'un local. La pénétration de la lumière dans un espace est influencée par lesinfluencée par les caractéristiquescaractéristiques des ouvertures telles que ses dimensionsdimensions, leurs formesformes, leurs positionspositions et le matériau de transmission utilisématériau de transmission utilisé, qui peut être transparent ou translucide Transmettre la lumière Transmettre ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 14. Distribuer la lumière naturelle consiste à diriger et à transporter lesà diriger et à transporter les rayons lumineuxrayons lumineux de manière à créer une bonne répartition de la lumièreune bonne répartition de la lumière naturelle dans le bâtiment. Une répartition harmonieuse de la lumière naturelle dans un bâtiment peut être favorisée par différentes approches basées sur : • Le type de distribution lumineuse (direct, indirecte). • La répartition des ouvertures. • L'agencement des parois intérieures. • Le matériau des surfaces du local. • Les zones de distribution lumineuse. • Les systèmes de distribution lumineuse. Distribuer la lumière:    Distribuer ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 15.   Contrôler la lumière naturelle consiste à gérer la quantité et laà gérer la quantité et la distribution de la lumièredistribution de la lumière dans un espace en fonction de la variation des conditions climatiques et les besoins des occupants. La gestion de l'éclairage permet, d'une part, de répondre à la variationrépondre à la variation continue de la lumière naturellecontinue de la lumière naturelle et, d'autre part, d'adapter l'ambianced'adapter l'ambiance lumineuselumineuse d'un local pour correspondre au mieux aux besoins de ses utilisateurs. On peut diviser les solutions de contrôle de l'éclairage naturel en trois catégories: Contrôler la lumière: ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 16. 1- L'utilisation des systèmes d'éclairage naturel adaptables, tels que des éléments de contrôle amovibleséléments de contrôle amovibles. Contrôler la lumière: Contrôler ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 17. 2- Le zonage de l'installation d'éclairage artificielzonage de l'installation d'éclairage artificiel en fonction de la lumière naturelle disponible. Contrôler la lumière: 3- La régulation du flux des lampesrégulation du flux des lampes en fonction de la présence de la lumière naturelle. 23 Contrôler ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 18. Se protéger de la lumière naturelle consiste à arrêter partiellementarrêter partiellement ou totalement le rayonnement lumineuxou totalement le rayonnement lumineux lorsqu'il présente des caractéristiques néfastes à l'utilisation d'un local. Pour atteindre le confort visuel, il est essentiel de se protéger de l'se protéger de l' éblouissementéblouissement.. On appelle protection solaire tout corps empêchant le rayonnementcorps empêchant le rayonnement solaire d'atteindre une surfacesolaire d'atteindre une surface qu'on souhaite ne pas voir ensoleillée. Citons, par exemple, la végétation, les auvents, les écrans mobiles ou les vitrages spéciaux. Se protéger de la lumière: ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 19. Le fonctionnement d'une protection solaire peut être basé sur plusieurs phénomènes physiques: L'absorption (surplombs, mur de refends, ...), La réflexion (light shelves, ...), La réfraction (prismes, ...), La diffraction (éléments holographiques, ...). Se protéger de la lumière: Se protéger ÉCLAIRAGE NATUREL DANS LE BÂTIMENT
  • 20. L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT Les problèmes poser par une étude d’ensoleillement sont rarement simples. En effet, les variables sont nombreuses : variation de la position du soleil en fonction du tempsvariation de la position du soleil en fonction du temps (heure et date) et du lieudu lieu (l’attitude et orientation). Par ailleurs, l’attitude de l’utilisateur du bâtiment est complexe : c’est principalement en hiveren hiver qu’il recherche l’ensoleillementl’ensoleillement ; enen étéété, il faut absolument qu’il puise s’en protégers’en protéger sans toutefois réduire de façon trop importante l’éclairage naturel de l’intérieur des locaux.
  • 21. L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT La lumièreLa lumière qui rencontre un vitrage est transmise, absorbée ettransmise, absorbée et réfléchieréfléchie, selon des proportions qui dépendent en grande partie du type de vitrage. Le choix du vitrage influencevitrage influence non seulement la lumièrela lumière transmisetransmise mais aussi les gains solaires et les pertes de chaleurles gains solaires et les pertes de chaleur au travers de la fenêtre. La transmission lumineuse et énergétique d'un vitrage peut être caractérisée par trois paramètres : • son coefficient de conductivité thermique k (aussi appelé U), • son facteur solaire (FS ou g), • son coefficient de transmission lumineuse (Tl).
  • 22. L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT Le coefficient de conductivité thermique k: Quand il existe une différence de température entre l'intérieur et l'extérieur, de la chaleur est gagnée ou perdue au travers du vitrage et du châssis. La capacité de laLa capacité de la fenêtre à résister à ce transfert de chaleurfenêtre à résister à ce transfert de chaleur dépend de son coefficient de conductivité thermique. Le facteur k d'une fenêtre exprime la quantité de chaleur traversantexprime la quantité de chaleur traversant celle-ci en régime permanent, par unité de temps, pour 1 mètre carré de surface et pour 1°C de différence de température entre l'intérieur et l'extérieur.
  • 23. Le facteur solaire L’ENSOLEILLEMENT DANS LE BÂTIMENT caractérisant les performances solairesles performances solaires d'une fenêtred'une fenêtre est sa capacité à contrôlercapacité à contrôler le passage du rayonnement solairele passage du rayonnement solaire au travers du vitrage. Le coefficient de transmission lumineuse Le facteur de transmission lumineuse d'un vitrage est la fraction de lumièrela fraction de lumière incidente qui traverse le vitrageincidente qui traverse le vitrage. Il est influencé par le type de vitrage, le nombre de couches de verre et le type de revêtement qui pourrait être appliqué sur le verre.
  • 25. ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT • Répartition des lumières Les sources de lumière doivent être convenablement dosées et répartie. Ceci conduit a une règle fondamentale : Pour bien éclairerbien éclairer, une lampelampe doit être dissimulée à la vuedissimulée à la vue, donc placée dans unplacée dans un appareil réflecteurappareil réflecteur, ou élémentélément architectural qui en contrôle la lumièrearchitectural qui en contrôle la lumière pour la répartirla répartir au mieux sur les objetssur les objets à éclairer. Ces appareils doivent être réparties dans le local selon ses dimensions, sa forme et sa destination.
  • 26. ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT Réflecteur extérieur Système de réflecteur • Répartition des lumières Hongkong banque Réflecteur intérieur
  • 27. • Lumière et couleurs ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT La lumièreLa lumière — qui peut-être artificielle, naturelle ou une combinaisonartificielle, naturelle ou une combinaison des deux — contribue grandement à la perception de l’ambiancecontribue grandement à la perception de l’ambiance et est étudiée en fonction des couleurs choisies : froides (bleu, vert et gris)froides (bleu, vert et gris), chaudeschaudes (rouge, jaune, orange et marron)(rouge, jaune, orange et marron), intenses (rouge, marron, pourpre et noir)intenses (rouge, marron, pourpre et noir) ou douces (beige et rose)ou douces (beige et rose). Hongkong banque
  • 28. ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT Certains colorisCertains coloris comme le blanc, les couleurs claires et les couleurs froides donnent l'illusion de l’espacedonnent l'illusion de l’espace, d’autresd’autres telles que le noir, les couleurs foncées et les couleurs chaudes produisent l'effet contraireproduisent l'effet contraire. En variant la teinte etla teinte et l'intensitél'intensité, on peut choisir de mettre en évidence (ou non) certaines structureson peut choisir de mettre en évidence (ou non) certaines structures par rapport à d’autrespar rapport à d’autres. De petits objets peuvent ainsi être mis en valeur en jouant sur le contraste entre leur couleur et celle du fond sur lequel ils sont disposés. • Lumière et couleurs
  • 30. ÉCLAIRAGE ARTIFICIEL DANS LE BÂTIMENT Elle se résume en trois grands thèmes : 1. Assez de lumière : Il faut de la lumière pour voir et il faut suffisamment de lumière pour bienil faut suffisamment de lumière pour bien voir.voir. 2. Une lumière bien distribuée : De façon à éviter l’éblouissementéviter l’éblouissement et à faciliter, par une bonne répartition des luminances. Le confort visuelLe confort visuel. 3. Une lumière adaptée à l’homme : Car il est bon de penser que l’éclairage n’est pas seulement fait pourl’éclairage n’est pas seulement fait pour éclairééclairé le local mais pour permettre à l’homme de mieux travaillerpermettre à l’homme de mieux travailler ou d’y trouver plus d’agrément. Les grands lois de l’éclairage
  • 32. L’ÉLECTRICITÉ Phénomène énergétiquePhénomène énergétique associé à la mobilité ou au reposmobilité ou au repos d'électronsd'électrons, d'ions ou d'autres particulesd'ions ou d'autres particules chargées positivement ou négativement comme (les protons, les neutrons et les électrons), elles sont de propriétés physiques caractéristiques comme la masse ou la taille. DÉFINITION
  • 33. SOURCES D’ÉLECTRICITÉ: L’énergie électrique est produite par desproduite par des usines que l’on appelleusines que l’on appelle centralecentrale. elles transforment l’énergie solaire, motrice, hydraulique, thermique, ou atomique qu’elles reçoivent en énergie électrique. INTRODUCTION
  • 34. Énergie solaire L'énergie du Soleil est à l'origineest à l'origine de la plupart des sourcesde la plupart des sources d'énergied'énergie disponibles sur Terre. En effet, le Soleil est l'élément clé de la machine climatique de la Terre et par conséquent il participe aux mouvements des vents (énergie éolienne) et de l'eau (énergie hydroélectrique). De plus, l'énergie solaire peut êtrel'énergie solaire peut être directement captée etdirectement captée et transformée en électricitétransformée en électricité grâce à des panneaux solaires installés sur les façades ou les toits des bâtiments. SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
  • 35. SOURCES D’ÉLECTRICITÉ: Vue externe d’un usine marémotrice  Enchâssés au cœur d'une digue de 750 m qui ferme l'estuaire, 24 alternateurs utilisent l'énergie de la marée, successivement montante et descendante, pour produire de l'électricité. Cette usine fournit ainsi plus de 500 millions de kwhfournit ainsi plus de 500 millions de kwh par an.par an.
  • 37. Turbines a vapeur SOURCES D’ÉLECTRICITÉ: Une turbine à vapeur transforme l'énergie cinétique d'un flux de vapeur d'eautransforme l'énergie cinétique d'un flux de vapeur d'eau en énergie mécanique. Dans une centrale électrique, la turbine est couplée à un alternateuralternateur qui transforme l'énergie mécanique en électricitél'énergie mécanique en électricité (ou énergie électrique).
  • 38. Production d’électricité par le ventProduction d’électricité par le vent (éolienne, également appelées aérogénérateurs), est très variable car elle dépend des conditions climatiques. Éolienne traditionnelleÉolienne moderne SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
  • 39. Centrale atomique et a mazout SOURCES D’ÉLECTRICITÉ:
  • 40. LA TRANSFORMATION Les alternateurs des centrales fournissent des tensions normalisées comprises entre 5600 et 18000 Volts. Pour passé de la tension de distributionpassé de la tension de distribution (10KVou 20KV) à la tension utiliséetension utilisée (220,380Vou plus), On doit utiliser un ou plusieurs transformateursutiliser un ou plusieurs transformateurs. Le choix se fait après étude de la courbe de consommationétude de la courbe de consommation. Si la puissance estpuissance est constanteconstante en utilisent un seul transformateurun seul transformateur ; si la puissance est variablela puissance est variable on installera plusieurs transformateursplusieurs transformateurs. Un transformateur se choisit selon : • Le nombre de phases • La fréquence • La puissance • Les tensions (arrivées et départs) • Les couplages normalisés • L’échauffement
  • 41. Différents postes de transformation LA TRANSFORMATION Les postes d’interconnections: Ils sont généralement établies en plein airétablies en plein air et reçoivent des centrales des courants à haute tension (90 kV)haute tension (90 kV) par l’intermédiaire de lignes aérienneslignes aériennes. Ils sortent un courant de 150 kV à 225 kVcourant de 150 kV à 225 kV qu’ils dirigent vers un poste devers un poste de répartition.répartition. Les postes de répartition: Ils reçoivent le courant des postes d’interconnexioncourant des postes d’interconnexion et l’abaissent à une tension de 30 à 63 kVtension de 30 à 63 kV puis le dirige vers les postes de distributionvers les postes de distribution. Les postes de distribution: Ils distribuent l’énergie au sien des bâtimentsdistribuent l’énergie au sien des bâtiments et au différents projets conçue.
  • 42. LE TRANSPORT D’ÉLECTRICITÉ Poste de transformation élévateur Poste de transformation abaisseur lignes aériennes Distribution urbaine usine marémotrice éolienne l’énergie motrice
  • 43. MATÉRIEL DE TRANSPORT Lignes aériennes: 1- catégorie de (750v continu, 500v alternatif), les conducteurs doivent être à 6 mêtre à 6 m. Et doivent être en Almélec ou en cuivreen Almélec ou en cuivre. 2- catégorie de (tension inférieur à 50000 v). 3- catégorie de (tension supérieur à 50000 v). Pour ces deux catégories les conducteurs doivent être d’une hauteur minimalehauteur minimale de 8 m.de 8 m. Les supports en boissupports en bois ne peuvent être utilisés que pour des tensionsutilisés que pour des tensions inférieures à 25000 vinférieures à 25000 v. Les supports en bétonsupports en béton ne sont utilisés que dans les régions faciles d’accèsdans les régions faciles d’accès. Les supports métalliquessupports métalliques sont utilisés pour la haute et la très haute tensionla haute et la très haute tension.
  • 44. Lignes souterraines: On utilise des câbles arméscâbles armés, ils sont protégés par une isolationprotégés par une isolation, une enveloppe de plombenveloppe de plomb, un matelas de papiermatelas de papier, une armure en acierarmure en acier. Sable 50 20 10 10 Grillage avertisseur Trottoir ou espace vert Éclairage public Électricité Ea u PTT Gaz MATÉRIEL DE TRANSPORT
  • 45. MATÉRIEL DE TRANSPORT Fouille commune Galerie principale de distribution
  • 46. LE BRANCHEMENT Cette phase comprend : - le branchement aule branchement au réseau général.réseau général. - l’installation dul’installation du compteur.compteur. L’ouvrage est entièrement réalisé par SONELGAZ.
  • 48. Raccordement d’immeuble en basse tension: 1- par potelet (poteau scellé dans un trottoir). 2- par câble souterrain. 3- par la façade 11 22 33 LE BRANCHEMENT
  • 49. Les installations de branchement Les installations de branchement sont celles qui sont comprises entre le réseauentre le réseau de distribution d’énergiede distribution d’énergie électrique et les installations intérieuresinstallations intérieures. Ces installations comprennent essentiellement les canalisations électriquesles canalisations électriques, des coupes circuit à fusiblecoupes circuit à fusible et de coffres de distributioncoffres de distribution. LE BRANCHEMENT Les dimensions du rectangle en pointillérectangle en pointillé sont celles des passages de gainessont celles des passages de gaines au niveau de chaque plancher. Ces dimensions sont diminuées de 0.20mde 0.20m lorsque le nombre d’abonnés a l’étage estle nombre d’abonnés a l’étage est inférieur a 4inférieur a 4. Canalisations électriques
  • 50. Les coupes circuit a fusible Des coupe-circuit a fusible assurent la protectionassurent la protection des canalisations contre les courts-circuitsdes canalisations contre les courts-circuits. Ils sont prévue - en pied des colonnes. - sur chaque dérivation individuelle Coupe circuit a cartouche LE BRANCHEMENT Schéma de branchement
  • 51. LE COMPTAGE Il se divise en deux classes les compteurs de quantité ou ampéreheuremètresquantité ou ampéreheuremètres et les compteurs d’énergie ou wattheuremètresd’énergie ou wattheuremètres. En courant alternatif ou en courant continu les compteurs comportent uncomportent un petit moteurpetit moteur dont le nombres de tours de l’induit est proportionnel à l’énergie utilisée par l’installation. L’induit transmet son mouvement à un compteur decompteur de tours qui enregistretours qui enregistre sur un cadransur un cadran le nombre d’hectowattheures consommés. Le comptage se fait pour une distribution en basse tension sur chaque phaseen basse tension sur chaque phase et chez chaque abonnéet chez chaque abonné. Pour la moyenne tensionmoyenne tension (poste d’abonné) il y a deux casdeux cas : pour des puissances jusqu’à 630KVjusqu’à 630KV, le comptage se fait après transformationse fait après transformation, Sur tension moins de 630KVmoins de 630KV en comptant les pertes forfaitairement àà l’abonné (0.02).l’abonné (0.02).
  • 52. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Une installation électrique se compose :Une installation électrique se compose : - d’un coffret de comptage.- d’un coffret de comptage. - d’un disjoncteur.- d’un disjoncteur. - de colonne montante.- de colonne montante. - d’un chemin de câbles.- d’un chemin de câbles. - d’un tableau de répartition.- d’un tableau de répartition. - des circuits de différentes sections.- des circuits de différentes sections. - d’un compteur.- d’un compteur.
  • 53. Coffret de comptage LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Le coffret comprend le compteurle compteur monophasé ou triphasémonophasé ou triphasé, simple ou double. Il doit être d’un modèle agrée par lemodèle agrée par le distributeurdistributeur de l’énergie électrique.
  • 54. Disjoncteur de branchement LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Le tout est un ensemble installé dans un endroit facile d’accès. Disjoncteur à relais magnétique et thermiquemagnétique et thermique et, le plus souvent, aussi avec dispositif différentieldispositif différentiel, assurent le contrôle la commendecontrôle la commende et la protectionla protection de l’ensemble de l’installation intérieur. Capable d’établird’établir de supporter et d’interrompresupporter et d’interrompre les courantscourants dans les conditions normalesconditions normales de circuit, ainsi que d’établir, de supporter pendant une durée spécifieune durée spécifie et d’interrompre desd’interrompre des courants dans les conditions anormalesconditions anormales spécifiées du circuit comme selles du court-circuitdu court-circuit.
  • 55. Colonne montante LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Canalisation de distribution poséeCanalisation de distribution posée en général verticalementverticalement à partir de laquelle sont réalisés les branchements. Chemin de câbles Matérielle de poseMatérielle de pose constitué d’élément profile, pleins ou perforés, destinés a assuré le cheminement desle cheminement des câblescâbles.
  • 56. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE tableau de répartition et de distribution.tableau de répartition et de distribution. panneau placé a l’origine de l’installation électrique intérieur, regroupentregroupent généralement le disjoncteur dedisjoncteur de branchementbranchement et l’ensemble del’ensemble de l’appareillage destinél’appareillage destiné a commander eta commander et protégerprotéger les différent circuit électrique issus de se disjoncteur.
  • 57. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
  • 58. CompteurCompteur Le rôle du compteur: - pour compter l’énergie consommé par l’abonné. - Pour fixer l’Ampérage demande. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
  • 59. Prises LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
  • 60. InterrupteursInterrupteurs interrupteur simple interrupteur double interrupteur va et vient LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Appareil mécanique capable d’établircapable d’établir de supporter et d’interrompresupporter et d’interrompre des courants dans des conditions spécifiées.
  • 61. Appareillage de connexionAppareillage de connexion Lampe, dispositif utilisé pour fournir un éclairage artificiel. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
  • 62. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Une lampe fluorescente se compose d'uncompose d'un tube de verretube de verre recouvert d'une couche de phosphore, et rempli d'un gazrempli d'un gaz inerte additionné de vapeur de mercure. Constituée d’un filamentd’un filament, une ampouleampoule en verreen verre, sous vide ou remplivide ou rempli d’un gazgaz interne (rare).
  • 63. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Les types de conduites sont les suivants, classés par ordre décroisement de résistance mécanique:
  • 64. LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE Conduite métallique flexible souple blindé. Conduite isolant flexible Cintrable et déformable Conduite isolant rigide ordinaire . Conduite isolant flexible cintrable ordinaire . Conduite métallique rigide ( tube en acier)
  • 65. Gains électriques (réservations)Gains électriques (réservations) LES COMPOSANTS D’UNE INSTALLATION ÉLECTRIQUE
  • 67. La classification par famille, des composants électriques des immeubles et du tertiaire découle de l’ordonnancement habituel de distribution d’énergie électrique. 1-éléments nécessaires à l’acheminement de l’énergie: Entre le réseau de distribution et la limite du domaine privé, ces composants sont groupés en deux familles selon qu’ils constituent: • le point de livraison ( le poste de transformation, coffrets de branchement et de comptage. • la distribution verticale et horizontale ( canalisation, chemin de câbles, gaines et les conduites… ). CLASSIFICATION PAR FAMILLE
  • 68. 2-Éléments nécessaires à la réalisation de l’installation électrique: L’appareillage se regroupe en trois familles: • La distribution: C’est l’ensemble des éléments nécessaires au transportéléments nécessaires au transport de l’énergie du tableau d’abonné au points d’utilisation. • Les points d’utilisation terminaux: L’ensemble des organes de raccordementorganes de raccordement qui permet d’utiliser tout ou une partie de l’énergie. • Le tableau de contrôle, commande et protection: De type apparent ou encastréapparent ou encastré, regroupe l’ensemble d’appareillage ded’appareillage de sécuritésécurité des personnes et des biens. CLASSIFICATION PAR FAMILLE
  • 70. Installation électrique extérieure au bâtiment CONCEPTION HT MT BT
  • 71. Cette phase comprend :Cette phase comprend : - tous les circuits spécialisés : éclairage, prises de confort,- tous les circuits spécialisés : éclairage, prises de confort, prises spécialisées, etc.prises spécialisées, etc. Dans le cas d’une maison à plusieurs étages, les circuits peuventDans le cas d’une maison à plusieurs étages, les circuits peuvent aussi être spécialisés par fonction/niveau (éclairage RDC,aussi être spécialisés par fonction/niveau (éclairage RDC, éclairage1 étage, prises RDC, etc.)éclairage1 étage, prises RDC, etc.) Il peut y avoir autant des circuits que nécessaireIl peut y avoir autant des circuits que nécessaire CONCEPTION Le réseau de distribution intérieur
  • 72. Définition du circuit électrique Un circuit électrique et l’ensemble des matériels électriquel’ensemble des matériels électrique de différentes phases (ou polarités), alimentes par la même source d’énergie. CONCEPTION
  • 73. Les différant schémas des circuits Distribution radiale : dans cette distribution on peut distinguer: des circuits principauxcircuits principaux, des circuits divisionnairescircuits divisionnaires et des circuitsdes circuits terminauxterminaux. CONCEPTION
  • 74. Circuits bouclés : un circuit bouclé est constitué par une canalisation formant une bouclecanalisation formant une boucle continue et alimentée en un pointalimentée en un point de son parcours. Les différant schémas des circuits CONCEPTION
  • 77. CONCEPTION Réalisation d’un schéma type : La conception d’une installation électrique s’appuie sur un ensemble de textess’appuie sur un ensemble de textes réglementaires et de documents techniquesréglementaires et de documents techniques qui permettent de définir undéfinir un schéma de principeschéma de principe qui milite pour la réalisation d’installations électriques de qualité. Installation électrique intérieure au bâtiment Toute installation devant néanmoins posséder une protection différentielle selon le modèle de disjoncteur de branchement mis en place. Chaque installation est subdivisée en un certain nombre de circuitssubdivisée en un certain nombre de circuits spécialisés. Les foyers lumineux, les socles de prises de courant et les moteurs sont alimentés par des circuits distincts.
  • 78. schéma d’installation électrique intérieure au bâtiment CONCEPTION
  • 80. CONCEPTION Exemple d’installation d’un logement de quatre pièces.Exemple d’installation d’un logement de quatre pièces.
  • 81. CONCEPTION F3 F3 3 2 2 2 1 G 2 75 66432 22 2 4 3 3 3 2 2 2 F 2 2 E 4 3 D 3 3 2 C 2 B 2 A 2 2 F3aF3 F3 2 4 3 4 23 3 3 2 2 2 4 3 2 exemple d’installation électrique intérieure au bâtiment
  • 82. F E F3 F3a F3 F3 F3 5 66 73 G 1 2 4 D C B A CONCEPTION Exemple d’installation électrique intérieure au bâtiment
  • 83. CONCEPTION 2- intégration dans la construction: Après avoir déterminé d’équipement électrique nécessaire à la réalisation d’une installation électrique, il reste à choisir son mode d’intégration dans la construction soit par: - Une Installation traditionnelle Comprend trois étapes successives: • mise en place des conduites, moulures, boîtiers d’encastrement. • tirage des conducteurs. • pose de l’appareillage et raccordements. - Une Installation préfabriquée: Elle se compose d’équipements complets dans lesquelles lesles conducteurs sont coupés à longueurs définitives et raccordés à uneconducteurs sont coupés à longueurs définitives et raccordés à une extrémité aux tableauxextrémité aux tableaux de répartition, boites abornes centraliséesboites abornes centralisées, boites de réservationboites de réservation ou de sortie est préparées en vue du raccordement à l’autre extrémité.
  • 84. CONCEPTION Une Installation intégré: Correspond à l’intégration en usine de canalisation complètesl’intégration en usine de canalisation complètes (conduites et conducteurs) dans des éléments de constructiondans des éléments de construction. * Cette installation risque par fois de ce rencontré au niveau des jonctions des liaisons électriques entre panneaux, aussi les risques de manutention et transports. Une Installation évolutive: pour adapteradapter facilement l’installationl’installation électrique aux besoins nouveauxaux besoins nouveaux qui pourrait se faire jour, celle-ci devra acquérir une plus grande mobilitédevra acquérir une plus grande mobilité : • Généraliser les structures creuses des cloisons et la pénétration des canalisations horizontales et verticales. • faire un ceinturage des pièces, soit avec des plinthes plastiques ou métalliques, soit avec des profilés creux en allège ou en molures. •Faire une distribution par faux plafonds, en liaison avec des cheminements verticaux creux des cloisons, ou avec des canalisations verticales préfabriquées. 2- intégration dans la construction:
  • 86. CONCEPTION Installation électrique intérieure du secteur tertiaire : La conception du schéma type de la distribution électrique doit tenir compte d’un certain nombre de paramètre qui peuvent se résumer ainsi : • adaptation aux conditions d’utilisation. • souplesse permettant des modifications et des extensions. • exploitation par des personnes non compétentes et non qualifiées, ce qui inclut des mesures de protection particulier. Les installations sont réalisées suivant une distribution radialeune distribution radiale, la distribution peut être établie soit à partir d’un tableau principalà partir d’un tableau principal unique cas de petite installation, soit à partir d’un tableau principalà partir d’un tableau principal et de tableaux divisionnairestableaux divisionnaires cas d’installations de plus grandes dimensions. 1-Réalisation d’un schéma type :
  • 88. Schéma d’installation électrique intérieure du secteur tertiaire : CONCEPTION
  • 89. CONCEPTION 2- intégration dans la construction: Deux critères retenus pour déterminer le mode d’intégration de la distribution électrique dans le tertiaire sont: • la mobilité des organes de raccordements (prises, éclairage,…). •La pénétration des canalisations ( éclairages, courants faibles,..). D’où on pourra utiliser une solution ou associer les solution suivantes: - Distribution par le sole - Distribution par un faux plafond - emploi de gaines, ou de colonnes précâblées ou non.
  • 90. Distribution par le sole Gaines de distribution colonnes précâblées 2- intégration dans la construction: CONCEPTION
  • 92. « courants faibles », ce sont desce sont des amalgames raccordésamalgames raccordés avec l’extérieureavec l’extérieure par des lignes téléphoniqueslignes téléphoniques, elles comportent un autocommutateurcomportent un autocommutateur installé généralement dans un local réservé par l’opérateur (PTT). On continue souvent, à tort d’appeler « courant faibles », ces installations pources installations pour les distinguer de l’installationles distinguer de l’installation électrique classiqueélectrique classique mettant en jeu des puissances destinées aux usages domestiques et industriels. Courant faible Définition
  • 93. L’expression «courant faible » est encore employée mais la technologie actuelle fait qu’on utilisent maintenant les mots correspondants aux installation diverses auxquelles il se rapportent: - Installations de télécommunications - Installations de d’ordinateurs ou de centres de calculs. - Installations de traitement ou de vidéos. - Installations de gestion technique centralisée ou de gestion technique du bâtiment ( quelle que fois appelée domotique). Courant faible À l’origine, cette expression faisait la distinctionexpression faisait la distinction entre les installations de téléphonie et d’alarme utilisant des intensités et des tensions de faiblesintensités et des tensions de faibles valeurs, et les installations électriquesinstallations électriques de puissancede puissance comprenant des moteurs, des lampes d’éclairage et des appareils électrodomestiques. Définition
  • 94. Courant faible Réseaux de service Audiovisuel et divertissement Radio musique Programmes Tv Consol de jeux DVD Domotique Énergie Mesure et contrôle Sécurité climatisation Électroménager Incendie informatique Téléchargement Infos Web e-mail jeux en line Télécommunication Téléphonie fixe Téléphonie mobile fax téléconférence
  • 96. Prise téléphonique Prise de télévision Courant faible
  • 97. Courant faible Installation du réseaux d’informatique Suivant l’importance des équipements, le bâtimentle bâtiment doit comportercomporter l’infrastructure et les volumesles volumes (gaines, et chemins de câbles), nécessaires au câblagenécessaires au câblage qui doit être séparer des câbles de installationséparer des câbles de installation électriques de puissance.électriques de puissance. Ces espaces réservés sont les suivants: • Gaines verticales, chemins de câbles. • espaces sous plafond.
  • 98. Courant faible • Espaces sous planchers. • locale réservé au répartiteurs des lignes de télécommunications. • locale réservé aux alimentations du matériel informatique. • locale réservé au pupitre ou à l’armoire de commandes de gestion technique centralisée.
  • 99. Installations de gestion technique (détection incendie) Courant faible Dans les immeubles importants, une surveillance permanentesurveillance permanente est proposé, au moyen d’une installation électrique, surveille le fonctionnementsurveille le fonctionnement des services de l’immeuble. L’alimentation du systèmeL’alimentation du système de détection d’incendie est du tableau de visualisation est généralement réalisé par batterie d’accumulateursréalisé par batterie d’accumulateurs, piles,piles, ou branchement particulier au réseauou branchement particulier au réseau.
  • 100. Courant faible Installations de gestion technique (détection incendie) Conception d’une installation de surveillance
  • 101. Courant faible Portier électronique d’un immeuble, de communication et de commande de porte.
  • 103. EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES L’ensemble des textes réglementaires vise essentiellement deux directions: Assurer la protection des personnes contre les risques dus aux contactes directes et indirectes. Établir toute protection pour que l’installation ne soit ni l’origine ni la cause de propagation de l’incendie. • Les textes de réglementation vise: • Le contrôle technique • L’habitation • Les établissements recevant du public (ERP) • Les immeubles a grande hauteur (IGH) • Parcs de stationnement. Introduction:
  • 104. EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES •Toute installation devant néanmoins posséder une protection différentielle selon le modèle de disjoncteur de branchement mis en place. Lorsque le disjoncteur de branchement possède la fonction différentielle, la limite maximal du seuil du courant de défaut qui déclanche la coupure automatique est fixée à 500 MA au maximum. Il doit en tout cas répondre à la condition suivante : •Ces appareils aux agents de la distribution chargés entre autre de procéder aux contrôles. •Il convient de ne pas placer les disjoncteurs dans une chambre à coucher. Une salle d’eau, des lieux d’aisance et plus généralement dans un local ou la venus inopinée d’un agent du service de distribution est susceptible de causer un gène à l’abonné. •En toute circonstance, l’accès doit être placés dans des placards ou penderies ou les objets entreposés peuvent rendre leur accès difficile ou gêner la ventilation et être ainsi la cause d’échauffements anormaux. Quelle que exigences réglementaires
  • 105. EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES •Toutefois, il est admis de placer les disjoncteurs dans de tel emplacement ou des niches sous réserve que des disposition soient prises pour : •En assurer une aération correcte. •Ne pas empêcher le libre accès, en particulier une fermeture à clé n’est pas autorisée. •Ne pas pouvoir entreposer d’objets devant le disjoncteur. • Il est interdit de placer un tel appareil par exemple au voisinage immédiat d’une trappe, d’une de descente d’escalier. •L’emplacement des appareils est choisi pour éviter tout mauvais fonctionnement. •Il n’est pas admis de placer ces appareils dans un dans local poussiéreux, humide ou mouillé, ni à proximité d’un compteur à gaz, au voisinage d’un évier, d’une baignoire ou d’un appareil de cuisine ou de chauffage. Quelle que exigences réglementaires
  • 106. Les risques liés aux installations électriques Ils sont de quatre ordres différents: • Les accidents de personnes. • Les incendies. • Les pannes. • La pollution électromagnétique . LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
  • 107. Introduction La sécurité des personnesLa sécurité des personnes est l’objet fondamentall’objet fondamental des règles d’installations électriques. ces installations doivent, être conçue, réaliseréalise, et entretenues d’une manière que les personnesd’une manière que les personnes n’encourant aucun dangern’encourant aucun danger du fait de ses installations. Pour ce la il faut: • Respecter la classification des espaces . • Prendre une mesure de protection (salles d’eau, cuisines…). • Calculer la section des conducteurs pour que le circuit électrique aura une longue durée de vie. LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
  • 108. Classification de l’espace classe espace H0 Espaces secs (chambre, séjour, dégagement entré) H1 Espaces temporairement humides (cuisine, WC, Cave, Séchoir, garage individuel) H2 Espaces humides (salle d’eau) H3 Espaces mouilles (pas dans l’habitation) H4 Extérieur LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
  • 109. LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS Exemple de classification de l’espace Les volumes sont généralement définis par leur importance et leur grandeur. D’où il existe plusieurs situations.
  • 110. Les Prises LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
  • 111. LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS La section des conducteurs Section Ampérage Appareil de cuisine 6.0 mm2 32 A Machine à laver 4.0 mm2 16A Chauffage d’eau et Circuit de prise 2.5 mm2 10A Circuit d’Éclairage 1.5 mm2 6 A
  • 112. LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS La section des conducteurs (exemple)
  • 113. LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS La pris a la terre Les disjoncteurs, pour être efficaces doivent êtres associes à une prise a la terre à laquelle seront reliées tous les appareils à carcasse métallique.
  • 114. Salle de bain LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS Du fait de la situation conductrice de la salle de bainla situation conductrice de la salle de bain, tout contacte avec une partie active électrique est interdit dans ce local, toutefois le besoin de certain appareils électriques ne peut être ignoré. Pour cela les installationsles installations sont admis avec des conditions très préciseadmis avec des conditions très précise de sécurité ou directementdirectement interditeinterdite.
  • 115. LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS À l’intérieur d’une salle d’eau, les matériels électriquesles matériels électriques et prisesprises doivent être protégésprotégés en amonten amont, soit par unpar un dispositif différentieldispositif différentiel résiduel de sensibilité 30 mAsensibilité 30 mA, soit en très basse tensionen très basse tension de sécurité (12v) par(12v) par l’intermédiaire d’unl’intermédiaire d’un transformateurtransformateur de sécurité, soit directement par ledirectement par le secondaire d’unsecondaire d’un transformateur detransformateur de séparationséparation. Salle de bain
  • 116. LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS Salle de bain
  • 117. Autre pièces LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
  • 118. Autre pièces LES PROCÉDURES DE PROTECTIONS
  • 119. CONCLUSION L’installation électrique est le domaine qui évolue le plus fortement dans la vie d’un établissement car chaque modification ou aménagement nécessite des nouvelles canalisations, une augmentation de puissance, des nouveaux appareils, et une transformation de l’éclairage. La bonne conformité d’une installation électrique doit être l’objectif de tout conception d’installation, d’où elle doit être conforme aux normes de protection dans le but d’éviter les accidents mortels. L’éclairage et l’électricité deux chapitres complexes qui doivent être traité par l’architecte de même importance d’une conception d’un projet.
  • 120. BIBLIOGRAPHIE • Électricité et Éclairage, M.YENNEK. • Électricité dans le bâtiment. • Les installations électrique dans le bâtiment. • L’équipement électrique de bâtiments. • Distribution électrique. • Mise au normes & sécurité des bâtiments. • L’éclairage naturel et artificiel dans le bâtiment. • Introduction à l’éclairagisme. • 250 questions pratiques d’électricité dans le bâtiment. • Encyclopédie Encarta. • Sites Internet.