SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  55
Télécharger pour lire hors ligne
1
REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
ENSEIGNEMENT SUPERIEUR,UNIVERSITAIRE ET RECHERCHE
SCIENTIFIQUE
INSTITUTS SUPERIEURS TECHNIQUES
INSTITUT SUPERIEUR DE DEVELOPPEMENT RURAL
ISDR/BUKAVU
Version finale remise après lecture de 2 lecteurs (CT Abdou BUKENI et CT Me
KIMENGELE) Ce Samedi 13/07/2013.
JUILLET 2013
ANNEE ACADEMIQUE 2012 – 2013
IMPACT DE L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE SUR
LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT PHYSIQUE
DU QUARTIER NKAFU DANS LA COMMUNE DE
KADUTU/Ville de Bukavu
B.P : 2849/BUKAVU
Directeur
CT Roger MUHUNGA
MATUMWABIRI
Licencié Agrégé en Biologie
Présenté par : AGANZE CIMUSA
Travail de Fin de Cycle présenté en vue de
l’obtention du diplôme de Graduat en
Développement Rural
Option : Environnement et Développement Durable
Niveau de technicité : A1
i
EEPPIIGGRRAAPPHHEE
«« LLeess êêttrreess hhuummaaiinnss ssoonntt aauu cceennttrree ddeess pprrééooccccuuppaattiioonnss rreellaattiivveess aauu ddéévveellooppppeemmeenntt dduurraabbllee.. IIllss
oonntt ddrrooiitt àà uunnee vviiee ssaaiinnee eett pprroodduuccttiivvee eenn hhaarrmmoonniiee aavveecc llaa nnaattuurree »»..
HHaarrrryy TTRRUUMMAANN
ii
IN MEMORIAM
A vous notre très cher et bien aimé Père BUBAKA CHUBAKA Désiré que le destin a
arraché si tôt à notre affection sans goûter ni encore palper les fruits de nos études.
Que votre âme repose en paix.
iii
DDEEDDIICCAACCEE
AA nnoottrree cchhèèrree mmaammaann,, KKIITTOO SSAAFFII AAddrriieennnnee,, ppoouurr ttoouuss lleess ssaaccrriiffiicceess ddiiggnneess ddee ggrraannddee eessttiimmee
ccoonnsseennttiiss àà nnoottrree ffaavveeuurr..
AAGGAANNZZEE CCIIMMUUSSAA VVaalleennttiinn
iv
RREEMMEERRCCIIEEMMEENNTTSS
LL’’aabboouuttiisssseemmeenntt dduu pprréésseenntt ttrraavvaaiill eesstt llee ffrruuiitt ddeess eeffffoorrttss ccoonnjjuugguuééss ddee pplluuss dd’’uunnee
ppeerrssoonnnnee.. CC’’eesstt ppoouurrqquuooii,, nnoouuss aavvoonnss ll’’oobblliiggaattiioonn mmoorraallee dd’’eexxpprriimmeerr nnooss sseennttiimmeennttss ddee
ggrraattiittuuddee eett ddee pprrooffoonnddss rreemmeerrcciieemmeennttss àà ttoouuss cceeuuxx qquuii,, ddee pprrèèss oouu ddee llooiinn,, nnoouuss oonntt tteennuu llaa
mmaaiinn ppoouurr ssaa rrééaalliissaattiioonn..
DD’’aabboorrdd,, nnoouuss rreennddoonnss ggrrââccee àà ll’’EEtteerrnneell DDiieeuu nnoottrree PPèèrree,, MMaaîîttrree ddeess tteemmppss eett ddeess
cciirrccoonnssttaanncceess ppoouurr llee ccoouurraaggee,, llaa ffoorrccee,, llaa pprrootteeccttiioonn,, llaa bboonnnnee ssaannttéé,, llaa ssaaggeessssee eett llee ssoouuffffllee ddee
vviiee qquu’’iill nnee cceessssee ddee nnoouuss ggaarraannttiirr ::
EEnnssuuiittee,, nnoouuss eexxpprriimmoonnss nnooss ssiinnccèèrreess rreemmeerrcciieemmeennttss àà ttoouutt llee ccoorrppss sscciieennttiiffiiqquuee eett
aaddmmiinniissttrraattiiff ddee ll’’IInnssttiittuutt SSuuppéérriieeuurr ddee DDéévveellooppppeemmeenntt RRuurraall,, ppaarrttiiccuulliièèrreemmeenntt aauu CChheeff ddee
TTrraavvaauuxx RRooggeerr MMUUHHUUNNGGAA MMAATTUUMMWWAABBIIRRII,, nnoottrree DDiirreecctteeuurr qquuii,, mmaallggrréé sseess mmuullttiipplleess
ooccccuuppaattiioonnss,, aa aacccceeppttéé ddee nnoouuss ccoonndduuiirree aavveecc uunnee aatttteennttiioonn ppaarrttiiccuulliièèrree eett uunnee rriigguueeuurr
sscciieennttiiffiiqquuee ppoouurr llaa rrééaalliissaattiioonn ddee ccee ttrraavvaaiill..
NNoouuss rreessttoonnss rreeccoonnnnaaiissssaanntt àà ll’’eennddrrooiitt ddee nnoottrree ggrraanndd--ffrrèèrree,, nnooss ppeettiittss ffrrèèrreess,, nnooss ssœœuurrss,, nnooss
bbeeaauuxx--ffrrèèrreess,, nnooss ccoouussiinnss eett ccoouussiinneess,, nnooss oonncclleess eett ttaanntteess :: CCiizzaa AAYYAAGGIIRRWWEE,, AACCIIZZAA
CCUUBBAAKKAA CChhrriissttiiaann,, AAMMAANNII BBAADDEESSIIRREE JJaapphheett,, AAKKOONNKKWWAA CCUUBBAAKKAA AAnnnnyy,, BBUUSSIIMMEE
AALLIIHHAAMMWWAABBOO DDoouuccee,, MMUUNNYYEERREENNKKAANNAA CCUUBBAAKKAA,, CCUUBBAAKKAA NNiiccoollee,, CCUUBBAAKKAA
RRiipphhiinnee,, NNAAMMWWEESSII CCUUBBAAKKAA BBiijjoouuxx,, AABBEEKKAA NNDDIIRRIIRRAA GGéénnéérroossee,, MMWWAAMMIINNII
BBAAGGAAYYAAMMUUKKWWEE CCllaauuddiinnee,, PPoottiieenn MMUUHHUUBBAAOO BBAAKKOONNDDJJOO,, PPaassccaall MMUUNNOOKKAA
MMAABBIIRRAA,, MMUULLUUMMEEOODDEERRHHWWAA ZZAAGGAABBEE OOlliivviieerr,, OOMMBBEENNII MMUULLEEMMAAZZAA,,
CCIIRRHHUUBBAAKKAADDEERRAA IIBBOOMMBBOO JJaacckk,, KKUULLIIMMUUSSHHII MMUUHHIIRRWWAA,, BBEERRCCKKMMAASS MMUUNNAANNDDII,,
SSOOLLAANNGGEE ppoouurr lleeuurrss cchhaalleeuurreeuusseess aaffffeeccttiioonnss eett eennccoouurraaggeemmeennttss..
NNoouuss éépprroouuvvoonnss ééggaalleemmeenntt nnoottrree pprrooffoonnddee rreeccoonnnnaaiissssaannccee àà ttoouuss nnooss ccaammaarraaddeess ééttuuddiiaannttss,,
nnooss aammiiss eett ccoonnnnaaiissssaanncceess :: IIMMAANNII MMUUSSHHAAGGAALLUUSSAA CClléémmeenntt,, AAGGAANNZZEE BBAAGGAALLWWAA
LLééoonnaarrdd,, AAKKIILLIIMMAALLII MMUUBBIIGGAALLOO DDiieeuuddoonnnnéé,, SSAAFFAARRII BBAAZZIIBBUUHHEE,, AAiimméé JJuulleess
MMUURRHHUULLAA MMAANNEEGGAABBEE,, MMUUZZUUSSAANNGGAABBOO AAGGAANNZZEE BBrriiccee,, BBAAHHAATTII BBUUYYAANNEE JJeeaann,,
WWAABBUULLAAKKOOMMBBEE MMUUZZIIKKOO DDiieeuuddoonnnnéé ppoouurr lleeuurr ssoouuttiieenn mmoorraall..
NNoouuss ppeennssoonnss ppaarr llaa ssuuiittee àà ttoouuss lleess hhaabbiittaannttss dduu QQuuaarrttiieerr NNkkaaffuu qquuii oonntt ppeerrmmiiss llaa rrééaalliissaattiioonn
ddee ccee ttrraavvaaiill eenn aacccceeppttaanntt ddee rrééppoonnddrree vvoolloonnttiieerrss àà nnoottrree qquueessttiioonnnnaaiirree dd’’eennqquuêêttee eenn
ffoouurrnniissssaanntt lleess ddoonnnnééeess ddee bbaassee ppoouurr nnooss aannaallyysseess..
EEnnffiinn,, qquuee ttoouuss cceeuuxx qquuii nn’’oonntt ppaass vvuu lleeuurrss nnoommss cciittééss eett qquuii oonntt ppaarrttiicciippéé dd’’uunnee
mmaanniièèrree oouu dd’’uunnee aauuttrree àà llaa rrééaalliissaattiioonn ddee cceettttee œœuuvvrree sscciieennttiiffiiqquuee,, ttrroouuvveenntt iiccii ll’’eexxpprreessssiioonn ddee
nnoottrree pprrooffoonnddee ggrraattiittuuddee..
AAGGAANNZZEE CCIIMMUUSSAA VVaalleennttiinn
v
SIGLES ET ACRONYMES
BDOM : Bureau Diocésain des Œuvres Médicales
C.T : Chef de Travaux
CFC : Chlorofluorocarbone
E.P : Ecoles Primaires
ICCN : Institut Congolais pour la Conservation de la Nature
ONU : Organisation des Nations Unies
P.T : Prix Total
P.U : Prix Unitaire
PNUE : Programme des Nations Unies pour l’Environnement
RRDDCC :: RRééppuubblliiqquuee DDéémmooccrraattiiqquuee dduu CCoonnggoo..
SNEL : Société Nationale de l’Electricité
T.F.C : Travail de Fin de Cycle
TDR : Technicien de Développement Rural
UNESCO : Organisation de Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture
1
INTRODUCTION GENERALE
1. PROBLEMATIQUE
L’homme pour survivre a besoin de réaliser une certaine production à partir d’autres
facteurs qui lui sont subsidiaires ; il s’agit de la nature et de la technique. Cependant, il se
produit que lors du processus de production, l’atteinte soit portée à l’environnement. Ces
facteurs doivent donc être harmonieusement utilisés ; ils doivent être entretenus avec soin ;
cet entretien est rendu possible grâce à des différentes formes de formation, d’éducation
relative à l’environnement sans lesquelles aucun développement ne s’avère
envisageable.(TUBADI NKUNA Patient Pepe,2007).
Selon l’UNESCO-PNUE (1991), il semble impératif d’élaborer une approche du
développement de ressources humaines en tenant compte de la diversité des demandes
culturelles ainsi que des besoins d’un développement écologiquement rationnel, durable et
équitable ; de même il sera nécessaire de refléter ces nouvelles connaissances dans les
politiques, stratégies et programmes interdisciplinaires d’éducation et de formation
scientifique et technologique.
L’UNESCO Bureau International d’Éducation (2003), souligne aussi que l’éducation
environnementale est le pilier du développement durable qui révèle d’une importance capitale
pour que la mondialisation garde un visage humain en contribuant à une répartition équilibrée
des connaissances pour la protection de l’environnement.
En effet, la notion de protection de l’environnement occupe une place de choix dans
les multiples conférences, protocoles, débats tant nationaux qu’internationaux en ce qui
concerne les mesures limitatives de la dégradation de l’environnement en général et de
l’environnement physique en particulier (BITUNDU MWANATHANYA, 2012). L’éducation
est essentielle pour susciter une prise de conscience aux questions écologiques et éthiques
ainsi que des valeurs, des attitudes et des compétences, et un comportement compatible avec
le développement durable pour que la participation effective du public à la prise des décisions
soit assurée. L’UNESCO PNUE (1992), recommande que les citoyens et les décideurs
doivent maîtriser un certain nombre de compétences intellectuelles qui leur permettent
d’obtenir des images plus exactes et plus complètes des problèmes complexes auxquels ils
sont confrontés. Le type de connaissance nécessaire pour résoudre efficacement les problèmes
du monde d’aujourd’hui sursaturé d’informations, ne peut plus être une accumulation sans fin
des faits, c’est une approche plus fonctionnelle visant à identifier et à étudier les diverses
2
façons possibles d’agir face aux problèmes, tout en gardant à l’esprit le besoin de
l’environnement.
En R.D.Congo, l’éducation environnementale passée à travers les conférences,
protocoles et débats nationaux a eu un impact palpable sur la protection de l’environnement
qui conduisit à la création des différents services publics spécialisés chargés de gérer
l’environnement. Il est de bonne presse de dire que l’environnement à partir de cette
éducation, est déjà protégé par les services publics comme le ministère de l’environnement,
tourisme et conservation de la nature, les établissements publics spécialisés comme l’Institut
Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) et le projet bilatéral pour la protection
des parcs nationaux, le ministère de l’habitat, de l’agriculture, etc. (KIMENGELE ULEDI,
2011). Au niveau des provinces, l’éducation a débouché à l’installation des divisions de
l’environnement et leur supervision dans les communes. (INNOCENT BAYUBASIRE, 2012)
Dans le quartier NKAFU, différents clubs et groupes des amis de la nature dispensent
activement l’éducation environnementale ; une éducation non sans effet sur l’environnement
physique. D’où les deux questions qui méritent d’être posées :
- Quel est l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique dans le quartier NKAFU ?
- Quelle stratégie faut-il mettre sur pied pour renforcer cette éducation
environnementale et donc la protection de l’environnement dans ledit quartier ?
2 .HYPOTHESES DE TRAVAIL
Dans notre étude, nous cherchons à vérifier les hypothèses suivantes :
- L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de
l’environnement physique de NKAFU.
- Un projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier
susmentionné va contribuer à la protection de son environnement physique.
3. CHOIX ET INTERET DU SUJET
Le choix de notre sujet n’a pas été un fait au hasard. En effet, dans le quartier Nkafu un
constat se dégage ; constat selon lequel différents clubs et groupes d’amis de la nature
dispensent activement l’éducation environnementale. Ce qui nous a poussé à choisir ce sujet
3
afin d’évaluer l’impact réel de cette éducation sur la protection de l’environnement dans ledit
quartier.
4. OBJECTIFS DU TRAVAIL
Le présent travail se propose d’atteindre les objectifs suivants :
- Dégager l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique du quartier Nkafu
- Proposer une stratégie de renforcement de cette éducation.
5. METHODES ET TECHNIQUES UTILISEES
5.1. Méthodes
Dans notre travail nous avons fait recours aux méthodes suivantes :
5.1.1. Méthode comparative
Cette méthode nous a aidé à comparer les comportements de la population du quartier Nkafu
du moment ante-éducation au moment de l’éducation pour essayer de faire une confrontation
des données sur la protection de l’environnement physique.
A.CUVILIER ne dit-il pas que « La comparaison est même peut-être nécessaire dès la
description elle-même, car on ne décrit rien que ce que l’on comprend, et comprendre c’est
toujours opérer des rapprochements, des regroupements : c’est comprendre. »
5.1.2. Méthode descriptive
Elle nous a aussi aidés à saisir les réalités concrètes du quartier Nkafu afin de mieux
appréhender et expliquer l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique.
5.1.3. Méthode analytique
Cette méthode nous a permis de faire une analyse des les apports réels de l’éducation
environnementale sur la protection de l’environnement physique dans le quartier Nkafu en
Commune de Kadutu.
5.2. Techniques
Les techniques suivantes ont été utilisées :
5.2.1. L’analyse documentaire
Elle a consisté à consulter certains travaux et ouvrages ayant abordé de près ou de loin le sujet
en rapport avec l’objet de l’enquête.
4
5.2.2. L’observation participante
En tant que membre du quartier sous examen, cette technique nous a permis de bien observer
de près l’impact de l’éducation relative à l’environnement sur le milieu physique des ménages
dudit quartier.
5.2.3. L’interview
Cette dernière nous a aidé à communiquer verbalement avec les enquêtés afin de recueillir les
données recherchées.
5.2.4. L’enquête par questionnaire
Un questionnaire portant quatorze questions a été distribué de manière échantillonnée aux
différentes personnes du quartier, c’est-à-dire aux autorités et aux habitants.
Celui-ci nous a permis de connaitre le degré de valorisation de l’éducation environnementale
pour la protection de l’environnement physique dans ce quartier.
5.2.5. Analyse statistique
Elle nous a servi dans le traitement des données quantitatives en vue d’en dégager des
conclusions avec le recours à des tableaux statistiques.
6. DIFFICULTES RENCONTREES
La réalisation de ce travail n’a pas été facile, elle a été confrontée aux nombreuses difficultés
parmi lesquelles les plus saillantes sont :
 L’indisponibilité de certains habitants à nous fournir les informations nécessaires au
sujet de notre recherche ;
 La mauvaise volonté de certaines personnes à répondre au questionnaire.
7. DELIMITATION SPATIO-TEMPORELLE DU TRAVAIL
Notre étude s’est effectuée sur les quatre cellules et les onze avenues du quartier Nkafu citées dans la
partie de la présentation du milieu. Elle s’est étendue sur période de 5 mois allant de Décembre de
l’année 2012 jusqu’en Avril de l’année 2013.
5
8. PRESENTATION SOMMAIRE DU TRAVAIL
Hormis l’introduction et la conclusion générales, ce travail est reparti en quatre chapitres :
 Le Chapitre 1 Intitulé Présentation du quartier Nkafu ; traitera des aspects
géographiques, socio-culturels, économiques et la subdivision administrative du
quartier susmentionné.
 Le Chapitre 2 Etant intitulé Généralités sur l’éducation environnementale et la
protection de l’environnement montrera les concepts clés relatifs au sujet, l’histoire
de l’éducation environnementale, le but de cette éducation, ses principes de
fonctionnement, son importance ; il parlera aussi de la protection de l’environnement
où il brossera les illustrations de la protection de l’environnement à toutes les échelles
 Le Chapitre 3 Portant sur Présentation et Interprétation des résultats de l’enquête,
présentera l’enquête elle-même tout en montrant les objectifs de cette dernière, les
outils utilisés lors de son déroulement, les caractéristiques de l’échantillon et
l’interprétation des résultats de cette enquête.
 Le Chapitre 4 C’est la partie du Projet de renforcement de l’éducation
environnementale dans le quartier Nkafu en commune de Kadutu qui sera développé
autour des sous points suivants :
- Identification du projet
- Opportunité, pertinence et faisabilité du projet
- Opérationnalisation du projet
- Planification des activités du projet
- Programmation des activités du projet
- Budgétisation du projet
6
CHAPITRE I : PRESENTATION DU QUARTIER NKAFU
I.1 ASPECTS GEOGRAPHIQUES
I.1.1 Superficie, délimitation et coordonnées géographiques
Le quartier Nkafu avec ses 2684054,05 m² ; est limité :
 Au nord par la commune de Bagira, Bralima ;
 Au sud par l’avenue Murundu en passant par Bugabo et la rivière kawa ;
 A l’Est par le lac-Kivu et l’Hôpital général de référence de Bukavu, ses coordonnées
sont : 2° 30’ de latitude sud et 28° de longitude Est avec une altitude moyenne de
1600m ;
 A l’Ouest par la zone Urbano-Rurale de Kasha, le quartier Cimpunda et la rivière
Wesha. (Bureau quartier Nkafu, archives et notes actualisées ; rapport 2010).
I.1.2 Climat
Le quartier sous examen jouit d’un climat tropical ; la température moyenne annuelle est de
21,5°C, les maxima absolus varient entre 28,5°C et 34°C au début de la saison de pluie
(Mairie de la ville de la ville de BUKAVU, Rapport annuel 2011.) NKAFU est pourvu de
deux principales saisons dont la saison sèche qui va de juin à la fin d’août et la saison de pluie
allant de septembre à mi-juin.
La précipitation moyenne est de 1000 à 1500 mm/an ; les pluies de plus ou moins 20
mm/jour. A cet effet, la moyenne de la température se situe entre 17 et 19°C.
I.1.3 Relief
Nkafu a un relief combiné des collines, son altitude la plus élevée est de 2194 m et la plus
basse du lac-kivu à 1462 m. ce quartier est érigé sur un relief trop accidenté et dans le bassin
d’effondrement East appelé Eastern Valley et du Graben. (Mairie de la ville de Bukavu).
I.1.4 Sol
Il est plus ou moins fertile car c’est un sol argileux à coloration rougeâtre et limoneux à coloration
noirâtre (selon les cellules du quartier) résultant de l’alunation des basaltes et des trachytes. Par
l’absence des caniveaux ; les eaux de pluie coulent n’importe où et comment et celles-ci emportent
une bonne portion de terre. C’est un sol exposé à l’érosion hydrique.
I.1.5 Végétation
La végétation du quartier Nkafu est prédominée par les herbes, une culture arborescente constituée
aujourd’hui d’eucalyptus, calliandra, cyprès, leucena, jacaranta, grevelia,marcamia, philaos, pinus et
autres arbres fruitiers et autres cultures maraîchères.
7
I.1.6 Hydrographie
Le quartier Nkafu est traversé dans sa principale vallée par une rivière appelée Kawa et d’une autre
nommée Wesha qui rassemblent les eaux venant des divers autres quartiers notamment Nyamugo,
Cimpunda, etc. Il est à signaler que ce quartier appartient au bassin du lac-kivu, il y a aussi des petites
sources comme tchemu tchemu à Kadurhu vers inga.
I.2 ASPECTS SOCIO-CULTURELS
I.2.1 Population
Etant estimée à 59.973, la population de Nkafu est formée des Shi, Lega, Havu, Nande. Celle –ci est
fortement représentée par la tribu Shi.
Voici alors comment est repartie la population de Nkafu par cellules et avenues.
Tableau 1 : Répartition de la population du quartier Nkafu par cellules et avenues
N° Cellules Avenues Nombres Total Total général
1. KAWA
- Camp-zaïre
- Inga
- Bugabo I
Filles Garçons Femmes HommesHommesFemmes
1053
975
961
1051
940
1193
1079
1104
980
2035
2070
2064
2035
2070
2064
2132
2079
1941
4167
4149
4005
Total cellule 2989 3184 3163 3065 6169 6152 12321
2. CLINIQUE - BugaboII
- Bugabo III
- Lycée Wima
1464
898
946
1419
1124
844
496
489
586
521
504
792
1940
1628
1636
1960
1387
1532
3900
3015
3168
Total cellule 3308 3387 1571 1817 5204 4879 10083
3. KARHALE - Cibera
- Hopital gnl
2925
2508
2760
2632
2765
2386
2328
2278
5088
5818
5693
4786
10781
9804
Total cellule 5433 5392 5151 4606 10906 10479 20585
4. NYARWIZI
MYA
- Majengo
- Mwangaza
- Wesha
1054
1825
1702
1065
1787
1616
751
1124
1922
722
1380
2036
1787
3137
3652
1805
2952
3624
3592
6089
7276
Total cellule 4468 4468 3197 4138 8576 8381 16957
Total 16311 16431 13082 13626 30855 29891 59973
Source : Etat civil de la commune de Kadutu, rapport annuel NKAFU 2012
I.2.3 Education (Primaire, Secondaire et universitaire) et Régime de gestion.
Le quartier Nkafu dispose de plusieurs infrastructures scolaires, publiques et privées : primaires,
secondaires et universitaires dont nous pouvons cités : 13 écoles primaires, 10 écoles secondaires et
autres universitaires.
8
Tableau 2 : Les écoles primaires du quartier Nkafu.
N° Ecoles Cellules Régime de gestion
1. E.P NYARWIZIMYA NYARWIZIMYA CATHOLIQUE
2. E.P MBEGU BORA KARHALE PROTESTANT
3. E.P LA PROMESSE KARHALE PRIVE
4. E.P LYCEE WIMA KARHALE CATHOLIQUE
5. E.P TEKOA KARHALE PROTESTANT
6. E.P GROSKA KARHALE PRIVE
7. E.P SOS KARHALE PRIVE
8. E.P MULEZI KAWA PROTESTANT
9. E.P LA FRANÇAISE CLINIQUE PRIVE
10. E.P ERHAHAMWOBA CLINIQUE PROTESTANT
11. E.P KATALIKO CLINIQUE CATHOLIQUE
12. E.P TUPENDANE CLINIQUE PRIVE
13. E.P CIREGA CLINIQUE PRIVE
Source : Rapport annuel des écoles primaires, Nkafu, 2012
Il ressort de ce tableau que la majeure partie des E.P est partagée entre la cellule clinique et
Karhale. Il y a certes, les cellules Nyarwizimya et Kawa qui ne sont pas à jeter en bloc.
Tableau 3 : Les écoles secondaires du quartier Nkafu.
N° Ecoles Cellules Régime de gestion
1. LUMIERE CLINIQUE PRIVE
2. LA CHARITE DIVINE CLINIQUE PRIVE
3. INSTITUT LA PROMESSE KARHALE PRIVE
4. GROSKA KARHALE PRIVE
5. INSTITUT TECHNIQUE ISDR CLINIQUE OFFICIEL
6. INSTITUT BUGABO CLINIQUE PROTESTANT
7. INSTITUT MAKEDONIA CLINIQUE PROTESTANT
8. INSTITUT TUPENDANE CLINIQUE PRIVE
9. ECOLE SECONDAIRE LYCEE
WIMA
KARHALE CATHOLIQUE
10. INSTITUT MULEZI KAWA PROTESTANT
Source : Rapport annuel des Ecoles secondaires, Nkafu 2012
Tableau 4 : Quelques universités et institutions supérieures du quartier Nkafu
N° Universités et instituts supérieurs Cellules Régime de gestion
1. Institut Supérieur de Développement
Rural (ISDR)
CLINIQUE OFFICIEL
2. Institut Supérieur des Techniques
médicales(ISTM)
KARHALE OFFICIEL
3. Université Officiel de Bukavu(UOB) KARHALE OFFICIEL
4. Université Catholique de
Bukavu(UCB)
CLINIQUE CATHOLIQUE
5. ISTEGI CLINIQUE PRIVE
9
Source : Rapport annuel universités et enseignements supérieurs, 2012
Ce tableau nous montre que la plupart d’Universités et Institutions Supérieures sont de
gestion officielle de l’Etat et se concentrent dans la cellule Clinique.
I.2.4 Santé
Dans le cadre sanitaire, le quartier Nkafu dispose de l’Hôpital Général Provincial de
Référence de Bukavu, la clinique de Bukavu, le Centre Hospitalier de Santé Mentale, le
dispensaire de l’ISTM et de SOS, le Dépôt pharmaceutique BDOM ; Etc.
I.2.5 Religion
Nkafu est un quartier regroupant plusieurs confessions religieuses dont la confession
catholique et est la plus représentée, protestante : 5ème
CELPA, 8ème
CEPAC, 3ème
CBCA, la
croyance musulmane, les témoins de Jéhovah et même les sectes et églises dites de «Réveil »
I.2.6 Sport et loisirs
Le football et le basketball sont deux activités sportives représentées dans le quartier Nkafu,
ce quartier dispose du terrain de football de l’ISDR et celui de l’ISTM et SNCC ainsi que le
stadium de basket de l’ISDR et celui du Lycée Wima.
Il est impérieux de signaler que d’autres activités sportives comme le volleyball, le handball
etc. ne sont pas organisées dans Nkafu.
I.3 ASPECTS ECONOMIQUES
I.3.1 Agriculture
L’agriculture au vrai sens du terme n’existe pas dans le quartier Nkafu, bien que fertile, le sol
de Nkafu subit d’énormes morcellements parcellaires si bien que l’agriculture y perd son vrai
sens. Toutefois, la population pratique dans des petites parcelles la culture des haricots,
plantes maraichères et potagères.
I.3.2 Elevage
L’élevage des poules, caprins, chiens, chats, pigeons, porcs, cobayes, est le plus remarquable
dans le quartier Nkafu et surtout dans les cellules Clinique et Nyarwizimya.
I.3.3 Pêche
La pêche est pratiquée sur le lac-Kivu et celle-ci ne préoccupe qu’une minorité de la
population du quartier Nkafu.
10
I.3.4 Transport et communication
En dépit des quelques réhabilitations de la route place de l’indépendance jusqu’au carrefour et
du carrefour au Lycée Wima, les infrastructures routières ne sont pas en bon état ; les artères
secondaires présentent des nids de poule qui ne permettent pas la circulation aisée des
véhicules c’est-à-dire des personnes et leurs biens. Le transport à pied ne pas aussi à négliger
dans ce quartier ; ce genre de transport est praticable aisément en période de la saison sèche à
cause de son relief avéré accidenté qui se montre atroce en saison de pluie. Le quartier en
question ne dispose d’aucun chemin de fer ni d’aéroports. En matière de la communication,
Nkafu dispose de la radio universitaire ISDR –BUKAVU émettant sur 102.7 MHZ, une
antenne télévisée alimentant la quasi-totalité de la ville de Bukavu, les antennes téléphoniques
(pour le réseau airtel jadis connu progressivement sous les noms de Celtel, Zain et pour le
réseau CCT changé aujourd’hui en Orange.)
I.3.5 Institutions Financières
Le quartier Nkafu dispose de plusieurs institutions financières dont on peut citer : la coopec
Kawa (coopérative d’épargne et de crédit de Kawa), coopérative d’épargne et de crédit de
Nyawera guichet place de l’indépendance, le SEP-CONGO, le centre Olame, les sociétés
Silimu, Elmay et frères, REGIDESO et SNEL guichet place de l’indépendance.
I.3.6 Artisanat
A Nkafu, dans le cadre de l’artisanat on trouve des ateliers de coupe-coutures, cordonnerie,
peinture, salon de coiffure, soudure, mécanique, débosselage, menuiserie, savonnerie.
I.3.7 Commerce
Le petit commerce des boutiquiers est plus remarquable dans le quartier Nkafu. Cependant,
on y remarque aussi les commerces de grande échelle tels que : les quincailleries de vente de
fer à béton, ciment et autres matériaux de construction, les pharmacies, les restaurants, les
dépôts relais Bralima et autres dépôts boulangers, le marché Beach Muhanzi et le lieu aidant à
la conduite de certaines activités commerciales du quartier sous examen.
I.4 SUBDIVISION ADMINISTRATIVE DU QUARTIER NKAFU
Le quartier Nkafu est subdivisé en cellules dont chacune est à son tour subdivisée en avenues.
Il compte 4 cellules et 11 avenues.
11
CHAPITRE II : GENERALITES SUR L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE ET
LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
II.1 DEFINITION DES CONCEPTS CLES.
 Impact : c’est un effet produit par une action exercée. (Dictionnaire Micro
Robert langue française plus, 1988,).
 Education : Façon d’assurer la formation et le développement d’un être humain ;
les moyens pour y parvenir, Bref c’est une formation (Dictionnaire Micro Robert
langue française plus, 1988).
 Environnement : Ensemble de conditions naturelles et culturelles qui peuvent agir sur
les organismes vivants et les activités humaines (Dictionnaire Micro Robert langue
française plus, 1988).
Ensemble de facteurs susceptibles de concerner chacun d’entre nous dans ses relations
avec la collectivité humaine et milieux collectifs naturels (J.P CHARBONNEAU et Al
1998).
 Education Environnementale : C’est une éducation civique ayant pour but d’amener
les individus et les collectivités à saisir la complexité de l’environnement tant naturel
que créé par l’homme, complexité due à l‘interactivité de ses aspects biologiques,
physiques, sociaux, économiques et culturels (Conférence de Tbilissi ,1977).
 Protection : Action de mettre quelqu’un ou quelque chose à l’abri de ce qui peut nuire
ou de ce qui peu représenter un danger (Microsoft dictionnaire encarta, 1993-2008).
II.2 EDUCATION ENVIRONNEMENTALE
II.2.1 Histoire de l’Education Environnementale
Les plus anciennes mentions de l’éducation environnementale remontent au début du XVIIIe
siècle à Jean Jacques Rousseau qui met en relief l’importance d’une éducation basée sur la
notion de l’environnement dans Emile ou De l’éducation. Plusieurs décennies plus tard, Louis
Agassiz, naturaliste suisse, fit écho à la philosophie de Rousseau en encourageant les jeunes
gens à étudier la nature et non les livres.
Cela étant, l’expression « éducation environnementale » ne commençant à être réellement
employée que dans la seconde moitié du XXè siècle, époque à laquelle l’être humain
commence, encore marginalement à réaliser que la terre et ses ressources ne sont pas infinis et
ont des capacités de recyclage limitées. Très progressivement cette préoccupation diffuse des
scientifiques et des protecteurs de la nature aux éducateurs, aux professionnels de la santé aux
12
organismes de solidarité et à des cercles de plus en plus larges de citoyens jusqu’à être
intégrée par certaines entreprises et donner lieu à des forums internationaux. L’éducation
environnementale devient ainsi une réponse nécessaire aux inconvénients des sociétés
industrielles et commerciales qui n’observent pas le principe de respect des ressources et de
responsabilité de nos gestes vis-à-vis des générations à venir. plusieurs organismes
internationaux furent créés comme outils civiques globaux permettant d’accomplir une
éducation à l’environnement-développement durable : l’Union Internationale pour la
conservation de la nature en 1948 et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement
en 1972 (Déclaration finale de la conférence des Nations Unies pour l’Environnement, sur
www.unep.org,1972)
II.2.2 But de l’éducation environnementale
L’éducation environnementale vise à diffuser des connaissances et des valeurs, à promouvoir
des comportements et à développer des compétences nécessaires pour participer de façon
responsable et efficace à la prévention et à la solution des problèmes liés à la vie humaine
dans l’environnement, et au maintien ou à la restauration de la qualité de
l’environnement(André Giordan, Christian Souchon, Nicolas Hulot dans une éducation pour
l’environnement). Actuellement, l’éducation environnementale est de plus en plus
appelée « éducation au développement durable ».
II.2.3 Principes de fonctionnement de l’éducation environnementale
 Appréhender le réel
L’éducation environnementale réelle est un enseignement requis pour évoluer en dehors des
modèles sociaux infantilisants, générateurs de comportements dépendants et des pratiques
polluantes. Cet enseignement du réel développe la perception et la compréhension des enjeux
environnementaux et civiques et permet un engagement individuel. L’éducation
environnementale réelle identifie le rapport symbiotique entre l’activité spécifique des
différentes espèces, entre les habitats et leurs habitants. Elle est en lien avec les huit objectifs
du millénaire pour le développement et s’élabore selon les savoirs accessibles à chacun.
 Développer une vision d’ensemble
La culture environnementale met en œuvre dans une vision d’ensemble, l’étude des
ressources de l’environnement biophysique et de l’environnement humain. Elle applique à la
biosphère comme à l’ensemble des activités humaines, les principes de saine gestion
13
consistant à ne pas affecter l’avenir au nom de l’immédiat. Deux principaux axes principaux
représentent et identifient la culture environnementale :
- La perception globale ou approche systémique qui permet d’envisager l’ensemble des
phénomènes physiques, chimiques, biologiques, géologiques, climatiques, économiques et
sociaux, de manière à pouvoir modéliser l’effet de chaque choix individuel ;
- La gestion intégrée, qui consiste à agir sur un territoire donné en permettant avant
décision, le dialogue entre usagers, propriétaires, gestionnaires, politiques, spécialistes et
scientifiques dans le double objectif d’une répartition équitable(donc durable) que
possible, et de ne pas compromettre l’avenir au nom de l’immédiat. Chaque axe permet
d’acquérir des connaissances tant théoriques que pratiques, d’apprendre des techniques,
des gestes, des pratiques et de développer des capacités et aptitudes personnelles au
niveau de l’action locale comme dans la perspective globale de survie. L’émergence d’une
culture environnementale concerne tous les humains, quel que soit leur âge, leur pays
d’origine et leur fonction dans la société.
 Enseigner selon des méthodes interactives, qui disent que la pratique sur le terrain
favorise une adaptation directe à la réalité. La dynamique de groupe, la création de
solidarité et la prise d’initiative pour la réalisation des nouvelles voies du savoir-faire
et du faire d’ensemble ne peuvent pas s’élaborer sur un mode d’inculcation en milieu
fermé, assis à un bureau. (http://fr mozilla firefox.org/ éducation environnementale.)
II.2.4 Importance de l’éducation environnementale
Il est dit ; que ce soit pour l’éradication de la pauvreté, la sauvegarde des milieux naturels ou
l’amélioration de la qualité de vie, l’éducation environnementale et le développement durable
contribue à l’évolution de la culture humaine, de l’hominisation (qui s’est achevée il y a au
moins 38 000 ans, avec la généralisation de l’art, transmetteur de la mémoire) vers
l’humanisation qui débite avec l’apparition des lois visant à régler la vie et ses conflits par
voie autre que la guerre (Sigaut,o, 2009).
II.3 LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT
Au XXè s, la protection de l’environnement est devenue un enjeu majeur, en même temps que
s’imposait l’idée de sa dégradation à la fois globale et locale, à cause des activités humaines
polluantes. La préservation de l’environnement est un des trois piliers de développement
durable. C’est aussi le 7ème
des huit objectifs du millénaire pour le développement, considéré
par l’ONU comme « Crucial pour la réussite des autres objectifs énoncé dans la déclaration
du sommet du millénaire (leoclub 2011).
14
Dans le but de protéger l’environnement les lois émirent des principes. En RDC la loi n°
11/009 du 09 juillet 2011 portant principes fondamentaux relatifs à la protection de
l’environnement fit créée. Aujourd’hui chaque nation protège de sa manière son
environnement, la protection est différente selon qu’il s’agit d’un pays en développement ou
d’un pays développé.
 Illustrations de la protection de l’environnement
Ce sont des exemples sur la protection de l’environnement à toutes les échelles:
1. Le recyclage de déchets ;
2. La lutte anti-vectorielle ;
3. La lutte contre la pollution de l’air, eau et du sol par la réduction des émissions des
polluants ;
4. La protection de la couche d’ozone qui sera de pare-rayonnements massifs des
ultraviolets « UVs » avec l’application du protocole de Montréal 1987 sur la
suppression de CFC et de protéger la couche d’ozone en se tournant vers d’autres
produits et solutions.
5. La lutte contre les érosions par :
o La construction des diguettes ou retenues d’eau ;
o L’utilisation du compost et de la fumure organique;
o L’installation des haies antiérosives, paillage, mulching, respect de la vocation des
terres, conservations des rigoles ;
o Culture sur courbe de niveau ;
o La protection des pentes ;
o Le reboisement ;
o La rotation des cultures ;
o L’utilisation réduite des engrais chimiques ;
o La création des aires protégées pour des écosystèmes et espèces fragiles ;
o La protection des têtes de sources naturelles ;
o La réhabilitation des infrastructures publiques et l’installation des décharges
publiques ;
o La protection des jardins zoologiques et botaniques ;
o La protection des ressources foncières et des zones côtières (www .wwf.org/wwf’s
global network.)
15
o La protection de l’environnement est l’outil de développement étant donné qu’elle
fait partie intégrante du développement sans laquelle aucun développement
durable ne peut être envisagé. Sans protection de l’environnement, pas des
ressources suffisantes pour faire les investissements qui s’imposent et donc pas de
développement (BITUNDU MWANA THANYA, 2012)
16
CHAPITRE III PRESENTATION ET INTERPRETATION DES RESULTATS DE
L’ENQUETE
III.1 PRESENTATION DE L’ENQUETE
Nos investigations menées dans le quartier Nkafu, commune de Kadutu, ville de Bukavu,
nous ont permis de nous rendre compte de l’incidence qu’a l’éducation environnementale sur
la protection de l’environnement physique dudit quartier.
Notre enquête s’est implémentée sur toute l’étendue du quartier Nkafu qui est constitué de 11
avenues bien précisées dans la partie monographique ou présentation du milieu d’étude.
III.1.1 Objectifs de l’enquête
L’objectif de notre enquête était de:
- Donner l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique du quartier sous examen ;
- Donner des suggestions et une stratégie de renforcement de cette éducation.
III.1.2 Outils de l’enquête
III.1.2.1 L’échantillon
Pour déterminer notre échantillon, nous nous sommes référés à la formule de COCHRANG
G. citée par Alain BOUCHARD.
En effet cette formule stipule que quand la population mère faisant l’objet de l’enquête est
inférieure ou égale à un million d’individus (1 000 000) on prend un échantillon de 96
individus avec une marge d’erreur de 10%.
C’est cette méthode qui nous a permis de trouver la taille de l’échantillon corrigé pour une
population mère de 59 973 personnes qui se trouve dans le quartier Nkafu.
La formule d l’échantillon corrigé est la suivante :
NC= N x n / N + n N = Taille de l’univers,
n = Taille de l’échantillon pour l’univers fini 96
NC= échantillon corrigé
Donc, NC= = = 95,8 ≈ 96.
59 973 + 96 60069
59 973 x 96
5757408
17
Pour ce qui nous concerne, la taille de notre échantillon est supérieure à 96, soit 129 enquêtés.
III.1.2.2 L’interview
A partir de cet outil de collecte de données d’enquêtes, nous avons pris contact direct avec
nos enquêtés de différentes tranches d’âges, différentes avenues, différents genres et sur base
des questions et échanges interactifs libres ; les données importantes pour notre travail ont été
recueillies.
La langue d’échange pendant l’interview était facultative partagée entre le Swahili et le
Français.
III.1.2.3 L’enquête par questionnaire
Avec connaissance (sur base des expériences) que bien de gens savent bien coucher sur papier
ce qu’ils pensent « d’une thématique quelconque » que de les dire à l’oral devant un
enquêteur, il a été alors question d’élaborer un questionnaire pour avoir le plus d’informations
possibles sur le thème de recherche.
En effet, un questionnaire d’enquête comprenant des questions ouvertes et des questions
fermées a été à nos enquêtés.
III.2 CARACTERISTIQUES DE L’ECHANTILLON
Tableau 5 : Répartition des enquêtés selon les tranches d’âges
Tranches d’âges Effectifs %
13 à 25 ans 90 69,7
26 à 38 ans 31 24,3
39 à 50 ans 05 38,8
51 à 63 ans 02 1,5
Plus de 63 ans 01 0,7
Total 129 100
Au vu de ce tableau, nous constatons que 69,7% de nos enquêtés sont de tranche d’âges
comprise entre 13 et 25 ans ceci pouvant s’expliquer par la majorité démographique de cette
tranches d’âges dans ce quartier. La tranche modique reprend la population dont l’âge varie
entre 26 et 38 ans représentant ainsi 24,3%, 38,8% sont de 39 à 50 ans, 1,5% sont de 51 à 53
ans et 0,7% est de l’âge de plus de 63 ans
18
Tableau 6 : Répartition des enquêtés selon le niveau d’études
Niveau d’études Effectifs %
Primaires 4 3,1
Secondaires 80 62,1
universitaires 37 28,6
Aucun 8 6,2
Total 129 100
Il ressort de ce tableau que 62,1 % de nos enquêtés ont le niveau secondaire, 28,6 % ont le
niveau universitaire, 6,2 % sont sans niveau d’étude, 3,1 % représentant les enquêtés du
niveau d’étude primaire. Les enquêtés du niveau secondaire battent le record dans
l’échantillon et ceci pouvant s’expliquer par le fait que bien de nos enquêtés ont arrêtés leurs
études au niveau secondaire (Soit diplôme d’Etat) suite à l’insuffisance des moyens
financiers, l’embauche avant l’entrée à l’université, engagement dans le commerce et la
carrière enseignante. Outre cet argumentaire, les personnes enquêtées en masse variant entre
13 et 25 ans (Tableau 5) sont surtout au niveau secondaire, les unes parce que l’âge le permet
(Cursus Normal), les autres parce que les échecs ont minés leur cursus scolaire.
Tableau 7 : Répartition des enquêtés selon le sexe
Sexes Effectifs %
Masculin 72 56
Féminin 57 44
Total 129 100
Ce tableau fait remarqué que la plus part de nos enquêtés est de sexe masculin et représente
56 % de l’échantillon. La minorité de nos enquêtés est constituée des personnes de sexe
féminin représentant 44 %. Cela pouvant s’expliquer non seulement par la disponibilité des
garçons que des filles dans le quartier mais aussi et surtout par l’acceptation libre et aisée des
garçons de répondre à notre questionnaire.
19
Tableau 8 : Répartition des enquêtés selon les avenues
Avenues Effectifs %
Camp zaïre 7 3,8
Inga 18 14
Bugabo I 20 16
Bugabo II 9 7
Bugabo III ISDR 9 7
Lycée wima 13 10,2
Cibera 10 8
Hôpital général 7 4
Majengo 12 10
Mwangaza 12 10
Wesha 12 10
Total 129 100
Il ressort de ce tableau que le gros de nos enquêtés est constitué de l’avenue Bugabo I avec 16
%, suivi d’Inga avec 14 %, Lycée wima avec 10,2 %, Majengo 10% ; Mwangaza 10 %,
Wesha10 %, Bugabo II avec 3 %, Bugabo III ISDR avec 7 %, Cibera 8%, 4 % pour le camp
zaïre et 4 % pour l’avenue hôpital général. Ceci peut s’expliquer par les inégalités spatiales et
démographiques avérées dans ce quartier.
Commentaire des données proprement dites : questions adressées;
Ce tableau montre que 38,8 % de nos enquêtés ont 1 à 10 ans d’ancienneté, 39,5 % ont 11 à
20 ans d’ancienneté, 15,5 % ont 21 à 30 ans d’ancienneté, 3,1% ont 31 à 40 ans et 3,1% ont
41 à 50 ans. Les anciennetés les plus remarquées étant celles de 1 à 10 ans et de 10 à 20
s’expliquent par le fait de la création récente de Nkafu et par conséquent, l’installation tardive
pendant les vingt dernières années causée par l’exode rural, le déménagement des familles, la
vente incontrôlée des parcelles au cours des années récentes. Ainsi, les anciennetés allant de
21 à 30 ans, de 31 à 40 ans et de 41 à 50 ans ont des pourcentages insignifiants qui
s’expliqueraient bien car l’ancienneté ne pourrait jamais allée au-delà de la création du milieu.
Tableau 9 : Ancienneté des enquêtés dans le quartier Nkafu.
Réponses Effectifs %
1 à 10 ans 50 38,8
11 à 20 ans 51 39,5
21 à 30 ans 20 15,5
31 à 40 ans 4 3,1
41 à 50 ans 4 3,1
Total 129 100
20
Ces anciennetés sont par elles mêmes logiquement expliquées du fait que personnes ne peut
faire plus d’âges dans le quartier que le quartier n’a lui-même. Elles sont quand même
représentatives et s’expliquent par le cas échéant des personnes qui vivaient dans quartier
Nkafu avant qu’il ne soit doté d’un statut juridique.
Tableau 10 : Reconnaissance de l’existence de l'éducation environnementale dans le
quartier sous examen.
Réponses Effectifs %
- Oui
- Non
Total
110
19
129
85,3 %
14,7 %
100
Les résultats de ce tableau montrent que 85,3% de nos enquêtés reconnaissent l’existence de
l’éducation environnementale et 14,7% ne la reconnaissent pas dans le quartier Nkafu. Cette
reconnaissance élevée peut être attribuable aux informations réelles reçues circulant dans le
quartier Nkafu et aussi le courage de gens à suivre ces informations. La part de ceux qui
disent « non » ne pas à négliger et elle se justifierait par la disparité de certaines personnes
dans le quartier (Elles partent tôt le matin pour y revenir la nuit) qui n’ont pas le temps ni de
suivre les informations ni de lire les revues et journaux. A côté de cette raison apparente peut
figurer aussi la négligence de certaines gens.
Au vu de ce tableau, 88,4% de nos enquêtés reconnaissent le problème de protection de
l’environnement dans le quartier Nkafu. Ceci pouvant s’expliciter par l’insuffisance de
personnes s’adonnant à la protection de l’environnement c.à.d. insuffisance de ceux qui ont le
souci de bien préserver l’environnent et 11,6 % ne reconnaissent pas l’existence d’un
problème de protection de l’environnement non parce qu’ils n’en connaissent pas réellement
mais parce qu’ils prennent leur situation précaire comme étant réelle et/ou normale et font
alors abstraction du problème.
Tableau 11 : Reconnaissance de l’existence d’un problème de protection de
l'environnement dans le quartier sous examen
Réponse
s Effectifs %
-Oui 114 88,4
-Non 15 11,6
Total 129 100
21
Tableau 12 : Part de responsabilité dans les atteintes portées à l’environnement.
Réponses Effectifs %
- Habitants du quartier 103 79,8
- Autorités étatiques 13 10,1
- Habitants et autorités
étatiques
13 10,1
Total 129 100
De ce tableau, il ressort que les atteintes sont portées à l’environnement à 79,8% par les
habitants de Nkafu ceci pouvant s’expliciter par les activités anthropiques dégradantes dues à
la promiscuité et concourant au manque ou à l’insuffisance de dépotoirs, canalisations pour
l’évacuation des déchets et eaux usées, les constructions et la culture à des endroits impropres,
Etc., à 10,1% par les autorités étatiques qui peut s’expliquer par la non réglementation à tous
les niveaux (Démographique, Economique, Foncier…) et à 10,1 la part de responsabilité est
partagée entre les habitants et les autorités étatiques.
Tableau 13 : Réception de l'éducation environnementale
Réponses Effectifs %
- Oui 111 86
- Non 18 14
Total 129 100
Ce tableau montre que 86% de nos enquêtés ont déjà reçu l’éducation relative à
l’environnement ce nombre élevé des récepteurs peut être attribuable non seulement à la
présence des clubs des éducateurs environnementaux dans le quartier, post radio et téléviseur
dans nombre de ménages mais aussi à la participation aux séminaires et conférences,
participation aux séances scolaires et ecclésiastiques et 14% ne l’ont jamais reçu. Si modeste
que soit ce dernier pourcentage, il se justifierait par l’isolement (Solitaire) et la négligence de
certaines personnes qui se tournent et se referment sur elles-mêmes et donc, elles se coupent
de toute source d’information.
22
Tableau 14 : Voie de réception de l’éducation environnementale
Réponses Effectifs %
- Séminaires et conférences 16 12,4
- Informations à la radio,
sensibilisation et télé
57 44,2
- Recherche personnelle 5 3,9
- A l’école et à l’église 51 39,5
Total 129 100
Les résultats de ce tableau montrent qu’à 12,4% la population du quartier Nkafu reçoit
l’éducation environnementale par voie des séminaires et conférences. Ce pourcentage paraît
moindre par le fait que l’opportunité ou la chance de participer à un séminaire ou à une
conférence n’est pas la même pour tout le monde ; 44,2% par voie d’informations diffusées à la
radio et à la télévision et par les sensibilisations. Cette ample proportion de l’échantillon peut
s’expliquer par la majorité des ménages à disposer des radios, télévisions (et les qui les suivent
quand même) et aussi par la circulation des sensibilisateurs dans le quartier, 3,9% par voie de la
recherche personnelle et 39,5 par voie d’enseignements à l’école et à l’église (Prédications et
reproches correctifs faits à l’école et à l’église).
Tableau 15 : Contribution de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique du quartier Nkafu
Réponses Effectifs %
- Oui 52 40,3
- Non 77 59,7
Total 129 100
De ce tableau, il ressort que 40,3% de nos enquêtés affirment la contribution de l’éducation
environnementale dans la protection de l’environnement du quartier Nkafu. Ceci peut s’expliquer
par la négligence dans la mise en pratique des mesures de protection reçues par les éducateurs et
59,7% l’infirment. Cette infirmation s’expliquerait par l’apparence réelle des effets néfastes sur
l’environnement en dépit de l’éducation environnementale faite dans le quartier Nkafu.
23
Tableau 16 : Les obstacles auxquels se heurte cette éducation
Réponses Effectifs %
Non mise en pratique des
instructions reçues
54 41,9
Résistance de la population 42 32,6
Manque de cohésion sociale 17 13,2
Non participation de la
population souhaitée
16 12,4
Total 129 100
La non mise en pratique des instructions reçues est à 41,9% l’obstacle auquel se heurte
l’éducation environnementale. Ceci peut s’interpréter par la non importance qu’attire la
population de instructions reçues des éducateurs et aussi de leur négligence, à 32,6% la résistance
de la population. Ceci s’expliquerait par la non reconnaissance par la population des ses intérêts
tangibles à l’issue de cette éducation, à 13,2% le manque de cohésion sociale et à 12,4% la non
participation de la population souhaitée à l’éducation.
Réponses Effectifs %
- Oui 55 42,6
- Non 74 57,4
Total 129 100
La population du quartier Nkafu, au vu des données de ce tableau s’avère insatisfaite à 57,4 %
par l’éducation environnementale pendant que 42,6 % représente le degré de satisfaction de la
population par cette éducation. A ce niveau, l’interprétation peut être donnée par le fait des
réponses du tableau n°15 c.à.d. la contribution insuffisante de l’éducation environnementale à
la protection de l’environnement physique de Nkafu qui entrainerait de manière logique
l’insatisfaction de la population car contribue uniquement à petite part à la protection de
l’environnement.
Tableau 17 : Satisfaction par cette éducation
24
Tableau 18 : Reproches faites à cette éducation
Réponses Effectifs %
- Carence des
sensibilisateurs et des
moyens financiers
75 58,1
- D’avoir un petit champ
d’action
24 18,6
- Absence des supports
pédagogiques
9 7
- La naïveté des éducateurs 15 11,6
- Elle est théorique que
pratique
6 4,7
Total 129 100
Les résultats de ce tableau prouvent les reproches à 58,1% que la carence des sensibilisateurs
et des moyens financiers. Ceci s’explique par la non implication active de tous, à 18,6%
d’avoir un petit champ d’action. Cette petitesse de rayon d’action peut s’interpréter par la
concentration des éducateurs dans certaines avenues du quartier au détriment d’autres, à 7%
l’absence des supports pédagogiques, à 11,6% la naïveté des éducateurs environnementaux et
4,7% la théorie que la pratique qui caractérise cette éducation.
Tableau 19 : Existence d’un club des éducateurs environnementaux dans le quartier
Nkafu
Réponses Effectifs %
- Oui 82 63,6
- Non 47 36,4
Total 129 100
Ce tableau illustre que 63,6 % de nos enquêtés dit reconnaitre l’existence d’un club des
éducateurs environnementaux dans leur quartier. Cela pouvant s’expliquer par la
susceptibilité des jeunes à se grouper et à former des organisations dans divers domaines. Le
pourcentage inférieur de 36,4 % reprend les enquêtés ne reconnaissant pas l’existence de ce
club qui peut aussi s’interpréter d’une part par le caractère restreint de ce club et d’autre part
le manque de courage de la part de certaines personnes à suivre de près l’avancement du
quartier.
25
Tableau 20 : satisfaction par le travail du club
Réponses Effectifs %
- Oui 33 25,6
- Non 96 74,4
Total 129 100
Les données de ce tableau témoignent que sur 100 % de nos enquêtés 74,4 % affirment que le
travail du club est insatisfaisant et seulement 25,6 % demeurent satisfaits par le travail du
club. Cet écart de pourcentage peut s’interpréter par l’offre par ce club d’un travail, fruit de la
négligence et de maladresse dû à la paresse des membres du club. Ainsi dit, un paresseux,
négligent ne peut en aucun cas (sauf à preuve du contraire) fournir un travail qui soit probant,
glorieux aux vus de tout le monde.
Tableau 21 : Reproches faites à ce club.
Réponses Effectifs %
- Carence de matériels de
sensibilisation
19 14,7
- D’être restreint (limité à
certains endroits
seulement)
69 53,5
- Peu de membres 16 12,4
- La paresse des membres
de ce club
25 19,4
Total 129 100
Les données de ce tableau montrent à 19,4 % que la carence de matériels de sensibilisation
est le premier reproche, à 53,5% d’être restreint, à 12,4% d’avoir peu de membres et à 19,4%
la paresse des membres de ce club. Ces reproches surtout évaluateurs s’expliqueraient par la
sourde oreille que se font les chefs de ce club pour la propagation de ce club mais aussi, la
non implication de chefs d’avenues et du quartier dans les affaires du club (Ne le soutiennent
ni matériellement ni financièrement.
26
Etendre le champ d’action de l’éducation environnementale, créer des clubs des éducateurs
(proposition de ceux là qui n’ont pas reconnus l’existence du club), implication des autorités
et de tous par le financement, la vulgarisation des mesures de protection de l’environnement,
le courage des éducateurs environnementaux, propositions données respectivement par 5,4%,
18,6%, 34,1%, 20,2%, 21,7% de nos enquêtés.ces propositions s’expliciteraient par le fait des
reproches faits dans les tableaux précédents (Tableaux 18, 21).
L’incidence du phénomène étudié sur la situation sociale
L’incidence sur la situation sociale à tous les niveaux de notre étude, ce qu’en dépit de cette
éducation environnementale perpétrée dans le quartier Nkafu ; rien de très positif et dans le
contexte de la protection de l’environnement n’est observable.
En effet, l’incidence de la non contribution de l’éducation environnementale à la protection de
l’environnement s’étant avérée largement négative peut se justifier par les faits sociales
observables dans le quartier Nkafu, notamment :
- La promiscuité liée aux morcellements parcellaires incontrôlés et qui est à la base des
épidémies, des incompréhensions et des tensions sociales, etc. ;
- L’érosion qui déséquilibre un bon nombre de ménages (cause des victimes en grand
nombre) ;
- Les éboulements des terres ;
- L’insuffisance des caniveaux pouvant évacuer les eaux usées et autres déchets cause aussi
des disputes récurrentes.
Bref, l’éducation environnementale n’a pas eu d’incidence très positive sur la protection de
l’environnement dans le quartier Nkafu au regard des résultats du travail et des faits sociales
précités.
Tableau 22 : Proposition pour le renforcement de cette éducation environnementale
Effectifs %
-Son extension 7 5,4
-Création des clubs des
éducateurs
24 18,6
-L'implication des autorités et
de tous par le financement
44 34,1
-La vulgarisation des mesures
de protection de
l'environnement
26 20,2
-Le courage des éducateurs
environnementaux
28 21,7
Total 129 100
27
CONCLUSION PARTIELLE
Dans cette partie de notre étude, il a été question de donner l’introduction générale,
la présentation du quartier Nkafu, les généralités sur l’éducation environnementale et la
protection de l’environnement et enfin la présentation et interprétation des résultats de
l’enquête. Deux questions ont conduit notre étude :
- Quel est l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique dans le quartier Nkafu ?
- Quelle stratégie faut-il mettre sur pied pour renforcer cette éducation environnementale et
donc la protection de l’environnement dans ledit quartier ?
Notre travail avait comme objectifs suivants :
- Donner l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique du quartier Nkafu.
- Donner une stratégie de renforcement de cette éducation.
Nous avons proposé des solutions sous forme d’hypothèses ; pour les vérifier nous avons fait
appel aux différentes méthodes (la méthode comparative, la méthode descriptive et celle
analytique) et techniques (Analyse documentaire, l’observation participante, l’interview,
enquête par questionnaire et l’analyse statistique.) qui ont conduits aux résultats suivants
affirmant ces hypothèses :
 L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de
l’environnement physique de NKAFU (tableau n°15.)
 La population du quartier Nkafu reconnait l’existence de l’éducation
environnementale et d’un club des éducateurs environnementaux (tableaux n°10 et
19.)
 La population du quartier Nkafu reconnait l’obstacle auquel se heurte cette éducation
(tableau n°16).
28
CHAPITRE IV : PROJET DE RENFORCEMENT DE L’EDUCATION
ENVIRONNEMENTALE DANS LE QUARTIER NKAFU EN COMMUNE DE
KADUTU.
IV.1 IDENTIFICATION DU PROJET
IV.1.1 Définition
Il est difficile de trouver une définition complète et exhaustive du concept « projet ».
Cependant, la littérature sur le projet permet de constater qu’il existe plusieurs tentatives,
plusieurs manières de définir ce concept. Dans le domaine de développement rural
(KASUKU KALABA,2012) ; le projet est définit comme étant un ensemble de moyens et
d’objectifs relier entre eux par un calendrier qui vise à modifier plus ou moins partiellement
les éléments constitutifs du monde rural et/ou leur relation naturelle. Ce calendrier suppose
une nette programmation des activités (quand, où et comment) par rapport aux ressources
pour que le travail soit plus rentable.
IV.1.2 Justification du projet
Dans nos recherches sur terrain, nous avons remarqué que la population du quartier Nkafu
avait un niveau trop bas dans la connaissance de l’éducation environnementale et le peu de
connaissance de l’éducation environnementale ne contribuait guère à la protection de
l’environnement physique dudit quartier. Pour ce faire, nous avons estimé qu’un projet de
renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier Nkafu en commune de Kadutu
serait une solution pour que la protection de l’environnement soit assurée.
IV.1.3 Objectif et but du projet
Iv.1.3.1 Objectif
Ce projet poursuit comme objectif d’accroitre le niveau de connaissance de la population du
quartier Nkafu en matière d’éducation environnementale pour une meilleure protection de
l’environnement physique dudit quartier (Renforcer l’éducation environnementale existant.)
Iv.1.3.2 But
Le but de ce projet est de former la population du quartier Nkafu sur la nécessité de
l’éducation environnementale dans la protection de leur environnement.
IV.1.4 Durée et localisation du projet
Au regard de l’objectif visé par ce projet, nous estimons que deux années avec possibilité de
renouvellement sous un accord unanime de la base et des bailleurs de fonds permettrait de
réaliser le résultat attendu.
29
Il partira de la période allant du 1er
janvier 2014 au 31 décembre 2015 et sera circonscrit dans
le quartier Nkafu.
IV.1.5 Nature et cadre juridique du projet
Iv.1.5.1 Nature
Etant tout d’abord un projet visant le développement, il est revêtu d’un caractère à la fois
social et économique.
Iv.1.5.2 Cadre juridique du projet
Dans l’optique juridique, notre projet est de type concerté étant donné qu’il nécessite une
conjugaison d’efforts (implication) solide du pouvoir public et du privé. Dans ce contexte
particulier, le pouvoir public est aussi saisi comme les autorités du quartier Nkafu et même du
gouvernement provincial et le privé comme la population et autres partenaires au
développement.
IV.1.6 Stratégie du projet
La stratégie étant une voie jugée meilleure à suivre en vue d’atteindre les objectifs s’assignés ;
la conscientisation, l’animation et la sensibilisation de la population de Nkafu sur le
renforcement de l’éducation relative à l’environnement a été la voie présumée bonne par notre
projet.
IV.2 OPPORTINUTE, PERTINENCE ET FAISABILITE DU PROJET
Iv.2.1 Opportunité
Ce projet explique son opportunité par le fait qu’il est élaboré durant la période où la
population du milieu circonscrit, souffre de la carence de l’éducation environnementale et par
ricochet à la carence des mesures de protection de l’environnement général en général et celui
physique en particulier.
Iv.2.2 Pertinence
Il est pertinent parce qu’il veut répondre au problème de l’insuffisance de connaissance sur
l’éducation environnementale et donc renforcer l’éducation. Donc il est rentable au vu des
services qu’il se propose de rendre à la population.
Iv.2.3 Faisabilité
Ce projet, répondant aux aspirations sociales de la population qui crie toujours dégradation de
l’environnement ; il est donc faisable car, réduit les atteintes portées à l’environnement du
quartier Nkafu.
30
IV.3 OPERATIONALISATION DU PROJET
Cette phase peut encore s’appeler phase d’implémentation, d’exécution ou de réalisation du
projet. C’est pendant celle-ci que le projet passe d’un état virtuel « d’idées de projet » vers un
projet concret réalisé sur le terrain. Elle consiste à dépenser et à utiliser les intrants du projet à
travers les activités diverses pour produire le résultat ou l’output/extrant escompté. (SADIKI
BYOMBUKA 2013.)
IV.3.1 Phases ou activités du projet
Le Présent projet va suivre les activités suivantes :
Iv.3.1.1 Prospection du milieu
Cette phase a pour but de se mettre au courant (par des descentes sur terrain) de la situation du
niveau de dégradation de l’environnement du milieu où le projet sera implémenté.
Iv.3.1.2 Acquisition des documents officiels permettant d’opérer et location des locaux.
Cette n’est rien d’autre que le fait d’acquérir les documents notariés par l’autorité habilitée
qui pourront permettre au projet de se dérouler sans heurt et dans un climat de calme. Après
cette acquisition, les locaux seront loués pour que les activités soient bien poursuivies.
Iv.3.1.3 Recrutement et engagement du personnel
Le but de cette phase est de recruter et engager le personnel-éducateur pour le renforcement
des capacités de la population en matière de l’environnement.
Iv.3.1.4 Formation du personnel
Après que le personnel soit engagé, il nécessite d’être formé pour à son tour être capable de
former la population qui sera à sa charge en vue d’atteindre l’objectif du projet.
Iv.3.1.5 La collecte des fonds internes et la recherche de financement
Dans cette phase les fonds internes seront collectés, pendant que les initiateurs du projet
seront en contact avec différents partenaires (Bailleurs de fonds) dans la recherche de
financement pour l’avancement du projet.
Iv.3.1.6 Acquisition des matériels d’éducation
Pour mener à bon port ce projet, les matériels d’éducation environnementale s’avèrent
importante. Ainsi, ils seront acquis par les éducateurs environnementaux pour les multiples
tâches d’éducation.
31
Iv.3.1.7 Conscientisation, sensibilisation et animation de la population
Elle a pour mission de susciter la participation active et grande de la population de Nkafu
dans les activités du projet. Durant cette phase, les initiateurs du projet prendront soin de
présenter aux bénéficiaires l’intérêt ou l’importance du projet pour eux.
Iv.3.1.8 Vulgarisation pratique des mesures de protection environnementale et
l’élargissement du rayon d’activité des éducateurs
Pour que toute la population soit saisie des informations sur les mesures de protection de
l’environnement, ce projet aura des champs de démonstration dans toutes les avenues du
quartier.
Iv.3.1.9 Suivi
Phase de l’opération de gestion quotidienne, observation permanente et continue de la
manière dont le projet est entrain d’évoluer sur le terrain. Elle commencera au début du projet
et se fera sous la supervision d’un animateur (TDR), les bailleurs de fonds, les éducateurs
environnementaux existants dans le quartier.
Iv.3.1.10 Evaluation
L’évaluation sera faite dans le but de juger le résultat du projet vis-à-vis de ses objectifs. Elle
permettra donc au gestionnaire de se rendre compte des lacunes et avancements des activités
du projet en vue d’y apporter des aménagements correctifs.
Cette évaluation se fera à deux niveaux et dans 4 temps :
- Au niveau des objectifs : pour s’assurer si les recettes du projet ont permis
l’acquisition d’une nouvelle connaissance en matière de la protection de
l’environnement par rapport au temps d’avant projet.
- Au niveau des activités : pour voir si toutes les activités ont été bien effectuées.
Les temps de notre évaluation seront :
- Au début du projet (Evaluation ex-ante),
- Pendant son exécution (Evaluation à mi-parcours ou d’exécution),
- Après son exécution (Evaluation ex-post),
- Longtemps après (Evaluation ex-ex- post).
32
IV.4 PLANIFICATION DES ACTIVITES OU INTRANTS DU PROJET
NATURE D’ACTIVITES RESPONSABLES
OU EVALUATEURS
BENEFICIAIRES MOYENS DE VERIFICATION DUREES
Prospection du milieu Coordinateur du
projet avec une
commission
Population du
quartier
Compte rendu, rapport de
descente sur terrain
½ MOIS
Acquisition des documents
officiels et location des
locaux
Coordinateur du
projet(TDR)
Population et
projet en soi
Documents acquis et
avalisés par les autorités
compétentes
½ MOIS
Recrutement et
engagement du personnel
Coordinateur et
initiateurs du
projet
Population
instruite
Liste des recrutés, registre,
les documents des recrutés
(cv,…)
1 MOIS
Formation du personnel Les experts en
environnement et
le coordinateur
Le personnel Certificat, brevet de
formation
3 MOIS
Collecte des fonds internes
et recherche de
financement
Les initiateurs et
les bailleurs de
fonds
Membres du
projet et
partenaires
Pièces justificatives de
l’obtention de fond :
Chèque bancaire, factures,
bordereaux, cartes
bancaires…
2 MOIS
Acquisition des matériels
d’éducation
Les parties
prenantes et
initiateurs du
projet
Le s initiateurs
et les
formateurs
Livres, chaises, tableaux,
mégaphones et autres
1 MOIS
Conscientisation,
sensibilisation et
animation
Animateur-
formateur et
coordinateur
Population Liste des présences à la
session, témoignages,
compte rendu, sondage
4 MOINS
Vulgarisation pratique des
mesures de protection de
l’environnement
Vulganimateur Vulgarisateur et
population
Descente sur terrain en vue
de l’observation libre
(pentes protégées, canaux
aménagés, champs
aménagés et dépotoirs mis
en place).
7 MOIS
Suivi et évaluation Bailleurs, le
comité des
éducateurs
environnementaux
existants dans la
contrée et le
coordinateur.
Population du
quartier et les
initiateurs du
projet
Exhibition de tous les
rapports physiques et
financiers, les termes de
référence etc.
5 MOIS
Ce projet émet des conditions préalables de réalisation de la 5ième
,9ième
et 10ème
activité :
 Pour la 5ième
activité les conditions sont :
- Que la participation de tous les membres soit accordée ;
- Que la monnaie à cotiser soit fixée et cela par durée.
 Pour la 9ième et 10 ème activité les conditions sont :
- Que les membres de la commission de suivi-évaluation ne soient pas corruptibles ;
33
- Que la population participe aussi aux séances de suivi-évaluation ;
- Que les exécutants du projet tiennent conseils et recommandations.
IV.5 PROGRAMMATION DES ACTIVITES DU PROJET
La programmation en question va consister à montrer avec précision ce qui va être fait et
quand est-ce que ceci se fera ; en dépit des modifications du programme établit dues à des
circonstances dans la réalisation.
L’outil de programmation utilisé dans ce projet aiderait aussi à l’évaluation de ce dernier, il
s’agit du diagramme de GANTT
34
TIMING
ACTIVITES
ANNEE 2014
J F M A M J J A S O N D
ANNEE 2015
J F M A M J J A S O N D
Prospection du milieu X X
Acquisition des documents officiels
X
Recrutement et Engagement du
personnel
V V V
Formation du personnel
X X X
Collecte des fonds internes et
recherche de financement
+ +
Acquisition des matériels X
Conscientisation, sensibilisation et
Animation de la population
Vulgarisation pratique des mesures de
protection de l’environnement et
élargissement du rayon d’activité des
éducateurs
+ + + + +
Suivi
Evaluation Δ Δ Δ Δ Δ Δ
Légende :
: Activités continues intermittentes : Activités continues : Activités intermittentes
: : Activités continues simples : Activités permanentes
XX
VV
++ Δ
Δ
Δ
35
IV .5.1. Organisation du projet
Pour mener à bon escient les activités du projet, une départementalisation des tâches s’est
avérée très nécessaire. Cette dernière créée des besoins de coordination et de
subordination qui sont satisfaits par des échanges d’informations horizontale et verticale.
Iv.5.1.1 Organigramme du projet
Assemblée Générale
Conseil d’Administration
Coordination
Secrétariat
Service FinancierService Technique
Comptabilité Intendance
Trésorerie Chauffeur
mécanicien
Vulgarisation
pratique des
mesures de
protection.
Formation
Auditeur Interne
36
Iv.5.1.2 Fonctionnement du Projet
 Assemblée Générale (AG): Cet organe occupe le sommet de la hiérarchie du projet et
est composée de tous les membres de l’association. Elle se réunit une fois l’an et a
l’obligation d’élire et révoquer les membres (révocation sur faute grave portant
atteinte aux intérêts de l’organisation.)
 Conseil d’Administration(CA) : Il comprend les membres de l’AG et se charge de, d’ :
- Engager ou renvoyer le coordinateur du projet ;
- Mettre sur pied un conseil d’audit interne ;
- Donner les modalités d’engagement et de révocation du personnel.
Il se réunit trimestriellement.
 L’auditeur Interne : Il s’occupe du contrôle de l’avancement physique et financier des
activités du projet.
 La coordination et le secrétariat : Il est l’organe supervisant toutes les activités du
projet, elle entretient des relations avec les partenaires et bailleurs de fonds ; elle
planifie et élabore le plan de travail. Elle réunit à son sein un secrétaire chargé des
saisies de tous les documents du projet et l’expédition des courriers (Toutes les
correspondances du projet).
 Le service technique : c’est le service d’opérationnalisation du programme, il est
chapoté par un vulganimateur-formateur,il définit toutes les stratégies ayant trait à
l’exécution des activités
 Le service financier : Il se charge de toutes les questions matérielles et financières du
projet. Il détient tous les documents comptables.
- Comptabilité : Cette branche assure la comptabilité des flux financiers(en monnaie
liquide) du projet et aussi la réception et l’expédition des documents et informations
relatives à l’aspect comptable du projet.
- L’intendance : Cette dernière est composée des huissiers chargés de la propreté des
locaux.
- La trésorerie : Elle est l’organe chargé de l’épargne des actifs financiers du projet.
(Gardien du trésor du projet).
- Chauffeur mécanicien : Chargé du déplacement des personnes et biens et services du
projet ainsi que la réparation et entretien des véhicules en cas de panne.
IV.6 BUDGETISATION
Le budget étant un état comptable prévisionnel des dépenses et recettes, dans ce projet ; il
nous permettra d’estimer voire de quantifier le coût des installations des différentes ressources
pouvant agir dans la réalisation du projet.
L’instabilité de la monnaie nationale fait que nous recourons à la monnaie étrangère forte à
l’instar du dollar américain.
37
IV.6.1 Engagement humain
Iv.6.1.1 Rémunération du personnel
N° Fonction Nombre Salaire/mois Salaire/an Total($)
1. Coordinateur (TDR) 1 250 6 000 6 000
2. Secrétaire 1 200 4 800 4 800
3. Comptable 1 150 3 600 3 600
4. Animateurs 3 120 2 880 8 640
5. Trésorier 1 180 4 320 4 320
6. Chauffeur
mécaniciens
2 90 2 160 4 320
7. Huissier 1 80 1 920 1 920
8. Consultant-auditeur 1 200 2 400 2 400
TOTAL 11 1 270 36 000
IV.6.2 Engagement Matériel
IV.6.2.1 Matériel immobilier
N° Désignation Prix mensuel Prix annuel Total($)
1. Immeuble (location) 300 7200 7200
TOTAL 300 7200 7200
IV.6.2.1 Matériel roulant
Source: kin shop, maison auto-piece boba
IV.6.2.3 Fourniture de Bureau et des locaux de formation
N° Désignation Nombres PU($) PT($)
1 Tables 4 35 140
2 Armoires 5 60 300
3 Chaises 15 20 300
4 Etagères 3 15 45
5 Classeurs 8 5.5 44
6 Tableaux noirs 2 8 16
7 Craies 4 2 8
8 Mégaphones 3 35 105
9 Tempo 2 2 4
10 Sceau 2 3.5 7
11 Vernis correcteurs 6 2 12
12 Marqueurs 7 1.1 7.7
13 Stylos (marque BIC) 4 Boites 3 12
14 Agrafeuses 4 5 20
15 Ordinateurs (lap top Dell) 3 800 2 400
16 Imprimante (laser jet) 2 350 700
N° Désignation Nombre Prix($) Total($)
1. Toyota Hilux 2 15 200 30 400
TOTAL 2 15 200 30 400
38
17 Photocopieuse 2 300 600
18 Calculatrice 3 2.5 7.5
19 Groupe électrogène 1 1 200 1 200
20 Papiers duplicateurs 4 Rames 6 24
21 Flip chart 6 5 30
22 Enveloppes 4 Pièces 1 4
23 Lattes plastiques 6 0.2 1.2
24 Fardes chemises 20 0.3 6
25 Scotch 5 2 10
TOTAL 5 303,4 $
Source : Centre d’Apprentissage Professionnel et Artisanal, Maison tout est grâce, maison
ordi, maison CIMS, maison KAIS.
IV.6.2.4 Produits pour fonctionnement du matériel roulant
N° Désignations Qté/mois PU($) PT($)
1. carburant 800 litres 1.8 1 440
2. Huile Lubrifiant 100 litres 1 100
TOTAL 1 540 $
Source : station olive, station spaco, station Kotecha.
IV.7 TABLEAU SYNTHESE DU BUDGET
N° Désignations Montant en $
1. Engagement Humain 36 000
2. Engagement Matériel 37 600
3. Fourniture de Bureau 5 303,4
4. Produit pour Fonctionnement du Matériel Roulant 1 540
5. SOUS-TOTAL 80 443,4
6. Imprévu (5 %) 4 022,17
TOTAL 84 465,57
Source : Données précédentes (tableaux sur la budgétisation),
L’imprévu de 5 % est estimatif selon les bailleurs.
IV.8 MOBILISATION DE FINANCEMENT
Ce projet aura trois sources où sera mobilisé le financement :
N° Sources % Montant
1. Participation Locale 10 8 446,557
2. Gouvernement Provincial 40 33 786, 228
3. ICCN, UNESCO-PNUE 50 42 232, 785
TOTAL 100 84 465, 57 $
IV.8.1 suivi et évaluation
Pour ce qui est du présent projet, une commission chargée de suivi-évaluation est mis en
place. Celle-ci regroupera les bailleurs, coordinateur et la population.
39
LH
LV
Résumé Narratif Indicateurs
Objectivement
Vérifiables(IOV)
Moyens de Vérification
(MV)
Conditions Critiques
OBJECTIF Accroitre le niveau de
connaissance de la
population de Nkafu en
matière d’éducation
environnementale.
85 % de la population de
Nkafu connait déjà grand-
chose en matière
d’éducation
environnementale et
protège déjà
l’environnement
- Sondage de la
population
- Rapport du
coordinateur
- Visite du quartier
- Résultats annuels
BUT Former la population du
quartier Nkafu sur
l’éducation
environnementale pour
une meilleure protection
de l’environnement
physique de leur quartier.
Un bâtiment de 25 X 20 m
en matériaux durables à 3
bureaux, 4salles de
formation, 6 portes
d’installations sanitaires
est disponible et
opérationnel comme
centre de formation pour
le renforcement de
l’éducation
environnementale
- Visite du centre de
formation
- Registre
- Photos
- Mesurages
- Pièces obtenues
après formation
- Si l’économie est stable
- Si les autorités
étatiques s’impliquent
dans les activités du
projet
- S’il n y a pas de
catastrophes naturelles
EXTRANTS - Milieu d’étude
prospecté
- Documents
officiels acquis et
locaux loués
- Population
conscientisée,
sensibilisée et
animée
- Fonds internes
collectés et
- Monographie et
cartographie du
milieu
- Un document
d’autorisation de
fonctionnement
(facture
d’ordonnancement
)
- Un bâtiment en
matériaux
- Carte de description
du milieu prospecté
- Copie des documents
officiels et du
contrant de bail
- Copie de l’acte
d’engagement
- Témoignage de la
population
- Copie du brevet de
formation
- Si la contribution de la
population est libérée
comme convenue
- Si le personnel est
approprié et disponible
- Si les fonds sont
disponibles au moment
opportun
- Si les matériels ne sont
pas détournés
IV.9 LA MATRICE DE CADRE LOGIQUE
Titre : projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier Nkafu en Commune de Kadutu
Coût : 84 465,57$ Date de résumé: le 1er
juin 2013 Date de démarrage et d’achèvement : du 1er
janvier 2014 au 31 décembre 2015
Date de démarrage et d’achèvement: du 1er
janvier 2014 au 31 décembre 2015
Date de démarrage et d’achèvement: du 1er
janvier 2014 au 31 décembre 2015
Date de démarrage et d’achèvement: du 1er
janvier 2014 au 31 décembre 2015
40
financement
recherché
- Personnel recruté
et engagé
- Personnel formé
- Matériels
d’éducation acquis
- Mesures de
protection de
l’environnement
vulgarisées
concrètement
- Suivi assuré
- Evaluation assurée
durables visible
- 80 % de la cible
est conscientisé,
sensibilisé et
animée
- 85 % financement
obtenu
- 95 % du personnel
recruté, engagé et
formé
- 80 % de la
population est
informé
pratiquement sur
les mesures de
protection de
l’environnement
- Outils de suivi
- Outils
d’évaluation
- Visites des bureaux
en vue de voir les
matériels
- Rapport de suivi
- Rapport de
l’évaluation
INTRANTS - Prospecter le
milieu d’étude
- Acquérir les
documents
officiels et louer
les locaux
- Conscientiser,
sensibiliser et
animer la
population sur
l’éducation
environnementale
Synthèse du budget :
- Frais loyer ;
7 200$
- Matériel roulant
: 30 400$
- Fourniture de
bureau : 5 303,4$
- Frais de
fonctionnement
: 1 540 $
- Rémunération du
personnel : 36 000
$
Tous les documents
comptables :
- Livres de caisse
- Facturier
- Bon de sortie
- Bon d’entrée
- Bordereaux
- Chéquier
- Si le financement arrive
à temps et qu’il ne
subisse pas de
détournement
- S’il n y a pas guerre
- S’il n y a pas résistance
de la population
41
- Collecter les fonds
internes et
rechercher le
financement
- Recruter et
engager le
personnel
- Former le
personnel
- Acquérir les
matériels
d’éducation
- Vulgariser
concrètement les
mesures de
protection de
l’environnement
- Suivre
- Evaluer
Coût total : 84 465,57 $
42
CONCLUSION GENERALE
Ce travail s’est proposé d’étudier l’impact de l’éducation environnementale sur la
protection de l’environnement physique du quartier Nkafu. Nous sommes parti des différentes
questions qui nous ont permis de découvrir l’impact réel de l’éducation relative à
l’environnement sur la protection de l’environnement dans le quartier examiné. Ces questions
sont les suivantes :
- Quel est l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique dans le quartier Nkafu ?
- Quelle stratégie faut-il mettre sur pied pour renforcer cette éducation environnementale et
donc la protection de l’environnement dans ledit quartier ?
A ces questions, nous avons proposé les réponses provisoires suivantes :
- L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de
l’environnement physique du quartier Nkafu ;
- Un projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier
susmentionné va contribuer dans la protection de son environnement.
Notre travail poursuivait les objectifs suivants :
- Dégager l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de
l’environnement physique du quartier Nkafu.
- Proposer une stratégie de renforcement de cette éducation.
Avec l’aide des diverses méthodes (comparative, descriptive, analytique) et techniques
(analyse documentaire, observation participante, interview, enquête par questionnaire, analyse
statistique), après analyse et commentaire des données ; nous avons abouti aux résultats
suivants qui ont confirmé nos hypothèses :
 L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de
l’environnement physique de Nkafu ;
 La population du quartier Nkafu reconnait l’existence de l’éducation
environnementale et d’un club des éducateurs environnementaux ;
 La population du quartier Nkafu reconnait l’obstacle auquel se heurte cette éducation ;
 Un projet de renforcement de l’éducation environnementale est la stratégie pour
assurer la protection de l’environnement physique dans le quartier Nkafu.
43
Ce projet a été planifié sur une durée de 2 ans, et utilisera des ressources humaines et
matérielles et aura un coût de 84 465,57$. Il sera financé par le gouvernement provincial,
l’ICCN et l’UNESCO-PNUE et les bénéficiaires seront les habitants du quartier Nkafu.
Eu égard à ce qui précède, nous suggérons aux habitants du quartier Nkafu de mettre tout en
œuvre pour mieux agir en vue de la protection de leur environnement, prendre le problème de
l’environnement comme un fait frappant, mettre en pratique toutes les théories acquises en
rapport avec la protection de l’environnement cfr chap II, A l’Etat, nous suggérons
l’implication active dans la domaine environnemental et surtout orienté vers l’éducation qui
est le socle de tout développement.
Nous ne prétendons pas avoir épuisé tout le thème. L’œuvre de l’avenir serait d’évaluer
l’impact du projet décrit dans notre travail sur le renforcement de l’éducation
environnementale dans le quartier Nkafu.
44
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
I. Ouvrages
1. A.CUVILIER, Manuel de sociologie ; Tome II PUF, Paris, 1962.
2. André Giordan et al: Une éducation pour l’environnement vers un Développement
Durable, éd Delagrave, Paris 2008
3. J.P CHARBONNEAU et Ali, Encyclopédie de l’écologie.1998
4. Micro Robert langue française plus, éd Dictionnaire LEROBERT, Paris 1988
5. Sigaut.O, La nature dans les manuels scolaires entre 1800 et 1950, Revue de la
société linnéenne N° 144 (37) 2009.
II. Journaux et autres publications
1. Leo club Kahuzi, arbre et développement, 2011.
2. Nature et découverte : Déclaration finale de la conférence des Nations Unies pour
l’environnement, 1972
3. UNESCO Bureau International d’Education, Education Environnementale : Pilier du
Développement Durable, Revue trimestrielle d’éducation comparée, N° 127 Vol XXXIII,
septembre 2003
4. UNESCO-PNUE, Le changement des mentalités, un impératif pour la terre, Bulletin
d’éducation relative à l’environnement 1991.
5. UNESCO-PNUE, Refonte de l’éducation pour un Développement Durable, Dossiers
environnementaux et développement, 1992.
III. Loi
Loi n° 11/009 du 09 juillet 2011 Portant principes fondamentaux relatifs à la protection
de l’environnement.
IV. Cours et Entretien
1. Alain BOUCHARD, Notes du cours de méthodologie de recherche, inédit, UNR, 1989.
2. BITUNDU MWANA THANYA, Cours d’Utilisation Durable des Ressources Naturelles, G2
ISDR/BUKAVU, 2011-2012
3. INNOCENT BAYUBASIRE, Entretien au ministère de l’environnement, samedi 29 décembre
2012 à 12H45’
4. KASUKU KALABA, Cours d’élaboration des projets, G2 ISDR/BUKAVU, 2011-2012
45
5. KIMENGELE ULEDI, Cours de Droit de l’Environnement, G2 ISDR/BUKAVU, 2011-2012
6. SADIKI BYOMBUKA, Cours de planification nationale et régionale, G3
ISDR/BUKAVU, 2012-2013
V. Travail de fin de cycle
TUBADI NKUNA Patient Pepe, Analyse de l’apport des ONG internationales à
l’éducation environnementale dans la ville de Bukavu cas de GTZ et WWF, TFC
ISDR, 2007.
VI. Sites
- Http//fr Mozilla firefox.org/éducation environnementale
- www.WWF.org/WWF’s global network/ protection de l’environnement
- Microsoft Encarta© Dicos 1993-2008
46
Table des matières
EEPPIIGGRRAAPPHHEE ..................................................................................................................... i
IN MEMORIAM ................................................................................................................ii
DDEEDDIICCAACCEE ......................................................................................................................iii
RREEMMEERRCCIIEEMMEENNTTSS..........................................................................................................iv
SIGLES ET ACRONYMES.................................................................................................v
INTRODUCTION GENERALE...........................................................................................1
1. PROBLEMATIQUE.......................................................................................................................1
2 .HYPOTHESES DE TRAVAIL .........................................................................................2
3. CHOIX ET INTERET DU SUJET................................................................................................. 2
4. OBJECTIFS DU TRAVAIL ...........................................................................................................3
5. METHODES ET TECHNIQUES UTILISEES................................................................................3
5.1. Méthodes .....................................................................................................................................3
5.1.1. Méthode comparative................................................................................................................3
5.1.2. Méthode descriptive ..................................................................................................................3
5.1.3. Méthode analytique...................................................................................................................3
5.2. Techniques...................................................................................................................................3
5.2.1. L’analyse documentaire ............................................................................................................3
5.2.2. L’observation participante ....................................................................................................... 4
5.2.3. L’interview............................................................................................................................... 4
5.2.4. L’enquête par questionnaire..................................................................................................... 4
5.2.5. Analyse statistique.................................................................................................................... 4
6. DIFFICULTES RENCONTREES ............................................................................................... 4
7. DELIMITATION SPATIO-TEMPORELLE DU TRAVAIL………………………………………………………….4
8. PRESENTATION SOMMAIRE DU TRAVAIL.............................................................................5
I.1 ASPECTS GEOGRAPHIQUES.................................................................................................... 6
I.1.1 Superficie, délimitation et coordonnées géographiques .............................................................. 6
I.1.2 Climat........................................................................................................................................ 6
I.1.3 Relief......................................................................................................................................... 6
I.1.4 Sol............................................................................................................................................. 6
I.1.5 Végétation ................................................................................................................................. 6
I.1.6 Hydrographie .............................................................................................................................7
I.2 ASPECTS SOCIO-CULTURELS..................................................................................................7
47
I.2.1 Population..................................................................................................................................7
I.2.3 Education (Primaire, Secondaire et universitaire) et Régime de gestion. .....................................7
I.2.4 Santé ......................................................................................................................................... 9
I.2.5 Religion..................................................................................................................................... 9
I.2.6 Sport et loisirs ........................................................................................................................... 9
I.3 ASPECTS ECONOMIQUES........................................................................................................ 9
I.3.1 Agriculture ................................................................................................................................ 9
I.3.2 Elevage...................................................................................................................................... 9
I.3.3 Pêche......................................................................................................................................... 9
I.3.4 Transport et communication .....................................................................................................10
I.3.5 Institutions Financières.............................................................................................................10
I.3.6 Artisanat...................................................................................................................................10
I.3.7 Commerce ................................................................................................................................10
I.4 SUBDIVISION ADMINISTRATIVE DU QUARTIER NKAFU.................................................10
CHAPITRE II : GENERALITES SUR L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE ET LA
PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ........................................................................11
II.1 DEFINITION DES CONCEPTS CLES......................................................................................11
II.2 EDUCATION ENVIRONNEMENTALE...................................................................................11
II.2.1 Histoire de l’Education Environnementale...............................................................................11
II.2.2 But de l’éducation environnementale .......................................................................................12
II.2.3 Principes de fonctionnement de l’éducation environnementale.................................................12
II.2.4 Importance de l’éducation environnementale...........................................................................13
II.3 LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT .........................................................................13
CHAPITRE III PRESENTATION ET INTERPRETATION DES RESULTATS DE
L’ENQUETE....................................................................................................................16
III.1 PRESENTATION DE L’ENQUETE.........................................................................................16
III.1.1 Objectifs de l’enquête.............................................................................................................16
III.1.2 Outils de l’enquête .................................................................................................................16
III.1.2.1 L’échantillon.......................................................................................................................16
III.1.2.2 L’interview.......................................................................................................................... 17
III.1.2.3 L’enquête par questionnaire................................................................................................ 17
III.2 CARACTERISTIQUES DE L’ECHANTILLON ......................................................................17
CONCLUSION PARTIELLE ............................................................................................27
CHAPITRE IV : PROJET DE RENFORCEMENT DE L’EDUCATION
ENVIRONNEMENTALE DANS LE QUARTIER NKAFU EN COMMUNE DE KADUTU. ...28
48
IV.1 IDENTIFICATION DU PROJET..............................................................................................28
IV.1.1 Définition ...............................................................................................................................28
IV.1.2 Justification du projet.............................................................................................................28
IV.1.3 Objectif et but du projet..........................................................................................................28
Iv.1.3.1 Objectif................................................................................................................................28
Iv.1.3.2 But.......................................................................................................................................28
IV.1.4 Durée et localisation du projet................................................................................................28
IV.1.5 Nature et cadre juridique du projet........................................................................................ 29
Iv.1.5.1 Nature................................................................................................................................. 29
Iv.1.5.2 Cadre juridique du projet..................................................................................................... 29
IV.1.6 Stratégie du projet................................................................................................................. 29
IV.2 OPPORTINUTE, PERTINENCE ET FAISABILITE DU PROJET.......................................... 29
Iv.2.1 Opportunité............................................................................................................................ 29
Iv.2.2 Pertinence.............................................................................................................................. 29
Iv.2.3 Faisabilité .............................................................................................................................. 29
IV.3.1 Phases ou activités du projet...................................................................................................30
Iv.3.1.1 Prospection du milieu...........................................................................................................30
Iv.3.1.2 Acquisition des documents officiels permettant d’opérer et location des locaux. ...................30
Iv.3.1.3 Recrutement et engagement du personnel.............................................................................30
Iv.3.1.4 Formation du personnel........................................................................................................30
Iv.3.1.5 La collecte des fonds internes et la recherche de financement ...............................................30
Iv.3.1.6 Acquisition des matériels d’éducation ..................................................................................30
Iv.3.1.7 Conscientisation, sensibilisation et animation de la population .............................................31
Iv.3.1.8 Vulgarisation pratique des mesures de protection environnementale et l’élargissement du
rayon d’activité des éducateurs..........................................................................................................31
Iv.3.1.9 Suivi ....................................................................................................................................31
Iv.3.1.10 Evaluation..........................................................................................................................31
IV.4 PLANIFICATION DES ACTIVITES OU INTRANTS DU PROJET........................................32
IV.5 PROGRAMMATION DES ACTIVITES DU PROJET .............................................................33
IV .5.1. Organisation du projet ........................................................................................................35
Iv.5.1.2 Fonctionnement du Projet...................................................................................................36
IV.6 BUDGETISATION ..................................................................................................................36
IV.6.1 Engagement humain ...............................................................................................................37
Iv.6.1.1 Rémunération du personnel..................................................................................................37
49
IV.6.2 Engagement Matériel .............................................................................................................37
IV.6.2.1 Matériel immobilier ............................................................................................................37
IV.6.2.1 Matériel roulant...................................................................................................................37
IV.6.2.3 Fourniture de Bureau et des locaux de formation .................................................................37
IV.6.2.4 Produits pour fonctionnement du matériel roulant................................................................38
IV.7 TABLEAU SYNTHESE DU BUDGET...................................................................................38
IV.8 MOBILISATION DE FINANCEMENT ...................................................................................38
IV.8.1 suivi et évaluation...................................................................................................................38
CONCLUSION GENERALE.............................................................................................42
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .............................................................................44
TABLE DES MATIERES……………………………………………………………………………………………………..46

Contenu connexe

Tendances

Cours gestion de production ensit dp
Cours gestion de production ensit dpCours gestion de production ensit dp
Cours gestion de production ensit dp
Abdelhak Essoulahi
 
Rapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entrepriseRapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entreprise
Abdul Karim Jaber
 
Présentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de MémoirePrésentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de Mémoire
Claire Prigent
 

Tendances (20)

Démarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifiqueDémarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifique
 
Présentation pfe
Présentation pfePrésentation pfe
Présentation pfe
 
Cours gestion de production ensit dp
Cours gestion de production ensit dpCours gestion de production ensit dp
Cours gestion de production ensit dp
 
Maroc : Plan emergence
Maroc : Plan emergenceMaroc : Plan emergence
Maroc : Plan emergence
 
Audit logistique
Audit logistiqueAudit logistique
Audit logistique
 
la gestion des carrières
la gestion des carrièresla gestion des carrières
la gestion des carrières
 
Rapport de Mémoire Master Recherche
Rapport de Mémoire Master RechercheRapport de Mémoire Master Recherche
Rapport de Mémoire Master Recherche
 
Rapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entrepriseRapport de visite de l'entreprise
Rapport de visite de l'entreprise
 
Présentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de MémoirePrésentation Soutenance de Mémoire
Présentation Soutenance de Mémoire
 
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiquesLes positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
Les positionnements épistémologiques et Outils méthodologiques
 
Memoire presentation
Memoire presentationMemoire presentation
Memoire presentation
 
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
La dématérialisation et la digitalisation des documents et procédures (CAS DG...
 
ERP et conduite du changement
ERP et conduite du changementERP et conduite du changement
ERP et conduite du changement
 
Cours de gestion de projet Pr Falloul
Cours de gestion de projet Pr FalloulCours de gestion de projet Pr Falloul
Cours de gestion de projet Pr Falloul
 
PFE en gestion du stock
PFE en gestion du stockPFE en gestion du stock
PFE en gestion du stock
 
Rapport projet de fin d'études: Elaboration d’un tableau de bord et politique...
Rapport projet de fin d'études: Elaboration d’un tableau de bord et politique...Rapport projet de fin d'études: Elaboration d’un tableau de bord et politique...
Rapport projet de fin d'études: Elaboration d’un tableau de bord et politique...
 
METHODOLOGIE DE REDACTION DE MEMOIRE
METHODOLOGIE DE REDACTION DE MEMOIREMETHODOLOGIE DE REDACTION DE MEMOIRE
METHODOLOGIE DE REDACTION DE MEMOIRE
 
Cours master methodologie de recherche 2018
Cours master methodologie de recherche 2018Cours master methodologie de recherche 2018
Cours master methodologie de recherche 2018
 
Mémoire kevin smadja 4ème année 15 06-16 final
Mémoire kevin smadja 4ème année 15 06-16 finalMémoire kevin smadja 4ème année 15 06-16 final
Mémoire kevin smadja 4ème année 15 06-16 final
 
Rapport de stage assurance ASCOBA
Rapport de stage assurance ASCOBA Rapport de stage assurance ASCOBA
Rapport de stage assurance ASCOBA
 

Similaire à Impact de l'Education environnementale sur la protection de l'environnement physique du Quartier Nkafu à Bukavu

Approche écosystémique
Approche écosystémiqueApproche écosystémique
Approche écosystémique
YASMINEARCHI2015
 
Rapport biodiversité terra nova - contribution n°24 1-1
Rapport biodiversité   terra nova - contribution n°24 1-1Rapport biodiversité   terra nova - contribution n°24 1-1
Rapport biodiversité terra nova - contribution n°24 1-1
Abdennour Mohamed
 
Lignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produits
Lignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produitsLignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produits
Lignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produits
Pierre Taillant
 
support formation EDD enseignants.pdf
support formation EDD enseignants.pdfsupport formation EDD enseignants.pdf
support formation EDD enseignants.pdf
HACKERVANTA
 
0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable Ccil0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable Ccil
CCI Loiret
 
GIZC France et Indonésie
GIZC France et Indonésie GIZC France et Indonésie
GIZC France et Indonésie
Indra Hermawan
 
ROSKO14 - Industrial and territorial ecology
ROSKO14 - Industrial and territorial ecologyROSKO14 - Industrial and territorial ecology
ROSKO14 - Industrial and territorial ecology
Territorial Intelligence
 

Similaire à Impact de l'Education environnementale sur la protection de l'environnement physique du Quartier Nkafu à Bukavu (20)

Cousteau cours nº2
Cousteau cours nº2Cousteau cours nº2
Cousteau cours nº2
 
Le Programme des rencontres
Le Programme des rencontresLe Programme des rencontres
Le Programme des rencontres
 
Approche écosystémique
Approche écosystémiqueApproche écosystémique
Approche écosystémique
 
Mémoire Master 2 - La perception des touristes sur l'environnement suite à u...
Mémoire Master 2 - La perception des touristes sur l'environnement suite à u...Mémoire Master 2 - La perception des touristes sur l'environnement suite à u...
Mémoire Master 2 - La perception des touristes sur l'environnement suite à u...
 
Rapport conference eau - 2017- cameroun- cecosda- iucn- unesco- minee- padoue...
Rapport conference eau - 2017- cameroun- cecosda- iucn- unesco- minee- padoue...Rapport conference eau - 2017- cameroun- cecosda- iucn- unesco- minee- padoue...
Rapport conference eau - 2017- cameroun- cecosda- iucn- unesco- minee- padoue...
 
Rapport biodiversité terra nova - contribution n°24 1-1
Rapport biodiversité   terra nova - contribution n°24 1-1Rapport biodiversité   terra nova - contribution n°24 1-1
Rapport biodiversité terra nova - contribution n°24 1-1
 
L’intégration sectorielle des politiques environnementales : un défi réalisa...
L’intégration sectorielle des politiques environnementales : un défi réalisa...L’intégration sectorielle des politiques environnementales : un défi réalisa...
L’intégration sectorielle des politiques environnementales : un défi réalisa...
 
Lignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produits
Lignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produitsLignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produits
Lignes directrices pour l'analyse sociale du cycle de vie des produits
 
support formation EDD enseignants.pdf
support formation EDD enseignants.pdfsupport formation EDD enseignants.pdf
support formation EDD enseignants.pdf
 
0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable Ccil0907 Devtdurable Ccil
0907 Devtdurable Ccil
 
GIZC France et Indonésie
GIZC France et Indonésie GIZC France et Indonésie
GIZC France et Indonésie
 
PROTOCOLE NORMALISE DE COMMUNICATION ET DE DIFFUSION D’ALERTE EN CAS DE CATAS...
PROTOCOLE NORMALISE DE COMMUNICATION ET DE DIFFUSION D’ALERTE EN CAS DE CATAS...PROTOCOLE NORMALISE DE COMMUNICATION ET DE DIFFUSION D’ALERTE EN CAS DE CATAS...
PROTOCOLE NORMALISE DE COMMUNICATION ET DE DIFFUSION D’ALERTE EN CAS DE CATAS...
 
Poleatlantique
PoleatlantiquePoleatlantique
Poleatlantique
 
Le Premier MOOC en Ecotourisme est Tunisien
Le Premier MOOC en Ecotourisme est Tunisien Le Premier MOOC en Ecotourisme est Tunisien
Le Premier MOOC en Ecotourisme est Tunisien
 
Programme de la formation
Programme de la formation Programme de la formation
Programme de la formation
 
ROSKO14 - Industrial and territorial ecology
ROSKO14 - Industrial and territorial ecologyROSKO14 - Industrial and territorial ecology
ROSKO14 - Industrial and territorial ecology
 
Du développement durable à la Responsabilité sociétale
Du développement durable à la Responsabilité sociétaleDu développement durable à la Responsabilité sociétale
Du développement durable à la Responsabilité sociétale
 
IT-Gatineau 2011 : Guide du participant
IT-Gatineau 2011 : Guide du participantIT-Gatineau 2011 : Guide du participant
IT-Gatineau 2011 : Guide du participant
 
Strasbourg2010 partoune
Strasbourg2010 partouneStrasbourg2010 partoune
Strasbourg2010 partoune
 
ROSKO14 - Intelligence
ROSKO14 - IntelligenceROSKO14 - Intelligence
ROSKO14 - Intelligence
 

Impact de l'Education environnementale sur la protection de l'environnement physique du Quartier Nkafu à Bukavu

  • 1. 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ENSEIGNEMENT SUPERIEUR,UNIVERSITAIRE ET RECHERCHE SCIENTIFIQUE INSTITUTS SUPERIEURS TECHNIQUES INSTITUT SUPERIEUR DE DEVELOPPEMENT RURAL ISDR/BUKAVU Version finale remise après lecture de 2 lecteurs (CT Abdou BUKENI et CT Me KIMENGELE) Ce Samedi 13/07/2013. JUILLET 2013 ANNEE ACADEMIQUE 2012 – 2013 IMPACT DE L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT PHYSIQUE DU QUARTIER NKAFU DANS LA COMMUNE DE KADUTU/Ville de Bukavu B.P : 2849/BUKAVU Directeur CT Roger MUHUNGA MATUMWABIRI Licencié Agrégé en Biologie Présenté par : AGANZE CIMUSA Travail de Fin de Cycle présenté en vue de l’obtention du diplôme de Graduat en Développement Rural Option : Environnement et Développement Durable Niveau de technicité : A1
  • 2. i EEPPIIGGRRAAPPHHEE «« LLeess êêttrreess hhuummaaiinnss ssoonntt aauu cceennttrree ddeess pprrééooccccuuppaattiioonnss rreellaattiivveess aauu ddéévveellooppppeemmeenntt dduurraabbllee.. IIllss oonntt ddrrooiitt àà uunnee vviiee ssaaiinnee eett pprroodduuccttiivvee eenn hhaarrmmoonniiee aavveecc llaa nnaattuurree »».. HHaarrrryy TTRRUUMMAANN
  • 3. ii IN MEMORIAM A vous notre très cher et bien aimé Père BUBAKA CHUBAKA Désiré que le destin a arraché si tôt à notre affection sans goûter ni encore palper les fruits de nos études. Que votre âme repose en paix.
  • 4. iii DDEEDDIICCAACCEE AA nnoottrree cchhèèrree mmaammaann,, KKIITTOO SSAAFFII AAddrriieennnnee,, ppoouurr ttoouuss lleess ssaaccrriiffiicceess ddiiggnneess ddee ggrraannddee eessttiimmee ccoonnsseennttiiss àà nnoottrree ffaavveeuurr.. AAGGAANNZZEE CCIIMMUUSSAA VVaalleennttiinn
  • 5. iv RREEMMEERRCCIIEEMMEENNTTSS LL’’aabboouuttiisssseemmeenntt dduu pprréésseenntt ttrraavvaaiill eesstt llee ffrruuiitt ddeess eeffffoorrttss ccoonnjjuugguuééss ddee pplluuss dd’’uunnee ppeerrssoonnnnee.. CC’’eesstt ppoouurrqquuooii,, nnoouuss aavvoonnss ll’’oobblliiggaattiioonn mmoorraallee dd’’eexxpprriimmeerr nnooss sseennttiimmeennttss ddee ggrraattiittuuddee eett ddee pprrooffoonnddss rreemmeerrcciieemmeennttss àà ttoouuss cceeuuxx qquuii,, ddee pprrèèss oouu ddee llooiinn,, nnoouuss oonntt tteennuu llaa mmaaiinn ppoouurr ssaa rrééaalliissaattiioonn.. DD’’aabboorrdd,, nnoouuss rreennddoonnss ggrrââccee àà ll’’EEtteerrnneell DDiieeuu nnoottrree PPèèrree,, MMaaîîttrree ddeess tteemmppss eett ddeess cciirrccoonnssttaanncceess ppoouurr llee ccoouurraaggee,, llaa ffoorrccee,, llaa pprrootteeccttiioonn,, llaa bboonnnnee ssaannttéé,, llaa ssaaggeessssee eett llee ssoouuffffllee ddee vviiee qquu’’iill nnee cceessssee ddee nnoouuss ggaarraannttiirr :: EEnnssuuiittee,, nnoouuss eexxpprriimmoonnss nnooss ssiinnccèèrreess rreemmeerrcciieemmeennttss àà ttoouutt llee ccoorrppss sscciieennttiiffiiqquuee eett aaddmmiinniissttrraattiiff ddee ll’’IInnssttiittuutt SSuuppéérriieeuurr ddee DDéévveellooppppeemmeenntt RRuurraall,, ppaarrttiiccuulliièèrreemmeenntt aauu CChheeff ddee TTrraavvaauuxx RRooggeerr MMUUHHUUNNGGAA MMAATTUUMMWWAABBIIRRII,, nnoottrree DDiirreecctteeuurr qquuii,, mmaallggrréé sseess mmuullttiipplleess ooccccuuppaattiioonnss,, aa aacccceeppttéé ddee nnoouuss ccoonndduuiirree aavveecc uunnee aatttteennttiioonn ppaarrttiiccuulliièèrree eett uunnee rriigguueeuurr sscciieennttiiffiiqquuee ppoouurr llaa rrééaalliissaattiioonn ddee ccee ttrraavvaaiill.. NNoouuss rreessttoonnss rreeccoonnnnaaiissssaanntt àà ll’’eennddrrooiitt ddee nnoottrree ggrraanndd--ffrrèèrree,, nnooss ppeettiittss ffrrèèrreess,, nnooss ssœœuurrss,, nnooss bbeeaauuxx--ffrrèèrreess,, nnooss ccoouussiinnss eett ccoouussiinneess,, nnooss oonncclleess eett ttaanntteess :: CCiizzaa AAYYAAGGIIRRWWEE,, AACCIIZZAA CCUUBBAAKKAA CChhrriissttiiaann,, AAMMAANNII BBAADDEESSIIRREE JJaapphheett,, AAKKOONNKKWWAA CCUUBBAAKKAA AAnnnnyy,, BBUUSSIIMMEE AALLIIHHAAMMWWAABBOO DDoouuccee,, MMUUNNYYEERREENNKKAANNAA CCUUBBAAKKAA,, CCUUBBAAKKAA NNiiccoollee,, CCUUBBAAKKAA RRiipphhiinnee,, NNAAMMWWEESSII CCUUBBAAKKAA BBiijjoouuxx,, AABBEEKKAA NNDDIIRRIIRRAA GGéénnéérroossee,, MMWWAAMMIINNII BBAAGGAAYYAAMMUUKKWWEE CCllaauuddiinnee,, PPoottiieenn MMUUHHUUBBAAOO BBAAKKOONNDDJJOO,, PPaassccaall MMUUNNOOKKAA MMAABBIIRRAA,, MMUULLUUMMEEOODDEERRHHWWAA ZZAAGGAABBEE OOlliivviieerr,, OOMMBBEENNII MMUULLEEMMAAZZAA,, CCIIRRHHUUBBAAKKAADDEERRAA IIBBOOMMBBOO JJaacckk,, KKUULLIIMMUUSSHHII MMUUHHIIRRWWAA,, BBEERRCCKKMMAASS MMUUNNAANNDDII,, SSOOLLAANNGGEE ppoouurr lleeuurrss cchhaalleeuurreeuusseess aaffffeeccttiioonnss eett eennccoouurraaggeemmeennttss.. NNoouuss éépprroouuvvoonnss ééggaalleemmeenntt nnoottrree pprrooffoonnddee rreeccoonnnnaaiissssaannccee àà ttoouuss nnooss ccaammaarraaddeess ééttuuddiiaannttss,, nnooss aammiiss eett ccoonnnnaaiissssaanncceess :: IIMMAANNII MMUUSSHHAAGGAALLUUSSAA CClléémmeenntt,, AAGGAANNZZEE BBAAGGAALLWWAA LLééoonnaarrdd,, AAKKIILLIIMMAALLII MMUUBBIIGGAALLOO DDiieeuuddoonnnnéé,, SSAAFFAARRII BBAAZZIIBBUUHHEE,, AAiimméé JJuulleess MMUURRHHUULLAA MMAANNEEGGAABBEE,, MMUUZZUUSSAANNGGAABBOO AAGGAANNZZEE BBrriiccee,, BBAAHHAATTII BBUUYYAANNEE JJeeaann,, WWAABBUULLAAKKOOMMBBEE MMUUZZIIKKOO DDiieeuuddoonnnnéé ppoouurr lleeuurr ssoouuttiieenn mmoorraall.. NNoouuss ppeennssoonnss ppaarr llaa ssuuiittee àà ttoouuss lleess hhaabbiittaannttss dduu QQuuaarrttiieerr NNkkaaffuu qquuii oonntt ppeerrmmiiss llaa rrééaalliissaattiioonn ddee ccee ttrraavvaaiill eenn aacccceeppttaanntt ddee rrééppoonnddrree vvoolloonnttiieerrss àà nnoottrree qquueessttiioonnnnaaiirree dd’’eennqquuêêttee eenn ffoouurrnniissssaanntt lleess ddoonnnnééeess ddee bbaassee ppoouurr nnooss aannaallyysseess.. EEnnffiinn,, qquuee ttoouuss cceeuuxx qquuii nn’’oonntt ppaass vvuu lleeuurrss nnoommss cciittééss eett qquuii oonntt ppaarrttiicciippéé dd’’uunnee mmaanniièèrree oouu dd’’uunnee aauuttrree àà llaa rrééaalliissaattiioonn ddee cceettttee œœuuvvrree sscciieennttiiffiiqquuee,, ttrroouuvveenntt iiccii ll’’eexxpprreessssiioonn ddee nnoottrree pprrooffoonnddee ggrraattiittuuddee.. AAGGAANNZZEE CCIIMMUUSSAA VVaalleennttiinn
  • 6. v SIGLES ET ACRONYMES BDOM : Bureau Diocésain des Œuvres Médicales C.T : Chef de Travaux CFC : Chlorofluorocarbone E.P : Ecoles Primaires ICCN : Institut Congolais pour la Conservation de la Nature ONU : Organisation des Nations Unies P.T : Prix Total P.U : Prix Unitaire PNUE : Programme des Nations Unies pour l’Environnement RRDDCC :: RRééppuubblliiqquuee DDéémmooccrraattiiqquuee dduu CCoonnggoo.. SNEL : Société Nationale de l’Electricité T.F.C : Travail de Fin de Cycle TDR : Technicien de Développement Rural UNESCO : Organisation de Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture
  • 7. 1 INTRODUCTION GENERALE 1. PROBLEMATIQUE L’homme pour survivre a besoin de réaliser une certaine production à partir d’autres facteurs qui lui sont subsidiaires ; il s’agit de la nature et de la technique. Cependant, il se produit que lors du processus de production, l’atteinte soit portée à l’environnement. Ces facteurs doivent donc être harmonieusement utilisés ; ils doivent être entretenus avec soin ; cet entretien est rendu possible grâce à des différentes formes de formation, d’éducation relative à l’environnement sans lesquelles aucun développement ne s’avère envisageable.(TUBADI NKUNA Patient Pepe,2007). Selon l’UNESCO-PNUE (1991), il semble impératif d’élaborer une approche du développement de ressources humaines en tenant compte de la diversité des demandes culturelles ainsi que des besoins d’un développement écologiquement rationnel, durable et équitable ; de même il sera nécessaire de refléter ces nouvelles connaissances dans les politiques, stratégies et programmes interdisciplinaires d’éducation et de formation scientifique et technologique. L’UNESCO Bureau International d’Éducation (2003), souligne aussi que l’éducation environnementale est le pilier du développement durable qui révèle d’une importance capitale pour que la mondialisation garde un visage humain en contribuant à une répartition équilibrée des connaissances pour la protection de l’environnement. En effet, la notion de protection de l’environnement occupe une place de choix dans les multiples conférences, protocoles, débats tant nationaux qu’internationaux en ce qui concerne les mesures limitatives de la dégradation de l’environnement en général et de l’environnement physique en particulier (BITUNDU MWANATHANYA, 2012). L’éducation est essentielle pour susciter une prise de conscience aux questions écologiques et éthiques ainsi que des valeurs, des attitudes et des compétences, et un comportement compatible avec le développement durable pour que la participation effective du public à la prise des décisions soit assurée. L’UNESCO PNUE (1992), recommande que les citoyens et les décideurs doivent maîtriser un certain nombre de compétences intellectuelles qui leur permettent d’obtenir des images plus exactes et plus complètes des problèmes complexes auxquels ils sont confrontés. Le type de connaissance nécessaire pour résoudre efficacement les problèmes du monde d’aujourd’hui sursaturé d’informations, ne peut plus être une accumulation sans fin des faits, c’est une approche plus fonctionnelle visant à identifier et à étudier les diverses
  • 8. 2 façons possibles d’agir face aux problèmes, tout en gardant à l’esprit le besoin de l’environnement. En R.D.Congo, l’éducation environnementale passée à travers les conférences, protocoles et débats nationaux a eu un impact palpable sur la protection de l’environnement qui conduisit à la création des différents services publics spécialisés chargés de gérer l’environnement. Il est de bonne presse de dire que l’environnement à partir de cette éducation, est déjà protégé par les services publics comme le ministère de l’environnement, tourisme et conservation de la nature, les établissements publics spécialisés comme l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) et le projet bilatéral pour la protection des parcs nationaux, le ministère de l’habitat, de l’agriculture, etc. (KIMENGELE ULEDI, 2011). Au niveau des provinces, l’éducation a débouché à l’installation des divisions de l’environnement et leur supervision dans les communes. (INNOCENT BAYUBASIRE, 2012) Dans le quartier NKAFU, différents clubs et groupes des amis de la nature dispensent activement l’éducation environnementale ; une éducation non sans effet sur l’environnement physique. D’où les deux questions qui méritent d’être posées : - Quel est l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique dans le quartier NKAFU ? - Quelle stratégie faut-il mettre sur pied pour renforcer cette éducation environnementale et donc la protection de l’environnement dans ledit quartier ? 2 .HYPOTHESES DE TRAVAIL Dans notre étude, nous cherchons à vérifier les hypothèses suivantes : - L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de l’environnement physique de NKAFU. - Un projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier susmentionné va contribuer à la protection de son environnement physique. 3. CHOIX ET INTERET DU SUJET Le choix de notre sujet n’a pas été un fait au hasard. En effet, dans le quartier Nkafu un constat se dégage ; constat selon lequel différents clubs et groupes d’amis de la nature dispensent activement l’éducation environnementale. Ce qui nous a poussé à choisir ce sujet
  • 9. 3 afin d’évaluer l’impact réel de cette éducation sur la protection de l’environnement dans ledit quartier. 4. OBJECTIFS DU TRAVAIL Le présent travail se propose d’atteindre les objectifs suivants : - Dégager l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique du quartier Nkafu - Proposer une stratégie de renforcement de cette éducation. 5. METHODES ET TECHNIQUES UTILISEES 5.1. Méthodes Dans notre travail nous avons fait recours aux méthodes suivantes : 5.1.1. Méthode comparative Cette méthode nous a aidé à comparer les comportements de la population du quartier Nkafu du moment ante-éducation au moment de l’éducation pour essayer de faire une confrontation des données sur la protection de l’environnement physique. A.CUVILIER ne dit-il pas que « La comparaison est même peut-être nécessaire dès la description elle-même, car on ne décrit rien que ce que l’on comprend, et comprendre c’est toujours opérer des rapprochements, des regroupements : c’est comprendre. » 5.1.2. Méthode descriptive Elle nous a aussi aidés à saisir les réalités concrètes du quartier Nkafu afin de mieux appréhender et expliquer l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique. 5.1.3. Méthode analytique Cette méthode nous a permis de faire une analyse des les apports réels de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique dans le quartier Nkafu en Commune de Kadutu. 5.2. Techniques Les techniques suivantes ont été utilisées : 5.2.1. L’analyse documentaire Elle a consisté à consulter certains travaux et ouvrages ayant abordé de près ou de loin le sujet en rapport avec l’objet de l’enquête.
  • 10. 4 5.2.2. L’observation participante En tant que membre du quartier sous examen, cette technique nous a permis de bien observer de près l’impact de l’éducation relative à l’environnement sur le milieu physique des ménages dudit quartier. 5.2.3. L’interview Cette dernière nous a aidé à communiquer verbalement avec les enquêtés afin de recueillir les données recherchées. 5.2.4. L’enquête par questionnaire Un questionnaire portant quatorze questions a été distribué de manière échantillonnée aux différentes personnes du quartier, c’est-à-dire aux autorités et aux habitants. Celui-ci nous a permis de connaitre le degré de valorisation de l’éducation environnementale pour la protection de l’environnement physique dans ce quartier. 5.2.5. Analyse statistique Elle nous a servi dans le traitement des données quantitatives en vue d’en dégager des conclusions avec le recours à des tableaux statistiques. 6. DIFFICULTES RENCONTREES La réalisation de ce travail n’a pas été facile, elle a été confrontée aux nombreuses difficultés parmi lesquelles les plus saillantes sont :  L’indisponibilité de certains habitants à nous fournir les informations nécessaires au sujet de notre recherche ;  La mauvaise volonté de certaines personnes à répondre au questionnaire. 7. DELIMITATION SPATIO-TEMPORELLE DU TRAVAIL Notre étude s’est effectuée sur les quatre cellules et les onze avenues du quartier Nkafu citées dans la partie de la présentation du milieu. Elle s’est étendue sur période de 5 mois allant de Décembre de l’année 2012 jusqu’en Avril de l’année 2013.
  • 11. 5 8. PRESENTATION SOMMAIRE DU TRAVAIL Hormis l’introduction et la conclusion générales, ce travail est reparti en quatre chapitres :  Le Chapitre 1 Intitulé Présentation du quartier Nkafu ; traitera des aspects géographiques, socio-culturels, économiques et la subdivision administrative du quartier susmentionné.  Le Chapitre 2 Etant intitulé Généralités sur l’éducation environnementale et la protection de l’environnement montrera les concepts clés relatifs au sujet, l’histoire de l’éducation environnementale, le but de cette éducation, ses principes de fonctionnement, son importance ; il parlera aussi de la protection de l’environnement où il brossera les illustrations de la protection de l’environnement à toutes les échelles  Le Chapitre 3 Portant sur Présentation et Interprétation des résultats de l’enquête, présentera l’enquête elle-même tout en montrant les objectifs de cette dernière, les outils utilisés lors de son déroulement, les caractéristiques de l’échantillon et l’interprétation des résultats de cette enquête.  Le Chapitre 4 C’est la partie du Projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier Nkafu en commune de Kadutu qui sera développé autour des sous points suivants : - Identification du projet - Opportunité, pertinence et faisabilité du projet - Opérationnalisation du projet - Planification des activités du projet - Programmation des activités du projet - Budgétisation du projet
  • 12. 6 CHAPITRE I : PRESENTATION DU QUARTIER NKAFU I.1 ASPECTS GEOGRAPHIQUES I.1.1 Superficie, délimitation et coordonnées géographiques Le quartier Nkafu avec ses 2684054,05 m² ; est limité :  Au nord par la commune de Bagira, Bralima ;  Au sud par l’avenue Murundu en passant par Bugabo et la rivière kawa ;  A l’Est par le lac-Kivu et l’Hôpital général de référence de Bukavu, ses coordonnées sont : 2° 30’ de latitude sud et 28° de longitude Est avec une altitude moyenne de 1600m ;  A l’Ouest par la zone Urbano-Rurale de Kasha, le quartier Cimpunda et la rivière Wesha. (Bureau quartier Nkafu, archives et notes actualisées ; rapport 2010). I.1.2 Climat Le quartier sous examen jouit d’un climat tropical ; la température moyenne annuelle est de 21,5°C, les maxima absolus varient entre 28,5°C et 34°C au début de la saison de pluie (Mairie de la ville de la ville de BUKAVU, Rapport annuel 2011.) NKAFU est pourvu de deux principales saisons dont la saison sèche qui va de juin à la fin d’août et la saison de pluie allant de septembre à mi-juin. La précipitation moyenne est de 1000 à 1500 mm/an ; les pluies de plus ou moins 20 mm/jour. A cet effet, la moyenne de la température se situe entre 17 et 19°C. I.1.3 Relief Nkafu a un relief combiné des collines, son altitude la plus élevée est de 2194 m et la plus basse du lac-kivu à 1462 m. ce quartier est érigé sur un relief trop accidenté et dans le bassin d’effondrement East appelé Eastern Valley et du Graben. (Mairie de la ville de Bukavu). I.1.4 Sol Il est plus ou moins fertile car c’est un sol argileux à coloration rougeâtre et limoneux à coloration noirâtre (selon les cellules du quartier) résultant de l’alunation des basaltes et des trachytes. Par l’absence des caniveaux ; les eaux de pluie coulent n’importe où et comment et celles-ci emportent une bonne portion de terre. C’est un sol exposé à l’érosion hydrique. I.1.5 Végétation La végétation du quartier Nkafu est prédominée par les herbes, une culture arborescente constituée aujourd’hui d’eucalyptus, calliandra, cyprès, leucena, jacaranta, grevelia,marcamia, philaos, pinus et autres arbres fruitiers et autres cultures maraîchères.
  • 13. 7 I.1.6 Hydrographie Le quartier Nkafu est traversé dans sa principale vallée par une rivière appelée Kawa et d’une autre nommée Wesha qui rassemblent les eaux venant des divers autres quartiers notamment Nyamugo, Cimpunda, etc. Il est à signaler que ce quartier appartient au bassin du lac-kivu, il y a aussi des petites sources comme tchemu tchemu à Kadurhu vers inga. I.2 ASPECTS SOCIO-CULTURELS I.2.1 Population Etant estimée à 59.973, la population de Nkafu est formée des Shi, Lega, Havu, Nande. Celle –ci est fortement représentée par la tribu Shi. Voici alors comment est repartie la population de Nkafu par cellules et avenues. Tableau 1 : Répartition de la population du quartier Nkafu par cellules et avenues N° Cellules Avenues Nombres Total Total général 1. KAWA - Camp-zaïre - Inga - Bugabo I Filles Garçons Femmes HommesHommesFemmes 1053 975 961 1051 940 1193 1079 1104 980 2035 2070 2064 2035 2070 2064 2132 2079 1941 4167 4149 4005 Total cellule 2989 3184 3163 3065 6169 6152 12321 2. CLINIQUE - BugaboII - Bugabo III - Lycée Wima 1464 898 946 1419 1124 844 496 489 586 521 504 792 1940 1628 1636 1960 1387 1532 3900 3015 3168 Total cellule 3308 3387 1571 1817 5204 4879 10083 3. KARHALE - Cibera - Hopital gnl 2925 2508 2760 2632 2765 2386 2328 2278 5088 5818 5693 4786 10781 9804 Total cellule 5433 5392 5151 4606 10906 10479 20585 4. NYARWIZI MYA - Majengo - Mwangaza - Wesha 1054 1825 1702 1065 1787 1616 751 1124 1922 722 1380 2036 1787 3137 3652 1805 2952 3624 3592 6089 7276 Total cellule 4468 4468 3197 4138 8576 8381 16957 Total 16311 16431 13082 13626 30855 29891 59973 Source : Etat civil de la commune de Kadutu, rapport annuel NKAFU 2012 I.2.3 Education (Primaire, Secondaire et universitaire) et Régime de gestion. Le quartier Nkafu dispose de plusieurs infrastructures scolaires, publiques et privées : primaires, secondaires et universitaires dont nous pouvons cités : 13 écoles primaires, 10 écoles secondaires et autres universitaires.
  • 14. 8 Tableau 2 : Les écoles primaires du quartier Nkafu. N° Ecoles Cellules Régime de gestion 1. E.P NYARWIZIMYA NYARWIZIMYA CATHOLIQUE 2. E.P MBEGU BORA KARHALE PROTESTANT 3. E.P LA PROMESSE KARHALE PRIVE 4. E.P LYCEE WIMA KARHALE CATHOLIQUE 5. E.P TEKOA KARHALE PROTESTANT 6. E.P GROSKA KARHALE PRIVE 7. E.P SOS KARHALE PRIVE 8. E.P MULEZI KAWA PROTESTANT 9. E.P LA FRANÇAISE CLINIQUE PRIVE 10. E.P ERHAHAMWOBA CLINIQUE PROTESTANT 11. E.P KATALIKO CLINIQUE CATHOLIQUE 12. E.P TUPENDANE CLINIQUE PRIVE 13. E.P CIREGA CLINIQUE PRIVE Source : Rapport annuel des écoles primaires, Nkafu, 2012 Il ressort de ce tableau que la majeure partie des E.P est partagée entre la cellule clinique et Karhale. Il y a certes, les cellules Nyarwizimya et Kawa qui ne sont pas à jeter en bloc. Tableau 3 : Les écoles secondaires du quartier Nkafu. N° Ecoles Cellules Régime de gestion 1. LUMIERE CLINIQUE PRIVE 2. LA CHARITE DIVINE CLINIQUE PRIVE 3. INSTITUT LA PROMESSE KARHALE PRIVE 4. GROSKA KARHALE PRIVE 5. INSTITUT TECHNIQUE ISDR CLINIQUE OFFICIEL 6. INSTITUT BUGABO CLINIQUE PROTESTANT 7. INSTITUT MAKEDONIA CLINIQUE PROTESTANT 8. INSTITUT TUPENDANE CLINIQUE PRIVE 9. ECOLE SECONDAIRE LYCEE WIMA KARHALE CATHOLIQUE 10. INSTITUT MULEZI KAWA PROTESTANT Source : Rapport annuel des Ecoles secondaires, Nkafu 2012 Tableau 4 : Quelques universités et institutions supérieures du quartier Nkafu N° Universités et instituts supérieurs Cellules Régime de gestion 1. Institut Supérieur de Développement Rural (ISDR) CLINIQUE OFFICIEL 2. Institut Supérieur des Techniques médicales(ISTM) KARHALE OFFICIEL 3. Université Officiel de Bukavu(UOB) KARHALE OFFICIEL 4. Université Catholique de Bukavu(UCB) CLINIQUE CATHOLIQUE 5. ISTEGI CLINIQUE PRIVE
  • 15. 9 Source : Rapport annuel universités et enseignements supérieurs, 2012 Ce tableau nous montre que la plupart d’Universités et Institutions Supérieures sont de gestion officielle de l’Etat et se concentrent dans la cellule Clinique. I.2.4 Santé Dans le cadre sanitaire, le quartier Nkafu dispose de l’Hôpital Général Provincial de Référence de Bukavu, la clinique de Bukavu, le Centre Hospitalier de Santé Mentale, le dispensaire de l’ISTM et de SOS, le Dépôt pharmaceutique BDOM ; Etc. I.2.5 Religion Nkafu est un quartier regroupant plusieurs confessions religieuses dont la confession catholique et est la plus représentée, protestante : 5ème CELPA, 8ème CEPAC, 3ème CBCA, la croyance musulmane, les témoins de Jéhovah et même les sectes et églises dites de «Réveil » I.2.6 Sport et loisirs Le football et le basketball sont deux activités sportives représentées dans le quartier Nkafu, ce quartier dispose du terrain de football de l’ISDR et celui de l’ISTM et SNCC ainsi que le stadium de basket de l’ISDR et celui du Lycée Wima. Il est impérieux de signaler que d’autres activités sportives comme le volleyball, le handball etc. ne sont pas organisées dans Nkafu. I.3 ASPECTS ECONOMIQUES I.3.1 Agriculture L’agriculture au vrai sens du terme n’existe pas dans le quartier Nkafu, bien que fertile, le sol de Nkafu subit d’énormes morcellements parcellaires si bien que l’agriculture y perd son vrai sens. Toutefois, la population pratique dans des petites parcelles la culture des haricots, plantes maraichères et potagères. I.3.2 Elevage L’élevage des poules, caprins, chiens, chats, pigeons, porcs, cobayes, est le plus remarquable dans le quartier Nkafu et surtout dans les cellules Clinique et Nyarwizimya. I.3.3 Pêche La pêche est pratiquée sur le lac-Kivu et celle-ci ne préoccupe qu’une minorité de la population du quartier Nkafu.
  • 16. 10 I.3.4 Transport et communication En dépit des quelques réhabilitations de la route place de l’indépendance jusqu’au carrefour et du carrefour au Lycée Wima, les infrastructures routières ne sont pas en bon état ; les artères secondaires présentent des nids de poule qui ne permettent pas la circulation aisée des véhicules c’est-à-dire des personnes et leurs biens. Le transport à pied ne pas aussi à négliger dans ce quartier ; ce genre de transport est praticable aisément en période de la saison sèche à cause de son relief avéré accidenté qui se montre atroce en saison de pluie. Le quartier en question ne dispose d’aucun chemin de fer ni d’aéroports. En matière de la communication, Nkafu dispose de la radio universitaire ISDR –BUKAVU émettant sur 102.7 MHZ, une antenne télévisée alimentant la quasi-totalité de la ville de Bukavu, les antennes téléphoniques (pour le réseau airtel jadis connu progressivement sous les noms de Celtel, Zain et pour le réseau CCT changé aujourd’hui en Orange.) I.3.5 Institutions Financières Le quartier Nkafu dispose de plusieurs institutions financières dont on peut citer : la coopec Kawa (coopérative d’épargne et de crédit de Kawa), coopérative d’épargne et de crédit de Nyawera guichet place de l’indépendance, le SEP-CONGO, le centre Olame, les sociétés Silimu, Elmay et frères, REGIDESO et SNEL guichet place de l’indépendance. I.3.6 Artisanat A Nkafu, dans le cadre de l’artisanat on trouve des ateliers de coupe-coutures, cordonnerie, peinture, salon de coiffure, soudure, mécanique, débosselage, menuiserie, savonnerie. I.3.7 Commerce Le petit commerce des boutiquiers est plus remarquable dans le quartier Nkafu. Cependant, on y remarque aussi les commerces de grande échelle tels que : les quincailleries de vente de fer à béton, ciment et autres matériaux de construction, les pharmacies, les restaurants, les dépôts relais Bralima et autres dépôts boulangers, le marché Beach Muhanzi et le lieu aidant à la conduite de certaines activités commerciales du quartier sous examen. I.4 SUBDIVISION ADMINISTRATIVE DU QUARTIER NKAFU Le quartier Nkafu est subdivisé en cellules dont chacune est à son tour subdivisée en avenues. Il compte 4 cellules et 11 avenues.
  • 17. 11 CHAPITRE II : GENERALITES SUR L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE ET LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT II.1 DEFINITION DES CONCEPTS CLES.  Impact : c’est un effet produit par une action exercée. (Dictionnaire Micro Robert langue française plus, 1988,).  Education : Façon d’assurer la formation et le développement d’un être humain ; les moyens pour y parvenir, Bref c’est une formation (Dictionnaire Micro Robert langue française plus, 1988).  Environnement : Ensemble de conditions naturelles et culturelles qui peuvent agir sur les organismes vivants et les activités humaines (Dictionnaire Micro Robert langue française plus, 1988). Ensemble de facteurs susceptibles de concerner chacun d’entre nous dans ses relations avec la collectivité humaine et milieux collectifs naturels (J.P CHARBONNEAU et Al 1998).  Education Environnementale : C’est une éducation civique ayant pour but d’amener les individus et les collectivités à saisir la complexité de l’environnement tant naturel que créé par l’homme, complexité due à l‘interactivité de ses aspects biologiques, physiques, sociaux, économiques et culturels (Conférence de Tbilissi ,1977).  Protection : Action de mettre quelqu’un ou quelque chose à l’abri de ce qui peut nuire ou de ce qui peu représenter un danger (Microsoft dictionnaire encarta, 1993-2008). II.2 EDUCATION ENVIRONNEMENTALE II.2.1 Histoire de l’Education Environnementale Les plus anciennes mentions de l’éducation environnementale remontent au début du XVIIIe siècle à Jean Jacques Rousseau qui met en relief l’importance d’une éducation basée sur la notion de l’environnement dans Emile ou De l’éducation. Plusieurs décennies plus tard, Louis Agassiz, naturaliste suisse, fit écho à la philosophie de Rousseau en encourageant les jeunes gens à étudier la nature et non les livres. Cela étant, l’expression « éducation environnementale » ne commençant à être réellement employée que dans la seconde moitié du XXè siècle, époque à laquelle l’être humain commence, encore marginalement à réaliser que la terre et ses ressources ne sont pas infinis et ont des capacités de recyclage limitées. Très progressivement cette préoccupation diffuse des scientifiques et des protecteurs de la nature aux éducateurs, aux professionnels de la santé aux
  • 18. 12 organismes de solidarité et à des cercles de plus en plus larges de citoyens jusqu’à être intégrée par certaines entreprises et donner lieu à des forums internationaux. L’éducation environnementale devient ainsi une réponse nécessaire aux inconvénients des sociétés industrielles et commerciales qui n’observent pas le principe de respect des ressources et de responsabilité de nos gestes vis-à-vis des générations à venir. plusieurs organismes internationaux furent créés comme outils civiques globaux permettant d’accomplir une éducation à l’environnement-développement durable : l’Union Internationale pour la conservation de la nature en 1948 et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement en 1972 (Déclaration finale de la conférence des Nations Unies pour l’Environnement, sur www.unep.org,1972) II.2.2 But de l’éducation environnementale L’éducation environnementale vise à diffuser des connaissances et des valeurs, à promouvoir des comportements et à développer des compétences nécessaires pour participer de façon responsable et efficace à la prévention et à la solution des problèmes liés à la vie humaine dans l’environnement, et au maintien ou à la restauration de la qualité de l’environnement(André Giordan, Christian Souchon, Nicolas Hulot dans une éducation pour l’environnement). Actuellement, l’éducation environnementale est de plus en plus appelée « éducation au développement durable ». II.2.3 Principes de fonctionnement de l’éducation environnementale  Appréhender le réel L’éducation environnementale réelle est un enseignement requis pour évoluer en dehors des modèles sociaux infantilisants, générateurs de comportements dépendants et des pratiques polluantes. Cet enseignement du réel développe la perception et la compréhension des enjeux environnementaux et civiques et permet un engagement individuel. L’éducation environnementale réelle identifie le rapport symbiotique entre l’activité spécifique des différentes espèces, entre les habitats et leurs habitants. Elle est en lien avec les huit objectifs du millénaire pour le développement et s’élabore selon les savoirs accessibles à chacun.  Développer une vision d’ensemble La culture environnementale met en œuvre dans une vision d’ensemble, l’étude des ressources de l’environnement biophysique et de l’environnement humain. Elle applique à la biosphère comme à l’ensemble des activités humaines, les principes de saine gestion
  • 19. 13 consistant à ne pas affecter l’avenir au nom de l’immédiat. Deux principaux axes principaux représentent et identifient la culture environnementale : - La perception globale ou approche systémique qui permet d’envisager l’ensemble des phénomènes physiques, chimiques, biologiques, géologiques, climatiques, économiques et sociaux, de manière à pouvoir modéliser l’effet de chaque choix individuel ; - La gestion intégrée, qui consiste à agir sur un territoire donné en permettant avant décision, le dialogue entre usagers, propriétaires, gestionnaires, politiques, spécialistes et scientifiques dans le double objectif d’une répartition équitable(donc durable) que possible, et de ne pas compromettre l’avenir au nom de l’immédiat. Chaque axe permet d’acquérir des connaissances tant théoriques que pratiques, d’apprendre des techniques, des gestes, des pratiques et de développer des capacités et aptitudes personnelles au niveau de l’action locale comme dans la perspective globale de survie. L’émergence d’une culture environnementale concerne tous les humains, quel que soit leur âge, leur pays d’origine et leur fonction dans la société.  Enseigner selon des méthodes interactives, qui disent que la pratique sur le terrain favorise une adaptation directe à la réalité. La dynamique de groupe, la création de solidarité et la prise d’initiative pour la réalisation des nouvelles voies du savoir-faire et du faire d’ensemble ne peuvent pas s’élaborer sur un mode d’inculcation en milieu fermé, assis à un bureau. (http://fr mozilla firefox.org/ éducation environnementale.) II.2.4 Importance de l’éducation environnementale Il est dit ; que ce soit pour l’éradication de la pauvreté, la sauvegarde des milieux naturels ou l’amélioration de la qualité de vie, l’éducation environnementale et le développement durable contribue à l’évolution de la culture humaine, de l’hominisation (qui s’est achevée il y a au moins 38 000 ans, avec la généralisation de l’art, transmetteur de la mémoire) vers l’humanisation qui débite avec l’apparition des lois visant à régler la vie et ses conflits par voie autre que la guerre (Sigaut,o, 2009). II.3 LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT Au XXè s, la protection de l’environnement est devenue un enjeu majeur, en même temps que s’imposait l’idée de sa dégradation à la fois globale et locale, à cause des activités humaines polluantes. La préservation de l’environnement est un des trois piliers de développement durable. C’est aussi le 7ème des huit objectifs du millénaire pour le développement, considéré par l’ONU comme « Crucial pour la réussite des autres objectifs énoncé dans la déclaration du sommet du millénaire (leoclub 2011).
  • 20. 14 Dans le but de protéger l’environnement les lois émirent des principes. En RDC la loi n° 11/009 du 09 juillet 2011 portant principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement fit créée. Aujourd’hui chaque nation protège de sa manière son environnement, la protection est différente selon qu’il s’agit d’un pays en développement ou d’un pays développé.  Illustrations de la protection de l’environnement Ce sont des exemples sur la protection de l’environnement à toutes les échelles: 1. Le recyclage de déchets ; 2. La lutte anti-vectorielle ; 3. La lutte contre la pollution de l’air, eau et du sol par la réduction des émissions des polluants ; 4. La protection de la couche d’ozone qui sera de pare-rayonnements massifs des ultraviolets « UVs » avec l’application du protocole de Montréal 1987 sur la suppression de CFC et de protéger la couche d’ozone en se tournant vers d’autres produits et solutions. 5. La lutte contre les érosions par : o La construction des diguettes ou retenues d’eau ; o L’utilisation du compost et de la fumure organique; o L’installation des haies antiérosives, paillage, mulching, respect de la vocation des terres, conservations des rigoles ; o Culture sur courbe de niveau ; o La protection des pentes ; o Le reboisement ; o La rotation des cultures ; o L’utilisation réduite des engrais chimiques ; o La création des aires protégées pour des écosystèmes et espèces fragiles ; o La protection des têtes de sources naturelles ; o La réhabilitation des infrastructures publiques et l’installation des décharges publiques ; o La protection des jardins zoologiques et botaniques ; o La protection des ressources foncières et des zones côtières (www .wwf.org/wwf’s global network.)
  • 21. 15 o La protection de l’environnement est l’outil de développement étant donné qu’elle fait partie intégrante du développement sans laquelle aucun développement durable ne peut être envisagé. Sans protection de l’environnement, pas des ressources suffisantes pour faire les investissements qui s’imposent et donc pas de développement (BITUNDU MWANA THANYA, 2012)
  • 22. 16 CHAPITRE III PRESENTATION ET INTERPRETATION DES RESULTATS DE L’ENQUETE III.1 PRESENTATION DE L’ENQUETE Nos investigations menées dans le quartier Nkafu, commune de Kadutu, ville de Bukavu, nous ont permis de nous rendre compte de l’incidence qu’a l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique dudit quartier. Notre enquête s’est implémentée sur toute l’étendue du quartier Nkafu qui est constitué de 11 avenues bien précisées dans la partie monographique ou présentation du milieu d’étude. III.1.1 Objectifs de l’enquête L’objectif de notre enquête était de: - Donner l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique du quartier sous examen ; - Donner des suggestions et une stratégie de renforcement de cette éducation. III.1.2 Outils de l’enquête III.1.2.1 L’échantillon Pour déterminer notre échantillon, nous nous sommes référés à la formule de COCHRANG G. citée par Alain BOUCHARD. En effet cette formule stipule que quand la population mère faisant l’objet de l’enquête est inférieure ou égale à un million d’individus (1 000 000) on prend un échantillon de 96 individus avec une marge d’erreur de 10%. C’est cette méthode qui nous a permis de trouver la taille de l’échantillon corrigé pour une population mère de 59 973 personnes qui se trouve dans le quartier Nkafu. La formule d l’échantillon corrigé est la suivante : NC= N x n / N + n N = Taille de l’univers, n = Taille de l’échantillon pour l’univers fini 96 NC= échantillon corrigé Donc, NC= = = 95,8 ≈ 96. 59 973 + 96 60069 59 973 x 96 5757408
  • 23. 17 Pour ce qui nous concerne, la taille de notre échantillon est supérieure à 96, soit 129 enquêtés. III.1.2.2 L’interview A partir de cet outil de collecte de données d’enquêtes, nous avons pris contact direct avec nos enquêtés de différentes tranches d’âges, différentes avenues, différents genres et sur base des questions et échanges interactifs libres ; les données importantes pour notre travail ont été recueillies. La langue d’échange pendant l’interview était facultative partagée entre le Swahili et le Français. III.1.2.3 L’enquête par questionnaire Avec connaissance (sur base des expériences) que bien de gens savent bien coucher sur papier ce qu’ils pensent « d’une thématique quelconque » que de les dire à l’oral devant un enquêteur, il a été alors question d’élaborer un questionnaire pour avoir le plus d’informations possibles sur le thème de recherche. En effet, un questionnaire d’enquête comprenant des questions ouvertes et des questions fermées a été à nos enquêtés. III.2 CARACTERISTIQUES DE L’ECHANTILLON Tableau 5 : Répartition des enquêtés selon les tranches d’âges Tranches d’âges Effectifs % 13 à 25 ans 90 69,7 26 à 38 ans 31 24,3 39 à 50 ans 05 38,8 51 à 63 ans 02 1,5 Plus de 63 ans 01 0,7 Total 129 100 Au vu de ce tableau, nous constatons que 69,7% de nos enquêtés sont de tranche d’âges comprise entre 13 et 25 ans ceci pouvant s’expliquer par la majorité démographique de cette tranches d’âges dans ce quartier. La tranche modique reprend la population dont l’âge varie entre 26 et 38 ans représentant ainsi 24,3%, 38,8% sont de 39 à 50 ans, 1,5% sont de 51 à 53 ans et 0,7% est de l’âge de plus de 63 ans
  • 24. 18 Tableau 6 : Répartition des enquêtés selon le niveau d’études Niveau d’études Effectifs % Primaires 4 3,1 Secondaires 80 62,1 universitaires 37 28,6 Aucun 8 6,2 Total 129 100 Il ressort de ce tableau que 62,1 % de nos enquêtés ont le niveau secondaire, 28,6 % ont le niveau universitaire, 6,2 % sont sans niveau d’étude, 3,1 % représentant les enquêtés du niveau d’étude primaire. Les enquêtés du niveau secondaire battent le record dans l’échantillon et ceci pouvant s’expliquer par le fait que bien de nos enquêtés ont arrêtés leurs études au niveau secondaire (Soit diplôme d’Etat) suite à l’insuffisance des moyens financiers, l’embauche avant l’entrée à l’université, engagement dans le commerce et la carrière enseignante. Outre cet argumentaire, les personnes enquêtées en masse variant entre 13 et 25 ans (Tableau 5) sont surtout au niveau secondaire, les unes parce que l’âge le permet (Cursus Normal), les autres parce que les échecs ont minés leur cursus scolaire. Tableau 7 : Répartition des enquêtés selon le sexe Sexes Effectifs % Masculin 72 56 Féminin 57 44 Total 129 100 Ce tableau fait remarqué que la plus part de nos enquêtés est de sexe masculin et représente 56 % de l’échantillon. La minorité de nos enquêtés est constituée des personnes de sexe féminin représentant 44 %. Cela pouvant s’expliquer non seulement par la disponibilité des garçons que des filles dans le quartier mais aussi et surtout par l’acceptation libre et aisée des garçons de répondre à notre questionnaire.
  • 25. 19 Tableau 8 : Répartition des enquêtés selon les avenues Avenues Effectifs % Camp zaïre 7 3,8 Inga 18 14 Bugabo I 20 16 Bugabo II 9 7 Bugabo III ISDR 9 7 Lycée wima 13 10,2 Cibera 10 8 Hôpital général 7 4 Majengo 12 10 Mwangaza 12 10 Wesha 12 10 Total 129 100 Il ressort de ce tableau que le gros de nos enquêtés est constitué de l’avenue Bugabo I avec 16 %, suivi d’Inga avec 14 %, Lycée wima avec 10,2 %, Majengo 10% ; Mwangaza 10 %, Wesha10 %, Bugabo II avec 3 %, Bugabo III ISDR avec 7 %, Cibera 8%, 4 % pour le camp zaïre et 4 % pour l’avenue hôpital général. Ceci peut s’expliquer par les inégalités spatiales et démographiques avérées dans ce quartier. Commentaire des données proprement dites : questions adressées; Ce tableau montre que 38,8 % de nos enquêtés ont 1 à 10 ans d’ancienneté, 39,5 % ont 11 à 20 ans d’ancienneté, 15,5 % ont 21 à 30 ans d’ancienneté, 3,1% ont 31 à 40 ans et 3,1% ont 41 à 50 ans. Les anciennetés les plus remarquées étant celles de 1 à 10 ans et de 10 à 20 s’expliquent par le fait de la création récente de Nkafu et par conséquent, l’installation tardive pendant les vingt dernières années causée par l’exode rural, le déménagement des familles, la vente incontrôlée des parcelles au cours des années récentes. Ainsi, les anciennetés allant de 21 à 30 ans, de 31 à 40 ans et de 41 à 50 ans ont des pourcentages insignifiants qui s’expliqueraient bien car l’ancienneté ne pourrait jamais allée au-delà de la création du milieu. Tableau 9 : Ancienneté des enquêtés dans le quartier Nkafu. Réponses Effectifs % 1 à 10 ans 50 38,8 11 à 20 ans 51 39,5 21 à 30 ans 20 15,5 31 à 40 ans 4 3,1 41 à 50 ans 4 3,1 Total 129 100
  • 26. 20 Ces anciennetés sont par elles mêmes logiquement expliquées du fait que personnes ne peut faire plus d’âges dans le quartier que le quartier n’a lui-même. Elles sont quand même représentatives et s’expliquent par le cas échéant des personnes qui vivaient dans quartier Nkafu avant qu’il ne soit doté d’un statut juridique. Tableau 10 : Reconnaissance de l’existence de l'éducation environnementale dans le quartier sous examen. Réponses Effectifs % - Oui - Non Total 110 19 129 85,3 % 14,7 % 100 Les résultats de ce tableau montrent que 85,3% de nos enquêtés reconnaissent l’existence de l’éducation environnementale et 14,7% ne la reconnaissent pas dans le quartier Nkafu. Cette reconnaissance élevée peut être attribuable aux informations réelles reçues circulant dans le quartier Nkafu et aussi le courage de gens à suivre ces informations. La part de ceux qui disent « non » ne pas à négliger et elle se justifierait par la disparité de certaines personnes dans le quartier (Elles partent tôt le matin pour y revenir la nuit) qui n’ont pas le temps ni de suivre les informations ni de lire les revues et journaux. A côté de cette raison apparente peut figurer aussi la négligence de certaines gens. Au vu de ce tableau, 88,4% de nos enquêtés reconnaissent le problème de protection de l’environnement dans le quartier Nkafu. Ceci pouvant s’expliciter par l’insuffisance de personnes s’adonnant à la protection de l’environnement c.à.d. insuffisance de ceux qui ont le souci de bien préserver l’environnent et 11,6 % ne reconnaissent pas l’existence d’un problème de protection de l’environnement non parce qu’ils n’en connaissent pas réellement mais parce qu’ils prennent leur situation précaire comme étant réelle et/ou normale et font alors abstraction du problème. Tableau 11 : Reconnaissance de l’existence d’un problème de protection de l'environnement dans le quartier sous examen Réponse s Effectifs % -Oui 114 88,4 -Non 15 11,6 Total 129 100
  • 27. 21 Tableau 12 : Part de responsabilité dans les atteintes portées à l’environnement. Réponses Effectifs % - Habitants du quartier 103 79,8 - Autorités étatiques 13 10,1 - Habitants et autorités étatiques 13 10,1 Total 129 100 De ce tableau, il ressort que les atteintes sont portées à l’environnement à 79,8% par les habitants de Nkafu ceci pouvant s’expliciter par les activités anthropiques dégradantes dues à la promiscuité et concourant au manque ou à l’insuffisance de dépotoirs, canalisations pour l’évacuation des déchets et eaux usées, les constructions et la culture à des endroits impropres, Etc., à 10,1% par les autorités étatiques qui peut s’expliquer par la non réglementation à tous les niveaux (Démographique, Economique, Foncier…) et à 10,1 la part de responsabilité est partagée entre les habitants et les autorités étatiques. Tableau 13 : Réception de l'éducation environnementale Réponses Effectifs % - Oui 111 86 - Non 18 14 Total 129 100 Ce tableau montre que 86% de nos enquêtés ont déjà reçu l’éducation relative à l’environnement ce nombre élevé des récepteurs peut être attribuable non seulement à la présence des clubs des éducateurs environnementaux dans le quartier, post radio et téléviseur dans nombre de ménages mais aussi à la participation aux séminaires et conférences, participation aux séances scolaires et ecclésiastiques et 14% ne l’ont jamais reçu. Si modeste que soit ce dernier pourcentage, il se justifierait par l’isolement (Solitaire) et la négligence de certaines personnes qui se tournent et se referment sur elles-mêmes et donc, elles se coupent de toute source d’information.
  • 28. 22 Tableau 14 : Voie de réception de l’éducation environnementale Réponses Effectifs % - Séminaires et conférences 16 12,4 - Informations à la radio, sensibilisation et télé 57 44,2 - Recherche personnelle 5 3,9 - A l’école et à l’église 51 39,5 Total 129 100 Les résultats de ce tableau montrent qu’à 12,4% la population du quartier Nkafu reçoit l’éducation environnementale par voie des séminaires et conférences. Ce pourcentage paraît moindre par le fait que l’opportunité ou la chance de participer à un séminaire ou à une conférence n’est pas la même pour tout le monde ; 44,2% par voie d’informations diffusées à la radio et à la télévision et par les sensibilisations. Cette ample proportion de l’échantillon peut s’expliquer par la majorité des ménages à disposer des radios, télévisions (et les qui les suivent quand même) et aussi par la circulation des sensibilisateurs dans le quartier, 3,9% par voie de la recherche personnelle et 39,5 par voie d’enseignements à l’école et à l’église (Prédications et reproches correctifs faits à l’école et à l’église). Tableau 15 : Contribution de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique du quartier Nkafu Réponses Effectifs % - Oui 52 40,3 - Non 77 59,7 Total 129 100 De ce tableau, il ressort que 40,3% de nos enquêtés affirment la contribution de l’éducation environnementale dans la protection de l’environnement du quartier Nkafu. Ceci peut s’expliquer par la négligence dans la mise en pratique des mesures de protection reçues par les éducateurs et 59,7% l’infirment. Cette infirmation s’expliquerait par l’apparence réelle des effets néfastes sur l’environnement en dépit de l’éducation environnementale faite dans le quartier Nkafu.
  • 29. 23 Tableau 16 : Les obstacles auxquels se heurte cette éducation Réponses Effectifs % Non mise en pratique des instructions reçues 54 41,9 Résistance de la population 42 32,6 Manque de cohésion sociale 17 13,2 Non participation de la population souhaitée 16 12,4 Total 129 100 La non mise en pratique des instructions reçues est à 41,9% l’obstacle auquel se heurte l’éducation environnementale. Ceci peut s’interpréter par la non importance qu’attire la population de instructions reçues des éducateurs et aussi de leur négligence, à 32,6% la résistance de la population. Ceci s’expliquerait par la non reconnaissance par la population des ses intérêts tangibles à l’issue de cette éducation, à 13,2% le manque de cohésion sociale et à 12,4% la non participation de la population souhaitée à l’éducation. Réponses Effectifs % - Oui 55 42,6 - Non 74 57,4 Total 129 100 La population du quartier Nkafu, au vu des données de ce tableau s’avère insatisfaite à 57,4 % par l’éducation environnementale pendant que 42,6 % représente le degré de satisfaction de la population par cette éducation. A ce niveau, l’interprétation peut être donnée par le fait des réponses du tableau n°15 c.à.d. la contribution insuffisante de l’éducation environnementale à la protection de l’environnement physique de Nkafu qui entrainerait de manière logique l’insatisfaction de la population car contribue uniquement à petite part à la protection de l’environnement. Tableau 17 : Satisfaction par cette éducation
  • 30. 24 Tableau 18 : Reproches faites à cette éducation Réponses Effectifs % - Carence des sensibilisateurs et des moyens financiers 75 58,1 - D’avoir un petit champ d’action 24 18,6 - Absence des supports pédagogiques 9 7 - La naïveté des éducateurs 15 11,6 - Elle est théorique que pratique 6 4,7 Total 129 100 Les résultats de ce tableau prouvent les reproches à 58,1% que la carence des sensibilisateurs et des moyens financiers. Ceci s’explique par la non implication active de tous, à 18,6% d’avoir un petit champ d’action. Cette petitesse de rayon d’action peut s’interpréter par la concentration des éducateurs dans certaines avenues du quartier au détriment d’autres, à 7% l’absence des supports pédagogiques, à 11,6% la naïveté des éducateurs environnementaux et 4,7% la théorie que la pratique qui caractérise cette éducation. Tableau 19 : Existence d’un club des éducateurs environnementaux dans le quartier Nkafu Réponses Effectifs % - Oui 82 63,6 - Non 47 36,4 Total 129 100 Ce tableau illustre que 63,6 % de nos enquêtés dit reconnaitre l’existence d’un club des éducateurs environnementaux dans leur quartier. Cela pouvant s’expliquer par la susceptibilité des jeunes à se grouper et à former des organisations dans divers domaines. Le pourcentage inférieur de 36,4 % reprend les enquêtés ne reconnaissant pas l’existence de ce club qui peut aussi s’interpréter d’une part par le caractère restreint de ce club et d’autre part le manque de courage de la part de certaines personnes à suivre de près l’avancement du quartier.
  • 31. 25 Tableau 20 : satisfaction par le travail du club Réponses Effectifs % - Oui 33 25,6 - Non 96 74,4 Total 129 100 Les données de ce tableau témoignent que sur 100 % de nos enquêtés 74,4 % affirment que le travail du club est insatisfaisant et seulement 25,6 % demeurent satisfaits par le travail du club. Cet écart de pourcentage peut s’interpréter par l’offre par ce club d’un travail, fruit de la négligence et de maladresse dû à la paresse des membres du club. Ainsi dit, un paresseux, négligent ne peut en aucun cas (sauf à preuve du contraire) fournir un travail qui soit probant, glorieux aux vus de tout le monde. Tableau 21 : Reproches faites à ce club. Réponses Effectifs % - Carence de matériels de sensibilisation 19 14,7 - D’être restreint (limité à certains endroits seulement) 69 53,5 - Peu de membres 16 12,4 - La paresse des membres de ce club 25 19,4 Total 129 100 Les données de ce tableau montrent à 19,4 % que la carence de matériels de sensibilisation est le premier reproche, à 53,5% d’être restreint, à 12,4% d’avoir peu de membres et à 19,4% la paresse des membres de ce club. Ces reproches surtout évaluateurs s’expliqueraient par la sourde oreille que se font les chefs de ce club pour la propagation de ce club mais aussi, la non implication de chefs d’avenues et du quartier dans les affaires du club (Ne le soutiennent ni matériellement ni financièrement.
  • 32. 26 Etendre le champ d’action de l’éducation environnementale, créer des clubs des éducateurs (proposition de ceux là qui n’ont pas reconnus l’existence du club), implication des autorités et de tous par le financement, la vulgarisation des mesures de protection de l’environnement, le courage des éducateurs environnementaux, propositions données respectivement par 5,4%, 18,6%, 34,1%, 20,2%, 21,7% de nos enquêtés.ces propositions s’expliciteraient par le fait des reproches faits dans les tableaux précédents (Tableaux 18, 21). L’incidence du phénomène étudié sur la situation sociale L’incidence sur la situation sociale à tous les niveaux de notre étude, ce qu’en dépit de cette éducation environnementale perpétrée dans le quartier Nkafu ; rien de très positif et dans le contexte de la protection de l’environnement n’est observable. En effet, l’incidence de la non contribution de l’éducation environnementale à la protection de l’environnement s’étant avérée largement négative peut se justifier par les faits sociales observables dans le quartier Nkafu, notamment : - La promiscuité liée aux morcellements parcellaires incontrôlés et qui est à la base des épidémies, des incompréhensions et des tensions sociales, etc. ; - L’érosion qui déséquilibre un bon nombre de ménages (cause des victimes en grand nombre) ; - Les éboulements des terres ; - L’insuffisance des caniveaux pouvant évacuer les eaux usées et autres déchets cause aussi des disputes récurrentes. Bref, l’éducation environnementale n’a pas eu d’incidence très positive sur la protection de l’environnement dans le quartier Nkafu au regard des résultats du travail et des faits sociales précités. Tableau 22 : Proposition pour le renforcement de cette éducation environnementale Effectifs % -Son extension 7 5,4 -Création des clubs des éducateurs 24 18,6 -L'implication des autorités et de tous par le financement 44 34,1 -La vulgarisation des mesures de protection de l'environnement 26 20,2 -Le courage des éducateurs environnementaux 28 21,7 Total 129 100
  • 33. 27 CONCLUSION PARTIELLE Dans cette partie de notre étude, il a été question de donner l’introduction générale, la présentation du quartier Nkafu, les généralités sur l’éducation environnementale et la protection de l’environnement et enfin la présentation et interprétation des résultats de l’enquête. Deux questions ont conduit notre étude : - Quel est l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique dans le quartier Nkafu ? - Quelle stratégie faut-il mettre sur pied pour renforcer cette éducation environnementale et donc la protection de l’environnement dans ledit quartier ? Notre travail avait comme objectifs suivants : - Donner l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique du quartier Nkafu. - Donner une stratégie de renforcement de cette éducation. Nous avons proposé des solutions sous forme d’hypothèses ; pour les vérifier nous avons fait appel aux différentes méthodes (la méthode comparative, la méthode descriptive et celle analytique) et techniques (Analyse documentaire, l’observation participante, l’interview, enquête par questionnaire et l’analyse statistique.) qui ont conduits aux résultats suivants affirmant ces hypothèses :  L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de l’environnement physique de NKAFU (tableau n°15.)  La population du quartier Nkafu reconnait l’existence de l’éducation environnementale et d’un club des éducateurs environnementaux (tableaux n°10 et 19.)  La population du quartier Nkafu reconnait l’obstacle auquel se heurte cette éducation (tableau n°16).
  • 34. 28 CHAPITRE IV : PROJET DE RENFORCEMENT DE L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE DANS LE QUARTIER NKAFU EN COMMUNE DE KADUTU. IV.1 IDENTIFICATION DU PROJET IV.1.1 Définition Il est difficile de trouver une définition complète et exhaustive du concept « projet ». Cependant, la littérature sur le projet permet de constater qu’il existe plusieurs tentatives, plusieurs manières de définir ce concept. Dans le domaine de développement rural (KASUKU KALABA,2012) ; le projet est définit comme étant un ensemble de moyens et d’objectifs relier entre eux par un calendrier qui vise à modifier plus ou moins partiellement les éléments constitutifs du monde rural et/ou leur relation naturelle. Ce calendrier suppose une nette programmation des activités (quand, où et comment) par rapport aux ressources pour que le travail soit plus rentable. IV.1.2 Justification du projet Dans nos recherches sur terrain, nous avons remarqué que la population du quartier Nkafu avait un niveau trop bas dans la connaissance de l’éducation environnementale et le peu de connaissance de l’éducation environnementale ne contribuait guère à la protection de l’environnement physique dudit quartier. Pour ce faire, nous avons estimé qu’un projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier Nkafu en commune de Kadutu serait une solution pour que la protection de l’environnement soit assurée. IV.1.3 Objectif et but du projet Iv.1.3.1 Objectif Ce projet poursuit comme objectif d’accroitre le niveau de connaissance de la population du quartier Nkafu en matière d’éducation environnementale pour une meilleure protection de l’environnement physique dudit quartier (Renforcer l’éducation environnementale existant.) Iv.1.3.2 But Le but de ce projet est de former la population du quartier Nkafu sur la nécessité de l’éducation environnementale dans la protection de leur environnement. IV.1.4 Durée et localisation du projet Au regard de l’objectif visé par ce projet, nous estimons que deux années avec possibilité de renouvellement sous un accord unanime de la base et des bailleurs de fonds permettrait de réaliser le résultat attendu.
  • 35. 29 Il partira de la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015 et sera circonscrit dans le quartier Nkafu. IV.1.5 Nature et cadre juridique du projet Iv.1.5.1 Nature Etant tout d’abord un projet visant le développement, il est revêtu d’un caractère à la fois social et économique. Iv.1.5.2 Cadre juridique du projet Dans l’optique juridique, notre projet est de type concerté étant donné qu’il nécessite une conjugaison d’efforts (implication) solide du pouvoir public et du privé. Dans ce contexte particulier, le pouvoir public est aussi saisi comme les autorités du quartier Nkafu et même du gouvernement provincial et le privé comme la population et autres partenaires au développement. IV.1.6 Stratégie du projet La stratégie étant une voie jugée meilleure à suivre en vue d’atteindre les objectifs s’assignés ; la conscientisation, l’animation et la sensibilisation de la population de Nkafu sur le renforcement de l’éducation relative à l’environnement a été la voie présumée bonne par notre projet. IV.2 OPPORTINUTE, PERTINENCE ET FAISABILITE DU PROJET Iv.2.1 Opportunité Ce projet explique son opportunité par le fait qu’il est élaboré durant la période où la population du milieu circonscrit, souffre de la carence de l’éducation environnementale et par ricochet à la carence des mesures de protection de l’environnement général en général et celui physique en particulier. Iv.2.2 Pertinence Il est pertinent parce qu’il veut répondre au problème de l’insuffisance de connaissance sur l’éducation environnementale et donc renforcer l’éducation. Donc il est rentable au vu des services qu’il se propose de rendre à la population. Iv.2.3 Faisabilité Ce projet, répondant aux aspirations sociales de la population qui crie toujours dégradation de l’environnement ; il est donc faisable car, réduit les atteintes portées à l’environnement du quartier Nkafu.
  • 36. 30 IV.3 OPERATIONALISATION DU PROJET Cette phase peut encore s’appeler phase d’implémentation, d’exécution ou de réalisation du projet. C’est pendant celle-ci que le projet passe d’un état virtuel « d’idées de projet » vers un projet concret réalisé sur le terrain. Elle consiste à dépenser et à utiliser les intrants du projet à travers les activités diverses pour produire le résultat ou l’output/extrant escompté. (SADIKI BYOMBUKA 2013.) IV.3.1 Phases ou activités du projet Le Présent projet va suivre les activités suivantes : Iv.3.1.1 Prospection du milieu Cette phase a pour but de se mettre au courant (par des descentes sur terrain) de la situation du niveau de dégradation de l’environnement du milieu où le projet sera implémenté. Iv.3.1.2 Acquisition des documents officiels permettant d’opérer et location des locaux. Cette n’est rien d’autre que le fait d’acquérir les documents notariés par l’autorité habilitée qui pourront permettre au projet de se dérouler sans heurt et dans un climat de calme. Après cette acquisition, les locaux seront loués pour que les activités soient bien poursuivies. Iv.3.1.3 Recrutement et engagement du personnel Le but de cette phase est de recruter et engager le personnel-éducateur pour le renforcement des capacités de la population en matière de l’environnement. Iv.3.1.4 Formation du personnel Après que le personnel soit engagé, il nécessite d’être formé pour à son tour être capable de former la population qui sera à sa charge en vue d’atteindre l’objectif du projet. Iv.3.1.5 La collecte des fonds internes et la recherche de financement Dans cette phase les fonds internes seront collectés, pendant que les initiateurs du projet seront en contact avec différents partenaires (Bailleurs de fonds) dans la recherche de financement pour l’avancement du projet. Iv.3.1.6 Acquisition des matériels d’éducation Pour mener à bon port ce projet, les matériels d’éducation environnementale s’avèrent importante. Ainsi, ils seront acquis par les éducateurs environnementaux pour les multiples tâches d’éducation.
  • 37. 31 Iv.3.1.7 Conscientisation, sensibilisation et animation de la population Elle a pour mission de susciter la participation active et grande de la population de Nkafu dans les activités du projet. Durant cette phase, les initiateurs du projet prendront soin de présenter aux bénéficiaires l’intérêt ou l’importance du projet pour eux. Iv.3.1.8 Vulgarisation pratique des mesures de protection environnementale et l’élargissement du rayon d’activité des éducateurs Pour que toute la population soit saisie des informations sur les mesures de protection de l’environnement, ce projet aura des champs de démonstration dans toutes les avenues du quartier. Iv.3.1.9 Suivi Phase de l’opération de gestion quotidienne, observation permanente et continue de la manière dont le projet est entrain d’évoluer sur le terrain. Elle commencera au début du projet et se fera sous la supervision d’un animateur (TDR), les bailleurs de fonds, les éducateurs environnementaux existants dans le quartier. Iv.3.1.10 Evaluation L’évaluation sera faite dans le but de juger le résultat du projet vis-à-vis de ses objectifs. Elle permettra donc au gestionnaire de se rendre compte des lacunes et avancements des activités du projet en vue d’y apporter des aménagements correctifs. Cette évaluation se fera à deux niveaux et dans 4 temps : - Au niveau des objectifs : pour s’assurer si les recettes du projet ont permis l’acquisition d’une nouvelle connaissance en matière de la protection de l’environnement par rapport au temps d’avant projet. - Au niveau des activités : pour voir si toutes les activités ont été bien effectuées. Les temps de notre évaluation seront : - Au début du projet (Evaluation ex-ante), - Pendant son exécution (Evaluation à mi-parcours ou d’exécution), - Après son exécution (Evaluation ex-post), - Longtemps après (Evaluation ex-ex- post).
  • 38. 32 IV.4 PLANIFICATION DES ACTIVITES OU INTRANTS DU PROJET NATURE D’ACTIVITES RESPONSABLES OU EVALUATEURS BENEFICIAIRES MOYENS DE VERIFICATION DUREES Prospection du milieu Coordinateur du projet avec une commission Population du quartier Compte rendu, rapport de descente sur terrain ½ MOIS Acquisition des documents officiels et location des locaux Coordinateur du projet(TDR) Population et projet en soi Documents acquis et avalisés par les autorités compétentes ½ MOIS Recrutement et engagement du personnel Coordinateur et initiateurs du projet Population instruite Liste des recrutés, registre, les documents des recrutés (cv,…) 1 MOIS Formation du personnel Les experts en environnement et le coordinateur Le personnel Certificat, brevet de formation 3 MOIS Collecte des fonds internes et recherche de financement Les initiateurs et les bailleurs de fonds Membres du projet et partenaires Pièces justificatives de l’obtention de fond : Chèque bancaire, factures, bordereaux, cartes bancaires… 2 MOIS Acquisition des matériels d’éducation Les parties prenantes et initiateurs du projet Le s initiateurs et les formateurs Livres, chaises, tableaux, mégaphones et autres 1 MOIS Conscientisation, sensibilisation et animation Animateur- formateur et coordinateur Population Liste des présences à la session, témoignages, compte rendu, sondage 4 MOINS Vulgarisation pratique des mesures de protection de l’environnement Vulganimateur Vulgarisateur et population Descente sur terrain en vue de l’observation libre (pentes protégées, canaux aménagés, champs aménagés et dépotoirs mis en place). 7 MOIS Suivi et évaluation Bailleurs, le comité des éducateurs environnementaux existants dans la contrée et le coordinateur. Population du quartier et les initiateurs du projet Exhibition de tous les rapports physiques et financiers, les termes de référence etc. 5 MOIS Ce projet émet des conditions préalables de réalisation de la 5ième ,9ième et 10ème activité :  Pour la 5ième activité les conditions sont : - Que la participation de tous les membres soit accordée ; - Que la monnaie à cotiser soit fixée et cela par durée.  Pour la 9ième et 10 ème activité les conditions sont : - Que les membres de la commission de suivi-évaluation ne soient pas corruptibles ;
  • 39. 33 - Que la population participe aussi aux séances de suivi-évaluation ; - Que les exécutants du projet tiennent conseils et recommandations. IV.5 PROGRAMMATION DES ACTIVITES DU PROJET La programmation en question va consister à montrer avec précision ce qui va être fait et quand est-ce que ceci se fera ; en dépit des modifications du programme établit dues à des circonstances dans la réalisation. L’outil de programmation utilisé dans ce projet aiderait aussi à l’évaluation de ce dernier, il s’agit du diagramme de GANTT
  • 40. 34 TIMING ACTIVITES ANNEE 2014 J F M A M J J A S O N D ANNEE 2015 J F M A M J J A S O N D Prospection du milieu X X Acquisition des documents officiels X Recrutement et Engagement du personnel V V V Formation du personnel X X X Collecte des fonds internes et recherche de financement + + Acquisition des matériels X Conscientisation, sensibilisation et Animation de la population Vulgarisation pratique des mesures de protection de l’environnement et élargissement du rayon d’activité des éducateurs + + + + + Suivi Evaluation Δ Δ Δ Δ Δ Δ Légende : : Activités continues intermittentes : Activités continues : Activités intermittentes : : Activités continues simples : Activités permanentes XX VV ++ Δ Δ Δ
  • 41. 35 IV .5.1. Organisation du projet Pour mener à bon escient les activités du projet, une départementalisation des tâches s’est avérée très nécessaire. Cette dernière créée des besoins de coordination et de subordination qui sont satisfaits par des échanges d’informations horizontale et verticale. Iv.5.1.1 Organigramme du projet Assemblée Générale Conseil d’Administration Coordination Secrétariat Service FinancierService Technique Comptabilité Intendance Trésorerie Chauffeur mécanicien Vulgarisation pratique des mesures de protection. Formation Auditeur Interne
  • 42. 36 Iv.5.1.2 Fonctionnement du Projet  Assemblée Générale (AG): Cet organe occupe le sommet de la hiérarchie du projet et est composée de tous les membres de l’association. Elle se réunit une fois l’an et a l’obligation d’élire et révoquer les membres (révocation sur faute grave portant atteinte aux intérêts de l’organisation.)  Conseil d’Administration(CA) : Il comprend les membres de l’AG et se charge de, d’ : - Engager ou renvoyer le coordinateur du projet ; - Mettre sur pied un conseil d’audit interne ; - Donner les modalités d’engagement et de révocation du personnel. Il se réunit trimestriellement.  L’auditeur Interne : Il s’occupe du contrôle de l’avancement physique et financier des activités du projet.  La coordination et le secrétariat : Il est l’organe supervisant toutes les activités du projet, elle entretient des relations avec les partenaires et bailleurs de fonds ; elle planifie et élabore le plan de travail. Elle réunit à son sein un secrétaire chargé des saisies de tous les documents du projet et l’expédition des courriers (Toutes les correspondances du projet).  Le service technique : c’est le service d’opérationnalisation du programme, il est chapoté par un vulganimateur-formateur,il définit toutes les stratégies ayant trait à l’exécution des activités  Le service financier : Il se charge de toutes les questions matérielles et financières du projet. Il détient tous les documents comptables. - Comptabilité : Cette branche assure la comptabilité des flux financiers(en monnaie liquide) du projet et aussi la réception et l’expédition des documents et informations relatives à l’aspect comptable du projet. - L’intendance : Cette dernière est composée des huissiers chargés de la propreté des locaux. - La trésorerie : Elle est l’organe chargé de l’épargne des actifs financiers du projet. (Gardien du trésor du projet). - Chauffeur mécanicien : Chargé du déplacement des personnes et biens et services du projet ainsi que la réparation et entretien des véhicules en cas de panne. IV.6 BUDGETISATION Le budget étant un état comptable prévisionnel des dépenses et recettes, dans ce projet ; il nous permettra d’estimer voire de quantifier le coût des installations des différentes ressources pouvant agir dans la réalisation du projet. L’instabilité de la monnaie nationale fait que nous recourons à la monnaie étrangère forte à l’instar du dollar américain.
  • 43. 37 IV.6.1 Engagement humain Iv.6.1.1 Rémunération du personnel N° Fonction Nombre Salaire/mois Salaire/an Total($) 1. Coordinateur (TDR) 1 250 6 000 6 000 2. Secrétaire 1 200 4 800 4 800 3. Comptable 1 150 3 600 3 600 4. Animateurs 3 120 2 880 8 640 5. Trésorier 1 180 4 320 4 320 6. Chauffeur mécaniciens 2 90 2 160 4 320 7. Huissier 1 80 1 920 1 920 8. Consultant-auditeur 1 200 2 400 2 400 TOTAL 11 1 270 36 000 IV.6.2 Engagement Matériel IV.6.2.1 Matériel immobilier N° Désignation Prix mensuel Prix annuel Total($) 1. Immeuble (location) 300 7200 7200 TOTAL 300 7200 7200 IV.6.2.1 Matériel roulant Source: kin shop, maison auto-piece boba IV.6.2.3 Fourniture de Bureau et des locaux de formation N° Désignation Nombres PU($) PT($) 1 Tables 4 35 140 2 Armoires 5 60 300 3 Chaises 15 20 300 4 Etagères 3 15 45 5 Classeurs 8 5.5 44 6 Tableaux noirs 2 8 16 7 Craies 4 2 8 8 Mégaphones 3 35 105 9 Tempo 2 2 4 10 Sceau 2 3.5 7 11 Vernis correcteurs 6 2 12 12 Marqueurs 7 1.1 7.7 13 Stylos (marque BIC) 4 Boites 3 12 14 Agrafeuses 4 5 20 15 Ordinateurs (lap top Dell) 3 800 2 400 16 Imprimante (laser jet) 2 350 700 N° Désignation Nombre Prix($) Total($) 1. Toyota Hilux 2 15 200 30 400 TOTAL 2 15 200 30 400
  • 44. 38 17 Photocopieuse 2 300 600 18 Calculatrice 3 2.5 7.5 19 Groupe électrogène 1 1 200 1 200 20 Papiers duplicateurs 4 Rames 6 24 21 Flip chart 6 5 30 22 Enveloppes 4 Pièces 1 4 23 Lattes plastiques 6 0.2 1.2 24 Fardes chemises 20 0.3 6 25 Scotch 5 2 10 TOTAL 5 303,4 $ Source : Centre d’Apprentissage Professionnel et Artisanal, Maison tout est grâce, maison ordi, maison CIMS, maison KAIS. IV.6.2.4 Produits pour fonctionnement du matériel roulant N° Désignations Qté/mois PU($) PT($) 1. carburant 800 litres 1.8 1 440 2. Huile Lubrifiant 100 litres 1 100 TOTAL 1 540 $ Source : station olive, station spaco, station Kotecha. IV.7 TABLEAU SYNTHESE DU BUDGET N° Désignations Montant en $ 1. Engagement Humain 36 000 2. Engagement Matériel 37 600 3. Fourniture de Bureau 5 303,4 4. Produit pour Fonctionnement du Matériel Roulant 1 540 5. SOUS-TOTAL 80 443,4 6. Imprévu (5 %) 4 022,17 TOTAL 84 465,57 Source : Données précédentes (tableaux sur la budgétisation), L’imprévu de 5 % est estimatif selon les bailleurs. IV.8 MOBILISATION DE FINANCEMENT Ce projet aura trois sources où sera mobilisé le financement : N° Sources % Montant 1. Participation Locale 10 8 446,557 2. Gouvernement Provincial 40 33 786, 228 3. ICCN, UNESCO-PNUE 50 42 232, 785 TOTAL 100 84 465, 57 $ IV.8.1 suivi et évaluation Pour ce qui est du présent projet, une commission chargée de suivi-évaluation est mis en place. Celle-ci regroupera les bailleurs, coordinateur et la population.
  • 45. 39 LH LV Résumé Narratif Indicateurs Objectivement Vérifiables(IOV) Moyens de Vérification (MV) Conditions Critiques OBJECTIF Accroitre le niveau de connaissance de la population de Nkafu en matière d’éducation environnementale. 85 % de la population de Nkafu connait déjà grand- chose en matière d’éducation environnementale et protège déjà l’environnement - Sondage de la population - Rapport du coordinateur - Visite du quartier - Résultats annuels BUT Former la population du quartier Nkafu sur l’éducation environnementale pour une meilleure protection de l’environnement physique de leur quartier. Un bâtiment de 25 X 20 m en matériaux durables à 3 bureaux, 4salles de formation, 6 portes d’installations sanitaires est disponible et opérationnel comme centre de formation pour le renforcement de l’éducation environnementale - Visite du centre de formation - Registre - Photos - Mesurages - Pièces obtenues après formation - Si l’économie est stable - Si les autorités étatiques s’impliquent dans les activités du projet - S’il n y a pas de catastrophes naturelles EXTRANTS - Milieu d’étude prospecté - Documents officiels acquis et locaux loués - Population conscientisée, sensibilisée et animée - Fonds internes collectés et - Monographie et cartographie du milieu - Un document d’autorisation de fonctionnement (facture d’ordonnancement ) - Un bâtiment en matériaux - Carte de description du milieu prospecté - Copie des documents officiels et du contrant de bail - Copie de l’acte d’engagement - Témoignage de la population - Copie du brevet de formation - Si la contribution de la population est libérée comme convenue - Si le personnel est approprié et disponible - Si les fonds sont disponibles au moment opportun - Si les matériels ne sont pas détournés IV.9 LA MATRICE DE CADRE LOGIQUE Titre : projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier Nkafu en Commune de Kadutu Coût : 84 465,57$ Date de résumé: le 1er juin 2013 Date de démarrage et d’achèvement : du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015 Date de démarrage et d’achèvement: du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015 Date de démarrage et d’achèvement: du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015 Date de démarrage et d’achèvement: du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015
  • 46. 40 financement recherché - Personnel recruté et engagé - Personnel formé - Matériels d’éducation acquis - Mesures de protection de l’environnement vulgarisées concrètement - Suivi assuré - Evaluation assurée durables visible - 80 % de la cible est conscientisé, sensibilisé et animée - 85 % financement obtenu - 95 % du personnel recruté, engagé et formé - 80 % de la population est informé pratiquement sur les mesures de protection de l’environnement - Outils de suivi - Outils d’évaluation - Visites des bureaux en vue de voir les matériels - Rapport de suivi - Rapport de l’évaluation INTRANTS - Prospecter le milieu d’étude - Acquérir les documents officiels et louer les locaux - Conscientiser, sensibiliser et animer la population sur l’éducation environnementale Synthèse du budget : - Frais loyer ; 7 200$ - Matériel roulant : 30 400$ - Fourniture de bureau : 5 303,4$ - Frais de fonctionnement : 1 540 $ - Rémunération du personnel : 36 000 $ Tous les documents comptables : - Livres de caisse - Facturier - Bon de sortie - Bon d’entrée - Bordereaux - Chéquier - Si le financement arrive à temps et qu’il ne subisse pas de détournement - S’il n y a pas guerre - S’il n y a pas résistance de la population
  • 47. 41 - Collecter les fonds internes et rechercher le financement - Recruter et engager le personnel - Former le personnel - Acquérir les matériels d’éducation - Vulgariser concrètement les mesures de protection de l’environnement - Suivre - Evaluer Coût total : 84 465,57 $
  • 48. 42 CONCLUSION GENERALE Ce travail s’est proposé d’étudier l’impact de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique du quartier Nkafu. Nous sommes parti des différentes questions qui nous ont permis de découvrir l’impact réel de l’éducation relative à l’environnement sur la protection de l’environnement dans le quartier examiné. Ces questions sont les suivantes : - Quel est l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique dans le quartier Nkafu ? - Quelle stratégie faut-il mettre sur pied pour renforcer cette éducation environnementale et donc la protection de l’environnement dans ledit quartier ? A ces questions, nous avons proposé les réponses provisoires suivantes : - L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de l’environnement physique du quartier Nkafu ; - Un projet de renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier susmentionné va contribuer dans la protection de son environnement. Notre travail poursuivait les objectifs suivants : - Dégager l’impact réel de l’éducation environnementale sur la protection de l’environnement physique du quartier Nkafu. - Proposer une stratégie de renforcement de cette éducation. Avec l’aide des diverses méthodes (comparative, descriptive, analytique) et techniques (analyse documentaire, observation participante, interview, enquête par questionnaire, analyse statistique), après analyse et commentaire des données ; nous avons abouti aux résultats suivants qui ont confirmé nos hypothèses :  L’éducation environnementale ne contribue pas sensiblement à la protection de l’environnement physique de Nkafu ;  La population du quartier Nkafu reconnait l’existence de l’éducation environnementale et d’un club des éducateurs environnementaux ;  La population du quartier Nkafu reconnait l’obstacle auquel se heurte cette éducation ;  Un projet de renforcement de l’éducation environnementale est la stratégie pour assurer la protection de l’environnement physique dans le quartier Nkafu.
  • 49. 43 Ce projet a été planifié sur une durée de 2 ans, et utilisera des ressources humaines et matérielles et aura un coût de 84 465,57$. Il sera financé par le gouvernement provincial, l’ICCN et l’UNESCO-PNUE et les bénéficiaires seront les habitants du quartier Nkafu. Eu égard à ce qui précède, nous suggérons aux habitants du quartier Nkafu de mettre tout en œuvre pour mieux agir en vue de la protection de leur environnement, prendre le problème de l’environnement comme un fait frappant, mettre en pratique toutes les théories acquises en rapport avec la protection de l’environnement cfr chap II, A l’Etat, nous suggérons l’implication active dans la domaine environnemental et surtout orienté vers l’éducation qui est le socle de tout développement. Nous ne prétendons pas avoir épuisé tout le thème. L’œuvre de l’avenir serait d’évaluer l’impact du projet décrit dans notre travail sur le renforcement de l’éducation environnementale dans le quartier Nkafu.
  • 50. 44 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES I. Ouvrages 1. A.CUVILIER, Manuel de sociologie ; Tome II PUF, Paris, 1962. 2. André Giordan et al: Une éducation pour l’environnement vers un Développement Durable, éd Delagrave, Paris 2008 3. J.P CHARBONNEAU et Ali, Encyclopédie de l’écologie.1998 4. Micro Robert langue française plus, éd Dictionnaire LEROBERT, Paris 1988 5. Sigaut.O, La nature dans les manuels scolaires entre 1800 et 1950, Revue de la société linnéenne N° 144 (37) 2009. II. Journaux et autres publications 1. Leo club Kahuzi, arbre et développement, 2011. 2. Nature et découverte : Déclaration finale de la conférence des Nations Unies pour l’environnement, 1972 3. UNESCO Bureau International d’Education, Education Environnementale : Pilier du Développement Durable, Revue trimestrielle d’éducation comparée, N° 127 Vol XXXIII, septembre 2003 4. UNESCO-PNUE, Le changement des mentalités, un impératif pour la terre, Bulletin d’éducation relative à l’environnement 1991. 5. UNESCO-PNUE, Refonte de l’éducation pour un Développement Durable, Dossiers environnementaux et développement, 1992. III. Loi Loi n° 11/009 du 09 juillet 2011 Portant principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement. IV. Cours et Entretien 1. Alain BOUCHARD, Notes du cours de méthodologie de recherche, inédit, UNR, 1989. 2. BITUNDU MWANA THANYA, Cours d’Utilisation Durable des Ressources Naturelles, G2 ISDR/BUKAVU, 2011-2012 3. INNOCENT BAYUBASIRE, Entretien au ministère de l’environnement, samedi 29 décembre 2012 à 12H45’ 4. KASUKU KALABA, Cours d’élaboration des projets, G2 ISDR/BUKAVU, 2011-2012
  • 51. 45 5. KIMENGELE ULEDI, Cours de Droit de l’Environnement, G2 ISDR/BUKAVU, 2011-2012 6. SADIKI BYOMBUKA, Cours de planification nationale et régionale, G3 ISDR/BUKAVU, 2012-2013 V. Travail de fin de cycle TUBADI NKUNA Patient Pepe, Analyse de l’apport des ONG internationales à l’éducation environnementale dans la ville de Bukavu cas de GTZ et WWF, TFC ISDR, 2007. VI. Sites - Http//fr Mozilla firefox.org/éducation environnementale - www.WWF.org/WWF’s global network/ protection de l’environnement - Microsoft Encarta© Dicos 1993-2008
  • 52. 46 Table des matières EEPPIIGGRRAAPPHHEE ..................................................................................................................... i IN MEMORIAM ................................................................................................................ii DDEEDDIICCAACCEE ......................................................................................................................iii RREEMMEERRCCIIEEMMEENNTTSS..........................................................................................................iv SIGLES ET ACRONYMES.................................................................................................v INTRODUCTION GENERALE...........................................................................................1 1. PROBLEMATIQUE.......................................................................................................................1 2 .HYPOTHESES DE TRAVAIL .........................................................................................2 3. CHOIX ET INTERET DU SUJET................................................................................................. 2 4. OBJECTIFS DU TRAVAIL ...........................................................................................................3 5. METHODES ET TECHNIQUES UTILISEES................................................................................3 5.1. Méthodes .....................................................................................................................................3 5.1.1. Méthode comparative................................................................................................................3 5.1.2. Méthode descriptive ..................................................................................................................3 5.1.3. Méthode analytique...................................................................................................................3 5.2. Techniques...................................................................................................................................3 5.2.1. L’analyse documentaire ............................................................................................................3 5.2.2. L’observation participante ....................................................................................................... 4 5.2.3. L’interview............................................................................................................................... 4 5.2.4. L’enquête par questionnaire..................................................................................................... 4 5.2.5. Analyse statistique.................................................................................................................... 4 6. DIFFICULTES RENCONTREES ............................................................................................... 4 7. DELIMITATION SPATIO-TEMPORELLE DU TRAVAIL………………………………………………………….4 8. PRESENTATION SOMMAIRE DU TRAVAIL.............................................................................5 I.1 ASPECTS GEOGRAPHIQUES.................................................................................................... 6 I.1.1 Superficie, délimitation et coordonnées géographiques .............................................................. 6 I.1.2 Climat........................................................................................................................................ 6 I.1.3 Relief......................................................................................................................................... 6 I.1.4 Sol............................................................................................................................................. 6 I.1.5 Végétation ................................................................................................................................. 6 I.1.6 Hydrographie .............................................................................................................................7 I.2 ASPECTS SOCIO-CULTURELS..................................................................................................7
  • 53. 47 I.2.1 Population..................................................................................................................................7 I.2.3 Education (Primaire, Secondaire et universitaire) et Régime de gestion. .....................................7 I.2.4 Santé ......................................................................................................................................... 9 I.2.5 Religion..................................................................................................................................... 9 I.2.6 Sport et loisirs ........................................................................................................................... 9 I.3 ASPECTS ECONOMIQUES........................................................................................................ 9 I.3.1 Agriculture ................................................................................................................................ 9 I.3.2 Elevage...................................................................................................................................... 9 I.3.3 Pêche......................................................................................................................................... 9 I.3.4 Transport et communication .....................................................................................................10 I.3.5 Institutions Financières.............................................................................................................10 I.3.6 Artisanat...................................................................................................................................10 I.3.7 Commerce ................................................................................................................................10 I.4 SUBDIVISION ADMINISTRATIVE DU QUARTIER NKAFU.................................................10 CHAPITRE II : GENERALITES SUR L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE ET LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT ........................................................................11 II.1 DEFINITION DES CONCEPTS CLES......................................................................................11 II.2 EDUCATION ENVIRONNEMENTALE...................................................................................11 II.2.1 Histoire de l’Education Environnementale...............................................................................11 II.2.2 But de l’éducation environnementale .......................................................................................12 II.2.3 Principes de fonctionnement de l’éducation environnementale.................................................12 II.2.4 Importance de l’éducation environnementale...........................................................................13 II.3 LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT .........................................................................13 CHAPITRE III PRESENTATION ET INTERPRETATION DES RESULTATS DE L’ENQUETE....................................................................................................................16 III.1 PRESENTATION DE L’ENQUETE.........................................................................................16 III.1.1 Objectifs de l’enquête.............................................................................................................16 III.1.2 Outils de l’enquête .................................................................................................................16 III.1.2.1 L’échantillon.......................................................................................................................16 III.1.2.2 L’interview.......................................................................................................................... 17 III.1.2.3 L’enquête par questionnaire................................................................................................ 17 III.2 CARACTERISTIQUES DE L’ECHANTILLON ......................................................................17 CONCLUSION PARTIELLE ............................................................................................27 CHAPITRE IV : PROJET DE RENFORCEMENT DE L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE DANS LE QUARTIER NKAFU EN COMMUNE DE KADUTU. ...28
  • 54. 48 IV.1 IDENTIFICATION DU PROJET..............................................................................................28 IV.1.1 Définition ...............................................................................................................................28 IV.1.2 Justification du projet.............................................................................................................28 IV.1.3 Objectif et but du projet..........................................................................................................28 Iv.1.3.1 Objectif................................................................................................................................28 Iv.1.3.2 But.......................................................................................................................................28 IV.1.4 Durée et localisation du projet................................................................................................28 IV.1.5 Nature et cadre juridique du projet........................................................................................ 29 Iv.1.5.1 Nature................................................................................................................................. 29 Iv.1.5.2 Cadre juridique du projet..................................................................................................... 29 IV.1.6 Stratégie du projet................................................................................................................. 29 IV.2 OPPORTINUTE, PERTINENCE ET FAISABILITE DU PROJET.......................................... 29 Iv.2.1 Opportunité............................................................................................................................ 29 Iv.2.2 Pertinence.............................................................................................................................. 29 Iv.2.3 Faisabilité .............................................................................................................................. 29 IV.3.1 Phases ou activités du projet...................................................................................................30 Iv.3.1.1 Prospection du milieu...........................................................................................................30 Iv.3.1.2 Acquisition des documents officiels permettant d’opérer et location des locaux. ...................30 Iv.3.1.3 Recrutement et engagement du personnel.............................................................................30 Iv.3.1.4 Formation du personnel........................................................................................................30 Iv.3.1.5 La collecte des fonds internes et la recherche de financement ...............................................30 Iv.3.1.6 Acquisition des matériels d’éducation ..................................................................................30 Iv.3.1.7 Conscientisation, sensibilisation et animation de la population .............................................31 Iv.3.1.8 Vulgarisation pratique des mesures de protection environnementale et l’élargissement du rayon d’activité des éducateurs..........................................................................................................31 Iv.3.1.9 Suivi ....................................................................................................................................31 Iv.3.1.10 Evaluation..........................................................................................................................31 IV.4 PLANIFICATION DES ACTIVITES OU INTRANTS DU PROJET........................................32 IV.5 PROGRAMMATION DES ACTIVITES DU PROJET .............................................................33 IV .5.1. Organisation du projet ........................................................................................................35 Iv.5.1.2 Fonctionnement du Projet...................................................................................................36 IV.6 BUDGETISATION ..................................................................................................................36 IV.6.1 Engagement humain ...............................................................................................................37 Iv.6.1.1 Rémunération du personnel..................................................................................................37
  • 55. 49 IV.6.2 Engagement Matériel .............................................................................................................37 IV.6.2.1 Matériel immobilier ............................................................................................................37 IV.6.2.1 Matériel roulant...................................................................................................................37 IV.6.2.3 Fourniture de Bureau et des locaux de formation .................................................................37 IV.6.2.4 Produits pour fonctionnement du matériel roulant................................................................38 IV.7 TABLEAU SYNTHESE DU BUDGET...................................................................................38 IV.8 MOBILISATION DE FINANCEMENT ...................................................................................38 IV.8.1 suivi et évaluation...................................................................................................................38 CONCLUSION GENERALE.............................................................................................42 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES .............................................................................44 TABLE DES MATIERES……………………………………………………………………………………………………..46