SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  91
Télécharger pour lire hors ligne
LAFEMME
SOUSL)ABRI
DE L'ISLAM
ECRIT PAR :
ABDULRAHMAN AL SHEHA
TRADUCTION:
RAOUF BELHADJ
-ô I t t  r iâ*Jr
ÊÉr.rro .j{ .J}Juf
_-iJl'tiÎ
'^*}-ll r.6iClll
'a^S,,urai
FÉt+" i.,, ;fJtr* 6Â*Jt
&)t- rY-YtJ>b.] J-Jl
. - t  +  t y - r , u c 1 ,
1{1.-ft-t I t-Y dJ,r,;
( çlti,U!
"a:!ty
ùtll -l
f>-Yl r, ;UF 1
t,t/r trr Y 1 1,1 ç;a:
 ^ / Y  T T : 1 t a ! t p ,
q 1 1 . - T t - t  t - Y ; g . L : ,
All rights reservedfot the Author
ercept for the distribution without any
Addition , modification , or deletionto
any part ofthe book.
:eCTlëv7+-rlt .-ru(Jtt.iaJ:t ry
: t+J ôîtltl Jqlt ou ù'-,!t e;!-, éJtu,"lt t
#1,->lt; çsro,JtçtÂJtl çrCt d ôt;Lft- efpJr ,rJr*,lt:;t#It sl ôtltJr -
.,ey'| Jài' d ôl;ili- Uût crB'a:lt L.ft q$Ir j ôr;tJr- iJt;Tt afôr;tJr -
. ë.*+l Cy-l
y' i-lrFtt j*a ,Jôl-ptJl- y'*lt qFJ sfôl;tJl- irt,-<Jl1
: u,aJl f c:tr.4t 4 ôÎrlleal
c
çr,r..attCf+' ,J ai;t gar -
ç*Àlg"ttd a'çt gar -
.Èt+'Cf+' d iîrlt gar
g.+' .J iT.rttgar -
çlurJtg"*' qlaf;t gar -
çlr,:Jr g"4tC a'çr g,ar -
. F.rilt$'.É*It g.+t .J ii-rttgaf -
F$lt çs)IJl
: o*+,,,ïtegÉ.t4 VPt af/Jeat_
rt ô'!Jt ora- - e+.1.1tlt-Il d aî}t êj- - u+ç1-!t d iî,It ,rf*
. airrt tf llt-ïl .-tt{tJË- - trip{-,!r
: ,4J-e4tJ f>t-,!t é ôUIoJb Jr cttlrt o
- a'ptJ-+r - E.rJrfôUt - ùt-nltl a$t- irt,iJt f ôrlr - eÇft r.rer
. ôUt çÉ - atlt ri..,- OXlallJôljl
La femmesousI'abri deI'Islam
Au Nom d'Allah le Tout Clémentle Tout Miséricordieux
Louangeà Allah et quela paix et la bénédictiond'Allah
soient sur notre prophèteMohammed,ses procheset ese
compagnons.
Dans cetterecherchesur lesdroits de la femmeen Islam,
je n'apporterein de nouveau.Je n'ai fait que rassembler,
mis en ordre et résumertout ce qui a étédit plutôt surce
sujet.Je demandeà Allah de m'aiderà réussiret de mener
à biencettetâche
Allah a dit : < O hommes! Nous vous avonscréésd'un
mâle et d'une femelle,et Ï.Jousavonsfait de vous des
nationset destribuspour quevousvousentre-connaissez.
t-.e pl.rl noble d'entre-vousauprès d'Allah est le plus
pleuxD-
ABDULRAHMANAL SHEHA
B,P.95 565RIYADH 1T535.ROYAUMEDE L'ARABIE
SAOUDITE.
www.rsLAMLANp.oRç
Email alsheha@cocg.org
'
Les Appartements,v : 13.
La femmesousI'abri de lolslam
Le mot du traducteur
Cher lecteur,
Jeveux partageraveccertainschoses,quej'ai apprisesen
traduisantcet ouvrage.Il seraijuste denoterquemalgrèle
grand nombre de livres sur la femme en Islam et qui
triatent de sesdroits, notammentà I'héritageet de son
éducation,je suis persuadéque cet ouvragea brosséun
tableauexhausifdetouscessujetsà la fois.
Cet ouvrage donne un apperçu précis sur la femme
musulmanesur les planshistorique,social et politique.
Toutescesidéessont étayéespar descitationsde sources
diverses.
L'ouvrage est un bon documentpour notre personne,
homme ou femme qui s'intéresseau point de vue de
I'Islamet de [a placequ'il réserveà la femme.Il aideaussi
à comparercetteperspectiveà celledesautresreligionset
sociétés.
J'estimequ'il s'agit là d'un travail courageuxpar lequel
I'auteura tentéde présenterle pointde vue de l'Islamsur
la femme dans un jargon simlpe utilisant une méthode
amicaleet facilementabordable.
J'espèrevraaimentque le lecteurbénéficiede cet humble
et modestecontibution,Tous commentaires,remarquesou
correctionsde la traductionde cette édition serontbien
appréciés.Veuillezcontactezle traducteura I'adresseci-
dessous.
P.O. Box 25895Riyadh 11476R,A.S. Fax : (009961)
4783r97
Votre contributionseratrésappréciée
La femmesousI'abri de I'Islam
CHAPITRE I
LES SLOGANS
Les appels se sont multipliés au cours de cette dernière
périodeen faveurdesdroits de la femme,salibertéet égalité
de sesdroitsavecceuxde I'homme,Il est probableque ces
appelset revendicationssont acceptablesdans des sociétés
qui n'accordentpasl'égalitéà la femmeet qui nelui donnemt
passesdroits.
Mais que de tels appels soient entendusdans la société
musulmanequi a déja donne à la femme ses droits et sa
libertédepuisplusde quatorzesièclesavantmêmequ'ellene
lesdemandeestun fait aussiétrangequecurieux.
Les slogansutiliséspar ceuxqui réclamentla libérationde la
femmegravitentautourdestrois thèmessuivants:
La revendicationde la libérationde la femme:
Le terme liberté supposequ'il y a une acceptationbien
définie.Tandisque dansl'expressionlibertéde la femme,il y
a une grandepart d'erreurpuisq'ellesous-entendqu'il s'agit
d'un esclavequ'il faut libérerou d'une collectivitéqu'il faut
affranchirde sonservage.
La libertéau senslargeest une choseimpossibleparceque
I'hommeest par natureun êtrelié puisquesespossibilitéset
sescapacitéssontlimitées.
Le genre humain dans notre monde civilisé ou dans les
sociétésprimitivesviventdansle respectdeloiset de
La femmesousI'abri de I'Islam
règlementsqui régissentleur vie et qui leur permettentde
I'organiser.Mais est-ceque cela signifiequ'ils ne sont pas
libres?
Par conséquent,la liberté a une limite bien définie,Si on la
dépasse,on arriveau stadeanimalou I'on ne respecteaucune
règleni loi. L'Islam estla premièrereligionqui a accordéà la
femme la liberté d'agir directementdans la société alos
qu'elle n'avait de rôle que par I'intermédiairede son parent
ou de son tuteur. L'Islam n'interdit à la femme que le
libertinage,le dévergondageet la nudité. Les interdictions
s'appliquenttout autant à I'homme qu'à la femme. La
conceptionde la libertéen Islamestexpriméepar cesparoles
du prophète-que la paix et la bénédictiond'Allah soientsur
lui- :
< L'exemlpe de celui qui respectela volonté d'Allah
est celui qui ne la respectepas est pareil ù celui
d'un peuple qui s'estembarquédansun navire et a
procédé par un tirage au sort pour donner ù
chacun d'eux sa pluce dans le bateau.A certains
estrevenu le pont et à d'autres Ia cale.Si cewcqui
sont en dessousveulent atteindre I'eant, ils devront
passer auprès de ceux qui sont au-dessus d'eux
Alors ils ont dit : Nouspouvonsfaire un trou dans
la cale pour avoir de l'eau et éviter de déranger
ceux qui sont au-dessus.,Si ces derniers ne les en
empêchentpas ou que ceux-lù ne lesobéissentpas,
alors toussontperdus.Et s'ils lesen empêchent,ils
sont tous saufs. n
Et un mot, la conceptionde la liberté dans I'Islam est la
suivante: les agissementsde I'individu ne doivent pas le
nuire ni nuire à la société Le philosophe allemand
Shaubenhauera dit :
La femmesousI'abri de I'Islam
( Donnez à la femme sa liberté totale sans
surveillance,ensuitevenez me voir aprèsun an
pour constaterle résultatsansoublier que vous
allezhériteravecmoi de la vertu, la chastetéet la
civilité.Et si je meurs,dites: il s'esttrompéou
bienil a atteintI'essencedela vérité.>
Il conveintpeut-êtrede rapporterlesproposde lajournaliste
américaine Helviane Statsiri qui est une journaliste
indépendanteet qui voyagebeaucoup.Elle a eu descontacts
avecplusde 250journauxet a travailléaussidansle domaine
de la radio plus de 20 ans.Elle a aussivisité plusieurspays
du monde musulman.A la fin de sa visite dans I'un de ces
pays,ellea déclaré:
<<La sociétéarabo-musulmaneest entièreet saine.
Ce qui est à I'origine de sescaractéristiquesest
qu'elle s'est attachéeà sestraditions qui fixent à
la fille en généraldes limitesraisonnables.Cette
sociétéest différentedes sociétéseuropéenneset
américaines.Vous avezdes valeurshéritéesqui
incitentla femmeà les respecteret qui incitentau
respectdu pèreet de la mère.Bien plusque cela,
elles interdisent I'impudeur occidentale qui
menacela sociétéet la famille en Europe et en
Amérique. C'est la raison pour laquelle les
valeursimposéespar votre sociétéà la jeunefille
sont des vlaleurs utiles et bénéfiques.Je vous
conseilledonc de conservervos traditions et vos
mæurs.Interdisezla mixité, limitez la liberté de
la jeune fille; plus ençore,retournezà l'ère du
voile. Cecivaut pluspour vousquele libertinage,
l'émancipation et la débauchequi règnent en
Europe et en Amérique. Interdisez la mixité.
Nous enavonsbeaucoupenAmérique.La société
La femmesousI'abri deI'Islam
américaineest devenueune société complexe,
caractériséepar toutessortesde dévergondageset
de nudité.Les victimesde la mixité et de liberté
emplissentles prisins,les trottoirs, les barset les
maisons closes. La liberté que nous avons
accordéà nos fils et filles en ont fait desbandes
de criminelsetde drogués Le pire est que la
mixité, le dévergondageet la liberté dans les
sociétéseuropéenneset américainesmenacentla
famille et ébranlentles valeurs morales et les
mæurs.>
Ceux qui appellentà la libertéde la femmedoiventréclamer
des lois plus utiles, plus bénéfiques,qui préservent et
protègentla dignitéde la femme.
t'éealjÉéde I'homme et de la femme:
Il est impossibleque la femmesoit l'égalede I'hommeet ce
en raisondesdifférencesdansleur morphologie,leur nature
spirituelleou psychologique.Si déjà l'ègalité au sein d'un
même sexe le sexe masculin ou le sexe fiminin est
impossiblees raisonde leursdifferencesou similitudes,il est
évidentque l'égalité est du domainede I'impossiblesi les
sexessontdiftrents ; Allah a dit :
ç Et de toute chose Nous ûvonscréé deux éléments
de couple.Peut-être vousen rappellerez-rous. ,rt
L'Islam a traité la femme avec équitéet lui a préservéses
droits.
a- L'Islam oblibela femmede la mêmemanièrequ'il oblige
I'hommeà I'observancedesritesreligieux.Tout comme
'
Qui éparpillent,v'.49.
La femmesousI'abri deI'Islam
l'homme,elle doit faire la prière,la Zakatl,le jeune et le
Hajjt. L'Islam I'a même favoriséeen I'exemptat de la
prièreet du jeune pendantles menstruationset la période
post-natale.Elle peut par contre récupérer les jours
manquésdurantle jeuneseulementet ce quandelle estde
nouveaupropre'. Tout celamontrebienqueI'Islamprend
en considération les aspects physiologiques et
psychologiquesde la femme pendantsesrègles et après
lesaccouchements.Allaha dit :
< Les croyants et les croyantes sant alliés les uns
Iesautres. Ils ordonnent au licite, interdisent Ie
péché, accomplissentconvenablement lu prtère,
s'acquittent de Ia Zakat et obéissentà Allah et à
Son Messager. Ce sont ceu-x,auquels AIIah
accordentSa misértcorde.car Allah est Puissant
et Sage f
b- Allah a fait de la femme l'égale de I'homme pour les
récompenseset lespeinesdanscemondeet dansI'au-delà.
Allah a dit :
(( Quiconque, mâle ou femelle, fuit une bonne
æuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons
vivre une bonne vie et Nouslesrécompenserons,
'
Don et assistanceaux nécessiteux.
'Le
pèlerinageà la Mecque.
" Ceci est très bien expliqué dans le hadith de ta mèredescroyants Aisha
-qu'Allah lui accorde sa satisfation- : (( Les menstruations nous
atteignaientà l'époquedu Propète- que la paix et bndiction soientsur
lui - et il ne nous demandaientpas de reprendrela prièredesjours
manquésaprèsque nousdevenionspropres.> Reconnuauthentique.
'Le
repentir,v: 71.
tl
La femmesousloabride I'Islam
certes, en fonction des meilleures de leurs
actions.n'
c- Allah a fasit de la femmel'égale de I'homme danscette
existence.Ce n'est elle I'originedu péché.Ce n'est pas
elle qui a fait sortir Adam - que la paix et bndictionsoient
sur lui du Paradiscommele disaientles hommesdes
religionsprécédentesAllaha dit .
< O hommes ! craignez u^otreSeigneur Qui voas a
créésd'un seul être. f
Allah a dit :
K L'homme pense-t-il qu'on le laissera sfins
obligation ù observer?N'était-il pus une goutte
de sperme éjaculé ? Et ensuite un noyau. Puis
Allah l'a créé et façonné harmonieusement ;
puis en a fait alors les deux composunts du
couple : le mâIe et lafemelle. >3
Allah qu'Il soit exalté,a montré danscesversetsqu'Il a
créé les deux genres,le mâle et la femelled'une seule
source,dès I'origine de la créationet sansdistinctionde
leur capacité.De ce fait, l'Islam a annuléle conceptqui
considéraitjusque là que la femme, est d'une nature
inferieureà cellede I'homme,la privantpar sonséquentde
plusieursdroits. Le Messagerd'Allah - que la paix et
bndictionsoientsurlui - a dit :
< Lesfemmes sont semblablesaux hommes.vo
d- Allah a fait de la femme
estdela protectionde son
'Lesabeilles,v: 97.
'Les femmes,v: l.
'La résurrection,v: 36-39.
' RapportéparAt-Tirmidhi,
l'égalede I'hommepour ce qui
honneuret de sadignité.Toute
12
La femmesousI'abri de I'Islam
accusationmensongèreà son encontreou atteinte à sa
dignitésonauteurà delourdespeines,
Allah a dit :
( Et ceux qui lancent des accusations contre des
femmes chastes sflns produire pilr Iu suite
quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts
coups de fouet, et n'acceptez,plus jamais leur
témoignage.Et ceux-lù sont lespert ers.ss'
e- Il a donnéà la femmecommeà I'hommetoutela facultéet
la libertéde gérer sesbiens,de s'approprier,de vendre,
d'acheter et d'entreprendretoute action similaire en
matière de finance sans tuteur ni limitation de ses
prérogatives.
f- L'islam a fait du respectde la femmeun témoignagede sa
personnalitésaineet entièreet de son offenseun signede
bassesseet de vilenie. Le Prophète - que la paix et
bndictionsoientsurlui - a dit :
(( N'honore la femme que I'honorable et ne
I'offense que I'ignoble. y2
g- L'Islam oblige la femme tout autant que I'homme à
s'éduquer.Le Prophète- que la paix et bndictionsoient
surlui -, a dit :
n La recherche du savoir est une obligation pour
tout musulmun.))
Les théologiensont convenuque le mot (( musulman>
concerneet inclutantI'hommequela femme.
h- L'Islam ne fait de distinctionentreI'hommeet la femme
dansleurdroit à l'éducation,Tousdeuxont droit à une
' La lumière,v: 4.
'RapportéparIbn Assaker.
r3
La femmesousI'abri de lolslam
bonne éducation.Le Prophète- que la paix et bndiction
soientsurlui -, a dit :
K Quiconquea uneJille et qui ne Ia maltraite pes,
ne I'humilie pas, ni ne lui préJèresontils, Allah
le mèneru au Puradis. l
i- L'Islam donne tout autant à I'homme qu'à la femme
I'obligation et la responsabilitéde corriger la société,
d'agir pour son bien et d'empêcherle mal et la
dépravationqui sontdenatureà la nuire.
Allaha dit :
< Les croyants et les croyantes sont alliés les uns
Ies autres. IIs ordonnent au licite, interdisent Ie
péché, accomplissentconvenublementlu prière,
s'acquittent de Is Zakat et obéissentà Allah et à
Son Messager. Ce sont ceux auquels Allah
accordentSa miséricorde, cur Alluh estPuissant
et Sage.rI
il existe cependantdes domainesque les hommesse sont
réservéssanspartageavec les femmeset ou I'Islam ne leur
accordepas l'égalité. Nous reviendronsplus tard sur ces
sujetslorsquenous parleronsdes contreversessoulevéesau
sujetdesdroitsdela femme.
La revendicationdesdroits de la femme:
C'est bien le sujetde cetterecherche.Mais autantdire qu'il
n'existe pas de loi ou de régime ancien ou récent qui
protègentlesdroitsdela femmeautantquel'Islam.
il suffit de citer les déclarationsde certainspenseursnon
musulmansà ce sujet.Le savantanglaisHamiltons'est
14
'
Le repentir,v: 71.
La femmesousI'abri de I'Islam
expriméen cestermesà proposde I'Islamet de la civilisation
arabe.
< Les principesde I'Islam concernantla femmesontclairset
sanséquivoques.L'Islam s'accordeà protégerla femmede
tout ce qui peutla nuireou entachersaréputation,>
Par ailleurs,GustaveLe Bon a écrit dans son livre sur la
civilisationarabe:
< Le méritede I'Islam ne se limite pas seulementà
souleverla questionde la femme,c'est aussila
premièrereligionqui s'est penchéesur ce sujet.
Nous ironsjusqu'àdirequetouteslesreligionset
les nationsqui ont existé avant les Arabes ont
manquédeconsidérationà la femme.>
Il a ajoutédansle mêmelivre :
< Les droits conjugauxmentionnésdansle Coranet
tel qu'ils sont expliquéspar les théologienssont
de loin meilleurs que les droits conjugaux
européens.>>
il y a plus de quatorze siécles, I'envoi du Messager
Mohammed- que la paix et bndiction soient sur lui - : a
permis à I'Islam de s'épanouir et de se répandre.Cet
épanouissementa fait naîtredansles espritsdes musulmans
qui l'ont embrasséet a travers eux dans ceux de toute
I'humanité, le phénomènele plus extaordinairede son
hisdtoire.cet évenementplus curieuxà causede sa rapide
expansion, son caractère exhaustif précis et facile à
comprendreet à pratiquer,
L'Islam ne aomporteaucuneéquivoqueni ambigultéet sans
conflit avecla partiesainede I'humanité.ce que I'on doit
retenir de cet évenement,ce sont les changementsdans la
conceptiondu statutde la femmeet de sesdroits.Et c'est ce
15
La femmesousI'abri de I'Islam
quinousinteressedanscetteétude Pour que la visionsoit
plus ctaireet qu'apparaissela vérité sur l'évolution du ststut
àe la femme,il convientpeut-êtrede faire la lumièresur la
situationdela femme,avantet aprèsI'apparitiondeI'Islam.
t0
La femmesousI'abri de I'Islam
CHAPITRE 2
I,A SITUATION DE I,A FEMME A TRAVERS
I,E TEMPS
La situationde la femmedansla sociéténré-islamique:
Dans la sociétépré-islamique,c'est-à-direavant I'envoi de
Mohammed- que la paix et bndiction soient sur lui -, la
femme était léséedanssesdroits, exposéeà l'injusticeet à
I'oppression.Son argentétait extorqué.Elle était considérée
commela lie de la sociétéet n'avaitpasde droit d'héritercar
ce droit était réservéuniquementà ceux qui montaient à
cheval, faisaient la guerre et rapportaient les butins. Pire
encore, elle faisait elle-mêmepartie de I'héritage laissépar
son mari aprèsson décèscommeen faisaitpartie les choses.
Si son mari avaot desfils d'une autre femme,elle entrait en
priorité dansle patrimoinehéritépar sonfils aîné.Il I'héritait
commeon héritede I'argentet ellene sortaitplusde samaiso
que quand elle était divorcée. Elle était empêchéede se
marier alors que som mari pouvait se remarierautantde fois
qu'il voulait.Elle n'avaitpasle droit de choisirsonépoux,ni
n'avait de droit sur lui. De plus, il n'y avait aucuneloi qui
interdisaitI'injusticede I'homme à l'égard de la femme.Les
Arabesdansleur ignorance,accueillaientmal la naissancede
la fille. Ils la considéraientcomme un malheur, une
catastrophe.Lorsqu'unefille nassait,le pèredevenaittristeet
chagriné.
ll
La femmesousInabride I'Islam
Allaha dit pourlesdécrire:
r<II se cache desgens à causedu malheur qu'on
lui a annoncé. Doit-il la garder malgrè Ia honte
ou I'enfouira-t-il dans la tene ? Comhien est
mauuaisleurjugement ! nt
Elle nejouissaitmêmepasdedroitsnaturels.Il y avaitdes
alimentsquelesmâlespuvaientmangermaisinterditsaux
femelles.
Allah a dit :
< Et ils disent : Ce qui est duns le ventre de ses
bêtes est réservé aux mâles et inerdits à nos
femmes. Et si c'est un mort-né ils y participent
tous. Bientôt Il les rétribura pour leur
prescrtpfion2car Il estSageet Omniscient n
La hainedesfilles avait atteintchezeux un tel point que dès
qu'elles naissaientelles étaient enterréesvivantes. Cette
pratiqueétait courantechezcertainstribus arabes,Les motifs
variaientselonle statutsocialde la femme.Il y avaitceuxqui
enterraient leurs felles vivants craignant la honte et le
déshonneur.
Allah a dit :
< Pour quelpéché elte a ététuée ? tj
D'autres les enterraient vivantes en raison de leur
malformationcongénitale,comme,avoir un pied bot, la lèpre
ou autre handicape.D'autres encoreenterraientleursenfants
de peur de devenirou de resterpauvre.Celaétait le casdes
arabesdémunis.Le Coranenparlecommeentémoignentces
'
Lesabeilles,v: 59.
'
Prescription: le fait de déciderdecequiestlicite et decequine I'est pas,
sansseconformeraux lois d'Allah et selonleur bon vouloir.
" L'obscurcissement.v: 9.
rl
La femmesousI'abri de I'Islam
parolesd'Allah .
(( Et ne tuez, pus yos enfants pur crainte de
pauvreté, c'est Nous Qui leur flssurerons leur
subsistance,tottt comme à vous,Ies
tuer c'est vraiment un énormepéché. nl
La n'avait d'orgueil que losrquel'homme la protège et la
vengepour préserversadignitéet défendresonhonneur.
La femmedansla sociétéindienne:
La femme était dansla sociétéindiennecommeune esclave
dépendantede son mari, démuniede toute volonté.Elle ne
décidaitde ce qui la concernait.Il pouvait mêmela perdre
auxjeux et auxparis.Elle nepouvaitpasseremarieaprèsson
décès.Elle devait même mourir le jour où il mourait. Elle
était brûlée sur le mêmebûcher.Cette pratiquedevait durer
jusqu'à la fin du l7ème siècle lorsqu'elle ffrt bannie sur
f initiativedereligieux.hindous.
Dans certaines régions de I'Inde, les femmes étaient
sacrifiéesen offrandeaux dieux pour avoir leursmiséricordes
ou pourprovoquerla tombéeddespluies.
Certaineslois indouesdisentmêmeque:
( Ni la patience,ni le vent, ni la mort, ni l'enfer, ni
le poison,ni les vipères,ni le feu ne sont pires
quela femme.>
Certainsdeleurslivresrelieieuxdisent:
( LorsqueManou créales femmes,il leur imposa
I'amourdu lit, du maquillage,desdésirsbas,de
l'emportementetdumauvaiscomportement.>>
r9
'
Le voyagenocturne,v: 3l.
La femmesousI'abri de I'Islam
Parfois,la femmeavait plusieursmaris.Elle avait exactement
le mêmestatutquela femmeprostituée,
La situation de la femmedansla sociétéromaine :
La femme était considéraitpar la société romaine Çomme
mineureet sanscapacité.Elle n'avait aucuneautorité sur ce
qui la concernait.Elle était commandéepar l'homme à sa
guise.Touteslesprérogativeset autoritésétaientaux mainsde
I'homme seu[.Il avaittous les droits sur les membresde sa
famille. Il avait mêmele droit de la condamnerà mort pour
certainsdélits. Il usait de son autorité sur sesbelles-filleset
sur sespetits-enfants.Il avaitmêmele droit delestuer.
La femmen'avait de rôle que pour exécuterles ordreset de
se soummettre.Elle n'avait pas le droit de critiquer, de
protesterni derevendiquer.
Elle était privée d'héritage Seul le fils aîné avait le droit
d'hériter.Pire encore,I'hommeavait le droit dejoindre à la
famille des enfantsqui n'étaient pas de sa femme. Il avait
mêmele droit devendrelesenfantsqu'il voulait.
La femmedansla sociétéerecque:
La femme dans la société gresque n'était pas dans une
situation à envier par rapport aux socités qui I'avaient
précédé.Elle était privée de culture, négligéeà tel point
qu'on disait d'elle qu'elle était une ordure produite par [e
diable. Il n' y avait aucune loi pour protéger. Elle était
vendue et achetée à I'instar des marchandises,privée
d'héritage.Elle nepouvaitgérersesbiens Elle étaitprivéede
liberté et de volonté, soumiseduranttoute savie à I'autorité
de I'homme.Elle n'avait pasle droit de demanderle divorce
qui était du ressortexclusifde I'homme.Certainspenseurs
æ
La femmesousI'abri de I'Islam
grecsavaientmêmedemandéqu'il se doit d'emprisonnerle
nomdela femmeà la maisoncommel'était soncorps.
La femme n'était chez les Grecs qu'une créature sans
considération.
GustaveLe Bon a écrit dans son livre sur la civilisation
arabe:
(( Les Grecs en général considéraientla femme
parmi les créaturesdécadentesqui ne servaient
qu'à la procréationet à s'occuperdu ménage.Si
ellemettaitaumondeun enfantlaid,on le tuait. >
Demostène,célèbreorateur grec a décrit la situation de la
femmedela manièresuivante:
< Nous utilisonsles prostituéespour le plaisir,les
maîtressespour s'ocupperde I'entretienquotidien
de notre corps et nos femmespour infanternotre
progéniturelégale.>
Quellessontdoncleschancesde la femmedanscettesociété
dontlesintellectuelspensentainsid'elle?
La situationde la femmedansla sociétéiuive ancienne:
La ssituationde la femme dansla sociétéjuive n'était pas
meilleure.La fille étaitsoumiseâ sonpèrequi la mariaitou la
donnaità qui il voulait,la vendaitcommeune esclaves'il le
voulait.< Chapitredela Sortie',215,corrigédu paragraphe7
auparagrapheI l. D
Lorsque la femmejuive se mariait, sa tutelle se transmettait
du père au mari et faisait partie du patrimoine, comme la
maison,I'esclave,la servanteet I'argent.C'est ainsi que [a
désignaientles conrmandementsde la Bibledansle Chapitre
dela Sortie,20 corrigé,paragraphe17.
< Ne soittentépar la maisondeton proche,ni par la
femmede ton proche,pas mêmeson esclaveou
La femmesousI'abri de I'Islam
sa servante,ni sontaureau,ni sonâne,rien de ce
qui lui appartient>
La religion juive interdit égalementà la fille de quitter son
père s'il a des fils comme I'a précisé le chapitre du
Novembre,27èmecorrigépar.8.
< LorsqueI'hommemeurt et n'a pasde fils, safTlle
héritedesesbiens.>
En plus, ils n'approchaientpas la femme,ni ne mangeaient,
ni ne buvaient avec elle lorsqu'ell était indisposée.Ils
I'isolaientjusqu'àcequ'ellesepurifiait.
La sjtiationde la femmedansI'ancienchristianisme:
Le Clergéavaitune attitudeextrêmeà l'égardde la femme.
Ils I'avaientconsidéréecommeI'originedu péché,la genèse
de la faute,la causede tous lesmauxde I'humanité.C'est la
raisonpour laquellela relationde I'homme et de la femme
était devenuemalsaineet viciée.Il fallait donc l'éviter même
par le biaisdu contratofficiel du mariage,
Le CardinalTartolyandisaitdela femme:
( C'est par elle que le démon pénètreI'esprit de
I'homme.C'est elle qui avaitpousséI'hommeà
sortir du bien-être dans lequel il vivait pour
connaîtrela souffrance.>
Les occidentauxavaientmépriséla femmeet I'avaientprivée
de ses droits durant toute la période médiévale.Le plus
curieux,c'estquejusqu'en 1805,le droit anglaisautorisaitau
mari devendresafemme.
Le gouffre qui s'éparait l'homme de la femme était
approfondià tel point que Ia femmeétait devenuesoumiseà
I'hommeet à savolonté,démuniedetoussesdroits,Elle était
devenuetout commelesbiensla rpopriétédu mari.
La femmesousI'abri de I'Islam
Dans le droit fançais par exemple et jusquà une période
récente,la femmeétaitincapabledegérersespropresbiens.
L'article 217du mêmecodepréciseque:
< Même dansle cas de la séparationdes biens,la
femme mariée n'a pas le droit de vendre,
d'hypotéquer,de s'approprierà titre onéreuxou à
titre gratuit sansécrit de son mari ou qu'il soit
parti aucontrat.>>
Matgrè les amendementsultérieursde ce texte, les séquelles
de ce droit continuentde marquer à ce jour la femme
françaisemariée,Il s'agit là d'une sorted'infériorationde la
femme pas la société,Ce qui confirme cette soumission
imposéeà la femmeoccidentale,c'est qu'elle perd son nom
de famille par le fait du mariage.Elle prend le nom de son
mari. C'est là une preuve de Ia part de son identité et
I'adoptiondecelledesonmari.
Selonl'écrivainanglaisBernardShow:
<<Dans le droit anglais,dèsle jour de son mariage,
tous lesbiensde la femmedeviennentla propriété
de sonmari.>
Peir encore, en plus de cette soumissiongénéréepar le
mariageet rendueéterneltepar la religion et le droit, quelle
qe soit la gravité des querellesentreles épouxet I'ampleur
des problèmes,le divorcr nr prut être pronnoncé.La seule
solution est la séparationde corps dont la conséquence
naturelleest quel'hommesetourneverslesmaîtresseset les
prostituées,alorsquela femmesedonneauxamants.
Par aitleurs,en casde décèsde
'un desépoux,le partenaire
restantenvie n'a [asla posibilitédeseremarier.
Tout cela est à l'origine de la dégradationdu statut de la
femmeet la négligensede son rôle. La réactionest négative,
et mêmenéfastedansla sociétéoccidentalemoderne.C'est
ce qui a pousséeles penseurset intellectuelsoccidentauxà
La femmesousI'abri de I'Islam
appeler à I'octroi à toute personne,homme ou femme, sa
liberté,ainsiquela protectionde sesdroitssociaux.
La femmesousI'abri de I'Islam
CHAPITRE 3
LES DROITS DE LA FEMME EN ISLAM
Après ce brèveet rapideaperçusur lesdroits de la femmeet
sa place dans les différentessociétéspré-islamique,nous
allonsnouspenchersur la placede la femmedansla société
musulmaneet les droits qui sont confëréspar la religion.
L'Islam a une perceptionglobale et non étriquée de la
femme. Il ne tient pas compte d'une seule étape mais
s'intéresseà toutes les phasesde son existence.Il s'est
intéresséà elle en tant quejeunefille, en tant qu'épouse,en
tant que mère et en fin en tant que femmeparmi toutes les
femmesmusulmanes.
L'Islam s'estintéresséà elleen tant que fille :
Allah a donnéaux parentsla réspnsabilitéde la protectionde
leursenfantsqu'ils soientmâlesfemeels,Allaha dit :
< Et ne tuezpas vosenfants par crainte depauvreté. C'est
Naas Qui assureronsleur snùsisfance et ls votre. Les tuer
estun grand péché. yl
Allah qualifiele fait de les tuer un péchégrave.Il a ordonné
aux parentsde bien les nommer,de s'intéresserà ce qui les
concerne,de s'occuperd'eux, de subvenirà leursbesoinset
de leursassurerunevie décente.L'Islam a accordéà I'enfant
un droit sursinpère,Allah a dit :
s Et les mères qui veulent donner un allaitement
complet, allaiteront leurs bébés deux ans
antierc. Le père se doit de lesnourtr et desvêtir
convenablementt2
' Levoyagenocturne,v: 31.
'La vache,v:233.
25
La femmesousI'abri de I'Islam 26
Aprèsle droit à I'allaittement,vient le droit à être élevéet à
être éduqué.C'est à la mèreplutôtqu'aupèreque revientce
devoir en casde séparation.L'Islam a fait cettepréferenceen
raisonde la compassionde la mèreet de satendresse.Amr
Ibn Shoui'ba rapportéqu'unefemmea dit :
( O Messflger d'AIIah, pour mon lils que voici,
mon ventre a été un contenant, mon sein un
récipient pour boire, et mes bras un bercesu.
Son père m'a riépudiéeet a voulu me l'enlever.
Le Messager- que la paix et bndiction soient sur
lui - a dit : Tu en as la priortté tunt que tu ne te
remartespus. l'
Abou Bakr As-Seddik,successeurdu Messagerd'Allah - que
la paix et bndictionsoientsur lui - a tranchéà propos de
AssemIbn Omar lbn Al-Khattab en disantà son père Omar
qui a abondonnésamèreet a voulu le lui enlever:
< Sonodeur,soninstinctmaternelet satendresselui
valentmieuxquetoi, >2
Si l'égalitéet lajusticen'étaientpasconsacréespar lestextes
du Coran et de la Sunna,les femmesauraientcertainement
étéfavoriséespar rapportauxhommes.
Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui
-adit:
< Traitez vosenfants avec équité"Et si votrsdeviez
avoir une préférence, vous I'auriez,
certainement t, pôui trt femmes,t 3
Les derectivesdu Prophète- que la paix et bndictionsoient
sur lui - insistentsurl'intérêtqu'il faut avoirpour lesfilleset
' RapportéparAl-Hakim,AhmedetAdouDaoud.Authewntique.
' RapportéparAbd Ar-RazzaketI'ImamMalekdansle Mouatâa.
" RapportéparAl-Baihaki,nonauthentique.
La femmesousI'abri de I'fslam
I'obligationde les honorer,de les traiter avecbonté, et de
subvenirà leursbesoins,Il a dit'
r<Celui qui a deux "filln ou deux s(Eurs, qui les a
bien traitées et tant que celles-ci vivent avec lui,
je serai lvec lui au Paradis comme des deux
doigts. st'
Et dansune autreversion,le Messagerd'Allah - que la paix
et bndictionsoientsurlui - a dit :
(( Celui qui a eu trois Jilles et a été patient avec
elles, les a nourrtes, habillées uevc son argent,
estprotégé de l'Enfer. >'
La Charia
3
oblige aussiles pèresà élever les filles avec
beaucoupd'attentio et de soins, à leur inculquer le bon
savoir AbdullahIbn Omar qu'ils aientla satisfactiond'Allah
a rapportéqu'il a entendule Messagerd'Allah - que la paix
et bndictionsoientsurlui - dire :
(( Vous êtes tous responsables de ceuJc,qui
dépendent de vous; I'Imum veille et est
responsiblede sestidèles, l'homme veille sur su
famille et en est reponsable,la femme veille sur
la maison de son mart et est reponsuble de sa
famille, Ie serviteur veille sur les biens et les
proprtûés de son maître et est responsible de
ceux qui dépendent de lui, et vous êtes tous
responsublesdesvôtres.t*
La Cahriaordonneaussil'égalitédanssonsensle plussrictet
l'équité entreles enfantsdansle sensle pluslarge.Elle incite
' RapportéparAl-Khatib.
'RapportéparAhmed.
'La
Charia: Lesloisislamiques.
' RapportéparAl-Boukhari.
27
La femmesousI'abri de I'Islam
à ordonneraux enfantsla tendressepaternellesansdistinction
ni favoritismequ'ils soientmâlesou femelles.
Allah a dit en substance:
< Certes,Allah commande l'équité, la bienfaisnnce
et I'assistance aux proches. Il interdit la
turpitude, l'acte répréhensible et la rébellion. II
vousexhorte afin que vous vottssouvenieL n'
Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui
-adit:
(( Soyez envers va,$ enfants, soyez,équitables
envers vos enfants, soyez,équitables envers vos
enfants. >2
Mouslim a rapportédansson recueilque Aicha la mèredes
croyantsquela satisfactiond'Allah soitsurellea dit :
tt Unepauvrefemme estvenueme voir. Elle portait
sesdewcfelles. Je lui ai donnée trois dattes.Elle
a donné une datte ù chacune d'elles et a porté
une datte à sa bouche. Sestilles ont voulu la lui
prendre Elle I'a alors partagée en deux et la
leur a donnée Cela m'fl touché et i'ai alors
rapporté lesfaits au Messager d'Allah - que Ia
paix et bndiction soient sur lui - . Il adit : Grâce
à ce geste Allah la voue fiu Paradis et
l'affraichit de l'Enfer. f
Cetteorientationdu Prophète- quela paix et bndictionsoient
sur lui - a établile lien entreI'afiflectionhumainecaractérisée
par l'amour desenfantset la récompensede I'au-delàqui est
une incitation aux parents à traiter leurs enfants avec
'Les
abeilles,v: 90,
'RapportéparAhmedetAn-Nassa[.
'Mouslim.
2E
La femmesousI'abri deI'Islam
clémenceet justice. C'est ce qui amènerales parents à
convoitirla récompenseet lesbienfaitsd'Allah.
La Chariaa ordonnél'égalité et la justice entre les enfants
qu'ils mâles ou femellesen matière sentimentale.Il ne
convient pas de favoriserle mâle par rapport à la femelle
danslesdonset grafitications,
Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui
- a demandéà un hommequi l'a priéd'êtretémoind'un don
qu'il voulaitfaireà sonfils :
<As-tu donnéIu mêmechoseù tous tesenfants ? Il
u repondu : Non. II a donc répliqué : Demande
à quelqu'un d'autre que moi pour témoigner de
l'iniquité. Crqignez AIIah et soyezjustes uvec
vosenfants, >l
La justiceet l'équiténe selimitentpasseulementaux choses
matérielles.Elles concernentaussi les sentiments.Allah a
ordonnél'équitéentrelesenfantsmêmepour embrasser,
Anes que la satisfactiond'Allah soit sur lui a rapportéqu'un
homme était chez le Messagerd'Allah - que la paix et
bndictionsoientsurlui - . Sonfils s'estapprochéde lui. Il I'a
alorsemrasséet I'a mis sur sesgenoux,Ensuite,safille s'est
approchéede lui. Il l'a prise dans ses bras. Le Messager
d'Allah - quela paixet bndictionsoientsurlui - a doncdit :
tt Tu as étéinjuste. t
Puisque nous traitons de I'intérêt que porte I'Islam aux
enfants,il convientpeut-êtrede dire un mot sur I'intérêt que
porte I'Islam aux orphelins et ce en raison des effets
dangeureuxet desgravesconséquenecesde I'orphelinagesur
'
Accordunanime: c'estàdirequecehadithestrapponéàla foisparAl-
Boukhariet Mouslim;savantsspécialistesdestraditionsduMessager
l- quela paixetbndictionsoientsurlui -.
La femmesousI'abri de I'Islam
la physiologiede I'enfantlesquelspeuventle tournervers la
criminalitéet la délinquancesurtouts'il est dansune société
qui ne tient pas compte de sesdroits, ne fait pas face à ses
devoirset ne le regardepas avec tendresseet compassion.
L'Islam s'est beaucoupoccupéde l'orphelin qu'il soit mâle
ou femelle.Il tient sesplus prochesparentsresponsablesde
saprotection.S'il n'a pasdeparents,c'està I'Etat musulman
de s'occuperde lui de l'éduqueret de l'orienter.Le Coranet
la Sunnamettenten gardecontreI'appropriationabusivedes
biensde I'orphelin,l'injusticeà saencontre,sarépressionou
sonmauvaistraitement,Allah a dit :
(( Quant ù I'orphelin donc, iI ne faut pas le
maltraiteF. D'
Allah a ausiidit :
( Ceux qai mangent (disposent) iniustement des
biens des orphelins ne font que manger
(pénétrer) du feu dans leurs ventres. IIs
brûleront bientôi dans lesflammes de I'Enfer. f
30
Le Messagerd'Allah -
-adit:
<<O Allah, je
les droits
femme, n3
Celaveut direquelespéchéset I'embarrasatteignentceuxqui
leur font perdre leurs droits, qui les oppriment et les
maltraitent.
Il a égalementdit :
'Le jourmontant,v: 9.
'Les femmes.v: 10.
" RapportéparAn-Nassaï.
que la paix et bndiction soientsur lui
metsdans l'emharras celui qui atteint
des faibles, de l'orphelin et de la
La femmesousI'abri de I'Islam
< Evitez les sept chosespernicieuses. Ils ont dit :
Quels sont-elles Messager d'Allah ? Il a
répondu : lepolythéisme, la sorceilerte,Ie meure
interdit par Allah sauf s'il est auturtsépar la loi
divine, mflnger (consommer) l'usure et manger
les biens de l'orphelin, la retraite le jour de
l'invasion, la calomnie et la médisance des
femmes pures, pieuseset imprévoyantes.>l
Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui
-adit:
< Moi-même et le tuteur d'un orphelin, comme ces
deux-là, en montrant sesdeux doigts, I'index et
le majeur. )t'
I[ a aussidit :
( Celui qui fait pflsser une clëmente sur la tête
d'un orphelin et nefait cet acteque allah, Allah
lui écrtra un bîeffiit avec.chuque cheveu sur
lequel estpasséesa mAin. >'
L'Islam s'est aussiintéresséaux enfantsillégitimes( nés de
pères inconnus).C'est I'Etat musulmande les prendrene
chargede la mêmefaçonqueI'orphelin.
De cette manière, nous avons offFertà la société deux
catégoriessocialesqui remplissentleurs devoirs et exercent
leursdroitssansêtrediscriminés.
L'Islam respecteI'avis de lafille et son droit au mariage.Il
considèrela liberté de la felle d;accepterou de refuserceux
qui se présententà elle une desconditionsde la validitédu
' Accordeunanime.
'
RapportéparAl-Boukhari.
3RapportéparAhmedetAt-Tirmidhi.
3f
La femmesousI'abri de I'Islam
mariage.Il 'est pas du droit de son père de la marier à son
insuou sanssonconsentement.
Le Messagerd'Allah - que la paix et bndiction soientsur lui
-adit:
tt N'épousez la vierge que lorsque vous demandez
sapermission, et non vierge,(divorcéeou veuve)
qu'aprèsson approbation n'
L'Imam Ahmed a rapporté çes paroles de Ar'cha que la
satisfacriond'allahsoit surelle:
< IIne femme estvenue voir le Messagerd'Allah -
que Ia pnix et bndiction soient sur lui - et lui a
dit : Messager d'Allah mon père m'a marté ù
son næeu pour quelques bagatelles. Le
Messager d'AIIah - que Ia paîx et bndiction
soient sur lui - lui a donné raison Elle a aiouté
: j'ai accepté la décision de mon père, mais ie
veux que lesfemmes sachent que lespères ne
sont pasconcerné. n
L'Islam s'estintéresséà la femmeau tant qu'épouse:
Allah a dit :
<<Et purmi ^Sessigrces , Il a créé de vous et pour
vous des épouses pour que vous viviez en
tranquilité avec elles et Il a mis entre vous de
l'ffiction etdeIa bonté"n2
Ce verset prouve la grandeurd'Allah Qui a créé des êtres
humainsen faisantdesépouxpour S'accommoderlesuns les
autreset trouver du plaisirpour leurscorpset une paix pour
leursesprits.L'épousedoncestenIslamle pilierdela société
' RapportéparAl-BoukharietMouslim.
'Les romains,v:21.
3a
La femme$ousI'abri de I'Islam
sur lequel il se fonde et la base essentielde la famille
musulmane.L'Islam lui a donné des droits et des devoirs.
Parmisesdroitset devoirs:
l- La dot :
C'est un droit absolu.La dot est indispensableest rendue
obligatoireparla Charia.Le contrat de mariagene peut être
valablesannselle.Ce droit ne peut êtreannulémêmeavecle
Çonsentementde la femme qu'aprèsla signaturedu contrat.
Aprèsle contrat,ellea le droit d'en disposerà saguise.
Allah a dit .
( Et donnex,aux épousesleur muhr
t
, d" bonne
grûce Si de bon grè elles vorrsen abundonnent
une partie, mflngez-le (disposez-en)alors avec
bon appétit. r'
C'est un droit acquisà la femmequi ne peut être réstrocédé
au mari qui la quitte en la répudiantou en la remplaçantpar
uneautrefemme.
Si, c'est le mari qui prend l'initiative de la séparation,il ne
peutrienreprendredela dot qu'il lui a donné.
Allah a dit :
K Si vous voulez,remplacer une épousepar une
autre, et que vous avezdonné à l'une d'elle un
quintar 3,
n'en reprenezrten. ya
Allah a qualifié de péché manifestele fait de reprendrela
totalitéou uneparitedela dot dela femmeaprèsle divorce.
Allah a dit :
' Dotfaiteparle marià la mariée,etnégociéeentrelesdeuxparties.
'Les femmes,v: 4.
'Quintar= millepiècesd'ord'oùlemotlatinquital.
' Lesfemmes.v: 20.
La femmesousI'abri de I'Islam
( Comment oseriez-vous le prendre, après que
l'union intime vorrsuit associésl'un ù I'autre et
qu'elle uient obtenu de votts un engagement
solennel ? vl
Allaha aussidit :
<rO croyants ! II ne vous estpas licite d'hértter des
femmes contre leur gré. Ne les empêchezpas deseremsrier
dans le but de leur ravir unepurtie de ce que vousleur uviez
donné. A moins qu'elles ne viennent àà commettre un
péché tlagrant. Et comportez-vottsconvenablement envers
elles. Si vous les haïssezdurant Ia vie, il sepeut que vous
haissezquelquechosequ'Allah en aitfait un grand bien n2
Dans ces versets,Allah a protégéles droits suivantsde la
femmes:
- Allah a rewndu licite le fait d'hériter de la femme
lorsqu'elle est haie. Chez les Arabes d'avant I'Islam
commeon I'a déjàvu précédemment,lorsquemourraitle
mari, les prochesabusaientde sa femme.L'épousaitqui
voulaientou ils la mariaientà qui ila voulaientou même
ils I'empêchaientde seremarier.Ils en avaientla priorité
d'en disposeravant sa propre famille.Elle devenaitune
marchandiseacquiseparl'héritage.
- Allah a renduillicitede seremarierimposéepar I'ex-marila
femme dans le but de la gêner, I'insulter, la battre,
s'accaparerde sesbiens,lui interdirede sortir ou autre.
Tout celadansle but deI'obligerà achetersaliberté.
' Lesfemmes,v: 21.
'Lesfemmes,v.2I.
34
La femmesousI'abri de I'Islam
- Toutefois,Allah a permisau mari d'agir de la sortelorsque
la femme est prise en flagrant délit d'adultère et de
divorcerparla suite.
- Allah a aussi ordonné au mari de se comporter
convenablementavec sa femme, de lui dire ce qu'elle
aimeentendre,de lui fairece qui la satisfait,de s'embellir
pour elle,commeil aimequ'elles'embellissepour [ui.
Le Prophète- quela Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsur
lui- a dit :
tt Les plus croyants sont lesplus vertueux et qui
ont lr meilleur comportement envers leurs
épouses.stl
Le Messagerd'A-llah- que la Paix et la Bénédictiond'Allah
soientsurlui- avaitcertainesvertus.Il étaitroujoursdebonne
humeuret agréableà vivre. Il plaisantaitavecsesfemmes,les
cajolait et leur montrait son amour pour elles, L'Imam
Ahmeda rapportéquele Messagerd'Allah - quela Paixet la
Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit :
< Tout ce qui nmuselefils d'Adam (être humain)
est honni suuf trois choses : I'utilisation des
uFmes,le dressugede son chæal et l'amusement
de safemme. Celui-ci a donc raison.f
Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah
soient sur lui- était généreuxavec ses femmes,plaisaitet
jouait avecelles.
Il est rapportéque Aichaque la miséricorded'Allah soit sur
ellea dit :
' RapportéparAt-Tirmidhi.
' RapportéparAt-Tirmidhi.
La femme$ou$I'abri de I'Islam
< J'ai couru flvec le Messagerd'Allah - que la Paix
et la Bénédiction d'Allah soient sur lui- avant deprendre du
poids, j'oi gagné, Ensuite, nous uvons couru lorcquej'oi
prts du po.idsalors iI a gagné. Il u dit : choseprêtée, chose
rendue >'
Lorsqu'il rentrait de la prière du Isha (prière du soir), il
s'asseyaitun peu avec sa femme avant de dormir, lui tenait
compagnieet discutaitavecelle.
Allah a dit :
tt Il y avait en le Messagerd'Allah un modèlepour
vorrsà suîvre n2
Il estdoncnotre leader,notreexemolesuprême.Nous devons
donc suivre ses enseignementspour tout ce qui nous
concerne.
Z- Justiceet éealité:
Dans le casoù I'hommea plusd'une femme,il estcenséles
traiterà égalitépourla nouritureI'habillementet le logement.
Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah
soientsurlui- a dit :
K Celui qui a deux femmes et ne les traite pas
équitablement, vïendra le jour du jugement
dernier flveeun côtéde son corpsincliné" n'
3- Les dépenses:
Le mari sedoit de subvenirde bonnegrâceaux besoinsde sa
femme.Il doit lui assurerun logementadéquatet décent,la
nourriture, les vêtementset lui donner I'argent dont elle a
besointout entenantcomptedesesmoyens.
' RapportéparI'ImamAhmed.
'Lescoalisés,v:2L
' RapportéparAt-Tirmidhi.
36
La femmesousloabride I'Islam
Allah a dit :
o Que celui qui est aisé dépensede safortune, et
que celui dont les biens sont limités dépense
selon ce qu'AIIah lui a accordé.Allah n'impose
rten àpersonnequeseloncequ'il lui a donnti.tl
Hakim Ibn Muawia El-Koucharia rapportéque son père a
dit.
< J'qi demandé: O Messflgerd'AIIah, quels sont
les droits que la femme a sur son mart ? il a
répondu : Il faut Ia nouir si vous milngez,
I'habiller si yaas voushabillez, ne lafrapper, pa.s
au visage, ne soyez,pas vryIgaireù son égard et
ne l'isolez que chezelle. f
Si [e mari refuseà dépenserpour sa femme et qu'elle est
capablede se servir de son argent sans son autorisation,
qu'ellele fassedansla limite de sesbesoins.Hind Bint Otbah
adit:
(( O Messager d'Allah, Abou Soufiane est un
homme flvflreet ne me donnepas asser,d'argent
pour subvenir à mes besoins. Il a-répondu
Prens ce qui sufJit à toi et à tonfi/s. .,rr
Si le mari n'est plus capablede subveniraux besoinsde sa
femmeou qu'il I'abandonneen lui occasionnantun préjudice
perdant ainsi I'assistancede son mari elle a le dorit de
demanderI'annulationdu contrat de mariage.Commeil est
rapportépar Abou Horaira :
K Une question a étéposé au Messuger d'AIIah -
que la Paix et la Bénédiction d'Alluh soient sur
' Le divorce,v: 7.
' RapportéparAl-Hakem.
'Reconnu
authentique,
37
La femmesousI'abri de I'Islam 3E
lui- ù propos d'un homme
moyensd' entretenir safemme.
doivent être séparés.t
qui n'a plus les
Ilarépondu:IIs
L'Islam incite les hommes a bien traiter les femmes, le
Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah
soientsurlui- ena dit
< Les croyants lesplus padaits sont ceux qui ont le
meilleur caractère et les meilleurs d'entre vous
sont ceux ,qui sont lesplus appréciéspar leurs
femmes. I
En plus de sesdroits matériels,il y a desmorauxtels que la
protection de son intégrité et de sa réputation, son
éloignementdes lieux de plaisir, de nudité et de meurs
légères.
Allah a dit :
K O vous qui flvez,cru ! Préservez-vouset uos
familles, d'un feu dont le combustihle sera les
gens et les pierres, suneillé par des Anges
rudes, durs, ne désobtiissantjamuis ù Allah en
ce qu'Il leur commundeet exécutantsrictement
c" iu'on leur ordonne.>2
Le mari ne doit lui enseignerque ce qui peut lui être utile
pour lesaffairesde la religionet de sonmonde.Il ne doit pas
dévoilersesdéfautset sessecrets.Il doit taire tout ce qu'il
voit ou entendd'elle,garderau secretleur intimitéet ne pas
en faire un sujet de discussionavec les amis.Le Messager
d'Allah - quela Paixet la Bénédiction
d'Allahsoientsurlui- a dit :
' RapportéparAt-Tirmidhi.
'L'interdiction.v: 6.
La femmesousI'abri de I'Islam
(( Les plus mal considéréspar AIIah le jour du
jugement dernier sont le mart ou h femme quî
étale les secrets de I'autre après être fait des
confidences.>'
Le droit à la cohabitationet à la vie coniugale:
C'est I'un desdroit les plus importantsque la loi divineait
exigédu mari d'accorderet de m'intenirpour ne pasobliger
la femme à recourir à des actions dont les conséquences
serontmauvaises.
En étantqu'épouse,ellea besoind'affectionet de tendresse.
Elle a besoind'un hommequi I'a cajole,nourrit sonaffection
et répondà sonamour.
La loi divine empêchede se cansacrerexclusivementà la
piétépour remplirce devoir.D'aprèsSlmanAl-Farissi,que[a
satisfaction
d'Allah soitsurlui :
< Abou Ad-Darda' qu" la satisfactiond'AIIah soit
sur lui, est venu lui rendre visite. Et voilù que
Oum Ad-Darda' Aa mère de Ad-Darda') est
flpparue abattue, Qu'as-tu ? Lui o demanda
Salman. Elle s répondu : ton frère n'a pas
besoinde ce monde.il prte tuute la nuit etjeune
le jour ! Quand Abou Ad-Darda' estarrivé , il
I'a bien accueilli et lui a affen à manger et lui a
dit : J'ai juré que tu mflnges.Alors, il a mangé
et a dormi chez lui. La nuit Abou Ad-Darda' a
voulu prier et Salman l'en a empêchéet lui a dit
: ton corpsfl sur toi un droit, Alluh fl sur toi un
droit et ta femme a sur toi un droit. Jeune,
39
' RapportéparI'ImamMouslim.
La femmesousI'abri deI'Islam
mange, prtq honore ta femme et donne ù
chacun son droit,
Au lever dujour, il lui a dit : lèves-toisi tu veux.
Il s'est levé, a fait sesablutions puis ils sont
sortis tous deux ppour h prtère Lorsque Ie
Mesager d'AIIah - que la Paix et la Bénédiction
d'Allah soient sur lui-est arrivri, l'histoire.lui a
était racontée Il a dit : Salman a raison. n'
Si le mari s'absenteplus de six mois et que la femme peut
supportercetteabsence,patienteret contenirsesbesoinsalors
tant mieux.Mais il est de son droit de demanderla présence
de sonmari pour subvenirà sesrapportssexuels.Dansce cas,
il doit rentrer de son voyage pour la satisfaire.Il ne peut
tarderquepour un motif valable.
Il peut garderI'argentde safemmemaisne peut le dépenser
sanssonaccordou à soninsu.
Il doit la consultersurtous les sujetsqui concernentle foyer
et les enfants.Il ne convient au mari de faire prévaloir son
avis en ignoranf I'avis de sa femme surtout s'il est plus
raisonnableou plusjudicieux.
Pour bienfairevaloir ce droit, voici un exempledu Messager
d'Allah - quela Paix et la Bénédictiond'Allahsoientsur [ui-.
Il est entréchezOum Salama,que la satisfactiond'Allah soit
sur elle, fâché parcequ'il avait ordonné à sescompagnons,
que la satisfactiond'Allah soit sur eux, de se raseret d'ôter
I'Ihram le jour de Houdaibiyaet qu'ils ont tardéà s'exécuter.
Oum Salamaque la satisfactiond'Allah soit sur elle lui a
conseilléde saraserle premieret de semontrer.D'aprèselle,
on le voyant,ils seraserontà leurtour, Le Messagerd'Allah
40
' RapportéparAl-Boukhari.
La femmesousI'abri deI'Islam
- que [a Paix et la Bénédictiond'Allah soientsur lui- a suivi
ceconseil.Dèsqu'ilsI'ontvu rasé,ils onttousfait demême.
Le mari ne doit pascomptabiliserles erreursde safemmeni
profiter de sesfaiblessesLe Messagerd'Allah - que la Paix
et la Bénédictiond'Nlah soientsur lui- : < a interditau mari
d'entrer chezsafemmela nuit.>l
Il est tout aussiinterdit de rentrer la nuit ou de voyager à
I'improvisteet sansaviserau préalablecaril peutla retrouver
dansun étatqui lui déplaira.Celapourraêtreuneraisonpour
cesserdeI'aimer.
Au coursde la vie conjugale,la bonté,I'entente,l'affectionet
I'amour doivent prévaloir. L'homme doit prendre en
considérationla natureet le caractèrede sa femme.Il doit
montrer des sentimentssincèreset changer avec elle des
proposagréables.
Allah a dit .
(( Comportez-vous convenilblement ûvec elles. ,Si
vous flvez,pour elles de I'aversion durant la vie
conjugale, il sepeut qae vousilyez,de I'aversion
pour une chose à laquelle Allah a réservéaun
grand bien. n2
Par ailleurs, le Messager d'Allah - que la Paix et la
Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit :
< Un croyant ne doit haïr une croyante. Si elle est
détestéepsr un homme, elle peut être aiméepar
un anttre f
' Reconnuauthemtique.
'Les femmes,v: 19.
'RapportéparMouslim.
41
La femmesousI'abri de I'Islam
L'Islam s'estintéresséà la-femmeen tant que mère:
La mèreestcitéedansplusieursversetsdu SaintCoranqui a
comparéson droit au droit d'Allah et c€, pour mettre en
valeursonimportance.
Allah a dit :
ç Et ton Seigneur s ordonné de n'adorer que Lui
et faites preuve de bonté à l'égard de uo^s
parents, il"
Et le Messagerd'Allah - quela Paixet la Bénédictiond'Allah
soientsur lui- a mis le Paradissousles piedsdesmères,en
disant,
ç Le paradis estsouslespieds desmères.f
L'Islam I'a favorisépar rapport au père pour sa bonté, sa
tendresse,sa sensibilité,sa fidélité et son sens de la
reconnaissance.
A ce propos,Abou Houraira,que la satisfactiond'Allah soit
surlui a rapportéque :
(( Un homme s'estapproché du hophète - que la
Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui- et
Iui a dit :
Messager d'AIIah, qui doit bénéficier de mû
compflgnie et de ma présence en priorité ? Il a
'
Le voyagenocturne,v: 23.
'Non
authentique.
(l'authentique setrouve chez Al-Hakem dansAl-Moustadrak) :
SelonMouawiyah Ibn Jahimah que Jahimah estvenu voir le Prophète-
que la Paix et la Bénédictiond'Allah soient sur lui-, et lui a dit : < Je
veux combattredansla guerresainteetje suisvenuprendreton avis.Le
Prophètea dit : As-tu une mère ? Il a répondu : Oui, Le Prophètea dit :
Vas estresteauprèsd'elle car le Pradisestsoussespieds.>
La femmesousI'abri de I'Islam
rëpondu : ta mère. Il lui a encore demundé : et
ensuite ? II u répondu : ta mère. Il lui a enfin
demandé: et ensuite ? II a répondu : ta mére Il
u encore demandé : et ensuite ? II a répondu :
ton père.>t
il en ressortde ce dialoguecommeil est expliqué,que la
mèretient saprioritépar rapportau pèredetrois raisons: les
difficultésde la grossesse,puis de l'accouchement,puis de
I'allaitement.Trois motifs qui singularisentla mère.Ensuite,
elle participeavecle pèreà l'éducationdesenfants.La mère
donc porte sonenfantet il senourrit de sesdépensespendant
neuf mois. Elle I'allaite pendantdeux ans pour celle qui
compléterla périoded'allaitementtel qu'il a été prescritpar
Allah :
n Sa mère l'a porté (sabissantpour lui) peine sar
peine, son servflge a lieu ù deux ûn* ,Sais
reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes
parents. VersMoi estla destination. ,,t
La mère a donc un droit de priorité pour ce qui est de la
bienfaisance,de la bienveillanceet de I'affection.Le père a
pourlui l'obéissance.
- Il faut les respecteret leur obéir. Il ne convientpasde leur
désobéirsaufs'ils ordonnentà désobéirà une loi divine.
La satisfactiond'Allah passe avant I'obéissancedes
parents.Cela ne veut pas signifierqu'il faut les offenser
ou les maltraiter.Il faut plutôt lesaimeret lescouvrir de
tendresse,Allaha dit :
< Et si tous deux teforcent ù M'associer ce dont tu
n'us ûucune connaissflnce,alors ne leur obéis
'
Reconnuauthentique.
'Luqman,
v: 14.
La femmesousI'abri de I'Islam u
pfls, mais reste avec eux ici-bas de façon
convenable et suis le chemin de celui qui se
tourne versMoi. >t
- Leur obéissancepasseavanttoute autrepersonne,tellevotre
femme.Cela ne veut pasdire non plus qu'il faut négliger
votre femmemaisqu'il faut donnerà chacunsondroit.
- Allah satisfait ceux qui les satisferont. Ceux qui les
maltraitentsubiront sa colère, c'est ainsi que I'a affirmé
le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédiction
d'Allahsoientsurlui- endisant:
r La satisfaction d'Allah résidedans la satisfaction
des parents et Ia colère d'Allah pilsse par la
colère desparents, t
- L'Islam préfère la piété filiale et incite à rester avec les
parentsplutôt qu'à se porter volontairepour la guerre
sainte,Ibn Massaoudque [a satisfactiond'Allah soit sur
lui a rapportéqu'il a demandéau Messagerd'Allah - que
la Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- .
(( O Messager d'Allah, quelle est l'action la plus
appréciéepar Allah ? Il a répondu : h prtère en
son temps. J'ai ajouté : Et après ? Il a dit : Ia
piététïliale J'ai oqtri aiouté : Et après ?Il a dit
: la guerre sainte f
Et d'aprèsAbd Allah Ibn Al-As que[a satisfactiond'Allah
soit sur lui, le Messagerd'Allah - que la Paix et la
Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit :
'Luqman,v: 15.
' RapportéparAl-Boukhari.
La femmesousI'abri de I'Islam
< Un homme s'estprésentéau hophète d'AUah -
que la Paix et la Bénédiction d'AIIah soient sur
lui- et lui a dit : je viens tefaire mes sdieux car
je vaispour lu guewe s&inte et pour mériter ls
bénédiction d'Allah. II lui a demsndé : Est-ce
que I'un de tesparents est encore en vie ? II a
répondu : oui, tous les deux. Il lui u ajouté :
Alors tu veux avoir la bénédiction d'AIIah ? Il a
répondu : oui. II lui s dit : ulors retourne chez
toi et tiensbonne compflgnieù tesparents. n]
- On doit I'obligeance,la bienfaisance,le dévouementet le
don de soi aux parentsquel que soit le degrè de leur
attachementà la religion. Asma que la satisfaction
d'Allah soitsurellea dit :
K Lors que ma mère est venue me voir, j'oi
demandé conseil au Messnger d'AUah - que la
Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui- et
lui est demandé : ma mère qui est mécrëante
m'û demundé de l'aider, dois-je donner ce
qu'elle veut ? Il a répondu : oui, il faut le lui
donner, n2
- il faut les aider dans les tâches ménagèreset ne pas
rechignerà lesfaire .
( Le Messager d'Allah - que la Paix et la
Bénédiction d'Allah soient sur lui- cousait ses
habits, réparait ses chaussures et aidait su
femme à la maison On avait demsndéà Aicha
que Ia satisfaction d'Allah soit sur elle ce que
foit Ie Messnger d'Allah - que Ia Paix et la
' RapponéparAl-BoukharietMouslim.
' RapportéparAl-BoukharietMouslim.
La femmesousI'abri de I'Islam 46
Bénédictiond'Allah soientsur lui- chezlui. ElIe
fl répondu : iI est au service de sa famille e
quand il entendI'uppel ù h prtère, il sort. tt'
Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédiction
d'Allahsoientsurlui- nousdonnedoncun exemple.
-La bienfaisanceet I'obligeanceaux parentspassentavant
lesactesvolontairesdeprièreet autres.
Abou Houraira que la satisfactiond'Allah soit sur lui a
rapporté que le Messagerd'Allah - que la Paix et la
Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit :
<tTroispersonnesseulementont parlé en bas-âge:
Aissa (Jésus)"fils de Marte - que la Paix et la
Bénédiction d'Allah soient sur lui-. II y avait
chez lesisraélitesun homme connu soasle nom
de fouraij. Il était très pieux et a pris pour
demeure un couvent. Sa mère est venue verslai
alors qu'il priait. Elle l'a appelé : Jouruii. Il a
dit : O Dieu ! Ma prtère ou mil mère ? Et il a
continué ù prter. Alors eIIe est partie Le
Iendemain, elle estrevenuependant la prière de
son fîls. Elle l'u appelé : Jouraii. II a dit : O
Dieu ! Ma mère ou ma prière ? Le lendemain
elle estégalementvenue alors qu'il priait. EIle a
dit : Jouraij. Il a dit : O Dieu ! Ma mère ou mn
prtère ? Et il a continué à prier. Elle a dit :
Dieu, ne prends pas son âme avant qu'il ne
connaise desprostituées, Les Israélites se sont
rappelésde Jourai et de sapiété. II y avait une
prostituée connuepour sa beauté.Elle a dit : Si
vusvoulez,je le séduirait. EIle s'esf offerte ù lui.
' RapportéparAl-Boukhari.
La femmesousI'abri de I'Islam 47
il ne la regarda même pûs. EIte s'est alors
donnëe ù un berger qui avait I'habitude de
paître à proximité du couvent de Jouraij et en
était tombée enceinte.Lorsqu'elle a ûccouché,
elle a dit que I'enfant était de Jouraij. Alors les
IsraéIites I'ont traîné, battu et ont détruit Ie
couvent.Lorsqu'il a demandépourquoi qu'ils Ie
battaient, il a répondu qu'il avait commis un
adultère nvec la rpostituée et qu'elle avait
accouché d'un enfunt naturel de lui. Il u
demandé ou est I'enfant ? Alors, ils le lui ont
umené. II a dit : Permettez-moi de prier et il
prin Lorsqu'ils lui présentèrentI'effint, il lui
pressflle ventreet demandssu nou,ûe&u-né: qui
est lon père ? L'enfant répondit : IIn tel, Ie
berger. Les IsraéIites ont alors embrassë
Jouraij, ont imploré son pardon et lui
proposèrent de reconstruire son couvent en or.
II dit : Non, reconstruisez-leen cuite comme il
l'était llsfirent.
Alors qu'un enfant tétnit le sein de sa mère,
passait un homme qui montuot ttne helle
monture. Sa mère dit : O Dieu! Faites que mon
fiIs ressembleà cet homme. L'enfant lâcha Ie
sein et dit : O Dieu ! Ne faites pas que je lui
ressemble, et se mit à téter le sein. Abou
Houraira u dit : C'est comme si je voyais Ie
Messagerd'AIIah - que la PaLvet Ia Bénédiction
d'Allah soientsur lui- sucerson index II ajouta
: des gens battaient une esclavedisant qu'elle
avait commis un adultère et avait volé. EIle crta
: Dieu me rendrajustice. Alors sa mère a dit : O
Dieu ! Ne faites pns que monftls lui ressemble.
Alors l'enfant lâchu Ie sein, la regarda et dit :
La femmesousI'abri de I'Islam
faites nteu queie lui ressembleLà-dessus,la
mère et l'enfant avaient discuté de la chose.La
mère a dit : Un homme élégant estpasséeti'ai
imploré Dieu pour que tu lui ressembles.Tu as
demandéà Dieu de ne paslui ressembler.Ils ont
traîné et battu cettefemmeen I'accusant d'avoir
volé et commis un adultère, ulorsi'ai demandéà
Dieu pour que tu ne lui ressemblespas et tu as
demandé ù Dieu' de lui ressembler.Pourquoi ?
L'enfant a répondu : cet homme est un tyran,
c'estpourquoi i'ai demandé à Dieu qu'il ne
fassepflsqueie lui ressemble.Et cettefemme est
innocente des crimes dont ils l'accusent. Alors
j'ai demandéù Dieu de lui ressembler,>>l
L'Islam met en gardecontre I'ingratitudeà l'égad des
parents,et la désobéissanceà leursordreset la négligeance
deleursdroitstellela pensionet autres.
D'après Abou Bakrah, qu'Allah soit satisfaitde lui, le
Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah
soientsurlui- a'dit
< Allah peut s'Il veut ne fis tenir comptede tous les
péchés iusqu'au iour du iugement dernier à
l'exception de I'ingratitude ù I'égard des
parents. Attah le rendra à celui qui I'u commis
deson vivant, sflnsattendre qu'il meure.
"'
ses parents,sera maltraité Par ses
Messagerd'Allah - que la Paix et la
soientsurlui- a dit :
Celui qui maltraite
propresenfants.Le
Bénédictiond'Allah
' Reconnuauthentique.
' RappportéparAl-Hakim.
La femmesousI'abri de I'Islarn
tombesur lui s'il compteparmi les menteurs.Et
on ne lui infligera pns le châtiment (de la
lapidation) si elle atteste quatre fois pur AIIah
qu'il (sonmari) estun menteuF,et Ia cinquième
(attestatio)estque la colère d'AIIsh soitsur elle,
s'il disaitla vérité.nl
Trlrisièmecontoverse: L'autorité
Allah a dit :
(( Les hommes ont autorité sur les femmes, êfl
ruison de lu préférencequ'Allah n pour ceux-Ià
pflr rflpport à celles-ci et en ruison de I'usage
qu'ilsfaont deleur argent. >l
Autorité estaccordéeà I'hommeet non à la femmeen raison
de La morphologieet de l'intéliigencede I'homme qui le
prédisposeà userde ce droit. Il s'agit donctout autantd'un
phénomènenaturel que d'un droit acquis.Est lié à cela le
devoirde l'hommede dépenseret subveniraux besoinsde la
femme,de la protégeret de lui assurertouteslescommodités
dela vie.
Il assumela résponsabilitédu foyer tel qu'i[ a étérappelépar
Mohammed, le Messager d'Allah - que la Paix et la
Bénédictiond'Allahsoientsurlui-.
Par ailleurs,la morphologiede la femmeestfragileen raison
de plusieursphénimènesnaturelsqu'ils lui sont propres,tels
les règles, la grossesse,l'accouchement,I'allaitement,
l'éducationdesenfantsqui nelui permettentpasd'assumerle
droit d'autoritécommeil sedoit.
'
La lumière,v: 6 à 9.
'Les
femmes,v: 34.
La femmesousI'abri de I'Islam GT
il est indéniable que les menstruationsde
I'affaiblissenten raison de la quantitéde sang
chaquemois.
la femme
qu'elle perd
La grossesseaussifait souffrir la femme carle bébésenourrit
de sa mère qui devient le plus souvent faible et faitiguée.
Tout effort influe sur son état physiqueet son moral tant
qu'elle a peur pour son enfantet s'inquiètepour ce qu'elle
doit souffrirpendantI'accouchement.Elle ne cessede penser
à I'accouchements'il va être naturelou provoqué,à I'enfant
s'il est malformé ou normalementconstitué. Tous des
penséeset élucubration de I'esprit qui sont de nature à
affecter son état et par conséquentpeuvent influencer son
comportement,
L'accouchementet lesdouleursqui I'engendrentlui imposent
unelonguepériodederecouvrementet derepos.
L'allaitement fait que l'enfant se nourrit de l'énergie de la
mère.
Il est évidentquecelaaffaiblitla mère.Danscertainscas,elle
perd sescheveuxpendantla périoded'allaitementet sonteint
pâlit.Ellepeutaussisentirdesmalaisesmêmedesnausées.
Veiller sur le nouveauné et subvenirà tous sesbesoins,font
que la mère se dépenseconsidérablement.Cela consomme
aussibeaucoupdesntemps.
Abbas Mahmoud Al-Akkad, écrivain Egyptien de grande
renommée,a écrit:
< La femme a une sensibilitéqui lui est propre et
bien différentede cellede I'homme.Le nouveau-
né crée des contraintes qui nécessitentune
symbioseparfaiteavec la mère, symbioseentre
les étatsd'âmes,symbioseentreles perceptions,
La femmesousI'abri de I'Islam
entreleur corpset leur affection.Elle seréveilleà
la moindreréactionet au moindrepleur de son
nouveau-né.
Tout cela s'apparenteaux caractéristiquesqui
sontpropresà la femme Il estdoncdifficilepour
elle et facile à l'homme pour ce qui est de la
maîtrisede I'esprit, de la prédominancedu bon
senset la soliditédela volonté.>r
Dr Alex Librelle,prix Nobel, a écrit ce qui suit à proposdes
différencesphysiologiquesentreI'hommeet la femme:
< Les diftrences entreI'hommeet la femmene sont
pas uniquement dans leur apparencephysique,
leurs organessexuelset leursappareilsgénitaux.
Elles ne sont pas plus dans leur capacité
intellectuelles.Ces différencessont plutôt dans
leur naturemêmede leur constitutioncellulaireet
leurstissus.Tousceuxqui réclamentet appellent
à l'égalitédes deux genresne comprennentpas
ces diftrences essentielles.Ils revendiquesles
mêmes chancesd'accès à l'éducation et au
travail, alors que la femme est totalement
diftrente de I'hommetoute cellulede soncorpsà
elle-mêmeune naturefemelle.Il en est ainsi de
tous les organesde son corps.Plus encore,il en
est ainside sonsystèmenerveux.Les réflexesqui
commandentles membreset les autresorganes
sont systématiqueset bien précis. Il est
impossibled'y porter la moindremodificationou
changementpar une simple volonté humaine.Il
faut accepter cet état de fait sans essayerde
modifier la nature des choses. Les femmes
'
Women in the GloriousQuran,
La femmesousI'abri de I'Islam
doivent quant à elles exploiter leurs dons et
capacitésen fonction de leur nature et éviter
d'imiterleshommes.,rt
Autre réalité,la force physiqueet musculairede I'homme est
plus grande que celle de la femme. Par conséquent,les
hommesfont les travaux durs péniblesque les femmesen
généralsontincapablesdefaire.
Par conséquenceet competenu de ce qui précède,autorité
doit êtredu ressortexclusifdeI'homme.
Ouatrième_controvçseLLe droit de la femmeà l'-héritase
Allah a dit :
(( Voici ce qu'AIIah vous u enioint au suiet de vos
enfan : ntr.fils, une part égaleà celle de deux
filles. >'
Ceux qui ne comprennentpasl'Islam çroirentque la femme
est léséedanssesdroits puisqu'ellen'hériteque de la moitié
dela partd'un homme.
Allah a préciséet détaillélesdroits de la femmeà I'héritage.
Il I'a déterminédanStrois situations:
- Sapartestégaleà celledeI'homme.
- Sa part est égale ou légèrementinférieure à celle de
I'homme.
- Sapart esttamoitiédela partde I'homme,ce casestle plus
courant.
Avant de juger si I'Islam a léséeles droits de la femme à
I'héritage, il convient de prendre un exemple et ensuite
laisserle lecteurenjuger.
< Un hommeest décédéen laissantune fille et un
garçon et une certaine somme d'argent, disons
'
Wahid-ud-DinKhan, Islam Challenges,p.168,
'
Lesfemmes,v: 11.
La femmesousI'abri de I'Islam
trois mille riyals,De la sorte,le garçonhéritede
deuxmilleriyalset la fille demilleriyals.>
Voyons ce qu'il advient de ces sommesuO*, un certain
temps. Le montant hérité par le garçon va certainement
dépréciercar celui-ci doit faire face à la dot dont il doit
s'acquitterpour safemme.Il doit lui assurerle logementet le
meubler,dépensertant pour safemmequepour sesenfantset
subvenirà leursbesoins.La femmequantà elle,il ne lui est
pas demandéde contribuerfinancièrementaux besoinsde la
famille si elle est riche. L'homme est aussi obligé de
dépenserpour sesparents,sesfrèreset sæurset mêmeses
prochess'ils sont pauvreset que lui a les moyensde les
soutenir.
La femmepour sapart, estrespectée,aiméeet entretenue.Il
n'est pas exigéd'elle de supporteraucunechargematérielle
ou financièresoit-elle,fut-ellepour elle-mêmeet sespropres
besoins. Par conséquent,l'argent dont elle a hérité va
augmenteret non sedépréciercar elleva obtenirune dot de
son mari. Même en cas de séparationou de divorce, la
pensionalimentaireest à chargedu mari commeil est obligé
de subvenirauxbesoinsde sesenfants.
Elle peut donc investir son argent et le fructifier dans le
commerceou tout autremodedeplacementl.
Cet exemplenousmontrequeI'argenthéritépar la femmeest
uneépargnealorsquela part héritéepar I'hommeestdestinée
à êtredépenséepour fairefaceaux obligationsqui pèsentsur
lui.
La Charia islamique est diftrente de toutes les autres
réglementationsqui existentdans le monde ou le père se
'
Précision: leplacementdoitêtreliciteetapprouvéparla loi islamique.
La femmesousI'abri de lolslam
libère de sa fille dès qu'elle atteint un certainâge.Elle se
trouve obligéede subvenirà sespropresbesoinspar tous les
moyenspossibles.Alors qu'en Islam, la fille reste SouSla
tutellede sonpèrequi seplie à sesbesoinsjusqu'à ce qu'elle
se mariepuis c'est au mari qui s'obligeà satisfairetous ses
besoins.
Tous les systèmesjuridiques qui consacrentl'égalité entre
I'hommeet la femmeà I'héritage,lesconsidèrentégauxdans
les obligationsfinancières,toute revendicationpour accorder
à la femmeles mêmesdroits que I'hommeà l'héritagesans
I'obligerà supporterles mêmesdevoirsen matièrefinancière
ne sont ni justes ni équitablespuisqu'ilslèsentI'homme.Ce
quela Chariaislamiquerefuse.
Par conséquent,il estjuste de favoriserl'hommepar rapport
à la femmepour ce qui estde I'héritagetant quela femmeest
exemptéede toute obligation financièreet qui consisteà
subveniraux besoinsdu foyer et des enfants,On constatela
générositéde I'Islamqui a donnéplus de considérationà la
femmeen I'exemptantde toutes obligationsmatérielles.Il a
fait supporterle fardeaude ces obligationsà I'homme seul
sans pour autant empêcherla femme d'avoir un droit à
I'héritage.Il lui a accordéla moitié de ce qu'il réserveà
I'homme.Celan'est-ilpasjusteet équitable?
Il convientausside mettre I'accentsur un autre aspectde la
Chariaislamiquequi a fait de I'héritageun droit inaliénable,
Personnen'a le droit d'empêcherun hommeet unefemmede
bénéficierde la part d'héritagequi lui revient.Le droit anglo-
saxonpar contrefait quele testamentpeut déshéritertous les
ayantsdroit.
Le testamenten Islamestlimité au tiers seulementdesbiens.
Cettelimitenepeut-êtredépassée.
La femmesousI'abri de I'Islam
A cela,il faut ajouterquetous lesfraisgrevantI'héritagesont
à la chargeexclusivedeshommes.
GustaveLebon a écrit dans son ouvrage
('
La civilisation
arabe":
<<Les principesprescritspar le Coran sur le droit à
l'héritage sont d'une grande justice et d'une
grande équité. Celui qui lit le Coran peut s'en
rendrecompteen lisantles versetsquej'ai repris
et à travers lesquelsj'en expliqueles principes
généraux.Lorsqueje les compareavec le droit
français et [e droit anglais, il apparaît que la
Chariaconfèreaux épousesdesdroitsà I'héritage
sanspareilsdansnosdroits,cesépousesquenous
disonsquelesmusulmansnerespectentpas.>
Cinquième controverse: les doElmagesà paver en cas
d'homicide
Dans la Chariaislamique,I'homicideinvolontairen'est pas
puni de la peinecapitalequi généralementest sanctionnéepar
la décapitation.Cette peine s'applique pour I'homicide
volontaire. Cette peine s'applique indistinctementque le
meurtrierou la victimesoit unefemmeou un hommepuisque
humainementparlant,ils sont égaux.L'homicideinvolontaire
est sactionnépar I'obligation de payer à la famille de la
victime des dommagesreprésentéespar une certainesomme
d'argent.Lorsquela victimeestunefemme,cettesommeest
la moitié de cellequ'il faut payersi la victimeestun homme.
Cette distinction est basée et justifiée par I'ampleur des
dommagesqui touchentla familledela victime.
La famillequi perdle pèreestprivéede ce fait de sonsoutien
et qui estaussicelui qui subvientà tous sesbesoins.Elle perd
par conséquentson soutientmatérielet financierainsique la
protection, I'assistancemorale et I'affection, bien que ces
7l
La femmesousI'abri de I'Islam ?2
deux derniersfacteurssoientmoinsimportantschezI'homme
quechezla femme.
Dans le cas de I'homicide involontaire d'une femme, la
famille perd I'affectiond'une mère,I'amour maternelet son
soutien moral et de tout autre aspect caractérisant
I'attachementde la mère à sesenfants,caractéristiquesque
généralementI'homme n'a pas et ne peut combler et que
mêmetout l'argentnepeutremplacer.
Cette somme n'est donc pas une valeur pécuniairede la
victime maisune estimationdesdommagesmatérielsqui ont
touchéla famillede la victime.C'est la raisonpour laquelle
cettesommeestde moitié selonque la victime estunefemme
ou un homme.
Sixièmecontroverse: le travail de la femme
Atlah a crééI'humanitéd'un seulmâleet d'une seulefemelle
et a crééentreeux une complémentaritéqui leur a permisde
peuplerle monde.
Tout conrme Allah a donné à I'homme la force et la
résistancepour lui permettrede travailleret gagnersavie, il a
donné à la femmela capacitéd'être enceinte,d'accoucher,
d'allaiter.Il lui a donnéI'aflection et I'instinctqui lui sont
propres. Tout cela pour la destiner à accomplir [e rôles
spécifiquequi lui estdévolu.
Comptetenu de cetterépartition,il est naturelque I'homme
doit se consacrerau travail à l'extérieur du foyer et que la
femmedoit travaillerà I'intérieur.
L'Islam n'interdit pas à la femmede travailler.Il I'autorise
même de passerdes contrats. Il lui permet d'avoir une
activité commercialeet fïnancière.Tout celaavecla nécessité
d'un accord préalable du mari. Toutefois, I'Islam a
La femmesousI'abri de I'Islam
réglementéet limitécetteactivitéen lui fixant desconditions.
Si I'une de ces règlesest violée, cette activité est frappée
d'interdiction.
- Le travail de la femmene doit pas être incompatibleavec
sesresponsabilitésfamilialeset ménagères.Le travail ne
doit pasêtrepourelleun handicappourqu'elleassumeses
devoirsd'épouseet de mèreni ne I'empêchede veillersur
son foyer, car I'Islam, s'il accordeà la femmedes droits
sur son mari, il donneaussiau mari et à sesenfantsdes
droitssurelle.
- La femme doit travailler avec des femmes et éviter la
mixité.
Un écrivainanglais,Lady Cook a écritdansNew Echo :
<<La mixiténe convientqu'aux hommesalorsquela
femmea une ambitionqui est incompatibleavec
sa nature.Plus la mixité est pousséeplus il y a
d'enfant adultérins. Et c'est là le véritable
désastre.>r
Le travaillui-mêmedoit être autoriséet qu'il soit compatible
avec la natuede la femme.Elle ne doit donc pas travailler
dans les industrieslourdes,ou dans l'armée, ou avoir des
activités dégradantestels les travaux de nettoyage et
d'entretiendes voies publiquesqui sont généralementdes
travauxd'hommes.
Là unequestions'impose: pourquoila femmetravaille-elle?
Si la femmetravallepour qu'elle puissevivre et subvenirà
sesbesoins,l'Islam lui a préservésesdroits.L'Islam oblige
le père à dépenserpour sa fille jusqu'à son mariage.
Lorsqu'ellese marie,le mari doit dépenserpour elle et pour
sesenfants,Si le mari décède,la chargerevientau père. Si
'
Abdul RahmanWassil,Youth SexualandemotionalFunderthe lights of
the islamicjurisprudence,Dar-ul-shourouk- 1406H.
La femm€sousI'abri de I'Islam 7a
elle n'a pas de père, sesenfantsdoivent [a soutenir. Si ses
enfantssont encorejeunes, la charge incombeà sesfrères,
puis aux parentsles plus proches.Par conséquent,elle est
soutenuedepuissanaissancejusqu'à samort et n'a donc pas
besoin de travailler pour vivre. Tout cela pour qu'elle se
libère et se consacreentièrementà son rôle dansla sociétéà
savoir s'occuper du foyer, élever les enfantset leur donner
une éducationutile. Deux fonctionsqui sontdéjàlourdesde
responsabilitéset qui exigent beaucoup d'efforts et de
patience.
Un savant anglais,Samuel Smiles,I'un des piliers de la
renaissanceanglaisea écrit :
( Tout systèmequi travailler la femme dans les
usinesest destructeurde la famillequelleque soit
la richessequecetravailengendrepour le pays.
En effet,c'est la gangrènede la sructuremêmedu
foyer. Il sape les fondementsde la famille et
rompt les liens sociaux.Il éloignela femme de
son mari et les enfantsde leur parents.Son seul
résultat est la dépravation de la femme et sa
débauche.Par conséquent,la seule et véritable
fonction de la femme est de s'occuperde son
foyer, élever ses enfantset trouver les moyens
pour vivre décemment.
LesusinesI
'ont privé de I'exercicede sesdevoirsà un point
tel que les foyers ne sont plus des foyers. Les
enfants sont privés d'une bonne éducation et
délaissés,il n'y a plus de sentimentsentre les
époux. La femmen'est plus l'épousetendre, la
compagneaiméepar I'homme. Elle est devenue
sa collègueau travail, exposéeaux influencesqui
lui efface sa modestie spirituelle et morale,
garantesde savertu.>>
La femmesousI'abri de I'Islam
Voici que l'épouse du présidentSud Africain réclamele
retour dela femmeaufoyer :
<<L'endroit le plusnaturelde la femmeest sonfoyer.
Sondevoirprincipalesrde s'occuperde sonmari
et d'éleversesenfants.>l
Au cours d'ne conférenceen Afrique du Sud cansacréeà la
femme,ellea déclare:
( C'est bien son rôle dans la société.C'est une
fonctionpour laquellenousdevonsêtrefièrescar
c'est grâce à elle que les hommes et les
générationsréussissent.>>
Seqtièmecontrpverse: c'estI'hommq qui a I'initiative du
divorce
n d'abord savoir que I'Islam n'aime pas le divorce. Le
Messagerd'Alla - quela Paixet la Bénédictiond'Allahsoient
surlui- a dit :
t<L'acte le plus détesté^parAllah bien qu'il soit
Iicite, estle divorce. >t
Il est naturelet logiquede laisserI'hommeprendrel'initiative
du divorce et non à la femmeet ce en raisonde sesdevoirs
matérielsà l'égard de sa femme et de son foyer. Tant que
c'est lui qui paie la dot, supporte tous les frais
d'ameublementet d'équipement,assurele ogis et assumeles
dépenses,il est de son droit de déciderde mettrefin à la vie
conjugale s'il est toujours en mesure de supporter les
dommagesmatérielet moral qui résultentdu divorce. Il est
seulà pouvoir évaluerles pertesqu'il va subir,telle la perte
'
Abdullah bin Wokaiyel, Woman's work on the Scale.
'Rapporté par Abou Daoudet Al-Hakem. Non authentique.
La femmesousI'abri de I'Islam 7G
de la dot, les dommageset pensionsqu'il doit payer à sa
femmeet tous lesfraisoccasionnésparun nouveaumariage.
A cela, il faut ajouter que I'homme en généralest plus à-
mêmeque la femmede contenir sa colèreen cas de dispute
avec son épouse.En général,I'homme n'a de recours au
divorce colTrme dernière solution qu'en cas d'extrême
désespoir.
Par ailleurs,si le mari maltraite safemmesoit verbalementen
I'insultant ou physiquementen la battant ou à lui-mêmeun
handicapphysiquenaturelmajeurou qu'il soit impuissantou
qu'il refused'avoir desrelationssexuellesavecsafemme,ou
qu'il ait une maladietelle que la lèpre, la tuberculoseou
certainesmaladiesvénériennesdans tous les cas la femme
léséepeutdemamderle divorce.
La chariaislamiquen'ignore pas la réalité de la psychologie
humaineet ce qu'elle comportecomme sentiments,passions
et affections.Tout commeelleaccordeà I'hommele droit de
se séparerde safemmelorsqu'illa déteste,elleaccordeaussi
à la femmele mêmedroit pour les mêmesraisonsmais en
l'obligeant de dédommmagerson mari en lui remboursant
tout ce qu'il a payépour la dot et lesfraisde mariage.
Au casou le mari refusele divorce,la femmea la possibilité
d'ester en justice pour faire valoir ce droit. On ne peut être
plusjuste ni pluséquitable.
Huitième controverse,:la fem.men'a nas linitiative du
mariage
Choisirla femmeidéaleest pour I'hommeunetâchedifficile.
Il est plus diffficilepour la femmede choisir son mari, car il
est facileà l'homme d'épouserune autrefemmes'il se rend
compteque la premièrene lui convientpas.Danstoutesles
sociétés,la femme est la patie faible quand on aborde ce
sujet.C'est pour celaque I'Islam s'estchargéde la protéger
La femmesousI'abri de I'Islam
et la prévenir de tous les maux qui peuvent I'atteindre.
L'Islam a donc ordonnéde prendretoutes les précautions
dansle choixdu mariqui lui convientpour qu'ellene soitpas
victimed'un mariagevoué à l'échecet danslequelelleest la
grandeperdante.
Pour la validitédu mariage,l'Islama requit;a présenced'un
tuteur ou de quelqu'unqui peut le remplacer.Le contratde
mariagene peut être conclu sanssa présence.Le Messager
d'Allah - quela Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsurlui-
adit:
r<Pasde mariage sanstuteur. yt
Il est évidentque le tuteur en généralest celuiqui veilleaux
intérêtsde sa protégée.A tous ceux qui aftirmentque cela
empiètela liberté de la femme à choisir I'homme qui lui
convient,il faut répondreque la femmepubère,qu'ellesoit
vièrgeou non, a le droit d'accepterou de refuserceluiqui la
demande en mariage. L'Islam ne permet pas au tuteur
d'exercersur elle aucunepressionphysiqueou moralepour
accepterun hommequ'elleneveutpasavoirpour époux.
Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah
soientsurlui- a dit :
tr Ne mariez pas les veuves que lorsqu'elles vous
I'ordonnent et les vierges que lorsqu'elles votts
l'aûortsent. >2
si la femmen'a pasconsentiau mariage,elle a la possibilité
de redourirà la justicepour annulerle contrat.A ce propos,
Al KhansaBint Jadhama dit que son père I'a mariéealors
qu'elle avait divorcé. Comme elle n'était pas consentante,
elle a informé le Messagerd'Allah - que la Paix et la
'Rapporté par Ahmed, Abou Daoud et At-Tirmidhi.
'Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.
La femmesousI'abri de I'Islam 7E
Bénédiction d'Allah soient sur lui-, lequel a annulé son
manage.
Tout commela Chariaa renduimpératifla présencedu tuteur
pour contracterun mariage,elle a aussirenduindispensable
pour sa validité, le consentementde la femme et son
autorisationaututeurpour signerle contrat.
Lorsque la Chariaa adoptél'institution du mariageet en a
fait une nécessité,ce n'est pasdansle desseind'assouvirdes
plaisirsfurtifs et momentanés,maisÇ'estdansle but d'établir
une relation permanenteet continue.Comme la femme est
partie intégrantede cette relation, la Charia a fait de son
consentementet de sonacceptationunenécessité.
La femme étant un être sensible,facilementinfluençablepar
I'environnementimmédiatet impulsif, elle peut être trompée
par les apparences.La Chariaa donnéau tuteur la facultéde
refuser tous ceux qui la demandenten mariageet qu'il ne
considère pas lui convenir. Les hommes en général se
connaissentet se comprennentbien entre eux. Si I'homme
adéquatse présenteet qu'ellel'acceptemaisque le tuteur le
refuseabusivement,satutelle est levéeet transmiseau parent
le plusproche.A défautde prochesparent,c'estlejuge qui la
marie.
L'islam n'a interdit à la femme que de ne pas épouser
I'homme qui ne lui convientni à elle ni àsafamille car un tel
mariagepeut humilier la famille et la couvrir de honte et de
déshonneur.Le mariaged'une femmeavecun hommerefusé
par le tuteur ou sa famille peut menerles relationsfamiliales
à la rupture.A rappeler,QU'Allaha ordonnéà la conservation
deliensfamiliauxsolides.
La femmÊsousI'abri de I'Islam 7g
Les véritablescritèrespour juger les prétendaniJau manage
- que lasont ceux auxquelsfait allusionle Messagerd'Allah
Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- qui a dit .
K Si un homme pieux et d,un bon caractère se
présente ù vous, mariez-Ie. ,Si uo&s le refusez,
vous aurtex, "fait preuve d,impiété et de
dissension sur terre et un mal considérable>I
Il est vrai que lorsqu'un mari pieux et d'un bon caractère,
aime sa femme, il I'honore et s'il ne I'aime pas, il ne
I'humiliepas.
Neuvième controverse : le voyage de la femme sans
accompagnateurlicite
L'Islam interdit à la femme de voyager sansun Mahram
(accompagnateurlicite) tel que le mari, le père, le frère ou
tout autre parent avec lequel il est interdit d'avoir des
relationssexuelles.
Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah
soientsurlui- a dit :
< La femme nepeut voyagerquravecun Mahrilm
Elle ne peut non plus recevoir un homme sans
Ia présenced'un Mnhram LIn homme s,estlevé
et il dit : Messuger d'Allah, ma femme doit
partir pour le pèbrtnage alors que je sais
engagépour la bataille Le I|,Iessagerd,Allah lui
a donc intimé d'uccompflgnsr sa femme et de
faire IepèIertnage avecelle. '
Certainsdisentqu'il s'agit là d'une restrictionà la libertéde
la femmeet d'une injusticeà son encontre.c'est l'idée qui
vient rapidementà I'esprit.Toutefois,si I'on identifiele mal
' RapportéparAt-Tirmidhi.
'RapportéparAl-BoukharietMouslim.
La femmesousI'abri de I'Islam t0
qui guette
pourradès
protégerla
ei I'on connaîtlesraispnsde cetteinterdiction,on
lors comprendreque l'objectif de I'Islam est de
femmeet nonpaslimitersalibertéet I'humilier'
Le voyage est en généralpénible alors que la femme est
faible de part sa nature,en raisonde ce qui peut aafectersa
résistance et Sa santé (menstruations, grossesse,
allaitement...)et aussipour desraisonsphysiologiquescar la
femme se laissefacilementguider par sessentiementset ses
impulsions.Comme on I'a précédemmentdit, la femmeest
un être influençableet peut se fier aux apparences.Dès lors,
au cours de son vayageelle a besoinde quelqu'unpour la
protégerde ceuxqui aurontla tentationde profittl d'elle, et
à'auoit des intentionsmalveillantesà son égard.Elle a aussi
besoinde quelqu'unqui répondà sesdemandeset lui rende
servicede telle sortequ'elle ne soit pasdansI'obligationde
recouriraux servicesd'un hommequi lui estétranger.
Le Mahram est en réalité pour elle un serviteur et un
protecteur.
Ou estI'humiliationPourla femme?
C'est au contraire un honneur et une manifestation de
considérationpour elle quandelle a quelqu'unqui veille sur
elleet sursonhonneur.
Allah a dit :
(( Et quand à celle dont votts craignez, la
désobéissflnce etchortez-les, éloignez-votrs d' elles
dsns leurs lits et fruppez-les. Sj elles finissent
par vousobéir ne sévissezPus.D'
L'Islam a interdit de frapperla femme,et ce en raisonde sa
faiblesseet son incapacitéde se défendre.Il I'a pourtant
' Lesfemmes,v: 34.
La femmesousI'abri de I'Islam
tombesur lui s'il compteparmi les menteurs.Et
on ne lui infligera pns le châtiment (d" Ia
Iapidation) si elle atteste quutre fois par AIIah
qu'il (son mari) estun menteur, et la cinquième
(attestatio)estque Iu colère d'Allah soitsur elre,
s'il disait la vërité.>r
Troisièmecontoverse: L'autorité
Allah a dit :
K Les hommes ont uutoritti sur lesfemmes, en
raison de Ia préférence qu,AIIah n pour ceux-là
pflr rapport à celles-ci et en rflison de l,usage
qu'ilsfuont de leur argent. r)
!
Autorité estaccordéeà I'hommeet non à la femmeen raison
de la morphologieet de l'intéliigencede I'homme qui le
prédisposeà userde ce droit. Il s'agit donctout autantd'un
phénomènenaturel que d'un droit acquis.Est lié à cela le
devoirde I'hommede dépenseret subveniraux besoinsde la
femme,de la protégeret de lui assurertouteslescommodités
dela vie.
Il assumela résponsabilitédu foyertel qu'il a étérappelépar
Mohammed, le Messager d'Allah - que la paix et la
Bénédictiond'Allahsoientsurlui-.
Par ailleurs,la morphologiede la femmeestfragileen raison
de plusieursphénimènesnaturelsqu'ils lui sont propres,tels
les règles, la grossesse,l'accouchement,l'ailaitement,
l'éducationdesenfantsqui nelui permettentpasd'assumerle
droitd'autoritécommeil sedoit.
' La lumière,v: 6 à 9.
'Lesfemmes,v:34.
La femmesousI'abri de I'Islam tt
il est indéniable que les
I'affaiblissenten raisonde la
chaquemois.
La grossesseaussifait souffrir la femmecar le bébésenourrit
de ia mère qui devient le plus souvent faible et faitiguée.
Tout effort influe sur son état physiqueet son moral tant
qu'elle a peur pour son enfantet s'inquiètepour ce qu'elle
doit souffrir pendantI'accouchement.Elle ne cessede penser
à I'accouchements'il va êtrenaturelou provoqué,à I'enfant
s'il est malformé ou normalementconstitué. Tous des
penséeset élucubration de I'esprit qui sont de nature à
affecter son état et par conséquentpeuvent influencer son
comportement.
L'accouchementet lesdouleursqui I'engendrentlui imposent
unelonguepériodederecouvrementet derepos.
L'allaitement fait que I'enfant se nourrit de l'énergie de la
mère.
Il estévidentquecelaaffaiblitla mère.Danscertainscas,elle
perd sescheveuxpendantla périoded'allaitementet sonteint
pâlit.Elle peutaussisentirdesmalaisesmêmedesnausées.
Veiller sur le nouveauné et subvenirà tous sesbesoins,font
que la mère se dépenseconsidérablement.Cela Çonsomme
aussibeaucoupdesntemps.
Abbas Mahmoud Al-Akkad, écrivain Egyptien de grande
renommée,a écrit:
< La femme a une sensibilitéqui lui est propre et
bien diftrente de cellede I'homme.Le nouveau-
né crée des contraintes qui nécessitentune
symbioseparfaiteavec la mère, symbioseentre
les étatsd'âmes,symbioseentreles perceptions,
menstruations de
quantité de sang
la femme
qu'elle perd
La femmesousI'abri de I'Islam
entreleur corpset leur affectionElle seréveilleà
la moindreréactionet au moindrepleur de son
nouveau-né.
Tout cela s'apparenteaux caractéristiquesqui
sontpropresà la femme.Il estdoncdifficilepour
elle et facile à I'homme pour ce qui est de la
maîtrisede I'esprit, de la prédominancedu bon
senset la soliditédelavolonté.>r
Dr Alex Librelle,prix Nobel, a écrit ce qui suit à proposdes
diftrences physiologiquesentrel'hommeet la femme:
< Les diftrences entreI'hommeet la femmene sont
pas uniquementdans leur apparencephysique,
leurs organessexuelset leursappareilsgénitaux.
Elles ne sont pas plus dans leur capacité
intellectuelles.Ces diftrences sont ptutôt dans
leur naturemêmede leur constitutioncellulaireet
leurstissus.Tousceuxqui réclamentet appellent
à l'égalité des deux genresne comprennentpas
ces diftrences essentielles.Ils revendiquesles
mêmes chancesd'accès à l'éducation et au
travail, alors que la femme est totalement
diftrente de I'hommetoute cellulede soncorpsà
elle-mêmeune naturefemelle.Il en est ainsi de
tous les organesde son Çorps.Plus encore,il en
estainside sonsystèmenerveux.Les réflexesqui
commandentles membreset les autresorganes
sont systématiqueset bien précis. Il est
impossibled'y porter la moindremodificationou
changementpar une simple volonté humaine.Il
faut accepter cet état de fait sans essayerde
modifier la nature des choses. Les femmes
' Womenin theGloriousQuran.
La femmesousI'abri de I'Islam
doivent quant à elles exploiter leurs
capacitésen fonction de leur nature
d'imiterleshommes.>>l
dons et
et éviter
Autre réalité,la force physiqueet musculairede I'homme est
plus grande que celle de la femme. Par conséquent,les
hommesfont les travaux durs péniblesque les femmesen
généralsontincapablesdefaire.
Put tonséquenceet competenu de ce qui précède,autorité
doit êtredu ressortexclusifdeI'homme.
: Le dro
Allah a dit :
(( Voici ce qu'Allah vousa enioint uu suiet de vos
enfants : au lîlt, une part égale à celle de deux
!îlles. n2
Ceux qui ne comprennentpasI'Islam croirentque la femme
est léséedanssesdroits puisqu'ellen'hériteque de la moitié
dela partd'un homme.
Allah a préciséet détaillélesdroits de la femmeà I'héritage.
Il I'a déterminédanStrois situations:
- Sapartestégaleà celledeI'homme.
- Sa part est égale ou légèrementinferieure à celle de
I'homme.
- Sapart estla moitiédela part del'homme,ce casestle plus
courant.
Avant de juger si I'Islam a léséeles droits de la femme à
l'héritage, il convient de prendre un exemple et ensuite
laisserle lecteurenjuger.
< un hommeest décédéen laissantune fille et un
garçon et une certainesommed'argent, disons
'
Wahid-ud-DinKhan, Islam Challenges'p.168.
'
Lesfemmes.v: I l.
La femmesousI'abri deI'Islam
trois mille riyals,De la sorte,le garçonhéritede
deuxmilleriyalset la fille demilleriyals.>
voyons ce qu'il advient de ces sommesaprès un certain
temps. Le montant hérité par le garçon va certainement
déprécier car celui-ci doit faire face à la dot dont il doit
s'acquitterpour safemme.Il doit lui assurerle logementet le
meubler,dépensertant pour safemmequepour sesenfantset
subvenirà leursbesoins.La femmequantà elle,il ne lui est
pas demandéde contribuerfinancièrementaux besoinsde la
famille si elle est riche. L'homme est aussi obligé de
dépenserpour sesparents,sesfrèreset sæurset mêmeses
prochess'ils sont pauvreset que lui a les moyensde les
soutenir.
La femmepour sapart, est respectée,aiméeet entretenue.Il
n'est pas exigéd'elle de supporteraucunechargematérielle
ou financièresoit-elle,fut-ellepour elle-mêmeet sespropres
besoins. Par conséquent,I'argent dont elle a neiite- va
augmenteret non sedépréciercar elle va obtenirune dot de
son mari. Même en cas de séparationou de divorce, la
pensionalimentaireest à chargedu mari commeil est obligé
de subvenirauxbesoinsde sesenfants.
Elle peut donc investir son argent et le fructifier dans le
commerceou tout autremodedeplacementl.
Cet exemplenousmontreque I'argenthérité parla femmeest
uneépargnealorsquela part héritéepar I'hommeestdestinée
à êtredépenséepour fairefaceaux obligationsqui pèsentsur
lui.
La Charia islamique est différente de toutes les autres
réglementationsqui existentdans le monde ou le père se
'
Précision; leplacementdoitêtreliciteetapprouvéparla loi islamique.
La femmesousI'abri de I'Islam
libère de sa fille dès qu'elle atteint un certainâge' Elle se
trouve obligéede subvenirà sespropresbesoinspar tous les
moyenspossibles.Alors qu'en Islam, la fille reste sous la
tutèilede sonpèrequi seplieà sesbesoinsjusqu'àce qu'elle
se mariepuis c'est au mari qui s'obligeà satisfairetous ses
besoins.
Tous les systèmesjuridiques qui consacrentl'égalité entre
I'hommeet la femmeà I'héritage,les considèrentégauxdans
les obligationsfinancières,toute revendicationpour accorder
à la femmeles mêmesdroits que I'hommeà I'héritagesans
I'obligerà supporterles mêmesdevoirsen matièrefinancière
ne sont ni justes ni équitablespuisqu'ilslèsentI'homme.Ce
quela Chariaislamiquerefuse.
Par conséquent,il estjuste de favoriserI'homme par rapport
à la femmepour ce qui estde l'héritagetantquela femmeest
exemptéede toute obligation financièreet qui consisteà
subveniraux besoinsdu foyer et des enfants.On constatela
générositéde I'Islamqui a donnéplus de considérationà la
f***. en I'exemptantde toutes obligationsmatérielles.Il a
fait supporterle fardeaude ces obligationsà l'homme seul
sans pour autant empêcherla femme d'avoir un droit à
I'héritage.Il lui a,accordéla moitié de ce qu'il réserveà
I'homme.Celan'est-ilpasjusteet équitable?
Il convientausside mettre I'accent sur un autre aspectde la
Chariaislamiquequi a fait de l'héritageun droit inaliénable.
Personnen'a le droit d'empêcherun hommeet unefemmede
bénéficierde la part d'héritagequi lui revient.Le droit anglo-
saxonpar contrefait quele testamentpeut déshéritertous les
ayantsdroit.
Le testamenten Islam est limité au tiers seulementdesbiens.
Cettelimitenepeut-êtredépassée
La femmesousI'abri de I'Islam
A cela,il fautajouterquetouslesfraisgrevantI'héritagesont
à lachargeexclusivedeshommes.
Gustave Lebon a éc,ritdans son ouvrage
((
La civilisation
arabe":
< Les principesprescritspar le Coransur le droit à
I'héritage sont d'une grande justice et d'une
grandeéquité. Celui qui lit le Coran peut s'en
rendrecompteen lisantlesversetsquej'ai repris
et à travers lesquelsj'en expliqueles principes
généraux.Lorsqueje les compareavec le droit
français et le droit anglais, il apparaît que la
Chariaconfèreaux épousesdesdroitsà I'héritage
sanspareilsdansnosdroits,cesépousesquenous
disonsquelesmusulmansnerespectentpas.>
cinquième controverse,: les do.mmagesà naver en cas
d'homicide
Dans la charia islamique,I'homicideinvolontairen'est pas
puni de la peinecapitalequi généralementestsanctionnéepar
la décapitation.cette peine s'applique pour l'homicide
volontaire. Cette peine s'applique indistinctementque le
meurtrierou la victimesoitunefemmeou un hommepuisque
humainementparlant,ils sont égaux.L'homicideinvolontaire
est sactionnépar I'obligation de payer à la famille de la
victime des dommagesreprésentéespar une certainesomme
d'argent.Lorsquela victimeestunefemme,cettesommeest
la moitié de cellequ'il faut payersi la victime estun homme,
Cette distinction est basée et justifiée par I'ampleur des
dommagesqui touchentla familledela victime,
La famillequi perd le pèreestprivéede ce fait de sonsoutien
et qui est aussicelui qui subvientà tous sesbesoins.Elle perd
par conséquentson soutientmatérielet financierainsique la
protection, I'assistancemorale et I'affection, bien que ces
7l
La femmesousI'abri de I'Islam 72
deu* derniersfacteurssoientmoinsimportantschezI'homme
quechezla femme.
Dans le cas de I'homicide involontaire d'une femme, la
famille perd I'affection d'une mère,I'amour maternelet son
soutien moral et de tout autre aspect caractérisant
I'attachementde la mère à sesenfants,caractéristiquesque
généralementl'homme n'a pas et ne peut combler et que
mêmetout I'argentnepeutremplacer.
Cette Sommen'est donc pas une valeur pécuniairede la
victime maisune estimationdesdommagesmatérielsqui ont
touché la famille de la victime. C'est la raisonpour laquelle
cettesommeestde moitié selonquela victime estunefemme
ou un homme.
Allah a srééI'humanitéd'un seulmâleet d'une seulefemelle
et a crééentreeux une complémentaritéqui leur a permisde
peuplerle monde.
Tout comme Allah a donné à I'homme la force et la
résistancepour lui permettrede travailleret gagnersavie, il a
donné à la femmela capacitéd'être enceinte,d'accoucher,
d'allaiter.Il lui a donnéI'affectionet l'instinct qui lui sont
propres. Tout cela pour la destiner à accomplir le rôles
spécifiquequi lui estdévolu.
Comptetenu de cetterépartition,il est naturelque I'homme
doit se consacrerau travail à I'extérieur du foyer et que la
femmedoit travaillerà I'intérieur.
L'Islam n'interdit pas à la femmede travailler.Il I'autorise
même de passer des contrats. Il lui permet d'avoir une
activitécommercialeet financière.Tout celaavecla nécessité
d'un accord préalable du mari. Toutefois, I'Islam a
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam
La femme sous l'abri de l'islam

Contenu connexe

Similaire à La femme sous l'abri de l'islam

Les dangers de la mixité
Les dangers de la mixitéLes dangers de la mixité
Les dangers de la mixité
Mohamed
 
Qu est ce que l islam
Qu est ce que l islamQu est ce que l islam
Qu est ce que l islam
Mohamed
 
L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.
L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.
L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.
Sadek KHEDDACHE
 
L'islam et la protection des éléments indispensables à l'existence
L'islam et la protection des éléments indispensables à l'existenceL'islam et la protection des éléments indispensables à l'existence
L'islam et la protection des éléments indispensables à l'existence
Mohamed
 
Islam décrit par des non musulmans
Islam décrit par des non musulmansIslam décrit par des non musulmans
Islam décrit par des non musulmans
Azis MACh
 
Comment se convertir a l islam
Comment se convertir a l islamComment se convertir a l islam
Comment se convertir a l islam
Mohamed
 

Similaire à La femme sous l'abri de l'islam (19)

Les dangers de la mixité
Les dangers de la mixitéLes dangers de la mixité
Les dangers de la mixité
 
Fraternite humaine: les sources religieuses
Fraternite humaine: les sources religieuses Fraternite humaine: les sources religieuses
Fraternite humaine: les sources religieuses
 
Non Mr Tariq Ramadan, ils n'ont pas le droit de caricaturer notre prophète !!!
Non Mr Tariq Ramadan, ils n'ont pas le droit de caricaturer notre prophète !!! Non Mr Tariq Ramadan, ils n'ont pas le droit de caricaturer notre prophète !!!
Non Mr Tariq Ramadan, ils n'ont pas le droit de caricaturer notre prophète !!!
 
Manifeste Anti Oppressions (téléchargement gratuit et tutoriel pour impression)
Manifeste Anti Oppressions (téléchargement gratuit et tutoriel pour impression)Manifeste Anti Oppressions (téléchargement gratuit et tutoriel pour impression)
Manifeste Anti Oppressions (téléchargement gratuit et tutoriel pour impression)
 
Qu est ce que l islam
Qu est ce que l islamQu est ce que l islam
Qu est ce que l islam
 
Essais philosophique
Essais philosophiqueEssais philosophique
Essais philosophique
 
Foucault, Michel - histoire de la sexualité - vol.1 - la volonté de savoir (1...
Foucault, Michel - histoire de la sexualité - vol.1 - la volonté de savoir (1...Foucault, Michel - histoire de la sexualité - vol.1 - la volonté de savoir (1...
Foucault, Michel - histoire de la sexualité - vol.1 - la volonté de savoir (1...
 
Comprendre l'Islam de ABDALLAH EL MAWDOUDI
Comprendre l'Islam de ABDALLAH EL MAWDOUDI Comprendre l'Islam de ABDALLAH EL MAWDOUDI
Comprendre l'Islam de ABDALLAH EL MAWDOUDI
 
Avez-vous découvert la réelle beauté de l’islam ? - { French / Français }
Avez-vous découvert la réelle beauté de l’islam ? - { French / Français }Avez-vous découvert la réelle beauté de l’islam ? - { French / Français }
Avez-vous découvert la réelle beauté de l’islam ? - { French / Français }
 
La femme en Islam et dans la tradition judéo-chrétienne - Le mythe et la réal...
La femme en Islam et dans la tradition judéo-chrétienne - Le mythe et la réal...La femme en Islam et dans la tradition judéo-chrétienne - Le mythe et la réal...
La femme en Islam et dans la tradition judéo-chrétienne - Le mythe et la réal...
 
Le discours de Harvard
Le discours de HarvardLe discours de Harvard
Le discours de Harvard
 
L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.
L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.
L'islam est une religion universelle, non une science politique ou humaine.
 
L'islam et la protection des éléments indispensables à l'existence
L'islam et la protection des éléments indispensables à l'existenceL'islam et la protection des éléments indispensables à l'existence
L'islam et la protection des éléments indispensables à l'existence
 
Islam décrit par des non musulmans
Islam décrit par des non musulmansIslam décrit par des non musulmans
Islam décrit par des non musulmans
 
Ghio - l'anarchisme aux etats-unis
Ghio - l'anarchisme aux etats-unisGhio - l'anarchisme aux etats-unis
Ghio - l'anarchisme aux etats-unis
 
Psychanalyse des religions
Psychanalyse des religionsPsychanalyse des religions
Psychanalyse des religions
 
Comment se convertir a l islam
Comment se convertir a l islamComment se convertir a l islam
Comment se convertir a l islam
 
Tarde
TardeTarde
Tarde
 
La liberte
La liberteLa liberte
La liberte
 

Plus de Mohamed

Vocabulaire de l'islam
Vocabulaire de l'islamVocabulaire de l'islam
Vocabulaire de l'islam
Mohamed
 
غير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقي
غير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقيغير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقي
غير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقي
Mohamed
 
Pleine forme par l'alimentation
Pleine forme par l'alimentationPleine forme par l'alimentation
Pleine forme par l'alimentation
Mohamed
 
من عجائب الخلق في جسم الانسان
من عجائب الخلق في جسم الانسانمن عجائب الخلق في جسم الانسان
من عجائب الخلق في جسم الانسان
Mohamed
 
L islam et la protection de la famille
L islam et la protection de la familleL islam et la protection de la famille
L islam et la protection de la famille
Mohamed
 
Résurrection ou ressuscitation
Résurrection ou ressuscitationRésurrection ou ressuscitation
Résurrection ou ressuscitation
Mohamed
 
Erreurs commises croyance_brochure
Erreurs commises croyance_brochureErreurs commises croyance_brochure
Erreurs commises croyance_brochure
Mohamed
 
Mohammed dans les écritures bibliques
Mohammed dans les écritures bibliquesMohammed dans les écritures bibliques
Mohammed dans les écritures bibliques
Mohamed
 
Lettre à césar roi de rome
Lettre à césar roi de romeLettre à césar roi de rome
Lettre à césar roi de rome
Mohamed
 
L'islam la religion de tous
L'islam la religion de tousL'islam la religion de tous
L'islam la religion de tous
Mohamed
 
Un unique message
Un unique messageUn unique message
Un unique message
Mohamed
 
Aide a la prononciation de formules islamiques
Aide a la prononciation de formules islamiquesAide a la prononciation de formules islamiques
Aide a la prononciation de formules islamiques
Mohamed
 
Le christ dans l islam
Le christ dans l islamLe christ dans l islam
Le christ dans l islam
Mohamed
 
Notions sur le jeûne
Notions sur le jeûneNotions sur le jeûne
Notions sur le jeûne
Mohamed
 
Le mérite du jeûne
Le mérite du jeûneLe mérite du jeûne
Le mérite du jeûne
Mohamed
 
Comment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammad
Comment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammadComment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammad
Comment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammad
Mohamed
 
Les invocations journalières
Les invocations journalièresLes invocations journalières
Les invocations journalières
Mohamed
 
Le jeûne question réponse
Le jeûne question  réponseLe jeûne question  réponse
Le jeûne question réponse
Mohamed
 
Les deux témoignages et leurs significations
Les deux témoignages et leurs significationsLes deux témoignages et leurs significations
Les deux témoignages et leurs significations
Mohamed
 
Le véritable bonheur
Le véritable bonheur Le véritable bonheur
Le véritable bonheur
Mohamed
 

Plus de Mohamed (20)

Vocabulaire de l'islam
Vocabulaire de l'islamVocabulaire de l'islam
Vocabulaire de l'islam
 
غير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقي
غير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقيغير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقي
غير حياتك في 30 يوم - ابراهيم الفقي
 
Pleine forme par l'alimentation
Pleine forme par l'alimentationPleine forme par l'alimentation
Pleine forme par l'alimentation
 
من عجائب الخلق في جسم الانسان
من عجائب الخلق في جسم الانسانمن عجائب الخلق في جسم الانسان
من عجائب الخلق في جسم الانسان
 
L islam et la protection de la famille
L islam et la protection de la familleL islam et la protection de la famille
L islam et la protection de la famille
 
Résurrection ou ressuscitation
Résurrection ou ressuscitationRésurrection ou ressuscitation
Résurrection ou ressuscitation
 
Erreurs commises croyance_brochure
Erreurs commises croyance_brochureErreurs commises croyance_brochure
Erreurs commises croyance_brochure
 
Mohammed dans les écritures bibliques
Mohammed dans les écritures bibliquesMohammed dans les écritures bibliques
Mohammed dans les écritures bibliques
 
Lettre à césar roi de rome
Lettre à césar roi de romeLettre à césar roi de rome
Lettre à césar roi de rome
 
L'islam la religion de tous
L'islam la religion de tousL'islam la religion de tous
L'islam la religion de tous
 
Un unique message
Un unique messageUn unique message
Un unique message
 
Aide a la prononciation de formules islamiques
Aide a la prononciation de formules islamiquesAide a la prononciation de formules islamiques
Aide a la prononciation de formules islamiques
 
Le christ dans l islam
Le christ dans l islamLe christ dans l islam
Le christ dans l islam
 
Notions sur le jeûne
Notions sur le jeûneNotions sur le jeûne
Notions sur le jeûne
 
Le mérite du jeûne
Le mérite du jeûneLe mérite du jeûne
Le mérite du jeûne
 
Comment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammad
Comment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammadComment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammad
Comment faire partie de ceux qui aiment vraiment le prophete muhammad
 
Les invocations journalières
Les invocations journalièresLes invocations journalières
Les invocations journalières
 
Le jeûne question réponse
Le jeûne question  réponseLe jeûne question  réponse
Le jeûne question réponse
 
Les deux témoignages et leurs significations
Les deux témoignages et leurs significationsLes deux témoignages et leurs significations
Les deux témoignages et leurs significations
 
Le véritable bonheur
Le véritable bonheur Le véritable bonheur
Le véritable bonheur
 

Dernier

Dernier (12)

Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctionsWebinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
Webinaire Technologia | DAX : nouvelles fonctions
 
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
Présentation Webinaire Cohésion - Concevoir et mettre en place une CMDB, comm...
 
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"Les débuts de la collection "Le livre de poche"
Les débuts de la collection "Le livre de poche"
 
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdfPowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
PowerPoint-de-Soutenance-de-TFE-infirmier.pdf
 
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.pptFormation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
Formation IAT pour sonelgaz chlef algérie.ppt
 
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptxTraitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
Traitement des eaux usées par lagunage a macrophytes.pptx
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter        la             nuit.   pptxQuitter        la             nuit.   pptx
Quitter la nuit. pptx
 
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
Fiche - Accompagnement du travail coopératif au sein d’une équipe d’enseignan...
 
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdfrapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
rapport de stage gros oeuvre_compressed.pdf
 
Quitter la nuit. pptx
Quitter          la        nuit.    pptxQuitter          la        nuit.    pptx
Quitter la nuit. pptx
 
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
PLANNING HEBDO ET CR LYCEE COUDON 21 MAI2024
 
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
Système National de Santé au- Maroc-(2017)."pdf"
 

La femme sous l'abri de l'islam

  • 1.
  • 2. LAFEMME SOUSL)ABRI DE L'ISLAM ECRIT PAR : ABDULRAHMAN AL SHEHA TRADUCTION: RAOUF BELHADJ
  • 3. -ô I t t  r iâ*Jr ÊÉr.rro .j{ .J}Juf _-iJl'tiÎ '^*}-ll r.6iClll 'a^S,,urai FÉt+" i.,, ;fJtr* 6Â*Jt &)t- rY-YtJ>b.] J-Jl . - t + t y - r , u c 1 , 1{1.-ft-t I t-Y dJ,r,; ( çlti,U! "a:!ty ùtll -l f>-Yl r, ;UF 1 t,t/r trr Y 1 1,1 ç;a: ^ / Y T T : 1 t a ! t p , q 1 1 . - T t - t t - Y ; g . L : , All rights reservedfot the Author ercept for the distribution without any Addition , modification , or deletionto any part ofthe book.
  • 4.
  • 5. :eCTlëv7+-rlt .-ru(Jtt.iaJ:t ry : t+J ôîtltl Jqlt ou ù'-,!t e;!-, éJtu,"lt t #1,->lt; çsro,JtçtÂJtl çrCt d ôt;Lft- efpJr ,rJr*,lt:;t#It sl ôtltJr - .,ey'| Jài' d ôl;ili- Uût crB'a:lt L.ft q$Ir j ôr;tJr- iJt;Tt afôr;tJr - . ë.*+l Cy-l y' i-lrFtt j*a ,Jôl-ptJl- y'*lt qFJ sfôl;tJl- irt,-<Jl1 : u,aJl f c:tr.4t 4 ôÎrlleal c çr,r..attCf+' ,J ai;t gar - ç*Àlg"ttd a'çt gar - .Èt+'Cf+' d iîrlt gar g.+' .J iT.rttgar - çlurJtg"*' qlaf;t gar - çlr,:Jr g"4tC a'çr g,ar - . F.rilt$'.É*It g.+t .J ii-rttgaf - F$lt çs)IJl : o*+,,,ïtegÉ.t4 VPt af/Jeat_ rt ô'!Jt ora- - e+.1.1tlt-Il d aî}t êj- - u+ç1-!t d iî,It ,rf* . airrt tf llt-ïl .-tt{tJË- - trip{-,!r : ,4J-e4tJ f>t-,!t é ôUIoJb Jr cttlrt o - a'ptJ-+r - E.rJrfôUt - ùt-nltl a$t- irt,iJt f ôrlr - eÇft r.rer . ôUt çÉ - atlt ri..,- OXlallJôljl
  • 6. La femmesousI'abri deI'Islam Au Nom d'Allah le Tout Clémentle Tout Miséricordieux Louangeà Allah et quela paix et la bénédictiond'Allah soient sur notre prophèteMohammed,ses procheset ese compagnons. Dans cetterecherchesur lesdroits de la femmeen Islam, je n'apporterein de nouveau.Je n'ai fait que rassembler, mis en ordre et résumertout ce qui a étédit plutôt surce sujet.Je demandeà Allah de m'aiderà réussiret de mener à biencettetâche Allah a dit : < O hommes! Nous vous avonscréésd'un mâle et d'une femelle,et Ï.Jousavonsfait de vous des nationset destribuspour quevousvousentre-connaissez. t-.e pl.rl noble d'entre-vousauprès d'Allah est le plus pleuxD- ABDULRAHMANAL SHEHA B,P.95 565RIYADH 1T535.ROYAUMEDE L'ARABIE SAOUDITE. www.rsLAMLANp.oRç Email alsheha@cocg.org ' Les Appartements,v : 13.
  • 7. La femmesousI'abri de lolslam Le mot du traducteur Cher lecteur, Jeveux partageraveccertainschoses,quej'ai apprisesen traduisantcet ouvrage.Il seraijuste denoterquemalgrèle grand nombre de livres sur la femme en Islam et qui triatent de sesdroits, notammentà I'héritageet de son éducation,je suis persuadéque cet ouvragea brosséun tableauexhausifdetouscessujetsà la fois. Cet ouvrage donne un apperçu précis sur la femme musulmanesur les planshistorique,social et politique. Toutescesidéessont étayéespar descitationsde sources diverses. L'ouvrage est un bon documentpour notre personne, homme ou femme qui s'intéresseau point de vue de I'Islamet de [a placequ'il réserveà la femme.Il aideaussi à comparercetteperspectiveà celledesautresreligionset sociétés. J'estimequ'il s'agit là d'un travail courageuxpar lequel I'auteura tentéde présenterle pointde vue de l'Islamsur la femme dans un jargon simlpe utilisant une méthode amicaleet facilementabordable. J'espèrevraaimentque le lecteurbénéficiede cet humble et modestecontibution,Tous commentaires,remarquesou correctionsde la traductionde cette édition serontbien appréciés.Veuillezcontactezle traducteura I'adresseci- dessous. P.O. Box 25895Riyadh 11476R,A.S. Fax : (009961) 4783r97 Votre contributionseratrésappréciée
  • 8. La femmesousI'abri de I'Islam CHAPITRE I LES SLOGANS Les appels se sont multipliés au cours de cette dernière périodeen faveurdesdroits de la femme,salibertéet égalité de sesdroitsavecceuxde I'homme,Il est probableque ces appelset revendicationssont acceptablesdans des sociétés qui n'accordentpasl'égalitéà la femmeet qui nelui donnemt passesdroits. Mais que de tels appels soient entendusdans la société musulmanequi a déja donne à la femme ses droits et sa libertédepuisplusde quatorzesièclesavantmêmequ'ellene lesdemandeestun fait aussiétrangequecurieux. Les slogansutiliséspar ceuxqui réclamentla libérationde la femmegravitentautourdestrois thèmessuivants: La revendicationde la libérationde la femme: Le terme liberté supposequ'il y a une acceptationbien définie.Tandisque dansl'expressionlibertéde la femme,il y a une grandepart d'erreurpuisq'ellesous-entendqu'il s'agit d'un esclavequ'il faut libérerou d'une collectivitéqu'il faut affranchirde sonservage. La libertéau senslargeest une choseimpossibleparceque I'hommeest par natureun êtrelié puisquesespossibilitéset sescapacitéssontlimitées. Le genre humain dans notre monde civilisé ou dans les sociétésprimitivesviventdansle respectdeloiset de
  • 9. La femmesousI'abri de I'Islam règlementsqui régissentleur vie et qui leur permettentde I'organiser.Mais est-ceque cela signifiequ'ils ne sont pas libres? Par conséquent,la liberté a une limite bien définie,Si on la dépasse,on arriveau stadeanimalou I'on ne respecteaucune règleni loi. L'Islam estla premièrereligionqui a accordéà la femme la liberté d'agir directementdans la société alos qu'elle n'avait de rôle que par I'intermédiairede son parent ou de son tuteur. L'Islam n'interdit à la femme que le libertinage,le dévergondageet la nudité. Les interdictions s'appliquenttout autant à I'homme qu'à la femme. La conceptionde la libertéen Islamestexpriméepar cesparoles du prophète-que la paix et la bénédictiond'Allah soientsur lui- : < L'exemlpe de celui qui respectela volonté d'Allah est celui qui ne la respectepas est pareil ù celui d'un peuple qui s'estembarquédansun navire et a procédé par un tirage au sort pour donner ù chacun d'eux sa pluce dans le bateau.A certains estrevenu le pont et à d'autres Ia cale.Si cewcqui sont en dessousveulent atteindre I'eant, ils devront passer auprès de ceux qui sont au-dessus d'eux Alors ils ont dit : Nouspouvonsfaire un trou dans la cale pour avoir de l'eau et éviter de déranger ceux qui sont au-dessus.,Si ces derniers ne les en empêchentpas ou que ceux-lù ne lesobéissentpas, alors toussontperdus.Et s'ils lesen empêchent,ils sont tous saufs. n Et un mot, la conceptionde la liberté dans I'Islam est la suivante: les agissementsde I'individu ne doivent pas le nuire ni nuire à la société Le philosophe allemand Shaubenhauera dit :
  • 10. La femmesousI'abri de I'Islam ( Donnez à la femme sa liberté totale sans surveillance,ensuitevenez me voir aprèsun an pour constaterle résultatsansoublier que vous allezhériteravecmoi de la vertu, la chastetéet la civilité.Et si je meurs,dites: il s'esttrompéou bienil a atteintI'essencedela vérité.> Il conveintpeut-êtrede rapporterlesproposde lajournaliste américaine Helviane Statsiri qui est une journaliste indépendanteet qui voyagebeaucoup.Elle a eu descontacts avecplusde 250journauxet a travailléaussidansle domaine de la radio plus de 20 ans.Elle a aussivisité plusieurspays du monde musulman.A la fin de sa visite dans I'un de ces pays,ellea déclaré: <<La sociétéarabo-musulmaneest entièreet saine. Ce qui est à I'origine de sescaractéristiquesest qu'elle s'est attachéeà sestraditions qui fixent à la fille en généraldes limitesraisonnables.Cette sociétéest différentedes sociétéseuropéenneset américaines.Vous avezdes valeurshéritéesqui incitentla femmeà les respecteret qui incitentau respectdu pèreet de la mère.Bien plusque cela, elles interdisent I'impudeur occidentale qui menacela sociétéet la famille en Europe et en Amérique. C'est la raison pour laquelle les valeursimposéespar votre sociétéà la jeunefille sont des vlaleurs utiles et bénéfiques.Je vous conseilledonc de conservervos traditions et vos mæurs.Interdisezla mixité, limitez la liberté de la jeune fille; plus ençore,retournezà l'ère du voile. Cecivaut pluspour vousquele libertinage, l'émancipation et la débauchequi règnent en Europe et en Amérique. Interdisez la mixité. Nous enavonsbeaucoupenAmérique.La société
  • 11. La femmesousI'abri deI'Islam américaineest devenueune société complexe, caractériséepar toutessortesde dévergondageset de nudité.Les victimesde la mixité et de liberté emplissentles prisins,les trottoirs, les barset les maisons closes. La liberté que nous avons accordéà nos fils et filles en ont fait desbandes de criminelsetde drogués Le pire est que la mixité, le dévergondageet la liberté dans les sociétéseuropéenneset américainesmenacentla famille et ébranlentles valeurs morales et les mæurs.> Ceux qui appellentà la libertéde la femmedoiventréclamer des lois plus utiles, plus bénéfiques,qui préservent et protègentla dignitéde la femme. t'éealjÉéde I'homme et de la femme: Il est impossibleque la femmesoit l'égalede I'hommeet ce en raisondesdifférencesdansleur morphologie,leur nature spirituelleou psychologique.Si déjà l'ègalité au sein d'un même sexe le sexe masculin ou le sexe fiminin est impossiblees raisonde leursdifferencesou similitudes,il est évidentque l'égalité est du domainede I'impossiblesi les sexessontdiftrents ; Allah a dit : ç Et de toute chose Nous ûvonscréé deux éléments de couple.Peut-être vousen rappellerez-rous. ,rt L'Islam a traité la femme avec équitéet lui a préservéses droits. a- L'Islam oblibela femmede la mêmemanièrequ'il oblige I'hommeà I'observancedesritesreligieux.Tout comme ' Qui éparpillent,v'.49.
  • 12. La femmesousI'abri deI'Islam l'homme,elle doit faire la prière,la Zakatl,le jeune et le Hajjt. L'Islam I'a même favoriséeen I'exemptat de la prièreet du jeune pendantles menstruationset la période post-natale.Elle peut par contre récupérer les jours manquésdurantle jeuneseulementet ce quandelle estde nouveaupropre'. Tout celamontrebienqueI'Islamprend en considération les aspects physiologiques et psychologiquesde la femme pendantsesrègles et après lesaccouchements.Allaha dit : < Les croyants et les croyantes sant alliés les uns Iesautres. Ils ordonnent au licite, interdisent Ie péché, accomplissentconvenablement lu prtère, s'acquittent de Ia Zakat et obéissentà Allah et à Son Messager. Ce sont ceu-x,auquels AIIah accordentSa misértcorde.car Allah est Puissant et Sage f b- Allah a fait de la femme l'égale de I'homme pour les récompenseset lespeinesdanscemondeet dansI'au-delà. Allah a dit : (( Quiconque, mâle ou femelle, fuit une bonne æuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie et Nouslesrécompenserons, ' Don et assistanceaux nécessiteux. 'Le pèlerinageà la Mecque. " Ceci est très bien expliqué dans le hadith de ta mèredescroyants Aisha -qu'Allah lui accorde sa satisfation- : (( Les menstruations nous atteignaientà l'époquedu Propète- que la paix et bndiction soientsur lui - et il ne nous demandaientpas de reprendrela prièredesjours manquésaprèsque nousdevenionspropres.> Reconnuauthentique. 'Le repentir,v: 71. tl
  • 13. La femmesousloabride I'Islam certes, en fonction des meilleures de leurs actions.n' c- Allah a fasit de la femmel'égale de I'homme danscette existence.Ce n'est elle I'originedu péché.Ce n'est pas elle qui a fait sortir Adam - que la paix et bndictionsoient sur lui du Paradiscommele disaientles hommesdes religionsprécédentesAllaha dit . < O hommes ! craignez u^otreSeigneur Qui voas a créésd'un seul être. f Allah a dit : K L'homme pense-t-il qu'on le laissera sfins obligation ù observer?N'était-il pus une goutte de sperme éjaculé ? Et ensuite un noyau. Puis Allah l'a créé et façonné harmonieusement ; puis en a fait alors les deux composunts du couple : le mâIe et lafemelle. >3 Allah qu'Il soit exalté,a montré danscesversetsqu'Il a créé les deux genres,le mâle et la femelled'une seule source,dès I'origine de la créationet sansdistinctionde leur capacité.De ce fait, l'Islam a annuléle conceptqui considéraitjusque là que la femme, est d'une nature inferieureà cellede I'homme,la privantpar sonséquentde plusieursdroits. Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsurlui - a dit : < Lesfemmes sont semblablesaux hommes.vo d- Allah a fait de la femme estdela protectionde son 'Lesabeilles,v: 97. 'Les femmes,v: l. 'La résurrection,v: 36-39. ' RapportéparAt-Tirmidhi, l'égalede I'hommepour ce qui honneuret de sadignité.Toute 12
  • 14. La femmesousI'abri de I'Islam accusationmensongèreà son encontreou atteinte à sa dignitésonauteurà delourdespeines, Allah a dit : ( Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sflns produire pilr Iu suite quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et n'acceptez,plus jamais leur témoignage.Et ceux-lù sont lespert ers.ss' e- Il a donnéà la femmecommeà I'hommetoutela facultéet la libertéde gérer sesbiens,de s'approprier,de vendre, d'acheter et d'entreprendretoute action similaire en matière de finance sans tuteur ni limitation de ses prérogatives. f- L'islam a fait du respectde la femmeun témoignagede sa personnalitésaineet entièreet de son offenseun signede bassesseet de vilenie. Le Prophète - que la paix et bndictionsoientsurlui - a dit : (( N'honore la femme que I'honorable et ne I'offense que I'ignoble. y2 g- L'Islam oblige la femme tout autant que I'homme à s'éduquer.Le Prophète- que la paix et bndictionsoient surlui -, a dit : n La recherche du savoir est une obligation pour tout musulmun.)) Les théologiensont convenuque le mot (( musulman> concerneet inclutantI'hommequela femme. h- L'Islam ne fait de distinctionentreI'hommeet la femme dansleurdroit à l'éducation,Tousdeuxont droit à une ' La lumière,v: 4. 'RapportéparIbn Assaker. r3
  • 15. La femmesousI'abri de lolslam bonne éducation.Le Prophète- que la paix et bndiction soientsurlui -, a dit : K Quiconquea uneJille et qui ne Ia maltraite pes, ne I'humilie pas, ni ne lui préJèresontils, Allah le mèneru au Puradis. l i- L'Islam donne tout autant à I'homme qu'à la femme I'obligation et la responsabilitéde corriger la société, d'agir pour son bien et d'empêcherle mal et la dépravationqui sontdenatureà la nuire. Allaha dit : < Les croyants et les croyantes sont alliés les uns Ies autres. IIs ordonnent au licite, interdisent Ie péché, accomplissentconvenublementlu prière, s'acquittent de Is Zakat et obéissentà Allah et à Son Messager. Ce sont ceux auquels Allah accordentSa miséricorde, cur Alluh estPuissant et Sage.rI il existe cependantdes domainesque les hommesse sont réservéssanspartageavec les femmeset ou I'Islam ne leur accordepas l'égalité. Nous reviendronsplus tard sur ces sujetslorsquenous parleronsdes contreversessoulevéesau sujetdesdroitsdela femme. La revendicationdesdroits de la femme: C'est bien le sujetde cetterecherche.Mais autantdire qu'il n'existe pas de loi ou de régime ancien ou récent qui protègentlesdroitsdela femmeautantquel'Islam. il suffit de citer les déclarationsde certainspenseursnon musulmansà ce sujet.Le savantanglaisHamiltons'est 14 ' Le repentir,v: 71.
  • 16. La femmesousI'abri de I'Islam expriméen cestermesà proposde I'Islamet de la civilisation arabe. < Les principesde I'Islam concernantla femmesontclairset sanséquivoques.L'Islam s'accordeà protégerla femmede tout ce qui peutla nuireou entachersaréputation,> Par ailleurs,GustaveLe Bon a écrit dans son livre sur la civilisationarabe: < Le méritede I'Islam ne se limite pas seulementà souleverla questionde la femme,c'est aussila premièrereligionqui s'est penchéesur ce sujet. Nous ironsjusqu'àdirequetouteslesreligionset les nationsqui ont existé avant les Arabes ont manquédeconsidérationà la femme.> Il a ajoutédansle mêmelivre : < Les droits conjugauxmentionnésdansle Coranet tel qu'ils sont expliquéspar les théologienssont de loin meilleurs que les droits conjugaux européens.>> il y a plus de quatorze siécles, I'envoi du Messager Mohammed- que la paix et bndiction soient sur lui - : a permis à I'Islam de s'épanouir et de se répandre.Cet épanouissementa fait naîtredansles espritsdes musulmans qui l'ont embrasséet a travers eux dans ceux de toute I'humanité, le phénomènele plus extaordinairede son hisdtoire.cet évenementplus curieuxà causede sa rapide expansion, son caractère exhaustif précis et facile à comprendreet à pratiquer, L'Islam ne aomporteaucuneéquivoqueni ambigultéet sans conflit avecla partiesainede I'humanité.ce que I'on doit retenir de cet évenement,ce sont les changementsdans la conceptiondu statutde la femmeet de sesdroits.Et c'est ce 15
  • 17. La femmesousI'abri de I'Islam quinousinteressedanscetteétude Pour que la visionsoit plus ctaireet qu'apparaissela vérité sur l'évolution du ststut àe la femme,il convientpeut-êtrede faire la lumièresur la situationdela femme,avantet aprèsI'apparitiondeI'Islam. t0
  • 18. La femmesousI'abri de I'Islam CHAPITRE 2 I,A SITUATION DE I,A FEMME A TRAVERS I,E TEMPS La situationde la femmedansla sociéténré-islamique: Dans la sociétépré-islamique,c'est-à-direavant I'envoi de Mohammed- que la paix et bndiction soient sur lui -, la femme était léséedanssesdroits, exposéeà l'injusticeet à I'oppression.Son argentétait extorqué.Elle était considérée commela lie de la sociétéet n'avaitpasde droit d'héritercar ce droit était réservéuniquementà ceux qui montaient à cheval, faisaient la guerre et rapportaient les butins. Pire encore, elle faisait elle-mêmepartie de I'héritage laissépar son mari aprèsson décèscommeen faisaitpartie les choses. Si son mari avaot desfils d'une autre femme,elle entrait en priorité dansle patrimoinehéritépar sonfils aîné.Il I'héritait commeon héritede I'argentet ellene sortaitplusde samaiso que quand elle était divorcée. Elle était empêchéede se marier alors que som mari pouvait se remarierautantde fois qu'il voulait.Elle n'avaitpasle droit de choisirsonépoux,ni n'avait de droit sur lui. De plus, il n'y avait aucuneloi qui interdisaitI'injusticede I'homme à l'égard de la femme.Les Arabesdansleur ignorance,accueillaientmal la naissancede la fille. Ils la considéraientcomme un malheur, une catastrophe.Lorsqu'unefille nassait,le pèredevenaittristeet chagriné. ll
  • 19. La femmesousInabride I'Islam Allaha dit pourlesdécrire: r<II se cache desgens à causedu malheur qu'on lui a annoncé. Doit-il la garder malgrè Ia honte ou I'enfouira-t-il dans la tene ? Comhien est mauuaisleurjugement ! nt Elle nejouissaitmêmepasdedroitsnaturels.Il y avaitdes alimentsquelesmâlespuvaientmangermaisinterditsaux femelles. Allah a dit : < Et ils disent : Ce qui est duns le ventre de ses bêtes est réservé aux mâles et inerdits à nos femmes. Et si c'est un mort-né ils y participent tous. Bientôt Il les rétribura pour leur prescrtpfion2car Il estSageet Omniscient n La hainedesfilles avait atteintchezeux un tel point que dès qu'elles naissaientelles étaient enterréesvivantes. Cette pratiqueétait courantechezcertainstribus arabes,Les motifs variaientselonle statutsocialde la femme.Il y avaitceuxqui enterraient leurs felles vivants craignant la honte et le déshonneur. Allah a dit : < Pour quelpéché elte a ététuée ? tj D'autres les enterraient vivantes en raison de leur malformationcongénitale,comme,avoir un pied bot, la lèpre ou autre handicape.D'autres encoreenterraientleursenfants de peur de devenirou de resterpauvre.Celaétait le casdes arabesdémunis.Le Coranenparlecommeentémoignentces ' Lesabeilles,v: 59. ' Prescription: le fait de déciderdecequiestlicite et decequine I'est pas, sansseconformeraux lois d'Allah et selonleur bon vouloir. " L'obscurcissement.v: 9. rl
  • 20. La femmesousI'abri de I'Islam parolesd'Allah . (( Et ne tuez, pus yos enfants pur crainte de pauvreté, c'est Nous Qui leur flssurerons leur subsistance,tottt comme à vous,Ies tuer c'est vraiment un énormepéché. nl La n'avait d'orgueil que losrquel'homme la protège et la vengepour préserversadignitéet défendresonhonneur. La femmedansla sociétéindienne: La femme était dansla sociétéindiennecommeune esclave dépendantede son mari, démuniede toute volonté.Elle ne décidaitde ce qui la concernait.Il pouvait mêmela perdre auxjeux et auxparis.Elle nepouvaitpasseremarieaprèsson décès.Elle devait même mourir le jour où il mourait. Elle était brûlée sur le mêmebûcher.Cette pratiquedevait durer jusqu'à la fin du l7ème siècle lorsqu'elle ffrt bannie sur f initiativedereligieux.hindous. Dans certaines régions de I'Inde, les femmes étaient sacrifiéesen offrandeaux dieux pour avoir leursmiséricordes ou pourprovoquerla tombéeddespluies. Certaineslois indouesdisentmêmeque: ( Ni la patience,ni le vent, ni la mort, ni l'enfer, ni le poison,ni les vipères,ni le feu ne sont pires quela femme.> Certainsdeleurslivresrelieieuxdisent: ( LorsqueManou créales femmes,il leur imposa I'amourdu lit, du maquillage,desdésirsbas,de l'emportementetdumauvaiscomportement.>> r9 ' Le voyagenocturne,v: 3l.
  • 21. La femmesousI'abri de I'Islam Parfois,la femmeavait plusieursmaris.Elle avait exactement le mêmestatutquela femmeprostituée, La situation de la femmedansla sociétéromaine : La femme était considéraitpar la société romaine Çomme mineureet sanscapacité.Elle n'avait aucuneautorité sur ce qui la concernait.Elle était commandéepar l'homme à sa guise.Touteslesprérogativeset autoritésétaientaux mainsde I'homme seu[.Il avaittous les droits sur les membresde sa famille. Il avait mêmele droit de la condamnerà mort pour certainsdélits. Il usait de son autorité sur sesbelles-filleset sur sespetits-enfants.Il avaitmêmele droit delestuer. La femmen'avait de rôle que pour exécuterles ordreset de se soummettre.Elle n'avait pas le droit de critiquer, de protesterni derevendiquer. Elle était privée d'héritage Seul le fils aîné avait le droit d'hériter.Pire encore,I'hommeavait le droit dejoindre à la famille des enfantsqui n'étaient pas de sa femme. Il avait mêmele droit devendrelesenfantsqu'il voulait. La femmedansla sociétéerecque: La femme dans la société gresque n'était pas dans une situation à envier par rapport aux socités qui I'avaient précédé.Elle était privée de culture, négligéeà tel point qu'on disait d'elle qu'elle était une ordure produite par [e diable. Il n' y avait aucune loi pour protéger. Elle était vendue et achetée à I'instar des marchandises,privée d'héritage.Elle nepouvaitgérersesbiens Elle étaitprivéede liberté et de volonté, soumiseduranttoute savie à I'autorité de I'homme.Elle n'avait pasle droit de demanderle divorce qui était du ressortexclusifde I'homme.Certainspenseurs æ
  • 22. La femmesousI'abri de I'Islam grecsavaientmêmedemandéqu'il se doit d'emprisonnerle nomdela femmeà la maisoncommel'était soncorps. La femme n'était chez les Grecs qu'une créature sans considération. GustaveLe Bon a écrit dans son livre sur la civilisation arabe: (( Les Grecs en général considéraientla femme parmi les créaturesdécadentesqui ne servaient qu'à la procréationet à s'occuperdu ménage.Si ellemettaitaumondeun enfantlaid,on le tuait. > Demostène,célèbreorateur grec a décrit la situation de la femmedela manièresuivante: < Nous utilisonsles prostituéespour le plaisir,les maîtressespour s'ocupperde I'entretienquotidien de notre corps et nos femmespour infanternotre progéniturelégale.> Quellessontdoncleschancesde la femmedanscettesociété dontlesintellectuelspensentainsid'elle? La situationde la femmedansla sociétéiuive ancienne: La ssituationde la femme dansla sociétéjuive n'était pas meilleure.La fille étaitsoumiseâ sonpèrequi la mariaitou la donnaità qui il voulait,la vendaitcommeune esclaves'il le voulait.< Chapitredela Sortie',215,corrigédu paragraphe7 auparagrapheI l. D Lorsque la femmejuive se mariait, sa tutelle se transmettait du père au mari et faisait partie du patrimoine, comme la maison,I'esclave,la servanteet I'argent.C'est ainsi que [a désignaientles conrmandementsde la Bibledansle Chapitre dela Sortie,20 corrigé,paragraphe17. < Ne soittentépar la maisondeton proche,ni par la femmede ton proche,pas mêmeson esclaveou
  • 23. La femmesousI'abri de I'Islam sa servante,ni sontaureau,ni sonâne,rien de ce qui lui appartient> La religion juive interdit égalementà la fille de quitter son père s'il a des fils comme I'a précisé le chapitre du Novembre,27èmecorrigépar.8. < LorsqueI'hommemeurt et n'a pasde fils, safTlle héritedesesbiens.> En plus, ils n'approchaientpas la femme,ni ne mangeaient, ni ne buvaient avec elle lorsqu'ell était indisposée.Ils I'isolaientjusqu'àcequ'ellesepurifiait. La sjtiationde la femmedansI'ancienchristianisme: Le Clergéavaitune attitudeextrêmeà l'égardde la femme. Ils I'avaientconsidéréecommeI'originedu péché,la genèse de la faute,la causede tous lesmauxde I'humanité.C'est la raisonpour laquellela relationde I'homme et de la femme était devenuemalsaineet viciée.Il fallait donc l'éviter même par le biaisdu contratofficiel du mariage, Le CardinalTartolyandisaitdela femme: ( C'est par elle que le démon pénètreI'esprit de I'homme.C'est elle qui avaitpousséI'hommeà sortir du bien-être dans lequel il vivait pour connaîtrela souffrance.> Les occidentauxavaientmépriséla femmeet I'avaientprivée de ses droits durant toute la période médiévale.Le plus curieux,c'estquejusqu'en 1805,le droit anglaisautorisaitau mari devendresafemme. Le gouffre qui s'éparait l'homme de la femme était approfondià tel point que Ia femmeétait devenuesoumiseà I'hommeet à savolonté,démuniedetoussesdroits,Elle était devenuetout commelesbiensla rpopriétédu mari.
  • 24. La femmesousI'abri de I'Islam Dans le droit fançais par exemple et jusquà une période récente,la femmeétaitincapabledegérersespropresbiens. L'article 217du mêmecodepréciseque: < Même dansle cas de la séparationdes biens,la femme mariée n'a pas le droit de vendre, d'hypotéquer,de s'approprierà titre onéreuxou à titre gratuit sansécrit de son mari ou qu'il soit parti aucontrat.>> Matgrè les amendementsultérieursde ce texte, les séquelles de ce droit continuentde marquer à ce jour la femme françaisemariée,Il s'agit là d'une sorted'infériorationde la femme pas la société,Ce qui confirme cette soumission imposéeà la femmeoccidentale,c'est qu'elle perd son nom de famille par le fait du mariage.Elle prend le nom de son mari. C'est là une preuve de Ia part de son identité et I'adoptiondecelledesonmari. Selonl'écrivainanglaisBernardShow: <<Dans le droit anglais,dèsle jour de son mariage, tous lesbiensde la femmedeviennentla propriété de sonmari.> Peir encore, en plus de cette soumissiongénéréepar le mariageet rendueéterneltepar la religion et le droit, quelle qe soit la gravité des querellesentreles épouxet I'ampleur des problèmes,le divorcr nr prut être pronnoncé.La seule solution est la séparationde corps dont la conséquence naturelleest quel'hommesetourneverslesmaîtresseset les prostituées,alorsquela femmesedonneauxamants. Par aitleurs,en casde décèsde 'un desépoux,le partenaire restantenvie n'a [asla posibilitédeseremarier. Tout cela est à l'origine de la dégradationdu statut de la femmeet la négligensede son rôle. La réactionest négative, et mêmenéfastedansla sociétéoccidentalemoderne.C'est ce qui a pousséeles penseurset intellectuelsoccidentauxà
  • 25. La femmesousI'abri de I'Islam appeler à I'octroi à toute personne,homme ou femme, sa liberté,ainsiquela protectionde sesdroitssociaux.
  • 26. La femmesousI'abri de I'Islam CHAPITRE 3 LES DROITS DE LA FEMME EN ISLAM Après ce brèveet rapideaperçusur lesdroits de la femmeet sa place dans les différentessociétéspré-islamique,nous allonsnouspenchersur la placede la femmedansla société musulmaneet les droits qui sont confëréspar la religion. L'Islam a une perceptionglobale et non étriquée de la femme. Il ne tient pas compte d'une seule étape mais s'intéresseà toutes les phasesde son existence.Il s'est intéresséà elle en tant quejeunefille, en tant qu'épouse,en tant que mère et en fin en tant que femmeparmi toutes les femmesmusulmanes. L'Islam s'estintéresséà elleen tant que fille : Allah a donnéaux parentsla réspnsabilitéde la protectionde leursenfantsqu'ils soientmâlesfemeels,Allaha dit : < Et ne tuezpas vosenfants par crainte depauvreté. C'est Naas Qui assureronsleur snùsisfance et ls votre. Les tuer estun grand péché. yl Allah qualifiele fait de les tuer un péchégrave.Il a ordonné aux parentsde bien les nommer,de s'intéresserà ce qui les concerne,de s'occuperd'eux, de subvenirà leursbesoinset de leursassurerunevie décente.L'Islam a accordéà I'enfant un droit sursinpère,Allah a dit : s Et les mères qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans antierc. Le père se doit de lesnourtr et desvêtir convenablementt2 ' Levoyagenocturne,v: 31. 'La vache,v:233. 25
  • 27. La femmesousI'abri de I'Islam 26 Aprèsle droit à I'allaittement,vient le droit à être élevéet à être éduqué.C'est à la mèreplutôtqu'aupèreque revientce devoir en casde séparation.L'Islam a fait cettepréferenceen raisonde la compassionde la mèreet de satendresse.Amr Ibn Shoui'ba rapportéqu'unefemmea dit : ( O Messflger d'AIIah, pour mon lils que voici, mon ventre a été un contenant, mon sein un récipient pour boire, et mes bras un bercesu. Son père m'a riépudiéeet a voulu me l'enlever. Le Messager- que la paix et bndiction soient sur lui - a dit : Tu en as la priortté tunt que tu ne te remartespus. l' Abou Bakr As-Seddik,successeurdu Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui - a tranchéà propos de AssemIbn Omar lbn Al-Khattab en disantà son père Omar qui a abondonnésamèreet a voulu le lui enlever: < Sonodeur,soninstinctmaternelet satendresselui valentmieuxquetoi, >2 Si l'égalitéet lajusticen'étaientpasconsacréespar lestextes du Coran et de la Sunna,les femmesauraientcertainement étéfavoriséespar rapportauxhommes. Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui -adit: < Traitez vosenfants avec équité"Et si votrsdeviez avoir une préférence, vous I'auriez, certainement t, pôui trt femmes,t 3 Les derectivesdu Prophète- que la paix et bndictionsoient sur lui - insistentsurl'intérêtqu'il faut avoirpour lesfilleset ' RapportéparAl-Hakim,AhmedetAdouDaoud.Authewntique. ' RapportéparAbd Ar-RazzaketI'ImamMalekdansle Mouatâa. " RapportéparAl-Baihaki,nonauthentique.
  • 28. La femmesousI'abri de I'fslam I'obligationde les honorer,de les traiter avecbonté, et de subvenirà leursbesoins,Il a dit' r<Celui qui a deux "filln ou deux s(Eurs, qui les a bien traitées et tant que celles-ci vivent avec lui, je serai lvec lui au Paradis comme des deux doigts. st' Et dansune autreversion,le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsurlui - a dit : (( Celui qui a eu trois Jilles et a été patient avec elles, les a nourrtes, habillées uevc son argent, estprotégé de l'Enfer. >' La Charia 3 oblige aussiles pèresà élever les filles avec beaucoupd'attentio et de soins, à leur inculquer le bon savoir AbdullahIbn Omar qu'ils aientla satisfactiond'Allah a rapportéqu'il a entendule Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsurlui - dire : (( Vous êtes tous responsables de ceuJc,qui dépendent de vous; I'Imum veille et est responsiblede sestidèles, l'homme veille sur su famille et en est reponsable,la femme veille sur la maison de son mart et est reponsuble de sa famille, Ie serviteur veille sur les biens et les proprtûés de son maître et est responsible de ceux qui dépendent de lui, et vous êtes tous responsublesdesvôtres.t* La Cahriaordonneaussil'égalitédanssonsensle plussrictet l'équité entreles enfantsdansle sensle pluslarge.Elle incite ' RapportéparAl-Khatib. 'RapportéparAhmed. 'La Charia: Lesloisislamiques. ' RapportéparAl-Boukhari. 27
  • 29. La femmesousI'abri de I'Islam à ordonneraux enfantsla tendressepaternellesansdistinction ni favoritismequ'ils soientmâlesou femelles. Allah a dit en substance: < Certes,Allah commande l'équité, la bienfaisnnce et I'assistance aux proches. Il interdit la turpitude, l'acte répréhensible et la rébellion. II vousexhorte afin que vous vottssouvenieL n' Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui -adit: (( Soyez envers va,$ enfants, soyez,équitables envers vos enfants, soyez,équitables envers vos enfants. >2 Mouslim a rapportédansson recueilque Aicha la mèredes croyantsquela satisfactiond'Allah soitsurellea dit : tt Unepauvrefemme estvenueme voir. Elle portait sesdewcfelles. Je lui ai donnée trois dattes.Elle a donné une datte ù chacune d'elles et a porté une datte à sa bouche. Sestilles ont voulu la lui prendre Elle I'a alors partagée en deux et la leur a donnée Cela m'fl touché et i'ai alors rapporté lesfaits au Messager d'Allah - que Ia paix et bndiction soient sur lui - . Il adit : Grâce à ce geste Allah la voue fiu Paradis et l'affraichit de l'Enfer. f Cetteorientationdu Prophète- quela paix et bndictionsoient sur lui - a établile lien entreI'afiflectionhumainecaractérisée par l'amour desenfantset la récompensede I'au-delàqui est une incitation aux parents à traiter leurs enfants avec 'Les abeilles,v: 90, 'RapportéparAhmedetAn-Nassa[. 'Mouslim. 2E
  • 30. La femmesousI'abri deI'Islam clémenceet justice. C'est ce qui amènerales parents à convoitirla récompenseet lesbienfaitsd'Allah. La Chariaa ordonnél'égalité et la justice entre les enfants qu'ils mâles ou femellesen matière sentimentale.Il ne convient pas de favoriserle mâle par rapport à la femelle danslesdonset grafitications, Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui - a demandéà un hommequi l'a priéd'êtretémoind'un don qu'il voulaitfaireà sonfils : <As-tu donnéIu mêmechoseù tous tesenfants ? Il u repondu : Non. II a donc répliqué : Demande à quelqu'un d'autre que moi pour témoigner de l'iniquité. Crqignez AIIah et soyezjustes uvec vosenfants, >l La justiceet l'équiténe selimitentpasseulementaux choses matérielles.Elles concernentaussi les sentiments.Allah a ordonnél'équitéentrelesenfantsmêmepour embrasser, Anes que la satisfactiond'Allah soit sur lui a rapportéqu'un homme était chez le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsurlui - . Sonfils s'estapprochéde lui. Il I'a alorsemrasséet I'a mis sur sesgenoux,Ensuite,safille s'est approchéede lui. Il l'a prise dans ses bras. Le Messager d'Allah - quela paixet bndictionsoientsurlui - a doncdit : tt Tu as étéinjuste. t Puisque nous traitons de I'intérêt que porte I'Islam aux enfants,il convientpeut-êtrede dire un mot sur I'intérêt que porte I'Islam aux orphelins et ce en raison des effets dangeureuxet desgravesconséquenecesde I'orphelinagesur ' Accordunanime: c'estàdirequecehadithestrapponéàla foisparAl- Boukhariet Mouslim;savantsspécialistesdestraditionsduMessager l- quela paixetbndictionsoientsurlui -.
  • 31. La femmesousI'abri de I'Islam la physiologiede I'enfantlesquelspeuventle tournervers la criminalitéet la délinquancesurtouts'il est dansune société qui ne tient pas compte de sesdroits, ne fait pas face à ses devoirset ne le regardepas avec tendresseet compassion. L'Islam s'est beaucoupoccupéde l'orphelin qu'il soit mâle ou femelle.Il tient sesplus prochesparentsresponsablesde saprotection.S'il n'a pasdeparents,c'està I'Etat musulman de s'occuperde lui de l'éduqueret de l'orienter.Le Coranet la Sunnamettenten gardecontreI'appropriationabusivedes biensde I'orphelin,l'injusticeà saencontre,sarépressionou sonmauvaistraitement,Allah a dit : (( Quant ù I'orphelin donc, iI ne faut pas le maltraiteF. D' Allah a ausiidit : ( Ceux qai mangent (disposent) iniustement des biens des orphelins ne font que manger (pénétrer) du feu dans leurs ventres. IIs brûleront bientôi dans lesflammes de I'Enfer. f 30 Le Messagerd'Allah - -adit: <<O Allah, je les droits femme, n3 Celaveut direquelespéchéset I'embarrasatteignentceuxqui leur font perdre leurs droits, qui les oppriment et les maltraitent. Il a égalementdit : 'Le jourmontant,v: 9. 'Les femmes.v: 10. " RapportéparAn-Nassaï. que la paix et bndiction soientsur lui metsdans l'emharras celui qui atteint des faibles, de l'orphelin et de la
  • 32. La femmesousI'abri de I'Islam < Evitez les sept chosespernicieuses. Ils ont dit : Quels sont-elles Messager d'Allah ? Il a répondu : lepolythéisme, la sorceilerte,Ie meure interdit par Allah sauf s'il est auturtsépar la loi divine, mflnger (consommer) l'usure et manger les biens de l'orphelin, la retraite le jour de l'invasion, la calomnie et la médisance des femmes pures, pieuseset imprévoyantes.>l Le Messagerd'Allah - que la paix et bndictionsoientsur lui -adit: < Moi-même et le tuteur d'un orphelin, comme ces deux-là, en montrant sesdeux doigts, I'index et le majeur. )t' I[ a aussidit : ( Celui qui fait pflsser une clëmente sur la tête d'un orphelin et nefait cet acteque allah, Allah lui écrtra un bîeffiit avec.chuque cheveu sur lequel estpasséesa mAin. >' L'Islam s'est aussiintéresséaux enfantsillégitimes( nés de pères inconnus).C'est I'Etat musulmande les prendrene chargede la mêmefaçonqueI'orphelin. De cette manière, nous avons offFertà la société deux catégoriessocialesqui remplissentleurs devoirs et exercent leursdroitssansêtrediscriminés. L'Islam respecteI'avis de lafille et son droit au mariage.Il considèrela liberté de la felle d;accepterou de refuserceux qui se présententà elle une desconditionsde la validitédu ' Accordeunanime. ' RapportéparAl-Boukhari. 3RapportéparAhmedetAt-Tirmidhi. 3f
  • 33. La femmesousI'abri de I'Islam mariage.Il 'est pas du droit de son père de la marier à son insuou sanssonconsentement. Le Messagerd'Allah - que la paix et bndiction soientsur lui -adit: tt N'épousez la vierge que lorsque vous demandez sapermission, et non vierge,(divorcéeou veuve) qu'aprèsson approbation n' L'Imam Ahmed a rapporté çes paroles de Ar'cha que la satisfacriond'allahsoit surelle: < IIne femme estvenue voir le Messagerd'Allah - que Ia pnix et bndiction soient sur lui - et lui a dit : Messager d'Allah mon père m'a marté ù son næeu pour quelques bagatelles. Le Messager d'AIIah - que Ia paîx et bndiction soient sur lui - lui a donné raison Elle a aiouté : j'ai accepté la décision de mon père, mais ie veux que lesfemmes sachent que lespères ne sont pasconcerné. n L'Islam s'estintéresséà la femmeau tant qu'épouse: Allah a dit : <<Et purmi ^Sessigrces , Il a créé de vous et pour vous des épouses pour que vous viviez en tranquilité avec elles et Il a mis entre vous de l'ffiction etdeIa bonté"n2 Ce verset prouve la grandeurd'Allah Qui a créé des êtres humainsen faisantdesépouxpour S'accommoderlesuns les autreset trouver du plaisirpour leurscorpset une paix pour leursesprits.L'épousedoncestenIslamle pilierdela société ' RapportéparAl-BoukharietMouslim. 'Les romains,v:21. 3a
  • 34. La femme$ousI'abri de I'Islam sur lequel il se fonde et la base essentielde la famille musulmane.L'Islam lui a donné des droits et des devoirs. Parmisesdroitset devoirs: l- La dot : C'est un droit absolu.La dot est indispensableest rendue obligatoireparla Charia.Le contrat de mariagene peut être valablesannselle.Ce droit ne peut êtreannulémêmeavecle Çonsentementde la femme qu'aprèsla signaturedu contrat. Aprèsle contrat,ellea le droit d'en disposerà saguise. Allah a dit . ( Et donnex,aux épousesleur muhr t , d" bonne grûce Si de bon grè elles vorrsen abundonnent une partie, mflngez-le (disposez-en)alors avec bon appétit. r' C'est un droit acquisà la femmequi ne peut être réstrocédé au mari qui la quitte en la répudiantou en la remplaçantpar uneautrefemme. Si, c'est le mari qui prend l'initiative de la séparation,il ne peutrienreprendredela dot qu'il lui a donné. Allah a dit : K Si vous voulez,remplacer une épousepar une autre, et que vous avezdonné à l'une d'elle un quintar 3, n'en reprenezrten. ya Allah a qualifié de péché manifestele fait de reprendrela totalitéou uneparitedela dot dela femmeaprèsle divorce. Allah a dit : ' Dotfaiteparle marià la mariée,etnégociéeentrelesdeuxparties. 'Les femmes,v: 4. 'Quintar= millepiècesd'ord'oùlemotlatinquital. ' Lesfemmes.v: 20.
  • 35. La femmesousI'abri de I'Islam ( Comment oseriez-vous le prendre, après que l'union intime vorrsuit associésl'un ù I'autre et qu'elle uient obtenu de votts un engagement solennel ? vl Allaha aussidit : <rO croyants ! II ne vous estpas licite d'hértter des femmes contre leur gré. Ne les empêchezpas deseremsrier dans le but de leur ravir unepurtie de ce que vousleur uviez donné. A moins qu'elles ne viennent àà commettre un péché tlagrant. Et comportez-vottsconvenablement envers elles. Si vous les haïssezdurant Ia vie, il sepeut que vous haissezquelquechosequ'Allah en aitfait un grand bien n2 Dans ces versets,Allah a protégéles droits suivantsde la femmes: - Allah a rewndu licite le fait d'hériter de la femme lorsqu'elle est haie. Chez les Arabes d'avant I'Islam commeon I'a déjàvu précédemment,lorsquemourraitle mari, les prochesabusaientde sa femme.L'épousaitqui voulaientou ils la mariaientà qui ila voulaientou même ils I'empêchaientde seremarier.Ils en avaientla priorité d'en disposeravant sa propre famille.Elle devenaitune marchandiseacquiseparl'héritage. - Allah a renduillicitede seremarierimposéepar I'ex-marila femme dans le but de la gêner, I'insulter, la battre, s'accaparerde sesbiens,lui interdirede sortir ou autre. Tout celadansle but deI'obligerà achetersaliberté. ' Lesfemmes,v: 21. 'Lesfemmes,v.2I. 34
  • 36. La femmesousI'abri de I'Islam - Toutefois,Allah a permisau mari d'agir de la sortelorsque la femme est prise en flagrant délit d'adultère et de divorcerparla suite. - Allah a aussi ordonné au mari de se comporter convenablementavec sa femme, de lui dire ce qu'elle aimeentendre,de lui fairece qui la satisfait,de s'embellir pour elle,commeil aimequ'elles'embellissepour [ui. Le Prophète- quela Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsur lui- a dit : tt Les plus croyants sont lesplus vertueux et qui ont lr meilleur comportement envers leurs épouses.stl Le Messagerd'A-llah- que la Paix et la Bénédictiond'Allah soientsurlui- avaitcertainesvertus.Il étaitroujoursdebonne humeuret agréableà vivre. Il plaisantaitavecsesfemmes,les cajolait et leur montrait son amour pour elles, L'Imam Ahmeda rapportéquele Messagerd'Allah - quela Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit : < Tout ce qui nmuselefils d'Adam (être humain) est honni suuf trois choses : I'utilisation des uFmes,le dressugede son chæal et l'amusement de safemme. Celui-ci a donc raison.f Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah soient sur lui- était généreuxavec ses femmes,plaisaitet jouait avecelles. Il est rapportéque Aichaque la miséricorded'Allah soit sur ellea dit : ' RapportéparAt-Tirmidhi. ' RapportéparAt-Tirmidhi.
  • 37. La femme$ou$I'abri de I'Islam < J'ai couru flvec le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui- avant deprendre du poids, j'oi gagné, Ensuite, nous uvons couru lorcquej'oi prts du po.idsalors iI a gagné. Il u dit : choseprêtée, chose rendue >' Lorsqu'il rentrait de la prière du Isha (prière du soir), il s'asseyaitun peu avec sa femme avant de dormir, lui tenait compagnieet discutaitavecelle. Allah a dit : tt Il y avait en le Messagerd'Allah un modèlepour vorrsà suîvre n2 Il estdoncnotre leader,notreexemolesuprême.Nous devons donc suivre ses enseignementspour tout ce qui nous concerne. Z- Justiceet éealité: Dans le casoù I'hommea plusd'une femme,il estcenséles traiterà égalitépourla nouritureI'habillementet le logement. Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah soientsurlui- a dit : K Celui qui a deux femmes et ne les traite pas équitablement, vïendra le jour du jugement dernier flveeun côtéde son corpsincliné" n' 3- Les dépenses: Le mari sedoit de subvenirde bonnegrâceaux besoinsde sa femme.Il doit lui assurerun logementadéquatet décent,la nourriture, les vêtementset lui donner I'argent dont elle a besointout entenantcomptedesesmoyens. ' RapportéparI'ImamAhmed. 'Lescoalisés,v:2L ' RapportéparAt-Tirmidhi. 36
  • 38. La femmesousloabride I'Islam Allah a dit : o Que celui qui est aisé dépensede safortune, et que celui dont les biens sont limités dépense selon ce qu'AIIah lui a accordé.Allah n'impose rten àpersonnequeseloncequ'il lui a donnti.tl Hakim Ibn Muawia El-Koucharia rapportéque son père a dit. < J'qi demandé: O Messflgerd'AIIah, quels sont les droits que la femme a sur son mart ? il a répondu : Il faut Ia nouir si vous milngez, I'habiller si yaas voushabillez, ne lafrapper, pa.s au visage, ne soyez,pas vryIgaireù son égard et ne l'isolez que chezelle. f Si [e mari refuseà dépenserpour sa femme et qu'elle est capablede se servir de son argent sans son autorisation, qu'ellele fassedansla limite de sesbesoins.Hind Bint Otbah adit: (( O Messager d'Allah, Abou Soufiane est un homme flvflreet ne me donnepas asser,d'argent pour subvenir à mes besoins. Il a-répondu Prens ce qui sufJit à toi et à tonfi/s. .,rr Si le mari n'est plus capablede subveniraux besoinsde sa femmeou qu'il I'abandonneen lui occasionnantun préjudice perdant ainsi I'assistancede son mari elle a le dorit de demanderI'annulationdu contrat de mariage.Commeil est rapportépar Abou Horaira : K Une question a étéposé au Messuger d'AIIah - que la Paix et la Bénédiction d'Alluh soient sur ' Le divorce,v: 7. ' RapportéparAl-Hakem. 'Reconnu authentique, 37
  • 39. La femmesousI'abri de I'Islam 3E lui- ù propos d'un homme moyensd' entretenir safemme. doivent être séparés.t qui n'a plus les Ilarépondu:IIs L'Islam incite les hommes a bien traiter les femmes, le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah soientsurlui- ena dit < Les croyants lesplus padaits sont ceux qui ont le meilleur caractère et les meilleurs d'entre vous sont ceux ,qui sont lesplus appréciéspar leurs femmes. I En plus de sesdroits matériels,il y a desmorauxtels que la protection de son intégrité et de sa réputation, son éloignementdes lieux de plaisir, de nudité et de meurs légères. Allah a dit : K O vous qui flvez,cru ! Préservez-vouset uos familles, d'un feu dont le combustihle sera les gens et les pierres, suneillé par des Anges rudes, durs, ne désobtiissantjamuis ù Allah en ce qu'Il leur commundeet exécutantsrictement c" iu'on leur ordonne.>2 Le mari ne doit lui enseignerque ce qui peut lui être utile pour lesaffairesde la religionet de sonmonde.Il ne doit pas dévoilersesdéfautset sessecrets.Il doit taire tout ce qu'il voit ou entendd'elle,garderau secretleur intimitéet ne pas en faire un sujet de discussionavec les amis.Le Messager d'Allah - quela Paixet la Bénédiction d'Allahsoientsurlui- a dit : ' RapportéparAt-Tirmidhi. 'L'interdiction.v: 6.
  • 40. La femmesousI'abri de I'Islam (( Les plus mal considéréspar AIIah le jour du jugement dernier sont le mart ou h femme quî étale les secrets de I'autre après être fait des confidences.>' Le droit à la cohabitationet à la vie coniugale: C'est I'un desdroit les plus importantsque la loi divineait exigédu mari d'accorderet de m'intenirpour ne pasobliger la femme à recourir à des actions dont les conséquences serontmauvaises. En étantqu'épouse,ellea besoind'affectionet de tendresse. Elle a besoind'un hommequi I'a cajole,nourrit sonaffection et répondà sonamour. La loi divine empêchede se cansacrerexclusivementà la piétépour remplirce devoir.D'aprèsSlmanAl-Farissi,que[a satisfaction d'Allah soitsurlui : < Abou Ad-Darda' qu" la satisfactiond'AIIah soit sur lui, est venu lui rendre visite. Et voilù que Oum Ad-Darda' Aa mère de Ad-Darda') est flpparue abattue, Qu'as-tu ? Lui o demanda Salman. Elle s répondu : ton frère n'a pas besoinde ce monde.il prte tuute la nuit etjeune le jour ! Quand Abou Ad-Darda' estarrivé , il I'a bien accueilli et lui a affen à manger et lui a dit : J'ai juré que tu mflnges.Alors, il a mangé et a dormi chez lui. La nuit Abou Ad-Darda' a voulu prier et Salman l'en a empêchéet lui a dit : ton corpsfl sur toi un droit, Alluh fl sur toi un droit et ta femme a sur toi un droit. Jeune, 39 ' RapportéparI'ImamMouslim.
  • 41. La femmesousI'abri deI'Islam mange, prtq honore ta femme et donne ù chacun son droit, Au lever dujour, il lui a dit : lèves-toisi tu veux. Il s'est levé, a fait sesablutions puis ils sont sortis tous deux ppour h prtère Lorsque Ie Mesager d'AIIah - que la Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui-est arrivri, l'histoire.lui a était racontée Il a dit : Salman a raison. n' Si le mari s'absenteplus de six mois et que la femme peut supportercetteabsence,patienteret contenirsesbesoinsalors tant mieux.Mais il est de son droit de demanderla présence de sonmari pour subvenirà sesrapportssexuels.Dansce cas, il doit rentrer de son voyage pour la satisfaire.Il ne peut tarderquepour un motif valable. Il peut garderI'argentde safemmemaisne peut le dépenser sanssonaccordou à soninsu. Il doit la consultersurtous les sujetsqui concernentle foyer et les enfants.Il ne convient au mari de faire prévaloir son avis en ignoranf I'avis de sa femme surtout s'il est plus raisonnableou plusjudicieux. Pour bienfairevaloir ce droit, voici un exempledu Messager d'Allah - quela Paix et la Bénédictiond'Allahsoientsur [ui-. Il est entréchezOum Salama,que la satisfactiond'Allah soit sur elle, fâché parcequ'il avait ordonné à sescompagnons, que la satisfactiond'Allah soit sur eux, de se raseret d'ôter I'Ihram le jour de Houdaibiyaet qu'ils ont tardéà s'exécuter. Oum Salamaque la satisfactiond'Allah soit sur elle lui a conseilléde saraserle premieret de semontrer.D'aprèselle, on le voyant,ils seraserontà leurtour, Le Messagerd'Allah 40 ' RapportéparAl-Boukhari.
  • 42. La femmesousI'abri deI'Islam - que [a Paix et la Bénédictiond'Allah soientsur lui- a suivi ceconseil.Dèsqu'ilsI'ontvu rasé,ils onttousfait demême. Le mari ne doit pascomptabiliserles erreursde safemmeni profiter de sesfaiblessesLe Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Nlah soientsur lui- : < a interditau mari d'entrer chezsafemmela nuit.>l Il est tout aussiinterdit de rentrer la nuit ou de voyager à I'improvisteet sansaviserau préalablecaril peutla retrouver dansun étatqui lui déplaira.Celapourraêtreuneraisonpour cesserdeI'aimer. Au coursde la vie conjugale,la bonté,I'entente,l'affectionet I'amour doivent prévaloir. L'homme doit prendre en considérationla natureet le caractèrede sa femme.Il doit montrer des sentimentssincèreset changer avec elle des proposagréables. Allah a dit . (( Comportez-vous convenilblement ûvec elles. ,Si vous flvez,pour elles de I'aversion durant la vie conjugale, il sepeut qae vousilyez,de I'aversion pour une chose à laquelle Allah a réservéaun grand bien. n2 Par ailleurs, le Messager d'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit : < Un croyant ne doit haïr une croyante. Si elle est détestéepsr un homme, elle peut être aiméepar un anttre f ' Reconnuauthemtique. 'Les femmes,v: 19. 'RapportéparMouslim. 41
  • 43. La femmesousI'abri de I'Islam L'Islam s'estintéresséà la-femmeen tant que mère: La mèreestcitéedansplusieursversetsdu SaintCoranqui a comparéson droit au droit d'Allah et c€, pour mettre en valeursonimportance. Allah a dit : ç Et ton Seigneur s ordonné de n'adorer que Lui et faites preuve de bonté à l'égard de uo^s parents, il" Et le Messagerd'Allah - quela Paixet la Bénédictiond'Allah soientsur lui- a mis le Paradissousles piedsdesmères,en disant, ç Le paradis estsouslespieds desmères.f L'Islam I'a favorisépar rapport au père pour sa bonté, sa tendresse,sa sensibilité,sa fidélité et son sens de la reconnaissance. A ce propos,Abou Houraira,que la satisfactiond'Allah soit surlui a rapportéque : (( Un homme s'estapproché du hophète - que la Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui- et Iui a dit : Messager d'AIIah, qui doit bénéficier de mû compflgnie et de ma présence en priorité ? Il a ' Le voyagenocturne,v: 23. 'Non authentique. (l'authentique setrouve chez Al-Hakem dansAl-Moustadrak) : SelonMouawiyah Ibn Jahimah que Jahimah estvenu voir le Prophète- que la Paix et la Bénédictiond'Allah soient sur lui-, et lui a dit : < Je veux combattredansla guerresainteetje suisvenuprendreton avis.Le Prophètea dit : As-tu une mère ? Il a répondu : Oui, Le Prophètea dit : Vas estresteauprèsd'elle car le Pradisestsoussespieds.>
  • 44. La femmesousI'abri de I'Islam rëpondu : ta mère. Il lui a encore demundé : et ensuite ? II u répondu : ta mère. Il lui a enfin demandé: et ensuite ? II a répondu : ta mére Il u encore demandé : et ensuite ? II a répondu : ton père.>t il en ressortde ce dialoguecommeil est expliqué,que la mèretient saprioritépar rapportau pèredetrois raisons: les difficultésde la grossesse,puis de l'accouchement,puis de I'allaitement.Trois motifs qui singularisentla mère.Ensuite, elle participeavecle pèreà l'éducationdesenfants.La mère donc porte sonenfantet il senourrit de sesdépensespendant neuf mois. Elle I'allaite pendantdeux ans pour celle qui compléterla périoded'allaitementtel qu'il a été prescritpar Allah : n Sa mère l'a porté (sabissantpour lui) peine sar peine, son servflge a lieu ù deux ûn* ,Sais reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents. VersMoi estla destination. ,,t La mère a donc un droit de priorité pour ce qui est de la bienfaisance,de la bienveillanceet de I'affection.Le père a pourlui l'obéissance. - Il faut les respecteret leur obéir. Il ne convientpasde leur désobéirsaufs'ils ordonnentà désobéirà une loi divine. La satisfactiond'Allah passe avant I'obéissancedes parents.Cela ne veut pas signifierqu'il faut les offenser ou les maltraiter.Il faut plutôt lesaimeret lescouvrir de tendresse,Allaha dit : < Et si tous deux teforcent ù M'associer ce dont tu n'us ûucune connaissflnce,alors ne leur obéis ' Reconnuauthentique. 'Luqman, v: 14.
  • 45. La femmesousI'abri de I'Islam u pfls, mais reste avec eux ici-bas de façon convenable et suis le chemin de celui qui se tourne versMoi. >t - Leur obéissancepasseavanttoute autrepersonne,tellevotre femme.Cela ne veut pasdire non plus qu'il faut négliger votre femmemaisqu'il faut donnerà chacunsondroit. - Allah satisfait ceux qui les satisferont. Ceux qui les maltraitentsubiront sa colère, c'est ainsi que I'a affirmé le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédiction d'Allahsoientsurlui- endisant: r La satisfaction d'Allah résidedans la satisfaction des parents et Ia colère d'Allah pilsse par la colère desparents, t - L'Islam préfère la piété filiale et incite à rester avec les parentsplutôt qu'à se porter volontairepour la guerre sainte,Ibn Massaoudque [a satisfactiond'Allah soit sur lui a rapportéqu'il a demandéau Messagerd'Allah - que la Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- . (( O Messager d'Allah, quelle est l'action la plus appréciéepar Allah ? Il a répondu : h prtère en son temps. J'ai ajouté : Et après ? Il a dit : Ia piététïliale J'ai oqtri aiouté : Et après ?Il a dit : la guerre sainte f Et d'aprèsAbd Allah Ibn Al-As que[a satisfactiond'Allah soit sur lui, le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit : 'Luqman,v: 15. ' RapportéparAl-Boukhari.
  • 46. La femmesousI'abri de I'Islam < Un homme s'estprésentéau hophète d'AUah - que la Paix et la Bénédiction d'AIIah soient sur lui- et lui a dit : je viens tefaire mes sdieux car je vaispour lu guewe s&inte et pour mériter ls bénédiction d'Allah. II lui a demsndé : Est-ce que I'un de tesparents est encore en vie ? II a répondu : oui, tous les deux. Il lui u ajouté : Alors tu veux avoir la bénédiction d'AIIah ? Il a répondu : oui. II lui s dit : ulors retourne chez toi et tiensbonne compflgnieù tesparents. n] - On doit I'obligeance,la bienfaisance,le dévouementet le don de soi aux parentsquel que soit le degrè de leur attachementà la religion. Asma que la satisfaction d'Allah soitsurellea dit : K Lors que ma mère est venue me voir, j'oi demandé conseil au Messnger d'AUah - que la Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui- et lui est demandé : ma mère qui est mécrëante m'û demundé de l'aider, dois-je donner ce qu'elle veut ? Il a répondu : oui, il faut le lui donner, n2 - il faut les aider dans les tâches ménagèreset ne pas rechignerà lesfaire . ( Le Messager d'Allah - que la Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui- cousait ses habits, réparait ses chaussures et aidait su femme à la maison On avait demsndéà Aicha que Ia satisfaction d'Allah soit sur elle ce que foit Ie Messnger d'Allah - que Ia Paix et la ' RapponéparAl-BoukharietMouslim. ' RapportéparAl-BoukharietMouslim.
  • 47. La femmesousI'abri de I'Islam 46 Bénédictiond'Allah soientsur lui- chezlui. ElIe fl répondu : iI est au service de sa famille e quand il entendI'uppel ù h prtère, il sort. tt' Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédiction d'Allahsoientsurlui- nousdonnedoncun exemple. -La bienfaisanceet I'obligeanceaux parentspassentavant lesactesvolontairesdeprièreet autres. Abou Houraira que la satisfactiond'Allah soit sur lui a rapporté que le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- a dit : <tTroispersonnesseulementont parlé en bas-âge: Aissa (Jésus)"fils de Marte - que la Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur lui-. II y avait chez lesisraélitesun homme connu soasle nom de fouraij. Il était très pieux et a pris pour demeure un couvent. Sa mère est venue verslai alors qu'il priait. Elle l'a appelé : Jouruii. Il a dit : O Dieu ! Ma prtère ou mil mère ? Et il a continué ù prter. Alors eIIe est partie Le Iendemain, elle estrevenuependant la prière de son fîls. Elle l'u appelé : Jouraii. II a dit : O Dieu ! Ma mère ou ma prière ? Le lendemain elle estégalementvenue alors qu'il priait. EIle a dit : Jouraij. Il a dit : O Dieu ! Ma mère ou mn prtère ? Et il a continué à prier. Elle a dit : Dieu, ne prends pas son âme avant qu'il ne connaise desprostituées, Les Israélites se sont rappelésde Jourai et de sapiété. II y avait une prostituée connuepour sa beauté.Elle a dit : Si vusvoulez,je le séduirait. EIle s'esf offerte ù lui. ' RapportéparAl-Boukhari.
  • 48. La femmesousI'abri de I'Islam 47 il ne la regarda même pûs. EIte s'est alors donnëe ù un berger qui avait I'habitude de paître à proximité du couvent de Jouraij et en était tombée enceinte.Lorsqu'elle a ûccouché, elle a dit que I'enfant était de Jouraij. Alors les IsraéIites I'ont traîné, battu et ont détruit Ie couvent.Lorsqu'il a demandépourquoi qu'ils Ie battaient, il a répondu qu'il avait commis un adultère nvec la rpostituée et qu'elle avait accouché d'un enfunt naturel de lui. Il u demandé ou est I'enfant ? Alors, ils le lui ont umené. II a dit : Permettez-moi de prier et il prin Lorsqu'ils lui présentèrentI'effint, il lui pressflle ventreet demandssu nou,ûe&u-né: qui est lon père ? L'enfant répondit : IIn tel, Ie berger. Les IsraéIites ont alors embrassë Jouraij, ont imploré son pardon et lui proposèrent de reconstruire son couvent en or. II dit : Non, reconstruisez-leen cuite comme il l'était llsfirent. Alors qu'un enfant tétnit le sein de sa mère, passait un homme qui montuot ttne helle monture. Sa mère dit : O Dieu! Faites que mon fiIs ressembleà cet homme. L'enfant lâcha Ie sein et dit : O Dieu ! Ne faites pas que je lui ressemble, et se mit à téter le sein. Abou Houraira u dit : C'est comme si je voyais Ie Messagerd'AIIah - que la PaLvet Ia Bénédiction d'Allah soientsur lui- sucerson index II ajouta : des gens battaient une esclavedisant qu'elle avait commis un adultère et avait volé. EIle crta : Dieu me rendrajustice. Alors sa mère a dit : O Dieu ! Ne faites pns que monftls lui ressemble. Alors l'enfant lâchu Ie sein, la regarda et dit :
  • 49. La femmesousI'abri de I'Islam faites nteu queie lui ressembleLà-dessus,la mère et l'enfant avaient discuté de la chose.La mère a dit : Un homme élégant estpasséeti'ai imploré Dieu pour que tu lui ressembles.Tu as demandéà Dieu de ne paslui ressembler.Ils ont traîné et battu cettefemmeen I'accusant d'avoir volé et commis un adultère, ulorsi'ai demandéà Dieu pour que tu ne lui ressemblespas et tu as demandé ù Dieu' de lui ressembler.Pourquoi ? L'enfant a répondu : cet homme est un tyran, c'estpourquoi i'ai demandé à Dieu qu'il ne fassepflsqueie lui ressemble.Et cettefemme est innocente des crimes dont ils l'accusent. Alors j'ai demandéù Dieu de lui ressembler,>>l L'Islam met en gardecontre I'ingratitudeà l'égad des parents,et la désobéissanceà leursordreset la négligeance deleursdroitstellela pensionet autres. D'après Abou Bakrah, qu'Allah soit satisfaitde lui, le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah soientsurlui- a'dit < Allah peut s'Il veut ne fis tenir comptede tous les péchés iusqu'au iour du iugement dernier à l'exception de I'ingratitude ù I'égard des parents. Attah le rendra à celui qui I'u commis deson vivant, sflnsattendre qu'il meure. "' ses parents,sera maltraité Par ses Messagerd'Allah - que la Paix et la soientsurlui- a dit : Celui qui maltraite propresenfants.Le Bénédictiond'Allah ' Reconnuauthentique. ' RappportéparAl-Hakim.
  • 50. La femmesousI'abri de I'Islarn tombesur lui s'il compteparmi les menteurs.Et on ne lui infligera pns le châtiment (de la lapidation) si elle atteste quatre fois pur AIIah qu'il (sonmari) estun menteuF,et Ia cinquième (attestatio)estque la colère d'AIIsh soitsur elle, s'il disaitla vérité.nl Trlrisièmecontoverse: L'autorité Allah a dit : (( Les hommes ont autorité sur les femmes, êfl ruison de lu préférencequ'Allah n pour ceux-Ià pflr rflpport à celles-ci et en ruison de I'usage qu'ilsfaont deleur argent. >l Autorité estaccordéeà I'hommeet non à la femmeen raison de La morphologieet de l'intéliigencede I'homme qui le prédisposeà userde ce droit. Il s'agit donctout autantd'un phénomènenaturel que d'un droit acquis.Est lié à cela le devoirde l'hommede dépenseret subveniraux besoinsde la femme,de la protégeret de lui assurertouteslescommodités dela vie. Il assumela résponsabilitédu foyer tel qu'i[ a étérappelépar Mohammed, le Messager d'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allahsoientsurlui-. Par ailleurs,la morphologiede la femmeestfragileen raison de plusieursphénimènesnaturelsqu'ils lui sont propres,tels les règles, la grossesse,l'accouchement,I'allaitement, l'éducationdesenfantsqui nelui permettentpasd'assumerle droit d'autoritécommeil sedoit. ' La lumière,v: 6 à 9. 'Les femmes,v: 34.
  • 51. La femmesousI'abri de I'Islam GT il est indéniable que les menstruationsde I'affaiblissenten raison de la quantitéde sang chaquemois. la femme qu'elle perd La grossesseaussifait souffrir la femme carle bébésenourrit de sa mère qui devient le plus souvent faible et faitiguée. Tout effort influe sur son état physiqueet son moral tant qu'elle a peur pour son enfantet s'inquiètepour ce qu'elle doit souffrirpendantI'accouchement.Elle ne cessede penser à I'accouchements'il va être naturelou provoqué,à I'enfant s'il est malformé ou normalementconstitué. Tous des penséeset élucubration de I'esprit qui sont de nature à affecter son état et par conséquentpeuvent influencer son comportement, L'accouchementet lesdouleursqui I'engendrentlui imposent unelonguepériodederecouvrementet derepos. L'allaitement fait que l'enfant se nourrit de l'énergie de la mère. Il est évidentquecelaaffaiblitla mère.Danscertainscas,elle perd sescheveuxpendantla périoded'allaitementet sonteint pâlit.Ellepeutaussisentirdesmalaisesmêmedesnausées. Veiller sur le nouveauné et subvenirà tous sesbesoins,font que la mère se dépenseconsidérablement.Cela consomme aussibeaucoupdesntemps. Abbas Mahmoud Al-Akkad, écrivain Egyptien de grande renommée,a écrit: < La femme a une sensibilitéqui lui est propre et bien différentede cellede I'homme.Le nouveau- né crée des contraintes qui nécessitentune symbioseparfaiteavec la mère, symbioseentre les étatsd'âmes,symbioseentreles perceptions,
  • 52. La femmesousI'abri de I'Islam entreleur corpset leur affection.Elle seréveilleà la moindreréactionet au moindrepleur de son nouveau-né. Tout cela s'apparenteaux caractéristiquesqui sontpropresà la femme Il estdoncdifficilepour elle et facile à l'homme pour ce qui est de la maîtrisede I'esprit, de la prédominancedu bon senset la soliditédela volonté.>r Dr Alex Librelle,prix Nobel, a écrit ce qui suit à proposdes différencesphysiologiquesentreI'hommeet la femme: < Les diftrences entreI'hommeet la femmene sont pas uniquement dans leur apparencephysique, leurs organessexuelset leursappareilsgénitaux. Elles ne sont pas plus dans leur capacité intellectuelles.Ces différencessont plutôt dans leur naturemêmede leur constitutioncellulaireet leurstissus.Tousceuxqui réclamentet appellent à l'égalitédes deux genresne comprennentpas ces diftrences essentielles.Ils revendiquesles mêmes chancesd'accès à l'éducation et au travail, alors que la femme est totalement diftrente de I'hommetoute cellulede soncorpsà elle-mêmeune naturefemelle.Il en est ainsi de tous les organesde son corps.Plus encore,il en est ainside sonsystèmenerveux.Les réflexesqui commandentles membreset les autresorganes sont systématiqueset bien précis. Il est impossibled'y porter la moindremodificationou changementpar une simple volonté humaine.Il faut accepter cet état de fait sans essayerde modifier la nature des choses. Les femmes ' Women in the GloriousQuran,
  • 53. La femmesousI'abri de I'Islam doivent quant à elles exploiter leurs dons et capacitésen fonction de leur nature et éviter d'imiterleshommes.,rt Autre réalité,la force physiqueet musculairede I'homme est plus grande que celle de la femme. Par conséquent,les hommesfont les travaux durs péniblesque les femmesen généralsontincapablesdefaire. Par conséquenceet competenu de ce qui précède,autorité doit êtredu ressortexclusifdeI'homme. Ouatrième_controvçseLLe droit de la femmeà l'-héritase Allah a dit : (( Voici ce qu'AIIah vous u enioint au suiet de vos enfan : ntr.fils, une part égaleà celle de deux filles. >' Ceux qui ne comprennentpasl'Islam çroirentque la femme est léséedanssesdroits puisqu'ellen'hériteque de la moitié dela partd'un homme. Allah a préciséet détaillélesdroits de la femmeà I'héritage. Il I'a déterminédanStrois situations: - Sapartestégaleà celledeI'homme. - Sa part est égale ou légèrementinférieure à celle de I'homme. - Sapart esttamoitiédela partde I'homme,ce casestle plus courant. Avant de juger si I'Islam a léséeles droits de la femme à I'héritage, il convient de prendre un exemple et ensuite laisserle lecteurenjuger. < Un hommeest décédéen laissantune fille et un garçon et une certaine somme d'argent, disons ' Wahid-ud-DinKhan, Islam Challenges,p.168, ' Lesfemmes,v: 11.
  • 54. La femmesousI'abri de I'Islam trois mille riyals,De la sorte,le garçonhéritede deuxmilleriyalset la fille demilleriyals.> Voyons ce qu'il advient de ces sommesuO*, un certain temps. Le montant hérité par le garçon va certainement dépréciercar celui-ci doit faire face à la dot dont il doit s'acquitterpour safemme.Il doit lui assurerle logementet le meubler,dépensertant pour safemmequepour sesenfantset subvenirà leursbesoins.La femmequantà elle,il ne lui est pas demandéde contribuerfinancièrementaux besoinsde la famille si elle est riche. L'homme est aussi obligé de dépenserpour sesparents,sesfrèreset sæurset mêmeses prochess'ils sont pauvreset que lui a les moyensde les soutenir. La femmepour sapart, estrespectée,aiméeet entretenue.Il n'est pas exigéd'elle de supporteraucunechargematérielle ou financièresoit-elle,fut-ellepour elle-mêmeet sespropres besoins. Par conséquent,l'argent dont elle a hérité va augmenteret non sedépréciercar elleva obtenirune dot de son mari. Même en cas de séparationou de divorce, la pensionalimentaireest à chargedu mari commeil est obligé de subvenirauxbesoinsde sesenfants. Elle peut donc investir son argent et le fructifier dans le commerceou tout autremodedeplacementl. Cet exemplenousmontrequeI'argenthéritépar la femmeest uneépargnealorsquela part héritéepar I'hommeestdestinée à êtredépenséepour fairefaceaux obligationsqui pèsentsur lui. La Charia islamique est diftrente de toutes les autres réglementationsqui existentdans le monde ou le père se ' Précision: leplacementdoitêtreliciteetapprouvéparla loi islamique.
  • 55. La femmesousI'abri de lolslam libère de sa fille dès qu'elle atteint un certainâge.Elle se trouve obligéede subvenirà sespropresbesoinspar tous les moyenspossibles.Alors qu'en Islam, la fille reste SouSla tutellede sonpèrequi seplie à sesbesoinsjusqu'à ce qu'elle se mariepuis c'est au mari qui s'obligeà satisfairetous ses besoins. Tous les systèmesjuridiques qui consacrentl'égalité entre I'hommeet la femmeà I'héritage,lesconsidèrentégauxdans les obligationsfinancières,toute revendicationpour accorder à la femmeles mêmesdroits que I'hommeà l'héritagesans I'obligerà supporterles mêmesdevoirsen matièrefinancière ne sont ni justes ni équitablespuisqu'ilslèsentI'homme.Ce quela Chariaislamiquerefuse. Par conséquent,il estjuste de favoriserl'hommepar rapport à la femmepour ce qui estde I'héritagetant quela femmeest exemptéede toute obligation financièreet qui consisteà subveniraux besoinsdu foyer et des enfants,On constatela générositéde I'Islamqui a donnéplus de considérationà la femmeen I'exemptantde toutes obligationsmatérielles.Il a fait supporterle fardeaude ces obligationsà I'homme seul sans pour autant empêcherla femme d'avoir un droit à I'héritage.Il lui a accordéla moitié de ce qu'il réserveà I'homme.Celan'est-ilpasjusteet équitable? Il convientausside mettre I'accentsur un autre aspectde la Chariaislamiquequi a fait de I'héritageun droit inaliénable, Personnen'a le droit d'empêcherun hommeet unefemmede bénéficierde la part d'héritagequi lui revient.Le droit anglo- saxonpar contrefait quele testamentpeut déshéritertous les ayantsdroit. Le testamenten Islamestlimité au tiers seulementdesbiens. Cettelimitenepeut-êtredépassée.
  • 56. La femmesousI'abri de I'Islam A cela,il faut ajouterquetous lesfraisgrevantI'héritagesont à la chargeexclusivedeshommes. GustaveLebon a écrit dans son ouvrage (' La civilisation arabe": <<Les principesprescritspar le Coran sur le droit à l'héritage sont d'une grande justice et d'une grande équité. Celui qui lit le Coran peut s'en rendrecompteen lisantles versetsquej'ai repris et à travers lesquelsj'en expliqueles principes généraux.Lorsqueje les compareavec le droit français et [e droit anglais, il apparaît que la Chariaconfèreaux épousesdesdroitsà I'héritage sanspareilsdansnosdroits,cesépousesquenous disonsquelesmusulmansnerespectentpas.> Cinquième controverse: les doElmagesà paver en cas d'homicide Dans la Chariaislamique,I'homicideinvolontairen'est pas puni de la peinecapitalequi généralementest sanctionnéepar la décapitation.Cette peine s'applique pour I'homicide volontaire. Cette peine s'applique indistinctementque le meurtrierou la victimesoit unefemmeou un hommepuisque humainementparlant,ils sont égaux.L'homicideinvolontaire est sactionnépar I'obligation de payer à la famille de la victime des dommagesreprésentéespar une certainesomme d'argent.Lorsquela victimeestunefemme,cettesommeest la moitié de cellequ'il faut payersi la victimeestun homme. Cette distinction est basée et justifiée par I'ampleur des dommagesqui touchentla familledela victime. La famillequi perdle pèreestprivéede ce fait de sonsoutien et qui estaussicelui qui subvientà tous sesbesoins.Elle perd par conséquentson soutientmatérielet financierainsique la protection, I'assistancemorale et I'affection, bien que ces 7l
  • 57. La femmesousI'abri de I'Islam ?2 deux derniersfacteurssoientmoinsimportantschezI'homme quechezla femme. Dans le cas de I'homicide involontaire d'une femme, la famille perd I'affectiond'une mère,I'amour maternelet son soutien moral et de tout autre aspect caractérisant I'attachementde la mère à sesenfants,caractéristiquesque généralementI'homme n'a pas et ne peut combler et que mêmetout l'argentnepeutremplacer. Cette somme n'est donc pas une valeur pécuniairede la victime maisune estimationdesdommagesmatérielsqui ont touchéla famillede la victime.C'est la raisonpour laquelle cettesommeestde moitié selonque la victime estunefemme ou un homme. Sixièmecontroverse: le travail de la femme Atlah a crééI'humanitéd'un seulmâleet d'une seulefemelle et a crééentreeux une complémentaritéqui leur a permisde peuplerle monde. Tout conrme Allah a donné à I'homme la force et la résistancepour lui permettrede travailleret gagnersavie, il a donné à la femmela capacitéd'être enceinte,d'accoucher, d'allaiter.Il lui a donnéI'aflection et I'instinctqui lui sont propres. Tout cela pour la destiner à accomplir [e rôles spécifiquequi lui estdévolu. Comptetenu de cetterépartition,il est naturelque I'homme doit se consacrerau travail à l'extérieur du foyer et que la femmedoit travaillerà I'intérieur. L'Islam n'interdit pas à la femmede travailler.Il I'autorise même de passerdes contrats. Il lui permet d'avoir une activité commercialeet fïnancière.Tout celaavecla nécessité d'un accord préalable du mari. Toutefois, I'Islam a
  • 58. La femmesousI'abri de I'Islam réglementéet limitécetteactivitéen lui fixant desconditions. Si I'une de ces règlesest violée, cette activité est frappée d'interdiction. - Le travail de la femmene doit pas être incompatibleavec sesresponsabilitésfamilialeset ménagères.Le travail ne doit pasêtrepourelleun handicappourqu'elleassumeses devoirsd'épouseet de mèreni ne I'empêchede veillersur son foyer, car I'Islam, s'il accordeà la femmedes droits sur son mari, il donneaussiau mari et à sesenfantsdes droitssurelle. - La femme doit travailler avec des femmes et éviter la mixité. Un écrivainanglais,Lady Cook a écritdansNew Echo : <<La mixiténe convientqu'aux hommesalorsquela femmea une ambitionqui est incompatibleavec sa nature.Plus la mixité est pousséeplus il y a d'enfant adultérins. Et c'est là le véritable désastre.>r Le travaillui-mêmedoit être autoriséet qu'il soit compatible avec la natuede la femme.Elle ne doit donc pas travailler dans les industrieslourdes,ou dans l'armée, ou avoir des activités dégradantestels les travaux de nettoyage et d'entretiendes voies publiquesqui sont généralementdes travauxd'hommes. Là unequestions'impose: pourquoila femmetravaille-elle? Si la femmetravallepour qu'elle puissevivre et subvenirà sesbesoins,l'Islam lui a préservésesdroits.L'Islam oblige le père à dépenserpour sa fille jusqu'à son mariage. Lorsqu'ellese marie,le mari doit dépenserpour elle et pour sesenfants,Si le mari décède,la chargerevientau père. Si ' Abdul RahmanWassil,Youth SexualandemotionalFunderthe lights of the islamicjurisprudence,Dar-ul-shourouk- 1406H.
  • 59. La femm€sousI'abri de I'Islam 7a elle n'a pas de père, sesenfantsdoivent [a soutenir. Si ses enfantssont encorejeunes, la charge incombeà sesfrères, puis aux parentsles plus proches.Par conséquent,elle est soutenuedepuissanaissancejusqu'à samort et n'a donc pas besoin de travailler pour vivre. Tout cela pour qu'elle se libère et se consacreentièrementà son rôle dansla sociétéà savoir s'occuper du foyer, élever les enfantset leur donner une éducationutile. Deux fonctionsqui sontdéjàlourdesde responsabilitéset qui exigent beaucoup d'efforts et de patience. Un savant anglais,Samuel Smiles,I'un des piliers de la renaissanceanglaisea écrit : ( Tout systèmequi travailler la femme dans les usinesest destructeurde la famillequelleque soit la richessequecetravailengendrepour le pays. En effet,c'est la gangrènede la sructuremêmedu foyer. Il sape les fondementsde la famille et rompt les liens sociaux.Il éloignela femme de son mari et les enfantsde leur parents.Son seul résultat est la dépravation de la femme et sa débauche.Par conséquent,la seule et véritable fonction de la femme est de s'occuperde son foyer, élever ses enfantset trouver les moyens pour vivre décemment. LesusinesI 'ont privé de I'exercicede sesdevoirsà un point tel que les foyers ne sont plus des foyers. Les enfants sont privés d'une bonne éducation et délaissés,il n'y a plus de sentimentsentre les époux. La femmen'est plus l'épousetendre, la compagneaiméepar I'homme. Elle est devenue sa collègueau travail, exposéeaux influencesqui lui efface sa modestie spirituelle et morale, garantesde savertu.>>
  • 60. La femmesousI'abri de I'Islam Voici que l'épouse du présidentSud Africain réclamele retour dela femmeaufoyer : <<L'endroit le plusnaturelde la femmeest sonfoyer. Sondevoirprincipalesrde s'occuperde sonmari et d'éleversesenfants.>l Au cours d'ne conférenceen Afrique du Sud cansacréeà la femme,ellea déclare: ( C'est bien son rôle dans la société.C'est une fonctionpour laquellenousdevonsêtrefièrescar c'est grâce à elle que les hommes et les générationsréussissent.>> Seqtièmecontrpverse: c'estI'hommq qui a I'initiative du divorce n d'abord savoir que I'Islam n'aime pas le divorce. Le Messagerd'Alla - quela Paixet la Bénédictiond'Allahsoient surlui- a dit : t<L'acte le plus détesté^parAllah bien qu'il soit Iicite, estle divorce. >t Il est naturelet logiquede laisserI'hommeprendrel'initiative du divorce et non à la femmeet ce en raisonde sesdevoirs matérielsà l'égard de sa femme et de son foyer. Tant que c'est lui qui paie la dot, supporte tous les frais d'ameublementet d'équipement,assurele ogis et assumeles dépenses,il est de son droit de déciderde mettrefin à la vie conjugale s'il est toujours en mesure de supporter les dommagesmatérielet moral qui résultentdu divorce. Il est seulà pouvoir évaluerles pertesqu'il va subir,telle la perte ' Abdullah bin Wokaiyel, Woman's work on the Scale. 'Rapporté par Abou Daoudet Al-Hakem. Non authentique.
  • 61. La femmesousI'abri de I'Islam 7G de la dot, les dommageset pensionsqu'il doit payer à sa femmeet tous lesfraisoccasionnésparun nouveaumariage. A cela, il faut ajouter que I'homme en généralest plus à- mêmeque la femmede contenir sa colèreen cas de dispute avec son épouse.En général,I'homme n'a de recours au divorce colTrme dernière solution qu'en cas d'extrême désespoir. Par ailleurs,si le mari maltraite safemmesoit verbalementen I'insultant ou physiquementen la battant ou à lui-mêmeun handicapphysiquenaturelmajeurou qu'il soit impuissantou qu'il refused'avoir desrelationssexuellesavecsafemme,ou qu'il ait une maladietelle que la lèpre, la tuberculoseou certainesmaladiesvénériennesdans tous les cas la femme léséepeutdemamderle divorce. La chariaislamiquen'ignore pas la réalité de la psychologie humaineet ce qu'elle comportecomme sentiments,passions et affections.Tout commeelleaccordeà I'hommele droit de se séparerde safemmelorsqu'illa déteste,elleaccordeaussi à la femmele mêmedroit pour les mêmesraisonsmais en l'obligeant de dédommmagerson mari en lui remboursant tout ce qu'il a payépour la dot et lesfraisde mariage. Au casou le mari refusele divorce,la femmea la possibilité d'ester en justice pour faire valoir ce droit. On ne peut être plusjuste ni pluséquitable. Huitième controverse,:la fem.men'a nas linitiative du mariage Choisirla femmeidéaleest pour I'hommeunetâchedifficile. Il est plus diffficilepour la femmede choisir son mari, car il est facileà l'homme d'épouserune autrefemmes'il se rend compteque la premièrene lui convientpas.Danstoutesles sociétés,la femme est la patie faible quand on aborde ce sujet.C'est pour celaque I'Islam s'estchargéde la protéger
  • 62. La femmesousI'abri de I'Islam et la prévenir de tous les maux qui peuvent I'atteindre. L'Islam a donc ordonnéde prendretoutes les précautions dansle choixdu mariqui lui convientpour qu'ellene soitpas victimed'un mariagevoué à l'échecet danslequelelleest la grandeperdante. Pour la validitédu mariage,l'Islama requit;a présenced'un tuteur ou de quelqu'unqui peut le remplacer.Le contratde mariagene peut être conclu sanssa présence.Le Messager d'Allah - quela Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- adit: r<Pasde mariage sanstuteur. yt Il est évidentque le tuteur en généralest celuiqui veilleaux intérêtsde sa protégée.A tous ceux qui aftirmentque cela empiètela liberté de la femme à choisir I'homme qui lui convient,il faut répondreque la femmepubère,qu'ellesoit vièrgeou non, a le droit d'accepterou de refuserceluiqui la demande en mariage. L'Islam ne permet pas au tuteur d'exercersur elle aucunepressionphysiqueou moralepour accepterun hommequ'elleneveutpasavoirpour époux. Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah soientsurlui- a dit : tr Ne mariez pas les veuves que lorsqu'elles vous I'ordonnent et les vierges que lorsqu'elles votts l'aûortsent. >2 si la femmen'a pasconsentiau mariage,elle a la possibilité de redourirà la justicepour annulerle contrat.A ce propos, Al KhansaBint Jadhama dit que son père I'a mariéealors qu'elle avait divorcé. Comme elle n'était pas consentante, elle a informé le Messagerd'Allah - que la Paix et la 'Rapporté par Ahmed, Abou Daoud et At-Tirmidhi. 'Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.
  • 63. La femmesousI'abri de I'Islam 7E Bénédiction d'Allah soient sur lui-, lequel a annulé son manage. Tout commela Chariaa renduimpératifla présencedu tuteur pour contracterun mariage,elle a aussirenduindispensable pour sa validité, le consentementde la femme et son autorisationaututeurpour signerle contrat. Lorsque la Chariaa adoptél'institution du mariageet en a fait une nécessité,ce n'est pasdansle desseind'assouvirdes plaisirsfurtifs et momentanés,maisÇ'estdansle but d'établir une relation permanenteet continue.Comme la femme est partie intégrantede cette relation, la Charia a fait de son consentementet de sonacceptationunenécessité. La femme étant un être sensible,facilementinfluençablepar I'environnementimmédiatet impulsif, elle peut être trompée par les apparences.La Chariaa donnéau tuteur la facultéde refuser tous ceux qui la demandenten mariageet qu'il ne considère pas lui convenir. Les hommes en général se connaissentet se comprennentbien entre eux. Si I'homme adéquatse présenteet qu'ellel'acceptemaisque le tuteur le refuseabusivement,satutelle est levéeet transmiseau parent le plusproche.A défautde prochesparent,c'estlejuge qui la marie. L'islam n'a interdit à la femme que de ne pas épouser I'homme qui ne lui convientni à elle ni àsafamille car un tel mariagepeut humilier la famille et la couvrir de honte et de déshonneur.Le mariaged'une femmeavecun hommerefusé par le tuteur ou sa famille peut menerles relationsfamiliales à la rupture.A rappeler,QU'Allaha ordonnéà la conservation deliensfamiliauxsolides.
  • 64. La femmÊsousI'abri de I'Islam 7g Les véritablescritèrespour juger les prétendaniJau manage - que lasont ceux auxquelsfait allusionle Messagerd'Allah Paixet la Bénédictiond'Allahsoientsurlui- qui a dit . K Si un homme pieux et d,un bon caractère se présente ù vous, mariez-Ie. ,Si uo&s le refusez, vous aurtex, "fait preuve d,impiété et de dissension sur terre et un mal considérable>I Il est vrai que lorsqu'un mari pieux et d'un bon caractère, aime sa femme, il I'honore et s'il ne I'aime pas, il ne I'humiliepas. Neuvième controverse : le voyage de la femme sans accompagnateurlicite L'Islam interdit à la femme de voyager sansun Mahram (accompagnateurlicite) tel que le mari, le père, le frère ou tout autre parent avec lequel il est interdit d'avoir des relationssexuelles. Le Messagerd'Allah - que la Paix et la Bénédictiond'Allah soientsurlui- a dit : < La femme nepeut voyagerquravecun Mahrilm Elle ne peut non plus recevoir un homme sans Ia présenced'un Mnhram LIn homme s,estlevé et il dit : Messuger d'Allah, ma femme doit partir pour le pèbrtnage alors que je sais engagépour la bataille Le I|,Iessagerd,Allah lui a donc intimé d'uccompflgnsr sa femme et de faire IepèIertnage avecelle. ' Certainsdisentqu'il s'agit là d'une restrictionà la libertéde la femmeet d'une injusticeà son encontre.c'est l'idée qui vient rapidementà I'esprit.Toutefois,si I'on identifiele mal ' RapportéparAt-Tirmidhi. 'RapportéparAl-BoukharietMouslim.
  • 65. La femmesousI'abri de I'Islam t0 qui guette pourradès protégerla ei I'on connaîtlesraispnsde cetteinterdiction,on lors comprendreque l'objectif de I'Islam est de femmeet nonpaslimitersalibertéet I'humilier' Le voyage est en généralpénible alors que la femme est faible de part sa nature,en raisonde ce qui peut aafectersa résistance et Sa santé (menstruations, grossesse, allaitement...)et aussipour desraisonsphysiologiquescar la femme se laissefacilementguider par sessentiementset ses impulsions.Comme on I'a précédemmentdit, la femmeest un être influençableet peut se fier aux apparences.Dès lors, au cours de son vayageelle a besoinde quelqu'unpour la protégerde ceuxqui aurontla tentationde profittl d'elle, et à'auoit des intentionsmalveillantesà son égard.Elle a aussi besoinde quelqu'unqui répondà sesdemandeset lui rende servicede telle sortequ'elle ne soit pasdansI'obligationde recouriraux servicesd'un hommequi lui estétranger. Le Mahram est en réalité pour elle un serviteur et un protecteur. Ou estI'humiliationPourla femme? C'est au contraire un honneur et une manifestation de considérationpour elle quandelle a quelqu'unqui veille sur elleet sursonhonneur. Allah a dit : (( Et quand à celle dont votts craignez, la désobéissflnce etchortez-les, éloignez-votrs d' elles dsns leurs lits et fruppez-les. Sj elles finissent par vousobéir ne sévissezPus.D' L'Islam a interdit de frapperla femme,et ce en raisonde sa faiblesseet son incapacitéde se défendre.Il I'a pourtant ' Lesfemmes,v: 34.
  • 66. La femmesousI'abri de I'Islam tombesur lui s'il compteparmi les menteurs.Et on ne lui infligera pns le châtiment (d" Ia Iapidation) si elle atteste quutre fois par AIIah qu'il (son mari) estun menteur, et la cinquième (attestatio)estque Iu colère d'Allah soitsur elre, s'il disait la vërité.>r Troisièmecontoverse: L'autorité Allah a dit : K Les hommes ont uutoritti sur lesfemmes, en raison de Ia préférence qu,AIIah n pour ceux-là pflr rapport à celles-ci et en rflison de l,usage qu'ilsfuont de leur argent. r) ! Autorité estaccordéeà I'hommeet non à la femmeen raison de la morphologieet de l'intéliigencede I'homme qui le prédisposeà userde ce droit. Il s'agit donctout autantd'un phénomènenaturel que d'un droit acquis.Est lié à cela le devoirde I'hommede dépenseret subveniraux besoinsde la femme,de la protégeret de lui assurertouteslescommodités dela vie. Il assumela résponsabilitédu foyertel qu'il a étérappelépar Mohammed, le Messager d'Allah - que la paix et la Bénédictiond'Allahsoientsurlui-. Par ailleurs,la morphologiede la femmeestfragileen raison de plusieursphénimènesnaturelsqu'ils lui sont propres,tels les règles, la grossesse,l'accouchement,l'ailaitement, l'éducationdesenfantsqui nelui permettentpasd'assumerle droitd'autoritécommeil sedoit. ' La lumière,v: 6 à 9. 'Lesfemmes,v:34.
  • 67. La femmesousI'abri de I'Islam tt il est indéniable que les I'affaiblissenten raisonde la chaquemois. La grossesseaussifait souffrir la femmecar le bébésenourrit de ia mère qui devient le plus souvent faible et faitiguée. Tout effort influe sur son état physiqueet son moral tant qu'elle a peur pour son enfantet s'inquiètepour ce qu'elle doit souffrir pendantI'accouchement.Elle ne cessede penser à I'accouchements'il va êtrenaturelou provoqué,à I'enfant s'il est malformé ou normalementconstitué. Tous des penséeset élucubration de I'esprit qui sont de nature à affecter son état et par conséquentpeuvent influencer son comportement. L'accouchementet lesdouleursqui I'engendrentlui imposent unelonguepériodederecouvrementet derepos. L'allaitement fait que I'enfant se nourrit de l'énergie de la mère. Il estévidentquecelaaffaiblitla mère.Danscertainscas,elle perd sescheveuxpendantla périoded'allaitementet sonteint pâlit.Elle peutaussisentirdesmalaisesmêmedesnausées. Veiller sur le nouveauné et subvenirà tous sesbesoins,font que la mère se dépenseconsidérablement.Cela Çonsomme aussibeaucoupdesntemps. Abbas Mahmoud Al-Akkad, écrivain Egyptien de grande renommée,a écrit: < La femme a une sensibilitéqui lui est propre et bien diftrente de cellede I'homme.Le nouveau- né crée des contraintes qui nécessitentune symbioseparfaiteavec la mère, symbioseentre les étatsd'âmes,symbioseentreles perceptions, menstruations de quantité de sang la femme qu'elle perd
  • 68. La femmesousI'abri de I'Islam entreleur corpset leur affectionElle seréveilleà la moindreréactionet au moindrepleur de son nouveau-né. Tout cela s'apparenteaux caractéristiquesqui sontpropresà la femme.Il estdoncdifficilepour elle et facile à I'homme pour ce qui est de la maîtrisede I'esprit, de la prédominancedu bon senset la soliditédelavolonté.>r Dr Alex Librelle,prix Nobel, a écrit ce qui suit à proposdes diftrences physiologiquesentrel'hommeet la femme: < Les diftrences entreI'hommeet la femmene sont pas uniquementdans leur apparencephysique, leurs organessexuelset leursappareilsgénitaux. Elles ne sont pas plus dans leur capacité intellectuelles.Ces diftrences sont ptutôt dans leur naturemêmede leur constitutioncellulaireet leurstissus.Tousceuxqui réclamentet appellent à l'égalité des deux genresne comprennentpas ces diftrences essentielles.Ils revendiquesles mêmes chancesd'accès à l'éducation et au travail, alors que la femme est totalement diftrente de I'hommetoute cellulede soncorpsà elle-mêmeune naturefemelle.Il en est ainsi de tous les organesde son Çorps.Plus encore,il en estainside sonsystèmenerveux.Les réflexesqui commandentles membreset les autresorganes sont systématiqueset bien précis. Il est impossibled'y porter la moindremodificationou changementpar une simple volonté humaine.Il faut accepter cet état de fait sans essayerde modifier la nature des choses. Les femmes ' Womenin theGloriousQuran.
  • 69. La femmesousI'abri de I'Islam doivent quant à elles exploiter leurs capacitésen fonction de leur nature d'imiterleshommes.>>l dons et et éviter Autre réalité,la force physiqueet musculairede I'homme est plus grande que celle de la femme. Par conséquent,les hommesfont les travaux durs péniblesque les femmesen généralsontincapablesdefaire. Put tonséquenceet competenu de ce qui précède,autorité doit êtredu ressortexclusifdeI'homme. : Le dro Allah a dit : (( Voici ce qu'Allah vousa enioint uu suiet de vos enfants : au lîlt, une part égale à celle de deux !îlles. n2 Ceux qui ne comprennentpasI'Islam croirentque la femme est léséedanssesdroits puisqu'ellen'hériteque de la moitié dela partd'un homme. Allah a préciséet détaillélesdroits de la femmeà I'héritage. Il I'a déterminédanStrois situations: - Sapartestégaleà celledeI'homme. - Sa part est égale ou légèrementinferieure à celle de I'homme. - Sapart estla moitiédela part del'homme,ce casestle plus courant. Avant de juger si I'Islam a léséeles droits de la femme à l'héritage, il convient de prendre un exemple et ensuite laisserle lecteurenjuger. < un hommeest décédéen laissantune fille et un garçon et une certainesommed'argent, disons ' Wahid-ud-DinKhan, Islam Challenges'p.168. ' Lesfemmes.v: I l.
  • 70. La femmesousI'abri deI'Islam trois mille riyals,De la sorte,le garçonhéritede deuxmilleriyalset la fille demilleriyals.> voyons ce qu'il advient de ces sommesaprès un certain temps. Le montant hérité par le garçon va certainement déprécier car celui-ci doit faire face à la dot dont il doit s'acquitterpour safemme.Il doit lui assurerle logementet le meubler,dépensertant pour safemmequepour sesenfantset subvenirà leursbesoins.La femmequantà elle,il ne lui est pas demandéde contribuerfinancièrementaux besoinsde la famille si elle est riche. L'homme est aussi obligé de dépenserpour sesparents,sesfrèreset sæurset mêmeses prochess'ils sont pauvreset que lui a les moyensde les soutenir. La femmepour sapart, est respectée,aiméeet entretenue.Il n'est pas exigéd'elle de supporteraucunechargematérielle ou financièresoit-elle,fut-ellepour elle-mêmeet sespropres besoins. Par conséquent,I'argent dont elle a neiite- va augmenteret non sedépréciercar elle va obtenirune dot de son mari. Même en cas de séparationou de divorce, la pensionalimentaireest à chargedu mari commeil est obligé de subvenirauxbesoinsde sesenfants. Elle peut donc investir son argent et le fructifier dans le commerceou tout autremodedeplacementl. Cet exemplenousmontreque I'argenthérité parla femmeest uneépargnealorsquela part héritéepar I'hommeestdestinée à êtredépenséepour fairefaceaux obligationsqui pèsentsur lui. La Charia islamique est différente de toutes les autres réglementationsqui existentdans le monde ou le père se ' Précision; leplacementdoitêtreliciteetapprouvéparla loi islamique.
  • 71. La femmesousI'abri de I'Islam libère de sa fille dès qu'elle atteint un certainâge' Elle se trouve obligéede subvenirà sespropresbesoinspar tous les moyenspossibles.Alors qu'en Islam, la fille reste sous la tutèilede sonpèrequi seplieà sesbesoinsjusqu'àce qu'elle se mariepuis c'est au mari qui s'obligeà satisfairetous ses besoins. Tous les systèmesjuridiques qui consacrentl'égalité entre I'hommeet la femmeà I'héritage,les considèrentégauxdans les obligationsfinancières,toute revendicationpour accorder à la femmeles mêmesdroits que I'hommeà I'héritagesans I'obligerà supporterles mêmesdevoirsen matièrefinancière ne sont ni justes ni équitablespuisqu'ilslèsentI'homme.Ce quela Chariaislamiquerefuse. Par conséquent,il estjuste de favoriserI'homme par rapport à la femmepour ce qui estde l'héritagetantquela femmeest exemptéede toute obligation financièreet qui consisteà subveniraux besoinsdu foyer et des enfants.On constatela générositéde I'Islamqui a donnéplus de considérationà la f***. en I'exemptantde toutes obligationsmatérielles.Il a fait supporterle fardeaude ces obligationsà l'homme seul sans pour autant empêcherla femme d'avoir un droit à I'héritage.Il lui a,accordéla moitié de ce qu'il réserveà I'homme.Celan'est-ilpasjusteet équitable? Il convientausside mettre I'accent sur un autre aspectde la Chariaislamiquequi a fait de l'héritageun droit inaliénable. Personnen'a le droit d'empêcherun hommeet unefemmede bénéficierde la part d'héritagequi lui revient.Le droit anglo- saxonpar contrefait quele testamentpeut déshéritertous les ayantsdroit. Le testamenten Islam est limité au tiers seulementdesbiens. Cettelimitenepeut-êtredépassée
  • 72. La femmesousI'abri de I'Islam A cela,il fautajouterquetouslesfraisgrevantI'héritagesont à lachargeexclusivedeshommes. Gustave Lebon a éc,ritdans son ouvrage (( La civilisation arabe": < Les principesprescritspar le Coransur le droit à I'héritage sont d'une grande justice et d'une grandeéquité. Celui qui lit le Coran peut s'en rendrecompteen lisantlesversetsquej'ai repris et à travers lesquelsj'en expliqueles principes généraux.Lorsqueje les compareavec le droit français et le droit anglais, il apparaît que la Chariaconfèreaux épousesdesdroitsà I'héritage sanspareilsdansnosdroits,cesépousesquenous disonsquelesmusulmansnerespectentpas.> cinquième controverse,: les do.mmagesà naver en cas d'homicide Dans la charia islamique,I'homicideinvolontairen'est pas puni de la peinecapitalequi généralementestsanctionnéepar la décapitation.cette peine s'applique pour l'homicide volontaire. Cette peine s'applique indistinctementque le meurtrierou la victimesoitunefemmeou un hommepuisque humainementparlant,ils sont égaux.L'homicideinvolontaire est sactionnépar I'obligation de payer à la famille de la victime des dommagesreprésentéespar une certainesomme d'argent.Lorsquela victimeestunefemme,cettesommeest la moitié de cellequ'il faut payersi la victime estun homme, Cette distinction est basée et justifiée par I'ampleur des dommagesqui touchentla familledela victime, La famillequi perd le pèreestprivéede ce fait de sonsoutien et qui est aussicelui qui subvientà tous sesbesoins.Elle perd par conséquentson soutientmatérielet financierainsique la protection, I'assistancemorale et I'affection, bien que ces 7l
  • 73. La femmesousI'abri de I'Islam 72 deu* derniersfacteurssoientmoinsimportantschezI'homme quechezla femme. Dans le cas de I'homicide involontaire d'une femme, la famille perd I'affection d'une mère,I'amour maternelet son soutien moral et de tout autre aspect caractérisant I'attachementde la mère à sesenfants,caractéristiquesque généralementl'homme n'a pas et ne peut combler et que mêmetout I'argentnepeutremplacer. Cette Sommen'est donc pas une valeur pécuniairede la victime maisune estimationdesdommagesmatérielsqui ont touché la famille de la victime. C'est la raisonpour laquelle cettesommeestde moitié selonquela victime estunefemme ou un homme. Allah a srééI'humanitéd'un seulmâleet d'une seulefemelle et a crééentreeux une complémentaritéqui leur a permisde peuplerle monde. Tout comme Allah a donné à I'homme la force et la résistancepour lui permettrede travailleret gagnersavie, il a donné à la femmela capacitéd'être enceinte,d'accoucher, d'allaiter.Il lui a donnéI'affectionet l'instinct qui lui sont propres. Tout cela pour la destiner à accomplir le rôles spécifiquequi lui estdévolu. Comptetenu de cetterépartition,il est naturelque I'homme doit se consacrerau travail à I'extérieur du foyer et que la femmedoit travaillerà I'intérieur. L'Islam n'interdit pas à la femmede travailler.Il I'autorise même de passer des contrats. Il lui permet d'avoir une activitécommercialeet financière.Tout celaavecla nécessité d'un accord préalable du mari. Toutefois, I'Islam a