SlideShare une entreprise Scribd logo
P. Namotte 04/04/2011 1/2
La grève, menace ou opportunité ?
Ce 4 mars 2011, la Belgique a connu une grève générale à l’initiative de la CGSLB et de
la FGTB. Ce mouvement constituait une opposition au projet d’accord interprofessionnel
que ces organisations, dépassées et rattrapées par leurs bases, avaient initialement
négocié et validé.
Concrètement, du nord au sud, des entreprises ont été empêchées de fonctionner ou
contraintes de tourner au ralenti. Cette grève a été accompagnée de piquets, de
barrages filtrants aux entrées de Bruxelles et des principaux zonings industriels, de
manifestations, de perturbations dans les transports en commun et les aéroports,
l’intensité des actions menées variant fortement selon la région, le secteur, l’entreprise.
La perception de l’impact de cette grève générale est bien évidemment différente selon
les interlocuteurs : réussie, une mobilisation importante et forte pour les syndicats
concernés ; une erreur historique pour la FEB qui en estime le coût à 70 millions € pour
l’économie belge. Quelle que soit l’appréciation, cette action est le reflet d’un malaise
social.
Les enjeux
Les réactions des salariés portaient pour l’essentiel sur la limitation, identique pour
toutes les entreprises et tous les secteurs d’activités, de la marge salariale, sur une
ébauche d’harmonisation des statuts ouvrier et employé ainsi que sur ce qu’ils perçoivent
comme une remise en cause du système d’indexation automatique, cette dernière
perception étant confortée par les positions exprimées par des représentants du monde
patronal ainsi que par des leaders politiques européens.
Les revendications ? La libre négociation des salaires, l’augmentation décente du salaire
minimum brut interprofessionnel, la fin des discriminations entre ouvriers et employés
mais sans toucher au statut des employés, et enfin le renforcement de la sécurité sociale
et des services publics.
La grève et le droit de grève
La grève, qui n’est pas réservée aux seuls salariés - songeons à la grève du lait, des
transporteurs, de la magistrature en France – et est exercée pour des motifs qui ne sont
pas nécessairement uniquement liés aux rémunérations, constitue un droit tant dans les
législations internationales que belges. A l’exception des militaires ou de grèves jugées
abusives (motifs futiles, grèves accompagnées de faits comme la violence ou la
déprédation, etc.), la participation à une grève, y compris l’organisation de piquets de
grève, n’est pas un acte répréhensible.
Les motivations individuelles de faire grève
Les motifs qu’ont les personnes de faire grève, ou d’y apporter leur soutien, quel que soit
leur statut - ouvrier, employé, cadre - sont multiples :
 par militantisme ;
 parce qu’elles se sentent plus ou moins concernées par le ou les enjeux de la grève ;
 parce qu’elles n’ont pas - ou plus - de motivation pour ce qu’elles font ;
 en réaction à leurs propres conditions de travail (charge de travail, rythme, pression,
stress, absence de considération voire mépris, etc.) ;
 pour se soustraire momentanément à ces désagréments ;
 et aussi, pour certaines, parce que c’est simplement une occasion de prendre une
journée supplémentaire de congé.
P. Namotte 04/04/2011 2/2
Selon les individus, une ou plusieurs de ces motivations interviennent, à des degrés
divers.
Et concrètement dans les entreprises le 04/03/11 ?
Si le taux de participation à cette grève – comme à toute autre initiative de ce genre –
peut être lié à des motifs qui sont étrangers à l’entreprise, il est aussi, et pour une part
non négligeable, influencé par le fonctionnement de celle-ci.
Ajoutons que les organisations syndicales, quelle que soit leur volonté, sont bien
incapables de « mettre les salariés en grève » si ceux-ci n’ont pas de bonnes raisons
pour le faire et, sur base de mon expérience personnelle acquise en tant que permanent
syndical dans une vie professionnelle antérieure, je peux confirmer que même dans des
circonstances pénibles de restructuration, voire de fermeture, le personnel concerné s’est
abstenu de réagir de cette façon.
Concrètement le 04/03/11, face à une même sollicitation extérieure à l’entreprise, le
degré de participation des salariés à cette grève, ou autres mouvements du même ordre,
même comparé dans des organisations ayant des caractéristiques similaires, a été
variable d’une entreprise à l’autre et parfois, dans les divisions d’une même entreprise.
Alors, quelle est la différence qui fait la différence ? Quels sont les facteurs sur lesquels
nous avons réellement une influence dans l’entreprise ?
Les incidents sociaux, dont la grève, constituent des symptômes de dysfonctionnement
et une opportunité d’évolution pour l’organisation pour autant que nous prenions la peine
de les relever, de les analyser et d’appliquer les conclusions qui en découlent non
seulement par une réaction à court terme (curative), mais surtout par des ajustements
qui auront un impact à moyen et long terme (préventifs).
Une question ? Posez-la à namotte-patrick@skynet.be
L’auteur :
Patrick Namotte
Consultant indépendant http://tinyurl.com/pdodvq6

Contenu connexe

Similaire à La grève menace ou oportunité?

Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014
Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014
Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014
FactaMedia
 
Document de-contribution-poussins
Document de-contribution-poussinsDocument de-contribution-poussins
Document de-contribution-poussinsouvre-la. com
 
L'innovation en France: un Systeme en Echec
L'innovation en France: un Systeme en EchecL'innovation en France: un Systeme en Echec
L'innovation en France: un Systeme en Echec
Clipperton Finance
 
Innovation en France et en Europe - un système en échel
Innovation en France et en Europe - un système en échelInnovation en France et en Europe - un système en échel
Innovation en France et en Europe - un système en échel
Nicolas von Bulow
 
La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?
La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?
La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?
Social Solutions & Partenaires
 
Vers un déplacement des conflits du public vers le privé
Vers un déplacement des conflits du public vers le privéVers un déplacement des conflits du public vers le privé
Vers un déplacement des conflits du public vers le privéEpsy
 
Rapport Jean-Denis Combrexelle
Rapport Jean-Denis CombrexelleRapport Jean-Denis Combrexelle
Rapport Jean-Denis Combrexelle
France Stratégie
 
Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014
Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014
Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014
CGPME des Pays de la Loire
 
Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014
Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014
Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014FactaMedia
 

Similaire à La grève menace ou oportunité? (12)

Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014
Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014
Discours François Hollande Grande conférence sociale 2014
 
Document de-contribution-poussins
Document de-contribution-poussinsDocument de-contribution-poussins
Document de-contribution-poussins
 
L'innovation en France: un Systeme en Echec
L'innovation en France: un Systeme en EchecL'innovation en France: un Systeme en Echec
L'innovation en France: un Systeme en Echec
 
Innovation en France et en Europe - un système en échel
Innovation en France et en Europe - un système en échelInnovation en France et en Europe - un système en échel
Innovation en France et en Europe - un système en échel
 
Adresse
 Adresse Adresse
Adresse
 
Appel
 Appel Appel
Appel
 
La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?
La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?
La souffrance au travail, quels facteurs de risques pour quel état des lieux ?
 
Io 258 page 2 3
Io 258 page 2 3Io 258 page 2 3
Io 258 page 2 3
 
Vers un déplacement des conflits du public vers le privé
Vers un déplacement des conflits du public vers le privéVers un déplacement des conflits du public vers le privé
Vers un déplacement des conflits du public vers le privé
 
Rapport Jean-Denis Combrexelle
Rapport Jean-Denis CombrexelleRapport Jean-Denis Combrexelle
Rapport Jean-Denis Combrexelle
 
Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014
Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014
Allocution du Premier Ministre - Conférence Sociale 2014
 
Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014
Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014
Discours de Manuel Valls en cloture de la Conférence sociale 08/07/2014
 

Plus de Patrick Namotte

Hr manager emea
Hr manager emeaHr manager emea
Hr manager emea
Patrick Namotte
 
Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?
Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?
Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?
Patrick Namotte
 
L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?
Patrick Namotte
 
Fixez les bases du dialogue social !
Fixez les bases du dialogue social !Fixez les bases du dialogue social !
Fixez les bases du dialogue social !
Patrick Namotte
 
Excalibur
ExcaliburExcalibur
Excalibur
Patrick Namotte
 
Exit le travailleur "kleenex" ?
Exit le travailleur "kleenex" ?Exit le travailleur "kleenex" ?
Exit le travailleur "kleenex" ?
Patrick Namotte
 
Apartheid social ?
Apartheid social ?Apartheid social ?
Apartheid social ?
Patrick Namotte
 
Une saine gestion des licenciements ?
Une saine gestion des licenciements ?Une saine gestion des licenciements ?
Une saine gestion des licenciements ?
Patrick Namotte
 
Les impacts des licenciements
Les impacts des licenciementsLes impacts des licenciements
Les impacts des licenciements
Patrick Namotte
 
La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?
La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?
La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?
Patrick Namotte
 
Policies & relations sociales
Policies & relations socialesPolicies & relations sociales
Policies & relations sociales
Patrick Namotte
 

Plus de Patrick Namotte (11)

Hr manager emea
Hr manager emeaHr manager emea
Hr manager emea
 
Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?
Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?
Eviter les aléas, le coût, la durée d’un procès?
 
L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?L'impact des relations sociales?
L'impact des relations sociales?
 
Fixez les bases du dialogue social !
Fixez les bases du dialogue social !Fixez les bases du dialogue social !
Fixez les bases du dialogue social !
 
Excalibur
ExcaliburExcalibur
Excalibur
 
Exit le travailleur "kleenex" ?
Exit le travailleur "kleenex" ?Exit le travailleur "kleenex" ?
Exit le travailleur "kleenex" ?
 
Apartheid social ?
Apartheid social ?Apartheid social ?
Apartheid social ?
 
Une saine gestion des licenciements ?
Une saine gestion des licenciements ?Une saine gestion des licenciements ?
Une saine gestion des licenciements ?
 
Les impacts des licenciements
Les impacts des licenciementsLes impacts des licenciements
Les impacts des licenciements
 
La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?
La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?
La procédure « Renault » prise en otage par le statut unique ?
 
Policies & relations sociales
Policies & relations socialesPolicies & relations sociales
Policies & relations sociales
 

La grève menace ou oportunité?

  • 1. P. Namotte 04/04/2011 1/2 La grève, menace ou opportunité ? Ce 4 mars 2011, la Belgique a connu une grève générale à l’initiative de la CGSLB et de la FGTB. Ce mouvement constituait une opposition au projet d’accord interprofessionnel que ces organisations, dépassées et rattrapées par leurs bases, avaient initialement négocié et validé. Concrètement, du nord au sud, des entreprises ont été empêchées de fonctionner ou contraintes de tourner au ralenti. Cette grève a été accompagnée de piquets, de barrages filtrants aux entrées de Bruxelles et des principaux zonings industriels, de manifestations, de perturbations dans les transports en commun et les aéroports, l’intensité des actions menées variant fortement selon la région, le secteur, l’entreprise. La perception de l’impact de cette grève générale est bien évidemment différente selon les interlocuteurs : réussie, une mobilisation importante et forte pour les syndicats concernés ; une erreur historique pour la FEB qui en estime le coût à 70 millions € pour l’économie belge. Quelle que soit l’appréciation, cette action est le reflet d’un malaise social. Les enjeux Les réactions des salariés portaient pour l’essentiel sur la limitation, identique pour toutes les entreprises et tous les secteurs d’activités, de la marge salariale, sur une ébauche d’harmonisation des statuts ouvrier et employé ainsi que sur ce qu’ils perçoivent comme une remise en cause du système d’indexation automatique, cette dernière perception étant confortée par les positions exprimées par des représentants du monde patronal ainsi que par des leaders politiques européens. Les revendications ? La libre négociation des salaires, l’augmentation décente du salaire minimum brut interprofessionnel, la fin des discriminations entre ouvriers et employés mais sans toucher au statut des employés, et enfin le renforcement de la sécurité sociale et des services publics. La grève et le droit de grève La grève, qui n’est pas réservée aux seuls salariés - songeons à la grève du lait, des transporteurs, de la magistrature en France – et est exercée pour des motifs qui ne sont pas nécessairement uniquement liés aux rémunérations, constitue un droit tant dans les législations internationales que belges. A l’exception des militaires ou de grèves jugées abusives (motifs futiles, grèves accompagnées de faits comme la violence ou la déprédation, etc.), la participation à une grève, y compris l’organisation de piquets de grève, n’est pas un acte répréhensible. Les motivations individuelles de faire grève Les motifs qu’ont les personnes de faire grève, ou d’y apporter leur soutien, quel que soit leur statut - ouvrier, employé, cadre - sont multiples :  par militantisme ;  parce qu’elles se sentent plus ou moins concernées par le ou les enjeux de la grève ;  parce qu’elles n’ont pas - ou plus - de motivation pour ce qu’elles font ;  en réaction à leurs propres conditions de travail (charge de travail, rythme, pression, stress, absence de considération voire mépris, etc.) ;  pour se soustraire momentanément à ces désagréments ;  et aussi, pour certaines, parce que c’est simplement une occasion de prendre une journée supplémentaire de congé.
  • 2. P. Namotte 04/04/2011 2/2 Selon les individus, une ou plusieurs de ces motivations interviennent, à des degrés divers. Et concrètement dans les entreprises le 04/03/11 ? Si le taux de participation à cette grève – comme à toute autre initiative de ce genre – peut être lié à des motifs qui sont étrangers à l’entreprise, il est aussi, et pour une part non négligeable, influencé par le fonctionnement de celle-ci. Ajoutons que les organisations syndicales, quelle que soit leur volonté, sont bien incapables de « mettre les salariés en grève » si ceux-ci n’ont pas de bonnes raisons pour le faire et, sur base de mon expérience personnelle acquise en tant que permanent syndical dans une vie professionnelle antérieure, je peux confirmer que même dans des circonstances pénibles de restructuration, voire de fermeture, le personnel concerné s’est abstenu de réagir de cette façon. Concrètement le 04/03/11, face à une même sollicitation extérieure à l’entreprise, le degré de participation des salariés à cette grève, ou autres mouvements du même ordre, même comparé dans des organisations ayant des caractéristiques similaires, a été variable d’une entreprise à l’autre et parfois, dans les divisions d’une même entreprise. Alors, quelle est la différence qui fait la différence ? Quels sont les facteurs sur lesquels nous avons réellement une influence dans l’entreprise ? Les incidents sociaux, dont la grève, constituent des symptômes de dysfonctionnement et une opportunité d’évolution pour l’organisation pour autant que nous prenions la peine de les relever, de les analyser et d’appliquer les conclusions qui en découlent non seulement par une réaction à court terme (curative), mais surtout par des ajustements qui auront un impact à moyen et long terme (préventifs). Une question ? Posez-la à namotte-patrick@skynet.be L’auteur : Patrick Namotte Consultant indépendant http://tinyurl.com/pdodvq6