SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  8
Télécharger pour lire hors ligne
juillet
2018
les
études
de L’A.
en 2015
p.3
Remarques liminaires
Réalisée à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, cette publication
est une première lecture synthétique des montants, des
tendances et de la part des principaux financements publics de
la culture sur les mêmes bases méthodologiques que les travaux
du ministère de la Culture.
Ce travail est une analyse globale, qui a pour vocation à être
partagée, discutée et approfondie en fonction des besoins des
différentes parties prenantes des financements de la culture.
Les données étudiées concernent les deux années qui précèdent
la fusion des Régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes
(une agrégation des budgets a été réalisée). Un travail
d'actualisation pour les années qui suivent est en cours.
Résumé
E
n Nouvelle-Aquitaine, les dépenses culturelles s’élèvent
à 653,5 millions d’euros en 2015 soit 113 euros par habitant
si l’on rapporte ce montant à l’ensemble de la population
régionale. Les Communes représentent près de la moitié
de ces dépenses (45%, soit 291,5 millions d’euros) et avec leurs
Intercommunalités 61% (397,2 millions d’euros). Les Départements
contribuent à hauteur de 114,2 millions d’euros (17%).
L’État en région à travers sa Direction régionale des affaires
culturels dépensent 79,8 millions d’euros (12%)
et le Conseil régional 62,3 millions d’euros (9%).
Les dépenses culturelles en Nouvelle-Aquitaine sont en légère
diminution comparées à 2014 (-1%) mais cette évolution
est différente selon l’échelon observé : la Drac (+1,2%),
la Région (+2,8%) et les Intercommunalités (+7,5%)
les augmentent tandis que les Départements (-0,5%)
et les Communes (-4,8%) les diminuent.
p.4 • Les financements publics 
de la culture
en Nouvelle-Aquitaine en 2015
Les dépenses culturelles consolidées en Nouvelle-Aquitaine1
Les dépenses culturelles en Nouvelle-Aquitaine s’élèvent à 653,5 millions d’euros soit 113 euros par habitant en 2015.
Près de 80% sont des dépenses de fonctionnement (516,5 millions d’euros).
Les dépenses culturelles consolidées en 2015 (en millions d’euros)
Les Communes sont prédominantes dans le financement de la culture (près de la moitié des dépenses : 45%,
soit 291,5 millions d’euros). Avec leurs regroupements intercommunaux, elles cumulent 61% de l’ensemble des
dépenses culturelles (397,2 millions d’euros) en 2015.
Les Départements contribuent à hauteur de 114,2 millions d’euros (17%). L’État en région à travers sa Direction régionale
des affaires culturelles (Drac) dépense 79,8 millions d’euros (12%)2
et le Conseil régional 62,3 millions d’euros (9%).
Effort culturel et euros par habitant3
L’effort culturel, soit la part du budget de la collectivité consacrée à la culture, varie de 1,7% à 9%. D’une manière
globale, cet effort budgétaire est identique à 2014 et se caractérise par une forte hétérogénéité des profils.
Dépenses culturelles brutes, effort culturel et euros par habitant en 2015
Communes Intercommunalités Départements Région Drac
Dépenses 305,4 M€ 112,9 M€ 116,1 M€ 64,5 M€ 79,8 M€
fonctionnement 254,2 M€ 80,5 M€ 93,1 M€ 50,1 M€ 49,7 M€
investissement 51,2 M€ 32,4 M€ 23,0 M€ 14,4 M€ 30,1 M€
En % du budget 9,0% 4,3% 1,7% 2,5% -
fonctionnement 10,1% 4,3% 1,7% 3,1% -
investissement 5,8% 4,3% 1,7% 1,5% -
En euros par habitant 154 € 34 € 20 € 11 € 14 €
fonctionnement 128 € 25 € 16 € 9 € 9 €
investissement 26 € 10 € 4 € 2 € 5 €
78,5 M€ 27,2 M€
48,5 M€ 13,8M€
92 M€ 22,2 M€
49,7 M€ 30,1 M€
247,8 M€ 43,7 M€
dépenses de fonctionnement dépenses d’investissement
Communes
Départements
Intercommunalités
Région
Drac
1.	Les dépenses culturelles consolidées neutralisent les flux financiers existants entre les différents financeurs en matière culturelle comme par exemple une subvention culturelle de la
Région au bénéfice d’une Commune.
2.	L’État opère en région également à travers des établissements publics nationaux. En 2015, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) est intervenu à hauteur
de 7,7 millions d’euros, le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV) pour 1,4 millions d’euros et le Centre national du livre (CNL) pour 900 000 euros.
3.	L’analyse détaillée des dépenses culturelles par financeur est réalisée à partir des dépenses brutes, c’est à dire sans exclure les dépenses financées par d’autres collectivités de
l’échantillon, ce qui explique les écarts avec les montants précédents.
p.5
Ce sont les Communes qui consacrent la part la plus importante de leur budget à la culture (9%). Leur effort budgétaire
est encore plus important pour les dépenses de fonctionnement (10,1%). Cet effort culturel varie de 0,4% à 19,8% pour
les dépenses de fonctionnement des Communes.
L’euro culturel par habitant, soit les dépenses culturelles rapportées au nombre d’habitants, est de 154€. En dépenses
de fonctionnement, il est de 128€ et oscille entre 68€ et 259€ selon la Commune.
Les Intercommunalités contribuent à la culture à hauteur de 4,3% de leurs budgets que ce soit en fonctionnement ou en
investissement. Cet effort culturel est très variable selon les regroupements : les dépenses de fonctionnement fluctuent
entre 0% et 17,4% en région. Parmi les 38 regroupements étudiés, 5 n’ont aucune dépense culturelle et 12 consacrent
moins de 0,5% de leur budget à la culture.
L’euro culturel par habitant est de 34€ (25€ en fonctionnement). Pour les dépenses de fonctionnement celui-ci est très
variable et atteint jusqu’à 118€ par habitant.
L’effort culturel des Départements s’établit à 1,7% en fonctionnement comme en investissement. Il varie entre 1% et 4%
selon le Département. L’euro culturel s’élève à 20€ dont 16€ en fonctionnement.
La Région consacre 2,5% de son budget à la culture pour un euro culturel par habitant de 11€. En fonctionnement,
l’effort culturel s’élève à 3,5%.
La Drac dépense quant à elle globalement 14€ par habitant.
Euro culturel par habitant en 2015(fonctionnement) Effort culturel en 2015(fonctionnement)
0% 5% 10% 20%15%0€50€100€150€200€250€
Départements
Intercommunalités
Communes
moyenne
Note de lecture : chaque point représente une collectivité territoriale.
Ces deux graphiques permettent d’observer la forte hétérogénéité des profils.
Zoom sur les subventions de fonctionnement
D’une manière générale, le montant des subventions diminue entre 2014 et 2015 de -1,1%, ce qui représente
-2,3 millions d’euros. En 2015, ce montant s’élève à 206,5 millions d’euros soit 39% des dépenses culturelles totales.
Seules la Drac et la Région augmentent leurs subventions (respectivement +0,3% et +1%). Les Communes (-2,1%),
les Départements (-2,7%) et les Intercommunalités (-3,2%) diminuent quant à eux leurs subventions au secteur
culturel.
p.6 • Les financements publics 
de la culture
en Nouvelle-Aquitaine en 2015
Si l’on se concentre uniquement sur les dépenses de fonctionnement, celles-ci sont quasi stables au niveau régional
entre 2014 et 2015 pour les dépenses culturelles +0,2% (+1,3% sur l’ensemble des budgets totaux).
L’évolution des dépenses culturelles
Les dépenses culturelles en Nouvelle-Aquitaine comparées à 2014 baissent de -1,6%. Cette évolution est variable selon
l’échelon observé : la Drac (+1,2%), la Région (+4,7%) et les Intercommunalités (+5,6%) augmentent leurs financements,
tandis que les Départements (-1,8%) et les Communes (-5,8%) les diminuent.
Par ailleurs, notons qu’en moyenne le budget total diminue pour chacune des 4 typologies de collectivités étudiées.
Évolution du budget total et du budget culturel entre 2014 et 2015
Communes
Départements
Intercommunalités
Région
0% +2%-2% +4%-4% +1%-1% +3%-3% +5%-5%
budget totalbudget culturel
Drac
Panel d’étude
Le panel de l’étude sur les financements publics de la culture est constitué de la Drac Nouvelle-Aquitaine,
du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine, des Départements, des Etablissements publics de coopération
intercommunale (EPCI) à fiscalite propre ayant une Commune de plus de 10 000 habitants, des Communes
de plus de 10 000 habitants, de Communes dont la population est proche du seuil des 10 000 habitants et
de quelques Communes dont la population est inférieure à ce seuil mais qui sont néanmoins centres de ces
Intercommunalités.
Le panel constitué est identique en 2014 et 2015 : 120 établissements ont été ainsi agrégés chaque année.
La collecte des informations se base sur les comptes administratifs des collectivités et sur une extraction
comptable auprès des services de la Drac des programmes Création (131), Patrimoines (175), Transmission
des savoirs et démocratisation de la culture (224), Livre et industries culturelles (334).
Pour le Conseil régional et la Drac, les dépenses de rémunérations du personnel ne nous ont pas
été communiquées.
p.7
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’ A. Agence culturelle Nouvelle-Aquitaine
Site de Poitiers : 91, boulevard du Grand Cerf – 86000 Poitiers
Site de Limoges : 30, cours Gay-Lussac – 87000 Limoges
05 49 55 33 19 / 05 55 11 05 94 – accueil@la-nouvelleaquitaine.fr
la-nouvelleaquitaine.fr
Réalisation : Pôle Observation – Ressources — Contact : observatoire@la-nouvelleaquitaine.fr
Retrouvez les travaux d'observation sur le site internet de L’A.

Contenu connexe

Similaire à Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaine

Cc 2014-3 dépenses culturelles des coll terr
Cc 2014-3 dépenses culturelles des coll terrCc 2014-3 dépenses culturelles des coll terr
Cc 2014-3 dépenses culturelles des coll terr
CRM Spectacle
 
Présensation des 50 idées d'économies
Présensation des 50 idées d'économiesPrésensation des 50 idées d'économies
Présensation des 50 idées d'économies
Fondation iFRAP
 

Similaire à Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaine (20)

L'Atlas régional de la culture 2017
L'Atlas régional de la culture 2017L'Atlas régional de la culture 2017
L'Atlas régional de la culture 2017
 
Bw en chiffre 2013
Bw en chiffre 2013Bw en chiffre 2013
Bw en chiffre 2013
 
Cc 2014-3 dépenses culturelles des coll terr
Cc 2014-3 dépenses culturelles des coll terrCc 2014-3 dépenses culturelles des coll terr
Cc 2014-3 dépenses culturelles des coll terr
 
Tendances globales2013 (v5)
Tendances globales2013 (v5)Tendances globales2013 (v5)
Tendances globales2013 (v5)
 
Tendances globales2013 (v5)
Tendances globales2013 (v5)Tendances globales2013 (v5)
Tendances globales2013 (v5)
 
Bulletin juin 2019
Bulletin juin 2019Bulletin juin 2019
Bulletin juin 2019
 
Tourisme
TourismeTourisme
Tourisme
 
Bulletin juin 2015
Bulletin juin 2015Bulletin juin 2015
Bulletin juin 2015
 
Pour un référendum sur une vraie réforme des collectivités locales
Pour un référendum sur une vraie réforme des collectivités localesPour un référendum sur une vraie réforme des collectivités locales
Pour un référendum sur une vraie réforme des collectivités locales
 
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la DrômeRapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
Rapport annuel d'activités 2021 - Département de la Drôme
 
Bulletin decembre-2020
Bulletin decembre-2020Bulletin decembre-2020
Bulletin decembre-2020
 
Présensation des 50 idées d'économies
Présensation des 50 idées d'économiesPrésensation des 50 idées d'économies
Présensation des 50 idées d'économies
 
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau FeuRapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
Rapport de la chambre régionale des comptes sur la scène nationale Le Bateau Feu
 
Accompagnement DLA et enjeux du secteur culturel
Accompagnement DLA et enjeux du secteur culturelAccompagnement DLA et enjeux du secteur culturel
Accompagnement DLA et enjeux du secteur culturel
 
Bulletin juin 2016
Bulletin juin 2016Bulletin juin 2016
Bulletin juin 2016
 
Bulletin juin 2018 (site)
Bulletin juin 2018 (site)Bulletin juin 2018 (site)
Bulletin juin 2018 (site)
 
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de LyonObservation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
Observation des acteurs culturels et créatifs dans la métropole de Lyon
 
Annuaire 2014/2015 des réseaux de chaleur et de froid
Annuaire 2014/2015 des réseaux de chaleur et de froidAnnuaire 2014/2015 des réseaux de chaleur et de froid
Annuaire 2014/2015 des réseaux de chaleur et de froid
 
Annuaire des réseaux de chaleur et de froid 2014/2015 - Via Sèva
Annuaire des réseaux de chaleur et de froid 2014/2015 - Via SèvaAnnuaire des réseaux de chaleur et de froid 2014/2015 - Via Sèva
Annuaire des réseaux de chaleur et de froid 2014/2015 - Via Sèva
 
Rapport annuel de la Cour des comptes relatif à l’exercice 2012 - Volume2 - l...
Rapport annuel de la Cour des comptes relatif à l’exercice 2012 - Volume2 - l...Rapport annuel de la Cour des comptes relatif à l’exercice 2012 - Volume2 - l...
Rapport annuel de la Cour des comptes relatif à l’exercice 2012 - Volume2 - l...
 

Plus de La French Team

Plus de La French Team (20)

Formations pour les professionnels du secteur culturel
Formations pour les professionnels du secteur culturelFormations pour les professionnels du secteur culturel
Formations pour les professionnels du secteur culturel
 
Etude jeunes, musique et risques auditifs
Etude jeunes, musique et risques auditifsEtude jeunes, musique et risques auditifs
Etude jeunes, musique et risques auditifs
 
350 chaines youtube culturelles et scientifiques
350 chaines youtube culturelles et scientifiques350 chaines youtube culturelles et scientifiques
350 chaines youtube culturelles et scientifiques
 
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacleLe nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
Le nouveau guide Pôle Emploi à destination des intermittents du spectacle
 
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-AlpesAtlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
Atlas du spectacle vivant en Auvergne-Rhône-Alpes
 
Copyrights & US tech giants - Expectations in Europe
Copyrights & US tech giants - Expectations in EuropeCopyrights & US tech giants - Expectations in Europe
Copyrights & US tech giants - Expectations in Europe
 
Baromètre 2018 des métiers de la musique
Baromètre 2018 des métiers de la musiqueBaromètre 2018 des métiers de la musique
Baromètre 2018 des métiers de la musique
 
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelleLe mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
Le mécénat culturel : outil indispensable de la vitalité culturelle
 
Les incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
Les incubateurs dans la Métropole du Grand ParisLes incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
Les incubateurs dans la Métropole du Grand Paris
 
Financements de l'Etat pour les associations
Financements de l'Etat pour les associationsFinancements de l'Etat pour les associations
Financements de l'Etat pour les associations
 
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
L’émergence d’un modèle d’affaires québécois de captation et de diffusion des...
 
Comment rémunérer les auteurs
Comment rémunérer les auteursComment rémunérer les auteurs
Comment rémunérer les auteurs
 
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
Observatoire 2018 de l'égalité entre femmes et hommes dans la culture et la c...
 
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
Guide de recommandations sur les relations entre réalisateur-trice et product...
 
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la cultureInégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
Inégalités entre les femmes et les hommes dans les arts et la culture
 
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
Etat des lieux de la blockchain et ses effets potentiels pour la propriété li...
 
Rapprocher la culture et l’économie sociale et solidaire
Rapprocher la culture et l’économie sociale et solidaireRapprocher la culture et l’économie sociale et solidaire
Rapprocher la culture et l’économie sociale et solidaire
 
PORTRAIT STATISTIQUE DES ENTREPRISES, DES SALARIÉS ET DES MÉTIERS DU CHAMP DE...
PORTRAIT STATISTIQUE DES ENTREPRISES, DES SALARIÉS ET DES MÉTIERS DU CHAMP DE...PORTRAIT STATISTIQUE DES ENTREPRISES, DES SALARIÉS ET DES MÉTIERS DU CHAMP DE...
PORTRAIT STATISTIQUE DES ENTREPRISES, DES SALARIÉS ET DES MÉTIERS DU CHAMP DE...
 
L’entrepreneuriat culturel : des tensions génériques qu’amplifie la petite ta...
L’entrepreneuriat culturel : des tensions génériques qu’amplifie la petite ta...L’entrepreneuriat culturel : des tensions génériques qu’amplifie la petite ta...
L’entrepreneuriat culturel : des tensions génériques qu’amplifie la petite ta...
 
Portrait socio-économique des opéras et festivals d’art lyrique en région
Portrait socio-économique des opéras et festivals d’art lyrique en régionPortrait socio-économique des opéras et festivals d’art lyrique en région
Portrait socio-économique des opéras et festivals d’art lyrique en région
 

Les financements publics de la culture en nouvelle aquitaine

  • 2.
  • 3. p.3 Remarques liminaires Réalisée à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine, cette publication est une première lecture synthétique des montants, des tendances et de la part des principaux financements publics de la culture sur les mêmes bases méthodologiques que les travaux du ministère de la Culture. Ce travail est une analyse globale, qui a pour vocation à être partagée, discutée et approfondie en fonction des besoins des différentes parties prenantes des financements de la culture. Les données étudiées concernent les deux années qui précèdent la fusion des Régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes (une agrégation des budgets a été réalisée). Un travail d'actualisation pour les années qui suivent est en cours. Résumé E n Nouvelle-Aquitaine, les dépenses culturelles s’élèvent à 653,5 millions d’euros en 2015 soit 113 euros par habitant si l’on rapporte ce montant à l’ensemble de la population régionale. Les Communes représentent près de la moitié de ces dépenses (45%, soit 291,5 millions d’euros) et avec leurs Intercommunalités 61% (397,2 millions d’euros). Les Départements contribuent à hauteur de 114,2 millions d’euros (17%). L’État en région à travers sa Direction régionale des affaires culturels dépensent 79,8 millions d’euros (12%) et le Conseil régional 62,3 millions d’euros (9%). Les dépenses culturelles en Nouvelle-Aquitaine sont en légère diminution comparées à 2014 (-1%) mais cette évolution est différente selon l’échelon observé : la Drac (+1,2%), la Région (+2,8%) et les Intercommunalités (+7,5%) les augmentent tandis que les Départements (-0,5%) et les Communes (-4,8%) les diminuent.
  • 4. p.4 • Les financements publics de la culture en Nouvelle-Aquitaine en 2015 Les dépenses culturelles consolidées en Nouvelle-Aquitaine1 Les dépenses culturelles en Nouvelle-Aquitaine s’élèvent à 653,5 millions d’euros soit 113 euros par habitant en 2015. Près de 80% sont des dépenses de fonctionnement (516,5 millions d’euros). Les dépenses culturelles consolidées en 2015 (en millions d’euros) Les Communes sont prédominantes dans le financement de la culture (près de la moitié des dépenses : 45%, soit 291,5 millions d’euros). Avec leurs regroupements intercommunaux, elles cumulent 61% de l’ensemble des dépenses culturelles (397,2 millions d’euros) en 2015. Les Départements contribuent à hauteur de 114,2 millions d’euros (17%). L’État en région à travers sa Direction régionale des affaires culturelles (Drac) dépense 79,8 millions d’euros (12%)2 et le Conseil régional 62,3 millions d’euros (9%). Effort culturel et euros par habitant3 L’effort culturel, soit la part du budget de la collectivité consacrée à la culture, varie de 1,7% à 9%. D’une manière globale, cet effort budgétaire est identique à 2014 et se caractérise par une forte hétérogénéité des profils. Dépenses culturelles brutes, effort culturel et euros par habitant en 2015 Communes Intercommunalités Départements Région Drac Dépenses 305,4 M€ 112,9 M€ 116,1 M€ 64,5 M€ 79,8 M€ fonctionnement 254,2 M€ 80,5 M€ 93,1 M€ 50,1 M€ 49,7 M€ investissement 51,2 M€ 32,4 M€ 23,0 M€ 14,4 M€ 30,1 M€ En % du budget 9,0% 4,3% 1,7% 2,5% - fonctionnement 10,1% 4,3% 1,7% 3,1% - investissement 5,8% 4,3% 1,7% 1,5% - En euros par habitant 154 € 34 € 20 € 11 € 14 € fonctionnement 128 € 25 € 16 € 9 € 9 € investissement 26 € 10 € 4 € 2 € 5 € 78,5 M€ 27,2 M€ 48,5 M€ 13,8M€ 92 M€ 22,2 M€ 49,7 M€ 30,1 M€ 247,8 M€ 43,7 M€ dépenses de fonctionnement dépenses d’investissement Communes Départements Intercommunalités Région Drac 1. Les dépenses culturelles consolidées neutralisent les flux financiers existants entre les différents financeurs en matière culturelle comme par exemple une subvention culturelle de la Région au bénéfice d’une Commune. 2. L’État opère en région également à travers des établissements publics nationaux. En 2015, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) est intervenu à hauteur de 7,7 millions d’euros, le Centre national de la chanson, des variétés et du jazz (CNV) pour 1,4 millions d’euros et le Centre national du livre (CNL) pour 900 000 euros. 3. L’analyse détaillée des dépenses culturelles par financeur est réalisée à partir des dépenses brutes, c’est à dire sans exclure les dépenses financées par d’autres collectivités de l’échantillon, ce qui explique les écarts avec les montants précédents.
  • 5. p.5 Ce sont les Communes qui consacrent la part la plus importante de leur budget à la culture (9%). Leur effort budgétaire est encore plus important pour les dépenses de fonctionnement (10,1%). Cet effort culturel varie de 0,4% à 19,8% pour les dépenses de fonctionnement des Communes. L’euro culturel par habitant, soit les dépenses culturelles rapportées au nombre d’habitants, est de 154€. En dépenses de fonctionnement, il est de 128€ et oscille entre 68€ et 259€ selon la Commune. Les Intercommunalités contribuent à la culture à hauteur de 4,3% de leurs budgets que ce soit en fonctionnement ou en investissement. Cet effort culturel est très variable selon les regroupements : les dépenses de fonctionnement fluctuent entre 0% et 17,4% en région. Parmi les 38 regroupements étudiés, 5 n’ont aucune dépense culturelle et 12 consacrent moins de 0,5% de leur budget à la culture. L’euro culturel par habitant est de 34€ (25€ en fonctionnement). Pour les dépenses de fonctionnement celui-ci est très variable et atteint jusqu’à 118€ par habitant. L’effort culturel des Départements s’établit à 1,7% en fonctionnement comme en investissement. Il varie entre 1% et 4% selon le Département. L’euro culturel s’élève à 20€ dont 16€ en fonctionnement. La Région consacre 2,5% de son budget à la culture pour un euro culturel par habitant de 11€. En fonctionnement, l’effort culturel s’élève à 3,5%. La Drac dépense quant à elle globalement 14€ par habitant. Euro culturel par habitant en 2015(fonctionnement) Effort culturel en 2015(fonctionnement) 0% 5% 10% 20%15%0€50€100€150€200€250€ Départements Intercommunalités Communes moyenne Note de lecture : chaque point représente une collectivité territoriale. Ces deux graphiques permettent d’observer la forte hétérogénéité des profils. Zoom sur les subventions de fonctionnement D’une manière générale, le montant des subventions diminue entre 2014 et 2015 de -1,1%, ce qui représente -2,3 millions d’euros. En 2015, ce montant s’élève à 206,5 millions d’euros soit 39% des dépenses culturelles totales. Seules la Drac et la Région augmentent leurs subventions (respectivement +0,3% et +1%). Les Communes (-2,1%), les Départements (-2,7%) et les Intercommunalités (-3,2%) diminuent quant à eux leurs subventions au secteur culturel.
  • 6. p.6 • Les financements publics de la culture en Nouvelle-Aquitaine en 2015 Si l’on se concentre uniquement sur les dépenses de fonctionnement, celles-ci sont quasi stables au niveau régional entre 2014 et 2015 pour les dépenses culturelles +0,2% (+1,3% sur l’ensemble des budgets totaux). L’évolution des dépenses culturelles Les dépenses culturelles en Nouvelle-Aquitaine comparées à 2014 baissent de -1,6%. Cette évolution est variable selon l’échelon observé : la Drac (+1,2%), la Région (+4,7%) et les Intercommunalités (+5,6%) augmentent leurs financements, tandis que les Départements (-1,8%) et les Communes (-5,8%) les diminuent. Par ailleurs, notons qu’en moyenne le budget total diminue pour chacune des 4 typologies de collectivités étudiées. Évolution du budget total et du budget culturel entre 2014 et 2015 Communes Départements Intercommunalités Région 0% +2%-2% +4%-4% +1%-1% +3%-3% +5%-5% budget totalbudget culturel Drac Panel d’étude Le panel de l’étude sur les financements publics de la culture est constitué de la Drac Nouvelle-Aquitaine, du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine, des Départements, des Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalite propre ayant une Commune de plus de 10 000 habitants, des Communes de plus de 10 000 habitants, de Communes dont la population est proche du seuil des 10 000 habitants et de quelques Communes dont la population est inférieure à ce seuil mais qui sont néanmoins centres de ces Intercommunalités. Le panel constitué est identique en 2014 et 2015 : 120 établissements ont été ainsi agrégés chaque année. La collecte des informations se base sur les comptes administratifs des collectivités et sur une extraction comptable auprès des services de la Drac des programmes Création (131), Patrimoines (175), Transmission des savoirs et démocratisation de la culture (224), Livre et industries culturelles (334). Pour le Conseil régional et la Drac, les dépenses de rémunérations du personnel ne nous ont pas été communiquées.
  • 7. p.7 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  • 8. L’ A. Agence culturelle Nouvelle-Aquitaine Site de Poitiers : 91, boulevard du Grand Cerf – 86000 Poitiers Site de Limoges : 30, cours Gay-Lussac – 87000 Limoges 05 49 55 33 19 / 05 55 11 05 94 – accueil@la-nouvelleaquitaine.fr la-nouvelleaquitaine.fr Réalisation : Pôle Observation – Ressources — Contact : observatoire@la-nouvelleaquitaine.fr Retrouvez les travaux d'observation sur le site internet de L’A.