SlideShare une entreprise Scribd logo
 
                                                      	
  
       Ajout	
  d’un	
  point	
  à	
  l’Ordre	
  du	
  jour	
  du	
  Conseil	
  communal	
  du	
  
                                         25	
  février	
  2008	
  
                                                      	
  
                  Le	
  calendrier	
  de	
  la	
  Saint-­‐Torê	
  des	
  étudiants	
  
	
  
	
  
Préambule	
  
	
  
C’est	
  le	
  16	
  février	
  1884,	
  à	
  l’occasion	
  de	
  fêtes	
  universitaires	
  organisées	
  à	
  Liège,	
  que	
  les	
  étudiants,	
  
profitant	
  d’un	
  cortège	
  aux	
  flambeaux	
  à	
  travers	
  les	
  rues	
  de	
  la	
  ville,	
  rendent	
  visite	
  pour	
  la	
  première	
  fois	
  
à	
  la	
  statue	
  du	
  Dompteur	
  de	
  Taureaux.	
  	
  Pour	
  rappel,	
  celle-­‐ci	
  a	
  été	
  installée	
  aux	
  Terrasses	
  le	
  28	
  juin	
  
1881	
  et	
  a	
  suscité	
  un	
  profond	
  désaccord	
  entre	
  catholiques	
  et	
  libéraux.	
  	
  
	
  
Ce	
  n’est	
  cependant	
  pas,	
  loin	
  s’en	
  faut,	
  le	
  début	
  d’un	
  culte	
  estudiantin	
  voué	
  au	
  taureau.	
  	
  Ce	
  ne	
  sera	
  
que	
  plus	
  tard	
  que	
  le	
  taureau	
  sera	
  adopté	
  comme	
  symbole	
  par	
  le	
  monde	
  estudiantin.	
  Il	
  rencontre	
  en	
  
fait	
  peu	
  d’attrait	
  avant	
  le	
  premier	
  conflit	
  mondial,	
  même	
  encore	
  immédiatement	
  après	
  celui-­‐ci.	
  	
  
	
  
Les	
  étudiants	
  liégeois	
  contribuent,	
  dès	
  1884,	
  à	
  la	
  propagation	
  de	
  la	
  formule	
  comique	
  instituée	
  en	
  ban	
  
liégeois.	
  En	
  1927,	
  ils	
  font	
  leur	
  le	
  célèbre	
  cri	
  «	
  Av’	
  Vèyou	
  l’Torê	
  ?	
  ».	
  
	
  
Il	
  semble	
  alors	
  acquis	
  que	
  la	
  visite	
  aux	
  Terrasses	
  devient	
  un	
  passage	
  obligé	
  des	
  cortèges	
  estudiantins,	
  
du	
  moins	
  lorsque	
  les	
  délégations	
  sont	
  accueillies	
  à	
  la	
  gare	
  des	
  Guillemins.	
  	
  A	
  la	
  Saint-­‐Nicolas	
  
cependant,	
  les	
  étudiants	
  «	
  boudent	
  »	
  encore	
  le	
  Torê	
  et	
  préfèrent	
  la	
  Vierge	
  de	
  Delcour	
  au	
  Torê	
  de	
  
Mignon.	
  	
  Dès	
  1931,	
  ils	
  incluent	
  le	
  passage	
  aux	
  Terrasses	
  	
  dans	
  leur	
  cortège.	
  	
  
	
  
En	
  novembre	
  1947,	
  écœuré	
  par	
  le	
  fanatisme	
  anticlérical	
  et	
  le	
  «	
  minimalisme	
  »	
  folklorique	
  de	
  la	
  Saint	
  
Verhaegen	
  des	
  étudiants	
  de	
  l’Université	
  Libre	
  de	
  Bruxelles,	
  André	
  Fiévet,	
  Président	
  de	
  la	
  Commission	
  
Folklorique	
  annexée	
  à	
  l’Association	
  Générale,	
  lance	
  l’idée	
  d’une	
  fête	
  estudiantine	
  à	
  l’Université	
  de	
  
Liège	
  où	
  toutes	
  les	
  idées	
  seraient	
  respectées	
  et	
  où	
  seul	
  le	
  folklore	
  aurait	
  à	
  gagner.	
  Il	
  fallut	
  attendre	
  
un	
  peu	
  moins	
  de	
  deux	
  années	
  pour	
  voir	
  cette	
  festivité	
  prendre	
  son	
  envol.	
  Renouant	
  avec	
  l'usage	
  
ancien	
  du	
  défilé	
  de	
  la	
  mi-­‐carême,	
  le	
  premier	
  cortège	
  de	
  la	
  Saint-­‐Torê	
  eut	
  lieu	
  le	
  17	
  février	
  1949.	
  	
  
De	
  1949	
  à	
  1966,	
  la	
  Tradition	
  put	
  être	
  maintenue.	
  Les	
  cortèges	
  se	
  succédèrent,	
  adaptant	
  au	
  fil	
  des	
  
années	
  des	
  thèmes	
  généraux	
  très	
  divers	
  quant	
  à	
  la	
  décoration	
  des	
  chars.	
  	
  Hélas,	
  la	
  politisation	
  
croissante	
  de	
  la	
  vie	
  universitaire	
  devait	
  avoir	
  raison	
  de	
  notre	
  folklore.	
  Depuis	
  longtemps,	
  la	
  guindaille	
  
avait	
  fait	
  place	
  à	
  la	
  contestation,	
  lorsque	
  le	
  bourgmestre	
  Destenay	
  porta	
  le	
  coup	
  de	
  grâce	
  à	
  la	
  Saint-­‐
Torê,	
  par	
  l’interdiction	
  du	
  cortège	
  de	
  1966.	
  Dès	
  lors,	
  cette	
  fête	
  ne	
  fut	
  plus	
  célébrée	
  que	
  par	
  quelques	
  
cercles,	
  en	
  circuit	
  très	
  fermé.	
  	
  
Il	
  fallut	
  attendre	
  1983	
  et	
  le	
  renouveau	
  folklorique,	
  sous	
  la	
  houlette	
  de	
  Didier	
  Jordens,	
  pour	
  assister	
  à	
  
la	
  renaissance	
  du	
  cortège	
  traditionnel.	
  Sous	
  l’impulsion	
  de	
  l’Association	
  Générale	
  des	
  Étudiants	
  
Liégeois,	
  le	
  cortège	
  devint	
  de	
  point	
  d’orgue	
  de	
  	
  fêtes	
  de	
  la	
  Saint-­‐Torê	
  programmées	
  sur	
  quatre	
  jours.	
  	
  
	
  
Cette	
  année,	
  pour	
  la	
  vingt	
  cinquième	
  fois	
  consécutive,	
  le	
  cortège	
  réunira	
  de	
  nombreux	
  étudiants	
  
liégeois	
  pour	
  leur	
  fête	
  traditionnelle.	
  Après	
  le	
  passage	
  en	
  D’ju	
  d’là	
  et	
  la	
  remise	
  des	
  distinctions	
  
honorifiques	
  de	
  l’Ordre	
  de	
  Tchantchès,	
  les	
  «	
  students	
  »	
  	
  rejoindront,	
  d’un	
  pas	
  peu	
  assuré	
  après	
  la	
  
soirée	
  de	
  la	
  veille,	
  la	
  statue	
  du	
  saint	
  Patron	
  des	
  étudiants	
  liégeois.	
  	
  
 
	
  
	
  
Le	
  folklore	
  est	
  un	
  fait	
  social.	
  Il	
  y	
  a,	
  en	
  effet,	
  folklore,	
  dès	
  qu’un	
  groupe	
  social	
  —quelle	
  que	
  soit	
  sa	
  taille	
  
—	
  ne	
  partage	
  pas	
  toute	
  la	
  culture	
  dominante	
  (qu’il	
  veuille	
  ou	
  ne	
  puisse	
  le	
  faire)	
  et	
  secrète	
  ou	
  
continue	
  une	
  autre	
  culture	
  dont	
  la	
  fonction	
  est	
  de	
  traduire	
  l’identité	
  du	
  groupe.	
  	
  	
  
	
  
En	
  ce	
  sens,	
  le	
  folklore	
  estudiantin	
  est	
  remarquable	
  :	
  les	
  étudiants	
  constituent	
  un	
  groupe	
  social	
  qui,	
  
bien	
  que	
  participant	
  à	
  la	
  culture	
  dominante,	
  a	
  ressenti	
  le	
  besoin	
  de	
  se	
  créer	
  une	
  culture	
  propre,	
  avec	
  
des	
  croyances,	
  des	
  rituels,	
  des	
  narrations,	
  de	
  la	
  musique,	
  des	
  costumes	
  particuliers,	
  etc.	
  et	
  dont	
  la	
  
fonction	
  est	
  de	
  lui	
  assurer	
  une	
  identité,	
  ainsi	
  que	
  de	
  lui	
  permettre	
  tout	
  un	
  jeu	
  de	
  différenciations	
  à	
  
l’échelle	
  locale.	
  	
  
	
  
Tout	
  groupe	
  social	
  vivant	
  dans	
  un	
  univers	
  clos	
  cherche	
  à	
  rendre	
  la	
  vie	
  communautaire	
  plus	
  
supportable	
  en	
  s’en	
  affranchissant	
  occasionnellement	
  et	
  symboliquement.	
  La	
  guindaille	
  est	
  cette	
  
«	
  soupape	
  de	
  sécurité	
  »	
  dans	
  le	
  monde	
  estudiantin.	
  Elle	
  est	
  une	
  moquerie	
  collective	
  qui	
  bloque	
  
momentanément	
  le	
  fonctionnement	
  du	
  système	
  pédagogique	
  et	
  de	
  l’ordre	
  social.	
  Elle	
  réussit	
  un	
  
instant	
  à	
  désacraliser	
  l’ordre	
  établi	
  symbolisé	
  par	
  le	
  professeur,	
  le	
  bourgeois	
  ou	
  l’autorité	
  en	
  les	
  
ramenant	
  au	
  niveau	
  de	
  l’humanité.	
  
	
  
Paradoxalement,	
  chahuter	
  le	
  maître	
  —	
  dans	
  une	
  revue	
  par	
  exemple	
  —	
  moquer	
  les	
  bourgeois	
  —	
  en	
  
les	
  réveillant	
  ou	
  dans	
  les	
  chansons	
  —	
  ou	
  narguer	
  la	
  police	
  —	
  en	
  les	
  promenant	
  à	
  travers	
  la	
  ville	
  —,	
  
dans	
  le	
  rituel	
  ludique	
  de	
  la	
  guindaille	
  est	
  une	
  manière	
  d’intégration	
  et	
  de	
  réaffirmation	
  de	
  l’ordre	
  
social	
  car	
  cela	
  est	
  momentané	
  et,	
  une	
  fois	
  terminé,	
  tout	
  rentre	
  dans	
  l’ordre.	
  Le	
  folklore	
  étudiant	
  tient	
  
dès	
  lors	
  plus	
  de	
  l’intégration	
  que	
  de	
  la	
  subversion	
  puisque	
  quand	
  la	
  fête	
  est	
  finie	
  tout	
  recommence	
  
«	
  comme	
  avant	
  »	
  ;	
  on	
  engrange	
  pour	
  plus	
  tard	
  des	
  souvenirs	
  épiques	
  qui	
  seront	
  ressassés,	
  racontés,	
  
améliorés,	
  prêts	
  à	
  ressortir	
  lors	
  d’une	
  soirée	
  d’anciens	
  ou	
  d’un	
  souper	
  de	
  famille.	
  	
  
	
  
La	
  Saint-­‐Torê	
  participe	
  à	
  ce	
  fait	
  folklorique	
  et	
  social,	
  elle	
  poursuit	
  la	
  tradition	
  folklorique,	
  elle	
  s’inscrit	
  
dans	
  son	
  évolution.	
  	
  
	
  
Dispositif	
  
	
  
        -­‐ Considérant	
   que	
   la	
   Saint-­‐Torê	
   des	
   étudiants	
   liégeois	
   est	
   un	
   fait	
   folklorique	
   inscrit	
   dans	
  
              l’histoire	
  de	
  notre	
  Cité	
  ardente	
  ;	
  	
  
        -­‐ Considérant	
   que	
   les	
   nuisances	
   diverses	
   occasionnées	
   par	
   les	
   activités	
   de	
   la	
   Saint-­‐Nicolas	
  
              n’ont	
  aucune	
  commune	
  mesure	
  avec	
  l’organisation	
  de	
  la	
  Saint-­‐Torê	
  des	
  étudiants	
  ;	
  
        -­‐ Considérant	
  que	
  ni	
  l’Union	
  des	
  Classes	
  Moyennes,	
  ni	
  le	
  Commerce	
  liégeois	
  n’ont	
  revendiqué	
  
              une	
   modification	
   des	
   conditions	
   d’organisation	
   de	
   cette	
   fête	
   estudiantine,	
   contrairement	
   à	
  
              l’organisation	
  de	
  la	
  Saint-­‐Nicolas,	
  	
  
        -­‐ Considérant	
   que	
   le	
   folklore	
   estudiantin	
   et,	
   plus	
   généralement,	
   la	
   gaîté	
   des	
   étudiants	
  
              participent	
  à	
  la	
  renommée	
  de	
  notre	
  Ville	
  ;	
  
        -­‐ Considérant	
   que	
   le	
   fait	
   folklorique	
   est	
   également	
   source	
  d’emplois	
   et	
   de	
   rentrées	
   financières	
  
              pour	
  notre	
  Ville	
  ;	
  	
  
	
  
Résolution	
  
	
  
Le	
  Conseil	
  communal	
  de	
  la	
  Ville	
  de	
  Liège	
  décide	
  :	
  
	
  
        - Le	
   maintien	
   des	
   conditions	
   actuelles	
   d’organisation	
   de	
   la	
   Saint-­‐Torê	
   des	
   étudiants	
   comme	
  
              suit	
  :	
  soirées	
  les	
  lundi,	
  mardi	
  et	
  mercredi	
  ;	
  cortège	
  le	
  mardi	
  après-­‐midi.	
  	
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
 
	
  
	
  
La	
  présente	
  résolution	
  a	
  recueilli	
  …..	
  voix	
  à	
  l’occasion	
  du	
  Conseil	
  communal	
  du	
  25	
  février	
  2008.	
  	
  
	
  
	
  
                                                                           	
  
                                                                           	
  
                                                                           	
  
                                                                           	
  
                                                                           	
  
                                                                           Michel	
  Péters	
  	
  
                                                                           Conseiller	
  communal	
  
 
                                                                	
  
                                                                	
  
                                                                	
  
                                                                	
  
  Ajout	
  d’un	
  point	
  à	
  l’Ordre	
  du	
  jour	
  du	
  Conseil	
  communal	
  du	
  28	
  octobre	
  2008	
  
                                                                	
  
                  Fusion	
  des	
  crèches	
  et	
  mini-­‐crèches	
  de	
  la	
  Ville	
  de	
  Liège	
  
	
  
	
  
Préambule	
  
	
  
Lors	
   de	
   la	
   mise	
   en	
   place	
   du	
   nouveau	
   Collège,	
   le	
   4	
   décembre	
   2006,	
   il	
   a	
   été	
   mis	
   fin	
   à	
   une	
  
incohérence	
   issue	
   de	
   la	
   fusion	
   des	
   communes	
  par	
   la	
   suppression	
   de	
   la	
   distinction	
   entre	
  
logement	
   urbain	
   et	
   le	
   logement	
   péri-­‐urbain.	
   	
   La	
   compétence,	
   jadis	
   éclatée	
   entre	
   deux	
  
Echevins,	
  étant	
  regroupée	
  au	
  profit	
  de	
  l’actuelle	
  Echevine	
  du	
  Logement.	
  	
  
	
  
Même	
   si	
   la	
   référence	
   historique	
   est	
   loin	
   d’être	
   identique,	
   une	
   incohérence	
   apparente	
  
semble	
   persister	
   dans	
   le	
   domaine	
   de	
   l’accueil	
   des	
   jeunes	
   enfants	
   en	
   crèches	
   ou	
   en	
   mini-­‐
crèches	
  communales.	
  	
  
En	
   effet,	
   les	
   9	
   crèches	
   (394	
   lits)	
   dépendent	
   de	
   l’Echevin	
   des	
   Services	
   sociaux.	
   	
   Les	
   8	
   mini-­‐
crèches	
  (162	
  lits),	
  quant	
  à	
  elles,	
  relèvent	
  de	
  l’Echevin	
  de	
  l’Instruction	
  publique.	
  	
  
	
  
A	
   l’origine,	
   la	
   compétence	
   sur	
   les	
   mini-­‐crèches	
   a	
   été	
   dévolue	
   à	
   l’Echevin	
   de	
   l’Instruction	
  
publique	
   car	
   elles	
   étaient	
   implantées	
   dans	
   des	
   écoles	
   communales	
   et	
   avaient	
   comme	
   but,	
  
notamment,	
  d’attirer	
  des	
  enfants	
  dans	
  l’enseignement	
  fondamental	
  organisé	
  par	
  la	
  Ville	
  de	
  
Liège.	
  	
  
	
  
Cette	
  justification	
  a	
  perdu	
  une	
  partie	
  de	
  son	
  sens	
  avec	
  le	
  temps	
  :	
  si	
  toutes	
  les	
  mini-­‐crèches	
  
existent	
  encore,	
  certaines	
  écoles	
  qui	
  les	
  accueillaient	
  ont	
  été	
  fermées	
  (Rue	
  Saint	
  Laurent	
  par	
  
exemple).	
   	
   Une	
   rapide	
   analyse	
   de	
   la	
   fréquentation	
   montre	
   également	
   que	
   la	
   fonction	
  
d’attrait	
  est	
  désuète	
  (à	
  Burenville	
  par	
  exemple).	
  	
  
	
  
Il	
   apparaît	
   être	
   de	
   bonne	
   gestion	
   communale	
   que	
   de	
   s’interroger,	
   au	
   minimum,	
   sur	
   la	
  
pertinence	
   du	
   maintien	
   de	
   la	
   distinction	
   de	
   la	
   tutelle	
   sur	
   ces	
   structures	
   d’accueil.	
   	
   Dans	
   la	
  
négative,	
   il	
   y	
   aurait	
   lieu	
   de	
   rattacher	
   l’ensemble	
   des	
   structures	
   d’accueil	
   à	
   l’Echevinat	
   des	
  
Services	
   sociaux	
   comme	
   l’Echevin	
   des	
   Services	
   sociaux	
   le	
   suggérait	
   à	
   l’auteur	
   lors	
   d’une	
  
question	
  à	
  ce	
  sujet	
  en	
  commission.	
  	
  
	
  
Il	
  n’y	
  a	
  pas	
  lieu,	
  cependant,	
  de	
  se	
  précipiter	
  dans	
  un	
  transfert	
  sans	
  analyser	
  l’ensemble	
  des	
  
éléments	
  et	
  sans	
  informer	
  parfaitement	
  le	
  Conseil	
  communal.	
  	
  
	
  
Dispositif	
  
	
  
-     Considérant	
  que	
  la	
  pertinence	
  de	
  la	
  distinction	
  historique	
  existant	
  dans	
  la	
  subdivision	
  
            administrative	
   et	
   la	
   gestion	
   des	
   crèches	
   et	
   mini-­‐crèches	
   doit	
   être	
   analysée	
   en	
  
            profondeur	
  ;	
  	
  
      -     Considérant	
  que	
  la	
  Ville	
  de	
  Liège	
  se	
  doit	
  de	
  rechercher	
  toutes	
  les	
  économies	
  d’échelle	
  
            possibles	
   en	
   matière	
   de	
   gestion	
   tout	
   en	
   garantissant	
   la	
   qualité	
   de	
   l’accueil	
   des	
  
            enfants	
  en	
  bas	
  âge	
  ;	
  	
  
      -     Considérant	
  qu’il	
  appartient	
  au	
  Collège	
  et	
  au	
  Conseil	
  communal	
  de	
  se	
  prononcer	
  en	
  
            parfaite	
   connaissance	
   de	
   cause	
   sur	
   les	
   incidences	
   budgétaires,	
   en	
   matière	
   de	
  
            personnel,	
  etc.	
  	
  
	
  
	
  
Résolution	
  
	
  
Le	
  Conseil	
  communal	
  de	
  la	
  Ville	
  de	
  Liège	
  décide	
  :	
  
	
  
       - La	
  mise	
  en	
  place	
  d’une	
  Commission	
  spéciale	
  regroupant	
  les	
  Commissions	
  des	
  Services	
  
          sociaux	
  et	
  de	
  l’Instruction	
  publique.	
  	
  
       - Cette	
   commission	
   analysera	
   tous	
   les	
   aspects	
   d’une	
   éventuelle	
   fusion	
   entre	
   les	
  
          crèches	
  et	
  mini-­‐crèches	
  communales	
  ;	
  
       - La	
   dite	
   commission	
   fera	
   rapport	
   au	
   Conseil	
   au	
   plus	
   tard	
   au	
   mois	
   d’avril	
   2008	
  afin	
   que	
  
          celui-­‐ci	
  se	
  prononce	
  avant	
  la	
  fin	
  de	
  premier	
  semestre	
  2008	
  ;	
  	
  
       - En	
  cas	
  de	
  fusion,	
  l’ensemble	
  du	
  processus	
  devra	
  être	
  exécuté	
  avant	
  décembre	
  2010.	
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
                                                                       	
  
                                                                       	
  
                                                                       	
  
                                                                       	
  
                                                                       	
  
                                                                       Michel	
  Péters	
  	
  
                                                                       Conseiller	
  communal	
  
Ajout d’un point à l’ordre du jour du
         Conseil communal du 22 décembre 2008


       Liège 2015 : respect du mandat conféré au
      Collectif et organisation de la consultation
                  d’initiative populaire

Depuis plusieurs mois le Collectif Liège 2015 réunit des signatures pour
que le Conseil communal – compétent en cette matière – organise une
consultation populaire avec comme question : « Souhaitez-vous que la
Ville de Liège pose sa candidature au titre de capitale
européenne de la culture 2015 ? ».
Le Collectif a annoncé à plusieurs reprises avoir réunis plus de 19.000
signatures. Elles n’ont, à ce jour, pas été remises au Collège ou au
Conseil.

Il importe à la fois de s’assurer qu’un large débat démocratique aura lieu
sur ce thème et que les délais imposés pour le dépôt d’une pré-candidature
liégeoise – 1er mars 09 – puissent être respectés.

Afin de garantir l’inscription à l’ordre du jour du conseil communal du 22
décembre 2008 de la demande de consultation populaire, le Collège doit
être saisi au plus tard ce jeudi par le Collectif Liège 2015.

Tout conseiller peut cependant inscrire un point à l’ordre du jour au moins
cinq jours avant le conseil.

Dispositif

Compte tenu du dépôt d’une liste de signatures par le Collectif Liège 2015
portant sur la demande d’une consultation populaire ;
Compte tenu que l’article L1141-1 du Code de la Démocratie locale et de la
décentralisation, après vérification, est respecté ;


Le Conseil communal de la Ville de Liège décide :
  -    L’organisation d’une consultation populaire portant sur la question
       « Souhaitez-vous que la Ville de Liège pose sa candidature
       au titre de capitale européenne de la culture 2015 ? » ;
  -    La mise en place immédiate, autour de l’Echevin de la Culture, d’un
       groupe de travail composé de l’ensemble des partis démocratiques
       chargé à la fois d’assurer le suivi de l’organisation et de préparer
       le dépôt de la pré-candidature de la Ville de Liège au titre de
       Capitale européenne de la culture 2015.
Cette proposition a recueilli ….. votes positifs, ….. votes négatifs et ……
abstentions.




                                           Didier REYNDERS
                                          Conseiller communal
Ajout d’un point à l’Ordre du jour du Conseil communal
                     du 26 mai 2008
  Adoption d’une Charte « Pour une meilleure prise en
  compte des motards dans l’infrastructure routière ».

Préambule

La journée de la moto aura lieu le dimanche 25 mai 2008 aux quatre coins du
pays. Elle sera précédée, le 24 mai 2008, d’une journée dont le thème sera
la sécurisation des motards organisée par la Direction de la Coordination
et de l’Appui (DCA) de la police fédérale.

Les deux-roues motorisés constituent un atout majeur dans une perspective
de mobilité durable. Le faible encombrement qu’ils occasionnent les rend
attractifs lors des déplacements entre le domicile et le lieu de travail, en
particulier sur les axes congestionnés par le trafic automobile.
Pour les très nombreux utilisateurs du deux-roues motorisé, la sécurité
est extrêmement importante, d’autant que, dépourvus de carrosserie
protectrice, leur seule protection en cas d’accident se limite à un casque et
quelques vêtements destinés à limiter les effets directs d’un choc ou d’une
chute.

Pour ces utilisateurs, plus encore que pour les automobilistes et
camionneurs, il est vital (au sens premier du terme) que les
infrastructures routières ne soient pas un facteur aggravant en cas
d’accident. Pensons en particulier aux marquages au sol qui, mal conçus,
peuvent se révéler être de véritables patinoires par temps de pluie ou
encore les rails de sécurité mal adaptés qui peuvent devenir de véritables
guillotines pour les motards.

Aujourd’hui, il y a environ 355.000 motos immatriculées et quelques 450.000
vélomoteurs ou motos non-immatriculés. Ces dix dernières années, la
croissance du nombre de motos a dépassé les 77 %, nettement plus que la
croissante, pourtant soutenue, du parc automobile (15 %).

L’augmentation du nombre de deux-roues motorisés sur nos routes met en
exergue l’importance de prendre en considération ces usagers dans la
politique de mobilité et dans l’aménagement des routes.

L’utilisation du deux-roues motorisé présente aussi un intérêt en matière
environnementale.

La sécurité des motards, mais aussi leur responsabilisation, passe aussi par
les villes et communes. Je suggère dès lors que la Ville adopte la Charte
aux communes « Pour une prise en compte des motards dans
l’infrastructure routière »

Cette Charte doit aussi être l’occasion de promouvoir la sécurité routière
auprès des élèves de l’enseignement communal en partenariat avec les
associations actives dans ce domaine.
Dispositif

En signant la présente charte, la Ville se déclare prête à tenir compte de
la sécurité des usagers du deux-roues motorisé et de leurs besoins
spécifiques dans la réalisation ou la réparation des infrastructures
routières et dans l’aménagement des espaces publics.

Elle s’engage également à mettre en place et à entretenir un dialogue
permanent avec les associations représentatives et à promouvoir la sécurité
routière auprès des élèves de l’enseignement communal.

La Ville de Liège s’engage fermement dans :

  1. La sécurisation des obstacles sur ou le long des voiries communales.
  2. Le choix de matériaux présentant une adhérence suffisante pour le
     revêtement routier.
  3. L’installation d’éléments de voirie avec trapillons incorporés où cela
     est nécessaire et traitement antidérapant des trapillons existants.
  4. L’utilisation de peintures antidérapantes pour les marquages au sol.
  5. L’installation de coussins berlinois plutôt que des dos d’âne dans les
     dispositifs « casse-vitesse ».
  6. La fin de l’installation, dans la mesure du possible, des demi-lunes ou
     séparateurs de voies (biseautés)
  7. L’entretien immédiat des voiries, lorsqu’elles présentent des nids-de-
     poule ou fissures.
  8. La réalisation de lieux de parcage spécifiques pour les motos.
  9. L’installation de bordures chasse-roues en lieu et place de blocs
     granit ou autres présentant des angles saillants et qui constituent
     un danger pour le motard.

En règle générale, la Ville s’imposera de suivre les conseils de la
brochure, éditée par l’IBSR à l’attention des gestionnaires de voiries « Pour
une prise en compte des motards dans l’infrastructure ».
La Ville s’engage à tenir compte des principes ci-dessus, lors d’un nouvel
aménagement ou de réparations.

Les problèmes concernant les infrastructures existantes seront évalués
et, si possible, adaptés.

En contrepartie, les associations représentatives s’engagent à apporter à la
Ville tous les conseils et avis qu’elles solliciteraient lors de l’étude de
nouveaux aménagements ou lors de l’évaluation des problèmes rencontrés
par les usagers de deux-roues motorisés sur le réseau routier communal.

Résolution

Le Conseil communal de la Ville de Liège adopte ……. (à l’unanimité, par ….
voix pour, …. voix contre et …. abstention la présente Charte.




                                  Michel Péters
                                  Conseiller communal
Ajout d’un point en urgence à l’Ordre du jour du Conseil
             communal du 25 février 2008

   Le règlement d’ordre intérieur du Conseil communal

Conformément à l’article L1122-24 du Code de la Démocratie locale et de la décentralisation,
(CDLD) les conseillers signataires sollicitent l’inscription du présent point en urgence.


Motivation de l’urgence

Installé le 4 décembre 2006, le nouveau Conseil communal de la Ville de Liège vit, depuis, avec
son ancien Règlement d’ordre intérieur (ROI).

Malgré l’annonce par le Collège communal, notamment en avril 2007, d’adaptations bien
nécessaires, celles-ci restent attendues à ce jour.
Lors de la dernière séance du Conseil communal, le Bourgmestre a annoncé que les modifications
seraient présentées au conseil de ce jour, il n’en est rien.

Or, force est de constater que le règlement pose actuellement des problèmes :

   -­‐   Sur le plan sémantique, tout d’abord, le ROI actuel parle toujours du défunt Collège « des
         Bourgmestre et Echevins » ou de la Loi communale, remplacée depuis par le Code de la
         Démocratie locale et de la décentralisation (CDLD).

   -­‐   Sur le plan légal, le CDLD, en son article L1122-18, précise que le conseil communal
         adopte un règlement d'ordre intérieur qui doit fixer :
            o les conditions dans lesquelles sont organisées les réunions communes du conseil
                communal et du conseil de l'action sociale.
            o les modalités d'application de l'article L1123-1, par. 1er, alinéa 2, et l’énumération
                des mandats dérivés perdus par un conseiller démissionnaire de son groupe
                politique.
            o les règles de déontologie et d'éthique. Ces règles consacrent notamment le refus
                d'accepter un mandat qui ne pourrait être assumé pleinement, la participation
                régulière aux séances du conseil, du collège et des commissions, les relations entre
                les élus et l'administration locale, l'écoute et l'information du citoyen.

Faute d’insertion des modifications nécessaires dans son ROI, le conseil communal ne pourra tenir
sa réunion conjointe annuelle du avec le Conseil de l’Action sociale.

Les règles d’éthique et de déontologie doivent être adoptées immédiatement, d’autant plus que les
représentants communaux dans les diverses intercommunales ou sociétés de logement de service
public ont été priés, très logiquement, de les adopter depuis plusieurs mois.

En conséquence, tout retard supplémentaire risquerait de présenter un danger pour le
fonctionnement du conseil communal.


Dispositif

Considérant qu’il y a urgence de revisiter le ROI afin de l’adapter aux obligations légales, de
gommer quelques anachronismes sémantiques et de remédier aux imperfections constatées
depuis plusieurs mois.
Considérant que l’expérience de plus d’une année de Conseil a démontré, à plusieurs reprises,
l’anachronisme du règlement.

Considérant que le ROI doit être un moyen de revaloriser le travail des conseillers communaux.

Considérant qu’il importe de préciser une série de dispositions sujettes actuellement à
interprétation.

Considérant qu’il importe d’accroître le nombre d’interpellations par groupe politique.

Considérant qu’il importe de permettre le débat immédiat sur les points ajoutés à l’ordre du jour.

Considérant qu’il importe de permettre l’ajout de points et le débat à l’ordre du jour des
commissions.

Considérant qu’il importe d’autoriser la transmission de documents par voie électronique afin que
les conseillers puissent en disposer suffisamment tôt pour effectuer leur travail.


Résolution

Le Conseil communal de la Ville de Liège adopte le nouveau règlement d’ordre intérieur tel que
repris en annexe à la présente délibération.



La présente délibération a recueilli ….. voix à l’occasion du Conseil communal du 25 février 2008.




                                             Olivier Hamal
                                             Bénédicte Heindrichs
                                             Alain Leens
                                             Michel Péters
                                             Conseillers communaux
Amendement au budget 2008

Ajouter un article en recette ordinaire de prestation et le provisionner de 1 €
pour permettre d’inclure la vente des tickets offerts dans le cadre de la
convention entre la Ville de Liège et l’asbl « Fléron Basket Club » dénommée
« Liège-Basket ».



Justification

L’article budgétaire 012 105 /12316/08/12 prévoit 50.000 € au titre d’appui à la
politique à caractère culturel, sportif, festif ou touristique « Liège-Basket ».

En échange de cet appui, la Ville de Liège reçoit des places qu’elle distribue
gratuitement pour certaines actions sociales en faveur des jeunes qui, notamment,
fréquentent les clubs sportifs.

J’ai déjà pu attirer l’attention du Collège, lors de l’examen de la convention la Ville de
Liège et l’asbl « Fléron Basket Club » dénommée « Liège-Basket », sur l’incohérence
de cette politique « rase gratis ».

Pour rappel, l’asbl Coup d’Envoi mène des actions d’insertion par le Sport comme
l’asbl Article 27 le fait pour l’insertion par la culture.

Aucune de ces actions n’est menée à titre gratuit afin de responsabiliser les
bénéficiaires. C’est ainsi que, par exemple, les billets d’entrée au Standard sont
vendus 1,25 €.

Il n’y a aucune raison objective pour que des bénéficiaires du Revenu d’intégration
sociale doivent contribuer personnellement à un prix d’entrée et que les bénéficiaires
des places prévues dans la convention entre la Ville et Liège-Basket soient offertes
gratuitement.

Sur les seuls matchs de championnat, cette vente rapporterait 3375 € à investir dans
une convention avec l’asbl Coup d’Envoi.

Il importera de modifier la convention en ce sens lorsqu’elle sera présentée au
Conseil communal, mais il y a lieu, d’ores et déjà, de prévoir une inscription
budgétaire.



Michel Péters
Conseiller communal
Amendement au budget 2008

 Ajouter un article en recette ordinaire de prestation et le provisionner de 1 €
   pour permettre d’inclure la vente des tickets offerts dans le cadre de la
convention entre la Ville de Liège et la Société anonyme « Standard de Liège »



Justification

L’article budgétaire 012 105 /12316/08/08 prévoit 65.000 € au titre d’appui à la
politique à caractère culturel, sportif, festif ou touristique « Standard de Liège ».

En échange de cet appui, la Ville de Liège reçoit des places qu’elle distribue
gratuitement pour certaines actions sociales en faveur des jeunes qui, notamment,
fréquentent les clubs sportifs.

J’ai déjà pu attirer l’attention du Collège, lors de l’examen de la convention la Ville de
Liège et la Société anonyme « Standard de Liège », sur l’incohérence de cette
politique « rase gratis ».

Pour rappel, l’asbl Coup d’Envoi mène des actions d’insertion par le Sport comme
l’asbl Article 27 le fait pour l’insertion par la culture.

Aucune de ces actions n’est menée à titre gratuit afin de responsabiliser les
bénéficiaires. C’est ainsi que, par exemple, les billets d’entrée au Standard sont
vendus 1,25 €.

Il n’y a aucune raison objective pour que des bénéficiaires du Revenu d’intégration
sociale doivent contribuer personnellement à un prix d’entrée et que les bénéficiaires
des places prévues dans la convention entre la Ville et le Standard soient offertes
gratuitement.

Sur les 13 matchs de championnat concernés, cette vente rapporterait 2925 € à
investir dans une convention avec l’asbl Coup d’Envoi.

Il importera de modifier la convention en ce sens lorsqu’elle sera présentée au
Conseil communal, mais il y a lieu, d’ores et déjà, de prévoir une inscription
budgétaire.



Michel Péters
Conseiller communal
 
                                                                                         	
  
                                Amendements	
  du	
  groupe	
  MR	
  au	
  Conseil	
  communal	
  
	
  
                                                                  Taxe	
  urbaine	
  –	
  Ménages	
  	
  
	
  
Ajouter	
  un	
  article	
  12	
  bis	
  
	
  
               Tout	
   ménage	
   ou	
   personne	
   isolée	
   justifiant	
   qu’il	
   dépasse	
   les	
   revenus	
   imposables	
   autorisant	
   le	
  
               taux	
  réduit,	
  conserve	
  ce	
  taux	
  réduit	
  si	
  dans	
  l’année	
  qui	
  précède	
  :	
  
               	
  
               - l’augmentation	
  de	
  ses	
  revenus	
  indépendante	
  d’une	
  indexation	
  dont	
  l’allocation	
  de	
  chômage	
  
                      minimale	
  bénéficie	
  
               - l’augmentation	
   de	
   ses	
   revenus	
   est	
   due,	
   pour	
   un	
   demandeur	
   d’emploi,	
   à	
   l’obtention	
   d’un	
  
                      contrat	
  de	
  travail	
  à	
  durée	
  indéterminée	
  
	
  
Justification	
  
	
  
Les	
   augmentations	
   –	
   hors	
   indexation	
   –	
   des	
   pensions	
   (liaison	
   au	
   bien-­‐être,	
   augmentations	
   spécifiques	
  
des	
   pensions	
   les	
   plus	
   faibles,	
   dont	
   celles	
   des	
   travailleurs	
   indépendants)	
   entraînent	
   parfois	
   des	
   effets	
  
pervers	
  au	
  niveau	
  de	
  la	
  fiscalité	
  communale.	
  	
  
	
  
Il	
  n’est	
  pas	
  rare,	
  en	
  effet,	
  de	
  voir	
  un	
  petit	
  pensionné	
  être	
  dispensé	
  de	
  la	
  taxe	
  urbaine	
  une	
  année,	
  et	
  en	
  
devenir	
   redevable	
   suite	
   à	
   une	
   simple	
   liaison	
   au	
   bien-­‐être	
   de	
   sa	
   pension.	
   	
   L’application	
   de	
   la	
   taxe	
   urbaine	
  
confisque	
   dès	
   lors	
   tout	
   ou	
   partie	
   du	
   supplément	
   de	
   pouvoir	
   d’achat	
   octroyé	
   par	
   le	
   Gouvernement	
  
fédéral.	
  	
  	
  
Ces	
  effets	
  ne	
  sont	
  pas	
  corrigés	
  par	
  la	
  simple	
  indexation	
  des	
  montants	
  pris	
  en	
  compte	
  pour	
  l’exonération	
  
puisqu’il	
   est	
   courant	
   que	
   les	
   petites	
   pensions	
   augmentent	
   plus	
   rapidement	
   que	
   l’allocation	
   minimale	
   de	
  
chômage.	
  	
  
	
  
De	
  même,	
  l’application	
  de	
  l’exonération	
  actuelle	
  constitue	
  un	
  piège	
  à	
  l’emploi.	
  	
  Un	
  demandeur	
  d’emploi	
  
qui	
  signe	
  un	
  contrat	
  de	
  travail	
  devra	
  s’acquitter	
  de	
  la	
  taxe	
  urbaine	
  dès	
  l’exercice	
  fiscal	
  suivant.	
  	
  Ceci	
  est	
  
d’autant	
   plus	
   pénalisant	
   pour	
   les	
   travailleurs	
   peu	
   qualifiés	
   dont	
   les	
   revenus	
   dépassent	
   à	
   peine	
  
l’allocation	
  minimale	
  de	
  chômage.	
  	
  	
  
	
  
Il	
  est	
  donc	
  proposé,	
  dans	
  les	
  deux	
  cas	
  visés	
  ci-­‐dessus,	
  de	
  permettre	
  de	
  bénéficier	
  de	
  l’exonération	
  si	
  la	
  
situation	
  a	
  été	
  modifiée	
  dans	
  les	
  six	
  derniers	
  mois	
  maximum.	
  	
  	
  
Il	
  appartient	
  au	
  citoyen	
  qui	
  souhaite	
  pouvoir	
  bénéficier	
  de	
  l’exonération	
  d’apporter	
  les	
  preuves	
  	
  (copie	
  
du	
  contrat	
  de	
  travail,	
  fiche	
  pension,	
  etc.)	
  permettant	
  au	
  collège	
  de	
  statuer.	
  	
  
	
  
La	
  Ville,	
  en	
  adoptant	
  cette	
  mesure,	
  rendra	
  dès	
  lors	
  un	
  peu	
  de	
  pouvoir	
  d’achat	
  aux	
  plus	
  faibles.	
  	
  
	
  
                                                                                          	
  
                                                                                          	
  
                                                                                          	
  
                                                                                          	
  
                                                                                                                     Michel	
  Péters	
  
                                                                                                                 Conseiller	
  communal	
  
 
                                                                                            	
  
                                 Amendements	
  du	
  groupe	
  MR	
  au	
  Conseil	
  communal	
  
	
  
                                                                           Taxe	
  urbaine	
  kots	
  
	
  
Ajouter	
  un	
  article	
  6	
  bis	
  
	
  
               - Le	
   taux	
   de	
   la	
   taxe	
   est	
   réduit	
   à	
   50	
  €	
   par	
   an	
   et	
   par	
   logement	
   offert	
   en	
   location	
   lorsque	
   le	
  
                      propriétaire	
   est	
   domicilié	
   et	
   réside	
   effectivement	
   à	
   l’adresse	
   à	
   laquelle	
   les	
   logements	
   sont	
  
                      offerts	
  en	
  location.	
  
	
  
Justification	
  
	
  
De	
  nombreux	
  propriétaires	
  liégeois	
  louent	
  des	
  kots	
  au	
  sein	
  de	
  leur	
  propre	
  habitation.	
  	
  	
  
Il	
  est	
  acceptable	
  que	
  les	
  résidents	
  d’une	
  habitation	
  composée	
  uniquement	
  de	
  kots	
  se	
  voient	
  appliquer	
  –	
  
en	
  	
  quelque	
  sorte	
  –	
  une	
  taxe	
  urbaine	
  au	
  taux	
  isolé.	
  	
  	
  
Il	
  est	
  par	
  contre	
  moins	
  compréhensible	
  que	
  la	
  location	
  de	
  kots	
  au	
  sein	
  d’une	
  habitation	
  dans	
  laquelle	
  vit	
  
également	
  le	
  propriétaire	
  et	
  sa	
  famille,	
  entraîne	
  l’application	
  d’une	
  taxe	
  identique	
  (100	
  €	
  par	
  kots).	
  	
  
	
  
Une	
  telle	
  composition	
  s’apparente	
  plus	
  exactement	
  un	
  «	
  ménage	
  »	
  qui	
  compte	
  plus	
  de	
  trois	
  ou	
  quatre	
  
personnes.	
  	
  Il	
  n’est	
  pas	
  rare	
  que	
  les	
  propriétaires	
  se	
  retrouve	
  avec	
  de	
  nombreux	
  sacs	
  poubelle	
  non-­‐
utilisés	
  en	
  fin	
  d’année.	
  	
  
	
  
En	
  matière	
  de	
  gestion	
  des	
  déchets,	
  la	
  présence	
  du	
  propriétaire	
  permet	
  d’assurer	
  une	
  plus	
  grande	
  
responsabilité.	
  	
  Dans	
  le	
  cas	
  contraire,	
  la	
  partie	
  non-­‐forfaitaire	
  de	
  la	
  taxe	
  trouve	
  son	
  application.	
  	
  
	
  
Il	
  est	
  dès	
  lors	
  proposé	
  de	
  réduire	
  la	
  taxe	
  de	
  moitié	
  lorsque	
  propriétaire	
  et	
  koteur(s)	
  cohabitent.	
  	
  
	
  
Il	
  appartient	
  au	
  citoyen	
  qui	
  souhaite	
  pouvoir	
  bénéficier	
  de	
  la	
  réduction	
  d’apporter	
  les	
  preuves	
  (certificat	
  
de	
  domiciliation,	
  consommations	
  énergétiques	
  personnelles,	
  etc.)	
  permettant	
  au	
  collège	
  de	
  statuer.	
  	
  
	
  
                                                                                                      	
  
                                                                                                      	
  
                                                                                                      	
  
                                                                                                      	
  
                                                                                                      	
  
                                                                                                                                 Michel	
  Péters	
  
                                                                                                                              Conseiller	
  communal	
  
                                                                                                      	
  
                                                                                                   	
  
Liège, 27 septembre 2012	
  

   Interpellation au Conseil communal du 24 novembre
                          2008
       Audit : un instrument de bonne gestion communale


Depuis quelques mois, divers exemples démontrent qu’une analyse en profondeur
des services communaux s’impose.

Lorsque l’on interroge l’Echevin des services sociaux sur la fusion des crèches et
mini-crèches, il préfère répondre que l’important – il a certes raison mais la
question est ailleurs – est l’ouverture de places supplémentaires d’accueil des
enfants en bas âge.

Quand on demande au Collège ses propositions d’économies d’échelle entre la
Ville et son CPAS, les conseillers communaux reçoivent des réponses vagues dont
ils attendent toujours les premières mises en œuvre.

L’exemple, plus récent encore, de la perte de 3 millions € du programme des
travaux financés par la Région wallonne, « pour un document oublié » illustre à
quel point les manquements de la gestion communale peuvent être préjudiciables
aux citoyens.

Le M ouvement Réformateur estime que la majorité communale ne peut
plus attendre pour mettre en place, à très brève échéance, un audit
généralisé et indépendant des services communaux liégeois.

Décrié suite aux scandales du logement social wallon, l’audit est pourtant un
instrument de meilleure gouvernance. Il doit permettre d’améliorer le
fonctionnement des services communaux au bénéfice des citoyennes et citoyens. .
Ses caractéristiques essentielles sont :
   -   l’identification du risque
   -   la mise en place de mécanismes et de procédures pour neutraliser ces
       risques

Un audit doit permettre de mettre en évidence les abus et le gaspillage des
ressources financières et humaines ; il doit identifier les erreurs et les fraudes
par des contrôles matériels et comptables, des contrôles des opérations et des
achats.
Le Mouvement Réformateur propose que le budget 2009 de la Ville de Liège,
mentionne un article budgétaire à hauteur de 400.000 € pour un audit généralisé
portant sur deux années civiles.
Une analyse des procédures devant garantir une meilleure efficacité de la gestion
des activités de la ville est à ce prix.




 Contacts : Michel Péters 0495/540.831 et Fernand Deschampheleire 0495/539.808
Liège, 27 septembre 2012	
  

                                      M ichel Péters et Fernand
                             Deschampheleire
                                           Conseillers communaux




Contacts : Michel Péters 0495/540.831 et Fernand Deschampheleire 0495/539.808
Interpellation	
  au	
  Conseil	
  communal	
  du	
  28	
  janvier	
  2008	
  
                                                                                    	
  
                                         Le	
  Standard	
  :	
  à	
  Sclessin	
  ou	
  ailleurs	
  ?	
  
	
  
	
  
Monsieur	
  le	
  Bourgmestre,	
  	
  
	
  
L’annonce	
  du	
  prochain	
  déménagement	
  du	
  Standard	
  de	
  Liège	
  ne	
  semble	
  réjouir	
  personne.	
  	
  Les	
  
supporters	
   craignent	
   la	
   fin	
   de	
   «	
  l’enfer	
  »	
   de	
   Sclessin	
   et	
   une	
   pétition	
   circule	
   pour	
   le	
   maintien	
   des	
  
infrastructures	
   sur	
   le	
   site	
   actuel.	
   Les	
   riverains	
   d’un	
   des	
   sites	
   convoités,	
   l’ancien	
   charbonnage	
  
Patience	
  et	
  Beaujonc	
  à	
  Glain	
  signent	
  également	
  une	
  pétition	
  initiée	
  par	
  le	
  Comité	
  de	
  quartier	
  
dans	
  la	
  crainte	
  d’un	
  «	
  enfer	
  de	
  Glain	
  ».	
  	
  
	
  
Un	
   courrier	
   du	
   Directeur	
   général	
   du	
   Standard,	
   signale	
   que	
   le	
   site	
   de	
   Glain	
   a	
   été	
   suggéré	
   par	
   les	
  
autorités	
  communales.	
  	
  	
  
Je	
   vous	
   avoue	
   avoir	
   été	
   surpris	
   de	
   cette	
   pro-­‐activité	
   des	
   autorités	
   communales	
   et	
   je	
   serai	
  
honoré	
  d’en	
  connaître	
  l’auteur…	
  
	
  
Monsieur	
  le	
  Bourgmestre,	
  comment	
  l’autorité	
  communale	
  peut-­‐elle	
  	
  «	
  suggérer	
  »	
  un	
  terrain	
  sur	
  
lequel	
  la	
  Ville	
  ne	
  possède	
  aucun	
  droit	
  ?	
  	
  
Comment	
  peut-­‐elle	
  «	
  suggérer	
  »	
  un	
  lieu	
  qui	
  fait	
  l’objet	
  d’une	
  convention	
  entre	
  le	
  propriétaire	
  et	
  
un	
   acheteur	
   éventuel	
   –	
   le	
   Centre	
   hospitalier	
   chrétien	
   –	
   qui	
   prospecte	
   actuellement	
   ce	
   site	
   pour	
  
y	
   implanter,	
   peut	
   être,	
   un	
   futur	
   centre	
   hospitalier	
  regroupant	
   plusieurs	
   sites	
   actuellement	
  
dispersés	
  ?	
  	
  	
  
	
  
Dois-­‐je	
  en	
  conclure	
  que	
  vous	
  avez,	
  pour	
  l’implantation	
  du	
  futur	
  CHC,	
  fait	
  votre	
  choix	
  ?	
  	
  
	
  
Les	
   autorités	
   du	
   CHC	
   ont	
   été,	
   la	
   presse	
   s’en	
   est	
   faite	
   l’écho,	
   tout	
   autant	
   surprises	
   que	
   le	
  
propriétaire	
   du	
   site	
   Patience	
   et	
   Beaujonc,	
   les	
   riverains	
   et,	
   parmi	
   ceux-­‐ci,	
   moi-­‐même.	
   	
   Aucune	
  
négociation,	
  aucune	
  information,	
  aucune	
  transparence,…	
  
	
  
Monsieur	
   le	
   Bourgmestre,	
   je	
   partage	
   votre	
   avis	
   quand	
   vous	
   affirmez	
   que	
   la	
   présence	
   du	
  
Standard	
   est	
   nécessaire	
   au	
   redéploiement	
   de	
   Liège,	
   à	
   son	
   image,	
   à	
   sa	
   participation	
   à	
  
l’éventuelle	
  Coupe	
  du	
  Monde	
  de	
  football	
  2018	
  dans	
  notre	
  pays.	
  	
  	
  
Je	
  suis,	
  comme	
  vous	
  convaincu	
  que	
  tout	
  doit	
  être	
  fait	
  pour	
  maintenir	
  ce	
  stade	
  à	
  Liège.	
  	
  Mais	
  
tout	
  faire	
  ne	
  signifie	
  aucunement	
  FAIRE	
  N’IMPORTE	
  QUOI	
  !	
  	
  
	
  
Etes-­‐vous	
   (encore)	
   conscient	
   des	
   difficultés	
   spécifiques	
   liées	
   à	
   l’exploitation	
   d’un	
   stade	
   de	
  
football	
  de	
  40.000	
  places	
  ?	
  	
  Pouvez	
  vous	
  décemment	
  dire	
  aux	
  riverains	
  du	
  site	
  qui	
  sera	
  retenu	
  
qu’ils	
   n’encourront	
   aucune	
   nuisance,	
   que	
   leur	
   vie	
   sera	
   tout	
   aussi	
   paisible	
   demain	
   que	
  
maintenant,	
  que	
  leur	
  bien	
  immobilier	
  ne	
  sera	
  pas	
  déprécié	
  ?	
  	
  
	
  
Ce	
   qu’il	
   faut	
   pour	
   les	
   Glaintoises	
   et	
   Glaintois,	
   c’est	
   un	
   projet	
   créateur	
   d’emplois,	
   une	
   activité	
  
génératrice	
   de	
   commerces	
   permanents	
   qui	
   s’intègrerait	
   harmonieusement	
   dans	
   un	
   quartier	
  
périphérique	
  encore	
  protégé	
  des	
  nuisances	
  du	
  centre	
  urbain.	
  	
  Ce	
  qu’il	
  faut	
  à	
  Glain,	
  ce	
  sont	
  des	
  
logements	
  de	
  qualité,	
  répartis	
  dans	
  un	
  espace	
  de	
  verdure.	
  	
  
	
  
	
  
Je	
  vous	
  remercie	
  d’avance	
  pour	
  les	
  réponses	
  que	
  vous	
  m’apporterez.	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
                                                                                    Michel	
  Péters	
  
                                                                                Conseiller	
  communal	
  
                                                                                 27	
  septembre	
  2012	
  
Interpellation au Conseil communal du 23 juin 2008

   Fusion des crèches et mini-crèches de la Ville de
                        Liège

Lors de la mise en place du nouveau Collège, le 4 décembre 2006, il a été mis
fin à une incohérence issue de la fusion des communes par la suppression de
la distinction entre logement urbain et le logement péri-urbain.           La
compétence, jadis éclatée entre deux Echevins, étant regroupée au profit de
l’actuelle Echevine du Logement.

Même si la référence historique est loin d’être identique, une incohérence
apparente semble persister dans le domaine de l’accueil des jeunes enfants
en crèches ou en mini-crèches communales.
En effet, les 9 crèches (394 lits) dépendent de l’Echevin des Services sociaux.
Les 8 mini-crèches (162 lits), quant à elles, relèvent de l’Echevin de
l’Instruction publique.

A l’origine, la compétence sur les mini-crèches a été dévolue à l’Echevin de
l’Instruction publique car elles étaient implantées dans des écoles
communales et avaient comme but, notamment, d’attirer des enfants dans
l’enseignement fondamental organisé par la Ville de Liège.

Cette justification a perdu une partie de son sens avec le temps : si toutes les
mini-crèches existent encore, certaines écoles qui les accueillaient ont été
fermées (Rue Saint Laurent par exemple).          Une rapide analyse de la
fréquentation montre également que la fonction d’attrait est désuète (à
Burenville par exemple).

Il apparaît être de bonne gestion communale que de s’interroger, au minimum,
sur la pertinence du maintien de la distinction de la tutelle sur ces
structures d’accueil.    Dans la négative, il y aurait lieu de rattacher
l’ensemble des structures d’accueil à un seul échevinat, peut-être celui des
Services sociaux comme l’Echevin le suggérait à l’auteur lors d’une question à
ce sujet en commission.

Il n’y a pas lieu, cependant, de se précipiter dans un transfert sans analyser
l’ensemble des éléments et sans informer parfaitement le Conseil communal.

Il me serait agréable d’être informé de votre avis à ce propos et des initiatives
que vous comptez prendre ?

Vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie de croire,
Monsieur le Bourgmestre, en l’expression de mes sentiments les meilleurs.




                                                 M ichel Péters
                                              Conseiller communal
                                                  18 juin 2008
Interpellation au Conseil communal du 8
                   septembre 2008

     Mosquées de Glain : une nécessaire réflexion d’ensemble


Qu’il soit clair que je m’inscris entièrement dans le prescrit de l’article 19
de notre Constitution qui garanti la liberté des cultes et leur exercice.
Je suis clairement favorable à l’installation d’un lieu de culte pour la
communauté musulmane dans le quartier de Glain.
Le projet de construction d’une mosquée par la Fondation religieuse
islamique turque en Belgique dans ce quartier multiculturel de Liège est
connu depuis plusieurs années. Le « Pouvoir organisateur » de la mosquée
située rue des Bons Buveurs à Saint Nicolas cherche, depuis longtemps, à
quitter des lieux trop exigus pour accueillir une communauté locale assez
importante. Les partis démocratiques ont été informés de ce souhait.
L’affichage de la demande de certificat d’urbanisme n°2 n’a donc pas surpris
les habitants sur le fond du dossier, mais a créé un émoi important sur la
forme qui lui est donnée par ses promoteurs : construction en intérieur
d’îlot, gabarits importants – 1800 m² au sol sur deux étages ; coupole de 18
mètres aussi haute que les habitations sociales de la Cité du Moulin ou la
Clinique de l’Espérance, minarets imposants (30,60 mètres) –, nombre réduit
d’emplacements de parcage, etc.
Les habitants, qu’ils soient proches riverains ou non, croyaient à un
« simple » déménagement de la Mosquée « Bons Buveurs » et non à un projet
qu’ils estiment disproportionné par rapport aux besoins de la communauté
turque locale.
De nombreuses réclamations – issues de citoyens de toutes origines et
communautés religieuses – ont été portées à la connaissance du service de
l’urbanisme lors de la séance d’information et par écrit. Elles portent
notamment sur l’ampleur de l’édifice, les problèmes de mobilité, la
détérioration du cadre de vie, l’insuffisance du stationnement, les
nuisances sonores de l’exploitation d’une salle de fêtes, etc.
Quelle est la suite réservée par les services de l’Urbanisme à ces
réclamations ? Quel est l’avis qui sera soumis par l’administration au
Collège ? Quel est l’avis de la CCATM ?


Comme tel, le projet ne peut être présenté comme le simple
« déménagement » d’une mosquée existante légèrement exigüe. Il vise
ouvertement une communauté plus large, vraisemblablement aux dimensions
de l’agglomération liégeoise, peut-être même au-delà.
Il inclut une salle de fêtes dont l’exploitation fait également craindre des
nuisances.
De deux choses l’une : soit il s’agit d’un simple déménagement et le projet,
disproportionné, manque totalement de modestie ; soit il a une volonté de
rayonnement plus large et se pose alors ouvertement la question de
l’implantation en cœur d’îlot, dans une rue à circulation locale où les
possibilités de stationnement sont réduites.
Au-delà de l’aspect strictement urbanistique, ce projet doit amener une
réflexion sur l’aménagement de ce type d’équipement collectif sur le
territoire de notre Ville.
La Ville s’est-elle questionnée sur sa capacité à absorber et à répartir ce
type de fonction ? Quelle est sa vision de la politique urbanistique sur ce
point précis ?
Enfin, votre Collège s’est-il inquiété de l’aspect architectural du projet et
de son intégration dans le quartier ? Faut-il s’enfermer dans le formalisme
architectural du style ottoman ?
Je vous remercie pour vos réponses.




                                            Michel Péters
                                         Conseiller communal
Interpellation au Conseil communal du 20
                    octobre 2008

       Liège 2015 : l’élan citoyen doit être entendu,
                        maintenant !


Au Conseil communal du 26 mai dernier, les groupes ECOLO et MR ont
soutenu fortement le dépôt de la candidature de la Ville au titre de
capitale européenne de la culture 2015.

Votre majorité a refusé cette proposition. C’est très regrettable pour
notre Cité.

L’élan citoyen qui porte ce projet n’a pas faibli. Les initiateurs souhaitent
que la Ville de Liège organise une consultation populaire avec cette
question : « Souhaitez-vous que la Ville de Liège pose sa
candidature au titre de capitale européenne de la culture
2015 ? ».
A ce jour, de très nombreuses signatures ont été recueillies. Il est trop
tôt pour dire si le chiffre de 19.000 sera atteint, mais un constat s’impose
Monsieur le Bourgmestre : l’initiative est couronnée de succès !

A ce jour, c’est nettement plus de 10 % du corps électoral liégeois qui
soutient le dépôt de la candidature de la Ville de Liège. Ce sont des
chiffres qui parlent.

Vous vous réfugiez derrière un accord au sein du Gouvernement de la
Communauté française, en 2004, pour justifier votre soutien à l’unique
candidature de Mons. Or, les règles ont changé. Le Bourgmestre de Mons
le reconnaît lui-même : ce n’est plus le Gouvernement fédéral qui propose
la candidature d’une Ville, mais un jury composé de 7 experts de l’Union
Européenne, et de 6 Belges, 3 francophones, 3 néerlandophones. Il admet
aussi que « chaque ville belge peut déposer sa candidature », ce que fera
Malines…
Dernièrement, il renchérissait : « L'appel à candidatures est ouvert à toutes
les villes, c'est clair. Pour l'instant, on ne sait pas s'il y aura un ou
plusieurs candidats. Nous devrons simplement être les meilleurs ».
Ce discours d’ouverture tranche avec les affirmations de la Ministre de la
Culture : « Pour moi, ce sera Mons, c’est évident. Cela a été décidé bien
avant mon arrivée et avec le soutien de toutes les parties, y compris le
gouvernement fédéral. Je respecte les accords pris par mes prédécesseurs.
L’appel à candidatures légal a néanmoins été lancé. Et le meilleur projet
sera retenu, je pense ».
Elle renforce, de plus, ses paroles par des actes en faisant voter
d’importants budgets en faveur de la candidature de Mons...

Belle incohérence ! Belle démocratie que celle qui favorise, à coût de
millions d’euro, une candidature unique…
Anticipant les délais prévus par les règlements européens, le comité de
pilotage – constitué notamment de Frédéric Delcor et Philippe Swinnen – a
fixé la date limite de dépôt des candidatures au 1er mars 2009.

Si la pétition liégeoise atteint 19.000 signatures, vous devrez organiser une
consultation qui, nous devons l’admettre en tant que gestionnaires publics,
aura un coût pour les Liégeoises et Liégeois. Le temps que vous prendrez
pour l’organiser amputera d’autant la période laissée pour concevoir la
candidature de Liège.

Notre avis est que vous devez, aujourd’hui, eut égard à l’élan citoyen et à
l’incroyable mobilisation du milieu culturel liégeois, annoncer le dépôt de
la candidature de la Ville de Liège sans organiser une consultation
populaire.

Nous souhaitons connaître vos intentions à ce sujet.




       Bénédicte Heindrichs                            Michel Péters
          Conseillère communale                           Conseiller
     communal
Point à ajouter à l’ordre du jour du Conseil communal
                  du 29 septembre 2008
  Mosquée(s) : une nécessaire réflexion à l’échelle de
                l’agglomération liégeoise


Mon interpellation au conseil communal du 8 septembre relative aux
projets d’implantation de mosquées dans le quartier de Glain, voulait
attirer l’attention du Collège sur les défis auxquels il sera confronté
dans un proche avenir quant à l’implantation de lieux de cultes musulmans
sur le territoire de notre Cité.
L’article 19 de notre Constitution garanti la liberté des cultes et leur
exercice, j’y souscris bien évidemment. Il revient néanmoins au pouvoir
politique communal de mener une réflexion approfondie sur l’intégration
harmonieuse des lieux de cultes à l’échelle des quartiers, de la Ville, mais
aussi de l’agglomération liégeoise.
Le projet de construction d’une mosquée par la Fondation religieuse
islamique turque en Belgique dans le quartier multiculturel de Glain doit
être l’élément déclencheur d’une importante réflexion avec l’ensemble des
formations démocratiques du Conseil communal.
Les réactions et oppositions de nombreux riverains démontrent les
difficultés urbanistiques, mais aussi sociologiques, d’appréhender ce type
de construction.
Les gabarits importants d’une architecture d’inspiration résolument
ottomane prouvent aussi les difficultés des promoteurs d’intégrer leur
projet dans le quartier en permettant aux habitants de se l’approprier.
La Ville de Liège doit saisir le moment présent de cette demande pour mener
une large réflexion devant aboutir à un « plan Moquées » qui pourra être
montré en exemple à l’avenir. Il est impérieux d’agir avec pondération et
réflexion pour éviter les clivages et incompréhensions rencontrées,
notamment, à Bastogne.
Au-delà de l’aspect strictement urbanistique particulier du projet, il doit
amener une réflexion sur l’aménagement de ce type d’équipement collectif
sur le territoire de notre Ville. La réflexion doit donc aussi porter sur
l’aspect architectural et l’intégration des projets dans les quartiers.
Faut-il s’enfermer dans le formalisme architectural du style ottoman ?
Aucun lieu de culte ne doit entraîner une modification fondamentale de
l’affectation d’un quartier ou en compliquer la mobilité. Ici encore, la
réflexion doit être posée et documentée.
La question du possible financement public – même partiel – des projets doit
aussi éclairer le choix des mandataires publics. L’argent public doit, à mon
sens, financer des projets réalistes en adéquation parfaite avec les besoins
réels de la population ; pas des symboles ostentatoires ou des locaux
disproportionnés. Il y va de la bonne gestion des deniers publics et du
respect de l’ensemble de nos concitoyens.
La provenance des fidèles doit être parfaitement analysée : la Ville de
Liège ne doit pas intégrer seule ces équipements collectifs. Une réflexion
à l’échelle de l’arrondissement de Liège doit être initiée.
L’image que donneront les futurs lieux de culte aura une influence
importante à la fois sur les fidèles qui les fréquenteront et sur les
citoyens qui la verront. Par exemple, si une mosquée ne s’intègre pas dans
son paysage, dans son quartier, que ce soit par gigantisme ou par le choix
d’une architecture trop formelle et passéiste, la communauté musulmane
sera perçue comme une communauté qui ne veut pas s’intégrer, qui reproduit
chez nous ce qui existe chez eux. Or, ce « chez nous » et ce « chez eux » ne
doivent plus exister dans une société multiculturelle.
Les lieux de culte actuels à la croisée des cultures doivent intégrer le
substrat architectural et décoratif local. Nous ne devons pas accepter,
sans réflexion, un « copier-coller » de lieux de culte du pays d’origine.
Les églises catholiques ont d’ailleurs modifié profondément, depuis l’après
guerre, leur modèle architectural. Les clochers se font rares ou se
réduisent, des techniques d’éco-construction sont utilisées.
Nous ne pouvons, pas plus, accepter des centres présentant des
équipements multiples : piscine, lieux cultuels, salle de sports, classes,
commerces. Ces « centres cultuels » conduisent à la ghettoïsation, au repli
sur soi.
Les autorités communales doivent s’assurer que l’autorisation légale
qu’elles délivrent emporte l’approbation sociale nécessaire à la parfaite
intégration de ces équipements collectifs. Une large concertation entre
les promoteurs de projets, les autorités et les riverains devrait être
organisée. Une approche du type « démocratie participative » permettrait un
échange, une meilleure compréhension et surtout, une appropriation du
projet par l’ensemble des communautés. N’oublions pas que nous créons
aujourd’hui le patrimoine de demain.


Projet de résolution
Considérant que divers projets d’implantation de lieux cultuels et
culturels musulmans ont été portés à la connaissance des autorités
communales ;
Compte tenu du fait qu’une large réflexion doit être menée sur
l’implantation de ces équipement collectifs afin d’en assurer la parfaite
intégration et leur appropriation par l’ensemble de la population ;
Compte tenu qu’il y a lieu de mener une réflexion à l’échelle de
l’agglomération liégeoise ;
Considérant que l’ensemble des forces démocratiques doivent être
associées à cette réflexion.
Le Conseil communal demande au Collège la mise en place d’une Commission
« mosquées » chargée de mener une large réflexion sur l’implantation de ce
type d’équipement collectif sur le territoire de la Ville de Liège. Cette
commission doit étudier la mise en place rapide, mais concertée, d’un Plan
Mosquée de la ville, intégré dans le schéma de structure. La réflexion
portera également sur les aspects mobilités autour de ces équipements
collectifs.
Le Conseil communal demande au Bourgmestre d’inscrire la question de ces
implantations à l’ordre du jour de la prochaine conférence des
Bourgmestres de l’Arrondissement de Liège et de l’informer du suivi
régulièrement.
Le Conseil communal, dans l’attente du résultat de cette réflexion globale
et de l’adoption du plan Mosquée, instaure un moratoire sur l’implantation
de ces équipements.
                                          Michel Péters
                                        Conseiller communal
Conseil communal du 26 mai 2008

        Question orale à Monsieur l’Echevin des Services
                    sociaux et de la Famille

Monsieur l’Echevin,


Sur votre proposition, le Collège communal a décidé de désormais répartir
annuellement deux montants de 8 000 € à des associations dont les projets auront
été sélectionnés, en concertation avec la nouvelle Commission communale
consultative de l’Associatif social (CCCAS), à la suite d’appels à projets
thématiques.

Ceci permettra à l’avenir – et je vous en félicite – d’éviter le saupoudrage des
petits subsides récurrents et suscitera un effet de levier engendrant la
réalisation d’actions sociales plus conséquentes.

Le 13 mai, la Commission communale consultative de l’associatif social, a constaté
que, « faute d’un nombre suffisant de participants, les sous-commissions « aide
alimentaire » et « mendicité/prostitution/toxicomanie » ne seraient pas mises en
place cette année.
La CCCAS (80 associations membres et 4 représentants du Conseil communal) a
décidé de créer quatre sous-commissions :

   §   Familles (recomposées, monoparentales…) (14 associations)
   §   Immigration                       (10 associations)
   §   Logements pour personnes précarisées    (17 associations)
   §   Insertion – formation                   (19 associations).

Chaque année deux appels à projets seront déterminés dans des matières relevant
alternativement de deux de ces quatre sous-commissions. Il a été décidé de
commencer en 2008 par la famille et l’immigration ; les deux autres sujets, à savoir
le logement et l’insertion, feront quant à eux l’objet d’appels à projets pour 2009.

Faute d’être rassemblées au sein d’une commission, les associations actives dans
l’aide alimentaire et la mendicité/prostitution/toxicomanie ne pourront
dès lors percevoir une subvention de la ville.

Je crois rêver alors que tous les jours on parle de perte de pouvoir d’achat, de
pauvreté croissante ou de toxicomanie. Pouvez-vous confirmer ou nuancer cette
analyse ?

Il y a un peu plus d’un an, nous assistions, bras ballants, à la liquidation de l’asbl
Epicerie sociale de Liège créée en avril 2004. Tout irait-il mieux à Liège dans le
secteur de l’aide alimentaire. Je pense que non.

Je vous demande dès lors de prendre ce problème « à bras le corps ».




M ichel Péters
Conseiller communal
 
                                                        	
  
                       Question	
  orale	
  à	
  Monsieur	
  le	
  Bourgmestre	
  de	
  Liège	
  
	
  
	
  
                                                                                                                 27	
  septembre	
  2012	
  
	
  
	
  
Monsieur	
  le	
  Bourgmestre,	
  	
  
	
  
	
  
Il	
  me	
  revient	
  que	
  suite	
  à	
  un	
  litige	
  entre	
  la	
  Ville	
  de	
  LIEGE	
  et	
  INTERMOSANE	
  concernant	
  la	
  
répartition	
  des	
  dividendes	
  pour	
  l'année	
  2004,	
  un	
  blocage	
  persiste	
  au	
  niveau	
  de	
  la	
  
distribution	
  de	
  ceux-­‐ci.	
  	
  
	
  
       § Pouvez-­‐vous	
  me	
  confirmer	
  l’information	
  ?	
  	
  
       § Sur	
  quel	
  montant	
  porte	
  le	
  litige	
  ?	
  
       § Les	
  sommes	
  litigieuses	
  sont-­‐elles	
  placées	
  ?	
  	
  Comment	
  ?	
  	
  
       § La	
  résolution	
  de	
  ce	
  litige	
  est-­‐elle	
  proche	
  ?	
  	
  
	
  
Je	
  vous	
  remercie	
  pour	
  vos	
  réponses.	
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Michel	
  Péters	
  	
  
Conseiller	
  communal	
  
 
                                                           	
  
                                                           	
  
                                                           	
  
                          Question	
  orale	
  à	
  Monsieur	
  le	
  Bourgmestre	
  de	
  Liège	
  
	
  
	
  
Monsieur	
  le	
  Bourgmestre,	
  	
  
	
  
	
  
	
  
Il	
  y	
  a	
  juste	
  un	
  an,	
  le	
  nouveau	
  logo	
  de	
  la	
  Ville	
  de	
  Liège	
  faisait	
  couler	
  beaucoup	
  d’encre	
  et	
  de	
  
salive.	
  	
  
	
  
Ce	
   nouveau	
   «	
  symbole	
  »	
   de	
   notre	
   Ville	
   a	
   été	
   et	
   reste	
   rejeté	
   par	
   une	
   immense	
   partie	
   des	
  
Liégeoises	
  et	
  Liégeois.	
  	
  
	
  
Lors	
  des	
  récents	
  vœux	
  au	
  personnel	
  communal,	
  vous	
  avez	
  déclaré	
  que	
  la	
  charte	
  graphique	
  
venait	
  d’être	
  adoptée	
  et	
  que	
  le	
  logo	
  allait	
  s’imposer.	
  	
  
	
  
Allait	
  être	
  imposé,	
  Monsieur	
  le	
  Bourgmestre	
  !	
  
	
  	
  
Devant	
   les	
   réactions	
   très	
   négatives	
   de	
   nos	
   concitoyens,	
   vous	
   aviez	
   jadis	
   déclaré	
   que	
   le	
  
nouvel	
  emblème	
  ne	
  se	
  substituerait	
  pas	
  complètement	
  aux	
  armoiries	
  anciennes	
  et	
  officielles	
  
qui	
  seraient	
  toujours	
  utilisées.	
  	
  
	
  
Pourtant,	
   nous	
   devons	
   constater	
   que	
   vos	
   promesses	
   n’ont	
   pas	
   été	
   suivies	
   d’effets	
   et	
   que	
   les	
  
armoiries	
  ont	
  maintenant	
  complètement	
  disparus	
  de	
  la	
  communication	
  officielle	
  de	
  la	
  Ville	
  
de	
  Liège.	
  	
  
	
  
Qu’en	
  est-­‐il	
  exactement	
  Monsieur	
  le	
  Bourgmestre	
  ?	
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Michel	
  Péters	
  	
  
Conseiller	
  communal	
  
 
                                                        	
  
                       Question	
  orale	
  à	
  Monsieur	
  le	
  Bourgmestre	
  de	
  Liège	
  
	
  
	
  
                                                                                                                    27	
  septembre	
  2012	
  
	
  
	
  
Monsieur	
  le	
  Bourgmestre,	
  	
  
	
  
	
  
Depuis	
  plusieurs	
  mois,	
  la	
  Maison	
  communautaire	
  de	
  Glain	
  est	
  construite	
  rue	
  des	
  
Hotteuses.	
  	
  
	
  
Si	
  je	
  ne	
  partageais	
  pas	
  le	
  choix	
  de	
  l’emplacement,	
  il	
  faut	
  reconnaître	
  que	
  cette	
  
infrastructure	
  aura	
  un	
  intérêt	
  pour	
  la	
  population	
  glaintoise.	
  	
  
	
  
Je	
  dis	
  bien	
  «	
  aura	
  »	
  car	
  cette	
  population,	
  mais	
  aussi	
  les	
  associations	
  qui	
  sont	
  actives	
  dans	
  
le	
  quartier,	
  sont	
  comme	
  des	
  convoyeurs	
  :	
  elles	
  attendent	
  !	
  
	
  
Pourriez-­‐vous	
  répondre	
  aux	
  questions	
  suivantes	
  :	
  	
  
	
  
        § La	
  rétrocession	
  du	
  Logis	
  social	
  à	
  la	
  Ville	
  est-­‐elle	
  en	
  bonne	
  voie	
  ?	
  	
  
        § Les	
  organes	
  de	
  gestion	
  ont-­‐ils	
  été	
  déterminés	
  ?	
  	
  Comment	
  seront-­‐ils	
  composés	
  ?	
  	
  
        § Quand	
  l’ouverture	
  au	
  public	
  est-­‐elle	
  prévue	
  ?	
  	
  
	
  
Je	
  vous	
  remercie	
  pour	
  vos	
  réponses.	
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Michel	
  Péters	
  	
  
Conseiller	
  communal	
  
Proposition d’adoption d’un Règlement communal

    - sur l’octroi de subsides pour l’installation
       d’un système de récupération des eaux de
                         pluies

    - sur l’octroi de subsides pour l’installation
                   d’une toiture verte

L’imperméabilisation des surfaces ne cesse d’augmenter dans nos grandes
villes. Les récentes inondations démontrent à souhait le besoin de prendre
des mesures diverses pour lutter contre ces phénomènes récurrents.

Au-delà de la construction de bassin d’orage ou de l’entretien régulier des
égouts qui incombent aux pouvoirs publics, les citoyens peuvent prendre des
dispositions visant à la fois à réduire le rejet des eaux de pluies dans le
réseau d’égouttage et à régulariser ces rejets.

La récupération des eaux de pluie

L’eau potable est une denrée précieuse et rare. Pourtant, ouvrir un robinet
est devenu un geste si habituel que nous oublions souvent qu’avant
d’arriver chez nous l’eau a dû être captée, puis traitée pour être rendue
potable. Ces opérations sont, à cause de la pollution croissante de
l’environnement, de plus en plus complexes et coûteuses et se répercutent,
hélas, dans le coût vérité de l’eau.
Nous dépensons donc beaucoup d’argent pour potabiliser une eau qui est
employée pour de nombreux usages non alimentaires : arrosage du jardin,
lavage de la voiture et du trottoir, nettoyage de la maison, alimentation du
lave-linge et des chasses d’eau.
En Belgique, on estime que l’eau de pluie récoltée par les toits pourrait
couvrir plus de 60% de la consommation domestique actuelle qui est à peu
près de 450 millions de mètres cubes d’eau par an.
Il est néanmoins utopique de croire que l’on pourrait dépendre
essentiellement de cette eau. Le maintien d’un réseau de distribution à un
coût individuel acceptable est dès lors indispensable.
Au-delà d’une réduction de la consommation d’eau de distribution et, dès
lors, du montant de la facture d’eau, l’eau de pluie présente de nombreux
avantages.
L’eau de pluie peut être utilisée pour arroser le jardin, nettoyer la maison,
laver le trottoir et la voiture, remplir la chasse d’eau, alimenter le lave-
linge. Certains estiment même qu’elle peut alimenter le lave-vaisselle, la
douche ou un bain,...
Des systèmes de traitement domestique appropriés peuvent la rendre
potable (filtration par osmose inverse), mais cela nécessite aussi des
contrôles réguliers et rigoureux.
L’eau de pluie est douce : plus besoin de détartrer les robinets,
canalisations et autres appareils électroménagers. De plus, les
tuyauteries et les appareils à résistance chauffante sont préservés (plus
longue durée de vie).
Elle permet la réduction de la consommation de savons et autres produits
de nettoyage. En effet, les ions calcium et magnésium présents dans l’eau
dure empêchent les détergents de bien remplir leur fonction.

L’eau de pluie se stocke, même partiellement. Ainsi stockée, elle est
éliminée plus progressivement ce qui, lors de fortes pluies ou des
longues périodes pluvieuses, diminue la quantité d’eau qui arrive dans
immédiatement dans les rivières. C’est une façon de retirer
momentanément un volume d’eau du cycle de l’eau. Les citernes jouent
donc un rôle de mini-bassin d’orage. La récupération permet donc, en
partie, de lutter contre les inondations.

Enfin, l’utilisation d’eau de pluie permet d’économiser les nappes d’eaux
souterraines alimentant le réseau de distribution.

On calcule la quantité d’eau de pluie disponible pour le consommateur en
multipliant la superficie au sol du toit (m²) avec la pluviosité annuelle du
lieu (m). On obtient la quantité annuelle en m³.
Un exemple : en Belgique, une maison de 10 m sur 10 peut espérer récolter
80 à 120 m³ d’eau de pluie par an selon sa situation géographique, la
pluviosité variant de 700 à 1500 litres d’eau par an et par mètre carré.
On estime que chaque personne consomme en moyenne 120 litres d’eau par
jour. Il faut environ 50 à 60 m² de toit de captage pour couvrir les besoins
en eau d’une personne.
L’installation d’une citerne reste cependant un investissement financier
non négligeable à court terme pour le citoyen d’autant que d’aucun parle
de plus en plus de taxer l’eau de pluie pour justifier le coût d’épuration de
l’eau « grise », eau de pluie rejetée aux égouts après utilisation.


Le placement d’une toiture verte

Le système des toitures vertes se développe en Belgique et permet
d’importants gains d’énergie en chauffage et climatisation.

Les toitures vertes constituent une technique de construction durable et
permettent d’optimiser la gestion des eaux dans les villes via une diminution
de la quantité d’eau de pluie déversée dans les égouts. La qualité de
l’eau évacuée par le biais de ces toitures est telle qu’elle peut être
utilisée pour la plupart des applications domestiques.

Régulateur de la quantité de liquide affluant dans les réseaux
d'évacuation, la toiture verte limite les conséquences néfastes de
l'imperméabilisation croissante des sols. Elle agit comme une véritable
éponge en absorbant les précipitations et, en cas de fortes pluies, en
ralentissant et régularisant l’évacuation des eaux vers une citerne et les
égouts

Une enquête du Centre scientifique et technique de la construction (CSTC)
a confirmé que les quantités d’eau évacuées via les toitures vertes étaient
moins importantes que dans le cas de toitures plates traditionnelles et
qu’elles dépendent de l’épaisseur du substrat : si les toitures extensives
retiennent ± 30 % des eaux de pluie sur une année, les toitures intensives
ont, quant à elles, une capacité de rétention de près de 50 %.
En outre, l’effet retardateur des toitures vertes sur l’écoulement des
eaux a pu être démontré. Dans ce cas, l’épaisseur du substrat joue aussi un
rôle :

  •   le débit de pointe des toitures extensives diminue d’environ 50 % et
      démarre près de 10 minutes plus tard que sur une toiture
      traditionnelle
  •   le débit de pointe des toitures intensives diminue jusqu’à quasiment 25
      % et est postposé de plus d’un quart d’heure.

La rétention d’eau permet également, par évaporation, son évacuation
partielle dans l'atmosphère.

Esthétiquement plus agréable que le bitume, la mousse et son substrat
contribuent aussi à l'isolation du bâtiment de façon naturelle.

Une toiture verte permet aussi de purifier l’air, en absorbant et en
décomposant des substances nocives telles que le CO², le benzol et les
poussières.

Une isolation de l’habitation bien étudiée et bien réalisée permet de
raccourcir la saison de chauffe, de réduire la puissance de l’installation
de chauffage et d’augmenter la température des murs à l’intérieur. Par
conséquent, elle permet de diminuer considérablement la facture de
chauffage, d’accroître le confort et de contribuer à la protection de
l’environnement.

Une toiture verte permet une régulation des gains et des pertes de chaleur
des bâtiments ainsi que de l'humidité, tout en diminuant la chaleur
réfléchie. Elle augmente l'inertie thermique d'un bâtiment et peut
améliorer son isolation : elle procure un effet thermique important en été
par évaporation, en diminuant la température de la peau de l'étanchéité de
plus de 60°C à moins de 40°C; ce qui permet d'éviter que l'occupant ne soit
tenté par l'installation d'un climatiseur.

Il existe deux types de toiture verte : la toiture intensive (ou toiture -
jardin) est une toiture qui est véritablement aménagée en espace vert et
dont la végétation se compose d’herbe avec plantes, fleurs, arbustes, etc.
Elle demande une conception spéciale de la toiture et de sa structure
portante car elle requiert la mise en œuvre d’une épaisse couche de terre.
La toiture verte extensive (ou toiture végétalisée) se compose d’une strate
herbacée, de plantes grasses de type sedum et de mousse, ne nécessitant
qu’une couche de terre de faible épaisseur. Par conséquent, ce type de
toiture verte peut être aménagé sur un bâtiment existant.



L’ensemble des avantages de ce type d’installation démontrent que les
pouvoirs communaux doivent encourager les citoyens à être responsables en
octroyant des primes pour l’installation d’un système de récupération des
eaux de pluies et/ou d’une toiture verte. Ces aides sont modulées dans les
propositions de Règlements communaux ci-après.
Michel Péters

Conseiller communal
Règlement communal sur l’octroi de subsides
   pour l’installation, le remplacement ou la
rénovation d’un système de récupération des eaux
                    de pluies
Considérant que le présent règlement répond aux objectifs fixés par la
directive
2000/60/CE en matière de gestion durable de l'eau (gestion et utilisation
plus efficaces des ressources en eau);

Considérant qu'il convient de soutenir les programmes visant à améliorer le
bilan hydrologique global du milieu urbain;

Considérant que l'utilisation de l'eau de pluie constitue une pratique
intéressante sur le plan économique et écologique:

  -   elle réduit la consommation d'eau de distribution et donc la quantité
      d'eau pompée dans les nappes phréatiques ;
  -   elle réduit la facture des citoyens ;
  -   elle diminue l'usage de savons, d'adoucisseurs (appareils destinés à
      réduire la dureté de l'eau) et d'adoucissant ;
  -   elle diminue la dilution des eaux usées dans les égouts et facilite
      l'épuration de celles-ci ;
  -   elle régule le rejet des eaux de pluie dans le réseau d’égouttage ;

Considérant que ce type d'installation entraîne un investissement important
en fonction du type de matériel et du coût du placement ;

Considérant que le temps de retour sur investissement de ce type
d'installation peut constituer un frein important à l'investissement ;
Considérant que l'appui des pouvoirs publics, et notamment des pouvoirs
publics locaux, est nécessaire pour promouvoir la réparation, le
remplacement ou la mise en place de telles installations ;


Article 1.
Il est établi, à partir du 1er janvier 2008, dans les limites du présent
règlement et des crédits budgétaires prévus à cet effet, une prime destinée
à encourager la réparation, le remplacement ou la mise en place de
citernes d'eau de pluie d'un minimum de 2000 litres.
L'installation devra permettre l'utilisation de cette eau de pluie par
l'intermédiaire d'une pompe et répondre à des prescriptions techniques
précises énumérées ci-dessous.

Article 2.
Le montant de la prime est fixé à 20 % du coût de l’installation et plafonné
à 500 € par installation individuelle.
Dans l'hypothèse de la construction, de la rénovation ou de la modification
de plusieurs logements (immeuble à appartements, ensemble de maisons
unifamiliales,...) par un même maître d’ouvrage, le montant de la prime est
équivalent à autant de primes individuelles qu'il y a de logements avec un
plafond fixé à 4 primes individuelles.
Article 3.
Le bénéfice de la prime définie à l'article 1 est réservé aux personnes
physiques et morales titulaires d'un droit réel – propriétaire, locataire,
emphytéote – sur l'immeuble concerné situé sur le territoire de la Ville de
Liège. Cet immeuble doit être affecté principalement au logement.

Article 4.
Le demandeur de la prime s’engage à exécuter les travaux suivant les
règlements, les recommandations, les prescriptions et les codes de bonne
conduite relatifs à l’urbanisme, aux chantiers et au respect de
l’environnement.

Article 5.
La prime n'est payée qu'après l'achèvement des travaux. La Ville se réserve
le droit de vérifier la conformité de l’installation avant l’octroi de la
prime.
Pour bénéficier de la prime, le demandeur introduit à l'administration
communale dans les 3 mois suivant la réalisation de l'installation, et au
plus tard pour le 1er décembre, les documents suivants:
   - la « demande de prime communale » au moyen du formulaire rédigé par
      l'administration communale, dûment complété et signé par le
      demandeur ;
   - une copie du titre de propriété (acte d'achat du logement) ou du bail ;
   - pour le locataire, l'autorisation du propriétaire d'effectuer les
      travaux ;
   - la copie de la facture d'achat ainsi que la preuve de paiement ;
   - plusieurs photos montrant la citerne et les éléments techniques
      énumérés ci-dessous (en cas de rénovation d’un système de
      récupération d’eau de pluie, il faudra également joindre des photos
      de la situation précédant les travaux) ;
   - une attestation sur l'honneur par l'installateur de la conformité de
      l'installation aux exigences techniques.

Article 6.
Les travaux doivent être entrepris par des professionnels (corps de métier).
L’installation doit satisfaire aux prescriptions techniques et comprendre au
minimum les éléments suivants :
   - une pompe de type hydrophore,
   - un système visant à limiter l’introduction de matières véhiculées par
      l’eau (feuilles, petits animaux,…) dans la citerne ;
   - un système de filtrage d’eau (à l’arrivée de la citerne),
   - un raccordement pour l’alimentation de la chasse d’un WC ou à un
      lave-linge, d’autres raccordements étant recommandés ;
   - un système d’évacuation des eaux en excès (trop plein),
   - une trappe d’accès pour les travaux d’entretien et de réparation,
   - elle ne peut collecter que les eaux provenant des toitures,
   - elle doit être séparée du réseau d’eau de ville ; le cas échéant, au
      moyen d’un dispositif anti retour.

La capacité minimale de la citerne sera de 2000 litres et un minimum de 40 m²
(en surface horizontale) de toiture doit alimenter la citerne. Il est
conseillé cependant de calculer la capacité de la citerne en fonction de la
superficie des toitures.
Article 7.
Le bénéficiaire s’engage à maintenir l’installation en parfait état pendant
une durée minimale de cinq ans à dater de l’obtention de la prime.
Il s’engage à ne pas vendre ni modifier l’installation ayant bénéficié d’une
prime, pendant la même durée.
Dans le cas contraire le Collège communal se réserve le droit de réclamer
le remboursement de la prime en partie ou en entièreté.
A cet effet, le bénéficiaire autorise les services de la Ville de Liège à faire
procéder sur place aux vérifications utiles. Une visite des lieux ne peut
avoir lieu qu'après en avoir averti préalablement le demandeur par
courrier, au moins 10 jours à l'avance.

Article 8.
Une prime de 25 € est accordée pour le placement d’un tonneau pour
récupération des eaux pluviales.

Le tonneau d’une capacité de 150 litres minimum est destiné à l’arrosage de
plantes, l’entretien, le nettoyage du sol, de la voiture, des outils, etc.
Le tonneau doit être muni d’un système de trop plein, d’un robinet et
raccordé à une superficie de toiture comprise entre 4,00 m² et 60,00m².

La prime porte sur un tonneau par ménage et n’est pas cumulable avec la
prime « citerne ».
Règlement communal sur l’octroi de subsides
      pour l’installation d’une toiture verte
Considérant que le présent règlement répond aux objectifs fixés par la
directive
2000/60/CE en matière de gestion durable de l'eau (gestion et utilisation
plus efficaces des ressources en eau);

Considérant qu'il convient de soutenir les programmes visant à améliorer le
bilan hydrologique global du milieu urbain;

Considérant que les toitures vertes constituent une technique de
construction durable et permettent d’optimiser la gestion des eaux dans les
villes ;

Considérant qu’une toiture verte absorbe les précipitations et, en cas de
fortes pluies, ralentit et régularise l’évacuation des eaux vers une citerne
et les égouts :

Considérant que d’autres avantages esthétiques et environnementaux sont
réels dans cette installation ;

Considérant que ce type d'installation entraîne un investissement important
en fonction du type de matériel et du coût du placement ;

Considérant que le temps de retour sur investissement de ce type
d'installation peut constituer un frein important à l'investissement,
d’autant que le renforcement de la structure du toit est parfois nécessaire
;
Considérant que l'appui des pouvoirs publics, et notamment des pouvoirs
publics locaux, est nécessaire pour promouvoir la mise en place de telles
installations ;


Article 1.
Il est établi, à partir du 1er janvier 2008, dans les limites du présent
règlement et des crédits budgétaires prévus à cet effet, une prime destinée
à encourager l’installation de toitures vertes.
L'installation devra permettre la rétention des eaux de pluie avant leur
rejet en citerne ou dans le réseau d’égouttage et répondre à des
prescriptions techniques précises énumérées ci-dessous.

Article 2.
Le montant de la prime est fixé comme suit :

  -   pour l’installation d’une toiture verte extensive : 7,5 €/m²
  -   pour une toiture intensive : 15€/m².

Une superficie de minimum 10 m² et maximum de 100 m² sera prise en
considération.

Article 3.
Le bénéfice de la prime définie à l'article 1 est réservé aux personnes
physiques et morales titulaires d'un droit réel – propriétaire, locataire,
emphytéote) sur l'immeuble concerné situé sur le territoire de la Ville de
Liège. Cet immeuble doit être affecté principalement au logement.

Article 4.
Le demandeur de la prime s’engage à exécuter les travaux suivant les
règlements, les recommandations, les prescriptions et les codes de bonne
conduite relatifs à l’urbanisme, aux chantiers et au respect de
l’environnement.


Article 5.
La prime n'est payée qu'après l'achèvement des travaux. La Ville se réserve
le droit de vérifier la conformité de l’installation avant l’octroi de la
prime.
Pour bénéficier de la prime, le demandeur introduit à l'administration
communale dans les 3 mois suivant la réalisation de l'installation, et au
plus tard pour le 1er décembre, les documents suivants:
   - la « demande de prime communale » au moyen du formulaire rédigé par
      l'administration communale, dûment complété et signé par le
      demandeur ;
   - une copie du titre de propriété (acte d'achat du logement) ou du bail ;
   - pour le locataire, l'autorisation du propriétaire d'effectuer les
      travaux ;
   - la copie de la facture d'achat ainsi que la preuve de paiement ;
   - plusieurs photos montrant la réalisation et les éléments techniques
      énumérés ci-dessous
   - un rapport technique avec description des matériaux et plans.


Article 6.
Les travaux doivent être entrepris par des professionnels (corps de métier).
L’installation doit satisfaire aux prescriptions techniques et comprendre au
minimum les éléments suivants ci-dessous.

Une toiture verte peut être aussi bien installée sur une toiture en pente
de maximum 30° que sur une toiture plate.
La végétation d’une toiture intensive (toiture jardin) se compose d’herbe
avec plantes, fleurs, arbustes, etc.
La toiture extensive (toiture végétale) se compose par exemple d’une strate
herbacée, de plantes grasses de type sedum et de mousse.

Une toiture verte est généralement composée des éléments suivants :
     - une couche d’étanchéité ;
     - une membrane résistant à la poussée des racines si la couche
     d’étanchéité n’est pas résistante aux racines ;
     - un matelas drainant ;
     - une couche de rétention d’eau ;
     - une couche filtrante ;
     - une couche de substrat ;
     - un filet d’ancrage si nécessaire ;
     - la végétation.

Une toiture intensive aura une épaisseur de 20 à 40 cm et représentera un
surpoids de 250 à 600 kg/m².
Une toiture extensive aura une épaisseur de 4 à 12 cm et représentera un
surpoids de 40 à 120 kg/m².
Le demandeur de la prime portera la responsabilité de s’assurer que la
structure portante est capable de supporter la surcharge. Il s’engage au
bon entretien de la toiture afin d’éviter le colmatage des avaloirs.


Article 7.
Le bénéficiaire s’engage à maintenir l’installation en parfait état pendant
une durée minimale de cinq ans à dater de l’obtention de la prime.
Il s’engage à ne pas vendre ni modifier l’installation ayant bénéficié d’une
prime, pendant la même durée.
Dans le cas contraire le Collège communal se réserve le droit de réclamer
le remboursement de la prime en partie ou en entièreté.
A cet effet, le bénéficiaire autorise les services de la Ville de Liège à faire
procéder sur place aux vérifications utiles. Une visite des lieux ne peut
avoir lieu qu'après en avoir averti préalablement le demandeur par
courrier, au moins 10 jours à l'avance.

Contenu connexe

Similaire à Travail de mandataire 2008

30 ans de conviction torêbachique
30 ans de conviction torêbachique30 ans de conviction torêbachique
30 ans de conviction torêbachiqueMichel Péters
 
Saint-Tore 2009
Saint-Tore 2009Saint-Tore 2009
Saint-Tore 2009
Michel Péters
 
Les rencontres de bellepierre
Les rencontres de bellepierreLes rencontres de bellepierre
Les rencontres de bellepierre
XL3FLE
 
100 ans de la maison du peuple de Saint Claude
100 ans de la maison du peuple de Saint Claude100 ans de la maison du peuple de Saint Claude
100 ans de la maison du peuple de Saint Claude
aucharle
 
Catherine Ribierre, Léa Bouyssou - Le conservatoire municipal au xxieme siecle
Catherine Ribierre, Léa Bouyssou  - Le conservatoire municipal au xxieme siecleCatherine Ribierre, Léa Bouyssou  - Le conservatoire municipal au xxieme siecle
Catherine Ribierre, Léa Bouyssou - Le conservatoire municipal au xxieme siecle
MBA ESG
 
LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...
LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...
LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...
MBA ESG
 
Histoire de la fête des lumières à lyon
Histoire de la fête des lumières à lyonHistoire de la fête des lumières à lyon
Histoire de la fête des lumières à lyon
nathananaisece
 
La fête des lumières
La fête des lumièresLa fête des lumières
La fête des lumièresalixlea
 
Mémoire 7e partie
Mémoire 7e partieMémoire 7e partie
Mémoire 7e partie
Romain JEANGIRARD
 
Quel enseignement du fait religieux ?
Quel enseignement du fait religieux ? Quel enseignement du fait religieux ?
Quel enseignement du fait religieux ?
icm13
 
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-RoiTraversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
DOUBLEFACE1
 
Paris au moyen age
Paris au moyen ageParis au moyen age
Paris au moyen agefrancecours
 
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants LiégeoisPetit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeoisguest78f5a
 
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants LiégeoisPetit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants LiégeoisMichel Péters
 
Diaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 mars
Diaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 marsDiaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 mars
Diaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 marsMairie de Montpellier
 
Louvain la-neuve au temps des pionniers
Louvain la-neuve au temps des pionniersLouvain la-neuve au temps des pionniers
Louvain la-neuve au temps des pionniers
Paul Thielen
 
Journées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-Pyrénées
Journées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-PyrénéesJournées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-Pyrénées
Journées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-Pyrénées
France Télévisions Midi-Pyrénées
 

Similaire à Travail de mandataire 2008 (20)

30 ans de conviction torêbachique
30 ans de conviction torêbachique30 ans de conviction torêbachique
30 ans de conviction torêbachique
 
Saint-Tore 2009
Saint-Tore 2009Saint-Tore 2009
Saint-Tore 2009
 
Evenements lyon
Evenements lyonEvenements lyon
Evenements lyon
 
Evenements lyon
Evenements lyonEvenements lyon
Evenements lyon
 
Les rencontres de bellepierre
Les rencontres de bellepierreLes rencontres de bellepierre
Les rencontres de bellepierre
 
100 ans de la maison du peuple de Saint Claude
100 ans de la maison du peuple de Saint Claude100 ans de la maison du peuple de Saint Claude
100 ans de la maison du peuple de Saint Claude
 
Catherine Ribierre, Léa Bouyssou - Le conservatoire municipal au xxieme siecle
Catherine Ribierre, Léa Bouyssou  - Le conservatoire municipal au xxieme siecleCatherine Ribierre, Léa Bouyssou  - Le conservatoire municipal au xxieme siecle
Catherine Ribierre, Léa Bouyssou - Le conservatoire municipal au xxieme siecle
 
LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...
LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...
LE CONSERVATOIRE MUNICIPAL AU XXIEME SIECLECatherine ribierre, léa bouyssou l...
 
Histoire de la fête des lumières à lyon
Histoire de la fête des lumières à lyonHistoire de la fête des lumières à lyon
Histoire de la fête des lumières à lyon
 
La fête des lumières
La fête des lumièresLa fête des lumières
La fête des lumières
 
Mémoire 7e partie
Mémoire 7e partieMémoire 7e partie
Mémoire 7e partie
 
Quel enseignement du fait religieux ?
Quel enseignement du fait religieux ? Quel enseignement du fait religieux ?
Quel enseignement du fait religieux ?
 
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-RoiTraversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
Traversées, un parcours artistique aux Navigateurs, à Choisy-le-Roi
 
Paris au moyen age
Paris au moyen ageParis au moyen age
Paris au moyen age
 
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants LiégeoisPetit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
 
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants LiégeoisPetit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
Petit Historique de la Saint-Torê des étudiants Liégeois
 
Diaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 mars
Diaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 marsDiaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 mars
Diaporama atelier 3 café projet urbain jeudi 21 mars
 
Louvain la-neuve au temps des pionniers
Louvain la-neuve au temps des pionniersLouvain la-neuve au temps des pionniers
Louvain la-neuve au temps des pionniers
 
Journées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-Pyrénées
Journées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-PyrénéesJournées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-Pyrénées
Journées-européennes-du-patrimoine (2015) en Midi-Pyrénées
 
L' art urbain atelier 1
L' art urbain atelier 1L' art urbain atelier 1
L' art urbain atelier 1
 

Plus de Michel Péters

Le MR pour Liège va s'occuper de vos quartiers
Le MR pour Liège va s'occuper de vos quartiersLe MR pour Liège va s'occuper de vos quartiers
Le MR pour Liège va s'occuper de vos quartiers
Michel Péters
 
La désolation des cimetières de #Liege
La désolation des cimetières de #LiegeLa désolation des cimetières de #Liege
La désolation des cimetières de #Liege
Michel Péters
 
Plan de gestion 2017
Plan de gestion 2017Plan de gestion 2017
Plan de gestion 2017
Michel Péters
 
L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)
L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)
L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)Michel Péters
 
Programme du Mouvement Réformateur 2014 : Défense
Programme du Mouvement Réformateur 2014 : DéfenseProgramme du Mouvement Réformateur 2014 : Défense
Programme du Mouvement Réformateur 2014 : DéfenseMichel Péters
 
10 propositions pour le carré
10 propositions pour le carré10 propositions pour le carré
10 propositions pour le carréMichel Péters
 
Analyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de Liège
Analyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de LiègeAnalyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de Liège
Analyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de LiègeMichel Péters
 
Quel avenir pour le personnel communal liégeois ? Interpellation conjointe d...
Quel avenir pour le personnel communal liégeois  ? Interpellation conjointe d...Quel avenir pour le personnel communal liégeois  ? Interpellation conjointe d...
Quel avenir pour le personnel communal liégeois ? Interpellation conjointe d...Michel Péters
 
Budget 2013 Ville, Police, etc. : mes réactions sur le logement, la police, ...
Budget 2013 Ville, Police, etc.  : mes réactions sur le logement, la police, ...Budget 2013 Ville, Police, etc.  : mes réactions sur le logement, la police, ...
Budget 2013 Ville, Police, etc. : mes réactions sur le logement, la police, ...Michel Péters
 
Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...
Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...
Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...Michel Péters
 
Création d’une crèche à Glain ?
Création d’une crèche à Glain ?Création d’une crèche à Glain ?
Création d’une crèche à Glain ?Michel Péters
 
Le 101 bientôt aux abonnés absents ?
Le 101 bientôt aux abonnés absents ?Le 101 bientôt aux abonnés absents ?
Le 101 bientôt aux abonnés absents ?Michel Péters
 
Un projet de quartier pour Glain
Un projet de quartier pour GlainUn projet de quartier pour Glain
Un projet de quartier pour Glain
Michel Péters
 
Travail de mandataire 2010
Travail de mandataire 2010Travail de mandataire 2010
Travail de mandataire 2010Michel Péters
 
Travail de mandataire 2009
Travail de mandataire 2009Travail de mandataire 2009
Travail de mandataire 2009
Michel Péters
 
Travail de mandataire 2007
Travail de mandataire 2007Travail de mandataire 2007
Travail de mandataire 2007Michel Péters
 
Le périodique que je diffuse dans mon quartier. Bilan de la mandature pour G...
Le périodique que je diffuse dans mon quartier.  Bilan de la mandature pour G...Le périodique que je diffuse dans mon quartier.  Bilan de la mandature pour G...
Le périodique que je diffuse dans mon quartier. Bilan de la mandature pour G...Michel Péters
 
Des priorités pour le commerce et l’économie
Des priorités pour le commerce et l’économieDes priorités pour le commerce et l’économie
Des priorités pour le commerce et l’économieMichel Péters
 
Fusion des crèches de la Ville de Liège
Fusion des crèches de la Ville de LiègeFusion des crèches de la Ville de Liège
Fusion des crèches de la Ville de LiègeMichel Péters
 

Plus de Michel Péters (20)

Le MR pour Liège va s'occuper de vos quartiers
Le MR pour Liège va s'occuper de vos quartiersLe MR pour Liège va s'occuper de vos quartiers
Le MR pour Liège va s'occuper de vos quartiers
 
La désolation des cimetières de #Liege
La désolation des cimetières de #LiegeLa désolation des cimetières de #Liege
La désolation des cimetières de #Liege
 
Plan de gestion 2017
Plan de gestion 2017Plan de gestion 2017
Plan de gestion 2017
 
L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)
L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)
L'avenir des quartiers militaires de liège (interpellation au conseil communal)
 
Programme du Mouvement Réformateur 2014 : Défense
Programme du Mouvement Réformateur 2014 : DéfenseProgramme du Mouvement Réformateur 2014 : Défense
Programme du Mouvement Réformateur 2014 : Défense
 
10 propositions pour le carré
10 propositions pour le carré10 propositions pour le carré
10 propositions pour le carré
 
Analyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de Liège
Analyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de LiègeAnalyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de Liège
Analyse des taxes et redevances du Budget 2014 de la Ville de Liège
 
Quel avenir pour le personnel communal liégeois ? Interpellation conjointe d...
Quel avenir pour le personnel communal liégeois  ? Interpellation conjointe d...Quel avenir pour le personnel communal liégeois  ? Interpellation conjointe d...
Quel avenir pour le personnel communal liégeois ? Interpellation conjointe d...
 
Budget 2013 Ville, Police, etc. : mes réactions sur le logement, la police, ...
Budget 2013 Ville, Police, etc.  : mes réactions sur le logement, la police, ...Budget 2013 Ville, Police, etc.  : mes réactions sur le logement, la police, ...
Budget 2013 Ville, Police, etc. : mes réactions sur le logement, la police, ...
 
Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...
Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...
Motion au Conseil communal : améliorer la gestion des associations para commu...
 
Création d’une crèche à Glain ?
Création d’une crèche à Glain ?Création d’une crèche à Glain ?
Création d’une crèche à Glain ?
 
Le 101 bientôt aux abonnés absents ?
Le 101 bientôt aux abonnés absents ?Le 101 bientôt aux abonnés absents ?
Le 101 bientôt aux abonnés absents ?
 
La Meuse 121027
La Meuse 121027La Meuse 121027
La Meuse 121027
 
Un projet de quartier pour Glain
Un projet de quartier pour GlainUn projet de quartier pour Glain
Un projet de quartier pour Glain
 
Travail de mandataire 2010
Travail de mandataire 2010Travail de mandataire 2010
Travail de mandataire 2010
 
Travail de mandataire 2009
Travail de mandataire 2009Travail de mandataire 2009
Travail de mandataire 2009
 
Travail de mandataire 2007
Travail de mandataire 2007Travail de mandataire 2007
Travail de mandataire 2007
 
Le périodique que je diffuse dans mon quartier. Bilan de la mandature pour G...
Le périodique que je diffuse dans mon quartier.  Bilan de la mandature pour G...Le périodique que je diffuse dans mon quartier.  Bilan de la mandature pour G...
Le périodique que je diffuse dans mon quartier. Bilan de la mandature pour G...
 
Des priorités pour le commerce et l’économie
Des priorités pour le commerce et l’économieDes priorités pour le commerce et l’économie
Des priorités pour le commerce et l’économie
 
Fusion des crèches de la Ville de Liège
Fusion des crèches de la Ville de LiègeFusion des crèches de la Ville de Liège
Fusion des crèches de la Ville de Liège
 

Travail de mandataire 2008

  • 1.     Ajout  d’un  point  à  l’Ordre  du  jour  du  Conseil  communal  du   25  février  2008     Le  calendrier  de  la  Saint-­‐Torê  des  étudiants       Préambule     C’est  le  16  février  1884,  à  l’occasion  de  fêtes  universitaires  organisées  à  Liège,  que  les  étudiants,   profitant  d’un  cortège  aux  flambeaux  à  travers  les  rues  de  la  ville,  rendent  visite  pour  la  première  fois   à  la  statue  du  Dompteur  de  Taureaux.    Pour  rappel,  celle-­‐ci  a  été  installée  aux  Terrasses  le  28  juin   1881  et  a  suscité  un  profond  désaccord  entre  catholiques  et  libéraux.       Ce  n’est  cependant  pas,  loin  s’en  faut,  le  début  d’un  culte  estudiantin  voué  au  taureau.    Ce  ne  sera   que  plus  tard  que  le  taureau  sera  adopté  comme  symbole  par  le  monde  estudiantin.  Il  rencontre  en   fait  peu  d’attrait  avant  le  premier  conflit  mondial,  même  encore  immédiatement  après  celui-­‐ci.       Les  étudiants  liégeois  contribuent,  dès  1884,  à  la  propagation  de  la  formule  comique  instituée  en  ban   liégeois.  En  1927,  ils  font  leur  le  célèbre  cri  «  Av’  Vèyou  l’Torê  ?  ».     Il  semble  alors  acquis  que  la  visite  aux  Terrasses  devient  un  passage  obligé  des  cortèges  estudiantins,   du  moins  lorsque  les  délégations  sont  accueillies  à  la  gare  des  Guillemins.    A  la  Saint-­‐Nicolas   cependant,  les  étudiants  «  boudent  »  encore  le  Torê  et  préfèrent  la  Vierge  de  Delcour  au  Torê  de   Mignon.    Dès  1931,  ils  incluent  le  passage  aux  Terrasses    dans  leur  cortège.       En  novembre  1947,  écœuré  par  le  fanatisme  anticlérical  et  le  «  minimalisme  »  folklorique  de  la  Saint   Verhaegen  des  étudiants  de  l’Université  Libre  de  Bruxelles,  André  Fiévet,  Président  de  la  Commission   Folklorique  annexée  à  l’Association  Générale,  lance  l’idée  d’une  fête  estudiantine  à  l’Université  de   Liège  où  toutes  les  idées  seraient  respectées  et  où  seul  le  folklore  aurait  à  gagner.  Il  fallut  attendre   un  peu  moins  de  deux  années  pour  voir  cette  festivité  prendre  son  envol.  Renouant  avec  l'usage   ancien  du  défilé  de  la  mi-­‐carême,  le  premier  cortège  de  la  Saint-­‐Torê  eut  lieu  le  17  février  1949.     De  1949  à  1966,  la  Tradition  put  être  maintenue.  Les  cortèges  se  succédèrent,  adaptant  au  fil  des   années  des  thèmes  généraux  très  divers  quant  à  la  décoration  des  chars.    Hélas,  la  politisation   croissante  de  la  vie  universitaire  devait  avoir  raison  de  notre  folklore.  Depuis  longtemps,  la  guindaille   avait  fait  place  à  la  contestation,  lorsque  le  bourgmestre  Destenay  porta  le  coup  de  grâce  à  la  Saint-­‐ Torê,  par  l’interdiction  du  cortège  de  1966.  Dès  lors,  cette  fête  ne  fut  plus  célébrée  que  par  quelques   cercles,  en  circuit  très  fermé.     Il  fallut  attendre  1983  et  le  renouveau  folklorique,  sous  la  houlette  de  Didier  Jordens,  pour  assister  à   la  renaissance  du  cortège  traditionnel.  Sous  l’impulsion  de  l’Association  Générale  des  Étudiants   Liégeois,  le  cortège  devint  de  point  d’orgue  de    fêtes  de  la  Saint-­‐Torê  programmées  sur  quatre  jours.       Cette  année,  pour  la  vingt  cinquième  fois  consécutive,  le  cortège  réunira  de  nombreux  étudiants   liégeois  pour  leur  fête  traditionnelle.  Après  le  passage  en  D’ju  d’là  et  la  remise  des  distinctions   honorifiques  de  l’Ordre  de  Tchantchès,  les  «  students  »    rejoindront,  d’un  pas  peu  assuré  après  la   soirée  de  la  veille,  la  statue  du  saint  Patron  des  étudiants  liégeois.    
  • 2.       Le  folklore  est  un  fait  social.  Il  y  a,  en  effet,  folklore,  dès  qu’un  groupe  social  —quelle  que  soit  sa  taille   —  ne  partage  pas  toute  la  culture  dominante  (qu’il  veuille  ou  ne  puisse  le  faire)  et  secrète  ou   continue  une  autre  culture  dont  la  fonction  est  de  traduire  l’identité  du  groupe.         En  ce  sens,  le  folklore  estudiantin  est  remarquable  :  les  étudiants  constituent  un  groupe  social  qui,   bien  que  participant  à  la  culture  dominante,  a  ressenti  le  besoin  de  se  créer  une  culture  propre,  avec   des  croyances,  des  rituels,  des  narrations,  de  la  musique,  des  costumes  particuliers,  etc.  et  dont  la   fonction  est  de  lui  assurer  une  identité,  ainsi  que  de  lui  permettre  tout  un  jeu  de  différenciations  à   l’échelle  locale.       Tout  groupe  social  vivant  dans  un  univers  clos  cherche  à  rendre  la  vie  communautaire  plus   supportable  en  s’en  affranchissant  occasionnellement  et  symboliquement.  La  guindaille  est  cette   «  soupape  de  sécurité  »  dans  le  monde  estudiantin.  Elle  est  une  moquerie  collective  qui  bloque   momentanément  le  fonctionnement  du  système  pédagogique  et  de  l’ordre  social.  Elle  réussit  un   instant  à  désacraliser  l’ordre  établi  symbolisé  par  le  professeur,  le  bourgeois  ou  l’autorité  en  les   ramenant  au  niveau  de  l’humanité.     Paradoxalement,  chahuter  le  maître  —  dans  une  revue  par  exemple  —  moquer  les  bourgeois  —  en   les  réveillant  ou  dans  les  chansons  —  ou  narguer  la  police  —  en  les  promenant  à  travers  la  ville  —,   dans  le  rituel  ludique  de  la  guindaille  est  une  manière  d’intégration  et  de  réaffirmation  de  l’ordre   social  car  cela  est  momentané  et,  une  fois  terminé,  tout  rentre  dans  l’ordre.  Le  folklore  étudiant  tient   dès  lors  plus  de  l’intégration  que  de  la  subversion  puisque  quand  la  fête  est  finie  tout  recommence   «  comme  avant  »  ;  on  engrange  pour  plus  tard  des  souvenirs  épiques  qui  seront  ressassés,  racontés,   améliorés,  prêts  à  ressortir  lors  d’une  soirée  d’anciens  ou  d’un  souper  de  famille.       La  Saint-­‐Torê  participe  à  ce  fait  folklorique  et  social,  elle  poursuit  la  tradition  folklorique,  elle  s’inscrit   dans  son  évolution.       Dispositif     -­‐ Considérant   que   la   Saint-­‐Torê   des   étudiants   liégeois   est   un   fait   folklorique   inscrit   dans   l’histoire  de  notre  Cité  ardente  ;     -­‐ Considérant   que   les   nuisances   diverses   occasionnées   par   les   activités   de   la   Saint-­‐Nicolas   n’ont  aucune  commune  mesure  avec  l’organisation  de  la  Saint-­‐Torê  des  étudiants  ;   -­‐ Considérant  que  ni  l’Union  des  Classes  Moyennes,  ni  le  Commerce  liégeois  n’ont  revendiqué   une   modification   des   conditions   d’organisation   de   cette   fête   estudiantine,   contrairement   à   l’organisation  de  la  Saint-­‐Nicolas,     -­‐ Considérant   que   le   folklore   estudiantin   et,   plus   généralement,   la   gaîté   des   étudiants   participent  à  la  renommée  de  notre  Ville  ;   -­‐ Considérant   que   le   fait   folklorique   est   également   source  d’emplois   et   de   rentrées   financières   pour  notre  Ville  ;       Résolution     Le  Conseil  communal  de  la  Ville  de  Liège  décide  :     - Le   maintien   des   conditions   actuelles   d’organisation   de   la   Saint-­‐Torê   des   étudiants   comme   suit  :  soirées  les  lundi,  mardi  et  mercredi  ;  cortège  le  mardi  après-­‐midi.              
  • 3.       La  présente  résolution  a  recueilli  …..  voix  à  l’occasion  du  Conseil  communal  du  25  février  2008.                   Michel  Péters     Conseiller  communal  
  • 4.           Ajout  d’un  point  à  l’Ordre  du  jour  du  Conseil  communal  du  28  octobre  2008     Fusion  des  crèches  et  mini-­‐crèches  de  la  Ville  de  Liège       Préambule     Lors   de   la   mise   en   place   du   nouveau   Collège,   le   4   décembre   2006,   il   a   été   mis   fin   à   une   incohérence   issue   de   la   fusion   des   communes  par   la   suppression   de   la   distinction   entre   logement   urbain   et   le   logement   péri-­‐urbain.     La   compétence,   jadis   éclatée   entre   deux   Echevins,  étant  regroupée  au  profit  de  l’actuelle  Echevine  du  Logement.       Même   si   la   référence   historique   est   loin   d’être   identique,   une   incohérence   apparente   semble   persister   dans   le   domaine   de   l’accueil   des   jeunes   enfants   en   crèches   ou   en   mini-­‐ crèches  communales.     En   effet,   les   9   crèches   (394   lits)   dépendent   de   l’Echevin   des   Services   sociaux.     Les   8   mini-­‐ crèches  (162  lits),  quant  à  elles,  relèvent  de  l’Echevin  de  l’Instruction  publique.       A   l’origine,   la   compétence   sur   les   mini-­‐crèches   a   été   dévolue   à   l’Echevin   de   l’Instruction   publique   car   elles   étaient   implantées   dans   des   écoles   communales   et   avaient   comme   but,   notamment,  d’attirer  des  enfants  dans  l’enseignement  fondamental  organisé  par  la  Ville  de   Liège.       Cette  justification  a  perdu  une  partie  de  son  sens  avec  le  temps  :  si  toutes  les  mini-­‐crèches   existent  encore,  certaines  écoles  qui  les  accueillaient  ont  été  fermées  (Rue  Saint  Laurent  par   exemple).     Une   rapide   analyse   de   la   fréquentation   montre   également   que   la   fonction   d’attrait  est  désuète  (à  Burenville  par  exemple).       Il   apparaît   être   de   bonne   gestion   communale   que   de   s’interroger,   au   minimum,   sur   la   pertinence   du   maintien   de   la   distinction   de   la   tutelle   sur   ces   structures   d’accueil.     Dans   la   négative,   il   y   aurait   lieu   de   rattacher   l’ensemble   des   structures   d’accueil   à   l’Echevinat   des   Services   sociaux   comme   l’Echevin   des   Services   sociaux   le   suggérait   à   l’auteur   lors   d’une   question  à  ce  sujet  en  commission.       Il  n’y  a  pas  lieu,  cependant,  de  se  précipiter  dans  un  transfert  sans  analyser  l’ensemble  des   éléments  et  sans  informer  parfaitement  le  Conseil  communal.       Dispositif    
  • 5. - Considérant  que  la  pertinence  de  la  distinction  historique  existant  dans  la  subdivision   administrative   et   la   gestion   des   crèches   et   mini-­‐crèches   doit   être   analysée   en   profondeur  ;     - Considérant  que  la  Ville  de  Liège  se  doit  de  rechercher  toutes  les  économies  d’échelle   possibles   en   matière   de   gestion   tout   en   garantissant   la   qualité   de   l’accueil   des   enfants  en  bas  âge  ;     - Considérant  qu’il  appartient  au  Collège  et  au  Conseil  communal  de  se  prononcer  en   parfaite   connaissance   de   cause   sur   les   incidences   budgétaires,   en   matière   de   personnel,  etc.         Résolution     Le  Conseil  communal  de  la  Ville  de  Liège  décide  :     - La  mise  en  place  d’une  Commission  spéciale  regroupant  les  Commissions  des  Services   sociaux  et  de  l’Instruction  publique.     - Cette   commission   analysera   tous   les   aspects   d’une   éventuelle   fusion   entre   les   crèches  et  mini-­‐crèches  communales  ;   - La   dite   commission   fera   rapport   au   Conseil   au   plus   tard   au   mois   d’avril   2008  afin   que   celui-­‐ci  se  prononce  avant  la  fin  de  premier  semestre  2008  ;     - En  cas  de  fusion,  l’ensemble  du  processus  devra  être  exécuté  avant  décembre  2010.                           Michel  Péters     Conseiller  communal  
  • 6. Ajout d’un point à l’ordre du jour du Conseil communal du 22 décembre 2008 Liège 2015 : respect du mandat conféré au Collectif et organisation de la consultation d’initiative populaire Depuis plusieurs mois le Collectif Liège 2015 réunit des signatures pour que le Conseil communal – compétent en cette matière – organise une consultation populaire avec comme question : « Souhaitez-vous que la Ville de Liège pose sa candidature au titre de capitale européenne de la culture 2015 ? ». Le Collectif a annoncé à plusieurs reprises avoir réunis plus de 19.000 signatures. Elles n’ont, à ce jour, pas été remises au Collège ou au Conseil. Il importe à la fois de s’assurer qu’un large débat démocratique aura lieu sur ce thème et que les délais imposés pour le dépôt d’une pré-candidature liégeoise – 1er mars 09 – puissent être respectés. Afin de garantir l’inscription à l’ordre du jour du conseil communal du 22 décembre 2008 de la demande de consultation populaire, le Collège doit être saisi au plus tard ce jeudi par le Collectif Liège 2015. Tout conseiller peut cependant inscrire un point à l’ordre du jour au moins cinq jours avant le conseil. Dispositif Compte tenu du dépôt d’une liste de signatures par le Collectif Liège 2015 portant sur la demande d’une consultation populaire ; Compte tenu que l’article L1141-1 du Code de la Démocratie locale et de la décentralisation, après vérification, est respecté ; Le Conseil communal de la Ville de Liège décide : - L’organisation d’une consultation populaire portant sur la question « Souhaitez-vous que la Ville de Liège pose sa candidature au titre de capitale européenne de la culture 2015 ? » ; - La mise en place immédiate, autour de l’Echevin de la Culture, d’un groupe de travail composé de l’ensemble des partis démocratiques chargé à la fois d’assurer le suivi de l’organisation et de préparer le dépôt de la pré-candidature de la Ville de Liège au titre de Capitale européenne de la culture 2015.
  • 7. Cette proposition a recueilli ….. votes positifs, ….. votes négatifs et …… abstentions. Didier REYNDERS Conseiller communal
  • 8. Ajout d’un point à l’Ordre du jour du Conseil communal du 26 mai 2008 Adoption d’une Charte « Pour une meilleure prise en compte des motards dans l’infrastructure routière ». Préambule La journée de la moto aura lieu le dimanche 25 mai 2008 aux quatre coins du pays. Elle sera précédée, le 24 mai 2008, d’une journée dont le thème sera la sécurisation des motards organisée par la Direction de la Coordination et de l’Appui (DCA) de la police fédérale. Les deux-roues motorisés constituent un atout majeur dans une perspective de mobilité durable. Le faible encombrement qu’ils occasionnent les rend attractifs lors des déplacements entre le domicile et le lieu de travail, en particulier sur les axes congestionnés par le trafic automobile. Pour les très nombreux utilisateurs du deux-roues motorisé, la sécurité est extrêmement importante, d’autant que, dépourvus de carrosserie protectrice, leur seule protection en cas d’accident se limite à un casque et quelques vêtements destinés à limiter les effets directs d’un choc ou d’une chute. Pour ces utilisateurs, plus encore que pour les automobilistes et camionneurs, il est vital (au sens premier du terme) que les infrastructures routières ne soient pas un facteur aggravant en cas d’accident. Pensons en particulier aux marquages au sol qui, mal conçus, peuvent se révéler être de véritables patinoires par temps de pluie ou encore les rails de sécurité mal adaptés qui peuvent devenir de véritables guillotines pour les motards. Aujourd’hui, il y a environ 355.000 motos immatriculées et quelques 450.000 vélomoteurs ou motos non-immatriculés. Ces dix dernières années, la croissance du nombre de motos a dépassé les 77 %, nettement plus que la croissante, pourtant soutenue, du parc automobile (15 %). L’augmentation du nombre de deux-roues motorisés sur nos routes met en exergue l’importance de prendre en considération ces usagers dans la politique de mobilité et dans l’aménagement des routes. L’utilisation du deux-roues motorisé présente aussi un intérêt en matière environnementale. La sécurité des motards, mais aussi leur responsabilisation, passe aussi par les villes et communes. Je suggère dès lors que la Ville adopte la Charte aux communes « Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure routière » Cette Charte doit aussi être l’occasion de promouvoir la sécurité routière auprès des élèves de l’enseignement communal en partenariat avec les associations actives dans ce domaine.
  • 9. Dispositif En signant la présente charte, la Ville se déclare prête à tenir compte de la sécurité des usagers du deux-roues motorisé et de leurs besoins spécifiques dans la réalisation ou la réparation des infrastructures routières et dans l’aménagement des espaces publics. Elle s’engage également à mettre en place et à entretenir un dialogue permanent avec les associations représentatives et à promouvoir la sécurité routière auprès des élèves de l’enseignement communal. La Ville de Liège s’engage fermement dans : 1. La sécurisation des obstacles sur ou le long des voiries communales. 2. Le choix de matériaux présentant une adhérence suffisante pour le revêtement routier. 3. L’installation d’éléments de voirie avec trapillons incorporés où cela est nécessaire et traitement antidérapant des trapillons existants. 4. L’utilisation de peintures antidérapantes pour les marquages au sol. 5. L’installation de coussins berlinois plutôt que des dos d’âne dans les dispositifs « casse-vitesse ». 6. La fin de l’installation, dans la mesure du possible, des demi-lunes ou séparateurs de voies (biseautés) 7. L’entretien immédiat des voiries, lorsqu’elles présentent des nids-de- poule ou fissures. 8. La réalisation de lieux de parcage spécifiques pour les motos. 9. L’installation de bordures chasse-roues en lieu et place de blocs granit ou autres présentant des angles saillants et qui constituent un danger pour le motard. En règle générale, la Ville s’imposera de suivre les conseils de la brochure, éditée par l’IBSR à l’attention des gestionnaires de voiries « Pour une prise en compte des motards dans l’infrastructure ». La Ville s’engage à tenir compte des principes ci-dessus, lors d’un nouvel aménagement ou de réparations. Les problèmes concernant les infrastructures existantes seront évalués et, si possible, adaptés. En contrepartie, les associations représentatives s’engagent à apporter à la Ville tous les conseils et avis qu’elles solliciteraient lors de l’étude de nouveaux aménagements ou lors de l’évaluation des problèmes rencontrés par les usagers de deux-roues motorisés sur le réseau routier communal. Résolution Le Conseil communal de la Ville de Liège adopte ……. (à l’unanimité, par …. voix pour, …. voix contre et …. abstention la présente Charte. Michel Péters Conseiller communal
  • 10. Ajout d’un point en urgence à l’Ordre du jour du Conseil communal du 25 février 2008 Le règlement d’ordre intérieur du Conseil communal Conformément à l’article L1122-24 du Code de la Démocratie locale et de la décentralisation, (CDLD) les conseillers signataires sollicitent l’inscription du présent point en urgence. Motivation de l’urgence Installé le 4 décembre 2006, le nouveau Conseil communal de la Ville de Liège vit, depuis, avec son ancien Règlement d’ordre intérieur (ROI). Malgré l’annonce par le Collège communal, notamment en avril 2007, d’adaptations bien nécessaires, celles-ci restent attendues à ce jour. Lors de la dernière séance du Conseil communal, le Bourgmestre a annoncé que les modifications seraient présentées au conseil de ce jour, il n’en est rien. Or, force est de constater que le règlement pose actuellement des problèmes : -­‐ Sur le plan sémantique, tout d’abord, le ROI actuel parle toujours du défunt Collège « des Bourgmestre et Echevins » ou de la Loi communale, remplacée depuis par le Code de la Démocratie locale et de la décentralisation (CDLD). -­‐ Sur le plan légal, le CDLD, en son article L1122-18, précise que le conseil communal adopte un règlement d'ordre intérieur qui doit fixer : o les conditions dans lesquelles sont organisées les réunions communes du conseil communal et du conseil de l'action sociale. o les modalités d'application de l'article L1123-1, par. 1er, alinéa 2, et l’énumération des mandats dérivés perdus par un conseiller démissionnaire de son groupe politique. o les règles de déontologie et d'éthique. Ces règles consacrent notamment le refus d'accepter un mandat qui ne pourrait être assumé pleinement, la participation régulière aux séances du conseil, du collège et des commissions, les relations entre les élus et l'administration locale, l'écoute et l'information du citoyen. Faute d’insertion des modifications nécessaires dans son ROI, le conseil communal ne pourra tenir sa réunion conjointe annuelle du avec le Conseil de l’Action sociale. Les règles d’éthique et de déontologie doivent être adoptées immédiatement, d’autant plus que les représentants communaux dans les diverses intercommunales ou sociétés de logement de service public ont été priés, très logiquement, de les adopter depuis plusieurs mois. En conséquence, tout retard supplémentaire risquerait de présenter un danger pour le fonctionnement du conseil communal. Dispositif Considérant qu’il y a urgence de revisiter le ROI afin de l’adapter aux obligations légales, de gommer quelques anachronismes sémantiques et de remédier aux imperfections constatées depuis plusieurs mois.
  • 11. Considérant que l’expérience de plus d’une année de Conseil a démontré, à plusieurs reprises, l’anachronisme du règlement. Considérant que le ROI doit être un moyen de revaloriser le travail des conseillers communaux. Considérant qu’il importe de préciser une série de dispositions sujettes actuellement à interprétation. Considérant qu’il importe d’accroître le nombre d’interpellations par groupe politique. Considérant qu’il importe de permettre le débat immédiat sur les points ajoutés à l’ordre du jour. Considérant qu’il importe de permettre l’ajout de points et le débat à l’ordre du jour des commissions. Considérant qu’il importe d’autoriser la transmission de documents par voie électronique afin que les conseillers puissent en disposer suffisamment tôt pour effectuer leur travail. Résolution Le Conseil communal de la Ville de Liège adopte le nouveau règlement d’ordre intérieur tel que repris en annexe à la présente délibération. La présente délibération a recueilli ….. voix à l’occasion du Conseil communal du 25 février 2008. Olivier Hamal Bénédicte Heindrichs Alain Leens Michel Péters Conseillers communaux
  • 12. Amendement au budget 2008 Ajouter un article en recette ordinaire de prestation et le provisionner de 1 € pour permettre d’inclure la vente des tickets offerts dans le cadre de la convention entre la Ville de Liège et l’asbl « Fléron Basket Club » dénommée « Liège-Basket ». Justification L’article budgétaire 012 105 /12316/08/12 prévoit 50.000 € au titre d’appui à la politique à caractère culturel, sportif, festif ou touristique « Liège-Basket ». En échange de cet appui, la Ville de Liège reçoit des places qu’elle distribue gratuitement pour certaines actions sociales en faveur des jeunes qui, notamment, fréquentent les clubs sportifs. J’ai déjà pu attirer l’attention du Collège, lors de l’examen de la convention la Ville de Liège et l’asbl « Fléron Basket Club » dénommée « Liège-Basket », sur l’incohérence de cette politique « rase gratis ». Pour rappel, l’asbl Coup d’Envoi mène des actions d’insertion par le Sport comme l’asbl Article 27 le fait pour l’insertion par la culture. Aucune de ces actions n’est menée à titre gratuit afin de responsabiliser les bénéficiaires. C’est ainsi que, par exemple, les billets d’entrée au Standard sont vendus 1,25 €. Il n’y a aucune raison objective pour que des bénéficiaires du Revenu d’intégration sociale doivent contribuer personnellement à un prix d’entrée et que les bénéficiaires des places prévues dans la convention entre la Ville et Liège-Basket soient offertes gratuitement. Sur les seuls matchs de championnat, cette vente rapporterait 3375 € à investir dans une convention avec l’asbl Coup d’Envoi. Il importera de modifier la convention en ce sens lorsqu’elle sera présentée au Conseil communal, mais il y a lieu, d’ores et déjà, de prévoir une inscription budgétaire. Michel Péters Conseiller communal
  • 13. Amendement au budget 2008 Ajouter un article en recette ordinaire de prestation et le provisionner de 1 € pour permettre d’inclure la vente des tickets offerts dans le cadre de la convention entre la Ville de Liège et la Société anonyme « Standard de Liège » Justification L’article budgétaire 012 105 /12316/08/08 prévoit 65.000 € au titre d’appui à la politique à caractère culturel, sportif, festif ou touristique « Standard de Liège ». En échange de cet appui, la Ville de Liège reçoit des places qu’elle distribue gratuitement pour certaines actions sociales en faveur des jeunes qui, notamment, fréquentent les clubs sportifs. J’ai déjà pu attirer l’attention du Collège, lors de l’examen de la convention la Ville de Liège et la Société anonyme « Standard de Liège », sur l’incohérence de cette politique « rase gratis ». Pour rappel, l’asbl Coup d’Envoi mène des actions d’insertion par le Sport comme l’asbl Article 27 le fait pour l’insertion par la culture. Aucune de ces actions n’est menée à titre gratuit afin de responsabiliser les bénéficiaires. C’est ainsi que, par exemple, les billets d’entrée au Standard sont vendus 1,25 €. Il n’y a aucune raison objective pour que des bénéficiaires du Revenu d’intégration sociale doivent contribuer personnellement à un prix d’entrée et que les bénéficiaires des places prévues dans la convention entre la Ville et le Standard soient offertes gratuitement. Sur les 13 matchs de championnat concernés, cette vente rapporterait 2925 € à investir dans une convention avec l’asbl Coup d’Envoi. Il importera de modifier la convention en ce sens lorsqu’elle sera présentée au Conseil communal, mais il y a lieu, d’ores et déjà, de prévoir une inscription budgétaire. Michel Péters Conseiller communal
  • 14.     Amendements  du  groupe  MR  au  Conseil  communal     Taxe  urbaine  –  Ménages       Ajouter  un  article  12  bis     Tout   ménage   ou   personne   isolée   justifiant   qu’il   dépasse   les   revenus   imposables   autorisant   le   taux  réduit,  conserve  ce  taux  réduit  si  dans  l’année  qui  précède  :     - l’augmentation  de  ses  revenus  indépendante  d’une  indexation  dont  l’allocation  de  chômage   minimale  bénéficie   - l’augmentation   de   ses   revenus   est   due,   pour   un   demandeur   d’emploi,   à   l’obtention   d’un   contrat  de  travail  à  durée  indéterminée     Justification     Les   augmentations   –   hors   indexation   –   des   pensions   (liaison   au   bien-­‐être,   augmentations   spécifiques   des   pensions   les   plus   faibles,   dont   celles   des   travailleurs   indépendants)   entraînent   parfois   des   effets   pervers  au  niveau  de  la  fiscalité  communale.       Il  n’est  pas  rare,  en  effet,  de  voir  un  petit  pensionné  être  dispensé  de  la  taxe  urbaine  une  année,  et  en   devenir   redevable   suite   à   une   simple   liaison   au   bien-­‐être   de   sa   pension.     L’application   de   la   taxe   urbaine   confisque   dès   lors   tout   ou   partie   du   supplément   de   pouvoir   d’achat   octroyé   par   le   Gouvernement   fédéral.       Ces  effets  ne  sont  pas  corrigés  par  la  simple  indexation  des  montants  pris  en  compte  pour  l’exonération   puisqu’il   est   courant   que   les   petites   pensions   augmentent   plus   rapidement   que   l’allocation   minimale   de   chômage.       De  même,  l’application  de  l’exonération  actuelle  constitue  un  piège  à  l’emploi.    Un  demandeur  d’emploi   qui  signe  un  contrat  de  travail  devra  s’acquitter  de  la  taxe  urbaine  dès  l’exercice  fiscal  suivant.    Ceci  est   d’autant   plus   pénalisant   pour   les   travailleurs   peu   qualifiés   dont   les   revenus   dépassent   à   peine   l’allocation  minimale  de  chômage.         Il  est  donc  proposé,  dans  les  deux  cas  visés  ci-­‐dessus,  de  permettre  de  bénéficier  de  l’exonération  si  la   situation  a  été  modifiée  dans  les  six  derniers  mois  maximum.       Il  appartient  au  citoyen  qui  souhaite  pouvoir  bénéficier  de  l’exonération  d’apporter  les  preuves    (copie   du  contrat  de  travail,  fiche  pension,  etc.)  permettant  au  collège  de  statuer.       La  Ville,  en  adoptant  cette  mesure,  rendra  dès  lors  un  peu  de  pouvoir  d’achat  aux  plus  faibles.               Michel  Péters   Conseiller  communal  
  • 15.     Amendements  du  groupe  MR  au  Conseil  communal     Taxe  urbaine  kots     Ajouter  un  article  6  bis     - Le   taux   de   la   taxe   est   réduit   à   50  €   par   an   et   par   logement   offert   en   location   lorsque   le   propriétaire   est   domicilié   et   réside   effectivement   à   l’adresse   à   laquelle   les   logements   sont   offerts  en  location.     Justification     De  nombreux  propriétaires  liégeois  louent  des  kots  au  sein  de  leur  propre  habitation.       Il  est  acceptable  que  les  résidents  d’une  habitation  composée  uniquement  de  kots  se  voient  appliquer  –   en    quelque  sorte  –  une  taxe  urbaine  au  taux  isolé.       Il  est  par  contre  moins  compréhensible  que  la  location  de  kots  au  sein  d’une  habitation  dans  laquelle  vit   également  le  propriétaire  et  sa  famille,  entraîne  l’application  d’une  taxe  identique  (100  €  par  kots).       Une  telle  composition  s’apparente  plus  exactement  un  «  ménage  »  qui  compte  plus  de  trois  ou  quatre   personnes.    Il  n’est  pas  rare  que  les  propriétaires  se  retrouve  avec  de  nombreux  sacs  poubelle  non-­‐ utilisés  en  fin  d’année.       En  matière  de  gestion  des  déchets,  la  présence  du  propriétaire  permet  d’assurer  une  plus  grande   responsabilité.    Dans  le  cas  contraire,  la  partie  non-­‐forfaitaire  de  la  taxe  trouve  son  application.       Il  est  dès  lors  proposé  de  réduire  la  taxe  de  moitié  lorsque  propriétaire  et  koteur(s)  cohabitent.       Il  appartient  au  citoyen  qui  souhaite  pouvoir  bénéficier  de  la  réduction  d’apporter  les  preuves  (certificat   de  domiciliation,  consommations  énergétiques  personnelles,  etc.)  permettant  au  collège  de  statuer.                 Michel  Péters   Conseiller  communal      
  • 16. Liège, 27 septembre 2012   Interpellation au Conseil communal du 24 novembre 2008 Audit : un instrument de bonne gestion communale Depuis quelques mois, divers exemples démontrent qu’une analyse en profondeur des services communaux s’impose. Lorsque l’on interroge l’Echevin des services sociaux sur la fusion des crèches et mini-crèches, il préfère répondre que l’important – il a certes raison mais la question est ailleurs – est l’ouverture de places supplémentaires d’accueil des enfants en bas âge. Quand on demande au Collège ses propositions d’économies d’échelle entre la Ville et son CPAS, les conseillers communaux reçoivent des réponses vagues dont ils attendent toujours les premières mises en œuvre. L’exemple, plus récent encore, de la perte de 3 millions € du programme des travaux financés par la Région wallonne, « pour un document oublié » illustre à quel point les manquements de la gestion communale peuvent être préjudiciables aux citoyens. Le M ouvement Réformateur estime que la majorité communale ne peut plus attendre pour mettre en place, à très brève échéance, un audit généralisé et indépendant des services communaux liégeois. Décrié suite aux scandales du logement social wallon, l’audit est pourtant un instrument de meilleure gouvernance. Il doit permettre d’améliorer le fonctionnement des services communaux au bénéfice des citoyennes et citoyens. . Ses caractéristiques essentielles sont : - l’identification du risque - la mise en place de mécanismes et de procédures pour neutraliser ces risques Un audit doit permettre de mettre en évidence les abus et le gaspillage des ressources financières et humaines ; il doit identifier les erreurs et les fraudes par des contrôles matériels et comptables, des contrôles des opérations et des achats. Le Mouvement Réformateur propose que le budget 2009 de la Ville de Liège, mentionne un article budgétaire à hauteur de 400.000 € pour un audit généralisé portant sur deux années civiles. Une analyse des procédures devant garantir une meilleure efficacité de la gestion des activités de la ville est à ce prix. Contacts : Michel Péters 0495/540.831 et Fernand Deschampheleire 0495/539.808
  • 17. Liège, 27 septembre 2012   M ichel Péters et Fernand Deschampheleire Conseillers communaux Contacts : Michel Péters 0495/540.831 et Fernand Deschampheleire 0495/539.808
  • 18. Interpellation  au  Conseil  communal  du  28  janvier  2008     Le  Standard  :  à  Sclessin  ou  ailleurs  ?       Monsieur  le  Bourgmestre,       L’annonce  du  prochain  déménagement  du  Standard  de  Liège  ne  semble  réjouir  personne.    Les   supporters   craignent   la   fin   de   «  l’enfer  »   de   Sclessin   et   une   pétition   circule   pour   le   maintien   des   infrastructures   sur   le   site   actuel.   Les   riverains   d’un   des   sites   convoités,   l’ancien   charbonnage   Patience  et  Beaujonc  à  Glain  signent  également  une  pétition  initiée  par  le  Comité  de  quartier   dans  la  crainte  d’un  «  enfer  de  Glain  ».       Un   courrier   du   Directeur   général   du   Standard,   signale   que   le   site   de   Glain   a   été   suggéré   par   les   autorités  communales.       Je   vous   avoue   avoir   été   surpris   de   cette   pro-­‐activité   des   autorités   communales   et   je   serai   honoré  d’en  connaître  l’auteur…     Monsieur  le  Bourgmestre,  comment  l’autorité  communale  peut-­‐elle    «  suggérer  »  un  terrain  sur   lequel  la  Ville  ne  possède  aucun  droit  ?     Comment  peut-­‐elle  «  suggérer  »  un  lieu  qui  fait  l’objet  d’une  convention  entre  le  propriétaire  et   un   acheteur   éventuel   –   le   Centre   hospitalier   chrétien   –   qui   prospecte   actuellement   ce   site   pour   y   implanter,   peut   être,   un   futur   centre   hospitalier  regroupant   plusieurs   sites   actuellement   dispersés  ?         Dois-­‐je  en  conclure  que  vous  avez,  pour  l’implantation  du  futur  CHC,  fait  votre  choix  ?       Les   autorités   du   CHC   ont   été,   la   presse   s’en   est   faite   l’écho,   tout   autant   surprises   que   le   propriétaire   du   site   Patience   et   Beaujonc,   les   riverains   et,   parmi   ceux-­‐ci,   moi-­‐même.     Aucune   négociation,  aucune  information,  aucune  transparence,…     Monsieur   le   Bourgmestre,   je   partage   votre   avis   quand   vous   affirmez   que   la   présence   du   Standard   est   nécessaire   au   redéploiement   de   Liège,   à   son   image,   à   sa   participation   à   l’éventuelle  Coupe  du  Monde  de  football  2018  dans  notre  pays.       Je  suis,  comme  vous  convaincu  que  tout  doit  être  fait  pour  maintenir  ce  stade  à  Liège.    Mais   tout  faire  ne  signifie  aucunement  FAIRE  N’IMPORTE  QUOI  !       Etes-­‐vous   (encore)   conscient   des   difficultés   spécifiques   liées   à   l’exploitation   d’un   stade   de   football  de  40.000  places  ?    Pouvez  vous  décemment  dire  aux  riverains  du  site  qui  sera  retenu   qu’ils   n’encourront   aucune   nuisance,   que   leur   vie   sera   tout   aussi   paisible   demain   que   maintenant,  que  leur  bien  immobilier  ne  sera  pas  déprécié  ?       Ce   qu’il   faut   pour   les   Glaintoises   et   Glaintois,   c’est   un   projet   créateur   d’emplois,   une   activité   génératrice   de   commerces   permanents   qui   s’intègrerait   harmonieusement   dans   un   quartier   périphérique  encore  protégé  des  nuisances  du  centre  urbain.    Ce  qu’il  faut  à  Glain,  ce  sont  des   logements  de  qualité,  répartis  dans  un  espace  de  verdure.        
  • 19. Je  vous  remercie  d’avance  pour  les  réponses  que  vous  m’apporterez.             Michel  Péters   Conseiller  communal   27  septembre  2012  
  • 20. Interpellation au Conseil communal du 23 juin 2008 Fusion des crèches et mini-crèches de la Ville de Liège Lors de la mise en place du nouveau Collège, le 4 décembre 2006, il a été mis fin à une incohérence issue de la fusion des communes par la suppression de la distinction entre logement urbain et le logement péri-urbain. La compétence, jadis éclatée entre deux Echevins, étant regroupée au profit de l’actuelle Echevine du Logement. Même si la référence historique est loin d’être identique, une incohérence apparente semble persister dans le domaine de l’accueil des jeunes enfants en crèches ou en mini-crèches communales. En effet, les 9 crèches (394 lits) dépendent de l’Echevin des Services sociaux. Les 8 mini-crèches (162 lits), quant à elles, relèvent de l’Echevin de l’Instruction publique. A l’origine, la compétence sur les mini-crèches a été dévolue à l’Echevin de l’Instruction publique car elles étaient implantées dans des écoles communales et avaient comme but, notamment, d’attirer des enfants dans l’enseignement fondamental organisé par la Ville de Liège. Cette justification a perdu une partie de son sens avec le temps : si toutes les mini-crèches existent encore, certaines écoles qui les accueillaient ont été fermées (Rue Saint Laurent par exemple). Une rapide analyse de la fréquentation montre également que la fonction d’attrait est désuète (à Burenville par exemple). Il apparaît être de bonne gestion communale que de s’interroger, au minimum, sur la pertinence du maintien de la distinction de la tutelle sur ces structures d’accueil. Dans la négative, il y aurait lieu de rattacher l’ensemble des structures d’accueil à un seul échevinat, peut-être celui des Services sociaux comme l’Echevin le suggérait à l’auteur lors d’une question à ce sujet en commission. Il n’y a pas lieu, cependant, de se précipiter dans un transfert sans analyser l’ensemble des éléments et sans informer parfaitement le Conseil communal. Il me serait agréable d’être informé de votre avis à ce propos et des initiatives que vous comptez prendre ? Vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie de croire, Monsieur le Bourgmestre, en l’expression de mes sentiments les meilleurs. M ichel Péters Conseiller communal 18 juin 2008
  • 21. Interpellation au Conseil communal du 8 septembre 2008 Mosquées de Glain : une nécessaire réflexion d’ensemble Qu’il soit clair que je m’inscris entièrement dans le prescrit de l’article 19 de notre Constitution qui garanti la liberté des cultes et leur exercice. Je suis clairement favorable à l’installation d’un lieu de culte pour la communauté musulmane dans le quartier de Glain. Le projet de construction d’une mosquée par la Fondation religieuse islamique turque en Belgique dans ce quartier multiculturel de Liège est connu depuis plusieurs années. Le « Pouvoir organisateur » de la mosquée située rue des Bons Buveurs à Saint Nicolas cherche, depuis longtemps, à quitter des lieux trop exigus pour accueillir une communauté locale assez importante. Les partis démocratiques ont été informés de ce souhait. L’affichage de la demande de certificat d’urbanisme n°2 n’a donc pas surpris les habitants sur le fond du dossier, mais a créé un émoi important sur la forme qui lui est donnée par ses promoteurs : construction en intérieur d’îlot, gabarits importants – 1800 m² au sol sur deux étages ; coupole de 18 mètres aussi haute que les habitations sociales de la Cité du Moulin ou la Clinique de l’Espérance, minarets imposants (30,60 mètres) –, nombre réduit d’emplacements de parcage, etc. Les habitants, qu’ils soient proches riverains ou non, croyaient à un « simple » déménagement de la Mosquée « Bons Buveurs » et non à un projet qu’ils estiment disproportionné par rapport aux besoins de la communauté turque locale. De nombreuses réclamations – issues de citoyens de toutes origines et communautés religieuses – ont été portées à la connaissance du service de l’urbanisme lors de la séance d’information et par écrit. Elles portent notamment sur l’ampleur de l’édifice, les problèmes de mobilité, la détérioration du cadre de vie, l’insuffisance du stationnement, les nuisances sonores de l’exploitation d’une salle de fêtes, etc. Quelle est la suite réservée par les services de l’Urbanisme à ces réclamations ? Quel est l’avis qui sera soumis par l’administration au Collège ? Quel est l’avis de la CCATM ? Comme tel, le projet ne peut être présenté comme le simple « déménagement » d’une mosquée existante légèrement exigüe. Il vise ouvertement une communauté plus large, vraisemblablement aux dimensions de l’agglomération liégeoise, peut-être même au-delà. Il inclut une salle de fêtes dont l’exploitation fait également craindre des nuisances. De deux choses l’une : soit il s’agit d’un simple déménagement et le projet, disproportionné, manque totalement de modestie ; soit il a une volonté de rayonnement plus large et se pose alors ouvertement la question de l’implantation en cœur d’îlot, dans une rue à circulation locale où les possibilités de stationnement sont réduites.
  • 22. Au-delà de l’aspect strictement urbanistique, ce projet doit amener une réflexion sur l’aménagement de ce type d’équipement collectif sur le territoire de notre Ville. La Ville s’est-elle questionnée sur sa capacité à absorber et à répartir ce type de fonction ? Quelle est sa vision de la politique urbanistique sur ce point précis ? Enfin, votre Collège s’est-il inquiété de l’aspect architectural du projet et de son intégration dans le quartier ? Faut-il s’enfermer dans le formalisme architectural du style ottoman ? Je vous remercie pour vos réponses. Michel Péters Conseiller communal
  • 23. Interpellation au Conseil communal du 20 octobre 2008 Liège 2015 : l’élan citoyen doit être entendu, maintenant ! Au Conseil communal du 26 mai dernier, les groupes ECOLO et MR ont soutenu fortement le dépôt de la candidature de la Ville au titre de capitale européenne de la culture 2015. Votre majorité a refusé cette proposition. C’est très regrettable pour notre Cité. L’élan citoyen qui porte ce projet n’a pas faibli. Les initiateurs souhaitent que la Ville de Liège organise une consultation populaire avec cette question : « Souhaitez-vous que la Ville de Liège pose sa candidature au titre de capitale européenne de la culture 2015 ? ». A ce jour, de très nombreuses signatures ont été recueillies. Il est trop tôt pour dire si le chiffre de 19.000 sera atteint, mais un constat s’impose Monsieur le Bourgmestre : l’initiative est couronnée de succès ! A ce jour, c’est nettement plus de 10 % du corps électoral liégeois qui soutient le dépôt de la candidature de la Ville de Liège. Ce sont des chiffres qui parlent. Vous vous réfugiez derrière un accord au sein du Gouvernement de la Communauté française, en 2004, pour justifier votre soutien à l’unique candidature de Mons. Or, les règles ont changé. Le Bourgmestre de Mons le reconnaît lui-même : ce n’est plus le Gouvernement fédéral qui propose la candidature d’une Ville, mais un jury composé de 7 experts de l’Union Européenne, et de 6 Belges, 3 francophones, 3 néerlandophones. Il admet aussi que « chaque ville belge peut déposer sa candidature », ce que fera Malines… Dernièrement, il renchérissait : « L'appel à candidatures est ouvert à toutes les villes, c'est clair. Pour l'instant, on ne sait pas s'il y aura un ou plusieurs candidats. Nous devrons simplement être les meilleurs ». Ce discours d’ouverture tranche avec les affirmations de la Ministre de la Culture : « Pour moi, ce sera Mons, c’est évident. Cela a été décidé bien avant mon arrivée et avec le soutien de toutes les parties, y compris le gouvernement fédéral. Je respecte les accords pris par mes prédécesseurs. L’appel à candidatures légal a néanmoins été lancé. Et le meilleur projet sera retenu, je pense ». Elle renforce, de plus, ses paroles par des actes en faisant voter d’importants budgets en faveur de la candidature de Mons... Belle incohérence ! Belle démocratie que celle qui favorise, à coût de millions d’euro, une candidature unique…
  • 24. Anticipant les délais prévus par les règlements européens, le comité de pilotage – constitué notamment de Frédéric Delcor et Philippe Swinnen – a fixé la date limite de dépôt des candidatures au 1er mars 2009. Si la pétition liégeoise atteint 19.000 signatures, vous devrez organiser une consultation qui, nous devons l’admettre en tant que gestionnaires publics, aura un coût pour les Liégeoises et Liégeois. Le temps que vous prendrez pour l’organiser amputera d’autant la période laissée pour concevoir la candidature de Liège. Notre avis est que vous devez, aujourd’hui, eut égard à l’élan citoyen et à l’incroyable mobilisation du milieu culturel liégeois, annoncer le dépôt de la candidature de la Ville de Liège sans organiser une consultation populaire. Nous souhaitons connaître vos intentions à ce sujet. Bénédicte Heindrichs Michel Péters Conseillère communale Conseiller communal
  • 25. Point à ajouter à l’ordre du jour du Conseil communal du 29 septembre 2008 Mosquée(s) : une nécessaire réflexion à l’échelle de l’agglomération liégeoise Mon interpellation au conseil communal du 8 septembre relative aux projets d’implantation de mosquées dans le quartier de Glain, voulait attirer l’attention du Collège sur les défis auxquels il sera confronté dans un proche avenir quant à l’implantation de lieux de cultes musulmans sur le territoire de notre Cité. L’article 19 de notre Constitution garanti la liberté des cultes et leur exercice, j’y souscris bien évidemment. Il revient néanmoins au pouvoir politique communal de mener une réflexion approfondie sur l’intégration harmonieuse des lieux de cultes à l’échelle des quartiers, de la Ville, mais aussi de l’agglomération liégeoise. Le projet de construction d’une mosquée par la Fondation religieuse islamique turque en Belgique dans le quartier multiculturel de Glain doit être l’élément déclencheur d’une importante réflexion avec l’ensemble des formations démocratiques du Conseil communal. Les réactions et oppositions de nombreux riverains démontrent les difficultés urbanistiques, mais aussi sociologiques, d’appréhender ce type de construction. Les gabarits importants d’une architecture d’inspiration résolument ottomane prouvent aussi les difficultés des promoteurs d’intégrer leur projet dans le quartier en permettant aux habitants de se l’approprier. La Ville de Liège doit saisir le moment présent de cette demande pour mener une large réflexion devant aboutir à un « plan Moquées » qui pourra être montré en exemple à l’avenir. Il est impérieux d’agir avec pondération et réflexion pour éviter les clivages et incompréhensions rencontrées, notamment, à Bastogne. Au-delà de l’aspect strictement urbanistique particulier du projet, il doit amener une réflexion sur l’aménagement de ce type d’équipement collectif sur le territoire de notre Ville. La réflexion doit donc aussi porter sur l’aspect architectural et l’intégration des projets dans les quartiers. Faut-il s’enfermer dans le formalisme architectural du style ottoman ? Aucun lieu de culte ne doit entraîner une modification fondamentale de l’affectation d’un quartier ou en compliquer la mobilité. Ici encore, la réflexion doit être posée et documentée. La question du possible financement public – même partiel – des projets doit aussi éclairer le choix des mandataires publics. L’argent public doit, à mon sens, financer des projets réalistes en adéquation parfaite avec les besoins réels de la population ; pas des symboles ostentatoires ou des locaux disproportionnés. Il y va de la bonne gestion des deniers publics et du respect de l’ensemble de nos concitoyens. La provenance des fidèles doit être parfaitement analysée : la Ville de Liège ne doit pas intégrer seule ces équipements collectifs. Une réflexion à l’échelle de l’arrondissement de Liège doit être initiée.
  • 26. L’image que donneront les futurs lieux de culte aura une influence importante à la fois sur les fidèles qui les fréquenteront et sur les citoyens qui la verront. Par exemple, si une mosquée ne s’intègre pas dans son paysage, dans son quartier, que ce soit par gigantisme ou par le choix d’une architecture trop formelle et passéiste, la communauté musulmane sera perçue comme une communauté qui ne veut pas s’intégrer, qui reproduit chez nous ce qui existe chez eux. Or, ce « chez nous » et ce « chez eux » ne doivent plus exister dans une société multiculturelle. Les lieux de culte actuels à la croisée des cultures doivent intégrer le substrat architectural et décoratif local. Nous ne devons pas accepter, sans réflexion, un « copier-coller » de lieux de culte du pays d’origine. Les églises catholiques ont d’ailleurs modifié profondément, depuis l’après guerre, leur modèle architectural. Les clochers se font rares ou se réduisent, des techniques d’éco-construction sont utilisées. Nous ne pouvons, pas plus, accepter des centres présentant des équipements multiples : piscine, lieux cultuels, salle de sports, classes, commerces. Ces « centres cultuels » conduisent à la ghettoïsation, au repli sur soi. Les autorités communales doivent s’assurer que l’autorisation légale qu’elles délivrent emporte l’approbation sociale nécessaire à la parfaite intégration de ces équipements collectifs. Une large concertation entre les promoteurs de projets, les autorités et les riverains devrait être organisée. Une approche du type « démocratie participative » permettrait un échange, une meilleure compréhension et surtout, une appropriation du projet par l’ensemble des communautés. N’oublions pas que nous créons aujourd’hui le patrimoine de demain. Projet de résolution Considérant que divers projets d’implantation de lieux cultuels et culturels musulmans ont été portés à la connaissance des autorités communales ; Compte tenu du fait qu’une large réflexion doit être menée sur l’implantation de ces équipement collectifs afin d’en assurer la parfaite intégration et leur appropriation par l’ensemble de la population ; Compte tenu qu’il y a lieu de mener une réflexion à l’échelle de l’agglomération liégeoise ; Considérant que l’ensemble des forces démocratiques doivent être associées à cette réflexion. Le Conseil communal demande au Collège la mise en place d’une Commission « mosquées » chargée de mener une large réflexion sur l’implantation de ce type d’équipement collectif sur le territoire de la Ville de Liège. Cette commission doit étudier la mise en place rapide, mais concertée, d’un Plan Mosquée de la ville, intégré dans le schéma de structure. La réflexion portera également sur les aspects mobilités autour de ces équipements collectifs. Le Conseil communal demande au Bourgmestre d’inscrire la question de ces implantations à l’ordre du jour de la prochaine conférence des Bourgmestres de l’Arrondissement de Liège et de l’informer du suivi régulièrement.
  • 27. Le Conseil communal, dans l’attente du résultat de cette réflexion globale et de l’adoption du plan Mosquée, instaure un moratoire sur l’implantation de ces équipements. Michel Péters Conseiller communal
  • 28. Conseil communal du 26 mai 2008 Question orale à Monsieur l’Echevin des Services sociaux et de la Famille Monsieur l’Echevin, Sur votre proposition, le Collège communal a décidé de désormais répartir annuellement deux montants de 8 000 € à des associations dont les projets auront été sélectionnés, en concertation avec la nouvelle Commission communale consultative de l’Associatif social (CCCAS), à la suite d’appels à projets thématiques. Ceci permettra à l’avenir – et je vous en félicite – d’éviter le saupoudrage des petits subsides récurrents et suscitera un effet de levier engendrant la réalisation d’actions sociales plus conséquentes. Le 13 mai, la Commission communale consultative de l’associatif social, a constaté que, « faute d’un nombre suffisant de participants, les sous-commissions « aide alimentaire » et « mendicité/prostitution/toxicomanie » ne seraient pas mises en place cette année. La CCCAS (80 associations membres et 4 représentants du Conseil communal) a décidé de créer quatre sous-commissions : § Familles (recomposées, monoparentales…) (14 associations) § Immigration (10 associations) § Logements pour personnes précarisées (17 associations) § Insertion – formation (19 associations). Chaque année deux appels à projets seront déterminés dans des matières relevant alternativement de deux de ces quatre sous-commissions. Il a été décidé de commencer en 2008 par la famille et l’immigration ; les deux autres sujets, à savoir le logement et l’insertion, feront quant à eux l’objet d’appels à projets pour 2009. Faute d’être rassemblées au sein d’une commission, les associations actives dans l’aide alimentaire et la mendicité/prostitution/toxicomanie ne pourront dès lors percevoir une subvention de la ville. Je crois rêver alors que tous les jours on parle de perte de pouvoir d’achat, de pauvreté croissante ou de toxicomanie. Pouvez-vous confirmer ou nuancer cette analyse ? Il y a un peu plus d’un an, nous assistions, bras ballants, à la liquidation de l’asbl Epicerie sociale de Liège créée en avril 2004. Tout irait-il mieux à Liège dans le secteur de l’aide alimentaire. Je pense que non. Je vous demande dès lors de prendre ce problème « à bras le corps ». M ichel Péters Conseiller communal
  • 29.     Question  orale  à  Monsieur  le  Bourgmestre  de  Liège       27  septembre  2012       Monsieur  le  Bourgmestre,         Il  me  revient  que  suite  à  un  litige  entre  la  Ville  de  LIEGE  et  INTERMOSANE  concernant  la   répartition  des  dividendes  pour  l'année  2004,  un  blocage  persiste  au  niveau  de  la   distribution  de  ceux-­‐ci.       § Pouvez-­‐vous  me  confirmer  l’information  ?     § Sur  quel  montant  porte  le  litige  ?   § Les  sommes  litigieuses  sont-­‐elles  placées  ?    Comment  ?     § La  résolution  de  ce  litige  est-­‐elle  proche  ?       Je  vous  remercie  pour  vos  réponses.             Michel  Péters     Conseiller  communal  
  • 30.         Question  orale  à  Monsieur  le  Bourgmestre  de  Liège       Monsieur  le  Bourgmestre,           Il  y  a  juste  un  an,  le  nouveau  logo  de  la  Ville  de  Liège  faisait  couler  beaucoup  d’encre  et  de   salive.       Ce   nouveau   «  symbole  »   de   notre   Ville   a   été   et   reste   rejeté   par   une   immense   partie   des   Liégeoises  et  Liégeois.       Lors  des  récents  vœux  au  personnel  communal,  vous  avez  déclaré  que  la  charte  graphique   venait  d’être  adoptée  et  que  le  logo  allait  s’imposer.       Allait  être  imposé,  Monsieur  le  Bourgmestre  !       Devant   les   réactions   très   négatives   de   nos   concitoyens,   vous   aviez   jadis   déclaré   que   le   nouvel  emblème  ne  se  substituerait  pas  complètement  aux  armoiries  anciennes  et  officielles   qui  seraient  toujours  utilisées.       Pourtant,   nous   devons   constater   que   vos   promesses   n’ont   pas   été   suivies   d’effets   et   que   les   armoiries  ont  maintenant  complètement  disparus  de  la  communication  officielle  de  la  Ville   de  Liège.       Qu’en  est-­‐il  exactement  Monsieur  le  Bourgmestre  ?             Michel  Péters     Conseiller  communal  
  • 31.     Question  orale  à  Monsieur  le  Bourgmestre  de  Liège       27  septembre  2012       Monsieur  le  Bourgmestre,         Depuis  plusieurs  mois,  la  Maison  communautaire  de  Glain  est  construite  rue  des   Hotteuses.       Si  je  ne  partageais  pas  le  choix  de  l’emplacement,  il  faut  reconnaître  que  cette   infrastructure  aura  un  intérêt  pour  la  population  glaintoise.       Je  dis  bien  «  aura  »  car  cette  population,  mais  aussi  les  associations  qui  sont  actives  dans   le  quartier,  sont  comme  des  convoyeurs  :  elles  attendent  !     Pourriez-­‐vous  répondre  aux  questions  suivantes  :       § La  rétrocession  du  Logis  social  à  la  Ville  est-­‐elle  en  bonne  voie  ?     § Les  organes  de  gestion  ont-­‐ils  été  déterminés  ?    Comment  seront-­‐ils  composés  ?     § Quand  l’ouverture  au  public  est-­‐elle  prévue  ?       Je  vous  remercie  pour  vos  réponses.             Michel  Péters     Conseiller  communal  
  • 32. Proposition d’adoption d’un Règlement communal - sur l’octroi de subsides pour l’installation d’un système de récupération des eaux de pluies - sur l’octroi de subsides pour l’installation d’une toiture verte L’imperméabilisation des surfaces ne cesse d’augmenter dans nos grandes villes. Les récentes inondations démontrent à souhait le besoin de prendre des mesures diverses pour lutter contre ces phénomènes récurrents. Au-delà de la construction de bassin d’orage ou de l’entretien régulier des égouts qui incombent aux pouvoirs publics, les citoyens peuvent prendre des dispositions visant à la fois à réduire le rejet des eaux de pluies dans le réseau d’égouttage et à régulariser ces rejets. La récupération des eaux de pluie L’eau potable est une denrée précieuse et rare. Pourtant, ouvrir un robinet est devenu un geste si habituel que nous oublions souvent qu’avant d’arriver chez nous l’eau a dû être captée, puis traitée pour être rendue potable. Ces opérations sont, à cause de la pollution croissante de l’environnement, de plus en plus complexes et coûteuses et se répercutent, hélas, dans le coût vérité de l’eau. Nous dépensons donc beaucoup d’argent pour potabiliser une eau qui est employée pour de nombreux usages non alimentaires : arrosage du jardin, lavage de la voiture et du trottoir, nettoyage de la maison, alimentation du lave-linge et des chasses d’eau. En Belgique, on estime que l’eau de pluie récoltée par les toits pourrait couvrir plus de 60% de la consommation domestique actuelle qui est à peu près de 450 millions de mètres cubes d’eau par an. Il est néanmoins utopique de croire que l’on pourrait dépendre essentiellement de cette eau. Le maintien d’un réseau de distribution à un coût individuel acceptable est dès lors indispensable. Au-delà d’une réduction de la consommation d’eau de distribution et, dès lors, du montant de la facture d’eau, l’eau de pluie présente de nombreux avantages. L’eau de pluie peut être utilisée pour arroser le jardin, nettoyer la maison, laver le trottoir et la voiture, remplir la chasse d’eau, alimenter le lave- linge. Certains estiment même qu’elle peut alimenter le lave-vaisselle, la douche ou un bain,... Des systèmes de traitement domestique appropriés peuvent la rendre potable (filtration par osmose inverse), mais cela nécessite aussi des contrôles réguliers et rigoureux. L’eau de pluie est douce : plus besoin de détartrer les robinets, canalisations et autres appareils électroménagers. De plus, les tuyauteries et les appareils à résistance chauffante sont préservés (plus longue durée de vie).
  • 33. Elle permet la réduction de la consommation de savons et autres produits de nettoyage. En effet, les ions calcium et magnésium présents dans l’eau dure empêchent les détergents de bien remplir leur fonction. L’eau de pluie se stocke, même partiellement. Ainsi stockée, elle est éliminée plus progressivement ce qui, lors de fortes pluies ou des longues périodes pluvieuses, diminue la quantité d’eau qui arrive dans immédiatement dans les rivières. C’est une façon de retirer momentanément un volume d’eau du cycle de l’eau. Les citernes jouent donc un rôle de mini-bassin d’orage. La récupération permet donc, en partie, de lutter contre les inondations. Enfin, l’utilisation d’eau de pluie permet d’économiser les nappes d’eaux souterraines alimentant le réseau de distribution. On calcule la quantité d’eau de pluie disponible pour le consommateur en multipliant la superficie au sol du toit (m²) avec la pluviosité annuelle du lieu (m). On obtient la quantité annuelle en m³. Un exemple : en Belgique, une maison de 10 m sur 10 peut espérer récolter 80 à 120 m³ d’eau de pluie par an selon sa situation géographique, la pluviosité variant de 700 à 1500 litres d’eau par an et par mètre carré. On estime que chaque personne consomme en moyenne 120 litres d’eau par jour. Il faut environ 50 à 60 m² de toit de captage pour couvrir les besoins en eau d’une personne. L’installation d’une citerne reste cependant un investissement financier non négligeable à court terme pour le citoyen d’autant que d’aucun parle de plus en plus de taxer l’eau de pluie pour justifier le coût d’épuration de l’eau « grise », eau de pluie rejetée aux égouts après utilisation. Le placement d’une toiture verte Le système des toitures vertes se développe en Belgique et permet d’importants gains d’énergie en chauffage et climatisation. Les toitures vertes constituent une technique de construction durable et permettent d’optimiser la gestion des eaux dans les villes via une diminution de la quantité d’eau de pluie déversée dans les égouts. La qualité de l’eau évacuée par le biais de ces toitures est telle qu’elle peut être utilisée pour la plupart des applications domestiques. Régulateur de la quantité de liquide affluant dans les réseaux d'évacuation, la toiture verte limite les conséquences néfastes de l'imperméabilisation croissante des sols. Elle agit comme une véritable éponge en absorbant les précipitations et, en cas de fortes pluies, en ralentissant et régularisant l’évacuation des eaux vers une citerne et les égouts Une enquête du Centre scientifique et technique de la construction (CSTC) a confirmé que les quantités d’eau évacuées via les toitures vertes étaient moins importantes que dans le cas de toitures plates traditionnelles et qu’elles dépendent de l’épaisseur du substrat : si les toitures extensives retiennent ± 30 % des eaux de pluie sur une année, les toitures intensives ont, quant à elles, une capacité de rétention de près de 50 %.
  • 34. En outre, l’effet retardateur des toitures vertes sur l’écoulement des eaux a pu être démontré. Dans ce cas, l’épaisseur du substrat joue aussi un rôle : • le débit de pointe des toitures extensives diminue d’environ 50 % et démarre près de 10 minutes plus tard que sur une toiture traditionnelle • le débit de pointe des toitures intensives diminue jusqu’à quasiment 25 % et est postposé de plus d’un quart d’heure. La rétention d’eau permet également, par évaporation, son évacuation partielle dans l'atmosphère. Esthétiquement plus agréable que le bitume, la mousse et son substrat contribuent aussi à l'isolation du bâtiment de façon naturelle. Une toiture verte permet aussi de purifier l’air, en absorbant et en décomposant des substances nocives telles que le CO², le benzol et les poussières. Une isolation de l’habitation bien étudiée et bien réalisée permet de raccourcir la saison de chauffe, de réduire la puissance de l’installation de chauffage et d’augmenter la température des murs à l’intérieur. Par conséquent, elle permet de diminuer considérablement la facture de chauffage, d’accroître le confort et de contribuer à la protection de l’environnement. Une toiture verte permet une régulation des gains et des pertes de chaleur des bâtiments ainsi que de l'humidité, tout en diminuant la chaleur réfléchie. Elle augmente l'inertie thermique d'un bâtiment et peut améliorer son isolation : elle procure un effet thermique important en été par évaporation, en diminuant la température de la peau de l'étanchéité de plus de 60°C à moins de 40°C; ce qui permet d'éviter que l'occupant ne soit tenté par l'installation d'un climatiseur. Il existe deux types de toiture verte : la toiture intensive (ou toiture - jardin) est une toiture qui est véritablement aménagée en espace vert et dont la végétation se compose d’herbe avec plantes, fleurs, arbustes, etc. Elle demande une conception spéciale de la toiture et de sa structure portante car elle requiert la mise en œuvre d’une épaisse couche de terre. La toiture verte extensive (ou toiture végétalisée) se compose d’une strate herbacée, de plantes grasses de type sedum et de mousse, ne nécessitant qu’une couche de terre de faible épaisseur. Par conséquent, ce type de toiture verte peut être aménagé sur un bâtiment existant. L’ensemble des avantages de ce type d’installation démontrent que les pouvoirs communaux doivent encourager les citoyens à être responsables en octroyant des primes pour l’installation d’un système de récupération des eaux de pluies et/ou d’une toiture verte. Ces aides sont modulées dans les propositions de Règlements communaux ci-après.
  • 36. Règlement communal sur l’octroi de subsides pour l’installation, le remplacement ou la rénovation d’un système de récupération des eaux de pluies Considérant que le présent règlement répond aux objectifs fixés par la directive 2000/60/CE en matière de gestion durable de l'eau (gestion et utilisation plus efficaces des ressources en eau); Considérant qu'il convient de soutenir les programmes visant à améliorer le bilan hydrologique global du milieu urbain; Considérant que l'utilisation de l'eau de pluie constitue une pratique intéressante sur le plan économique et écologique: - elle réduit la consommation d'eau de distribution et donc la quantité d'eau pompée dans les nappes phréatiques ; - elle réduit la facture des citoyens ; - elle diminue l'usage de savons, d'adoucisseurs (appareils destinés à réduire la dureté de l'eau) et d'adoucissant ; - elle diminue la dilution des eaux usées dans les égouts et facilite l'épuration de celles-ci ; - elle régule le rejet des eaux de pluie dans le réseau d’égouttage ; Considérant que ce type d'installation entraîne un investissement important en fonction du type de matériel et du coût du placement ; Considérant que le temps de retour sur investissement de ce type d'installation peut constituer un frein important à l'investissement ; Considérant que l'appui des pouvoirs publics, et notamment des pouvoirs publics locaux, est nécessaire pour promouvoir la réparation, le remplacement ou la mise en place de telles installations ; Article 1. Il est établi, à partir du 1er janvier 2008, dans les limites du présent règlement et des crédits budgétaires prévus à cet effet, une prime destinée à encourager la réparation, le remplacement ou la mise en place de citernes d'eau de pluie d'un minimum de 2000 litres. L'installation devra permettre l'utilisation de cette eau de pluie par l'intermédiaire d'une pompe et répondre à des prescriptions techniques précises énumérées ci-dessous. Article 2. Le montant de la prime est fixé à 20 % du coût de l’installation et plafonné à 500 € par installation individuelle. Dans l'hypothèse de la construction, de la rénovation ou de la modification de plusieurs logements (immeuble à appartements, ensemble de maisons unifamiliales,...) par un même maître d’ouvrage, le montant de la prime est équivalent à autant de primes individuelles qu'il y a de logements avec un plafond fixé à 4 primes individuelles.
  • 37. Article 3. Le bénéfice de la prime définie à l'article 1 est réservé aux personnes physiques et morales titulaires d'un droit réel – propriétaire, locataire, emphytéote – sur l'immeuble concerné situé sur le territoire de la Ville de Liège. Cet immeuble doit être affecté principalement au logement. Article 4. Le demandeur de la prime s’engage à exécuter les travaux suivant les règlements, les recommandations, les prescriptions et les codes de bonne conduite relatifs à l’urbanisme, aux chantiers et au respect de l’environnement. Article 5. La prime n'est payée qu'après l'achèvement des travaux. La Ville se réserve le droit de vérifier la conformité de l’installation avant l’octroi de la prime. Pour bénéficier de la prime, le demandeur introduit à l'administration communale dans les 3 mois suivant la réalisation de l'installation, et au plus tard pour le 1er décembre, les documents suivants: - la « demande de prime communale » au moyen du formulaire rédigé par l'administration communale, dûment complété et signé par le demandeur ; - une copie du titre de propriété (acte d'achat du logement) ou du bail ; - pour le locataire, l'autorisation du propriétaire d'effectuer les travaux ; - la copie de la facture d'achat ainsi que la preuve de paiement ; - plusieurs photos montrant la citerne et les éléments techniques énumérés ci-dessous (en cas de rénovation d’un système de récupération d’eau de pluie, il faudra également joindre des photos de la situation précédant les travaux) ; - une attestation sur l'honneur par l'installateur de la conformité de l'installation aux exigences techniques. Article 6. Les travaux doivent être entrepris par des professionnels (corps de métier). L’installation doit satisfaire aux prescriptions techniques et comprendre au minimum les éléments suivants : - une pompe de type hydrophore, - un système visant à limiter l’introduction de matières véhiculées par l’eau (feuilles, petits animaux,…) dans la citerne ; - un système de filtrage d’eau (à l’arrivée de la citerne), - un raccordement pour l’alimentation de la chasse d’un WC ou à un lave-linge, d’autres raccordements étant recommandés ; - un système d’évacuation des eaux en excès (trop plein), - une trappe d’accès pour les travaux d’entretien et de réparation, - elle ne peut collecter que les eaux provenant des toitures, - elle doit être séparée du réseau d’eau de ville ; le cas échéant, au moyen d’un dispositif anti retour. La capacité minimale de la citerne sera de 2000 litres et un minimum de 40 m² (en surface horizontale) de toiture doit alimenter la citerne. Il est conseillé cependant de calculer la capacité de la citerne en fonction de la superficie des toitures.
  • 38. Article 7. Le bénéficiaire s’engage à maintenir l’installation en parfait état pendant une durée minimale de cinq ans à dater de l’obtention de la prime. Il s’engage à ne pas vendre ni modifier l’installation ayant bénéficié d’une prime, pendant la même durée. Dans le cas contraire le Collège communal se réserve le droit de réclamer le remboursement de la prime en partie ou en entièreté. A cet effet, le bénéficiaire autorise les services de la Ville de Liège à faire procéder sur place aux vérifications utiles. Une visite des lieux ne peut avoir lieu qu'après en avoir averti préalablement le demandeur par courrier, au moins 10 jours à l'avance. Article 8. Une prime de 25 € est accordée pour le placement d’un tonneau pour récupération des eaux pluviales. Le tonneau d’une capacité de 150 litres minimum est destiné à l’arrosage de plantes, l’entretien, le nettoyage du sol, de la voiture, des outils, etc. Le tonneau doit être muni d’un système de trop plein, d’un robinet et raccordé à une superficie de toiture comprise entre 4,00 m² et 60,00m². La prime porte sur un tonneau par ménage et n’est pas cumulable avec la prime « citerne ».
  • 39. Règlement communal sur l’octroi de subsides pour l’installation d’une toiture verte Considérant que le présent règlement répond aux objectifs fixés par la directive 2000/60/CE en matière de gestion durable de l'eau (gestion et utilisation plus efficaces des ressources en eau); Considérant qu'il convient de soutenir les programmes visant à améliorer le bilan hydrologique global du milieu urbain; Considérant que les toitures vertes constituent une technique de construction durable et permettent d’optimiser la gestion des eaux dans les villes ; Considérant qu’une toiture verte absorbe les précipitations et, en cas de fortes pluies, ralentit et régularise l’évacuation des eaux vers une citerne et les égouts : Considérant que d’autres avantages esthétiques et environnementaux sont réels dans cette installation ; Considérant que ce type d'installation entraîne un investissement important en fonction du type de matériel et du coût du placement ; Considérant que le temps de retour sur investissement de ce type d'installation peut constituer un frein important à l'investissement, d’autant que le renforcement de la structure du toit est parfois nécessaire ; Considérant que l'appui des pouvoirs publics, et notamment des pouvoirs publics locaux, est nécessaire pour promouvoir la mise en place de telles installations ; Article 1. Il est établi, à partir du 1er janvier 2008, dans les limites du présent règlement et des crédits budgétaires prévus à cet effet, une prime destinée à encourager l’installation de toitures vertes. L'installation devra permettre la rétention des eaux de pluie avant leur rejet en citerne ou dans le réseau d’égouttage et répondre à des prescriptions techniques précises énumérées ci-dessous. Article 2. Le montant de la prime est fixé comme suit : - pour l’installation d’une toiture verte extensive : 7,5 €/m² - pour une toiture intensive : 15€/m². Une superficie de minimum 10 m² et maximum de 100 m² sera prise en considération. Article 3. Le bénéfice de la prime définie à l'article 1 est réservé aux personnes physiques et morales titulaires d'un droit réel – propriétaire, locataire,
  • 40. emphytéote) sur l'immeuble concerné situé sur le territoire de la Ville de Liège. Cet immeuble doit être affecté principalement au logement. Article 4. Le demandeur de la prime s’engage à exécuter les travaux suivant les règlements, les recommandations, les prescriptions et les codes de bonne conduite relatifs à l’urbanisme, aux chantiers et au respect de l’environnement. Article 5. La prime n'est payée qu'après l'achèvement des travaux. La Ville se réserve le droit de vérifier la conformité de l’installation avant l’octroi de la prime. Pour bénéficier de la prime, le demandeur introduit à l'administration communale dans les 3 mois suivant la réalisation de l'installation, et au plus tard pour le 1er décembre, les documents suivants: - la « demande de prime communale » au moyen du formulaire rédigé par l'administration communale, dûment complété et signé par le demandeur ; - une copie du titre de propriété (acte d'achat du logement) ou du bail ; - pour le locataire, l'autorisation du propriétaire d'effectuer les travaux ; - la copie de la facture d'achat ainsi que la preuve de paiement ; - plusieurs photos montrant la réalisation et les éléments techniques énumérés ci-dessous - un rapport technique avec description des matériaux et plans. Article 6. Les travaux doivent être entrepris par des professionnels (corps de métier). L’installation doit satisfaire aux prescriptions techniques et comprendre au minimum les éléments suivants ci-dessous. Une toiture verte peut être aussi bien installée sur une toiture en pente de maximum 30° que sur une toiture plate. La végétation d’une toiture intensive (toiture jardin) se compose d’herbe avec plantes, fleurs, arbustes, etc. La toiture extensive (toiture végétale) se compose par exemple d’une strate herbacée, de plantes grasses de type sedum et de mousse. Une toiture verte est généralement composée des éléments suivants : - une couche d’étanchéité ; - une membrane résistant à la poussée des racines si la couche d’étanchéité n’est pas résistante aux racines ; - un matelas drainant ; - une couche de rétention d’eau ; - une couche filtrante ; - une couche de substrat ; - un filet d’ancrage si nécessaire ; - la végétation. Une toiture intensive aura une épaisseur de 20 à 40 cm et représentera un surpoids de 250 à 600 kg/m². Une toiture extensive aura une épaisseur de 4 à 12 cm et représentera un surpoids de 40 à 120 kg/m².
  • 41. Le demandeur de la prime portera la responsabilité de s’assurer que la structure portante est capable de supporter la surcharge. Il s’engage au bon entretien de la toiture afin d’éviter le colmatage des avaloirs. Article 7. Le bénéficiaire s’engage à maintenir l’installation en parfait état pendant une durée minimale de cinq ans à dater de l’obtention de la prime. Il s’engage à ne pas vendre ni modifier l’installation ayant bénéficié d’une prime, pendant la même durée. Dans le cas contraire le Collège communal se réserve le droit de réclamer le remboursement de la prime en partie ou en entièreté. A cet effet, le bénéficiaire autorise les services de la Ville de Liège à faire procéder sur place aux vérifications utiles. Une visite des lieux ne peut avoir lieu qu'après en avoir averti préalablement le demandeur par courrier, au moins 10 jours à l'avance.