Une	
  approche	
  de	
  la	
  vraie	
  dette	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  
...
Deux	
  précisions	
  importantes	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
...
Déroulement	
  proposé	
  :	
  4	
  étapes	
  
Décembre	
  2013	
  
① 	
  	
  Etat	
  des	
  lieux	
  en	
  quelques	
  ta...
Etat	
  des	
  lieux	
  	
  
en	
  quelques	
  tableaux	
  :	
  
où	
  en	
  sommes-­‐nous	
  ?	
  
SECTION	
  1	
  
	
  
...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  1/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
La	
  dette	
  publique	
  est	
  composée	
  des	
  ...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  2/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Dette	
  publique	
  notifiée	
  :	
  	
  	
  Source	
...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  3/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Dette	
  publique	
  notifiée	
  :	
  	
  	
  Suite	
 ...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  4/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Ajustements	
  comptables	
  postérieurs	
  :	
  
	
 ...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  5/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Première	
  déduction	
  :	
  
	
  
	
  
Des	
  centa...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  6/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Fin	
  2013	
  :	
  	
  	
  
	
  
Près	
  de	
  :	
  ...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  7/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Comment	
  la	
  dette	
  est-­‐elle	
  répartie	
  ?...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  8/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
D'où	
  viennent	
  les	
  ressources	
  de	
  l'Etat...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  9/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Les	
  recettes	
  fiscales	
  de	
  l'Etat	
  :	
  pr...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  10/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Rapport	
  de	
  la	
  dette	
  publique	
  :	
  en	...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  11/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
Le	
  poids	
  croissant	
  des	
  dépenses	
  publi...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  12/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
La	
  dette	
  rapportée	
  aux	
  recettes	
  fiscal...
Etat	
  des	
  lieux	
  :	
  (	
  13/13	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
	
  	
   	
  	
  
2007	
  
Les	
  pays	
  les	
  plu...
L'actuelle	
  lassitude	
  
fiscale	
  rapprochée	
  
d'une	
  analyse	
  émise	
  	
  
par	
  Frédéric	
  Bastiat.	
  
	
 ...
La	
  dynamique	
  de	
  notre	
  dette	
  
publique	
  provient	
  d'abord	
  de	
  
6	
  variables-­‐clefs.	
  
SECTION	...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Première	
  variable	
  :	
  croissance	
  et	
  dépenses	
  social...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
Statistique	
  évocatrice	
  issue	
  d'une	
  source	
  fiable	
  :	
  en	
  %	
  PIB.	
  
Décembre	...
Décembre	
  2013	
   22	
  
Quoi	
  de	
  neuf	
  ?	
  
Juillet	
  2013	
  :	
  	
  
Avec	
  le	
  début	
  de	
  la	
  cr...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Deuxième	
  variable	
  :	
  conjoncture.	
  
	
  
Depuis	
  1980,	...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Troisième	
  variable	
  :	
  	
  les	
  niches	
  fiscales.	
  
	
 ...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Troisième	
  variable	
  :	
  	
  les	
  niches	
  fiscales.	
  (	
 ...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  	
  
Décembre	
  2013	
  
Quatrième	
  variable	
  :	
  le	
  mille-­‐feuille	
  territor...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
4ème	
  variable	
  :	
  le	
  mille-­‐feuille	
  territorial.	
  (...
 
Frédéric	
  Bastiat,	
  libéral	
  
éclairé	
  :	
  
	
  
	
  
"	
  C'est	
  donc	
  à	
  tort	
  que	
  
quelques	
  au...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  	
  
Décembre	
  2013	
  
Cinquième	
  variable	
  :	
  les	
  carences	
  du	
  chiffrage...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Cinquième	
  variable	
  :	
  les	
  carences	
  du	
  chiffrage	
  ...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Cinquième	
  variable	
  :	
  les	
  carences	
  du	
  chiffrage	
  ...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Cinquième	
  variable	
  :	
  les	
  carences	
  du	
  chiffrage	
  ...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  	
  
Décembre	
  2013	
  
Cinquième	
  variable	
  :	
  les	
  carences	
  du	
  chiffrage...
Les	
  dépenses	
  définies	
  	
  
par	
  Frédéric	
  Bastiat	
  :	
  	
  	
  
	
  
"	
  L'argent	
  dépensé	
  pour	
  ré...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Sixième	
  variable	
  :	
  aspects	
  intrinsèques	
  de	
  la	
  ...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Sixième	
  variable	
  :	
  aspects	
  intrinsèques	
  de	
  la	
  ...
Six	
  variables-­‐clefs	
  :	
  
Décembre	
  2013	
  
Sixième	
  variable	
  :	
  aspects	
  intrinsèques	
  de	
  la	
  ...
L'endettement	
  public	
  :	
  
jusqu'où	
  peut-­‐on	
  tenir	
  ?	
  
	
   SECTION	
  3	
  
	
  
Décembre	
  2013	
  
Décembre	
  2013	
  
Jusqu'où	
  peut-­‐on	
  tenir	
  ?	
  :	
  	
  (	
  1/5)	
  	
  
flux
d’expatriation
moindres
rendem...
Jusqu'où	
  peut-­‐on	
  tenir	
  ?	
  :	
  (	
  2/5	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
La	
  démotivation	
  d'hier	
  :	
  
	...
Jusqu'où	
  peut-­‐on	
  tenir	
  ?	
  :	
  (	
  3/5	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
La	
  démotivation	
  présente	
  :	
  ...
Jusqu'où	
  peut-­‐on	
  tenir	
  ?	
  :	
  (	
  4/5	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
La	
  démotivation	
  future	
  :	
  
	...
Jusqu'où	
  peut-­‐on	
  tenir	
  ?	
  :	
  (	
  5/5	
  )	
  
Décembre	
  2013	
  
La	
  situation	
  française	
  s'inscr...
Notre	
  dette	
  publique	
  
est-­‐elle	
  domesticable	
  ?	
  
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Dette publique : faits et chiffres
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dette publique : faits et chiffres

1 973 vues

Publié le

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 973
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dette publique : faits et chiffres

  1. 1.               Une  approche  de  la  vraie  dette                                          publique  de  la  France.     Club  Frédéric  Bastiat   Mardi  17  Décembre  2013.   Jean-­‐Yves  Archer     Décembre  2013  
  2. 2. Deux  précisions  importantes  :   Décembre  2013                                                                                                           Première précision : Le contenu de cette présentation a été rédigée par mes soins et n'engage, éventuellement, que ma seule responsabilité. Elle est le fruit de mes recherches pour la conférence du Club Frédéric Bastiat qui m'a laissé toute liberté de rédaction et donc de réflexion. Deuxième précision : L'usage du Club Frédéric Bastiat est de nommer ses rencontres par le titre de " conférence ". Si j'ai effectivement des responsabilités de dirigeant de petites PME et d'économiste, je ne suis pas ici dans une logique de professeur. Pour moi, face à vous, je suis dans une logique de compte-rendu de recherches et d'apports de faits et de chiffres afin de nourrir un débat. 2  
  3. 3. Déroulement  proposé  :  4  étapes   Décembre  2013   ①     Etat  des  lieux  en  quelques  tableaux.   ②     La  dynamique  de  la  dette  et  ses  6  variables.   ③     L'endettement  public  :  jusqu'où  peut-­‐on  tenir  ?     ④     Notre  dette  publique  est-­‐elle  domesticable  ?     3  
  4. 4. Etat  des  lieux     en  quelques  tableaux  :   où  en  sommes-­‐nous  ?   SECTION  1     Décembre  2013  
  5. 5. Etat  des  lieux  :  (  1/13  )   Décembre  2013   La  dette  publique  est  composée  des  passifs  de  l'Etat   +  Organismes  sociaux  +  Collectivités  territoriales.     La  dette  publique  est  retenue  en  valeur  brute  :     soit  son  montant  exigible  (  comme  au  passif  d'une  entreprise  )  et  non  en  valeur  nette  en   incorporant  les  actifs  de  l'Etat  :    du  château  de  Versailles  aux  sous-­‐marins  nucléaires.     Comptabilité  annuelle.      Approche  "  classique  "  en  apparence.       La  dette  est  exprimée  en  %  du  Produit  Intérieur  Brut  (  PIB  ).     PIB  =      Somme  des  valeurs  ajoutées  brutes  des  différentes  branches   d'activité  +  impôts  –  subventions.    (  Source  Insee  ).    Impôts dans PIB...   http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/produit-­‐inter-­‐brut-­‐prix-­‐march.htm     A  noter  :  2014  prochaine  incorporation  au  PIB  des  éléments  incorporels  (  marques,  etc  )     d'où  une  augmentation  mécanique  programmée  d'environ  3%  du  PIB.       Réforme  déjà  réalisée  aux  Etats-­‐Unis  en  2013  (  voir  article  joint  sur  ce  sujet  en  Annexe  ).   5  
  6. 6. Etat  des  lieux  :  (  2/13  )   Décembre  2013   Dette  publique  notifiée  :      Source  :       "  La  dette  publique  notifiée  (  dite  dette  au  sens  de  Maastricht  )  est  évaluée  à  partir  du   tableau  des  opérations  financières  de  la  Comptabilité  nationale  mais  ne  correspond  pas   directement  à  cette  présentation.  "    (  sic  ).     Elle  exclut  certains  types  de  dettes  :  essentiellement  les  crédits  commerciaux  et  les   décalages  comptables.       Elle  est  évaluée  en  valeur  brute  :  on  ne  déduit  pas  de  la  dette  les  créances  des   administrations  publiques  sur  des  organismes  ne  faisant  pas  partie  des  administrations   publiques  (  exemple  :  liquidités  du  Trésor  sous  forme  de  dépôts  à  la  Banque  de  France,   placements  de  la  CADES,  etc  ).     Elle  est  consolidée  :  on  déduit  donc  les  dettes  détenues  entre  les  Administrations.     Elle  est  évaluée  en  valeur  nominale  :  "  C'est-­‐à-­‐dire  à  la  valeur  faciale  de  la  dette  et  non   à  la  valeur  de  marché  comme  cela  est  fait  dans  les  Comptes  nationaux  ".   6  
  7. 7. Etat  des  lieux  :  (  3/13  )   Décembre  2013   Dette  publique  notifiée  :      Suite  :       La  dette  publique  est  évaluée  en  valeur  nominale  :  "  C'est-­‐à-­‐dire  à  la  valeur  faciale  de  la   dette  et  non  à  la  valeur  de  marché  comme  cela  est  fait  dans  les  Comptes  nationaux  ".     Autrement  dit,  le  risque  d'évolution  sur  la  part  de  l'endettement  soumise  à  taux  variable   n'est  pas  intégrée  annuellement.     Il  est  "  loyalement  "  budgété     dans  le  Projet  de  Loi  de  Finances     pour  l'année  d'après   mais  il  n'est  pas  soumis     à  provisionnement     exhaustif.   7  
  8. 8. Etat  des  lieux  :  (  4/13  )   Décembre  2013   Ajustements  comptables  postérieurs  :       Cette  comptabilisation  en  valeur  faciale  de  la  dette  (  et  non  à  la  valeur  de  marché  )   explique  les  ajustements  comptables  qui  surviennent  un  an  voire  18  mois  plus  tard   et  que  la  Cour  des  comptes  observe  à  partir  des  sources  définitives  émises  par  les   Comptes  nationaux.     8  
  9. 9. Etat  des  lieux  :  (  5/13  )   Décembre  2013   Première  déduction  :       Des  centaines  de  Fonctionnaires  travaillent  et  élaborent  le  chiffrage  de  la  dette   publique  qui  souffre  –  au  moins  –  de  deux  grands  biais  :     1  )  L'estimation  en  valeur  faciale  (  et  non  en  valeur  de  marché  ).     2  )  La  prise  en  compte  de  la  seule  dette  exigible  à  l'exclusion  de  toute  mention              de  ce  que  l'on  nomme  la  "  dette  implicite  ",  c'est-­‐à-­‐dire  la  dette  future                certaine  non  incluse  dans  la  comptabilité  annuelle.              En  clair,  la  dette  hors-­‐bilan  avec  comme  exemple  massif  d'engagements            le  paiement  futur  des  pensions  des  Fonctionnaires.   9  
  10. 10. Etat  des  lieux  :  (  6/13  )   Décembre  2013   Fin  2013  :         Près  de  :    1.900  milliards  de  dette  publique.     Et  :                          3.130  milliards  de  dettes  hors-­‐bilan.     Total  exigible     hors  variations   des  taux  :    5.030  Mds.   10  
  11. 11. Etat  des  lieux  :  (  7/13  )   Décembre  2013   Comment  la  dette  est-­‐elle  répartie  ?         Précision  :  ODAC   Organismes  divers  d'Administration  centrale   78,21  %   12,5  %   8,8  %   11  
  12. 12. Etat  des  lieux  :  (  8/13  )   Décembre  2013   D'où  viennent  les  ressources  de  l'Etat  ?         12  
  13. 13. Etat  des  lieux  :  (  9/13  )   Décembre  2013   Les  recettes  fiscales  de  l'Etat  :  près  de  300  milliards.   Les  recettes  fiscales  nettes  de  la  LFI  2013                                                                                                  en  milliards  d'euros  en  %  du  total     Taxe  sur  la  valeur  ajoutée                                                            141                                                          47,3     Impôt  sur  le  revenu                                                                71,9                                                    24,1     Impôt  sur  les  sociétés                                                                  53,5                  17,9     Taxe  intérieure  sur  les  produits  pétroliers          13,7                      4,6     Autres  recettes  nettes                                                                  18,3                        6,1     Total  :  298,6     Hors  recettes  provenant  d'origine  de  cessions  d'actifs,  etc.         13  
  14. 14. Etat  des  lieux  :  (  10/13  )   Décembre  2013   Rapport  de  la  dette  publique  :  en  %  du  PIB.   déc-­‐   13   93,4%   14  
  15. 15. Etat  des  lieux  :  (  11/13  )   Décembre  2013   Le  poids  croissant  des  dépenses  publiques  :         15  
  16. 16. Etat  des  lieux  :  (  12/13  )   Décembre  2013   La  dette  rapportée  aux  recettes  fiscales  et  par  habitant  ou  par  actif  :               En  2013,  la  dette  (  1.900  Mds  )  représente  l'équivalent  de  :                                                                                                                                      années  de  rentrées  fiscales    (  Etat,  Sécurité  sociale,  Collectivités  locales  ).                                  et,  si  on  inclut  le  Hors-­‐bilan  :             16  
  17. 17. Etat  des  lieux  :  (  13/13  )   Décembre  2013           2007   Les  pays  les  plus   endettés  de  l'UE.     10  points  de   différence  entre     la  France  et   l'Allemagne    17  
  18. 18. L'actuelle  lassitude   fiscale  rapprochée   d'une  analyse  émise     par  Frédéric  Bastiat.     "  Le  public  est  ainsi  fait   qu'il  se  défie  autant  de    ce   qui  est  simple  qu'il  se  lasse   de  ce  qui  ne  l'est  pas  ".     (  Harmonies  économiques  )      1850.   Décembre  2013  18  
  19. 19. La  dynamique  de  notre  dette   publique  provient  d'abord  de   6  variables-­‐clefs.   SECTION  2     Décembre  2013  
  20. 20. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Première  variable  :  croissance  et  dépenses  sociales.       Depuis  1975,  notre  taux  de  croissance  ne  permet  pas  d'absorber  le  niveau  voté  de  la   dépense  publique.  Comme  l'avait  dit  Raymond  Barre,  "  la  France  vit  au-­‐dessus  de  ses   moyens  ".     Dès  lors  que  le  "  traitement  social  du  chômage  "  (  Pierre  Mauroy  )  se  traduit  par  des   aides  que  les  enjeux  humains  &  sociaux  nous  imposent,  le  pays  se  retrouve  confronté   à  une  double  dérive  des  dépenses  sociales  :     1  )  Les  charges  sociales  retenues  sur  salaires.     2  )  Les  dépenses  sociales  (  RMI  puis  RSA,  Allocation  personnalisée  d'autonomie,              C.M.U  )  qui  font  partie  de  la  dette  publique,  par  sédimentation.       20  
  21. 21.           Statistique  évocatrice  issue  d'une  source  fiable  :  en  %  PIB.   Décembre  2013   Source  OCDE  :   21,5%  en  1980  contre  près  de  34%  en  2013  :     toutes  dépenses  sociales  publiques  confondues.  (  Etat,  collectivités  locales,   etc  ).   21  
  22. 22. Décembre  2013   22   Quoi  de  neuf  ?   Juillet  2013  :     Avec  le  début  de  la  crise,  les  dépenses  sociales  ont  augmenté  pour  répondre     au  plus  grand  besoin  de  soutien  social,  à  travers  les  prestations  de  chômage  et  d'aide   sociale,  alors  que  la  croissance  du  PIB  a  ralenti.  Ces  deux  facteurs  ont  contribué  à  une   augmentation  des  ratios  de  dépenses  sociales  publiques  au  PIB    -­‐  de  l'ordre  de  19%  en  2007   pour  atteindre  un  pic  de  22,1%  du  PIB  en  2009  en  moyenne  dans  l'OCDE.     Les  dernières  prévisions  indiquent  que  les  dépenses  sont  restées  élevées  depuis  et     diminueront  seulement  légèrement  à  21,9%  en  2013.   Les  tendances  de  dépenses  et  de  croissance  en  France  sont  semblables  à  la   plupart  des  pays  de  l'OCDE,  et  avec  une  estimation  d'environ  33%  en  2013,   la  France  reste  le  pays  dont  le  taux  de  dépenses  sociales  publiques  en   rapport  au  PIB  est  le  plus  élevé  :       l'État-­‐providence  absorbe  plus  de  30%  des  ressources  économiques  en  Belgique,     au  Danemark  et  en  Finlande.     Voir  "données  SOCX  agrégées"  pour  tous  les  pays/années  à  partir  du  lien  ci-­‐dessous.       http://www.oecd.org/fr/els/soc/depenses.htm    
  23. 23. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Deuxième  variable  :  conjoncture.     Depuis  1980,  année  de  départ  du  graphique  OCDE  jusqu'aux  années  immédiatement   postérieures  à  2008,  on  mesure  clairement  l'impact  de  la  conjoncture.     L'accélération  post-­‐2008  est  nette.     Ce  que  l'on  nomme  les  "  amortisseurs  sociaux  "  avec  une  logique  humaniste  d'aide   sociale  mais  aussi  avec  le  risque  du  développement  de  l'assistanat  est  un  moteur   puissant  de  la  dépense  publique  donc  de  l'élaboration  de  la  dette.       23  
  24. 24. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Troisième  variable  :    les  niches  fiscales.     Tout  Etat  occidental  a  une  dimension   d'incitation  dans  sa  politique   économique.  Ce  qui  est  sain.     Dès  lors,  on  trouve  de  nombreuses   dérogations  fiscales  destinées     à  soutenir  telle  ou  telle   activité.     Certaines  sont  néanmoins  contestables   à  commencer  par  les  coûts  budgétaires  des  35  heures  qui  révèlent  que  la  France   serait  un  pays  assez  riche  pour  que  ses  salariés  travaillent  un  peu  moins  et  que  l'Etat,   par  l'impôt,  paye  le  manque  à  gagner....(  près  de  22  Mds  ).     Pour  mémoire  :  total  des  exonérations  de  charges  =  33,6  Mds.  (  2013  ).     24  
  25. 25. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Troisième  variable  :    les  niches  fiscales.  (  suite  )     Notre  pays  a  un  penchant  assez  regrettable  pour  la  complexité.     L'Etat  prélève  d'un  côté  puis  réaffecte  de  l'autre  sous  telle  ou  telle  condition  ce  qui   mène  à  la  création  d'usines  à  gaz  ou  de  contre-­‐sens.     Le  crédit  d'impôt  compétitivité  emploi  est  objectivement  complexe  à  manier   (  demandez  à  votre  expert-­‐comptable...)  et  son  premier  bénéficiaire  va  être  :     CICE....             25  
  26. 26. Six  variables-­‐clefs  :     Décembre  2013   Quatrième  variable  :  le  mille-­‐feuille  territorial.     Union  européenne     Etat     Région     Département     Intercommunalité     Commune     Et  bientôt  :  "  Grand  Paris  "  et  notion  de  Métropole.     26  
  27. 27. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   4ème  variable  :  le  mille-­‐feuille  territorial.  (  Suite  ).     Le  fait  que  chaque  niveau  soit  doté  d'une  "  compétence  de  plein  exercice  "  (  article  72   et  suivants  de  la  Constitution  )  provoquent  des  redondances  dans  l'action,  des   doublons  dans  les  procédures  et  des  surcoûts  qui  ont  été  estimés  à  22  milliards  par   an.     Si  Jacques  Chirac,  réélu  à  82%  en  2002,  avait  –  dans  la  foulée  –  réussi  une  sorte   d'union  nationale  sur  le  sujet  de  la  refonte  de  la  décentralisation,  nous  aurions,  en   dix  ans,  économisé  plus  de  100  milliards  d'euros.     Ce  n'est  pas  une  opinion,   c'est  ce  que  l'Histoire  budgétaire  future   de  notre  pays  retiendra.       27  
  28. 28.   Frédéric  Bastiat,  libéral   éclairé  :       "  C'est  donc  à  tort  que   quelques  auteurs,  dont   l'opinion  était  influencée  par   le  spectacle  de  taxes   écrasantes  et  abusives,  ont   considéré  comme  perdue   toute  valeur  consacrée  aux   services  publics.  Cette   condamnation  tranchante   ne  soutient  pas  l'examen.   "  Harmonies  économiques  "   chapitre  XVII  :  Services   privés,  services  publics.       Décembre  2013  28  
  29. 29. Six  variables-­‐clefs  :     Décembre  2013   Cinquième  variable  :  les  carences  du  chiffrage   prévisionnel.     En  tant  que  particulier     ou  en  tant  que  chef  d'entreprise,     nous  fonctionnons  sous  le  mode     du  chiffrage  prévisionnel.     Ainsi,  avant  d'engager  une  décision,     nous  essayons  sérieusement  de  chiffrer     ses  conséquences.     Or  qu'il  s'agisse  des  lignes  TGV,  du  coût  du  RMI  (  création  par  Michel  Rocard  en  1988  )   et  de  bien  d'autres  dépenses  publiques,  les  chiffrages  prévisionnels  sont   systématiquement  démentis  par  la  réalité.        Le  RMI  dans  un  facteur  de  un  à  4.     29  
  30. 30. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Cinquième  variable  :  les  carences  du  chiffrage  prévisionnel.  (  suite  )     L'actualité  vient  nous  fournir  un  exemple  parlant,  savoureux  autant  que  désolant.     Pour  des  raisons  bonnes  ou  mauvaises  (  là  n'est  pas  notre  sujet  )  il  a  été  décidé  que  la   modification  des  rythmes  scolaires  allait  permettre  de  créer  des  TAP  :  activités   périscolaires.     L'idée  semble  intéressante  et  a  été  budgétée  (  et  annoncée  officiellement  par  le   Ministre  Peillon  )  à  hauteur  de  250  millions  d'€uros  que  l'Etat  s'engage  à  verser  aux   communes  pour  leurs  coûts  additionnels  de  fonctionnement  scolaire.   €+   30  
  31. 31. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Cinquième  variable  :  les  carences  du  chiffrage  prévisionnel.  (  suite  )       Diverses  associations  (  dont  l'Association   des  Maires  de  France  )  et  bien   des  communes  ont  refait  leurs   comptes.     Au  total  cette  réforme  a  un  coût  estimé   entre  950  et  1.150  millions  d'€uros,   soit  près  de  5  fois  le  budget  initial.     Vous  commandez  une  voiture  40K€   et  vous  devez  la  payez  200.000  €uros  ?     Gestion  publique  erratique  et  pression  sur  la  dette  publique.   31  
  32. 32. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Cinquième  variable  :  les  carences  du  chiffrage  prévisionnel.  (  suite  )       A  l'opposé,  et  toujours  sous  la  rubrique  des  carences  du  chiffrage  prévisionnel,   nous  savons  que  le  Projet  de  Loi  de  Finances  repose  sur  une  hypothèse  importante  :   celle  de  la  prévision  de  la  croissance  économique.     Or,  depuis  de  nombreuses  années,  pour  des  motifs  évidents  de  facilité  apparente,         ce  chiffre  est  le  plus  souvent  surestimé.  Rappelons-­‐nous  du  0,8%  de  croissance  pour   2013  qui  a  "  vécu  "  à  Bercy  jusqu'à  la  fin  de  l'été  2012.     Un  nouvel  organisme,  présidé  par  le  premier  président  de  la  Cour  des  comptes,   vient  d'être  créé  dans  le  but  de  mieux  conseiller  l'Etat  dans  ses  calculs  de  trajectoire   de  croissance.     Haut  Conseil  des  Finances  Publiques.   http://www.hcfp.fr     32  
  33. 33. Six  variables-­‐clefs  :     Décembre  2013   Cinquième  variable  :  les  carences  du  chiffrage  prévisionnel.  (  suite  )       L'absence  de  rigueur  intellectuelle   qui  prévaut  aux  calculs  prévisionnels   publics  est  au-­‐delà  du  supportable.     Si  le  théâtre  de  Pirandello  est  fondé   sur  le  comique  de  répétition  :   ici,  la  répétition  se  traduit  par  des  dérapages     budgétaires  très  significatifs  que  pointe   la  Cour  des  comptes.                                                                            Surévaluer  la  croissance  économique                                                                                                                                                                                                                        et  sous-­‐estimer  les  dépenses  publiques                                                                          a  pour  conséquence  directe  l'aggravation  cumulée                                                                            de  notre  dette  collective.     33  
  34. 34. Les  dépenses  définies     par  Frédéric  Bastiat  :         "  L'argent  dépensé  pour  réparer   une  fenêtre  cassée  apportera  du   travail  au  réparateur;  ce  dernier   pourra  augmenter  ses  dépenses,  ce   qui  produira  plus  d'affaires  pour   d'autres.  Ce  qu'on  ne  voit  pas  ici,   c'est  que  l'argent  aurait  aussi  été   dépensé,  et  simplement   autrement,  si  la  fenêtre  n'avait  pas   été  cassée.  La  fenêtre  cassée  a   seulement  détourné  de  l'argent   vers  d'autres  dépenses."     (  Mélanges  d'Economie  politique        1851  ).     Décembre  2013  34  
  35. 35. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Sixième  variable  :  aspects  intrinsèques  de  la  dette.     Une  dette  publique  de  1.900  milliards  qui  s'approche  tendanciellement  des  2.000   milliards  et  une  dette  hors-­‐bilan  qui  s'approche  des  3.200  milliards  représentent   des  sommes  importantes  en  termes  de  financement  des  intérêts.     L'Agence  France  Trésor  a  réussi  –  il  faut  le  souligner  –     à  faire  économiser  1,9  milliard  en  2013  sur  le  chiffre     initialement  prévu  de  46,8  mds  de  charge  d'intérêt.     Pour  l'an  prochain  (  PLF  2014  ),    il  est  prévu  de  verser  46,7  mds  d'€uros  à  un  taux  moyen  de  3,5%  (  OAT  à  10  ans  )  et   de  3,3%  toutes  maturités  confondues.     Après  analyse,  nous  ne  validons  pas  cette  approche  qui  sous-­‐estime  la  future   remontée  des  taux  d'intérêts  nord-­‐américains  puis  européens.    (  "  tapering  "  ).       35  
  36. 36. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Sixième  variable  :  aspects  intrinsèques  de  la  dette.     Future  remontée  des  taux  d'intérêts  nord-­‐américains  puis  européens  ?     Depuis  plusieurs  années,  les  Banques  centrales  (  FED  et  BCE  )  ont  pratiqué  ce  que   l'on  nomme  le  "  Quantitative  easing  "  en  procédant  au  gonflement  de  leurs  bilans  par   des  rachats  massifs  de  créances  commerciales.  (  Actifs  de  toutes  nature  ou  presque  ).     Or,  Ben  Bernanke  et  son  successeur  Madame  Janet  Yellen  ont  annoncé  que  le  FED   voulait  graduellement  sortir  de  cette  politique  d'injection  massive  de  liquidités.  Tous   les  économistes  des  grandes  banques  U.S  tablent  sur  des  taux  à  4%  hors  prime  de   risque  lié  aux  évolutions  du  pays.     En  dynamique,  nous  risquons  de  nous  rapprocher  de  taux  voisins  de  5%  sous  18  mois   ce  qui  va  nourrir  l'alourdissement  du  premier  poste  budgétaire  de  l'Etat.       36  
  37. 37. Six  variables-­‐clefs  :   Décembre  2013   Sixième  variable  :  aspects  intrinsèques  de  la  dette.     Evolution            des   intérêts              à      verser     37  
  38. 38. L'endettement  public  :   jusqu'où  peut-­‐on  tenir  ?     SECTION  3     Décembre  2013  
  39. 39. Décembre  2013   Jusqu'où  peut-­‐on  tenir  ?  :    (  1/5)     flux d’expatriation moindres rendements fiscaux Economie souterraine Alimentation de la dette Dynamique de la Dépense publique " Trop d'impôt tue l'impôt " Pression fiscale Confiance des créanciers Courbe de Laffer Irréversibilité   A partir d'un certain seuil, la dépense publique ne fait que démotiver. 39  
  40. 40. Jusqu'où  peut-­‐on  tenir  ?  :  (  2/5  )   Décembre  2013   La  démotivation  d'hier  :     1  )    Coût  de  l'exil  fiscal  issu  de  l'I.S.F  ?                -­‐  Manque  à  gagner  pour  le  Trésor  public.    Chiffrage  ?     2  )    La  Maison  des  Français  de  l'Etranger  (  qui  dépend  du  Ministère  des  Affaires                Etrangères  )  a  relevé  que  3%  des  expatriés  ont  le  statut  de  chefs  d'entreprise                d'une  société  occupant  plus  de  10  salariés.                Au  total,  cela  représenterait  près  de  60.000  entreprises  soit  plus  de  800.000                emplois  (  voire  plus  d'un  million  selon  la  Fondation                Concorde  ).                Et  si  la  fiscalité  expliquait  la  moitié  de  ces  départs  ?                Manque  à  gagner  :  400  à  500.000  emplois.     40  
  41. 41. Jusqu'où  peut-­‐on  tenir  ?  :  (  3/5  )   Décembre  2013   La  démotivation  présente  :     Pour  des  raisons  fiscales,  pour  des  raisons  d'absence  de  "  Small  Business  Act  "  à  la   française  visant  les  start-­‐up,  pour  des  motifs  tenant  à  la  difficulté  de  trouver  des   capitaux  d'amorçage,  nombre  de  jeunes  entrepreneurs  décident  de  quitter  notre   pays.     Or,  statistiquement,  un  entrepreneur  qui  réussit  dans  un  autre  pays,  décide   majoritairement  d'y  rester.     Manque  à  gagner  et  hémorragie  de  talents.     La  perception  de  la  dette  publique  interfère   avec  leurs  décisions  de  partir  :  théorie  dite   des  "  anticipations  rationnelles  ".   41  
  42. 42. Jusqu'où  peut-­‐on  tenir  ?  :  (  4/5  )   Décembre  2013   La  démotivation  future  :     1  )  Risque  croissant  de  doute  des  créanciers  et  conséquences  sur  les  primes  de  risque.     2  )  Le  remboursement  des  intérêts,  en  2014,  sera  d'un  peu  plus  de  46  mds            tandis  que  le  déficit  budgétaire  annoncé  est  de  82,2  mds.     3  )  Il  parait  illusoire  de  soutenir  que  la  France                est  sur  la  voie  du  désendettement.                Admettons  20  mds  d'économies            en  matière  de  dépenses  publiques            à  rapprocher  des  80  mds  de  déficit.                        Solde  aggravant  de  la  dette  :                                                                                                                                                                                                    Mds.     42  
  43. 43. Jusqu'où  peut-­‐on  tenir  ?  :  (  5/5  )   Décembre  2013   La  situation  française  s'inscrit  dans  une  tendance  :        Risque  généralisé  :   43  
  44. 44. Notre  dette  publique   est-­‐elle  domesticable  ?  

×