60e enquête de conjoncture - Services

698 vues

Publié le

La 60e enquête de conjoncture de Bpifrance Le Lab se décline par secteurs.
Découvrez l'enquête de conjoncture des PME dans les services.
Après une année 2014 encore peu dynamique dans le secteur des Services, les prévisions sont prudentes pour 2015.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
698
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

60e enquête de conjoncture - Services

  1. 1. Des prévisions prudentes pour 2015 après une année 2014 encore très molle
  2. 2. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 services Bpifrance Le Lab 3 Services aux entreprises : les entreprises « innovantes » accélèrent les embauches malgréuneactivitétoujourspeudynamique Activité : faible progression en 2014 et anticipation de croissance modérée en 2015 Les PME des services aux entreprises(1) estiment à + 0,4 % en moyenne la hausse de leur chiffre d’affaires en 2014, pratiquement identique à celle de 2013. L’évolution est nettement plus forte, à + 2,4 %, chez les entreprises « innovantes » (2) , tandis qu’elle est légèrement négative, à - 1,2 %, chez les « non innovantes ». Source : Bpifrance Le Lab. Les anticipations d’évolution de l’activité en 2015 sont assez prudentes selon l’indicateur avancé de l’activité qui ressort à +8. Il est toutefois plus élevé que fin 2013 (+3) et fin 2012 (-1). Sur 1 an, l’indicateur avancé de l’activité est stable à +27 pour les entreprises « innovantes » tandis qu’il s’améliore de 8 points, à -7 pour les « non innovantes ». Emploi : une sensible augmentation des effectifs chez les entreprises « innovantes » Malgré la très faible croissance de l’activité, les effectifs ont été significativement accrus en 2014, l’indicateur courant d’emploi gagnant 6 points en un an, à +8. La totalité des créations nettes de nouveaux postes provient des entreprises « innovantes » (indicateur à +18), tandis que les autres ont simplement maintenu leurs effectifs au niveau de fin 2013 (indicateur nul). Les anticipations pour 2015 sont toujours très contrastées entre les entreprises « innovantes », dont l’indicateur avancé d’emploi s’élève à +24 (contre +19 fin 2013), et les « non innovantes » où il est encore très légèrement négatif, à -1 (après -2). • Indicateur d’emploi des PME des services aux entreprises pour l’année en cours (N) par rapport à la fin de l’année précédente (N-1) Solde des opinions opposées en % n Non innovanten Innovante n Total Novembre 2011 Mai 2012 Mai 2013 Mai 2014 Novembre 2012 Novembre 2013 Novembre 2014 + 28 + 6 + 16 +11 - 8 + 13 +2 -2 +18 +12+10 +14 + 7 - 7 0 +8 +18 0 + 17 +2 +9 • Évolution moyenne du CA annuel des PME des services aux entreprises selon le critère de l’innovation Estimations de novembre n Non innovanten Innovante n Total 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 + 6,7 + 2,0 -  2,1 -  0,3 +2,1 +4,4 + 7,8 +2,7 +4,8 +2,4 +0,4 +3,2 +0,3 - 1,8 - 1,2 + 4,6 +2,7 +3,6 -1,1 - 5,6 -3,6 (1) Principaux services aux entreprises : Location sans opérateur, services informatiques, recherche et développement, services rendus principalement aux entreprises (activités juridiques, comptables et de conseil de gestion, activités d’architecture et d’ingénierie, publicité, activités de nettoyage…). (2) 45 % des entreprises des services aux entreprises figurant dans l’échantillon sont classées « innovantes » et 55 % « non innovantes ». Cf. qualification des entreprises innovantes dans la méthodologie.
  3. 3. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 services Bpifrance Le Lab 5 Source : Bpifrance Le Lab. Situation financière : récent assouplissement des trésoreriesetrentabilitéattendueenhausseen2014 Le jugement de la situation de trésorerie est stable par rapport au premier semestre, 36% des dirigeants disant avoir rencontré des difficultés au cours des six derniers mois. C’est 3 points de moins qu’en 2013, mais encore sensiblement plus qu’au début de la décennie. Les résultats de l’exercice 2014 sont estimés un peu meilleurs que ceux de l’exercice précédent, l’indicateur prévisionnel de la rentabilité remontant de 2 points en un an, à -15. L’écart reste néanmoins important avec son niveau de fin 2011, où il était positif à +2. • Proportion des PME des services aux entreprises estimant difficile l’état de leur trésorerie au cours des 6 derniers mois : • Indicateur prévisionnel pour les 6 prochains mois de la situation de trésorerie des PME des services aux entreprises Solde des opinions opposées en % 45 40 35 30 25 20 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 36 Source : Bpifrance Le Lab. 20 10 0 - 10 - 20 - 30 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 -15 Conséquence des perspectives de croissance modérée de l’activité en 2015, les entreprises craignent un prochain accroissement des tensions sur les trésoreries, l’indicateur prévisionnel de trésorerie perdant 6 points par rapport à mai, à -15.
  4. 4. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 services Bpifrance Le Lab 7 Services aux particuliers :l’activité et les effectifs sont en légère diminution maisla santéfinancières’améliore L’activité s’est effritée en 2014 et pourrait de nouveau reculer en 2015 Les PME du secteur évaluent à -0,8 % en moyenne la diminution de leur CA en 2014, après une baisse estimée à -2,0 % en 2013. Source : Bpifrance Le Lab. 10 5 0 - 5 - 10 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 -4 • Évolution moyenne du chiffre d’affaires annuel des PME des services aux particuliers Estimations de novembre • Indicateur d’emploi des PME des services aux particuliers pour l’année en cours (N) par rapport à la fin de l’année précédente (N-1) Solde des opinions opposées en % + 2,3 % + 0,8 % - 2,0 % - 0,8 % 2011 2012 2013 2014 Source : Bpifrance Le Lab. Leseffectifsontétésensiblementréduitsausecond semestre Les effectifs ont reculé en 2014 pour la deuxième année de suite, malgré une petite hausse au premier semestre. (3) Principaux services aux particuliers : santé, enseignement, activités récréatives, artistiques et sportives, et services personnels (coiffure, blanchisserie…). Les dirigeants sont assez pessimistes quant à l’évolution de leur activité en 2015, l’indicateur avancé diminuant de 3 points par rapport à fin 2013, à -10. Pour 2015, les dirigeants prévoient une nouvelle réduction du nombre de leurs salariés, l’indicateur avancé d’emploi restant négatif, à -5, un peu au-dessus cependant de son niveau de fin 2013 (-8).
  5. 5. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 services Bpifrance Le Lab 9 Des trésoreries un peu moins tendues et une rentabilité estimée en hausse Les difficultés de trésorerie ont continué de s’atténuer au second semestre 2014, effaçant leur montée en flèche lors du second semestre 2013. • Proportion des PME des services aux particuliers estimant difficile l’état de leur trésorerie au cours des 6 derniers mois : Néanmoins, de la même façon que les entreprises sont inquiètes pour l’évolution de leur activité en 2015, elles craignent un certain durcissement de leur situation de trésorerie dans les mois à venir. Après l’embellie enregistrée au premier semestre 2014, l’indicateur prévisionnel de la trésorerie a reperdu 7 points en six mois, à -19. • Indicateur prévisionnel pour les 6 prochains mois de la situation de trésorerie des PME des services aux entreprises Solde des opinions opposées en % 0 - 5 - 10 - 15 - 20 - 25 - 30 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 -19 Source : Bpifrance Le Lab. 55 50 45 40 35 30 Mai 2011 Nov. 2011 Mai 2012 Nov. 2012 Mai 2013 Nov. 2013 Mai 2014 Nov. 2014 46 Source : Bpifrance Le Lab. L’entrée en vigueur du CICE au début de 2014 a certainement contribué au soulagement des trésoreries. Au cours des six derniers mois passés sous revue, 27% des PME des services aux particuliers disent avoir eu un accès difficile aux crédits bancaires de trésorerie, soit 10 points de moins qu’au second semestre 2013. Les résultats financiers de 2013 sont nettement mieux jugés que ceux de l’exercice précédent, l’indicateur prévisionnel de la rentabilité remontant de 12 points en un an, à -20. Ici encore, on peut supposer que le CICE a un effet positif de soutien à la rentabilité des entreprises.
  6. 6. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 services Bpifrance Le Lab 11 Méthodologie À l’occasion de la 60e édition de l’enquête semestrielle de conjoncture, 29 000 entreprises des secteurs marchands non agricoles, de 1 à moins de 250 salariés et réalisant moins de 50 M€ de chiffres d’affaire, ont été interrogées début novembre 2014. L’analyse porte sur les 4  631 premières réponses jugées complètes et fiables reçues avant le 2 décembre 2014. Le secteur des services, avec 1 296 réponses, représente 29% de l’échantillon national dont 24% les services aux entreprises et 5% les services aux particuliers. Définitions Les indicateurs ou soldes d’opinion correspondent à des soldes de pourcentages d’opinions opposées : • Indicateur en évolution = [(x % « en hausse ») – (y % « en baisse »)] x 100 • Indicateur en niveau = [(x % « bon/aisé ») – (y % « mauvais/difficile »)] x 100 Les pourcentages d’opinion neutre (« stable » ou « normal »), qui font le complément des réponses à 100 %, ne sont donc pas pris en compte dans le calcul de ce type d’indicateur. Une entreprise est qualifiée « innovante » si elle a réalisé au moins une des 5 actions suivantes au cours des 3 dernières années : • financer des frais de recherche et développement (interne ou externe) ou recruter du personnel de R&D ; • acquérir une licence d’exploitation d’un procédé ou d’une technologie ; • déposer un brevet, une marque, un dessin ou un modèle ; • développer pour le compte de tiers un produit ou procédé (prestation) nouveau ou significativement amélioré ; • commercialiser sur le marché un nouveau produit, bien ou service, (hors simple revente de produits nouveaux achetés à d’autres entreprises et hors modifications esthétiques ou de conditionnement de produits précédemment existants) ou utiliser un nouveau procédé (ou méthode) de production, de commercialisation ou d’organisation. De plus, aucun produit ou procédé analogue n’est déjà commercialisé ou utilisé par des concurrents. Une entreprise « Fortement exportatrice » réalise plus du quart de son activité à l’international, « Moyennement exportatrice » entre 6 % et 25 % et « Non exportatrice » moins de 6 % (y compris 0 %).
  7. 7. PME 60e ENQUÊTE DE CONJONCTURE JANVIER 2015 services Bpifrance Le Lab 13 SERVIR L’AVENIR Janvier2015 bpifrance-lelab.fr

×