Note de lecture_essai_sur_l_oeconomie[1]

354 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
354
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Note de lecture_essai_sur_l_oeconomie[1]

  1. 1. NOTE DE LECTURE (08/09) « ESSAI SUR L’ŒCONOMIE » PIERRE CALAME (EDS. CHARLES LEOPOLD MAYER, LE LIVRE EQUITABLE) AUTEUR : HELENE ZWICKSynthèse :A partir d’une interrogation : « comment l’humanité dans un contexte de mondialisation, peut-elle concilier les nécessités économiques avec les impératifs de l’écologie et del’environnement et avec le fait que les ressources naturelles sont limitées ? », l’auteur tente deproposer un « autogouvernement efficace et démocratique ».La première partie décrit les structures gouvernementales, les modèles d’interconnexion et lessources de bien-être humain qu’offre la vie moderne. La seconde partie propose un modèlealternatif à la globalisation mais inséré dans la mondialisation, que l’auteur appelle œconomie.Nous reprenons dans notre note de lecture, la structure en deux parties proposée par l’ouvrage. 1. De la nécessité d’une mutation radicale… a) La compréhension historique de l’évolution des sociétésEn reprenant Aristote, l’auteur définit la situation actuelle comme une « situation d’acracie »(p.17), c’est-à-dire « une situation de voir ce qu’il y a à faire, sans trouver un nous le ressortmoral et l’énergie pour le faire. »Aujourd’hui la situation mondiale semble difficile : les analyses depuis une quinzaine d’annéestentent de décrire le panorama général « d’un mode de développement qui ne parvient pas àconstruire des sociétés raisonnablement justes et équitables » (p. 19). A. Judge1 par exemple,décrit, selon l’auteur, sept domaines clés : le mal-développement des sociétés ; l’insécurité et laviolence ; la dégradation de la biosphère et l’érosion du patrimoine ; les vicissitudesindividuelles de la vie ; les drames sociaux ; la gouvernance ; la crise des valeurs morales etéthiques. Trois domaines clés peuvent être recensés dans l’analyse de A. Lalucq : lafinanciarisation du monde ; les effets de la mondialisation sur la gouvernance, la perted’autonomie des Etats et les rapports entre pays ; la dégradation de la biosphère.Mais deux limites teintent ce type d’analyse :- la formulation sectorielle des problèmes ;- et, au contraire, la globalisation des analyses.1 A. Judge (1994), « L’Encyclopédie des problèmes mondiaux et du potentiel humain », Union desassociations internationales. 1
  2. 2. L’auteur juge nécessaire de différencier ce qui relève de l’ordre naturel de ce qui relève desconstructions humaines, afin de distinguer, pour certains domaines, le caractère irréversible ducaractère réversible. Pour lui, deux éléments sont irréversibles (p. 25) : les interdépendancesentre sociétés, humanité et biosphère (l’espace est désormais « domestique ») et l’évolution dessystèmes techniques. Ce qui relève du fruit des circonstances correspond surtout à laglobalisation économique (il cite en exemple la construction du marché unique européen, p.27).L’auteur se livre à un jeu de « déconstruction-reconstruction des différents éléments du systèmeactuel » censé permettre de construire progressivement un système cohérent avec l’état actueldu monde » (p. 39) Quatre exemples sont donnés :- le concept d’entreprise : nous sommes passés de grands systèmes intégrés à un système enréseau dans lequel on s’interroge sur la notion « d’entreprise vide » ;- la monnaie : assiste-t-on aujourd’hui à une séparation des trois fonctions traditionnelles d’unemonnaie (moyen de paiement, unité de compte, réserve de valeur) ?- les biens et les services : de la distinction entre services publics et services aux personnes,nous sommes passés à une distinction multiple, de biens et de services qui se détruisent par lepartage ; qui se détruisent par le partage mais qui doivent peu à la créativité humaine ; qui sedétruisent par le partage et qui doivent à la créativité humaine, et enfin qui se multiplient par lepartage.- le capital.Poursuivant sa compréhension des évolutions récentes de notre société, l’auteur opère unedécomposition de la société en un système « bio-socio-technique », défini « comme unecombinaison plus ou moins harmonieuse de trois sous-systèmes, bioécologique, socio-économique et technique ». La thèse qu’il défend est la suivante : « à chaque étape et enfonction de l’évolution de son système technique, une société se caractérise par desagencements institutionnels2 particuliers au sein desquels émergent un acteur pivot » (p. 42).Ainsi au 20ème siècle, l’entreprise était-elle l’acteur pivot, et ce, quel que soit le mode derégulation (marchande, corporatiste, publique ou sociale-démocrate). Depuis les années 1960,ce sont les firmes multinationales. Pour l’avenir, peut-on penser qu’elles resteront les acteurspivots ? Selon l’auteur, la réponse est non, argumentée par la position de Georges Soros quiannonce une « restructuration des facteurs et des acteurs » (p. 55). b) La globalisation au centre des attentionsPour l’auteur, il faut aller au-delà du débat pour ou contre la globalisation, puisquel’interdépendance entre les sociétés industrielles ainsi qu’entre les hommes et la biosphère sontirréversibles. Il revient néanmoins sur la position des deux camps, néolibéralisme etaltermondialisme, qu’il considère comme parfois « caricaturale », et dont les propositions sont« davantage incantatoires que réelles » (p. 58).- La référence libérale pour l’auteur, est Martin Wolf. Ce dernier a proposé une synthèse de lapensée et des craintes du camp libéral. Si son analyse est pertinente pour l’auteur, elle estnéanmoins teintée de quelques limites : d’une part la première mondialisation ne peut pas êtreréduite à une « vague formidable de progrès humain », de nombreuses sociétés n’en ayant pasbénéficié ; d’autre part, concernant les problèmes environnementaux, l’auteur dénonce le« cynisme » de Martin Wolf (p. 66).- Du côté des altermondialistes, le texte de 2001 de René Passet est la référence de l’auteur. Ilapparait difficile de faire une synthèse pour ce camp, mais Pierre Calame tient à souligner que2 Un agencement institutionnel est une configuration stable de relations entre personnes et institutions. Ceconcept est central pour l’œconomie (voir p. 577). 2
  3. 3. son « camp se trompe de cible et les alternatives sont nébuleuses. » Il constate également des« dérives dans le portrait de ses adversaires du camp néolibéral et un caractère vague despropositions alternatives ».=> au final, pour l’auteur, les deux camps sont « déprimés » (p. 70) c) Les débats doctrinaux des économistes : une réitération du vieux débat entre capitalisme et communisme et l’absence d’alternatives pertinentesPourquoi une si faible évolution de la science économique dans ses fondements ? L’auteurs’interroge et tente de répondre en précisant que « toute la pensée économique dominante estfondée sur la théorie de l’équilibre général, formalisée par Léon Walras et reformulée dans lesannées 1950, par Arrow et Debreu. » Or cette théorie est fondée sur deux hypothèses quiapparaissent obsolètes : une vision atemporelle de l’économie d’une part et l’absence dedimension scientifique, d’autre part.Quelles sont alors les alternatives possibles ? Quatre courants de pensée ont émergé, mais leurpertinence reste limitée selon l’auteur :- l’économie du bien-être (p. 127) ;- l’économie responsable, plurielle et solidaire (p. 131) ;- l’économie moins gourmande de matières et d’énergie (p. 139) ;- l’économie-écologie territoriale (p. 155).Pour Pierre Calame, l’intérêt est de savoir comment une société peut changer, et non évoluer.Or ce type de courant s’intéresse à la seconde dimension. d) Des alternatives à la proposition concrète d’une œconomieL’auteur défend la thèse selon laquelle le changement peut se réaliser lorsque trois élémentssont réunis : acteurs, étape et échelle.(i) Les acteurs (qui) : innovateurs (chargés de développer de nouvelles pratiques), théoriciens (constructeurs de doctrines), généralisateurs (capables de générer un changement d’échelle de l’innovation) et régulateurs (institutions publiques surtout) ;(ii) Les étapes (quand, comment)(iii) Les échelles.Le changement se fait alors en quatre temps : d’une prise de conscience de crise, il s’agit depasser à une formulation d’une vision d’entreprise, puis à la recherche d’alliés du changement,pour enfin définir des premiers pas (p. 179).Le changement doit s’opérer d’une économie vers une œconomie, définie par « des règles dujeu de la production et de l’échange qui puissent tout à la fois assurer l’épanouissement desêtres humains, l’équité entre les sociétés, la sauvegarde de la biosphère et des droits desgénérations futures. L’œconomie est une branche de la gouvernance. » (p. 13)Plus précisément, l’œconomie doit être régie par sept principes (p. 185-187) :1. c’est une branche de la gouvernance, donc on peut lui appliquer les mêmes principes ;2. elle organise la production, la répartition et l’utilisation de biens et de services ;3. elle crée pour cela des acteurs et des agencements institutionnels, des processus et desrègles… ;4. …afin d’assurer à l’humanité tout le bien-être possible… ;5. …dans un souci constant de préservation et d’enrichissement de la biosphère… ;6. …en préservant les intérêts, les droits et les capacités d’initiative des générations futures… ;7. …dans des conditions de responsabilité et d’équité suscitant l’adhésion de tous. 3
  4. 4. 2. …à la proposition d’une œconomieAprès avoir développé les raisons d’un changement dans une première partie, l’auteurs’intéresse à présent au développement de sa proposition, l’œconomie. a) Une branche de la gouvernanceLa gouvernance est l’art des sociétés humaines de se gérer. Pour l’auteur, l’art de lagouvernance est une question éternelle (p. 192). Aujourd’hui la gouvernance des sociétés est encrise, du fait de la lenteur de l’évolution des formes et des institutions (p. 193) et duchangement d’ampleur, donc de nature, de l’impact de l’activité humaine sur la biosphère (p.198).Une autre question à aborder est celle du coût des régulations : toute régulation a un coût,financier, écologique et social et l’œconomie n’y échappe pas.Comme l’œconomie est une branche de la gouvernance, elle doit satisfaire aux cinq principesfondamentaux de gouvernance : légitimité et enracinement ; démocratie et citoyenneté ;articulation des échelles de gestion pour combiner au mieux autonomie et cohésion ; pertinencedes agencements institutionnels ; coproduction du bien public.L’intérêt d’appliquer l’art de la gouvernance à l’œconomie se manifeste à travers quatredimensions : l’art de concilier unité et diversité ; l’art de gérer les relations ; l’art de concevoirdes processus et des apprentissages coopératifs ; l’art de concevoir diverses formes derégulations et de règles afin d’aboutir à une régulation globale (p. 230).L’œconomie mobilise plusieurs types de capitaux (matériel, immatériel, humain et naturel).Aujourd’hui la mobilisation du capital immatériel, humain et naturel joue un rôle plus grandque celle du capital matériel (p. 244). Elle mobilise également trois types de flux : travail,ressources naturelles et information. L’enjeu est de se doter d’outils de mesure permettant desuivre l’évolution de ces capitaux. On remarque enfin, que l’œconomie va au-delà de la simplesubstitution du capital au travail en économie. b) Catégories de biens et services et les régimes de gouvernance de chacun d’euxL’auteur distingue quatre catégories de biens et services. Chaque catégorie de biens et deservices appelle un régime de gouvernance spécifique.Nous reprenons dans un tableau 1, les catégories de biens et de services et les implications surles régimes de gouvernance (p. 259-295). c) La légitimité de l’œconomieLa légitimité est subjective, elle est « l’expression du sentiment général d’être bien gouverné,que les contraintes sont exercées au bénéfice de la société » (p. 299). Tout pouvoir doit êtreexaminé sous l’angle de la légitimité de ses fondements et de la légitimité de son exercice. Pourl’œconomie, deux questions se posent : la légitimité des acteurs, et celle du système (p. 300).En général, la légitimité de l’œconomie repose sur des valeurs et principes communs etreconnus. Son pouvoir doit s’exercer efficacement par des dirigeants compétents et dignes defoi (p. 318). 4
  5. 5. Tableau 1 Catégorie 1 Catégorie 2 Catégorie 3 Catégorie 4Définition B/S qui se détruisent par B/S qui se divisent par le B/S qui se divisent B/S qui se multiplient le partage partage et en quantité par le partage en par le partage finie quantité indéterminéeExemple monument, ville, eau, énergie, sols fertiles transport, loisir amour, joie, code biodiversité des génétique, semences écosystèmes paysannesRégime de peut-être d’intérêt le principe des quotas relevant des gratuité etgouvernance mondial, mais gestion négociables à différentes mécanismes de mutualisation localisée échelles semble marché s’imposerAutres ils sont le résultat soit deux conditions ils proposent une deux fonctions : usage d’une action ponctuelle, nécessaires à leur combinaison direct et facteur de soit d’une myriade gestion : équité et nouvelle des production d’actions et de décisions, efficacité. préférences externes à la sphère des collectives et biens marchands. individuelles d) Œconomie, démocratie et citoyenneté L’auteur part du constat selon lequel la « démocratie est en miettes et la citoyenneté3 a perdu beaucoup de son sens premier » (p. 348). Les facteurs de crise sont les suivants : - la démocratie a changé d’échelle d’espace et de temps ; - une augmentation de la complexité de nos sociétés qui transforme la nature et les formes de l’action politique. Le débat politique dans l’œconomie nécessite un renouvellement qui passe notamment par le passage d’une temporalité courte à une temporalité longue (p. 355), et par une adaptation des concepts et représentations. Pour conduire le changement, la fonction du politique est indispensable : faire converger les efforts des différentes catégories d’acteurs, penser le changement à différentes échelles, en organiser les étapes (p. 358). e) Le territoire, acteur pivot du 21ème siècle : fondements philosophiques et techniques de l’œconomie territoriale Pour l’auteur, le développement économique et social s’organise à l’échelle du territoire, axe horizontal et en filières de production internationalisées, axe vertical. Le territoire jouera un rôle croissant au fur et à mesure de la transition de l’économie à l’œconomie pour quatre raisons : - le territoire est un bon niveau de gestion de l’activité humaine dans la biosphère ; - l’action des villes est fondamentale pour la réussite de la gestion sociale ; - l’action des villes sur la consommation d’énergie est également fondamentale ; - enfin, le territoire s’impose dans l’économie de la connaissance. Le territoire sera dans l’œconomie un acteur pivot : revalorisé, il assure les liens sociaux, la relation avec les autres sociétés et avec la biosphère (p. 386), l’organisation verticale en filières de production devant être conservée. Le territoire mobilise à la fois les capitaux (matériels, immatériels, humain et naturel) et les ressources (du travail humain, naturelles et de l’information), et occupe une place centrale dans les régimes de gouvernance des différentes catégories de biens et de services (p. 408). 3 La citoyenneté est « l’ensemble des attitudes, droits et devoirs qui découle de la participation au destin commun », p. 349. 5
  6. 6. f) Les agencements institutionnels de l’œconomieA quoi ressemblent les agencements institutionnels de l’œconomie ? Ils doivent poursuivresimultanément les différents objectifs généraux de la gouvernance (paix, cohésion sociale, etc.),respecter les principes de gouvernance, faciliter la gestion des relations et prendre en compte lelong terme (p. 428), renforcer la conscience de former une communauté (p. 430), soutenir unitéet diversité, garantir l’exercice de la responsabilité des acteurs (p. 432), contribuer àl’intelligibilité du monde (p. 433).Sur le plan mondial, la filière de production, d’échange et de consommation sera l’agencementinstitutionnel majeur. Cette thèse défendue par l’auteur est soutenue par plusieurs évolutions :l’évolution du système de production (aujourd’hui intégrés et immenses, p. 435), la placeprioritaire donnée au développement durable, la normalisation, l’organisation et les motivationsdes consommateurs.Au niveau du territoire, l’auteur propose de créer une Agence œconomique territoriale (AOT),voisine de la Community Interest Company (CIC) anglaise (p. 453), qu’il considère comme unarchitecte. L’AOT est au service des buts généraux de la société (p. 455), n’a pas de statut type,est dépositaire de tous les apprentissages de gestion des biens de différentes catégories,contribue à la démocratie œconomique et permet de construire le lien entre court et long terme,entre présent et futur (p. 461). g) Monnaie et financeL’auteur part du principe qu’il ne faut pas considérer monnaie et finance comme des disciplinesspécifiques. Il associe monnaie et finance à énergie, parce que ces trois facettes constituent unemême réalité (p. 470). Cela est lié à la financiarisation de l’économie, processus d’unificationdes marchés financiers et de transfert du pouvoir des entreprises de production vers la financeinternationale. L’évolution des techniques, l’évolution des sociétés et l’évolution de l’énergieont amené à la fusion de la monnaie, la finance et l’énergie (p. 478).L’auteur examine ensuite la monnaie et la finance sous l’angle des objectifs de gouvernance eten conclue que le système actuel n’est pas à la hauteur :- en matière d’harmonie entre humanité et biosphère, la monnaie et la finance ne nous aidentpas ;- en matière de paix, elles servent et desservent l’objectif à la fois ;- en matière de cohésion sociale, de développement humain et de préservation des intérêts desgénérations futures, elles desservent l’objectif.Qu’en est-il alors du respect des principes de gouvernance ?- le système monétaire et financier n’est pas légitime (p. 495) car gouverné par desirresponsables ;- il n’intègre ni la démocratie ni la citoyenneté ;- le partenariat entre acteurs, qui sous-tend l’idée d’un contrat durable, n’existe pas (p. 496) ;- enfin, l’articulation des échelles de gouvernance n’est pratiquée que par les banques etassurances mutuelles.Quelles sont alors les stratégies de changement proposées par l’auteur ?Les innovateurs sont présents, les théoriciens peinent à trouver leur place, les généralisateurscontribuent au développement de réseaux internationaux d’innovateurs (en monnaiescomplémentaires ou en finance solidaire), les régulateurs ne disposent pas d’un cadre degouvernance mondiale et agissent à défaut à l’échelle nationale.L’auteur conclue que la monnaie unidimensionnelle comme unité de compte et moyen depaiement masque la réalité des échanges. Il propose d’envisager une monnaie à quatre 6
  7. 7. dimensions : le travail interne à un territoire, le travail fourni par l’extérieur, l’énergie fossile,les ressources naturelles non renouvelables (sommaire). Il propose également quelques pistesd’un nouveau système monétaire et financier : nous pourrions créer un système monétairefédératif mondial fondé sur la coopération entre les grandes régions du monde (p. 523), ou créerune monnaie mondiale physique faite d’un panier de marchandises qui viendrait se substituer àl’étalon or (p. 534). 7

×