Devoir Final Corrigé- Cassie Allen

154 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
154
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
25
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Devoir Final Corrigé- Cassie Allen

  1. 1. Allen 1 Cassandra Allen Professeur Pauline de Tholozany Français 238 28 avril 2015 Le Désir Individuel, l’Imitation, et La Cristallisation En analysant les oeuvres de Stendhal, le critique René Girard affirme que tout le XIXème siècle était préoccupé par le jeux d’imitation. Le mimétisme, suivant Girard, vient de la vanité et du désir de suivre une personne ou une idée modèle: « … pour qu’un vaniteux désire un objet, il suffit de le convaincre que cet objet est déjà désiré par un tiers auquel s’attache un certain prestige » (16). Alors il développe un triangle de désire entre le sujet, l’objet, et le modèle qui vient de la vanité du sujet qui veut avoir seulement l’objet qui est déjà désiré par une personne qu’il admire. Dans cette dissertation, nous questionnerons s’il est possible d’avoir un désir individuel, ou d’aimer quelqu’un sans l’influence des autres. Nous parlerons des romans classiques Madame Bovary par Gustave Flaubert et Le Rouge et le Noir par Stendhal qui sont plein d’amour et du fantasme. Dans la première partie, nous parlerons de l’effet de la vanité et de l’imitation sur le développement du désir triangulaire et comment il influence les relations entre Madame Bovary et Rodolphe et Julien et Madame de Rênal. Dans la deuxième partie, nous nuancerons l’argument en explorant comment la cristallisation, qui vient de l’amour passionné, peut être confondue avec l’imitation, en particulier dans le cas de Madame Bovary. Finalement, dans la troisième partie, nous discuterons de deux types d’amour: l’amour passionné et l’amour de vanité fonctionnent différemment et s’il est possible d’avoir un désir individuel.
  2. 2. Allen 2 La vanité et l’obsession avec une personne ou une idée modèle sont les sources les plus importantes du désir triangulaire. On peut trouver la vanité dans les personnages de Julien et de Madame Bovary qui se préoccupent toujours de leurs images et de leur statut social. Ils veulent affirmer qu’ils ont le standing et c’est pourquoi qu’ils suivent une personne ou idée modèle. Pour Julien cette personne est Napoléon Bonaparte parce qu’il veut grimper dans l’échelle sociale et obtenir la gloire et l’argent. Napoléon est un « médiateur externe » (Girard 18) pour Julien: il influence les décisions de Julien, même si qu’ils n’ont pas de contact. Julien observe que Napoléon a pris des maîtresses, alors il pense qu’il doit prendre un amant. Il séduit Madame de Rênal, une femme de haut statut et de fortune, et un triangle du désir se développe entre Napoléon, Madame de Rênal et lui. Napoleon est comme un médiateur « … qui rayonne à la fois vers le sujet et vers l’objet » (Girard 12): il donne la valeur à leur liaison parce que Julien veut l’imiter et prendre Madame de Rênal pour une maîtresse pour ressembler son modèle. Alors il y a un triangle du désir: Julien est enamouré de Napoléon et de Madame de Rênal à cause de l’influence de Napoléon. Parce que Julien a choisi Madame de Rênal seulement pour sa fortune et son statut, des raisons vaniteuses, leur relation n’est pas de l’amour vrai, mais plutôt de la vanité. Après que Julien passe la nuit dans la chambre de Madame de Rênal, le narrateur respire: « Il avait fait son devoir, et un devoir héroïque » (Stendhal 63). Madame de Rênal n’est plus qu’un chemin vers l’obtention d’un statut, et elle est traitée comme un objet qu’il peut posséder. C’est un devoir “héroïque” pour Julien de l’avoir comme amant parce elle rend plus complète son imitation de Napoléon, un héros lui-même. Alors la vanité contribue à la formation d’un désir triangulaire qui forme, à son tour, un amour avec les elements superficiels. Le désir triangulaire est ancré dans le concept d’imitation. Il rend possible la création d’un amour qui, sans le mimétisme, n’existerait pas. Nous appellerons ce type d’amour «
  3. 3. Allen 3 l’amour modèle » parce qu’il vient de l’imitation d’une personne ou une idée modèle. Les relations entre Madame Bovary et Rodolphe viennent de cet « amour modèle », elles étaient inspirées par les histoires que Madame Bovary lisait quand elle était jeune: « Alors elle se rappela les héroïnes des livres qu’elle avait lus, et la légion lyrique de ces femmes adultères se mit à chanter dans sa mémoire… elle devenait elle-même comme une partie véritable de ces imaginations… » (Flaubert 232). Madame Bovary s’est ennuyée de sa vie mariée et veut avoir une liaison romanesque, alors elle prend Rodolphe comme amant et elle imite les actions romantiques qu’elle trouve dans ses livres. Un triangle de désir développe entre elle, Rodolphe, et ses livres qui donnent un exemple de l’amour parfait. Parce que ses actions sont imitées, leur amour développe superficiellement et ne dure pas longtemps. Le critique américain William Johnsen décrit comment leur amour est détruit par l’imitation et l’idéalisme de ses relations: « Emma is judged as a commodity whose nouveauté has diminished, in a sexual metaphor of slackening passion which echoes Rodolphe's initial fantasy of exploiting Emma after their first meeting » (848). Rodolphe crée leur relation sur un fantasme sexuel qu’il veut imiter, et après qu’il a pris Emma comme un amant il s’ennuie d’elle et leur relation se dissout. Alors, dans les cas d’Emma et Rodolphe et de Madame de Rênal et Julien, l’imitation des idées de l’amour parfait crée non pas une relation idéale mais une relation qui est destinée à leur destruction parce qu’elle est basée sur les motifs faux et vaniteux. Le désir triangulaire qui se développe aux côtés de ces relations aide à la destruction parce que les sentiments passionnés du sujet sont partagés entre aimant l’objet et suivant son modèle. Dans la première partie nous avons justifié comment la vanité, l’imitation, et le désir triangulaire ont détruit les relations entre les couples amoureux; cependant, il y a des aspects de
  4. 4. Allen 4 l’amour passionné dans les relations entre Emma et Rodolphe qui aident à prévenir la formation de l’amour vaniteux et en plus le désir triangulaire. S’il y a les sentiments passionnés du vrai amour, il est plus difficile de se perdre dans l’amour vaniteux parce que les relations sont ancrées dans le désir veritable. Girard déclare dans sa critique que: « la passion est le contraire de la vanité » (26). Alors s’il y a l’amour passionné qui existe dans une relation, il détruit ou rend plus difficile la formation du triangle. L’amour passionné suit sept étapes de formation: « 1. l’admiration. 2. On se dit ‘Quel plaisir de donner des baisers, d’en recevoir ! etc.’ 3. L’espérance. 4. L’amour est né. 5. La première cristallisation commence. 6. Le doute né. 7. Seconde cristallisation » (Stendhal 4-7). Nous démontrerons comment la cristallisation, qui vient de l’amour passionné, se présente dans les relations entre Emma et Rodolphe et comment elle peut être confondue avec l’imitation qui vient de l’amour vaniteux. La cristallisation est un procédé naturel et involontaire. Le sujet n’a pas la choix de cristalliser quelqu’un dans l’amour passionné comme il a la choix d’imiter quelqu’un dans l’amour vaniteux. Dans son essai De l’Amour, Stendhal décrit le procédé de cristallisation comme la formation des cristallisations sur un arbre jeté dans une mine de sel: « Aux mines de sel de Salzbourg, on jette dans les profondeurs abandonnées de la mine un rameau d’arbre effeuillé par l’hiver; deux ou trois mois après, on le retire couvert de cristallisations… » (5). Il utilise cette métaphore naturelle pour décrire la cristallisation: « Ce que j’appelle la cristallisation, c’est l’opération de l’esprit, qui tire de tout ce qui présent la découverte que l’objet aimé a de nouvelles perfections » (5). La cristallisation est naturelle et subconsciente et il est impossible d’imiter ce procédé. Alors, est-il impossible d’imiter le vrai amour passionné? La critique Angela Hunter explique que la cristallisation crée: « a system of reading where interpretation results only in another sign to be interpreted… thus the ‘realities’
  5. 5. Allen 5 supposedly outside modify themselves for his [or her] love » (208). La cristallisation crée une sorte de fantasme qui ressemble à l’imitation. Quand on est amoureux de quelqu’un, on cristallise cette personne, et on invente un scénario parfait de la relation qu’on veut avoir avec cet amant. Dans le cas d’Emma Bovary dont nous venons de parler, elle cristallise son amour autour de Rodolphe et de la relation qu’elle veut avoir avec lui en imitant les histoires qu’elle a lues dans ses livres: « Elle devenait elle-même comme une partie véritable de ces imaginations et réalisait la longue rêverie de sa jeunesse, en se considèrent dans ce type d’amoureuse qu’elle avant tant envié » (Flaubert 232). Elle s’imagine comme la maîtresse idéale, et Rodolphe est son amant parfait. Elle cristallise la passion de leur liaison quand elle pense qu’elle va « réaliser sa longue rêverie »! Sa réalité est tordue à cause de ses imaginations comme le critique a expliqué; cependant, cette cristallisation est nécessaire d’avoir l’amour passionné. La rêverie de ce procédé peut être trompée par l’imitation, et par conséquence, le désir triangulaire, parce qu’Emma s’est focalisée sur un idéal spécifique de l’amour et non pas la réalité de ses relations avec Rodolphe. Il est important de déterminer s’il y a la cristallisation ou l’imitation parce que la première fonctionne avec l’amour passionné; cependant, la deuxième fonctionne avec l’amour de vanité. Il faut qu’on comprenne les différences entre l’amour passionné et l’amour vaniteux parce que le premier est un amour pur qui peut durer et qui est difficile de trouver dans les histoires et dans la réalité; cependant, le deuxième s’est focalisé sur l’apparence physique, les idéaux magnifiques, et ne dure pas longtemps. L’amour de passion, en conformité avec Girard, est: « le contraire de la vanité » (26). L’être passionné se distingue: « par son autonomie sentimentale, par la spontanéité de ses désirs, [et] par son indifférence absolue à l’opinion des Autres » (26). L’amour de vanité est centré autour des opinions des « Autres », les personnes modèles qu’un amoureux veut imiter; au contraire, l’amour passionné est indépendant et centré
  6. 6. Allen 6 autour de l’amant lui-même. L’amour passionné se trouve dans les sentiments du Madame de Rênal dans Le Rouge et le Noir quand elle découvre qu’elle aime Julien: « Elle ne peut résister au torrent de bonheur qui inondait son âme… Elle était profondément étonnée…Aurais-je de l’amour pour Julien, se dit-elle enfin ? » (Stendhal 55). Stendhal utilise une métaphore naturelle, un « torrent de bonheur », pour décrire l’amour passionné de Madame de Rênal. Sa cristallisation de Julien était involontaire et naturelle comme son amour, et elle est étonnée de trouver qu’elle l’aime. Contrairement à l’amour de Julien, qui est vaniteux et intentionnel (sauf quand il est maladroit, là on peut voir son vrai amour passionné), l’amour de Madame de Rênal est pur et étonnant. Elle ne peut pas contrôler ses sentiments de bonheur. Dans son amour amour pur, elle cristallise autour de Julien et elle invente quelques perfections qu’il ne possède pas en réalité. Elle n’imite pas un modèle de l’amour comme Julien le fait avec Napoléon et voici comment l’amour de Madame est passionné malgré le fait que l’amour de Julien soit vaniteux. Pour conclure, nous pouvons voir comment les amants vaniteux modèlent leur relations sur une personne respectueuse ou un idéal de l’amour qu’ils ont trouvé dans la littérature ou dans la société. Ils imitent un modèle, et dans ce mimétisme, ils créent un amour faux, ou un amour de vanité. Cet amour ne dure pas longtemps parce qu’il manque de vraie passion. Le fantasme intentionnel de l’amour vaniteux peut être confondu pour la cristallisation involontaire qui existe dans l’amour passionné, et il est difficile de distinguer entre les deux. Ils présentent une imagination qui transforme la réalité; cependant l’imitation vient d’un amour vaniteux tandis que la cristallisation vient de l’amour passionné. Finalement, il faut que les deux amants aient pour l’un et l’autre l’amour passionné. Si un amant n’aime pas passionnément, la relation se détruira. Nous avons parlé de l’amour vaniteux, l’amour d’imitation volontaire qui crée un désir
  7. 7. Allen 7 triangulaire, et sa présence fréquente dans le monde entier et les oeuvres littéraires. Nous avons aussi parlé de l’amour passionné avec la cristallisation involontaire qui crée un désir individuel, qui est beaucoup plus rare même dans la littérature que dans notre monde réaliste. Alors, s’il est rare dans le monde indéfinie de la littérature, est-ce le désir individuel existe dans notre monde réaliste? Est-ce que nous sommes capables d’aimer sans choix? Ou est-ce que le désir individuel est un fantasme que nous avons créé pour imiter les couples parfaits que nous avons rencontrés dans nos histoires favorites?

×