Demande globale

3 363 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 363
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
30
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Demande globale

  1. 1. Chapitre 4 La fonction de demande globale et ses composantes La demande globale et l’équilibre macroéconomique _ La demande globale détermine, pour chaque niveau de prix, la quantité de biens et services demandée dans l’économie (on prend en compte le fonctionnement du marché des biens et services et celui de la monnaie pour un niveau de prix donné). Les objectifs sont ( toujours en économie fermée): 1) d’identifier – d’une part les variables qui déterminent la demande agrégée et peuvent donc être à l’origine de fluctuations du PIB – d’autre part, parmi ces variables, celles susceptibles d’être influencées par le gouvernement pour affecter la demande agrégée. 4-1Typologie des équilibres Abandonnons la vision rétrospective de l'équilibre pour raisonner dorénavant en prospective. L'expression PIB = C + I + ΔSvol+ X - M qui était une relation comptable devient une condition de réalisation de l'équilibre global. L'économie est en situation d'équilibre macroéconomique si cette relation est vérifiée. À défaut, l'ajustement est assuré par les variations de stock involontaires - stockage de produits finals non vendus si l'offre globale excède la demande globale ; déstockage de produits élaborés au cours des années passées si c'est la demande globale qui est supérieure à l'offre globale. Si l'on recense tous les marchés différents existant dans l'économie, on est amené à en comptabiliser n ventilés en (n -2) marchés des biens et services, un marché du travail et un marché de la monnaie. À partir de ce recensement, trois concepts d'équilibre s'imposent. - il Y a équilibre partiel si, sur l'un quelconque de ces n marchés, on a l'offre qui correspond à la demande. Sur le marché i, on a Oi = Di, .Si le marché i concerné est celui des crayons, il y a équilibre partiel sur le marché des crayons si le nombre de crayons produits au cours de l'année correspon exactement à celui des crayons vendus. Si le marché i est celui du travail, l'offre de travail est égale à la demande de travail et il y a équilibre partiel sur ce marché. 1
  2. 2. - Il y a équilibre général si, sur chacun des marchés, il y a équilibre partiel. En d'autres termes,∀i, Oi =Di. Le marché des crayons est équilibré, mais également ceux des choux-fleurs, des radis, des navets; du travail et de la monnaie. On mesure l'extrême difficulté de réalisation de cet équilibre qui est plus une norme pour l'analyse microéconomique qu'un concept utile pour notre problématique. - Il y a équilibre global si, ne prenant en considération que les marchés des biens et services, l'offre égale la demande, plus précisément si On note que cet équilibre ne requiert pas d'équilibre partiel, à la limite, tous les marchés sont en déséquilibre partiel et, tous réunis, l'équilibre global est satisfait. 2
  3. 3. 4-2 Les 4 composantes de la demande globale La consommation, les dépenses d’investissement, les achats de biens et services du gouvernement et les exportations nettes forment les 4 composantes de la demande globale: DG = C + I + G + (X-M) Hypothèse de départ • Sous cette hypothèse, les fluctuations du PIB s’expliquent essentiellement par l’évolution de la demande globale. • Il suffit alors d’expliquer comment se déterminent les quatre composantes de la demande globale pour expliquer comment se détermine le PIB. Les variables qui influencent chacune des quatre composantes de la demande globale La consommation: C = fc (RD, r, YC ) + - +/- - RD : revenu disponible réel; - r : taux d’intérêt réel (affecte la consommation de biens durables); YC : facteurs psychologiques (confiance, anticipations économiques des consommateurs, ...) L’investissement: I = fI (BNR, r, YI) + - +/- - BNR : bénéfices non-répartis des sociétés ; - r : taux d’intérêt réel; - YI : Climat des affaires, incertitude, anticipations des gestionnaires (récession?, reprise durable?, ...) 3
  4. 4. Les achats de biens et services du gouvernement: G = G Les dépenses gouvernementales sont dites exogènes, c’est-à-dire qu’elles ne sont fonction d’aucune variable clairement identifiée. On peut qualifier cette variable de discrétionnaire, car elle dépend de la volonté des autorités gouvernementales et de leurs objectifs en matière de politique budgétaire Les exportations nettes de biens et services: (X-M) = f(X-M) (E, P* , P , Y* , Y) + + - + - E : valeur en monnaie locale de la devise étrangère; c’est le taux de change nominal (Dans le cas Français: €/$US); P* : prix des biens et services importés ou prix étrangers; P : prix des biens et services exportés ou prix locaux; Y* : revenu ou PIB réel étranger Y : revenu ou PIB réel. La courbe de demande globale La courbe de demande globale représente une relation d’équilibre entre le PIB réel et le niveau général des prix. Cette relation d’équilibre n’est valable que lorsque les entreprises ajustent parfaitement leur production à toute fluctuation de la demande. LA PENTE: Nous savons que les exportations nettes sont inversement fonction du niveau général des prix: • Ainsi, une augmentation du niveau général des prix va engendrer une diminution des exportations nettes car les produits locaux deviennent alors relativement plus cher par rapport aux produits étrangers; dans ce cas, les exportations diminuent et les importations augmentent, et donc 4
  5. 5. (X-M) diminue. À l’inverse, une diminution du niveau général des prix entraîne une augmentation des exportations nettes. • En conséquence, les variations du niveau des prix provoquent des variations en sens inverse de la demande globale. LES DÉPLACEMENTS: • Alors que les variations du niveau général des prix (P) engendrent un déplacement le long de la courbe de demande globale, • les variations des facteurs autres que le niveau général des prix, qui affectent une ou plusieurs des quatre composantes de la demande globale, engendrent un déplacement de la courbe au complet. Les déplacements de la courbe de demande globale par l'exemple EXEMPLE: Supposons que le gouvernement décide de réduire les impôts des particuliers: 1. la consommation est positivement reliée au revenu personnel disponible; une diminution des impôts augmente le revenu personnel disponible des ménages; 2. la consommation privée est stimulée; 3. la demande globale est stimulée (déplacement vers la droite de la courbe). 5 P
  6. 6. La baisse des impôts des particuliers, en augmentant le revenu personnel disponible des ménages, a permis de stimuler la demande globale. La courbe se déplace donc vers la droite. EXEMPLE: Supposons une hausse du taux d’intérêt réel 1. Deux composantes de la demande globale dépendent négativement du taux d’intérêt réel: la consommation et l’investissement; 2. Cette hausse du taux d’intérêt augmente le coût de financement des achats de biens durables et décourage donc la consommation; 3. Cette hausse décourage également les projets d’investissement des entreprises car elle augmente leur coût d’acquisition du capital. 6
  7. 7. La hausse des taux d’intérêt décourage l’achat de biens durables consommation) et les dépenses d’investissement des entreprises; La courbe de demande globale se déplace donc vers la gauche EXEMPLE: Les États-Unis connaissent une croissance économique prononcée 1. Cette fois, c’est la composante (X) qui est affectée. 2. La croissance américaine se traduit par une augmentation de Y*; l’augmentation du revenu national américain stimule la demande globale des États-Unis et les Américains voudront consommer davantage de biens locaux et de biens importés. L’augmentation de la demande pour les biens importés se traduit donc par une augmentation des exportations françaises. 3. Étant donné que les exportations nettes augmentent, la demande globale est stimulée et la courbe se déplace donc vers la droite. 7
  8. 8. Constatations • La courbe de demande globale représente une relation d’équilibre entre le PIB réel et le niveau général des prix lorsqu’on suppose que les entreprises peuvent en tout temps ajuster leur production aux fluctuations de la demande. • En réalité, les entreprises peuvent difficilement s’ajuster à la demande globale sans tenir compte de leurs coûts. • Nous avons donc besoin d’une deuxième relation d’équilibre qui, combinée à la première, nous permettra de mieux comprendre la détermination du PIB réel et du niveau des prix sur le marché des biens et des services : C'est la courbe d'offre global. Catégories des biens de consommation (Les lois d'Egel) Si, comme on vient de l'exposer, la consommation varie dans l'espace, elle se modifie également dans le temps non seulement en raison des modes, des habitudes et des effets du Changement technologique sur la disponibilité des biens, mais en fonction du revenu. On doit à Engel (1821-1896), la présentation des lois de la consommation au terme desquelles, lorsque le revenu s'accroît, la part des dépenses consacrées à l'alimentation décroît, celle des dépenses d'habillement et de logement reste stable et celle des autres dépenses - santé, transports, loisirs- s'accroît. On définit l'élasticité-revenu de la consommation eR/c par le rapport du taux de variation de la consommation au taux de variation du revenu: 8
  9. 9.  Pour 1es biens alirnentaires, e R/c < 1, c 'est a dire ΔC/C < ΔR/R Lorsque le revenu s'accroît, les dépenses correspondantes s'accroissent moins rapidement.  Pour l'habillement et le logement, eR/c ≡ 1, c'est-à-dire ΔC/C ≡ ΔR/R Ces dépenses progressent au même rythme que le revenu.  Pour les autres biens de consommation, eR/C > 1, c'est-à-dire ΔC/C > ΔR/R.  Ces dépenses s'accroissent plus vite que le revenu. On déduit de ces lois qu'il existe: - des biens dits supérieurs, ceux pour lesquels eR/C > 1, - des biens dits normaux pour lesquels eR/c ≡ l. - des biens inférieurs pour lesquels eR/C < 1. Une catégorie de biens inférieurs est qualifiée de biens Giffen. Il s'agit des biens très inférieurs ceux dont la consommation décroît et même disparait avec l’augmentation du revenu. Si l'on considère par exemple les Topinambours ou le rutabaga, biens consommés uniquement en période de pénurie alimentaire. On a ΔC/C < 0 < ΔR/R, l'élasticité-revenu de la consommation est négative. Remarquons que ces lois d'Engel s'appliquent lorsque les revenus s'élèvent. S'ils baissent, des phénomènes de cliquet apparaissent en ce sens que la consommation ne se réduit pas dans les mêmes proportions que le revenu en raison notamment des habitudes de consommation. 9
  10. 10.  Pour 1es biens alirnentaires, e R/c < 1, c 'est a dire ΔC/C < ΔR/R Lorsque le revenu s'accroît, les dépenses correspondantes s'accroissent moins rapidement.  Pour l'habillement et le logement, eR/c ≡ 1, c'est-à-dire ΔC/C ≡ ΔR/R Ces dépenses progressent au même rythme que le revenu.  Pour les autres biens de consommation, eR/C > 1, c'est-à-dire ΔC/C > ΔR/R.  Ces dépenses s'accroissent plus vite que le revenu. On déduit de ces lois qu'il existe: - des biens dits supérieurs, ceux pour lesquels eR/C > 1, - des biens dits normaux pour lesquels eR/c ≡ l. - des biens inférieurs pour lesquels eR/C < 1. Une catégorie de biens inférieurs est qualifiée de biens Giffen. Il s'agit des biens très inférieurs ceux dont la consommation décroît et même disparait avec l’augmentation du revenu. Si l'on considère par exemple les Topinambours ou le rutabaga, biens consommés uniquement en période de pénurie alimentaire. On a ΔC/C < 0 < ΔR/R, l'élasticité-revenu de la consommation est négative. Remarquons que ces lois d'Engel s'appliquent lorsque les revenus s'élèvent. S'ils baissent, des phénomènes de cliquet apparaissent en ce sens que la consommation ne se réduit pas dans les mêmes proportions que le revenu en raison notamment des habitudes de consommation. 9

×