Agilité et SharePoint: Incompatible? On gage que non!

676 vues

Publié le

Les choses à savoir avant de démarrer un projet SharePoint en mode agile.

Publié dans : Logiciels
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
676
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
14
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Notez bien que SCRUM n’est pas quelque chose qui s’applique à la lettre mais bel et bien un ensemble de pratiques et outils qui peuvent être adapté à de nombreuses réalités.
    Concrètement SCRUM c’est:

    Un cadre de travail qui peut être adapté bien au-delà d’un projet IT
    Un mode de livraison incrémental qui met l’accent sur la valeur d’affaires
    Un modèle de projection empirique laissant place aux changements de manière contrôlée et réfléchie.
  • L’agilité n’est pas seulement une affaire de développeurs. Elle s’applique du tout début d’un projet jusqu’à sa livraison. C’est d’ailleurs un gros facteur de succès.

    Les échecs peuvent intervener à tout les niveaux, pas forcément que au niveau du développement.
  • La particularité des projets SharePoint est que l’on sait déjà que cela va se faire en SharePoint donc nous avons tendance à prendre beaucoup de choses pour acquises.

    Votre pire ennemi: Un backlog porté par les TI ;)
  • Qui?
    Idéalement des personnes connaissant le domaine d’affaires de la solution à développer. Pas de développeurs ni de personnes aux profils “technique”

    L’analyse est faite dans les phases de grooming pour les stories qui suivent et non lors du démarrage de projet!

    La particularité des projets SharePoint est que l’on sait déjà que cela va se faire en SharePoint
  • Mode de contractualisation « Fixed bid » + projet agile = Fail assuré
  • Le product owner ne devrait jamais être quelqu’un de TI…

  • Tout est une story avant tout pour permettre la repartition du travail dans les sprints.
    Le plus difficile dans une story, c’est de savoir le moment ou elle se termine vraiment. On définit alors des critères d’acceptation qui sont un contrat entre le PO et l’équipe.

    Critères INVEST
    Independant = Correspond au découplage des fonctionnalités. Fortement lié avec la notion de « Valuable ». Avec SharePoint plus ou moins facile (Voir slide suivante pour la méthodologie de définition).
    Testable = Critères d’acceptation qui décrivent le plan de test
    Estimable/Small: Selon le pointage par l’équipe de développement.

  • Tout est une story avant tout pour permettre la repartition du travail dans les sprints.
    Le plus difficile dans une story, c’est de savoir le moment ou elle se termine vraiment. On définit alors des critères d’acceptation qui sont un contrat entre le PO et l’équipe.

    Consistance des stories: évitez les stories pas vraiment finie qui seront vraiment complétées une fois une autre terminée (genre il manque le branding qui viendra à la fin…)

    Critères INVEST
    Independant = Correspond au découplage des fonctionnalités. Fortement lié avec la notion de « Valuable ». Avec SharePoint plus ou moins facile (Voir slide suivante pour la méthodologie de définition).
    Testable = Critères d’acceptation qui décrivent le plan de test
    Estimable/Small: Selon le pointage par l’équipe de développement.

  • Tout est une story avant tout pour permettre la repartition du travail dans les sprints.
    Le plus difficile dans une story, c’est de savoir le moment ou elle se termine vraiment. On définit alors des critères d’acceptation qui sont un contrat entre le PO et l’équipe.

    Consistance des stories: évitez les stories pas vraiment finie qui seront vraiment complétées une fois une autre terminée (genre il manque le branding qui viendra à la fin…)

    Critères INVEST
    Independant = Correspond au découplage des fonctionnalités. Fortement lié avec la notion de « Valuable ». Avec SharePoint plus ou moins facile (Voir slide suivante pour la méthodologie de définition).
    Testable = Critères d’acceptation qui décrivent le plan de test
    Estimable/Small: Selon le pointage par l’équipe de développement.

  • Avec SharePoint la difficulté est de découpler les fonctionnalités pour en faire des stories réalistes sans trop rentrer dans le technique…

    Quid de la granularité?

    Séparation des opérations de création et de visualisation (mise en valeur des flux d’information).
    Schéma représentant 90% des stories d’un projet informatique.

    Création = Types de contenus, Colonnes,
    Visualisation: Page Layouts, Master pages, Display Templates, ...

    Une story est différente d’un cas d’utilisation classique. Pour faire le parallèle avec le cas d’utilisation, celui-ci serait un agrégation de toutes les actions possibles sur une information. La story elle est une action parmi le autres.

  • Exemple:

    Nous gérons le « Branding » en tant que contrainte sur les stories plutôt que de faire une story technique « Design ».
  • Compliqué: un avion est compliqué dans sa finalité. En revanche, il peut êre subdivisé en une multitudes de sous systèms jusqu’au plus élémentaire (le boulon)
    Complexe: qui ne peut être subdivisé en plus petit système (exemple un être humain)
  • Pas de formule magique pour la vélocité. Variable multi factorielle (compétences, nombre de développeurs, expérience, existant, etc…)
  • Perdre le moins de temps possible dans considérations qui n’apportent pas de valeur au client:
    Mise en place des environnements de développement
    Correction de bugs liés au setup, etc…
  • Les tests unitaires sont davantage utiles pour valider des algorithmes métier et valider une partie précise de la solution

    Les tests fonctionnels (boite noire) valide un comportement sans se soucier de la solution en elle-même. Dans le cas d’agile, les tests fonctionnels sont utilisés pour valider une story au complet via ses critères d’acceptations. Ils permettent également de s’assurer de la non régression entre les sprints!
  • Les tests sont longs à éxécuter car ils interagissent directement avec le produit. Pour une meilleure isolation, il est impératif de reconstruire un nouvel environnement de tests “clean” à chaque fois (Site collection, site, etc).
  • Agilité et SharePoint: Incompatible? On gage que non!

    1. 1. SharePoint Saturday Montréal 23 mai 2015 SharePoint Saturday Montréal Agilité et SharePoint: Incompatible? On gage que non! Franck Cornu Spécialiste SharePoint
    2. 2. SharePoint Saturday Montréal Or Argent Bronze Web Merci à nos commanditaires !
    3. 3. SharePoint Saturday Montréal http://thecollaborationcorner.com/ Réussir son analyse fonctionnelle SharePoint: Guide méthodologique @FranckCornu
    4. 4. SharePoint Saturday Montréal Plan de la présentation • Partie 1: L’agilité et SharePoint • Partie 2: Démarrer un projet agile • Partie 3: Se donner les moyens d’être agile
    5. 5. SharePoint Saturday Montréal Petits rappels SCRUM • « …cadre de travail permettant de répondre à des problèmes complexes et changeants tout en livrant de manière productive et créative des produits de la plus grande valeur possible… » Scrum guide
    6. 6. SharePoint Saturday Montréal Comment nous l’appliquons BACKLOG GROOMING DU BACKLOG SPRINT BACKLOG USER STORY 5 USER STORY 3 USER STORY 8 2 semaines SPRINT REVIEW SPRINT BACKLOG DAILY SCRUM SPRINT PRODUCT BACKLOG GROOMING SPRINT PLANNING TESTS SPRINT REVIEW SPRINT RETRO
    7. 7. SharePoint Saturday Montréal • SCRUM et l’agilité, ce sont des trucs de développeurs ça, nous on parle business! • SCRUM n’est pas une méthode de gestion de projet rigoureuse permettant un contrôle précis des coûts. En gros, SCRUM = anarchie! • Être agile, c’est tester souvent, or avec SharePoint ce n’est pas possible ou beaucoup trop coûteux. L'investissement n’en vaut donc pas la peine. • La plupart des fonctionnalités sont déjà "OOTB", c'est juste de la configuration et pas du développement, pas la peine de découper ça en « story » car les besoins sont déjà comblés par l’outil • Les projets SharePoint sont trop liés à l'infrastructure et fait intervenir une multitude d’équipes. La mise en place de l’agile est d’autant plus complexe. • SCRUM n’est pas adapté à mon projet, car mon projet n’est pas un projet « classique » de développement logiciel • Projet de migration, gouvernance, sites de collaboration etc. Idées reçues sur SharePoint et l’agile
    8. 8. SharePoint Saturday Montréal L’agilité, d’abord une philosophie
    9. 9. SharePoint Saturday Montréal Démarrer un projet agile Comprendre SCRUM Définir le pourquoi du projet, sa vision et son contexte Évaluer le besoin global Analyser les besoins et définir le backlog Définir le plan de livraison Estimer les coûts de développement Contractualiser Développer la solution de manière itérative Livrer les solutions selon le plan Livrer la solution
    10. 10. SharePoint Saturday Montréal Un démarrage de projet • Format • 2 à 3 jours consécutifs en mode « War Room » (5 à 6 personnes) • Ateliers interactifs successifs • En sortie • Backlog priorisé selon un plan de livraison • Information minimale nécessaire pour permettre une estimation réaliste • Charte de projet • Nom de projet • Vision • Objectifs d’affaires (S.M.A.R.T) • Équipe • Variables d’ajustements • Événements probables • Wireframes et maquettes • Estimation selon la technologie cible (ici SharePoint)
    11. 11. SharePoint Saturday Montréal Quid de la contractualisation agile Dans la théorie, le modèle de contractualisation d’un projet agile serait plutôt du type « paiement à l’utilisation » « Fixed bid » VS « Time & Materials » MAIS
    12. 12. SharePoint Saturday Montréal Recette d’un backlog de projet Quoi?
    13. 13. SharePoint Saturday Montréal Définir ses stories • Quelques règles générales • Tout est une story! (technique, documentation, …) = Avant tout, on cherche une répartition optimale de la charge de travail! • Format « En tant que…je veux + action », pas de justification • Indépendant de toute technologie • Critères I (Independant) N (Negotiable) V (Valuable) E (Estimable) S (Small) T (Testable) • Obligation de critères d’acceptations = contrat entre le PO et l’équipe = Périmètre fonctionnel = Plan de tests • Toutes les stories sont soumises à la DoD (« Definition of Done ») et la DoR (« Definition of Ready ») • Une story est différente d’un cas d’utilisation (explication juste après)
    14. 14. SharePoint Saturday Montréal Définir ses stories • Gérer le syndrome SharePoint • Important de distinguer: • Les tâches des stories • Les contraintes des stories • Le besoin du moyen • La fonctionnalité principale et ses éventuels « add-ons » INVEST  (Indépendant) • Actions métier VS actions SharePoint: pas la peine de lister toutes les actions de bases de l’outil! • « Créer une version de document », « Check-In », « Check-Out », etc..  Se gère en critères d’acceptations. Si trop gros, en faire une story à part (« Archiver un document ») • Savoir faire des compromis
    15. 15. SharePoint Saturday Montréal Définir ses stories • Gérer le syndrome SharePoint • Orientés rôles et responsabilités : les profils ≠ groupes de sécurité SharePoint !  Raisonnez au niveau métier!
    16. 16. SharePoint Saturday Montréal Schéma typique d’une user story Quid de la granularité?
    17. 17. Comment démarrer?  Énumérer les actions sous un format libre (existantes et/ou souhaitées)  Identifier les profils/personnes/rôles réalisant ces actions  Faire des regroupements en « Epics » (thématiques fonctionnelles ou métiers)  Appliquer le schéma typique précédent pour déduire les stories Avec quel outil?  User Story Mapping Définir ses stories
    18. 18. SharePoint Saturday Montréal La gestion des contraintes • Une contrainte est une particularité à prendre en compte lors de la réalisation d’une story pour livrer une fonctionnalité finale. • Savoir si une contrainte s’applique réellement sur une story: « est-ce que il y a une tâche particulière à faire pour répondre cette contrainte dans le cadre de la story? » • S’entendre sur la définition et la portée d’une contrainte = critère d’acceptation pour chaque contrainte
    19. 19. SharePoint Saturday Montréal Estimer une user story Quel Format? En points et non en heures ou jours Ordre de complexité relative entre les stories Comment? Quand? Qu’estime t-on? Quelques Règles
    20. 20. SharePoint Saturday Montréal L’estimation: passer de l’abstrait à la réalité • Les variables fondamentales de calcul des coûts pour un projet agile • La vélocité • La durée d’un sprint • Le taux horaire des différents intervenants • Formule (très) théorique • Toujours un sprint supplémentaire pour la correction et l’ajustement du dernier sprint de développement. Nombre de sprints = Nombre de points / Vélocité estimée par sprint Effort de développement (heures ou jours) = (Nombre de sprints * Durée d'un sprint) Coût de développement = Taux horaire * Durée de développement * Nombre d’intervenants
    21. 21. SharePoint Saturday Montréal Les prérequis à l’agilité et SharePoint • La livraison de « valeur » comme leitmotiv  Environnement technique approprié: avoir un setup de développement qui roule…! Machines de développement SharePoint identiques (version SP et Visual Studio, configuration, etc...) Gestionnaire de code source (Git, TFS) + Outils de gestion de projet agile (JIRA, TFS) Serveur de build (TeamCity): contrôle des versions et intégration du code + outils de qualité (FxCop / StyleCop) Versionning du code mutualisé (Nuget) Déploiement entièrement automatisé de la solution (PowerShell) (tous environnements confondus) Nightly builds: Déploiement QA (Remote PS) Tests unitaires +Tests fonctionnels de non régression
    22. 22. SharePoint Saturday Montréal Les prérequis à l’agilité et SharePoint • La gestion des déploiements • Objectif: livrer une solution fonctionnelle à la fin de chaque sprint • Gestion des différentiels en SharePoint (XML vs Code)  ALM DAILY SCRUM SPRINT PRODUCT TESTS SPRINT REVIEW SPRINT RETRO
    23. 23. SharePoint Saturday Montréal Les prérequis à l’agilité et SharePoint • Les tests avec SharePoint Quoi tester? › Tests unitaires: Framework, code mutualisé, algorithmes métiers › Tests fonctionnels: validation des comportements à travers les critères d’acceptations de la story › Aucune valeur a simuler un contexte SharePoint pour un test! Comment? › C#: Microsoft Fakes › PowerShell: Pester (Lien) DÉMO › Intégration au serveur de build
    24. 24. SharePoint Saturday Montréal Les prérequis à l’agilité et SharePoint • De manière générale, les tests avec SharePoint, c’est… • Couteux en temps et en apprentissage des outils • Plus efficace lorsque c’est réalisé via l’approche TDD • Long à s’exécuter (distinction « Slow/Fast ») • Impossible de couvrir tous les cas
    25. 25. Faire d’un projet SharePoint agile un succès OUI MAIS Nécessite une volonté à tous les niveaux Nécessite une discipline d’abstraction des possibilités de l’outil en lui-même pour se concentrer sur les besoins réels. Nécessite de savoir faire des compromis Nécessite un setup et des processus de développement (très) bien rodés Impose un modèle de contractualisation adapté Sans Product Owner TI ;) En résumé…
    26. 26. SharePint ! Ce soir à 18h Le Trèfle, 3971 Rue Ontario E

    ×