RAPPORT D’ACTIVITES GEOMOUN                   2011	  	  	  Rapport	  d’activités	  Geomoun	  2011	  –	  www.geo...
                                                     Table des matières	  	  	  Introduction ................................
 Introduction	  Il y a deux ans, Haïti était sous les feux des projecteurs, au cœur de l’attentioninternationale. L’île, d...
 L’infirmière s’occupe d’une part du suivi de la santé des enfants et d’autre part del’éducation à la santé des enfants, t...
                  janvier 2013, raison pour laquelle nous introduisons cette demande de                 financement. Ce bu...
                              Personnage de l’école Longkor deua à Oudomxay, Laos,                              prêt à par...
 L’ensemble des photos et témoignages sont déposés, au fur et à mesure, sur le sitewww.geotimoun.be, le site des enfants d...
 Deux fois par an, les enfants bénéficiaires du projet se rencontrent autour dethématiques culturelles, éducatives ou de s...
              √ Les mutuelles de solidarité (MUSO), pas la panacée !Le concept a été présenté aux 4 grappes (comprenant ch...
 4.	  Les	  opérations	  «	  récoltes	  de	  fonds	  »	         •   L’opération « crayons d’avenir »Cette première édition...
 	  6.	  Dépenses	  et	  financements	  	                                                                              	  ...
                       Graphe	  des	  dépenses	  2011	                                                                    ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport d'activités 2011

438 vues

Publié le

Rapport des activités de l'ONG Geomoun durant l'année 2011. Etat des lieux des projets soutenus au Sud (TIMKATEc - Haïti et ASEC - RDCongo) et du projet GEOTIMOUN "Et toi dis moi quels sont tes droits?" au Nord et des actions de récolte de fonds.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
438
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport d'activités 2011

  1. 1.     RAPPORT D’ACTIVITES GEOMOUN 2011      Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     1  
  2. 2.   Table des matières      Introduction ....................................................................................................................... 3    1.  En  Haïti,  la  Timkatec  (accueil,  scolarisation  de  base  et  formation  professionnelle  pour  600  enfants  et  jeunes  vulnérables  de  Port-­‐au-­‐Prince)......................................................... 3    2.  En  Belgique  :  GEOTIMOUN  ,  des  projets  pour  les  enfants  de  Geomoun  ! ......................... 5    3.  Au  Congo,  ASEC  (soutien  à  100  mamas  de  Bukavu  dans  leurs  activités  génératrices  de  revenus)............................................................................................................................. 7    4.  Les  opérations  «  récoltes  de  fonds  » ............................................................................. 10    5.  Les  ressources  humaines  de  Geomoun. ........................................................................ 10    6.  Dépenses  et  financements............................................................................................ 11              Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     2  
  3. 3.  Introduction  Il y a deux ans, Haïti était sous les feux des projecteurs, au cœur de l’attentioninternationale. L’île, déjà confrontée à de graves problèmes économiques, et à demultiples catastrophes naturelles, était frappée en plein cœur par un séisme de 7,3sur l’échelle de Richter.En une nuit, les haïtiens perdaient tout : logements, travail, nourriture….etsubissaient un nouveau traumatisme : la perte soudaine et tragique de milliers deleurs compatriotes.Grâce aux nombreux dons et subsides obtenus, la reconstruction est en chemin àHaïti et l’année 2011 s’est terminée par une note très positive pour nos projets.Que ce soit en Haïti ou au Congo, à Bukavu, ou encore au sein des écolesparticipantes au projet de Geotimoun « Et toi, dis-moi quels sont tes droits ? », nospartenaires nous ont une nouvelle fois démontré qu’avec motivation, rigueur etdétermination, rien n’est impossible !1.  En  Haïti,  la  Timkatec  (accueil,  scolarisation  de  base  et  formation  professionnelle  pour  600  enfants  et  jeunes  vulnérables  de  Port-­au-­Prince)   Petites filles de Timkatec, qui viennent de recevoir leurs uniformes grâce au financement de la Loterie Nationale.Les trois centres de Timkatec fonctionnent à plein rendement, accueillant près de600 enfants et jeunes. L’assistante sociale travaille en priorité sur les relations desenfants avec leur famille, réalisant un travail délicat mais essentiel d’un plus grandrespect des droits de l’enfant à tous les niveaux. Son travail s’oriente aussi vers lerenforcement familial, permettant actuellement à quelques mamans de relancer leurpetit commerce, souvent perdu lors du séisme, par l’accès à un micro-crédit.La psychologue engagée au lendemain du séisme réalise un suivi rapproché desenfants et des jeunes qui ont besoin d’être encadrés, encouragés, soutenus pourgrandir en confiance.Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     3  
  4. 4.  L’infirmière s’occupe d’une part du suivi de la santé des enfants et d’autre part del’éducation à la santé des enfants, tant au niveau des maladies que de l’hygiène engénéral.Le comité central constitué d’enfants représentants les trois Timkatec,démocratiquement élus, se réunit chaque mois pour faire le point sur lefonctionnement et l’organisation de l’école, proposer des activités récréatives, deschoses à améliorer,… Lors de la dernière réunion tenue en ce début du mois demars, les représentants ont témoigné d’une grande satisfaction par rapport auxTimkatec, se plaignant toutefois de la nourriture. Il est vrai que nourrir chaque jour600 personnes ne permet pas nécessairement de préparer des plats variés,équilibrés et savoureux… La problématique de l’accès à la nourriture resteimportante et l’aide que nous pouvions trouver au lendemain du séisme se réduitfortement au profit des campagnes.Timkatec a pu trouver les fonds pour installer une station d’épuration d’eau eninterne, lui permettant de pouvoir donner de l’eau potable chaque jour aux 600enfants et aux professeurs.Les équipes pédagogiques, tant pour la formation de base que pour la formationprofessionnelle, sont au grand complet et leur motivation permet à la grande majoritédes enfants de réussir leurs années scolaires, de monter leur propre petite entrepriseà la sortie de la formation ou d’être engagé sur le marché du travail haïtien.A ce niveau, Geomoun a participé à une table ronde réunissant une dizained’institutions de formation professionnelle en vue de renforcer les programmes deformation et les professeurs, d’homogénéiser les curriculum et de négocier desstages et des débouchés pour les jeunes avec les entreprises. Timkatec sera l’undes bénéficiaires de ce vaste programme de l’APEFE (Association pour la promotionde léducation et de la formation à létranger) financé par la coopération belge (DGD).Enfin, le dossier de reconnaissance de Timkatec comme une école et pasuniquement comme ONG tel que c’est actuellement le cas, se finalise et a été rentréauprès du Ministère de l’éducation. Grâce au nouveau gouvernement et au projet« éducation pour tous » financé par la Banque mondiale, des fonds particuliers pourl’éducation sont disponibles et devraient pouvoir aider Timkatec à recueillir des fondslocalement, porte enfin ouverte vers une pérennité du projet. Cette reconnaissanceest donc essentielle à ce stade de développement de la Timkatec.Un projet portant sur la reconnaissance de l’éducation de base accélérée permettantde « rattraper le temps » au maximum pour les enfants qui commencent l’école trèstardivement (vers 10,12 ans) est à l’étude. Cette problématique concerne 70% de lajeunesse haïtienne, il y a urgence ! L’objectif est d’harmoniser les programmesd’éducation de base accélérée mis en place de façon ponctuelle dans de nombreuxétablissement et de faire reconnaître ce programme par le ministère de l’éducation..Les financements dont nous disposons pour soutenir la Timkatec sont les suivants : - Budget LAVI (post-séisme 1212) (de janvier 2010 à décembre 2012) d’un montant de 336 375 euros répartis sur trois ans. Ce financement se termine finRapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     4  
  5. 5.   janvier 2013, raison pour laquelle nous introduisons cette demande de financement. Ce budget prend principalement en charge les frais liés à la coordination du projet, les soins de santé (médicaments, consultations médicales, salaires de l’assistante sociale, l’infirmière et la psychologue), les camps d’été. - Budget RELEVEMENT (post-séisme 11 11 11) (de janvier 2011 à décembre 2013) d’un montant de 342 800 euros répartis sur trois ans. Ce budget prend principalement en charge les frais de salaire de l’ensemble des employés (à l’exception du staff de coordination), la nourriture et les vêtements, les frais de fonctionnement généraux du projet, en ce compris le matériel pédagogique et les matières d’œuvre pour les ateliers de formation professionnelle. - Budget LOTTO (2011-2013) d’un montant de 22 951 euros. Ce budget prend principalement en charge le salaire d’une assistante sociale, d’une infirmière, les camps d’été, les activités liées à la sensibilisation des enfants à leurs droits d’une façon artistique.2.  En  Belgique  :  GEOTIMOUN  ,  des  projets  pour  les  enfants  de  Geomoun  !  En Belgique, le projet GEOTIMOUN intitulé « Et toi, dis-moi quels sont tes droits ?»fait suite au projet « Le voyage de Mamemo ». Tirant profit de cette premièreexpérience, ce nouveau projet initié depuis septembre 2011 met en relation etréflexion cinq écoles belges primaires1 avec cinq écoles situées au Rwanda, auCongo, au Sénégal, au Laos et en Haïti. L’aventure a commencé par la réalisationdes personnages individuels et collectifs par les enfants, permettant de travailler surleur propre identité avant de partir à la découverte de celle des enfants de l’écolepartenaire. Ces personnages sont ensuite partis par courrier express, accompagnésd’un bagage culturel composé de photos des enfants, de leur école, degourmandises locales… ils sont maintenant arrivés à bon port et les échanges parmail se déroulent, axés sur deux droits de l’enfant que les classes partenaires ontchoisi.« On est ennemi que de celui qu’on ne connaît pas »… on se « bougera » toujoursdavantage pour faire respecter les droits de ceux que nous voyons comme nossemblables et avec qui nous avons vécu des expériences communes… Tel est le filconducteur de ce projet qui, nous l’espérons, aura pu semer des graines decitoyenneté dans le cœur des enfants acteurs du projet et de leur professeur sansqui ce projet ne pourrait avoir lieu.                                                                                                            1  Ecole  de  Sart-­‐Messire-­‐Guillaume,  Ecole  du  gros-­‐chêne  (Liège),  Ecole  du  Blocry  (LLN),  Ecole  du  Biéreau  (LLN),  Ecole  Sainte-­‐Ursule  (Namur).  Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     5  
  6. 6.   Personnage de l’école Longkor deua à Oudomxay, Laos, prêt à partir vers l’école Sainte Ursule de Namur avec son bagage culturel (nourriture, dessin, chants…). Personnage de la classe de l’Institut Saint Ursule à Namur, envoyé au Laos. Carte d’identité d’un personnage individuel.Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     6  
  7. 7.  L’ensemble des photos et témoignages sont déposés, au fur et à mesure, sur le sitewww.geotimoun.be, le site des enfants de Geomoun. N’hésitez pas à y emmener vosenfants !Le projet « Et toi, dis-moi quels sont tes droits » se réalise grâce aux financementsde la Province du Brabant wallon, de Namur et d’un soutien aux animations par ledispositif « Annoncer la couleur ».3.  Au  Congo,  ASEC  (soutien  à  100  mamas  de  Bukavu  dans  leurs  activités  génératrices  de  revenus)   • La situation politico-économique à BukavuUne mission d’évaluation s’est rendue à Bukavu en ce début du mois de mars.Il apparaît que la situation s’est empirée par rapport à il y a un an : les prix desdenrées alimentaires ont flambé avec une inflation de 30% sur 1 an. La populationde Bukavu continue d’augmenter car la région n’est pas encore pacifiée. Celaentraine des augmentations des prix de location. L’assistante sociale qui payait50$/mois ne trouve pas à se reloger à 100 et craint de devoir payer 150 avec unsalaire net de 214$...La directrice de WIMA, une école d’où provient la majeure partie des enfants dont lesmamans sont bénéficiaires du projet, nous indique une détérioration dans lepaiement du minerval par les parents. - La situation du projet : développement et organisationAu Congo, le projet soutient actuellement 94 mamans sur les 120 que le projet s’estdonné comme objectif de soutenir au travers des formations et une facilitationd’accès au micro-crédit.Certains bénéficiaires sont parvenus à former des groupes solidaires dans le cadred’une demande de crédit conjointe auprès d’une IMF (Institution de Micro Finance),ce qui est assez exceptionnel entre personnes évoluant en milieu urbain,n’entretenant pas de lien familial, ni même amical avant que le projet les ait réunis. Mamas participant à la marche en faveur des femmes le 8 mars 2011 sous la banière d’ASEC CongoRapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     7  
  8. 8.  Deux fois par an, les enfants bénéficiaires du projet se rencontrent autour dethématiques culturelles, éducatives ou de sensibilisation. La dernière réunion s’estdéroulée sur le thème de l’hygiène et de la propreté.Une assistante sociale assure le suivi des activités avec les familles d’une part etavec les écoles et les enfants bénéficiaires d’autre part. C’est elle qui réalise lesvisites domiciliaires et qui organise, avec l’aide du coordinateur, les réunions duComité pédagogique, les réunions sociales et les réunions avec les enfants. C’estégalement elle qui se rend dans les écoles afin de s’enquérir de l’évolution duparcours scolaire des enfants. Elle se tient par ailleurs à l’entière disposition desparents/tuteurs, écoles et enfants pour répondre à leurs questions concernantl’exécution du projet et pour écouter les problèmes que ceux-ci pourraient rencontrer.Elle fait rapport de ses missions au coordinateur qui préside le Comité pédagogiqueau cours duquel, trimestriellement, il est statué sur l’évolution des activités descolarisation.Chaque mois, l’assistante sociale réalise donc une visite dans chaque écoleconsacrée au suivi pédagogique des enfants bénéficiaires (présences,comportement, notes). Cela lui permet de suivre le parcours scolaire de chaqueenfant, de compléter le dossier pédagogique de celui-ci et, le cas échéant, en cas dedifficultés, d’envisager avec les parents et/ou l’école, quels sont les moyens àdisposition pour remédier à celles-ci.Les principales difficultés rencontrées sont des échecs scolaires. Les causesidentifiées de ces échecs sont le manque de suivi scolaire à domicile et l’absenced’un repas complet avant d’aller à l’école qui cause fatigue et manque d’attention del’élève en classe. Les parents ont été sensibilisés à l’importance du suivi scolaire àdomicile, de même qu’à celle de nourrir leurs enfants avant qu’ils se rendent àl’école. Il a par ailleurs été convenu avec les écoles que certains enfants resteraientà l’étude après leurs cours.Une évaluation globale du projet s’est réalisée permettant d’établir le plusprécisément possible l’impact général du projet sur les bénéficiaires et d’en tirer lesconclusions pour l’avenir. Les conclusions positives ont conduit à la présentationd’un dossier de poursuite du projet auprès de WBI.Quels sont les résultats concrets au terme de cette année et demie de projet ? √ Les formations, ça permet d’épargner et d’accéder aux crédits !Suivant l’évaluation de satisfaction des bénéficiaires, ce sont à ce stade du projet lesformations qui recueillent le plus grand intérêt. Elles permettent non seulement lameilleure compréhension de la gestion d’une AGR mais peut-être encore plus lesnotions de planification financière des Dépenses Ménage (essentiellementalimentaires), les besoins de l’AGR (achats stocks) et l’Epargne ce qui leur permetde (mieux) gérer leur budget. Les participants semblent avoir également découvertque malgré leur situation difficile il leur était possible d’épargner !Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     8  
  9. 9.   √ Les mutuelles de solidarité (MUSO), pas la panacée !Le concept a été présenté aux 4 grappes (comprenant chacune une vingtaine demamas) sans succès. Les raisons sont essentiellement liées au fait que le systèmene peut fonctionner qu’entre membres qui se connaissent très bien puisqu’il n’y dansce système aucun élément de contrôle extérieur au groupe.Ce système s’apparente au système des « tontines » qui n’ont pas très bonneréputation car rares sont nos membres qui y ont participé sans y laisser deplumes… √ Le développement du partenaire local ASEC et son rayonnement auprès des bénéficiaires : l’importance de la solidarité !L’objectif et la philosophie d’ASEC sont maintenant bien intégrés et les bénéficiairessavent que l’objectif d’autonomie entrainera tôt ou tard l’arrêt progressif de l’aidefinancière d’ASEC, ce qu’ils acceptent sans problème surtout si de nouveauxcandidats les remplacent : il y a une solidarité exemplaire à ce niveau. Unbénéficiaire a signalé que si son AGR continuait à progresser, il était prêt à prendreen charge un enfant de quelqu’un d’autre !L’importance de l’affiliation à une mutuelle de santé pour tous les membres desfamilles bénéficiaires est largement appréciée.Un esprit de groupe autour d’ASEC a été créé résultant dans la constitution certesinformelle mais bien concrète d’une communauté. C’est ainsi que lors de la journéemondiale de la femme le 8 mars, toutes les mamas du projet ont défilé sous labannière ASEC. Pour ce faire chaque mama a accepté d’investir 21$ dans l’achatd’un pagne « uniforme ». Elles sont fières de se revendiquer d’ASEC.Le bureau ASEC est également devenu le point de ralliement où il ne se passe pasun jour sans des discussions et des rencontres entre mamas, demandes de conseil,etc…En résumé, fort de l’ensemble de ces résultats positifs, nous espérons trouver lesfinancements pour pouvoir continuer à poursuivre ce projet porteur et nécessaire auprofit des mamas de Bukavu. Les financements WBI (Wallonie-BruxellesInternational) dont bénéficie le projet se terminent en effet en juillet 2012.Les financements qui permettent de soutenir le projet ASEC Congo sont lessuivants :- Wallonie-Bruxelles International (WBI), 2010-2012, pour un montant de 89.034euros.      Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     9  
  10. 10.  4.  Les  opérations  «  récoltes  de  fonds  »   • L’opération « crayons d’avenir »Cette première édition s’est réalisée la semaine du 20 novembre 2011, dateanniversaire de la Déclaration Internationale des Droits de l’Enfant. Plus de 22écoles situées en Brabant wallon, à Bruxelles ou à LIège ont participé à la vente deces crayons. Il nous reste encore de nombreuses boîtes comportant chacune 6crayons ordinaires de qualité. Nous relancerons l’action en septembre 2012, pour lesfournitures de la rentrée scolaire… • La traditionnelle « vente de vin » et la « vente de champagne ».La vente de vin s’est déroulée, comme d’habitude, en mai 2011 et la vente dechampagne en décembre.5.  Les  ressources  humaines  de  Geomoun.  Geomoun dispose de l’équivalent de deux temps plein répartis de la façon suivante : - Sarah GRANDFILS : 80% - responsable administrative et coordinatrice du projet ASEC Congo. - Stéphane DE SMET : 70 % - coordinateur du projet « Geotimoun » et responsable des activités de récoltes de fonds. - Cécile NUYT : 50 % - administratrice déléguée. Responsable de l’ONG GEOMOUN et coordinatrice des projets en Haïti (Timkatec).Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     10  
  11. 11.    6.  Dépenses  et  financements                                              Au cours de l’exercice comptable 2011, les revenus ont atteint 334.940,45 euros, soit30% de moins qu’en 2010, année exceptionnelle due au séisme du 12 janvier 2010.Cette année, 290.261,24 euros de nos revenus ont été directement investis dans nosprojets visant l’amélioration des conditions de vie des enfants vulnérables d’Haïti etdu Congo et l’éducation au développement des enfants et de leurs professeurs ausein des écoles primaires en Belgique.260 847,09 euros ont été consacrés au Congo et en Haïti à concurrence de223.609,38 euros pour le projet « Timkatec » en Haïti et 37.237,71 euros pour leprojet « Asec » au Congo.29.414,15 euros ont été consacrés au projet « Et toi, dis-moi quels sont tes droits ?»pour les 5 écoles belges et les 5 écoles « du Sud ».Les dépenses de GEOMOUN s’élèvent à 74 179,77 euros: 14% pour la récolte defonds (concerts, achat des vins et champagne pour les ventes, déplacements, coûtssalariaux…), 6,3% pour les frais opérationnels (frais de bureau, infrastructure,rémunération du personnel, équipement informatique, amortissement desinvestissements et coûts financiers).Le solde négatif des recettes et des dépenses s’élève à 29.500,56 euros.Cette somme s’explique en partie par le fait que nous n’avons pas obtenu le subsidede la coopération belge espéré pour le projet « Et toi, dis-moi quels sont tes droits »ni le succès voulu pour l’opération « crayons d’Avenir », qui se poursuivra les annéessuivantes pour écouler le stock de crayons.    Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     11  
  12. 12.   Graphe  des  dépenses  2011   Administra]on   Communica]on  et   11%   12%   récolte  de  fonds   Educa]on  au   développement   23%   (Geo]moun)   LAVI  1212  (Haï])   37%   5%   LOTTO  (Haï])   1%   12%   Relèvement  (Haï])         Graphe  des  revenus  2011   Administra]on   Educa]on  au   10%   6%   développement   0%   8%   (Geo]moun)   Communica]on  et  récolte   de  fonds   14%   LAVI  1212  (Haï])   42%   18%   LOTTO  (Haï])   1%   Relèvement  (Haï])    Rapport  d’activités  Geomoun  2011  –  www.geomoun.org  -­‐  www.geotimoun.be     12  

×