Dossier de presseLyon - 23 mai 2013Les première propositionsde mon projet pour Lyon
2Sommaire :Page 3 : Une gestion responsable des deniers publicsPage 4 : Je ferai de Lyon la ville la plus sûre de FrancePa...
3C’est parce que le contexte de crise économique n’épargne pas notre Ville de Lyon que nous devons redoubler devigilance.L...
4En tant que juge d’instruction à Lyon, Président de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Dérives Sectaireset...
5o En tant que parlementaire j’enverrai un renforcement des compétences municipales (voir rapport séna-torial de sept 2012...
6Les familles et les enfantsau cœur de tout projetAccueil des tout petitsNotre taux de natalité est une chance pour le pay...
7o J’instaurerai des cours d’anglais en primaire, qui avaient été mis en place par Michel noir (puis supprimépar Raymond B...
8Une ville se juge à la façon dont elle traiteles plus fragilesIl est de notre responsabilité de permettre l’accès à la vi...
9o Je porterai une attention particulière aux personnes touchées par un handicap : la politique du handicap nedoit pas êtr...
10Chaque Lyonnais doit pouvoir vivredans un logement adaptéLa question du logement est au cœur de mon projet pour une vill...
11o La Ville de Lyon libérera le foncier ou les appartements dont elle est propriétaire, et pour lesquels elle n’apas de p...
12Mettre en place une politique équilibré pourfaciliter des déplacements urbains durablesIl est toujours plus facile de di...
13o Je développerai du transport fluvial avec des taxis et transports collectifs fluviaux et une mise en valeur duRhône et...
14Un retard considérabledans les grandes infrastrcuturesNous avons pris 20 ans de retard en matière d’infrastructuresAnnea...
Or, la menace pèse d’un projet de contournement de l’agglomération lyonnaise pour le fret ferroviaire qui traverseraitnota...
162 - La poursuite de la modernisation de la liaison ferroviaire entre Saint-Etienne et Lyon : cette ligne, aujourd’huiuti...
Une métropole… mais un service publicet une démocratie de proximitéBeaucoup d’interrogations légitimes se posent tant au n...
Pour répondre à cette légitime attente, je propose :o De renforcer le pouvoir des mairies d’arrondissement sur l’ensemble ...
19Cadre de vie - urbanismeLa vision actuelle du développement urbain montre une ville à l’américaine des années 70 avec au...
20Mes premières propositions :o J’intégrerai des espaces verts importants au cœur de chaque projet urbain.o Je développera...
21Eco citoyennetéLa question des ordures ménagères doit est au cœur de l’action de Lyon et de Grand Lyon en matière d’écoc...
22Comment voterPour voter, c’est très simple, il suffit :o	 D’être inscrit(e) sur les listes électorales à Lyon (au 31 déc...
Notes
Notes
Les premières propositions de mon projet pour Lyon
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les premières propositions de mon projet pour Lyon

802 vues

Publié le

Les premières propositions de Georges Fenech pour Lyon

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
802
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
184
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les premières propositions de mon projet pour Lyon

  1. 1. Dossier de presseLyon - 23 mai 2013Les première propositionsde mon projet pour Lyon
  2. 2. 2Sommaire :Page 3 : Une gestion responsable des deniers publicsPage 4 : Je ferai de Lyon la ville la plus sûre de FrancePage 6 : Les familles et les enfants au cœur de tout projetPage 8 : Une ville se juge à la façon dont elle traite les plus fragilesPage 10 : Chaque Lyonnais doit pouvoir vivre dans un logement adaptéPage 12 : Mettre en place une politique équilibré pour faciliter des dépla-cements urbains durablesPage 14 : Un retard considérabledans les grandes infrastrcuturesPage 17 : Une métropole… mais service public et une démocratie deproximitéPage 20 : Cadre de vie - urbanismePage 21 : Eco citoyennetéPage 22 : Comment voter
  3. 3. 3C’est parce que le contexte de crise économique n’épargne pas notre Ville de Lyon que nous devons redoubler devigilance.La fiscalité locale qui avait fortement augmenté par le passé est dorénavant stabilisée.La diminution des dotations de l’Etat et le contexte actuel doivent nous guider à réduire la voilure.Alors que les socialistes et Gérard Collomb poussaient des cris d’orfraie lorsque nous avons gelé les dotations auxcollectivités, le Gouvernement a annoncé aux maires et élus locaux un tour de vis historique de 4,4 milliards d’euros.L’enjeu n’est pas fiscal au fond. L’enjeu c’est le mode de gestion. Ce n’est pas parce que les impôts ne doivent pas êtreaugmentés que l’on ne doit pas rendre des comptes aux Lyonnais sur la bonne utilisation de leur argent.Le budget 2013 de la Ville de Lyon prévoit une augmentation des charges à caractère général de 3,6 % et des chargesde personnel de 2%.S’il est difficile de diminuer les charges de personnel, d’autre paramètres (glissement vieillesse technicité, revalori-sation du SMIC…) impactent automatiquement ce poste budgétaire, une réorganisation des services permettrait derenforcer le service public.Il importe de rationaliser les dépenses de fonctionnement.Ainsi, pour remplir cet objectif de gestion rigoureuse des deniers publics et diminuer les dépensesde fonctionnement, je propose :o De diminuer de 1% par an les charges à caractère général en organisant des mises en concur-rence à des seuils très bas, en groupant les achats et en rationnalisant ces dépenses de fonction-nement.o De diminuer les dépenses de cabinet et communication.o De redéployer les agents en fonction des priorités politiques fixées et notamment pour la qua-lité du service public.o De ne pas remplacer automatiquement les départs à la retraite.o De concentrer les investissements sur les équipements prioritaires pour la population.Une gestion responsable des deniers publics
  4. 4. 4En tant que juge d’instruction à Lyon, Président de la Mission Interministérielle de Lutte contre les Dérives Sectaireset député, j’ai consacré ma vie professionnelle à la lutte contre les atteintes aux personnes, aux biens et aux libertéspar les groupements sectaires, à la lutte contre le crime organisé, le trafic de stupéfiants, la délinquance des mineurset la corruption.A la tête de l’Association Professionnelle des Magistrats, j’ai œuvré pour l’indépendance de la justice et combattu lecorporatisme et l’idéologie permissive.Il faut assurer aux Lyonnaises et aux Lyonnais la sécurité quotidienne dans tous les lieux publics, notamment auxabords des écoles et dans les transports collectifs.Le maire à une responsabilité première. Il est OPJ et préside le CLSPD.Aujourd’hui, la Duchère est zone de sécurité prioritaire. C’est un effet d’annonce qui constitue en réalité un redéploie-ment des forces de l’ordre. La couverture en caméra de la vidéo protection est pourtant insuffisante (Exemple : ruedu Château de la Duchère non couverte sur ZSP ).Fort de mon expérience et de la conviction que la sécurité est la 1ère de nos libertés, je ferai de ma ville la plus sûrede France.Je ferai de Lyon la ville la plus sûre de Franceo Je m’entourerai des meilleurs experts pour faire de Lyon la ville la plus sûre de France et j’en rendraicompte devant les Lyonnais.o Je mettrai en place des outils qui permettent la prévention de la délinquance et qui aident la Police muni-cipale et la police nationale dans leurs enquêtes.Exemple : j’équiperai les bailleurs sociaux, en lien avec les services de pompiers, de PM, de police nationaled’un équipement qui leur permettra de signaler les faits de délinquance pour cartographier les habitudesde la délinquance (regroupements, feu de poubelles de diversion, lieux de trafics…) pour redéployer lesforces de l’ordreo Je proposerai la suspension des aides sociales versées par la ville aux familles des mineurs délinquants quirefusent d’assumer leur responsabilité éducative.o Je démultiplierai et installerai un grand centre de vidéosurveillance accessible aux Lyonnais.o J’équiperai la Police Municipale de moyens nouveaux et modernes, notamment la nuit – armes de 4èmecatégorie, pistolets à impulsion électrique…
  5. 5. 5o En tant que parlementaire j’enverrai un renforcement des compétences municipales (voir rapport séna-torial de sept 2012) .o Je créerai des brigades de quartier (ilotage et proximité renforcées).o Les policiers municipaux pourront accéder ouvertement à la vidéo-surveillance.o Je renforcerai l’action municipale dans le cadre des Comités Locaux de Sécurité et de Prévention de laDélinquance et mettrai en place en place de rencontres régulière « sécurité - prévention de la délinquance» dans chaque arrondissement avec tous les acteurs concernés.o Je serai à l’écoute de la Police Municipale qui voit aujourd’hui ses conditions de travail se dégrader, cequi entraîne des grèves, un malaise des agents et de la population (près de 50 préavis de grève depuisdécembre 2012).o Je faciliterai l’expulsion des fauteurs de troubles et de ceux qui les hébergent, afin que la minorité d’indi-vidus malveillants cesse de gâcher la vie de la majorité des autres résidents.o Je créerai une police des transports afin de veiller à la sécurité de tous les usagers, condition obligatoireà la réussite d’une politique favorisant les déplacements collectifs.o Je mettrai en place une convention avec le parquet pour permettre au maire de Lyon de procéder à desrappeles à l’ordre.
  6. 6. 6Les familles et les enfantsau cœur de tout projetAccueil des tout petitsNotre taux de natalité est une chance pour le pays et pour Lyon. Pourtant, plusieurs milliers d’enfants n’ont pas desolution d’accueil convenable. Ce n’est pas une fatalité. Entre les crèches municipales, les crèches associatives, lescrèches d’entreprise, les assistantes maternelles, les haltes-garderies … les familles lyonnaises ont parfois du mal à s’yretrouver. Je souhaite donner plus de lisibilité à l’offre afin de faciliter les démarches des jeunes parents.o Je soutiendrai le développement des différents modes de garde et intégrerai cette question prioritairedans les grands projets d’aménagements.o J’investirai en priorité dans les solutions de garde d’enfant en créant de nouvelles places de crèches.o Je mettrai en place « une allocation d’accueil du jeune enfant » destinée aux familles qui n’ont pas deplace en crèche pour aider les parents à prendre en charge le surcoût d’une garde par une assistante mater-nelle par rapport à un accueil en crèche. Elle leur donnera le choix de leur mode de garde.o J’aiderai à l’installation des assistantes maternelles, notamment pour le financement du logement, afinque tous les enfants lyonnais puissent bénéficier d’une solution de garde au terme de la prochaine man-dature.o Je créerai dans chaque arrondissement un guichet unique de la garde d’enfant centralisant l’ensemble del’offre de garde publique et privée, et accessible pour les parents qui vivent ou travaillent dans l’arrondis-sement.
  7. 7. 7o J’instaurerai des cours d’anglais en primaire, qui avaient été mis en place par Michel noir (puis supprimépar Raymond Barre)o J’intégrerai, pour le périscolaire, un projet pédagogique basé sur la découverte de la culture et de lascience pour les écoliers lyonnaiso J’augmenterai les capacités d’accueil en cantines et permettrai à tous les actifs de bénéficier de ce ser-vice public municipal. Les parents qui travaillent doivent être aussi prioritaires que les gens qui rencontrentdes difficultés.o Je proposerai aux familles de permettre à chaque enfant de découvrir et s’éveiller dans le cadre d’uneactivité associative avec la mise en place d’un passeport des gones. Ce dispositif qui entrera en vigueur dèsla rentrée 2014 permettra aux familles de bénéficier, pour leurs enfants, d’un soutien financier en fonctionde leur quotient familial CAF afin de les accompagner dans l’accès aux activités extra scolaires sportives,culturelles et aux loisirs. Ce passeport des gones ouvrira en outre l’accès gratuit aux transports collectifsdes enfants de moins de 12 ans.o Je mettrai en place un service de santé scolaire qui accompagne les enseignants confrontés à de grandesdifficultés face à cette problématique , pour améliorer la détection des problèmes d’audition ou de vue,prévenir et accompagner la précocité et améliorer le dépistage et le traitement des DYS (dyslexie, dysor-thographie, dysphasie, La dyspraxie, La dyscalculie), qui entraînent malheureusement souvent l’échec sco-laire, avec du personnel municipal en appui des orthophonistes.La réussite éducative
  8. 8. 8Une ville se juge à la façon dont elle traiteles plus fragilesIl est de notre responsabilité de permettre l’accès à la vie de nos quartiers et aux services publics pour tous nos conci-toyens, et aussi de répondre à la problématique du vieillissement et de la dépendance, particulièrement à Lyon.S’agissant en particulier de la dépendance, 9 français sur 10 plébiscitent le maintien à domicile comme étant la solu-tion la plus appropriée pour la prise en charge des personnes vieillissantes et puis dépendantes. Mais, ce maintien àdomicile, comment l’assurer si l’on n’est pas en mesure de proposer des logements appropriés ? Et quand bien mêmeil y aurait des logements appropriés, comment faire en sorte d’éviter que ce maintien à domicile devienne synonymede confinement et d’isolement si, dans la ville, dans la circulation et dans les transports, on n’est pas en mesure degarantir cette totale accessibilité ? Voilà qui justifie le maintien de cette nécessité de mise en accessibilité comme unepriorité absolue pour l’État et les collectivités.C’est dans cette cohérence que s’inscrit mon projet pour nos aînés et les personnes les plus fragiles et leur intégrationtotale dans chacun des quartiers de Lyon.Chaque lyonnais doit pouvoir profiter pleinement de sa retraite et vieillir dans la dignité tout en restant dans sonquartier. Nous aurons à adapter la ville dans les prochaines années à cette ambition et ce sera un immense chantier.Mes première propositions :o Je faciliterai l’adaptation des logements à la dépendance.o Je développerai l’habitat multi-générationnel.o Je développerai les structures mixtes permettant à des étudiants de s’occuper de personnes âgées.o Je créerai des lieux de vie intergénérationnels.o Je mettrai en service de nouveaux restaurants collectifs.o Je soutiendrai l’aide à domicile.o Je renforcerai l’accessibilité des lieux publics et des services publics.
  9. 9. 9o Je porterai une attention particulière aux personnes touchées par un handicap : la politique du handicap nedoit pas être une variable d’ajustement. On ne peut pas concevoir de développement économique harmonieuxs’il n’y a pas de justice sociale ni de société qui place véritablement l’Homme au coeur de son projet. C’est unenjeu majeur de la future métropole.o Des micro bus de quartiers seront développés pour desservir plus facilement les principaux points de la viede proximité.
  10. 10. 10Chaque Lyonnais doit pouvoir vivredans un logement adaptéLa question du logement est au cœur de mon projet pour une ville de Lyon soucieuse de la vie de ses habitants.Rapporteur pour avis de la loi sur le droit au logement opposable, fondateur du groupe d’étude sur les sans-abri àl’Assemblée Nationale, je suis particulièrement sensible à ce sujet.Selon le dernier baromètre Capacim du 3ème trimestre 2012 réalisé par la Chaire Ville et Immobilier de l’UniversitéDauphine, le pouvoir d’achat a reculé de 0.97% dans notre ville.Nos concitoyens sont 40% à penser qu’ils n’auraient pas les garanties nécessaires pour louer un appartement.Premier poste de dépense dans le budget des ménages devant l’alimentation et les transports, le logement est aucœur des préoccupations des Français. Il cristallise ces grands thèmes de société que sont la famille, le pouvoir d’achat,le vivre ensemble.Avec son lot d’espoir et de déception.Un logement, c’est un projet de vie. C’est un élément de stabilité face aux incertitudes de la vie. Il s’agit d’un enjeumajeur pour notre ville de Lyon.La pénurie de foncier, parfois gaspillé, entraine de facto une hausse des prix pour le logement.Mes premières propositions pour le logement des Lyonnais et futurs Lyonnais :o J’intensifierai la construction de logements intermédiaires, alors que de plus en plus de lyonnais, issus de laclasse moyenne, sont contraints de quitter la capitale des Gaules.o Je relancerai l’accession sociale à la propriété, qui permet aux classes moyennes de devenir propriétaires, etqui a rencontré un grand succès partout où elle a été mise en œuvre.o Nous ferons évoluer le mode d’affectation des logements sociaux pour réserver une part plus importantedu parc existant aux personnes accomplissant des missions d’intérêt général comme les infirmières ou lespoliciers.o Je faciliterai l’adaptation des logements à la dépendance.o Je développerai l’habitat multi-générationnel.o La ville de Lyon se séparera des logements de fonction inoccupés afin d’en faire bénéficier les Lyonnais.
  11. 11. 11o La Ville de Lyon libérera le foncier ou les appartements dont elle est propriétaire, et pour lesquels elle n’apas de projets pour permettre des constructions, par les promoteurs privés ou les organismes sociaux delogements.o Nous mettrons en place une politique de réserves foncière à long terme qui permette de proposer un foncier.Les gens qui vont arriver aujourd’hui dans l’agglomération vont être moins riches qu’il y a quelques années.Nous avons donc besoin d’assurer une maitrise foncière pour produire du logement abordable financièrement.o En cas de hausse exceptionnelle des prix de l’immobilier, nous affecterons en priorité les surplus de recettesde la Ville à la construction de nouveaux logements intermédiaires.o Je faciliterai l’expulsion des fauteurs de troubles et de ceux qui les hébergent dans les logements sociaux,afin que la minorité d’individus malveillants cesse de gâcher la vie de la majorité des autres résidents.o Je développerai la vidéoprotection et le gardiennage des logements sociaux.o Je m’inspirerai de l’expérience mise en place à Paris pour garantir aux propriétaires les loyers et le bon étatde leur bien s’ils souscrivent à la démarche à « louer solidaire et sans risque. »
  12. 12. 12Mettre en place une politique équilibré pourfaciliter des déplacements urbains durablesIl est toujours plus facile de diviser et d’exclure : opposer les automobilistes aux autres, pointer du doigt les “banlieu-sards” et les stigmatiser aux yeux des Lyonnais. Le problème de la circulation n’est pas Lyonno-Lyonnais et nécessitel’implication des communes de notre bassin d’emploi. Toutes les grandes villes cherchent à réduire la place de la voituremais rien de nous oblige à le faire en détruisant des milliers de places de stationnement et en créant de gigantesquesembouteillages, qui sont désormais le quotidien des Lyonnais, et une source de stress, de fatigues inutiles, au boutdu compte d’un vrai mal être.Michel Noir avait réalisé de nombreux parkings qui se sont avérés vitaux. Il s’agit de mettre en place un équilibre. On ne peut pas éternellement réduire les voies de circulation sans proposerd’alternatives efficaces.On ne peut pas imaginer une ville sans voiture, qui serait une ville inaccessible, mais il conviendrait de mettre enplace des réponses alternatives par le stationnement et le développement des transports collectifs et doux. A titred’exemple, San Francisco a mis en place des voies de circulations le matin et le soir, réservées au covoiturage. Il estimportant d’imaginer des solutions alternatives.L’analyse actuelle de la desserte en train est très partielle. Le « grand projet Part-Dieu » concentre l’ensemble deslignes à la Part-Dieu avec le creusement de quais souterrain. Indépendamment du coût – c’est absurde car les accèsà la Part-Dieu et le stationnement sont déjà saturés.Là aussi, il manque une vraie vision car toutes les grandes agglomérations ont plusieurs gares. Il faudrait équilibrerl’offre entre la gare de la Part- Dieu et celle de Saint-Exupéry pour les lignes grandes distance TGV.Mes premières propositions pour des déplacements urbains durables :o Je développerai le maillage des lignes de transports en commun, notamment le métro (jusqu’à confluences).o J’apporterai des réponses suffisantes de stationnement à proximité des grandes stations de transports encommuns périphériques au cœur urbain (Gerland, Vaise, Mermoz-parilly…).o En complément de transports collectifs traditionnels (métro, bus, tramway…) j’expérimenterai le transportpar câble téléphérique, deux fois moins onéreux qu’une ligne de tramway, permettant le transport de 8000voyageurs par heure, facilitant le franchissement des obstacles naturels et urbains, favorisant le tourisme, àl’instar de grandes villes (Rio, Barcelone, Toulouse…) Lors de l’ouragan Irène, le tramway aérien mis au pointpar Poma à Roosevelt Island ( New York) a connu une interruption de service sensiblement plus courte que lesautres moyens de transports de l’agglomération.
  13. 13. 13o Je développerai du transport fluvial avec des taxis et transports collectifs fluviaux et une mise en valeur duRhône et de la Saône (exemple le navibus nantais).o Je demanderai le fonctionnement du métro les nuits du vendredi au dimanche. Garantir l’ouverture dumétro tout le week-end serait un nouvel élément d’attractivité pour les activités nocturnes de la ville, pourle tourisme et aussi pour la mobilité pour des lyonnais les plus modestes. Elle permet en outre de réduire lesnuisances des noctambules.o Je créerai une police des transports afin de veiller à la sécurité de tous les usagers, condition obligatoire àla réussite d’une politique favorisant les déplacements collectifs.o Je développerai le tram-fret (diminution d’émission de CO2 et des particules fines) Il s’agit d’utiliser les railsdéjà existantes pour les voyageurs pour le fret urbain (existe déjà à Amsterdam ou Zurich) sur notre réseaudense de 62 km, en lien avec les plateformes logistiques (St-Priest et le Port Edouard Herriot).o Les aménagements de la voirie seront évalués, tandis que certains doivent même être revus au regard deleur dangerosité.o Je créerai des aires de covoiturage avec un système d’inscription en ligne.o Les micro bus de quartier seront développés pour desservir plus fréquemment et plus facilement les princi-paux points de la vie de proximité.o Je développerai le stationnement intelligent : Grâce à un réseau de capteurs communicants, associés à deshorodateurs de nouvelle génération, les automobilistes connaîtront en temps réel les places disponibles envoirie. Avec son téléphone portable ou son GPS, l’usager sera orienté vers une place de stationnement libreen centre-ville ou vers un parc en ouvrage.Ce système, en réduisant le temps consacré à la recherche d’uneplace, améliorera la circulation, notamment celle des transports collectifs, aidera à une bonne gestion desaires de livraison et réduira les émissions de CO2 associées au trafic urbain.o Je développerai le numérique au service des automobilistes : Grâce à une application mobile, les automo-bilistes paieront directement le stationnement depuis leurs téléphones portable. Un système d’alerte SMSpermettra de prolonger la durée du stationnement.o Dans le cadre du passeport des gones, je mettrai en place un pass gones permettant aux enfants de moinsde 12 ans de circuler gratuitement sur le réseau TCL.
  14. 14. 14Un retard considérabledans les grandes infrastrcuturesNous avons pris 20 ans de retard en matière d’infrastructuresAnneau des sciences : TOPPorté par le Grand Lyon et le conseil général du Rhône, le projet de tronçon ouest du périphérique de Lyon, rebaptiséAnneau des sciences, a fait l’objet d’un débat public du 10 novembre 2012 au 5 avril 2013. Il a été organisé et animépar une commission neutre et indépendante, la CPDP.Si on peut regretter que l’ensemble de ces études n’aient pas été menées par un organisme indépendant, mais par leGrand Lyon lui-même, on ne sera que peu étonné que le tracé « Anneau des sciences » soutenu par la Communautéurbaine soit paré de toutes les vertus au détriment de celui proposé par François-Noël Buffet, maire d’Oullins, quipropose une vision différente du développement de l’agglomération.On notera cependant que les études du Grand Lyon valident la faisabilité technique du tracé Oullins et reconnaissentque ce dernier améliore l’utilisation des transports collectifs et la circulation dans le cœur de nos villes du sud-ouestlyonnais.Il apparait également que les prévisions de structuration des flux et types de trafics du tracé Oullins sont identiques àcelles de l’Anneau des sciences et confirment son rôle de voirie structurante d’agglomération.Au final, l’analyse du tracé Oullins par le Grand Lyon met surtout en lumière une autre vision du développement urbainet de la préservation des territoires.Je défends un tracé «long». Au lieu de virer vers les Hôpitaux Sud et la Saulaie comme le prévoit l’Anneau desSciences, il passe au sud de Saint-Genis Laval, coupe l’A450 (Lyon-Brignais), rejoint Feyzin et se branche sur le boule-vard urbain sud, contrairement à l’Anneau des Sciences qui vise une jonction avec le périphérique actuel, le boulevardLaurent Bonnevay.CFAL :Il est souhaitable de créer, pour le fret ferroviaire, ce qui a été fait pour le transport des voyageurs, c’est-à-dire desinfrastructures spécifiquement conçues pour être performantes et donc réellement concurrentielles par rapport autransport routier.
  15. 15. Or, la menace pèse d’un projet de contournement de l’agglomération lyonnaise pour le fret ferroviaire qui traverseraitnotamment le Sud-Est lyonnais, zone en pleine croissance démographique.En outre, nous ne pouvons accepter que les grands crus de la vallée du Rhône, et notamment la Côte-Rôtie et leCondrieu, deux fleurons viticoles qui participent à la renommée de toute une région et de notre pays dans le monde,soient sacrifiés au profit du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL), programmé pour fairepasser l’ensemble du fret européen au pied des vignes (par un défilé quotidien d’environ 300 trains d’une longueur de1 km), alors que des alternatives crédibles et moins nuisibles existent pour la partie sud du CFAL, notamment celled’un tracé le long de la ligne LGV existante.Cette partie sud doit se faire en même temps que la partie nord pour ne pas, pendant des années, déverser tout letrafic sur les lignes existantes déjà suturées et situées en pleine agglomération . Il serait responsable de choisir unprojet qui ne serait pas plus onéreux, si on y intègre le coût des aménagements obligatoires (suppression des pas-sages à niveaux, pont sur le Rhône, protections acoustiques, préservation des nappes phréatiques…), et qui résolve laproblématique du nœud lyonnais, tout en garantissant une solution dans le cadre du développement durable et enrespectant les aspirations légitimes de la population en matière de sécurité et de qualité de vie.Il est nécessaire de décider la création d’une nouvelle infrastructure performante, répondant aux exigences des char-geurs, qui garantirait la sécurité des habitants de l’Est lyonnais et des riverains des lignes historiques en vallée duRhône, tout en libérant des sillons pour les TER et les liaisons inter cités.A ce jour, la concertation est au point mort et le comité de pilotage n’est plus réuni en préfecture depuis plusieursannées, ce qui n’est pas sans soulever des inquiétudes des élus et des riverains. La commission du Schéma Nationaldes Infrastructures des Transports est actuellement chargée de trier, hiérarchiser, et mettre en perspective les grandesinfrastructures.Si nul ne conteste la nécessité de développer le fret ferroviaire et les alternatives au tout routier, mais aussi de ré-soudre la question du nœud ferroviaire lyonnais, je propose de privilégier un autre tracé que celui actuellement retenu,permettant un vrai contournement ferroviaire et préservant les populations, l’environnement, notre agriculture et leséquilibres territoriaux.A45 :Le projet autoroutier de l’A45 ne résoudra rien en arrivant en entonnoir à Pierre-Bénite.Des alternatives crédibles existent : requalification de l’A47, amélioration des liaisons par transport collectif, dévelop-pement des alternatives au tout routier (report modal vers le fluvial et le ferroviaire ...)Le projet A45 a été jugé irréalisable et beaucoup trop cher par l’audit technique et financier de 2003. « …L’importancede son coût (1,3 milliards d’euros hors taxes selon les estimations les plus récentes) la rend toutefois non concédable:la subvention qu’il conviendrait de verser au concessionnaire peut en effet être estimée en première approche à 90%du coût de construction hors taxe… La réforme autoroutière doit cependant inviter à réexaminer les projets lorsquele taux de subvention est excessivement élevé. Cette démarche est d’ailleurs celle de la direction des routes s’agissantdu projet d’autoroute en tracé neuf A45 entre Saint-Etienne et Lyon. »L’A45 est contraire au Plan de Déplacements Urbains : elle serait une pénétrante entraînant un engorgement encoreplus grave à l’entrée de l’agglomération lyonnaise dans une zone Seveso très dangereuse (le Couloir de la Chimie).Les alternatives au projet A45 :1 L’amélioration de l’autoroute existante A47 pour 400 millions d’euros contre un coût de 1,9 milliard pour l’A45 (1,2milliard, chiffre officiel fixé par l’Etat + 700 millions de subventions d’équilibre à la charge des collectivités territoriales).15
  16. 16. 162 - La poursuite de la modernisation de la liaison ferroviaire entre Saint-Etienne et Lyon : cette ligne, aujourd’huiutilisée par 20 000 voyageurs/jour peut demain tripler sa capacité. Pour l’usager quotidien, le coût du trajet entreSaint-Etienne et Lyon est au moins 9 fois inférieur par le train par rapport à celui de l’automobiliste.3 - La mise en place d’aires de covoiturage et d’un service de navettes-bus entre les villages des Coteaux et des Montsdu Lyonnais en direction des gares de Givors et de Brignais.Mais aussi :• Requalifier le tronçon A6-A7 en un vrai boulevard urbain• Réaliser un grand évitement de Lyon plutôt qu’un simple contournement ouest ou est à 15 km de Bellecour : Paris– Clermont – Roanne – Péninsule Ibérique.
  17. 17. Une métropole… mais un service publicet une démocratie de proximitéBeaucoup d’interrogations légitimes se posent tant au niveau des communes que de la communauté urbaine.Construire la métropole pour des raisons stratégiques de poids démographique, de poids économique, de rayonne-ment régional est positif, à la condition d’être capable d’assurer de façon efficace les services de proximité qui sontdus à nos citoyens et qui font leur quotidien. Il s’agit de la condition de la réussite de la métropole.Le Grand Lyon et le Conseil Général ont décidé de mettre en place sur le territoire de l’agglomération lyonnaise unemétropole d’intérêt européen (MIEU), annoncée par voie de presse e fin d’année 2012 par les présidents de ces deuxinstitutions, à la plus grande surprise des élus de leurs assemblées respectives.Dans une perspective de compétitivité européenne, nous devons constituer un réseau de services et d’infrastructuresde transports suffisamment performant pour attirer les entreprises tout en continuant à offrir des services de qualitéà nos habitants (enseignement, logement, culture…). Les nouvelles prises de compétences de la métropole et sonénorme poids budgétaire (3,5 milliards d’euros dans le cas lyonnais) le permettent.Outre les compétences qui sont déjà transférées par les communes à la communauté d’agglomération, la métropolebénéficiera également de compétences transférées par le Département. On peut cependant regretter que la régionn’ait pas été associée à la démarche.L’autre défi majeur de ce « super Grand Lyon » consiste, pour les communes qui le composent, à trouver leur placedans la nouvelle collectivité sans voir leur marge de développement et d’action être réduite à néant. Si au sein de lamétropole les communes conservent leur autonomie financière, la situation de chaque commune dans cette nouvelleorganisation doit être étudiée au cas par cas.Le conseil de la Métropole serait ainsi élu au suffrage universel direct par fléchage en mars de l’an prochain, avantqu’intervienne la création officielle de la métropole en avril 2015Il s’agit d’une bonne réforme à condition que l’on n’épaississe pas davantage le mille-feuille administratif.Je suis favorable à la disparition pure et simple des départements comme l’avait suggéré la commission Attali, auprofit d’une intercommunalité et d’un regroupement des communes.La Métropole Lyonnaise doit également s’accompagner d’un renforcement des compétences de proximité des mairesd’arrondissement (sports, petite enfance, propreté, vie associative…).Je limiterai aussi le nombre de Vie présidents à 15 : la métropole ne doit pas être un monstre démocratique.17
  18. 18. Pour répondre à cette légitime attente, je propose :o De renforcer le pouvoir des mairies d’arrondissement sur l’ensemble des prérogatives de proximité.o De réunir avant chaque conseil d’arrondissement les conseils de quartier et de constituer, en concertation,les instances chargées de mettre en œuvre une vraie concertation de la population.o D’optimiser les recours aux nouvelles technologies de l’information pour traiter rapidement et de façoninteractive les requêtes des habitants.o De consulter les Lyonnais par voie de référendum sur les grands projets.La Ville de Lyon est un interlocuteur de proximité pour ses habitants.Ce sont, à titre d’exemple, près de 200 000 appels téléphoniques que les lyonnais émettent chaque année pour unedemande d’information, une réclamation ou un signalement.A l’heure de la Métropole, les habitants ont pourtant besoin de voir cette proximité renforcée. Il est important deremettre la mairie d’arrondissement au cœur de la démocratie et du service public de proximité.18
  19. 19. 19Cadre de vie - urbanismeLa vision actuelle du développement urbain montre une ville à l’américaine des années 70 avec au centre un quartierd’affaires constitué d’une grappe de tours.Ce modèle pose de gros problèmes car il casse la mixité habitat / activités et les quartiers d’affaires sont désertés enfin de journée, ce qui pose de nombreux problèmes, notamment en termes de sécurité.Au niveau urbain, aucune ville durable (nord de l’Europe) n’a construit des buildings. Les urbanistes préconisent unecertaine densité pour éviter l’étalement urbain mais pas de l’hyper densité. L’objectif est du R+5/R+6 et pas du R+37.Projet Part DieuOn constate comme sur de nombreux dossiers un réel manque de transparence et de concertation. La maquetteprésentée au Mipim (salon international de l’immobilier à Cannes) avec des immeubles de logements privés qui ontdisparu. Personne ne connaissait cette maquette avant sa présentation.La stratégie de tours ne répond pas à la demande. Ces immeubles de grande hauteur sont remplis artificiellement parla SNCF ou hypothétiquement EDF.Pour la tour Incity c’est à nouveau la SCNF qui occupera 53% des bureaux …Sur l’aménagement des surfaces commercialesLe quartier Grolée est un noman’s land et nous n’avons que très peu de visibilité sur le projet Hôtel Dieu.Le quartier de Confluence est un cul de sac et la Soie rencontre de grandes difficultés. Certaines enseignes seraientsur le départ et seule la communication montre des signes positifs.
  20. 20. 20Mes premières propositions :o J’intégrerai des espaces verts importants au cœur de chaque projet urbain.o Je développerai les parcs urbains comportant des jeux pour enfants et favorisant les relations intergénéra-tionnelles.o Je désengorgerai Confluence en renforçant son accessibilité en transports collectifs et en voiture.o Je ferai de la place Bellecour un lieu de vie aménagé et non de transit.o J’étudierai toutes les possibilités juridiques qui permettraient de rendre l’Hôtel Dieu aux Lyonnais pour ybâtir en concertation un nouveau projet basé sur la charité, la solidarité, la santé et permettant à Lyon derayonner sur ces sujets qui font l’âme Lyonnaiseo Je mettrai fin à la folie des grandeurs et aux délires architecturaux (Skyline…).
  21. 21. 21Eco citoyennetéLa question des ordures ménagères doit est au cœur de l’action de Lyon et de Grand Lyon en matière d’écocitoyen-neté.En effet, les ordures ménagères représentent 246,36 kg par habitant en 2011 pour le Grand Lyon et les déchets recy-clables (verre compris) sont évaluées à 56,70 kg par habitant en 2011.Sur 64 303 tonnes issues des bacs jaunes, seules 47 741 tonnes sont recyclées car le taux d’indésirables est élevé (25%).Cela a un impact sur le coût de la collecte et le traitement estimé à 72.9 euros par habitantMes premières propositions :o Agir pour réduire la quantité de déchets indésirables des ménages (mis dans les bacs jaunes) en refusant lesbacs non conformes. Aujourd’hui à 25% pour tendre vers les 15%.o Mettre en place des ambassadeurs du tri qui vont à la rencontre des habitants pour expliquer le tri et ainsifaire baisser ce taux d’indésirables. Et permettant de réduire la part des plastiques, cartons, papiers et verremis dans les bacs gris en incitant plus vigoureusement au tri.o Développer le maillage des silos « verre » pour faciliter le geste de tri et inciter les Lyonnais à déposerle verre dans les silos plutôt que dans les bacs gris et développer les silos enterrés, esthétiques et moinsbruyants….o Développer la collecte des biodéchets des gros producteurs pour l’exploitation des déchets organiques,notamment par la méthanisation.o Développer le compostage individuel et collectif dans les résidences….
  22. 22. 22Comment voterPour voter, c’est très simple, il suffit :o D’être inscrit(e) sur les listes électorales à Lyon (au 31 décembre 2012) : ces primaires sont ouvertes àTOUS les lyonnaiso De vous rendre dans le bureau de vote ouvert à cette occasion dans chacun des arrondissements deLyon (liste des bureaux de vote en attente d’attribution par la ville de Lyon)o De signer la « charte des primaires », moyennant une contribution symbolique de 1 euroo De voter pour LE ou LA candidat(e) que vous considérez le plus à même de porter un projet pour Lyonet d’incarner nos valeurs aux élections municipales de mars 2014Aucune procuration ne sera admiseIl est essentiel de participer à ces primaires ouvertes à tous les lyonnais pour que le candidat élu puisse serevendiquer de la plus forte légitimité face au maire sortant.
  23. 23. Notes
  24. 24. Notes

×