SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  19
Télécharger pour lire hors ligne
Mouvement National de Denis Payre
PROGRAMME DE
Denis Bonzy
Liste Société Civile pour
Gérer Grenoble Autrement
Permanence : 7 avenue Félix Viallet Grenoble
Tél. : 04 56 45 04 73
www.denisbonzy.com
GrenobleAgglo2014 @dbonzy
Grenoble Juin 2013/ Actualisé Février 2014
Il faut
changer.
Changer
pour de
vrai.
Les appareils politiques
sont impuissants à gérer
efficacement notre ville.
Ils gèrent les carrières individuelles
mais n’apportent aucune réponse
aux questions que la vie
de tous les jours pose.
Il faut changer.
Changer pour de vrai.
Donner
aux Grenoblois
la possibilité
de révoquer
leur Maire
si dans les 2 ans les engagements
prioritaires n’ont pas reçu un
début d’exécution concret.
(Voir article N°55).
POSTULAT
Baisser
les impôts
locaux
en faisant
des économies
pour que les ménages
retrouvent du pouvoir d’achat
Objectif : moins 10%.
Sécuriser
notre ville
en doublant
le nombre
de policiers
municipaux
d’ici 2020 et en généralisant
les caméras de vidéo protection
là où elles sont nécessaires.
Retrouver
la liberté
de circuler
dans notre
ville
aujourd’hui asphyxiée
et embouteillée.
Dynamiser
les entreprises
et les
commerces
pour favoriser l’emploi.
Assurer
la solidarité
avec toutes celles et tous ceux
que l’âge ou des accidents
de la vie fragilisent.
Ramener
la nature
au cœur
de LA ville.
Rendre
à Grenoble
le rang que
notre ville
n’auraitjamais
dû perdre
une ville imaginative,
brillante, sportive,
porteuse d’avenir.
Cela commence
en donnant
l’exemple :
Réduction du nombre d’adjoints de 22 à 8, suppression des voi-
tures de fonction attribuées et autres avantages divers. Application
immédiate du dispositif de non cumul des mandats…
Mais aussi en donnant aux Grenoblois la possibilité de révo-
quer leur Maire si dans les 2 ans les engagements prioritaires (en
rouge dans le programme) n’ont pas reçu un début d’exécution
concret. (Voir article N°55).
Cette proposition, déjà appliquée dans certains États d’Amérique,
constitue une première sur le plan Français. Il s’agit de recons-
truire, à Grenoble, la confiance dans les valeurs politiques en don-
nant un cadre de responsabilité réelle à nos engagements.
La population sera consultée, par ailleurs, par référendum sur les
grands projets entraînant des changements importants pour la vie
de la cité.
Mobilisons-nous pour le vrai changement, une équipe nouvelle,
une vision nouvelle, un avenir nouveau pour chaque Grenoblois.
Ensemble ayons de l’Ambition pour Grenoble.
Maintenant le choix est clair.
Dès juin 2013, notre équipe a publié ses premières
propositions. Dans l’écoute et le dialogue, elles ont été
ensuite finalisées pour aboutir à ce contrat pour l’avenir
des Grenoblois.
Dans ce contrat démocratique entre vous et nous, nous
proposons des solutions.
Nous avons la conviction que ces solutions sont efficaces
d’où notre engagement dans la mesure inédite sur le plan
national du pouvoir de révocation.
Ce que nous proposons, nous le ferons.
Aujourd’hui, ce document vous explique dans le détail
les transformations qui nous paraissent importantes,
réalistes, efficaces pour votre avenir comme pour celui
de vos enfants.
Merci de prendre connaissance attentivement de nos
solutions.
Elles vous permettront d’y voir plus clair.
Pour mieux décider.
Denis Bonzy
Denis Bonzy
58 ans Marié 2 enfants / Chef d’entreprise / Ancien Président
de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse / Ancien Vice-président
de la Région Rhône-Alpes / Ancien conseiller général de l’Isére
1/ Denis Bonzy - 2/ Pierre Devillard - 3/ Françoise Chomarat
4/ Georgia André - 5/ Nicolas Petitfils - 6/ Laetitia Roux - 7/ Denis Setboune
8/ Elisabeth Zitoun - 9/ Benoit Boucharlat - 10/ Bernard Boulloud
les membres
de la commission chargés
du programme
Solidarité et culture
Urbanisme,
environnement et Habitat
L’emploi
Le désenclavement
La sécurité
la démocratie
Les finances
Une charte éthique
NOTRE PROGRAMME
EN 92 PROPOSITIONS
1
2
9
3
4
6
5
7
8 10
1/ Renforcement du nombre des EHPAD (Eta-
blissement d’hébergement pour personnes
âgées dépendantes) pour garantir la bonne
couverture de proximité dans le cadre de
nouvelles maisons qui soient de véritables
lieux de vie à taille humaine.
2/ Création des « messagers de l’autonomie»
pour les seniors : ce service développera
plusieurs actions en faveur des seniors visant
à préserver la priorité du maintien à domicile :
bibliothèque à domicile, visites régulières
aux personnes seules…
3/ Création d’un service de transports indivi-
duels à l’usage exclusif des seniors : faire
soi-même ses courses, c’est être toujours ac-
tif dans la vie. L’organisation d’un parc auto-
mobile électrique de petits véhicules urbains
à l’usage de seniors qui ont des moyens
financiers limités sera de nature à améliorer
considérablement l’indépendance des inté-
ressés.
4/ Création et actualisation régulière d’une
carte signalétique disponible en temps réel
via Internet de tous les obstacles demeu-
rant sur les chaussées communales à la dis-
position des personnes à mobilité réduite.
5/ Cinémas, théâtres, salles d’expositions,
stades… : recensement de tous les lieux dif-
ficiles d’accès pour les personnes à mobilité
réduite afin d’aider ou de planifier leurs amé-
nagements dans un calendrier d’urgence.
6/ Mise en place de stationnements réser-
vés pour toutes les personnes à mobilité
réduite sur le lieu même de leur habitation
pour faciliter leurs déplacements.
7/ Mise en place d’un site permettant de
mettre en relation l’offre et la demande de
logements adaptés, adaptables ou acces-
sibles pour les personnes à mobilité réduite,
ainsi que d’accéder à des conseils pratiques
sur les équipements et aides financières.
8/ Création d’un fonds de lutte contre l’échec
scolaire : ce fonds sera abondé notamment
par l’appel aux entreprises. Il est en effet
pour le moins surprenant de voir souvent
celles-ci affecter des sommes considé-
rables à des œuvres culturelles historiques
et ne pas être au moins pareillement enga-
gées dans la «richesse humaine» détermi-
nante pour l’avenir.
9/ Instauration des conseils consultatifs des
jeunes (18 à 25 ans) : réunis en groupes de
travail, ces conseils disposeront d’une dota-
tion budgétaire gérée de façon autonome.
10/ Organisation d’une Conférence annuelle
du monde éducatif pour faire le point sur
tous les problèmes avec l’ensemble des
partenaires de la communauté éducative
et avec des représentants du monde de
l’entreprise (commerces, artisanat, PME -
PMI, grands groupes).
11/ Renforcement des échanges « entre-
prises-universités » afin de contribuer au
développement de filières de formation
professionnalisante, qui favorisent large-
ment l’insertion des jeunes diplômés dans
le monde du travail.
12/ Mise en place, sous l’égide des auto-
rités éducatives, de « Découverte des
métiers » en partenariat avec les établis-
sements scolaires en vue de multiplier,
dès le plus jeune âge, les occasions de
rapprochement entre le monde des éta-
blissements scolaires et celui de l’entre-
prise.
13/ Développement des lieux de proximité où
la culture ne s’achète pas mais où elle se
partage : la culture doit échapper à toute
logique marchande. Elle doit aussi être à
l’écart de toute fracture au sein d’une col-
lectivité. Par conséquent, la multiplication
d’espaces ouverts dédiés à la culture dans
des logiques de proximité est une absolue
nécessité.
14/ Mise en place d’une pédagogie du respect
des patrimoines : des efforts de présenta-
tion et de vulgarisation des patrimoines his-
toriques sont à conduire. Ils passent notam-
ment par un programme public de réhabili-
tation des équipements concernés.
15/ Relance d’un grand projet de Musée des
Sciences destiné à populariser l’iden-
tité historique industrielle, commerciale et
artisanale de l’agglomération grenobloise
tout en vulgarisant le monde de l’entre-
prise d’hier comme celui de demain, tout
particulièrement auprès des plus jeunes, à
l’exemple du Musée des Sciences de Bos-
ton. Ce grand Musée viendrait compléter
le potentiel existant aux côtés du Centre
Culturel Scientifique Technique et Industriel
et du Muséum. Il pourrait éventuellement
accueillir un Planétarium.
16/ Création de parcs d’activités ludo-édu-
catives sur les espaces naturels majeurs
pour développer une sensibilisation à la
nature par la découverte pédagogique
ludique et non pas répressive via des inter-
dictions. La revalorisation des espaces de
verdure est une absolue nécessité dans un
cadre sécurisé pour améliorer le confort
humain au sein même des milieux urbains.
Solidarité et culture : le cœur en tête
17/ Abrogation de l’actuel projet de SCOT
(Schéma de Cohérence Territoriale) de
la Région Grenobloise dont le parti pris
de densification est contraire à l’évo-
lution à dimension humaine des princi-
paux centres urbains. L’enjeu d’avenir
est de concevoir une logique de « villes
villages » et non pas de mettre en place
un gigantisme urbain. Ce refus du gigan-
tisme urbain trouvera une application
immédiate dans la remise en question
des opérations d’envergure actuellement
envisagées à l’exemple de l’Esplanade.
18/ Recours à des consultations populaires
systématiques pour les projets d’urbani-
sation d’ampleur. Deux modalités doivent
être envisagées : une consultation de
proximité avant le lancement même du
projet d’opération, puis une consultation
à périmètre plus large lorsque l’opéra-
tion finalisée aborde sa dernière étape
avant les décisions techniques.  Ce sont
des décisions de ce type qui changent
la valeur d’usage de la démocratie au
quotidien.  La démocratie ne se reconnaît
aujourd’hui qu’aux valeurs d’usages. Le
temps des seules incantations est passé. 
19/ Création des contrats de quartiers donnant
une visibilité pluriannuelle sur les amé-
nagements futurs liés à la vie quoti-
dienne. Il s’agit de penser chaque quar-
tier dans sa globalité, avec ses axes de
circulation, ses espaces verts, ses équi-
pements…
20/ Adoption d’un plan pluriannuel de meil-
leure répartition territoriale des prin-
cipaux équipements publics dans
l’agglomération en inscrivant préala-
blement, comme obligation prioritaire,
la qualité de leurs dessertes via des
supports diversifiés en sites propres
avec un effort particulier pour les pistes
cyclables.
21/ Incitation à l’accès à la propriété au sein
même du parc de logements sociaux en
instaurant un quota de logements voués
à l’achat dans des conditions encadrées
de nature à exclure la spéculation fi-
nancière à moyen terme (10 premières
années) mais ne limitant pas l’occupa-
tion à la seule location. Ce dispositif ne
sera mis en œuvre que dans le cadre d’un
absolu volontariat des occupants actuels.
22/ Révision du plan des déplacements ur-
bains, indispensable pour rétablir un meil-
leur équilibre entre l’automobile et les
transports collectifs, mais surtout pour
restaurer la fluidité indispensable sur les
voies de circulation, condition indispen-
sable de l’attractivité de l’agglomération
grenobloise.
23/ Amélioration de l’offre de pistes cyclables
en sites propres sur l’ensemble de l’ag-
glomération grenobloise. Au sein de la
Ville de Grenoble, les contrats de quartiers
doivent intégrer une logique entièrement
différente de la compatibilité entre les di-
vers modes de déplacements. L’actuel par-
tage d’un même espace ne répond pas à la
sécurisation de nature à renforcer la qualité
des déplacements en cycles.
24/ Augmentation de 5% de la végétation et
des arbres sur le territoire de la Ville de
Grenoble avec dispositif de renforce-
ment de l’appropriation citoyenne de ces
espaces à l’exemple des jardins familiaux.
25/ Aménagement d’espaces pour des pro-
menades familiales et sportives au sein
même de la ville avec des parcours à
thèmes garantissant la plus grande variété
des initiatives.
26/ Mise en place, à l’exemple de nombreuses
villes internationales, de « rues théma-
tiques », dont une « rue des artistes » et
une « rue des jeunes entrepreneurs »
pour encourager les métiers d’art, les pe-
tites structures individuelles qui doivent
compter sur l’effet positif des synergies
de proximité. Cette initiative passera par
l’attribution de baux commerciaux à des
conditions tarifaires préférentielles avec
des garanties d’emprunts mieux équitable-
ment réparties.
27/ Évolution en parallèle vers un environne-
ment où la nature retrouve la place qu’elle
n’aurait jamais dû perdre, afin de conforter
cette logique multipolaire d’un centre-
ville ouvert à la vie, aux animations. Ainsi,
exemple parmi beaucoup d’autres, il est
probablement nécessaire de transformer
le square Vaucanson en parking souter-
rain avec un parc vert de qualité en sur-
face. Les arbres et les espaces naturels
doivent reconquérir de nombreux quartiers
grenoblois dont le centre ville. Pour être des
lieux au calme et à la sécurité exemplaires,
ces parcs publics seront placés sous la sur-
veillance permanente de brigades munici-
pales à VTT ou de la police montée.
28/ Mise en place d’un Plan pluriannuel de
valorisation de l’eau, composante majeure
de la richesse naturelle à protéger comme
ressource, mais aussi composante à part
entière de la qualité de vie : programme de
valorisation des berges, aménagement de
fontaines dans les espaces publics…
Environnement et Habitat :
un urbanisme de la qualité de lavie
29/ Au sein de l’agglomération grenobloise,
l’emploi suppose une approche structurelle
territoriale entièrement nouvelle orientée
sur le développement urgent de voies de
contournement, mais aussi sur une réelle
logique multipolaire des bassins de vie dans
l’agglomération grenobloise. Depuis 1995,
c’est une grille de lecture de répartitions
d’influences politiques qui a dominé de fa-
çon excessive. Ildoit en être autrement. Cela
passeparlerespectdesbassinsdevieetpar
leur développement équilibré. C’est aussi la
révision du SCOT de la Région Grenobloise
qui est à ce jour un outil d’amplification et
d’accélération des déséquilibres qui sont
déjà en marche avec des effets négatifs
considérables. C’est enfin la révision des
modalités d’interventions de la Métro afin
d’évoluer vers une logique de mutualisation
des tâches économe des deniers publics
sans altérer les conditions d’efficacité, bien
au contraire.
30/ Encouragement prioritaire auprès de tous
les organismes socio-professionnels locaux
pour affirmer le pôle de l’agglomération
face à la centralisation progressive sur Lyon
y compris dans l’organisation des professions
libérales. Cette logique passe par des contrats
d’objectifs déléguant les actions et les
moyens financiers aux structures profession-
nelles directement concernées, compétentes
et toujours les plus motivées pour défendre
leurs intérêts à l’écart des paralysies adminis-
tratives des structures publiques généralistes.
31/ Désenclavement de Grenoble et circula-
tion : il est impossible de rendre la circulation
dans Grenoble plus fluide et de désenclaver
ainsi notre ville sans les dispositions suivantes :
- Création du tunnel sous la Bastille : avec un
peu de bonnevolonté ce tunnel(qui devra être
suffisamment dimensionné pour le passage
des gros camions) pourrait partir de Meylan et
arriveràStMartin-le-Vinouxenrestantapproxi-
mativement dans le gabarit routier actuel et
sans dépasser les niveaux existants. Les tech-
niciens devront toutefois approuver cette pos-
sibilitéquenousavonsregardéesérieusement.
Un référendum proposera la solution retenue.
- L’axe Nord Sud côté Drac devra être rapi-
dement élargi. Dans un moindre degré d’ur-
gence, si le tunnel est fait, le contournement
Sud devra également être envisagé.
32/ Grenoble devra retrouver sa capacité de
stationnements : les capacités de parkings
devront être augmentées par la création de
parkings silos ou enterrés chaque fois que
cela sera possible. Le coefficient obligatoire
dans chaque construction sera très signifi-
cativement augmenté. Par ailleurs, le sché-
ma général des déplacements urbains sera
revu. L’ensemble sera à nouveau adapté à la
circulation des véhicules au centre ville : feux
de signalisations, pistes cyclables notamment
celles en contre-sens, rythme des transports
en commun…
33/ Extension conditionnelle du dispositif public
de garanties d’emprunts de façon à éviter
l’impact des cautions personnelles pour les
créateurs d’entreprises.
34/ Application d’un dispositif local de « Small
BusinessAct » pourassurerla reconnaissance
du tissu économique de proximité.
35/ Création d’un pôle local de capital-risque
ouvert aux investisseurs internationaux des
pays émergents.
36/ Créationdedotationsannuellesdes« Cham-
pions du Changement » destinées à aider les
créateurs qui portent un projet risqué écono-
miquement, mais de nature à révolutionner un
segment d’activité.
37/ Mise en œuvre d’un dispositif global, équili-
bré, diversifié qui reconnaisse le rôle déter-
minant de toutes les PME - PMI en matière
d’emploi : ce qui est une orientation totale-
ment différente de l’actuelle politique très dis-
criminatoire conduite ces dernières années à
destination de certaines filières exclusivement.
38/ Accompagnement des PME - PMI dans des
domaines essentiels pour leur développe-
ment, mais difficiles à vivre de façon solitaire,
à l’exemple de la relation avec le capital
risque ou des brevets. S’agissant des brevets,
mise en place d’un fonds public local chargé
de participer au financement du dépôt des
brevets avec remboursement différé dans le
temps sur retour obtenu par la commercialisa-
tion des brevets en question.
39/ Création d’une Maison de l’Emploi, de l’En-
treprise et de la Formation  : cette Maison,
analogue à celle créée à Vitré, associera les
entreprises, Pôle Emploi, la Mairie, et diffé-
rents partenaires concernés, notamment les
chambres consulaires, qui mettront leurs res-
sources et leurs compétences en commun,
avec une gouvernance tripartite présidée par
un chef d’entreprise, un budget commun, au
sein d’un bâtiment unique. Pour des raisons
liées aux dimensions du territoire communal,
des antennes de quartiers seront créées.
40/ Actions permettant de renforcer le com-
merce indépendant de proximité et liberté
de choix entre les moyens de par la création
d’un « Pass shopping » permettant à chaque
habitant de stationner gratuitement dans le
centre-ville à certains temps forts de l’année,
à l’exemple de Noël ce qui devrait permettre
de diminuer les écarts de concurrence entre
le commerce indépendant du centre-ville et
les grandes surfaces commerciales situées en
périphérie.
41/ Urbanisme commercial : toutes les nouvelles
demandes de grandes surfaces commer-
ciales à Grenoble doivent être gelées pour
revitaliser le commerce existant actuellement
terriblement éprouvé. Il en va de même avec
la construction de nouveaux hôtels, et de
bâtiments para hôteliers. La construction, ces
dernières années, de nombreuses surfaces
commerciales ont largement contribué à tuer
le petit commerce tandis que la construction
de nouveaux hôtels a fait baisser dangereu-
sement les taux de remplissage. Une com-
mission d’urbanisme commercial devrait être
remise en place sur le périmètre de l’agglo-
mération.
42/ Indemnisation pour travaux : Tous les com-
merces ou entreprises situés en bordure
d’une voirie qui subiraient des travaux d’une
durée supérieure à deux mois pourront de-
mander une indemnité s’ils prouvent que la
baisse de leur chiffre est la conséquence di-
recte des travaux. Cette indemnité sera égale
à la différence entre la moyenne du bénéfice
net des trois dernières années de l’entreprise
et le bénéfice de l’année qui a subi le préju-
dice. Ce dernier pourra être prouvé en cours
d’année notamment par la baisse du chiffre
d’affaires déclaré trimestriellement pour le
calcul de la TVA. Le débiteur sera le maître
d’ouvrage des travaux concernés. Toutefois
pour permettre une procédure accélérée
et éviter des catastrophes du type dépôt de
bilan, la ville établira le calcul de l’indemnité et
réglera les entreprises concernées et se fera
rembourser directement auprès des Maîtres
d’ouvrage, que ce soit la Metro, le SMTC ou
autre. La ville inscrira dans ses cahiers des
charges cette obligation. Une aide financière
provisoire pourra être envisagée, pour perte
de chiffre d’affaires dans les cas de trésorerie
difficile due aux travaux.
43/ L’emploi dans l’agglomération grenobloise
passe également de façon prioritaire par
le renforcement réel du Sillon Alpin voué à
terme à assurer une liaison privilégiée avec
Genève, capitale économique internationale.
Ce projet de Sillon Alpin a été initié au début
des années 1990. Ces dernières années, il n’a
connu aucune évolution significative. C’est
désormais la seule issue pour la structura-
tion interdépartementale de l’agglomération
grenobloise au moment où les autres liaisons
territoriales privilégiées ont été affirmées à
l’exemple de l’axe Lyon-St Etienne.
L’emploi et désenclavement : la pri  orité
44/ Augmentation significative des effectifs
de la police municipale, l’objectif étant de
200 policiers municipaux d’ici 2020. Ces
derniers devront être armés dans le cadre
des procédures légales existantes.
45/ Généraliser les caméras de vidéo-
surveillance dans les secteurs où cela est
nécessaire.
46/ Renforcement du service de médiation
de nuit du quartier Villeneuve. Création
d’un service identique de médiation de
jour. Extension des services de médiation
dans les autres secteurs classés en ZSP.
47/ Fusion, comme dans d’autres villes de
France, des PC radios des polices muni-
cipales avec un PC central de télésurveil-
lance, ce qui permet, face à la délinquance,
une efficacité accrue sur un large territoire.
Mise en place d’une unité de commande-
ment et d’intervention au sein du PC central.
48/ Ouverture 24h/24 et 7 jours sur 7 des
postes de la police municipale. Une police
de proximité est une police présente sur le
terrain en permanence et tout particulière-
ment la nuit. Il convient ainsi d’adapter et
d’harmoniser, de façon équitable entre les
agents, les horaires à la réalité du terrain de
la délinquance.
49/ Installation de relais de systèmes de dé-
tection et de récupération de véhicules
volés à l’aide de solutions technologiques
associant les réseaux de fréquence VHF,
GPS et GSM. Développement des équipe-
ments de géolocalisation et des GPS sur les
véhicules d’intervention.
50/ Augmentation du nombre de brigades à
VTT en milieu urbain, particulièrement sur
les sites sensibles.
51/ Renforcement du rôle de prévention
des agents municipaux par une présence
remarquée là où les besoins apparaissent,
par exemple, dans certaines rues, à l’heure
de la fermeture des commerces.
52/ Mise en place des services nocturnes
avec arrêts sur les lieux fréquents de fêtes.
53/ Présence d’agents de surveillance dans
tous les squares pour enfants ainsi qu’aux
heures d’entrées et de sorties des équipe-
ments scolaires destinés à des mineurs.
54/ Obligation pour l’ensemble des policiers
municipaux de suivre régulièrement les
programmes de formation G.T.P.I (Gestes
Techniques des Pratiques d’Interventions).
55/ Restauration de la confiance dans la no-
tion même d’engagement par la mise en
place d’un pouvoir de révocation. C’est
l’équivalent en France de la procédure dite
de « recall » (le rappel populaire) aux Etats-
Unis. Cette procédure, mise en place dans
la ville de Los Angeles en 1903, est simple :
un responsable public peut être démis de
ses fonctions par un vote populaire avant
l’expiration de son mandat. Une quinzaine
de priorités essentielles donnant lieu à des
engagements précis sont identifiées  (ré-
duction des impôts locaux, baisse de la dé-
linquance…), en rouge dans le programme.
Si les engagements finalisés ne sont pas
appliqués conformément au contrat pro-
posé lors de l’élection, il y a matière à ou-
verture du pouvoir populaire de révocation.
La sécurité : première des libertés
La démocratie ou le partage
de la décision par chacun
Une pétition peut alors être engagée. Nous
proposons que si une telle pétition recueille
15 % du nombre des électeurs inscrits ré-
partis dans les deux tiers des cantons de la
Ville de Grenoble, un référendum est alors
organisé sous 60 jours pour décider de la
révocation éventuelle du Maire pour le mo-
tif d’engagement prioritaire non respecté.
Dans ce cas pratique, deux hypothèses  :
- une majorité populaire décide la révoca-
tion du Maire, une élection nouvelle a lieu
au sein de l’Assemblée Municipale pour
désigner un nouveau Maire ; - une majo-
rité populaire décide le maintien du Maire
dans ses fonctions ; l’engagement initial
non respecté peut être appliqué dans un
cadre nouveau validé par la population.
Cette proposition constitue une première
sur le plan français. Il s’agit de reconstruire
la confiance dans la valeur même d’enga-
gement en donnant un cadre de réelle
responsabilité aux propositions formulées
durant la campagne électorale.
56/ Création des Comités d’initiatives et de
consultations, représentatifs de l’en-
semble des associations qui, points de
passages obligés de concertation, don-
neront leurs avis sur les dossiers, avant
toute décision des assemblées délibé-
rantes sur les dossiers majeurs.
57/ Mise en place de pouvoirs indépendants
d’expertise : chaque thème majeur doit
faire l’objet d’un rapport de synthèse pré-
senté en introduction des débats, émanant
de compétences extérieures.
58/ Clarification de l’ordre du jour des ses-
sions de l’assemblée délibérante : cha-
cune doit être structurée autour de
temps forts donnant aux citoyens la visi-
bilité d’ensemble sur des sujets de fond.
59/ Fixation partagée de l’ordre du jour avec
les citoyens permettant aux citoyens
ayant franchi le seuil d’un certain nombre
de signatures (y compris via Internet) d’un
temps de session pour provoquer des dé-
bats sur les sujets de leur choix.
60/ Mise en œuvre de commissions d’en-
quêtes composées de façon proportion-
nelle à la représentation des groupes
politiques, disposant d’un réel pouvoir d’in-
vestigation avec la contribution technique
officielle de fonctionnaires désignés sur la
base d’un choix volontaire.
61/ Publication annuelle obligatoire de ta-
bleaux de bord de gestion par des Direc-
tions de l’Inspection, instances à créer.
Par respect pour le citoyen et le contri-
buable, il est en effet indispensable de
donner accès à une bonne information
sur les réalités économiques, financières
et sociales locales.
62/ Organisation systématique d’un débat se-
mestriel de politique générale sur les ac-
tions municipales. Formule plus élaborée
que le simple débat annuel de program-
mation budgétaire, cette procédure donne
l’opportunité d’un échange d’ensemble sur
le bilan des actions conduites comme sur la
logique des actions nouvelles.
63/ Normalisation de consultations popu-
laires pour que la procédure référendaire
devienne un cadre commun fréquent de
décisions mieux partagées tout particu-
lièrement en matière d’urbanisme.
64/ Tout programme ambitieux de diminution
de la dépense publique locale passe pré-
alablement par l’exemplarité des condi-
tions de fonctionnement des élus locaux.
Parce que les élus montreront l’exemple, il
y aura alors matière à demander un nou-
veau comportement global face à la dé-
pense publique.
65/ Diminution radicale du nombre des
membres des exécutifs, ce qui améliorera
significativement par ailleurs les condi-
tions de décision en évitant un émiette-
ment des responsabilités. Au sein de la
Ville de Grenoble, les adjoints passeront
de 22 à 8.
66/ Réduction drastique des postes de ca-
binets qui ont donné lieu, ces dernières
années, à des recrutements pléthoriques
totalement déconnectés des besoins des
réalités de gestion. 10 % des postes de ca-
binets au plus pourraient être conservés.
67/ Mise en place d’une logique d’efficacité
d’actions dans le secteur para-public
local tranchant radicalement avec la lo-
gique de la multiplication des présidences
pour que chacun ait son « royaume » et les
indemnités qui en résultent.
68/ Adoption de mesures fortes, radicales,
immédiates impactant d’abord le train
de vie courant des élus municipaux pour
tendre à l’exemplarité.
69/ Suppression des voitures de fonction des
élus pour évoluer vers un dispositif comme
le secteur privé de remboursement des
frais de déplacements sur la base du tarif
fiscal kilométrique sur justificatifs des frais
de déplacements. A l’exception d’un pool
de 3 à 4 voitures pour le maire et ses ad-
joints.
70/ Stabilisation de la charge de la dette et si
possible la diminuer. Dans le détail cela
passe par la renégociation de certains prêts
et l’ajustement de certains contrats notam-
ment pour la dette toxique, les prêts In fine,
ou les obligations.
71/ Révision complète du patrimoine immobi-
lier de la ville (actuellement 1000000 de M²)
Et vente de ce qui ne sera pas indispen-
sable. Utilisation du produit des ventes réa-
lisées pour un meilleur entretien des bâti-
ments conservés et pour la réduction de la
dette.
72/ Publication permanente via Internet de
toutes les dépenses liées à des volets de
fêtes et cérémonies, déplacements, res-
tauration, hôtellerie.
73/ Création d’un poste de déontologue veil-
lant notamment en début de mandat à la
collecte des déclarations patrimoniales
des principaux élus, à leur remise auprès
d’un Notaire. Puis, à leur actualisation
annuelle obligatoire à la fin de chaque
année du mandat en cours.
74/ Mise en place d’un service d’Inspection
Générale des Services dont la direction
sera confiée au déontologue. Celui-ci pré-
sentera, en séance publique et de façon se-
mestrielle, le compte-rendu de ses travaux.
75/ Suppression des supports écrits de com-
munication qui correspondent dans 9 cas
sur 10 à de la propagande partisane ou à
de l’auto-promotion des élus. L’information
purement administrative (informations pra-
tiques de fonctionnement des services pu-
blics) fera l’objet d’une parution ponctuelle
auprès des services concernés pour éviter
toute fracture éventuelle qui serait liée à la
seule information numérique.
76/ Mise en œuvre du principe de l’unicité
d’organismes : à chaque grande fonction
doit correspondre un organisme public et
un seul.
77/ Application du principe de subsidiarité
dès que le champ d’interventions concer-
né n’est pas lié à un service public de soli-
darité. Le secteur public ne doit retrouver
matière à intervention que si le secteur
privé n’est pas apte à remplir la mission
concernée. Dès que le segment concerné
relève du secteur concurrentiel, la règle est
celle de l’intervention du secteur privé sauf
si défaillance manifeste de celui-ci. Ces
évolutions interviendront sans qu’il n’y ait
aliénation d’actifs appartenant à la collec-
tivité publique.
78/ Application du dispositif dit du « Bud-
get Base Zéro » tous les deux ans aux
grandes fonctions administratives : il s’agit
de remettre en question les conditions de
fonctionnement des grandes fonctions pu-
bliques pour bien vérifier le rapport entre le
coût et le service rendu.
79/ Mise en œuvre généralisée de contrats
publics d’objectifs sur deux ans pour
toutes les subventions publiques al-
louées à des partenaires extérieurs dont
les associations. Ces contrats donneront
ainsi une visibilité pluriannuelle notam-
ment aux associations culturelles et spor-
tives dans la plus grande transparence.
80/ Toutes ces mesures permettront une
baisse moyenne de 10 % des taux de l’im-
pôt local dès l’année civile 2015.
Une charte éthique comme
socle de l’engagement
des élus municipaux
81/ Non cumul des mandats  : le cumul des
mandats dans le temps et dans l’espace
est un facteur favorisant le clientélisme
et générant des conflits d’intérêts. Un
élu doit se consacrer prioritairement à
son mandat. C’est un élément détermi-
nant pour restaurer la confiance des ci-
toyens envers ceux qui les représentent.
La limitation des mandats dans le temps
s’entend comme interdisant le renou-
vellement du même mandat plus d’une
fois. C’est ainsi que l’élu s’engage à ne
postuler au renouvellement de son man-
dat qu’une seule fois. C’est par ailleurs
la meilleure garantie de l’indispensable
renouvellement de la classe politique.
La limitation des mandats dans l’espace
s’entend comme s’interdisant de cumuler
plus de 2 postes exécutifs à la fois durant
son mandat.
82/ Obligation de publier sur le site Internet
de la Mairie les mandats et fonctions de
chaque élu, avec les indemnités corres-
pondantes, et remboursement au Trésor
Public de l’ensemble des indemnités per-
çues en cas de déclaration mensongère.
Finances : respecter chaque euro levé par l’impôt local pour
baisser l’impôt
83/ Publication semestrielle sur le site Inter-
net de la Mairie du détail de l’utilisation des
indemnités complémentaires à l’indem-
nité de base, allouées mensuellement ou
autrement aux élus, ainsi que du détail des
autres avantages éventuellement liés au
mandat de chaque élu.
84/ Publication sur le site Internet de la Mairie
des bénéficiaires des éventuelles redis-
tributions liées aux plafonnements des
indemnités.
85/ Impossibilité d’occuper plus d’un poste
dans une commission communale ou inter-
communale ou dans un organisme du sec-
teur para-municipal, afin de ne pas cumuler
plus de 2 postes y compris celui d’élu s’il
s’agit d’un « adjoint au maire ».
86/ Impossibilité de bénéficier d’un véhicule
de fonction « spécifique », Pour les dépla-
cements rendus nécessaires par la fonc-
tion d’élu, la règle est celle de l’utilisation
du véhicule privé avec remboursement des
frais kilométriques sur justificatifs et sur la
base du tarif fiscal en vigueur (plafond à
7 CV). A cette fin, l’élu devra avoir souscrit
un complément d’assurance pour déplace-
ments de missions dans le cadre électif. Le
montant de cette souscription lui sera rem-
boursé par la Commune. Sauf pour le pool
indiqué ci-haut .
87/ Toutes les dépenses de ce type feront
l’objet d’une publication intégrale sur le
site Internet de la Mairie avec copies des
justificatifs de façon nominative au moins
une fois par an.
88/ Prise en charge par les élus en mission
de leurs factures d’hébergement et de
repas, le montant leur étant remboursé en
fin de mission par le service financier de la
Commune.
89/ Limitation du montant des indemnités
d’hébergement et de restauration à un
montant remboursable maximum fixé en
Conseil Municipal chaque année.
90/ Interdiction aux élus d’accepter à titre
personnel des cadeaux à l’exception des
échantillonnages de présentation des
entreprises, dont ils devront fournir le cas
échéant une liste publiée annuellement sur
le site Internet de la Mairie.
91/ Représentation de la minorité démocra-
tique dans tous les organismes et instances
dans lesquels siège la Commune à partir de
3 représentants, ainsi que dans toute com-
mission d’attribution de places en crèches,
de logements sociaux…
92/ Attribution de la présidence de la « Com-
mission municipale des appels d’offres » à
un élu d’opposition.
Le programme de la Liste
de Denis Bonzy
Disponible sur internet : www.denisbonzy.com
Notre programme a été le premier à être publié sur
Internet dès le mois de juin 2013. Nous l’avons depuis
actualisé en tenant compte des remarques qui nous ont
été faites tout en le rendant plus attrayant pour sa lecture.
Nous le publions à nouveau et vous pouvez le consulter
sur : www.denisbonzy.com
LesGrenobloisquivoudraientleconsulteretquin’auraient
pas internet peuvent le demander à la permanence
7 avenue Félix Viallet ou appeler le 04 56 45 04 73.
Un tirage papier leur sera remis ou adressé.
Mouvement National de Denis Payre
Permanence : 7 avenue Félix Viallet Grenoble
Tél. : 04 56 45 04 73
www.denisbonzy.com
GrenobleAgglo2014 @dbonzy

Contenu connexe

Tendances

Cahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de GaucheCahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de GaucheFrédéric GASNIER
 
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)La Drôme Le Département
 
La Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste France
La Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste FranceLa Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste France
La Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste FranceZero Waste France, Cniid
 
Charte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJH
Charte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJHCharte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJH
Charte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJHMonimmeuble.com
 
startups de la Fabrique
startups de la Fabriquestartups de la Fabrique
startups de la FabriqueFabMob
 
Soli ca rity
Soli ca ritySoli ca rity
Soli ca rityMio-Maude
 
Ush 12 questions maires
Ush 12 questions mairesUsh 12 questions maires
Ush 12 questions mairesElisabeth Gras
 
Journal1 billere pourtous-2fev2014
Journal1 billere pourtous-2fev2014Journal1 billere pourtous-2fev2014
Journal1 billere pourtous-2fev2014Billerepourtous
 
LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain
LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain
LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain Esperluette & Associés
 
Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?
Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?
Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?Michel Péters
 
COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013
COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013
COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013ReaWeb 2.0
 
Présentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à Bobigny
Présentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à BobignyPrésentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à Bobigny
Présentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à BobignyFing
 
Regard des partenaires
Regard des partenairesRegard des partenaires
Regard des partenairesBaptiste Camus
 
Économie collaborative
Économie collaborativeÉconomie collaborative
Économie collaborativeElsa Ferreira
 

Tendances (18)

Cahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de GaucheCahier d'acteur du Parti de Gauche
Cahier d'acteur du Parti de Gauche
 
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
La Drôme – Lettre d’Information n°3 (octobre-décembre 2019)
 
La Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste France
La Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste FranceLa Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste France
La Lettre aux adhérents N°49 - Zero Waste France
 
Charte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJH
Charte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJHCharte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJH
Charte de Paris pour l’Accessibilité universelle de l’APAJH
 
startups de la Fabrique
startups de la Fabriquestartups de la Fabrique
startups de la Fabrique
 
Soli ca rity
Soli ca ritySoli ca rity
Soli ca rity
 
Ush 12 questions maires
Ush 12 questions mairesUsh 12 questions maires
Ush 12 questions maires
 
Journal1 billere pourtous-2fev2014
Journal1 billere pourtous-2fev2014Journal1 billere pourtous-2fev2014
Journal1 billere pourtous-2fev2014
 
LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain
LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain
LE QUAI DES FUTURS pour vivre mieux aujourd’hui et demain
 
Projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement
Projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement Projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement
Projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement
 
Le journal d'Argentré du Plessis
Le journal d'Argentré du PlessisLe journal d'Argentré du Plessis
Le journal d'Argentré du Plessis
 
Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?
Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?
Des solutions pour répondre au besoin grandissant de logements ?
 
Rapport de stage
Rapport de stageRapport de stage
Rapport de stage
 
COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013
COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013
COMPTE RENDU REUNION N°3 de Benjamin DURAND du 29 mai 2013
 
Présentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à Bobigny
Présentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à BobignyPrésentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à Bobigny
Présentations Café des Possibles ShaREvolution en Seine-Saint-Denis à Bobigny
 
Regard des partenaires
Regard des partenairesRegard des partenaires
Regard des partenaires
 
Économie collaborative
Économie collaborativeÉconomie collaborative
Économie collaborative
 
Compte-rendu Foyer Croizat (Petit-Ivry)
Compte-rendu Foyer Croizat (Petit-Ivry)Compte-rendu Foyer Croizat (Petit-Ivry)
Compte-rendu Foyer Croizat (Petit-Ivry)
 

Similaire à Programme liste nous citoyens grenoble mars 2014

Programme du mandat 2014-2020
Programme du mandat 2014-2020Programme du mandat 2014-2020
Programme du mandat 2014-2020nogentenmouvement
 
Contribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social localContribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social localCoraia
 
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...Medinsoft
 
Sites & cites n°58 - mars 2017
Sites & cites n°58 - mars 2017Sites & cites n°58 - mars 2017
Sites & cites n°58 - mars 2017crdsu
 
L'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoiresL'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoiresFrédéric GASNIER
 
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...lafabriqueecolo
 
Les premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour LyonLes premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour LyonGeorges Fenech
 
MobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoire
MobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoireMobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoire
MobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoireValerie Bauwens
 
Rapport Smart City (mission Luc Belot)
Rapport Smart City (mission Luc Belot)Rapport Smart City (mission Luc Belot)
Rapport Smart City (mission Luc Belot)CHARLES Frédéric
 
Côté Agglo n°14
Côté Agglo n°14Côté Agglo n°14
Côté Agglo n°14Agglo
 
Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2
Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2
Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2Marc de Moulliac
 
Présentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FRPrésentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FRNicolas Cordier
 
Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"
Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"
Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"Alain KHEMILI
 
Les premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour LyonLes premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour LyonGeorges Fenech
 
MONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONS
MONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONSMONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONS
MONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONSmontreuilmiamor
 
Présentation interconnecté fab city-dec17
Présentation interconnecté fab city-dec17Présentation interconnecté fab city-dec17
Présentation interconnecté fab city-dec17NFR21
 
Demain mon territoire ademe 2019
Demain mon territoire ademe 2019Demain mon territoire ademe 2019
Demain mon territoire ademe 2019PatrickTanz
 
Les eclaireurs achat- public
Les eclaireurs achat- publicLes eclaireurs achat- public
Les eclaireurs achat- publicFabMob
 
MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ?
MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ? MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ?
MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ? Kantar, Division Public, France
 

Similaire à Programme liste nous citoyens grenoble mars 2014 (20)

Programme du mandat 2014-2020
Programme du mandat 2014-2020Programme du mandat 2014-2020
Programme du mandat 2014-2020
 
Contribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social localContribuer au développement du lien social local
Contribuer au développement du lien social local
 
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
 
Sites & cites n°58 - mars 2017
Sites & cites n°58 - mars 2017Sites & cites n°58 - mars 2017
Sites & cites n°58 - mars 2017
 
Compte-rendu Ivry Port
Compte-rendu Ivry PortCompte-rendu Ivry Port
Compte-rendu Ivry Port
 
L'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoiresL'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoires
 
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
 
Les premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour LyonLes premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour Lyon
 
MobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoire
MobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoireMobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoire
MobiLab: à Genève, les usagers deviennent les acteurs de leur territoire
 
Rapport Smart City (mission Luc Belot)
Rapport Smart City (mission Luc Belot)Rapport Smart City (mission Luc Belot)
Rapport Smart City (mission Luc Belot)
 
Côté Agglo n°14
Côté Agglo n°14Côté Agglo n°14
Côté Agglo n°14
 
Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2
Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2
Luzarches en tête : bulletin de campagne n°2
 
Présentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FRPrésentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FR
 
Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"
Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"
Compte-rendu du séminaire "Dynamique de l'innovation dans les territoires"
 
Les premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour LyonLes premières propositions de mon projet pour Lyon
Les premières propositions de mon projet pour Lyon
 
MONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONS
MONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONSMONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONS
MONTREUIL MI AMOR : 69 (PRO)POSITIONS
 
Présentation interconnecté fab city-dec17
Présentation interconnecté fab city-dec17Présentation interconnecté fab city-dec17
Présentation interconnecté fab city-dec17
 
Demain mon territoire ademe 2019
Demain mon territoire ademe 2019Demain mon territoire ademe 2019
Demain mon territoire ademe 2019
 
Les eclaireurs achat- public
Les eclaireurs achat- publicLes eclaireurs achat- public
Les eclaireurs achat- public
 
MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ?
MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ? MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ?
MUNICIPALES 2020 : QUELLES SOLUTIONS POUR NOS VILLES DE DEMAIN ?
 

Plus de Newday

Club 20 organisation
Club 20 organisation Club 20 organisation
Club 20 organisation Newday
 
Canada élections 2006
Canada élections 2006Canada élections 2006
Canada élections 2006Newday
 
Lettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boy
Lettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boyLettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boy
Lettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boyNewday
 
Lettre 272
Lettre 272Lettre 272
Lettre 272Newday
 
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)Newday
 
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)Newday
 
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)Newday
 
Lettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèses
Lettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèsesLettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèses
Lettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèsesNewday
 
L'opinion et la manipulation
L'opinion et la manipulationL'opinion et la manipulation
L'opinion et la manipulationNewday
 
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?Newday
 
Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"
Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"
Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"Newday
 
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?Newday
 
Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?
Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?
Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?Newday
 
Lettre Exprimeo 253
Lettre Exprimeo 253Lettre Exprimeo 253
Lettre Exprimeo 253Newday
 
Lettre 252
Lettre 252Lettre 252
Lettre 252Newday
 
Exprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti Républicain
Exprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti RépublicainExprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti Républicain
Exprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti RépublicainNewday
 
Lettre Exprimeo : la mode Alain Juppé
Lettre Exprimeo : la mode Alain JuppéLettre Exprimeo : la mode Alain Juppé
Lettre Exprimeo : la mode Alain JuppéNewday
 
Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010
Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010
Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010Newday
 
Sarah Palin : quand la politique change de sexe
Sarah Palin :  quand la politique change de sexeSarah Palin :  quand la politique change de sexe
Sarah Palin : quand la politique change de sexeNewday
 
Campagne 2008 de Barack Obama : les 15 ruptures
Campagne 2008 de Barack Obama : les 15 rupturesCampagne 2008 de Barack Obama : les 15 ruptures
Campagne 2008 de Barack Obama : les 15 rupturesNewday
 

Plus de Newday (20)

Club 20 organisation
Club 20 organisation Club 20 organisation
Club 20 organisation
 
Canada élections 2006
Canada élections 2006Canada élections 2006
Canada élections 2006
 
Lettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boy
Lettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boyLettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boy
Lettre Exprimeo : Rick Perry ou le retour du cow-boy
 
Lettre 272
Lettre 272Lettre 272
Lettre 272
 
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
Lettre Exprimeo : les nouvelles fonctions des sondages (3/3)
 
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages connait une mutation (2/3)
 
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)
Lettre Exprimeo : la fonction des sondages est en train de muter (1/3)
 
Lettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèses
Lettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèsesLettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèses
Lettre Exprimeo : François Hollande et le socialisme des synthèses
 
L'opinion et la manipulation
L'opinion et la manipulationL'opinion et la manipulation
L'opinion et la manipulation
 
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
Lettre Exprimeo : 2016 comme 2012 ?
 
Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"
Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"
Livre de Pierre de Villard : "Faut-il quitter la France ?"
 
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?Lettre Exprimeo : Tea Party :  possible en France ?
Lettre Exprimeo : Tea Party : possible en France ?
 
Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?
Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?
Lettre Exprimeo : Obama : alerte ou divorce ?
 
Lettre Exprimeo 253
Lettre Exprimeo 253Lettre Exprimeo 253
Lettre Exprimeo 253
 
Lettre 252
Lettre 252Lettre 252
Lettre 252
 
Exprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti Républicain
Exprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti RépublicainExprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti Républicain
Exprimeo : le 4 novembre 2014 et la vague du Parti Républicain
 
Lettre Exprimeo : la mode Alain Juppé
Lettre Exprimeo : la mode Alain JuppéLettre Exprimeo : la mode Alain Juppé
Lettre Exprimeo : la mode Alain Juppé
 
Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010
Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010
Barack Obama et le rappel des facteurs de la défaite de novembre 2010
 
Sarah Palin : quand la politique change de sexe
Sarah Palin :  quand la politique change de sexeSarah Palin :  quand la politique change de sexe
Sarah Palin : quand la politique change de sexe
 
Campagne 2008 de Barack Obama : les 15 ruptures
Campagne 2008 de Barack Obama : les 15 rupturesCampagne 2008 de Barack Obama : les 15 ruptures
Campagne 2008 de Barack Obama : les 15 ruptures
 

Programme liste nous citoyens grenoble mars 2014

  • 1. Mouvement National de Denis Payre PROGRAMME DE Denis Bonzy Liste Société Civile pour Gérer Grenoble Autrement Permanence : 7 avenue Félix Viallet Grenoble Tél. : 04 56 45 04 73 www.denisbonzy.com GrenobleAgglo2014 @dbonzy Grenoble Juin 2013/ Actualisé Février 2014 Il faut changer. Changer pour de vrai.
  • 2. Les appareils politiques sont impuissants à gérer efficacement notre ville. Ils gèrent les carrières individuelles mais n’apportent aucune réponse aux questions que la vie de tous les jours pose. Il faut changer. Changer pour de vrai.
  • 3. Donner aux Grenoblois la possibilité de révoquer leur Maire si dans les 2 ans les engagements prioritaires n’ont pas reçu un début d’exécution concret. (Voir article N°55). POSTULAT
  • 4. Baisser les impôts locaux en faisant des économies pour que les ménages retrouvent du pouvoir d’achat Objectif : moins 10%.
  • 5. Sécuriser notre ville en doublant le nombre de policiers municipaux d’ici 2020 et en généralisant les caméras de vidéo protection là où elles sont nécessaires.
  • 6. Retrouver la liberté de circuler dans notre ville aujourd’hui asphyxiée et embouteillée.
  • 8. Assurer la solidarité avec toutes celles et tous ceux que l’âge ou des accidents de la vie fragilisent.
  • 10. Rendre à Grenoble le rang que notre ville n’auraitjamais dû perdre une ville imaginative, brillante, sportive, porteuse d’avenir.
  • 11. Cela commence en donnant l’exemple : Réduction du nombre d’adjoints de 22 à 8, suppression des voi- tures de fonction attribuées et autres avantages divers. Application immédiate du dispositif de non cumul des mandats… Mais aussi en donnant aux Grenoblois la possibilité de révo- quer leur Maire si dans les 2 ans les engagements prioritaires (en rouge dans le programme) n’ont pas reçu un début d’exécution concret. (Voir article N°55). Cette proposition, déjà appliquée dans certains États d’Amérique, constitue une première sur le plan Français. Il s’agit de recons- truire, à Grenoble, la confiance dans les valeurs politiques en don- nant un cadre de responsabilité réelle à nos engagements. La population sera consultée, par ailleurs, par référendum sur les grands projets entraînant des changements importants pour la vie de la cité. Mobilisons-nous pour le vrai changement, une équipe nouvelle, une vision nouvelle, un avenir nouveau pour chaque Grenoblois. Ensemble ayons de l’Ambition pour Grenoble. Maintenant le choix est clair. Dès juin 2013, notre équipe a publié ses premières propositions. Dans l’écoute et le dialogue, elles ont été ensuite finalisées pour aboutir à ce contrat pour l’avenir des Grenoblois. Dans ce contrat démocratique entre vous et nous, nous proposons des solutions. Nous avons la conviction que ces solutions sont efficaces d’où notre engagement dans la mesure inédite sur le plan national du pouvoir de révocation. Ce que nous proposons, nous le ferons. Aujourd’hui, ce document vous explique dans le détail les transformations qui nous paraissent importantes, réalistes, efficaces pour votre avenir comme pour celui de vos enfants. Merci de prendre connaissance attentivement de nos solutions. Elles vous permettront d’y voir plus clair. Pour mieux décider. Denis Bonzy
  • 12. Denis Bonzy 58 ans Marié 2 enfants / Chef d’entreprise / Ancien Président de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse / Ancien Vice-président de la Région Rhône-Alpes / Ancien conseiller général de l’Isére 1/ Denis Bonzy - 2/ Pierre Devillard - 3/ Françoise Chomarat 4/ Georgia André - 5/ Nicolas Petitfils - 6/ Laetitia Roux - 7/ Denis Setboune 8/ Elisabeth Zitoun - 9/ Benoit Boucharlat - 10/ Bernard Boulloud les membres de la commission chargés du programme Solidarité et culture Urbanisme, environnement et Habitat L’emploi Le désenclavement La sécurité la démocratie Les finances Une charte éthique NOTRE PROGRAMME EN 92 PROPOSITIONS 1 2 9 3 4 6 5 7 8 10
  • 13. 1/ Renforcement du nombre des EHPAD (Eta- blissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) pour garantir la bonne couverture de proximité dans le cadre de nouvelles maisons qui soient de véritables lieux de vie à taille humaine. 2/ Création des « messagers de l’autonomie» pour les seniors : ce service développera plusieurs actions en faveur des seniors visant à préserver la priorité du maintien à domicile : bibliothèque à domicile, visites régulières aux personnes seules… 3/ Création d’un service de transports indivi- duels à l’usage exclusif des seniors : faire soi-même ses courses, c’est être toujours ac- tif dans la vie. L’organisation d’un parc auto- mobile électrique de petits véhicules urbains à l’usage de seniors qui ont des moyens financiers limités sera de nature à améliorer considérablement l’indépendance des inté- ressés. 4/ Création et actualisation régulière d’une carte signalétique disponible en temps réel via Internet de tous les obstacles demeu- rant sur les chaussées communales à la dis- position des personnes à mobilité réduite. 5/ Cinémas, théâtres, salles d’expositions, stades… : recensement de tous les lieux dif- ficiles d’accès pour les personnes à mobilité réduite afin d’aider ou de planifier leurs amé- nagements dans un calendrier d’urgence. 6/ Mise en place de stationnements réser- vés pour toutes les personnes à mobilité réduite sur le lieu même de leur habitation pour faciliter leurs déplacements. 7/ Mise en place d’un site permettant de mettre en relation l’offre et la demande de logements adaptés, adaptables ou acces- sibles pour les personnes à mobilité réduite, ainsi que d’accéder à des conseils pratiques sur les équipements et aides financières. 8/ Création d’un fonds de lutte contre l’échec scolaire : ce fonds sera abondé notamment par l’appel aux entreprises. Il est en effet pour le moins surprenant de voir souvent celles-ci affecter des sommes considé- rables à des œuvres culturelles historiques et ne pas être au moins pareillement enga- gées dans la «richesse humaine» détermi- nante pour l’avenir. 9/ Instauration des conseils consultatifs des jeunes (18 à 25 ans) : réunis en groupes de travail, ces conseils disposeront d’une dota- tion budgétaire gérée de façon autonome. 10/ Organisation d’une Conférence annuelle du monde éducatif pour faire le point sur tous les problèmes avec l’ensemble des partenaires de la communauté éducative et avec des représentants du monde de l’entreprise (commerces, artisanat, PME - PMI, grands groupes). 11/ Renforcement des échanges « entre- prises-universités » afin de contribuer au développement de filières de formation professionnalisante, qui favorisent large- ment l’insertion des jeunes diplômés dans le monde du travail. 12/ Mise en place, sous l’égide des auto- rités éducatives, de « Découverte des métiers » en partenariat avec les établis- sements scolaires en vue de multiplier, dès le plus jeune âge, les occasions de rapprochement entre le monde des éta- blissements scolaires et celui de l’entre- prise. 13/ Développement des lieux de proximité où la culture ne s’achète pas mais où elle se partage : la culture doit échapper à toute logique marchande. Elle doit aussi être à l’écart de toute fracture au sein d’une col- lectivité. Par conséquent, la multiplication d’espaces ouverts dédiés à la culture dans des logiques de proximité est une absolue nécessité. 14/ Mise en place d’une pédagogie du respect des patrimoines : des efforts de présenta- tion et de vulgarisation des patrimoines his- toriques sont à conduire. Ils passent notam- ment par un programme public de réhabili- tation des équipements concernés. 15/ Relance d’un grand projet de Musée des Sciences destiné à populariser l’iden- tité historique industrielle, commerciale et artisanale de l’agglomération grenobloise tout en vulgarisant le monde de l’entre- prise d’hier comme celui de demain, tout particulièrement auprès des plus jeunes, à l’exemple du Musée des Sciences de Bos- ton. Ce grand Musée viendrait compléter le potentiel existant aux côtés du Centre Culturel Scientifique Technique et Industriel et du Muséum. Il pourrait éventuellement accueillir un Planétarium. 16/ Création de parcs d’activités ludo-édu- catives sur les espaces naturels majeurs pour développer une sensibilisation à la nature par la découverte pédagogique ludique et non pas répressive via des inter- dictions. La revalorisation des espaces de verdure est une absolue nécessité dans un cadre sécurisé pour améliorer le confort humain au sein même des milieux urbains. Solidarité et culture : le cœur en tête
  • 14. 17/ Abrogation de l’actuel projet de SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) de la Région Grenobloise dont le parti pris de densification est contraire à l’évo- lution à dimension humaine des princi- paux centres urbains. L’enjeu d’avenir est de concevoir une logique de « villes villages » et non pas de mettre en place un gigantisme urbain. Ce refus du gigan- tisme urbain trouvera une application immédiate dans la remise en question des opérations d’envergure actuellement envisagées à l’exemple de l’Esplanade. 18/ Recours à des consultations populaires systématiques pour les projets d’urbani- sation d’ampleur. Deux modalités doivent être envisagées : une consultation de proximité avant le lancement même du projet d’opération, puis une consultation à périmètre plus large lorsque l’opéra- tion finalisée aborde sa dernière étape avant les décisions techniques.  Ce sont des décisions de ce type qui changent la valeur d’usage de la démocratie au quotidien.  La démocratie ne se reconnaît aujourd’hui qu’aux valeurs d’usages. Le temps des seules incantations est passé.  19/ Création des contrats de quartiers donnant une visibilité pluriannuelle sur les amé- nagements futurs liés à la vie quoti- dienne. Il s’agit de penser chaque quar- tier dans sa globalité, avec ses axes de circulation, ses espaces verts, ses équi- pements… 20/ Adoption d’un plan pluriannuel de meil- leure répartition territoriale des prin- cipaux équipements publics dans l’agglomération en inscrivant préala- blement, comme obligation prioritaire, la qualité de leurs dessertes via des supports diversifiés en sites propres avec un effort particulier pour les pistes cyclables. 21/ Incitation à l’accès à la propriété au sein même du parc de logements sociaux en instaurant un quota de logements voués à l’achat dans des conditions encadrées de nature à exclure la spéculation fi- nancière à moyen terme (10 premières années) mais ne limitant pas l’occupa- tion à la seule location. Ce dispositif ne sera mis en œuvre que dans le cadre d’un absolu volontariat des occupants actuels. 22/ Révision du plan des déplacements ur- bains, indispensable pour rétablir un meil- leur équilibre entre l’automobile et les transports collectifs, mais surtout pour restaurer la fluidité indispensable sur les voies de circulation, condition indispen- sable de l’attractivité de l’agglomération grenobloise. 23/ Amélioration de l’offre de pistes cyclables en sites propres sur l’ensemble de l’ag- glomération grenobloise. Au sein de la Ville de Grenoble, les contrats de quartiers doivent intégrer une logique entièrement différente de la compatibilité entre les di- vers modes de déplacements. L’actuel par- tage d’un même espace ne répond pas à la sécurisation de nature à renforcer la qualité des déplacements en cycles. 24/ Augmentation de 5% de la végétation et des arbres sur le territoire de la Ville de Grenoble avec dispositif de renforce- ment de l’appropriation citoyenne de ces espaces à l’exemple des jardins familiaux. 25/ Aménagement d’espaces pour des pro- menades familiales et sportives au sein même de la ville avec des parcours à thèmes garantissant la plus grande variété des initiatives. 26/ Mise en place, à l’exemple de nombreuses villes internationales, de « rues théma- tiques », dont une « rue des artistes » et une « rue des jeunes entrepreneurs » pour encourager les métiers d’art, les pe- tites structures individuelles qui doivent compter sur l’effet positif des synergies de proximité. Cette initiative passera par l’attribution de baux commerciaux à des conditions tarifaires préférentielles avec des garanties d’emprunts mieux équitable- ment réparties. 27/ Évolution en parallèle vers un environne- ment où la nature retrouve la place qu’elle n’aurait jamais dû perdre, afin de conforter cette logique multipolaire d’un centre- ville ouvert à la vie, aux animations. Ainsi, exemple parmi beaucoup d’autres, il est probablement nécessaire de transformer le square Vaucanson en parking souter- rain avec un parc vert de qualité en sur- face. Les arbres et les espaces naturels doivent reconquérir de nombreux quartiers grenoblois dont le centre ville. Pour être des lieux au calme et à la sécurité exemplaires, ces parcs publics seront placés sous la sur- veillance permanente de brigades munici- pales à VTT ou de la police montée. 28/ Mise en place d’un Plan pluriannuel de valorisation de l’eau, composante majeure de la richesse naturelle à protéger comme ressource, mais aussi composante à part entière de la qualité de vie : programme de valorisation des berges, aménagement de fontaines dans les espaces publics… Environnement et Habitat : un urbanisme de la qualité de lavie
  • 15. 29/ Au sein de l’agglomération grenobloise, l’emploi suppose une approche structurelle territoriale entièrement nouvelle orientée sur le développement urgent de voies de contournement, mais aussi sur une réelle logique multipolaire des bassins de vie dans l’agglomération grenobloise. Depuis 1995, c’est une grille de lecture de répartitions d’influences politiques qui a dominé de fa- çon excessive. Ildoit en être autrement. Cela passeparlerespectdesbassinsdevieetpar leur développement équilibré. C’est aussi la révision du SCOT de la Région Grenobloise qui est à ce jour un outil d’amplification et d’accélération des déséquilibres qui sont déjà en marche avec des effets négatifs considérables. C’est enfin la révision des modalités d’interventions de la Métro afin d’évoluer vers une logique de mutualisation des tâches économe des deniers publics sans altérer les conditions d’efficacité, bien au contraire. 30/ Encouragement prioritaire auprès de tous les organismes socio-professionnels locaux pour affirmer le pôle de l’agglomération face à la centralisation progressive sur Lyon y compris dans l’organisation des professions libérales. Cette logique passe par des contrats d’objectifs déléguant les actions et les moyens financiers aux structures profession- nelles directement concernées, compétentes et toujours les plus motivées pour défendre leurs intérêts à l’écart des paralysies adminis- tratives des structures publiques généralistes. 31/ Désenclavement de Grenoble et circula- tion : il est impossible de rendre la circulation dans Grenoble plus fluide et de désenclaver ainsi notre ville sans les dispositions suivantes : - Création du tunnel sous la Bastille : avec un peu de bonnevolonté ce tunnel(qui devra être suffisamment dimensionné pour le passage des gros camions) pourrait partir de Meylan et arriveràStMartin-le-Vinouxenrestantapproxi- mativement dans le gabarit routier actuel et sans dépasser les niveaux existants. Les tech- niciens devront toutefois approuver cette pos- sibilitéquenousavonsregardéesérieusement. Un référendum proposera la solution retenue. - L’axe Nord Sud côté Drac devra être rapi- dement élargi. Dans un moindre degré d’ur- gence, si le tunnel est fait, le contournement Sud devra également être envisagé. 32/ Grenoble devra retrouver sa capacité de stationnements : les capacités de parkings devront être augmentées par la création de parkings silos ou enterrés chaque fois que cela sera possible. Le coefficient obligatoire dans chaque construction sera très signifi- cativement augmenté. Par ailleurs, le sché- ma général des déplacements urbains sera revu. L’ensemble sera à nouveau adapté à la circulation des véhicules au centre ville : feux de signalisations, pistes cyclables notamment celles en contre-sens, rythme des transports en commun… 33/ Extension conditionnelle du dispositif public de garanties d’emprunts de façon à éviter l’impact des cautions personnelles pour les créateurs d’entreprises. 34/ Application d’un dispositif local de « Small BusinessAct » pourassurerla reconnaissance du tissu économique de proximité. 35/ Création d’un pôle local de capital-risque ouvert aux investisseurs internationaux des pays émergents. 36/ Créationdedotationsannuellesdes« Cham- pions du Changement » destinées à aider les créateurs qui portent un projet risqué écono- miquement, mais de nature à révolutionner un segment d’activité. 37/ Mise en œuvre d’un dispositif global, équili- bré, diversifié qui reconnaisse le rôle déter- minant de toutes les PME - PMI en matière d’emploi : ce qui est une orientation totale- ment différente de l’actuelle politique très dis- criminatoire conduite ces dernières années à destination de certaines filières exclusivement. 38/ Accompagnement des PME - PMI dans des domaines essentiels pour leur développe- ment, mais difficiles à vivre de façon solitaire, à l’exemple de la relation avec le capital risque ou des brevets. S’agissant des brevets, mise en place d’un fonds public local chargé de participer au financement du dépôt des brevets avec remboursement différé dans le temps sur retour obtenu par la commercialisa- tion des brevets en question. 39/ Création d’une Maison de l’Emploi, de l’En- treprise et de la Formation  : cette Maison, analogue à celle créée à Vitré, associera les entreprises, Pôle Emploi, la Mairie, et diffé- rents partenaires concernés, notamment les chambres consulaires, qui mettront leurs res- sources et leurs compétences en commun, avec une gouvernance tripartite présidée par un chef d’entreprise, un budget commun, au sein d’un bâtiment unique. Pour des raisons liées aux dimensions du territoire communal, des antennes de quartiers seront créées. 40/ Actions permettant de renforcer le com- merce indépendant de proximité et liberté de choix entre les moyens de par la création d’un « Pass shopping » permettant à chaque habitant de stationner gratuitement dans le centre-ville à certains temps forts de l’année, à l’exemple de Noël ce qui devrait permettre de diminuer les écarts de concurrence entre le commerce indépendant du centre-ville et les grandes surfaces commerciales situées en périphérie. 41/ Urbanisme commercial : toutes les nouvelles demandes de grandes surfaces commer- ciales à Grenoble doivent être gelées pour revitaliser le commerce existant actuellement terriblement éprouvé. Il en va de même avec la construction de nouveaux hôtels, et de bâtiments para hôteliers. La construction, ces dernières années, de nombreuses surfaces commerciales ont largement contribué à tuer le petit commerce tandis que la construction de nouveaux hôtels a fait baisser dangereu- sement les taux de remplissage. Une com- mission d’urbanisme commercial devrait être remise en place sur le périmètre de l’agglo- mération. 42/ Indemnisation pour travaux : Tous les com- merces ou entreprises situés en bordure d’une voirie qui subiraient des travaux d’une durée supérieure à deux mois pourront de- mander une indemnité s’ils prouvent que la baisse de leur chiffre est la conséquence di- recte des travaux. Cette indemnité sera égale à la différence entre la moyenne du bénéfice net des trois dernières années de l’entreprise et le bénéfice de l’année qui a subi le préju- dice. Ce dernier pourra être prouvé en cours d’année notamment par la baisse du chiffre d’affaires déclaré trimestriellement pour le calcul de la TVA. Le débiteur sera le maître d’ouvrage des travaux concernés. Toutefois pour permettre une procédure accélérée et éviter des catastrophes du type dépôt de bilan, la ville établira le calcul de l’indemnité et réglera les entreprises concernées et se fera rembourser directement auprès des Maîtres d’ouvrage, que ce soit la Metro, le SMTC ou autre. La ville inscrira dans ses cahiers des charges cette obligation. Une aide financière provisoire pourra être envisagée, pour perte de chiffre d’affaires dans les cas de trésorerie difficile due aux travaux. 43/ L’emploi dans l’agglomération grenobloise passe également de façon prioritaire par le renforcement réel du Sillon Alpin voué à terme à assurer une liaison privilégiée avec Genève, capitale économique internationale. Ce projet de Sillon Alpin a été initié au début des années 1990. Ces dernières années, il n’a connu aucune évolution significative. C’est désormais la seule issue pour la structura- tion interdépartementale de l’agglomération grenobloise au moment où les autres liaisons territoriales privilégiées ont été affirmées à l’exemple de l’axe Lyon-St Etienne. L’emploi et désenclavement : la pri  orité
  • 16. 44/ Augmentation significative des effectifs de la police municipale, l’objectif étant de 200 policiers municipaux d’ici 2020. Ces derniers devront être armés dans le cadre des procédures légales existantes. 45/ Généraliser les caméras de vidéo- surveillance dans les secteurs où cela est nécessaire. 46/ Renforcement du service de médiation de nuit du quartier Villeneuve. Création d’un service identique de médiation de jour. Extension des services de médiation dans les autres secteurs classés en ZSP. 47/ Fusion, comme dans d’autres villes de France, des PC radios des polices muni- cipales avec un PC central de télésurveil- lance, ce qui permet, face à la délinquance, une efficacité accrue sur un large territoire. Mise en place d’une unité de commande- ment et d’intervention au sein du PC central. 48/ Ouverture 24h/24 et 7 jours sur 7 des postes de la police municipale. Une police de proximité est une police présente sur le terrain en permanence et tout particulière- ment la nuit. Il convient ainsi d’adapter et d’harmoniser, de façon équitable entre les agents, les horaires à la réalité du terrain de la délinquance. 49/ Installation de relais de systèmes de dé- tection et de récupération de véhicules volés à l’aide de solutions technologiques associant les réseaux de fréquence VHF, GPS et GSM. Développement des équipe- ments de géolocalisation et des GPS sur les véhicules d’intervention. 50/ Augmentation du nombre de brigades à VTT en milieu urbain, particulièrement sur les sites sensibles. 51/ Renforcement du rôle de prévention des agents municipaux par une présence remarquée là où les besoins apparaissent, par exemple, dans certaines rues, à l’heure de la fermeture des commerces. 52/ Mise en place des services nocturnes avec arrêts sur les lieux fréquents de fêtes. 53/ Présence d’agents de surveillance dans tous les squares pour enfants ainsi qu’aux heures d’entrées et de sorties des équipe- ments scolaires destinés à des mineurs. 54/ Obligation pour l’ensemble des policiers municipaux de suivre régulièrement les programmes de formation G.T.P.I (Gestes Techniques des Pratiques d’Interventions). 55/ Restauration de la confiance dans la no- tion même d’engagement par la mise en place d’un pouvoir de révocation. C’est l’équivalent en France de la procédure dite de « recall » (le rappel populaire) aux Etats- Unis. Cette procédure, mise en place dans la ville de Los Angeles en 1903, est simple : un responsable public peut être démis de ses fonctions par un vote populaire avant l’expiration de son mandat. Une quinzaine de priorités essentielles donnant lieu à des engagements précis sont identifiées  (ré- duction des impôts locaux, baisse de la dé- linquance…), en rouge dans le programme. Si les engagements finalisés ne sont pas appliqués conformément au contrat pro- posé lors de l’élection, il y a matière à ou- verture du pouvoir populaire de révocation. La sécurité : première des libertés La démocratie ou le partage de la décision par chacun Une pétition peut alors être engagée. Nous proposons que si une telle pétition recueille 15 % du nombre des électeurs inscrits ré- partis dans les deux tiers des cantons de la Ville de Grenoble, un référendum est alors organisé sous 60 jours pour décider de la révocation éventuelle du Maire pour le mo- tif d’engagement prioritaire non respecté. Dans ce cas pratique, deux hypothèses  : - une majorité populaire décide la révoca- tion du Maire, une élection nouvelle a lieu au sein de l’Assemblée Municipale pour désigner un nouveau Maire ; - une majo- rité populaire décide le maintien du Maire dans ses fonctions ; l’engagement initial non respecté peut être appliqué dans un cadre nouveau validé par la population. Cette proposition constitue une première sur le plan français. Il s’agit de reconstruire la confiance dans la valeur même d’enga- gement en donnant un cadre de réelle responsabilité aux propositions formulées durant la campagne électorale. 56/ Création des Comités d’initiatives et de consultations, représentatifs de l’en- semble des associations qui, points de passages obligés de concertation, don- neront leurs avis sur les dossiers, avant toute décision des assemblées délibé- rantes sur les dossiers majeurs. 57/ Mise en place de pouvoirs indépendants d’expertise : chaque thème majeur doit faire l’objet d’un rapport de synthèse pré- senté en introduction des débats, émanant de compétences extérieures. 58/ Clarification de l’ordre du jour des ses- sions de l’assemblée délibérante : cha- cune doit être structurée autour de temps forts donnant aux citoyens la visi- bilité d’ensemble sur des sujets de fond. 59/ Fixation partagée de l’ordre du jour avec les citoyens permettant aux citoyens ayant franchi le seuil d’un certain nombre de signatures (y compris via Internet) d’un temps de session pour provoquer des dé- bats sur les sujets de leur choix. 60/ Mise en œuvre de commissions d’en- quêtes composées de façon proportion- nelle à la représentation des groupes politiques, disposant d’un réel pouvoir d’in- vestigation avec la contribution technique officielle de fonctionnaires désignés sur la base d’un choix volontaire. 61/ Publication annuelle obligatoire de ta- bleaux de bord de gestion par des Direc- tions de l’Inspection, instances à créer. Par respect pour le citoyen et le contri- buable, il est en effet indispensable de donner accès à une bonne information sur les réalités économiques, financières et sociales locales. 62/ Organisation systématique d’un débat se- mestriel de politique générale sur les ac- tions municipales. Formule plus élaborée que le simple débat annuel de program- mation budgétaire, cette procédure donne l’opportunité d’un échange d’ensemble sur le bilan des actions conduites comme sur la logique des actions nouvelles. 63/ Normalisation de consultations popu- laires pour que la procédure référendaire devienne un cadre commun fréquent de décisions mieux partagées tout particu- lièrement en matière d’urbanisme.
  • 17. 64/ Tout programme ambitieux de diminution de la dépense publique locale passe pré- alablement par l’exemplarité des condi- tions de fonctionnement des élus locaux. Parce que les élus montreront l’exemple, il y aura alors matière à demander un nou- veau comportement global face à la dé- pense publique. 65/ Diminution radicale du nombre des membres des exécutifs, ce qui améliorera significativement par ailleurs les condi- tions de décision en évitant un émiette- ment des responsabilités. Au sein de la Ville de Grenoble, les adjoints passeront de 22 à 8. 66/ Réduction drastique des postes de ca- binets qui ont donné lieu, ces dernières années, à des recrutements pléthoriques totalement déconnectés des besoins des réalités de gestion. 10 % des postes de ca- binets au plus pourraient être conservés. 67/ Mise en place d’une logique d’efficacité d’actions dans le secteur para-public local tranchant radicalement avec la lo- gique de la multiplication des présidences pour que chacun ait son « royaume » et les indemnités qui en résultent. 68/ Adoption de mesures fortes, radicales, immédiates impactant d’abord le train de vie courant des élus municipaux pour tendre à l’exemplarité. 69/ Suppression des voitures de fonction des élus pour évoluer vers un dispositif comme le secteur privé de remboursement des frais de déplacements sur la base du tarif fiscal kilométrique sur justificatifs des frais de déplacements. A l’exception d’un pool de 3 à 4 voitures pour le maire et ses ad- joints. 70/ Stabilisation de la charge de la dette et si possible la diminuer. Dans le détail cela passe par la renégociation de certains prêts et l’ajustement de certains contrats notam- ment pour la dette toxique, les prêts In fine, ou les obligations. 71/ Révision complète du patrimoine immobi- lier de la ville (actuellement 1000000 de M²) Et vente de ce qui ne sera pas indispen- sable. Utilisation du produit des ventes réa- lisées pour un meilleur entretien des bâti- ments conservés et pour la réduction de la dette. 72/ Publication permanente via Internet de toutes les dépenses liées à des volets de fêtes et cérémonies, déplacements, res- tauration, hôtellerie. 73/ Création d’un poste de déontologue veil- lant notamment en début de mandat à la collecte des déclarations patrimoniales des principaux élus, à leur remise auprès d’un Notaire. Puis, à leur actualisation annuelle obligatoire à la fin de chaque année du mandat en cours. 74/ Mise en place d’un service d’Inspection Générale des Services dont la direction sera confiée au déontologue. Celui-ci pré- sentera, en séance publique et de façon se- mestrielle, le compte-rendu de ses travaux. 75/ Suppression des supports écrits de com- munication qui correspondent dans 9 cas sur 10 à de la propagande partisane ou à de l’auto-promotion des élus. L’information purement administrative (informations pra- tiques de fonctionnement des services pu- blics) fera l’objet d’une parution ponctuelle auprès des services concernés pour éviter toute fracture éventuelle qui serait liée à la seule information numérique. 76/ Mise en œuvre du principe de l’unicité d’organismes : à chaque grande fonction doit correspondre un organisme public et un seul. 77/ Application du principe de subsidiarité dès que le champ d’interventions concer- né n’est pas lié à un service public de soli- darité. Le secteur public ne doit retrouver matière à intervention que si le secteur privé n’est pas apte à remplir la mission concernée. Dès que le segment concerné relève du secteur concurrentiel, la règle est celle de l’intervention du secteur privé sauf si défaillance manifeste de celui-ci. Ces évolutions interviendront sans qu’il n’y ait aliénation d’actifs appartenant à la collec- tivité publique. 78/ Application du dispositif dit du « Bud- get Base Zéro » tous les deux ans aux grandes fonctions administratives : il s’agit de remettre en question les conditions de fonctionnement des grandes fonctions pu- bliques pour bien vérifier le rapport entre le coût et le service rendu. 79/ Mise en œuvre généralisée de contrats publics d’objectifs sur deux ans pour toutes les subventions publiques al- louées à des partenaires extérieurs dont les associations. Ces contrats donneront ainsi une visibilité pluriannuelle notam- ment aux associations culturelles et spor- tives dans la plus grande transparence. 80/ Toutes ces mesures permettront une baisse moyenne de 10 % des taux de l’im- pôt local dès l’année civile 2015. Une charte éthique comme socle de l’engagement des élus municipaux 81/ Non cumul des mandats  : le cumul des mandats dans le temps et dans l’espace est un facteur favorisant le clientélisme et générant des conflits d’intérêts. Un élu doit se consacrer prioritairement à son mandat. C’est un élément détermi- nant pour restaurer la confiance des ci- toyens envers ceux qui les représentent. La limitation des mandats dans le temps s’entend comme interdisant le renou- vellement du même mandat plus d’une fois. C’est ainsi que l’élu s’engage à ne postuler au renouvellement de son man- dat qu’une seule fois. C’est par ailleurs la meilleure garantie de l’indispensable renouvellement de la classe politique. La limitation des mandats dans l’espace s’entend comme s’interdisant de cumuler plus de 2 postes exécutifs à la fois durant son mandat. 82/ Obligation de publier sur le site Internet de la Mairie les mandats et fonctions de chaque élu, avec les indemnités corres- pondantes, et remboursement au Trésor Public de l’ensemble des indemnités per- çues en cas de déclaration mensongère. Finances : respecter chaque euro levé par l’impôt local pour baisser l’impôt
  • 18. 83/ Publication semestrielle sur le site Inter- net de la Mairie du détail de l’utilisation des indemnités complémentaires à l’indem- nité de base, allouées mensuellement ou autrement aux élus, ainsi que du détail des autres avantages éventuellement liés au mandat de chaque élu. 84/ Publication sur le site Internet de la Mairie des bénéficiaires des éventuelles redis- tributions liées aux plafonnements des indemnités. 85/ Impossibilité d’occuper plus d’un poste dans une commission communale ou inter- communale ou dans un organisme du sec- teur para-municipal, afin de ne pas cumuler plus de 2 postes y compris celui d’élu s’il s’agit d’un « adjoint au maire ». 86/ Impossibilité de bénéficier d’un véhicule de fonction « spécifique », Pour les dépla- cements rendus nécessaires par la fonc- tion d’élu, la règle est celle de l’utilisation du véhicule privé avec remboursement des frais kilométriques sur justificatifs et sur la base du tarif fiscal en vigueur (plafond à 7 CV). A cette fin, l’élu devra avoir souscrit un complément d’assurance pour déplace- ments de missions dans le cadre électif. Le montant de cette souscription lui sera rem- boursé par la Commune. Sauf pour le pool indiqué ci-haut . 87/ Toutes les dépenses de ce type feront l’objet d’une publication intégrale sur le site Internet de la Mairie avec copies des justificatifs de façon nominative au moins une fois par an. 88/ Prise en charge par les élus en mission de leurs factures d’hébergement et de repas, le montant leur étant remboursé en fin de mission par le service financier de la Commune. 89/ Limitation du montant des indemnités d’hébergement et de restauration à un montant remboursable maximum fixé en Conseil Municipal chaque année. 90/ Interdiction aux élus d’accepter à titre personnel des cadeaux à l’exception des échantillonnages de présentation des entreprises, dont ils devront fournir le cas échéant une liste publiée annuellement sur le site Internet de la Mairie. 91/ Représentation de la minorité démocra- tique dans tous les organismes et instances dans lesquels siège la Commune à partir de 3 représentants, ainsi que dans toute com- mission d’attribution de places en crèches, de logements sociaux… 92/ Attribution de la présidence de la « Com- mission municipale des appels d’offres » à un élu d’opposition. Le programme de la Liste de Denis Bonzy Disponible sur internet : www.denisbonzy.com Notre programme a été le premier à être publié sur Internet dès le mois de juin 2013. Nous l’avons depuis actualisé en tenant compte des remarques qui nous ont été faites tout en le rendant plus attrayant pour sa lecture. Nous le publions à nouveau et vous pouvez le consulter sur : www.denisbonzy.com LesGrenobloisquivoudraientleconsulteretquin’auraient pas internet peuvent le demander à la permanence 7 avenue Félix Viallet ou appeler le 04 56 45 04 73. Un tirage papier leur sera remis ou adressé.
  • 19. Mouvement National de Denis Payre Permanence : 7 avenue Félix Viallet Grenoble Tél. : 04 56 45 04 73 www.denisbonzy.com GrenobleAgglo2014 @dbonzy