SPLV - 10 ans déjà

181 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
181
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

SPLV - 10 ans déjà

  1. 1. :) Grâce à vous… Solidaires pour la vie a déjà 10 ans!
  2. 2. Mot de la Présidente du conseil d’administration Chers Solidaires pour la vie, À titre de présidente de la Fondation des maladies mentales, c’est pour moi une grande fierté et un grand bonheur de m’adresser à vous dans le cadre du dixième anniversaire de Solidaires pour la vie. Fierté que Solidaires pour la vie, qui, à l’origine, ne devait durer que trois ans, en est aujourd’hui à sa dixième année. Fierté de l’œuvre qui a été accomplie pendant ces dix années auprès des quelque 539 000 jeunes que nous avons rencontrés et des intervenants des 512 écoles qui ont été visitées. Mon grand bonheur est de savoir qu’entre le début de Solidaires pour la vie en 1999 jusqu’à ce jour, le nombre de suicides chez les jeunes de 15 à 19 ans a graduellement régressé chaque année. Alors qu’on en comptait 106 en 1999, ce nombre avait diminué de presque la moitié en 2004 où on dénombrait 54 décès par suicide. Il est certain que cette amélioration du taux de suicide chez les jeunes ne peut être attribuée seulement à Solidaires pour la vie. Cependant, à la Fondation, nous sommes convaincus que le programme a largement contribué à cette diminution. Les 5 330 jeunes qui ont été pris en charge par les services de santé à la suite du passage de Solidaires pour la vie peuvent en témoigner.
  3. 3. Combien de vies ont été sauvées grâce aux animations et aux accompagnements que vous les animatrices et animateurs de Solidaires pour la vie avez effectués? Nous ne le saurons jamais, mais une chose est certaine, c’est qu’il y en a eu plusieurs. Vous pouvez être très fiers du travail que vous avez accompli, autant qu’à la Fondation, nous sommes fiers de vous. Personnellement, je suis aussi très fière d’avoir contribué à ce programme en allant chercher le financement nécessaire à ses opérations. J’aimerais profiter de cette occasion pour remercier les grands donateurs qui ont cru en ce programme et qui ont contribué à son maintien. Ils sont nombreux mais je voudrais tout particulièrement souligner les contributions du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, d’Hydro-Québec et de Bell. Merci Malheureusement, nous ne pouvons encore tout à fait crier Victoire. Encore aujourd’hui, des adolescents en détresse en viennent à s’enlever la vie. Le travail de Solidaires pour la vie est donc loin d’être terminé, mais je sais qu’ensemble, membres du conseil d’administration de la Fondation, employés, responsables et animateurs du programme, partenaires et donateurs, nous pourrons encore sauver des vies. Merci et encore bravo à Solidaires pour la vie. Jocelyne Monty Présidente du conseil d’administration Fondation des maladies mentales
  4. 4. Mot de la Directrice générale Chères amies, chers amis, Je suis heureuse que nous célébrions ensemble ce dixième anniversaire de Solidaires pour la vie, que nous célébrions la jeunesse et la vie. Célébration de la jeunesse, parce que Solidaires pour la vie s’adresse à des jeunes qui acceptent d’écouter et d’ouvrir leur cœur pour venir en aide à leurs amis, mais aussi parce que ce programme est présenté par des jeunes qui y croient et qui s’y engagent corps, cœurs et âmes. Il est très important pour moi de souligner le travail exceptionnel que vous tous, animatrices et animateurs de Solidaires pour la vie, avez accompli au cours de ces dix années. À la Fondation, nous savons que cette tâche peut être difficile, tant physiquement que psychologiquement. Nous connaissons les renoncements que vous devez faire pour partir en tournée, loin des vôtres, pendant des semaines. Nous sommes conscients des questionnements et des inquiétudes auxquels vous êtes confrontés devant un jeune qui n’a plus d’espoir. Malgré cela, vous avez relevé le défi de manière remarquable et avec toujours autant d’enthousiasme. Je vous en remercie et vous en félicite.
  5. 5. Bravo également aux chefs d’équipe, responsables terrain, coordonnateurs et coordonnatrices qui au cours de toutes ces années ont su assurer un encadrement attentif, vigilant et efficace et qui ont solutionné au jour le jour, des problèmes mécaniques ou de logements, des conflits d’horaire, des mésententes passagères. Si bien, qu’aujourd’hui Solidaires pour la vie s’est acquis une solide réputation de sérieux et de professionnalisme. Un merci tout particulier à l’actuelle coordonnatrice, Madame Mijanou Simard, qui depuis cinq ans assure la coordination de ce programme avec une main de maître. Nous sommes fiers que vous fassiez partie de l’équipe de la Fondation. Oui, Solidaires pour la vie a maintenant 10 ans et il est aussi pertinent aujourd’hui qu’à ses débuts. Durant la seule année en cours, c’est plus de dix interventions en références qui sont régulièrement rapportées chaque semaine. Ce programme, non seulement permet toujours de sensibiliser les adolescents à la dépression et de les aider, mais, dans certains cas, il leur permet aussi de comprendre les difficultés engendrées par la maladie d’un parent atteint. Solidaires pour la vie contribue ainsi à diminuer les tabous et les préjugés entourant la maladie mentale. Il nous permet également d’espérer que les adultes de demain seront plus ouverts et plus réceptifs envers les personnes atteintes, puisque les jeunes d’aujourd’hui se seront sentis concernés par cette problématique. Solidaires pour la vie est l’un des plus beaux fleurons de la Fondation des maladies mentales et nous ferons tout ce qui est possible pour lui assurer encore une longue vie. Merci et bonne soirée. Nicole Allard Directrice générale Fondation des maladies mentales
  6. 6. LA FONDATION Fondée en 1980 par le Docteur Yves Lamontagne, la Fondation des maladies mentales a pour mission de prévenir les maladies mentales et de réduire la souffrance des personnes atteintes et celle de leurs proches, en mobilisant les individus et la société. Il était une fois un programme… Entre novembre 1996 et mars 1997, une terrible tragédie interpella la Fondation des maladies mentales : le suivide de cing jeunes de la région de l’Estrie. À la suite de cet événement et en accord avec sa mission de démystification, la Fondation des maladies mentales décidait d’agir et de faire connaître à la population le lien entre le suicide et la maladie mentale afin de sensibiliser les jeunes aux manifestations de la dépression, à son traitement ainsi que de faire connaître les ressources disponibles. De là est né le programme Solidaires pour la vie.
  7. 7. À la même époque commençaient d’importantes recherches américaines à définir un lien causal entre la dépression et le suicide. Les études démontrent que 80 % à 90 % des personnes qui complètent leur suicide souffrent d’une maladie mentale, notamment de la dépression(1) . Dans la population en général : « on estime que 5 à 10 % des jeunes vont souffrir d’une dépression au courant de leur adolescence. » 70 % des jeunes qui souffrent de dépression ne savent pas ce qu’ils ont parce que leur dépression n’a pas été diagnostiquée et n’est donc pas traitée. La personne sait qu’elle a mal, mais ne sait pas précisément ce qu’elle a et surtout, qu’elle peut recevoir de l’aide. Le suicide est une des principales causes de décès chez les jeunes (1) Brent, Shaffer et Marttunen, Le suicide chez les jeunes in S.O.S jeunes en détresse; Conseil permanent de la jeunesse. p. 28.
  8. 8. Description du programme en cours SPLV est une tournée provinciale qui vise la sensibilisation et la prévention de la dépression auprès des jeunes québécois de 14 à 18 ans. Objectif général Développer des compétences personnelles et sociales chez les jeunes de 14 à 18 ans en les informant, ainsi que les adultes autour d’eux, de l’importance de reconnaître les manifestations de la dépression et les inciter à le faire afin de prévenir, à la source, le problème du suicide chez les jeunes.
  9. 9. Objectifs spécifiques • Expliquer l’importance d’avoir une bonne hygiène de vie; • Informer sur l’existence de la dépression comme maladie, ainsi que sur sa gravité et ses conséquences; souvent les symptômes de la dépression sont confondus avec la crise de l’adolescence; • Distinguer la dépression de la déprime; • Démystifier la maladie mentale afin de faire tomber les préjugés et briser les tabous; • Outiller les gens afin qu’ils soient en mesure de reconnaître les manifestations de la maladie ; une dépression qui est prise à temps peut-être soignée; • Informer sur les actions à prendre si un proche semble souffrir de dépression et aider les jeunes à orienter leur ami (e); • Accueillir et référer les jeunes en difficultés vers les ressources compétentes.
  10. 10. Public cible • Jeunes de 14 à 18 ans (Secondaire III, IV et V) et les adultes significatifs autour d’eux. Nous allons « là où les gens sont! » Formule • Animation de 50 à 75 minutes faite en classe par petits groupes (en moyenne de 45) ; • Animateurs spécialement formés par la Fondation ; • Identification des ressources médicales et communautaires (locales et provinciales) ; • Distribution d’un aide-mémoire ; • Accueil et référence des jeunes en difficultés.
  11. 11. Tableau des signes et symptômes de la dépression Connu par cœur et répété si souvent depuis 10 ans!!! Manifestations visibles Symptômes physiques Symptômes subjectifs Changement de comportement Irritabilité excessive Troubles de l’appétit : Perte ou gain d’appétit et/ou de poids Dévalorisation ou culpabilité excessive Retrait ou dépendance sociale Déprime ou tristesse permanente Troubles du sommeil : Insomnie ou hypersomnie Difficulté de concentration ou indécision Masques Perte d’intérêt ou de plaisir pour toutes activités Agitation ou ralentissement Pensées récurrentes de mort ou de suicide Négation ou résistance Fatigue ou manque d’énergie IMPORTANT : Il doit y avoir plusieurs symptômes présents de façon intense, qui persistent dans le temps, sans signe d’amélioration.
  12. 12. Depuis 10 ans, 564 005 personnes ont été rencontrées, dont : • 539 133 jeunes • 7 836 parents • 17 036 intervenants … ce qui représente plus de 10 fois le Stade olympique rempli à pleine capacité!!!
  13. 13. Des présentations dans 512 écoles différentes • soit 91 % des écoles secondaires sollicitées • 265 villes visitées dans les 17 régions administratives
  14. 14. 5 330 cas connus, suivis et traités pour un problème relié à des symptômes associés à la dépression et 815 hospitalisations. Plus de 800 000 km parcourus sur les routes du Québec depuis 10 ans … soit plus d’un aller-retour entre la terre et la lune (à une fraction des coûts!) Les écoles qui répondent à notre questionnaire d’évaluation se disent à 90 % très satisfaites du contenu, du sujet, de la formule et des animateurs.
  15. 15. Les grandes forces de SPLV • Le contenu évalué par deux recherches scientifiques, validé et réajusté par plusieurs spécialistes et professionnels en santé mentale; la rigueur garantie la crédibilité • L’encadrement ; témoin des réalités et des besoins • L’organisation ; clé en main un concept attirant et offert gratuitement • Les animateurs ; la plus grande richesse du programme : professionnels crédibles et dynamiques • La formation ; polyvalence et connaissance • Les partenariats avec Revivre, Suicide Action Montréal, Tel-Jeunes et Jeunesse J’écoute. • Les impacts; évaluation d’un succès
  16. 16. SPLV, un programme unique La Fondation des maladies mentales est la seule à offrir gratuitement un programme de sensibilisation à la dépression chez les jeunes à l’échelle de la province, et ce autant en anglais qu’en français C’est grâce à d’importants donateurs comme Hydro-Québec, le Ministère de la santé et des Services sociaux, Bell Canada ainsi qu’à une centaine d’autres que la Fondation des maladies mentales est en mesure d’assumer les salaires pour les animateurs, tous les frais de déplacements, d’hébergements, de repas, d’entretien du matériel, etc. Les écoles se montrent fidèles et font appel au programme Solidaires pour la vie année après année. Les membres du personnel enseignant et d’intervention des écoles, les parents et les jeunes nous témoignent leur appréciation. Après 10 ans de tournée, nous avons rencontré tout près d’une génération. Une génération qui aura moins de préjugés dans l’avenir et qui saura agir!
  17. 17. C’est grâce à vous… Directeur des programmes Charles Gagné Directrices SPLV Coordonnatrices Josée St-Amand *Mijanou Simard-Mireault* Karoline Truchon (par intérim) Hélène Letellier Superviseurs Responsables Terrain Chefs d'équipes Daniel Buffo Catherine Burrows Anouk Achim Geneviève Messier Frédéric Côté Carine Bérubé Stéphane Rostin-Magnin Mylène Côté Josée Breton Geneviève Berteau-Lord Catherine Milani Nathalie Major Jean-Sébastien Naud Stéphane Thériault
  18. 18. C’est grâce à vous… Animateurs Alexandra Pastena Frédéric Fortier Marianne Vachon Patricia Trudeau Alexandre Robitaille Frédéric Lagacé Marie-France Roy Patrick Sorel Andréanne Fafard Geneviève Giroux Marie-Christine Brault Patrick Tremblay Andrée Richer Geneviève Nolin Marie-Claude Plasse Philippe Desautels Anne-Marie Lanteigne Geneviève Tremblay Marie-Ève Dicaire-Brunet Philippe Normandeau Annie Guillemette Guillaume Vallée Marie-Hélène Côté Rachel Duchesne Anny Perron Hugo Leblanc Marie-Pierre Carbonneau Régine Simard Aude Sebban Isabelle Gagnon Marie-Soleil Blanchard Sébastien Pelaez *Benjamin Pradet* Isabelle Gauvreau Mariève Boucher *Shirley Bilodeau* Benoît Aubertin Isabelle Landry Marilyn Guilbault *Simon Bernard* *Benoit Elliott* Jacinthe Brière *Mélanie Gagnon* Simon-Pierre Derasp Bertille Tardif Janie Maurais Michel Boudrias Sophie Chailler Brigitte Vaillancourt Joël Gomez Mylène Roberge Sophie Legault *Carine Gendron* Jonathan Bousquet Natacha Otis Sophie Lévesque Caroline Kunzle *Josiane Babin* Nathalie David Stéphanie Paquin Catherine Amisse Julie Bédard Nicolas Bienvenue Thierry Gauthier Catherine Lévesque Julie Chartier Nicolas Lussier Thierry Goulet-Forgues Catherine Roy Julie Dion Nicole Richard *Véronique Duquet* Danny Dauphin Julie Éthier Ouissem Hsoumi Vincent Matte David Laureti Julie Prénoveau Pascal Guilbeault Yann Barrière Dominique Greffard-Morrissette July Vézina Patrice Bergeron Ève Raymond Justin Sanscartier Patrice Girard Fabien Fauteux Karina Mongeau Patrice Machabée Francis Brisebois Marc Léveillé Patricia Beaulieu Marc-André Desrochers Patricia Leduc Total : 113 employés *Équipe présentement en poste (2007-2008)
  19. 19. « Je tiens à remercier ces jeunes qui, de par leur programme, on aidé un jeune à demander de l’aide avant qu’il soit trop tard. Merci aussi à la Fondation des maladies mentales de subventionner le programme Solidaires pour la vieSolidaires pour la vie. Mille fois merci pour sylvain, mon fils de 17 ans qui reprend goût à la vie, il est beau et très vivant. » Mère d’un adolescent Lévis, juillet 2003 « J’ai été vraiment émerveillée par la présentation… l’exposé est peut-être pour informer les jeunes sur la dépression, mais moi, ça m’a donné une vague d’espoir pour continuer… Je souffre d’anorexie et de dépression. J’ai vraiment apprécié cette conférence… Beaucoup de monde en ont parlé par la suite, et je crois qu’ils en ont tous retiré quelque chose. On ne parle pas d’un sujet tabou aux jeunes sans un bon texte et une bonne prestation. Celle-ci informera certains et donnera espoir aux autres. » Camille, étudiante de 16 ans Montérégie, décembre 2006
  20. 20. « Solidaires pour la vie sauve des vies. Un jeune homme qui prévoyait passer à l'acte le soir même a été hospitalisé après avoir vu l’animation. La présentation lui a donné le courage de demander de l’aide. » Johanne Tremblay, intervenante, École secondaire Mont-Sainte-Anne, Beaupré. « Mon amie s’est reconnue dans les symptômes décrits et croyait faire une dépression. Je l’ai incitée à demander de l’aide parce que j’avais peur qu’elle essaie d’en finir. Elle reçoit maintenant des soins et elle va mieux.» Karl, élève d’une école secondaire en Estrie. « Six jeunes ont consulté après avoir vu l’animation. Nous ne savons pas combien d’autres jeunes iront consulter ailleurs, ni combien le feront plus tard et combien vont directement aider un ami ou un proche. » Luce Poirier, intervenante, Polyvalente Curé-Mercure, Saint-Jovite.
  21. 21. « Si ce n’était de cette conférence [à laquelle ma fille et moi avons assistée à Terrebonne en novembre 2000], je ne sais pas où en serait ma fille aujourd’hui. Vous avez sans doute contribué à lui sauver la vie, […] elle a pu se rendre compte à quel point elle était malade à cause de la dépression. Vous lui avec permis de comprendre son état physique et mental, de découvrir le pourquoi, et d’y apporter une lumière au bout de sa vision des choses par des solutions concrètes (voir un médecin). Je vous en remercie énormément et vous encourage à poursuivre votre programme pour aider tous ces jeunes adolescents qui souffrent tant en songeant au suicide sans le vouloir vraiment mais faute d’autres solutions tangibles [passent à l’acte]. » Christiane, mère d’une adolescente Lachenaie, Québec Extrait d’une lettre, janvier 2002
  22. 22. « 75 % des consultations dans l’année se font à la suite de la venue de Solidaires.» Nathalie Ringuette, enseignante, École secondaire Vanier, Vanier. « La qualité de présentation des animateurs, la justesse du contenu et le style d’animation de ces rencontres ont été soulignés par de nombreux intervenants des écoles et des établissements du réseau de la santé de notre région. » Gilles Légaré, Épidémiologiste, Régie régionale de la santé et des services sociaux, Bas-Saint-Laurent.
  23. 23. En conclusion… La Fondation des maladies mentales tient à remercier bien sincèrement les précieux bâtisseurs et collaborateurs du programme Solidaires pour la vie qui ont su reconnaître l’ampleur du phénomène de la dépression chez les jeunes et l’urgence d’agir il y a maintenant 10 ans. Nous tenons aussi à remercier les 512 écoles qui ont reçu la tournée depuis 1998, ainsi que tous les professeurs, les intervenants, les parents et les élèves qui ont participé au dépistage de la dépression chez un jeune. Nous avons une pensée toute spéciale pour les élèves qui ont mis en action le message véhiculé par nos présentations. Ces derniers nous prouvent qu’il est essentiel de parler ouvertement de la dépression et que Solidaires pour la vie répond toujours à un réel besoin. Merci à tous ceux qui ont pris le temps de nous écrire ou encore de communiquer avec nous afin de nous partager un témoignage. Chaque mot à reçu une attention particulière. Finalement un gros merci à vous tous qui avez fait de ce programme un si retentissant succès. Solidaires pour la vie est teinté de chacune de vos personnalités, vous qui avez bien voulu porter à travers la province cette mission. Peu importe le rôle que vous y avez joué…il a certainement compté beaucoup plus que vous ne pourrez jamais l’évaluer. Courageux idéateurs, pionniers visionnaires, administrateurs passionnées, défricheurs entêtés, gestionnaires emballés, héros du financement, généreux mécènes, amuseurs publics, communicateurs talentueux, intervenants engagés, aventuriers empathiques, messagers colorés, amoureux des jeunes… Solidaires pour la vie est fait de chacun de vous.
  24. 24. En conclusion… (suite) Depuis 10 ans ce programme a permis à plus d’une centaine d’animateurs d’entendre les secrets de milliers de jeunes, leurs douleurs, leurs inquiétudes, leurs espoirs, leurs rêves… C’est avec beaucoup de générosité que vous avez plongé dans cette aventure faite de moments touchants, durs aussi, souvent confrontants, parfois tristes et d’autres fois excitants…C’est un sentiment extraordinaire de savoir que nous contribuons à quelque chose d’unique qui a un impact réel dans la vie d’autrui. Alors soyez fiers et ayez la certitude d’avoir fait du bien, d’avoir changé des mentalités, d’avoir ouvert des portes, brisé des tabous, amélioré des vies…sauvé des vies. MERCI au nom des 564 005 personnes qui ont assisté à l’une des présentations de Solidaires pour la vie. Merci pour tous ces jeunes qui grâce à vous ont compris, ont réagi…ont agi. Mijanou Simard Coordonnatrice du programme Solidaires pour la vie
  25. 25. Solidaires pour la vie, pour briser l’isolement ! Le visuel 2008 En 2008, la Fondation a revampé le visuel du programme pour correspondre à une réalité plus près des jeunes : vive les émoticônes!
  26. 26. Des témoignages… Y’en a eu!!!Des témoignages… Y’en a eu!!!
  27. 27. Arrière – Guillaume Vallée, Marianne Vachon, Patricia Trudeau, Dominique Greffard, Hugo Leblanc Avant – Julie Dion, Geneviève Nolin, Isabelle Landry, Marie-Hélène Côté, ??
  28. 28. […] L’animation l’a décidée, elle est prête à rencontrer un intervenant de l’école. Je regarde la liste des ressources avec elle. C’est à l’infirmière qu’elle veut se confier. Elle accepte de me laisser son nom et son numéro de groupe, car l’intervenante ira la chercher discrètement dans sa classe le lendemain. Elle a arrêté de pleurer et elle m’a serrée dans ses bras de longues minutes avant de quitter l’auditorium. Maintenant quand les petits matins son gris et que j’ai juste le goût de rester au lit, c’est à elle que je pense! […] Marie-Hélène Côté (Année 2005) […] Aider les jeunes, voilà notre travail! Nous parcourons le Québec à la rencontre d’adolescents différents, intéressants et touchants. Il n’est pas rare qu’à la fin d’une animation, des jeunes nous posent des questions, nous remercient de notre visite ou encore nous racontent leurs histoires. […] Marie-Eve Dicaire-Brunet (Année 2005) […] À l’adolescence, les jeunes vivent toutes sortes d’événements qui peuvent paraître anodins pour certains, mais qui les touchent profondément. Il est alors important que des gens viennent leur parler afin de leur faire réaliser que ce qu’ils vivent peut effectivement les entraîner dans une très grande détresse. […] Julie Dion (Année 2005)
  29. 29. […] Tous les préjugés entourant la dépression majeure nuisent à ceux qui en souffrent et c’est trop souvent à cause de ces derniers que des jeunes commettent l’irréversible. Je suis fier de porter mon message, car je sais qu’ultimement, j’aurai peut-être sauvé une vie! […] Dominique Greffard-Morrisset (Année 2005) […] Il avait peur, il s’était reconnu, il souffrait de longue date. Il a saisi l’occasion pour le manifester ne sachant pas ce qu’il avait auparavant, ne pouvant expliquer l’inexplicable. Je vous épargnerai les étapes qui ont suivies, elles correspondaient aux consignes reçues lors de notre formation. Je veux simplement vous dire que lorsque j’ai raccompagné ce jeune à une ressource de son école, dans notre poignée de main et notre regard, avant qu’il ne prenne place dans le bureau de l’intervenant, je suis certain que j’ai fait une différence dans la vie de ce jeune. […] Hugo Leblanc (Année 2005) […] Je sais que nous sauvons des vies. J’en suis convaincue, puisque cela a changé la mienne. Moi, du haut de mes quatre pieds onze, simplement par un discours, une écoute, une ouverture, je peux éteindre la souffrance de quelqu’un. Je peux empêcher un jeune en crise suicidaire de s’enlever la vie. Je peux aussi, simplement, rassurer et encourager des jeunes à continuer. Wow! Cela me prouve, chaque jour, que l’humain peut faire de grandes choses. Cela me fait croire encore plus en la vie, croire en les jeunes. […] Geneviève Nolin (Année 2005)
  30. 30. […] Quand Solidaires pour la vie entre dans une école, c’est pour informer et pour sensibiliser les jeunes à une maladie mentale : la dépression. Et cela va beaucoup plus loin… C’est aussi pour donner une chance, ouvrir une porte à tous ceux qui ont peur de parler, à tous ceux qui sont gênés d’avouer leur mal, à tous ceux qui ont seulement besoin de s’exprimer et de comprendre. […] Patricia Trudeau (Année 2005) […] Le lendemain je l’ai croisé dans l’école, il m’a souri et il m’a dit qu’il avait pris rendez-vous au CLSC. Je lui ai dit de tenir bon et de prendre soin de lui, car son ami souffrant, en fait, c’était lui. […] Marianne Vachon (Année 2005) […] Je suis un être humain, avec des forces et des limites, qui désire seulement aider d’autres gens comme moi. Merci d’avoir mis sur pied le programme Solidaires pour la vie car il m’a sauvé la vie et contribue à sauver la vie de plusieurs personnes. […] Guillaume Vallée (Année 2005)
  31. 31. […] La satisfaction de travailler pour Solidaires pour la vie se ressent au quotidien. Chaque matin, je me lève avec la certitude d’aller abattre des préjugés. Chaque jour, nous sentons qu’après notre passage, les jeunes ne regardent plus les personnes atteintes de dépression de la même façon. Nous changeons des mentalités. C’est à mes yeux notre plus grande mission, car nous contribuons à faire le lit d’une société plus ouverte et plus tolérante. Je le remerciai de s’être confié à moi tout en convenant avec lui que je donnerais son nom à la travailleuse sociale pour qu’il puisse se confier, enfin. Il me serra la main, reconnaissant d’avoir été traité avec respect et il quitta le local, le cœur déjà moins lourd. Je n’ai pas sauvé la vie de Maxime, je n’ai pas dépisté de dépressoin chez lui, mais que se serait-il passé s’il avait continué à garder le silence? […] Stéphane Rostin-Magnin (Année 2005) […] Malheureusement, il m’est arrivé d’être en présence de quelques jeunes comme lui. Heureusement, les cas ne sont pas tous aussi urgents. Même s’ils sont nombreux et difficiles, notre animation permet un dépistage précoce. […] Mylène Côté (Année 2005)
  32. 32. Arrière – Geneviève Berteau-Lord, Mijanou Simard, Isabelle Landry, Marie-France Roy, Catherine Lévesque, Jonathan Bousquet, Charles Gagné, Frédéric Lagacé. Avant – Patricia Leduc, Thierry Goulet-Forgues, Jacinthe Brière, Catherine Burrows
  33. 33. […] Pour moi, Solidaires pour la vie c’est l’écoute, c’est la vie de duo, les motels et les restos, ce sont les yeux qui se remplissent de larmes […] c’est parfois une claque au visage ou la banalisation d’un mal trop grand, ce sont des explosions d’émotions et des situations de crise, ce sont des témoignages, c’est un lieu d’écoute et d’échanges, c’est de la joie, de la tristesse, du support, des solutions, c’est l’amie qui console celle qui pleure aux toilettes de l’école, ce sont les mercis beaucoup! Et les enfin je comprends mieux mon père, c’est la volonté de continuer malgré tout, mais c’est surtout tous et chacun de nous à la fois… […] Patricia Leduc (Année 2006) […] Nous rentrons dans une ère où nous allons devoir faire des choix. Bien sûr, pour faire des choix, il faut avoir des opinions. Et pour se forger des opinions, il faut être informé. Si le programme Solidaires pour la vie a pu, un tant soit peu, aider des jeunes concrètement ou tout simplement s’il a pu les informer sur le sujet de la maladie mentale afin de leur permettre d’être mieux orientés dans les choix qu’ils auront à faire, pour moi, la mission est accomplie. […] Thierry Goulet-Forgues (Année 2006) […] Solidaires pour la vie fut pour moi une expérience inoubliable que j’ai partagée avec des gens que je ne suis pas prêt d’oublier. J’espère que tous les jeunes rencontrés lors de cette tournée ont eu autant de plaisir à nous écouter que moi j’en ai eu à leur parler. […] Jonathan Bousquet (Année 2006)
  34. 34. […] Traiter de détresse psychologique sur une base incessante ne peut que nous relancer face à nous- mêmes et à notre société. Nous nous sentons tous concernés face aux difficultés de notre monde, mais je n’aurais jamais pu imaginer qu’ici, au Québec, il y avait autant de détresse! Je souhaite aider les jeunes et j’ai pourtant l’impression que c’est ma propre personne que j’ai aidée le plus. […] Catherine Lévesque (Année 2006) […] Des voyages dans différentes régions de notre belle province, pour s’immiscer dans toutes ces microsociétés que représentent ces écoles dans lesquelles nous sommes allés… Solidaires pour la vie nous fait réaliser la nécessité de l’entraide et de la compréhension dans notre société. […] Frédéric Lagacé (Année 2006) […] La Fondation des maladies mentales m’a donné l’opportunité de joindre ma voix à celle d’autres personnes qui croient aussi que l’information, la sensibilisation et la prévention sont à la base de l’amélioration du bien-être de nos jeunes, de notre société. Que ce soit par une levée de main, une objection, une tête basse, un timide murmure ou des larmes aux coins des yeux, ils ont en commun une chose : ils cherchent. Et moi, je me sens privilégiée d’avoir pu les aider à trouver un peu. […] Jacinthe Brière (Année 2006 et 2007)
  35. 35. […] J’ai dévoré ce boulot tel du chocolat, sans jamais savoir exactement à quel goût m’attendre. J’ai mordu à belles dents comme si, à chaque fois, c’était la première fois que ce texte sortait de ma bouche. Qui a dit que la gourmandise est l’un des péchés capitaux? Je ne crois pas que nous ayons révolutionné le monde, mais nous l’avons certainement fait évoluer. […] Marie-France Roy (Année 2006) […] Quelle grande valorisation et satisfaction de pouvoir aider des milliers de jeunes et leur entourage. Les aider à clarifier, à comprendre la détresse qui est causée par la maladie mentale, par la dépression. Mais surtout, de leur permettre l’espoir, l’espoir de vivre une vie, leur vie, comme avant! […] Isabelle Landry (Année 2006) […] Je tiens à être de l’équipe Solidaires pour la vie… Parce qu’un jeune qui vous regarde et vous remercie d’avoir expliqué qu’il n’est pas fou, les yeux pleins d’eau, ça vaut toutes les ovations du monde. Parce que savoir qu’un jeune est encore en vie parce que vous vous êtes pointé à l’heure au travail, c’est la meilleure motivation à la ponctualité. Parce que constater que vous avez permis à une mère de comprendre son adolescent et de se déculpabiliser, ça vous fait penser à la vôtre avec affection. Parce que parler de la maladie mentale sans gêne et sans tabou, c’est ouvrir les esprits en donnant l’exemple. Parce que dire à quelqu’un qui souffre que des remèdes s’offrent à ses maux, c’est répondre à une question qui n’attendait peut-être plus de réponse. Si je pouvais résumer en une phrase simple la raison de ma présence ici, j’écrirais simplement que faire partie de Solidaires pour la vie donne un sens à la mienne. […] Geneviève Berteau-Lord (Année 2006)
  36. 36. […] Oui, Solidaires pour la vie est un don de soi. Mais, c’est une route où l’on récolte aussi. Un sourire, une larme qui délivre, des éclairs d’illumination au fond de regards et des mercis francs et directs qui nous permettent de savoir que notre travail a fait une différence. Nous apportons ces sentiments de devoir accompli tel un cadeau qui, tout au long de notre vie, pourra nous rappeler que nous pouvons individuellement faire une différence. […] Catherine Burrows (Chef d’équipe) […] Tout au long de l’année, je me suis nourrie de votre passion pour les jeunes, de votre détermination à vouloir changer le monde, de votre immense générosité. J’ai souri devant votre candeur touchante, votre exaltation, vos espoirs, vos rêves… J’ai réfléchi grâce à vos soupirs, vos incessants questionnements, vos déchirements.. J’ai été touchée souvent… souvent… par le cœur et l’énergie que vous avez mise dans vos récits. Je fais ce travail pour des jeunes que je ne rencontre qu’à travers vous maintenant. Avec vous j’ai aimé ces jeunes, j’ai été désolée pour certains, soulagée pour d’autres, j’ai ressenti votre empathie, votre désir farouche de les aider… En écoutant chacun de vous, j’ai encore cru à un discours que j’ai mille fois récité et autant de fois entendu. À travers vos yeux, j’ai vu défiler des milliers de regards attentifs, troublés, perplexes, souffrants, soulagés, rieurs […] Mijanou Simard (Coordonnatrice) […] Mettre des mots sur les maux, ça semble un peu réducteur de résumer le programme à cette phrase, mais je ne peux m’empêcher de penser à l’ensemble des jeunes qui nous ont rencontrés depuis le tout début et qui ont compris ce qu’ils vivaient et surtout, qui ont pu agir. On a beaucoup plus d’impact que l’on croit. […] Charles Gagné (Directeur des programmes)
  37. 37. Arrière – Charles Gagné, Yann Barrière, Benoît Élliott, Carine Bérubé, Mijanou Simard, Geneviève Berteau-Lord Mileu – Catherine Burrows, Isabelle Gauvreau, Jacinthe Brière, Julie Prénoveau,Avant – Andréanne Fafard et Josiane Babin
  38. 38. […] Solidaires pour la vie m’a donné l’occasion non seulement de prendre confiance en moi, mais surtout de rencontrer des gens extraordinaires qui feront sans doute partie de ma vie encore longtemps. Par-dessus le marché, j’ai été en mesure d’aider des jeunes par le travail que j’ai accompli tout au long de cette année. […] Josiane Babin (Année 2007) […] Quelle belle expérience j’ai vécue cette année en travaillant comme animateur pour la tournée Solidaires pour la vie! Un travail qui m’a permis d’exploiter à fond toutes les facettes de ma personnalité, qui m’a permis aussi de voyager à travers le Québec, qui m’a permis de rencontrer des gens et des jeunes extraordinaires et finalement qui m’a permis aussi de connaître des collègues (qui sont devenus des amis!) sympathiques et ultra-compétents! […] Yann Barrière (Année 2007) […] Pour une des première fois de ma vie, j’ai l’impression de contribuer à changer le monde, à le rendre meilleur en permettant à des jeunes qui, soit dit en passant, sont notre relève, de mieux se sentir, d’avoir une opportunité de s’épanouir afin de se réaliser amplement dans leur milieu, dans leur société. […] Carine Bérubé (Année 2007)
  39. 39. […] Le cadeau, je l’ai désiré… Le cadeau, on m’a préparé à le recevoir… Le cadeau, je l’ai déballé… Le cadeau, m’a confronté au niveau de ma personnalité… Le cadeau, m’a fait cheminer au niveau professionnel… Le cadeau, m’a donné la confiance que je n’avais pas encore acquise… Le cadeau, m’a fait découvrir des adolescents merveilleux… Le cadeau, m’a fait voir des lieux uniques… Le cadeau, j’ai grandit grâce à lui. Le cadeau, sans doute le plus grand. […] Benoit Élliott (Année 2007) […] Je suis très fière et honorée d’avoir eu la chance de participer à ce projet. Je souris en me disant qu’au cours des derniers mois, nous aurons tous et chacun contribué à abattre des préjugés et à allumer des fenêtres d’espoir. Nous aurons pris la main de certains jeunes désespérés et aurons apaisé des inquiétudes. Solidaires pour la vie j’en ai fait partie, et je ne serai plus jamais la même… […] Andréanne Fafard (Année 2007) […] J’ai été vraiment touchée par les témoignages des jeunes. En effet, je me suis vite rendu compte que cette réalité (la dépression), les rejoignait réellement. Tous ces partages m’ont ouvert à une réalité que je n’avais pas beaucoup côtoyée jusqu’à maintenant. Ces différentes rencontres m’ont permis de développer une compréhension et une sensibilité nouvelles face à la santé mentale. […] Isabelle Gauvreau (Année 2007)
  40. 40. […] « Hein, est-ce que tu as vu les gens qui ont remplacé le prof de moral, y sont vraiment drôles, même si y parlent de dépression. Y font des gestes bizarres, genre de rupture de comportement, comme ça, tu vois !?! » (Dans la peau d’un jeune du secondaire qui a vu l’animation) Haaaaaa, des fois j’ai vu les jeunes parler de l’animation, à ce moment là, je suis fière de ce que j’ai fait ! La tournée Solidaires pour la vie, m’a permis de grandir, de voyager, de rencontrer des gens formidables, etc. […] Julie Prénoveau (Année 2007) […] Je garderai longtemps le souvenir d’un directeur d’une école secondaire qui m’avait appelé pour me raconter qu’il s’était reconnu dans une animation et qu’il avait consulté par la suite. SPLV est plus qu’une animation ou un texte récité. Il s’est développé par les gens qui s’y sont investis, par les gens qui ont remis en question certaines choses, par ceux qui ont ajouté des explications ou des nuances ici et là, par ceux qui ont ajouté une blague, car ils trouvaient que l’animation était trop lourde, par ceux qui ont imaginé certaines façons de faire pour faciliter le travail, par ceux qui, de retour de tournée de quelques jours ou semaines, ont fait part de ce qu’ils ont vécu et qui nous rappellent sans cesse l’importance de notre action, par ceux qui travaillent parfois dans l’ombre, mais qui font exister le programme. […] Charles Gagné (Directeur des programmes)
  41. 41. Réponses à nos questions…Réponses à nos questions…
  42. 42. Un événement qui m’a marqué lors de mon passage à SPLVUn événement qui m’a marqué lors de mon passage à SPLV […] Les jeunes, le regard, l’espoir de mettre le doigt sur ce qui les chicotte. Découvrir que la dépression est une maladie et que ça se traite. […] Geneviève Rioux […] Ce n’est pas tant un événement mais bel et bien des personnes qui m’ont marqué lors de mon passage. Une culture organisationnelle d’une grande humanité évoluant aux côtés d’une culture d’affaires impressionnante. Je garde un souvenir impérissable de Nicole Allard et de Suzanne Dubois et que dire d’Hélène Letellier!!! […] Jean-Sébastien Naud […] Les références en général sont marquantes. Peut-être plus particulièrement un jeune qui avait reconnu des symptômes chez sa grand-mère et qui s’inquiétait pour elle. Il a décidé d’aller lui en parler. Cela m’a montré qu’on avait un impact considérable chez les jeunes qui se répercutait dans toute la société. […] Mélanie Gagnon
  43. 43. Un événement qui m’a marqué lors de mon passage à SPLVUn événement qui m’a marqué lors de mon passage à SPLV […] Le jeune qui a parlé à une des ressources lors de notre passage et qui avait planifié son suicide pour la semaine suivante. Le tour d’hélicoptère au Saguenay et les amis que je me suis fait et qui le sont encore… […] Geneviève Messier […] Le montage financier pour ce programme était tout un défi. Nous avons rencontré à peu de temps d’avis, le ministre de la santé à l’époque, M. Gilles Baril. Suzanne Dubois et moi, sommes parties, télévision sous le bras et documents en main pour lui faire une présentation des plus convaincantes de notre programme. À la fin de la rencontre, nous avons eu la certitude que notre action l’avait touché, car il nous confirmait la participation majeure du gouvernement pour le financement de ce programme. Quelle fierté pour nous! […] Josée St-Amand […] La première fois que j’ai pris mon courage à deux mains pour courir après une jeune que je soupçonnais de se reconnaître dans l’animation. Lorsqu’elle a confirmé que mon instint avait vu juste, c’est vraiment là que j’ai compris que j’avais un vrai talent pour ce travail. […] Simon Bernard […] Une longue conversation avec un jeune garçon de Beauport et ma collègue d’alors. J’en ai appris autant sur moi-même que j’ai pu lui en apprendre à lui.. Je le remercie beaucoup. […] Benjamin Pradet
  44. 44. Un événement qui m’a marqué lors de mon passage à SPLVUn événement qui m’a marqué lors de mon passage à SPLV […] Une longue conversation avec un jeune garçon de Beauport et ma collègue d’alors. J’en ai appris autant sur moi-même que j’ai pu lui en apprendre à lui.. Je le remercie beaucoup. […] Benjamin Pradet […] Ma toute première présentation était dans une maison d’aide, un endroit où les gens sont vraiment en crise. J’étais très nerveuse et je m’excusais sans cesse jusqu’à ce qu’un homme se lève et me dise: « Bon, as-tu fini de t’excuser? Ton message nous intéresse, parle! »… Il m’a tellement saisi qu’à toutes les fois que je manque d’assurance, j’entend cet homme qui voulait tant savoir. […] Eve Raymond […] La rencontre avec un beau jeune homme de 15 ans, intelligent, sensible et généreux. Jeune homme rencontré à Beauport et qui avait besoin de parler de ses questionnements sur la vie, sur SA vie… Il nous a parlé avec franchise, candeur et sensibilité de ses inquiétudes, sentant qu’il se reconnaissait peut-être dans les symptômes de dépression. Finalement, c’est un jeune homme hyper allumé, avec des questions matures sur ce qu’il attendait de la vie plus qu’un jeune homme en dépression… Quelle belle rencontre, qui me laisse encore remplie d’émotions. […] Véronique Duquet
  45. 45. Parlez-nous d’un fait cocasse d’un événement à SPLV…Parlez-nous d’un fait cocasse d’un événement à SPLV… […] Warwick. De retour dans l’école le jeudi suite à des animations le lundi, je me lave les mains dans la salle de bain des filles et là une jeune me tape sur l’épaule. Elle me sourit et me remercie (je me souviens de l’avoir rencontrée le lundi dans un groupe) car grâce à notre animation, elle a trouvé le courage de parler de ses troubles alimentaires à ses parents et ils vont l’aider! […] Carine Gendron […] La fameuse auberge de Gilles et Gillou à Québec. On en a passé des semaines toute la gang lors de la tournée de Québec. Les nombreuses histoires de peurs que l’on s’est racontées sur cette auberge. Avant c’était un salon funéraire… mais aussi bien avant il y avait une secte… le petit gars que certaines personnes voyaient dans l’escalier… ou les présences que d’autres sentaient […] Julie Chartier
  46. 46. Mon plus beau souvenir lors de mon passage à SPLV…Mon plus beau souvenir lors de mon passage à SPLV… […] Je pense que c’est l’animation d’un groupe de Coaticook peu de temps après la vague de suicides. Plusieurs étudiants pleuraient en silence dans la classe. C’était extrêmement touchant et bienfaiteur pour eux. Jamais quelqu’un n’aurait pu remettre en question la pertinence de SPLV et j’aurais souhaité que chaque Québécois puisse vivre cela en direct pour comprendre l’importante de cette mission. […] Alexandra Pastena […] Je crois que c’est notre passage dans la région Saguenay-Lac-St-Jean. La tournée Solidaires pour la vie était non seulement une expérience enrichissante avec les jeunes dans les écoles, mais aussi avec les intervenants, et les gens que nous avons rencontrés en région. Par exemple, au Lac, une enseignante nous a invités à aller faire un tour d’hélicoptère avec son mari afin d’égayer notre passage dans la région. C’était époustouflant! Je me suis même retrouvée aux commandes de l’appareil pendant un court instant comme assistante du pilote!!! […] Marilyn Guilbault […] Il n’y en n’a pas un en particulier, seulement le souvenir de certains jeunes allumés, intéressés, vivants, drôles, d’autres inquiets et reconnaissants de notre passage. De savoir qu’on a peut-être apporté une petite réflexion, une petite lumière pour certains. Aussi et beaucoup la rencontre, le travail avec mes coéquipiers, de beaux souvenirs de vie d’équipe et la découverte de toutes les régions de notre belle province! […] Anouk Achim
  47. 47. Mon plus beau souvenir lors de mon passage à SPLV…Mon plus beau souvenir lors de mon passage à SPLV… […] L’animation devant les groupes amorphes qui s’allument peu à peu et qui nous posent des questions à la fin! […] Geneviève Messier […] La visite des écoles en Gaspésie. J’étais avec Anouk et un psychoéducateur. On a fait le tour de la Gaspésie tout en visitant plusieurs écoles. Les gens étaient très accueillants et chaleureux. Les autres animateurs étaient très sympathiques. Particulièrement les responsables, Anouk et Frédéric! […] Marie-Christine Brault […] Le fait d’avoir fait une si belle fusion avec la petite équipe en place (il faut dire que nous n’étions que quatre employés dont deux à temps partiel) et plus particulièrement avec Suzanne Dubois. J’applique encore aujourd’hui les résultats de cet apprentissage. La satisfaction d’avoir contribué à la mise sur pied d’un programme qui contribue au bien-être de la société et qui est d’aussi grande envergure. Je suis fière d’avoir pu être la personne choisie pour la mise en œuvre de ce beau projet. […] Josée St-Amand […] Pour moi, il n’y a pas qu’un seul plus beau souvenir car SPLV,c’est un tout : des jeunes fabuleux, des collègues incroyables, despaysages à couper le souffle, des motels où l’on se sent commechez-soi, des soupers au resto, des rencontres coup de cœur. SPLVc’est tout ça et bien plus encore. […] Carine Bérubé
  48. 48. Qu’est-ce que le programme SPLV m’a apporté?Qu’est-ce que le programme SPLV m’a apporté? […] Une culture sur les maladies mentales que personne ne possède et donc une sensibilisation auprès des gens que je rencontre encore après mon travail pour la Fondation. Être consciente de mes limites et abattre certaines que j’avais. Rencontrer des gens incroyables et une fierté d’avoir travaillé pour la Fondation! […] Marie-Claude Plasse […] J’ai adoré avoir un meilleur portrait des jeunes du Québec et j’ai pris confiance pour intervenir auprès des adolescents. Je dois dire que lorsque j’ai terminé mes études, je ne pensais pas aimer intervenir avec les adolescents. […] Rachel Duchesne […] Ce programme m’a donné la chance de voir si j’étais capable et intéressée à travailler dans le milieu scolaire. Par la suite, j’ai entrepris 4 ans d’études universitaires pour devenir enseignante. Cette expérience était un tremplin vers une nouvelle carrière. […] Janie Maurais […] SPLV me permet de me sentir utile pour les jeunes, pour notre société et de contribuer à changer les choses autour de moi. […] Carine Bérubé
  49. 49. Qu’est-ce que le pogramme SPLV m’a apporté?Qu’est-ce que le pogramme SPLV m’a apporté? […] En tant qu’être humain j’ai été transformée par cette expérience, j’ai appris bien des choses sur moi-même et sur la souffrance que j’ai vécue dans mon enfance et mon adolescence, et je sais aujourd'hui que si j’avais vu une animation de SPLV ma vie aurait été bien différente. Bien évidemment, j’ai acquis une meilleure connaissance des maladies mentales, des outils pour mieux aider mes proches (le gêne est bien présent au sein de ma famille) ainsi qu’une grande confiance en mon propre potentiel, notamment au niveau de la communication : que ce soit au sein d’un petit groupe de jeunes très perturbés et touchés par la maladie ou un groupe plus nombreux! […] Anny Perron […] Je ne connaissais rien à la dépression et aux maladiesmentales. Cela m’a ouvert à plus de compassion et de tolérance.Cela m’a ouvert sur une dimension de la vie de certaines personnesqui m’étaient alors inconnues. Bref, j’ai moi-même été sensibilisée![…] Anouk Achim […] Pour le moment, cette expérience m’apprend beaucoup au niveau personnel ainsi que professionnel pour l’intervention auprès des jeunes et sur la réalité des jeunes d’aujourd’hui. Ils sont vraiment admirables et touchants […] Shirley Bilodeau
  50. 50. Mon expérience à SPLV me sert-elle encore aujourd’hui dans mes fonctions?Mon expérience à SPLV me sert-elle encore aujourd’hui dans mes fonctions? […] Je sais plus que bien combien la Fondation et son magnifique projet m’a appris la différence qu’on peut faire dans la vie des gens, dans n’importe quel contexte, si on les regarde avec un sourire et qu’on leur fait sentir qu’ils sont importants. […] Alexandra Pastena […] Je travaille présentement à l’ACEF de l’est de Montréal, une association de consommateur. Mon expérience à SPLV me sert encore aujourd’hui dans le cadre de mon travail, car je fais beaucoup de relation d’aide alors quand j’ai des personnes souffrantes ou en crise devant moi, je sais comment intervenir et comment bien référer les personnes. […] Stéphanie Paquin […] Je travaille dans mon domaine, en psychoéducation. Je suis présentement dans une école secondaire à Verdun. Mon expérience à SPLV m’aide donc énormément, étant donné que je travaille avec des adolescents, je fais face à la prévention du suicide dans mon quotidien. Je leur parle souvent de cette tournée qui est destinée aux jeunes du Québec. […] Rachel Duchesne […] Je suis enseignante en français langue seconde. J’enseigne dans le Grand Nord du Québec dans la communauté inuite de Salluit. Ce programme est encore très utile, surtout dans le Grand Nord. Il y a beaucoup de suicides et de désespoir chez les jeunes. Je me sens plus outillée pour faire face à certaines situations et pour répondre aux questions des jeunes. […] Janie Maurais
  51. 51. Un choix pour l’avenirUn choix pour l’avenir J’en ai marre de souffrir Marre d’être un martyr De tous ces problèmes qui m’accablent Tout ça me rend malade! Mon corps implore la mort, Chaque soir mes larmes mouillent mon lit Oh!, entendez-vous mon cri!? Refrain : Mais, je dois regarder vers l’avenir Arrêter de me mentir Arrêter de me cacher et de fuir Et me dire que je peux guérir À l’école je ne ris plus Ça ne va plus, je ne me concentre plus Cette peine me hante toujours Ce fardeau, me guette, comme un vautour Ma blessure me gagne Je sens que je m’écroule Je sens ma tête qui tourne Laissez-moi partir Laissez-moi m’endormir Le soir je pleure jusqu’à m’en briser le cœur, Un cœur qui a souffert et qui n’a pas tort De demander un temps mort De souffrance et de larmes pour aimer encore Mais, que faites-vous, entendez-vous mon cri Ne voyez-vous pas que j’ai changé Entourez-moi et sauvez-moi! Avant qu’il ne soit trop tard… Ce qui ne va pas je ne sais pas Pourquoi et comment encore moins Tout ce que je sais c’est que j’ai mal Et de tout supporter je n’en suis plus capable Cette plaie me ronge les entrailles Elles sont pleines de rage et de tristesse Pleines de rage de toujours espérer De meilleurs lendemains J’espère et j’espère sans fin Car je suis faible et je suis forte Forte de poursuivre cette vie Même si elle ne m’en donne plus l’envie Mais je dois faire un choix pour l’avenir Et je me suis dit que je peux guérir Alors ce soir j’ai décidé De ne plus me taire et de vous en parler… Milva École Antoine-de-Saint-Exupéry

×