Thème: L’utilisation des analyses du cycle de                                                   vie pour mieux informer le...
Q1: Y a-t-il réellement un besoin pour l’affichage environnemental?Oui!-Plusieurs études montrent que les consommateurs re...
Q2: Suffit-t-il donc d’afficher les résultats des ACV sur un produit?Non!-Il faut vulgariser les résultats en traduisant l...
Q3: L’analyse du cycle de vie est-elle assez mature pour être la base del’affichage environnemental?Oui mais...!-Les analy...
Q4: L’affichage environnemental est-il sur la bonne voie?Oui!-Mais plus on adaptera l’affichage environnemental au context...
Q5:    Les   consommateurs        suivront-ils   forcément     l’affichageenvironnemental?Non!-Il ne faudrait pas prendre ...
Q6: Comment intéresser les consommateurs à                        l’affichageenvironnemental et comment changer les compor...
Q7: Quels sont les autres enjeux que cette recherche a mis en évidence?Dans certaines situations de zone grise, sur 3 crit...
Q8: À l’issu de cette recherche, quel regard nouveau porter sur l’ACV?-Nous croyons que l’ACV pourrait être simplifiée et ...
Q9: De quelles façons pouvons nous renforcer la pertinence de l’affichageenvironnemental pour le consommateur?-Nous propos...
Q10: À quoi ressemble l’affichage environnemental idéal?Un affichage qui comprend:- Trois critères d’impacts affichés(Sant...
Pour de plus amples informations, veuillez                                                   SVP vous référer aux coordonn...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

ACV et Impact sur le consommateur-2012

491 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
491
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

ACV et Impact sur le consommateur-2012

  1. 1. Thème: L’utilisation des analyses du cycle de vie pour mieux informer les consommateurs Période d’étude: 2010-2012 Domaine: La communication environnementale Méthodologie: -Recherche bibliographiqueCe document a pour objectif de résumer de -Enquête auprès d’un panel d’experts en ACVfaçon vulgarisée les apprentissages résultant de -Enquête auprès d’un panel d’experts ennotre projet de recherche. communication environnementale -Suivi des travaux de l’expérience d’affichageLa présentation a été réalisée sous la forme environnemental française.d’un FAQ de dix questions/réponses. Objectif: Veiller à la protection des intérêts des consommateurs et participer au succès de l’affichage environnemental.
  2. 2. Q1: Y a-t-il réellement un besoin pour l’affichage environnemental?Oui!-Plusieurs études montrent que les consommateurs ressentent un besoinpour une meilleure information environnementale-Il n’est pas possible aujourd’hui de préférer un produit en prenant encompte toute son histoire environnementale et sociale car elle estinvisible- Il y a urgence de faire une transition vers une production responsablegénéralisée et l’affichage environnemental peut être un incitatif
  3. 3. Q2: Suffit-t-il donc d’afficher les résultats des ACV sur un produit?Non!-Il faut vulgariser les résultats en traduisant les impacts dans desréférences communes à tous. Le choix de ces références doit être fait enconcertation et en prenant en compte le contexte culturel, les risques deconfusion et le ton souhaité.- L’affichage environnemental ne devrait pas être un résumé desdéclarations environnementales de produit car le public et le contexte dedécision ne sont pas les mêmes qu’en entreprise.- II faudrait rendre possible une mise à jour plus fréquente desaffichages si on veut inciter les entreprises à constamment essayer des’améliorer. Pour ce faire, le coût des ACV devrait être réduit ou partagéavec le domaine public, ce qui aiderait les PME.
  4. 4. Q3: L’analyse du cycle de vie est-elle assez mature pour être la base del’affichage environnemental?Oui mais...!-Les analystes devraient avoir plus facilement accès à des données fiables etrégionalisées. Les données d’utilisation des produits et les unitésfonctionnelles devraient être plus proches de la réalité. Les entreprisesdevraient aussi être incitées à ne pas se contenter des valeurs génériquesdes bases de données afin que les impacts liés à leurs activités et processustraduisent bien les pratiques au sein de leurs propres entreprises et leurpermettent de se différencier.- L’affichage environnemental devrait répondre aux questions que lesconsommateurs se posent et à celles qu’ils devraient aussi se poser. Nousdevrions ensuite réexaminer l’inclusion ou l’exclusion de chaque pratiquede calcul dans l’ACV de sorte que les résultats répondent aux questions duconsommateur.
  5. 5. Q4: L’affichage environnemental est-il sur la bonne voie?Oui!-Mais plus on adaptera l’affichage environnemental au contexte particulierdu consommateur, plus la mesure sera efficace. Ceci implique donc uneadaptation des normes internationales et régionales actuelles pour faireune claire distinction entre affichage environnemental destiné auxconsommateurs et déclaration environnementales de produit à usageindustriel.- D’autres conditions de succès de l’affichage environnemental sont laconcertation impliquant diverses sphères de la société, la poursuite destravaux de recherche et l’ouverture à d’autres types d’approches pourcompléter la démarche.
  6. 6. Q5: Les consommateurs suivront-ils forcément l’affichageenvironnemental?Non!-Il ne faudrait pas prendre pour acquis l’intérêt des consommateurs enmatière d’affichage environnemental. Malgré une prise de conscienceaccrue des enjeux environnementaux, l’affichage environnemental doitréussir à changer les comportements en intéressant les consommateurs eten les stimulant constamment. Ce résultat peut-être atteint si l’affichageenvironnemental se fixe comme objectif le changement decomportement en utilisant les ressources disponibles dans ce domaine.- La volonté des consommateurs à modifier leurs achats en fonction del’affichage environnemental est nécessaire pour inciter les entreprises àaméliorer leurs pratiques mais pour que le consommateur maintiennecette confiance, il faut que l’AE soit dépourvu de tous biais invisibles.
  7. 7. Q6: Comment intéresser les consommateurs à l’affichageenvironnemental et comment changer les comportements?- Les experts en communication ont identifiés 4 cordes sensiblesprioritaires au Québec: L’image sociale, le bénéfice financier, le plaisiret la santé. Ceci dit, il existe différentes cordes sensibles pour différentstypes de consommateurs. Nous croyons qu’il faut rester simple, peut-êtremême ludique dans la forme, tout en conservant la complexité du proposde l’affichage. L’affichage environnemental devrait donc être vulgarisé sansessayer de réduire ou de cacher la complexité environnementale.- Le renforcement positif devrait aussi être le leitmotiv des stratégiesde communication environnementale. Les gens seront plus réceptifs auxmessages environnementaux si on s’éloigne du discours alarmiste et si onleur parle plus des possibilités et des avenues d’avenir commel’Écoconception. Le message de l’affichage environnemental devrait doncs’inscrire dans une telle logique.
  8. 8. Q7: Quels sont les autres enjeux que cette recherche a mis en évidence?Dans certaines situations de zone grise, sur 3 critères affichés, le produit 1peut être meilleur que le produit 2 sur le critère A, moins bon sur lecritère B et semblable sur le critère C. Ce type de situation nous a amené ànous questionner sur la nécessité de hiérarchiser les impacts entre eux.Mais nous concluons qu’une telle hiérarchisation n’est pas souhaitable.Notre plus récente proposition a été le développement d’un score basé surle niveau d’Écoconception du produit avec tous les avantages que celareprésenterait en termes d’influence des entreprises. Mais l’idéal serait dene pas avoir recours à aucun score unique. On pourrait ainsi considérerun système où le consommateur évalue l’impact environnemental passeulement des produits uniques mais de son panier d’achats, luipermettant ainsi de compenser pour un critère d’un produit à l’autre.
  9. 9. Q8: À l’issu de cette recherche, quel regard nouveau porter sur l’ACV?-Nous croyons que l’ACV pourrait être simplifiée et mieux adaptée au casparticulier de l’affichage environnemental en faisant de la pertinencecommunicationnelle un critère supplémentaire d’inclusion ou d’exclusion.L’ACV pourrait aussi être perçue comme une méthodologie derecherche et d’organisation de l’information environnementalepermettant ensuite de renseigner d’autres méthodes.-Une des évolutions souhaitables de l’ACV serait une prise en compteaccrue des enjeux collectifs. Par exemple, aujourd’hui, une entreprise ouun secteur peut juger que l’impact des bâtiments ne représente pas sonenjeu le plus important et donc ne pas le considérer alors même que lebâtiment durable peut représenter un enjeu sociétal important. Le défi estde réussir à passer d’ACV pensées en silos à des ACV qui prennent plus encompte une responsabilité sociétale et environnementale collective.
  10. 10. Q9: De quelles façons pouvons nous renforcer la pertinence de l’affichageenvironnemental pour le consommateur?-Nous proposons d’effectuer un suivi continu et du rapportage sur lestrois principes suivants: L’intelligibilité, la comparabilité et latransparence des résultats. Chaque choix méthodologique, chaquedécision pratique peut avoir un effet sur l’intelligibilité, la comparabilitéou la transparence des résultats du point de vue du consommateur.-Par intelligibilité des résultats, on entend le fait qu’ils soientcompréhensibles-Par comparabilité des résultats, on entend le fait qu’ils soient comparables-Par transparence des résultats, on entend le fait qu’ils soient dépourvus detous biais ou jugement de valeurs invisibles aux yeux des consommateurs
  11. 11. Q10: À quoi ressemble l’affichage environnemental idéal?Un affichage qui comprend:- Trois critères d’impacts affichés(Santé humaine, écosystèmes incluanteau, CO2)- Trois vulgarisations des critères d’impact affichés- Un indice ou un critère qui fait la synthèse au besoin(mais pas un scoreunique traditionnel)- Une unité fonctionnelle affichée qui prend en compte la durabilité ouindique l’utilisation recommandée-Un espace qualitatif réservé aux alertes en matière de biodiversité ou deconditions sociales ou autres-Une vérification par des tierces parties
  12. 12. Pour de plus amples informations, veuillez SVP vous référer aux coordonnées suivantes: Contact: Naolo Coulibaly Courriel: naolo.c@hotmail.com Téléphone: 514-582-3263Ce document avait pour objectif de résumerde façon vulgarisée les apprentissages résultant Montréal(Québec)de notre projet de recherche.Le document n’est certainement pas exhaustif.Pour un accès à l’intégralité du mémoire demaîtrise, consultez le lien suivant:Impact sur le consommateurMerci pour votre attention

×