Newsletter n°05 Ministère de l'Industrie et des Mines

555 vues

Publié le

une restructuration des biens publics marchands:
des groupes industriels remplacent les SGP

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
555
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Newsletter n°05 Ministère de l'Industrie et des Mines

  1. 1. NEWSLETTER N° 05/Aout 2014 Le Ministre de l’Industrie et des Mines M. Abdesselam Bou- chouareb a entrepris une restruc- turation des biens publics mar- chands, dans l’objectif immuable de booster les entreprises publi- ques et d’asseoir une certaine compétitivité. Il est convenu de transférer cer- taines SGP aux activités spécifi- ques, telles que les travaux pu- blics, les transports, le tourisme, l’habitat, la presse et la commu- nication, etc., sous la tutelle de divers ministères ayant à leur charge ce genre de portefeuilles. Le projet de M. Abdesselam Bouchaouareb concerne dans l’immédiat les SGP dans le por- tefeuille du Ministère de l’Indus- trie et des Mines, celui-ci ayant sous tutelle 18 SGP et 5 EPE. C’est à ce titre qu’un Conseil des Participations de l’Etat tenu le 28 Aout 2014, et élargi à une vingtaine de ministères ont enté- riné le nouveau schéma d’orga- nisation des biens publics mar- chands, lequel prévoit la restruc- turation des Sociétés de Gestion des Participations, au nombre de 28 actuellement, en grands grou- pes industriels d’ici la fin de l’année 2014. La réunion du CPE avait pour finalité de garantir l’adhésion de l’ensemble des ministères concernés à la nouvelle restruc- turation du secteur public mar- chand. 40% des SGP concer- nées par le schéma proposé par le Ministère de l’Industrie et des Mines étant détenu par divers ministères, à l’image de Indjab, affi- lié à l’Habitat, Sintra aux Travaux publics, Gestramar aux Transports, Gestour au Tourisme, etc. Le Premier Ministre a instruit durant le CPE l’ensemble des ministres d’adopter la nouvelle démarche or- ganisationnelle. L’objectif affiché est de créer des groupes industriels en remplacement des SGP sur la base des synergies existantes et des potentiels que pré- sentent les marchés cibles dans les différents secteurs. Le plan du département de l’Indus- trie et des Mines prévoit ainsi d’op- timiser et de rationaliser les moyens dont disposent les nouveaux groupes industriels en vue d’en faire des grands groupes structurants dotés de l’efficacité et de la compétitivité nécessaires pour jouer un rôle de premier plan dans les filières jugées prioritaires et stratégiques. ACTUALITES Coopération algéro- chinoise Le Ministre de l'Industrie et des Mines, M. Abdessalem Bouchoureb a rencontré l'ambassadeur de Chine M. Yang Guangyu , le 30 Aout 2014 à Alger. Lors de cette rencontre, les deux parties ont évoqué la contribu- tion des sociétés chinoises au pro- gramme de développement du sec- teur de l'industrie et Mines. M. Abdessalem Bouchoureb a pré- senté à cette occasion les grandes lignes de ce programme, et il a affir- mé que l'Algérie s'apprête à entamer le plan quinquennal d'investisse- ments publics 2015-2019 ajoutant que "tous les secteurs industriels et miniers vont connaître une intensifi- cation de leur développement". M. Abdesselam Bouchouareb, Ministre de l’Industrie et des Mines, entreprend une res- tructuration des biens publics marchands: des groupes industriels remplacent les SGP MINISTERE DE L’INDUSTRIE ET DES MINES SOMMAIRE M. Abdesselam Bou- chouareb, Ministre de l’Industrie et des Mi- nes, entreprend une restructuration des biens publics mar- chands: des groupes industriels rempla- cent les SGP ………..…1 ACTUALITE Coopération algéro- chinoise..…….……..…..1 Industrie : partena- riat Algérie-Grande Bretagne……...……….1 DOSSIER DU MOIS Les mutations du secteur public mar- chand industriel..-3 Investissement : lan- cement d’un nouveau programme …..…..….4 Produits fabriqués : progression de la demande malgré une hausse des prix le 1er trimestre 2014 …......4 FOCUS Les IDE au Maroc…...4 LE CHIFFRE DE LA NEW- SLETTER Le rythme d'inflation annuel (août 2013 à juillet 2014/ août 2012 à juillet 2013) se situe à +1,5%.........4 "soutenir les efforts qui tendent à approfondir et intensifier les par- tenariats entre les opérateurs des deux pays". Pour sa part le diplomate chinois a relevé l'intérêt de son pays pour ce programme tout en se félicitant de la qualité des liens entre les deux pays notamment dans le domaine économique. Industrie : partenariat Algérie-Grande Breta- gne M. Abdessalem Bouchouareb Mi- nistre de l'Industrie et des Mines, s’est entretenu le 30 Aout 2014, avec son excellence l'ambassa- deur de la Grande-Bretagne et d'Irlande du nord à Alger. Lors de cette rencontre, Monsieur le Ministre , a souligné la volon- té de la partie algérienne d'appro- fondir le partenariat avec la Gran- de-Bretagne. Les deux parties qui ont passé en revue l'état de la coopération bila- térale dans différents domaines, ont évoqué les moyens de renfor- cer ces relations notamment dans l'industrie et les mines. Cette coopération devrait toucher tout particulièrement la formation des ressources humaines et le transfert technologique, qui cons- tituent des éléments déterminants de la relance des secteurs d'activi- té prioritaires. Pour sa part, l'ambassadeur britan- nique a souligné que de grands efforts sont consentis par les deux pays pour le renforcement de leurs relations dans plusieurs domaines, ce qui est, a-t-il dit, "un signal fort pour le partenariat". Les deux parties ont également évoqué le Forum algéro- britannique sur le commerce et l'investissement prévu à Londres en Novembre prochain.
  2. 2. DOSSIER DU MOIS Les mutations du secteur public marchand industriel Au lendemain de l’indépendance, l’Etat Algérien héritait d’un pays dévasté et désindustrialisé. Une société traversée par un chômage très élevé, et un exode rural massif. C’est dans ce contexte que les pouvoirs publics de l’époque ont décidé de mettre en place une base industrielle publique diversifiée, devant assurer un équilibre régional, un décolla- ge économique et un épanouissement social. Mise à niveau et assainissement Dans son évolution, le secteur public industriel est passé par plusieurs étapes, suivant les exigences de la conjoncture économique nationale et internationale. Les plus importantes sont celles introduites à la fin des années 80 et le début des années 90, induites par la libéralisation de l’économie nationale. Le processus de transformation et de réorganisation a consisté en :  des actions de restructuration d’entreprises,  des opérations de privatisation totale ou partielle,  la dissolution : qui a essentiellement concerné des entreprises publiques locales, ayant appartenu aux collecti- vités locales. Le processus de réorganisation des entreprises a aboutit à la configuration actuelle du SPM industriel et minier, com- prenant l’ensemble des filières et branches d’activité de l’industrie, qui est constitué de : 1. Production industrielle :  14 SGP (Société de gestion des participations) : regroupant 317 entités, parmi les 850 constituant le secteur public marchand de l’Etat.  4 EPE (Entreprises Publiques Economiques) non affiliés aux SGP : SNVI, SAIDAL, SNTA, ECOFIE. 2. Gestion du foncier industriel :  4 SGP : gestion des zones industrielles ; Est, Centre, Ouest, Sud. 3. Production minière :  Groupe minier MANAL, regroupant 6 entreprises : FERPHOS, ENOF, ENASEL, ENAMARBRE, ENG, ENOR. 4. Etablissements de formation, érigés en EPIC :  Institut National de la Productivité et du Développement Industriel (INPED).  Institut Algérien des Mines (IAM).  Ecole des Mines d’El Abed (EMEA). Pour accompagner le secteur public marchand dans sa transformation, les pouvoirs publics ont mis en place une série de mesures et de programmes d’assainissement et de mise à niveau des entreprises. Dans ce cadre, la dernière opération d’assainissement en cours d’exécution depuis 2009, est dotée d’un montant de 320 milliards de DA. Compte tenu de l’organisation actuelle de ces entreprises, elles ne sont arrivées à consommer durant toute la période que 18% du montant alloué. Evaluation et nécessité d’une reconfiguration L’indice général de la production industrielle du secteur public (tous secteurs confondus) a enregistré, au premier trimestre 2014, une hausse de +3,9% par rapport à la même période de l’année 2013. Croissance due essentielle- ment au secteur des hydrocarbures qui a enregistré une bonne performance de +13,5%. Hors hydrocarbure, l’indice a enregistré une baisse de -0,1% par rapport à la même période. Page 2 NEWSLETTER N° 05 / Aout 2014 L’indice gé- néral de la production industrielle du secteur public (tous s e c t e u r s confondus) a enregis- tré, au pre- mier trimes- tre 2014, une hausse de +3,9% par rapport à la même période de l ’ a n n é e 2013.
  3. 3. Même s’il a perdu d’importantes parts sur le marché intérieur, le secteur public marchand industriel dispose d’une infrastructure solide mais qui nécessite un redéploiement dans une perspective de mondialisation. Il y’a lieu d’observer et de noter que l’émergence d’un secteur public performant et compétitif, ne constitue pas une contradiction avec l’évolution et l’essor du secteur économique national privé, en constante évolution, qui enregistre d’année en année des parts de marché appréciables dans différentes filières telle que l’agroalimentaire, les matériaux de construction, l’électronique…,et que les pouvoirs publics continueront à soutenir et à encoura- ger. Les deux secteurs tout en étant des opérateurs en concurrence demeurent complémentaires. La réorganisation du secteur public marchand s’impose, compte tenu de :  l’étape qu’atteint l’économie nationale évoluant dans un monde globalisé,  l’évaluation de l’organisation actuelle du secteur public, qui appelle le passage à une autre étape dans le management des entreprises,  préparer nos entreprises et les insérer dans le processus de mise en œuvre et d’application des engage- ments internationaux de notre pays, suivant un échéancier proche (OMC, mise en application de l’accord d’association avec l’union européenne …),  assigner à l’entreprise créatrice de richesse, le rôle d’élément actif et partie prenante dans les relations économiques internationales, conforme aux choix et options imposés par la réalité économique mondiale actuelle. Le nouveau schéma A cet effet, lors de sa réunion tenue le 28 aout 2014, le Conseil des Participations de l'Etat (CPE), a validé le pro- jet de la nouvelle configuration du secteur public marchand industriel présenté par M. Abdesselam BOU- CHOUAREB, Ministre de l'Industrie et des Mines. Dans sa nouvelle configuration, le secteur public marchand industriel, sera organisé en groupes industriels. Le Ministre a expliqué que : « Cette reconfiguration vise une réduction des paliers organiques et une économie de structures impliquant un processus de prise de décision simplifié. La société mère, sera l'unique interlo- cuteur de l'actionnaire, un seul pôle de décision se substituera à la myriade de centres de décision et agira au nom de l'Etat actionnaire dont elle exercera la plénitude des prérogatives ». Cette organisation permettra de:  renforcer la position compétitive des groupes dans les filières ciblées,  mettre en place des groupes capables de développement, d'innovation et disposant de la flexibilité néces- saire à l'adaptation de nouvelles mutations,  s'affirmer progressivement comme des "entreprises leaders" et de réaliser une spécialisation sur certains produits,  mutualiser les ressources et de partager les coûts notamment en matière d'approvisionnement en inputs et de recherche et développement,  bénéficier d'un régime fiscal spécifique aux groupes. (Dossier réalisé par M. Ammar Cherifi) NEWSLETTER N° 05 / Aout 2014Page 3 Même s’il a perdu d’im- p o r t a n t e s parts sur le marché inté- rieur, le sec- teur public m a r c h a n d industriel dis- pose d’une infrastructure solide mais qui nécessite un redéploie- ment dans une perspec- tive de mon- dialisation.
  4. 4. LE CHIFFRE DE LA NEWSLETTER: Le rythme d'inflation an- nuel (août 2013 à juillet 2014/ août 2012 à juillet 2013) se situe à +1,5%. L’indice brut des prix à la consommation de la ville d’Alger enregistre, pour le mois de juillet 2014, une légère hausse de 0,1% par rapport au mois précédent. Il y a lieu de rappe- ler que le même mois de l’année écoulée s’est caractérisé par une variation négative, (-0,4% en juillet 2013 par rapport à juin 2013). Cette tendance positive, très en deçà de celle relevée le mois précédent (+1,8%), traduit les évolutions des prix selon les catégo- ries de produits.  Les biens alimentaires observent une variation de -0,8%, induite essentiellement par la baisse des prix des produits agricoles frais (-1,9%). Les prix des produits alimentaires industriels varient de +0,4%.  Les prix des produits manufacturés affichent une hausse modérée de 0,3%.  Les services augmentent de 2,1%. Corrigé des variations saisonnières, l'indice des prix à la consommation enregistre, pour ce mois de juillet, une hausse de 0,8% par rapport au mois précédent. Au mois de juillet 2014 et par rapport au même mois de l’année 2013, la croissance des prix à la consommation s’élève à +3,3%. (Source ONS) Immeuble Le Colisée 02 rue Ahmed Bey Alger TEL: 021.74 75 57 mail: DVSIE@MDIPI.GOV.DZ FOCUS: Les IDE au Maroc Le Maroc a enregistré une baisse de 15 % des investissement étrangers entre Jan- vier et Juillet 2014. Les flux d’Investissements Directs Etrangers (IDE) ont atteint plus de 14.23 milliards de DH à la fin Juillet, contre 16,76 Milliards de DH, l’année passée à la même période. Cette régression est due à la baisse de 33,9 % des recettes d’IDE, et à une diminu- tion de 67,2 % des dépenses liées à ces investissements. (Source Office des change) NEWSLETTER N° 05 / AOUT 2014 Produits fabriqués : progres- sion de la demande malgré une hausse des prix le 1er tri- mestre 2014 Selon une enquête d'opinion réalisée auprès des chefs d'entreprises, et qui a touché 740 entreprises dont 340 publiques et 400 pri- vées, révèle que la demande en produits fabriqués a continué d'augmenter durant le 1er trimestre 2014, malgré une hausse des prix de vente constatée par les industriels du secteur public. Plus de 28% des chefs d'en- treprises publiques et 6% du privé n'ont pas satisfait toutes les commandes reçues. Toute- fois, la majorité d'entre eux ont confirmé avoir des stocks de produits fabriqués, situa- tion jugée "normale" par les représentants des deux secteurs. Après un redressement observé le 4ème tri- mestre de 2013, l'activité industrielle du sec- teur public a baissé durant les trois premiers mois de 2014, alors que celle du privé s'est stabilisée et ce, après une relative décrois- sance. Environ 70% des entreprises publi- Investisse- ment : lance- ment d’un nouveau pro- gramme Lors du Conseil des Ministres tenu 26 Aout 2014, le président de la Républi- que M. Abdelaziz Bouteflika, "a chargé le gouvernement de finaliser le projet de programme quinquennal d'investisse- ments publics 2015-2019, pour le pré- senter au Conseil des ministres avant la fin de l'année". L'Algérie s'apprête donc à lancer en 2015 un nouveau program- me d'investissement sur cinq ans de 21.000 milliards (mds) de DA, soit l'équivalent de 262,5 mds de dollars, destiné à développer une économie compétitive et diversifiée. L'élaboration de ce programme doit "intégrer dans sa préparation les concer- tations nationales et locales requises, tirer les leçons des expériences passées et améliorer son impact sur le dévelop- pement local et le développement hu- main, mais aussi sur le développement d'une économie productive et compétiti- ve dans tous les secteurs", avait alors recommandé le chef de l'Etat. Le nouveau plan 2015-2019 sera mené sous de bons auspices: des réserves de change de près de 200 mds de dollars, des avoirs du FRR estimés à plus de 5.600 mds de DA et une dette extérieu- re quasi nulle. Le matelas en devises de l'Algérie et ses avoirs cumulés dans le fonds de régula- tion des recettes lui donnent l'opportuni- té de financer l'émergence d'une écono- mie compétitive et productive dans un contexte de crise financière persistante. ques et plus de 50% des entreprises privées ont utilisé leurs capacités de production à plus de 75%. Les industriels privés soutiennent les mê- mes perspectives avec une stabilité des effectifs et des prix de vente. L'enquête, qui porte sur le type et le rythme de l'activité industrielle, révèle que le niveau d'approvi- sionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés, selon 19% des industriels publics enquêtés et reste stable selon la majorité du privé. AGENDA Responsable de la publication Djamel Khalef Conception et réalisation Ammar Cherifi/Ghania Boudissa Ont collaboré: Fatiha Maddi/Allia Belhadef/Asma Yahiaoui/ Kenza Hallel

×